<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01033
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 21, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01033

Full Text


Quatribme Anmde,


S 1050


Port-au-Prjnce RaIw


Meroredt, 21 Septembre 1910


ABONNEMENTS
Un Moss. .. G. 2.00
'Port-so-Prince
ITROIS Moss... 5 00
QDepartements UN M"os ., G. 2.20
TnoIs Moss 6.00
' Stranger. .... TROIS Mosn. 800


DIMRCTarIR
Clx6mfn Maglolro


U


6


//


LE! NUM 0 j ~CENTIMES

L#-s manuseflits mnzrAs ou son aes $r
pas rendum
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.

ADMUUBSTR&TZUR
Arthiur Isidore


OUOTIDIEN


UNE IPOQUE


D'apr6s les souvenirs intimes
du president Boyer et d'Honor6
xx


C'ost .on I'anne 1822 qa'out lieu
I'execation do Flix Darfour.
Theoriquement, an point do vae des
textee et doe 'illa it6 quoi caractdrisa
Ia procedure militaire qei d6cida do
i'exdection a mort do Darfour, cot vA-
nomeot rate one violence condamna-
ble & la charge do Boyer.
Mals eilse 'est ni as dolt tre con.
damade ani plus ni moins quo leo as-
tree felts de o genre quo noes pouvonss
relew darst Isa presi ace do Boyer,
et saue quo ceax qa'il poet none tre
doman d'enregistrer moas I'admioiatra-
tion des sutres ohbef d'Etat.
Cepeondant, il a'en et pas aisteil. Le
ouvestir do cet incident eat transmit A
a poeterit souan des eouleurs tolles
qU 'l aebaiste poor Boyer noe r6pu-
tation extraordinaire do machiav6lis-
m, Mqui contrast 6trangemeot avec
apotbhoso do martyr dont on aur6ole
le peronnaage quo fat Darfour.
II fast invoqoer les fits et loes ir.
ostamoeso d 1'6poquoe tells quils seo
rest lie, pour *s fire one idde r6ello,
exact. e t coo pr6con ae d'un tel dve-
moment. Ceet ce quake j vas e assayer
de fire brievement.

Depale asril 1821, le g6odral Ro-
mala, iapliqa6 dana la vaste oonspi-
ration Richard qui s'6tendait dans Is
Nord et dana I'Artibonite, etait aux ar-
rets & Laogane, libre aveo ma femm*
et sea enfants, quolque sous Ia surveil-
lance do la haute police de I'Etat, -
loreque certaines agitations lai pararent
doe A & favorisoer un complot qui
abut de renverser le gouver-

Ces agitations consistaient daos un
6crit P ffiiaammLnt asditioux qni cir-
cola dans Ie pae eon join 1822 et
dams la tentative do d6barqusment A
Samana des troupes frangaises qai
voalaitet s'opposer a la prine do pon-
.maoion do 1'Est par lo prdeident Bo-
yer.
L'6crit eaditieux eat mentioned com-
me suit par Ardonia ( tome IX, page
172, note):

Vets le mois do jiut, ua Ftraapis,
prtant Ise no do DIvrs, etait vena
an Petra-PriAce, charge de r6pandre
S- erit s*ga6 P. J., ancido
u, qi trataot, ea apparecoe,
aw apports potlttques et co.laerctaux
a* tablir entire la Francs et Haiti, mais
don't lea ideas ot le bat Atalent do se-
mer la division entire ias Haitieas, par
eose ternelies distinctions coloniales
entire le noir et Ie malAtre.
a Le Pr6sident I'avait fait contrain-
dre A retourner on France. A cotts
occasion, F. Deorihvires-Chanlatle pu-
bia, au mo.a d'aot, oen refutation
de cot Acrit perade, aprM6 en avoir pa-
blid an aure,o iotitalde: CowiddratiOss
se "ur Haip, owur rover 'ap-


F6ry


titade de la Rdpablique & Atre recors-
ans ind6pendant. par la France. a

En mars pr6c6dont, c'st-A-dire trois
mote envirou auparavant, I'esprit puo-
blic avait 6t teauu on e vil par l'aItli-
re de Samaon, quo I'absence du Pr6-
sident ot la rarete des informations of-
flciellesa avaint contribu6 A grossir
demosor4meat.
Eip4rant done tirer profit do cat 6tat
de I'opinion, Io g6o6ral Romain, en
soAt, reprit sos projects do coanspira-
tion, dana leaquls, noas eIs savons
dejA, il* says d'impliquer A faux Ms-
guy, Lamothe-Aigron et G64don. Nous
savous qae Cta projots avort6rent *t
quo Io general Romain tomba victims
du d6tapbhooent qui lo condaisait de
L6ogai Port au-Prince.
L'esprit public 6tait A peine remis
do cotts agitation qua F6ix Darfour,
dans I@ courant du m6me moist ( aot
1892), adressa an* petition A la hbm-
bre des Communes.
No.s avona ddjk reucontrd Is per-
soonage comma journalists : rddacteur
do I'Eclairer hakien, devenu pea aptbs
'Avertimssur haition, il avait, depuit
1820, laid Is publieisme, qui no lea
rapportait pas assez poor gagner son
existence, malgr6 les encouragements
da pr6sideot Boyer ; it a'6tait fait
commassionner tour A tour arpenteur,
puits d6feouear public st c'est cotte
deroibre fonctiou qo'll exergait A 1'6-
poque o&i noes sommes (1).
Le president Bayer a, malheurausu-
ment et dan aun geste de suprree dd-
pit, fait disparattre la petition ; co quo
eat au tort pour a ma6moire. Uar si ce
document fat tel qeail a pau determiner
an cuer sunai genaroux qua lI sien A
l'implacable d6terwilation do fair ju-
ger at edcoutor Darfour, it fast sans
b4sitation le consa4idrr comma un ac-
ts marqu6 d'nn **prit hautement e6di-
lieux.
D'ailleurs, A defaat do document,
noes pouvoae, ear la foi do quelques
relations, noes ea fire uneid6Gee plus
on moias just.
Voici d'abord sle compte-reanda do Ia
s6ance do la Chambre dans laqaelle la
petition a 66 leMe :
# Sdsc du0 SO aodl. Le Pr6sidont
do Ia Chambre, apr6 avoir donna con-
ets-m-e d'ane itore& l adrass&e
par Is citoyen Felix Darfour, lui an-
nougant quoe sos ie m6mo pli it trou-
vera one petition par lai adre8s6s A
la Chambre. La question a 6t6 mise
asx voix our overturee do ce paquot;
uan member a domaud6 ot obuerv6 qua
(1) C'est done daa 1'inteUtion probable
d'aggraver I'6vdaememt et de compliquer la
violence exercee cotre lDarfour d'un atten-
tat centre la liberty 'decrire, que M, Pau-
la6us Ssano, qui a cowocri oae rtude A Dar-
four. I'a mse soans la ribk-qu: Urs coN-
rams soer lBoma s.


cette petition devait 6tre d6cacheote et
lee en sAance pubhque, car Darfour
aura saun doute fait part de oa petition
& des citoyeas de hi ville, avec d'sutres
observations poor appuyer son id6a.
a Un autr rmembre a pris Is parole
it a demand A Is Chambre quo is pa-
uoett co'tetmnt l la I.tition do Darfour
1,ai oit reuvoy6 sans en prondre con-
"(isianc*, tint par la f'aasse applica-
tiou d I'article de la Constitution in-
uoqud par sa letsre au Prdsident. quas
uaice qau l. h Lambre n'6tait pas ha-
bile A recevoir des petitions des parti-
,uliers; Ia discussion suivi at venant
A la delibbration, la majority relative
a 6t6 pour la lecture do ladite petition
en s6ance publique.
Etant au lieu des aances pbili-
ques, la lecture de Ia petition a 6 -
commencde et Ie contend a biontdt
jetd 'horreur et 1'iudignation parmi
Its membres ; on d'eux demaods quo
la lecture sait easpeande, main uu au-
Itre contra-is l'opinion, et lecture fiule,
la discueslou s 'est over e sur l'asageo
rqae Ia Uhambre devait fire doe cete
pi6ce plusiours mambres ont tait '.-
versesa bswtrvations et tdmoigau lour
outranca contrV i'autear.
L% disc-ission f-rma6e tt la question
miss aux vo-: par le Pr6swdent, la
CIhambre a arr6t6 que. coeform6inme
i I'article 163 de la Coasli.utioa, e lhi
nat pouvait pas s'occuper doe i p6Aition
lu citoyen Darfodr, laquelle reaterait
deposes as bureau pour dilib6ror ea
courite gnu-cr..I sr I uiag- qt' i' c *n-
vienirait d., fair,,, vu la nature offen-
sant el saditieuse de cet cderit. "
Une chose resort clair':-ri t di ca
tompte-rendu : c'est quo, abstraction
taite des terms de A petition t t de la
lettra de Darfoar, laur objot. a.ns! qud,
to montreat l.s1 passage, suoulgues A
tessein, atait d. reqeii- li'appthcatiou
ie I'article 103 au k C rtitution, "
.u, Pi I'on aimed m eux, Je rociatnar
e'chose qua i'ar.ac:'e 163 do Ia Cons-
t:tution empt,;ha t de t.ir o.
Or, nous so-nme' soui l'tI'ipirap de Ia
Coastitutioi doe 1816, tl.t wii I'arti
cls 163 :
Au Siat s.ul ap,-irieno A'exs-.
miuer et de ,i4cr6t .- i culpdbi, te do
president d'Haiti. "
II A~t dona, d'ores et di'ja acquis
quo Darfo.r r6clamait de 1i Chaabre
das C*mmunes la mise on acc-" atioo
da pr6sidaut sla Repu)b.ique.
Petion mit A par:, qAd&l eat i chbef
d'Etat haithen qu, absoluaoeut cumme
Ie president Buyer, no e fat pas emu
d'une tell reclamation, qui joignaut A
la gravity de soa obj-t 1lemeut ag-
gravant de Ia plus largo publicity ? -
A part leas *" emoutrances "' d'i 1809
faites au Sdnat par Petton, o0 eat, de-
pois I'iadAp,-*dance hri'ienne, le por-
i*cu:ier ou miae.ie i'A-iuMbInt6ie oilii.tIe
*Jul jrtiA1i4 Ait 080, i-i 4chori doe '.-
,~a d Difsar, pa'ler de it mlis ei)
accuauiiUlI li chb t d I'E.A... .. aatiu-
laent *qu'a, rts ra delihanc iLV latituu-
iallid ?...
Le lectiur vouira bion as poertuaiJr
qua jo u'at nulle imntentiou d a- nt-calpe,
is m6moire da prist iout Boyer deb
violentes ill6gtlithe cozi amis. A Io'c A a-
sion do cette petition Dasfour. Ma .
coume, ea tr6s bonne toonnaisaacC


da cause, on a d6pasee, a I'dgard doe e
chef d'Etat, sla measure moyenne appli-
cable A I'appreciatioo do la conduits
normal deachefs d'Etat hattioes, moos
somms b)ien obliges, pour l'examen
1: cot incident, do no pan pordre do
*ue lea moarm et lee traditions do no-
t pays.
R-vsnons an fait. Apr s cotte asance
da 30 saodt, la Chambre as rdunit
extraordinairement Is leodemain pour
adopter la measre saivante :
SAance extraordinairee da same-
ji 31 aoot. Hlyppolite, president. -
UJoe dAput&tion a 6t6 charge d'appor-
t.r as President d'llaiti sla petition do
F*5ix Darfour, acdompagnde de mes-
sage dbjA ci:6. "

Voici ce message :
Port-au-Prince. le 31 aout 1822.
Citoyan Pr6eident,
*" La Chambre a I'bonneur de vous
remettre sons ce pli uno petition qui
lai a 6t6 adressae par F6itx Darfour.
Cotte pi6ce portent an caract6re edli-
tieux, ele no croit pas devoir on fair
d'antre usage quae de vous la fairs tenir.
La Chambre a pris lecture do sette
pieco et on a ressenti toutse I'idigna-
'io q''ele m6rite ; aprbe quoi olls
s'occupait d'arr6tar qu'alle vous serait
adressAe par 6n message, quand des
circonstauces inattendues I'ont porte6
A rha-ger implement Pon president do
voj) tn fair la remise, ce qai o'a pas
,lna Io'j, oarce que Ia v4h6mence sans
dIo. o oi cas 6venements out d vous
-r!., I'nnt empach6 de container 1exz
po.6 de a mission.
La Chambre a vu avec doulear
qu) quelqe,,e uns de see membroe ont
At6 arretes par !e euple. Etle no cher-
chera pav a pietrer Is cause do lear
disgrA&e, Li A s opposer aux pouranites
saxqoelles leur conduits peat donner
lieu. Elle croit -n contraire dovoir vous
assurer que, cornme bons citoyens, elle
no csasera jamais de donner las preo-
ves les plus certainoes de on patriotis-
me, doe ason re et do son ddvoeeomnt
nour le bion public ; maim pour rem-
Kiar Ia vueu doe article 91 do la Conas-
tii.tion, e:le ne poet so dispenser do
'a&dresser A votes po-r Atre inforade
de, motifs de leor arrestation, afli
,jue lear jtgement *e trouve on harmo-
ale avec Ia loi fondamentale.
Elle a l'h mnnur de voan saluar
avoc la plus haute cooasiddration.
Le Prsident de la Chambre,
HYPPOTrro. "
On l voit par ce message, an ewr-
taiu sombre de d6put6o fareot arr6tde
en meme temps qua Darfour. Pour
bien comaprendre le raisons de oette
poarmaite marquee do nove llose. iga-
lt:e.- d 4out a rspooa.bilit6 de Boyer
du*n-,.reasurfhtrg46, il imporlequenous
r6,>o dious A ce point d'interrogation :
Pourquoi Da'four, ayant A r6cla-
mer la missed en accuRation do president
de la Rbpnblique et sachaut, car il
fut lIou d'6.re on ignorant, qu'une
pare;le a:tlibution appartenait exclu-
ivwu-nt a&- S6na', a'alres.l-t-il de
pr,-frnce Alaa Cbk.mbre dt.s Repr6-
seuta'As deh Communes ?
AUGUST MAGLOIRE.


C


--~-- ---









LE SRINAT

SaseMM du 20 Septembre 1910
As banc de 1'exicutif siegent MM. Jerd-
mie et Mura- Claode.
Apres sanction de deux proces-vetbaux
et lecture de la correspondance,le troisieme
point de I'orJr- du jour amene la deara-de
de renseignements a' Mini, re de l'11 6
near sor L'incident Boucher-Piefet de Po
lice.
Le President :Monsieur le Secretaire
d'Etat, notre colldgue le Senateur Gabriel
Boucher, I'avant demniere seance, a fait
part an Grand Corps d:s mauvais irat e-
ments qu'il a eus I sub r de la pars do P,.-
fet de Police. Le Sena, desole de cet inci-
dent a cru devoir vous appelet en son sein
poor vons demander des renseignements
sar cet incident malh:oreux.
Mr Jeremie : Messieurs, les Grtrids co ps
constitutes de I'E at se doivent de mutuels
regards et lorsque par maiheur, un troisse-
meat se product, on ne peut qu'en gEmir.
Le Gouvernement r.grette infinimen. l'm-
cadent qui a eu lieu au bureau du Port e.
qct a portd le Sena A m'ecrtre pour na in-
vater A me piesenter ici. Vous savez, Mes-
sieurs que c'est en vue d'un doubl- inti
ret que l'on d6livre les permis : un inter
de police et un inter. de finances.
Tout citoyen qui sc deplace doa denman-
der an permis au pouvoir execute, e- tout
individu,haiiiea ou rtra iger qui se propose
de tiaverser la macr dot. payer use somoae
de... desiinee au service da re.ailt du pa
pier-mornaie. DLpuis que que teanps ii y
en a qui se croient le droit de se deplaci r
sans demander dc pcrmis et le Depare-
ment des finances a eu A e.r re a que!que.
agencies de bateaus A vapear poor leur rap-
peler la loi, ct nous .voos donne dc s ord ec
aax fjnctionnaires subaltcrncs de no r: d:
par.emeztt pour qu sis s'occupent de vuir
sl les voyageurs soont munis de papers ed-
guliers. 11 ariave des cas oiu l'on neg ige
certaines particularites, c'es; ainsi qu: oou,
avons omis de dire que les membres du
Corps i.gtslatif out ic droil d: voyag r
sans s'adcsser A I Eticutif pour avitr u
permas.
C'est ainsi que, sans a>oir nullement eu
intention de le froisser oa a m.s le Se
nateur Boacher d.u I i;,mposibt itE d: par-
tir ec le lnderatin le Prefet de Po ict
m'ecrivait ea ces ter nes : (It donne lec-
tucre d'une lettre ou incident lut et aei.
te. Le S6nateur Bjucher se pr6enate au
port et demand on t l1i sez raicr p ur
s embarquer sur I'* Aleemania .. Oa luid :
made son ptramis at pr.~esLt cClu, dcli-
vre Far le Sot a I'ofticier dc ecrwice lut
repond que c cst iauftisant e, lc r;tcn.
au bure.u en attendant I airtvee du Pref t
de Police. Ge ui ci arrive quelques heurcs
apris et donne 1'auto ioation de s 'cmba -
quer a or que le navire avast deJa appa-
rei.16.)
M. i, personn-leement, j'ai eu A fire u ti
visit lI lendcmain mcjae as senAieu B. u-
cher pour lut d r: co:nbien le Gouveriec-
ment regrette cet incident.
Le Pi evident : Mes collcgu's, vous a2v L
cntendu les explic,,tons du SdcrdEare d E
uat de I'lFierieur sur I incident Bjuchcr. 4,-.
consulte le SErat A savo:r s'il et satisf.it
des expl cations qui lui ont e.e d Joces.
Le Sht ateur S Archer : Vous n avez rpa.
A coasul cr le Sdnit, c e't au Senaiear Bo1a-
cher i vous dire s il si: satisfat S'tl ne dit
rien vuu, n'a' est clos.
Le, Soa eur Boucher n'syant r,en dit, le
Psesadent declare I'uacidnt close ct demas- [
de aux minastres s'il, out d autres commu- I
nicat.ons A fire au S.nat.
Mr M.rat Claude appelle L'at'enion du
Grand Cr,- .ur cettains r.j-. ts dejl vo.:s
par la Ulambre ct le prie de vouloir blen
Scao ccjapre. Ce soura ceux rela;fs A I'E-
cole d'agricuiture, la Police des cherains dc
fer ct le service hydraulique de J-cuetl.
Le President : Le Bureau priend bonne
nose, Mr le Secrtaire d'Eia de votre mo-
tion, saeulement ii s'occapera au fur eti A
measure de ces divers projects. Nous cornm-
mentcons par t'Ecole d agriculture.
Pour s'en occuper, je design une com-
mission comtposee de MM. B. C. Lavache,
Estiue jeue, Laucent, S. Darttguenave, S.
Jeau-Baptist ei G. Boucber.
Le Senatcur Baussau rappel!e au PrEsi-
dent a puFmcs.c do s'occaper de I'aatle
d'aldads. 1


Le Scateur Charles Rgnier depose le
'appcrt de la commission cha g&e d'6udier
le project de loi tendaAt A rWformer I E a -
major de arme, coociueat Al ajosreameat
de ce proVer.






RENSEIGNElMENTS
MErEOROLOGIQUES
O DU
[ SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
MARDI 20 SEPTEMBRE 1910
8arnmtetre a midi 761,m* mo

Tezlmplraturektiniimum 21 6
rniaximum 32,3
Moyenne diurne de Ia teraperature 27 I
Cie un pen nuageux lam tn's et clair
I'apcsi-midi jusqu'A 6 h. Eclairs A ['Est et
at N>rd aprs le coucher du soleil.--Pluie
avant minuit marquant 6,9 millimitres.
Bajommire lg6rem-nt en baisse.
). SCHIRER.
Accident mourtel
H er ap es midi le train de h 30 ve-
nai de lainser le poste J an-Ci;eaux quand
un voyageur qui en itait descendu un
moment voulot le reprendre.
E'i au ant il manqua la pl t forrne rou a
sur 'a voice er eat le crAne broyd par les
rjues de la deuxmrne voiture.
Le Substitut I.;tort ae et le Jage de Paix
de la section Sud se rend rent sur les lieux
et dress6reit un proc6s-verb,', ares quoi
le cadavre fiat iraport6 A l'h6pital poir
6 re inhum6.
Circo Variedades
C est ce soir qa'au a ieu Is represen-
tdt on au course de l[quelle se f. ra let ir -
ge de is loterie annoncce : Un portrait a!
cray n du Chef de I'Ear.
Li comorngnie espere installer sa nou-
velle ente vers la fi,' de 'a semaine et
Alors elle donners des numbaos %raiment
sensationnels qo'elle rbservait poor les der-
'viers jours qu elle passcra ci
Prix d'entree les mn.mes et qn'oi ait soin
de girder le numero de son ticket.
Br6sil


s'elevaicot A 97 909 636P.r36 or et 286,-
521,5ooP. ea papi r.
En eva'uant le mi'rei or A 55 crots et
le mi'rei rapier 33 cens cr des E at,-U
nis, les recettes t t depenses bra e pou."
I'anode seraient ne P. i65,568 765.83 et de
P 177 8s1,414.81 respectivemert et le de.
ficit de P. a.30o3,658 98.
D aprbs les pr.v sons du budget de i9to,
tel qu'il a rt6 ptbl 6. 'es rece tes ordina.i-
res s 6!'vent A 84 910 529 tires or et 299
558 milreis papier. Les recettes ex r.or Ii-
na ris qui doivnt e re appliqodes sax finds
speciaex soot evalueesA 19.463,333P. en
or e: ,3,56o co-P. ea. paper.
La de te extericur, s'eleve a P. 78 320,-
078 tt 1 francs 240,000,0o 0 ct la dete in-
terieure & 538,oit 63oP
Le rapport d6tsilld de Z.ioseph J Slech-
ta, vice-coosul.-genral, I Rio de Janeiro.
d'ou on a ex rint les chiffres soivaets,don-
ne les urilcipaux renseignemants relate fs au
commerce pour 'annee 190o9.
La valeor total do commerce extir*eur
poucr annee s'est elevee A P.488,oai.954
en or des Etats Unis, centre P.388,286 -
447 en 19o8 et P. 459 316,82o -n 1907.
Le commerce bressien s'est done r lve
des pertes subies en 19 8, grA:e A I',-g-
mentation dans ls exporlations do pays
azxquelles on do.t en grande p r ie l'aug-
mentation gEnrirle.
En 19o8,les inupor a ions figuraient pour
P. 173,017 849 et les exporOtioas pour
P. 215,226.136, d'out il resscr pour ian-
nae en ievue une augmentation de P 6,-
672.276, da is les import;tions. sont envi-
ron 4 pour cent, et ane de P 93,105,693
daos res exportations, soit environ 44 pour
cent.
L'excedent de I'exportation sur limpar-
tation a 6 e de P, 129,641,704 en 19j9,
de P. 42,019.769 en 1908 et de P. 66 -
199,o80 en 1907,
Faire-part fun6bre
Mr & Mase Jules RosecuonJ et leurs en-
fan's, Mile Carida Amitie, les, fanilmes Jo-
seph, Fortunat, VtiE,, Luly, Lar.qje, Ro-
sernond et les autres parents, out la douleaur
de vous announcer la mott de .
Marie Ctlestine Eupbrosia Joseph
V" MENTOR AMITIe
Sirvenue ce martin a 8 henie;.
L'enterrement aura iteu derai n matio,,
A 7 heures, en i'Eglise Cathedrale.
L'on se reunira chez le Substitut Jules
Rosemond, rue Americaine No 21 (en face
de la Madeleine ).


En 1909. le movement d'im u;giation A louer
1 us less or s du Bresil a:cusai. 85 416 a'- Une grande maison b sse de I'antre c6"
rivers conire 76.137 en 190o8, sot one di- do por ail de LUoga-e, avec routes ses di-
minution dc 9.279. On at ribue cette di pendances.
ruinotton en general a la tendance qu'out S'adresser au Bireau du MATIN.
quelques pays ecrapeens de conseiller
Icurs hibitauts de ne pas emigrer an Bresil --~ --..- y_ -
surkout depuis les sit derniers mois de I'an- CONTES D < MATIN 3
nec. Dins cernains css,cette tendance s'est -
transformee en loi et en ddcre:s presiden-
tiels de sore qu'en que'ques endrjits it y
a encoce des reglements qui emrtchent I e-
migr,.ionauBr.,.l et d-n; !cs -remie s t 1Q1 d JU
seinmaoes de cette annoe I'mminigratouo dans
Is R6,-ublique s'en est encore ressentie.
C est 1t Brnsil mrridional.qui ait re la plus C'e ait en 1886, pendant 'la champagne
grand: parties des immigrants, plus de 92 du Toikin. La brigile frar ts s forts de
pour cent de I'enregistrement to-al a lieu deus mille hnrnmnes et comrnandi e par le
Jaas les ports de Santos et de Rio de Ja- general de N*",apres avoir occupe les hao-
ne r,. Voict les entrees par pors: Rio de tears qui dominant les dfi es de Dong-
Janeiro, 42,765 ; Santos. 36 014 ; Pa-a 3,- dang, se por air en avant er ne s'aretait
539 ; Rio Gramde do Sal, 1,049 ; Bah'a, qu'A la froatiere chinoise. Le genirdl en
843 ; Recife ( Pernambuco ), 6to ; San chef ordonrai quoe Ia Porte de Chine ( Ky-
Francisco ( E at de Santa Catharina ),38 ; Lua, porte de la Loumitr ) qui en mar-
Paranage ( Etat de Parana ), 114 ; Flo- qait la delimitation fat detruite, et soas
rianopolos ( Etat de S. Ca hariva ) 65 ; one muse de poadre enuassie, eat lie
Itaiahy ( S. Cathriaes ) ; 45 ; Victoria I'ecrouleamem de ses mtrailles skculaires.
(.Espisito Santo ), 20o t S. Lois ( Maman- Asusit6 an peloton de iapahis et n.e corn-
ha -), 16. pagnie de ligionnaires p6n&traiett jouqu'A
Le Coogr6s brhsilien a pris en consid- sept kilomrtres sur le teiritoire enoemat ei
r.aion certasies measures tendant a encour,- y plantaient on .ri-rau sur lequel en fran-
ger I'immigration dans lepays et il en a i it an project de loi qui a 4td soomis rdcem- ce n'etait point le nombre des arades qaui
maent A *a sanction. fatatt Ia force des nations, mass le respect
D'aprks le message do President Pecan- des traits et de la foi juree.s
ha, tansmis le 3 maai 1g9o au Corgres na- v. Des renforts c aiena atteadus avec impa-
tionalles recettes nationals de sou.es I r- tience, car l'E:at-major n'tgncrait point que
venances pour I'annee 1909 se sont levees le general chinos en a tendait d'impor-
A 86,724.376P.45o en or et 357,001,087 1i ants vemant de la vice-royauti de Canton
P.sa2 en paper. Aussi se contentait-on d'occuper de fortes -
Les depenses rotales poor I'annee ont E6E positions et d'observer les movements de
de 1o2,589,158P 246 en or ft 367,834 1'eatemi qui s'etait rapproche, lorsque dans
599P 317 ea paper, ce qui (a t teasort r uu a nuttdo 26 Mars,les sons rauques des gi-
dificit de 15 864 78iP,796 or et 10,842, ganiesques trompcs A pieJ des arasesa. a
$11,P.796 en paper. iques, annoncerent I'arrivde as camp chi-|
Lms prvao des recetes pour I'ana e aois deo roxnkr atteadu. Le hedeala|


' des que le bronillard se fut dissipd, I'oa
put voir en face de nous sor les colliet
levies de ce t- rtgio-, les milliers de pa.
vil ons vetts, jiunes, rooges et no'rs des
troupes chinoisew. per i iesqrels se da ~
chaeas en rouge deila e les eendards do'
chefs ornds do drngo vert. L'on povantt
ca uer cer mulhitude ires de dosse
mile homes. Cepeodart A dix hears
saivant sa ractique habituIl e, le gda6ra
de N*e fi, ouvr;r le fee. des batteries die
campague sur le gros do corps ennemi, qufj
etait anssi poutva de canons. Mats le g6md-i
ral chinois, ancien d'eve de I'Icole de S.-
Cyr, me taut A profit son daorme supeic* '
rite nuomrique as rdpondit pas A I'attaqa
de notre art lir e, et ordonna un move.
aaont touroait de routes ses f.,rces, mou.
vement lent, mais m th-dique, pendant
1-quel, certes, il cuat subir de for es per-
t-s, miss sur, infaillible centre les 'roupes
trangai.es six fois inferieures en nombte.
D: plus les munitions des bouches A fee
commen.,ient a mrauquer, I s chefs ds bat-.
terie avaient avelti le general en chef qu'il
o'y avait plus que bien pen de coups A ti-
r r p r pieces, et celai-ci avait ordonn6 de
manager les munitions.
Cependant l'arve chinoise avanuit too.-
jouts, snivant les c:&tes des moniagnes et
resstrr.aic de plus en plus son cerle, atten-
dant avant d'ouvrir son feu d'avoir com-
,1 emrent cerao les deux m I e homes de
i'armne francaise. C es' A pein: si mainte-
nant son artiilerie, du reste mli dirigde, eC.
voyAit que ques b 'ues perJ.s. La si.a.
tion e ait cririque, l'heur.: sojenelle. Le
g&:6ral donra londr- sa clairon qui ac-
cornp gnel'Etat major,ce'ui que l'ou nom-
me le clairon major et qui dott transmet re
les ordres A tzate la brigade, de sooner
a en reTraite v.
C'Edait an vieux brisquari. vi6tran des
,gerres de Crime et d'I alie,blesse A Magen-
ia A Solferino,A Malakoff,et qui,comme tel,
avast 6:6 medaille daus too e, ses campa-
goes. Le regiment etail st st ule famil!e.
II ava t successivement rei ris engagement
A la Legion, ne pouvant Msvre au re part
a' lac ou sasrae on soola s eate, dans le
brouhaha des camps on la griserie des
baiailles. II se fit rhp6 or I'rr-ire deux fois
ne pouvant y cro re, poui rageusement
E r:'raite I jam'is je n'ai sonni sur Is
champ de bataille I En avant si I'on vent!.
-Je te dis de sonner 4 en reiraite or-
donna de nouveau le general. -Jaiuais I-
To sais A quoi to t'exposes .. Refus d'ob-
iss:nce sur le champ de ba*ailie ...- Oai,
i" ;is.. lt m-r.. .- Un outre claiton
'a sonna, la retaite, rttraite necessairei
1, siovegirde de I'arade. inevi able poor
Ie pu d hommes q e nous itious en face
de f rces enemies consid&ables, combat*
tant s:.r lear propre ter ain, et core los-
quelles 1 luit! et .t sans espoir. Ausi
bien I armee f anc ise commerqa-t-elle A re-
caler par eche ons, dans un calme admira-
ble, en cobattant toujours. Dais cat cr-
dre, nous a 'eiguloies Largson, dans Is
soiree du 27
Le lendcmain, aa point do jour, 1'a,-
semblee generale est battue, chacun court
aux armes. Sout-ce dEja les Chinois ?
Non, car c'est sur Is grande place do
la ville que les troapep vont se former st
trois faces, corcectement slignges et l'artU
2u pied, come poor rune parade. Us
roulement do tambours, t le general ea
chef pa'ait suivi de tout son etat-major.
II s';rtie an milieu de la place, et bientcl
arr6. debouche one section do 1I9e,iU
malieu, en grande teaue de c.mpsgoe, u
dte hart le regad dro t, marche
clairja-maor, le claron de KyLAeI
II atait mis tote .sa "frbuMV "
comma il disait, Crime, Lal, Meiqt
et cgs plaques oreose miroiUifet
soleil levant. Cependant la vc ix do geI
ral s'eeve : Soldais, dii-il,voici on a
we qui a combattu sor tous les champs di
batailie poor la France et s'y est glrica"
segment comported. Honoeur A lot, dM
bravoure 1 Mais il a failli aa premier doa
voir do solda, I'obdissance A sea chefs; il
manque gravement A la discipline, en vc.
tu des reglements militaires, i va w
passe par les armes. Un silence de 31
saivit ces paroles,puis l'on entendit 0'5
re la voix da general quai disait de sa*
qelque chose A demander avant de a 0s
tr ?-
Omi, mon general, je voudrals
mander mon feo. -
Accord


I I ----~-- f. _-_~- I_ ~






aston 'on coudubis Ie coudama6 de-
vM o e fo cre esde o 1''-ancel e q s
**s'avions pps encore remarqmu6, la
woe touwra vers les iroupes de i'eat= ma-
jor, a IA se passa catte chose terrible et
grandia. Fi&rement camp spr le board
m as deaiere demeure, sac au dos, son
sdizoa bien astiqua enoarud de son cor-
doneet rouge, le yavil on s appuyant sur
ls jambe droite enduee en avant, calm
come A I'exercice, come s'il se fat sai
d'ua asare, le vieux soldat common da
*e Garde vouns.- Appretez... srmes I-
Le gI aal en cbef, tirart alors son Wpde
du foatresa et la levant en I'air, tonna le
commandaot. Pour toote la brigade,
por.ez vos armes I Sec.ion, jouc I or-
donas le rode et fer clairoo, d'une voix
chaude e, qui ne tr mb ant pas Prisetn-
tez vos armes I commands le g&ndral-
-Fea IlI -
Uoe rafale et le v6tEran qui o'a ras vou-
to, qui n'a pas pu sonner a ret ai.e en
face de I'enoemi, tombe poor ne plus se
gelever.
Alors les drapeatx s'inclinent, les clai-
rses sounent et les tambours bauent sau
champs la br gade entire, gene a en
tote, defile devait son cadavre que le.
kteod.rds, les onions, les sabres et ies
Wpkes sa aent pieusemmi t . TIl
est I'episode do cLir.)n de Ky-Lua.
ExLIM NIADUA


( SEINS
developpds, roconstitu s,
*Snbellis, raffermis
PILULES MIENTALES
senlprodult qul assure Ia
fe:mo une poltrine parfalLe,
sas nua roe ft la santS,
F. ,con *ec" oRt .'-.; 4 *3 .
j. ATIE, ;', 5. p: .erdeau, Par s.
kA .,*rt-au-Prince : Pharmac;e A rtMb.
_- ---* _---- -*- -1

A L'AVANCEMENT
GmawIu FABRIQUE DE MKUBLES RT DR
(ORCUiLS DE CHARLES A BROWN.
126 Place de la Paix et 108 rue
Mogasin de 1 Etat
,La grande fabrique de meubles et
de cercoeils de Monsieur Charles
Bronw don't la reputation est faite de-
puis plus de 18 ans vient d'augmen-
ter Ie personnel de ses ateliers de
plus doedix ebeniste'. : ce qui lui
ons un hnombre snfflsant d'ouvriers
poor satisfaire aux grandes deinan-
des de sa nombreuse clientele, tant
A Port au-Prince qu'en province pour
i'ex6cution des commander de meu
bies de tout style choisis dans let,
Catalogues francais 'ou amdricains.
Un soulpteur special eat attach
aux ateliers pour I execution des tra-
vaux de sculpture de tous modules
g6neralement quelconques.
Grande reduction de prix sur les
commandos qui seront conflees A
retablissement.

Voulez-vous acheter ?
A bon mar h6 un buss en bon etat
ave- harnais, un motor de 4 cbe-
vaux, un magnifique lit en noyer, one
grosse mall on tout aatre objet tile.
t11 colonies d'abeilles italiennes et
mites, on pbiltre a alcohol, un9 bicy-
lette, deux machines Si. ger, con-
voets, vaisselle, etc., adressez-vous 6,
ise des miracles, au Dept d'obj ts
'occadlon, maison de oonfiance qui
vUta le f4ra trouver au plus vito.

VoOlez-vous habter ?
Un. coqultt.' villa au Boi,-Verna, &
Turgeau ou Lalue, me: blee ou non;
ou bien d6sirez vous une maison en
ville, modest et spacioeue. L d p6t
Job/es d'occapion. C, rae des Miracles,
*cete de ia Banque Nationale d Haiti
a une listed de massons ot vous poun-
Vea toreuver ce quo voua d6sijez.
V. P. Satls
AVOCAT
CAnmnr : 30, RuO PAvds


Chambre do 'rr*nt) vrc


Port-au-Prince ( Haiti ).
En conformity des articles 8 et 13
des statute de la Chambre de Com-
mece do Port-au-Prince, I'Assembl[e
86nerale eat convoqu6e to lundi, trols
Octobre prochain, a quatre hours
tr6s precises du soir au local de la
Chambre, rue des Fronts-Forts, No 5.
ORDRK DU JOUR :
lo Lecture du rapport annual ( ar-
ticle 12, 2e. alinea des statute ) ;
2o. Lecture du rapport du Trdso-
rier ;
3o. Revision des status (article 90
des statute ;
4o. Election des 21 membres de la
Soci6et pour la period 1910-1913 (ar-
ticle 8 des tatut? ; ).
5o. Formation aes Chambres arbi-
trales articlest 14 des statutes ;)
Oo. Prdeentation du project de bud.
get pour l'exercice 1910-1911 ( article
18 des ,tatuts ; )
7o Toutes qu nations d'inter t gene-
ral.
Port-auPrince, Ie 12 S ptembr.i 1910.
Le PrOsident de la Chamb, e de Com-
snerce,
D Dflt INOIS.


Rentee des t lapses

Vo s ro ver z <,h z MaM ame Lo-
n ewski 110 rue d gra d as ortimeot d'articl s pour *,n-
t'u s et j ",ites grn-, costume, cha-
p aiux, cavatec, WeC.


Avez-vous a vendre ?
Una mndoline, un bureau cou-
lisses amuiicain, une chauditre guil-
dive'"de 3 a 4 points.
Une chaudstre A vapeur de 10 che-
vaux, one vitrine, un alambic en cui-
vre, grillage et barribre en for, un har-
monium A transposition, un grand tA-
pis pour salon ou tout autre objet
don. vous n'avez plus besoin.
Venez vite, 6, rue des Miracles A
c6tede la Ranque Nationale d'Haiti,;u
depdt ddobjets occasion, minson de
'conflance qxui vous les fera vendre im-
aidiatement.

A partir du lundi 3 oc-
tobre prochain, les bu-
reaux et I'imprimerie'du
SMatin seront trans-
f6r6s au N 0 8 de Ja rue
Eug6ne Bourjolly ou
rue am6rieaine.


MASON


C. V. CABCCHE
GONAIVES.
Avise sea clients qu'elle violent de
recevoir, par dernier bateau, d une des
premieres Maisons de Bordeaux
% L Rosmmsm & FL8
Vins Rouge & blancs, quality supe-
riec re. par bariques et 1/2 barriques
Anisette ( Marie Brizard ).
Vermouth Chary Cordial Madere-
Cognac President Carnot -.
Potter XXX, trea frais.
Sirops assortis ( fraises, groseille,
grenadines, orgeat, etc.)
Fromne Grauyre de premier choix.
Huiled'olives, litres et 112 litres.
Sardines ( Andale Frbrese) 112 bol-
tes, etc., etc.
PNi atamew- *ga- r Int**vaSg .


Ii Ious dd


d1 vous voulez boire du RUM DiUCmUx, do Rxum PURn, vrai product
d'une distillation m6thodique, allez chez

Leon Liautaud & Ci"
oAf tons, riches et humbles, vous serez satisfaits. La reputation do


Rhum de "L'Etoile"
s'oet fate rapidement grace A l'excellence de la distillerie de "
en Plaine du Cul-de-Sac, ot se fabriquait le


Luptoile ",


Rhum de feu Barbancourt


On trouvera

a la Maison Alb. ilesmarquets
21 RUE ROUX


Un excellent vin rougi A le Gallon
vin blaue
Sardines frar Caies h bolte
a san, arre'es
Filets de maquereaux A h'uile


P. 3 00
4.00
1.00
1 25
1.00


Gr and assortimentde liqueurs de toutes sortes


Grande Fabrique Moderne
DE


Boissons Gazeunes


Superieures


II y a A pteie uue annee depui- qu3 la. plis nutritive, la plus agrdable et
la pl-js fortifiont ,des boissons Gdzeitns s e t en'rre dans la Coisommation
*ous le nom de

ROYAL KOLA CHAMPAGNE
Ses quJitds et sa flue savur lui ont vite conquis une vogue croissante
iqui est %n encouir.g meant cn meme e rips que la recompense des sions
minutieux donnas A sa fabrication.
D4Asi;e.se de -atisfaire les god's lei plin difdciles pen lant I'dte:.de 1910,
la fabrique a propi0r an moyen d tpparelis pirfectionn6s des productss
hors pair.
Elle me' en vente au m4me prix et sous cette meme marque ROYAL
plusieuis .' ici.-:u.es I! ,issons gazes s qs.ui *ewont la Providence des per-
*sonnes souciouses d otlrir chez ells d'exquis raffralchissemnnts aux godts
varies, et pr4cieus.is dans touted les rdinion- A c6t6 de leur aln6 : le
Roy.-I Kola Champagne
- POUR VOUS EN CONVAINC:RE, I 4iGUSTEZ UNE BOUTEILLE DE CES
PRODUITS INCOM "ARABLES :
Cream Soda Cristal Limonade
MOUSSEUX AUX FRAMBWOISES MOU(SSEUX AUX FRAISES
MOUS' L'AGENCG t;iNIkaALe *st toulouir a i Mtgasia de la M4tropole 93 rue du
Magasin de I E-at, v *.s trouv. rez ausi ,*-s prodiiits au mrme prix dans les
Dep6ts suivaits :
9iPICERIE MODERNE 155 Granl r a '. n face la Maison Robelin.
EPICEHIK CADKT LUNDI rue d&s Fr.nts-Forts.
A LA PHARMACIES NOrTVELLE ALEXANDRE ROBERTS, rue Roar.
MASON A FAUBEItF, rue Roux.
A I'EPICERIE H. CORV NGrON. rue Frou.


Rhum Barbancourt

SEULE DCiPOSITAIRE
Si vous voulez boise do
Bhum Barbancourt,
adressez-voubs an N. 7 de la RuE DES CI:sARS.


La Maison Barbancourt
N'A PAS DE SUCGURSALE. NI DE REPRESENTANT EN PROVINCE.

ACCOUREZ

ChezHerrmann Corvingtoh

108, RUE FEROU, CI DEVANT RUE DES MIRACLES
Vous y trouverez du Bon Rhum Sup6rieur
xxDu V ptin nelzmnao n &e Rougeo
& d-e prix exceptionneUlement avantageux


-- ---








AGENCE SPECIAL


de la Regie Franqaise des Tabacs

Pour la R6publique d'flaiti
Extralt du TARIF G6n6ral, Septembre 1910.


Cigarettes


NINAS
do


GOURDS


le paquet de "2O
le paquet dfe 10


CIIASSEUR Itpaqu,.t a 20
HoNciRolis" 'u lk3VA[t supk~riouu Le IBoadon do
-20Jc:c
dc, 4-:1 ca upe,,Aur paper robse, 1
L~a4 itj,:2U
d u y v i~d lo pAI Azt de 2U
do l':.eu ordliuait4j papit.r blau Is
J-4 tt 20


El-)9G&NTXE,


* ..x dmraiipai lo )cuaou do 20
Isuptrivur paljier rose, Is
i'.''di)do 2u


ciO rrmaiviand paper JSune ha fondum
~...a )J.1 ordiuAir#4 papilur bleu io
I*N.j~rudo 20

d a d papi,;r Jaunto le Bcuaion
Wi *A.v.4i ordwiiaro papiec ibleu is
Io".n d-) 20
Rouu:.,.Jtst ciporal 4uprt~reur le~
f.~~..doi20
tjI doux Ia bi~'~1
do j4 1ordirmairo 14 t~ojafe~uil,
dt: ue 16 l


1.20
0.60
0.90
1.2C
0.8c
0.85
0.75
0.75
0.70
0.7t2
0.60
U.60
u.60
0.45
u75


Tabacs oSaferlati


GOURDE


LEVANT sUPeRInUR (dit tabac d'Egypte) Ia Bolts de
50 grammes
LUVANT ORDINAIRE paper violet liasi, le paquet
rA 50 grammes
MaRYLAN paper jauno Ie paquet 40 grammes


CAPORAL SUPMRKIUR paper bleu
50 grammes


le paquet de


CAPORAJL DOUX p-iper vert le paquot de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRS paper pate brune Ie paquet
de 40 grammes
TABAC A PRanSR, Virginie haut goAt, paper j u-
ne, Ie paquet de 100 grammes
POUDRI SUP-rERIER S, papier b.eu 'is paquet de
100 grammes
POUDRS ORDINAIRS, paper brun, le paquet de 100


0.40 grammes
0.60 TABAC A MAcaHR roles Menus file6 le paquot de
0.3t i(J gr. Tmm9e ,
L'a.eTnit as, ai J. LAVILLE


COGNAC OTARD-DUPUY


1.25

0.90
0.70

0.70

0.70

0.60

1.50

1.50

1.20


1 So0


Maison Etablie depuis 1795,
dans le Chateau de Cognac
ot est ne Ise Roi Francois I.


Pour tous renseignements et commrandes
S'A DRESSER A: Andr6 FAUBERT


agent general pour la R6publique'd'Haiti
__ -. U .... [ s i n I


A, Doratoire Sejourne


PRi, ~. lATL(N DE TUUTEIS; ANOULES MED1CAM1 NTEUSL
LISCES ET INJECTABLE.S.


STEI1J-


JI 5& d m uir Iaotoniqucs selou Quin-cn.


I 4, I


4 14US &aplovo.Is
a. .l a -t vv N~tIS


a OtA soigneusement capt6o au ItU iw
faisons. reiaa.rqner am C(io ps; wdit.Ai
laboratoiros Etraugers :


* I.'I..:' iti.: nje table doit etre tie fabrication r6cento pour avoir touts aea pro,-
1-i6t4 :: :t ww. 'A u,-. Do noumbreusceb attestations nous porimottent 40 cortititr quo
RA~O W..'. i ,,no tous ius results apdr6Fs. o
.~ -. ~ ,mTI n wrvosttlenique.
';saijns uti itifs, ii a tO emsrployo avf* a ue
C'~9 .~ .~ ui)rCAioie, toet.


Fe afai Cerniechiaro &CO


ncien


Par In dti nier steamer fr.ucais sent arrives des articles de toute beau'e,
pour to-j les gQots et poor toute- les bourses : BUOUX. SAUTOIRS. -- BA-
GUK.ES. -- BOUCLES D'ORIULLCS. CHAINS POUR MowrrUs. etc.
ALLIANCES SUR COMMAND DB

INSTALLATION MODERNE
REPARATION do glaces qui soot remises absolument & neuf; ainsi quo
des tableaux artistiques.
Arhat de vieil or et viell argent
La mairg : g .- r ntit ie% marchandise quell livvre ainsi gqe les reparations
ARTICL I DE LUXE powr Is prs a_ 6*em Mi a vie moudaiae.


American Bar
PLACE GEFFRARD
VIN ROUGE MEDOC(
Gal : G. 3.50
VIN BLANC GRAVES
G-1l: G. 4
BIRE ALLEMANDE
A .LA PRESSION
Epicerie
Fromage Etomenthal la livre G. 2.40
FRED. W. KATSCH, propri~taire

Chez A. Cipolin
82, RUE RAfUBLICAINE, 82
En face ia BOULANGERIE DU PROORks
et prbs la Maison WEBLY PRESsOIR.
j VIENNENT D'ARRIVER :
VINS ROUGES & BLANCS par bar-
r.ques et par causses. marque 16res
Cotes, do la Maison BouBt# FtasMs,
de Bordeaux,incontestablement sup&-
rneurs A tous les autres vins actuello-
ment sur place ;
CONSERVES ALIMENTAIRES de
premier choix, Jdtiant toute concur-
rence;
LBNTILLES.-SAUCISSONS. FROMAGE.
CRISES EN FLACONS. BRURKLB
DU VAL SA&NT-MICHEL
ET D'ITAULI, IC., ETC.
GrAce A un personnel nouvellement
arrive, la Maison met A la disposition
des families et des h6tels, sur com-
mande,de la fine PAtisserie Francaiso.
NOTA BKNE.-La Maison est, comme
par Ie pass, bien pourvue des Li-
queurs et Shops qui ont fait ma re-
aommes.


Cordonnerie


Nouvell


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientble qu'el-
:e vient de recevoir. par dernier a-
teau, une forte quantity de marchaa*
dimes ot do fournitures de touts fralf
cheur et do touted beauty, imported
de France, d'Allemagne' et des Etats
Unis.
Le public 61egant, curienx de o8
bien cl2ausser, y trouvera los peaSu
les plus solides et aux nuances Il
plus variees lea forms lea plus belles
st les plus appropriEes.
On n'a qu'A venir chez G.B. PPITOIA
pour 6tre assure d'etre chausse esi-
vant les meillenuris lois du confort 01
de la mode. Specialit6s pour damN.
Grand Stok doe chausures ;
Peaux, cirages, former, fournituroe
et mathriaux divers pour cordons
rie. On tronvera tout ce qu'il taut, sau
prix les plus moderes, A
La CORDno)mONn NOUT u.z
148,GRAND'JUE148,


ie, Bijouterie, Joaillerie
168, GRAND'RUE, 168
ue Maiison D. Ferrari


I I


M" C. L. Verret
Tailuxar-arobanxi
DUS aiO it 8&a kieOTillACte cliea.
ile qiu s usamisoa w0o.7, hue Traver-
atire cwt iusjoutst. ies 'ourve d'i:g
variety oles a4 Ia haute oag.
Tsaut6 paraS.ei4.
QuAzT* SuPrftxIft. CouN tLftA6mrn
TUAVAIL OMMI*. EkACUIiOb XOMPIB
P r ixtrad rdds ii I


A L'ItLGANCE
QORKDONNURIE.
3B. eMI=>3t
42, RUc des lF-r9T%-Poit..
CxAUSSORNs MN D96d,?rOOU LA. 'Van
Promptitade e soia akX umman-
des taat icl qu'en yoviuce.
Chaussures du Dar.t:o frme' t ra.
vail toniours tjut ce qu il y #I tlsa
Fo*wes amuRiwUcai6 ec oAU'Li.3O pear
Mersioer ; 6i 16tate 't commodes.
Trwv9.*l. sci'A.e is&ln aveG
w: povnuix .1 trtX.Qcui.tr arque.

ak -t *aet at ,

Francisco DESUSE
Fabricant do chaussures
La Manufacture a toujours en d6-
p6t on grand stock,---pouria vente en
gros et en detail, --- de chaussures en
tous genres pour
Hommag, Fmmxs, ExPANTS.
Los commands des commercants
de l'intdrieur pourront 6trs ex6cut6es
dans une semaine a peu pr6s.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
Port-au-Prince (Haiti).

Maison f. Brunes
195, GRAND'RUE.
Dirig6e par
L.Hode)in
Ancien membre do la soc6t6 philantiopi-
que des maitres talleurss de Paris*
Vient de re'cevoir un grand choix
d'6toffes diagonale, casimir, alpaca,
cheviote, cheviote pour deuil, etc.
Recommande particulibrement A sa
clientele une belle collection de coo-
pes de casimir, de gilets de fantaisie
st de pique de toute beauty.
SPitcIAUTI DR COSTUMES DM NOCES.
-Coupes Francaise, Anglaise et Amd-
ricaine de la dernibre perfection. La
maison confectionne aussi des Cos-
TUMES MIITAIRrs, HABITS BRODtS,
DOLMAM, TUNIQUZS,HABITS CARRis, etc,
etc, de tons grades.
LA


? II


~.;oslogeri