<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01051
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 13, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01051

Full Text




Quatrinme &unae. Sa 1068


Pelt-au-Princ% BIUtl


Jeudi, 13 Octobre 1910


M3RUEUENT9


'-Iir;l~


LE NUMERO 15


U Ken. .. G. 2.00
Twas -a 3r..*S00
On uNola.G. 2.30
TmoosKoea. *a 6.00
Tiam Motan a .00


Dmucwxua

a~dmat-Eagloire


1


j


OUOTIDIEN


CENT I MES


Los manuscrits mnbArA* ou non ue ser
pas readus
REDACTION-AL)NIINIS'rK ATION
8, Rue Evg~ne Boutioll-v.


k~mumxsraTiRLgum

Arthur Isidore


Vivre A Paris, c'est terrible, parcel
quo c'est trop beau. J'entends surtou
pour coax don't la pens6e travaill
ans coeae, les atis'es, les savants,le
hommoes la cervello d'or. Aucun
ville da monde no saralimente da
vantage leers intelligence. Chaqu
muraille, chaque pav6, chaque atom
laisse 6ohapper de soi des paicelle
d'id6as. Saturde de g6nie depuis de
siecles, la cit6, comme une flieu
monstrueuse, exhale un parfum cer6
bral qui excite et grise, 6puise et tue
Qui no respire que lui meurt frapp,
d'impuissance ou de folio.
Parfois il faut sa'en aller bieo loin
dans quelque oasis de calme, et i
former ses lives, clore son Ame, soi
cerveau, no plus penser, vivre stu'e
meant, comme font les betes et le;
plants, dormin les yeux ouverts pen
dant des jiurs, et surtout se taire
6couter en silence le t!avail que fai
en soit le ranouveau de 1'6nergie.
J'avais r6solu de m'accorder cett
trove. Paris m'assa-sinait a chaquc
minute. Je cannaissais un b6tel ad-
mirab e oa s un des parades du m >n-
de. Je n'avais pas de so c s materiel
& redou'er avant quelques mois Saw
prevenir personnel et sans m6noe. in
diquer ma retraite A mes amis 1.-s
plus intimes, ji pris un train du soil
at je d barquai le I-nd main, vers
I'aubo, tout a ul, dans le p ys que
j'avats chois Le rapide s a,'ete I1,
bien que la stationn soit minuscule
Uno baralue av.c las nignaux d'usa-
go, an quai bourdonnant d abeilles A
cause aes fleurs cult v6es par le
vieux chef de gate, une chbvre q *i
bWte, et voilA tout Mais A deux kilo-
motres enviroj, dans la montagne, se
d6coupe la silhouette pr1 ise et ri-
che de I'ho el. Et c'est pourquoi le
train, q i brdle les peoites villes, re
pro .d haleine dans ce desert.
La grande saison chic dtait passe.
II n'y avait plus dans I'h6tel quo
quatre voyageurs ; les deux premiers,
charmants, jeunes, raciniens, un cou
pie en voyage de noce. Arriv6s d -
pois quaeques joars, leur 45 chevaux
re-tait au garage. L'Ate do Pavir de
Chavanno, 6parse dans eIs grand de-
cor classique, lea retenait IA, char-
ide. Is etlaient d6licieux t regarder:
Wile b:onde et svelte, avoc du boo-
heor plein lee yeax ; lui robus e at
fruac, tel in beau garg.on de chez
powl, je veux dire de la terra de
FraAC. Quand je lea avais spergas
d'abord our la terra&se, expressionn
populaire, qai deasine et point a mer-
veille, m'tailt venue do saie eon t6te:
4b fea "i Je renoace A trouver mieux I
H6la1 I le doex autres 6taient na-
TIte; an bomme *t une femme quli
e wi plarlent point, tout A fait 6tran-
p, ave I'air m6me de s'ignorer.
L[ poevait avoir viagt-cinq ane. Au
mar aboard, l eon paraissait beau-
eWps it -se cheveax 6taient d6ja
pft oar lee tem es. De rides pre-
ON" 0a&-aaent do yeax vera
I eaSle do na boabe, St Co'taiet


e comme des sillons de larmes. D
t toute 6vidence,cet homme avait beau
e co3p souffert et cela s'dtait imprim
s sur lai. Mais qu'on n'aille pas croir
e A l'une ce ces m6lancolies romant
- quest, A la mode sur les beaux visage
e du sikcle dernier. Non. la tristesse
a IA, s'dtait inscrite sur do la laideui
s Et le rdsultat s'affirmait d6solant. Un
s mbre seule, parmi tootes lei femmes
r aurait pu regarder avec quelque ten
5- drisse cette tete, piteuiement fatal
. Toutes les Eves, A coup Bir, s'en se
6 raient d6tourndes, impitoyables. Moi
m6me, si sensible A l'asect des chl<
ses, A I'agrdmeat des etres, j'avais e
I soin de me p!acer A table de fa,;oni
n no pas voir ce malhoureux, capable d
tout enlaidir par Pa presence.
s A I'autre angle de la salle a manger
du memo c6td, une femme preni
son repa,. Je me d-mandai, quand j
t la vis, aprbs le desh6rit6 que me
you fuyaeun*, lequel de c's deu:
e etres 6tait plus atroce que l'autre. Ca
e aucune parcelle de grace, aucun
6tinc "e de charm, aucun rayon n
vesait de 1'inconnue. Elli possddai
s mem* une disgti;:e derni re : elli
s faisait rire. En depit de l'urbanit6
quiconque la voyait d'abord dprouvai
i une sensation nerves' de gaie 6, A
r causa do la forme de son visage, o0
i plji6t du rapport comique de se;
traits entire eox. Mais cette premier
dpreave subie, -n demeurait loug
temps attrist4 du destin qu'on imagi
nait A la malheureuse. E:re femme e
isi laide, c'est I enfer mediocre it quo
tidien.
Dans le grand hotel presque vide
la rencontre de deux 0 res aussi d6
solants m'attristait. Ce n 6tait pas ce
la quej'6tais venu chercher, quittanl
I Paris dans un d6sir de came et de
beauty.
Les couleurs impressionnent no-
cerveaux A travers nos yeux ; il suf-
fit de certaines nuances pour nous
jeter dans la tristesse la plus invin-
cible, et la rencontre de Ia laideur,
la jencontre quotidienne, imposee,
peut determiner las neurasthnme. Je
m'en expliqual au directeur de
Sh6tel. It fut vite de mon opinion, me
d6clarant meme qu'il ne garderait pas
les deux voyageurs fAcheux s'ils de-
vaient prolonger leur sojour. En re-
vanche, il souhaitait conserver long-
temps chez lui le jeune couple aim6
des dieux et si resplendissant dans
son bonheur de vivre, le jeune cou-
ple q1ui faisait bien dans le paysa-
go. Et it me le montrait sur la ter-
rasse, tandis quo par instants de
grand rires heureux venaient de lui
Vera noDa...
Je passai la journOe dans ma cham-
bre, fatigue quo j'6tais par le voyage,
le changement d air. M6me, je me tis
servir 1 diner pr6s de mon lit, et je
croyals bien no pas redescendre,
quand vers halt heoures do soir, la
lane, avoc sa corne, vint so cogner A
ma fenotre. Elle parcourait sa route
bloeao t lea6toiless'6loignaient d'elle.
Tout i grand clel sembialt lui appar-


tenir, et des frissons, stir la terre, En r/ponse d I'arlicle dJ M. Elrer Vi-
agitaient mysterieusement les arbres. laire part dernidrement dans le Matin,
Un murmure confas venait do la nous aItons re, campagne prochaine, des parfums fo- vante du Cercle Catholiqui de J(drmie
res'iers nageaient vers moi. La nuit que nous nous empressons de publier.
6tait si puissamment douce que je no
pus resister A son appel et quo je e Pour Dieu et la Patrie v
descendis, docile et captive, pour l'6-
treindre et pour la sentir. CERCLE CATHOLIQUE I1: Jf'R-MIE
J'6tais A mille metres environ de la -
terrasse, et dejA depuis quelques mi-
nutes dans la forget. quand j'apercus, MISE AU POI N T
venant vers moi, un home et une
femme II se rapproehaient douce-
ment, se tenaient par le bras, et tout Le public a OUT la vilente defen-
de suite, na.urell[ment, je m'imapi- se que l avocat F.zeri Va\lire a lance
nai que c dtaient les jeunes marines du haut de la a Tribuinoe d. ,1tai a
de l'b6tel. Cette lieure tendre sem- II nous a donna une noruv., i- pleuve
blait fai e pour eux. II se trouva que de !sa valeui crori te.. ldjfe, ,-,i-L
je pouvais les voir sans qu its me N'entendant pa pColrinne:.-, nous
vissent. ne le soivron. pas dan-' I vIote on il
11s s'avan tient. Je marehai sur vient de se distinguer. I1 1 ~u,idit t'in-
l'herbe A travers les arbre'z, furtif, et ju vec une ilnpttuosi?'. nu'on ne lui
leur ayant abandonn6 I'allee. I1s pa- ~ uppoapt tpas : c'est uni c't' in-oup-
saient pres ,oe moi sans me pr'voir 0onn4 dOe son talent qii ;..i- done
quand Ie nouissai un cri (ui faillit mnp apPrtcer.


r trahir. Ce couple n etalt pas ceIli
t que i avais cru Lui de loin, sons ,le
e clair de lune, rum'tai appart i i ea,
s si A sa place parmi la splendeur (de
x la nuit. &tait compnos de deux la,-
r deurs Le voya,, e r aux traits :1i-
e grats et douiouCulcx tonait te idie-
inent par la taill lI in -0 inue au vi
sage comique. Si t tianI ert I'un ;'i
I l au re qu'ils parussent, tn iom)an,
dans leurrscut is.s. 'ait n'; Its ,'taien
t beaux. A leurt manitere. A cause d(i
r',ve. Et je me sentis rogtir, honrerux
'te mnes sentiroeni:,s pit InIIr-s de mi-
s pris et d'Oloigeneme t, liohreuox ,o #-,
e que j'avais us4 dle A I hli .teher .le
q compris que la beauty n est qii utie
apparence, que I amnor est la deule
r6alit6 vivanie. Et -uto.At, je comipris
qu'il resemble A la pitit, qu il e, e-. t
I'expressiou dernim-re, la p us admii-
rable, la plus noble et la plus hu-
maine. Quelle lecon je recevais A
Sl'improviste I Mieux que les jeiunes
Spoux, dours do tous les charmed,
combl6s de toutes les fortunes. les
deux parias, penclihs mu'uellement
sur leurs disgrAces, me faisaient d-t
couvrir d'un seul coup la noblesse et
la bonui de I'amour, consolateur infl-
ni des misres, r6demp'eur des pires
ddsas'res. Et la na'ure elle-meme s'-
tait mise centre moi. Ces objets do
ma rise, qui dans I'dclat du jour pa-' I
raissaient s ignorer, par je ne sais i
quelle obscure pudeur, ces deux soli j
tairesdela d6tresse, reunis mainte. t
nant et sortis d'eux-mrmes, s'en al- A
laien a travers la foi tt ex'aside, corn- I
me des rois dans leur ,lomaine. Per. n
sonne n'6tait plus splendid. 1s .N
avaient pour escorte l'itnmense piti6 s
douce de la lune, des arbres et du c
silence. Tous !es rossignols de la e
nuit chantaient pour eux .. c
V,
PIERnE FRONDAIE. v
e
n
L'Adminlstration du MATIN in- 0o
le
forme sea abonn6s qu'ils no dolvont ci
rien payer, abonnement ou autres
quo nontre requs imprims *ot por-
tant l* timbro da Journal. p
L'Aima.iulatear,- Arthua IWZDOR itr


Mais. pa-sons Non-s w l; t.oon ikL
r-'-vor -eA tt;atis points d, e s,;i al tile
Nous pl ti i sto.,s cot lt rlo 1,-I .t,1t itonE
do ct piote-'aint (qui ,itiend tque let
* 'o ).-'ICe 'e- t'ttl(; Iq 1 -tri op-
P; 1l:!t'_> .,'- rI. ,, c-.e < >t-Uis
jainais plaintsi- de e /e I ,iendu jou -
'**til pal I lin i1nin t!',i i'i p II trop
SLim!,u-istte (l M Villai I I d;mlna -.
de si ce- *'OLsci e s -ot; tle-. cons-
clelrt1esI d' .-'lavtes i rouo!ti o que
lous ..eco(uin, s le c .'I rleical qui
nous inai lent dnis I o1,bs-'iri II!
LO' randi phi'a tirope -n esct Monsieui
V\ iane ;n ll, ti din pl'--.Cer pl'-, lull. sa
chaltil t- "te ii Ir ,i-nd i de mli- h4-
rer. Qui'l aji-,e do ,c a lieu de inous
' tindire Noi-s ri avor's ipie li- f de
.eo- plaine.s tu'il d 'igne piop|tor sa
vive lumniOre -ts no rt urof,,nde 4Itjo-
r.ire' : i. acquerria ai.i-.1 uni .uOire in-
comp;r.il,'e I ..
lil seronild lieu, nous dison.r qu'ii
N -sT POINT 1.RA\I qul1 le --ure de Jer6-
lnue ait trait la .-'oir de M E'zer
.I'insoletite. Le now de Mile Vilaire ni'a
pas meme td prononce. Cette ipi-
th;te q(ue I'&crivain mt dans li tbou.
che du It F-re Fouquet sied mineux
A la plume qui a os6 ,crre que le cu-
rd st un imperliuent et usu barbare
entoutand D
Barbare (?) ensoutan! No riez
pas, lecteurs. Nous vous prions do
no pas faire injure au brilliant pobte
4remien de croire que ces mots cons-
ituerit un trait d esprit do $a part.
Atribuez plutot ces i am nites a de
angage- que tout J6i lmiti a 6t6 6ton-
ni de trouver dans la a defense o de
le Vilairq A la fougue dout se sent
oudain animn6 un lu'teui A qui le
ombat a manque depuis longtemps,
t qui, A cet exeicice 'rot-q(lue. ta-
lie de ddrouiller sou 6pe. (Car,
ous savez, lecteurs, (peut-etre I'avez-
ous oubli6) que le poete E zer Vilaire
st aushi avocat, et qu il in a pas plai-
6 depuis belle lurette. (C et ce qui
ous a value cette fameuse defense .
)a la viruler ce supple A [ esprit que
Pays enter connaissait A notre con-
itoyen.
Monsieur Vilaire revient d'un voya-
e an pays du a bar bare ensoutand v.
eut-6tri, en a-t-il rapport cette ox-
ression que nous no pouvone at-
ibuoer un homme de as cultuis


CONTEST DU JEUIDI


La plus belle pitiM
b 1 *


I -A


of






intellectuelle et qui a sans doute Pierre I Et d'ailleurs les sagas scandinaves,
fait fortune depuis la S6paration des las inscriptions rhcemment reirouvies, les
Eglises et de 1 Etat, en France... figures de Cro x rencontr6es dans les habi-
Touiefois, on est unantme A trouver tuions des sauvages et, sur leurs lIvres,
strange quoe ce civi is6 ait 6t6 deman- des res es defigures de pri&res chrftiennes,
der la cons6cratioa de sa renornm6e ne soot-cc pasl des preuves irrefragables?
de :-oete A la parie d'un barbare 1 Ausst comment supposed que I'Europe
0 Polym io, que ii'as-tu prit6 & Cal- ignorit ces faits ?.... Certainement dans le
liope la finesse de ton esprit et les d6- course des temps le bruit de cette dicouver-
licate ses de ton laugage !... te 6tait a'!e, en s'affaib issant. Mxis Rome
Le Cercle Catholique. avait siirement connaissance de cette Eg'ise
J6iniu I O')ctobre 1910. lointaine, et Chcistophe Colomb, qui Etait
un home de science, n'igno,'at pas cer-
-- -ttatnes de ces particularitis.
12. octobre 1492 Cependant, les normands de France seam-
12 octobre 1910 b'ent avoir conserv ceux aussi., I con-
viction qu'll y avait, vers 1'Onest, d'au-
'tr's terres non encore reconnoes- Car. d'sa-
LA DECOUVERTE prts Mr J. du Ponteroy : Le capitainme
Cousin (Jehan ) partit de Dieppe au dE-
DE' IAMEI' RInOUE but de I'annee 1448, quatre ans, par con-
Ssquent, avant que Colomb s'embarquit
A Palos, avec un iquipage tout normand
Cinq sidles nous sdparent ddji de It siuf un contr -maitre stranger do nom de
dcuuvcr e de Chr.s ohe C')lomb Je ne Vincent Pin on. Fiddle observateur de
rippelerat pasiciles deboirsdd: ton essortes recommaidations A lui donndes par Des-
qu'ut i essuy-r le genial explorateur, cali, ri, Coa.ia s'dloigns harliment des
avant de rbaliser son proj-t ; je ne vous c6tes et se lanca en plein 0:6an ; une for's
dirti pas non plus que c e; u, floren in dans l'Atlantique, il se laissa eutralner par
qai 16gua son norn aa cont -"e.i dcouvert. le cou act equatorial qui "'emporca vers
C'est au s-1 de vcus tous. I Oae.t et, apre; une naviga ion de deux
Mats, je vous t'rai ob;erve- que ce ha mois, il abtrda une teire miconnue. pr6s
sird qu co isa.ra c- n'm d'Armnr que ser de l'emboachure d'un fl uve qu'il bapti-
b'e tire une un.mimne-ceperd..nt sourde st 1- Maragnon. C'"tait, dit-on, le fleuve
revendica ion Je tons ceux qui, avant Ci- des Am-zones et cette terre italt l'AmEd-
lomb, a.vaiect po6 les pied; sur le sl I du riquc merilionale. "
N uaveau-M.rnde.- Da fmnJ des to nb aux Ce qai prouve mimequeVincent Picz3n
perdus sus s lai terre, j'entends des voix : a peu -tr-,connu leNouveau Monde avant
ce sont des Normanis Ce son d-s moi- Colomb Car rappelez-vans qo'A Palos,
nes irl na21s les plus enthousiast-s pour le premier
A Dieu re plaise que je v:uille teran r la voy ge de I Exo'o-atear. forent les deux
gloir- d'un grand ho-nme frares Pinzjn, M'rtin Aloozo et Vincent
Je bu'frais ma main plat6t qu- d'y son Yana; : Les d6pense< urgentes furent
crire. Ere n'lle-ne t. A raver, les sidcles, r6gldes, nous apprend 1'Abbe Miresse, par
Christophe Co'omrb vivr, e ser toujou's leur gbcd:osite ; leurs instances triom-
I'iccarn.naon du ganie rena:e et persev6- pherent de 1'obstination des marinas : et
rant, pircequ'il a forte-nen cru en lui. ea qj elqu-s jour;, ils narviarent A equi-
parce qu' l a cru en cc 'vec t,)u :e respe:r du a i nmrnoire b'e q -e cE Vincent Ptnz:n qui s'E ait em-
de l.lus,:: txpl iateaLr qui I' se aj.moue- barq it A Dieppe, en 1448, tcait le mime
d'hu, s scieer 1- voi'c q i nois cache la que c-lui de 1492. Et ce.te persistence do
vEt1 s Commandait de la Pin-', Alonzo Piozan
De es -r- aissincei g-og a >hes et as- i :e dr;ger vers 1- .ud est jusqu'l abin-
tronom ques ,; ; s n,:re; on a-ce ave: donn r GCoomb, toa a fair, dans la nait
le sav.n i:micn Ptau dc P' ) Fosca du mercredi 2t novembre. saggere qau
nehi t: de qti- qu-. au re s rn.eign, -,n fr&re Viaent I'avait mis au courant
ments, (,.o-b ava:t ccn 'u qu en niv- du sec e que, toas deux, ils avaient gar-
gu.trt ,'r i ,O .est i ro .verait la rou e d6 A 1Ami ral.
des qui-s. E c, tire tA c- mr ment, les Pourtunt, Chrivtophe Colomb, conrer-
br~i s ui cr:ulevv en E r pesu I e-va 1' goi-e d'avoir dicouvert le conat
xistenxe de cert ines i e. en:o-e ircoinue;, tn m 'r cain. parce que lui seul avait
ta quu't p ne s p qu t p i qt se d s ar pp r ui-i son ide A ra.ers nombre d'an-
les simp es node Iqulibre, n eitent nses, e: avai- levE sa conviction A la
e.n ,sitp et 1te aussi tout n cotaei-t haueur d une croyance religieuse. Les
nent. D'a. :.u -. A. *n, in-s >tra d is. ds f rc dont I'Epag e iagi e le charge.a
le o .cc nt d~ mov ae srb eat a rei son d-ux,me vcyage exciteront
lec om ni~ceni nt di r mov' dA Scrn n int to, 1:ur nt te pitt Car, qu 1 ait deman-
acir an.i. r! cert i s piwns do c in "nt d' : d. l or I de lor I pour pouvoir
am-rtcain. L- n vi:e qci 'e. av,.t 'rarr- ail-r ensui:e, ;ffirme l'Egiise, dlivrer le
port i it -I i t Age au r tonr d'utn ecn r Ege. dlirer le
voyagrtE ..' Ot su )arxad. Tr'iouri to-beaa du Christ. ceci rous imported
esiv-o, l. r d in set.i man e-iu. vivc penu. Q.e ses, comp gions. de Ia pire e.-
pesa-'i I s avait de v e-. il- shotr di b wheur et p&ce de i Espagne, aient massacrE une race
de Fvab ide c-. A ei trc m- sie le. nhus int ressante et aient commerce. eisute,des
rencont abrs A' tr/dimi dis5 u, ovrau 1 3. le crime de It remp acer par las-
ge de G- va .d- Taib.r, et s us la plume s,rvissement d une autre, diolorons et
d'Honr d,'A tun q.i pir, e .*l. gande pleur-"s sur nous-mimes : 1Histoire les
lie plus gr ,' q ic I'Afrique et I'Eu ope. juge Luc DORSINVILLE
qui paisait pou- ai lieu de dElices, e: qui Luc DORSINVILL
a ete enti:eme ,, submergee. r1a O:tobre 1910.
cLa grand 1ie v naval pas e6 gee du tou ; seulementles marines de I'd
p qae. depou-vas de trp) grade science
layar ten vina rech-chee et ne lIay.n: pa
retrouve., ava:ent cnclu tout un'-a:mt A
sa dispar..ion. -__
Ma s, 6dou oas Mr A Lecoy de la Mar RENSEIGNiKMENTS
che : a Le- Nrm nds depuis I'an rooo,
o'avaient pai cesse de visitor I'Amirique MPIrtIOROLOGIQUES
du Nord. IUs v avaie-t pene'r, par l'Islan- Oer t r
de et le Grodc land ; ils en occupalent la sebae 'v atoire
c6te onicatale. lis coloniserent de nouveau ou
an: quator ime et quinsi~ms siecle, ct SMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
leunrs possessions ne furent pas igoor6es e
Europe.s E: d ratre pa't, voici Mr Gravier MKERCREDI 12 OCTJBRE I 1910o
avec son livret b avement inituld : Dicou- Baromctre A midi 76 o
verws d; J'Amdrique p zr les 'I^qrmands a *
au Xe siie Mr G-avier sootient qu'Erik Temlprature.minimum 23,I
le Rouger. sei co up gnoos oa ses succes- maximum i3 1,
seurs descendirent des terres gla:Ees du Moyenne diarne de la tempErature 26.7
Nod jusqua la Virginie actuellequ'nls bap- C.
tistreat du nom de Wine'and A l'is hmne cel convert tote la journey. et assr e
de Panama Iis y planterent la croix du clar a nit. Halo soliare et luaire.
Christ, riciterent le Pater et percureat des Barom6tre en hausse .
habitants la dime et le denier de Saint j J. S HIRR.


A 1'Eoole do Mideoineo
Mardi dernier a ea lieu., l'Ecole de Md -
decine, l'installation des Drs Lissade et F.
Coicou come professeurs A cet Etablisse-
ment.
L'Inspection scolaire etait reprdsentde
par le Docteur G. Dalencour. D excellen-
tes chores ont t6 dites A cette occasion
par lea nouveaux italares, le Directeur de
l'Ecole, le Dr Paul Salomon, le sous-Ins-
pecterr et l',minent Dr Lion Audain qui
asistait A cette ctt6monie.
Ddcds
Nous apprenons la mort de Martin Rend
Cassdus,dec6d6 hier soir, A l'Age de 5 ans.
Ses fundrailles auront lieu cet apres-mi-
di A 3 heures A I'Eglise Cithidrale. Mliaison
mortuaire, rue des Miracles, N o32.
Montr"al
ARRIVE
St Marc.- Joseph Vivers.
Gon3ives.- Mme Georges M rtell et no
bebi, Maurice et G'orget'e Martell, Mile
Anna Targe-te, consul W Wool, Mme Paul Krausse,Mlles L. Kraus-
se et C Krausse, Mile Chris,iane D&-
brosse, Mr et Mme G. Mior, Cicdron Pre-
Louis, Mario Pilissier. Romeo Montas,
G. Davis, W- Limbert, E. Jeanniten,
Docteur L. Belfoog, Mme Alphonse Phi-
lippe, Mme Philippe St-Louis, Victor et
Auguste St-Louis, Th6mistocle, Clodomir
Jacques, Joseph Pelizor, D. Gradien,
Georges E'ie, M. St Cloud. Mile L. Sa*n-
til, M. Alexis, Leo Sajens, T. Legros, Th.
Russel, Marie Ndreite, L. Ludeker, S Bo-
det. Ar hur Legros, Mile A. Larencul, E.
Fouche, Ch. Chris-ophe, Mile Ortensia
Gus'ave, Stella Me.ayer. Justin Germain,
Andre Green, Edounrd Desert, Merlin
Phareacx, Ddlorme Phareaux.
Petit-GcAve.-- Amwdde Martelly, Mme
Vve Dorenville, Pierre Botesse.
St Simon
ARRIVLtE
Aquin.-- Mme Bertha Johnson.
Anse d'Hainault.-Gal Buteau.
Dme Marie.- Mme Alfred Alphonse.
Gr.nd Boucan du Sud.-Auguste Louis,
Benjamin, Mme Mo-isseau.
Anse-A-Veau.- Mm- S. Pailliire, Mile
P. Pailli&re, Miguel Paillirre, M,- e Aca-
creon Char'es, Pietre Thevenin, Arman]
St Louis, Altidor Kernaint, Joseph Mai-
gnan. Alexandre Malebrnche. Mme L.
Arg'a3e, Jeannot Pre Jacques. Gil Liroche
et eofants. DEpute Bridy, Mme Charldus
Charles, Mdrianne Charlemagne.
Miragcane.- Mr Raoul.
Assyria
ARRIVE
Anvers.- Mine A. Huneck et enfant,
Henri Scott.
Cap-Haitten.- Price Mars, Ed Hyppo-
lite, Eugene J, aa, Augustin.
P6roiu
( Du Bqlletin des Rd' ubliques AmI-
ricaines. )
-Dns an message prononce devant 'e
Congr6s dans la derai&re parties de I'annee,
le President fait savoir qu: le Gonverae-
ment a faith toot son possible poor taffer-
mir les liens d'amitii et de bonne entente
qui existent entire le Perou et tons lea pays
da monde.
Oa encourage le ddveloppement indus-
triel. Les ecoles d'agrical are et lea champs
d'expirience etablis par le Gou-eraement
doivent servir constamment a donner plus
d'essor aux industries agricoles et pastora-
les du pays, suroaut A la culture de la can-
ne A sucre, do cotton et de la vigne et i
l levage des bestiaux. Au point de vue
agricole l'anade a dte bonne et les expor-
tations des principaux produits agricoles
out augment, ainsi que le prouvent lesa
chiffres des exportations poor le premier se-
mestres 1909. La r.colte du sucre a 6:td
exceptionnelle D'autres part, la production
des mdcaux a diminud appareamment, mais
la diminution consta'6e dana les exporta-
tions de 1909 eat due pla6:t A la baisse
da prix qa'a one diminution acruelle de las
qantiti.
L'augagenta.ion entraordiaaire dans lea
exportations de pEirole brrut, soit plus de
1oo pour cent sur lea chifres de 19o8,fait
voir qao'on doit considdrer les sources pe-
troliferes du Pcro. come factears tras
impotatsa dans le coi.erce do pays. LMs
dpeaMu peour ianaad 1zo ouat dipu


plus de P. i5,ooo,ooo les provisions de
reccttes, mais per site d'4coeomies le Go.
vernement a pm, pour satsi dire, combler
le deficit. Cependant, come quelque.
uses des ddpenses out ctd coasacres i des
amdliorations permanentesdrns le pays c'ea
ce dernier qui ea a profiSd.
Le pays est on ne peat plans heareux de
voir que le Congres medical, tenu au Gus.
tdmala en i9o8, ait accept son invitation
de se riunir ena z9i i Lima.
On a ddcerre aux expoants pdruvies
qui out figure A I'Exposition de Quito,te-
nue en 190o9, trois grands prix spdciaau
et 102 rdcompenses d4a oindre importance.
Les mines et I'agrchaure cousttaent les
deux sources principles de Ir richesse ma*
tionale. On evaiue A P'25,ooo,ooo envi.
ron la production miniere annauelle Le cui-
vre qni occope le premier rang figure poor
plus de P. 8,ooo.ooo I'argent poor P.M-
ooo,ooo, le petrole brat poor P. 1,250-
ooo, le charbou pour P. 5oo,coo et
plomb pour P. 170 ooo.
L'exploitation des gisements de guano
constitute one branch iamprtante de Ii.n-
dustrie. La Compagnie pdruvienne a re-
cueilli dans les 18 derniets moist an tiers
des 3,ooo,ooo de to-ines qu'elle a Wte au-
iortise A expidier d'apr6s les terms de
son contract.
Le Gouvernement encourage 1'extensiioa
de 1 enseignement dais tout le pjys et
maintient dei.'coles normales pour les deux
sexes. Au commencement de 1909, il y
avait 2.339 &coles prtmaires comptant 3,
1oS maitres et 162,298 g'eves.
II y a 2 414 kilometies de ehemins de
fer dans le pays ; 65 poor cent sont ex-
ploi' s par la Compsgnie pirovienne.
Dans les provisions budgdtaires pour I'an-
oce 1909, les rece tes figurent poor P 3,-
047,386 et les d6penses poor P. 3,239,
987. Afin de combler le deficit constant
dans les provisions, le Gouovrosment a
fait de nombreuses economies dans les dd-
penses iontrierres. et tout porte A croirt
que la rifusite sera ptesque complete.
Les provisions des recettes pour I'anude
1910, s'e;vent a P. ,746,245. Au 30
avril 1909, la dette piruvienne intiricare
s' levait A P. 4 254 450, comprerant les
obligations de x889 poor P. 2,66o,045 et
celles de 1898 pour P. 1,593,815.
Marriage
En l'Eglise Cat hdra'e sera bWni le same-
di 29 Octobre courant, A 7 heores pricise
du main le marnage de Mile Fiances Ar-
chin avec Mr Hamilton Poi'evien.


Tribune du "Matin"

En attendant que je donne con-
naissance au public de toes les pib-
ces de mon affaire avec ce Pouget
bien cotnnu, veuillez, s il vous plait,
publier le dispositif de I'ordonnance
du 21 Septembre 1910, de ia Cham-
bre du Conseil :
ORDONNANCE.
Par ces motifs, la chambre do
Conseil, apres en avoir ddlib6r6, dit
que les faits reproch4s A Monsieur
Caiuas Dautant ne constituent ni cri-
me. ni d6lit, ni contravention ;
En cbns6quence. le renvoie de" Ia
prdsente prevention port6e centre
lui et ordonne que routes les pieces
de la procedurq solent, sans ddlai,
remises an Ministbre public, poor
que. par lui, il soit fait conform6-
ment ala loi.
Rendue en la chambre du Conhsel
de I'Instruction criminelle an Palais
de Justice, par nous, P. Jh. Dupoet
Day, Juge-Instructeur, V. Valmi6, Jog
et E. Bonhommo. supplant de Jurg.
ce jourd'hui vingt et un Septembre
mil neuf cent dix.
II est ordoned a tons haisloers, sr
co requis, de mettre la pr6nooe or-
donnance A execution, aux officers
du Ministbre public pr6s les trib
nat Civils d'y tnir la main ; & tons
cornmmnndnts et autree offlcier 4* m
force publique d y preter main fort~
lorsqu'ils en seront 1dgalement requt
En foi do quoi, la minute de
pr6sente ordonnance eat sie e*
aoe-Intstructeour, da Jug*, dn SP"
plant de JI et du oomm *g
(Sln4 :;l .Jh. DuPont Day, *
Vabn et ld.-1hrasy lo,


..





fPer expedition conform: trois d6gradante, ddgradanterau superlatif, *
MvOis on manr, paraph6s. que nos arribre-neveux, ainsi quo les Grande Fa briaue M odern e
Collationn,. petits-flls de Pouget liront, stupdfles DE
ED. THRASYBULE. en s'6criant nerveusementet avec quel DE
THRSYBULpris dan le guest a Boissons Gazeuses Sup6rieures
La Justice sonveraine s'6tant pro a QueUe jieffde canaill. que t a faisait i
g smoe aur la fumisterie, indignity6 ce Pouge I (Louis Edouard) I1 y a A pine uue ann6e depuis qua la plus nutritive, la plus agrsable et
alveoillantes de Mr Pouget, ma pr6- C. DAUTANT. la plus fortifiAnte de boissons Gazeus' s eat en!rde dans la Cousommation
ur idee 6Lait de lui lancer un, Co 7 Ocobr 1910.ous le nom do
arW ; mais quelqu'un de mes amis, re __t0
m home d Age et do grand sens, R LA PA
a' m'avoir b'&m6 d'avoir eu cette Madame Charles Pierre, ayant la R Y K70 CM IPAGNE
m'a dit avec raison : a d qul procuration de I'H6tel de France in- Ses qualites et sa fine saveur lui ont vite conquis une vogue croissants
be ... I vite les clients do l'H6tel qui n ont qui est an eucouragtvment en m6me temps que la recompense des sions
A quei bon a 1. 1 I car l'on pas sold leurs comptes depuis tant6t minutieux donnos A sa fabricat on.
me procebe ainsi qu'avec des gentils des mois A le faire au plus t6t. Au- Dtsireuse de fatisfaire les godts les plus difticiles penlaut l'5t6d'de 1910,
beamed. trement elle se verra oblige de re- la fabrique a prepare au moyen d'appareils perfectionons des productss
On no provoque que ses pairs, des miettre ces competes A un avocat. hors pair.
hommes loyaux, de caractere, quel- -- -
m que soyiea leur education et leurse- Elle met en vcnte au m me prix et sous celt, m~me marque ROYAL
qates, ut non ua monsieur qui, pours PATRIE IUMANITCI SCIENCE plusieurs d4:icieuses Boissons ;azeusos qui 'eront la Providence des per-
* venger d'un ennemi personnel, a MATE RN IT 1 sonnes soucieuses d'otrrit chuz el, s d'oxquis atTiratIcisseniunt-, aux goitts
a ati froidement, impundment, varies, et pr4cieus:s dans touted les r6uuions A c)t6 de leur ainu : le
abusant de sn accid.ntelle 7 ? situa- D1
Sio t a a Gouvernement et a la PORT-AU-PRINCE Royal Kola Champagne
Justice, on inventant, m-is grossiare- CEuvre d'initiative privde POUR VOUS EN CONVAINCRE, I)l:(;USTEZ UNE BOUTEILLiE DE CES
w Mi, une base accusation, don't la L& U PHOTECTIOM DE SON PRODUITS INCONMPARAAIU.ES :
alalserie, is prie de me pardonner le.4 Ex.LL1C L: PHTEDT D'HARl.0 Cream Soda Cristal Limonade
mot, caractidrise bien Pougat, met AExcLLNiL: P DUT D'AI.
au le fond de son Ame de cosmopo-I Consultations gratuites d'obstdtri- MOUSSEUX AUX FRAMBROISES MOUiSSEUX AUX F'RAISES
lite, at prouve son inaptitude notoire qua et de gynecologic les lundis et MOUSSEUX AUX CERISES.
daas lo affairs administration. jeudis de 10 A it heures du:ma'in. L'AGENCE GANikRALE est toujours au Magasin de la M tropole 1'3 rue du
Descendre. par calcul, dans le men- -Sont internees aux frais de l'E'ablis- Magasin de l'E'at, vous trouverez aussi ces products au mnme ptix daus les
songs, la calomnie, la diffamation et segment les femmes enceintes arrivees Dep6ts suivants :
I'lnfAmie pour se d6faire d'un adver- au term de leur grossesse et les fern- EPICERIE MODETRN. 155 Graud'r -, ,n face la Mai,'cn Robeli-.
saire, quelque redoutable qu il soit, mes atteintes de maladies de leur EPICERIE CAD)ET LUNDI. rue des Froit -Vor'.
C'est IA une lAchetd digne du voyou, sexe. A LA PHARIMACTE NOIUVELLEI.I XANDKI: R( lERt- TS rue uoar.
do la crapule. Cours pratique d accouchements et MAISON A FAUIHERT, rue Roux.
En presence d'un malhonn6te hom- de gynecologie. A I'EPICERIE H. CORVNGTON, ruo F '.ion
me comme Mr Pouget dibind vite Mr le Docteur C. R. Boyer, profes-
& Port-ia-Prince. it faut vous abs. seur A la Maternit, de Port-au-Prince, -
So.ir de touted violence : mime I'ad. commencera ses lecons de path-lo- F err e g* *c a o& 0
ministration, quelque part chez lui, gie de la g-ossesse et des maladies P r I Il O
dun clystbre de coup de pied, serait des nouveaux nds. IH lundi 10 Octo-
trop d' onneur. bre courant, de 10 a 11 heures du
Lui cracher & la figure, on plein.... matin et les continuera tons les Horlogerie, Bijouterie, Joaillerie
ce serait lui donner de la popular 6. lundis A la m6me here. C;H\)HI l8
S q on fait A undch par Mr le Docteur J. Dominique, pro-J lt$, (;H.xNi ,,
C. qua I'on fait A un dachu pareii, fessur A cat 6tablissement, common-r
on I sati fortement au collet, et o cra ses lens praique d'accou-Ancienne Maison Ferrari
le trains, quells qua soit la rouspat- a e ns pra giele da
tace qu'itass, A la barre des trigie le jeudi Par le dernier steamer franqcai, sont auriv'.a aies artules de tot beauty,
bnaux dei r4pres ion comme an mal- 13 courant de 10 A 11 heures du pour tous les g,)ots et pour toute- le. bourse< ;: JoUX. -- SAUTOIRS. --- BA-
faitnur avdr6.p in oa u -matin et les continuera tous les jeudis GUES. -- BOUCLES D' OBILLK-. --- CHAIA;- P ) MO\R NTRKS. .--- t,.
feiteur aver4. A I1 meme heure.
LA, on lui apprenira A etre bAte- Conform6ment A l'arlicle 12 de la ALLIANCES SUR COMMANDE
moment mchant. et les endroits rdser- loi du 10 Septembre 1906, sur 1'en-
wveaux fonctionnairescaupabl s THAI- seignement medical, lesa 1ves sages- INSTAI.LATI ,N M N I).kN-
Talm fayards, qui oublient dans leur femmes et les 6 udiants en MNde- REPARATION de places qui sont reiriies aboiLament A n ut ; ainti quo
hAte de d6taler. ap[rs avoir joui et cine qui sont tenus de suivre ces des tableaux artistiques.
~mpoch6 qu'ils vont prom ier sur course, sont invites A s'inscrire au se-i
la terre 6trangere. un front avili par cretariat de I'oeuvre les lundis et jeu
*o a vote de non-conflance v de la dis de 10 A 11 heures du matin. Achat (e vieil or et vieil argeit
Chambre des D puts renforce, cor- L'Administrateur de l' robor6 par une g R&.-olution P igisla- La mason garantit lo" marcr.n lie.- qu elle livvre ain.s qu< les reparatmons
tive, dnergique, ddgradante, trois fois Dr I. E. JEANTY. ARTICLES DE LUXE pour les priicipatiA\ ,ei'eneiutsde la vie mundane


0


0
I


-- e


IN


Avenue Gr goire (Chemin des Dalles )


Installation moderne


situ~e


A 5 minutes de la


Station


des Tramways


dii Champ de Mars


25 chambres pourvues de tout le comfortable necessaire ;i partir de or P. 1.50 par jnllr I,,uri la pension, vin cxcept6.

Chambres separees pour receptions privtes
Salles A manger pour banquets, pouvant contenir 80 invites. Salles de t test, etc.


Bar et


Restaurant de


premier


ordre


Cuisine franaaise -- Cuisine am6ricaine
Eclairage complete Ai l'1ectricit6, toutes les pieces sont pourvues de lampes perfectionn6es.


C:,Zi parle


xq'z'a2zxtis


4.Pz gl c4 p


LA DIRECTION.


et








AGENCE SPECIAL


de la Regie FranCaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti
Extrait du TARIF G6n6ral, Octobre 1910.


Tabacs Seaferlati


L[TANT sUPfRISUR (dit tabac d'Egypte) la Botte de
50 grammes
LiVANT ORDINAIRS paper violet liss, sle paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jauns Is paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIEUR paper bleu le paquet de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquat do 50 gram-
mes
CAPORAL (,I)I'AIRB paper pate bruce le paquet
de 40 grammwea
TAiAc A F!:ssa, Virginie haut goat. paper jau-


no, lI paqust de 100 grammes
POUDRE s 'PEHRK-LUs, paper b'eu
100 grammes


GOURDE


1.25

0.90
0.70

0.70

0.70

0.60


ie -4uet do


POUDRE OUIMlAIHAN, papier brun, Ic paquit de 100
gram int
TASAC A MACUai roles Menus fils lI paquet do
io gr amrnme


1.50

1.20

1.50.
I~m9 a


Cigarettes


GOURDlZ


NINAs Ie paquet de 20
do Ie paquet de 10
CHASSUR le paquet de 20
HONGROIS S en levant sup6rieur Le Bondon do
20 cigarettes
do en caporal sup6rieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland le paquet do 20
do on caporal ordinaire paper bleu Is
Bondon de 20
ELEGANTES en Levant ordinaire le Bondon de 20
do ea caporal superieur paper rose, Is
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondoa
de 20
do on caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FRANQAISES en caporal sup6rieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do on caporal ordinaire paper blend les
Bondon de 20
RouLt.as en Maryland et caporal sup6rieur le
portefeuille de 20
do en caporal doux la bottle de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la boltt de 10
ront mp6cial, J. LAVITI.I.R.


L n .r'tl ait i,. t, i : e, recon;,'iuant. Souverain centre
I"' l, | .i1 !I~I~I ::I # p onrit s f ald lies que lo s ferru-
ti iii s. it n;'i' : Iux p r tinres Agdes, aux jeunes'
tl) -'rTt e.t.iI:x CI tdli's.

SI n \in .i Lo lilt i |eu I It'ei l atlf iin temis d'(lpid4mie et le mei -
leur adimiai lati. !e tri cment de la phtisie. Prescrit
S !a sl' Ie- f,,'iiriue: do I estcrnac, la ch'orose, 'andmie,
les !,rorl i't -, milaria et dans !es convalescences.

1) tin gl t it e-juis, il con ti ue un tres agrdable c vini
de oftier ,.

EN VENTE

Chez Andre Faubert

Place Gelfrard --- HALLE RODEWALDT


ACCOUREZ

chezHerrmaan Corvington

108, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DES MIRACLES

Vous y trouverez du Bon Rhum Sup6rieur


E13]azxo 8k 2Lwuge


A dos prix xceptionn*Uement avantageux I


D' Francis
( MDKCIN-CHIRURGIEN ACCOUCHEUR)
Membre de la Socidt6 Royale d'AgricultWar
de la Jamalque.
SP CIA LIT S.-Accouchement
Maladies des Femmes, Maladies d4
Enfants.
Consultez.moi 6galement pour touted~
los attaques doont souffret vos plants,
N. B. -1 The English-speaking com.
munity will find it to their very beot
interest to consult me I
BOIS-VERNA.


1.20 A c6td de Chauvet. -
0.00
090 On trouvera
1.29 de meilleurs Cirages pour tons soU,
S0.8 liers A la manufacture de chaussure
0.8o G. CORDASCO.


0.75
0.75
0.75
0.70
0.70
0.60
0.60


0.45
0.75
0.40
0.60
0.30


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en d&-
p6t un grand stock,---pourla vented en
gros et en detail, --- de chaussurea'en
tous genres pour
HoMMis, FKuMKS, ENFANTS.
Les commandos des commercants
de I iutdrieur pourront 6trs exdcut6es
dans uue semaine A peu prbs.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
Port-au-Prince (Haiti).

Maison F. Brunes
195, GRAND'RUE.
Dirig"e par
L.Hode)in
Ancien membre de la soci6t6 philantUopl-
que des maltres taillears de Paris-
Vient de recevoir un grand choix
d'dtoffes diagonale, casimir, alpaca,
cheviote, cheviote pour deuil, etc.
Recommand, particulibrement A sa
clientele une belle collection de cou-
pes de casimir, de gilets de fantaisie
et de piqud de tonte beauty.
SPkCIALrr* DR COSTUMES DR NOCE8.
-Coupes FranQaise, Anglaise et Amd-
ricaine de la dernibre perfection. La
maison confectionne aussi des Cos-
rUMES MILITAIR8S, HABITS BROD&s,
DOLMAN, TUNIQUKS,HABITS CARRItS, tC,
etc, de tous grades.

6tel Bellevue
Le mieux situd, le plus con-
fortable. Champ.do-Mars. -
Cuisine renomm6e.-Vue sur la mer.

American Bar
PLAcs GEFFRAAD
Fromage Edam or P. 2.50
4 Gouda 4.00-
4 Chrysanthchrum G. 1.50
SAUCISSON Allemand la liv. G. .50
Beurre de table 1 Iv. or P. 0.45
a < 2Iv. a 090
Lait st6rilied I litre G. 1.00
S. .1/2 0.00
FRn. W. KATSCH.


V. P. Salbs.
AVOCAT
CABINET RUz PAVb

Vin d'Italie
Chez A. de Matt6is & C%


Vin rouge,
Vin Muscat,
Vin Chianti,


G. 5.00 gallon
G. 8.00 gallon
G. 3 50 bouteille


Ces vins sont garantis pour leur,
purete et leur origin.

Kola Champagne
Reconstituant
Formule due A l'obligeance du
D r -.aeoxx A.ixclcaita
Ancien Interne des Hdpitaux de Paris.
PRIX : P. 6 00 la douzaine.
DP.POSITAIRES:
Mr Simon Vieux, rue du Magasin de
l'Etat. Port-ao-Prince ; Mr Georges
Blot. rue du Magasin d4 I'Etat, Port-
au-Prince; Mr Aug. Scott (L4ogane);
- Mile Luce Arglade ( Cayes ).
B. Couba, JArdrme.
N. B. Outre cette cat4gorie, la
Socidtd Gdn6rale de Kola Champagne
livre au public usne autre clause de
ce merveillex produit, au prix do
QUATBR GOURDES et demie la douz.
Fabrique au Chemin des Dalles
SOCIEKT* G' DE KOLA-CHAMPAGNE.
Port-au-Prince. (Haiti) P. 0. Box, 13


NESTOR FELIU
L'excellent tailleur avan'apeusement
connu de toute la Rdpublique vient
de roovrir son atelier, Rue Fdrou,
(Rue des Miracles) No. 71.
Sa nombreuse clientele frouvers
come toujours foute satisfaction
pour les travaux qui lai seront con-


LA


Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el*
,:e ient do recevoir. par dernier b1-
teau, une forte quantity do marchaa.
dises at de fournitures do touted frat*
chour at do touted beauty, imported
de France, d'Allemagne et des Etats*
Unis.
Le public 616gant, curieux de o*
,bien chausser, y trouvera les peaux
lee plus olides at aux anuaces l1
plus varidea les forms les plus belles
at lea plus appropid6es.
On n'a qu'a venir ches G.B. PTTOIA
pour Mre assure d'6tre chasae6 s$l
vast los meilleures lois du confort -
do la mode. Spcalit6s pour dames,
Grand Stk do chaussurs ;
Peaux, oiras, forms, fournlturm
st matrimux divers pour cordosbne
rio. On troovwa tout oa qu'll aut, ass
prixz l plus mod6rds, t
La Connowmwm Nouv..s
14.GIRAND'RUS148.


- I CI


3[::>x "%ri


0