<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01032
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 20, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01032

Full Text


Quatrieme Auute,


-i"- 1049


Port-au-Prince, Hait


Mardl. 20 Septem bre t tO


ABONNEMENTS
UN Mos ... G. 200
IPort-aa-Prioce
TRois Mois .. 5 00
(OD4prtemets I UN Mols ., G. 2.20
TaoUs Mois 6.00

Etranger .... ro0s Moi 8.00


DmncTaguno
16mxent-Maglotre


0


'7


LE NUNI1Ho ~CENTIIMES

Lee. manus i it,.4u..r ou Dom 00 sea
pit, reuJui6
REACTION kN-.A UMN1 Ns'rR ATION
4S- RLE 10..), 4S.

ADMIX vr1wTKTiUV


&rt dur


lulde ore


OUOTIDIEN


[ Cot article vient A l'encontre de 1
these soulevde par notre collaborate
Jean le Fureteur sur une question d4
proc6dare criminelle. Fidb'es A notr
impartiality habituelle, nous n'hdsi
tons pas A lui fair les houneurs dit
au talent do. remarquable magistra
qui a demand la parole.
Le Matin s'estimerait heureux si di
cette controversy rdsaltait quelqu(
clart6 sur les text-s et quelques amd
liorations dans les traditions parfoi
ridicules. ]

Depuis biont6t deax bears qa'i
avait pri aIs parole,M* Dacis availt nor
md Dalloz, Garraud, Davergor, Faustin
Hdlie, parl6 d lioeqtenant criminal de
Iancion regime, do directeur du jury
d'aceusation, cit6 des textes et fini
par prouver sa science et ,a conviction
quo la preavoe on a 66 faie, integrate
at rans r6plique, en proferaot do ss
meilluare voix imposaote d'aikhsion
It formula classique do Magister dixit.
Avoc patience et componetion il fat
dcout6 de l'auditoire, entendu do tri-
banal et des jeaune confr6reos bloais
do tant de labeaur, entidrement captives
d'antendre ahaoer sons le fardeas do
savoir le visux matlre, don't la vervw
enjoa6e ot rarement brutal avait,poeur
tant, ce jour, nfone6 des dards aux
fiance des peti's, Me, Laliste at'N4-
chiste. La sorts do fi6vre 6prouveo par
le public, loruqa'il sort do i'engourdas-
soment product par les ondes large,
succesiaives t trop plong6et des p6-
riodes ddmoustratives d'an orateaur par-
last de chosen graves, availt, par 4ta-
pes, gagn6 toutse I salle et rdveilld
de aa torpoor le president de las Cor.
C6tait an home de soizante saw, de
con-tNisnoces juridiquea profond-F,,
trade expert on to toe thoaes judicialres,
mais don't on ditit Is culture lit-
tdraire anll. Li parole eat A l''-
vocat da defender avaitl-il oaupi-
rd I Persaoe no s'6tant levd, la
acramentolle ddeiion qui accord le
4d4fat on ordonnant Ie d6dpt des pib-
e alleait 6tre prouonc6a, quand appa-
Mt MW B.ean haletant, suloquant de
atiger, do ia hte qu'il ai st miss A
Ipgor le pAlais do justice. 6tant part
de son cabinet on retard. Je demaade
la parole, clama-t-il, A la vae do Da-
eo, ea msear, triumphant des poigodes
do mains hypocrites qui soot, ao Pa-
hlis de justice, I'Invsriable ranoon de
rFevi as avtir vrai, de oiroaie A la
YaVld afachde d'oul science contesta-
deo. Le Pr-ident syant accueilli la de-
;a ate de Me Brenn par on solennel
Lu Is z as, une abondante, furieuae
toulde do rires promena ses vsgues ser
Slafoal subitement calm6e oar 'irrup-
tuon da commissaire de garde.
AJ: Brons: Jo no sais, Messieurs,
ce qul a 6td dit ici centre ma thbee et
ie Aois oblig6 do aous rdclamer des
lainates d'attenton poor lire mee con-
cauions, lear donuer on d6veloppe-
seat oral auccint, mi quoae j m'ef-
f aenrai de readre asses pr6is puar


a 6tre comprise et ?our faciliter la tA-he
r des joges qui m, ntendent.
e Ice, M* Breon let lee conclusions res-
e ponsives & cellos de son confrAre, et i!
- continual:
a E-' Fr ance, sons Is regime da code
it de 1791 et de crlai de brumaire au IV,
la r6gle 6tait la division des qaoetions.
e De ce dernier code i'article 377 dispo-
0 asit formellemrent qa's ,1 ni pou'rait
. tre posA dd question complex v.
s Mats vint le coJoe de 1808 qui, ayamet
abrog6 I'artice sue visit, permit la po-
sition de questions rduaissant I'ole-
m-at d'intention & celai do constance
du fait. Un autear classique dit pour
- t'explication de cotte rdforme : O
a repro hd A ca syst6me de ddeompo-
sition des q astions d'entr.lver, dave
oertaina e .our le jury, des difficu -
tA, Eextricabios. En effet, dans des
atfaires d'uno assez grande importau-
ce, ou figoraieot, d'uue part, un grar,
nombre d'accusdte, d'autre part, un
grand mombre d'imptation do fait-
pour chacun d s accuses, on avait vu
e nombre des questions, soit des fait,
principaux, soit des circonstancis ag-
gravantes, s'61ever parfois A plusieurs
coataines o' meme A plusieurA mil-
liers. D'ailleaurs, lee jurds fjrt tmbmrr-
rassda sur la distinction de la double
qltiuetion do voloutd et d'inteation cri-
ua neltes, rendaient touvent, sou4 ce
'yAtbme, d's eponses opposes, con-
tradictoires lune avec ;'aatre. A'nsi
quoique plus logique enapparence,ce to
mainidre de poser lea questions a eto
repoussae par notre code. a C'est Boi-
tard, Messieurs, Boitard, A I'enseigne.
meant limpide, a la science certaine,qui
s'exprime sinsi et .co qu'il dit, n'6ta-
blissant point quo la complexity der
questions n'ait sea inconvdnients, *oe
propremeat do nature A justifier l'hd-
sitation, sison le parti-pris du lgisal-[
tear haitien, a'attardant depais lo code
doe 186, dans notre syst6me de la dd-
composition des questions, qui nest
pas celui des codes Trasgais, analyti-
qoea A I'eaxes. D'ailluars, on Frau e.
d6s 1835 et 1836, it a e6t reconnu la j
necesoite d'une certain decomposition a
et lea questions se posent riloureose- [
meant onea adquation an d6tall cbliga- i
soire dama lee r6poases A fair par Ie s
jury. i
Poor Is triomphe de la th6se contrai- i
re, et pour ddmontrer quo Ia logique
ot la raison, d'accord, commandant la t
condemnation do syst6ae de la d6com- s
position des questions, il 'eost point a
dassauts quain'aieot 6t6 tent6 at, soas I
les esp6oMs d'ae arme meurtri6r*,aprds q
quo les grands noma do criminalistes I
savants avaieut d6t, on ordre impo- r
tant, dres6se devant nous, one anoma- d
lie cousacrde A l'article 227 do code *
de brumaire relev6o avec na visible g
rengorgement, au hasard, done lec- a
ture hative, eat conaid6r6o some dd- ,
cisive. I
La question ser la constance du faith t
sersit on corrAlation directed, exclusive c
a l'hypoth6se des deax acted d'accusa-
tioa pr6vue A l'article 27. Phildmoan ot


PL UMITIF

De 1'audienoe du 8 Mai 1859.


IBaucis dans l'ordre do@ sciences mora-
le*, A la favour de quel prodigy doivent
elias de no poUV( ir subsister i'une sans
i'autro, Ia division des questions on
si I'on veut ia question sur Ia cons-
tance dea faits et la diepoeitisn d,,
article 2"27 du code do baumaire ?
Pour ,x.liq.ter ce*lts soudcre, ce rac-
sord, it as- fut pa4 rpoits it'une con-
fusion (egieitable at il ett vrai quo Mi
Dacis u'a rea. mandate do personae
pour souteoir ici, dans ce prd:oire d(oft
ss dchoi oLt retenti solvent de sa pa-
rolu toujoars sincere, que I'hypotb6*e,
Jet deaux vrit6s so contredisant, con-
sacrde par lea acres d'accusation d',
plaignaut it du di ecteur du jury qui
rio s'botndeot pa-, a jamis frar-
b, 1''hu s do ji ry do jugement.
lsia u'est pis exatf, pj:ju eC'es'
In jury d'acc.-s.tioi qui so prononce
our l-s deux actes drctaAs pour cons-
*tr deux etats d'es~prt qua dillbrean,
Gais doat u : soul admis, par option,
turoi poc I. jary dti j!jgem-nt la p'-
%j qui mnt, oIs, le prec6i. Et je no,
:-.n.2;v. a nuileme t, ldens lo cas ou
'ccou'6 ,dut coiuparaltre eu juguim-nt
.,vec deux a tes d'.Accusation sd contie- I
llbant, a'iuferiort6 de sit aliton don't
e.r e Me DCIq. A Lautni d- vouloir fire
&iat|,uda-e qua liorsqu'un accae6 eat u i
nanimement recounu cnupable, i i'east
,uoius quo iorsaq'il y a sur s~ culpA- I
bilhte paitage d voix. 4
11 West point permis d'6tablir auctn I
liu de cause A elolet entire la question I
sur l couAeALCe do f it ,t Ii dis c, Ii
ion de a'articie 227 dui cod, de br -
uamire. Bo t rj n.o Ia pa, espay6 e I
FaAstin Hhlie, celui-Id don't on r4peti r '
*ougtemps lI'ese goea>nt, sous d'a -
tree former: ; i homrn3 qji, A uotre
s8ns, a 6leve uu mouumilnt juiidaiqk '
taap6rissable & i'ho-. iur do la aci na>
frang~ise, a pa tralzer la d4composi-
Lion des questions d .paSreLt plus
embarrassant qu'utile, mais ni I's
oa* rattach6 n4cessairtmeut A i'article I
227. '
Reste la discussion au Conasil d'Etat
at au corps 16gislatif franja.s. J avoae
qua cost una t aon trup commode do
triompher quo a'dmettre une opinion, n
.o vouloir la fair adroettre eu citant
seulement A i'appai des noms Quo
di eot cos discussions ?- Ji i'lg.oro.
Maia si ello profe saient i'oianson doe
A* Dacis. j'y opposerais Boi:ard et
'austin HAlie et d'autres, et surtout no-
re ltgislatiou crmiiille ; car depuis
pi6a de cent ans qu'bile r6it uo ilie. me
ou no 3'Ist st.a apei-u qu l.a q, etion
air la constance dLu tit adi l "'' Iuuup-
pelande e veuvage doe I'rtici 2Y7
la code do bramair. [a
L'6change des moyens 6-ii s a iu-
roduit dans aI dLsa:us-on desa Sp rfis
Bar 'inutord6pendat.c du civiltt do cri- to
minel. loi et ea France a-t-on 6te iot- do
icit6, ea ldgif6rant aur la position des p<
uestious par des consia6rations dor- ni
ire eivil ? a-t-on voula calcoltr la qi
rpercussioun ur dve iutrt & dl cet d<
ordre des.repouseo aux qutntjUio. a 16- ,i
moudre ? Nous pens.in, mi.Igm I'. nrouti- a
;cement do q1el:jAueS-.u., quae i'un die L
alments essunti{as, celus q >ulJuit atre df
'axe, Ie pivot cans la discussion ear di
a chose jog6e, l'ilentite d'cbjits, fera d'
o0jours detant daus 1-i relatiout du i
Cvil aur Ie criminal et rcaiproquaemeu'. d
GO ui eat boumis au jury co n ee ti
polt lto t en soi et I'on aura oe 61


vain orgot6, en ponmant quo sea rd pon-
s s lu soot pas to rdaultat d'appricia-
tuOa dA fait daos na d6 Fendance & 1W
gard do lI'gent iucrimin 0. Sea r~poflUOS
iiont d'u g omplication autre at bion
411l6rents do cop qua veulent trouvor
J1uts les verdict, des sprits g6omdtri-
quom qxi lbamumisect to sentiment St
v-uld&. dese contsdquencos roctifignes A
d.6 toxtro qui uLi'oligorat qu.i dans IA
wLwSr-Fo6011 lumfamLe nature u'accorn.i
uaude dka bosoin do raisou pure.
Lo trewultat d'uue (!o1jtiAtion gduot
r~ale, vuli~rs, byuiut ewljrass6 L'Scto
'iamruimrid, e. circonstarxces ; I'ayat.t
iriitacI14 A& ldtre aciif A qcji on U'icz-pu-
lq~i n tisiet recouiiu l'auttur ou flUu,
to r4ieuitO mous la'AyCCt lragrneotO dt-
reyousum du jiery, !,an.4 JAconadquaw-e
(J-t.;to tli .drit~ts pouvau" t6tra saie-
merit i..,terj-rdt6es, iwI6lt ts uirs Ui das
autites.
Si ceila eat dvitlent pour bosucoup et
iiLi jeardnWest pas I* m~cauismo e a
,i iat.Iigonce fractiounde quo cougoi-
to-it queiqtis-unh, ii taut rigoureuse-
c*aet almottre qso iors4ua1 dit quo Is
fait 't st pas coi.stant, quatre vingt
laix neutf ois our cent lea rdalhtds phy-
!slquos liii douneraient le ddmonti for-
MOt,, B'i U'&vait pas euvissgd Is fait
dans Pa ddpendance moral@ avoc l'a-
&aut inctiituamd. II n'a pu examiner,
comuma il n'a pa 6d prononcer quo our
i~j tait limited par Ies coataingonces ps .
Liales. S~am verdict (Jul 1Lulque lOujoars
[a co, :,able, no ddsig.-.L ptstoujours is
CtR.1JAJUs d I do .doUALUdgV esaLL. (et
par voi,) aid onadquanco quo I& zospon.
*ILslIite civi;* r~sulto e si on verdicts
Aico ue ptmais 1 i e peurrait 1I6ta-
Llir deg do IaLU!pabi 1 6. E-. la d4-
..a't"'1 0-4-)! culojL1i16 qua ddsmgne
ia'lgo civil, saijii Otra lad 8811 Mode d
OC0unuiittUO ceut-ia,1, West pan n6ces-
t~aie pour ptrmettra i'bzoracic do l'ac-
tion civil@. Le verdict kWest mdgatif quo
bur 14t coustaacti daz crinaeet al coast
as. Udeearite, exig-te pour Is clartA, la
laeilo comprehension, A des hommos
do mj,,Iol g~aspownt his jards, do poser
I questious d~us Ici termes OuBOI at
Qon &'b.braqQG, i; n'esit pas possible
00e do ecette tajoia do fair dout Is
soul b&at A attoaniroe e.t do no pan par-
er smaudingue ii coix qui no I'enten-
tent point, iAou t1k1 *raisunnablemeat
a %ousequence q~as la ijon constance
uaplaqae 11impus-iabda.6dador6paration
VitOl. La sooeisiau*: 3do l'individe is
buad pasisibto ae doin-uAg'8-auterd1o ; ii
orait abusif do pr6.'erdro quo qsan4
i i6..a dit q'A'jI aay a pas crime, U
&u4t latialamuimt d6.idwr quli n' y a Pa
Rwe. A 1'appjaa jo cite 1'austin H611se:
-La taste, en efret, quand l'aequk-
@mwa fait disparaltre Io crime ou -
Mitt, eat I& cause unique do Is, rem.
onsaba1at6 do lageu6t, at ii imports do
a panla confouInrs avec La criminailtd
ui siexiste plus, quoiqu'eIle borts
Osfa's s mcwef. "1 7 a I& une OPdta-
lua deliciitadaias laIuele los course
.assil-w un' luls I&rTunuf'-uii chou6.
A 101 EA'61ablait1A redponsiabilijtAcivil,
es fAwl L4L1 out10ca.Al1un6ud uprdju-
ice 41'Ait~aut quahe 50out Ie rhaultak
'uriII Idue, ii faut donc constjiler
*te taste, imale A 0.6 at6 en dohocs.
lucrime ou didlit, oil maizatonant lea
bits 4dagoage do lour crazmioalitd at en
itablismaut lour imputabilit6 it on&autra,


___ ~ ___~ __ _.~-----_ ---- ~







flre. Gotta double condition out la Wae
juridique des domm aages -intfrtft.
Son@ Is b~ndfice de cern observations,
jecouaclausAiladmisipioado wes molems.
KO B Son, do idpalation mOln tie
aU aeson confifr.,avautparIA tvajccouylC-.,
,on. Aunliea de o flOrflrUIs. aa ours #t
do faire site 'Ur Lo lo i. alouzs
qullawIaait cuii'racti~es A & kr entraetiou,
it n'avait ... pas aat6 d-, uomxaay~at
piutdt m~ditd quo Chearcber A *irw ri-
'II (10 Me Perroqiavf, ii aaVl t 19dU
Bailard at du F Y.1kj Helie. La cockvic-
tion dokI'audituire 10 50tie mrit -taIjas6.
Oier Iparaltre do mei.Ctort A MAitre
D) LiS I Qsi y -, uf,:ra~t ? Eactl~aLA
hom xAe, a -ia.s 1.r, fos r, I Iv.tdit a#,(
apai~ I'avuir MiuIci diavoic bie uiii,
Bc~eutotqu,,meInt b.i-I dkt, on me 'CI
m,ttraui t deme duE ii r Iv damrntoi Aa;
f tie n iecoi,tv. .44ti y~t.t iun ailvvr
saire avait dt-moI1L6EIs10 .u.ifI 0ti d,~
GAA k1168 I G(*a .'6!.ta pas kut-uue, ta!
to pee. d'i s0i dab'&Ll uL a :"'I *OP
46psiOi~ .a qu tt) -; ; ur prIulefiz
OU-uil~: lMaitl" D IS, U& 2 aaCIez, i'&8i-
6tre vieux, 4VA 1it( -PC' ~etou.4 P U,

le- avair ixd, cd# o-I-4 ;.Aiipi i-z Plt3

quents h ii v.alt cur~a, tt(I-;i
* L IV' j Uu lj&U t .!-.I L. Ib'ul.I ukisi AiCA
de 9',A-c 1859 i'A jL-s q 'a d*t
L i dti iHoa ou 4: L at ,.usNoiti for-
III1' J'JrilAI(JU t, :C_'yt U3 do. M, Irc
Brei;', lAi k,' : V, I- LleU aIDa 1fh VIdel
boll dallLurs A i .t~bi Coite ; 'ou dt
qu'i bkii ~.r u, u. ot (t qu'si i]IL --9
posaiihe de cx (I- IA Vyacy -e.- ,rdo., f~m
103.4 410 i ~flt l'Jt.A -4 M '~~O al*

meOOtL nifwu4 Ii e uda -.4Ila Unguti de cia-
C ttCA uj pA a V.AS eL.SO...
Gollatio..n6.
Pour copie coulo;-mo
DESMO0LINS,
Cotnmis-greffli r.


LA CIJAMRBRE

Siease dus 1.9 Septembre 19 10
Le )dput6 Autwr nPIierre-Paul detnAvrie
'inmerveitisseczent de l'orl'e du jzor et
duncie lectiae du rai pon do co!vi 4 sphc at
cli~rg6 d'iuduer 1,:. co tres fidiaicev.r
11 cotrclaz:en 4d! "aadAin- A 1 I Ca b:c'
de. le% vou~r a-cc q+iv que., 1kgurcs u difi-
cations.
Le Pr&-ijdnl eivo c- ri, por! l in
siorm, tct', De, we M r e,-i r e e batt au
de bien %-. nuir 41 sn. J~r au Mts's tre de la
ic tILC! U Cxli d -iou. ci sjugeiwr ts,

I~A BXu:q -Niton't: d~l inir.
Le Pir. : ,': vrom d'&:r-re-tt f~t r 'rt
l a Chanillr d,- na. m.t du Dli;t.C~tdeiet-
JAI .!Il~ S ul, St. So. ,tc L~oub au, s~rvqr
nuu aux L-ys t tJu,,t oa.- rL4;a avi ce1
in.tn v. r d&hel1. A cette Ica'Csionl a








-) 1%1 -- .0LaoG Q%4 a-

DU
SEMINAIRE COtLLEGE St-MARTIAL
LuNiDiI '9SEPTEMAE 1 910
Batomitre A imidi 72mm


Tommptraturolf fiu


a2 $


maximum 31, 7
Moyenne diurne de la temperature 27
Ciel nuageux toute la journee e" cuu-
vert depuis 9 h du soir. Pluie d'orage A
9 h. 40 m. marquant 73.6.millimifres.
BaiomLtre coat nt.
J. SCHERER.
role des Sciencee a Uppqueea
La a2 stsslin d concourse d'a4missio.
s'osaiu le luadi j Octobre pseebia.


Les candidate peovent s'inscr're tous lest
ours, de ri hrs A midt, as siege de I'E-
cole.
f. DoIMr.
Circo Variedatesa


!i er soir ce te compaga.e a dosed nne
reprson at'on dout I'entrEe 6tait gra a te
poor repa:er le fachevx conare-temps de is
veille.
On amnonce pour deraina oir, mercro-
di, ose soiree au profit do prek c own Pe-
pito doot les faceties soot bien conneis.
Comme prime aux spec ateurs il y aura
on g ad portr it an crayon de S. EX. le
President de la Ripublique qoi. eat mis en
loteric par la d recton.
Conserver les numdros des cares car le
tirage se fera aS coors de la represeata ion.
Os. promet pouribient6t ua grand acte
sensationnel: h1 d sparition d una homm- l
Br*dill
Le Bresil figure parrni' les pay; qui se
soot iele\es dc la depression cau~6e par le
dbsas re comiu-rcial de 1907.Oa remarquc
str I'aune Frxceden'e :une .aggmenta sum
sens:ble dans ie commerce en general. Eo
19,8, le commerce extiricur est ,'oab aa-
AlLsous dze ce.ui de 1907, mais en 1909 il
y a a une augeacnta ion consid6 able d.a>s
Irs expor alsiors et la balance comneretale:
ea ttia ct comp c de ce a't et dei imppr-
atinonm, a e. la plus considtiab'e qut air
jamzis txisti da s 1 histoine du pays. Cette
augumen a ion dans tes expor.atoas m ia-
tr qae le Br sil a acquis une force do pro
ductuon plus considerable et qus it rra n-
tena-t sa disposition des comui mnica Is
plus faciles pour transport er ces proJu:.s
sur !e littoral. Comme pr:uve a l'appui, i
est ban de savo r qne I on a coastruit 5,-
911 kdom6 res de cheunins de fe et quo .e
gouvrraement a I in nation de reiter cntre
ei esles differentes sections qui sout d 4-
servies par des ihemins de fer.
Au poict de vac politiqae le B esil a j .-i
d'uoe annde de paix et de progres. A l i-
enriecr, on a pro.EdI aux prep ratify n'-
cess;i es poir elir, le Pr6siden et a l'ex-
tiric.ro:a a continue A er tretenir -u unee
base ataic4le, les r, 1 tions iottr atioaat s.
Sur les 17 conven ions d'arb trage. s gide
jasqu'lci par le B'~6il, on en a accept' 1x
depuis le ier janvicr 1909. Leos ,ys avec
lesquels on a signed ces conventions sonc :
le Chili, &'Argentine, les E ,is Unis 1-
Portugal, la France, a BRpagne, le Mexi-
que, le Honduras. Ic Vendau4ia, Paoamna,
i Equ teur, Costa Rica,Cuba, I'Aiglet:~re,
la Boliv:e, le Nicaragua, ia Norvege, 'a
..hine,'e Salvado, le Perou, la Sue ie,Hat-
I et ;a Republiqae Domainicaine Ou a si-
gne diffTrents tmaiuts et d'autreb seoat si-
gnos d'ic. peu.
La Ri.ub ique s'est ia t ausbi representer
A i .t-ang r dans .. luicurs contrei inter-
nation ux impo t uts
E: ce qui concern es fi ances, on a
mainiena .e taux d'echange do rnutteis, c:
4ui piouve d'uue maniete palpable la sta-
bi.At4 des conditions ofnancitres de la naa
tion. Les depenses out ddpasse les rece cs
et st la dette na ionale a augmen 6 pendan,
I'annee on attrabue one pa-tie coasiddrablt
de ceite augmentatioa A 'cemprunr fit touot
simplement comme placement pour amE-
tiorer les quais et construire de uopveauz
ch mins dc fer. Un decret pr~eidentiel en
date do 1.2 aol- 1909 a raerganist l'.dmi
n .tra ion fiuanciere du sierriture de l'Acr-;
on a cLabli deux bureaux de douane, irja
agencies fiscales et cutq bureaux a ear, gs-
trement.
IL 'a sans dise que )e cafe et le caou -
chauc sotit naturellement let principaus
produits agricoles du Brdsil formant A eui
seuls plus de 62 poor cent dci exportationi
(e rest b- composant de cu rs, de cacao
de tabac e, de sucre. Ce nest cepend.ni
pas encore tout ce que le pays pc u" pro.
Juire ra point de vue agrico On a expor
'd le Co on sar g ne plus grande echtlle que
pendant I annde precedete, mais en mame
tempa on a employ dams les filatures loca-
les do co on indigene en quantit6s toujourl
c.oissarn:e et repondant de plus ans be.
sums d-s Bresslers. On voit doocne qu'o.
encourage !a polycuitore ainsi que le proa.
ve la superfie plus considerable consacre.
A la culture da bid. Josqu'ici le Bresil i
i~ pc rte des Etats-Unais et de la Repibliq
Arga-uine le ble anmsi que haia hn. Ua
g',-atd nonmbre de pcrsonnes esnuimoteem
1 on assure qu a.n ne pormait pea css elirvl
Ible da s tc pys, mas U 7 ya des


cies dans 1e3 Etus do midi qui convien
mat A ce prodwit et poor d6 elopper eKt w
cl are il o'est besoin que d*scqourir des
coonalisaces agricoles p'us aporofoodiesI
et d'hablir one coloniastio soffiunte. On
a dji) is a'le des moulins poor la faraine
et ou espbre que le Ierritoirt coO igo leur
procureras la quanti: de bld suffisante pour
assurer leor exploit ion. Le riz dyvient
aussi one rcolte imtportante do pays et le
government conacre bes coup d'a teo-
tion A sr culture.
F6te de la Salette
Au milieu d'une cuarmanve assistance a
6,4 ce!6brhe d manche la (fte de N. D. de
la Salette, patronne des prisonniers. L'ai-
nwb'e directeur de notre maison d'r 6 .
le General Chiquel a re,i les invites avec
one couitolsfe parfaite qui a fi6t plaisir A
tons.
La messe a t&4 di:e avec le plh grand
clat par S. G. I'Archev6que.- En lorn-
me, on s'est ret;r enchantte de cette ex-
cellenwe ma in&e.
Les Contrats Mac-Donald
P.r I'Atlas de sarnedi procha n arriveta
2ux G naives I',ng6nieur Willon charge de
coBoumncer :e-. trva x du ch-uin de fer
L wg6enieur B'r in qui s'occap_ des in.ra s
de M. 1. Mac. DOrald p.:tir.a gahlmen'
poor les G.)naives ou ii b'eateadrz avec son
co dgue.
11 faut s'a:tendre A voir s ouvric ies
chrantitrs sous peu.

Direction G6n6rale
DE LA RECETrTE ET DK LA D PENSE
EMPRUTT oDU 20 ABOUT 190
Douziime Ripartition
L s porteurs de3 Bon doe I'Empruut
du t20 Aodt 1!0)9 son* avi.6 qn'il"-
peuvent faire toucher au B roau C n-
tral di la R'c t., et d la DApen e,
contra r*eti et sur pr6-en'a ion d,.sm
bonw, un, 1We rAparr'ioi d.- : Semi
pou- cent (112 olo) pour ntfdrdts dti ilr
au 31 Aout 1910 sur IFr sole di. #-I
quatre pour cent (4 o0o) d'amorisse-
ment sur 1- Capittl..
Por.-au-Pr nce, l T17 S'p embre 1910.


LES ORAGES

Voici revenue la saison tumu'tauase d.s
orages. Pour les anciens, la f. udre i ai,
compose de tiots flizhes brdilotes que Ju-
p cr toanant prenait dans les se-res de son
-ige poor les pricipi:er sor Ceux A qui il
en voula,'. Pour.ant d'prr s ccr.ains ( qii
ne se croyaicnr pis tms bien renseignts
s,.r les fa-:s t ges e, I~ I divinity~ ), ilsuf-
fiai d'an ssup.e froncemzar" de son olym-
pien sourcil pour fire dcla er le 'onncrre.
Oa retrouve des idWes analogues dans la
plutart des myhes religieux qui o1t berce
I'humani.6. Ainsi d'aprbs la rrythologie
scandinave et pour ne pas parlor ici de
Jehovah -- c'est en brandissant son mar-
eau que le dieu Thorr d6chalea-t I'orige.
La sain:e reason n'est pius d'accoid avec
S Une st. tistique que j'emprunte a l'6mi-
nent directe-r di Bareau centra mi6toro-
iogique, M. Angot, e ab'it que dans nos
regions les orages stou en mify:one cent
qulize fois phl.s friquew:s dins I.s mois dc
loin tt joillet qu en decembre et ja ivier.
Lei anciegs n'e aient ras sans avwir remar-
qu6 cela, er je ia'imagine volor tcer., sons
L ics vers olivers d'Acid6rmos, les platoLi-
5 ciens dispoutart avec dlegance et perplexity
sur cet e grave qqrstion : a Pourquoi Zeus
t esi-il plus solvent en co' re 1 6 6 que
. I'hive ?
S Les progress de la m.teorologie deciri-
qae nou. perfect ent d' border le prcb ,6me
des orages sous mn angle si j,ose dire-
SI.moins obtas.
"*

En 6td, et par un effect riaturel de I'dva-
Sporation plus grande des canx, I'hamidut
m, oyenae de Pair est a Paris trois fois plus
r grande q''en hiver. D'auntr pait, et A
Scaune de l'echauffement do sol, la temp6-
Sra oute de 1'air d6crolt beaucoup plus rapi-
Sdement avec l'altitade qu'ea haver : il s'ea-
sait une plus grande nlatensite des a com-
. rants ascedaats qui S dtenda, comm on


sair, A fire mintee l'a'r reads plus lgrt
Far la chaleor. Or ces courants d'air t-
cendanis paraissent, come roos allows Is
voir, oiner on r6le primordial dans la for.
tr anon des orsges.
On a dcouvert recemme it que Mou
i'acton des rayounements emis par le ra.
drum ct les cops aralogues conenus dams
tle sol, an grand rombre des particulesde
Iair sons continuellement dissocides ea
d'autres plus petites, charges d'dlectricitd
posittie pour les ones, negative pour lei
autres, ci qu'on nomame da ions Laes
ions oat la propridte de piuvoquer autour
deux, .ous forme de gouotelrtts, la con.
densation de la vapeur d eau, lorsque rar
1'cfft du refroidissement qu'amrne toute
detente e I'air, cette vapeur d'eau deviest
&ursaturante. Mats, chose curieuse, let ions
negatifs u'ont besoti pour formerles goat-
tleit es que d'une detente beaucoup plus
aitble que celle qui est necessaire A la for.
nation des goottes positives.
Dooc en e. quand I'a'r humide se dd-
tend en s'ulevant, at so former en genarai,
d'abord dans les coaches les plus bastes,
des cuiges charges d'6tectricite negative,
puts au-dessus, des nu ges charges positi-
vemen Ainsi les oudes peuveni presenter
ectr. ehes ei avec le sol des ditierences
;oosidetables de tension eitc rique on com-
nae on adt dans I'argot technique, de Kpo.
entclt a.
Oa peut calculer ainsi que fr6quemment
-an nuage d un kdlomo re de rayon stue A
Jdex kilotutres du sol suffi, A rrovoquer
1 lIa surface de celui-ci an champ electnqae
egAl et souveat supiracur A a i.ooo volts par
iax re. Ma s Iorque la tension electique at.
teint une certain limited qu0i e pest & 6
d!passie (pas plus qu'un fil d'acier ne peet
Sie tendu indefinimect sans se rompre),
I'equilibre lectrique se reta blitz brusqaemeat
ct il se produit one vioienre decharge:
c'est l'ddair don't Franklin a le premisser
demootri l'identii avec les petites etia-
cclles de ses machine dlec riques.
Mats les f rces que nous pouvons re a
lis-r sonot iofimes A c6td de cells doot
d spouse le grand labor oire de la Nature:
cer'ains ec airs out josqu'A quinze kilo-
mi r,.s de longueur, et leur energies sauft
parfois a volatiliser des .m sse metalliqua
enc rnes.
*
Porrquoi frequemment, dais I'orag,
I 'cla r est il presqae immediateaent sum
June avetie ? La cause en paraht asses
,imple. Ce qut fait qa'erdinatreament hs
,u-ges flot'ent sans tomber, c'et la pe
items e des got ele tes don't ils soot toI-
mes ( et doou la dmernsion o'est soovit
qa'une faible frac ion de millimetre I; la
resistance de Iair rend leur vitesse de chs
te ex 6memnent faib'e, de sor e que le1
goutrts de la patise it ftrieure do s.e
out le tems. daos les coaches d'air pi
chaudes qu elles rencobtreat en tomha,
de se vaporiser entitrement poor aller-'s
reformer au-dessus.
Mais lorsqu'ua e.lair jaillit, ia cha4S
electrique des goutelestes qui s'oppossi s
ce qu elles s'agglQm6reo'( exac-emeotcow
me les feuilles d'or d'un electroscope) 0
neutralisee ; aussit6t, cessant de s K w
pousser mautelleweat, elles se rsEa j w
cc gouties plus grosses qui tombeut rf 1
dement vers le *o : c'est I'averse.
Beaucoup d'autres particularitds des
ges, t.Iles que les roulements do
s'ezp.iquent aujourd'hui faciletent.
n'est pas le lieu d'y insiscr, ct il
suffira d'avoir expose dans ses grandsu
gnes te mecanisme du phe..or6ae,ir
pendamment des circonstances loca e
peovent le modifier.
0 me pardonera de la sec !
des explications precedeotes, bien q
soit peu de mise dans un fujet ot "'
sortout question d humidite.
D'saillears les memes causes qul
les crages pa;us frequents ea ddte
les fair eciater de prefeece s ass
ls p'u, chaues de la journ& ;
rnent come l'a e:ab'i M. Angot, ple |
la mo;t6 des orsg;s d'ete ( exlac
54 pour too ) oat lieu A Paris enmsa
diet six heures dt soir.
.
Nos lointaims ancitres, chaqoe I .e
toonait, offraient aux dieus des
I expiatoires, ce qul, entre pSe
Sa'iadiqmit pas qu'ail eaussent
1cornac ace trs rajquilek; as' .


_ -~------L---~l~i~ll~31111 -L







e posil e o*oc&,..nc, on s'enquit r J un
paraplaie, ce qui esarpis :aisnn. be.
Est-ce parceque q lp homes "son dcve-
uas plus wertueua oe. *a contraire, parce
qa'ils so sons f- des cues decrimnels co en-
dsucis, imacesible-. A 1 crane dauchAti
mat ? Je pesse pla 6t que si ces 'erreura
peudiles out disrart, c'est que jusqu au
adId do Feup!8 a p6 etr6 obscur6ment ce
rsenaiment do d6 cimainisme des choses qua
eat la plus t iolnphioe conquite de la
Science.
Let orages n'app.r icanent p'us an do-
maine mys ique d: aIs divinat on felgo ate:
sla philosophic atutelle les a conquis sur
la Magic. Et sculs Le reg etUront ceox
poor qei ne sonu sublimes q-: les choses
lncomr r6hensibles.
La N-ure n'est pis moins belle rarce
qu'eile n''pouvan e plos.
La conuaistance n'exclat p.is ie s ve :
ell le punific et I'illumiar.
E' tanl que dans I borrenu d'uai iuit
d o age, I ecl ir ddroulera son arab sque fu-
gi ie e e dord?, es pod es y %err na : image
de cc qu'ect I'humaine pensee daas i'irfi-
ai tintbrcux do Cosmos.
9 CHAILES NORDMANN
,Astron6me de I Obssrvatoire de 'Pais.
j p*-qT^P- PA p-.
A partir du lundi 3 oc-
tobre prochain, les bu-
reaux et iimprimerie du
Matin seront trans-
fer6s a n N 0 8 de la rue
Eugene i' urjolly ou
rue atm6ricaine.


A L'AVANCEMENT
GRANDE FABRIQUE DE MEUBLES IT DIW
CERCUEILS D9 CHARLaS A BROWN
126 Place de la Paix et 108 rue
Magasin de. 1 Etot
La grande fabrique de meubles et
de cercueils de Monsieur Charles
Bronw don't la reputation est faite de-
puis plus de 18 ans vienut d'augmen-
ter le personnel de ses ateliers de
plus de dix 6b6nistem : ce qui lui
donne un nombre suffisant d'ouvriers.
pour satisfaire aux grande deman-
des de sa nombreuse clientele, tant
A Port au-Prince qu'en province pout
I'ex6cution des cotmmandes deo meu
blues de tout slyle choisis danq l
Catalogues franQais ou amdricains.
Un sculpleur spOcial est attached
aux ateliers pour-l'execution des tra-
vaux de sculpture de tous modules
gdn6ralement quelconques.
Grande reduction de prix sur let
commandos qui seront conff6es A
I'6tablissemnent.

Voulez-vous acheter-?
A bon mar hA un busi en bon 6ta
ave: harnais, un moteur de 4 che-
vaux, an magoifique lit en noyer, une
grosse malle on tout aitre objet utile.
11 colonies d'abeilles italiennes et
mixtes, un philtre A alcohol, une bicy-
clette, deux machines Si ger, cou
verts, vaisselle, etc., adressez-vous 6
rue des miracles, au D6p6t d'obj to
d'occasion, mason de conflance qui
vous leos fra trouver au plus vite.

Voulez-vous habiter ?
Une coquette villa au Bol,-Verona, &
Ttaroau ou a Lalme, mei bl6e ou non;
on bies deires wyou ne matron *
ville, modest et spacteu-e. Lu dapd
d'objets d'occasion, C,rue des Miracles,
c6t6 de la Banque Nationale d Haiti
a une listed de masons ou vous pou-
vez trouver ce quo vous d4sirez.

V. P. Sales
AVCCAT
GCABnaT : 30, RoB PAYts


Chaum bre do Conmmroe


Port-au-Prince ( Raiti )
En conformity des articles 8 et 13
des statutes de la Chambre de Com-
meice de Port-au-Prince, I'Assemblde
g6odrale est convoqu6e le lundi, trois
Octobre prochain, A quatre heures
tr6s pr6cises du soir au local de la
Chambre, rue des Fronts-Forts, No 5.
ORDR. DU JOUR :
lo Lecture du rapport annuel ( ar-
,icle 12, 2e. alinoa des statut' ) ;
2o. Lecture du rapporc du Trdso-
rier ;
3o. Revision des status (article 90
des ttatuts ;
4o. Election det 21 membres de la
SociI4t pour la p~tiode 1910-1913 (ar-
ticle 8 des tatut. ; ).
5o. Formation des Chambres arbi-
trales (article 14 deo btatuts ; )
0o. Prd'entation du projet de bud-
get pour I'exercic-e 1910-1911 ( article
1 '. tatut. ; )
7o Touted qu .t ons d'intf.et gcns-
ral.
Port-auPriec., le 12 S ptembr.- 1910.
Le President de la Chamnb, e de Com-


mtere,


D DcINOIS


Rent ee des


ClapellerieModerne

PLACE DE LA PAIX.

Salon de co fIure du Louvre

La Maison vient de recevoir un CONFORMATIUR. I seaul in-trument prati-
que et universellement employed pour prendr.- la forme de la t6te. Plusicurs
client, peuvent ,tre ervis rapidemien girce & cet appareil merveilleux.
Si on veut commander uun chapt. u A 6tranger, IMM. GONZALES & JOSE
SAN MILLAN vous donnent les measures & exptdier.
Paille ieminrquable, -- Ianamas superieuis ; les chapeaux sont arranges,
ripards, fabriq'i4s, pplon les goits les ilus difliciles et les plus delicate.
--- --I -- """"- "


Hotel de France

M'"x A. Maltre, propri- taire
Bibre aillemaud,\ la 112 Louteille 0 (0 Satddwichs
h1(ll:4 daise *a (1.S8* Manrihattai cOLktail
Champaguo Cocktail 0.731 Koa Buch
VINS MOUSSEUX, LA 1:OUTEILi E : P. 5.00


ChampaOre Pommllery


0.30
0.40
0.50


& Greno


DWjeaner et dincr iu Cthampagne P. 5
Table d'l 6te : P. 3.


laiises


Vo s ro vri z <:h z MatJame Lo
n ewski 110 ruw du He6ervoir L.n
gre d as ortimeu, <'art cl s poor eL-
fai, s et jitus g n., costume, cha-
p aux, ciavates, etc.

Avez-vous A vendre ?
Una mindoline, un bureau A cou-
lisses aim;nic;in, une chaudiere guil-
divaede 3 a 4 points.
Une chaud tro a vapeur do 10 che-
vaux, une vitrine, u:j alambic eu cui-
vre, grillage et barribre en for, un har
mlonium a t-ansposition, un grand ta-
pis pour salon ou tout autre objet
doni vous n'avez plus besoin.
Venez vite, 6, rue des Miracles i
c6tede la Banque Nationale d'Haiti,;u
dOpdt d objets d occasion, inaisoo de
confiance -ui vous les fera vendre im-
mAdiatement

Avis commercial

Je donne avis au Commerce en g4n6-
ral et rmes clients En particulier
quo d'un common accord, Monsieur
Paul Gardere cesse de fire parties de
ma Dmaison de commerce etablie sur
cette place.
A partir d'aujourd'hui,. Monsieur
Cami'le Gardtre sigoera pour la Mai-
son.
Port-an-Priuce, 15 Septembre 1910.
Ve. BARBANCOURT

MASON


C. V. CABECHE
GONAIVES.

Avise ses clients qu'elle vient de
recevoir, par dernier bateau, d'une des
premirees Maisons de Bordeaux
L RomemuMx & FI.s
Vins Ran & blanc, quality aup-
rie.re, per batiqes et 1/ bamquea
Anisette ( Marie Brizard ).
Vermouth Ctery Cordial Madbre-
Cognac a President Carnot s.
Potter XXX, itab frais.
Sirops assortis ( fraises, groseille,
grenadines, orgeat, etc.)
Fromage Gruybre de premier choix.
Huile d'oliveo, litres et 112 litres.
Sardines (Amieux Frbres) 112 bot-
1ttes, etc., etc.
Prix zxcPoTiMaMu.L.ma*T avantageox.


On tro ;vera


Ai la Ma-soi AI)..


--esinarquets


21 HUt.. i1 \UX
Un excellent vin ,ou, le Gallon P. ; 00
S vin hla',. 400
Sutdiues fraLtaimes It bolte 1.00
4 anu arret'es 1 25
Filets d-- maquereaux A l'huilo 1 00
Gr and assortimentde liqueurs de toutes sortes
--. -


-----


Ali.


TOUX. RUMISJ :34If'* h E~ENROUEMENTS

- u..


Granlde Fabriique Moderne


Bo SS9 S


DE
Gaze uses


Sup ;rieures


II y a & p+i'e uriao n r, depui- que la plus nutiilive, la plus agrdable et
la plus foriifitint toe- boa ".-o'.s Gazeuses e.-t entree dans la Consommation
ous to nom de I

ROVAL KOLA CHAMPAGNE
Seo qualitds et sa flue s.v ,Jr lui ont vite co,,qu s ue' vogue croissante
qui est un encour. g ment n aiame temps q:ie la r4coi,-enise des dions
minutieux donnds A sat fdb i a-on.
D asirei si dt atisftr-, !,<- g )d s lt4 plu. djifii, ..s pen plant I'6t.fde 1910,
la fabrique a p-ep4-r' a u : ( n ,4 app-re is p Ic'ijonu6s des products
hors pair.
Elle met on vente au minee prix ,-t '*-u- ce't memo marque ROYAL
plusieurs de icieu-es Bfissons gazeas s qui -eto ,t I Providence des per-
soones souci'is-'f d'o'frir chz ellIs ,l'xejuis raffratchissements aux goats
varies, et pr4.cous.,s daiis toutes les r6 uinons c6 Jde leur aIn6 : le
ROyI 1 K ola Champ gne
POUR VOUS EN CONVAINCRE,. D ' PRODUCTS INCOMPARABLES :
Cream Soda Cristal Li.monade
MOUSSEUX AUX FH4MB 4OISES MOUSSEUX AUX FRAISES
MOUS-EUX AUX CERISES.
L'AGBNCe (;INARALE eOst 'oajours. au Magasin de la M4tropole 93 rue du
Magasin de I E'at, v.yus tiouvArez au.ssi ',s products au m6me prix dans lea
Dep6ts suaivants:
EPICERIE MODERNE I.55 Graud'r -, s" face la Maison Robelin.
EPICERIE CADET LUND[ rue des Front.-Forts.
A LA PHARMACT(E NOUVELLE ALEXANDRE ROBERTS, rue Roaz.
MAISON A. FAUBERT. rut Roix.
A I'EPICERIE H. CORVINGTON, rue Fdrou.


At


.\~ C ~rr- ..








AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs
Pour la R6publique d'Baiti

Extralt du TARIF G6n6ral, Septembre 1910.


Cigarettes


GOURDLES


NINAS Ie paquet de 20 1.5
do Ie paquet de 10 0.0
CHAssEUR le paquet doe 20 0.9
HONGROISIS en levant supArieur Le Bondon de
20 cigarettes 1.2
do en caporal sup&,'our paper rose, le
paquet de 200.8
do en Marylanrd Ie piquet de 20 0.8
do en caporal ordiuaiuL paper bleu Ie
Bond oode 20 0.7
ELsGANTES on Levant ordinaire le Boou-on de 20 0.7
do en capr., supArneur paper rose, le
Boudon de 20 0.7'
do en Matyi;,ud paptir jauu. le Boudon
de 2)0 0.7
do on catpuot orlioaira papit'r bl[u le
BoudVu dce 0 0 6
FRA QAISS ea ctuor.ti s, p6rir piapit r russ 1ie
paq do en Ma:.yiand papier jaw:e i Buudun
de 0 U0 t
do e* c[.oi41 urdiraire pa .,ir bleu Ie
;oI. 1Ion do 20 0.4
RoULtaes en M.-yld .1 ut caporal p,*Uiieur le
poritfiiA, !de de 20 0.'7
do au capo, di doux la b :;* 10 0.4
do e'i cap' ral ordinaire i. por1t'Auill*
de 20 0.(
do la bolts do 10 0.;




COGNAC TARD

Pour tous renseignement.s et
S'A DRESSER A :


20
wi
w


2c'
BE,


5)

V.
60
30


Tabacs Boaeriati


GOURDE


LUIANT SUPlrtmUR (dit tabac d'Egypte) la Boltt do
50 grammes
LVANTr ORDINAIR1 paper violet liass, 16 paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jauna Ie paquet 40 grammes
CAPORAL sUI-MRSUR paper bleu Ie paquet do
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL OOINAIfK pauser pite bruoe Ia paquet
de 40 yrammess
TABAC A PRISeR, Virgin:e haut goat, pap1ir ]ao-
as, le paquet do 100 grammes
POUDRI SUPERIEI RB, paper bieu 'le paqu t do
100 gramme i
"OUDas ORDINAIBS, paper bruu. le paquet do 100
grammes
TABAC A MACHnR roles Maoos fi16s le paquet do
too grcamnm*


J..1,AVIIDII


1.25

0.90
0.70

0.70

0.70

0.60

1 U)


1.20


150


D UPUY Maison table depuis 170-
daris le ChAteau de Cognac
DUPUY oeio est n6 le Roi Francois If.

commr andos
Andr6 FAUBERT


agent g6n6ral pour la R6publique d'Haiti


Laboraloire Sejourne


PREPARATION 'aE TIIUTl,:-&\A'OULES MEDICAMWTY.USES


ST IlI


AmpOUJ.3S d'E.;u do ma~r Isotozliquebs seoiC Quirnnria
L'sau d,- mor qkin nous lornployo-'J; a 616~ soigoeuseme3ut captAe .Ju 4r"
an deIAdi a. Ikt.z la (ouAv- NS.' 'i tiisons revn;rquer au Corps rn6dical
I observatitou J~itli"l'* -O (04'It, "S.laburj.toir.-s t~Lnangers
a L'Eau tie mcer injectable don Itre doti abI~cation r6cente pour avoir toutes see pro-
13o rdisot on oslsrsut'seprblrif6ts th.rapeutit ues. De norubreuses attestations cous perwettent do certifier quo

Speci~aitO: Scraim n'3vrosth6nique.
Ce Seru~ ri ri'*se lfes AcbhLngigs nutritifs. ii a et6 eiupluyA avec sue
c&A dau. ila L~r. r~ii A tubsrc~alose. etc.



Ferrari Cerniechiaro &Co


Horlogerie,


Bij outerie, Joaillerie


168, GRAND'RUE, 168
Ancienue M:ison D. Ferrari
Par le dernier steamer fraucais sont arrives des articles de toute beauty,
pour toux les gouts et pour toute- lt-s bout ses : Buoux. SAUTOIRS. BA-
ouss. -- BouICLmS D'ORRILLFrS. --- CHAINeS POUR MONTRES. etc.
ALLIANCES SUR UOMMANDE
INSTALLATION MODERNE
REPARATION de glaces qui sont remises absolument A neuf; aini que
des tableaux artistiques.
Achat de vieil or et vidil argent
La maisou g- rantit les marchandisen qu'elle livvr- ainsi que lea reparations
ARTICLES DE LUXE pour les I ratuipau 66nementede la vie moudaine.


American Bar
PLACz GEFFRARD
VIN HUGE MEDOC
Gal : G. 3.50
VIN PLANC GRAVES
GIl : G 4
BI1.FRE ALLEMANDE
A. LA PRESS' ON
Epiceri e
Fromage Emrnmethal la livre G. 2.40
FRzD. W. KATS' H, propridtaire

CIez A. Cipolin
82, RUz RiPUBLICAINm, 82
En face la BOULANGERIE DU PROGRiS
et pros la Maison WEBLY PFRSSOIR.
SVIENNENT D'ARRIVER :
VINS ROUGES & BLANCS par bar-
r ques et par tai-ses. marque lreL
COtes, de la Maison BoUBtE FRikRES,
de Bordeaux,incontestablement supe-
rieurs A tous les autres vins actueolc-
men sur place ;
CONSERVES ALIMENTAIRES de
premier choix, defiant touted coucur
rence;
LBNTILLS.-SAUCISSONS FROMAGE.
CRISIS N FPLACONS. -- BEURtR
DU a VAL SAINT-MICmv-L *
IT D'ITALIu. IC., rTC.
Gi&ce A an personnel noovellement
arrive, la Maison met A la disposition
des families et des hotels, suP com-
mande,de la fine PAtisserie Francaise.
NOTA BENE.-La Maison est, comme
par le passe, bien pourvue des Li-
queurs et Siiops qui out fait &a re.
nomman6e


Cordonnerle


Nouvello


C. B. PETO1A
GRAND'RUE 143..
Avise sa nombreuse clsent61e qu'l*
:e vient do recevoir. par dernier be-
teea, ane forte quantit- de marcbaa-
dises et de fournituiui do touts fral
chear et de toute beautA, imported
de France d'Allemagne et des Etats-
Unis.
Le public 61Mgaut, curieux de so
biert chausser, y trouvera les peaul
les plus solides et aux nuances le
plus varies les former les plus balls
et lea plus appropribes.
On n'a qu'A venir chez G.B. PITOIA
pour 6tre asaur6 d'atre cbauas&6 ~l
vant les meilleur.;s lois du comfort -
do la mode. Sp6cialit6s poor dames.
Grand Stok de chaussures; '
Peaux, cirages, formes, fournturat t
st mat6riaux divers pour cordonA* ..
ris. On tronvera tout ce qa'il taut, sas
prix les plus moddr6s, A
LA ComaomainI Nouvm. u
148,GRANIRUKt .1.


I I ,


MA C. L. Verret
Taillear-Marob 4, r d
Donne avi a Sa bkituvIT)0aLt Clies.
quo a& maoMa4 No.7, hea Travw.
tre ost toujours ieu ponruo d'at
varl6S6 d'sofoa so t r hlb utes.



re Prtit d* resis ( r






GCAUssUres M Dme 6,rouR LA Vmna


vail touJlour tout ** qa it y a d plus
*ouveoau.
Former am4rieaine et fr a-(ais poar
Messlieaur ; 616gantes et cmmodse.
Pour les ealanu,. pl i ais.
Travail sold. ox'cuMO avTe
de pemux de premlir-' Emrqug .
AUssraMe do grand A L-.1
iage st Ltquide-d. 'm.
Francisco D ESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en do-
p6t un grand stock,---pouria vente en
gros et en detail, -- de chaussures en
tous genres pour -
HOMMES, FEMMEs. ENFANTS.
LeF commander des coammercants
de l'interieur pourront etrs executews
dans une semaine I peu pris.
T23, Rue des Fron's-Forts, 23
Port-au-Prinrce (Haiti).

Maison F. Brunes
195, GRAND'RUE.
DirigAe par
L.Hodelin
I Ancien membre de la societE philanUtopi-
que des mattress tailleurs de Paris"
Vient de recevoir uu grand choix
ro etUffEs diagonale, casimir, alpaca,
cheviore, rsheviote pour deuil, etc.
commander pa ticuulire rent sa
clieutele une belle collection de coD-
pes de casimir dt giies doe fantaiise
et de pique de touted b-eautS.
SPICIALuTr DE COSTUMES D1 NOCLS
-Coupes Frangaise. Anglaise et Ami-
ricaine de la derniere perfection. La
mason confectionne aussi des Cos-
TUNIS MIUTAIR8s, HABITS 0RODts,
DOLMAN, TUNIQUS-,HABITS CARRis8, at,
etc. de 'sou grades.


eLfy*b3Mt M'"*SC-A AFLI.


-