<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01060
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 24, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01060

Full Text


Quatribme Ann6e, Ne 1077 erwt-au-Prine Ham Lundl, 24 Ootobre 1910


ABONNEMENT8 -LE NUMRO 5 CENTIMES
U. n Mois. G. .00
Port-su-Priar"e
TFOI:; Mois... 5.00 Le snanImcrits a mjadr --- m sowont
IUM' ala rN 1o, .,. G. 2.20 s ie p fondas
ToIs Mos... 6.00 REDACTION-ADMINISTRATION
r r... 'mos Mao *. .oo 8, Rue. Bog6ae Boutjolly, 8

DIMRCTrUIR .AAmTR A TuR

CI6men t-Mag!oire Arthur Isidore
OUOTIDIEN


T citoyens des chances 6gales et des ceux qui vivent joyeusement de la,
moyens 6gaux de rdussir. mistre publique ; car elles no peavent
4 Comme moi, MM. les S6nateurs, stre rdalises sans contrarier quelque
et meme mieux que moi,-vous con- peu leur existence fastueuse et pares-
S6ance du vendredi 21 Octobre 1910. naissez, dans tous leurs d6'ails les dif- seuse. A vos oreilles gronderont les
flcultds de notre situation tinancibre. cris de mecontentement des frel ais
Le Gouvereement du President An- et des parasites qui envisagent a.ec
Les Contrats financiers sont adopt s toine Simon no I'ai certes pas creles, elTroi la perspective de l'ordre at #ie
vous en savez du reste aussi long que la rdgularit1 dans les choses adminis-
moi. Nul ne peu: contester qu'il s'est tratives et financibres du pays. 1)3%
Inmpo:tantes D601olarations du G6n6ral S. Marius trouv6 en presence d'un dtat de fait r6- coalitions d'iaotrets aussi 6trangos
Seeritaire d'Etat des Finances par interim. sultant d'une skrie d anciennes fau'es qu'indigaes se formeront pour dis-
accumuldes, dott il s'6vertte, chaque crFditer ces measures qui n'ont qua
jour, A att6nuer les consequences dtl-. le tort de trouble la beatitude dts

Les fauteuits reserves au pouvoir Ice de I'etat de crise od se ddbat con- sastreuses. 6ternelsjouissears...Qu'importel Libe
*e6cutif sent occuc6s par le Cabinet. vulsivement le pays. Ceux-ci en soot ( A la suite du retentissant prccaI A chacun de ddraisonner autant qui'
Aucon proctm-verbal n'6tant pr6t et arrives & penser, envisageant unique- de la Consolidation toute tentative de veut et qu'il pout.
la correspondence d6pouill6e le P sident met eo discussion leos conclu- qu'un ordre de choses rdgulier, subs- la Banque Nationale d'llaiti 6tait de- fire les aflaires du people et non
siOas du rapport du comit6 sp6cial- titud au chaos que vent deblayer le meureo infructuoeuse, les deux parties, cells de quelques uns, ce sur qkiti
qui a 6tudi6 les projects de contracts fl- Gouvernemeat, entrainerait forchment par un hasard inesp6r6, out fiai par nous devons m6diter : c'est quenous
fanciers. une diminution de leurs revenue. Ce tomber d'accord, grace la sagesse, sommes A un tournant de notre vie
Le Gntrsal S. Marius, Secr6taire singulier ,tat d'esprit les a conduits A et a la haute experience pratique du natiouale, ou il ne nous eat guere pDo.
tet i^ntral .m,. Mrius, l epr tanir e considr.er les contracts qui vous sont Premier Magistrat de la R6publique, sible de continue a marcher dans
finances durimaire a Dparole mt des sounmis comme une atteinte'g ave por-'pour arr6ter la base de la rosihiation les td6nebres de la routine et de l'ab-
nonces demortande asubs p antirole et pro te A leurs privileges, A leur droit ex- du contract pas't le 30 Juillet 1880. section. Si done cette attitude nouvello
nonce l'ioportant et substantiel di clusif A I'aisance et au bien-6tre ; s'i- Par suite de la confiance qu'ins- qui est l'aftirmation la plus cat6gori*
course suivant : maginant dans leur stupid arrogan- pire le Gouvernement du Pr6sident que de notre d6sir de nous reliever
ce qu'ils sont, eux, des seigneurs, le Simon, et en raison meme des efforts de noi fautes et de nos 6garemetst
c MM. les S6n.teurs, reste, des v.ssaux. continues qu'il ddploie pour reliever passes, de faire mentir la doctrine de
a C'est IA un fait ind6niable qui d6- notre credit, I'Etat haitien s'est V, nos contempteurs. otfusque ceux qui
e Au moment ou, guides par le sen- couple de l'odieuse champagne mende comme par enchantement, entourA ont des raisons & eux seuls connues
timent des n6cessites actuelles et im- autour des plan de r forme tisancib- d'offresnombreuses decapitaux. L'es- de voir le people haitien s'6teruiser
mediates, vous allez, en pleine et en- re entreprise par le Gouvernement prit de pr6voyance, le sentiment de dans 1o brigandage et dans l'anarchie,
tWire connaissance de cause, donner actuel. Or, MM., je vous le demand, la responsabiiii6,d unepart, -de l'au- c'est IA, MM. les ,6nateurs, une con-
votre patriotique conx6cration aux A quoi done so reduiraient 1'esprit de- tre le droit incontestable de souve- siddration sur la portde de laquelle
projects financiers du Gouvernement, mocratique du gouvernement du Pr6- rainetlont d6termin6 leGouvernement votre clairvoyance et votrepatriotisme
je sons le besoin de vous rappeler sident Antoine Simon, les principles A accepeer, en dehors des suggestions ne seront certainement pas pris en
tres bricvement les considerations et d'dquit6 libcrale, de justice rdelle et d'une sentimentality intempestive, defaut. Elevant votre conscience et
lea motif& qui les out inspires et qui, de solidarity social qu'il pr6conise, colles des propositions q7ui out paru votre 6nergie civique A la hauteur des
par 1A m6me, les ont revetus du dou- si,aux interkts mesquins de quelques- le plus profitable A la collectivit4 circonstances prdsentes et des int6-
ble 'caractbre d'un plan de r6forme uns, it fallout sacrifier les conditions tout en 6tant compatibles avec notre rirs nationaux don't vous avez la sau-
6couomique et d'un acte d'6quit6 so- normales d evolution de la nation en- dignity de people autonomy. vogarde, vous voterez cea projects en
ciale. tire et m ma a propre existence? a Que de fois, h6las, n'avez-vous d6pit des clabauderies et des convul-
SL'egoisme, dans ce qu'il a de plus a Non, MM. les Senatears, qu'on se pas eu, MM., A criliquer, et A just sions des uns et des pr6tentions ou-
ootr6, s'est cuncentr6 chez nous a un le dise une fois pour toutes : c'est an raison. le syst,3me des emprunts rut- trancieres des autres.
el degr4 d'acuit6, que. sans noblesse, tort considerable de penser que I'ab- ,eux. A protester centre la pratique
sagshtamaitt,,ed6tachentchaquejout section d'autrui puisse nous dtre indif- des petits exp6dients inavouables, iu Le S6natour Cauvin lui succ6de A
de la grande m sse du people qui fdrente; car, t6t ou tard, nous au- digues d'un people si merveilleuse- la tribune et s'exprime en ces tei-
poise et qui patit, nu nombre crois- rons A souffrir de la violence, de la meat doue sous le rapport des riches- mes : MM les Senateurs, sans phra-
aant de faux haitions ; et ces indivi- convoitise, de la sensuality grossibre ses naturtlles de son sol ? Quel es: sos ronflintes et souores parce que
dou, insensiblemi-nt, en sont arrives et de li hont. des autreas I celui d'entrevou4, MM. les snateurs, creuses, sans poser pour la galerie
h cousid6rer cotte int6ressante por- a Aussi, lo devoir le plus impdrieur qui n'a eu A 6prouver les effect Ila- m6me si c'4tait moi qui I'avait rdunte
tion de nos braves concitoyens, corn- qui income A tons ceux entire les inentables da cette monnaie de mau- si nombrease aujourd'hui, sans affl-
me uno horde de barbares vivant en mains desquels la destin6a place,pour vais aloi do it le p tys a 6td envahices cher des sen'imen's qoe je n'ai pas.
marge de la socidtd haitienne. un temps, la direction drs affaires de temps derniers ? Q.ii de vous ne so sans preter mes qua!itis sux autres
a Encore quelque temps,-si d6jA le ia communaat6, c'est de faire en orte sentirait bondir di'mndgation A la et parler de corde en presence de
le ph6nomene nos est pas produit-il que chaque mambre de cetta corr- seula pensee de voir I'Ex6cutif un de pendus. je vous demand la permits.
flAira par- se former uone classes de manaut6, quel que soit coa rang ces jours se pr6senteren cetteenceinte sion de produire one observation au
geas differonts do nous-qmumes-bien social possede do quoi sesosuffir, pour vous demander de voter un pro- sujet de la mi.e en discussion des
quaevivast do nous, puisqu'ilasetrou do qioi subvenir aux bosoins dd- jet soit de frappe da nickel, soit uue conclusions de ce rapport. Ces coil-
weat 6tre les badnficiaires attitr64 des mentaires de la famille. Et la con- emission de paper monnaie ? clusiens que M. le Pr6sident vient dd
4avenur insensdes et des exp6dients dition es entlelle, primordiale pour a L bien I le plus noble souci do mettre en discussion out trait a trois
teanciers dans.la vole desquels, insi- arriver a cette fin, c'est I'ordre et la Gouvernement don't jesuis on ce mo- projects bien distinct, to. r6siliaUod'
diasemsent ils engagent, oaor leur solidaried: I'o-dre materiel, l'ordre ment I'uodes organes, c'est d'en flair do contract do la Banque Nationale
roflt, I'Etat haltieo.n, moral. Ramarquez, MM., que je done avec ces procede+ qui depuis long- d'Malti, 2o. foundation d'aune nouvetle
c Plas les conditions de I'exiutence & cos termes leur ext nQion la plus temps rumnent I'aisance honn6te et banque et 3o. emprunt de 65 mitloes
devienneot pr6caires pour la classes large. J entends par ia 1 harmonies des sont cause, e 0 grandepartis,. de la de. de fracas. Eh bien, il so paout, sans
laborieuse, compose de cultivateurs, sentiments et des idees sur la question chance de nos mzeurs et des cons- miracle aucun, qu il y alt dans cette
d'iadnstriels,d'artisans,d'ouTriersptus caitale du d6veloppement des forces cinces trop avides d or. D'une ma- asseabl6e des senateurs qui sont d'a-
Cortais po0 esbears de groemes fortu- tant individaelles que collectives, nimre decisive et radical, il desire vis d'adopter an de ces trois project
Boe issues de I'asure et doe maocea- l'accord entire les consciences et les operer la r6forme mouetaire qu'ont alors qu'ils refusent tel antre. Si done
gres trauduleoses voint 'arrondir volont6s pour arriver a l'am61ioration tonjours appel6e de leurs veux pa- los conclusions concernast les tro a
_ears revenue~ Plas '614valMon du 16gitim et n6cessaire de la condition trioliques les espri's les mioux pen- sont miss en discussion il se trouvt*
okaneg aftole les families besoganeu- de tous les haitiens, de leur condition sants de ce pays. rait qu'll so verrait dans l'obligattou
see et les condamne au sel repas morale, intellectuele, come de leur De It, MU ., ces trois projects qui de voter poor on centre, ce qui leo fe-
da midi, mons ccteuase smoat, pour condition Aconomique. L'ordre, c'est dans lear contexture intime so p6- rait voter centre ce qu'il seraut d'avis
lapleort de ees rentierms, les uslac- encore,-et Aun autre point de vue,- notrent et so completent, formant d'adopter ou poor ce qu'il serait d'a-
tions ll plus exquises de Ia vigtquo- l'6quil*bre :des forces de la nation ainsi n ensemble li6, parfaitement vis de rejeter. Jo propose au bureea
JManan dans I'Apre lotte pour 'existence, ad6quat aux besoins et aux aspira- et & I'assembl6e d'examiner ccs pro-
a mi se rait loisible de multiplier A c'est la conquate paciflque da bon- tions les puins profondes de la grande jets l'an sprbs I'autre et de disctln
rlaAl la empies de faits qui prou- heur commuon.-non a alde d'uone rd- majority du people haltien. ,ertes, mAparmeot les conclusions d rap
V1at rnbsoorf-mment a'il existe partition ohim6rique dee avan.age come je no cemeral de vous lerdp6. relAUves a r~ha'voe d'ells. Oa o ,
. aloas t de la ricoeseeas pr la sme a ter, des r6formes aussi radicalea Is mencerait par la resillatioa u oraSn
IgUt. 8 4 4. IA plrhAasm- la port do plas humble d4 sAO nea- sont point de nsatau fire plalsir & 0 la Baaque Nationale d'HaIlU.






oi ce contract n'sat pas r6sili6 nous no an devoir de conscience. Pr6voyant
mecvoas pas contractor avoc one autre i'avenir, j ai voulu porter cola a la
sanque et quoiqu'on dise quo joe sois connaissance da S6nat, do Gouver-
onnomi do ces projects je declare quoe noment t du people. Maintenant, le
je vote cette r6saliation des deux S6nat pout voter a ille juge necessaire,
mains.Je voterai aussi des deux mains j'ai fait mon devoir.
parce quae jeo n'en ai quo deux, le con- Le Pr6sident met an discussionpuis
trat de la nouvelle banque parce quo aux voix les conclusions du rapport
o *a tr6aoreries noe sont qu'an vaste ayant trait A la r6siliation do contract
brigandage don't sont la cause coux de la Banque Nationalo d'llaiti.
qui crient si haut qu'on aflame le Ces conclusions ainsi que l'acto de
people Jo voterai la r6siliation et la rdsiliation soot vot6s.
naodation de la nouvelle banque avec On passe ensuite au passage des
doe modifications que jo proposerai conclusions concernant la formation
mais je veux garder toute ma liberty d'une nouvelle Banque.
de voter contie l'emprunt malgr6 les Ces conclusions soot votes ainsi
chaleurouses invitations du Secr6ta're quo les difl6rents articles du centrat.
d'Etat des finances. Le contract d'Emprunt est 6galement
Le President met en discussion, vot6, puis la stance eat levde.
pule aux voix la proposition du Sdna-
tour Cauvin : Pour debout, centre as- __ -- -
isb: un grand nombre de Sdnateurs
Le Sdnateur Cauvin: Vous voyez LA CHAMBRE
quo v)uF 6tes pris dans votre propre
pinge. --
Le S&nateur Bauwsan : MM. les Sd- Siance du 22 Octobre 1910o.
natears, lorsqie j'ai 616 choisi par D ns sa sance de siredi It Cbambre a
honorable president de cette assemn- Danctionn oun procs-verbil pa s, a ras
bi6e pour fire partie doe a commet- discussion. a adoptE les modifications ap
smi rsperviais, ie ref usai parce qat Iporties p.r le Seoat aux contracts de r6si-
ins audierva publiqu dfaire ufae dclarationu- action de la Banque Nationale, de forma-
en audience ubiuement, en face du Sat et ou-ention de nouvelle banque et d'emprunt ex-
vceme en face du S t eot en trieur Ces contracts avec leur loi de
tAco d people qui nous icoute. t neont &t expddids A l'Exdcotif pour
Je sui s6nateur depuis pros de 5sanciion ot t6 exp6dis A 'Excatif pour
ans et je me rappelle avoir dit a Mr 6tre promolguds confoxmiment A la Consti-
F. Marcelin, alorseecr6 aire d Etat des tution.
finances : a Cette histoire avec la
Banque coustitue une dpde de Da-
moce16s continueolement suspendue
sur nos t6tes, il ne vous appartient
pas de nous prseonter des rapports
il vous income de mettre fin a cet
6tat de choses li'h bien, quand an- --
jourd hui s'agissant de s'entendre RENSEIGNEMENTS
poor on flnir ave,' la Banque, corn- M P-n OROLO.GIQUES
meart pourrais-je m'6lever centre ces
projects ? Je n 6tablispas de distinction O bservatcoire
centre lea citoyens, A quelque position IU
social qu itls soeint places, comment SEMNAIRE COLLEGE St-MARTIAL
pourrais-je ne passoutenir les int6r6ts, SIMINAIRH OLL3 GE St-MARTIAL
de tout le monde. DIMANCIE 23 OCTOBRE 1910
Je me rdservais de fair connlitre Baromatre A midi -76o,mm6
publiquement mon opinion au sujet ( *iiu
de ces projects : je suis pour la r6si- Temp6rature 1mini10 21 7
liation, je vote en faveur de la nou- ?maximum 28,4
velle Banque mais quel que soit le Moyenne diurne de la temperateue 25,o
contract qui nous soit present,. il ap- C el presqne convert toute la jouruie
patient A tout s6nateur de fire con- avec ploic aux environs. Pliae ici apres
nattre son opinion, bonne ou man- minuit marquant 8,4 millim& res.
vaise, c'est pourquoi je voulais dire ce Biromi re en hau:.e.
quo je pense. J. SCH.RER.
Nous voyons ici un project de con- ffcial
tat aign6 par MM S Marius, aunom .L official
da Gouvernement haitien et Paul Le N d'avant-hier public dans sa rar-
Santallier. au norn de la Banque Na- tie officielle le sommaire soivant :
tionale d'iHaiti. Nous ouvrons le code Loi institant une cole d'Agricul-
Civil et voici ce que disent les arti- tore annex6e a 1'ecole des sciences appli-
cles 1811 et 1818 (il en donne lecture.) qubei.
Mr P. Santallier est done autoris6 par Circulaire du Secr6 aire d'Etat des
Ie Conseil administration do la Ban- Travaux publics aux Commissaires du
queo transiger sur des chose qui Gouvernement pras les Compagaies de
ne lui appartiennent pas ? Le Corps chemins de fer.
14gislatif no peut pas transiger avec Senat.- Seance do 19 juillet g1910o.
Mr Santallier, ca Mr aurait dl\ so mu- ( Suite et fin.)
nir d'une procuration en regle de Discours du gsndral S. Marius, char-
l'assembl6e g6n6rale des actionnai- gE du portefeuille des Finaices, an Senat
res de Paris, et quand on contract de la Republique, seance do 21 Octobre
avec des parties qui n'y sont pas an- 1910.
toris6es, on s'expose A Atred6savou6. Albingia
Voill ce A quoi nous nous exposons AmiVt
ai noua contractors avecMr Santallier New-York.- Goldenberg, J. Katan.
qui est actuellement depourvu de co
mandat special. Prins Willem III
Ce cas nest pas seulement pr6vu AmiviB
par la loi haitienne, voici l'article 31 t ve : A. esin F. Chrie.
do Ia loi francaise sur lea socidt6s Pei-GoGve A. Cdlesin F. Chee.
anonymes (il donned lecture) Je Curacao: H. Geovges. Guerrier.


oqor au mbldo gnetrale et avoir t J. A Mar. Mm Geores, Mle
Sadhio o trr Gilles,R Gaston, Thomas ChCmberg, S$-
Santalhier Ia procuration qt I di r vda Dambreville, Vve Baptiste, Anna DI-
taerit le droit do traitor qa i non- gt, Cdcile S'-Vil, Mr et Mme C. a-Ms
eor ave non. e, Alberto Hsasson, Mme Julia
Ehi bion, si, mettant do c6t6 la loi Clai Am&de, B. Porcns, ime Jn Pie,.
I'Etat haitien traitor avoc Mr Paul re, Vve Dumas JnPierre, Sy via Grvals,
Santablier i s'ex ose & ce que as- loe6phine loseph, R. MombIleur, Blio PH-
embible gnarale dea actonnaire. sao, R. Tarenme, Mme B. S. Ramssu,
n'accept. pas ce qui auralt e4 fait. S Ale Duval, Mme M. Deseck, F-
Jo declare aon outre, M. le Prdesi- licid Asor, Salm Zrick, G(orps HuemS,
dest, qae je noae demandeanoua vote, ILH. Alck. Gabellua Chevallier.
***at ane simple observation quoa jo. Jemaime: Ldomce NalebacheGae Male
Umaals & fai, la @on@daitai eeamae I.she, JamiS Cijrem.


S. M;r: Michel Said, Mme
Nelson, Octavie Jn-Baptiste.


Alexandre


DiePART
St Marc : Mile Alice Fourche, Sosthl-
ne Delande. Barthole. P. Bazin, Valbrane,
Mme F. Luabrios,Mme F. Raphael, Mme
D. Colimon, Mile Anna Colimon, Dan-
ton St-Fleur, Marc St Fleur, Mile Matilde
Kinol, A. Kerol. Mme Anne Daboar,
Mme Vve Woolley, Angele Gtrmann,
Desbis, Dorlian St Cyr, Mile Gracia Ade.
Ntw-York.- Clarence Memin, MI'e E
Alms card.

Est more ce matin Az x htu;es Mar'e
Rose Marie Jn Jul;ea Jn Louis.
Ses funerailles auront lieu remain A trois
heures de I'sapi:-midi en 1 Eglise St-
Joseph.- Maison mortuaire Grand'Rue
N 031.
N. .
Pierre Antoinc Samuel Salomon, chf
mncanicien de I'aviso a Le Cen'eraires dE-
cdde hier A it bres du ra:tin Ses fundr il-
les;uront lieu aujotrd'hui A trois heures
en i'Eglise Ste-Anne. Maison mcr.uaire
rue de la Revolution, pr6s de i'Hospice St-
Fr;njois de Sales.
Mexique
( Du Bulletin des Republiques ,Ami-
ricaines. )
Le a Mexican Herald, a ea date du 17
a-ril 1910o, dit que a concession porr la
cons ructson du chemin de fer de Zacate-
cas, A Or.ent a eti signee en avril par M.
Zarate, gouverneur de I'Etat do Zacatecas.
Les travaux ont di commencer le xer juin.
La ligne aura x7o kilom&tres de long, al-
lant de Camacho ve s M;zapii, sur le tron-
gon principal, il y a aussi un project pour
un embtanchement de Cedias au camp mi-
nier de Bonanza et un au re Tirversant one
contrre riche en guayaule.
Dans l'Etat de Tabisco, et dans le nord
du Ch apas,ii y 35 plantations de caout-
chouc representant Lav.ron 43,00o3 a.res,
contenant A pea p ,s 12,ooo,ooo d rbus-
tes. On a puise ces renseignements de
source presque certain. car ils vienoent
des direcceuri des plantations.
La construction du chemin de fer de La
Veia Cruz, Tabasco et Camrit:he offre aux
entrepreneurs et maisons inJus riel es des
Etats-Unis l'occasion d y fare des affa res,
car it faud;a beaucoup de materiel rnalant
et de maternaux de construction. On va
commencer les tra-aux d'ici pea.
Le 15 septembre p;o:haia, le Mexique
commenceta i fcr le centenaire de son
independence national. Ce fur e 15 sep-
tembre x8io, que Don Miguel Hidalgo y
Costilla, pretrede la peii.e paroisse de Do
loers, dzns 1 Etat portant aojourd'hui le
noia de Guanijuato, se mit A la itte d'an
movement pariotique qui, au boot de
onze ans d hostillitds, eat pour rualtat I'a-
bardon da iay; que Cor'ez avait conquis
pour le royaume de Castille.
Ce n'est p s sealement A l'occasion du
centenaire de son existence come people
libre qc le Mezique se rejouit, mais cn-
cor. A cause des progres qu'iis a fairs an
poiut de vue materiel. Le gcuvernement
est etabli sur des bases solides ; la vie des
citoyens est en security ; la proprid 6 est
respectee, et les occasions commerciales se
presentent de tons c6 es. Beaucoop de na-
tions envetront des ambass-dears, des com-
missaires specianu, ainsi que des ercadres
pour prendre.par saox f es donn6es a cette
date.
L'exposition sera A Poebla, ville situie
A quelques heures de chemius de for de
Mexico. Plus le moment approche, plus
i'enthousiae'e augmeni.e,et le comity d or-
ganisation pease qu'on ramissers dans la
capibale seale on demi million de pesoa
( P 25o,ooo ean or des Eats-Unis),
Les hb6tels fontde grands pr6dratifi poor
recevoir one foule immense de visitears,et
les particalier qut voudroat profier de
l'occaon pou:ront louer des chambers a
ceux auzquels lei b6 els ae poorroat dcu-
ner i'hospitalit.
U.e des choses qul atuirera le plus i'at-
tention des Etrangers A Mexico sera le grand
TheAtre Arbeo, o0 le jeudi mor 8 sepeem-
br. ue troupe d'artlsses rmommse joem
Ie chefd euvs de VerdL Le. ikcs a ITs

OS*


' Le thttre a 6td reconsruit pour ia saison
prochaine do grand opra ; on a dlargi la
sc ne, agcrandi la salle e reait lea dhcora.
tions.
Dams deux ans le Thetre National sera
termini et it iconributra beaucoup a fair
de la capital un centre musical des plus
renommds.

COMMENT

ON FALSIFIE LE CAFE


( Du Bulletin du Syndical
defense du cafi )


Giniral do


La HArpe aitribue injus ement a Mme
de Sevigrc cette phrase que a Ricine pas-
serait come 'e caf II est notoire qu'el-
le ne l'a jamais ecrite : elle a dit ail'ers
ne I'on se degooterait do cafe commae
.un indigne favori ", elle n'a jamais fait
entire les deux le rapprochement qu'on lui
p: te.
Elle modifit plus tard cette opinion
qu'elle avait tormul6: sur l'auteur de Ba-
joaet. Sans doute aussi, avait-elle autre-
ment prejugC du cafe si, vivant vingt ans
de plus. elle avait vo (out I'intirat qua
Louis XV 'imoignait A la culture do pied
de caf6ier d'Arabie que M. de Ressons avait
apport d'Amsterdam au "Jardin do Roy."
Ce premier pied mourut, mais on se-
cond qui avait prospire put, sur l'ordre
do roi, etre transported quelques annees
plus tard A la Martinique. On dit mme
que le chevalier de Clieux se priva d'ea
pendant one pattie de la traversee an pro-
fit de cet ;rbaste qui a donned naissance
A tous les cafdiers des Antilles.
A la fin do XVIIIe sickle notre colo-
nie produixit poor plosieurs millions de
ce te den',e don't la consomma-ion devint
si important que la culture s'en rdpandit
biecntt A la pupart des conurcs tropicales
de tones les parties du monde.
Le cafe, ma'gre ses propridtds stimu-
lantes, est consider& come un aliment de
luoe, ct la plap rt des gouvernements en-
ropeens ,'oct grcvd de droits de douane
fcrc eleves. Taadis que le ddveloppement
considerable des plantations aurait dO en
abaiss.r le prix, les droits qu'il support
en ont fait an contraire on produit trrs
chcr : come tel il devait tenter l'ing-
n:osl des fraudears.
Les falifica'ions de cete dearhe soot
aussi nombreuses que varies ; nous al*
lons passer en revue les principles d'e-
tre elles.
N'insistons pas sur l'habitude que les
commetiints ont prise de bsptiser Moka
les cafes a petits gains jaones et arrondis,
Bourbon cenx A grains vers allonges et
points, Martinique ceux plus gros,largae,
apla is et de teinte gris trdoise. Oa poor-
rait dire qu'il y a tromperie sar la mar-
chandise overdue, car le cafe a dispars,
on A peu pres de la Martiaiqae. tandisque
le Moka ct le Bourbon que l'on recoli
ne peuvent enter que poor one infime
parties dans la consommation mondiale.
Mats ce sont 1a plu 6t des denominations
acquises A des types ddfinis : contentons-
noas de savoir ce que cela vent dire, et,
si note cafC est bon, ne crioms pus ai
fraude..., A moins toutefois, que 1Arable
ne demande, elle aussi, la ddlimitatioa
d: son terrtoire, avec vigneite special.
Ce qa i es: infiniment plus grave, c'a
Ia fabrication do Moka on du Boer-
bon, nouas voloos dire be maquillg q4
I'on fait subir aux cafes poor imitr
les types les plus estimns. II arrive to
les jours dans nos ports des chalgBimeU
de caif mauvais on avar ds. Tant6t c
ce sent des grains coeilis avart maturifd;
tact6t c'est no coup de mer, a 0o05
daas uno endroit humide qui, 0t prove
quans une fermetartio, aureot compli
meat deaturd Ia1spect, 'odcar, le goat a
sor.out les quality de notrm deare. Ca
chargements soot 1..plotblemae rdeus
mai Us coos Itoet ae excellmste sabel
oc poor oos frandesa. Refese am Havie
All reatraro qIquevs me s mois pil
Sseoes aspect fiam mmat ptes o
gesut.
C'st ao Belgiqae, a AavK, eW Hea
Idas usimnes .ali laoe seash ms
popAd d:

Ieg


--






S color Peaade ch on lave en- Kola Champagne
co1, a sche A l'etuve et, finale- O Uampa
mnm. pour donner le ton voulo, on les ReoonsUOitvant
torrfie lterement onu mieux, on les teint Formula due & l'obligsance du
avc an de ces nombreux colorants rti-
ficils doat la chimie moderne nons offre I TB..6oxa. .Ad.'T d ***4W
la game varide. Et puisque cela ne codt- Ancien Intern des Hdpitms de Paris.
to pas plus cher, et que lea fabricants font Paux : P. 6.00 la dionwpine.
get qae-de donner une physionomie nou- DEPOSITAIRES:
velie A ces'cafds avarids on de qualitds in- Mr Simon Vieux, rue du Maasin do
kiusm, is Is leor donent Is plus en-E Port-au-Prince; Mr Gorge
fs ge a ne p o s si b le so usd 'asp e c t d e s q u a l I'E t at iPmo rt a- rin ; -d r o
as es plus estides Blot, rue du Magamin do l'Etat, Port-
Prudentes mlnsgtres qui achetez votre M-Prince; U r Ana.ott (Cayosane) ;
caf6 vert pour le griller vous-meme, m- B. Coob, s 6, 6l.
iez-vous donc do "' caft manipul I N. B. -Outre ctt cagorie, l
Voilj pour le cafd ert. Occupons-nous Soc4t- G6nrale de Kola Champagnrie
Simt st de 'ienrobags e du cafe tar- livre au public one autre classes de
refiE. Cette pratique trrs rdpandae, et que ce merveillex product, an prix de
besaucoup de b'eurs consid et comm QUATR GOURDES et domie la douz.
licite, cosiste recouvrir dan enduit a FueD
surface des grains au moyen d'une mati~re Fabrnque au G hemLndes Dalles
6trangre introduite en meme temps que e POr-aOC-PiTc G, D(H KOLA-CHAMPA.. Box, 13
caf ds apparel torrfier o rdpadne Pr-a-Pince, (Haiti) P. Bo, 13
mfsuite. On emploie pour cela du sucre.
des molasses, des matiries grasses, de la va-
Wline, de la glycerine, voire meme des id- -
sines, du s-ng de baeaf et de I acide sulfa- -
uique. Avis b
On prdtend,poor 1'expliquer, que 1'enro- au public
bage format autour du grain one sore de Nous venous
C ine, le met I'abri de l'humidite am- de recevoir :
iasnte; on invoque aussi le goCt do public Papier A lettre,
pour le cat6 colors. Enveloppes de
Ce goat est loin d'6 re general : nous touted grandeurs,
devous dire cependant qu'il existed, et cer- Livres de compete,
tains marchaods y rdpondent en enrobant, Copie de lettres
leur cafe avec de faibles proportions de su- Block-Note.
ca ; ils ont soin d'ailleurs d'indiquer ce.te
opndstion A lears achetears. H. & A. Stecher
En rdalitr, le but que 1'on ponrsuit ge- Rue des Fronts-Forts 5.
adralement est bien different : les cafes ava-
rids on de mauvaise quality prennent A laI
sorrdfaction one treinte mate qui les ferait
facilement reconnaltre,tandis qu'un enroba-
ge bien fair lear communique l'aspect gras
ot brillantrde sla quality la plus recherche, ,,UONE HOLLANDAISE"
Et I appareace extirieure permet,une fois (Keninklike West-adrische Malideanst)
de plus, de mettre en vente A des prix --
svan'ageux one merchandise qui n'aurait
jamais pa trouver d dcoulement. Le s/S" Prins Willem V "venant
Remarquez d'ailleurs que cette operation de New-York et de Saint-Marc se-
=$-me effectude sur des cafes sains, en Si-s
rendant A cette den-ce une par ie du poids ra ici dimanche 30 courant, pour
qa'elle a perdu pendant la torrifaction, ne repartir dans la soiree pour Jcr6-
mauque pas que d'T re lucrative. mie,Cayes,Jacmel,Curagao et 1'Eu-
On a ca'cu!e qu'une bril'erie traitant rope.
.20oo kilos de cCA~ vert p.r jour, et eur.
bant A 6 0olo gsgnerait de ce faith 22 ooo ki- Port-au-Prince, 24 Octobre 1910.
los par an, ce qui, en drjits de douane
sealement, se traduit par one trentaine de AUG. AHRENDTS.
mille f ancs de bindfices. Agent
Pour en terminer avec cette question,rap- -
pelons quae 1 'enrobage, en retardant l'eva-
poration de I'eau incorporie artificiellement z A.
permet aussilemouillagedu cafe.Onmouille Chez A. CipolIn
le caf6 comme on mouille te vin, mais le 82, Ruc RAPUBLICAINE, 82
produit sinsi obteno s'althre facilement, et
cte fr.ude pea site pour crtte raison, En face la BOULANGERIE DU PROGRkS
quoique d'an grand profit, n'est gcere pia- et prbs la Maison WEBLY PRSSOIR*
tiqude que pir les commercaats don't la VIENN3NT D'ARRIVER :
merchandise se renouvelle facilement: VINS ROUGES & BLANCS par bar-
Mai ne nous bornons pas A c-s fr-u- riques et par caisses, marque e1res
des 16lmentaires qui ne sort, A toot pren- COtes, de la Maison Bount* FRkRzs,
dre, que de la therapeatique ou de la ebhi de Bordeaux,incontestablement sup6-
rurgie bien exercdes en matiere caffitre. rieurs & tons les autres vins actuelle-
(d suivre. ) moment sur place ;


Lip Atlas

Le vapeur" Altai ayant quitt6
New-York jeudi 20 courant, pour
Cap-Haitien, St-Marc, Gonaives et
notre port est attend ici vendredi
28 courant. II partira probable-
ment dans 1 soir6e pour Cayes,
Jacmel, Savanilla, Cartagena San-
ta-Marta, Kingston et New-York,
prea-,ut la malle, fret et passa-
gers

La malle pour I'Etranger (via
J6r6mie) par Ie Sis "Albingia" fer-
mera a la poste vendredi 28 cou-
rant A 8 heures du soir.
Port-au-Prince, le 24 Octobre 1910
I .MUiMANN & Co. Agent,.


CONSERVES ALIMENTAIRES de
premier choix, deflant touted concur-
rence ;
LENTILLzS.-SAUCISSONS. FROMAGE.
CzRISES EN FLACONS. BEURnR
DUo VAL SAurr-MICH3L a
ET D'ITALI3, IC., ETC.
GrAce A un personnel nouvellemen
arrive, la Maison met & la disposition
des families et des h6tels, sur corn-
inande,de la fine P&tisserie Francaise..
NOTA nugW.-La Maison est, comme
par Ie passe, bion pourvue des I-
quours et Sirops qui out fait sa re-
hominee.
Bi6re de Munich
Augustinerbrau
En demi-bouteilles
la dousain G. 9.
PUA3MA W. BUCH.

V. P. Salas
AVOCAT
CADm Ram Pm Ai


Laboratoire S6journ6


PREPARATION DE TOIJS AMPOULES MADICAMKNNTEUSES


STERI.


AmDpoules d'Eau de m6r Isotoniques salon Quinton.
L'eau de mer quo nows employons a 6t6 soigneusement capt6@ au large,
an delay de I'lle de la GonAve. Nous faisons remarquer au Corps medical
I'observation judicieuse quo font les laboratoires 6trangers :
eL'Ban do mer injectable doit Stre do fabrication r6ente pour avoir toutes as pro-
prilt6s thdrapeUtiques. Doe ombrses attestatioms noun permetteot de ooUtflr quo
eoa produlta out donn6 tons las rdsultatsa op6r4. a
Sp6o0alit6: Serum nevrosthAnique.
Ce Sdrum r6gularise lea changes nutritifs, il a 4t6 employ ave suen
e&s dans la neurasthdnie. la tuberculose. eta.


NICOLAS CORDASCO


157, rue


R6publicaine, 157.


A su conqudrir en peu de temps la premiere place tant A Port-au-Prince qua
dans la Province.
Le veritable succ#s don't elle jouit est dd au choix incomparable de ses mo-
d6les sur forms francaises et amdricaines d'une 61egance irrdproctiable et
repondant A tous les caprices du bon goat.
Tons ses modules existant en magasin en totes pointures et largsurs Ihi
permettent de chausser tous les pieds, m6me les plus difticiles; et la mod,-
cite de ses prix est accessible A toutes les bourses.
Toutes les personnel qui ne trouveraient pas A se chausser dans le ma,,a-
sin seront satisfaites dans les 21 heures par un article fait sur measures
N.B.--- La maison peut chausser; sans prendre des measures, les personnel qui
ne peuvent s'y rendre.
II suffit de lui envoyer une chaussure allant bien' ou sinon lui signaler les
defauts.
Les chaussures n'allant pas bien seront remplac6es par d'autres, rectifl'e:i
d'apr6s les observations fournies.
La faculty du retour est permise dans les 24 heures apr6s la livraison. Si
les chaussures ont 6t6 port6es ou ne sont pas & l'4tat complete de neuf ell12
seront rigoureusement refusees.
La mason d6fie toute concurrence, et envoie franco en pro*
vince.
AVIS.--- La maison a nouvellement reQu un assortment incomparable da
pean: veau verni, vche vernie,vAche noire, veau satin, kangaroo, chevrea.'x
glaces noirs, jaunes, champagnes, rouges, etc,etc.


Vente en gros et


on detail


Les clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sorts de tournitures
pour cordonnerie A des prix excessivement rdduits.
Ces prix exceptionnels no soont obtenus que parce qua la maison ne fait
plus ses affaires que directement avec les fabriques de peaux et de fourni-
tures, des Etats-Unis telles: qua tirants, oeillets, lacets, clous, 6lastiques, Iil
pour machines et pour cordonniers.



Grande Fabrique Moderne
DE

Boissons Gazeuses Sup6rieures
II y a A peine une ann6e depuis qua la plus nutritive, la plts agrdable et
la plus fortifiante des boissons Gazeuses eat entrde dans la Consommation
sons le nom de

ROYAL KOLA CHAMPAGNE

Sea qualit6s et sa fine savour lui ont vite conquis une vogue croissants
qui est un encouragement en m6mo temps que la recompense des sions
minutieux donn6s A sa fabrication.
D6sireause de satisfaire les goats los plus difficiles pendant I'6tdIde 1910,
la fabrique a prepar6 au moyen d'appareils perfectionnds des ,produlta
hors pair.
Elle met en vented au m6me prix et sons cette m6me marque ROYAL
plusieurs ddlicieuses Boissons gazeuses qui serout la Providence des per-
sonnes soucieuses d'offrir chez elles d'exquis raffratchissempnts aux goets
varies, et pr6cieuses dans touted les reunions A c6t6 de leur aine : le
Royal Kola Champagne
POUR VOUS EN CONVAINCRE, DEGUSTEZ UNE BOUTEILLE DE CES
PRODUCTS INGOMPARARIr- :
Cream Soda Cristal Limonado
MOUSSEUX AUX FRAMBROISES MOUSSEUX AUX FRAISES
MOUSSaKU AUX CERISES.
L'AoeKCB G*abarL eot toujours an Magasin do la Mdtropole 98 rme do
Magas i de l'Etat, vous trouvere: auasi oee products an mime prix das les
Dp6ts6 sualvnts :
1PICERIE MODERNLE 185 Grand'tre, eo face la Maison Robella.
EPICERIE CADET LUNDI. rue dee Froats-Forts.
A LA PHARMAC(2 NOUVELLE ALEXANDRE ROBERTS, rue Roor.
MASON A. FAUBERT. re Roeu.
& rkPICfal &. CORVINGTON, nre Vire.


I I -







M' C.,L.Verret
Tailleur-Xzhn
Donne &vim &Ama& blzoavilaste dliIs
Web quo a a&lidon No:,71rft Traver-
ulbre ost touj ours bion ourvue d'me
vairi6td d'6tgo~smdo Faubate nown
Yesat6 parlalanas.
QUAITASU,*Aijv w. COUPEk.*SAOM
VMAAM0I XNIk. EXICUTIOK PROUMPT
Prixtris rdAsits
16A


Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el-
ao vient do recevoir. par dernier Ib-
teau, une forte quantity de marchan-
dises et de fournitures do touts frat*
cheaur et do touted beauty, import6ae
do France, d'Allemagne et des Etats.
Unis.
Le public 616gant, curieux doe m
bien chausser, y trouvera lea peaux
lea plus solides et aux nuances les
plus varies les former les plus belles
ot lea plus approprides.
On n'a qu' veuir chez G.B. PEITOIA
pour 6tre assur6 d'6tre chauss6 sui-
vant les meilleures lois du confort et
de la mode. Sp6cialit6sa pour dames.
Grauni Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, former, fournitures
at mat6riaux divers pour cordonne-
rio. 0.. trcuvera tout ce qu'il faut, aux
prix lea plus moddr6s, A
LA CORDOxNNxRI NOUVL.LU
143,GRAND'RUE 143.


American Bar
PLACE GEFFRAAD


Fromage Edam or P.
c Gouda
c Chrysanthchrum G.
SAUCISSON Allemand la liv. G.


2.50
1.00
1.50
3.50


Beurre de table 1 Iv. or P. 0.45
9 O 2Iv. 4 090
Lait st&rilise I litre G. 1.00
S4 1/2 0.60
FRED. W. KATSCII.

A L'AVANCEMENT
GRANDE FABRIQUIE DE MIUBLES lT DE
CBRCUEILSDE CHIARLES A. BROWN.
126 Place d, la Paix et 108 rue
Magasin de.l Etat
La grande fabrique de meubles et
de cercueils de Monsieur Charles
Bronw don't la reputation est faite de-
puis plus de IS ans vieunt d'augmen-
ter le personnel de ses ateliers de
plus de dix 6bitnisteQ : ce qui lui
done un no-nbre snftisant d'ouvriers
pour satisfaire aux grandes deman-
des de sa nombreose clieontle, taut
A Port au-Piince qu'en province pour
I'ex6cutiou des commandos de men-
bles de tout stylvie choisis dans lss
Catalogues francais ou amhricains.
Un sculpteur special eat attach
aux ateliers pour l'ex6cution des tra-
vaux de sculpture de tous modbles
g6n6ralement quelconques.
Grande reduction de prix sur lea
commands qui seront confides A
r'6tablissement.

On trouvera
do meilleurs Cirages pour tons sou-
UlrsA I I manufacture de cheassures
G. GORDASCO.


NESTOR FELI
L'excellent taiUeur avanta aMement
oonoanu do touted la R6pubUquo viet
do roprrir aon atelier, Rue F6rou
(h_ dies Mkrew) No. 7t.
Sa aombrnUoe o elbMa try
somme trvouore tal ato- o
pr bee waaum qui Jai @WO1-O


COGNAC OTARD-DUPUY


Maison 6tablle depute 17
dana Io ChAteau d
oft *astu6 Ie Roi Fran4ok..


Pour tons' renseignemnts et commandos
S*ADnRssR A: Andr6 FAUBERT


agent g6n6ral pour la R6publique .daiwa



AGENCE SPECIAL

de la Regie Francaise des Tabacs
Pour la R6publique d'Baiti
Extralt du TARIF G6n6ral, Octobre 1910.


Cigarettes


NmAs I paquet de 20
do Ie paquet do 10
CKassxcR le paquet de 20
HONGROIMSs en levant sup6rieur Le Bondon do
20 cigarettes
do on caporal sup6riear paper rose, Is
paquet do 20
do en Maryland le paquot do 20
do on caporal ordinaire paper bleu le
Bondon do 20


ELz4


eAtras on Levant ordinaire le Bondon do 20
do en caporal supArieur paper rose, Ie
Bondon de 20
do on Maryland paper jauns le Bondon
do 20
do ean caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20


FRaCAIS s en caporal sup6rieur paper rose le
paquet de o0
do en Maryland paper jaune le Bondon
Sde 20
do an caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
RoULtas on Maryland et caporal sup6rieur le
portefeuille do 20
do on caporal doux la bottle de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la bolted de 10


OURDES

1.20;
0.60"
0.90
1.2C

0.85
0.75
0.70
0.70
0.760
0.60


0.45
0.75
0.40
060
030


Tabacs Scaferlati


GOURDS


LEVANT spr sPRIUR (dit tAbac d'Egypte) la Botts de
50 grammes
LavANT ORDINAIRB paper violet liss6, le paquet
do 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIaUR paper bleu le paquet de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet do 50 gram*.


men
GAPORAL. ODINAIRi
do 40 grammes


1.S


0.70


0.79


paper pate brune le paquet


TABAC A PRmzs, Virginie hautc ot, paper jan-
no, le paquet de 100 grarm.-es
POUDRE suPRFUZuaR, papier Liae 'l psaquet de
100 grammes
POUDRZU oPnWaTR, paper brun, le paquet do 100
grammes
TABAC A MACKmR roles Menus fil6s Is paquot de
100 grammes


X.a'agezart mp mpoi1,


MAISON DE CC.FIANCE1
148 GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,
- LE TAILLEUR si bien conna de la
R6publique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de recevoir par les
derniers Steameis une Vari6t4 d'6tof-
fe. de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote, Drap vert et bleu d'une
r6elle sup6riorit6.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE I SOLIDITE I
L'dtablissement so recommande aux
clients les plus d61licats qui appr6
cient chaque jour davantage le Iilx
de son travail.


Demandtz chez
Restaurateur de la
tales Illus'ries.


Joseph Saint-Cloud le
Sante et des Cartes pos-


Francisco DESUSE
Fabricant de ohaumura
La rManufacture a toujours on d6-
p6t un grand stock,-pourla vented on
r at on ddta'l, do nau
gto gares poor _
I HouMM, Fwas, EnqAMS.
Los commandos deo commoranta
do rintrieur pourrm etrs ex6catoa
dene oe oaainns& pu pra.
Rue dee F ntee.uFo.s a



=h Le 0tOb -0
sAm asii A


J. LAVILLE.


t.51

Im

Im

IAU


Chapellerie Moderne


Salon


PLACE DE LA PAIX.
de coiffure du


Louvre


La Maison vient de recevoir un CONFORMATEUR, le soul instrument prat.-
que et universellement employed pour prendra la forme de la tete. Plusicuts
clients peuvent ltre servia rapidement, grace A cet appareil merveilleox.
Si on veut commander ua chapeau A I'6tranger, MM. GONZALES & j062
SAN MILLAN vous donnent les measures A expddier.
Paille remarquable. 'anamas supdrieurs ; les chapeaux soont arranges,
rdpards, fabriqu6s, selon les goits les lus difficiles et les plus ddlicats.
Si vous voulez boire du RHUM DELICIEUX, du RHUM PUR, vrai prods*
d'une distillation method ique, allez chez

Leon Liautaud & Clo
oft tons, riches et humbles, vous serez satisfaits. La reputation do
Rhum de "L'Etoile"
s'est fait rapidetment grce A l'excellence de la distillerie dO;' L*llte f
an Plaine do Cul-de-Se, oft so fabriquait e -
Rhum de fen Barbancourt

-.. ACCOUREZ

chei Herrmaan CorvingtoM
t10, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DES MIRACLES
Vons y tronverez du Bon Rhum SmuttIM

-- --*


U U~U


pla. suo imiT


I I le Ilrrr~ -- ------ -- -- ---~ -- i`-


r


r


GO