<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01074
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 12, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01074

Full Text




Quatrieme Ann6*, He 1091


M tu-PRfnc, Hltti


Samedi, 12 Novembre 1910


MNNEUENTS
UN Mon... 0. 2.00
Thou. Mouto... *a500
U. Molen.,.G0 .302
Twems Mossn..6.00

rsp....L IS Mon 8e .10



Cl6ment-Eaglotre


0


'


j


LE NUMERO 15 CENTIMES

Lee mamuscrits iomdrds onu mon e sen ont
pas reads
REDACTION-ADMINISTRATION
8, Rue Engane Boutiolly, 8


ADMmmuSTr TnR
Arthur Isialdore


OUOTIDIEN


LA SEMAINE 0 UI FINIT

Vo;s connaissez mon amour ds ques ? Pourquo1 na p s leur prif'-
rieilles choses : vieux papers, vieilles ter les loxatifs qui ag:sseut sais it-i-
laisons, vieux souvenirs. Ceos viei le- tir ?....
ries ont le double avantage de rens i- Mais passions : noui-s no pruvons pa-
mger sur un pass6 plu, on moins loin- nous terniser, nest ce pais, dtins c'it'
lain et do permettre de compare; par lutte des so'idis'es eonrre l s L'.u
consequent et en un mot, d'6difler. meurs vicides, et des drati ,u1 co At .
Aussi l)ien, jq no saurais vous dire les laxatifs.
quel immense plaisir j'ai 6prouve hier, Nous tomb:ns ensu te sur la pzce
lorsqu nn mien ami, qui me connalt suivante :
cette alff tion des souvenirs du pass, .
m'ent envoy un bouquin presque oc- F .Appel aux Haitien oi li do -r1 :
log6naire accompagnd de ces simples l'attaque irnpr4vue de la (our I v tyle
ots c de Bordeaux ot de Mr Mart igna; ; -
Mon vieux poulain, ( ce qu'il a par FRANC:ozsi) DBRVlIES (:IANLAIT.V
des exp-essions, mon am i I). je t'en- Cola a paru sou4 P6tion, en 1817,
voie on veritable muqae broch6. Si Ie 6ditO A 1' Inmprimerie du Gouverne-
coear et la t6te t'en diient, tu as de ment. Vous voudriez pen.t tre s,-
asoi exercer et eatisfaire ta manie de voir un pea ce quo c'est '? en deux
oreter.* mo's ? Voici la chose :
Vous avez bien voula, cher lacteur, Ce Mr Martignac fut un avoc;t de
*'assister lasemaine passdedausqjet- Bordeaux, qui fut charge de la d&-
ques lectures intdressantes.Jemets,en- tense d'on capitaine russe iloog con-
oore aujourd'hui, votre obligeance & tre un n6gociant fianciaii du nom de
profit, et sans me gAner, je vais feuil- Dravoman.lequel it gociant avai ima-
lnter en notre pr6eence et avoc vous gind, paralt iI, do payer le capitaine
Ie don respectable don't mon ami a russe en a les petites pieces dq cuivre
ra'ifl6 ma passion de fureteur. a peine blanchies, et auxqi*l'es i1 a
plu au President de la 116. oblique
d'Haiti d'assigner la valeur d'un
quart de gourde. 9
La premier p.ce de la collection Ces expressions, bien enten.un, ne
et annonc6e par le titre suivant : soot pas de moi, jo respect trop
a Prospectus Ml6ecine pratique pour cela le president Pition, matei
d Halli on M6thode pour connaltre et soot precisement cel'es don't soe sr-
ga6rir les maladies de ce climate, sui vit Mr Martignac A I egard de notre
vie: to D'une dissertation sur les circulation monotaice.


planes m6dicina'es du pays, leurs
propri6t6s et leur combinaison dans
la composition des laxatifs ; 2o de
notes oa explications des terms do
mI6decine employs dans cot ouvrage,
par Jean Hyppolite Fresnel, mdJeciu-
praticien. P


II y a un 4pigraphe
Sallece sera la seule
qauele je combattrai
res. *


; le voici: *Le
arme avec la-
mes adversai-


Comment I allez-vous peut-6're
vous crier, it ,'agit d'une simple pu-
blicition m6dicale et.it est d3ja ques-
tion d'adversaires et de I'arme du si-
lence I
Cost que, voytz-vous, nos p-'es
avaient I air do nous ressembler en
syant come nous la tendance in v6-
W6e de so divisor, sur toutes quo -
tioma, en camo3 hostile et arms.
I la m6decine o'y 6chappait pas plus
quo de nos jours.
La publication en question paratt,
4Slillears, coatrecarrer certainec iddes
4j& advmise, qui certainement etaie' t
_soeptiblse de resister et do rdpliquer;
d IA la perspective de combat que
O**a entrevoyons d6s I'abord.
SLa m6decinoe des pays strangers,
4, el effet, le Prospectus, introduite
*a cette lie dans un tome oft I'on no
efonaissait point d'autres causes do
aldies- que lea hum '-s vinds, s'est
06. s6daite par I appat do gain, A fai-
* pr6valoir lee purgatifs et lea VOml.
I_ Mats, puisque heourusoeant Is
o a pris naissaeoe. pulsqa'il
reooann que les sJWe' da corps
v st. seals 6re irv s, pourqaoi
P" abolir co systbae des huo-
Sao vouloir mjour. on-
vW Is-ow9 Jor Ow Ow M-


Et alors, alors, v vs d:s je, -
Frant:jis D ,sivu r :s Chlinlatte, en-
tendez voift bien ?, le fustigs:i de la
belte ficon .. I est bon que j'..jonute
qug.en dehors deceite im;:er"neince,
M MIartignac s'en etait permit daun-
Ires plus graves, ou au moans tout
aussi graves. en avanqiut, par exem-
pie, que le Roi de France s in'dres-
sait a au sol d'nne colonies qui lui up-
partient et qui re,t rera sous sa cnomina-
Lton ..
H. it anndes plu, tard, Bover devait
tarir A jamais Ia source do tolles pr&-
tentions : ce que nous lui en som-
mes reconnaissants I...


tour de tels g n's .. Passons, vous
dis-je.
*
Ah vivo la po&cie I Nous voici en
tace d'une s4rie de s'ances d',des, de
tirades rtrnes, 6imanant do la plume
di.Ie \N BAPTISTg IROM.ANK:, tan Ot
* sur I s trait'.s conclus entire la
France o Haiti ., tant 't sur la mot
de Coutilien v, tan ot 1 sur la vi'.l
de Sritto DI)mingo. v
Le poete lRomans mnitite d'&eie
coin1n A cause dO s3a l'rge et s'toutIO
longue inspiration po Qii : il a
tour A tour chant6 l'etioi, B .yvt, .
H.i'volution do :1., Boyet encoi o apt
13, (Sonlouque, j'ignore), mais A coup
sOr (ietTrad.
Sur les trait6i de I'ind6pendauce, il
6crit :
.e soleil se-st lev'. plus firr, -lus, ralie, x :
Sur nos press s ro-liheis il dair 1t pI)'.s ieF ICux!
11 est temps (it'lalti, bouillanina tet
'audtln ce
Sur 1'chelle dn indmile aille saisir sa place
Sur Coutilien Coutard .
lPution, pour nous, fo-ada llai lpublique,
Contilicn la sauva par sa inort h roiquc
L'unification de F'le pir Hoyer lui ar-
raclia les rimes suivantes sur I Oz tma:
Orama. role encore ton onde
Sur les feux d'un solcil brillant .. .
Mais fiissons avoc cea vililleri-'s
Je veux bien quo noun soyons p'u-
eclairds que nos p[:es : mais que ce,-
temps eont loin I...
JEA.M LK FuURETELIt


A L't;OLE DE MEDEOINE

COURSE D'0UVERTURE
DU
Dr FAsANcOI DALENCOUR, .,
Professewr Honori -*#


( SUITE )


tine Rvjait 46: peut-gtre trop i~llirin~ee
par des illusions, chim($1tques. toinb--
rent daus co travels pit vient d%'Ire
reinarqud r~cemrnmeit et qui se remar-
quo enicore aujourd'hui en Ifai i. tant
it e-,t vtrii qua tliistoiire des sciences
it est(ti'u~n perp~tueI rentioivelleriint,
remoutant A lastirt ce do.; temips W.o-
dernes ce qui s'Matll cvaiioui, bsciarci
pcrtif ant uu moment. a Les till ogra-
s idt-t 'Otte t6poiltie, n. tMs (it t\N1t-
thi ts IDULf, ouit 5o~verh" jott.' le it-;-
rrrdrt Ull'4ets ltdezs [1AL A Itiilt~,i-ila


al/ei : l. j lt.el i.s se L;iai-,.ln it t .tller t
d(JI l-ypoltIs l Iy iiv l.ts llbl a --, b, a-
-tes sur de >iu + +s Ieu, io s ,t tl -
qIue. A cet'e po'hhque, on iavit 'Iru
\1on datis unI sperna'O iA te toii'e, le-4
jpal Is cou nr'ttuaOnt-i d 1 1 otii me oil
alia lltIilou ju-Iqu 'I duntier d e.; dts-
.I.ts do spCinlAto. )I ie dont io corps
est iiut exacternent coinriie une t.'te
d homrno avec mous'acho et baibi-
clie. .
C ctait bieii fort, n'est ce-pas, Mes-
sieii 's? M.lasquelestle t imidecin LquI ne
,eii e qu'on en petit dire antaut chlez
nous,eon aiti, ofi les etudes ini 'rosco-
piqu ,s vientuent do d6b'itei :' uai tie se
rappelle la tamouso e: pseudo grandio-
se d6couverte qit devait rel6guer danas
un plan tout A tiit obscure. I'hlmato-
zoaire de Laveran ? Le sileuce trd
eloquent qui se fait forc6ment de par
lui-mine autourde laquestion indique
suftis inment avec quelle ltgert6, avec
(luelle inconcwvable impudence le
faux pas a Wt6 commis.....
Sit es instruments actuels ne soot
pas pas-ibles du reprocho qu'adres-
sdit ihl at A ceux doe on temps, n y
a-t-il jpas lieu de croiro quo dws er-
teura A Snisa1'ionl, que nous aii)non-
;atient corlaines d&couver:es provien-
uent de fautes do technique do !a part
do nos iltctograplhes (11 noe pouvent
pa, se I o-er sans impiulence et sans
fo fanterie come des virtuosos du
microscope Hbiltu(z vous donc,Mes-
si,.urs, A ne pas trop promettre et a
ne jimnas ctI r vic oile avant d avoir
contoi6l vos succ;s. E inmaticre d'4-
tutles de laboratoire comma en littdra-
ture it eit boan de garder la prudent
r6.ervo quo nous recommaande Bloileau.
Aussi n alit z jama's, enbouch4nt le
cliiron du success, crier au public
- A -


La a riposte a do Dastiv reqs Chan- Ainsi done, la premiere conceptin d'une voix do toncerre
latte est pleine de cette emphaso ,a- nette, precise et comp ete des isuso e- Je chante le vaiaqueur des vain-
triotique don't il subsiste jusqu'au- des sys$tm s compo-ant l'organisme queurs de la terre, car quo peut-il
jourd'hui quelques bribes parni nors, human provi, nt do Bichat qui devient arriver aprAe ce grand cri ?
- avec ette soule dift#rence quo, ainsi le pore de l'Histologie. E- I'on Qie la montage en travail enfanto
vers 1817, on 6'ait ptAt A joindre le concoit bien que I'etule des tissus of une souris....
geste A la parole, c'est-A dire A des systemes particu:iers ait prec6d6 Vous [cornpre,'ez done. Messieurs,
mourir pour la dtfrnse du sol de la celle de la cellule, dout I agr6gation I'abstention de Bichat, A celte 6poque
Patrie... forme ces organs dans toute ceavre oft les instruments Ataient encore tres
humane, le g6uie decouvre tout d'a- imparfaits. Vou3 compreaez aussi
bord les grandes ligoes, plus lard sau- saus doute le scepticisme qai accuille
Nous rencontrons, aprs cela. I' *E- lement nous pouvuus apercevotr les gd6dralement lea travaux microscopi-
logo fu.-abre de fun (voil un feu qu, d6Cenn Bchat avail port.n es dalti. caron se montre trop
mratoutl air d'6 re do trop, 4teiignons- coop mor'el an vitaliame qui, poor empre6 A fire du bruit ....
le) S E. Alexandre Ption. sident dvier les coups qui devaient pleuvoir Ce endant Bichat avait donn6 le
d Haiti. prononce an I Eilise ra-ois- dids, dot recourir A no artifice ioge- branle. Ce movement micrographi-
siate do Port-an P.ince, le 31 Mars nioax en se couvrant d'on mot nou- que reunt une vigoureuse impulsion
1818. I a e4remonia de ses ob3equ s. veau, je voux dire i fonctionsalisms. quand Fratiahofer d6couvrit les lea-
- par A. D. SABoRuix, Grand-Juge..* Malhearousement Bachat no crut pas tlilles achromatiques qAi permireot an
Mais pressons ole ras : il *'sgit Ici do devoir so servir d'an instrument ui microscope do devenir nou instrument
Fondateur de la RApublique. qaul fut allait rover rin brilliant aveonir, i. pr6cleu d investigation scientifque ..
avant cela la principal Idle do le'inde- chat ne voplot pos so servir do mii- Plua tard la microphoographde vint
peodanwe natonalte, et de cotte baute croscore, parcel quo dos earears reu fiber leO images r6elles, et alors le
r.spectabili'6 qui avait pour nom Sa- grettabloes, groteques ot -bracada- scoptiquo ouroeat foi. car co n' talent
bouria : avec uotre tailIe do Ty6f s, brause avaaest 64 commiseaonu as *s pies1 liones- nirbolates de to
noo reari arrival A is hap- seag. s ostew*prsls doeW 4a r&. r abt hum"ah .


I I


I









AJors c'est A qui ap;ortera le p us P.ae.ident seront fermies lundi A 9
de contribution A la nouvoile science. heures t es p use da martin.
Les botanistes ne restbrent pas etran- Celles poor St Marn, J6r6mie, Cap-Hai-
gers A cotte evolution. Mirbel reprend tien, Per o Pata, Sanchez. St Thomas et
ranalyse des tissues v6g6taux. Mais I'Europe par le sis Virginie "- Celles
C'est Schleidenqui fit cette6tude d'une poor Saotiago de Cuba,- New-York et
Wagon s6rieuse, en experimentant sur I Emrope / via Sgo de Cuba ) Cay s. Jac.-
leo tissus des plan es, et determine la mel, Sto Domingo, Porce, Mayaguez, S.
Y6ritable siguificaion morphologique J. de Porto-Rico, St Thomas, GoaJelou-
et phybiologique de ce que Malpighi, pe et Martinique par l'annexe ferncais,-
pr6s de deux si:lo,' auparavant,avait celles poor 1 r6mie, C-yes, Jacme. Cnra-
d6sigo6 sous le nom d utricules et que cao et VEnizuila par le sYs "Prins Wal-
Mirbel avait appel- c,'lltles (1806). lem III seront ferm-.s domain 13 do
Plusieurs ann6ee-4 at us, un natura- courant A 9 beare tr.s precises du martin.
listed allemaud, Schwann, reprit les Societ6 de B:enfaisance
vues de Schleidan et I s appliqua aux AssociATION QURIARE
tissus dws animaux C est Schwann ASSOCIATION OU'RE
qui introduisit d uue faon l16fiuitive Nous 2vons r.qu un exemplaire des sta-
ans les sciences naturel.e3a 1 concept tuts de i'.Association O.wriare, soci6, de
de cellule, qui avait 6 6 co !fus-ment bienfaisance tecemmen foonde i'c sous le
formul6parlessavantsfran .iset6tian- haut patro m~ge de S. Ex le P 6s dent de
gers et quidevaitprendre unesi grande la Rdpublique et de S. G Mgr Pichon.
Importance en biologie.C'est S;hwann, Le bureau de cette association e t ainsi
qui d6montra d'une f(:(n precise er formie : MM R>bert B~nodia, Prbsiden,,
irrefutable quo I 6tude Ges ,isus for- Eng. Destival, vice-p-isidear, Joseph Mo;-
mant I'agregat human, anrmil ou v&- so, tr sori-r ; Marc:1 Prezeau, secr6taire
g6tal, se ramnrne, en preiierin et der- et 8 conseillers.
mibre analyse, A la compiethinsioan 'et une heureuse iJ6e qu'ont eue ces
exacte de la cellule. C'e.' ta le primunm Messiturs que 'e foader cette society&
moves de la Hiulogd et de toute les; don'tt le non scul indique le but combien
sciences qui s'y rattaclient. lounb e. N!us Icur ea a !r-ssois nos plus
La th6oroe cellulaire 6'aat fondue, vifs co-rpliments et le rem:ercions du gra-
Nombreux sont ceux-lA qui oat con- cieux envoi de leuis status:
tribu6 a consolider cette doctrine, qui Les contracts Mac-Donald
est devenue maintenaut une chose Monsieur Medill qui a dirigA avec tant
616mentaire', taut elle vraio et foad"e de competence la ligne de chemin de fer
*ar la nature mome. Prochainenmet, P. C. S. pendant la mi'adie de Mr L. G.
j'aura A vous les signaler, ceux-IA qui Tippenhauer e.t attend incessamment des
out apport6 leur pierre A la co..struc- Gonaives d'ou il doit arriver par t-rre.
tlion du bel 6Jitice que nous admirons Nous avons aprris qu il devra repartir
maintenant. d'ic, reu apt;s avec MM. Tippenhauer et
J'arrive directement sur un contem. Mac Donald A destina ion de NewiYork
porain qui vieot de mov-ir, le profes- pour prendre les dt rai&rs dispositions re-
souear Ranvier. C'est le savant qui a le latives A I'e ab issement de la ligae Cap-
plus faith pour Ilhistologi-, et au point Por.-an-Prince. D'ar; les renseigaements
do vue technique et an point de vue que nous avons eus. une entente serait n-
phisolophique. C'est li nvier qt' a, revenue entire les deux companies.
en quelque ,orte, decouvert do nouveau Esperons que cela s'atrange au p!us t6t
la physiologie genmrale, que Claude Ber- car l'cxcution de ce contract est atteudu
nard, le premier, avait cr66e, et qui avec impatience par on grand nombre
nest en some qu- de l'histolcgie d'activitrs qui ne demandent qu'a s'em-
phisiolo ique, 1'Histophisio!ogie,comme player.
on dit. En scrutant l texture itirre, Tribunal d Pai
la construction delicate de la trame Tribunal de Paix
des cellules, le profasseur Ranvier a SECTION-NCRD

sond6 la vie profonde, le fonction- Audience du iI Novembre 19xo,
nement substil des 6:,ments anatomni- Anacius Cuailina a donned une paire de
ques, c'est-&-dire de nos cellules, et, souliers A r6pater A Cesar de Rogatis, matis
par ainsi, il a p ojet6 une lumiere in- les souliers ont disparu 'de Fatelier. Cari.
tense sur les donn6es de la physiolo- Ina demand P. 1i en reimbursement et
gie. P. so de dommaUes-intdr.ts Cesar de Ro-


La fin au prochain inminc o.





RENSEIGN1iMENTS
MEfriOROLOGIQUES
Observatoir e
DU
SP.MINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
VENDREDI II NOVEMBRE 1910


Barometre A midi
Temperature "a"
maximumm


761,0 m5
2313
31,4


Moyenne diorue de la tempIrature 25,3
Ciel nosgeux jasqu'a midi, et presque
covert I'aprts-mi.l. Halo et couronne
lunaire.
Barometre legerement en baisse.
Eclipse total de Lune
le 16 Novembre
Voici les diverse phases do phenomei-
Entree de la lane dans Ia penombre A
4 h. $6 a. do soir. Entre dans I'ombre
5 h. $ m. Commencement de I'eclipse
7 h. m Mdieu de l'e6lipse 7 h. 3 m.
{. Fin de o 'eclipse iotale 7 h 57 m.
Sotie de I'ombre 9 h 8 m. Sorti de la
pienmbre 10 h. 7 m.
8I le cie* s'y pms e, toutes les phases
pmvent 6tre observes saaf la premiere.
I. SCHERER.
Fernieture de la zmalle
L ddpiches poor Kingston, New-Yo k
st rBrope ( viA Kingston Caymes. Jacml,
Sma -Deoaaugo, S. P. de S. J.
Ode earJecn e St ThmMs pearis up


gatts est coandimne p.yer les P. 15 plus
;es frais.

Moise D. Chares, est charge par Dib-
Zrike de poursuivre un debuteur deP.30,-
se faith avancer P. 2n,- poor frais touche
P. 5 -do client et r-.fase de rendre comp-
ie A Zr ke. Celui-ci I'appelle en justice de
pa x A rendre compete de ces valerrs.
Moise D. Charles dit que Zr ke dtart
syrien ne pent. en vera de la loi de 1903
eCercer le commerce qu'* ti-re de ntgo-
,c a-t ccn, gnavaire. It demand present a-
lion de la licence.
Le tribara' renvoie l'affa're A ume pro.
chtine audience et demande la patente du
sicurs Zvik-.

Eiiosa Doman' que,mutie de tons ses ins-
trumens de travail, aune, ci eaux etc, se
presence elle-m6me A la b rve pour recla-
mer de la nommee Bonne les P. to qui
resent sur on compete de z6 does depois
plus de 5 mois poor achtt de toile, den el-
le, boutoes, etc.
Le mandataire de Bonne recon-ait Ia det-
te mais, les temps 6 am urs das edet Ia...
mercerie tres ch_-e, dema3de, payer en
deuxz ermes.- Le tribunal. par ces mo-
tifs, lai accord on mois poor s'acqukter.

Piricles Chry, cauvrier cordonaier, tia-
vaillait chez An oine Chemati et celsi-ci
a avanche P 83.- A rgler sur ac main-
d'Xavre mais voitl que Piric'6s ddgaerpit
avec arms et bagage at va travailler chess
Vitiello.
Chemalli fariea vest faire une saisde
chez Viiello sir le :a'aire de Priclit,mals
ravocat do ce d- raier f it annaler la pro-
c6dare : Ch6malli. 4rangeravait oublid &t
verser a station jadicaca solvi.
LUe rikem'l I1 -_i-am-- A diM r P..
do 'miNs'To w owt n "pldm i'U.


T


Revue du March6
Notre chrnique fi a ic re hebdom'da're
scra publi6e londi.
Cours do Bourse
Or Americain 4To 010
Nickel escompte 2 2 1i2 o1o
Billets de cinq gourdes 314, I o0o esep.
Consolidds 6 o,o 52 i 2 010
Consolidcs 3 ofe, dito 25 112 o010o
Fmprounts di s Provisoire 6 olo St1 12 o0o
Emprnt 10o Jnvitr 6 olo 51 1120io
Emprants duo 20 Aci 88 olo
Titres bleaus 22 112 oo
Titres roses 22 1,2 oro prime
Cheques sur N-Y, pair
Ch6ques sur Paris, 2 112 3 ojo prime
Traites sur Fiance i o0o prime
Traites sur Hamb u'-g-P.ris 2 01o prime
T*raites Doc. de la Province xI l4 01o prime
Transferit sur Paris 3 112 ojoprime
Avis Important
Lie :ojssigoa a l'h-n ieur d info-mer le
Commerce et le pub ic ei gender 1 que *a
liaison e ab'ie sur cette police ertr:, de6
cc jour, en liquidation vo'ontaire.
Les debiteurs g~neralemert qoelconques
sort invi. s A venir solder leur comne e n-
tre les ma;ns de ses avo:r's Mrs A-tau't
jeune et Hemann Malebr nche, seu's
charged; de leur d6livrer bonreet va able
quittance. s-us reine d avoir A p y-r deux
fais et d'e r: pou-suivis co t, r namen:
A la loi.
Port-:u-Pricce, le 12 Ncv.mbre 1910o.
AUGU.TE GUERCY.
Br6sil
( Du Bulletin des Rd ubliques .4Ami
ricaines. )
Le government brdsilien a r6cemmnr.t
aatorise la comragnie ;ngiaise connue
sous.le nom de Compagnie de chemics de
fer da Sud du Brdsii A faire des affai-
res 2u Brhsil. Le but principal de la
compagnie est de fa r- i'acQuisiion des
tramways de la vi le de Cauit bi, Etat de
Parana et de les exp'oiter. Elle r. pro-
pose aussi d'acqudrar d'au r;s lignes de
tramawys et de chemins d: f r do Bresil;
elle labriqu-ra et vendra des automobiles
des w.gons de voyageurs et de warchan-
dises, des emb rcations, des ba loos diri-
geab!es, des aeroplanes et au res ijnsru-
ments de transport Uoe au re compagnie
anglaise connue sons le nora de Compa-
gate musicipa'e d amelior.tions de Para
vient d Ltre auterisee A fiire des en repri-
ses au B4sil. Le but- principal de cove
comFagnie est d acque!r :a concession
accordee per la municipal de Pa a pear
la construction et I'exploi action d un sys-
t6me de daiage A Par,. Elleenreprendia
aussi route espece de 'ravaux de drainage,
tels qae pu ts, rescrvo rs, aiines d! fcrze
motrice hydraul'qie, citeints, e'c-, at2a2i
que tous autrts r.aax qu'il lui semb.era
ban d entireprendr;:.
M Vic cr Moretlt, rerrseatont an grju-
pe important de binquoers et de capitalis-
tes franqais. a soumis aa gouvernement
brisilien aon rojet comrrenant une expo-
sition internationate A Rio do Janeiro, en
octobre 1915, pour fL er le ceatenaire de
l'ielva:oai do Brdsil en royaime et de la
creation du Minis .re des Atli.res Etrang&-
res, 'e premier qai ait exisri d ins I'Ameri-
que do Sud.
Les sculpteurs br!siliecs eti rangers
ront inv.ths A coacourir pour I'drection i
Rio de Janeiro, d on monument A la mn-
mo're dejoaquim Naboco.



Echos 'ountrc-mer
-
FRANCE. Dans notre namdro do
Inodi nous avoas dono6 la formation
da nouveau mioinire form par Mt'
Aristide Briand: On y remarque beau.
coup, de noeas nouveaux aux affaires
mats pas inconnus en politique.
A la suite d un consdil de cabinet
teanu a cet effet, le President du con-
soil a Indiqu e**a grandes lignes de la
declaration minisgtielle a faire & Ila
chambre et n programme a 6t6 pr6-
pare, puis lai Ala chambre A ne ae6a-
ce ult6tieure
Ce programme oompread d'lmnpor-i
tenes re meorm u jdr j ee at Mi-


nitirativis, entire autras un project
loi in erdisant anu employ6o de l'a
de se metire en give, sous peloe
diffTrentes conaamnations; uon pro.
.jet sur I'6tabltssement d'un Iouaveo
credit pour I'augmen'ation des pae
sions ouvrirea et uone tentative
rapprochement amical entire 1'our
et le patron. pV
Ce programme n'a pas 1'heur de
plaire A tous car.MM. Jaures, Aubrie.
et Reinach out inierpell6 Mr Brianut
toujours sur sa politique et sur la forM
mation du nouveau cabinet. La Chawo
be, apr!s avoir entendu Ia i6ponoew
du Ministre de I'Int6rieur, Prd.l.
dent du conseil a adopt par 2U9
voix contre 209, uu ordre du jour de
confl nce.
Au Snat, la d6clarati6n minist6.
rielle a 6 t lue par M. Girard, Minis.
tre do la Justice et a produit one ex.
cellente impre-sion.
Mr Cic6ron, Sdnateur de la Guade.
loupe a derandA intuterpeller le Mi-
nistre d,-s colonies sur I'envoi on6-
reux, inutile d un croi eur cuirase
dans les eaux de la Guadeloupe. Le
resultat de cette interpellation no nous
est point en- ore parvenu, elle a dt
avoir lie avant-lher, sauf Lontrari&6
tUs.
)'apris Mr Cic6ron, I'envoi dan
cioiseur cuirassA I 1A Guadeloupe est
iju ile; cela se compread ais6ment.
Les Guade!oup6ens sont on petit pea*
pie ti~s turbulent, et, d'aprbs les ren.
seignements fournis par un de nos
collaborateurs qui a sfjourna pros
d'un an chez eux, ce rentort de trou-
pes nest pas du tout super flu. Come
toute garnisoa il y avait, ii y a 2 ans,
uoe compagnie d'Infanterie Colonial@
(Infanterie de Marine) et depuis il n'y
plus qu'un d6tac0h3ment de 80 hom-
ines command par un lieutenant.Or,
ceux qui connaissent les moeurs l6ow.
torales des Guadeloupdens compres-
nent ais6ment qu'une si petite poti
gn6e d hommes no suffit pas A main-
tcnir une foule de peut-ttie o on 3
mille forcen6s, abreuv6s de tafia, qui
d6molissent et incendienttout sur leur
passage. Lora des dleotions de 1906k
Ie DBataillon de la Martinique avait 0e
oblg4 d envoyer deux de ses comps-
gnies renforcer cell en garnison aS
Camp Jacob et malgr6 ces 400 et quel-
qu s hommes, ce jour de l'embar-
quemeat d'Achille Ken6-Boisneuf, 10e
candidate radical, ou dut requ6rir le
d6barquement de I'6quipage du J*.
rien de la Graviyre qui se trouvait 0l
rade de Pointe A-Pitre.
Cette anna lea 61lections ont 616
encore tres monvemeut6es, ces mal-
heureux Marsou nu en out vu de touted
les couleurs.
Le vije Amiral Boud de la Pdreiri
aujourd'hui Ministro de la Marine,
6ta, jastetient en 1906, contre-Ami-
ral commandan! la division naval dO
I'Atlantique compose du a Desaix D
portant pavilion do contre-Amiral. da
Jurien de la Gravi 'e et du Troude. IA
2 Janvier 1906 quand arriva A la Mar-
tinique la nouvolle des troubles a la
Gua leloupe, la division naval qui so
trouvait en rade de Fort de France,
fat require pour transporter do suite
A Bisse-Terre (Gpe) la tOre et la 36me
comnpagnie du bataillon stationn6 A i
M.r inique. GrAce A l'excessive vitON
do Juries de la Gravirece renfort part
le 3 Janvier 1906 A 8 heures do matis
arrival & BAsse-Terre A 1 here de I'*r
pr6Is-midi e: ce n'est qu'en Novembfe
de la m6me ano6e que ces deuz co*
pagiies parent regagner leur caser'
ment a Fort de iranc,. Tout ceci d
pour dire quo le Ministre de la Mar- j
ac uel eat purTfdtement au coir_ ]
des moeuars 6lectorales dana leo AI |
titles franeales et saura par 0OBIJ
quoent r6pondre A Mr Cic6ron. A
Chantecler. La dernibre pibee de M r
Edmond Rostand. a 6t6 jou6e pour
darnibre foii le 6 do courantt sar IB
aceoe da th6A're de la PorteSt-Mards
La some totale des recetle .p
Parisetla provin e a'6 bveA 3.010 .
pour 753 reprdsentationa. Eo ad
tant quae lea frais se soient 61av4 *
noit do ce obtliffre. ga laimeo ddM
petiot ba6fio emoseromdblet'