<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01028
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 15, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01028

Full Text


Quatrieme Aun6e' Ne 1045


E.*atiu-Prtnce* Hatti


Jeudl, 15 Septs nbra 1910


ABONMEMENTS
Ux Mot ... G. 2.00
Port-an-Prince
TROis Mois... 5 00
Dpartun ts UN Mos ., G. 2.20
Taots Mois. 6.00
Btraor... aos Mos. on

Dnuwzcua
C16meant-Maglof 'o


6


J


o .


LE NUMPRO 15 CENTMk.S

Leen manuscrits mink ~soun on as ser
pas reaulus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ISO;J, 45.

ADUMZEITR&TU'I
A~rthur Isidlore


OUOTIDIEN


La rou's ponssi6reuse quo labou-
rtalent de mouvants et profonds sillons
lee roaes de la voitare aon roula sux
pnates d'uoa collin. Leo ciel ctait d'an
ileu de pie; r., pr6cieuso.Des cyates piu-
als, de la terre craquelde 6manait I'Apre
odouear de 1'6t&. Bient6t, derribre une
ligne de cypr6a don't le vent courbait
le points, so sithouetta solitaire, si-
leocisex, abandonnu, ce Montmajour
quai tait to bat do notre promenade.
De vastes terrasses, aux balustres et
sox escallers de marbre, oar quoi I'on
edt r6vd des cort6ges de f6to palante,
dominaient le golf radieux de Fr6jaus.
Ua portique aux colonies roses voas
faissait songer A quelque palais it. ion,
do m6me qee lea balcony qu'6tayaient
do lears 6paules massive et de les a
bras musculeux des cariatides all6go-
riquea come en sculpts Pierre Paget.
Qaoique ell* fat presque neave et en-
core inachev6o, cette villa offrait d6jA
I'aspect d'une raine. Leos places en
avaieDt ddfoncd et 6ventr6 le tolt, lea
coups farieox de mistral arrache lis
volets, bris6 lea feantres, d6chiquetd
Ies carreaux. La facade en etait con-
tur6e de 16zardes, rayba de lougaese
tAhoes noirea et vertes. Et par la porte
beante, tells qu'un arc do triomphe,
dans ane sort d'atrium immense,naou
appararent amonceldes leao unes ur les
astres, couvoertes de loques pourris ett
de grisAtres toiles d'araigodes, des
caisses de touteas le grandeurs et de
totes lea former, des pans de frosques
d6coratives, effrities par places, macu-
Ides de salp6tre, des debris de mosai-
ques d'od jaillissaient de vigoureux
Oglantiers et dos ronces, des corniches
6br6ch6es od lee hirondellos avaient
cimant6 leurs aids.
Sarait-ce i cbAteau de aIs Belle an
Bois dormant? fit Mma de T( ves.
Dites plat6t de aIs VYicille a Bois
veillant, rectifla Jacques Cornoules qai
noas servait de guide.
Et il ajouta en 6tandant la main vera
%eo baasde qui, & la lisi6re du foailli
d'eacalyptau, de mimosea, d'if, de
pine parasols, d'yoases, de lauriera, de
myrtes, tout vibrant do concert des
eigalee-le pare merveolleax reconquis
poa A pea par Is nature -avait appa-
rease do quelque petite mason do jar-
dialer ;
..- La voys-evoas, IA-baa, la fldle gar-
dionaes?
Ella itait assise devant sa measure, A
'eombre d'aune traillt, et pilait machi-
ralement pour son repas do soir des
housess d'aU dans no mortier. Les an.
aads lourdes l'avaisot coarbde autant
qa'an baton ide chemineau. LOes ailes
oUvantes d'un chapeau de pale ca-
ehaleat A doml son visage angaleua et
doaeareax. Sea l6reo amiscli ett
a trdmulalent common a *si l s
tt tot hast des chooses loia-
tMOIq.a ohiea sommeilnait contre aa
V- ou lut series volontiers I'am06-
S t oe t tout Ie domain gat A
"dU, aais, em qul oostleoa-


neat, paralt-il, do veritables tr6sors,
les jardine, leos champs d'oliviers, leos
bois I
Quells blagae I interrompit-jo.
Je vous le jare... Tout Iai a 6t6 don-
n6 napgure dane on ban geoste par son
filM... Et ce bo- fils, c'eat simplement
Mariuas Capoulade 1
Nous noen revenions pas. II expli-
qua.
Marius Capoulade, le financier d'au-
dace et de proie, qui braassit les trusts
A 1'amdricaine, qul s'imposait aux plus
mdfiants, qui tutoyait loe ministries,
qui s'6tait fait 1lire sdnateur et fdt ar-
r.v6 dans quelque combination hasar-
deasoe caeillir le portefenille des fi-
nance', ce type doe calignalreo qui
availt entire tons le don de ia seduction,
qmi vous amusait do son accent et l'exa-
gdrait & desosio, qui no recolait devant
asucn moyen pour abattre un adver-
saire, ce paysan d6grossi aux traits
16onins, au rire strident, aux grosses
16vres sensuelles, an regard impirieux,
auax rses aubtiles, aux maladresses
voualae, ce Mercadet 6nergique, con-
fiant en sa force, qui marchait a 1'a-
pothdose; et parcel qu'il y a tout do
mnme, come disait l'autre, une justi-
ce imminente, se'tait casse, piouse-
meat leos reins comme an choreval do
prix & reclamer sur un obstacle ridi-
cule, avait ddgringol6, en fin do com-
to, da binc de la cour d'assises A la
retraite force, 6tait sort de Ia, de ce
mas perdu dane lee montagnes, at an
rebours do tant de parvenus qui s'om-
pressent d'l1uder lear origin*, do re-
nier le sein qui lea allaita, availt von-
la quake a mereo et sa part de bou-
hour ot do fortune, vieiltlt do mime
qu'en an beau rvoe.
Au plus fort do sa val*e, il avait
achet6 autour do la taupinibre ances-
tral* doux cents hectares, inspire ls
plan d'ane demure de eofgeaurie aux
architects et azx artistes le: mail-
lears. Durant des mois et des mols, des
ouriers de totoo- sort* s'6taient eta-
blis dans le village qui so trevoe a ne
deomi hsare do :a vilela. La villa magni-
fiqae montait, s'l1argissait an hast do
la collie, la couvralt d'an mantean
d'ombre do plau on plaus majeataeux.
Deo partout, I'on p6lerinalt, les diman-
obe et les apr6a-midids d fete, ver eIs
chateau, !'on accourait pour voir oad
on talent lee travaux, pour admirer
les caves qui avaient I'apparence d'ano
orypte les lambris dorda, les soalpta-
res, lee colonnes, lea vaaqasa et les
nalades do bronze, leas arbres Etrangoe,
lees plante inconnaes qei venaiet de
la Chiae, do Ceylan on do la Florlde.
Capoulado eagloautisait Il A plaisir,
ainai qu'en an goaffre, des millions,
come s'il avait atoa folio doe gran-
dears et mdit4d doe earpasor le fast.
Idgendaire da eurintoodant Foaqaet. 11
acetitA a imports quod rix, dam lea
ventes. t chix les eantqaaires, daI
meobles de dix-haia6se e63ole, des
Gobeflas at des Bosvsls ed tteeu
des tablesea, ea ble qla vila e fat


CONTEST DU JEUDI


LA GARDIENNE


pas encore habitablp, qu'il a'y ea t en- transformrait ti facil.mont m e h6tl
core A riut6riur qne dos chambrs et omsoa sanatorium .. Ele villera jusl"-
st dos salons ia ovds, lea expidiait qu'A sa dernibre hours wur ce qui fut
& s m6re. Is rveo et l'orguell da pftchoun.
Par sur appr6hobnsion instinctive deo
I'avelir on par un sc do tondr.esse
a ale, Ie s6nateur avait on effet recorn-
na & colle-cl on tout* proprl6t6 Mont-
major et seas d6pondances.
L'ancionne n'osalt d'aillears y doe-
ear aucan ordre, no a'y aventurait HORS DE FRANCE
qa'avec uan trouble insurmouotab'e, corn
me dansa n sanctuaire de miracle oil Du Journal des a Ddbtf sa.
I'oa sent passer sur son front Issouf- -
fle de l'invisible. Elle persistait A so Je prie le lecteur des 'Debts de voyaoir
soervir soi-mame, & ne rlen changer bien m'accompagucr ure fA is de plus dams
dans sse habitudes. Elle res'ait *enra- cette France du dchors qui ne patage pas
cinde & ma bauge misrrablo. Ell slais- notre existence polit que. tuais qu parole no-
sait s'accomuler les calasss sur le re langue et se nournit de nos edde, Elle a
caisses, parmi les 4chafaudage' et lt sa literature, et cc.te ir:rature mirie no-
6chlles, dans li hall splendid qua are attention A plus d'un titre. Elle nous
lai donnait I'impre'ssion d' nef d'd -renvoie l'image de notre France, agrandie,
glise. Elle no cossait do r6pdter inqui6- embellie, po6tisie par distance. Comme
toment : disaiert les anciens,maj/r e longinqu&. revcrem-
Le pitchoun eat foa I Le pilchoun ifa. II eat carieux de voir comment I'esprit
Oet foa francois qui, est imprim# Jans noire langa-
Et soudain lea envois et leos travaux ge et come identified avec lIi, pent etre
s'arr6tbrent, les 4quipos broyantes do influence et modified. ici par Ie climate, IA
maeous, de charpeotiers, de peiotres par lea traditions sociales, la, encore, par
battirent en rotraite, abaodoundret l 'ambiance intellectu!llecet social, par lea
roauvre dbaach6e, emportbrnt lenars mmars et tendanc- d un giand people
aoutl. voisia et par tootese orves de forces ,duca-
Capoulade arr*tait brusquaeont lea traces on attirantes qoi ne se sons ras ren-
Capol arr t brq nt lecontres sur notre chmi, A nos tres,
frai .n qui sommes le gros de la nation en march,
L'amoar, sequel il navaltgoAdt qn'n le bloc primitif de !a civilisation francaise.
pasmant et da bout des 16res, Ie tonsit Cos refleatons me sont suggeries par deux
a sa merci. Use petite ballerina sans recueils de vers. tc-s deux publics A Paris,
importance, an masque adorable do mais r&vis et ecrits bien loin de Paris et
Psych, au coear de caprice et do jole, qui reflttent l'esprit de deux races tr6s dif-
au corps harmonioux et ddllcat qu'as- trenctes. Lorsqu'elles narlent no-re langue,
souplirent les exerciceq rytbmiques, elles se font, dan 't. fiaie richesse de no-
lee attitudes de grA.-e t do tentation, tre idi6me national, no vocabulaire quisert
'avait ensorcel6, le d6traqualt, lni fai- de clavier A lears variations, dinstrument A
sait perdro la raison ot tout oublier, leur virtuosity, de truchement A lear imagi-
puiesat A pleines mains prodigies dans nation ; elles traluisent l Ame fran;aise A
cette fortune d'occasion faite doe ar- on moment parciculier de son ddveloppe-
goet d'autrol. meat historique, que ce moment soit hier
Le proverb narquois no pr6ten&-il oa demain. La comparison, je le r6pate,
peas qua ceqi vient de la fldte returned est interessante, et je crois signaler IL sux
am tambour ? jeones gens one etade de psychologie cri-
Et an soir, lee michantes gens do tique asez mneve et assez coriease.
village qui avaient oi longt,,aou envid Les deux receeils ont poor tire: les Ra-
la echAtelaines farent trop hiareux do yous du Nord, et le< Sonnets-MIdaillos de
lai empoisonner 'Aime de loir pitid dix-neuvitme siecle, poor auteurs M. Wil-
hypoorite et sournoise, do lai annoneer liam Chapman et M. Edmond Laforest.
qe le oen ateur v6r*ex, traque par sese 'ai ddji pearl ici plusiers fois do William
depes, avait 4td arrate sa moment od Chapman qui compile avec Precheute et
il sappliait aa mattreaes doe Ie uivre A Crdmazie,la trinity des po6'es canadiaes.BE
LAmdres, conme*nid A vingt ass do ddpit de son nom anglais, je vou Ict donam
rAleslad n. posr le plas FrAnGas do nos po6tes. L'Aca-
La villo s'est toejors rofaese A dm.is qua I'a coeround, Is Sorbonoe qei
eroire A co dIosatre, oonclat Carseo- I' applaudi,l'Uaion des pottes qui publi it
les. Ele s'imagine queen Marie voyage it y a queiques mos A peine, son dernier
poar see aflaires, cache aa vie et son volume, lea foles bre'nnnes qai accld-
saient, redouto quelqee eamomi per- mataleses beaux vers, devant lemoonmesa
d, quelque embdehe se:r6te, ot qu'il de Jacques Cartier, ne s'y sooat pas wrom.
reovendra A limproviste, qu'il Abran. peas et on peat dire que totes ce mani-
leore la porter doe on poing noneau, one festations saoot plus qu'Equivalentes aL de
uiat, aves deo appeals de victoire... Elelo etres de grande na!rrlisatioa. Je defiais
r4de oar le terraasOe dsertes et dans M. Chapman IEnIente corJ'ate faite hoam
Is villa dlabrie, redreeasnt, d6s qu'el- me. MuBteet*e ccrialo incarnde dams u0
Is M t afraohi le msail, I'kchime et la potte. Pourqaoi ? It v oasv le dire lai-
tdte, ferte doe a foi ardeote, comptant SmOm:
et fr6alet doe e maaime tromblantes leo Pare qu'e mes charts vibre le vague dcho
cal|ses, lea states, lea colonne*, 6- Des stances de Byron et des strophes l'fugo,
pouvantant de son bAton les oiteaux Parce que Je carcsse en moa urne sincere
qui y cherch6rent uo asile, les lapfns Ce que mon pire aimrit, ce qu'adorait ma
rumre,
qui y crous6rent lears terriers... E'lo Pares qu'en mol je seas tressaillir A la fos
doondait hargueuse, les strangers ot Le sang des vieux Saxons, le sang dec vieux
lea marchjands de bleas qa'attire ce Gaulois.
ite admirable, qui esparent profiter do Meme quand il 6erit dins notre langue,
sette ditrasso, acqadrtr A an prix do it eat impossible de ne pas sentir I'influence
talsmie o aeqaleotte de palals quoe 'on profonde et coatenue qu'out exercde surls


I


--Mllmmm


w I ... ..







la civilisation br'tanniqje et l'iddal anglais.
Je tiens cette icflaence pour bonne,poisque
p la suabs moi rnea ne depois quarant ans
saas chercher A m'y sonstraite et sais avoir,
je pease, oob ie ma league ni perdu mon
patriotisae. It m es dorc plus f cite qu'A
*a astre de comrr idre la sisteiom in-
Itellctel a de Ma sieur Cbapam. II s'ins-
pise des pt a es saglais, il en est pduatrE et
jmq*a ix m eltles, plus q'il nas Ie croit
peat- rs et me ae sai al je j e vals pas
* facher em Ie sli rdvlant. Msl je m'em-
presse dajouter qae tarati les poe es an-
glais, ses m t r.s f vails sont precise-
amot, cox qui soot le*plos accessib'es I
l'iatelligeoce t.anca*se e& c *it que le goft
ac Gel, en Ang'ere r:, tend A ddprecier.Oa
aba idonne Tennyson au populaire et I'on
Soore absol amen, Byon Je soes heureox
de les retroav r, rI et IA, d.ns I ceavre de
Cbhaman, I'an dies certatocs idylles ru-
rales dout I in,,ocence et la pa.x m en-
chantent ct me rJf-aichissent, ton: en
moffr.n, ctte saine et solid rea itd sans
laques I. cs scenes de la vie p ysanoe ne
seraieat que des dapei:s. E' je iecrnnais
I'autre dans ces elans paisionuas de sym-
pathie veri la na ure, dans ses hiures ma-
)lestuesese et terfibles.
Vivait A praximate, sinon an milieu des
Atig'a s, M. Chiprnai ne peat minqutr
d aioir rerrarq. u ils pEchent et les de
f ais de la r ce britanniqu sercvent, pen -
e re, A Ini dussimuler ceux de -a n6Are* It
n nous voit pas tout A fait tls que nous
srrmmes ; il nous voit ptla6 te's que nous
a7ons tdi A I epoqu: cu Victor Hugo,
cormpa'ant P ris A uoe voix, a-s 1'avoir
comp.re iA oe manel'e, s'ecria t tamul*
tocusement :
Nul ne sait ( question profonde )
Cc que perdrait Ie bruit du monde
Le jour ou Paris se tairait I
Je ne dis pas qa'aujoard'hoi la dispari-
tion de P.rss brul, noye oa demoli, p s-
a. r it inapt ruae Mats enfin la cacophonic
planitair- n eo sersit pas sensiblement di-
mi eote II fiadrait dij savoir on g'e in-
fini A M. Chapmasi de oous apporter cette
a',eable sen.ation que nous avons on de-
m&-sicle de moins sur les epaules sur-
toot ce demi-s 6cle 11 qui pLse si lourdt -
mass, en reality nous remontons bien
p u> h-at avec lai dans le passe, et ce
son- des f ons de vivre, de sentir et, jus-
qu A an certain point, de parler, cer ains
al ects de noire grand siecle, l'Ame droite
et hardie de ses compagoons d! Cartier
et de Champlain qu'il nous ressuscite. Et
son vers ? He bien, c'est, poor le fond et
poor la forme, le vers d'un au re Nor-
mna id qui eat oom Coroneille et que ni
la Pras igiemse souplesse do ver, paroas-
aieo ni la douce musique de Verl i .e et
d* Mallarme m'ort encore, que je sache
flt oublier. Ce grand viell a exandrin, je
le aiue come un ance re. Vaus me di-
tes qu il est paisfis g.uche at souvent
monotone ; mais c'esi IA gauzherie des
f r s, c'est 'a mono ooie puissante, fasci-
n. trice de li v'gue qui deferle et s'abat
aur Is greve. Quel vers rendra mieux les
b )s et braves sentim',rts d'aut-efois, le
evoosemen' A Dieu, A I human) it. A la
Patrie. Ila famile, so devoir, A la jis:ice?
I.e.s R4yans du ?Lord soot p eins de ces
choses, come les Aspirations : c'est pres-
que an hymne contino A I'heroisme
ec A 14 vern. Comme itl avait chinte lac-
qu .s Car ier et Montcalm, M. Chapman
cha te Lincoln, Champlain, John Brawn
ct ons ces heroes inconnus do Isc et de
la fort, chasseurs de bisons, bocherons,
tr versiers. Je felicite Ites C*miliens d'ai-
ui r ceate po6sie.A et de s'y reconnat se.
Cc a prove qu'ils out encore devamt eox
un veaoir qwa nous avoms lai- demikre
ons et quoe son appelon Bmfinsoast le
a*-* t. II 'y a qn'on people ensse qli
ouis~e ea q oie aimer les viailles choses I
AUGUSTIN FiLON.
La fis I detain

LOI

Do Moumtwer
ConsiJerat qoe le tsentimenst de la re-
convr asarce honor cenx qul em font arn
ci te ;
Consider na qu 'il est commit que le G4-
3rl FBANgoC A.ArouTM Swamo, PrEsident
'Haiti jeas rikcUamd les valeta qn"ll
a *e'm diverse ci&otag dii 4eamser


perioanel!ement au profit de la chose p-
b'iqu; ;
C .asidrai t qu'en raison des eminents
services qu'd a r.ndus $ Ia Pa rie, ce grand
Citoyen a droit A la reconnaissance nailo-
nale ;
Coaidelr.ni queo vTe de perpm mr le
sovenir de la masltfl.ation de a emi.
met, il y a lies de len faun ire doe pro-
por ioonne noa moyea ;
LA CHAMM .,as RIraA arrarr,.
Usant des petrogttives quo lis comuo
I'ar icle 69 de I Ct s zuaton ;
A PIOPo i,
Et le Corps Leg tluif a vote d'uloeace
a lol suvante :
Ait ces ier.-A ti:te de decomrse sna-
tionale, il eft faith don d'uoe habits ion au
Gnaor:I ArNTOIE SIMON, Prtsileir d Hai i.
Art. 2a.- Pour I'achat de c re h*bitatios,
one some d; ciequa,'e .milk dollars, or
amdricain. es allou-e au Gineral AuTOImN
SIX >N, P.esiden. d'H id, qui a-a le choia
do to rain.
A t. 3 A c-t efiet, on credit spEcial
est over au D.pa'tement de I Itritenr.
Ar 4.- L prseante lot sert impriamE
et es cote t ila diligence des Scraiairds
d'Etat de I'Iitiieur et des Fisances.
Donna A la Cha bre des Representants,
A Port-am Prince, le 27 A6t 1910, asm
107,. de l'Iidependance.
Le preside it de la Chimbre
G. DESROSIERS.
Les secrdtaires :
DENIs ST.-AmDE, D: L CAMILL.
Danne 1 li Maison -Nationale, A Port*
au-Prince. le 28 Aoit g1910, a 1070 deo
I'ladependance.
Le president du SJist,
F. P. PAULIN
Les sec eda res :
D THEmOD;RI. CHS RAGmIR.
AU NOM DE LA REPUBUQUE
Le President d'Haiti ordonne que la Loi ci-
deusus du Corps L4gislatif soit revetue do
Sceau de la R1publique, imprim6e, publUe
et execute.
Donna au Palais National A Port-au-Pria-
ce, le 9 Septembre 1910, am 1076me de I'Ind-
pendance.
A. T. SIONW.


Par le Prisident:
le '-wrilaire d'Etal do 1I atricar
JIgRp-mlh
Le S&-odta re dL'Stat des Fiauascr
inidrim,
S. MARIUS.


par


.RENSEIGN BMXNT8
Mwi rOROLOGIQtUZ8
O base-vatol re
DU
SEMINAIRE COLLPGK St-MARTIAL
MERCREDI 14 STrrEUMB 1910
Barnmetre A midi 70,-. *0
Ternp6ratur Minimm" 21.7
maximum 30,8
Moyenne diurne de la tempiratue S26,3
Ciel tras-nuageux tomte Ia jourade. Bri-
se de mer de bonne here et amez frat-
che. Pluie et or ge as Sad- O s: vera les
4 heares.
Baromttre en hasse

A 8 h. 30o m. n boUlide tr6 lumizmee
de co'-ieu rouge et verte avec trainee le-
mineuse rouge. Direc ion E A W, pasant
par le zdni h
J. SCHERER.
L'Officiel
Le N 0 d'hier content daos sa parties of-
ficielie l'inctressant sommaire suaivant :
Loi accorJaot 5o.ooo dollars a Son
Rxcellence le President Fran eis Assoine
Simon & titre d r6compease national.
-Loi accordant a Ddparement des Tra-
vanx publics u rn cdit jde cent quarsa
mille dollars poor 1etreprise en rdgi de
Is rafectioa dea canalisation de Srvicke
hydraulique de la Capihale.


Arretd de'liauida ion de pensions ci- t:aveser l'Alantque pour prendre part n
viles. cccong,.
Avis ministehiels Monseignear l'Ar.hevque de Por -au-
S&,at.- Seances da 7 luillet 1910 Prince cut 66 herr:ux d a! crli aussi ce
Rapport an Secrttairs d'E at de IIn- coag 6.. S: Gr.nJeur nia't fa t tous ses
tidea d4e I'iganitur F. Dotes sut I'orga- prapar.t;fs A ceCt tf f, quaad le rCtrul da
eshi d 4 aail, dam le pIraew de Ia S:eamer Holbldais a tend le 28. a)-,'et
1ialq4w, tSite ), arrive scltemeot le 31, le mit dans I'i.
S 'ermentur. deO la mll possibility de par ir aisez *6 pour arrver
"tm q rrl i temps A M .ontr a'.
L r i c ar le, I s tras er suisLaln l


poor Goialves, Port-de-Paix, Cap-Hal tes
seroant f(raes ce soir a ) hars premises.
Pojt-am-Prince 1i Sep embre s9to.
D606s
Les faooerilcs de Jea r-Baptist" Dessa-
b!es aaroot I eu cet spres midt A I Egise
Ca hedrt.e. Maison moouaire, tue du Re-
scr/oir, 113.


Praeaident *
DkPART
K ngston. Joso bh Mil *t, II! m.-
ce go-pmao. Tnotantia W t*,n. As
gate Gazers ir. Jo eph Dusoai"o, F I-
micie Else, F61ici'd E.Imond. Vve Pit,-
chinat, Litda A'hors,-. Rm,- 'us Az.,
O:ph;la Co -'be, A'exis T."'ay. I -
aeph Fai*.o A'madole, LtteW B'ork*,
AmuTaca Amo-a-, Sydney Par**e, Pierre
Hudicourt, Mario P-uzo. Mnae Latour,
Eafants Peazo, Mme P-rz,, E rnst
L6on, Valkin- A'var6b. Eva Darybre-
v.l1., Ei'ile RAmy, Gaorg;4, Licroix,
Jaan do Dios, D4putA MombAlor, Ei-
g6nie Lero as, E D..po -v, Ciriqtian
Lavache. Mar e Dapo;:x, R soul Ch-im,
Amdlie R*onl, G. von Liogetw*tz ot
et lant, Vve E *E M6n ), Ann3 Ramly,
Lenmna E'ienn9, CGara T ylo,'.
Sto-Domi'.ao. A-gaiti a *0 tiz.
Ctyas. Eimond Ligoade, Fmilla
Tatart, Luler GlImauid.
F6to do la Salette ,
C'6st dimanchs qua, & Ia Prirom
des hoimm., Pera f6t*e N tre Dame de
I Sa'ette. patroane doa d6?enua. A c t e
occasion, iI y aura one brillante rAOep-
tioa qu'organise la sympathique D ree-
toeu, to g6a6cal S m'o i Cziqe-', ail
connR et si e.tim4 poar aes e4sel eates
mabibre,.
Lt mesase era dite parole R. P. PtA-
sam6. dane la chapelle quai a Mt6 re-
batie et d6cor6e avec godt.
Circo Variedades
La soiree d'hier a ea le succis hibituel
mais A cause de I humility on n'a pa don-
ner a I'homme g;gantesque s qui etait ai-
nonc.
A ce soir la prochaine representation.
La matinEe annoncda aura lieu dim inche
apres midi.
Chambre de
comn ro a f ranQalse
Nous avons re;a et varcooru avec inte-
r- le f scicult do mois de Septembr. pu-
blid par la Chamb-e de Coammerce fran-
gtise. Ce-se vaillan e sociEtE marque sa vi-
talit, par des fats en me tant on a cvre de
sirieux mo.ens d ac ion On as'en con-
vwincra en tsa' t sea publications mensuel-
les.
Bulletin Religieax
Voici ie msomaire da Buledn Reli-
ieux du mois de Seprembre quni viet:
e psral re .
Nouvel'es eccldsiamviques ; Retnaltes an-
nuelles 1o des FmEres de I'iostruc'ion chrE-
tienne. 2 des Scears de St-Joseph de Cln-
ny ; Bglise dn S cre Ceur ; Cbrouiq e ;
Ndcrolog e : Pere Le Boedec, Pere PEoi-
guel, R, PEe Vauat:he ; Tour.ne de con-
firma ion de Monseigiear l'Atchev6que.
Nouvell'm eool6siastiqu es
Do BUastin RIiNfiesIN.
S. G. Monseigneur J. M. Morice, Evd-
que des Cayes.


S G Monsegneur Kersuzan, E&dque
du Cop-Hait;en.
Nou; ap, renons que Mooseigneur I'E-
vEqie du Cap-Hii ien a et4 r-qa en on-
dien:c par iuituir- par Notre Tris-Sai nt-
Pete le pae, le j uia 28 Juliet.
Feuille adhri- ee
Li ioss;gnC'e di. are u p blic a ,oir per-
du sa (_u ae de ,ent t ,igr: diu moi
d AoO vi p r e a, y .r l i'I ,esr
et mon a i Iti s).-.r:m% dc qu a ;>e g ur
de-.
Ed la d.'ar ru le duplh:a'~ dvimnt L re
dhliv: e.
Vv e Is"CE\T MicIHL PiERRE
Fquateur
On a passe un contr. t pocr la cost ac-
tion d'uae ligae sert-n ri: a'e atlf t verse
Ibar a Ce pro,et na-io i ouvira A 1 epioi-
ration les rarties iroductives du pays.
Ea ce qi concr ie i iruigration, pen i
de persodues soot venues dAs I'Equateur
et les :rargers, qui s'y sons 6.ab.is, sont
de si-uples particulieri agissant de leer
p:opre initiative. Le G3aveoemen t too e-
fois a I'in'enion d adopter Ies mehodes
qui oit ss bico renasi d ns quelques ano res
tepub'iques la ino-am6.ic ines et il a faith
avec uce impor ante cmlpagnie de naviga-
tion n ar angement aux terms Aaquel
ell s engage a payer le pr.x de passage
d imaigrints i:aliens*
Les r.:ctt cs ntio-al -s pour I'annde 19-8,
d.-rniEre aanee pour laquelie on a des d n-
noes completes, se soot dievei A 13,362,
186 su:re 71, ce qui quivaac A P.6,68x,
o9a 35. C:te some depisse de plus de
2,5oj,ooo sucres ( P.,$nso,ooo ) les re-
ce t-s de I'annde precedeasc-, mais elle ac-
case une dimina ion de oo,oo000 scores mr
celles de I'anne 190o6.
Les depenses de l'annee ont edi de 12,-
764,685 sucres 77. soi P. 6,382,341.88,
d'cu it resort use diminution dcenviron
90o,ooo sucres sar les depenses de I'aun.e
anteiicare et une a igmentation d environs.
Joo.ooo sur cells de l'anne 190o6.
An 30 join 190o9. le to:al de la dete pe-
blique, exthrieore e. intericere, garantic et
non garantie, s'etevait A 54,598,269 sucres
38. Sur cevesommae on a paye 11,455,
867 sucres 8r, ce qai rcdu t la detie A 43,
Z42 392 sucres 57.
D. p 6l ies drrjitres -tatis-iques an*
nuelles qui out pa a pour I Equa ear,c'est*
a dire clles qui ont rAit A I annee 1908,
la valour totule da commerce ixteiiewt
a tle "e 47,113,938 sucres. sont P.23.5$6
969. S r .ti e some, le< impoitatioos o
chiffren a 20.554 731 sacri. soi P.io 277
365.50, et ks c xpo-'a ions a 26,556,207
suc es. Equiva!ant a P 13 279,693 5 ,d on
il r ts~St une balance commcrcsa e de P.3
002,238 en f veur du pays.
L un't.tal de P.21,3o3 3.5o, don't P 9,
849,836.50 pour les importations et P.II,
451.477 poor les ex'orti ions.
Oa cons a e donc une augmentation de
P 427,529 dans ie; impo-taitons et de P.t,
826.126 o50 dns les (xpo nations, soit as
gain *otai de P. 2,253 655,50 dans Ie cof*
ate ce ex eriear pour I aunde x9o8. La va-
leor des iSapor actions par pays do
pour lea annees 19o7 et r19r se rdm
de )a miniere suivirte poor les prliocaeA
prodaits :


L,!to a, du concnr2- txstr'ear de I'S
quatcur p, Lr s'nnie 1909 s'est tCdev6 43#


Le Mercredi 24 AoCt, Monseigoeur I'E- 583 C44 suc es, donr i8 734 244 scc es re-
veque dei Cayes a qas te Jcrcmie, accom- prser.tent le im o at.io eC 24,878,800 so"
pagod de son secr&taire le P. BelPec poor cres 'es expc rca'io i. C&, ch tdr.-s accuseaI
se tendre a New York et de 1 A Monrial une b lance commetcia e de 6,174,556 se-
( Canada ). Sa Grandeur representera 'a cr.s en faveur du pays.
Province ecclisiast que au Coogs, Encha- Les ch fl'es de 1'annoe 1908 a:coeot at
ristique qui se tiendra dans cette ville do 7 tot I de 47 113,938 sucres. Dais ce toal
an II Septembre. les import: tions figaraient pour 20,554 731
Ce Congres s'annonce come I'an des socr s et es ex ,ortatins tour 26 559 207.
plus briUaits quoe on ait vas jusqu'ici. la II tesser donc dias le commerce extdrier
ppopulatio catholique da Canada ayant ts- de 1'anod une dimion ion de 1,850,487 sao
nU a fair lea hoses en grand, a 'amri- cres dans les expor actions, soit nce oie
ca me. De nombreux Arnheveqea et ve- value total de 3.530o.894 sucres. TotI,-
ques d'arope,des patrere par fillies vnt I fois la diminution actuelle dans le coW.


I I -






NV.I Ir I ____


l ts It at -i considerable qee
iso e. tl ladiquaer. En 1968
m 0ayc 8figere dais ir expcr et o0 s
- see valear de 2.800o 08 sacres.et er
cstte exportat o0 aa pas atteint 90go.
Les, ce qui f(dt ressc-r ir one di-
de plus d I .go90,oo) scr. s dat
imvois d'o ao a ye seals, tandis qu
asle toe a-' parent e dsns lei xor-
eat au-des-ons d: ce chiffrt De cc
pdcike,. on voit qa sl y a e en r as ,
aqrmnt-tioo legere dams Is valeaur d.
asious d artic'es veniab'es
radistsot en or dei Etats-Uais les
do & de "lradae 199, o1 a P 9,352,122
C r les impor a ions et P.12.439,400 pour
espor.ations, soit aon total ae P.21,791,
$22.
La valeur des importations pa, pay; d'o-
* ne pour le; a is 1908 cc 19x9, et
I"o9, se rep rit de la maoIw ra suivaa e.
On dem inds. .
O0 deminde de suite cinq ouvr.r-s c C i-
s. I' y a bea.icoup de tra-.uil... P s
S';dress r ai b:.ra 'a a M' o 1
Cours do Borsee


SAmricain comp'at t
lids 6 oio
tidH s 3 oo1
60 Janvier
Trares bleas
TAtres roses
T'aites sOr PAIis 3 i.a
Taite sut Htambum g-P.ris
Traites Doc. de la Province i I,
cmqaes snr N-Y, prime 31
iqoues sor Paris, 3 I[
Trmftti tar Paris
Mllkt de cinq gourdes
lkckelecompse
Mn vented ohez


42a oMo
26 ,.2
51 i201lo
23 o010o
23 0o0o
2 O0o prim;
2 010 prime
4 olo prime
4 o0o prime
a 010 prime
4 prime
314 ol0
aolo


A DE NATTES & C'
Via rouge d I ale, vEritable raisin, r-
golte pr ve des vigiobles situds prbs da
VdWme ( Naples )
5 gourdes le gallon
VdWiable moscatelle -8 gourles.
= -- J ._o .. ..


La vmail pour I'Etranger( Via
le vapour 64Alemaflia
M vendredi 16 cou-
11W midiprkcis.

I1Wtau-PrikaceA3Septeinbre 1910
OF. B.RMNN & Co. Agen~ts.





tdmff "Awcaia "seant do
I a&.as dt-Mam rC mia
46a cognsrat oft saitra
'pow Mrdmsio, Cayes
let ~rPG-
4e AM m@


Amusqus miinplIusipo w


8Pt,,I AL1Tt8 S.-- A~~nuich~mw!*

C~n ~atz~~oI galerneflt pour fotoot
lea a-- 4'-.nd..*& L uffre.. %' you plauta
N. 13. The Eng'i h-Epeakleg acW
rumnity will fled it to their very bed
rnter,:fi to consult m-31
BOIS VECRNA,9
A cdtd do Chauvet.


M onefois A la Ceminisiaflce du pia.
Meo qu'i I ost formellciuenut &fewudu d oz
Pijisi dos v-it1-urs wois lec uvert de~s
ewrspoodances rocmnnn:Anddes ou
SM dtpos6des A la ~o'te A destinat en
dO Jine66ier i dt11-41*6lQtAig-ir. enn-
vemio' prin~ipale do I Unia n poi-tale.
Ze cas do porte d argent I Admnints-
bahoo ac2%line ttouLo respousabilit6
vls-&-vis des controvenantp.
Port -au- Prince, le 12 Sept. 1910

V. P. SaR~s
A VO('AT



N xend re
Deux bcms ch. vaux ide trait A boop
warchd
S adresseranlx buircaujL dui a atlo.*


*AVZOM 'DE CONFIANCE
148- GRAND'RUE

Mr Jos--e-h St.-Cloud,
L.E TATLTARI'T si bien connu de la
j~bh qau. '..usos nombroux CLI-
S qu'it '1out do recevoir par les
iernwers Steamers une Varikt4 d'dtof-
be do: Diagovale, Casimir, Alpaga,
Choviote, Ifrap vort et blen Duon*
rIdos.supdrioritd.
COUPE 41ODERNE I
PROMPTITCD9 I SULIDITE I
L'6ablissemnect se recomruaode auxt
diontst los plus d~licats qui apprd
colnt chaque jour davantage Is FINN
do son travail.


SCOTT a mownc, 'wum"., nowTo Y.*
Pvm IL 2.si A
a's A


f~ i~'ancfsAvIs
(MID80czx.CHISRUAGZWIK -ACCOuLVNi) I LAdministmaton Gdn~ralo des Pos.
UMabre de a eeIA RavlA9A. .hhIIM hso fai t le dovoir do rappe-or enco-


Cet bomma fut sSuv6 par

L'MU.LSION SCOTT

U y avait plus d'un an que
j'avail prd.u la aant; je ne pou-
vais plus digdrer lea a'iments, I '
nourriture ine repug.- it, je dor-
mnais nal le moin-drce c r:- me
fatiguait, mon poids diminuait
d'ane facan alarmacte ct tt d
ma santd en gf4tnral donaolt li
aux appr rieuscs.
**Vous jugerez quel fut mon de-
sespoir quand deux mcdecinn dis-
tingucs me d6cle:i-rent atteint de
Phtisie pulmonaire.
"Co ?t:tclor qucledocter0r'qrloU
Fuertes i':calca, urA .-r wvants
qui par leur savoi protoowt font
l'honrncr et la gloire de !a tacultd

de Medecine de Colombia, aprns
un examen soigne-.x. r.- fit prcndre
I']iMULSION SCOTT, et six dou-
zaines dc bouteillecs dl ce remede
met cillcux ont s:'fi pour
me gudrir complitenment."


Voulez-vous acheter ?
11 colonies d'ab illeA italiennes ot
mixte-1, cm p'1!ire A uae., o.byci.
clett-A, de, IT m rn.'-3n Si g-~,r Cor-
verts, vat-cail. et
A bonro at.. h- un bti-i er, lbon dts.
ave i4rrdi, o, umn lhoe~i-r do 4 che-
vaux 1 11 r:)rgoifi~juet enli noi yer, urne
grosse riIIeItSou tou' &iufr, uobjet utile,,
indressez-vous -,i &Maiiu 9 qui vous
dira oui le% tiouver.

F1 SOLITAIREM
C- J csr 7fUCI'LE Ct SAL" 04fOES


onv*xvrn 4wbs JOir5


IL ~ -- n %I



CHAPELLERIE
PAIL"E DE PORTO-BIC.
ACCOuREZ CH=Z
Feliberto Gonzales
ET
JOSE SAN MILLAN
IFADRIQUE DR CHAPEAUX
PLACE GEFFRA*RD
SALON DE (ZOIWFURBfDU L.OUYR3
Pour tous las gofts aot poor toutsE
[as bourses.

SE INS
embW" rufma
fcImmo rneDaLms
sang muire &hIaBan
I i'~nP ine* 'cit Ails"

Avez-vous A vendre?
Solle. bri4a et chabriqme, usnbe.
Au Acouuiqses amU4riesin,une oh"ms-
dibre gniiIdive de 3 A 4 nolnts, umn
armoire en ae,3jou, em tout autre ob)-
Une cbaud bre A vapeur d- 10 ch*-
Vail I evltruin, ur aljarnhic on cul
vre, ghr.goket b-ircibre en for. um hat
inonitim & trans ositlon, un grood ta-
p's Four saloin on touw autr~a objet
don* vous o'av*pz Plus be-oin.
Venez vate aux bure-alx do e Va-
tinD a qul Tous dira 011 les- vendi. im
m~diat e rie t. -
On tronvera
4e gaeiulearu Cimajoupourou. soun-
do0s


MAXIMO NUKEZ
Plato, Colombia.


Demandez cbez
bitaurateur* de la
I"e Illustrheo.,


Joseph Sain!-Cloed 'e
Sa-it et des Cartes pos-


I' ~ ~A BASE f @@flh&fNE, ('
(JOUT AOJRZABiRLW-.CIBLJ-*.'*V
TOUX, RHUMES. BRONChlT7. -hia; <
INFLUENZA. AFFECTION'l ;'
Rue lRo6nubticalno..n- 121. RORT-Aj-1-..g4m M.& r, -









Est an vini fniiflant, digealif too~q o, reeons~iouant. -swive.ain coalre
rigapuiudisme Plus efficace pour lea pwrsozines --Ifaibla.os m.;C .L l formu-
a x et lei q ninas. Recommandd aux versonues g~es, aux jeiones
=mes et auz enfants.


&
'S
-Sr


Le Vin St-Raphaet est an 's vin de ma! ide parfait.
Le meillear preervalif (n temps d'Apid6;w e' 'o 'nil-
leur adjuvant dans le trai'emeat de la ,h'lsie. Prescrit
dans leo fatigues de 1 efornac, la ch'orose, I'andmie,
les bronchites, la malaria et dans les co.avalescences.

D'an goAt esquis, iU consti.ne an tri .. gr^ .blo a via
de gofter a.

BN VENTE


Chez Andre Faubert

88 Rae Roux.


NOU4VEAUX ALAMABiCS
Lee SAUX-DC-Wg,
aNUms. ALCOOL36OW
DEROY FILS Alit
75yIet me aThmtf#,75
PARI.
VIZ MUm5 et. ANUEL 4. awi~
lldOMF i LUMWtAsi.m.@


I


m








Laboratoire Sejourne


PREPARATION DE TOTES AMPOULES MEDICAMENTKUSES
I ISFS ET INJECTABLES.


STERIM


AmXpOUloS d'Eau do m6r Isotoxniques solon Quinton.
L'ean de mer que nous employons a 6t6 soigneusement capt6e au large
as delA doe 'Ile do la Gonvoe. Nous faisons romarquer au Corps mdleal
Observation judicieuse quo font les laboratoires strangers :
a L Bas doe rr injectable dolt tret do fabrication r6conte pour avolr toutes so pro-
r tbhralpeaouue. De nombroeass attestations nosi permetteat doe ertfler qe
prodUlts oat dont 6 tons les r4ualtats esp4r6s.


Specialit6: Serum nevrosthenique.
Ce S6rum r6gularise les changes nutritifs, 11 a 6t6 omploy6
eba daas la nourastbdioe, la tuberculose, etc.


avec sue-


... .. -, ,

ACCOUREZ


chezHerrmann Corvingtoi6

108, RUE 'FEROU, CI-DEVANT RUE DES MIRACLES
Vous y trQuverez du Bon Rhum Sup6rieur


x~oxx Nrla


E3 amc dx Ftzxga


prix *xceptionnellement


avantageux


Rhum Barbancourt
"rve E A lR c1d ., C LX: -T':Lr
SEULE D8IPO.SITAIRE
Si vous voulez boire du
Bhum Barbancourt,
aUreosez-vous au No 7 de la RUE DES C SARS.

La Maison Barbancourt
N'A PAS DE SUCCURSALE, NI DE REPRPSENTANT EN PROVINCE.


Chez A. Cipolin
82, Run RdpuBucAmiN, 82
En face la BOULAN GZIE DU PR03RUo
et pros la Uaison WMELY PReSSOIR.
VIENNZNT D'ARRIVER :
VINS ROUGES & BLANCS par bar-
riques at par caisses. marque 16res
COtes, de la Maison BOUBtI FRkRES,
do Bordeaux,incontestablement snp6-
rieurs A tons les autres vnms actuelle-
ment sur place ;
CONSERVES ALIMENTAIRES de
premier choix, d6flant toute concur-
rence;
LBNTILLnS.-SAUCISSONS. FROMAGE.
CRISES EN FLACONS. BRURRE
DU VAL SAINT-MICHuL *
ET D'ITALIE, ETC., ETC.
GrAce non personnel nouvellement
arrive, la Maison met A la disposition
des families et des h6tels, sur com-
mande,de la fine PAtisserie Frangaise.
NOTA BENE.-La Maison est, comma
par I1- passO, bien pourvue des Li-
queurs et Sirops qui out fait sa re-
nomm6o.

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en d6-,
p6t un grand stock,---pourla vente en
gros et en detail, --- de chaussures en
tous genres pour
HoMMzs, FEmiMs, ENFANTS.
Les commands des commergants
de l'int6rieur pourront etrs ex6cut6es
dans une semaine A peu pres.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
Port-au-Prince (Haiti)


NESTOR FELIU
L'excellent tailleur avan'afeusement
connu de touted la R6publique vient
de roovrir son atelier, Rue F6rou,
(Rue des Miracles) No. 71.
Sa nombreuse clientele trouvera
comme toujours toute satisfaction
pour les travaux qui lui seront con-
fl6s.


AGENCE SPECIAL


de la Regie Franqaise des Tabacs
Pour la R6publique d'Haiti


TARIF


Extrait du


Cigarettes


Nwas lo paquot de 20
do Il paquet de 10
CAguURs le paquet de 20
IomonoisiaS en levant sup6rieur Le Bondon de
20 cigarettes
do on caporal supdrieur paper rose, le
paquet do 20
do on Maryland le paquot de 20
do on caporal ordinairo papioer bleo le
Bondon do 20
EssaANTma on Levant ordinairo le Bondon do 90
do on caporal snuprieur paper rose, le
Bondon d s20
do on Maryland paper jaune le Bondon
do 20
do eon caporal ordinaire paper blou le
Bondon do 20
irpaQAiss on caporal su riour papieor rose le
paquet do
do eaon Maryand paper Jasso le Bondoa
do ea caporal ordinaire paper bleu Ie
Bondon do 20
RouLa an Maryland at oaporal s*uprioer le
portofeullie do S0
do a ocaporal doux la botte doe 0
do ea ordiN a o pa lMe..
o la bet e do 10
i


G6n6ral, -


GOURDF6S


1.20
0.60
0.90
1.22C
0.85
0.85
0.75
0.75
0.70
0.70
0.00
0.00

0.45


Septembre 1910.


Tabacs Scaferlati


GOURDE


LEVANT SUPt URIUR (dit tabac d'Egypte) la Botte de
50 grammes
LEVANT ORDINAmi paper violet liss6, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPaUmR papier bleu le paquet de
50 grammes
CAPOaz. soux paper vert le paquot do 50 gram-
leo8


CAORL ODINAInR
do 40 grammes


paper pte brane lI paquet


TasBA A PRImm, Virgii haulat goat, paper jha-
me, le paquot de 100 grammes
PouIm a.imimULm, papier bleu le paquot do


0.75 Poweas Pnmam. paper bran, le paquet do 100
0.40 W
0Na T m~ a rotes MeSOs J14e io paequt do
3L.g t .ram AVI
x..scren* eLVU *.


1.25

0.90
0.70

0.70

0.70

0.00

1.50

1.50

1.20

t.1I


Mr C. L. Verret
TallUear-Marohand
Doane avis & *a bionvollalto ellae
tWle quoa mason No.7, Rug Travor-
sibre *at tonjours bia pourre d'une
variet6 d'6toffe deo a haste mOr
veaut6 parisise.u.
QUALI.rr SUwPtuwR. Coups Ae.JIt f
TnAVAIL oeimti. Ex*cnowno pROM zu.
PriMrsh rMdhtl I J

Kola Champagne
Reconstituant
Formule due A l'obligeance du
r a46con Axdaiex
Ancien Interne des Hdpitaux de Paris.
Pxxx : P. 6 00 la douzaine.
DPPOSITAIRES;
Mr Simon Vieux, rue du Maasin do.
l'Etat, Port-an-Prince ; Mr Georges
Blot. rue du Magasin de l'Etat, Port-
au-Prince; Mr Aug. Scott (LMogane);
- Mile Luce Arglade ( Cayes ).
B. Conba, JAr6mie.
N. B. Outre cette cat6gorie., la'
Societh Gdndrale de Kola Champaprne'
livre au public une autre classes dedi
ce merveillex produit, au prix do',
QUATRE GOURDES et demie la douz.
Fabrique au Chemindes Dalles,
Socixtr G'* Dr KOLA-CHAMPAGNE.
Port-au-Prince, (Haiti) P. 0. Box, 13


A. de Matt is


& Cie-


DERNIERS ARTICLES RE(US :
Ombrelles pour dame en couleur.
Parapluies et p r-s, Is pour home s.
Gants toutes nuances.
Mitaines pour dame.
Peignes ti6s solides, en corner.
Chaussettes et bas, etc, etc.


F,
r


Maison F. Brunes
195, GRAND'RUE.
Dirig6e par
L.Hodelin
Ancien membre de la soci6t6 philantiopl.
que des maitres tailleura do Paris-
Vient de recevoir un grand choix
d'dtoffes diagonale, casimir, alpaca,
cheviote, cheviote pour denil, etc.
Recommande particulibrement A sa
clientele une belle collection de cou-
pes do casimir, de gilets do fantaisie
st de piqud do toute beauty.
SPtCIAWLTd DR COSTUMES DR NOCX1.
-Coupes Frangaise, Anglaise et Amd-
ricaine de la dernibre perfection. La
maison confectionne anssi des Cos-
rUMKS MILJTAIRIS, HABITS BRODUS,
DOLMAN, TUNIQUWS,HABIFS CARRtS, otC,
etc. do tons grades.


Cordonnerie Nouvelle

C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143. i
Avise sa nombrouso cliontle qu'ro
:o vient do rocovoir. pa dernior ba-
teau, une forte quantity de marchae-
dises et do fournitures de touted fratp.
cheur et do toute beauty, imported.
do France, d'Allemagne et des Eat-
Unis.
Le public 616gant, curioux doe 1
bien chausser, y trouvera les peaas
loe plus solids et aux nuances
plus vari6os lea forms lea plus boll
et les plus appropri6es.
On n'a qA'& venir ches G.B. P1TOIA
pour Wetr asaur6 d'tr chaaussa sa-,
vant les moilleures lois du confort ,.
do la mode. Spfcialitd. pour damea.
Grand Stok do chaussures ;
Peaux, ciraes, former, fourmituar
et matriaux diTera pour ood
rie. On treuvera.tout oe qa'U haut, as
prix le plus modrds, A
LA ComOmU E N R"Ta
tl.vDl two


Adon


d MMFAMM