<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01057
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 20, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01057

Full Text


Quatrieme Ann6., A la10741


Poert-au-Prince, .lald


Jeudi, 20 Octobre 1910


Pioet-au-priii-


80st~~t


Btranger.


Un Mo G. 2.00
TaoIs Mois... 5 00
UN Mois ., G. 2.20
raoIs Mois 6.00
TRs Mons 8.00


Dmac'ujat
CAlment-xaaloire


0


U


c


J


ABONNEMENTS


OUOTIDIEN


CONTES DU JEUDI des cigales, sous la lueur timide des de I'avarie, il resort nettemen de cette
premieres 6toiles... *.ote que le conseiller intime Ehrlich vient
Au dehors, le vent continuait a g de decouvrir la gaorison d'une malsdie
L V IEIL OR F VR E mir et la neige tombait plus 6paisse. "jusqu'alors incurable et presque mottelle
~LEK~ VI F V R A breve 6chiancd.* a Pour deux mille cam,
aurait affirm le confirencier, on peat di-
-- re que les made out kid rEellement san-
Malheur a moi I Malheur moi I et le joaillier, des lvres memes du Soudain, un de3 plus claire dia- vys de la mort par une scale injection.
g6missait le vieil orfevre, en vovant bdb6, recueillait le lait qui, de mme mants, alors qu'il allait le sertir dans 11 n'y a eu jusqu' ptrsent que quatre di-
bdanteo et vid's toutes les griffeo de que les lairmes, so congelait aussit6t la couronne, fondit entire lesdoigts du c s dont trois sont attribuks la constitu-
la couronne royale a laquelle, avec Mais le nouveau-nd ne se rassasiait joaillier come une aiguille de glace. tion physique des malades...Il a teimin-
tant de soin, it travaillait depuis lea pas, suQant toujourc avec aviditd ; Surpris, le vieillard regard avec en aIoutant quon ne pouvait ras encore
longs soirs d6t6. a Malheur A moi bien'6t, la bouche s'empourpra, pa- dtonnement ses doigts mouill6s, et dire si les exceilents offers de la pi para-
Qui m'a void les diamants si clairs, reille a une blessure ouverte, et, des vit avec effroi que toutes les gemmes tion seraient durables, Farce quit tallait
les rubis couleur de flames et les lavres, le sang so mit A couler. fondaient, ruisselant come des lar- les observer .an moins pendant deux ou
opales plus blanches que 1'6cume des De nouveau, mystdrieusement, par- mes, du lait ou du sang, de tous les trols ans pour pouvo;r les juogr i ce
flo's ? H61as tous mes biens vendus la la voix fantastique : fleurons de la couronne. point de vue.
ne r6aliseraient certes pas le prix de c Vois, si les rubis de la couronne Bl6missant et livide, I'orifvre .se Je ierai J'aborJ remn riaer, tout le mon-
Ia moindre de ces pierres I Ce fut avaient une aussi belle couleur.* mit A trembler; mais une idWe lui de 'e s:it, que 'ava ie n'est p.ts pr&cise-
certainement hier, lorsque je sortis A L'orfevre no cachait plus sa joie. II vint : d'un elan, il repoussa le lane ment une maladie mortelle a breve &chd-
la nuit poar ramasser quelques bran- avanga les mains et, retirant I'enfant sur lequel il 4tait assis, et, l'angoisse lance. Loin de ).I. L avarie ne provoque
chess shches afin d'aviver mon feu. du sein maternel, s'empressa de re- au cceur, so hata vers la porte. 1il- guere des accidents morels que dans la
Le vent a dd pousser la porte,et quel- cueillir le sang qui perlait... las I la femme 6taet etendue sui le p6riode ternaire et no amment la parAly-
qu voleur entra... Ah I pauvre de 11 neigeait ; un vent g6missant sou- sol, glac6e, more ; elle n'avait plus sie g6iorale et I'a'axie ne tent le malade
moil levait, dans le jour triste. une pous- de larmes, plus de lait. plus desang. qu'apres un laps de temps trte .oog. Je
Et le vieil orfivre, affali sur son sire glacde ; les toits des maisons La neige continuait A toinber, s'a- sois don. oblig6 de croire que les paroles
bane de travail, g6missait en p nsant devenaient blancs; la plaine toute en- moncelant sur le c)rps, et le vent attribades au professeur Ehrlich ont et&
au supplice qu'il ne pourrait 6viter. tire ressemblait A une pierre im- sifflait tristeament, comp'4tement d6natur6es. Un itudiant de
Soudain, une voix soitit du fond mense, blanche et luisante ; de temps Le vieillard tomba sur les genoux. secondeannee n'came:rait pas une pateille
plein d'ombre de la chambre silen- len temps, faisant tA:he sur la neige, dsesper :a .*Ah mal eur Amot mal- absurdity, car 1avaxie, laissde A son vo-
ciause : a No t'affiche pat, disait passait l'ombre d'un corbeau. hour A moi a se prit-il A g6mir, en lution normal, ne tue jamais le ralade
olle ; a et si tu as quelque charity s'arrachant les cheveux a (jae va- dans les premier mois de son 1volalion.
dans I'Ame sors un moment sur ta t-il advenit de moi ? Oh I minsrable Oa lit ensuite que quatre malades sont
porte : li, tu rencontreras. A d faut que je suis 1 mor s, don't trois en rai.on de leur cons-
des pierres qae 'on t'a vol4es, d au- L'orfvre est retournA son ban La rumeur du vent le fit tressaillir: tiut on physique. On poutrait rcl.amer
tires encore plus rares... Va, pour Ldorftvre eat retournt A son bai relevant la t#te, les pupilles dilatees, pour ces iros deces une e>plication plus
qu il n'y ait point, en ce jour du Si- de travail. En chantant, il a pri I. I oreille attentive, il espera un ins- precise. Reste le quatriace ?...
gneur, un home triste de par le chA ser o en 1r t it leate e. si 'r tant que la voix mystdioeuse allait de Mais la fin de h communication est en-
5onde. cA ser d e larmes le lait el le sge nouveau se fair entendre .. Mais, core plus incohdrente.
6merveill6 de la beauty des gemmeso, i hu mnt sinistre du Nord- i m d-
Lo vieillard, r6agissant contr a la nouvellps seu e hululement snistre du Nor- Voic de mle malade "sauvs d'u-
peur que lui avait caufe la vuix mvs- Est emplissait lIair. ne mort certaine," et la note se termie
tpriase, tirae le lioquot et sorti. A. dehor., le vent siftle de plus en Tout A coup, le trot cadence de dmopr certaanee, e: la note se term ie
ruse, tira seul doqo port, i, vit une plus fort; la neigi tombe phl.s dens,; nombreuses montures vint trouble le pan encor pour povoir iuger si lex on ffet
upasvre femme m igdo- dgueni e et, sous le hangar ddlabrd, le btbtb silence de la rue. Le vieillard regard du ,raiement scront durables. "
pai povretaitemme s gr, drs gunill tou e, pleura centre la poitrie gelee et fl.- tristement, d3 ses yeux pla-ins de lar- Je ne comprends pas comment ces ma-
ti portait dan ss bras un tout p-fant trio de la femme transie. mes : au loin. par delA les arbre lades, apres avoir pt sauv4s de la mort,"
Elle pleurait et t emblait, toute Alors at laa mysterieusement la Vo x sans feuilles, blancs et couverts de qui, dan I'etat actuel de la science, ne
courb6e par le froid. fantastique : neige, une troupe de seigneurs et de les menaqait aucunement, doivent tre
A v d jo ier, a mh ureu- Pour quoi n pas ori soldas s dirigeait vers son logis observes pendant deux otu trois ans on-
A la vuo du joaillier, la malh ureu- c Pourquoi ne pas offrir i.'ho pitti c'4taient les gens du roi qui venaient core--il faudrait dire pendant dix ans-
so so prosterna A deux genoux, et, de t6 A la inallhureuse qui siutTre au chercher la couronne. pour s' asurer de I'lfficacitr rielle doamnn-
ses yeux creux, les larmes tomb6,ent, s-uil de la maison ? No t'at-elle pas Dans un dern'er espoir,. I'orf6vre'e yean traitement. II me semble entendre
plus grosses et plus presses. donn6 ls diamants, les opales. les pencha sur le calavre ; il ouvit les cechirjagien Etranger affirmant dans an
a Vois ai tes diamants 6taient aussi robis ? Ne lui dois-tu pas la fortune, yeux sans larmes, pres.a les seins congrds international, qu'il venait, en ex-
purs, s dit mystrieusement la voix et meme la vie, puisque tu aurais 6te taris... Puis. voyant la mort indvita- t:rpaot le nerf grand sympathique, de
fantasy ique. conduit au upplice ii tu n'ava's pas ble et prochaine, il s dcnia, rampant gudrir un malade deccite glaucomuse...
Et l'orf6vre, regardant les pleur, de eu los i ierres que l'on ta voldes I sur la neige glacee. s Pourquoi n t pi e r
I& milheureu,;e, vii, en effect, qu'ils .9 au-jlaneslg4ne It avait pris le rapid aprthseuPvration
talent plus brillants que l pierres Le oaillier chantonna,indifl4rent, et I'ai-je pas accueillie Pourquoi ne et n'avait pas re;u de nouveolts do
dtqu itvalt perdue.l Alors, pierres press son travail. Que lui important I'ai je pas admisa A la chaieur de ce malade, qui d'ailleurs itait rend
qu il va perdues. Alors, avec une la malheureuse ? Certes, au dehors, mon foyer I aveugle. le desire ct je soohaite queo I
lhA d'avare, r6tonissant en conque t vent sifflait toujours, et 13 neige Les cavaliers mirent pied A 'erre professeur Er rich 'a pas edais ue opialea
los deux mains, to at joye x, il s em tombait A gros flocons ; mais IA chz sous le hangar en ruines... aussi prema ure, come il-est arriv&d'ail-
pressa de recueitir les larms qui, lui, brilait un bon teu... Et le vieil Alors, danslejourfunbbre, r6sonna, lears en mTdecine A plitufr dide socon-
psine tomb6es dans sos pauses, s0 orfbvre sourit & l'espoir des jours fantastique, un ricanement mystdrieux patriots, er non des moindres. On se
cristalisaent aussitt, tincelantes et heureux. Quand it aurait livr6 la cou- COELHO NETTO souvient de la dOconvenue qui suivi lts
palettes de nrs touour en lar ronne et reca du roi la recompense, dHclarations preImaturoes do conseiller ie-
Beotst, s femmsus, toujour, ou- it achhterait une grande ferme ; it (Traduit du brdsilien.) time Robert Koch sur la guErison de Ia
vrast son miserable corsage, decou- aurait un jardin plein d'arbres et des tuberculose par la tuberculine, done ii a
vrit isn iaflabque quhs nouveau-nd troupeaux ; une mason aux murs ---teonu secr6tes pendant longtemps l'origiae
rit flque qule nouveau-n neufs, sans aucune de ces odieuses et la na ur.. Plus rccemment, nous svoes
Cherchait avidement. fissures par oa entire le Nord-Est. et. assistE aux dic'araaions iensationnollcs t
taut de gloutionnerie qIe se ait lui tou-e coaverte de belles tules. Son cependant ;ssez incoherentes d conseil-
soraita par lea coins do la bouche. champ lui donnerait du pain pour 16j6l U ler intime Behring sur la fameuse tulate
Etsor par nouveau, coinys de latreus boement, I ann6e; il aurait quelques oliviers et sur le bovo-vaccim. On sait que le
a voi fa tastiquensement, pour son huale, ne. traille pour son -- malheareux Behuing etait atteint d'ueo
r vox an ique : ; quant a la lane, lui-m4me ton- Je viens de lire dans plu,ieuar jouraaux affection cercbrale qui ne pardon pasi.
a Votes i 6taient plus belles les opa- drait ses grasses brebis, tandis que one note eitraordinanre que je ne pois J'esptre que les contradictions de la no-
tfi qul to furent ravies. des abeilles ddposeralent lear miel laisser passer sans la commenter. re extraordinaire sur les effers de la prpd-
lEficutivement, les gouttes de lait dans des reaches dispos6ew autour de' En effet, si cette note emnie, come ration 606 ne soot dues qua* 1'erreur d'an
eutant besocoup plus blanch s et la mason. on I'annonce, do professeur Ehrlich lui- correspondant ignorant et incompetent.
avaient des refle's plu tiris6s Ah I comme son coeur serait jo- meme, on se demand comment un des It ne fant pas oub'ier d'antre part qe
L'enfant sugait toujours le sein ; la yenz et 16ger. le soir, & I'heure dn plus grands savants de I'Allemag te a pu si la preparation 606 donne des r saltats
'tbre d6faillait pe A peau, comme repos, on voyant les troupeauz, non- formuler de pareilles firmm lions. Poor it&iressants dano I'avaric, ello e n conti
"p aldo par la bouche du n vampire, chalants at 6pars, rentrer an chant on lecteur ignorant de la thirapeatique, tacrait qu'ane amdlioration relative "


LE NUMERO 15 CENTIMES

Lee manascrats inirAut ou *Os e a. eroit
pas reelfus
REDACTION-ADMINISTR ATION
8, Rue Eagene Bouriolly, 8

ADMINISTr &ITKU
Arthur Isidoro


-


. .








d traitemnamts dej conans t-aitements
aft actif, ie qu'oa a d4cores de i'6pi he-
s de ifiqumes.
J'ai adj expose ane .nouvelle methode
de traisemena de I avarie par ia combinsa-
son do mercaue c de l'arsenic, en com-
binaison colloidale on organique, avec leIt
injections de Mycolysine, qui stimuleat
les phagocytes et assurent use meilleare
atilisution de ces substances specifiques. II
sera rhs aoteresant de combiner les memes
iohj:coas avec Ie medicament 606 do pro-
feuseur Ehrlich.
Jnsqu'l novel ordre, le bruit qui a edt
fat aotour de cette preparation nuns don-
se le droit de demander des details plus
precis sr les cas de mon it sur les incc-
rences de la note olficieuse que je viens
de commenter.
Oa se demand d'ailleuars pourquoi le
conseiller de cour Ehrlich ne donne pas
Ie mom de la nouvelle preparation qu'il
emploie, et qui est simplement one comn-
binaison organique d'arsenic assez analogue
A I'atoxyl. II est probable que ie simple
no 6o6 a pars plus susceptib e d exicter
par son apparence mysterieuse la cariosi-
te publique.
Une conclusion s'impose A tout ceci :
c'est qu'il existe dans certains pays, bien
diffdrents do n6tre sur ce point ua chsu-
vinisme scientifique e element exzgdie
qu il en vient A darter de virntAbles sa-
vants de la verite precise. Oa pent dire,
si l'on a gueri un malade d'uae bronchi-
to capillaire on d'uoe poemoale infec ieu-
se Je l'ai sauve de la mort. 6 Pronon-
car cette phrase au sujet d'un ma'ade trai-
t6 daus la prem cre periode de I avarie, oiu
l'on n'a jamais vu mourir personae, A
moans qa'il n'ait contract une autre ma-
ladie, ce n'est qu'une pure gasconnade,
coaparab!e A celle de ces journalistes alle-
iands trop chanvins qui vculent desceu-
dre A coups de fusil les aviateuri frano~is
aisez impercinents pour passer la fron.aire.
Dr E. DOYEN






RENSEIGNEMENTS
MATrEOROLOGIQUES
Observatoire
DU
SeMINAIRB COLLEGE St-MARTIAL
MRcaRmDI 17 OCTOBRE 1910


Baromatte i midi
Tma rature s ,minimum


761,ft mi
22.1


-maximum 3 3,2
Moyenne diurne de la tempErature 27 8
Ciel cla r la matinee, nuageux I'apts-
midi et covert la nuit. B iae regtliere le
jour et c.lne la naiA. Rosie.
Barometu constant
J. SCHARER.
Do Port-au-Prince
A P4tionville
Les ingEnieurs charge d'dEudier le tracE
do cheman de fer de la Capitale A Petion-
ville out d& renoncer A I'idie qu'ils avaient
de fire passer la voice fertne rar les ravi-
nes A cause des mauhiples et difficiles ac-
cideo s de retrain qs'ils oat rencontres.
On posrrait bien eaxcuter ce travail, msis
cela occasioaoprait des ddpenses trop &le-
V6e.
Le nouveau chemin de far passe:a dooc
our s grande route ; aux endroits oe la
vole est trop etroise, on sura recourse A 'ex-
noprison des 'erraims situds as nord.
rour cela il fandra miner les rochersa et
dalir la route.
On estime i Aoo.ooo francs I'eiab!isse-
meat de Ia voie ferree.
*oire Utirairo A lAsUo.
Nonsmommes heorenx d'anooncer que la
I e si'Asilefraugais don't nousparlioss dams
gp de mos deriemrs uaros est fixe a.
omeedi a9 court a 8 heares du soir.
Noas ea publieroas le programme de-
mami oa sp:69.
Les care. soot veodnessu prix de P.2.-
I IImprlmenre de I'Abille, A la Bibliothd-
qae Moderne ( A. L. Hotelle ) et cwez
Ir P. Cheriez. prddent do la Socaed do
Secoan Mesels, 781 ne Coorbe.


Tribunal do Cassation
Audienul crimimslle du t Octobre 1910o
Pr6sidence : H. Lechand.
11 a tie entenda les affa res suivantes :
Celle do Dr OD onnel Ducheine,
demandeor par M-s C. Lator ue et J. A.
Morina on re one ordonnance de la Cham-
bre do Conseil du Tribunal correctionnel
do Cap.
Le jcge Hfhaux est coeends et soi rap-
port.
Le Ministere Public,Eugene Decairel,pro-
pose d'office une fin de non-recevoir et
conclot au food au rejet de 1 opposition.
DWp6t des pieces
Celle de Felix Phares,demandeur par
Mes D. Andre et E Desert cootre use or-
doanance de la Cbambre do conseilde l'Ins-
truacion criminelle du Cap-Haiiien, rendue
en fAveur du sieur J. R. Mackenzie ; celai-
ci, d6fendeur en cassaton par Me Vaugues
et Porsenna.
Le juge Chancy est entendu en son rap-
port, arosi que Me Porsenoa dans le d'-
veloppementde ses moyens.
Le Ministire Public, Decatrel, conclut A
I'annula ion de l'ordoanaace attaqaee et A
la mise en liberty do prevenu.
Dep6t des pieces
Le Tribunal 16ve le s 'ge et passe en
Chambre du conseil pour eniendre I affaire
do juge de Paix de la Commune des C6-
caux, relative A la denonci;tion par lui fai-
te centre son supplant L'nois Mondiese.
Le juge Baron fast son appcrt.
Le Ministere Public, Me Luc Domini-
que, cooclut verbalement a une informa-
tion.
Dip6t des pieces est ordonne.
Tribunal Civil
JAudience civile du r9 octobre 910o
Prdsidence J. A. St Rome, ayant come
.i;sesseurs le juge Desir et le supplEant de
joge MontOs assists du substitute A. Thi
but
Arras les I uis-clos des ipoux Eugene
Ba eai e, Pvr ui Xavier Louis, le tribunal
a sass6 A I adsienze publiqLe et les or
donnances suivantes ont et6 rr-ndues.
Celle qui renvote les epoux Pyrrhus
Louis i 1'audience pub'ique du virgE six
octobre courant A d x heurc du matina.
Celle qui renvoie les epoux Eug6ne
Bateau A l'audiencc pab'ique du neuf no-
vembre prochain a dix heures du mt n.
Celle qui crdonne le partage de la
succession de feu Bratus Stint Victor.
Affaire entendue :
Toussaiet fils con'r. Polraoon Pon-
gnon.
Audience correctionnelle du 19 oaobre 1910
Pr6sidence A. Poujol, ayant come as-
sesseurs I* juge L. St Just Nicolas et le
suopliant de jage I St Rome, ass:s'es do
sub.titut Lys Lator.ue.
Affaie evoquie :
M'chel Salomon privenu de vol de
pain so prejud ce du sieur Bicinte.
Le rrkvenu a ft1 er tend en ses moyens
(ie defense. Me S. Jean-Louis a obteou
ac c de sa cons itntion comae parie ci-
vile.
Le tribunal pour bien decider a juge
nrcessaire A ce que le plaignait soit en-
tendo a I'audiecce de hoitaine.
L'Official
Le N 0 d'hier poblie dans sa parties of-
fic'elle sommair- suivant :
Arrete de suspension du Conseil com-
munal de Tibcron.
Arr6iE de la Secre airerie d Etat de
I Instruction publique relatif A 1 examen
pour l'obension do certificate d'doudes pri-
maires accord# auz .etudiantes Sages-fem-
mes.
-Avis do Magistrat communal de Port-
a -Prince.
Sdat.- Seance do 19 Jaillet s1ro.
Innovation utile
C'et ce so'r, A 7 heures que commep-
cars Ia grande representa ion gratuite offered
sa Champ-de-Mars par I'impreuario Albert
Romances qui inaugore la serie de ses rdcla-
mes 'ommerciales.
Ca seras oe fte pieine d'attrait et d'o-
rigiaali 6.
Un marriage peu banal
LBtas civil vieat d'enregistrer, a Epinal,
am maagee pea baeat. Ue mre set sa fille
oat epoui le mmea jour.... leia deux fr6-
nse.


I La fille est ag6e dune vingtaiue d'.;n- torien. Ces ac ions. obligations on or doL.
nres et la mire atteint Is quarantine. Les vent C:re deposes dans a one des banquet,
maris out 26 ei 37 ans. de Goyaauil, d'ns les six mois a partir
La parent de ces deux menages est asiez de la d te de la promulgation de Ia loi
compliquee. En effet, Ia mire es devenue -
la belle-sceour d sa fille ei rdciproquement;
Ia mere et la fille sont donec en meme CONCLUSION
temps bells soeurs. Le maria de Ia mere Du rapportdola Commsion Spd.
est le beau-pere de sa belle-sceor. Pour le Du rapporI de la Commislon
maria de la fille, sa be!le-mbre est a ssi sa du Sq.nt snr les projects financiers.
belle-sceur ( de cette facon, its pourront --
s'e ntendre!) de a m seont s oc Les d4veloppements qui prdc6dent

de leuars cousins. Q.a:nt aux enfants de la Commission na pas bondcraint qdror
title, is seront cousins germa'as Jes en- dans les details de orn importance
fn's de lur gr;nd mare.
Dans deux ou trois generations, cela de- question )s, et pour rendre complete
oon travail, elle propose do voter l]s
viend a tris compliqu6 et fera tei salade trois projects avec lea modifications
de cousins, oncles, neveux, allies, etc. etc., suivantes dict6es nar son grand son-.

qui ne manquera pas d eire fore amusant ci lde lintArit public :
debrouiller... s:uf pour les inttressis. d l pro cole du cor d r
Dana le pro ocole du contract do r6.
Prestation de serment siliation, il y a lieu de supprimer Ise
Ce martin A ooze hecres a en lieu en membre de phrase a sons la reserve
audience solennelle la presta ion de ser- de l'applobation de l'Assemb'de g6n6-
ment de Mr le juge F. Baron nommi vi- rale extraordinaire des actionnaires
ce-prEsident do Tribunal de causation en que le conseil administration s'eon-
remp'acement de Mr Ernest Bonhoume gage A convoquer sans retard.
decddd. Contract de Banque, Art 2. Daas
Aux paroles de bienvenue et le f licita- Ia phrase a En ce cas, Ise Gouverne-
ion qui lci oat etr adressEes tant par Mr ment devait dans le delai d'une annoe
le President du Tribunal que par Mr Luc A computer de la signification, etc.,
Dominique commissaire du Go-averne- les mots c d'une ann6e a seront rem-
ment ainsi que par Me Aug. Bonamy, BA- places par les mots a do dix-huit
tonnier an nom de 1'ordre des avocats, le mois..
nouveau vice-prbsidert rnpond qu'il s'ins- Dans le cas od la Banque par
piura oujours des grandes quality suite de la prte de la moiti6 de son
distinguaient soa predecesseur. capital, userait de ce droit do renon-
Equateur cer A sa concession, elle n'aurait au-
( Du Bulletin des Rdpubliques .Amd- cone indemnity A payer au Gouveroe-
ricaines. ) mnrt a esi supprimoe.
Art. VIII.- Dans la rremiere phra-
Dans son numdro du o Registro Offi se, aplrs les mots et don't les attri-
cial a de dte r sc-ene, on irouve les dEcrets bution a dire : a seront tendues an
presidential suivantes : contr61e de toutes les operations da
Ddcretautorisant les contracts ta'ts avec M. service de la trdsorerie. Le Gouver-
Mauricio B aise rour le come de la Corn nement pourra 6galement nommer us
pagaie Frangaise des Chemins de fer de on plus!eurs commitsaires adjoints
t Equateur. afia de construire les emrbran- et un commissaire. special A Paris a
chements do chemin de fer de Babia de La fin de cet article A partir de La
Caraquez Quito : x, de Ca ceta I Chon. ; Banque devra accorder a etc prendra
20, d un point sor la grande ligoe passant la r6daction suivante :
sur a Daule a Guayaquil. t Les employs de la Banque so.
Dectet autorisant un con rat avec MM., root oomm6s par le Conseil d'Admi-
ElJaardoMorleyet Relle Gage pour la co-.- nistration, soit d'office, soit sur la
tructon d'un chemina de fer de Pasaje A Bi proposition d'un Directeur ; ils seront
1 an, via Cuenca et Azogues, poor la re- recrut6s et admis A tous les degrds
para ion do chemin defer de Pasaja A Puer- de la hi6r archte sans distinction de
Bolivar et pour la construction de wharfs nationality et A ce dernier endroit. que des intdr6ts de la Banque et de
M. Herman R. Dietich, coasul gdnedal aptitudes et qualit6s des employee
A Guayaquil, done le soMnmaire suivant pour les emplois auxquels ils seraient
d'une toi qai a EdE raise en v'gueur le x8 destinds.
mai dernmier. II est entendu que la moitid doe
a Toute compagnie E:rang6re qui dEsire employs en Haiti devra 6tre de na-
faire do commerce dans 1 Equateur doit tionalit6 haitienne ; Ioutefois la Ban-
avoir dans le pays un reprEsentant doment que aura seule le choix de ces emplo-
aunorisE, ayant pleins pouvoirs pour rEpon- yes et r4glera leu s attributions. Los
dre A toutes les rEclamations, payer les det- employs hai iens seront e.iempts du
tes et fair face aSx obligations de la corn service militaire tant qu'ils front
pagnie. Dans le cas oui un representant de parties du personnel de la Banque et
la compagnie viendrait A fare des Iransac- les employers rangers seront ega-
tions commercials sans L re revetu des d ts element exempts de l'imp6t de lices-
pouvoirs, il sera considEr6 come person- ces et patents sur emp!oyes. 9
nellement responsible des riclamations Art IX. La second phrase :
centre sla companies et des obliga-ions de a Ce remboursement ne pourra stre
la dite compagnie. a demand, etc est remplacde par :
Aucune compagae d assurances marnit- ce remboursement ne pourra etre
me, d'assurance sur la vie on con re I in- demand A l'Etablissement de Port-
cendie, aucone succusale on agency de ces au-Prince et A toutes ses succursalso
dernires ne pourra s 'tablir dans le pay et agencies. Les succursaleset ageoosc
sans avoir dc b.rd procEd i 1 eregditre- paieront les billets A pr6sentatiol
mert de son acie d association en bonne et dans la measure do leurs dispopibi
due forme et des pleins pouvoirs confirms ht6s et b6ndflcieront d'un dlais do
par Ia campagnie A sou agent oa r.;prd- quinza jours pour les billets nos
sentant. Ces poavoirs doavent dooner la rembours6s afin do pouvoir fair vo.
faculty d'arranger par la voie des ribuonaux nir de o Etablissement principal ne0
ou autre manizte, toutes les rdclamations provision suffsaante. p
fates centre la compagaie.Das i'acte d'en- provision sufsante. ,
regis recent, la compagnie dot dc'arer le Art. X. Insdrer avant le mot evi-
montant de son capital qu'elle desire affec- s8s a le mot contr616s. >
ier d'unsa maniire splciale A ses en'reprises Art. XII. Supprimer front I'ob
dans 1 Equa ear. Pour l'etablissement d'une jet d'un dicret du Gouverof eeiD
soccursale oa agence d'une assurance ma- pris aS r6s entento avec la Banqne *
ritime on sur la -ie, le capital destine aax qui devra intervenir el 6 re al A
afaires A traiter dans I'Equateur ne peat execution a et dire: c front I'-
hire infiriear A P.so.ooo.et poor une corn- d'une los qui sers excetoire dase
pagnie d'assurances contre I'inocendie, il d6lai a etc ;
'ire au moins de P. Soo,ooo, set les droits Art. XIII.-Mettre cA partir d*1
do fisc doiveat se payer saur ce capital La tablisement de la Banque a IS
compagmie sera aassi obligee de placer 25 A partir de la signature de ce Oo
pour cent de son capital declared, soit eon tt. a
propridedis libresde touites charges dans 1 E- Art. XV.- Cet article oommeo'
quateur, sot eon actions de companies pa. ainsi, la premiere phrase 6tant 130"
bhlquse, soiteo obligatio de banques by-. flte :
pouhbcaire d. pays, ou more ea or equas-' La Banque an ce qal co0cer00 m







service de la trdsorerie don't elle est fin de article il est ajout6 : Ce
charge est comptable de deniers pu- compete sera productif d'intr6's 5A
b'ics et soumise au contr6le 6tabli; raison de un et demi pour cent au-
par le r6glement du dit service, en dessous du taux official de la Banqut
atte9dant les modifications qui pour- de Fre-ice sans toutefois pouvoir d&-
ron Dane *s sens 6tre reconnues nd- passer deux pour cent ; le montan det-
ce'silt s edt & 6'ablir entire le Gouver- coupons sera *uivant les usages de
moment et la Banque des le fonction- la place de Paris port en compete
nement de cette derniere. quinze jours avant leur 6chdance.
g Neanmoins, lei principles sui- Art. XXV. Au lieude dire : "rem-
vants sont d'ores et deji arkt&ts : bouroer A I actuelle Banque Nationa'e
Art. XVI. Nouveau a La Banque d Haiti on dira rembourser & la
secept de preter son concours au Banque Nationale d'Haiti. "
Gouvroa4pent pour I'6tablis-ement Art. XXVII. En lieu et place de
d'une Convention Budg6taire don't les dire *' p t< ulgudes et cotifi6es au
bass seront arrktdes ultdriecrement reprdsentant de la Banque de l'Union
oatre eux. Parisienne A Port-au Prince on dira
Alcien Art. XVI devenu XVII. promulguees etnotifides A la Banque
Apres Ja phrase : de I Union Parisienne a Paris ou A
a Les encaissemen s et les paie- sou reprdsentant A Port-au-Prince.
ments de fotlds s'effectue out aux bu- W-A- .
reaux de la Banque, soit dans son '" -
sige Social, scit dans son E'abliss(-
meat principal, soit dans sea succur- a Eb V EUJ
sales ou agencies d'ajouter :
a Le movement des fonds pour les
besoins du service courant de la '
Tr6sorerie entire le :idge de Port-au- pt
Prince et ses succursalcs e" agencies ',. .. \ ARRT .
gera efTectud par la Banque sans fraii- *ORC / LA
de transport pour le Gouvernemnent. ."--, CHUTE
Ancien Art. XVII devenu XVIII -
Cet article sera aiisi redigA avec
qprets agricoles et a u-e (aisse d'A-
pargne. L objet statutaire de la
Banque sera 6galement de fair tou- \ "
les lep opp6 tions oidiuaires d une -
Banque d'6mission. de d~p6ts, de -
pr6ts, d'escompte, de prets agricoles, L TINA
routes lea operatia ns de Baique en f i-
dn6dral it d'une Itistitu'ion de Caisse d C.,I C .r2.,. 1,.
d'pargne. P. GA%.; i R & C'*
Ancitn Ait. XIX devenu XX.-Ajou- ...'. vns
ter apias les mot,<: posseder des R PALRIS
immeubles a lo momb-e de phrase : *,. ,.svn-cu s ou t
a pour les besoins de son adtminis- i Savcn auxJaunecs d'EuMs.
ration PJRT iNce I ha-nracio AL3ERTINU.
S.Ancien Art XXI dlevenu XX'I -
Dire saun 6tat dtaill6 de sa situation. ,
ain.ien-Art XXII. Ajou er apres ( )6tel Bellevue
e concdbIs A ia B1iAque 1 les mots mL"- nieux siftu, le plus con-
e et 4nonce-s aux ariic es 9 et 14 ti'u tui :ab e. Chliaip de-Mal s. -
present conrat a Cuisin4 renoinni6e.-Vue sur la mer
Contr t dEinpruat. Art. IV. -
Apres les m,'s prevu par ie tabltea, Biire de Munich
d'amor issement a inis er la ia h' aSt
suivante : C les comptes prdselilts Augustinerbrau
seront accompagn6s de duplicatas on En demi-bouteilles
copies certifis contormes aux b urde- la douzaine G. 9
reaux d agentsde change relatits A ces PlIAMACIK W HUI.i
operatior.s. a,.. ,,,_ _
Art IX. R inplacer a aux tfrais .
du Gouvernemen d'Hlitm a par ,pour Francisco DESUSE
le compete du Gouvernernenlt de la
R4publique d'Hlti et aux fitais des Fabricant de chaussures
porteurs. La Manufacture a toujours en d&-
Art. XV. A la fin do la derni-re p6t un grand stock,---pourla vente en
phrase, it sera ejouiet L6e rempla- gros ot en detail, --- de chaussures eD
cement des titr-es perdus ou vols se tous genres pour
fera aux frats des porteurs combine il l!HOMES, FEMMES, ENFANTS
eat dit A I article 9. Les cominandes des commnei Qants
Art. XIX. L article ontier sera de I'int6ileur pouriont etrs exkcut&es
remplace par la phrase buivan e : dans une semaine A pen pies.
Pendant toule la dur6e de I Em-i 23, tue des FIonts-Forts, 23
prunt les droits ci dessus affects Port-au-Prince (Haiti).
seront encaisses p)ur compete dle qui __
de droit p r a Banque Nationale de --
la It ubluJque, d Hati d6sign6e A cet Docteur Roche Grelier
eiet Iar tes banquiers commune leure )e a faul do m ecri de l!i
pandataire. De la faould do mdecine de Pri ,
Art. XXI.- La deuxitme phrase Mdecin piatiquant a Saint-Thomas,
sera ainst rddige : 4 Si treinte jours MWdecn :admis A la tra'iquo par to
SVnt chaque ch~anco sem striel:e, (:onseil MWd cat lde Kingston (.Jamai-
leaproduit do ces remises n est pas qu).hr A uche
suflstvt pour assurer en francs le M6decine, Chirargide, Accoucfhe-
senVCt. intI eral (intdrkts, amortisse- ments, malades des fernes et des
ment, commissions et frais divers) de vies durinaires.
Ssomestriair en course, le Ministre (:onsulttions tous les jou., de 6
des tflunces autorisera la Banque Na- 8l7 eue t de eures.
as-.,ake .a R 4publique d HaitJ A 47 bis, rue pavle.
do tr6sorerie appartenant l'Etat Hai- V. P. Sal s
tien et dont olle sera 14galement la
6 oSgaire, les sommes necessaaires AVOCAT
ire le service integral AVOuAT
Art t et les remettrait & la CABIE Run p ovurlr
llan lqe 'Union Parisienne. a
Ieos- misA Tbutefois si au 30 Sep-
tembrq, fl d, l ezercice budg6taire, Che A. do Matt~is &
- r~esplices ,; par los mots : Vin rouge, G 5 00 gallon
. Tootefois, ai au 15 Octobre dL. cha- Van Muscat, G. 8.00 gallon
que aanne. Vin Chianil, G. 3 50 bouteille
Phre rerontsupprim es e mots et Ces vns sont garantis pour leur
*Vinttif- d intiirts ; a et A la puret6 et leur orgmne.


Grande Fabrique Moderne
DE
Boissons Gazeuses Sup rieures
II y a A peine une annde depuis qua la plus nutritive, la plus agrdable et
la plus fortitiante des boissons Gazeuses eat entrde dans la Consommation
ous le nom do

ROYAL KOLA CHAMPAGNE
Ses qualitts et sa fine saveur lui ont vite conquis uuo vogub croissants
qui est un encouragement en minme temps que la r6comlense des sions
minutieux donnds A sa fabrication.
D~sireuse de Fatisfaire les godts les plui difticiles pen iaut I'AtetAde 1910,
la fabrique a prdpar6 au moven d'appareils peifec'iouscs des :produits
hors pair.
Elle met en vente au meme prix et sous cette meme marque ROYAL
plusieurs dt icieuses Boissons gazeuses qui et ont la Providence des per-
sonnes soucieuses d'otTrir chez elles d'exquis ratTraio'hi-str-r: v. w aux godta
varies, et prdcieusis dans touted les rttunions A cot6 do lour ,A.n'. le
Royal Kola Champagne
POUR VOUS EN CONVAINCRE, I)l(;US'TEZ UN:NE BOUTEll.LE DE CES
PRODUITS INCOMPARABLES :
Cream Soda Cristal Liraonade


MOUSSEUX AUX FRAMFROISES
MOUSSEUX A
L'AGENCB GIENlRALE est toujours au
Magasin de l'Etat, vous trouverez au3s
D6p6ts suivants:


MOIUSSEUX AULX FKRISES
UX CERISES.
Magasin de la Mt,'-Iopole -.3 rue du
i ces products au n imtn' !i dai.s les


ElPICV'RIE MOI)ERNV. 15-7) Grand'i-c e. -n face jI n M lipw .
El'[ICEt{I CAIDET LUNDI rue des Front.-Voi *--
A LA PHAI4MACIE Nt VIKI.Elii F.-:,.lNDl-: )BulF
MAISON A FAI'AwrT. rue IHoux.
A l'EIJICERIE [IL CORVINGTON, rue F't'rui:.


A C C C0UII4Z


chez Anidre

Entenlre la machine paila'.t, de, Ebi-'-
menIts pIhor.t r. pht.,-. (iI1 I rvy te" 1i-(1 c.t
A-pir.
M ali il 1) i.1 It 0 lIOft e > -t 2(t in t i L-. LI
Ca h P. 20 ut arf.
C'est surprenant
VI'US TROUVIKRI;/Z AUL'SSI
Viu dte Mes. ; MVins I a'; n (e tl) e,
Vius 1l caik sst pm.'s liel s -iwu, ;
Kira Ca'dira- ; Sar 'i' e-
De la mi.ie-ui MlUNZnrR & FiL.s c teix.
Cognac & Fine champagne ():adi dupt y
Liqueurs assor:ieo Marit -,t az r d
Champag, e tn blle & 1/2 bI'" do,
Venoge & Co (FoFpe nay)
depuis 0.80 or la boutelile
Biscuit% Per' ot ; Beurre ,arnoi, ; Ta;pi' a ;
ThE de chine; PurgA'yl DAiry; ',oudride Gaist
Detiy; Cravates ; Mo:ties.


61t


-,
/
2 -



* i-li
x


Grand assortment de Parfumerie
KERLOR HOUBIGANT GIISLAINE P'IVER DAVER
Vente en Gros & en D6tail
Li maiton so charge dle faire ex6cutcr directement les commander que I'o0
voudra bien lui remettre pour les maisons suivantes :
Otard-Dupuy Cognac
de Venoge & Co Champagne
Ditry & Rdmy Purgdtyl
Etablissements phonographique. d'Ivry Phonograph.ls et Disques Aspir
Compagnie G#ndrale d'Electricit6 Automobiles et Installation d'Electridlt6
Pernot Biscuits
Companies du Vin de St-Raphael Vin reconstituant
don't (119 est I'agent g'ndral pour la Rdpublique d'Haiti.
Place Gellrard --- HALLE IRODEWALDT


__ __ __


I







M" C. L. Verret
Taitnur-Marohand
t*oruo aeis A sa bienveillante clien-
Wte1 q a oa maison No'.7,Rae Traver-
ajirw ew: tcujours bion pourvnao d'un
'varlote d'etoffes do la haute on-u
wvaut4 parie:tnhe.
QUAl.lII- SLt PIKURR COUPS tL.OAMTU
TRlAAILq A -sC. EXICUTcIOI PROOMKPT
Friatrds, rdAsitso

LA
Cordonnerie Nouvelle

C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el-
:e vient de recevoir. par dernier ba-
teau, une forte quantity do marchan-
dises et de fournitures do touts frat.
cheur et do touts beauty, import6es
do France, d'Allemagne et deo Etats-
Unis.
Le public 616gant, curieux de se
bien chausser, y trouvera les peaun
les plus slides et aux nuances lei
plus varies les formes les plus belles
et lea plus appropri6es.
On n'a qu'A veui cha z G.B. P9TOIA
pour 6tre assure d'atro chauss6 sui-
varnt les meilleures lois du confort et
de la mode. Sp6cialit6s pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fournitures
et matdriaux divers pour cordonne-
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, aux
prix les plus moderds, A
LA CO[DONNiRII NOUVYLLX
143.GRAND'RUE 143,

Am, rican Bar
PLi'CE (;LFFHAA)
Fiom (ie F'lin or P. 2 .,0
(.enodai 1.00J
a S \ UCI SS( >N A'Ieawnl :i liv. ( 3.50
H;ein, i e (to l t'a! I 'v. orP.0 45
d a 2 Iv. 09)0
hLat s*'h 1s 1 re 0 i 100
S1,2 060 O
lF. tD. W. KAT'SCII

A L'AVANCFMNIFNT
G(RAND): F"AiliUI' DF MKECUILE- ET DK
CERCLEILs D : CHARLES A BROWN.
12tP I'lace d-' la Paixr t 108 rue
Mogasin de 1 Etot
l.a grand f.lhrique de meubl-s et
de (t r:ntlils do Monsieur Charles
i.(,inw doni la rI piiutation est faite de-
t)ul I; plus d IXs ari- viut d'aigrnen-
ter le personnel de ses ateliers de
plus de dix tIbh nis't : ce qui lui.
doilioe un nii<, bro snilli-;anti douvriers
poMir satisfano aux griandosu deinan-
deps de sa; i tn ibiretise c'ientele. tant
A Plortt a I 'lince q( 'en pi ovnce pour
I' er' uttion (! ('counina;does de mreu
b'.es ie tt'nt slyle clioi.-is dans. les
Catalogue' al,'ais ou am6i icains.
Un ~suiilpteur spLcial est attache
aux attl-ers pour l'excuttlion des tra-
vaux do s'ulp u t do tous modules
g6n6ralement quo!conqres.
Grande reduction do plix ,-ur leas
commandes qui seront confides
I'tlablisseient.
-O-
On trouvera
da meilleurs (Ci ages pour tous sou-
liers a la manufacure de chaussures
G. CORDASCO.


NESTOR FELIU
L'excellent tailleur avantageusement
connu de touted la Republique vient
de rouvrir son atelier, Rue Ferou,
(Bue des Miracles) No. 71.
Sa nombreuse clientele trouvera
comme toujours touted satisfaction
pour los travaux qui lui seront con-
fib.


AGENCE SPECIAL

de la Regie Fran aise des Tabacs
Pour la R6publique d'Haiti
Extrait du TARIF G6n6ral, Octobre 1910.


Tabacs Scaferlati GOURDI


LEVANT SUPERIEUR (dit tabac d'Egypte) la Botts de
50 grammes
LEVANT ORDINAIRs paper violet liss6, Is paquet
de 50 grammes
MARYLAN papier jaunse l paquet 40 grammes
CAPORAL suPERABUR paper blonu I paquet de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert Ie paquet do 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRZ paper pAte brane Ie paquet
de 40 gr-ammes
TABAC A PRISER, Virginie haut goat, paper jan-
no, 1e paquet de 100 grammes
POUDRE SUPERIEURN, paper bleu 'Ie paquet de
100 grammes
POUDRE ORDINAIRE, paper brun, le paquet de 100
grammes
TABAC A MACHER roles Menus filds le paquet de
100 grammes


1.25

0.90
0.70

0.70

0.70

0.60

1.50

1.50

1.20

1.50


Cigarettes


NINAs Is paquet do 20
do le paquet do 10
CHASSEUR le paquet de 90
HONGROISmS en levant sup6rieur Le Boadoe do
20 cigarettes
do en caporal supdrieur paper roe, Ie
paquet de 20
do on Maryland le paquet doe 0
do on caporal ordinaire paper bleous
Bondon de 20
ELEGANTES en Levant ordinaire le Bondon do 30
do on caporal sup6rieur papior rose, I*
Bondon de 20
do on Maryland paper jaunoe le Boado
do 20
do on caporal ordinaire paper ble s I
Bondon de 20
FRuANAIuss en caporal sup6rieur paper rom leI
paquet de 20
do on Maryland paper jause le Boadom
: de 20
do on caporal ordinaire paper blues le
Bondon de 20
RouLtsa en Maryland et caporal supdrieur le
portefeuille de 20
do en caporal doux Ia bolts de 10
do on caporal ordinaire eI portefeaulli
de o20
do la bolts deo 10


J. LAVILLI.


COGNAC OTARD-DUPUY oiest n6lesn.Roi biad a o
Pour tous renseignements et commandos
SADRESSER A: Andr6 FAUBERT

agent g6n6ral pour la R6publique d'al i


Si vous voulez boire du RHUM n*LICIEUX. du RSTT un wi nrvw*Ani


1f. -- i AIR- ., d'une distillation mdthodique, allez chez
195, G&AND'RUE.

Dirigei n Leon Liautaud & C1,
Ancien membre de la socidt6 philantiopi-
quo des maltres tailleurs de Paris" ot tous, riches et humbles, vous serez satisfaits. La reputation do
Vient do recevoir un grand choix Rhum *de "T'Etile"
d'4toffes diagonale, casimir, alpaca. RUmUA Ude L AEtdI
cheviote, cheviote pour deuil, etc. s'est faite rapidement grace A l'excellence de la distillerie doe*' L'Itileo",
Recommnande particulibrement sa en Plaine du Cul-de-Sac, oui so fabriquait le
clientele une belle collection de con-
pes do casimir, de gilets de fantasies Rhum de feu Barbancourt
et'de piqu6 de toute beauty.
SPtCIALITI DIC COSTUMES DE NOCES.
-Coupes Frau~aise, Anglaise et Amd- C
ricaine do la derniere perfection. La Chapellerie O dfRn
maison coufectionne aussi des Cos-
rTUES MILITAIRES, HABITS BRODkS, PLACE DE LA PAIX.
DOLMAN, TUNIQUKS,HABITS CARRI8, etC,
etc., de tous grades. Salon de coiffure du Louvre
La Maison vient de recevoir un CONPORMATEUR, Is soul instrmalUOt plti-
A que et universeilement eaployd pour prendre la former de la tste. Plsiounr
A L IGA lCE 'clients peuvent Wtre servis rapidement, grAce A cat apparoil merveilloes.
L Si on veut commander un chapeau A l'4tranger, M. GONZALS JOS
QORDONN RI I oSAN MILLAN vous donnent les measures A exp6dier.
_O__ DOrMZK Paille remarquable. panamas sup6rieurs ; les chapeaux seat arran ,
7 r6par6s, fabriquds, selon les gouts les plus ifficiles et lee paM d leawt


4s, Rae des Fron-Foirts.
CEAUsoURs BNM iDAPO6',.POUR LA s VM
Promptitude et soia aux eomman-
des taint ici qu'ea provide.
Chausaures de Dame forms I tra..
vail loulours tout soee qu'il y a do plus
aonvsaux.
Former am6risaluo et fraugaise pour
Messieurs ; 616lautos ot sommodes.
Pour les eslamte Is plus& l'aiso.
Travail solid o zOUat aves
isa peauxz do premi6remarque.
Assarasee de grand rabals.
Olrages St LquideiaPAtee,


ACCOUREZ

Chez errman n Corvington

108, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DES MIRACLE
Vous y trouverez du Bon Rham Sup6rleaur


3laxxa dc Fo~xg.'


A des prix eoeptioniaxlumxnzt ~roravag~


GOU"D=S


Im


&am




0.75
0.70


0.80
0.00
U..

0.75

0.40
0.30


.1 III I I TLLC,


X-avatgraxt mrpeolal,


is


300 xx '%rizz


;Iaisicon K Bimo