<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01061
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 25, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01061

Full Text

uaatrtIm. AUn6., Nr 1078


- n-au m I SaM


Mardi, 25 Octobre 1910


AMWEMEINT


1


Us Mes ... 0. .00
TaeO MKegs... 5.00 -
Un Moss .,. 0. 1.2M
Teas Mos 800
MoMsM. a8.0


ut-maglof


j


J


LE6 NUMSRO 15 I=1m.s,

[os naasescnts im~dr& as on s o sE
pas rmodus
REDACTION-ADMMNSTRATIOIJ
8, Rue_ Eugene Bourjolly, It

Amumait riUUS
Arthur Isiddore


OUOTIDIBN


UNE

D'apr6s les souvenirs
du president Bo

Le Stnat rdpondit comme suit au
message de Boyer :
Port-au-Prince, 22 octobre 1824
a Citoyen Pr6sident,
a Le Sdnat a sons les yeax votre
message do 14 courant. La conflance
:* vous lai tdmoignez en cette occa-
a loi 6tant bien chbre, il s'em-
r. rse, come par le pass, a vous
anmettre 1'opinion tranche que
Toans r6clamez, sur la question rela-
& V6tat present des affafres publiques
1t lamesure A adopter.
a 8S I S6nat no consid6rait quo les
6minents services quo vons avez ran-
dua a la Rdpoblique ; s'il Do'nvisa,
geit qua le bien quoae vous avez fait et
eelail (iln eost convaincu ) qae vous
aoudriez fair A la chose publique,
satisfAit poor Ise pass, tranquille sur
r'avenir, il so bornerait a cotte seuls
rpone*, en vous disant: Citoyen
President, vos principles civil et poli-
tiques no laissent ries A d6sirer ;
syant constammeont bien m6ritd de la
patrie, alissez salon que votre sagesse
Tvous le dictera. Et quoi qu'il paisse
on arriver, soyez assur6 de l'appro-
bation gen6rale, parcel qu'il nest au-
Can Haltien qua no soit p6ndtrd quo
routes vos actions auront poor base
votre propre dignity et l'honnear na-
Uonal.*
Mais cette reponse ne serait point
applicable a la question; c'est une
opinion motive quo vous d6sarez; la
voici :
Puisqa'il est evident que la con-
duite do gouvernement frang lis en-
veras la R6publique est en touns points
d6loyale ; poisque les n6gociations
eMtamdes depuis dix ann6es sur la
a*ndW *question do l'ind6pendance
rManti n'ont, an d6flnitive, amen6 au-
can r6sultat satisfaisant, et quo lo
oevernoement francais, dans lee der-
aleres conferences avec les d6putes
haltions, a done la measure de sa
duplicite, l Sinat est d'opinion, tant
pour rdafiser lee declarations sol n-
alios faites par la nation que pour
Atre on harmoonise avoc les principles
S"A, qu'il feat ceaser toots bien-
os beavers an gooveremoent qui,
aeigre los progr6s de la ralsoe et de
k justice dans ce si&cle do lanmler.e,
eMtrelieot encore des pro'ets libertU-
Mdes ooAotreo Iexistnoo de la gen6-
yee Ilal ;t maio cotte rapture qui
U* dolt peser quo sar les rapports
*omorelaux quake des considerations
lpeitques avalent jusqu'tol ait tolerer
tO O0e py, tant outi6rement dams
Vas itimasm, ea verta do larliole
1 deto Is Omstitatlon, to Smoat *e
pa1sde os* votr sages see siral lo
MemeMM rpto d4aeaure an acts do
c f~iomda. eComme il poarra! s'4-


S'D "rT ]- lour. pavilion, prEcautionsans laquelle
I.I P OQ UE lamensure propos6eeraitinfructueusse.
Quant aux individus francaisqui exis-
T tent dans la R6publiqne, la nEcessif6
i times prescrirait do les renvoyer pour les
preserver des malheours don't peut-
yer et d'Honor6 6ry.* 6tre ils pourraient devenir leas instru-
,yor .t dr F ry.I months : dana ce cas, it y aurait justice
X vJ do fire une exception en faveur de
ceux don't l'utilite est reconnue, ou
r absolu dans cette conjoncture serait que doe considrastios pacrtocunliero
considered par I'ennemi antrement quo devront maintenir.
comme o'effet d'une prudence raison- ,
node, on que.le succ6s de ses armes en Tells at, PrEsident, I'opinion du
Europe en auralt impose as gouver- enat, sour la question continue en
nement d'Halti, tant pour dissiper votre message. E le est tire des rd-
cette erreur qua poor lever la na- flexions suggerees par I'ltat apparent
o tion A la hauteur des 6v6nements qui de la situation dela Republique ; mais
" pourralent 6clater, ii semble qu'un quoi qu'll on soit des consequences
- acts pr6paratoire, toujours 6mane de qu' elle prdsente, s'il arrivait qu'elle
0 votre autorit6, devient indispensable. noe ft pas on harmonie aves le ve-
SPar cet acted, I'astace du gouver- ritable etat des choses, Etat que vous
i nement trancais, dans cotte affairs, soul pouvez appr6cier, le Sdnat vous
doit Wtre signaled, la loyaut6 du pr- invite A no point y avoir 6gard, et A
mier Magistrat de la iApublique dens consider come non avenn tout ce
les n6gociations qul ot onu lieu, doit qu'il a dit sur cette matibre, soerepo-
itre connue. II import@ que le monde sant avec conflance (et vous en devez
civilse apprenne qa'Halti, qui pon. pas on douter) sur tout ce que vous
, vait s'6tayer des prdrogatives quo le forez poor ia sAretd et la prosp6ritE
t sort des armes lui avait accorddes lors de la nation.
de la dernibre lutte, n'avait cependant a Agr6ez, Citoyen Pr6sident, les
consent aux sacrifices d6risoires exi- sentiments deatime et d'attachemeat
g6s par I'ennemi, quo pour prouver que le S6nat entretient a votre 6gard,
ses dispositions &la pa ix, et qua, lors- et avec lesquels il al honneur do vous
qu'on devait s'attendre qu'un procdd6 saluer avoc une trbs haute consid6-
aussi .genereux aurait amene la con* ration.D
clusion d'un arrangement que le gou- |
vernement francais lui-m6me n'avait Tell@ f..t a r.dpons du Snat, r e-
cess6 jusqu'ici do solliciter, tout-A- ublt a response du Se at, re-



ne lleaintentions. part do responsabilite et d'attribu-
ntes intentionions do co deux branches du Pou-
a En consequence, et malgr6 les voir. nous reproduisons ci dessous
griefs resultant done tell injustice, les deux articles de la Constitution
le PrEsident d'Halti persistant tou- invoqu6s tant dans le message do
jours dans ses dispositions pacifiques. Boyer que dans la rdponse du bdnat.
suspendez toutes measures ulterioures
covq lable e Odp1st equr qu e r a Art. 121. (invoqu par Boyer)
ov ble)m ; ce dl an l expirE, si rno Le Sionat corres od darctemeontavoc
oan M.e. fran{ alsti rno a r ns Prsident d aiti, pour tout ce quai
dgtrmpiaton qul cevi endra asx in- intresse administration des ataires i
terat de la Rpuablique. publiques en g6a6ral, mais as peatou,
s onIsequence, t a gr aon seoir. cams, rrdappelr dans son main
a Cette measure, d'apres Is t probe- pour faits do son administration. o
bilit~e, dolt prodauire reffet d inquid-
ter le gonveruement froa*1s, et pro- Art. 155. (invoqu6 Far lI Sdnat) f
voque rsidre sol tiontodaesla crats It (to Prusident) pnout fire tout trait6d
do perdre les advantage offers, pa do commerce, dalliance et de paix
s'empressorasans doup r do sasir laave les nations 6trangbres, alias que j,
eulo occasion poor en profiter. les declarations de guerre, lesqueues p
c Cependant, s'il arrivait quo l'eoffet n'auroat de force qu'apres avoir rego t
preseme no so rdalisAt pas, et rqu'il a sanction du Ssat. a c
fallat prononcer cette rupture ; quo 1I
governoementfrancals, avant on apr6e Ardois dit aves raisoa que eose-
cette epoqueo en reprenant lea hosti- ge faet a an s nmbIleo do sed et do
litl, fit pricAdor ts expeditions par si, ag d do n1s le 4nat a veioppaP
I* blocks do cette ,ie, comm.e a blo- a passes. d
c s ntravantles relationsdi commor- Noaus ponvo s ajiqutor quoa tanipar
a aves los naoutres, pourrait diminer form qu par 1 article de o ICoas-
nos rosettes, toate m ow seuro los de o.- ao fo equ ao alart.l l 11 toeions.
Tiean 1 MeA **rw .ulm &V As Uttuion invoqua, (art. J5 511 tondait t
vn ue35SA aito e to dire an president: Fasta et nons t
pUSS ielm oproimr iso Isnctioneronas. aD d
patrir est n danger, MaWen seona S .
moyan doe Ia sever qu'on n dove Cependant, Boyer nos e cotenIta 1
mployor. pas do se a oie pouvoLrs et de ce
SA regard dsl autree nations qul bill de foran0 es. dnd4 advance : iu g
emereee t ds eltiss eomustome remuit toUtens le pi0c. doe la ngo- a
eoaus aves HaiWti. se a et pemeciatron et les lt suvoertement publier- c
sous eeos q fenedrasent a r pregnant roplasbo p*a*qe- poor jage, o
eslsia s 4tare ape, dans de ai graves ooujocaturees.
seblomes &s t ta, aseo i- a
toess frMls doutr -r Apsor MqGat)IRi '


LA CHAMBRE ,
-
Slance du 24 Octobre 1910.
Apres sanction d'un pioces-verbal
I'ordre du jour etant 6puise, le l)6pOt
Camille Leon demand la parole.
e Messieurs, dit il, vous avez di lire
dans un des numeros du a Moniteur *
des premiers jours d Octobre la pu-
blication qui y est faite du I20me bud-
g6taire de ce mois. Certes, le Ministre
des finances a pens6 simplement obeir
aux prescriptions de la 'oi sur le ser-
vice de la tresorerie ; cependant I'opi-
nion publique s'est 4mue pour cette
raison que la publication du 12*9*
d Octobre implique la tendance a en-
voy6 A I'arriere les mois precedents
qui ne soont pas encore pays. Vous
savez tous qu'avec l'embarras actual
do Tr6sor il n'a pas etd permis d'ao-
quitter complement les obligations
desmoisdeJuin,Juillet,Aoilt etSeptem-
bre. Or le Gouvernement du G~neral
Antoine Sijon qui est anim6des meil-
leurs sentiments pour le people n'a pu
avoir pens6 A envoyer ce. moaoi l ar-
riedr, mais cette publication, au point
de vue purement administratif, poun
vait en faire admettre l'idee.
a J'ai trouveque la Chambrene peat
pas rester indiff6rente, en la circons-
tance parceque chez nous, du moment
qu'un cri d'alarme est pouss6, nois
savons avec quelle rapidity il se re-
pand ; je me suis demanded sil n'y au-
rait pas moyen d'arr#ter les craintes
des fonctionnaires et j ai pensd que la
seule facon, on tenant compete des
bonnes intentions diu Gouvernement
et des embarras du Tresor, serait do
leur montrer qu'on no les a paa.QP-
blies Dans quelle measure, qoelle for-
me employer pour montrer aux fonu-
tionnaires qu'ils ne sont pas d6laisEd,
quo si la caisse no fonctionne pas, is
n'en sont pas moins l'objet do la sot-
licitude constant des pouvoirs cons-
tituds. Jo regrette quo le Secretaire
d'Etat deos finances no soit pas ici, car
il proposerait strement la solution do
la question,cependant son absence a*
peut pas nuire et j'ai pense quo ,La
Chambre s'associerait A moi poor ds*-
nor aux employs de l'Etat I'esperance
ormelle qu'ils ne seront pas 14eds
lans leurs dioits.
a C'est sous 1'empire do ces ide6s .qg
e vais avoir l'honneur de vous pro-
poser de voter d'urgence, la r6sola-
ion suivante qui sera de nature A cop-
ilier outes leas exigences.
Considdrant, etc...
a La Chambre des Reprdentsale s
propge6 et le Corps Ldgislatif a v4ol
l'urgeoce la R4solution suivanto :
RkSOLuTrON
a Sous aucun pretexte etce nonobs.
ant le pavement effectue do mole
'Octobre, ceux de Juillet, Aoot ot
eplembre ne devront tre envoye6 &
arridrd.
a Lears 12t- budgdtaires seront rd.
alibroment pubUds et lear valeors
cquittees dans Is plus bref dlai. -a
onsEquence et dans e1 cas sealmoaet
)& lee foods du Trdsor seraient insue-
ants le Gouvernoment est eatqis6
Spro drtousee le measures p
-r ^im^


I ,








meat les appointments deo mnis dda
id ls allocations budg6taires jusqu au
30 September. b
Le President met en discussion puis
ax voix la deminde d'urgence ; ells
so vot6o.
IL Ddput6 L6oo remercie ses coll
ges eot demand 13 vote imm6diat.
Sa proposition est accept4e et aprbs
los formalitis d'usage la Rdsolution
Got vote, pais envoyde au S6nat.


RUNSEIGNEMENTS
I3m~tTOROILOGIQUZB
C)]b0S3aevatCire


DU
SEMINAIRB COLLEGE St-MARTIAL
LUNDI 24 OCTODRE 1910


Barometre A midi


7616,63


T-p-ratur (minimum a22 4
Tie ptrature
maximum 27,5
Moyenue diurne de la temperature 25 9
Ciel cover, et un p-u plavieux. AI i
h. do martin pluie an S E suivant la chat-
ae dm Sad. Vent faib!e. Eclairs.
Barome re constant.
J. SCHIRER.
Petition
A LA COMMON z
L.es habitants do quar ier de la rue
Courbe appellent la special attention du
Magistrat communal sur la verse, etonnan-
te et superbe et magnifique rigole qui se
dkroale le long de l'ancicane hal e do
capitaine Cutts, ergendrant au so'eil ra-
dioea les follies multi odes de ses micto
bee pathog6oes. Ces habitants, qui se
soucient de lear sante, savent que lebrr
appel seta na'urellement entendo. Mais its
ddaireraieat mieux : ils s-raient heureux
ei le nettoyage do petit fleave qui mi-
roite le soir sous la lomic e tehctrrque,
pouvait s: renouvelkr une on deux fois
par semaine.
Dans cet aixi-ux espoir ; sis remarzient
le Magistrat qui ne doit pas demmnder
aieux d'ailleurs que de receoillir ainsi
les justes avis des cont;ibuables et le print
de craire I lears sentiments distingues.
Tribunal de Cassation
Audience civil du Lundi 24 Octobre 1910o.
Presidence : H. Lechaud
Le Tribunal a prononcE les quatre ar-
rtts suivants :
Celai qui rejette le pourvoi form
per le sear Michel Velten contre 'ordon-
mawce readue sur refdre le vingt-cinq ie-
vrier 1909 par le juge A. Champagne du
Tribunal civil de Port-au-Prince entire lui
ea Monsieur A. Goyot;
Ce'ui qui casse et annule le jugement
da Tribunal civil de Petit-GcAve renda
costradictoirement entree les consor.s Le-
veill6 Raymond, e'c, en date do huit
Avril 190, rendu entire eux et le sieur
Elisee.Siucere PrEvost, et renvoe i'affaire
devant le Tribanal civil de Port-:u-Prin:
ce;
Celui qui case et annule le juge-
meant da Tribaunal civil de Petit-Goave en
date d 29 M. rs 1909 reds contrad ctoire-
meat entire le sieur OdJysse Guillaume
et l sieur Ferrus Fevry ;
Celai qul jAit les deux demands
to en iec.ifizatio- de I'arrnt de ce Triba-
tal en date do 25 Avril 19to former par
Il sieur Antoine Joseph Horo, et 2* celle
es rdcosatioa d Trbanal civil des Go-
aives forade par Mr Ibrahim Hasbour-
ne ; et statuant sar les detax les ddclae
am recevables, quant A present.
U a edt eosaste entenda les quatre af-
faimas suivantes
Celle de jogdphiae Alesirhem No:d
Alexis, demamderesse par Mes Leconie et
Vafuss centre Michel Henri Cre4st d6-
faIdur per Mes Any et DEsert.
Le Juge Deanis lit son rapport ; le MI
uaitre public, Dominique, cool t er
tc*g& as reject da poorvot.
DEp6t des pieces
V4 axire Qaillauqui centre le Dr LeA
Sdjosr6 est sseoyle A Jundl procbalm.
Ce de luea Prre Ne l, dm-*


deur pa- Mes Morio et Latortoe contre le
siear Osias Moandsir, difendear.
Le Juge-He.aux es eotcdu en son rap-
port. Le Ministere public. Me Dominique
conclat an rejet da poavoi.
Darot dea pieces
Celles da sieur Joph Bern rdio,
demandeur par Me Sadre Dar iguenave
coot- le sietar Chery Picrre.
Le loge Laraque ta:t sa rapp;rt. .Le
Miois'-r- public, D6catrel,conc ut, par ec-i-,
i la Cassation do jougmear at'aqud.
Dbp6: des piece
Celle do Dr Wesni r Min's, dema i-
deur par Me Borg, Hl; Cimi le contre Ma-
4dame Veave John Pr ce, de anderessc par
M! Ern:st Ant ine.
Le rapport est flit par le jug-- Janvier.
Le Min s're public, D&ct'r 1, conclut.
par dcrif, an r jet de la fi i de non-rece-
voir pFrseothe ;- so fond, so reject do
pourvoi.- DI 6: des pieces.
Vu I'heare avarc6e, le siege evt levr


Tribunal Civil
.Audience civil du Lundl 24
rfiO.


October


Pisidcnce A. Champag it, aayit come
assesseurs le juge J. J.Desir et le supplant
de joge I. S -Rome, assists du Substitut
Rosemood.
Jugemenis prononcds :
Celui qui homologue la dE'tberation do
coaseil de famille do miner Christian
Paulmey.j
Celas qui ordonne l'interrogatoire sat
faits et articles do siear TanctiJe Augusie
i propos d'un bon qu'il aurait souscrat an
sieur Stephen Lafontant.
Affaire entendae :
A. Morch centre W. Douyon. (Ddfiat)
Jug ement prononcE par la composition
presides par le judge A. Vieax, ayant co.m-
me assesseur le lage Day, et J. S -Rome.
Celui qui condamae Stephen Archer et
Sa:rad Villard t remettre sans delai i I'E-
tat les achives de I'ancienne Commission
d'Emission.


0
Audience correctionnelle du
190o.


24 Octobre


PrEsidence : DoyenLeon Nan, ayant com-
me assesseurs le juge A. Poujol et le sup-
plEant de juge Monte', assistEs do Substi-
tut Lys Lutortte.
Affires entendues :
S'rajhin Louisdon, rrEvenu de voies de
flit, de contusion et de b'essures volontti-
res sur E'zina E ienne et la miaeure An-
toice te Mirisie:.
Le t ibunal apr6savoir entendu le prdve-
no dans ses moyens de ddf-nsesqui tendent
a faire voir an tribunal oqu' l a pas bles-
se la dame E'zina qui ftt sa cohabitante
ni la mineure Antoinette,qu'il a du laisser
la Dame Elzina pace quelle est trop ja-
louse, et qu'un jour prit de co'ere il a don.
ne quatre coups de p'at de manchette A sa
femme.
Le Minis'ire Public, conc'ut, A l'applica-
tion de Particle 25o do code penal contre
le prvenou.
Sp Dep6t des pieces ordoonn.
Petit Trois Prophite,prevenu de blesso-
res volontaires sar la personnel de la nom-
m6e Floriva Joseph Va I'absence de It p'ai-
gnante, le Ministere Public conclot A la
mise en liberty do prEvena.
DEp6t des pieces ordonnE.
FAte de 1'Asile Franqais
Les prepiraiifs de la soiree littdra;re,mu-
sicale et taeitrale announce pour samodi 29
courant marchent rendemect.
Le programme comportern paralt-il, ou-
tre quelques morceaux de piano, violon,
monologues. etc une pochade de Xan-
ref, Cer Ma dre, ane comddie de Pe re
Vdber, L'Exitr et eafie L'Angls i qs'
o l parl de Triswt Bererd.
Ce'te soiree promet encore an grms sac-
S as i earegistrer, le choix des divers nu-
miros dm programme et des ama'eurs qui
s'en chirgeat nons le gurantissent.
Les canes sent ea vents an pnrx de P.3
SI Imprimerie de rlAbeUle. la Biblio-
theqae Mode roe (A. L. Hore!le ) et chess
Mr F. Chdlex pride de de Soci.4 d-
Secoans mawtOS, 78,me Courbe.
D606cs
MAW ILou=s RA"AlX, Vva LarvAu,
IaWd- Are de Moa Vve Brum St Vic-
*or, diidd ce. inA IN'e de 94 as.
ISee Tas es suon lie deoain a 8 hee.
re da tils a nI th ale. Md-
**f as-seA, tlae .


COMMENT

ON FALSIFIE LE CAFE


Mexlque
(Dio Bualltlis des Rdpubliques ,Am-

Tout faith prdvoir quo la rdcote de co-
ton de catte ante sa Maxique depassera
u lom Is records. Oa rDgoit de Tcrrcon lea
souvelles qui suivent *
e Des experts qui oat percoura avec soin
les district s co cnliers de Laguea penseat
quae l rcolte de ce te saison s'i'evra A
3oo,o000o balles de 500oo lires ch-cone, soit
s.50o,ooo quin aux. Cette augmentation
es. due, dit-on, A une plus gta d 6iten-
doe de ter.e consacree I la cc ture en
question et au temps favcrable don't on a
joui pendant la croisance de 1 p'an e. Me-
me st Ia produc ion r6clle se .rjuvait de
5oo.ooo au-dessous des prdvisioas, Ia va-
oear total da cotton recolid pendant le
coLrs de cette salt dqc- le It s rict de
Laguna, s'd''verait A environ P. 17,500,000
( or ), some A Isquelle on pent ajouter.
P 2 500,oo0 pour la graine de coton.
Comme le dis.ricc de Laguna prodait A
lui scul 75 poor cn de 1entiere recolte
de coton do Mexique, on peat se baser sur
lea provisions de cetie count -6 poor avo r
one idee de la rcolte gendrale du Mexi-
que.
D'apres M. Arnm3d Shaoklin, consul gd-
ndral A Mexico, on a accord poor 'exploi-
tation des d p6ts de sel sur la c6te ooest
de lI'Etat de Jilisco one concession qui cf-
fire ax Ameririns l'occasion de venire les
mach nes nacesraires A ce travail. Cette
concession moitre les progres rapids de
l'industrie do sel pendant les derni6res an-
nees et I intiret qu'elle peat eveiller A cau-
se de plasieuri ceotaines de mille de dol-
lars que I'on va depenser en machines ei
instruments nucessires. Presque totes les
quanotats de sel s'ex3ddien A Los Angeles,*
San Fiancisco, Portlan!, Tacoma et Scat-
t!e.
II y a en tout trois concessions d'ane
certalae importance. La plus grande est
situde dans le grope d'iles de Tres-Marias.
C'est an syndicate mexicain qui s'occupe
de 1'exploitation.
Le consul di que les dep6ts de la noo-
velle concession produiront enco-e plusI
de sel qu 'A Tres Ma ias, et que leur situ-
ation dans one baie est consid6rde come
le meilleur poit natord! entire Maz ilan et
Acapulco.
Le a M:xican Heralds du 9 join r1910o,
donne les detail st ivants ano sojet des t-a-
vaux d'itrigation de la vall6e de Nazis:
Le travail d'expl ration qa'une compagaie
anglaise fait en ce moment au sujet d one
digue A construire dans le N-zas sern bian-
t6t terming ; on a choisi l'emp'acement A
Caja Pinwo ob, A one profondeur tres con.
venable, oa a trouov qu'on penut fair de
bones fondations. Cepend.nt on creuse
d'au'res pits et d'antres tone's poor s'as
surer de I'exac.i de des soodages que 1'on
a faits. It y a quelqa:s jours on a trans-
portn les instruments et machines A quel- I
que distance en amount de la rivitre, A an
second emplacement qui ofire de plus
grands avantags quA Caja Painto, et d ici
peu on aura fimi le travail poor fair.s les
plans des foidatioas que le D:recteur soa
met'ra an goavernemcnt.
Lorsque la digne se-a contrite elle
Spourra chapter z,8oo,oooooo de m6 res cu-
bes d'ean. On a l'intention d'avoir une re-
serve d'eou p'us quA &ufisante a 'irr ga-
tion de I'entier distric de L gULa, de ma-
nilYe i permettre aux plan ars de o'en-
droit de doubler le rendement do coten
p'r acre.
All y a dans le Lipana les plus grandes
plantations do Mexique, et ce derater p.-
yg a toujours compt6 sat la recolte de ce
district pour alimenter ls filatures. L'an-
nke dern!Cre les Etats-Unis oat expor de
grandes qwantit6s de coton, et par suite
des prix elevEs de cet article cette anade,
le Mexque a envoy6 des millions de dol-
lbrs pour ae procurer tle coton ncssaire A '
ss besoons. Les planters de coton mesi-
ica litrtdsesmt on a0 peot plus iA I'a-
cbemm t de la digue du Nans, as lls
conuiderent quae Ms cons racioa empiebes
d'ilmmeses sommes d'arpnt d a ler m-
ameellemeat erichir les pkiesm- ari.

Pri*re davisar l'admntatra-
tloade la mootndt irrdaulari.
t6 daens service du (MATINs
atan qu't y eat de e*ai ranw
A*d*


II y a mieux : on fabriqu. do cafe de too.
tes poces, come on f br que des briques.
Et si nous disons briques, ce n'est pas an
basarJ, car les ma ieres plastiques jousat
ici come 'A on grand r6 e.
Preoez de I'argile grise on verte, ineom.
porez de la Lrine de gland on de bid-la
quail n'est pas indi' rensab e-pressez-la,
mincz, moulez, tor:tfiez, enrob z fi ,a'e-
ment dans one substance sucree ou resi-
nease, et vous aurez an ioff qui ne le ce.
dera en nien come aspect au produit le
plus estime.
Ne vous inquietez pas do materiel ; tel.
le ma'sjn allemande vous enverca france
dans v Ire gare pour 4 ou j,ooo franco
toutes les machines necessaires qui dEbite-
ront lear mille' kilos de graine de cafe par
jour ; et cela vous reviendra a25 fcancs les
too ki'os !
Evidemment, vous md'angerez votre pro-
duit avec do veritable cafe en proper.ion
tell que la chose oe s'it ras trop visible ;
et si vous 4 es ass 5z habile pour ne pas
vous laisser p-endre, vous ratiser.z vite.
croyez m'en, one jolie fortune.
Nous ea avons fini avec les falsificatioas
do catE en graines. Elles exigear, on le
voit, one certain hibiletE, uon cr ain os-
tillage, et sur out que celai qui les pr.tique
ait no commerce assez important poor pou-
voir glihser son produit !ophistiqud dans
ane qaantite suffisante de wmachandise sai-
ne an milieu d Ilaquelle il passe ivaperou,
Aussi restent-elles I'apanage de quefques
f aadears fortunes.
II no'en est pas de m6me de li fal-
sification da cafe mou'u ; celle-ci est A la
pore do plus petit epicier.
Avou z qu'il est bien ten'nt les frais
generaux sont si lou ds A no re Epoque I
-lorsque sur le m me ayon voisinent le
cafe et I no de sea suzccdaihs tint vautes,
de realiser an joli benefice en mrlangeaun
quelque pea de celai-ci A celui-A.
Au faic-n'ayons pis I'I.ne si noire-il
est bien possible que notre epicier, impress*
sionne et convaincu par la publicity qui
mootre les vertus de ces succedands comn-
me teolement supidrneres A cells du cafe,
ait voalu tEmoigaer, A lear inso, sa phi-
lanropique sollicitude A ces gens obsttids
qui veu'ent encore du caf6 verirable 1
Et ces succedanes soct tlgiou ; la chico-
rde. le malt et les cerJales tiennent la tete;
les figures, les gla-ds,les paids chiches sonl
gdneralement tres emrployes ; puis vies-
nent les caroubes, les coques de cafe, les
arachides-ces cacaoue:tes qui regalerent
notre enfance- les poires, les amAndes ;
enfin, et d'une manitre general. totes
sortes de graines, de racine, de fruits qui,
one fois torrefils et mouols, presentent use
aprarence semblable A celle du c.fe qui a
subi ces d.ux operations,
La lis'e serait icterninable, c.r tons les
jour; naissent de noovelles preparations
simple od complexes- doat les autcurs,
en letr prospectus, fulminent centre I'u-
ge pernicienx du cafE et ne ,rouvenr. vi-
demmet, nea de plus; nztarel que d'appe-
cler lear proluit : cafe c.ft intyb. cSt
la saltane, mcka des colonies, moksi *e
lies... ; it est bien en endu que l'homae
ne vit que d illusions I
Malheureusement pour les fraudeeu
si toutes ces substances ont I'aspeCt
extrieuar do cafe, edes n'en out pas is
coasistance dure et come, e: it est file
deo les reconoattre en les plongeant dams
l'esa boouillie o& eiles as eramolliss't
rapidemean. Aussi d'iagnieus in Justriels,
pour remidier, i cet incavodasear, o0t8'M*
lagine de meti re en veome des piodaJn
don't la durad a a ridn A se er A celle 6
cadE, et no r4 notanclire s's long avc
les pip;" de Sier muae. le ,** o
CiMb, it esdso e gdo *yz dw
et Is gaie d s oemw %, Iv.ar dgal.
Cefs I te' qui t'eGCe.mO3l6. A
sitre des forces eurythamlqea qu'u h*-
le artissn, polisemam teos coummrs. t ae*
nies eo selptau t oe boaoasse a de
armptates les Mmcloes- qul ZOs bi!
-so gee jsmbr md..miduiS6.^


- --


( Da_!Bulletim du Syndical
dofense as COWi)
( Fim


Gikba d &






- repas, I'audllaire impwimnt de no
diidoms difficies -- Doe c-6 de manche
d tmapluie !
SLavente du-caf6 moals tend de plus
-s plus, A diamnuer, du molas dans lte
gmndes rviles, mais le commerce des sec-
ddanss n'en suit pas mlois une march
incendante.

ALOUER
Mason basso pourvan do tout le
confort&Dle, 5 pieces, W. C, cuisine,
40, Rue Eng. Bourjolly.
S'adresser an Mathn.

ON DEMAND
9 ORUVRES DES ICRIVAINS HAITIENS
MORCKAUX CHOISIS
(PRosn)


Adreeser
Medqaant I*


'ouvrage au
prix.


Martin en


Dr Francis
( MtDMCIN CHIRURGIEN ACCOUCHEUR )
Membre de la Socift6 Royale d'Agriculture
de la Jamalque.
8PEOIALITS.-Accouchement,
Maladies dcs Femmes, Maladies des
zafanta.
Consultez-moi 6galement pour toutes
boe attaques doot souffreot vou plants.
N. B. The Engliihh-pesking com-
mualty will fiod it to their very beat
materet to consult me I
BOIS-VERNA,
A c6t6 do Chauvst.

Mason F. Brunes
195, GRAND'RUE.
Dirige par
L.Hodefin


Aaeles membre de la socl6t6 phUantxopi-
qe des maltres tailleurs do Paris
Vient de recevoir un grand choix
d'etoffes diagonal, casimir, alpaca,
eheriote, chevioto pour deuil, etc.
Recommande particulibrement a sa
dlientble une belle collection de cou-
pes de ocaimir, de lets de fantaisle
et de piqu6 de toutebeasut6.
SPtcIAurra DR COSTUME D NO cs.
-Coupes Franoaise, Anglaise et Am6-
riaoine do la derni&re perfection. La
mason confectionne aussi des Cos-
TuM MILITArrXAS, HABITS BRODAS,
OLtmMA, TUNIQU,KABlTs CARXtS, eto,
set, de tous grades.



Linpe Alas

Le vapeur" Altai ayant quitt6
New-York jeudi 20 courant, pour
Cap-Haitien, St-Marc, Gonaives et
3otre port est attend ici vendredi
28 courant. II partira probable-
ment dans la soir6e pour Cayes,
Jacmel, Savanilla, Cartagena, San-
rMarta, Kingston et New-York,
pn0ant la mall, fret et passa-


La malle pour 'Etranger (via"
Jdgie) par le Sis "Albinga" fer-
ma.& la poet vendredi 2; cou-
a t i 8 heures du soir.
ao-lprince, le 24 Octobre 1910
F. HERRMANN & Co. Agents.


V. P. OSol
AVOCkT
amu a= P~vf


Kola Champagne
Reconstituant
Formul* due A l'obligeance du

Andu Intweve deo Hdpiue edo Part.
Pax : P. 6.00 la doozUine.
, D]fPOSITAIRES:
Mr Simon Vieux, run du Magasin do
l'Etat, Port-au-Prince ; Mr Georges
Blot, rue du Magasin de I'Etat, Port-
n-Prinoe; Mr Aug. Scott (LIogane);
Mile Lac Anlade ( Caye ).
B. Cooba, J6rdmie.
N. B. Outre cette cat6gorie, la
Socidt6 Gdn6rale de Kola Ch~mpogne
livre au public one autre clause do
ce merveillex produit, au pnx do
QUATRE GOURDs eot demie la douz.
Fabrique au Chemrin des Dalles
SocirrT G'G Dz KoLA-CAMPsAGN.
Port-au-Prince, (Haiti) P. 0. Box, 13


SEINS
Ssvelopp**. r -contitu-S,
embellis, raffermis
en 4.s: MeA p. te**
PILULES ORIENTALES
SSeul product qul assure & la
femme uno poltrine parfalie,
sans nuire & la snritO
F& co, Ave stiructrO ,, a *Pa '3 S.
J. RATIE. -*. 5. pass.Verdeau Paris.
A .'rt-au-Prince : Pharac a Auirtd.


,,UONE HOLLANDAISE "
(Kenink~like West-Imdlech. malidlenst)


Le s/s" Prins Willem V "venant
de New-York et de Saint-Marc se-
ra ici dimanche 30 courant, pour
repartir dans la soiree pour Jr6-
mie Caves,Jacmel,Curauao et I'Eu-
rope.
Port-au-Prince, 24 Octobre 1910.
AUG. AHRENDTS.
Agent


VER SOLITAIRE
CURE RADICALE ct SANS DANGER
en Daux HNEURES par Los
GLOBULES~

RKMIDE fSOUVERAIN
S Adopt6L wv If 4pitaux de Paris.
V~p6? I 7 hueCadet arl t rte. -ft F14 '--
Ole(leUJusi II ~ Ph-ALBEklIIMI


Chez A. Cipolin
82, RuE R*PUBLICAxIN, 82
En face la BOULANGERIR DU PROGRkS
et prbs la Uaison WEBLY PRassomR.
VIENNENT D'ARRIVER :
VINS ROUGES & BLANKS par bar-
riques et par caisses. marque lores
Cotes, de la Maison BouBtu FRkRns,
do Bordeaux,incontestablement sup6-
rieurs a tous lea autres vins actuelle-
ment our place ;
CONSERVES ALIMENTAIRES de
premier choix, d6flant touted concur-
rence;
SLLas.is.-SAivassoNs. FROMAGE.
CuRissas m rL.ACONS. BzURRt
DU4 VAL SAuIr-MICUHL
rT D'ITALI EC., rTC.
GrAce aun personnel nouvellemen
arrive, la Maison met A la disposition
des families et des h6tels, sur com-
inande,de Ia fine PAtlesorie Francaise.
NoTA Xmm.-La Maison est, comma
par ie paseo, bien pourvue des Li-
querlt Sirops qui out fait sa re-
onmmee. ,

Bibre de Munich
Augustinerbranu
gK doe.-bouteUies
I& dosmains G. 9.
Pmuam W.-8U K, '


Grande Fabrique Moderne
DE


Boisson s


G azeuses Sup6rieures


II y a A peine une annde depuis qua la plus nutritive, la plas agr6able aI
la plus fortiflanta des boissons Gazeuses est entree dans la Consom atie
fous Ie nom de

ROYAL KOLA CHAMPAGNE

Sea qualit6s et sa fine savour lui ooit vite conquis une vogue croisaents
qui est an encouragement en m6me temps que la r6compense des eaion
minutioux d Desireause.ae atisfaire les gotis les pIlu difficilds pendant I'etdde 19t10,
la fabrique a prepare au moyen d'appareils perfectionn6s des produits
hours pair.
Elle met en vente au m6me prix et sous cettc m6me marque ROYAL
plusieurs delicieuses Boissons gazeuses qui seront la Providence dees per
sonnes soucieusoes d'o.rir chez elles d'ex Iji raffraichissements aux goAts
varies, et pr6cieuses dans touted les reunious c6t6 de leur aln6 : le
Royal Kola Chamnpagne
POUR VOUS EN CONVAINCRE, DCiGUSIEZ UNE BOUTBILLE DE CB
PRODUCTS INCOMPARABLES :
Cream Soda Cristal Limonade
MOUSSEUX AUX FRAMBROISES MOUSSEUX AUX FRAISES
MOUSSEUX AUX CRISES.
L'AGcxca GINiRALE est toujours anu Maiasin de la Metropole 93 rue d4
Magasin de l'Etat, vous trouverez aussi < t products au mrnme prix dans les
D6p6ts suivants :
9IPICERIE MODERNE. 155 Grand'r ,-, en face la Maison Robelin.
EPICERIE CADET LUNDI. rue des Fronts-Forts.
A LA PHARMACIES NOUVELLE ALEXANDRE ROBERTS, rue Roar.
MAISON A. FAUBERT, rue Roux
A I'EPICERIE H. CORVINGTON, : re Fdron.



Pharmacie W Buch
*


PLACE DE LA PAIX.
Droguerie en gros et en detail


Sp6cialites francaises et amdricaincs.-Articles de toilette.'- Parfumerie
assortie.-Lait et farine Nestle frais.- Fxtraits de malt Loefflund et Kepplew.
Eaux min6rales naturelles,--Vichy.- Val s.-Contrexeville Vittel.-Carabana
Rubinat. Hunjadi Janos.
Nastine
DU PROFESSEUR DEYCKE PASCHA
S6rum antildpreux pour le nouveau traitement de la 16pre. MeIe les
cas existant depuis des anndes sont trti~ts avec succ6s.


Carbolineum


A veuarius


Meilleure preparation pour d6truire les fourmis blanches dites,,poa z
bois et pour conserver le bois.
Paraforme
Pour la d6sinfection d-s appartements et des objets d'usage sane lee
d6teriorer.
Laboratoire d'Analyses
Stdrilisations des objets de pansement. Preparations .des solutions sMt
lis6es en Ampooles poor les injections.
Pastilles Formamint
Pour la dsinfection de la bouche et do la gorge. Prophylactiques
centre les maladies infectueuses qui ouirent par la bouche et par la respi
*ratfonavec Is pous iere.-Toberculo's.-Grippe. Cooueliche.--Lpre.
Eau de Radiogene
Traitement A l'Emanation du Radium
CONTRE:
1. A'hrite rhomatismale chronique, subaegue, dEforanaate.
2. Nrwalgies scatiques.
3. Douleus lancinantes du tabs.
4. Catarrhes des voles respiratoires.
5. R6sorption d'exsuvations, suppurations.
FABRICATION D'ofUU GAZEUSE
KOLA CHAMPAGNE GALRANTI PUR
A G. 5 la douxsine.
Limnonade de frankboise


SODA


Imlzo. &A


L.IAqoPWs


I I I _~


trjer-:







M" C. L. Verret
Tallear-Marohand
Donne arvi A sa bionveillaute elis-
tWle quo sa malsoa Nos7, Rue Traver-
sibre esat toujours bion pourvue d'ne
;varidt6 d'6toffes de Fa haute sou-
',v.aut6 pariionne.
QALuAIT SUP*MlERa. CouPS ift*LanW
TRAVAIL 50ION16. ETaCUTIOM PROMMPU
Pritr4s rddits


Cordonneria Nouvelle

C. B. PETO1A
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el-
o .vient de recovoir. par dernier ba-
toau, uno forte quantity de marchan-
dfses et de foi nitures do touted frat.
cheur et de touts beauty, import6es
de France, d'Allemagne et des Etats.-
Unis.
Le public 616gant, curieux de so
bien chausser, y trouvera les peaux
les plus slides et aux nuances lea
plus varies lea former les plus belles
lt los plus appropri6es.
On n'a qu'A venir chez G.B. PITOIA
pour 6tre assured d'6tre chauss6 sui-
vast les meilleures lois du confort et
do Ja mode. Sp6cialitds pour dames.
Grand Stok do chavusures ;
Peaux, cirages, forzru, fournitures
et matdriaux divers pour cordonnes.
rio. On trouvera tout ce qu'il faut, aux
prix lea plus mod6r6s, A
La CORDOMNUERI NouvZLLJ
143.GRAND'RUE 143.


American Bar
PLACE GEFFRAAD
Fromage Edam or P.
4 Gouda
a Chrysaothchrum G.
SAUCISSON Allemand la liv. G.


2.50
1.00
r50
3.50


Beurre de table 1 Iv. or P. 0 45
a c 2 Iv. q 090
Lait st6rilis6 1 litre G. 1.00
S 1/2 a 0.60
FRED. W. KATSCII.


A L'AVANCEMENT
GRANDE FABRIQUE DE MEUBLE ST DB
OCnCURILS DE CHARLES A BROWN.
P26 Place de la Paix et 108 rue
Magasin de l Eat
La grande fabrique de meubles et
de cercueils de Monsieur Charles
Bronw don't la reputation est faite de-
puis plus de 18 ans vieut d'augmen-
ter le personnel de ses ateliers de
plus de dix 6bdnis.ea : ce qui lui
donne un nombre sonftisant d'ouvriers
pour satisfaire aux grandes deman-
es de sa nombrouse clientele, tant
A Port au-Piince qu'en province pour
I'exzcution des commands de meun
bles do tout style choisis dans lea
W Catalogues francais ou amdricains.
Un sculpteur special est attach
aux ateliers pour I execution des tra.
vaux de sculpture de tous modules
gnGralement quelconques.
Grande reduction de prix sur lea
commander qui seront confl6es A
I'dtablissement.

On trouvera
do meilleurs Ciragees pour tons son-
liers a la manufacture do chaussureo
0. CORPASMO.


NESTOR FELIU
L'excellent tailleur avantageusememat
conna de touted la R6publiquo vilot
de rovrir stn atelier, Rue Farou,
(Rus des Miraces) No. 71.
Sa nombrose clientele trouvra
oomme tonjours touts Matdsfaotio
pour le tmva n qul luI VeSt OO"-
am*


COGNAC OTARD-DUPUY


Mason dtablie depuis 1796,
dane le ChAteau de Coga
o *ot n6 Ie Rot Franu a Ia.


Pour tous renseignements *t commnnqdes
s'ADRESSsR A: Andr6 FAUBERT

agent g6n6ral pour la R6publique d'Hafti



AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs
Pour la R6publique d'Haiti
Extralt du TARIF G6n6ral, Octobre 1910.


Cigarettes


NINAS Ie paquet do 20
do Ie paquet do 10
CHAss8EUR le paquet de 20
HONGROISKS en levant sup6rieur Le Bondon de
20 cigarettes
do en caporal supdrieur paper rose, le
paquet de 20
do an Maryland le paquet do 90
do on caporal ordinaire paper blend Is
Bondon do 20
ELoANTmas en Levant ordinaroe Is Bondon do 20
do on caporal supdriouenr paper rose, Ie
Bondon d 20
doe on Maryland papier jaune le Bondom
de 0
do on caporal ordinaire paper bleu le
Bondon do 20
FAaCioxsEs en caporal saupdriour paper rose le
paquot doe 20
do on Maryland paper jaune Io Bondon
Sde 20
do on caporal ordinaire pepir bleu Ie
Bondon do 20
RouLftu en Maryland et caporal supdriour le
portefeuille do 20
do en caporal doux la bolted 4e 10
do en caporal ordinaire Ie portefeuille
de 20
do la bolte do 10


MAISON DE CONFIANCE
148 GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,
* LE TAILLEUR si bien connu de la
Republique, avise sos nombreux CLI-
ENTS qu'il vient do recovoir par les
derniers Steamers une Vari6t6 d'6tof-
tes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote, Drap vert et bleu d'une
r6elle sup6riorit6.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE I SOLIDITE I
L'6tablissement se recommande aux
clients lea plus ddlicats qui appr6
client chaque jour davantage le IFli
de son travail.


Demandez chcz
Restaurateur de aI
tales Illustires.


Joseph Saint-Cloud le
Sant6 et des Cantes pos-


Francisco DESUSE
Fabricant do ohaussures
La'Manufacturo a toujours on d6-
p6t un grand stock,-pourla vente on
gros et on d6tail, -- do chauarsM on
tons geares poor
HOMMUe, Famas, EIHANtS.
Ls co&&aad- do eomm@ m o mas
de l'int6riaor poua&oat mrs eoou am
danas uose romaine A po pria.
23, Rue deo Fronts-7orts, 83
Post-au-Prince (Haiti).


H 6tl Belevue
Le mioux amsituc, Io plus con-
fortable.- Champde-MarS. -
Cienereaom ee.-Vue aT la mio. a


GOURDESL


1.20
0.60
0.90
1.2c
0.8E
0.85
0.75
0.75
0.70
0.70
0.60
0.60
0.00
0.45
0.75
0.40
0.60
0.301


Tabacs Scaferlati


GOURDE


LEVANT SUPERMIUR (dit tabac d'Egypte) la Botte do
50 grammes 1.2
LUVANT ORDINAIJR paper violet lisad, le paquet
de 50 grammes 0..9
MARYLAN paper jaune Ie paquet 40 grammes 0.7(
CAPORAL SUPEURMUR paper bleu I paquet de
50 grammes 0.71
CAPo .L DOUX paper vert Ie paquet de 50 gram.
mes "0.7T


GAPORAL ODINAIRN
de 40 grammes


paper pate brune le paquet


TABAC A PRIasR, Virginie haut goat, paper jau-
ae, le paquet do 100 grammes
POUDRn SUPERIKURs, paper bleu 'e paquet de
100 grammer
POUDIN ORDINAIRB, paper bran, Ie paquet de 100
grammes
TAJAC A MACRWn roles Menus fild le paquet do
100 grammes


L.Alaege~t *p6aoial,


J. LAVILLE.


Chapellerie Moderne


Salon


PLACE DE LA
de coiffure


PAIX.
du


Louvre


La Maison vient de recevoir un CONFORMATEUR, le soul instrument prati-
que et universellement employ pour prendre la forme de la tAte. Plusicurs
clients peuvent itre servis rapidement, grace A cet appareil merveilleox.
Si on veut commander un chapeau A I'dtranger, MM. GONZALES & JOSE
SAN MILLAN vous donnent les measures A expddier.
Paille remarquable, panamas supdrieurs ; les chapeaux sont arranged,
r4par6s, fabriquds, selon les goats les plus difficiles et les plus ddlicats.
Si vous voulez boire du RUM DtLICIEUX, do RrUM PUR, vrai prodolt
d'une distillation m6thodique, allez chez

Leon Liautaud & Cie
o6 tous, riches et humbles, vous aerez satisfaits. La reputation do
Rhum de "L'Etolle"
s'oet fatte rapidement grace 'excellence de la diatilleori de7' Lt'toflb',
en Plaine du Cul-de-Sac, oa so fabriquait Is
Rhum de feu Barbaneourt

A CCOUREZ

hez Herrmaan Corvington
106, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DIS MIRACI.'l
Vous y trouverez du Bon Rhum Sup6rileOr


-priz ezoeUomne lieinm BYSU


~~*1~~


_ ~I-man