<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01072
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 10, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01072

Full Text





Quatri6me Auntoe, -* 1089


Pton-at Princ.s aami


Jeuds, 10 Novembre 1910


ABONNEMENTS
UK Mots 0. 2.00
Peg-amu-Primes
TRots Moss...a 5 00
DIparterment UN Moas ., G. 2.20
Taois Moi 6.00

Stranger .... Ron MolI. 8.00


Dm acnrso

C16msnt-Magloire


6


J


LE NUMIRO CENTIME-

Les rnjauurzrit in~t~r.t- lu non ne rpr0:
I'a.ren,'us
RrE.)Ac~rR)o-AUMITNI'rlST I O>,
S, Rue Evt-ne &ku~joliv, S'


AlDuzwxs-nkTKUR

ArthurIsoa


OUOTIDIEN


...Non, je ne parie pas!... Je ne
parie jamaic I... I)puis le 13 juin 1883,
] ai fait le serment de ne jamins p>-
rier, et voici vingt cinq ani que je 'vy
ai jamais manqu6 .. Je no comrmen-
corai pas aujourd hui !... Le 13 juim
1845, rno. clih r monsieur, quelle 'ate
pour mi et d qu'el dramne iel
drame, je voas dii, et A cause de quei
stupide parn ..
Pauvre Jim Oaborne I Si j'avai.
su I... Mais aussi c'dtait bien di sa
faute .. II avait voula fire plus fort
que le Froggy. Lq Froggy, c'6tait mo0 ;
3 m appolaii coinme .<; parce quo j e-
tais un b'rcann; is, un manager de gie-
nouilles, comma ils diseut en Angle-
terre...
Mais je vois que vous me r'garde-z
avec des yeux ahuris ; vo>s vous do-
mandez si j nue divague point... Non,
is no divague point, mais j ai la fitvro,
Tous comprenez, la fievre rien qu'en
peonan: A l'histoire dA coffre-fort !
Ja n'aime pas A y songer. j aime eo-
core moius en parlor; mais je vais vous
la con'er, A vous, pour q'ie vou- corn-
preniez pourquoi je ne parie jamaks,
poarquoi j ai fait le sormint do ne
Jamanii parser ..
J'4tai- alors petit clerc chez M. Mil-
ler Browa, solic to- A Croydon, uiie
petite ville du Surrey, A unei httmeo
de Londres. C est mnoo dfant ( 'e.,
alors un des plus impor.ants notair'ts
de Ro *enqui m'avait place dans cette
6tale pour ajprendre le droit anglais,
parce que M. IBowa Miller 6tait son et
ami de long'je da e.
J'avais comme fellows-clerks Jim ;i-
borne, Teddy Climb'r, John IHollo-
way et Fred Mac Gow An, b)ns cam &-
rades d'ailleurs, mais tres jingoes,
comme il 6tait d. mode de 1 tre, A
ce moment, en Angleterre.
Cat aoes-midi IA -co 13juin 1885 -
M. Brow Miller 6 ait all6 fire !in
tour dans les ei.virons, A Carshalton,
chez un de ses amid, pour lui annon-
Cer la marriage da si fille Jessie avece
Jim Osborne, son p emier clerc, et
lui demander d'etre son t6moin
Les afliires courantes expedi s,
BOns nous dtions r6unis, vers 1I*s
quatre heu es dans le bureau de .Jmn
Osborne, et tout en buvant le thi6,
Boas bavardions de chases diver s..
La conversations vint A towaber sur
nea attraction de music-hall qui m'a-
Wait vivement intdress6 quelques jours
auparavant : un Hindou qui restai'
fspt minutes au fond d'une cuve de
Trre emplie d'eau.
C est rudement ~patant I m'excla-
mai.e... Moi,toat ce que j'ai jamais pu
faire, c'est de rester une minute et
demie sons I'eau, et c'est loug, je
vous assure 1. .
' Voas, Froggy., Oiborne en me
ftgrdant par-dessus son 6p ule, vous
ta use minute et demie sons
?T... En Frawoe, peut-6tre, mais
on a Angleterre I
b. -_i Osborne, pulaqae je vous
Ab 18..


lVi'at fu !.. Tenez, je voius pa
tie q.ie voiq no r stez pas seulement
,roit m rut --s enfornln6 dans ce coslre-
fort ..
It in.ig ait un coflie-fort moin-
mrnut il placA dans un coin di la pi'
ce. J haussai les 6paules ..
It is non;sesRe, O(3borne I.., (.
u'a rit-. do comma !I Jo vous pa lo
de roster dans I'eau, vous me pai'k/.
de rester dan- un coffre-fo-t !
11 reprit avec un entatement d6dai-
gueux :
Enlin, j.) parie..
El s levant, i ouvrit froidement lIe
coifre for-, me priant d entrer avec
un geo-t uni b'essante courtoisi,...
luollowva, Mac Gowan et Climb)t
ri tient A e otenir les c6tes...D'an coup
d'

fort ; la p 1tiie inf6rieure ea 6tait vide,
et uii li nine pouvait s'y ta. ir assis,
en courbiuit un peu la te'e. Je ne
voulus i as w flincher P.
Well. Osb3rne, qu'est-ce quo vous
pariez ? ..
Urio live, my boy ..
Teia .. Maik vous ouvrez, n'cst-
ce pai, aussi'6t les trois minutes
&coul'-os ,... Pas de blagies hein ...
Ai ri3;ht !
J'Fnt,, sans autre cerkmonie dans
le colrt foit ; je me tasst lo plus
quo j, puis-, et j'intimo & Osbrne :
Now, old chip, you can shut the
door. P
II I ou.se la lourde porle, et jo me
trove darn I'obscuri:,. une obscuri-
t1 a lainelle il n'est rien de mieux
com.a able que cel'e du toml)3au. Je
pouvais tout jnite remuer uin peu la
te'e et 1 .s mana. Nul bruit nio me
paivenait, si eC n'est le tic-tac de ima
montre. Jo vous jure qua ce U 'tait
pa-i foichon du tout. et les tois mi-
nutes min parurent interminablei...
Enlii j'entendis la clef qui tournait
dains la serrure, La porte s'ouvri,, et
ce f i ave: un violent plaisir que je
revis In jour, je ne vous le cache
pas ..
Ili'rah voui avwz gaga 6, El-
mond. in- dit Osborne.,. There is your
poun 1, my boy...
MA to1, confessai-je en empo
chant la piece, ja I'ai bien gagnbe,
car ce n'est pas dutout rigo!o d'etre
li-dedans I
C'est facil-. puisque vouw l'avez
faith, rsplhiqia 0 borne avec une de-
daignmuse impertinence.I
C semble surtout facile quand
on tn, I'a pas fait, ripostai-je, un peu
vexd.
Allns donc !. Tenez, je vousI
parie simulemant la livre que vous
venez ae me gagaeraque j'y rests six
minutes, mot la-dedans 1
If you lik t ..
Imitant seas narqaoises facons, je
m'inclinai, loi idiqaant la place ..
Sans dire an mot de plus, esal6v


sonf ves~tori s'infrodtiit dans le cotlc, -
f rt c~i p'.4:int sa tc-te en r&o ses Ion-'
~~ies Junbas rep~i~es .. lo pousk3 la,
po r, f# t nuGIs attordtofls'. I
'io 10tminuti,. (d 3.1 minIuItes s -o

m&jo*. i I res-I ot) s aux aziti's(OC
;4,Sis en ion I duant le coIV'.-3 ort.1

plus qwri~dx. j)1il-; hue2ct (I... 4'~
.- r.Oo A 1- 's 1...A. .1 v il


Revue Commcrciale


Bmaison


)E LA
Haag Frt're-.


DU HA.VRE

1I. 1 ; ,

C< ff (. :* -* v ^ i *


lit 1)010.'. -midai i11sota irre vt
nous, ciiit no tisdr, 11 V()IX Ch i: : '
'Tiens o~i dutir e s t I I dI'tcttv rc t .1 1t 1 it 1' *
V, In riot 1) --;sur Ia porle! ,*. i t i 11 2
No s clip i- 211 rl1wiautouli do nfbi-roi.. :.t ri ;' -w
,wrl e 1)1 eiloa & 0- 1)0 r11,3, A to 10r...' do iiO- f es. .-~~ 't I' U 1 me-
j 11 .. f loUus eltOuks 10 (2r tIl
env~lia [iogre~st~ivom3nt patr u 13C itll a dill ~m \* .- j~. cai ) 1 :o- Itu
'101s.-ia tepouvaritalb e... Et o tout : 0011p,
1.1011A f1021 rregralo,is totii les (41IJ_- nes. C -t #eat '11 1-.11 I lit
to.Nous sortlimes -1%b'&nes A fit: e ~ t r .0 t'V
peti...- I-It les u, ri in its tomb w, iVh~s sivro'o' Ni 1 1 I H iwh mCr ,zDi
nos Wv~;trainlflarz los : ctflutde N \V '1. k (-0t1: tt
m mif~t,-. -1'oa ct '1d i2j t i'm-
E~ V titl~Ie, Provenant do u1-1 ; i)t*~. > e uit
for~t, rious Penteni on do coJa .-;Sol I d;O1111142de i t IOU I')1I* ;If't I --; l u'ftt
la F~orte do sa pr~isomn... Le teinp'- Iii'm~~n~' i t i''r C I%1I
scaible long, et j-~3 say-, 1011m, COliO en ii
le temops praiti lot),,dauis ce tomb au! 451W 1(1I O'nwn
135 COuIps i'doublent, et miouus(1111t(Jl01C1 *1SIWiO lIIt hI'1 t;46 'tih i. I '-"
tl.aeo'onis sar nos Iaml3s. .. etft I 1 51) --,u r I vs p!ix d I i iv, N() -; 1: tj U -
.10 pai'viens A dii o : de tezrt l-so ce.11Pi p nl i t t flouzi: cim
Main eeflior. nvy a-t ii do ic pas Co111t1b0 Suit:
une autreoclef ? I ).-f.m bre 1'. ('11. \Tit,-; 79 Mat
EItt11 Iowaty ime ie)Ofl _17 77..- -'M -7
.11 y Uen ituiie autre, mak P I'e
est h I ei i losessioni do M 1) (1 1 1) 10# 1ttpar1e C': trrr.i -O 4 fu
Miller-.1.7 it ie nodowt 'enrer (ju 'a x oIa mo i do l s e t),IA slW, e
hotires.. I
MdIC G'ow-aaes, al6 cl'ereh,2r unt-w oborii- v j i'u I d i :t pa tfl 9 r
Ser1 ui'ier. .. P ) j W j) Ilil C1111
L ltoimnrnost venu ;iie~t 1A. av.ec 461 ifs, pm-.-, tiC I tt! no v iimt p d6-
les Ovitils. Oil lait a *.Xpilq I16 1 It iii _tejittm-ii at 1) rvt-; a'.cc des pri
b:e venture. 11 ox trnin! le colfre-f louita:'""it d".o Enta' ioIn !du mb
tit It 'CIla Ia ltcta avoc ifii ui-,qan(.o
Messit-urs, ii n'exisle point de vtmeisoslu br.qaltttt
wisie par out pour ce genre do (-('1i t4 I):oA tiloSpttndbis- d qoi it 'tnati ht
foi t, e it' est imfpo ;sible daren f 'acvrr ab' tn tit. Alpi sni e _r, i litfe -; opiy 1
la porte... V1 Cut a 1 ,r chi-z bo f bric-ant si-Thorf n lert. At: si Ic Av11h7e


II est dtabli A Londies .. C'eft
Cemtner. do Cheapside !. .
Les coups retentissent pluss -io-
lei's, plus press 4i, plus d sesser'".
.. 11 me semble qu'ils tomb:nt dai,s
moou c u it i chaise, baibutie A travers ses
--anglots :
I1 nous faut attendre le r tour de
M. Brown Miller, et il ne r era pas ici
avant une grande heuie !..
Toute ma vie, je me souviendrai (le
l'atroce garde que je moentai pres du
colT'-e-fort-cercueil. en a tendant I'ac'
tivce du patron .. Et joe renonce A
vous decrnre son a'rivde, cel'e de sa
lille Jessie, leur atroca stupdf..,tion,
I'ouveiture du cofTre f rt... Ilft-oya-
ble apparition d'un cadavre, du corps
convuhle. aux poings meurtris et
sanglan s, anu yeux exombitAs, A la
face hg.ar ie et dechirde sous ( s
cheveux maintonant gris 1.ar places et
poiss6s do sang.
Comprenez vous A present, mon
cher monsieur, comprenez vous poor-
quoi la seule pensse d'uu pari me
trouble ju qu'&la souffrance, m'e-
treint jusqu'A retooffement ?
I Guoates MAUREVERT.


tf VJl I W & A L I k- -- 4 a K
sacs, ce q,,i no done (q i'tne Hai-gren-
tation de 13 00X)0 sa,:; sur le rn os der-
nier, t4ndis que I'annte de' iiire, A
It limeml ('poque, I augil o ton i' 6 ait
di l.(1G 0))0 si:s, contI'd '. I001)) sacs
il y a deux ans
i.es liviaisors on' l6 t e-- fortes et
ehilfront par 1 9O9 'O sacs. centre 1,
736.000 sacs et 1 .52),000 sacs.
Ceci est encore la note la moin. for-
te dans ?e sens de la hatus-,* puisque
la consommat'on ne peut p)!us passer
pourddpourvue d approviso r:e!mients
Qaant aux manipulations di it6sil,
le moins quo I'on en puisse dire c'est
qu'elles continuent ; eilus vont leur
train. Les nouvflles sont do ce faet
mauvaises pour les r&tcol'e- ac tuplle et
future O1 rdduit les chifTres de la pro-
duction. Tout cela. bion entendu,c'est
pour la grand public. Quant aux soul.
ces qui restent privdex, les nouvellbe
en iunt tout autres, t si I'on a, par
example, abrog4 la limitation de I'ex-
portatiou. A Swntos, pendant cette
champagne ce n est que poor entraver
les recettes qoi anarenment aursieat
dto bien trop copieuses et auraleit
trop facilement d6monerA I impo*-lbil
lit6 de la r6colle de 7 1t2 & 8 million
'd aso, & IaqueUe on pr6tead, m s


CONTEST DU JEUDI)



LE PARI


- ---- --










moment, nous faire croire pour cetti
campagne de 1910111.
Nous assistonspar cons6quent,tou-
jour &A la lutte du producteur centre
Ja consommation, et cette lutte est
d'autant plus vive A present que, peu
A peu,:disparatt tout ce qui pouvait la
voiler.Graduellement,en elTdt, lh con-
sommation est ne ttement place en fa-
ce des pr6tentions croissantes de la
production, les prix a teints 6tant de
plus en plus serrds par les exigences
de la source.
"Jusqu'alors I interieur avait pu ne
pas s apercevoir du renclihrissement
de la merchandise, mais il n'en est
plus do mt' no A pr6s ont, et ceux qui
Ie connaissent le mieux out de forte,
raisons de croire que l'atlaiblissement
des debouches pou ira tres bien attein-
deo, A 10,.i du debi. normnalde I'arti
Cle, s les prix restent aussi l1ev6s et
tardent A dicnauer assez.
Le cafe de Haiti, tout commune celui
des autrei provenances, a pai s inscri-
re en hausso.O)n u a pa lasit be sucoup
d'affaires, mnais il y a eu st peu de
vendeurs, tant en dis-ponibloe lu'en In-
vrable, que imtitiu lo s ). ix exar'6s
ont paifuis ,p.a tre obl:ernis. hau -il r[-
p6ter qu a ces haits cour Its, le ache-
tours uo sont pas ce que 1'oij pouriait
appeler la crtana du comunercoe ha-
vrais ?
I! faat voir A pou pir s coitine suit
loes valeaurs actue les des pruvenances
haitiennes :
Jremiu, Cayes. Mirago;Ane, Agquin,
Cap, nature 1r. ;i7,,il;; J :,cnel fr 660,67,
mach :n s eperres fr ;'9!71 ; tribs fr.
70179,
Le contrAit n vaut ft. 7-2,73 sur
1910,et fr. 71172 sur 1i 11,mais il nous
semble qpi'l sera dillicile d, computer
sur cas prixi qtua:d I t rtcolte viendra
au march6,car alors les vr-ndeurs ver-
ront forcetmient lear nombro augmen-
ter.
Coton.- Sp6culativeminut parlant,
les mal'chIs out ,t6 ti.s fermLis pen-
dant tous ces dermuers jours et le co-
ton d'Amntn iique a tait uun hau-se trees
sensible, inals les autres provenan-
ces :Jacmel, Haiti etc,n'out pas prolit6
du mouvemenit. ce qui so comproud
aisdment puisque c'est Ii d6couvert
qui en a fait les frais, or pour las Hai-
ti, il n'vy n a pas.
II faut coter fr. 8 t.)j pour les ( 3)-
naives et Saint-Marc,
et fr. >'i.~) pour los Caves et Jacmel.
Les transactions out porter sur en-
viron 120 tAlles.Le stock est, du reste;
A peu prs inul.
Cacaos DiUs la quinztiitie con-
16e, il a 6tW pratiqu6 eCviron 'K00) sacs
de cacao laiti.
J6r6tmlid a t61 pay6 de fr 7,0 A 7'4 ;
Cap courant fr .0) ; 7,1 ; Cap bone
qua it tlr. 50 A .7 .
Marclih calnoe, peu d'alY'dire,
Campeche -L'utticle est trtscallne.
Les allaires devietinent dep:'us on plus
diflicile,. Elles ,out rtsein%'s "t quel-
ques ilnpurtateursqui out la clhancede
ouvolt fai.e com iuelleinent des of-
res fermes A bon mnarch6. 9
Cuirs.- I chan -S.
Miel.-Ferine Cours fr.(;S t12.
Cire.--Soutenu, Cours ft 170





RENSEIGNEMENTS
MwrIOROLOOGQUESS
4Obsexa rvtoire
DU
SfMINAIRB COLLEGE St-MARTIAL
MERCREDI 9 NcVEMBR 1910


3auou.re I midi
Temp6ratur.m~iUi


761,t, 1 5
21 0


maximum 3 1,7
Moyenne diorne de la temperasure 27,1
Ciel nuageux touts la ioumEe set scez
clair Ia naii. Vent faible le jour et assez
frai is a nai. Halo lonaire depais 7 h. da
soir. Orange ax environs.
Baromeire en hausse.
Agitation sismique pendant la nuat.
J. arsien .


Dans les minist6res
A la suite d'une vidi e fate dans les mi-
nisteres par le Prbsident Sitaon toouou's
soucieux de se rendr co.upts par lai-me-
me de la march des services pub'ics le
personnel des ministries qui ne se troa-
vait pis dans le; bureaus auK heures re-
glementaires, a d6t licecci6, l'exception
de que!ques employs.
Nous sommes convaincu que la bict6
pr-tidentie le s'exerc:ra e.a favowur des mci -
leurs employs des mins res quin'oub ie-
1iot pas d'etre exacts dor.na a-r A leur.
travaux afin que les affaires de I E at d int
le s, rvice leu, e.t c'nfiU, s'. xpdlient, ou-
jours avec ordre et iegu a:it-.
L'abb OGustaves
Par le steamer franqais Virginie est rev.
nu note av-i Geo'gei G(is a.e; qu, vent
de recevoir les ordres au Snminaar.- de St-
Jacques, A Guielan.
C'eit ac:uellemen: le R P. Gusa-7cs.
qa'on rev-rna avec plaisir, a caisi de 1'es-
time qu'il a su inspire A tois.
Bapt6me de cloch.3
C'Gst dimanc h 1 4 heures d I'apre;-
m:Ji qu air, lieu T'ur.reau le bap'-ale de
'a. c!ochei oftie .i la chape i- de St Louis
p;r ia r gret de \ve Aug. (jet;ens.
Den ) brcux p.rrains e, mr',aines oat
6,6 choisis et U3 programrme dei fZ.es dress6
pour la circoni an,: dcnnea le plus gtand
ec'a A la c6rtvnonie.
Bonne recompense
A qui 'apportea aux bLr--ux du Matin
une trousse de medcJin pc;due A 'a rue
du Centre, pr ; da dd6pt de Breecr Pio-
phce, avint les init'Alcs C. M.
Tribunal de Paix
SECriON-SL'U
Au.liencc du 9 '"oanmb ; 1910.
Ex-es d, bonne l.n.
Cauro est cits par Louisauiise Loieille
pour en'endre val:d(.r la saisie opd re
chez lui pour les 140 gourres qu'il doit
pour ses loyers.
Son avocat se ddbat comme un beau
diable et d6clare que ce nest as '140
PoOtries qu'il doit mais 6 mois de loyer
.1 P. 35, ce qui fait biei 210,- et ii
dMclare il tr bunal incomp6,ent,
At enda qu it ne pent prouver son d re,
le tribunal rejette ce:te ex:;p:ioa et ren-


vo


aflo

det
Co
cr1
ex]

nis

mi


col



9*1

AI

le

de,

Utr
Jai

col


II
Pt
pa


seseurs le uge Vicux et le supplixrt dni
joge II. B)nhomme, ;ssis s du %ub titar
Rosemond.
Affairs crtendues :
Fleurvil Chdrubin coctre Euchar ce
Mdchar es ( DMfau ).
Hermain Corvirg on centre S: L- -
gcr Fcr in ( Dfait )
Ddcius Avin cootr,. Antoine Benoet.
Lou-e C(ctle Fa aise centre Zilmis
G6lia [ Dctaut).
.
.Audience du 9 Novembre 1910o.
Pri.idence A. St Rome, syant come
a;se.e',-r le jug- Dhir e,. 1 suppldanr de
jage Bo,'hamme,assistds du substi.ut.Thi-
b.ult.
Affairs en endues :
D.v, rce des ipoex Periches Joseph
Eagcae Bateau ( Dfaut ).
Toussaint fili ct consorts centre Po-
16on Pjngnoo.
Murt B r-.aotte centre Cliircine
Iloracin.
V:ct lire Toupuiasant contie V. uve
Iauchas B zinac.
-D. rsmja3e D r us centre Victor Mon-
!al o Dtf.ut ).
*


I)

an',


Aiudic ce :rrcclionnclie du WMcrcedi
9 fluvt'?ill''. 1910
tes'den-e A. Vieux ay-ait comme as-
e.~. le Icjugs J1. J- Dair et he supn,16-
d-e L ~ .Moa di, assli~ti d i au


titut Ly Litor:ue.
Jug-ment prononcc :
Celui qui condirane 'es sieuris Ha-
bb Chlom cr Joseph Fercaid a trots
ctn's go)nrJes de dommages interits et
d&x p a'res fortes et A six mois d'empri-
sonnement pour avoir dan? le couri de la
jcur-c du se)z! novernbr: mil neif cent
huit, outragd, menac6 de mort et ex rc4
de votes de flit sur la p:rsonne de I hats-
sier Dl)r.nd Cadet dans I'txercice et A
l'occasion de 1'eicrzice de ses foaction;.
Affair: entendue par la composition pit5-
sidde a: le jure A. Poulol ayaat comnme
assesseuws le huge Nicolas et le supply ant
de juge J. St Rome, ;ssisit6 do subiti u:
Lys Latortue.
S.lomon Michel centre Adam Bycen-
the.
L'Offic iel


e lattuire A une prachaine audience. Le Nd'hier pubiie dans sa parties offi-
Tribunal de Cassation cielle le sommaire.suivant:
ArrLi6s de suspension des Conseils
u cn criminecl da Mercreli 9 communaux d Aquin, Cavillon et Gran-
",ovmb e 1910o. de R vibre du No-d ; Arrat4s conftrant la
Le Tribunal pren.1e ;, t intend les quali 6 d haitien au sieur Manos Smuel ;
Le Tribunal pren. ,c, ct emend les S:nat. Sdance du 21 Ju llct 1910 ; Pro-
aires suivaunes : cs-vt ral .'examens A I'Ecole cat orale de
Cele e TrDus Baehis dema- Dro de Prt-au-Prnce ( Session d'O.:c-
ur par Me Frr )is Acloque et Nemours b e 9iio.)
)limnan cortre un jugement du tribunal
iminel de St Ma-c en da e du 27 Juillet M. Berthelot combine
pitd. les principles de la vie
Le loge D.nis fait son ta.port ; le Mi- Le carbon joue an 'el r6 e dans li vie
s:cre. public, Mr Eag Dd:.Arel, co.clut des animat x et des vbge-aox que 'on a
la casa iln da jugeneCLt sur le .re- pu dire: la chimie des tres vivait; est
ier moyen. la chtir'e du carbon. Or ce corps tead
D4rot des p1e: s sans ccsse, par suite des respi atiois, des
Le Yr.bunal surieoit quan-A present sur fer.nentat:on;, des conmbjstion a Ie d-d-
demande cn ,uspicio.a leg time f>rmie grader sous forme dua gaz de dcht,, im-
intre le Jage Mondestin, dans 1'affaire pruprre : la vie animile : lac de c rboni-
a G'ndril Betrauet. que.
Celle de Ore'ls Chery, demindeur L'acide carboaique ne rea r. ensui e
r M! J EJg. Fanfint con te un ju;e du dais la ci-cu a ion q ie grAzce aax plants
tribunal criminel de PLtit-GrAve. Le ju- ve tes quo oaissent du p:dci-:u patvi'',
Laraque. lit son rappcrc. Le Minisd re sous Ii flaeace de ih lum n e solaie,. d-
ablic, Mr Ecg. Ddcatrel, conclut par ecrit se nournir de I air da temps ", savint
la caisat:on du jrgement attaqud, sur l'txpression popu'ai e. Tous klurs mati-
tdite do troisieme moyen. riaux sont eminrunt6s en eflet A lac de
Dr6. des pieces carbonique et A l'eau con'ence daus I'at-
Puis le Tribunal leve le i3e, pa-se en moiphere L- function chlorophylbienoe
haabre du Conseil cu son, enienducs joue donc on :61e essentiel daos la nature,
eux autres affa res : et .aas cie la vie terait impossible sur le
Plainte de Mr J J. Thelesphore con- globe.
e le Juge de Paiz des C6tcs de-fer. Le Jusqu'ici cependart on n'avait janais pu
ige Janvier est entendu en son rappor.. la reproduire ar, ificiellement.
e Ministere public, Mr Eug. D6catrel, M. Daniel Bernhelot, le fils de i'il'cs-
)nclut A une information. tie chiaiste, et M. Harri Gaudechon
Dep6: des pieces viennent de rialisdr les idactions fondamen-
Plainte do siear Plaisimt Looismw tales de I'assimlaion chlcrophyllienne,
>atre le Jage de Pa de ;la Capitale sous l'influeoce des r.yons a tr,-violets,
section sad ) Mr Sgur Pierr'. Le JI- prcduits rar la 'a-pe A tapear de mer-
e Hdraux, fait son rapport. Le Miuist.,e cure.
ablic, Mr Baug. Dcatrel, conclut veiba'c- Is ont realisd aux dpens de 'ascide car-
ent s tefuas de 'in formation. bonique et de Ia tapear de I'stmosphere
D4F6t des p.6ces la synthwe des cospos6-s tcraairs, ena
Tribunal Civil commeincar.t plr I aldehyde rthylique
T.- ... Cii -- ..r. donaIt la coOde.atin prodauit los mc-es
A ediwse civil du 8 ,Wvowmbre isO., et les amidoso at la Isy, des co *
VPseidnmce D. Malgun asyaamt comi as- I s qutansath, mea --- p m


mide formoiqu', point de ddrart des coip
albuminoides b se da pro oplasma et de
la subs ance vivan e.
Le travail, p.eset t' h ,r A iAcad6mie
des sciences ra- M. Junefl:isch, le savant
professeur an Co ltg- de France, in ro-
duit defia tivement dans 'a chim'e de no*
labc ra ones, i c6:< d s Energies ancienne.
ment employee., de la chatur et de la
launi- e, no mode nouveau d'energ-e, 1'6-
nergie radante, qui eat pricis6ment celui
dot Ia nature se 'ert pour lctir tout 1'6-
difi e des etres vivacts.
Le Matin de Pa:is, 7 O: obre, 2910.
Cindma -Rousseau
C'est ce soir qu aura lien dans les vases
saloos de 1 IHe.l-Bellevue la tepresentaiion
cinomatograph:qae que Lous avons annon-
ce hier.


Mouvement Maritime

Virginie
Arrive
Bordeaux. Mr Dereix, Mr et Mme
I'icoulet et er tint, Swiers Oo6sine,
Marie, louise, P.res Schmi t, Joli-
veau. (Iustave, DI)vid, I.e II r, Guil-
lias, Le Meur, Robert, Fi res Marie
Ldon, G(oueiy, Ad ias, Cdalxte, T''hoo.
done, Pre Le Moulle, L. Marcellin,
A. Boutin, A. (;.a- j n-, Mmj Maltre,
lallainas Jacb, Geoiges Saieek, Ra-
tin Jos6 et euitfats, I gis Antoine,
Mucci Louis, Caillet A!exandre.
Fort-de Fiance. Charles Elias.
Porto-Plata. Fr6d6rico-Capestary,
Mr et Mme Martinez, Juan Arnelu,
Elie Salomon, Miguel Martinez.
St-Thomas. Dagmen Emmanuel.
Cap-Haitien. Viellius Gjillaume,
Horace (;. ilaume, Raoul Piquion,
Mr et Mine F. )id.er, Mme Anita
Georges, Dorine Morency, Mr et Mme
Vils, Mme Ph Cdsar, Mme A. Ab-
da lah, Clovis Miot, A. G. Aschkar,
Mme L S.-Aubin, P. Massac, Vve H.
Jn-Joseph. In-liana Hyppo ite, Carida
Djlc6, Iharles Leconte, Geffrard Du-
court. Ilosa Pierre, M4rc Georges,
Mr et Mme Flordan, Charles Menieau,
Ldou Pouget, Edgard Mathurin, J. V.
Nunez, L A. GuIllaume, Mr Octave.
DJpart
Pelit-Goave. Mr et Mme Rigaud
et nourrisson, Paul Bayon, L. Kamp-
meyer, Miles G. Ch6rez, L. Chdriez,
Ju'ie.
Gonaives. Mme Bourjolly, Miles
Anne Moyse. F'riz Bourjolly, Chris-
tiane, AIfred William, A Cadet, Mme
Ph. i.araque, flec or St-Louis, Elie
Saloonun, Mr et Mma Justin D6joie et
enfan's, Emile Gaillaume, Mile Marie
Iliboul St. ateur S Ja-Baotiste, Rlo-
bert Tn"'baud. Frbres Thdodornc,
Adrias Mr at Mme L. Bourgain et en-
tant, Mmeo libbert, S S:-Aude, Plre
Jolineau, I r Gabriel Sylvain.


NECROLOGIE

Au milieu d'une nombreuse affla-
enci compose des reordsentants I
plus di-lingu is de toutes les classes
et de t utes les ; rofessions oat e
lieu ce matin les fundrailles du val-
lant et sympathique professeur d'4"
nergie qu tat Hector Riob6. Le dM"
f nt laisse le souvenir d un homtU
de correction don't la vie de travail
peut 6tre offerte en e'emple.
Au cimetiere, des paroles d'adieS
furent pronc6es par .MM. Chavinem
Darocher. an nom des iados'riel
Hlermann Pierre-Louis' au nor d
la Compagnie des Pompiers librf
DIbeau et Suirad Vilars. Nous
pr.duisons ce dernier discourse.
Meadames,
Messieurs,
II a'est pas possible de renter M.
devant ce cercuell qui renfermb* _
restes de ccloi qul fat Hector R0.
Eo dimant l'adieo supreme & oS 1
aml, i convieont de rapp.ler on p9
mote, ce qu'a 6t6 cete vie quai
Ides 6td oque. u
I *A mlr, 4poq ~eif -











rielle et de mi bre morale, oi 'tout
semble so confondre,le bien et le mal,
le vrai etle mensonge,l'hono -et6 et le
vice, nous avons pour devoir, malgr6
notre desolation. de d#gager les admi-
rables qualities qui rayoonaient dans
la personal qui no s quite a jamais
Et ce devoir ainsi accompli est loin
d'atre un t6moignage d'amiti6 rendu
au d6funt ou & sa famille, il est plu-
t6t un en-eignement qua nous tirons
de sa vie pour notre bien etre person-
nel et celui de la soci6td.
a Hector Riob6 est une grande figu-
re qui disparalt, sa mor' brusquep o-
duit un vide parmi nou.. La place
qu'il occupait dans sa famille 6tait
considerable, son at mention bienveil-
lante pour ses amis, sa franchise, sa
since.'i'6 envers eux 6'aient rares t
pr6cieuses. Cela suffirait pour jus'i
er la profonde douleur dd cette it-
mille et I'unanime regret de ses am s.
a Mais litob6 na pas 6t6 seulement
no bon parent,surtout un excellent' ami,
il a 6t6 un bon citoyen, plus ci oyen
qu'il n'aurait peut-,e're v.ulu etre, car
il avail horreur de tout ce qui touche
aux affiires publique., parce que tier,
ind6pendant d- temperament, il con-
cevait qie so me er des all',ires pu-
bliques c'tait alhtier une graile par-
tie de sa lib-rt6.
Cependant, to it en se retirant A
l'4cart de cette bracclr-, il n-'pportait
pas moins durantt.-utesavie d hr mme,
un contingent appreciable d'eltort pour
imprimer le movement bienfatsant
que rechelrtient satus le trouver ncs
homes d Etat, leque mouveinout dott
produ're la transformation de la men-
talite du people en 1 rendant digne,
veitueux, conscilnt do sa mi.ii'.
Hector Riob6 a trouve la solution du
probleme social (qui se pose actuel'e-
ment. La m ro, la d6tresse m t6-;
rielle et morale de no re soci6lt, ces
problemes qua nous avans pour [mis-
sion do resoudre publiquement, par
nos lois et par nos airO Ai ou par
nos reglernents, llc'.cor liobd les a
r6solus par un example incessant
d'un labour ardu, peisyv6rant et in-
telligente.
It avait soiverainement compris
que le secret d avoir de la san e mo-
rale c'est-A-dire d avoir do la dignity
du respect do soi. d, la probity de la
fraternity et doe 'amour de la patrie
c'est d' 're un travailliur actif, 6ucrgi-
que, perfsverrant.
*II avait souverainement comptlis que
pour avoir fortune, il taut economiser,
et que pour savor economiser, ii
faut savoir travailier en motlaut en
valour soit un fouds do commerce,soit
noe habitation,-ou exercer unet pro-
fession quelcouqui. Aussi honor: ait-
il le travail sous toutes ses forine-.
a C-mrne s'il prv .yait sa fin pro-
maturde, il travaillat torijours il tra-
vaillait sans relichar, il travaillait vte,
il travaillait bien, I)ernierement, pour
abriter les produits do son i:.dustieo,
n'a-t-on pas vu Hector Riohb, en
moins de deux mois, apres avoir fait
ddmolir uue vaste conatt auction en,
bois, la remplace.r par witi super be
et solid halle en brtques? Qael bel
example d'activit6et d'eunegiti a I am&-
ricaine. Une pai eiol activit6et une
pareille energie inanquent pro ( e to-
talement A nous aivres haitieuis. Par
Ces exempls d une grande itlensit
de vie, Hector Riob6 meurt avec la
Sloire d'6tre un des grants initiateurs
du people haitien a une via future de
progrbs et de civilisation.
9 C'est on plein d6veloppement de
son travail agricole et industriel qae
la mort le frappe. II y a peu da jours
qn'il vient de fatre cojointement
avec un ..mi I'acquisition d'un impor-
tan; domain attenant ass terres de
Lassalle. Q ue de projects n'avait-il
Pst c'est dommage; t est mort trop
6tar dans la branhe industrielle.
11 aurait apport6 d'liaitivement une
Sar6ole d'admiration mondrale sur le
Soe haitien comme d'autres en out
SPport6 soit dans la m6decine, soit
ana les sciences exactes.
Adieu, mo cher tlector, a chaque
bia quo j'4prouverai un moment do
UI'lltuae dams mon travail, jo pen-


serai A vous, aux exemp'es que voe':s
m'avez doun4s par vorre vie si belle
et si bien remplie, pour y puiser de
la joie, du courage at de I 6unegie.v


,, UONE HOLLANDAISE"
s ?(KemlakiUke West-ladIsche Malidimot

Le s/s" Prins Willem III"venant
de New-York et de St-Mare sera
ici dimanche matin pour repartir
dans la soiree pour Jeremie. Ca-
yes, Jacmel, (Curacao et I'Europe.
Port-au-Prince, 7 Novemnbre 1910.
AUG. AHRENDTS.
Agent

A vendre
Un buss et trois chevaux de trait.
S adr sser au bureau du Matin.


Ligie Arias

I e vapour" .\Hemania verlnant
(1, New-York Cap-ilaition, 'Port-
de-Paix. St-Marc, (onaives sera
ici vendreli II ,courant, palrtira
dans la soirte pour I'et lit-Go, ve,
MiragoAnie, .lacmiel, Savariill;, 4Car-
tag,'rna, Kingston et Ne w-York,
pregnant la malle, fn'-t etpassa-ers.

La mall' pour i'Etrangrr (via
.16r6mie) par le Ss 'PrinsSigismuidl
fermera t ia post vendredi '11
courant a 8 lieures (In soir.
Port-au-Prince, 8 Novembre 1910.
F. HERRMANN & Co. Agents.

G ale Transallaintiqu


Le paquebot Virginie ) sera lde
retour dimanche mating et partira
;'t 10 y is'1il.s TiIEi rli :':isi:s du ma-
tin pour St-Marc, .lremic. CaIp-
HIaitien, Pto Plata, Sanchez, St-
Thomas et Le I lavre.
*
L'annexe arrivera d:imanche ma-
tin et partira 't 10 111: i, i :- i i:s
uin.i:sn.:s du niatin, pour Sgo de
Cuba, Les Cays, .acmel, Sto I)o-
mingo, Ponce, Maylauez, San
J.uan de Plorto-lico, St Thomas,
( nadeloupe et Martinique.
N. B. Les passagers pour San-
tiago de Cuba sont invites A pren-
dre leur billets de passage same-
di 12.
Port au-Prince,10 novembrc 1910
L'agent,
E. IOBELIN.

Je crois dA mon devoir d annonc r
au pub ic, afin de li 6viter t ut e ur
prise, q e depuis q;elqles jours. il
voyag) de K ngltou en lI i'i, un Moo-
sieur portaut 1- norn d. Joseph Faine
qui se co uplair A aunoncer a chacun
qu'il eat mon fire..
Ct gaVcoI. est le fis dune servante
que j avai, pmmeon e avec ma famille
en 1i?83 b l Jamaijlue du nom de
Frasillu lmou'.
Mon pere fat son parraii et une
dame hai ience wa ,maraiue; il fut
bap'ise par Ia R4v6rend Pere Dapont
du nom de Joseph Lamour, come
son acre de naiisance poura Ie p ou-
ver.
Je declare, en outre, n'avo rjamais
eu de relations avec ce moos'aur et
je me trouver.*i dans I impossibilit6 deo
pouvcir le designer.
Port-au-Prince 8 Novemb'e 1910.
G*' SvYMOUR FLuE,.


Viennent d'arriver !...


chez A de MATTEIS & C14

32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Maison Fondie en 1888
IBibelots tres-riches en mar bre, brorze, cris'al.
Supeilbes g aces bisa.art~a~ pour salons.
PAIM'UMEHIES DIh FHSES :
Astris, Floramye, Safranor
Vivitz, Son sourtire !
Lotions pour
TOtes.
Porcelaine et argenterie pour marriages
LAMPES EN STYLES DIVERS
Moustiquaires. Iuis en ter avec sommier
ASSOITIMENT D IE 1IJi ULX i'OUl T I(l'IKS LES BOULRS.S'
ILes articles venidus
scat garanti s.




6 Rue des Miae les (6

DE POT i OIBJEIT.S Iu ) C.\- IN ( ,': -. l ', I, I F 1 I I I )


LOCATION DE


MAISONS


Veiife et Achat de pIrojrn-6- 's


AFFAIRS EN


Objets A vendre


COMMISSION POUR LA PBOVINCE


Ob~ets den-anrii,
o~ar dies c1: nts


Lo--a t 0o.s


C-de form uIa iup ;t, I toi'e 1to1et~e. I ttI I I ir,-
l'Fitat c iv II d If it i ti chitin I it r hii1i-2 Iil, ) I I ( ande M ai oi'-.z1 arfpa
(Sary~ncent ),Cottic- dcsti.I hr en N it
pQndancs coinrnerCziao d'une place, I I-, mie1 (
anglais, allemnanid.es- rtaliernnt-' t, to I 4 41 ellvii
pagnol, I clef' aflgui 0. Id.1 i d 4~
t tire clous, 2 stills 3 t~ish'ai A I I ita ('ft
homme, I appareuldistil- hal t&rt d (! I Iv I 1 *
later de Jova, 3 ;e-!les deen~~e11)-t'1I6i'm
hommee) nflev4s,Ettieis :1 iesdudiibfI pt~'-
ot mors ncklt&., 2 che- tit, lout-taut, .",t: H. 4 6
vaux de traits do gran- salmni doe,-us W1A I *
de taille, D dlionua ic IF. ch-i mnbt e ,ittrjtw, Pit1 '.
Littr6 Ai4 vol. I supjoe--t0-nich-t d~e 11 1 2 a lttbu
rnent ) 19 volnme.-s re- taiit, I d i -,,oil, I !I i r skt Nb
lu~s ; pops es V. I lugo, f-r d unr- [,ph r I ha.
I microscope, Cndm de '1'-re (it-1--! ::~ )~~f~~Ir'd
proc,6dure civil R. gr.)n h! It1) 1 t o Uj imi wo, r~' o -artes n. i llte,?'-
2 Vol, I vaisse~lilur, 60 )peorllfit, pJltilt .trx eu inis its 15d" t'. ?t ~
pied's tuvaux. 50 Wets tv v. I ,,Id(I tld urv*,t' t t! ille etd(Jo (t P. 2.7
tuvaux caoutchourc, 2 1b bi. 11 1! i 1 o, lit. t: t k~ acn I t Ie. I.2
cycletteq, 2 graces de Sdi~lld anin it ,.-'u, 2 dudrd- ;,ouzdes el 0,1j
salon, '2 veuutla'euis, '-' nes l'u-ICUIS iu1.ir-~
coff e-forts~deux gardes- X'Ag'icul ure.
manger.


gIle
vIs:







i1


Ventz acheter, vous insciire pour a( heter.
Venez d6poser pour vendre,
NJ'impo-, c cqucl article
Venez vous inscrire, proprielaires e' locataires pour loner A vo're (hoix.
VetIz vous inscrme poor vendr-i on achet-er des pioprintes.
LRK-4 oONDI raN.S I'foln < 11f I JQU CIIO'-F \.4)tI< .4SKHONT *1 )0 M se-F .


Rudolph E. Bonilto
83 King Street 83
KINGSTON ( JAMAICA)
Cet'e mason qui est une des mieux assorties de Kingston en articles de
tons genres, offre A ses nornbreux clients d 1illaj un choix de nouveau s8
qu'elle recoit mensuellement d Europe.
Pour les marchandises fines,. spAcialerent ,les bands broddes. d ntellea,
entre-deux, simili, mousseline, satinette etc.. otre maison resoit tout ce
qu il y a de plus tin A des prix dfli ant toute comr,,tition.
Lea plus magnitiques chapeaux boot array. g.s au magasin mmne en quel-
ques minutes.
Loraque vouq n'avez qu'une journ6 A passer A King too, en d&barquaet,
venez chez BONITTO of vous serez scrvi A temps pour oe pas perdte he
bateau.
Stock assorti pour homes
Pa famerie FmanDaise et Anglaise & la port6e do toutes les bourses.
11 y a de quoi contenter leea rp'i difficiles.
XPBurlx oE xceptionnoael
N. B.- A mrgulsin oa pwrle ftwanal.


_ i








- ~* ~


M'r C. L. Verrel
Tailiear-Marcoha:-.4
Donne avis ;k ma bienvelillacte clies-
Ibll quo ma malmun No-7,A'uai 1ra'vc:-
sibr. eat toujours ksicu pourvue II ULe,
vari6td d'moitokjodo la tiau.o nou-'
Yeauld parisi~ans.
QUALITY S'tJPAIR;K. 1 OU. Couwf LANUS
T3AYAIL Ufi~eikt.kIMICUTIUM PVROMPTE-'


A L'LEGANCE
CORDONNERIE


42, Rue des Fronts. Fcr s,


Cordonnurie Nouvellel

Cs B. PETOIA
GRAND RUE 143.
Avise sa nuinbrc~lse clLc4',!aqn'al-
to vietnt 'It) cevoir. pair dornier ba-
teau, ljrztiu' te jtA ,dcj rourchati-

do Frurdnit' d A -7 e
Unis.


plus v ITj16 W._; ill, # ..le,
sties plus ap pr, 1r~ s.
On Wa, qu (-!.' ~ik:z G 1 11 PT 0lU
vant iQ.-, rlcl *r tj14I- I id & vL rv &A~
GrAUL I'i
St !fil~t~rat~U h .. ro;. ;
prix ...,s i.d- .;
L.A Co rL)o r4h; t1i wN -:. v r.L It
I1V3. G RA NID.-U)IAE143.

CLz A ipolin
8-2, l.L Ii.Li IAINI) -S
En tar 1t L ~ ..i ui'P 'iiOGP.n~s

VI EN N rNT D,'i-j-'L,,I V E ,,
RlN> VA;Vl'. x oc :. !s ir bar-
C6teS, (18 l )~a Mdlun 11 v iBKE-:i 6: 'lIREA,
de lBordeauix,lur-outc,-tt.)Veiin'it sup6-
rieurs A : i ; -;autre-; viii:-;actuelle-
ruent sur plictc
C:ONSERVES ALINIENTAIRLKS de
premier choiX, t!l it toutie concur-
rence ;
LENTILLEI.-SAUc:Ii-.ONS homage.
(:KRlSES F I.(N'-. ',EUIUj
DU 60\VAL.SAIN'r-Mliciw.
ET W'ITALIK. ETC., ETC.
GrAce A uu pe'Uh t~ iouvellemrent
urriv6, la Nlw~~un nrut A ia di-sposition
(des famifles et deos i'):els, s~ar corn-
inande,de la Iiino PAt1-.-,ei itFranm:aise.
NOTA UENK.X- LA u ie-'!. CULInrn
par l1J0 ;4 bleu [3i Fr'VU6tie~s Li-
queurz- 0.trop>?0 J 'U, oat fait Sare


Francisco iESUSE
Faibrmeant do obauIssuIres
La N,1auf~ictkuio a totijovits en d6-
p~t un gtaiid z'ock,---pourla vente en
gros et en dt~taii, --- do cliaussures en
tous j;"--res pour
IHommis, lFEwdFS, ESPANTS.
Les commaudes ,IL,, comnmercants
de I'inttrieur jourront c~trs ext~cut~es
dans urie semnaine A peu pubs.
~23, Rue des FLonts-Forts, 23
Port-au-Prince (Haiti).


On trouvera
de meilleurs Cirages pour tous son-
lirs A la manufacture de chaussures
G. CORDASCO.


NESTOR FELIU
L'excellent tailleur avantageusement
connu de toute la Rdpublique vient
de rouvrir son atelier, Rue F6rou,
(Rue des Miracles) No. 71.
Sa nombreuse clientele trouvera
comme toujours toute satisfaction
:a r lee travaux qui lui merot con-


CHAUS'URES EN DE P'T PiUlt LA VENTE
Promplitude et soin aux comman-
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame forme et tra-
vail toujours tout ce qu'll y a de plus
nouveau.
lormes amnricaine et frar aise pour
Messieurs 410gantes et cornmodes
Pour les infants le plus, A I'aise.
Travail solid ex6cut6 avec
des peaux de premiere ma, que


Est un vin fortifLnt, dig',aif, ton q e, recoustituant. -Souve.ain contre
l'impaludisme t'lus efticace pour ies pttisonnts lTaiblies que lts ferru-
gineux et lei quinas. Recommandet aux peisonnes Ag6es, aux jeunes
temmes et aux eitiits.


Le Vin St-Rapho l est un vin de malade parfait.
Le meilleur preservatif tn temps d'pIid,'muie et le meil-
leur adjuvant dans 'e tiai'(ment d. ia li ih-ie. Prescrit


Assurance de grand rabais. (tans les fatigues de l'estcnac, la ch'orose, l'andmie,
tiria es ct Liquides. I'A'es.
S. __ les bronchites, la malaria et dans cc ivalescences.
Balustres en Ciment
r e. I D'un gout esquis, il con.ti ue un tle .-; r dable t vin
I U TH LllRIA- -ES 4.ALEuIE et 1:ALC' N. "
t : ti o iverat d( -beaux et slides l1a- de ,zol'er v.


In tl e.-, eu cimen utc .I Nz r I )ussLt l-
t t.i, du Cei.tre. EN V'ENTE

Au Progress Chez Andre Faubert

La supeh be installation d b6nisterie
ei avantfageustinent connue et appr- PlaceGelfrard --- il LlE IOD)EVALDT
cite de toute la lipubilue a Wt6
transferee A la mason en fer site -.
I'angle des rues Houriolly et FArou. Si vous voulez boire du RIIUM DI I.IcIlEux, du RiuuM Pun, vrai produit
1:'6tablissement AU P1OGIt''i se d'une distillation m6thodique, allez chlz
recommande par des travaux soifnLs, v

exicuitei avec promptitude et a des L i 6la i & c
pl x d tttiant toute concurrence. 5 I an Vt &C
(i;and d6)po1 de meubles pour tous
les gouts et de styles dislingues. oa tons, riches et humbles, vous er'cz salisfa.its. La reputation du
-- -" Rhum de "L'Etoile"
6Htel Bellevue s'est faite rapidement grAce A I'xead'leiice d'3 la distillerie de:/' L'9ftoile",
L4 mieux situ6, le plus con- en Plaine du Cu!-dc-Sac, so ae f.briiquait \I
portable. Champ-de-Mars.- hum de fen Barbancourt
Gruisino enommre.-Vue sur la miner. Rhum de feu Barbancourt


AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs

Pour la R6publique d'H: iti


TARIFF


Extrait du


Tabacs Scaferlati


LEVANT SUPERIEUR (dit tabac d'Egypte) la Bolts de
!% grammes
LEVArT ORDINAIRE paper violet liss6, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper june le paquet 40 grammes
CAPORAL UPSERIUR paper bl leIs paquet de
50 grammes
CAPORAL DOUx paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAmIR paper pate brans le paquet
de 40 grammes
TABAC A PRISR, Virginie haut goat, paper jau-
no, le paquet do 100 grammes
POUDRn surmRJawu paper bleak 'le paquet de
100 grammes
POUDRI OUDINAIXR, paper bran, le paquet de 100
grammes
TABAC A MACKas role Menus f16s le paquet de
100 grammes


G1, rral,


GOURD E


Novterubre


1910.


C -r- Catian


GOURDIS


11
1 NINAS le paquet :d, 200
.- I' do 10 paquet J 1O
CIussEeR l paq -.' ..e ;20
HIONGROISES ea lktvaat supdrieur Le Bondon de
.90 20 cigavt es
do ea ca p,:.! sup6rieur paper rose, le
0.7u ..',qu, t d, 20
do en M..r atAdl to paquet de 20
do en canora cordinaire paper bleu le
0.70.. Lou.Ua du 20
j ELEGANTIS en l.ev...- c,.inaire le Bondon de 20
do 6u ci,-! SuLJri our paper rose, le
0.70 B-udon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondou
de d20
0.60 do ean caporal ordinaire paper bleak le
Bondon de 20
FUANAIsus en caporal suporieur paper rose le
1.50 paquet de 0
do en Maryland paper jaune le Bondom
I de 20
1.50 do en caporal ordinaire paper blena 1
Doedon de 20
RoutLas en Maryland et caporal sup6rieur le
1.20 portefeuille de 20
do en caporal doux la bottle de 10
do en caporal ordinaire le portefOeilll
de 20
1.50 do la bolts de 10

x.A'ag$Lc t mp6ola, J. LlAVILLJ.


1.20
0.60
0.90
1.A

OAS


(Of
0.70
00
0*I


as