<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01048
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 8, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01048

Full Text

Quatri6me Ann6e, Nc 1065


LF.rt-au-Princa, aldti


Samedi, 8 Octobre 1910


ASSNNEVENTS
pogj~u-P Umce Mao u.G. 2.00
ITRois ibis... a 5 00
n~iprt~mmtaUm Mois .,. G. 2.20
Taois Mis ..6.00

Kb-ngr. .I 3013 Mote. 8 .00


Dmac'zuvt

Ol~ment-Eaagloire


0


'7


4


J


LE NUMERO 15 CNTIMUS

Lee manuscrats inurAs ou mo ao ser
pas reodus
REDACTION-ADMINISTRATION
8, Rue Eugene Bouriolly, 8


AD]MIISTRa&TK R
Arthur Isidore


OUOTIDIEN


LA SEMAINE QUI FINIT


CLOCHnER NOUVKlAU.

Connaissez vous les lieux non
vaux ? C'est rue Ambricaine ( lan
gage courant ) ou ruo Eugene Bour
jobly languagee ofliciel.) A notre not
s'toend Ia Groix-des-Bossles et
notre couchant les Pisque'tes,-noIr
coachant se rapporte au suleil, s'i
vous plait.
Les autres puintls cadiJiaux soI]
indifferents.
Nous trononous ia commie un roi, voi
@inant, A la ferinetute, avec le Sowe
qui, reguiilreinuut, va se couchie
dans les vagu s, sans jamais, mo ld
des 4poux, passer une nuit dehor
et auasi avec la Mer, qui baigne no
pieds.
Nous avons encore d'autres avani
tages.
Ahrend s tst en face, et quand i
nous arrivera d avoir besoin d u
chbque, nous n auro-,s que la rue
traverser.
Nous avons aussi le dentist Ewald
nos bouches u'onti qu'A se bien teniir
Par example, il met a ma disposmino
un ratelier bien solid, ajap able int
tantauintuent. poic ie ca- ou jo you
drais mnoidre ; c sra ai isi sans dlan
.g r pour muo ; et mi j'ai allaire A tun
.ennemi mor el, je puurrat, A ia ri-
mieur, le lui lais-,or da s les chair.i
wald on a d trecliang..
Nous avois encore le symnpathiquti
,Eughne de Lespina-ise ave.: sa vieillt
e.t solid experience du marclh6 bai
lien, qui nous donnera le secret de
fair des allatire brillantes, en evi,
taut d'etre mis dedans.
Plus loin. la MagIe'leint3, pour fair
pos devotions Quand nous vouIrons
avoir le cuear ar endri, nous songe-
;oos A son Orphelinat.
-. Enfln. pour re complete, il tfaut quo
jise ignale la Commune, don't le voi-
sinage pr4cioux nous prmotetra d'tre
tw courant de toutes les bones o.-*
Casions offerLes par sa section d -s
Rpaves : il y a des samedis, je vou3
assure, oC V'on a I'illusion d on jar,-
din d'acclimatatiou. C est tres joli
Come coup d ceil; si vous voulez
woir, c'est entire ueuf et onze heures;
t it y a une cloche pound avartir, et
agai un tambour pour ceux quia ou-
teat tre prevenui A do-nictil.
Voas voyez que nous ne somrnes
Pas mal. Mais, h6las I it n'y a pas
de m6daille sans rovers.
St nous tr6noas dans uno sereine
tnajest6, au-dessus et A cote des 618-
Abets, nous sommes. par centre, ex-
Soses au danger memo des si-uations
I mvees.
. La mer baigne no. pieds, mais nous
Apporte sea miasmes f6brifbres. Des
prophbtes do malheur disent d6jA
.aus nous sommes candidates au pa-
I4isme. Aussi biea. nous marchons
* Irmas comme aes C4sarj : nous por-
tona, chacun do nous, tout no arsi-
pal.....de prophylaxis, et nous sen-
aas le m6dicament deux lieues a Ia
INous avon% mAme, touted la r6dac-
Sn corpa, adress6 one petition ao
Setour pour quae MoM" nonu am-


'sure I'assistance du Docteur Salomo
nous o'avons pas encore de repons
i- Mais le Directeur est malin : j'a id<
- qu'il fait des cajoleries A l'aimab
- Directeur de 1'Ecole de m6decii
d pour exploiter son assistance ... amn
a cale.
(e A part cela nous sommes bien: I'oe
' eOt vif,le jarret solid; chacun de not
boite et mange bien, pardon bit
it mange bien : pas de liaison suspect
Et en attendant quo notre situatic
i- s am,'liore de plus en plus, nous v
il vons. Dep is la rdpartie heureuse d
*r Sieyes rdpondant A un ami qui 1I
a demandait ce qu'ii avait fait pendat
, tout ce temps-l&: a J'ai vecu. *
s mot vivre a revAtu uu sens profound i
subit.
I- Vivre, c'est r6soudre chaque jou
le problbme Is plus d6licat et le plu
I compliqu6: chaque 24 heures est vra
n meant un triomphe.
A Pour ma part, j'en jouis pleine
ment, et chaque fois quoe le crpus
; cule se fait et que, la main dans Ie
poches,.e vois I'Astre du jour, Ie v6
ritable floi des mondes aprbs Dieu
apres nous avoir rechauffes et vivi
fi4s de ses rayons,faire au-dessus d
Martin sa trajectoire habituelle et tra
i verser les Pisquettes pour alleo s
c- oucher, je pinse, comme Titus, 1
; journ6e quo je n'ai pas perdue p'is
quo je ne suis pas mort, et come I
doux Sieyes. je marque, comme
un point de billard fait, le jour qu
Sfinit, me disant avec bonheur que j
I'ai vecu.
Et quand sept fois j'ai fait rett
operation, c est ma semaina qui finit


LacOBATr sPATI.

Ou plut6t i's partiront domain, le
joyeux sauteurs de la place do I Ind6
pendance, et furieux encore !
Vous savez ce qui leur est arrive
un curieux. au plus psychologique de
leur tour L'hhomme disparu, a essays
de d6biner leur true, et tel un pro-
fane qui aurait fu la tdmdrit6 de p6-
n6trer dans Ie sanctuaire- des Freres
Trois Points en pleins instants pon-
tifleaux et qui aurait vu Ie temple lui
tomber dessus, notre indiscret spec-
tateur a coup 1l'lan de la band Pe-
ito qui, illico, a commence A plier
agges et A d4monter sa tente sur la
t6te du public.
L'impatience de la troupe est justi-
fi6e un true est fait pour donner
l'illusiou ; A partir du moment ou il
est d6bind, il perd tout son chlrme.
Quant au curieux, il a certainem nt
manque de retenue. En payant son
argent, il avait, en quelque sorte,
sign Ie contract de no pas dApasser
les limits de li logo qu'on lui avait
donnoe : lorsque le masque vient
vous iutriguer, o& serait Ie plaisir si,
au lieu de Is deviner avec le yeux
de 1'esprit, vous vous mettiez & lui en-
lever ses oripeaux et A le d6shabiller ?
11 faut savoir se retenir dans li vie.
Que de chose na ae sent-on pasI
vraiment l'envie do fire et qa'on fe-


is.


1i-
eil
us
et
4.
3n
le
uil
[it
et

I F


I S


rait sirement
des convenance
Plut6t qie de
tre gentilhomm
s'dcrier : a M'se
au moins A dei


SCIENCE ET O


sans une contrainte Mais plus grave me paralt l'affair
s I des chalands qui t6moigne certaine-
c6der A son geste, no- ment d'un accord entire plusieure is-
ne iudiscret, est dO dividus et d'une veritable entreprime
nti m'ta 9. et edt Wt6 monte.
mi satisfait. Puisse la police decouvrir et ces
verne et voleurs et persuader ceux-t
que les prouesses d'Ali-Baba et de
grands escrocs ne sont intdressantka
)BscuRI[T. qu'A la condition d'etre lues dans I
contest arabes, sans *tre rd6dit6es am
"rA'; IIA; M Art. 0*.1 **A h ** ll al


Vous avez du lire dans les jout naux
I'histoire de cette dame Lucia, de
Port-de-Paix ou des environs, qui, te-
nue pour morte et enter e, est re-
trouv6e dans la circulation apres 21
mois de disparition.
La chose a des apparences de sur-
naturel, mais tient corlainement au
fond A une question de haute science:
cette femme, si le fait rapport est
vrai, u'a pu qu'etre la vicime d'un
empoisonnement don't l'effet a Wte
conjure avant d'avoir etd deflnitive-
ment motel.
C'estce qui s'appe.le dans I lan-
gage des primitives superstitions de
nos campagnes : donner quelqu'un,
prendre quelqu'un.
Dans ce cas. il est fort explicab'e
,que la l tihargie, 1'tat nior itentx 6 de
mort, laisse dans le cerveau 'de la
victim des traces qui se manifes-
tent par cet Mtat d hvb6tud- signal
par Io correpou.daant duNouvell'ste


prijuuicel u pauvreuY uiorae-meu r
port-au-princien.
JEAN LE FURBTEUR
--1---C-


C" 11 A2 POISON

E'oignez des jeunes infants
Toute cigarette, mime ldgare

L'honoiable ptdagogue, & qui f'tais
venu pai ler d*s enfaits fumeurs, pose
sa pipe pes de lui, et, silencieux, it
6crivit :
Cio IIlt Az2=- Poison
Puis. quandI il eut joui de ma stu-
peur feinle d ailleurs. il ajouta :
C'est la formula, de la nicotine.
Quand au tabac, je vous dirai en peu


e Mais, nous le savons. It cervean a de mo's ce quilt rectie : acids nitri-
Sses maladies come tous les autres que, chlorhydrique, phosphorique,
- orgaties, et grace aux piogres de la ianlique, citrique, oxalique, ac6tique.
e specialisatioa medicale, on le soigre picrique, ammoniaque, potasse, ma-
e avec la morme science et la minme gn6.ie, etc. Vous ailmetrez, j'espbre,
i in6thode q,;e les autres organes du que de jeunes es omacs doivent mal
e corps human. digerer ce melange.
Pourquoi l'Eta' haitien n'exp6die- Les Anglais viennent de voter one
rait-il pas cette ma'ade, v'ctime de la 101 punissant do 7 fr 50 les petite fo-
Sperversion des sie..s, dans qulque rmeurs recidivistes et les marchands
liopital tger d aliens o c e ayant vendu aux adults ag6s do
s.erait soumis au traitement et a moins de seize ans, I'herbe redouta-
tude des alionistes comp6tents? ble quiassure au sieur Nicot unetrite
Sa n(:.6brit6 dans I histoire des passioM
II est fort probable que le ceiveau humaines. C'est fort bien, maim oe
de la malade soit en 6tat d'C re rame- n est pas essez. En 1650, on bastom-
nd dans ses conditions normale- nait les fumeurs A Moscou. Amurat,
- d avant la l&thargie, et que les souve- IV, en Turquie. les pendit ; le chia
nirs de la victim, grace A cot Mtat Abbas ler empalait les priseurs.
: de sante, puissent alors devenir assez serait emps qu'on se dcid&t par
E pr6cis pour donner de pr6c-euses in- tout a faire quelque chose d'analo ,
dicatious sur les circonstances a peu at moins pour les enfants.
prs exactes de son empoisoonement. Je regardai le viel hommenon sans
Ce serait tout profit, pour elle terreur, mais il reprit :
d'abord qu'on aurait rendue definiti- Bien entendu, pas de tortare-
vement A la vie, pour notre morality Mais une bonne ol. On en parole toe-
ensuite qui serait a nsi assez arme jours, on neo la vote jamais. En Fram-
pour prdvenir le retour de ces atroci- ce, depuis la petition de 1873, cell
tes sAdtulaires, et pour notre renom do 1877 et cole de 1879, depuia l
enfin, si constamment exposed aux processes ministdrieles de 880, d*
attaques aussi sdvires que justes de promesses ministdrielles deo18 do
lariti outre-mer puis lea declarations da miniatre d@
la critique d'outre-mer. l'instruction pub'ique, on date do 3
juillet 1885, ainei concues : a Malg4
ses inconv6nien's et ses dangers
ALI-BABAS MODERNk.-. c physiques et moraux, I'abus pr6ma-
a turd du tabac se r6pand de plus ea
On nous signal cette semaine deux a plus parmi les adolescents et m6me
vols important, don't I'un A I'h6tel a patrnm les enfants. Ces fumeurs im-
de l'arrondissement et I'autre dans a berbes, par un sentiment d'orgueil
les chalands de d6barquement de la a deplorable, croient se grandir, as
ligne de navigation Atlas. fire remarquer en fumant common
Les voleurs ne respectent donc rien; a des hommes a ; depuis la promes*s
celui de l'h6tel de I'arrondissement a faite par M. Goblet de fire apposer
enlevA une some d'argent ; c'est dans les salles d'~tudes une amfflch
une sorts de banality, sans doute, antitabacique, on nest, some toate,
assez courante, qui penout tre le fait arrive & rien de s6rieux en ..jatiere do
d'un individu isol6, sur lequel ce- rApression.
pendant je soubhaite quo la police ar- D6s 1880 1 Etat amdricain de Cos-
rive A mettre la main. necticut a en sa loi de protection de


__ ___~_ ~ _~___


__ _~ _ ____ _______~ _~~~_~ __ __ ~ ~ -----------







I'enf nop ceont -o latab-ir.'*,chez nous' Noni c6t)ns : 2a 2 2 314 pour les Tral-'
ni At p6titoun David depose wu 1881 tes A 90 I. sur Paris direct suivant signa-
au Senat et A la Chambre, ni le rap- tures.
port idu sensatur de La Sicottibre, ni 314 pour les ch6ques sur N-w York.
celui de M. Wetter, rapporteur du co 3 i12 olo de prime poor les cheques sur
mit consultatif d hygibue de France, Pa-is.
ni les appeals reitdr6s de la Societ6 La fte du Pr6sident
centre l'abus du tabac, ni lea travaux
m6dicaux publics sur la question de- Lundi o Osabre eSt a date anPrnidver-
puia 1870, ni les v(Tux des academies saire de la ra stance de S. E. le President
dlnon .ant les troubles multiples oc- Simon. Un programme v.ri6 de divertis-
casionn6s par le tabac dans I'enfance segments et de recriations marquera cette
n'ont pu contribuer A une action r6el- bril ate journey qui sera fte avec Sclat.
lerent utale" Le Mathi pr(sente au PrEsident Simon
SPars, ia cigarette des coges ses soobaits sinceres afin que dans la paix
Se st pas ben grave, mta le mgot et le tiavail s'accomplisse l'oeuvre si patrio-
des faubourgsl'estdejA beaucoup.'lus. tiqueme.t en-reprise par le Gouvernemwnt.
Que vous dirais-je des centres intlus Chapelle du Palais
triels du Noril oe, courammnent des C'est derman que sera inaugur e l'fl-


nLa fte s'. nnonce brillante et comrien-
sama porteo, parce qe dispers6. cera par une messe solennelle o0 offi:ieta
a Q)ae nos legislateurs. a lexemple Monseigneur 1 Archevequ.. Do nombreux
des Anglais so souviennent des paro- couple, de p rrans et rines ont t
les tnpi-isantes de Jacques Ir. d'An- dusigLas, de s one bqu A l'.clatante voix des
gleterre,iA-l'6gard deoce peten qui crfe cuivres se joindr)rt la fraich:ur et la g Ace
uue a habitude d6goCitnte A la vue, des totletes f6minines pour contribuer au
repissante .pour I odorat, dangeu- success de la crmouie.
rvu.eta pour le cerveau, malfaisdute
lpour 'a puitrine et nos jenner tgr;6 Eacroquarie


I ~ tinri dtO2 U~.I01 f(iLSiusu gr aaairont
trll Liz. 9
t cl dc',ni~on vieux p~dagogie ral-
1L j'tsa Ij)O.




Rk~NSEIGNEMErNTS
mE~rP.oROlo0GlQUI9S
C, b13o atawraLUtoir~
DUI
SP.MINAIRB COLLEGE St-MARTIAL
VHNDKEDz 7 OcroBEi 1910
Baroroetre A uaidi 6,m a


z2 9


Texnp6raturo~fminiinui


(maximum 31,1
Moyenne diurne de la temperature 25 4
Ciel presque couvert touted la journey
Bari..intr: constant. Vent I-
J. SCHERER.
Revue dui March6
OR AMkRticiN.-Nous avons c6t5 la pr-
me sur 'or amdricata comptant 1 41 o o;o
nominal, dura t toot: la semaine, avec on
mo -cment d afaires tres peu impor:>ot.
Quelques petits achats da commerce
d'impor ation,cour les b soins du co rr.er,
oant 6 r6alises sur la base de 408 et 409
olo et noas n'avons pas eu de demaand-s d-
chitfres A ces ta )x dans le mirch6.
En rEali nous pouvons c6 er tin ar 6t
momenttne dais les cour, avec prdvitions
de chingerment qu'a la Liquida ion de
Wrg rcnenis du 15 courAnt.
PAYAB.ES-L. VRABLES.- Le march A Ter-
mrue n'a guore E 6 intEressant et avec la I-r-
metn du change cash les ,ffaires out 6t6E
presque nulles.
IP taut bien rermarqu-r aussi qu'au mois
de s-p:embre deraier il y a eu tnt d'aff,.-
res fA ies sur Octobre A 400oo et mee 395
olo de prime qu'ily a on peu d'h6sitition
do cotr des acheteurs A prendre do nou-
veaux engagements aux taux ac uels.
A notre connaissance on pent enregistrer
i peine 25,ooo dollars vendus poor toute
ia semaine A 405,407 4o8 sor diffErentes
dates de ce mois.
CoN5soLIDes.- Los Titres do Gouverne
ment sont sans changement avec les me -
mes taux que no're prEceden'e et le mar-
chk i tesme rest rela'ivement ferme.
Nous n'avous pas an d'aflaires cash A si-
g ailer.
BiLLETS DE 5, NICKEL Cos monnaies
*- .ninriennent s a ionnaires a314 et 2 314
l ) d'Escompte. L'approche de la rdcolte
p 1, encore diminner I'escomp:e sur le
1a. kel.
Tl'%. TES.-Les Traites eo maintiennent ton-
jouis en bonne posture.
Nous avons remarqod une demands c-
cent'Ee des Traites I go j. sr P.ris par
le eit commerce.
Sles cl eques sur New-Yosk sont so me-
nme taux que la semaine pasade.
Qo.elques coupons ot did ead$ A 112
o,o mas paa beoto pmum W d'or.


L'affaire d'escr queriede doat nous parli. ns
diu. un de nos "d n.e.s nam ros et cu on
di.a t compromi dc p.us:eurs grandes
liaisons de c t:e pl:ce et crvn:e d ns une
nouvclle phas. L'Utii u e n'a ra; encore
dJrnon're common I s o,)ra'ions de venwe
A l'encan et .u r-s ont (, fAites. Est-ce
selon le voeu de Ii loi ?
La denonciation est pirtie d un syrien
etibli ici qui I .u air envoyce A son cor.es-
pondant de New -York Celui-ci a consti-
tu6 M** Sol.na M nos et Ducis V:ard pour
poeriuivre I'.ffaire.
Attendons.
Tribunal de Cornmm ce
.Audience du 6 Octobre x 9o
Le Tribu: at, saus !a prEsidence da do-
y.n Bistien, assists des juges Moise et
Roy,a pris siege A 5 heures du soir, aprd.
avoir reerve les aft ires d- Mes Limy, L#o
Alex s. H. Mtlebraach., Le-pina;se, Ethd-
atr. et Hudicour a fix A audience pro-
chaine lafftire de Mme Ph Kietf r con re
M616us Pierre.
E, les jugernents suivits ont 6.6 pro-
nonce :
Celui rar defau, qui condamne Db-
sius A pay r a D6sir D:slandes la some
de 340 gou-des ;
C;lui pir detaut qui condamae M-ae
Nacier A payer i Th, Dossous la some de
410 gourds 30;
Celui pa def.ut qci conda une Resi
lIs Laguerre A pay.r A A Ricco, la some
de 503 g urdes 52 ;
Ce ui par deftut qui condamne Jean
Abraham A payer A K. Esper frares,la som-
me de 22o dollars et 9 gourles ;
-Celui qui recoit en ia forme l'opposi-
tion du sieur Luc B:ou:d au jugement par
ddfaut recdo centre lui et mamntient le dit
jugement pour scrtir tout son effect ;
-Celui qui reoit I'opposition de Mas-
sillon Bien AimE au jugement de ddfaut
rend con r: lui, re race le dit jagement
et lui accord la faculty de se libdrer en-
v rs F. Addor et C o par trois versements
mensuels de too g:urdes.
La compo-itio bit pace A celle du ju
ge-doyen St LEg r Perrier qua a r-ndu le
jugement p.r dEfaut qui condamne Marie
Julien A payer A Appollinaire Cipolin la
some de 207 gourdes ;
et celui qui reciit Mme Baptiste
Gaston opposante iA executionn du jage-
ment par dEfant rendu contre elle ct ren-
vole les sieurs Oloffson Lucas et C o A se
conformer A l'article 199 du code civil.
DEpens reserves.
-Celui qui rejet:e le sursis demanded par
Massillon Bien-Aim6, donone dfaut con-
tre lui et son avocat, faute de conclare au
food et maintient le jugement par defnut
dans toute sa teneur.
A la admoire do regretta vice-prbsident
du Tribunal de Casusation, Mr Ernest Bon-
homme, sl Tribunal n'a pas eniendu las
aflaires en course ct le siege a etE level A
1'extraordinaire en signe de deal.

.Awudiuce extraordinaire du 7 odobre 91io
I Le tribunal prasid par Ie doyen Bastion


avec les assesseurs H. Brisson et Th. Dos-
sous, a pris siege 5 heures do soir pour
entendre deux affairs introdoites par J.
Hiwy Hull A Gabr.el Abraham et N kIE
Boutros.
Me Edmond Millet I'an des avoca-s du
demandear a demanded la parole pour po-
ser ses conclusions.
Me Rampy, I un aussi des avocats des
dEfendeurs, a observe au tribunal que les
advernaires sent sous le coup d'une som-
mation de commun cation de piec s, il a
trois jours devant lui pour prendre la dite
communication, par consequent l'affaire
n'ect pas en etat et ne pent e re entendui'.
Me Hodicourt dit que Me Ramry fit
erreur, les ',fftres sont introdaites a jour
fixe et do vent e re lies pir Isa lecture des
conclusions sauf an tribunal i fixer la con-
tinuation A une autre audience. De cette
f.con il ne perdrait pis le fruit de son assi-
gnation.
Le tribunal consulted decide d'accorder la
parole A Me Muilet poor la lecture des dites
conclusions,ce qui a en lieu,et.file la con-
tinuation A mardi 1x octobre A 4 1i2 houres
du soir.

Mess eurs les commis-greffiers et l'huis-
stir audiencier sont avisis qu'il y auta au-
dience m.rdi ix octobre i 4 heures soir.
Prins Willem V
ARRIViZ
C-yes. Mr L. Franrois et enfants,
I. de Ga a-io, B. Audain, E. Alphonse,
T. Alplhcne, M'le C. Alphonte. Mile B.
Dennrery, G. Du'er e, N. Delince, Vve
Piter.-Pa.l,,Abel Antoine,Ernest, Iabelle,
R&sita, L-bou, Eugene, Pierre-Paul, Pier-
re-Paul Fils. G. Lanca et enfan s, G.
Figarreaua. B Do ismond, EJel Moraille,
Marc Mornille, M.rcel Dufanal, Ferdinand
Dufmal. Robert Hyppolite, Mile H. Hyp-
polite, Albert Gutzner, Mme Vve Arto-
nio,Matar, \. Nicolas, SLnateux Moris-
set, Ant. Mcrisset, Emile Rimeau,
B. LEon, J. Rousseau, Vve L. G 6 an.
E De:rosier, In-Joseph Talamas, C. La-
porte, Mme E t lla Marcelia, Edmcnd
Anglade, Mnse J. Lamiskre, J. Antoine,
Mmne Servilia Jean. Mme E Francois
Mme Vve C. Fiotte, Mme E LLc, Mile
E-milia Niret, Mme Bellevae Piacide, M
Jose1 h M. Cadet, Lou s Tnis, Mme
Ch. L'gondd, Mme Eveillarl B.zile Ph.
Marcelin, Jean Martino, Walter fil. Mme
NodE, Mlle E- Lovinska Mme Daniel.
Allemania
AnRRIvt
New-York.- Mr Gebara fils, G. A
Hamati, L. Kampmeyer. D. Martineau.
Montego-Bay.- Mr Langendong, Mile
H. Langendong Mlle A. Langendong
R6v. R. Rico-, Henry Cham.
Jcremie. PE6ion Boncy, Mile AmElie
Boncy, Jh Villedrouin, Vic'or Martineau,
Th. Besson, G Villaire, Franc Glaude
D. P e re C Sa'es.
Mr goane.- Renaud Gousse, Freddtic
Gousse.
Petit Golve.- Fe'ix VavAl, J. Gonztc.
Montreal
ARRIVkE
Bordeaux Mr St-Anmand, Auguste
Gatjeas, T. Lafon'ant, B zile, Mr etV Mne
Denes et enfant,Mme Roseline, Lfon'ant,
GuErin, Frere Fr6deric, Pere Lanore, 5
scars de la Sagesse, Mouzha Miahan,
Mme Renee Guillot. Mr Desbis, Borno
Joseph, R. Durand, Tba2rce, Emaile Ami-
die.
Fort-de-France.- Paul Philiber,, Lau-
rence Firmin, Fernind Broan.
Basse-Terie.- Mr ChEriez.
San-loan.- Mr A. Menendez. Ignacio
L6vy, 1. Ivans.
Pio-Plata.- Rev, Prez de aI M2a,, En-
borico Rivers Chtistobal Martin, Louis
Rodriguez,
Cap-Haien.- Mr J. B. Deuroches, Mr
et Mme Glemaut, A. H. Pierre. Rene
Balmir, Joseph Bdlmir. Antoine Medard,
Segur Conz&, Alexis P. Molte, Mme B.
Tessier et sa fille, Mme St-Clair, Oli-
vina S.-Aude, Cains Audig6.
Brochure
Nons avons re;u tne petite Brochure in-.
ittne 'e La Parole dana a grand hom- -
me de Port-ao-Prine et comacr6e i la
m*moire de Granvil Beaapin.
Remrctd..s A I'asrear anonym pour
so. grcuax ernyoi.


_ -- -1 ---C ----- --- --


LE SE NAT
Stance de 7 Octobre 910o.

A la seance d'hier nos Ptres conscrite
n'ot pis eu grand'chose fair. Ila o e
accept Ia redacLton d'un procst-verbal e
n'ayant ancune correspondence A lire, oat
abord6 le 31me point de l'ordre da jor :
rapport des comit"s et commissions.
Le s6nateur Charles R6gnier done lc.
ture du rapport de la commission special
charge d'6tudier le project de contract raela
tif A la construction d'un theatre a Pora-
an-Prince. It conclut A 1'adoption do co.*
trat avec les modifications y appottes pa
la Chambre des Deputes, pius leux astre
que la commission propose.
Le President envoie ce rapport A l'i-
pression et love la seance.




LA CHAMBRE

Sdance du 7 Octobre 1910
Ne s'6tant pas reunis en nombre suffi.
sant, nos dEpurts n'ont pu s'occuper des
travaItx portEs A leur ordre du jour, L'ap.
pel nominal avant constat6 $8 presences,za
procek verbal de non lieu a etc dtessi.




Rcyoialion au Portugal

Proclamation
de la R6publiqao

THIIOPHILE BRAGA
PRESIDENT PROVISOIRE

Lacapitalh du Portugal est complete
ment en're les mains des r6publicains,
qui out insta,16 un Gouvernement Pro.
soire avec M Thdophile Braga comma
President.
Un nouveau drapeau rouge et vert
lotte sur tous les ddifides publics, y
compris I1 II6tel de Ville.
Le roi Manuel, la reine-m6re at It
reine douairitre, Maria Pia, s sadt
r6f'igias A Mafra, 23 miles doe ULA
bonne.
On i;e pout 6valuer, m6me apnprot*
niativement, le nombre des victitw
des comba's d hier dans les rues de
Lisbonne ; mais on s'attend a ce qu'll
y en ait des centaines.
La ville a 6t6 consid6rab'emente*
dommagde par le bombardment of*
. fectu6 par les navires de guerre in*
surv6s. Les 6diflces occupds par led
mitisteres et le palais de N6ceasida
des ( Palais Royal ). ont surtout 6t6
les points de mire des marina gagod
aux republicains. Le clocher doe l'E-
gli-e, attenante au Palais Royal, ad
d6moli. Jusqu'A present, la propridl
priv6e a 61L respect6e. Les banqa
sont gard6es par des marina. Pena
toute la nuit, on a entendu le bruit d9
I'artillerie et de la fusillade.
Hier, A 11 heures du soir, e10 i"i
surges camps sur les hauteursd'AV"
nida du Liberdado, ont essay' de .
n6trer jusqu'au centre de la vilt
mais ils ont 6t6 repoussads par lutr S
peas rest6es fid6les. Un pea plawM
ces troupes passant devant 101t,
sernes du *le regiment d'artillori, 0
sont apergues que leas rebelled
avaient pris possession. Les sold
uresnt A subir une furieose attaql
des insurges qu'ils ont reponss6s, ,
leur infligeant de grande pertee. Ii
fusillade s'lst poursuivie dans 'ob"*
curit6 la plus complete, le conrd
6lectrique ayant 6t6 coupe. LeAs 1int
g6s avaient A leur t6te I admiral e*B '
trait, Carlos Reis; bient6t leaur a ,
bre s'augmenta de d6sertoers, et lla
rendirent m 'ltres de la viule.
Des manifestations ont eu lieu.
aprbs-midi, dana lea rues de Lise
lea civils 6taient arm- de ftOil
chantaient la u Marseillai e. D0
tronilles de laCroiz-Rougse, dO8
de police et d pompior p
1- ruo ramaomeat 1- oadavYa.









GONAIVES


Ho tel Saint-Michel


Le premier Octobre a 6t6 ouvert We beg to announce to the public
zWx Gonaives. rue Louverture. No 15, at large that there has been opened
hotell Saint-Michel, ou un service d- at Gonaives, rue Louverture, No 15,
tut premier ordre sera A la satisfac- the hotel St Michel, where a first class
tiU d*s plus difficiles. service is guaranteed to satisty all re-
quirements.
La cuisine devant 6tre dirig6e par Having secured the service of one
I'un des plus renomm6s Cordons of the most renowned Cordons Bleus
e1aus d'Haiti, a Chef Jean don't I'art d Haiti. Chef Jean v whose culinary
culinaire est si appr6ci6 par les gour- art is higly appreciated by the pi-
mets de Port-au-Prince, l'H6tel pourra cursans of Port-au-Prince, this H6tel
done r4pondre avantageusement aux can in advance promise to satisfy alt
godtc les plus pr6cieux. tastes, even the most capricious.
W-


Les rdvolutionnaires ont pris d'as.-
smut tous les 6difices sur lesquels flot-
tait le drapeau monarchique, ils ont
arrach6 l'embleme de la Royaut6 et
mis A sa place le pavilion r6publicain.
M. Eusebio Leao, un des chefs du
parti r6publicain, a prononce un dis
course du haut d un balcon de 1 H6tel
de Ville. It a d6clar6 qu'il s'en remet-
tait aux citoyens eux-inimes du soin
de maintenir 1ordre dans la ville.
Malgr4 les dramatiques 6venements
de ces deux derniere jours, la popu-
lation est calme aujourd'ui et I ordre
paralt devoir so maintenir dans Lis-
Donne.
On rapport qui le gAndral Morjas,
commandantles forces du palais. s'est
suicide lorsqu'il a vu le Roi oblige de
prendre la fuite et le palais pr6s de
tomber aux mains des republicains.
Le president du Conseil, Teixeira
de Sousa, a remis, cot apr#s-midi,
les r6nes du Gouvernement a Mr Thd-
ophile Braga, Prdsident du Gouverne-
ment Provisoire et A ses associds Les
r6votutionnaires south entibrement
mal res de la situation A Lisbonne.
Leos communications telegraphiques
et postales entire la capitals et Ja pro-
vince sent interrompues. Aussi on
ignore l'attitude des habitants des
autres points du territoire. On assure,
cependant, que la R1publique a 6t0
proclamde dans plasieurs villes et
qu'Oporto a .t6 une des premieres A
embrasser la cause ds rAvolutiuon-
naires.
Le bruit court quo p usieurs regi.
ments, rests lid&les, inatchout sur
Lisbonue : mais aueune coutirmation
de cette aouvelle ne pout etre obte-
lane.
LISBONNEG. O, announce deSktubal
que le 11* regiment d'iofanteoie a ac-
clame avec enthousiasme la procla-
mation de la Repub.ique.
MADRID 6. On announce otflcielle
meant que la RApublique a dtd procla-
mee A Selva, Braga, Coimbie, Oporto,
Escenez, Evora et Portaligre (Portu-
gal) ; que, seu:es. les troupes venant
joindre les rangs des rdvolutionnaires,
peuvent entrer a Lisbonne, et qua les
troupes restees fiddles au Roi dtaient
hier au soir en possession de plu-
sieurs points important ; mais elles
furent ddlog6es de leurs posi'jons
aprbs un combat acharnd qui dura
touted la nuit. On ignore le nombre
e victims.
LISBOE 6. Le Pr6sident Braga a
inform le corps diplomatique de la
proclamation de la R6publique et de
a creation d un Gouvernement Pro-
visoire.


.--
qpit^ih ,UGNE fOUANDAISE"
I il
Le steamer PrinI Willem V "
partira domain dimanche 9 courant A
0 heaours prdcises du matie p ur St-
Marc et New York.
Port-a-Prince, 8 Octobre 1910.
AUG. AHRENDTS. |
Agwm


PATRIE


SCIENCE


MATERNITY
DE
PORT-AU-PRINCE
CEuvre d'initlative priv6e

Sous LA HA411T PHOTECTIONI D8 SON
EXCRLLENCg LK PHI1EIDENT D'HkHAl.
Consultations gratuities d'obst6tri-
que et de gynecologie les lundis et
jeudis de 10 A 11 hIeures du:ma in.
*Sont internees aux frais de I'E'ablis-
sement les femmes enceintes arrives
au term de leur grossesse et les fem-
mes atteintes de maladies de leur
sexoe.
Cours pratique d'accouchements et
de gyn6cologie.
Mr le Docteur C. R. Boyer, profes-
seur & la MaternitA de Port-au-Prince,
commencera nes lemons de patholo-
gie do la grossesse et des maladies
des nouveaux n6s. le lundi 10 Octo-
bre courant, de 10 A 11 heures du
matin at les continuera tous les sa-
media A Ia mine hfurA.
M le I)octeur J. Dominique, pro-
fess-ur A cat dtablissement, commen-
cera ses lemons pratiques d'accou-
chements et de gyndcologie le jeudi
13 courant de 10 A 11 heures du
martin et les eontinuera tous leshjeudis
A la minme here.
Conform6ment A I'article 12 de la
loi du 10 Septembre 190", sur I'en-
seigrement medical, ls 61ives aages-
femmes et les A udiants en Mdde-
cine qui 6 sont tenus de suivre ces
course, soont invites A s'inscrire au so-
cretariat de I'oeuvre les lundis et jeu-
dis de 10 A 11 heures du matin.
L'Administrateur de l'ceuvre.
Dr I. E. JEANTv.


i Qale Transallantiiqu

Le paquebot Montrial partira di-
manche 9 octobre, At heures du soir
pour Pe'it-Goave, St-Marc et Gonai-
ves.
L'annexe est atteadu dimanche, 9
octobre et part A 4 heures pr6cises
du soir pour : Jdrdmie, Santiago de
Cuba, Cayea, Jacmel, Sto Domingo et
scales.
N.B. Pass6 midi, il ne sera plus d6-
livrd de billets de passages pour
Santiago de Cuba.
Port-au-Prince, le 8 octobre 1910.
L'Agent,
E. ROB ULN,


Lige Aitas

Le vapeur Allemania part ce
soir A 5 heures pour Puerto-Co-
lumbia, Santa-Marta, Cartagena,
Kingston et New-York, pregnant la
malls fret et passagers.
Port-au-Prince, 8 Octobre 1910.
F. H&RRMANN & Co. Agntas.(


Electroth rapie
Avec Rayon x et autres mo-
yens do Physicoth6rapie

Traittment curatif, evit-. aux maladies
surtout les dangers Pt les suite s fa-
cheuses des operation, chirurgicales
spdcialement dans la plupart des cas de
1 Malali. s des femmes ( GynAco-
2Io Malalies dts voiea g `nito-urinai-
re,
30 Maladies orgaaqlaes chroniqaes,
40 L-s Cancers acr.essibles, et les
tumeurs rdsotob'es. Traitement parti-
caliArement efficece contre la Phtisie
pulmonaire et lea tuberculosis loca-
liiAeA.
Examen an Rayon x, an gr6 do Mes-
sieurs leos confrAi6e, remdecius et chi-
rurgien., spdcialement dans les cas
de maladies des os. des articulation,
fractures, luxations, etc, et la prEsen-
ce de Corps strangers, balls at autreo.
Dorctur C. Gaveau, diplumAn M. D.
de l'Universitd ,Ie Harvard
128 Rue du Centre Port-aa-Prince.
Notes explicalives.
LosOperation, chirurgicales : Ovario-
tomie, Hyetdrectomni-, c'est-A-dire I'a-
blation d'ovaires,de matri e ou la Cas-
t'alion partieile ou otalIe to la f inmin,
pratiqu6es, au iis aller A ,ltf ait do
pouvoir guArir ces orgaie, rnalales, -
condamnant I'oerre Auf.eoxvteuce imi
sarab e irr6m diabi par 'elletlt sr son
sytAma nerveux d,- ,a private on ide s.'
O'ganes essentials, et de dtati gersM l
vitables plus ou moins 6 oigne.- et im
m6diats ; traumati-me violent cho'
operatoire, adhdrences intc.,ues dcu
loureuses, infection de moignon et de
tbgature, ,arfois mort subi e iuexpli-
cab e Tadis lie F'E e a oh*ra, ea
guerit pratiquEman' cee- oig r;s? da.-
Is plupart des cas,et restauie leu- fon -
ionn in ot natural, sans expo-er la


ft inme A 'aucun des dangers, conW-
quences ni suites fAcheuses inh6rout-
A ces operations chirurgicales.- Et le
Pimple caretage ut6iin, operation faitr
A i'avauglette et d'one antisepsie dos-
tease souvent inefficacepar celameme,
dams lea simple cas 16gers, localis6s
dans la matrice, et absolument insti*
l6 dans les maladies compliquees des
annexes : la maladie reprend son
course do trois A six moi asprbs I'opdra-
tion, malgr6 le caretage apparemmeOt
Ie mieux fait et qaelqu'habile quae oit
l'opdrateur.- Tandis que I'Electrothe-
rapie gu6rit radicalement la plupart
de coo cas dane on delai maximum do
trois A& ix mois de traitement, et lea
cas simples, 16gers, en moins d'un
inois, sans aucun des sacrifices ni lee
dangers d'infection que comporte cette
operation violent bien que facile a
x6cuter.
2 De l'aviq d'un des maltres de la
Science, le Professeur P. Tillaux de
Paris, les moyenas usuels ( dilatation,
ar hbrotomie ) n'ont jamais guari ra-
dicalement an cas de r6tr6cissement.
Tandiq quae 'Electroth6rapie gudrit
cette aff-'tion radicalement (n provo-
qoant Ie ramollihsement et la rdsorp-
tion do tisau cicatrici'l, caua" ,lu r6-
trciapement. E,' I proc6d6 de Le Fort
dl Paris, on opAre la dissociation par
l'E!tcti,'ite sar.s esprit le retour com-
me apr6s l'opkration chirurgicale san-
giante.
: Pa' iii leq riomblireuN'q maladies
cbroniques qum I'Llectro'hArapie god-
lit mli, x lque tou.t a it' io(yVe n coo-
lu jusqu'A co jour, i f.ut uoter les
i. tjouctiviter granuhaire,, le mAl de
Briit, lea h6morrboidea, etc.
consultations s gatuites lea Landia
It '2 a 4 heures apr6s mdi.

V. P. SalIs
AVOCAT
CABINET RUB PAVIE
z --- .


Grande Fabrique Moderne


Boissons


DE
Gazeuses


Sup6rieures


II y a A peine uue ann6e depuis qua la plus nutritive, la plus agreable et
la plus fortitiante des boissons Gazeuses eat entree dans la Consommation
sous le nom de

ROYAL KOLA CHAMPAGNE
Sea qualit6s et sa fiue saveur lui out vite conquis uue vogue croissants
qui eat on encouragement en inme temps que la recom, ense des siona
minutieux donnas A sa fabrication.
Desireuse de oalisfaire es gous les plui difficiles pen lat l1'etAfde 1910,
la fabrique a prepare au moyotu d appareals p.-rfec'iouu's des 'produits
hors pair.
Elle met en vente au mtino prix et sous cettt m6me marque ROYAL
plusieurs d6licieuses Boissons ;azeuses qui Peront la Providence des per-
sonnes soucieuses d'offrur chez elles d'exquis raffratchissemronts aux goats
varies, et precieusos dans touted les reunions A c6t6 de leur alnI : le
Royal Kola Champagne
POUR VOUS EN CONVAINCRE, DI)GUSTEZ UNE BOUTEILLE DE CES
PRODUCTS INCOMPARABLES :
Cream Soda Cristal Limonade
MOUSSEUX AUX FRAMBROISES MOUSSEUX AUX FRAISES
MOUSSEUX AUX CERISES.
L'AGKwEcm GiNtRALE est toujours au Magasin de la Mdtropole 93 rue du
Magasin de I'Etat, vous trouverez auasi ces products an m6me prix dans lee
D6p6ts suivants :
IPICERIE MODERNE. 155 Grand'roe, en face la Maison Robelio.
EPICERIE CADET LUNDI. rue des Fronts-Forts.
A LA PHARMACIE NOUVELLE ALEXANDRE ROBERTS, rue Rour.
MAISON A. FAUBERT, rue Ronx.
4A 'EPICERIE H. CORVINGTON, rue FAron.


ACCOUREZ

ChezHerrmaan Corvington

108, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DES MIRACLES
Vous y trouverez du Bon Rhum Sup6rieur


& des prix xoeptionnolUement avantageux


_ II ..~


IIUIANIT9










AMEI~itAN lAR
PLACE GEFFBARD
-'e d6po: it-ire our H iti

10oisten --- BiM re
1Hambourg --- Altona
Uo dT.s ry,.i lVurs rrodniti d. brav.eries d'AllUm4goe et dejA si sppricid
et goidt5 A L PRESSION; so voud maintenaut a lAmerican Bar:
verre A la pression 25 centimes
la 1/2 bouotiile 50 :centimes.
Sla do z. 1 2 bouteille G. 7
1- ,: d(,rz. Ill 14
a ais~e de 96/2 b ut. or P. 9.50
W hiskey Canadi.-i Club, la bout, ille G. 10
2la caisse or P. 20
3 ""-i" + '--Ba I'eC


%VaCtermiIn' s


Ideal fountain Pen


rb a>,2. t de or P. '2.54) 6Aor p. 5
I'-.I iIt13\Va' irnaiile llJ.Acou- 60 cenfhinfls.

?, ~ -le


-~ .--- --d.~ -~


FRED.
l r --- Pl Race


W. KATSCH.
Geffrard.


joi aloire Sejourne


UE T(AiTF NTG SAMPI'OULES MInDICAMENTEUSI5:S
LISI' t:-' ETi I NJ LE- I AB.LLS.


STERI.


L'e (tit;uOU..CrI-plo. Onh a ~SOigeirws'3fomet captde an large,
F 0 k" -'ele)' :s labora M1Ft S et~rA 4:F,,f
*L'Eai (Cde j 60~1t ol ~rc de f.tbricallon r6ocniitz' uu1t zvoir states ses pro-
p1IC.' 1 *4, 1,"(";u'.a- ~ tittioins aiuus 1,tcrmetttent de certiflar quo
DlOS prod--it' oa onvdun tous les r6sultats esrkr6s. a

Co S -'ruI i-. ru1;%1. &r-,: '':yL"-; ;aaa rdt 1. .' cev'6 aye:sun


CFerr.ri Ccinicelilaro &CO

lEA G4, AR)NI) iUF, 16S


Tk aiS~)fl


I). ierrax


Par lu J ir s'atnci z i S J.I-,U-ii df-d'sa-, ticles (1,. tote beaut6,
pour 1I. e Lt* I Ut4AU -Vl(s olicus : Ilj,)Ux -- AUTOIRS. -- BA-
OUKCS. --- BOu:L"'-, 1) U1(ILK-.-- i AINIKS rOUn Mo.-ri.s. --c:
ALLIA1-NUES SUR c;OM bJr&NDE
INSTALLATION MOUFAINE,
I-1I1'A V ~'Jtc -s qui sont rowizes ab-noluinent A neuf ; ainsi quo
des tablkjau i* i
Achat de viedl or tet vieil argent
La war- l!) ramtit nwz- marc.&ar iises qu'elle livvre ainsi que les reparations
A1l'1lCI 1- 1)1-" LUXE. pour les principaux 66nemeujtsde ]a vie moudalno


LE PURGETYL DETRY

004 t usnpurgatil doux, f. me mme"e.al:wiAmmsjaa.l
1 $ mihauffe ppas6el me l Imi ade06 m
11 at d6licleux a cl .,-u1
Cross1I*depuraillfI 6a.1 V ohmsft WeIm 1146 he &a
~ ~ Ar*6" dou&an#. Sani. mah't Iappul.
- A tg. rilique, alwidlepar,dtemm em ~~b0
UUMNIM PaeU 52bd6rmanoP4Ls Car 11 so proud go mto" mareo elmGo
.Teus a, IQtic uvent biern. podu apgreed. 6hbm el06 OW.
TOgaS 1= mdoisem ardmodmm al m 66htowlpinhs& MM

Constipation


;'our tous renseignements et commander
S'adresser & Andr6 FAUBERT,
PLACE GEEFRARD PORT-AU-PRINCE.
AGT rr G*aoAL Poa LA R*PUMUQUU


NICOLAS CORDASCO
157, rue .R6publicaine, 157.
A su conqudrir en peu de temps la premiere place tant & Port-au-Prince qu
dans la Province.
Le veritable succ!s don't elle jouit est d an choix incomparable do mm mm
dbles sur formes francaises et amdricaines d'une 616gance irr6prochab e
rdpondant A tous les caprices du bon goit.
Tous ses modules existent en magasin en toutes pointures t larpg a Il
permettent de chausser tous les pieds, m6me les plus difficiles; at la sms
cite de ses prix est accessible A toutes les bourses.
Toutes les personnel qui ne trouveraient pas A se chausser dans le I AW
sin seront satisfaites dans les 24 heures par un article fait ur memwms.
N.B.--- La maison peut chausser; sans prendre des measures, len paweN f
ne peuvent s'y renare.
Il suffit de lui envoyer une chaussure allant bien' on sinon lul ign"a"r
dofauts.
Lee chaussures n'allant pas bien seront remplac6es par d'antres, rMalA
d'aprbs les observations fournies.
La faculty du retour est permise dans les 24 heures aprbs la livrals.a. t
les chaussures out 6tW porttes on ne soot pas A l'6tat complete do neaf SUs
seront rigoureuserfent refuses.
La maison d1fie toute concurrence, et envoie franco en pre.
vince.
AVIS.-- La maison a nouvellement recu un assortment incomparable d4
peau: veau verni, vAche vernie,vAche noire, veau satind, kangaroo, chevro n
glac6s noirs, jauues, champagnes, rouges, etc,etc.


Vente


en gros et


en detail


Les clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sortes do toe mra
pour cordonnerie A des prix excessivement reduits.
Ces prix ex,'-pionnPl-e ne sont obtonus que parce que la mason eftft
plus sos affaires que directement avec les fabriques de peaux et do fabtrant
tures, des Etat.-ULms toilos: que tirants, ceillets, lacets, clous, 6lautiques,1
pour machines et pour cordonniers.

Si vous vouloz boire du RHUM DILICIEUX, du RHUM PUR, vral prodi*l
d'une distillation m6thodique, allez chez

Leon Liautaud & Cie
oh tous, riches et humbles, vous serez satisfaits. La reputation do
Rhum de "L'Etoile"
s'est faite rapilenmert grace a l'txcellenco de la distillerie deo" L'ttoileo"
en Plaine du Cu!-de-Sac, oh se fabriquait le
Rhumn de fku Barbancourt


Chapellerie Moderne


Salon


PLACE DE LA
de coiffure


PAIX.
du


Louvre


La Maison vLarit do recevoir un CONFORMATEUR. le soul instrument prail*
que et universellemer;t employee pour prendr, la forme de la tMte. Plusicum
clients peuvent ettr, ervi-; rapidemen', grAce A cet appareil mervoilleez
Si on veut comnmantcr ua chapeau A I'6traiingr, MM. GONZALBS & A
SAN MILLAN vous donnent les measures A exp6dier.
Paille remarquable, -- ranamas superieurs ; les chapeaux sont arrmaufS,
r6paiAs, fabriqu&s, elon les gotts les l's difficiles et les plus ddlicats.


On trouvera
a la Maison Alb. 1esmarquets
21 RUE ROUX.
Un excellent vin rouge A le Gallon P. 3 00
a vin blanc 4.00
Sardines francaises la bolte 1.00
a f sans arrAtes 1 25
Filets do maquereaux l'huile 1.00
Gr and assortimentde liqueurs de toutes sortM


Hotel de France


Kme A. Mattre, proprietaire
Bibre allemande la 112 bouteille 0.60 Sandwichs
a hollandaise c a 0.801 Manhattan cocktail
Champagne Cocktail 0.751Kola BOch
VINS MOUSSEUX, LA BOUTEILLE : P. 5.00
Champagne Pommery & Grene
D6jefuner et diner au Champagne P. 5.
Table dbh6te : P. 3.
Vient d'arriver
Lexcellente bibre Amstel


&*


jar


Z., 4 1,-; -;- .7--


- ---- ~4-~~arilrar~ ~~a ~;Ci;el


rZ


iil;i


I