<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01053
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 15, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01053

Full Text


Quatri6mo Auzx6o, As 1070


Bert-au-Princr^ Rattl


Samedi, 15 Octobre 1910


ABORHEMENTS
Un Moss ... G. .00
TRoss Moss... 5.00
genrtomat UN Moss ., G. 2.20
Taois Mom 6.00

Btranger .... oss Moss. 8.00


Dmuscram

C16maent-Maglolre


LE NUM1tRO 15CENTIMES

Los manuserits in.f~.rAs ou son no -Of
paN reaius
REDACTION-A MINISTERT R XI -.N
8, Rut Ecsg~n-' BOuflOA)', 8


ADmIi sgTE &TKUIR
Arthur Isi dare


J


OUOTIDIEN


D'apres les souvenirs intimes
du president Boyer et ia'Honor6
XXIV


Sigua'ons i'appari ion, enu 'annt6
1822, apses la prise de possession d
I Est par Boyer, des journaux L'EtJili
haitienwe, qui part & Santo-Domingo
sous la direction di Caminero. *t L
Propagateur haition, qui parut A Port
au-Prince, et don't les collaborateur
6iaient D. Laprde, Colombel, Ram
say et Chanlatte.
C'est a la fin de 1822 que le gouver
nement de Boyer recut du peintr
g'zadeloupben i.eihiers I'hommage dL
grand tableau ali6gorique qui aymbbu
lisait a la lut e des indig6nes contrE
I arinde francaise, et la declaration di
I independance d'Haiti aprbs son ex
pils on du territoire a
Ce tableau, on le sait, figure loog
temps derriere le mattre-autel de l'6
glise de Port au-Prince. S )n auteur
Lethiers, dtait un home de cou
leur, qui '6sidait A l'dpoque A Paris
d et don't le grand talent, dit Ardouin
comme peintre d'histoire. lui valut
I'lhorneur d'6tre admis A l'Academir
des Beaux-ar:s de France.

Par le m6me navire, qui nous ap
portal homm go de ce tableau, artl
virent A Port-au Prince le doc'eui
Fournier Pescay, revenant de France
oil ii venait de fair les plus b-illan
tes etudes, tant classiques que mddi-
calfs. (il 6tait ime b-e d I'Acad6-
mie de m6 ecine de Paris), et 1e
doc'eur Jobet, jeune m6decin francais
que no're compatriot amcnait avec
lui.
Le docteur Pe cay, qui fut aussi un
litterateur tres distingue, avait 6c'il
ou s ait propose d ecrire, vers cette
6poque, une 6tude sur l'histoire et la
g6ographie nationals. Nous lisons,
& co s jet, dan, La Feuille du Com-
merce (rddactenr Courtois) du 21 juin
1832, les lignes : uivantes que nous ex-
trayonus d une critique, faite ar le
jo irnal. de la Gdographie de 1oll d'Hai-
U de B. Ardouin, critique due la
pimn de Covin :

< Cea consideration .s r6veillent le
regret amer que nous cause la raret6
des bons livrea sur l'histoire, la g6o-
graphie et sur la statistique de notre
pays. Touas ceux'qui nous soot offers
p6chent ou par I'6normite de lbur vo-
same qui en 616ve considdrablement le
phix,ou ar 1',nexactitude des faits,
inexactitude don't la cause eat une er-
rear veritable, quand sll nWest point
*casionne par u n prdjug& innsas6.
< Une plume savante ( M. le doc-
tear Pascay ) s'et engag6 onvers la
rrtie* combler un vide aussi d6plo-
rdble, et cet e auvre pie digne de la
couronne civique, no mrs peayee eqo
par la reconnats mce ; mais *elle era
vive, csute reconnaissance; slle sera
randSd commfl a nation qvi Ia reason-
awe. a

Noa oe savons ia tee manascrits
d4 dootour Poesy estitent onaore on


Fdry.


s'ils durment dans le cain de quel-
ques archives privdes, en proie au-
tant aux vermines qu'A oubli. Ses
h6ritiers ne pensent-ils pas, avec
nous, que :leur exhumation serait le
plus bel bommage qui eQt tW rendu
& la mdmoire de ce remarquable
compatriote ?

Coest auisi vers la meme dpoque
qu arriva et mourut da .s le pays Ci-
vique de Gastines, don't on connalt les
vues philantrophiiues A notre Ogaid.
Ardouin consacre la page suivante A
celui qui, dit-il. a persecut6 dans sa
patrie doit il plaidait lea int6rets *,
LI.. ...-...x-. I


literature et de 1'astronomie. o L'ou-] LA SEMAINE 0UI FINIT
verture de cette academic, nous ap-
pread Ardouin, eut lieu le 15 janvier. --
L'Etat devait y placer six 61lves A .
ses frais, et o y edtt admis six au- Notre ittroessantrtdacteur JEAN
'tres ; mais !t rgeemnaent fdit ensuito .l- FKIIITI.:!:It, retonu A la campa-
en admettait beaucoup plus. gne ipour raison de saints'. nous a
Plac6, sp6cialement poui lt parti' fait parvenir Io maniuscr'i do sa
midicale sous la direction du doc- chronique trop tard p-our ,ul 1 nous
tour Pescay. 1'6tablissement devint,i
en fait. I'Ecole de mdecine, qui sub o-ssions le temps (h 1: m.ttre au-
siste jusque maintenant, attache, jourd'hui sa place hmlitutlle.
pour les 6tudes cliniques. A l'h6pital i 'ourtentir comipte ;'t ntte spi-
militaire de Port-au-Prince. {itt \l i(01ll:ihor:ittir (,*, son sotlci


Pour ce qui a trait A 'enseigne-
ment du droit, cet'e par ie dut itre
abandonn6e, en raisuon de la mort de
Delille Lapr6e, A qui cet enseigne-
ment 6tait destine. II mouiut en o>-
tobre 1823, 6tant directeur du lvcd,
national. a Ce fat une p) rte pour le
lyc6e, 6crit Ardouin, qu it dingealt
depuis sept ans, avec un talent re-
marquable dans l enseignement et
un ddvouement sans bornes pour le


dc I IIIiri 1~ ;ii:111t quo jit w IIIie
1)I 1pvr vt s L';'tolir~s do ;ori. ar-
(Jile h i nlot iipay. i' W11%1 1 :1 Sern iri
%NOjjS ormins n~lie. -, 'u11x 110111'le
proitipt rI'tabj~istfL,.zpmpt *Jr 1:1 Santa
lie riotro s IfllalllitlI( .T Fu-


Cnuoiit a Hlii commeU-II iays ou 11 pays et pour la jeunesse qu i Ins-
. devait so rdfugier de prdfdrence A tout truisait. I OITE AUX L TTRES
- autre : Le dccteur Jobet fut un des pre-
miers prof.sseurs de cetta Eco'e de
Dou4 d'una Ame ardent autant medecine, oh il fat peu apr&s rem- Port-au Ptince. 13 Octobre 1910
, que d'un coeur gAndreux, il y arriva, plac6 par le docteur Cdvest qui vir.t Au Direct ur du Matin.
Smalheureusement, dana la saison la s'dtablir A Port au Prince, vers 1823 En Ville
t plus r',,aude. Ddbarqu6 aux Cayes, il'ou 1824
) y fat accueilli avec empressement Nst Mon cher Directeur,
it se rendit bientOt an Port-au-Prince o Nous avons d4jA vu que iovyet ft a ade etaie ma,-
oi Boyr sle recut avec la plus grande le premier organisateur de I ens igue- son que le vte, prfond
- distinction II avait a peine eu le ment primaire national; car, avant et tru'esto le antespt de vJeast, pofon
temp3 de fair la connaissance des la loi du 4 juillet 1820. les ecoles na- teurmepetimettent hionr uederni-roee
fonctionnaires et des citoyen nota- tionales urbaines n'Mtaient pas orga- icro lsdretsiveo etio eAdithbee
bles de cette capital, quand la fi vr. !oises et elles 6taient A peine crj6es. ioutenuerco'rive Hoblr A Apropo dbse
jaune le saisit : en peu de jours ii vi I'article 26,; du coJd d instruction
succomba, le mercredt 12 join. I fat 4galement, nous 1 avons vu. criminel.e- 11 va -Z4ns dire cependant
a Sa mort fot vivement regrett6e. et le premier organiateur de l'enseigne- que je n'use pas d evo're bienvjillan.
le President voulut que la ration s ho- ment secondaire don't Alexandre P- ce pour [Toudre ; de.. naltre., do
notAt en lot faisant des obseqres di- tion jeta les bases ,vec l lyvce na- hasard qui vol.1 t d(s la zoi'ion
goes des sentiments 6leves qu il pro- ti nal ; car cet Ablissement ne tfut ,':ne 4,uestion at, d l(it une -0 tO
fessait en faveur de la race noire tout r4glemen'6 que par I'acte du 30 aort-' d'occasio t, lpour i ''Ojiste la
entire et de. Haitiens en particulier. 1819, puis par la loi du juillet 1820. m joiur pl, s urin ; '1rait, : U
A cet effet, son corps fat plac6 su que tout m ,z.. ,,on, le tr j he
un lit de parade dans la maison du Nous venons de voir que les pie- de tele opinion pls it que cela. .J
colonel Louis Rigaud cu it Icgeait,puis mitres tentatives de l'enseignement telle autit.
sur un char fun6raiie qua suivirent sup6rieur furent ,ga'ement lt fait du (o nest tpoir., u ,ot, cood-.
le sdnat on corps, les grands fone- president Boyer qui. pau la concep- e discuson A s, Ps u! e, coo-. ie
tionnaires, leas magistrates de l'ordre lion de I'Acadimis d Hai: d6termina tique que sd'ion A rv.,,r elun faisrA0t
jediciaire, les autres autorites civile, la creation do notre Ecole de m6de- entire ules coitradicre,.s n uf coi
les officers militaires et les citoyens cine, en mmoe temps qu'il ouvrait que on s dispense de jastiier "$t
r6unis en foule ; le convoi 6'ait es- pour la post6rite la perspective d un q un'e n dispense dane jstinier ; *t
corn6 par un d6tachement de la garden enseignement juridique official ra croestni qu une docn A Jean qu boo o-
du President d'Haiti, mausique en tate ra croire qu'une doctrine est bonnet
at prdc6d6 do clergy. ou mauvaise, solon quelle aura plus
etA r'6lise. sprs les crrmonies En d6pit de tout cola, les ug6nra- ou mosin d'adeptes. Vos intelligence
r A ligieuss, excutes ls avectoutes les tions actuelles, ayant besoii d'un 6minemment constructive parce que
pompes, le citoyen Pierrte Andr. jge symbols pour repr4senter I'esptit ne d6daignant ni l'Ftude, na I'obser-
au tribunal de cassation, prononca obsteratass, choi sent dlibr6- action directed, ne s'accomodent d'an-
une allocation ou il exprima les vifs meat et systamasiquement Boyer cun a prior, qut ne serait pas une
sentiments de regret q inspirait aux Et quand on demands pourquoi tant pure hypothe-se. C'est IA une discipli.
Hailiens la mort e Civique do d'injustice et tant de d6nigrement, ne, une methode dout vous avez d6-
Gastincs, leur ami, en invoquant les I'on r4pond par des declamations et jA apprdci6 les rAsullats en vous et
noms des autres philanthropes fran- des tirades, et I'on passe sans s'arrd- objectivement, A la faveur do laquel-
gais et anglais ot leaur distant : a Voyez ter a c6td des faits et des actes, qui le j'espere bien vous fair pariager
non sincbres regrets & Is &erte de l'un seals copendant sont la v6rit6 et doi- I'avis de oM Brean.
de nos plus dignes 6mules I vent 6tre I histoire. En vous disant que je me joins A
Le corps do philanthrope Civique AUGUsTE MAGLOIRE. ce dernier centre Me Dacis, je m'ef-
de Gastines repose dans notre cime- force do faire plus que Me Saul, que
tiUre extdriour. Y-eon a-t'l beaucoup je ne d6sesp-re pas davoir avec mol,
do nons qui le savaient et qui savent puisqu'aussi bien- mon ami Jean va
surtoat oi ?... L'V.dmrnstration du MATIN in- s'empresser de convenir que le texts
amend de l'article 337 du code fran-
Peo de temps aprbs I'arriv6e du former se abonn6s qu'ils ne doivent cais n'a jamais vis4 A interdire Ia
docteur Pescay, Boyer d6cida la cr6a- rien payer, abounement ou autres question sur la constance du fait, qui
tion do l',AceddAe d'Hafli, tentative queoostre reous imprimes por- formerait un corollaire excluslf A
d'ane olrgaationd de I'tensiguement qoot r mprm6 t por [axiome relatif aux deux actes d'ac-
p r i. devait oomprendre 1'6- tat le ttmbre da journal. causation do directeur du jury et de la
td de la d mdcine. da droai. de la L'A idmaadstratar.-Arthuv la DOnli parties plaianante.


I


UNE 1POQUE


--- ---- -- --- .~.--~--J


; __ ___ __ _____________~ __ ~_ ~__ ____ __7-~ ----


_ __ ___ __~ _____ 1


aw w W W w - -- -








Dann Io retentipsant proc~s fait A
Mm. Steiob 31 le :adre prdvu ettiaucL61par
les actes do la prou'6dure dcrite fut
rompu par les d~ba's Ceux-ci au-
raient revdltO quie 1Nvouvo du pein-
tro pc irrait n't4tre que complice des
cimrre. qu on ['ii reprozhait. I) oa laI
ndcessitO r connuue de qluestionis sub
Ridiaires' d~fi-; uno hypo'ilvtse oui I jau-
teur prinrwi al ti'csait pa, d~sign6 La
premit'-ro (to ces que tious est 14 SUi-
V'anlet que tiou4 transcrivoris laittira-
lemerit d'un coanpte rendu public du
proct'is
4L Preanike Ques~tion E-,t-il cons-
taut qu'un hoirciacde volowaaii e a66
conviiris du :it) au Au MA 1!W), A Pa-
ris, sur la personnede Mitie Veuve
l!loduuai Japy ?.v
La quatriieme question sub3idiaire
tdittJ A pI0Ipus du [neurimel d Adolilbe
S~temcliel ejst coiii:ue dau-s lis miafles
ternme,.
\insi post~es, si elies W1orit point
6,tonib ittue., lit pa-.-a d.f*-mse, ni
pat l'accu'.atiuri et, siartout, it elles
ai ont jioi tif Fit I objot d'uia pourvoi
all cas1aiiotal, caest hien la preuve
qju la foi ufiia lo mnaveilic de l'article
,337 du A. idtt IitdIi(: 1-4a *'fO-14111Ada p J OUt
lov ri.is;us dates, pai Il.it ird et rap
portt~is 1..Jr M14 1 CfIt- 1t itioilpi pun te
W111 et put-ril beoaii i &d tanIwiicdes
OX[Puessaiiixl.. doll( ;oaan lw m14gIque ett
raxnetto aussi acuis-tamiyiTtii1t qL! jse
I C* ~Ok~ce lai~res cI I culstaDeebs.
Cola dit, 11 faut so demnatdea i i Is
A twm ~uiv~mets a4 u'0o a vuki-1 vi cr
kalioltUS so 5011? pit senltt&4 aletavec Ia
pers.starice qui douimueA tuuifait d'or-
dra *ocjal amzd puonu o Put
rnsr der do verm, l a Il IAi 0epituiprA
A une lflsa-a3 1ti- avo- *A pir: qUa-
tre ou -I- q pioces 00ie l" 1-41 aldeptils
cerit aLis,&)i1Irieces .1 ,i 1 5u ;i., d vailr
ciflq Aci uaqiadnteilue-~Iblmis deux. auires
dd Ct-flt A t I M)- C ti C S l(II ~I I Is,
110" q 'Jilt d l-a-.' I uoo c 1,-; eu ~
it' r "AII Ail ro "3 1C-LU[lflalit teii
1*1.tt. bK il]q lilt /.ki" jUestitai. '4 e AJm-,
.ul't .- 4'~-0/ III ctA yelits [Iwi t j~j~
taoI-0 Vf' IlA) i 10 toiil.AIf' l !1 d.d ddo.

d'auhila3 itwo ie lsO eICA(LitPos
e~fll 1 0 It 1 AI l .i ii miIon it, -le I p
no l J"- _I-: ple Ia diva-ui d k Iltft.-.-
LA k) I I I "AL J t!]A I -I.,COI II i)I ) CI ( A Ilnt
AU 0 ki.ll 411 C U FI~I~C-. LUi 1,-S
-AUL),4-'~~t y S d( l ii ti-d 1 t -1 ii ItC
c '. d-, ona ad- eiieut d%: I it, tawh.
33-4 d I k A 1 i dlt IIS-tl '11I I Itc Ii !all
to UIIS i. ttJLA LIU -V CS' > ASjOCI I q a if
Coll % jell' d Ide 1 tei- W Ot t- ad 6, ,a eut
Iit~tl~u~a~tb I Isa j-h"Al Atc
CCA4-Ci d" lit queaition :1 0qaea Fca~a
Ce une CUtLI-eIte !it? l~ilce (33t pOI'IlS

cii, i a t ti It ..e tibv,-,ij il i-dLi
IS :7)H 1 ,-i;G 2 1 0 Cc ;,t C ~Al
p.)i mw& .A I et.; i i t) e IA jl itJ A) A -ut
e rA- ~ LitIt c. lt. h- -ui -;)I Aij 1.-

UV 1 t, t,. "i A 0 l xv LIUA L itu t IleRI
dd% II'~ II I ., l AI NF,1 0A it le 227
du coJt.- 1 l9a'LlhIlle iO.3 :qu end
"'et 1,111111 1J )I l'zi s c u ~ t") dii ui! e,
SOt PO-;c ell uto el0k que la iafoc'ane
uflpus .o enI FL A [,-e1 pat- des u~ceeA-

par 'iian,,tl A .tt.e, I iitil iiii o applica-
tiou :#_ie~tniiucie par I exigenice do

Wa p dS ioUU 6SUL' Iaduptaon d un
ph incipL', ais bieu star called do la
Ulailie3uro ma-o Cu (uvi- d'un rt~gle.
pour fac lia.er la solatioai do certaines


Echos d'Oulre-Mer


Pt RTUGAL. D'apr!s les ddpches de cette
semaine I'ag:tation qoi r6gnait en Portugal
A la ;ite de Ia proctamaion de la rEpubli-
que. ne s'esi pas enc-re cdlme et il est
evident wa'gr6 tout, que les republicans
nont pas comp Etement vaincu la rdsistsu-
ce des monarchistes. Ceuz-ci conservent
surtout 1'espoir de voir le Gouvernement
repoblicain commetre des fates qui enrai-
neraient la restiuration de la monarchic.
Les chefi revolutionnaires out faith tout
lea r possible poor ob enir I'appoi de routes
les viiles do iryaume. Le comit6 central
s'etait empress d envoyer des Emissaires de
confiance dans les vil'es qui ne sont pas en-
core soumises,wtais jusqu'ici on n'a pas de
nouvelles do rosaltat obtenu.
ls oct en on:re. combattre I'exc6; de
t/le de leurs propres partisans qui, ayant
pris goit aux baga res continent A tenir
la ville dans un da'goninuel de combat.
L'a;oect militalre de la capittle donne
parait il I'impressioa d'uoe petite grave
qui aurait ec&ate.
Le ddcret ordonnant Ta dissolution des
ordres religieux sert de preteste as peu-
ple qui s'amuse A a t'quer et A mettre A sac
les mnnn.stres des environs.Vu la trcquen-
ce du fai,, la police a do prerdre de sdrieu-
'*s measures rerressives.
La que t on de savoir si les autres puis-
sances reccnnai raient le Portugal comme
146publhq e est presque r6solue. La France
et I Espagne s'Eaient decides a suivre la
d6cis'on de 1'Argle'e re qui,par son allian-
ce vieille d'an s',cle avec les monarques
Portugais ainsi que par ses relations com-
merciales avec ce pays a le droit d'emettre
I prrem'ere son opinion. Or John Bull a
dkclar6 qo'il reconn.itra la Republique Por-
tugise au-si 6t qu'il sera convainca que la
rk.-. ut on est ena:ierment terminee ct que
,es atl ir-s aurant repris leur course normal.
L:s gou-:. r if-ments de It Fede6ation Suis-
e et de IL Rdpublique du Br6sil ont faith
d re qu'als reconnaissen- la Republique Por-
tu,,-ise.
C'e t an g acd p's d fait, esperons que
d'iit que'q -s juri tout soit regle.Quacd
.iri s)u.trai s droSs i's sooat toulurs
A G bra ar u dolt a kr 'es cherchr le
yacht roya ang ais V:ctoria and Albert*
' Andlie a v. ei6t6 renvoybe A L'sbou-
ne paviqu'e"e ppa'tient a a mr ne por-
tugai-e
l'. \c- Mess;e. r; 'e; employ -s des
ch-mi s de fer du Nord se' soot mis en
gr ve et noi cont -n.s de ne pas vooloir tra-
v.iller, voill qi'ils d ma'issent la voie.
L-s rala oan. tt' en eves cn plu.'err- ea-
dro s '. n pi,:; )in o it c ,! tine t ob.truE
la v.' e
Q 'e. --. di e ? Que se p, se t il donc
3.., L.,rd-: nea* ? Les e vploye; deman-
dJe t :
i 0 U.ie jume. station dei g'gei pour fai-
re t ce a chbret6 a:tu-l'e de, viv:es ; 20
Applictio.i rt o ctive de 'a loi sor les
pen~ioni ; 3, Ue d vision plus equi able
do travai ; 4 Un jour de cong6 sur sept
d- trav-il pour tons le; employes ; So Qae
les enrp'oyds sotent au mois et non A la
journey
L- Goavernement ayant dEcide de pren-
dr: une rnesure e ierg que poor met r; fin
A la greve a public A I'Officiel un decret
p r leq:ue 3oo0 o eap'oyEs du chemin de
fer soon convoquds sons les drapeaux : ce-
la les met immediatement sons la discipline
malitaire.
Cet appel en ma;se n'a pa; prodait grand
chose car i' p r.it que les employs de la
gate de I Es: et du P. L. M. parent aussi
de se soulever. O dit mneme que les chests
de.; asso:iat ons ouvaijres soot en tain de
comp'oter une g',ve gagaavesque des inee
a1 par.lyser le traffic dans la France entire.
A la derniere stance du Congres des ta-
dicaux et radicaux- socialists, tenue a
Rouen, le commit ex6cotif a envoy des
pourparlers avec les reprdsentants des grou-
pes republicans des autre; ra'ions dans le
but d'eablir les bases d'une union intrnaa-
tionale rnpublicaine.
ITALIE Le cholera faith toujours beau-
coup de ravages,les depeches ne nous ap-
portent que des nouvelles de ddcis en
masse.
C'est embtsant, mais quand amime on


eat heureux d'en 6tre loia. Enfin... condo-
liances'aux families drouvdes.
ESPAGNE --TLe cabinet Canalejas prend des
measures tras dnergiques en vue de ptevenir
an soulivement.II c-aint le mauvais exam-
ple de ces torbulents de portugais.






RENSEIGNEMENTS
MEr'tOROLOGIQUES
Obsoerva toi re
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
VENDREDI 14 OCTOBRE 1910


Barometre i midi

Tamp6rature.,ini~mm


762,"i=3
22 6


maximumm 32,9
Moyenne diurne de la temperature 27 2
Ciel clair le mratin at urgeux depuis
to I. Bandes polaires. Halos solaire et In-
caire.
Baromatre en baisse.
J. SCHERER.
Revue du March6
OR AMER':CAIN.- La prime sur l'or ami-
ricain a flchi de quelques points cette se-
maine, et malgre les deux jours de fUte, il
semble qa'une nouvelle impulsion est don-
nee aa movement de baisse icterrompo
depuis quel qes jours, tant pour le cash
que pour le Terme.
Eno etet, nos dernieri avis c6tatent an
change A 410 olo, relativensent ferme ;
mais, depuis mardi il y a i noter an chan-
gement dans les cours.
Nous avons enregistrE des afaires faites
a 408 et 407 olo de primedes chiffres sans
importance, et avant-hier on a venda pros
de 20,000 406 et 405 010 pour Ies tgle-
ments d'aujoutd hui.
Payal'es livrables.- Le march & Terme
est on peu fiible, et les acheteurs qui sont
deja en tres retit nomabre venlent A pein-
cco rac tr sur one base au-dessuos4de 40)
olo de prime. Aussi c'est avec difficult
qi'on a p6 placer pres de 20 ooo dollars
sur Novembre A ce tit x
Nous avons remarque qu'il y a eu b au-
coups de reports aux Rgfem,-mn s d'aujour-
d hui par des DWp6 s de gordes contre or
avec de ires faib!es intira s, ce qai nous
porte i cr ire qu'une btisse siraease ne
peut itre qu'au commencement on fia de
novembre.
Par core, la bonne posture du cafe en
Europe, les projects de la Nouve'le Banque
et la R&c-'.e que nous abordons actuelle-
ment enrayent tou e possibilh e de hausse
do change.
(Con;o!i'ds. Li situation des Tatres de
I'E'at teste anchangee ; acheteurs et v n-
deurs s- regardent motuellemen Le Ter-
me se c6.e itouours i-rme.
Traites.- Noas trouvons le march un
pen plus f'rme ceste semaine. Oa a fAit
3 314 poor ds chejues sur P.ris lt les
cheques sur New Yok A 314 olo de prime.
'Billets de 5 et nickel.- Les Billets de 5
soot toujoars demindes A 112 olo pour les
chiffres important et 34 olo d escomp e
pour les petites valears mais ils sont tou-
jouri rares.
Lt nickel se miintient nominal A 2 314
olo d escompte, mais avec une tendance
plut6t termne.
Faire-part fun6bre
Voas eces pride d'assister aux tunertil'es
de
RosE ULDA J'-CHARLES PRSSOIRa
dic6dee ce martin A 4 heures, agde de 10
ais et demi.
L'enterrement aura lieu remain diman-
che A 8 heures ec demie an temple de
I'Eglise Wesleyenne Le convoi partira de
de la maison du Doctear Domond A La-
lue.
De la parn de Mr e Miae J. Pressoir,
des families Pressoir, Domond; Jaeger et
des autres parents.
Naiasance
Madame Fiddlia euae,.de Balit, a accou-
chd hier d'un bb4 qul a reua le prdsom
de Roger.
La mire et I'eafant se portent bien.


T616grammS fun4bre
Une d6peche rescue do Port-de-Paix a ap.
port la nouvelle de la mort do ManDa.
ATHNAISE PIIERE-LOUIS survneau le le2 4
e mois.
Nous adressons A ce sujet 5o0 sinccem
condo'dances sax parents do la dfamte,
particaieirement A sa fille, Mile Sszanno
Archer.
Salvador
( Du Bulletin de Rdpubliqua .Amd
ricaines. )
Pendant Y'annde 190o9, le Salvador a pro*
gressi favorablement. Le President dams
son message fdlicite le Gouvernement ser
cet itat satisfaisant et assure qua les rela.
tions avec les autres pays soont on ne peat
plus cordiales.
II a lieu aussi de se fdliciter sur la con*
edition stable des finances. Les recettes o*.
tionales de I'annde ont ddpassd cellos do
1908 et les ddpenses out diminun.
On constate aussi une amelioration dans
le commerce general du pays qui s'est dlo-
ve A plus de P. 1o,ooo,ooo avec une ba-
lance en faveur du pays.
Bien que 1'annde 19o8 ait ties prospreo,
toutefois le commerce de l'anne 190o9 *
etd encore plus considErable. II faut so rap-
peler aussi que le commerce extdrieur is
Salvador n'est pas l'indice principal de Ia
prosper t6 do pays qui est bien ptupli.De
totes les ca'ions sud-amaricaines, c'er
le Salvador qui compete la proportion la
plus considerable d'habitvnts par mille car-
re. Par consequent, tout ce qui est expert
est I'exccdent de sa production, car les ha-
biants consomment one pariie considera-
ble de leurs products indigines.
Le commerce intdiieur a etid aussi actil
que le commerce exterieur de sore quoa
fe Salvador pent considdrer I'asnne 19,O
comme une des plus prospore de son his-
toire.
II y a an Salvador environ x56 kilomk-
tres de chem;ns de f, r I vo'e etroite et ea
19c9 il n'y a pas eu pour ainsi dire, d'ex
,eusion. Mais on a autorish deux grand
projeis qui asuront one portie considtrab!e
sur le d6veloppement du pays. Une des h-
gnes proje des ira de la Union A San Mi-
goel dans 1'est et cette ligne poor.a ita
orolonghe de maniere A traverser tout I0
territoire de la R~ pblique. L'au re nI&S
reliera Santa Ana dans l'ouest A un poiW
d6tetminE sur le chemin de fer do Guats-
mala. Le Gonveirement a toutefois consa-
cre une attention route par iculire a I'a-
mnlicrtion des rotates carrossables sa to r
te l'etendue du pays et aussit6t qu'on sura
esx6c' les plans ac'ue's, le Sal-ador aers
un des meillenrs riseazu de grandes rou-
tes de ,oute l'Amdrique L;tine.
Le Salvador est essentiellement agricole;
le cafE est la princirale recolte, sa produc-
tion annuelie s'dlevant 1 37 500o tones
d'une valeur de P. 5,ooo,ooo environ O0
fabrique dans le pays des soieries et des
tissus de coton pour one ra'eur d'enviroa
PT. rco,coo par an.
L'enseignement an Salvador se divide ea
primaire, secondaire. sapdrieur, p-ofession-
nel et sciconifiqne. En chiffres rounds, U
y a 603 ecoles prima res dans le pay4
comptant 25,000ooo lves.
Dapris le message que le President Fi-
gueroa a transmis le t fdvrier 1910o,
i Assemble national. les recettes pow
I'annde 1909 se sont 61evdes i P o10,711"
098 65 argent. contre P.Io 677.338,92 Mte
gent eni9r8, d'od il resort one augUe"N
tatlon de P 39 759,72-
Les d6penses pour I'annde se soat 61e-
vies A P.x 1,865,ooa,3 i centre P.ti,656,
656.61 en 19o8, soit une diminution d
P. 8oo,654 30,
An 31 janvier 1909, la dette publiq-
s'elevait A P.9,531,319,t9 pret P.626fe,
196 argent.
En 19o9 le commerce exrdrieur do Sul
vador s'dlevair a P, to,578,a8o,72, i -.
partations y figarint poor P.4,t76,93tS-
et les exportations pour P.6,361,g4o,71a

f6tel Bellevue
Le mieux situ6, le plus eoa-
fortable. Champ- d-Mars.
Couisine renomm6e.-Vue sar la 1ee

V. P. Sal6s
AVOCAT
CABmfr Rum PAVs


- ---








PATRIE HUMANITY SCIENCE
MATERNIT
DR
PORT-AU-PRINCE
CEuvre d'initiative priv6e
SOUS LA H&UTE PROTECTION De SoNe
EXCELLUMC8 L-C Pa~tIDGNT D'HAtri.
Consultations gratuites d'obst6tri-
quao t de gyn6cologie les lundis et
.di* do 10 & 11 heures du:matin.
aSont intern6os aux frais de 1s'Eablis-
ment leos femmes onceintes arrives
au terme de leour grossesse et les fem-
men atteintes do maladies do leur
Course pratique d'accouchements et
do gyn6cologie.
Mr le Docteur C. R. Boyer, profes-
seaur A la Maternit6 de Port-au Prince,
eommencera ses legoos de patbolo-
e de la grossesse et des maladies
es nouveaux-n6s. le lundi 10 Octo-
bre courant, do 10 & 11 heures du
martin et lea continuera tous les
luodis k la m6me heure.
Mr Ie Docteur 'J. Dominique, pro-
feasstr A cat 4tablissement, commen-
cera sea lemons pratique, d'accou-
choments et de gyn6cologie le jeudi
13 courant de 10 A 11 heures du
matin et lea continuera tous les jeudis
A la meme heoure.
Conform6ment A l'article 12 do la
loi do "10 Septembre 1906, sur Fen-
seignement medical, le 61feves sages-
temmes et lea 6tudiants en Mdde-
ciae qui soot tenus de suivre ces
course, soot invit6s A s'ioscrire au se-
cr6tariat de l'auvre ls laundis et jeu-
dis de 10 & 11 heures du matin.
L Administrateur de l'ceuvre.
ID I. E. JEANTY.

On trouvera
de meoilleurs Cirages pour tous sou-
liers la mannufacure de chaussureo
G. CORDASCO.


NESTOR FELIU
L'ezcellent tailleur avan'aieusement
connU do touted la Rpublique vient
do ro' vrir Pon atelier. Rue Fdrou,
(Rue des Miracles) No. 71.
SA nornbreuse clientele trouvera
comme toujours touted satisfaction
pour les travauz qui lui seront con-
lis.


VENTE doemeaorant A Por-au-Prinre,Ro, Roax
No, A l'adjudication an plu off cant et
par voie par6e lornier onchlrisseur do l'immeube Li A u
11 sera proc6d6ile p jadi vinot O-to- f)Lds *et btities lee coastruclons
bre courant, A trois heuies de l'ospr-- consistent On une vatoe maison ba*so ",,
midi *a 1'4tede et par I1 mini.tre do couverte en t6dl, de cinq p'6ces t n Le vapeur" Alleghany partira
Me Elmond Oriol, notaire public, do cabinet, et wune peti a maisoa d ru a ce soir A 10 henres pour St-Marc,
meurant A Por -au-Prince, Rue Roux, pieces converted ausii rn 16 e. ais A P r Cayes, .lacmel, PIuerto Columbia,
N .... a I'adjudication au plus offrant ac-a Priaso Avenna Job, Browa. Ci- artagr.na, Santa-Marta, Kingston
ot dernior ench6riassur do 'imme.,ble,, evat aloue, d'envir.n qu-ranle oux t ar n r lam
fond. st bAti.eos (1o9 constructions co, pieds do faide .ur l'Avnu J,,hu et New-York, pregnant la mall%,
distant princip alomnt en uns grard, Brows, "ar q.atra cents pi ,i de pro- tfret et passagers.
maison a tago, ot uno maiaon bimsie foadour, born6 au Nord jar 1'Avenul .*
st les dlpendance; tnuu6 dane lte co- Johbi B own. I' it Par C,'m61eau La mall pour i'Etranger (via
virous de Port-.ae-Prince, a Turgeau, Antoine, Ma let par Loc Elie, et an .lIr6mie) parl, S> .\Allemania, fer-
ddoendant do l'ancienne habitation mera *i la posted cc soir A 8 heures
a W.nt6, do deou cents piedb d ft-. Ea veatu d'une obligation byi'oth5- mera A la post csoir A 8 heures
cadessar deux cent cinqaane pied$ care poi tant clause do voia parde, ra- rcses.
environ do profondeuv, born a'aA Nrd potte par M" Louis Etienne. Edlmoid Port-au-Prince, Ie 1., 5).'tobre 1910
per Orna Marcelin, an Sud par Mmi Oiolret 0son c3t01gue, notaites A Per:- F. HERRMANN & Co. Agents.
Horelle, A I'Evt par le cemin du Pont- an-Prince le vingt-deox Jnin mil i eouf ____,__ __ ,
Morn. "t i I'Oaest par Io reite de la cent hait, en:egitide et ignii6: ; et RESTAUALNT
praordte6 de Mme Charles Fatton. on conformid d' an j g mann du t.iba- S A
En vortu d'une obligation hypoth- u" I civil de Port-au-Prince art date du DE LA
cairs portant clause d3 voio par6., sa-z fivr:or mil neuf cent dix, ta-.6 GLACI2LRE
rappore. par Me L)ais Eienne Ed- on ftrce deche t s jt gboe.
mood Oriol et son college, nolaires A A l req, te de M:ssitur.4 Af ed d L. GrosnoI
Por'-au-Prince, le vingt sept fovrier MAttcis et Arthur de Mattdis, cominir- PROPRIfTAIltE
mil mnUt cent neuf, enregistr6a et ai- ,ants, crAanciars hypothlcaires, domi- PORT-AIl-PRIN:E ( Ila.ii ).
c iis A Naples ( I alive ) demeurant a Moieur L. Gios poitair
A l d Moier Racie Port-au-P;ince, oyvnt pour avocat M rMonieura L. Gaosnon po"i' air
A la requte d Moier Ra Mi O d urat Port-a du restaurant d a c devant
lon6. propri6taire, demournt et do- Michl atpdeeurart Port-a:- partir pour lol'urove. invir s clients
ricili A Port-au-Prince, cr6ncir hy- Prinnc, Place du Champ-de-MarF,so,.- uparti pour ,uro eo invie ieso ciptes A
pothicaire, ayaut cojr Mvorat,' MA Mi- sigr. qu f out pas solder lera oui ptesr
chcl Orante, dey eurant a Port au- Conlre M< nsieur EdJm nd De#- rt, le faie au plut6t. alip dt' lui ,viter
P.ince, Pl.;ce du Champ-ie-Mars, sous- propri6taire, d-m3i.t- At et do r .li6 d'avoit iecoui sA un I ucdt.
*igon. Port-;u-l'rince, dtbiteur bypotlhsc ire.
Contre Mme Charles Fatton, nde Sur la mise A prix to mille hut: ct t -
Elie, propri6taire, dAmeurant A Port- *oixante douz dollar's cr ambricain, .
au-Prince, d6bitrice hyp3'h4caire. outre lis hororsires de I'avocat povr- -, F. E
ASur la missed prix d, deux mille sulv*nt et les autres charges d, I'rH- a ,Gr
sept cent qnatre-virgt dix dollars qua-, cbre Or am3ricain I,. 172 ,
raent centimes. or amdricain, outre Pour plus samples renseigr~.ments, .
lee honoraires de i'avocat poursuivant voir locahier des changes depose chtz c h z
et les autres charges de I'enchAre Or Me Edmond Oriol, notaire.
am6rica-. . s. P. 2.790, u. Fait A Port-au-Prince le 15 Oo- ..
Poor plus ample renieigaements, be '1910.
voir le cabier des charge depos6 ch, z L'avocat poursuivant,
M* Edmond Oriol, notaire. MICHEL ORESTLE
Fait A Por'.-au Prince, le 15 ()otc-
bre 1910 er '' -


L'avocat po, rsuivant,
MICHEL ORESTE.


paLr voie pare'ee

II sera pro'cd6 le jeudi vingt (-Jtc-
bre courant A trois heurek de l apr ;3.
midi. en l'dtude et par le minister
de M? Edmond Oriol, nutaire public,


,, LINE HOLLANDAISE "
(KoninkliUke West-Indische Ma,;d.enit)

Le S s, l''rins I'rel,-rik I lendirik'
partira dimanche soir, 1 ,counrant.
pour .lernmie, Cayes, .lacitnil.
Curacao et I'Europe-
lort-au-Prince, 15 4 )ctobr;e 19110.
AUG. A H H ENITS.
Agent


Un~qt~e Aivis

#-a It I ) I :-! ;: -(a 1t 1e
Sur 11- *-'d..tent 1on1
di 1 -1 d I 31.' OLiitant.
.'ici IS v i,. t V- &ii de- riasses
j us devi,.;! :-V t'a,1'o'1.3 Iw'tiou
avec leur .Lc!e do i.


YA'iL')y'


0+


Avenue Grdgoire (Chemin des Dalles


Installation moderne situ6e A
0


5 minutes de la


Station


des Tramways


25 chambres pourvues de tout le comfortable n6cessaire A partir do or P. 1.50 par juir iour la pension~, vini cxieptc.

Chambres sdpardes pour receptions privees

Salles A manger pour banquets, pouvant contenir 80 invites. Salles d ftL't,> etc.


Bar et


Restaurant de


premier


ordre


Cuisine francaise -- Cuisine ambricaine

Eclairage complete A l'6lectricit6, toutes les pieces sont pourvues de lampes perfectionn6es.


cz poawl.


.jsv : ia4 A


at Aftllexxaax-xcl.


LA DIRECTION.


htS


1111 ~ -- --


- ---- -- Llb~Llrrl)LUIL~IIIYOIIIIIIIILII~IIIIIIII


E


di Cap eMam








A de MATTEIS & Cie
32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Maison Fond6e en 1888
Bijouterie. -- Argenterie. --- Parfumerie. --- Articles de luxe poor salon,
salle A manger, enatrnbres, etc.---Miroirs et tableaux artistiques. ---Serviettes
pour avocat homnu-, d'aftaires, ministres. --- Bibelots 616gants, d6licats *t
rares. --- Ar!i ltls de Bureau, etc.
Achat do vie-; ir. argent, diamant, 6caille.
R.tpavatioii.: itu l3ijoutrie. Les articles vendus ou r6par6s sont garan-
tis pour uue piItied d6termin6e.
MA.ISO)N 1)E HAUTE CONFIANCE et de'Premier ordre.


ACCOUREZ

clhez Andre Faubert


Entendre la machine parlante des Etablais-e
ments phonographiques d Ivry avec Disques
A-pir.
Machine petit module avec 20 :morceaus
Ca-h P. 20 or am.
C'est surprenant
VOUS TROUVEREZ AUSSI:


Viui,
Vi Os
K iv'a
D~e la


d!o Messr; Vins b;anc & rouge de table;
d-i calsses premiers clus ;
Cardinal ; Sardines a
maison MUNZI.R & FILs, Bordeaux.


(ognac & Fine champagne


On trouvera


la Maison Alb. Desn
21 RUE ROUx.
Un excellent vin rouge A le Gallon
vin blanc 4


Sardines frangaises la bolte
4 w sans arr6tes
Filets de maquereaux A l'huile


aarquets
P. 300
4.00
1.00
1.25
1.00


Grand assortimentde liqueurs de touted sort.



Hotel de France
MKme A. Mattre, proprietaire


Bibre allemande la f2 bouteille
4 hollandaise ca
Champagne Cocktail


060 Sandwichs
0.80 Manhattan cocktail
0.75 Kola Brach


VINS MOUSSEUX, LA BOUTEILLE : P. 5.00
Champagine Pommery & Greno
Dbjeuner et diner au Champagne P. 5.
Table d'b6te : P. 3.
Vient d'arriver
L'exce.lente biore Amstel


Otard-Dupey


Liqueurs assorties Marie-Brizard
Charrpagije en blies & 1/-2 b*1" de
Vtooge & Co (Epernay)
diopuis 0 80 or la bouteille
Isc t, i'errot ; Beurre danois ; Tapioca ;
'rFli de( chine; PurgAIyl DAtry; Poudre de Gast
I)tr v; C:ia aates ; Moatres.


G, ra it fI


issoritnerint de


Parfumerie


ll tI';iAGAN1 (;ilsLAINF PIVER DAVER


Itvefil


en Gros


& en Detail


A. v... fair ei 'cutr directement les commodes quoe I'on
,ul.d.A ;, !~1 ,ea i.-:(titte pjur les maisons suivantes :
Otad Doi; Cognac
de Vie w: Cu Champagne
D.-t \ l Kr,_'. Purg tyl
S t ,. phi.lu d Ivrv Phonographt s et Disques Ampir
(Coin.k: ; i. d'Electri'it6 AuIomobiles et Istallatioa d'Electricit6
Pernot Biscuits
m i \,. -: ent <^n6ral pour la R6publique d'Haiti.
I'laerc Gelfrard --- HALLE RODEWALDT


NI('(AS CORDASCO
... I IlCOl


157, rme


A~.
I -


Ieptl)blicaine, 157.


, d. ttemps :a premniaie place tant a Port-au-Prince que


\,, ,. 2 ,'r .t-' joinOt dt't dit au chlioix incomparable de ses mo-
j -. t .-. t t1'icai;ies d'une 1gance irrdprochable et
tSt,")1, t ',, i ces. duii bon g juilt.
'o ,.itai t on a en toultes pointures et largsurs lui
pe u'e + : .--er tous les pieds, mr me les plus difficiles; et la modi-
,'it do -t .,..&-osible A toutes les bourses.
Tot, n:;s qui ne trouveraient pas A se chausser dans Ie maga-
,.ta :;to:. '!--. ,.-t dan les 2'1 heures par un article fait sur measures.
N.i.- L.a t ',so, 'po.ut chaus.ser; sans prendre des measures, les personnel qui
'e oetlut' c t'. v S '/ "t't / t'.
11 suftit do :ui envoyer uue chaussure allant bien' ou sinon l1i signaler lea
d6tauts.
LA., ,.-c, ,i- n allant pas bien seront remplacdes par d'autres, rectifies
d'aprt- ',,.'s ol,-,t vat ions fournies.
l.a lacullt du retour est pernise dans les 24 heures aprbs la livraison. Si
ies chausuiseis out 6t6 portdes ou ne sont pas a l' tat complete do nouf elles
cerout irouieusefnent refuses.
La mason d6fie toute concurrence, et envois franco en pro-
vince.
AVIS.--- l.a maison a nouvellement recu un assortment incomparable de
peau: veau verni, vAche vernie,v&che noire,veau satin, kangaroo, chevreaux
jlac6s noirs, jaunes, champagnes, rouges, etc,otc.


Vente


en gros et


en detail


Lea clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sortes de tourniturn
pour cordonnerie A des prix excessivement r6duits.
Ces prix exceptionnels ne sont obtenas quo parce que la maison no fait
plus ses affairs quo directement avec le fabriquos do peaux et de fourul-
tures, des Etats-Unis tells: ae tirants, fillets, aoots, clous, 61astiques, A1
pour machines et pour cordoniers.


Pour tous renseignements et commander
S'adresser A Andr6 FAUBERT,
PLACE GEEFRARD PORT-AU-PRINCE.
AGENT GAN*RAL POUR LA RkPUBLIQU8


Grande Fabrique Moderne
DE
Boissons Gazeuses Sup6rieures
II y a & peine une annde depuis qua la plus nutritive, la plus agrdable et
la plus fortiflantd des boissous Gazeuses et entrEe dans la Consommation
vous le nom de

ROYAL KOLA CHAMPAGNE
Sea qualitds et sa fine saveur lui ont vite conquis une vogue croissants
qui est un encouragement en m me temps que la recompense des siaos
minutioux donans A sa fabrication.
Ddsireouse de ratisfaire les goas les plus difficiles pendant l'rt64do tWI4
la fabrique a prdpar6 au moyen d'appareils perfeciionn6s des productss
hours pair.
Ello met en vented au m6me prix et sound cette m6me marque ROYAL
plusieurs d6licieuses Boissons gazeuses qui seront la Providence des pr-
sonnes souciouses d'offrir chez olloe d'exquis raffratchissoments aux goal
varies, et pr6cieuses dans touted les reunions a c6t6 de leur aIn6 : sle
Royal Kola Champagne
POUR VOUS EN CONVAINCRE, DIGUSTEZ UNE BOUTEILLE DE GCi
PRODUCTS INCOMPARABLE :
Cream Soda Cristal Limonad0
MOUSSEUX AUX FRAMBROISES MOUSSEUX AUX FRAISES
MOUSSEUX AUX CERISES.
L'AaocxB GiMtNALZ est toujours sa M~apsin de Ia M6tropole 08 rue
Magaain de 'Etat, vous trouverez assi ces products au m6me prix dmass I
Dip6ts muivants:
]fPICERIE MODERNE. 155 Grand'rue, a feem la Maison Robelto.
EPICERIE CADBT LUNDI. rue des Fronts-Forts.
A LA PHARMACIE NOUVELLE ALEXANDRE ROBERTS, rue Roua..
MASON A. FAUBERTm rue Roux.
A rEPICKRIE H. CORVINGTON, rue F6rou.


I

Iro


---- I I IL~


*7