<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01052
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 14, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01052

Full Text

Ottatriftne AZur6e, Ale' 106:


Vendredi, 14 Octobre 1910


ASONNENENT8
Us MOIR ... .2.00
Thois IMoza... a 5 00
Us MOIR ,.G. 2.20
Taois Mss a6.00

S~~a~s1I.t..Noiaos. a 3.00



0Mejat-Waaglefr


j2


OUOTIDIEN


LE NUMERO 15 CENTIMES

Le manuscrits ansr4s ou sono e ser
pas readus
REDACTION-ADMINISTRATION
8, Rue Evngne Boutiolly, 8


ADMITrR&TITEUI
Arthur Isidore


- -- -- -


NOTES AMERICAINES
Coup d'till sur vingt R6publiques.

D 3 HEONDURAS AU GUATEMALA.

DIea 14publiques convulsives vues par un Guat6naalt6que.
pays d'avenir.-Le Honduras, etc., tels qu'ils sont.
La zris6re au sein des richesses.
IV


A Part Costa-Rica, la patriarcale*,
somine oa a coutume da l'appeler,
I'histOire des autres R6publiq esa du
Ceontre-Amrique eat la maemo; c'eat
I histOire de R6publiques convulsives.
Tantbt IBPublique ftddrale avec Mo-
razaa, do u onduras, tant6t incorpo-
r*l I'EnDPira du Mexiquo, avec Itur-
bide, aujOurd hui Provinces unies du
Centre Arndrique. domain salvado-
rins et guat6maltques, so d6chbirant
*etre eGu, apr6s.demain guat6mal 6-
ques et gate6nalttqaes Nacaraguains
ontrfe NiCaraguains, cur6s centre li-
bre pnseours, conservateurs st lib6-
faux, 6tiqUettes qui pour I'6tranger
* sig8kiflOQt pas grand'ch s-, tou-
jours la grade raajorit6 deo R6publi-
ques dat Noveau-Monde et en parti-
CQlier :el'ie du Gentre-Am6rique so
*Out 6pt6isbe eon lattes st6riles. Mais
dcoutona plut6t un 6mainent juriscon-
iltle gUlathQalthque, M. Antonio Ba-
tre JaUrkgui :


geographique entire la mer et la co
dil,'re ; mais depuis, la Republiqu
module eat au-si A payer soa tribe
de larrpes et de sang...
Malgr6 les guerres, plaie des pay
am6ricains, un notable progrsi s'es
r6alis6. La population des R6publi
quest de l'Amdrique espagno'e w
comp'ait on 1810 quo onoze million
d'habitants; elle eat aujourd'bni d
70 millions. Son commerce ext6rieu
nul A cette 6poque s'61lve ac'uelle
meat A 500 millions de dollars.
a Pour ce qui est de l'Am6rique cen
trale seule, en 1821 elle avait 8U0 00
habitants, elle en compete aujourd'hu
1 millions.
a Avec l'ouveature du Canal do Pa
nama:.'une grande transformation v
se produire dans I'Am6rique central
qji est appelde A etre par sa position
geographique, ses resources natu
relies et sa situation sp6ciale entree les
deux Ojsans, un Comptoir de grande


v Malhelureusenaeat au moment do hrcuesses. Luatesalsa avec .sa voe ,aer-
otre qrtliacipAtioa politiq, e, il n'y r6e duiPacifiqae ,i 'Atlantique, a un
avait Pks d arnalgamo eutre Guat6- aveir tr6s brllant...
Wala, Honduras, le Salvador, Nicara- a L'Argentine, grace A la population
SOa et Costa-Rica. D6ji Chiapas avait qui lui arrive d'Europe,avec les 6;mil-
4a=d6 o0l adhesion Mexico t les lions d'habitants qu'elle poss6le a>
Wtres Peuples du territo re 6tendu tuellement, jo it dun commerce do
4s Centre-Arrdrique Wavaient point 3 500 millions de francs, il nest done
40 toodacea uuttaires, mais plat6t pas hyperbolique do calculer que si
doS gernres ambitionss do craintes, le pays do l'Am6ique contrale atm-
do rancuues et de nalentendus. vaient A avoir une denwit6 de popu-
..Get tat anariqentondu. paslation de 85 habitants par kilomonre
t tt 0anarchiqo n'6ta.it pas carr6, qui est cell du Salvador et d
stur46rent Particulier A l'Am6rique Costa-Rica, leur commerce d6passe
Oeatrale.,ai al4tendaitdopuislea pam- rait 1 000 millions do dollars. *
pas asrgntioea, depuia leaos rives de la
Plata, juaqa'aux fertiles campagnes *P
MBeicaines. ans touted 1'Amdrique. .
espagoole r6goa le vertigo du frac- VoilA sons la plume d'uo Centre-
tionnemnot, car nalbeureusement Amw6ricato, d'un guat6malt6que I' tat
apris l'lundpeOdance pr6domina 1'es- des pays du Centre-Am6rique, ce soot
prit nilitaire. Quaand uan astre se d6- des pays d 'a nir.
sagr6ge daus 1 space, la force contri- Monsieur Poirier ajoute a Pays
Ifgo qui Conserve la coh6sion de la douds d'imrmenses riche sea naturel-
*ati6re ae d6truit et il so forme de lea, les pay' de I Isthm a, places dans
sombreux as 6orides qui tournament sur une situation g6ographique unique au
lur centre, suivant lea immuables m3ndo ne soot encore parvenus ni A
1oil costliqaeM. Ainsi I'unit do gou la ma urit6 civique, ni & 1'6quit6 poli-
*ernaeent esPagnol en Am6rique ve- lique. Mais ce soot de pe items entities
eant k se -ompro, toas les pays de ethniquement vigoureui*e et viriles
set vakite dOQianatioo dana to Nou- qui chaqeo jour, gagnent eon cohesion
VaS-Moade VOlent on fragments. La et en sagesse, ce qu'ilel perd nt en
Nyaar de Peoples aiaissats, aveu- tropiclisme et en inquietude intesti-
tsu Par des theories neuves, la for- noe. Poor quelques-uns d'en're.eux,
rtatatioD d'int6reta oppoeds entre- tant que noarrivent pasa la paci-
e h6t6rof04ne le fianeste milita- fique 6tape heureusement atteinto par
ame", ilatnnese extension des terri- la patriarcale Costa-Rica, its no pour-
roe di satlionoali6s r6cealment root point so palmer du oouixsuiswm et
a 10a, |e xaqe d'instruetiona t des- ouveroauts fermes, laborieux et
t4eanttion doe masses inconscien- patriots do la trompe do Porflrio
.1, le ddir d'iltroduire d un coup Diaa ou do Manuel Estrada Cabrera,
priolp es *A lea injatiatiop d'a- qu'il no faoot point confondre com-
Peupleo dami dos frosaments me on a coutome do Is fair par
Q ue ot d* collectivitdes arem ; machiav6lisms ou ignorance. avoec
olla a% pOpvat s prodatre le os despotea valulare et angaelnaires
~h Is ddosrt ellt e-roble. qie trop souveot debhonorest notra-
1 4 i a'eW auv far ea position aJarique.*


Ir-

(S
st


D'autres causes de ce retard per-
si.tant dtos la voie du plein 6panouis-
sement sont dloquemment rappe-
16es dans un discours de M. Adolfo
Zuniga. en 1882, en pregnant le recto-
rat do l'Universit6 du Honduras ; l'on
y voit quo ces pays ne posstdent pas
seulement des pseudo-r6gui6rat'ur.s.
bonshommes plus ou moins c61lbres
don't la mission est de retarder quand
ils n'aboliss.nt pas. toute march en
avant vers le bonm sens et la lumi6re :
a Les noms de lose Trinidad Reyes,
Maximum Soto, Alejiudro Flores, Yan
naro Jiron, Miguel Antonio love.o.
Juan Lindo, devraient ktre insctits en
lettres d or aux angles de ce salon, et
leurs portraits placs en lieu di-timn
gu6, comme pour nous inspire,
comme pour nous aider dans les tia
vaux que nous entreprenous et corn-
me les premiers facteurs de notice
progres scientifique et littdraire et de
notre culture inteilectuelle. a


res et memo dans ses petits ruiq-
seaux. n'ait consacr6 au-une attention
A I'etude de la minAralogie et de la
m6tallurgie. Je noe comprenais pas
alors, come je ne comprAnds pas
aujourd'hui, comment an ce pRys si
Mtendu qni manque da v ins do conm-
municatins sans Ip qull1 s la pro-
duceion et la connmmation. le com-
merce et i'industria no snnt riea
mins qu'irnpoqsib'ep, ait noglihgA i
d6plorablempnt !'Mtudo dii gAnie qUi
en-esigne A ouvrir facilem'nt de, che-
min., ronqtruire dp. earnranx, fhbri-
quer et diriger de- mThin., Jo no
comprenais pa,; al.Irs, et anjourd bui
encore je no comprend-< as comment
an Hondiras. pla-" an centre de
I Its.-hmp amhricain d,. ;tirn .' tinir les
dop x grands contiae, r.-4 t A ttre Ie
iont univergel du cornmmarne du
monde. on ait lai l ,lana tin coin-
plWt abandon I'Mtudeo ds anr.ues vi-
vantes, des lanizue-i a uitp par Ile
nationns i vi I i : ,a V r le> I all Aes


t a11 y a plus de douze ans que de coe no. dionk n,,un m, tip n cnntact
'- mrnne siege, celebiant uui d. inos no1o% recovoir d'nux Unr. h, contact det
grandes fetes urivei.itaires, je fus le d0'nre dr e avrair et de lihert prati-
- premier, pourquoi ne le dirai-j as dtaal et de lert rati-
0 A poussar le cri d 'insurrection coniiti
s les vieilles etudes et A pioclamner I, ,.To ne ,nompranavs pas alors come
r6forme... Je necomprenais pas alors, la n comprend- pac aniourd'hni ce
" come je ne comprends pas aujour- ,tldain pour 1 Pn-eignement des in-
a d'hui que daus un pays qui possede distries, des arts et mnitier,, et cette
e les terres les plus vastes et les plus aveugle preference p mur I'tude de
n fertiles, propres a totes les cultuie-s cprtainep sciences .priviigitie, qoi ap-
t et oLi naissent et croissent spontaun- paraissent atux veux do vulzaire corn-
s ment, le caf6, le cacao la cauue A su- me les seules capabl-.s de donner
* cre, l'indigo, le colon, le tabac et ceut lionneur et profit a
" et centautres fruits, qu'un seulsuttirait _,
pour enrichir un peup!e I on ignore
les plus 616mentaires notions d'ag i-
Sculture, de botauique et do chiinie U N E I E V OLUT IO N
-Idans leurs applications agricoles et
Squ'il n'y ait pas uie seuale cole o0 Dans la chirurgie
1 soient.enseign6oes des scien :es s-i im-
portantes, si pratiques et si positives. otA prolpt s Des onEt'a ir \ o leanvi.s, hi
a Je ne comprenais pas alors et je tour ntst qu'un instrument
ne puis comprendre encore aujour- d'exploration qui ne gubrit
d hui comment dans un pays oti 1 6 jamais ct inhecte
levage a toujours Mt6 la plus grande quclquefoi%
source de sa richesse et ohi des pam- --
pas at des prairies immense invite La derre eon do docer Doyn a
au d6veloppement croissant d'une in- d.rand e Ie on La doctear Ldoy-n a e
dustrie aussi simple que productive, u. gand succs. La gde sa.I des So-
il n'y ait pas une cole v6t6rinaire et cltes savantes .tait con ble.
'on n'ait jamais essay les melhodes E udiants en c define, midecins ct sa-
pratiques de croisernent et d'amelio- rInts 6 aient venus une dern ;re fjis enten-
ration des races deja d6g6udt6es de dre I'minont chiragien exposer ses re-
nos bestiaur. Je ne c)mprenai, pas churches 'ur l'imnamoitd et lea- application
alors come je ne comprends pas an- i a th6'apeu ique des maladies infectues-
jourd'hui encore, comment les propri6- ses.
taires de ces immense deserts of ne Cest de l'ingurissab.e cancer que Ie
s'est jamais r6percut6 I'6cho de la docteur Doyen entretint ses auditeurs.
hache da bfcheron et oF l'homme Apris avoir expose les origins et le mo-
n'a jamais pos6 le pied ; comment les de de diveloppemen: des tumeurs cance-
propridtaires de tant de forts en- reuses par 1'iritation initial des cellules
chanteresses, ou croissent depuis i'a- saines dee au microbe qu il a dkcouver. Ise
cajou, roi de cei forts, jusqu'A la a microboccos neoformanos, le savant fit
banana, gloirede I'Am6rique, richesse connal-e les nombreuses expir.ences qui
de sea Olis, b tau 6 do la terrea, pour l'amentreat A troover sa vaccination ano-
nous servir de la phrase pittoresque ticancorease a en r9oo.
do notre savant Valle. l'on n'ait ja-' Sa methode de traitement des tamears
mais enseigno les arts m6caniques maligoes, methode qui a servi de type A
qui nous donneraient force et puis- son traitement de ls ioberculose, consists
sance poor dominer et vaincre notre dans I'emp'oi simultane de liquides phago-
sauvage nature, et lea sciences phy- genes et d'an vaccia contensoa les toasnes
siquesa et naturelles qui nous feraient cc les microbes mor.s du cancer.
connattre et exploiter lea trdsors que Des caac6reux considers par les mede-
gardent nos for6ts at nos montagnes. cins et les chirargiens les plus illas res
Je no comprenais pas alora comme je comme irr6med ablemeot perdusforent sin-
ne comprends pas comment Ie Hon -si sanovs,
durs qui poaeede one riche se mi-I Le docteur Doyen c;ta nombre de cas de
narale ia6paisable dens touats sea cancers de L'estomac, de l'abdomea, do
oordillbre, dWa le lit de ses rivib- pharyas, do rectsmi e'c gudris pat mne


Ir--~------ --- -- ---- ------ -------1


PPort-u-Phnes. 8attl






Intervention chirargicale accompagnde de
la vaccination aatundop!asique.
Les d6convertes fai es dans la haute f4-
quence amencrent. il y a deex an I'emi-
neat chirugiaen A appl qu-r les cortants
trouves pa- le protesseur d'Arsonval au trai-
sement des cancers.
Ce fut une revelation inattendue. La
sha epr digag.le p r les couratis de haute
freq'jcrce e d:. base tension coagu'ai ,
comnne .j blanc d neaf, les tissues canct-
teux A u i! teatmprarure de 63 degres, a.tilr
qu'A ce te terpcr.a urz, les cellules saines
de Iorgaisme resistert et con inuent A
vivre.
Les masses .incm eaues m' rtifi~es se di.
tachenc d'ellei m&-nes an batc d'un cer-
sain temp; et 'a r&ilive est i-npos.ible.
Depuis la ddcouv.rt: de cette m.hotle
nouvelle de a I'61lctrocoagu'aian P. qu'
est destinde A r:vo uioanzr tou'e la thera-
pe .ique medica'e et ch:r rg:cale, le doc-
teur D yen, a ni q il I a aftirmr pocr la
premitre f)is au congr6; interna iora de
oudp-st ian de-n:er, n'appl'que plu; au
cancer que ce proced6 comb ne avec la v.c
cinm ion an2ictncict u .e
En un: ceune sence d'elentric agal:tions
des cancer, tra es d-: I 1,rg'-.,des cmn: r,
du phary x, des tumneus mmne de I'i'teC-
tin furent gdjris, sans que depais p us de
dix hu:t. mois on ai cons.i' de tech e'.
Le dozteur D1)oy:n ajout- ave; t'-ce que
la chir-.rg e doit cVhngr r-s vite. Le bis-
touri ne doit tre i I aven'.r qu'ua obj't
d'ex, location.
t Lc bistouri ne peut pas gudrir, il in-
fecte souvent P
A la fin de sa co.if6 ence, cover e d'ap-
p'auEis-cne"t; unanirmes et rdp-tes, le !a
vant annocqa que bient6t, it fe-ait voir et
sa cli'"'q.ie un certain nombre de tuberca-
leux gu ris par sa mdthoJe. A la ren'rde
des &:oes, en novembre prochain, le doc-
teur Do.-en rf ra n gaiement son course d'a-
na'omil, to ograph que qui sera suivi d'no
Course d! ch ru g e opratore.





RENSEIGN VfE.1N4TS
METrtOROLOGlQU1 :S

DU
SlNMINAIRKE COl LiGE Sr-MARTIAL
Jluli)I 13 OCTOBRE 1910


Baromttrei amidi


762,3 'w2


Tempdrature.iinirum n 23 4
,i-axiturm 37,7
Moyenne diurne de ia temperature 27 2
Ciel ,c ageux toute la ,)urnde. Halo so-
laire tt Iunai.e. Arc circum.z-nihal
Eclaits .' N. Vent E a s z f a s.
Baro .,.tre cons-'an!.
J. SCLI-RER.
M ja:tr6ai
DiI'VART
Cap-lH.itica TFdl~'y Faic is, Mine
Emilie Schamine < et entant Auguttine
Darsainvil, I., Vi br :n, Dr Paul Ewald
Joseph Auga uti Gu llurn-. G-iar i Ti
mo'eon Richermnl,. Mm-. Maie Conde,
Hyppoi r M-)tpoint. Ba-ro Bt'a;t. Eli-
se Appollon Arthur Picochv, WVl;arna
Bye, M n O'ivina St Aude, Cider Lun-
di, Ain ta Geore-s J )seph. S p imus In-
Fran;3 s Mm- Farc.na Heranx. Lcilia
Pierre, M ue Mcr:ny, G- C. Biaise; Leon
Auguste H -c or Rich-mond, Edg. Ma-
tkur n, Jo e V. Nanez, Io:6 P. Gomez,
Ludov c Santin;, Luc Gr -rnrd, G'nbra'
RobillarJ. Mme Augustin Bertrand Fils,
St-Amand B'ot.
Fort-de-France.-- Georges Charles E ias.
Le HA -r- Roger G!org s. Enile
Sonz, Debis, Mirc Alph nsc, Magloire,
Georges Edg. rd.


President
ARRIViE
San Juaa.- Mr Franck N. Poe.
Sto-Domn.go.- Mr et Mie E S.
lbe.
Macoris.- Maria Vau'erpool
Jacmel.- L Evans.
Cyes NPre Ddtric, Mine Anna
colier, Amide Simon, Max Simon,


Ha-


Rt-
Ch.


Casts Mine Murat C'aude, Julien Claude,
Casdus Neptane. Mme Muielle Deanery,
Mine Ch. Anglade, Mme G Ace Dromin,
U. CorJozo, Mine Ei. Sylvain, Isab:lle
Fernand, Mr Anatole. Geo-ges CorJozo,,
Bois on Cara', Mile Ant. Ruaclier, Raco-
let e Ricolier, Thkodile Jn-Frn eoise,Mlle
Rose ODat g e. E Fonwai*, Mae Vve
Laaent Ettenne, Ph cien Pin t e, Mile
G acieus-, M riaia Ea:le.
J4rimie Em Cayemitte L A. Rou-
mer, A. Sanon, Ch. Van Wa schoot,
Deputy Smson et et enfant N. G rmttue.
Jus'ine, U Davivier fils, Rosemonde Noel
Aimee Noel, H rman:e S:-Charles, Tay-
lbr fi's, Ocean Joseph, Brce Titus. A in-
Bapiste, Duthll Hyppoli e, Vve Boucher,
A. Titus fils, A. R my, Soeur Aldigoode,
L rcina Jn-Lou s, Ph Richard, Henri Ben-
jamin. Br gi te E ience, E'iette E ienneG.
LescoLfla r et eofant.
Prins Frederi:-Hendrick
ARRIVE
New Yo k Mr et Mme C. Naise, J.
Najat. W l0 ffon, A. Janini. S Horst
S -Ma-c. Joseph ladou'e, N. Sijour,
N Bou in, P. Ba in., D. Colimn. F. Lou-
b risse, Ldoi Div. t, Aldophe Vaibrune,
M. Cle ca. Em. D;t in, M. Birthole, D.
S:-F.eur L4.n Desti-,ob'es, Nihoom.Vian
Icar F N r: s-, C uvis F re, G, Guer -
iie D.-ti ,ob -s Ad4e, A. Stjour, M Guil-
laume E Ver.i, Hen-i Verna, M.'Char-
les, AnJr_ Dibos e, LUnoir Evrillard,
Arch Ilus Lqu nte, B:r in Kinol, Mileju-
lia S;get, F, Faine, D. jGuerrier, M. Cu-
ner, Lucia Mdrilus.
Ddc6s
Nous apprenons 'a mort de Mme Vve
Jean Baisette, dE6c6de hier i midi.- L'en-
:ereement aura lieu a 3 heares precises de
relev6e. Le convoi ra'tira de la maison
mcr unire, 121, pour se rendre A la Ca he-
d'ate.
Tr banal de Cassation
.4udience du jeudi i.' octob e 1910o
Le sec ion.-reunies pr nnent siege A d)x
htjr s et Jemie du martin sons la presi-
dence de Monsiet r le President H. Le-
chaud, et p oaonccnt I'arrtt qui umaintient
Mi f r Bi:ra-Aim6d d .ns la possession des
dix carre.ux de tenre qj'll occupe sur 1'h.-
bit' ion Sind ck commune du Trou ;-
ddcla e rg ii&re i'opera ion d arpent;ge a
laqAellc il a etd procddd A sa rdquistiion
le orz: a rl 190o5. sur ces dix car.eaiux
de t r e, d cl re par consequent, les
Ntiur et dinie L.cean Jn Baptist. et Nativi-
di Jn Bp is'e, m.1 f-nd6s en leurs demnan-
des,- et 1: s condamne aux 4dp:ns.
L'atfare C6nai e De aace i\yppolite, de-
mindir:ss! a- Mts Masson A/t Atr.ult jeu-
ne contre la Vve Her nes Be theaud, de-
fen !eresse rar Me J. B. N. Va'e,,brun,-
a 6t reproduite.
L )uue D nsa 'u son rapport et le
Mini tUre p .bl c Dca rel a conclu an re-
jet !c Ii dem nde.
L- Tr;bural ordcnie 1: dip6t des p '-
ces, tt rend seance e-'ante son atet qui
rtje, e es fins de non recevo r proposees
con-ie I'oppow.tcn ct stattan sur les mo-
ov.ns de la dite opposition dit et declare
1 0en ce qui conctrie la vente a remdr6
conscn;ee par la dameTera;se D.lance Hyp-
po!ite A Solon BWr aud par ac e au rapport
de Me Louis T. Kerniz n,no aire A Logl-
ne, qu'elle est rdgulire i et va!able, et qu
Si 1txediicn qui en a EtE dlivrie n cs-
pas rev6.ue de la fcrmu'e cx4cu oire. il
n'en p*ut r.ul'cr aucune nullitO, la for-
mule ex catolie n'dnt exig'e que poor les
grosses ct non p.ur les simple expeditions,
etc, etc, compense les ddpens.
A 'a sectio-s civil fon: place les sectious-
riunies.
La compos;tionesiege sous la presiden-
ce de Monsieur le jug: F. Broa.
Le Trbata' intend la reproduction de
l'affaire Napoldoni d mmandeur par Mes C.
Sanuel Pierre et Valemb oaa cortre Eali-
le CrEv.-Cceur. ddfendeur par Mes Tnrec.-
ae Sy vain et Etienne Mathon
Le juge Vaard done lecture de son rap-
port. Le Ministcre public, Mr E'ieCuriel,
Conc!ut A la dichdance du pourvoi.
Le Tribunal ordoanele dep6t des pie-
ces,- dit que I ar a sera rendu & one
lutre audience, et lve le sige, vu
I'heure avancde.
Tribunal de Commeroe
.Audience du i3 oclobre z9o
Le Tribunal a pris siage & heures du


soir sons la pr6sidence du doyen Basticn
avec le Dr St Leger Perrier et Alix Roy
come assesseurs et a enteda i 'affaire de
Mme Ph. Kieffer & Co centre Meldus
Pie're. Cette affaire a 6paise les 2 heures
de i audience par les paroles 6loquentes des
deux grands maitres.
II s agit d'uie bilance de compete do
3 .ooo gourdes que Mnae Kieffer et Co re-
clanment A M616us Pierre. Me Michel O.este
p ur les Kieff r d6veloppe les moyens de
la demand et Me Hudicourt pour Ile d6-
fendear conclat A la non-recevabilit6 de la
die demand ; parce que, les demandeurs
somrnms de counmuniquer I'ac e coostitutif
de lear socide6 et le livre journal d'ou est
extrait la balance de compete v4clame,
n'ont pks a-i, fit A ce't- so-unmaion. Me
Oreste rdplique que le livre peut eire re-
Fprein', aux juges non A l'adver aire et il
soutient que ';acte de sociLte ne pent et
ne doit re commauniqu6 puisqu'l n'a pas
W ni signifid ni employ.
Me Hodicourt tiens mordicus 1 sa fin
de noi--recevoir qui est bisbe sur la lo tcc
fait ieraarquer qu A chaque fuis qu'une
question est penJan'e par d v.nt un tri-
bunal son premier devo r con-i t: d'abord
A e'.tainer 'a quali en vrtu de laquelle
on ag t, et enisu e I in drct Or Mme Kief-
f r et Co yant pris 'a q, alitd d une soci6-
t1 en norm collec f soot tens par conse-
quent de )ustifi:r citte quality, fate de
quoi leur demand est non-recevable. M6-
lIus IPerre nie devoir la valeur accas6e, il
n'y a que le livre journal seal des adver-
saires qui puisse faire foi contre lui. II
imported dorc que ce livre soit aussi repr6-
sent6, ditfdremment il n'y a pas de preuve;
les Kieffer doivent & re ddboutes.
Le Tribural ordonne le dip6t des pie-
ces et avant de lever le siege, a entendu
par d6fiut l'affaire D6linois et C* centre
Emmanuel Florvil.

L'OPINION

D'UNEE TRANGLRE
Sur Haiti


Selon Mmine larriet Chilmer Palmers,
a naturaliste, femme de M. lianklin
Adams, du Borau& des Republiques amE-
rncines A Washing:on, H. i, la r6pu-
bliqae noire des Antl'es a gross'6rement
port une mauvaise renommbe depuis de
longues annndes.
Les voyageuri proftsdionnels ont tou-
jours dccrit Haiti coamme un pay; birbare,
d'en climate excessivement chaud, d un
peup'e fai dant, et des mcecrs antiques.
Its ont en some regard l'Haitien
comme cinnibtliste,vaudou-ste et non-pro-
gressiste.
Ces dtricteurs, selon l'intelligente 6tu-
diante qui v ent de visiter ce pays' ont
vu ces choses pzrcequ'ils voulaient les
voir.- Voic' son opinion :
a Je suis plus que concnte,puis je dire,
d'avoir eu l'occa.io- de visiter ces deux
rcjubl:quis, car je crains que le n'y por-
tais en partie ia mdprise g odrale
a Le cro!rs en Haiti development one
civ.It aion merveil cuse, et cornmencent
A reconstruire les vieux aqueduct fra-i-
,ais.
L-s haitiens sont de grands fermiitr,
tt i'on rouve dans leurs marches, i an
prix ruisonnable, tous les frui-s et legu-
mes de la zone: empdrde et des trop:ques.
Ce soat des gens simples, hospital
liers, et a'une poliesse charmante.
a On parole an tr6s bon fraclqis dans les
viles, et on patois assez comprEhensible
dans les alentours.
g Aux endroits moins peoples, oi il
n'cxiste pas d'auberges, nous sommes re-
devables de bien des tdmoignages hospi-
liers, et de mille amabili'es : nous ne fd-
rues jamais assojettis & aucone incommo-
di .&
Mme Adams exprime plus loin que son
objet en explorant les R publiques Lati-
nes fat de recueillir des substances poor
lea discovers qui ddsabuseront l'Amdrique
du Nord des prijogas des pays qui soot
aussi interessants que ceux d'Earope, si
touttfois on les visit d'an entraloement
g6ndreux.
Si Mine Adams reuuit dans la &tche
qu'elle s'impose, elle rendra assurdment,
un service d'autant de valeut qu de ma-
gnanimitd.
L dnmagogaes de races oat pompo.


sement designed Haiti come preuve do
l'inhabilesi do noir do s goeverner, et
d'avaacer seul.
... Haiti, vraiment, n'a jamais 4t& 6i
*noire qu'elle nest d6peinte.
Aojourd'hui elle posside une civilisa.
ion lovable, et ells s'achemine versa u
averir aussi grand que glorieux.
Extrait du New-York Age.


UNE

Lettre du G6n6ral Leoonto

Nous sommes heureux de publier la
lettre suivante qui .st unes loquents
rdponse aux bruits tendancieux qu'on a
fast courir dernihrement a propos de
la situation politique au Cap-Haitien.
Le general Cmncinnatus Leconte af'
firms sn ddvomument d son pays et au
Gouvernenent de S. E. le Prdaident
SIMON.
Nous sommes aussi convaincus que
tous les patriots du Nod partagent
ces mimes sentim nts.
Cap-Haitien, le 15 Septembre 1910.

A SON EXCELLENCE
Le President Antoine Simon
Palais National,
Port-au-Prince.

PRlSIDENT,

Mon gendre. Monsieur Lauriston
Laroche. porteur de la pr6sente, Bs
rend A Port-au-Prince, obdissant aux
ordres formels du D616gu6 Turenne
Jean-Gilles et appel6 par Votre Excel-
lence..
Permettoz-moi da Vous exprimer
toule ma surprise devant une measure
semblable qui atteiat un paisible pere
de famille.
Sans nul doute, lea calomnies do
mes adversaires n'y sont pas 6tran-
gres, et, en s'efforcant de frapper
mon beau-fils, ils m'ont vis6 person-
nellement.
Je prie Votre Excellence d'arrAter
un instant Son attention sur les dif-
t6rentes conversations quo j'ai euez
avec Elle, taut au Cap-Haitien qu'A
Port-au-Prince ; ma manibre de pen-
ser n'a pas vari6.
Je suis conservateur par temp6ra-
ment or, en outre, un industrial, ami
de l'ordre.
Ce serait abuser de Votre bienveil-
lance, President, que de venir Vous
renouve'er encore ici I'assurance de
mon d6vouement A mon Pays et A
Votre Gouvernement.
Je crois, President, qu'apres avoir
entendu monsieur Lauriston Laroche
qui vit retired de la politique, Volre
Excellence sera entibrement convaio-
cue de la loyaut4 de sa conduit.
Veuillez agr6er, Pr6sident, 1'hom-
mage do mon entier d6vouement.
CINCINNATUS LECONTE.


RESTAURANT
DE LA
GLACIIRE

L. Grosnon
PROPrltTAIR
PORT-AU-PRINCE ( Haiti).
Monsieur L. Grosnon propritpai
do restaurant do ?a Glacilre. dov1g
partir pour 'Europe, invite les clinW0
qui n'ont pas solder leurs comptwa-
le fair au plut6t, afin do lai "60r
d'avoir recou -A a un avocat.

I'AArw-'P*tration u duATIIN 11
formo ma nabonmn6 qu'ls no dolvQ t
sion paywr, aboxnnment ou av
quM oomt ro9us iamprim6a
teat lo talueea gd Jouaral.
L"a-.--w-ma-2_- Arefl 1l1


'I 'YY. -- 3








Ipriierie C. Magloire'

Nous avons reu par le s/s fran-
pi c Montr6al iv,du mois dernier et
par l'entremise de la Maison A. de
attis qui a fait executer notre
command chez Deberny, 58, Rue1
d'Hauteville, A Paris, un stock
considerable de caract;,res d'impri-
merie nous permettant d'ex6eutr
toutes sortes de travaux ty>pogra-
phiques.
Le public peut visiter notre notn-
velle installation, 8, Rue 14.u~ 'ne
Bourjolly,ou l'on se rendra comlte
de l'immense augmentation de no-
tre materiel.
Cartes de visit, billets do' laire-
part, brochures, prospectus. elc<.
M Arthur Is)oix:, directeiir di
l'lmprimerie, promet de l,-s livr ,r ;t
bref dMlai, executes avec sin ;ivI ,'
des caracteres absolunment neuls,
varies et choisis.
Nos clients seront cert;iimen' iot 1
satisfaits des travaux qui lcur scii t
livres.


GOtIVEUX
"14

DCAUt (Y~~,ARRfT
09 LAI
so CHUTE



.I'N A

i -,z 4 ,V,7
Savon ax zaun. L'MI 0
PEZru.PItOf Dm~c*ABRTTINAL


Peaux de chamois
Sonnettes pou ventures
H. & A. Srrivercher
Rue des Fronts-Fort 5.

Biere de Munich
Augustinerbrau
En demi-bouteilles
lai doimine C G. 9.
SIIARMACIE W. BU(ii.


,, LINE HOLLANDAISE"
(Kon;ikhijke West Indlsthe Madd',enst)


Le steamer" '1. ins IFr l'rick lion
rick" pat tita cc son poutr IP.' it-G(a've
I1 sera de retout dirtianhle 16 cou-
raut po,~ r I iar ir dans !.a soir6e pour
Jer6mie, Cayes, Jacme!, CuriQiao et
I'Europe.
Port- au-Prince, 14 Octobre 1910.
AUG. AHRENDTS.
Agent


Lige_ Atlas

Levapeur" Alleghany venant
de New-York, Cap-Haitien, Port-
de Paix, St-Marc, Gonaives sera ici
samedi 13 courant, partira pro
bablement dans la soir6epour Ca-
yes, .lacmel, Puerto-Columbia,
Cartagena, Kingston et New-
Yo6, pregnant la malle frIt et
passagers.
La malle pour i'Etranger (via
.16rnmie parole Sis Allemania, fer-
mera a la poste samedi 153 courant,
A huit heures du soir.
Port-au-Prince, le 12 Octobre 1910
F. HERRMANN & Co, Agents.


e e prein I *I1) ra ad -It! Olivyer
aux ~owiitv,--. rut- Lw'ivettiie. N.) 17,
I 'h~ite1 $ i't-.I 'h l-(t i -'er'vwo'
tout lbrt-Iili,r irdi e ,a .'I I t~tt ia'-4

La~ cuisiAne devant 'I re (1rir'we Ipat
11lVU, dd ittj, 4WI -Jt-,ia s do t 1Lu
cumalf ttIe -S1 ~ apprf~c ttb par Ie-s 01
Wi~ ~ ~~~~~~1U d hta-twe 1eI''U~


\VWo. to ann~olh(t'e I,) tho pi'pblic
1 (!" 0- I a Ietre 1,,t- b 'etiopened
t~(U1%.lt -; I vLou% I i: o. No 15,
It 1st i W. hel, Wh It' I wI-lt class
>.' ne -~ at ..d o~..t ~tv ail re-
#,01Ii'II, [ts
ti tIho 11tib'-1 I 01 I U Ii :o. dotiz IWeus
I- 12 II 't Ci C d I\ Ihe pi-
Ht li- t PL'ti '11 It111,H-'z tiot~l


AMIIERPAN BAR

Se _:cp ,itp.; P --our H iti

Hoisten --B 2._i c


Un des mei'urs i-roctiit, d
at goi~tW A ILA. PFESSION;


Ei i .,InitellUt


fl I p '066
i Ait :rti .uiLtl':


verrp A la pires-iow 5 cen- nrie3
la 1/2 bout-,,le 50 :centimes.
la dorz. 112 boutueii i 7
la douz. 141 I
la caisse de 96 2 b ti t P 9 0
W hiskey Canadian Club, la otio ieo (G.
la c. is-r o' I'.


WVatermun's ]d ':
Ll 1 1) c I ~bI (j-i) tIdI rr I v t..,,


Aner r' (an


fo 1itita illPell





,Ej- W. KATSGH.


Geffrard.


I
'1!


aees~ .. a S .


*j1r xi 11~


Avenue Gregoire (Chemtin des Dalles


Installation moderne


situoe


aT minutes de la


Station


dCs Trainwavs


dii Champ.mIdie lMars


23 chambres pourvues de tout le comfortable n6cessaire t partir tle or P. 1.30 par junlr I.uIri l IIe 'iti in, vini, .x ,'ptl..

Chambres separees pour receptions p ri1 'es


Salles A manger pour banquets, pouvant contenrir 8o 0invit's.


Sales Ic'e f~ta>. etc.


Bar et


Restaurant de


premier


oiadire


Cuisine franchise


-- Cuisine amnricaine


Eclairage complete A l'electricitO, toutes les pieces sont pourvues de lampes perfectionn1'ts.


pael 9


LA DIRECTION.


GOlNAIVES


Hotel Sainl-Michel


0wm-o -,~


0"


Bar -.-- P da


__ -r --


--


..d.X3LUjeLjM qet ^.jjeX3ac9LX3LCI.









AGENCE SPECIAL

de la Regie Francaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Baiti
Extrait du TARIF G6n6ral, Octobre 1910.


Tabaca Scaferlati


LEVANT APutRInUR (dit tabac d'Egypte) la Boltt de
50 grammes
LEVANT ORDINAIRR paper violet lissd, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERinUR paper bleu le paquet de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRa papier pate brune le paquet
de 40 grammest
TABAC A APisaM, v'irgiue haut gout, paper jha-
no, le paquat de 100 grammes
POUDRE suPBRiEURE, paper beu le paquet de
100 grammes
POUDUE ORDINAIRB, paper brun, le paquet de 100
grammes
TABAC A MACHER roles Menus files Is paquet do
100 grammes


Ed win


GOURDE


1.25

0.90
0.70

0.70

0.70

0.60

1.50

1.50

1.20

1.50,
3E-.&e1


Charley


G. I' (I KING STREET ( Kings on Jamaique ).
(:-It, in: ison qtui est la plus r pul6e de la Jamaique pour I'excellence de
ses produits a 1 iin, t ir d'annonteri A ses nombreux cli nts d Haiti qu'elle
a doii bll son sto,*k dans I lbuit de i6pondre come toujours et sans re-
tard A la atentc de cenx qui ont gtnuralement patron son installation.
(in peut done nous adresser des commander pour lPs articles suivants :


Kola (C.h lpagne douxx )
t 4 ( sec )
Iron Ilriw ( Kola ter )
GtiiJ e 4- Ale
Lemonade
Quinine tfnic


Soda Water
Sarsaparilla
Ginger beer
Lemon Soda
C hocolatine
Lime Juice and
Lime Juice and


Soda
Ginger, etc etc.


No ro vin e oK,!a ( Prutello Kola Wine) est reconnu le meilleur et recom-
mand6 par !ou,- ie-; rrtdecins come le tooique du jour.
Soirs.l'romptitude dans exicutiondes commandos .- Catalogue Franco.


La boratoire Sejourne

PREPARATION DE TOUTES AMPOULES M8DICAMENTEUSES STERI.
LIS-KES ET INJECTABLES.
AmpouleS d'Eau de zmr Isotoniques selon Quinton.


L'eau d,, mer que nous employons
au delay de 'lile de la GonAve. Nous
1 observation ji:di'ieuse quo font les


a 6td soigneusement capt6e au large
faisons remarquer au Corps medical
laboratoires rangers :


eL'Eau de mer injectable doit etre de fabrication r6cete pour avoir touted ss pro
pri6t6s therapeutiques. De nornabreuses attestations nous permettent de oertifler quo
*os products ont donn6 tous les r6sultats esp6r6s. a


Sp6cialit6: Serum nevrostb6nique.
Ce S6rum r6gularise les changes nutritifs, il a 6t6 employed
eas dans la neurasthAnis. la tuberculose. etc.


aveo sue


ACCOUREZ

chezHerrmaan Corvington

108, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DES MIRACLES

Vous y trouverez du Bon Rhum Sup6rieur

Du s Virx Ble31exo A des prix exoeptlonnllement avantageux


Cigarettes


GOURDS


NINAS Is paquet de 20
do Ie paquet de 10
CHABSUR le paquet de 20
HoNGROissO en levant sup6rieur Le Bondon do
20 cigarettes
do on caporal supdrieur paper rose, le
paquet do 20
do an Maryland Is paquet de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ELsoGANrs on Levant ordinaire le Bondon de 20
do on caporal supdrieur paper rose, le
Bondon de 20
do on Maryland paper jaune sle Bondon
de 20
do on caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FRANCAISas on caporal superieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune Is Bondon
.deo0O
do on caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
RouLfts en Maryland et caporal supdrieur le
portefeuille de 20
do en caporal doux la bolts do 10
do en caporal ordinaire sle portefeuille
de 20
do la bolta do 10
grent .pciial., J. LAVILLE.


1.20
0.60
0.90
1.2C
0.8E
0.85
0.75
0.75
0.70
0.70
0.60
0.60
U.60


0.75
0.40
0.60
0.30


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en d&-
p6t un grand stock,---pourla vente en
gros et en detail, --- de chaussuraes en
tous genres pour
HOMMBs, FzMMns, ENFANTS.
Les commander des commercants
de l'intdrieur pourront 6trs ex6cutdes
dans une semaine A peu prbs.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
Port-au-Prince (Haiti).

Maison F. Brunes
195, GRAND'RUE.
Dirig6e par
L.Hodelin
Ancien membre de la soci6t6 philantiopi-
que des maltres tailleurs de Paris-
Vient de recevoir un grand choix
d'6toffes diagonal, casimir, alpaca,
cheviote, cheviote pour deuil, etc.
Recommande particulibrement A sa
clientele une belle collection de cou-
pes de casimir, de gilets de fantaisie
et de piqu6 de toute beauty.
SPiCIAIrT* DR COSTUMES DR NOCES.
-Coupes Francaise, Anglaise et Amd-
ricaine de la dernibre perfection. La
maison confectionne aussi des Cos-
rUMES MILITAIRRS, HABITS BROD&S,
DOLMAN, TUNIQUES,HABITS CARRiS, eto,
etc, do tous grades.

HO6tel Bellevue
Le mieux situ6, le plus con-
fortable. Champ-de-Mars. -
Cuisine renomm6e.-Vue sur It mer.

American Bar
PLACE GEFFRAAD
Fromage Edam or P. 2.50
a Gouda 1.00
C Chrysanthchrom G. 1.50
SAUCISSON Allemand la liv. G. 8.50
Beurre de table I ITv. or P. 045
4 4 2 Iv. 4 090
Lait stdrilled 1 litre G. 1.00

FRUm. W. KATSCH.


I


Dr' Francis
( M03TWIN-CHIRURGIEN AcCOUcm u )
Membre de la Sociltk Royale d'Agricultaur
de la Jamaquc.
SPZCIALITPS.--Accouchement.
Maladies des Femmes, Maladies de
Knfants.
Consultez-moi 6galement pour toutg.
lea attaque doont souffreat vos plants.
N. B. -1 The English-speaking coae.
mnaity will find it to their very beast
interest to consult me !
BOIS-VERNA,
A c6t6 de Chauvet.

On trouvera
do meillours Cirages pour tous soe.
liners A la manufacture de chaussures
G. CORDASCO.

V. P. Sal s'
AVOCAT
CABINET Ruz PAVAi

Vin d'Italie
Chez A. de Mattdis & Co
Vin rouge, G. 5.00 gallon
Vin Muscat, G. 8.00 gallon
Vin Chianti, G. 3 50 bouteille
Ces vins sont garantis pour leur
puret6 et leur origine.

Kola Champagne
Reconstituant
Formule due A l'obligeance du
Dr to.n AudainLxcL:x
Ancien Interne des IIdpitaux de Paris.
PRIX : P. 6 00 la douzaine.
DlPOSITAIRES:
Mr Simon Vieux, rue du Magasin de
I'Etat, Port-av-Prince; Mr Georges
Blot, rue du Magasin de l'Etat, Port-
au-Prince; Mr Aug. Scott (L4ogane);
Mile Luce Arglade ( Cayes ).
B. Couba, J6rdmwe.
N. B. Outre cette catdgorie, ia
Soci6t6 Gdn6rale de Kola Champagne
livre au public une autre classes de
ce merveillex produit, au prix de
QUATRz GOURDES et demie la douz.
Fabrique au Chemin des Dalles
Soci*Tik Ga DR KOLA-CHAMPAGNI.
Port-au-Prince, (Haiti) P. 0. Box, 13


NESTOR FELIU
L'excellent tailleur avan'ageusement
connu de toute la Rdpublique vient
de rouvrir son atelier, Rue F6rou,
(Rue des Miracles) No. 71.
Sa nombreuse clientele frouvera
come toujours toute satisfaction
pour les travaux qui lui seront con-


LA
Cordonnerie Nouvello

C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreose clientele qu'oel
le vient de recovoir. par dernier be-
teau, une forte quantity de marchana
dies et de fournitures do touted fral.
cheur et de touted beauty, imported
de France, d'Allemagne et des Etate
Unia.
Le public e16gant, curieux de -
bien chausser, y trouvera les peas
les plus solides et aux nuances lee
plus varies lea former los plus belles
et is plus appropri6es.
On n'a qu'a venir chez G.B. PLTOIA
pour &tre assure d'6tre chause si3-
vast los meilleures lois du confort t
de la mode. Spcialit6s poor daa,.
Grand Stok de chaussures ;
Peaox, ciragem, former, tournltinr
et materlaux diver. pour eordo5"
rie. On trouvera tout e* qu'il hat. M
prix le plus mod6rde, a
LA Consowxmam NoumLE
4iaItAND'RUE 1S8.


- -- -----