<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01027
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 14, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01027

Full Text



Quatrieme Aumn6., Nwo L044


Port-au-Prince, Harti


Mercre F. 14 Septa3nbira IaILO


ABONNEMENTS
UN Mols.. G. 2.00
pWort-au-Prince (hi os.3"

tDWpartements jUN MOIS G. 2 20
lT 110 ,s M o is 6 g
Etranger. Inois MOIR *8 00)

DJAUCTUUR

C16ment-Naoloire


"4*


WIN,


A
4"


6;


LE NUMERO)~ CENTIMES

Les manuscrmtqta isorAs ou non no ger
pAs ren~imi
REL)ACT IO(N-A U'iJMNISTRATI(ON
45, RUE 9O..J]L, 45.

ADmUiISTRkTWU a
Axthum Isidore


0 iIOTTDIEN


Comment se c(




En pregnant les armes centre le Fra(,-
:is, Ptioa poavait espdrer de deven;r
Schat doe Iinurrection bhatiea-.e. La
beau caractbre de ce rdvolu'ionnaire,
seo services rindus A la cans d( Ia li-
bertd, anci,. li-utenaut di Rig don't l'inflaeonce avait grandi dans Is
pay A rn mseuro q o Toussaia: av,t
semble d6sart;r 14 cause de ses fre-
res ; enfin, toui leo prdc6dents di Pd
tiou pouvain-t lut aisurer la confiance
et l'ass8 itni* t .L- nndig6ues. M*is
PAtion, A la ; oli ije adroit d- qu.
Haiti dont ha t6dgndration, n pouvwit
non plui s'abuser sar leI difti.ulto,
do oette sainte entreprise. II ne fallait
point on ex: ,,er le succ6 ; at s'll '-
vait que sac toes les poinas dJe IA coio-
nie Ie drapeau insurrectionnel 6tait le-
vd, il n'ignorait pas qae ce movement
dtait d6pourva d'ensemble et d'harmo-
niae. L% diversity das prinacipes des in-
surg6s, le malencoatreax systbes di
gaerroyer par b indes d'origiae africa-
no, menagait de neutraliser I'eoergre
national, en divisant les forces das
insurgda ; et ddjA ma9e,dams q lqIu-s
localatds, des qu relle do set-s n'a-
vaient-eloee pA. Aclat6? It fa'lait dro
un chef ddji 6 e.o dan. ii hierarcutif
militatre, atin qu'on n'edt poiat A s'ex-
poser aux evct til tdi cbhaneuses daJs
la soamission des bands diverse, et
que cottoe omission fat ob:enue com-
me 6tant le rsialtat d'an faith aczomp i:
celui de I'obeissance dile au huc.es.
sear natural da gouvernour ge iral
Tonusaint-Louvert re qui vwnait a 4tro
embarqud pour la France. II fa'lait .An
chef audacigux qui, dans i'occasion,
pdtt briser bratalement tons le uobs-
tacles 61evds sur ia route: 11 fatlait en-
fn unir lee deux Artis de Toussasnt
et de Rigaud en seal : celai do la
patrie. Dessalmnes r6anissait en sa per-
sonne touts lee conditions d6sirableti;
ot la soamission de P6tion, d6s Ijrs
admits dana sou iotimitd, donnait un
gage suffisant aux partisans de Rigand
pour reconnaltre 1'autorit6 do Dossa.
lines. Les dvdnements justildlrent leos
provisions do P6tion.
*


... Avamt d'arriver dana le quartior
do PIciaance o6, le 7 juillot 1802, poir
Is promire loin a-pai Ia I guerro civil.
Potion roecontra Dessalines, Ie chef de
la 3* avait d6j i rdsolu d'bon4onner
SaM fO rangaise. Le concouar do
= "es lai avait pa tile, ndces-
ir adiopeasable la cause natio-
nale. II so fdlicita done da hazard qul
ole mettait toas le deaux en prdssnce.
Main, d'abord, il y eat de part et
d'autre quelque gene, r6sultat nAces-
saire de la difference des ant6cddents
politiquae do chacun. Dassalines sme m-
lalt de P6tion, ancient transfuge da
part quoe le futar Empereur avait d4-
edas awee tint do d6voaement at qai
veOalt d'tre abatta par suite des ef-
forts du part contratreo, appoyant la
eass aa6tropolitaine. Qaant A Pdtion,
smtant e1 beeoin doe e rapprocher dA
Daesaliaie, U provequa dee explications


; le taj donnit on 6ch ngn 'In sien. Main' dornfer quo lor quil no lui 6tst plus-
riollcertI tla tu. e le ec. itaine Franci-ique (nvot g4ndral possible do pre~r.dr un antre partl ::11
de division commaniFant I'arroudiese- partogea cetla important d6foction.
tinent u'Aqmin) A qui appartanait lo OCiGuNi ARDouiN.
16 ]p texx ldatr3.c-4e cb~vaj, refuse do Is donner ; et choqud
du ton de I officer frar~g'is, 11 lui dit
qua son cheval me sortirait 19B Pa pof-
esgiion qtxe par la point- do son sltA C A U A P R
qui devai--nt j-.s'ifler a% coaduits. Lear bre. Le Franoals, 6tonnadde cotte bar- H C A P R
*mreti~xyt Io~ilnt uaturel1ement sur lea die's~e d'un officior colonial, a'empoirte
60116[119-t.4 do '6oqQ e t Pdtion Co12- et dit A Fcanciequ-i: Va, JO to remnar- D'HON?(EUR NATIONAL
siddrant c-s dvdnemento common Atant qa S t j arlto rcm-ne
lit enn rI 4a -Arice dew fautei du ays'brneI'aosiral. P
d, Ttmvicon3dans I pane do porter mlae Pdtion 4tait pr6sent. Juasque U l aiob- M. Gorges Lero)nse. l'ancien priAti-
conict-on dint s I apArndo csti omoaenS ervit dWon cil d,3 m~pris I'imaerti. etds*GPsd 0rs*vuri
qu enit es a a pitrieIde t i Lsi ustit'-rce de I'ofticier frars~iip, 4-t admirait dater dus Circuit 4e I Fsi wie grande rd-
Ftoiiee A a p~tri. 11out raiqu@ r frine du caraet(Ic rfv t,'Tix :ii ThoZs le
z)', o u~ nsie rontrant i~yuiI -fdrrne'4 deA aeorn xcmpe dind deg,,ce (it d Idans un tnte'ressang article.
A0 To. tif iihf' aiit .'t qiii I Y r.oba'nIoarns on cairne at 1,Ailit ,
wov~ ) C*i t ci Qr t1i jft + t k docIAlloot ul'.. e n 'ai pas encore eu le plaisir de causer
donit I1.- ~iiei-i ~~.vr*e-~'vAA atous, celui d'6tre no(y6G5 ? Et, avec 1'un des aviate'irs J.uII, pendant lea
mout. A:.: ~,ie [Aeb6rateur d'Hlaiti corn- bien cons verrone. Inapes du Cirouir de lEy z, pamlar id i-
prit-il viti ia wIbO-t, [a ju,;tos!Ie d3 c..t 11iparait q-e bofficier on avAit faith rqeo. sn:smpl, ouvial etmov%- pr sluenr in-
arat~nm it do lPd ion :aMlim lo ted- sot rapport at q-ejo I'rrat-tatirnn de o gsmeusimpejoutrie al er ir.4sAhlaen in-
a ral To1iA;.Lnt poavait-il cowf.t~r plus Pdtion avait 416 ro-oluo -unwoi~efg3;ieux.d'Jen outerde Idgonrec au gloirensi
4 qua mn.-,i wur la fwin~4ritd e',blance, 'gr~t.-Zto suffisait alorst pciir occasion freent ire e ctpossr e donc aucdmn retndse
a Jjiie.,ir a ii;eri eiclav3, quaaD moi, !npr Jla rcoi-d~un in fig6 to, et bier. ut'iaq'goedesnat dirs tsur leur ea d ucandsils
4ay W.~ iii V,&.- r~ndngI'arniti dedo moad'unoffic~iar do l'im~ortance do P6 q'idshow.s iimrsionnrs1
!c pbr ?ar v.414soul quo to sang afri.!Dil)As 1aprb4-tidi, moment babituel raisajent vriiesmn a-essc
at e a c xulait dAus moo voinos ? v do con aortas d'arrestationp, alin da fl..-ches des cathiddrties, le.; chetninies d'a-
prcofi'.'r des oombres do la noit pour sines et lea vastes holes frimissantes des
D- stlinw uvec, eflaziio%'apr4se-:tta sma proedler cmx infAins xm ton, Iforets.
mi An~ P "-in et ui Jijt c(Ta 1a- fat- p~t~o'fut dernaud6 nrbs du g6ndral Mais nous savoos trop c~ament bit le
run, ~ ~ ~ ~ 0` r''nI iomatt toe'awCaprd-. ctou des homtses de ch,!z nous pour ne
(e-i dii!U t w].U lut pat '16 .S '!yrI% f- M lis Phion so Ornat@ d. -.molifd d Ipas deviner quc pendant ces heures de lt.t
pallie i xt ai!at encore e.1 f 1vur A'l ot do soa r~quitat prcbabI-; res prodiiue onr *agn e a
do IA FI-iiLc ,,zi b3lq.,sk rich 3 ad- gl.irt -11-1d6ida A s'in-urg"- imm.~ditat- files de pinie, le brouillari anguissant et
do p' ~*ti~~ inbiteuai~ d~'u~ ~ ru rid. Avant deio eratindre aux ordi esde gA-cial, ils turent souate-'us dans leur rude
~.. n, a-~te, a ~~ Q Utar&I, i ap1*~a ci~tsdiieflott non sculemeat p .r 'e souci de [cur
ob )ii 'i9 .u- reraea4 i:o nu, ark bt~~tipi, J. L-. Fir setNIras ,propre triomphe, n-as par la certitude qu'-
ob -,~ oa t ,IN* Torwtatioy 'ine ~ ~u~1.u ar-t do 10f, J L* F 196(;)i% t blire t aux yeux du mronde its itacaroaiert poor
M: 0 T. o i n. VeAr..t; -r lt partc de Ri peishr1 t sra1 con- Aquciqojours an peu du p.restige de or
dSF.LVHa nsr qQ'd4 v*'! -~.CL6-o'1 do sou projet,la difpt':un do la 136. Pay". Ms aairt1sgrdesd cl
rira~o -t :- rsn esurett V. i R-3n ia aux orlr irda'u s- ;A ri~. Pe, que chose qui lesddrassi~mi.
Ct.; gi( LiX L;I )!l.1O.S corviaren, .A *)ofi- .tou apprand quo Clainz I to made eaprtdcshroisuerbewent
tar h ~ 'iaee no~ot fvor~. ~ ,r.~ dojul ii~y r ni (~ uzo I~u toruatres d'eux-mzunres da is les solitudes de
mer du1-'o j~icoaoen avmr.Pu .denr A do iner ; ld'y r., dt it, G irza ntreIQ eipace, quelle leqon A toot lea geigoards,
843 P0-OLI;Or.-iite ir Adiaer aywfdit l, A nt e. azthn e s et d~litivalt ., u., in~nal


C .r. tnir d(t nose i.j-nortants. l' ition
C ImomAoat -rriva. Lis ina ,rtiois _r f.e to^ Irpas, nis r. e prbi. da
partill e miultiiiaisat.Dans ;0 xest, Clhaz-l. Cepeadant A Om.i,a P6tion 6.
Lamoaur 1)s ,,neis grandissAit dmig sa ~ait I part, qo J L. F-arc3ia fdit ve-
couragaz'a enterprise. C, progrt, md- ir I'ua da sse affid s des ranges ir -
me fat Iuuse das causes d6torminantes riears, le caporal Germain. ot Iui con-
de la r6~olation de Dessalinos. Lamoar ie son secret. Puis, sons Ie Pla fri-
avait reprise lea armed apr6s la dAporta- vole pretexte, il Ie frappi devant lea
tion do Rigaud. Dnmatinos dtait vena Uutres militairme. Germain prend la
an Cap, amener & Lecteor Charles Be- fate et va porter see plainto I P6tion.
lair pris le armes A Isla main, Oa rd- Celai-si I* repouase ave. doareer, et
volce centre le goeveonement. P6tlon lai dit qu'A son reoour il v6rifli a Ie
Wo revit das ctte wlo yle. La mort do ce faith. Maio Girmain iasiste et dit avec
gdadral qu, carosed par Toussaint de- Ibaccent da d6soepoir : "1 colonel, mss
pals la fla traglqua do Meleo, avait eo- camarades soot Indigade.
pdr6 do ponvoir laI iaueder, fat pr-
sentde pir Pition A Dassalines, comr- Si vous no venoz p 4 mettre ua
me an uouv au mattf pour Ik porter term* A co iojuate% traitemoen.s da
A s'insurger ; et les progr6b di Dasran- commandant Jean Louis, vous verrez
ces lai feiant craindre 'avoir bient6t ce qui arrivera.
an comp4titeur trop puissant, Dessali- Clais zal avait rem irq a6 li mina:e o d
nea coviant avea Pation, qa'a Agit6t militairs. It dit A Pitioa : Ei bien I
son retour A St-Marc, ils a* jetteraieat alleo rdtablir l'ordre dans votre corps,
tons "deix dan" le parti doe 'ir'larre'- je vous reverrai. "
tion. Pition part avec l'app.rance da cal-
Mai 3: 1 cir:oaita:ice forlait3 or-. me et arrive A son cam- Ae B-6la.
ni ts A-_. D_ us t -- T' I 'ar i A--- I- -^.Ar A c 41 -_ &-- I uc -


.tinpic t mo rouv-itnenl dO Pion. ii e i j att dai, uan a soiree du 1.o (.coObre
trouv.i:iBdrda avaut-posteda li atIia 1802. 11 y troeae ,s demi-btigade on
Cap, doa[ Ila ig to alora dtait comin- elltervescence. It en profit pour ha-
d6t p2: it gancral Claazil, ayant le 94- rauguer ses camarades : sans peiue it
mnAral C .I rIi- so as ses orders. Uo lei conduit A I'iiasrrection. A minuit
offi ier t. A ins4, revedant d'one mis- la monvemeat so dci le. It est tout ass-
sion A 1'itatriear, a'arreta au pose do sit6t imit6 par la 10o et par one parties
Patioa, o.0 ch VA1 ne pouvant lue dif- de la 6& demi-brigade colonial qui so
fitedean a: coatianor par exchl do fati- trouve sar la m6me line. Clervaux,
gue. R nasrquait an beast cheval, i. n qai Pition o'eat pas grands con-
.dit, avoc ma ton do sufusance, qa'on fian, na apprit le moaveomoent do ce


du moindre effn-t poor a:c Atre I'honneur
national, en parleot toojours avec one o-a
brageuse et acarAtre impatience, cor me
si c'dtait oune richesse indhpeadante d'eux,
eztdrieure A eux, confie A d'autres soins
que ceuz de toes lea citoyens d'an pays.
*

Quede fois avoas-nous eatende de ces per-
sonaages bizarre, auassiveales qu'ezigeans,
aussi prdemment egoistes que ceaseurs sd.
vores des efforts d'astrui, qui s'dcha-felnt
thdAlement A propose delhonneur national
Tandis qu'ils comment la collectivita et le
goovernement de fire resplendir chaque
jour Ie prestige do pay;, its se garden ben
de se dire quils y poutraienat d'abord colla.
borer pour leur par,, et ils negligent avec
uone sereine insconscience les verse oa leo
efforts qui contribuernaient A ce lustre.
L'houneur national, doec its parleat sams
cesse avec des airs de tranche-montagues,
sans jamais rico faire pour 1'accrol'r, pa-
trail ere pour eux come one institution
A laquelle its s1raient rangerr, quolque
chose comme uA trsor historique trs so-
lennel at irds ancien don't ils s'enorgoeil-
lisseot, dans la conservation daquel ils
n'ont aucun r6le. uoe sore d'e4bonissaot
et majestauex edifice avec un d6ame en or,
o6l flotterait I' tendard de la patr e. avec
des fonctionnaires oo des ficionnaires pr6-
poiss A sa garden. L'ensemble des citoyeos
n'surait plus qu'a se reposer sur eux di
soin de Cair bonna garde sur ce temple,


K?---


- 0 i ',Mmmmmjmc VNINNOW -I -


~I~--CIPCI


L


P







ea se r6servant le droit de ricriminer centre
son ismffisante spleadeor I
En verite, c es( une ex*Eriorisation on
pea trop commode. 11 srrait temps qu'A
coate conception baroque se sub ti uat
dans l esprit de ch-con le sentiment t es
acet et res imp6tieux d'aue responsabi-
litEindividuelle. Tons lea citoyeas devr.i-
eat commencer par *e dire que tant modes-
te soit lear action dans la vie soci.le, ils
soot, chaque jour, lesartisans et les gardens
de 1'honneur national.
*
Sans douwe. pour les hoa-mes poli iques.
poor les digni aires de I'E at. qui ont re-
cherche o0n iour so mo ns acc-p 6 la m s-
sion d'&tre les berg rs do troap:au, plus
diecte, la re'pons hi i e est aussi plus
accablanae. Tires, ho-ineurs, prdb:nrd-s
dowvent se ju tifier sinon par le g6nie. du
moins par le savoir, la clairvoyance, le
don de faire naitre et d'atiliser des forces,
le soaci consantde grandir la patt.ie.
Maii it n'y a pas qu'eux qui soient
responsables covers elle. Est-ce que, par
exeuple, its ne concoureot pis A l'il-
losrra'ion de l'hoonuear ra ional.-les nigo-
ciants et industrials qui, exportint des
machines fabriqubes p.r eux, d-s produits
Lsus de leurs usines. se preoccupent de
ne livrer a i dehors que des merchandises
ir.6prochables, pouvant affermir la r.nu'a-
tijn de loyaute que se sout 16gi'imement
acquise par on' note indust-ie et no r-
co-merce ? Ne sera-t-il ras -auss;, sons
p 'a'jres et anas emphase, un uttle cham-
pion de I'honneur national le grand ei-
trepreneur de ravaux qai ayanti l tl:he
de prouver honr de nos froniie-es ce don't
est cap ble notre gnd e civil, met son
amn ur-prnpre A ae fair: sous noitr dra
ptaa, que besogae intelligence, honn.ec
e durable ?
Sans par'er de ceux qui representent
horn de nos frontik-es le trvail, l'ingnoio
site et la conscience de chez nowu, les
moiondres de noscommertueti n'ont-ils pas,
sur notre territoire meme, on '6'e dains
la preservation de l'horneor national par
la rrobite qu'ils ap-'or ent dans lecr nd-
goce, les rus mr'd-tes de nos contruc-
t-urs par la per. action de leurs engins,
et ros ingdnieirs par la beauty pratique
d-s trAvaux qu'ils cornoiveot et dirigent ?
D'autre part, on -xprimant avec one
pieuse tendresse pour son pays toote sa
joie que la microbiologie fut une decou-
verte frar; ie un iltus re savant comrme
Pasteur mon ra son souci de voir les hom-
me< de science e.re, eux aussi, p;r leurs
trava x d'utiles ddfenseurs de I honneur
national.
St les ar ises, peintres, sculp eir;, ar-
chiteces, musicians, ouvriern dan, on(,
ea plus do devoir envers la beaucd des res-
pon abilitts A i'ega-d de leur pays et de soo
prestige., plus forte r ison es -ce vrai
pour les &crivains, qui soot bien plus en-
core temoins des idWes. des mowews et des
fgo 's de leur compatrio'es, qua non seu
Ailment 6voquero les ral'itds, mais, biec
merux, ex,rament I'Ame d'an people pa'
I id.1l qu'tils formulent en son nom.


Enfin que dire de nos soldats ? La g.r
de qo'ils moment sans cesse antour du
,'rapeau praise A merveille lear action.
4vec moins de gloire sans done que les
h4ros qui rromeni-ent nos cooleu-s A tra-
v rs les fables. les forts vierges et les
m:rats de I'Afrique central, moins dure
meat aussi que nos co'oniaax risquant
I'cubascade et la mort dans Is brousse.
ru quo nos seutinellet en constant la-
b ur sar la froatitre, les quatre fantassins
et toe capoal traversant Par's, poor pren-
die la garde A tel posse doivent se dire
q- ils coacoarent-humb ement-A I'hoo-
nur national par la discipline et i fire
alluore de leart pe i e troupe.
It nest pas jesqa'au simple pro useneor
d *s ci di, )uap ama simple passant de gran-
d- s rutes qai ne contribaeat tant soit pea
au r nooa de noere pays par lear boone
tena- p r lear pah'eae envers lea gens
qu'ils rtncontren, parlia boone grAce avec
lq-,el e its les reneeolet, p:.r leur dfd-
renc e ver' les viellards e lae femmes.
Come 1 oa srprndra 't tel fr6lear fac -
tieux si on ulo dissi qe'il erviral I'hoa-
aear na io al en s'abemaut aupr6s d-
p. s tnaes do eut aohomees lIadie-
-tet I


Lorsque tous les citoyess ayant la certi-
tde que I'hoanear national est en re lean
mains agiroot. penscront et parleront avec
le sentiment des devoirs qui rdsoitent d'u-
ne telle conviction, A partir de ce jour-li
nowt commencerons A entendre mcins de
r&criminations ec de rodomontades.
Voili encore one r6forme touts simple
A rdsliser sans tamb-ur, trompettes af-
fiches ni d6clamations, en soi, chez soi
et autour de soi !
GE3RGES LECOMTE.


LE SIINAT
Sdance du 1.3 Septembre 1910
La stance d hier a &t6 marque p r an
inc-d-nt que sauleva le s6na eur Camille
Moliere, aprs .la lec ure de la coriespon-
dance et la sanc ion des derniers procki-vcr-
baux.
L'hojorab!e sera-ear dic',r i q ir 1t rip
port de la Commission charge d'&udier
les proje-s prrseritds p r le Gauvernem-r't
dtlit pre- et qu'il s'dt )nnait qu'on n- le dd-
posA point. II a d'impor an'es obh;rvations
A fair qui I'obligef-ient pea,' tre1 A d-
poser sa d6mission de membr. de la com-
mission spc:a'e S,)n discourse ',at sarv&e,
plein d'allosions et d'ironie.
-*. sr a eur Archer intevint *, r-;ia son
coa dgue d attendre la lecture du r pport
pour fire Fes dc&la-a' os. A jeudi donc.
IIt s'g ssait du rippor anaoov'nt que les
i resident et rapporteurs de hl C(mmission
avaient eti nommis.
La commission a &ti convoquie ce ma-
t n.
E,'tre temps on a donni lec ure d'an
rapper. de la commission chirgce d'eia-
miner le prejet sur la rdfor.ne de I'E'at-
maj r.






RENSEIGN MENTS
MEirOOROLOGIQUES
SObsiervatoire3
DU
SEMINAIRE COI LEGE St-MARTIAL
MARDI 13 SEPTEMBRE 1910


BarnmCtre A mmidi

Temp~ratur.e"' toimufl


760,m "9
21 5


(aaxi1mum 31,6
Moyenne diurne de la temperature 27,0
Ciel trhs nuageux toure la journie. Bri-
se de mer rdguh b-e. H do solaire de 22
et 45 degrks a mattnne. Ha'o lunaire A
8 h. p. m. Pluie A 9 h. to m. pluvio-
metre 5.2 mr.lirnires.
Barom6tr- ca baisse.
J. SCHERBR.
Notre wharf
Ce martin le vapeur allemand a Prn i-
dent quiitait en rAde depuis hier a accos-
it le Wha f porr prrndre ses passagers.
Oa put ce watin meme remarquer un
des avantages de ce e"ie de wha-f. tous
les p-r'n s et amis accon?-g-e'"eat A bard
les ov.guis..
Esperons que bient6t I'exploitation soit
offici-llement ouverre. Tout est putt, on
o'attend que le; wigons de la ligne
terrie et its arrivent prochainement parrait-
il, en tout cas on promet I'ouvertre pour
le xer Octobre.
I R6publiq e Dominicaino
Les principaux prodaits do pays sont,
d'ap-ts lear importance, le ca-a-., ia can-
se a sucre, le tabac, le caf et les bacanes.
De ces products la cane A sucre est le
seaul dout la cu'tre est entsirement satif-
faisaute. Depais deux ou trois ats on a ea-
trepris la culture du co on dans la province
de Monte-Christi et on a ob:enu de boas
riul ans ; avec l'iatroduction de machines
agricoles mode res. il east probable asq
cette culture sera destio6e A offrir un
aseillers placements pour capitans dam
le pays.
L production anauele de cigares eMle
sigareties agamente cossammemnt.Il y a ac
tmeloermns qutrse fubriqan de c sigaeses
moasiem d'spres I deo r model, elled


prodaisent par jour plus de i,ooeooo de
cigarettes de trs bonne qualtud qu'on ex-
pedie en quandit6s considerable a Saint-
Thomas dans les Indes Occidentales et aex
Rdpubliqves voisines-
L'agriculture et I'objet done attention
toute particaliire de la part do gooveroe-
meat qui fait tons ses efo ts pour amelio-
rer I'hlevage daus le pays.
Parmi les mindraux les plus impor ants
soot l'or, le seal qai ait 6t6 I'objet d'une
exploitation considerable, le cuivre, le li-
goire, le sel et le pitrole.
Ii y a environ 175 miles de chemins de
for d4as le rays. En outre, il y a i peo
p'i; 225 miles de chemins de fer poor les
particul-eri dans 'es grades plant tions.
Au commenc-ment de l'ann&e 1939, il
y a-ait sans le pays 440 coles, comptant
16 ooo ,'eves.
D apr6s les provisions buJgit.ires pour
'anne 190o9 10to les recettes et dipenses s'e-
qai ibrent A P. 4,024 230 o
Circo Variedades
Hier soir cette compagnie a donned sa
troisieme repr&senta'ion et I'afftuence do
public suffit a pronver combien ses exer-
cices soot gcAtes.
Le programme 6tait presqu'e.tlirement
nouveau et toujours intiressa-it.
La jolie cubaine Dina Carmen et son
n'grito eurent e-icore leur immense succ6s
da-s la *Rumba daase de leuar pay,.
I.e clowa Rotero et son satellite Rosita
farent imp-vab es et provoqu.rent le foa
rire dans divers numirjs. no amment dais
ceiui avec le pai lasse Segura qui fat le
clou de la 1oirie.
Les fr&res Casto firent aussi applaudir
leur force herculdenne dans qie'ques tours
1 la barre fixe. Un 'compliment particulier
au plus jeune Don Pedropour aui le "grand
soleil" estun jeu d'enfnt. Se f rent aussire-
marquer A la barce Segmira et Pepito le petit
clown si bien concu qui appor:e partout la
no'e glie.
La pantomim' fat d6sopilante. La
grace de la gentille Bibina ec les fci 1 es
u Pierrot capttrent agriablement 1'atten-
tion pendant on instant.
A ce soir la prochaine, si le temps le
permet ; programme entitreae( t nooveau.
On announce aussi one marine pour
enfants jeudi aprts-midi.
On trouvera des car es a I'h6tel Be'levue,
a 1 h6tel de I'Avenir, Al h6tel de France
et chez Mr A. Rousseau.
On demande....
On demnnde dc suite cinq ouvrira-s cou-
turi&res. II y a beaucoup de travail... pas
difficile.
S'adresstr an bureau du a Mauin P
Une innovation
6, rue des Miracles, 6, A c6td de la
Baaque Nationale d'Hai'i se itruve le Di
ptId objetsd'occasion,maison de confiance qui
se charge de vendre et d'acheter pour
cominte des intiress/s tons objets g~nhrale-
ment quclconques neufi oa de pea d'sa-
ge, A des conditions ext-6mement avanta-
geus-s pour les clients.
Lounage et vente de maisons et notre;.
Pour plus amoles renseignements s'a-
dresser 6. rae des Miracles, A c6te de la
Banque Nationale d'Haiti.
Equateur
L'6v6oement le plus important de I'anode
1909 est I'Expo;ition Nationale de Quito
qui a eu lieu du commencement d'aodt
jusqu'en novembre afin de feter le can e-
na;re do movement pour i'indipendance.
Cirse expos tion qui etait int rnationale a
at ir I'.t mention des grandes nations da
monde at sera d'un immense avantige pour
l'Equateor, pisqu'on a pa mettre au grand
jour les richesses nauarelles do pays et aus-
si montrer I'dnergie et i'esprit progressif de
I'admaistra'ion actnelle.
Le President Alfaro a envoy as Cong is
pendant l'anane plasieurs messages trai-
taut panrticali remoet de la condition ianso-
ciure du pays. II recononalt qu'il et argent
de fire des ricrmes dans les finaancespour
met re le pays plus en rapport avoc le
monde mode re. Le congris a appay4 le
President dams ses projects.
Dans les provisions poor I'ana e t99, il
f.it reyparqser, par example, qa'as maim
58 pour cent ds rece tes *i o 4 coesra-
crts a des ddpemse splcia'e et l propoem
I dealer m.e redfrme A cat egard.
Les prindpales productions...auuu de
I'qa..ar moat le caio, le cafe lee maX


d'ivoire. La rdcolte cafiere de 1o19 d&6
passe considerab'ement cell de I'amnde
pr6cdente, mais on a obtenu A pea prus
le memes prix.
D apris les renseigaements qu'on a pa
se procurer, la rdcohe de cacao sets ausl
considerable quo cello de 1o08 qui avail
ddpasse de 2a poor cent la meilleare rd-
col e quon avait ee jatus'ici, c'est-"-dire
cell de 1904 Les noix d'ivoire cependang
ont prodai: des quamtit6s bieo infdrieures
A ceies qu on espirait on qu'on r6coltait
ordira recent.
L'Equateor pursuit constamment u
mar.he ea avait dans la construction des
chemnns de fer A l'intdrieur. Les travaux
sont poussis activement st r la ligue al ac
i Cuenca aa sad et on a commence ceux
de 1, l'gne allact de Bahia de Ca aqucz
st r la c6 e au nord de Gu.ysqu-l vers
Quito.
Cours de Bourse


Or Amdricain comptant
Corisolidds 6 opo
Conso!id6s 3 0lo0
to Janvier
Provisoires
Titres bleus
Titres roses

Traies sur Paris 3
Traites sur Hambourg-Paris
Traits D c. d-laProeince I
Cheques stir N-Y, prime
Cheques :ur Paris, 3
Transfett; sur Paris
Billet; de cinq gourdes
Nicke'escompte


415010o
52 112
26 1
51 112 olo
23 010
23 .o010
112 Olo prime
2 o0o prime
114 010o prime
314 0(0 prime
xl2 olo prime
4 prime
314 oo
2 olo


Haiti & Bruxelles

II nous est agriable de constattr colm-
meat no; produi.s ont 6 6 apprecies A la
dernc',e exposition. Nos industries doi-
vent iue flittts des felicitations qui ne
leur ort point eit marchand6s ; ceis les
consol ra des irjustices du milieu. L hbon-
mage et venu, come toujours de l'Ez-
tdrieur e il est nrconfortant.
Voici 1 d'oquente lettre adress6e A Mr
Gr-ndiean Guil'aume don't les briques out
6,. fErE admires par les connaisseuars.
B.axelles, le 19 Ao: 1910o.
MessieLrs Guillaume & C'
Port-au-Prince (Haiti).
J'ai eu I'occasion de voir A l Exposition
de Bruxlles des &chirtillons de briques
que vous fab iqutz 0 la couleur de ce
product e ant iden ique A celle de nos bra-
ques d'Egypte,le grain etant le mame, etc.
je me permets de vous demander comment
vous le f braquez. Voos me rendrez on
grand service et je crois que vous pouvez
le fire sans risque, dtant donni que nous
ne rouvons songer A fair la concurrence.
Voica le point qui nous est le plus dif-
ficile : sous le climate de l'Egyrte, onu prou-
ve les plus grandes pines de secher
les br ques sani failures. La chaleur etant
intense, la par i: extirieure se desshche tries
rapidement, mais le noyau restant humide,
resiste A la con action de la couche eztt-
rieuse et la fait c after.
Nouns avons cherchi diffhrects moyes
pour lan ter centre ce grave ennui : mlan-
ge d'une g ande proportion de sable A 1 er-
gile, sichage sons toile, sonus hangar, mo
harngr vitri, dans on s6choir A cellule. Le
ameiteur moyea ju3qI'A present est le I6-
chage sous toile dans an hangar clos. Enfin
nous avons eu one terre qai renfermait
des grameaax de calcaire qai, apisi cuis-
son, faisait 6clater les briques.
Pour latter centre ce defautn, nons avos
essay, du lavage, de la pulvinrsation so"
meule. puis du cotroyage danas ne machi-
ne g Toareionier a briqaue par la ma-
son Bohn et Cie, de Nagy-Kikdnda ( AeJ
trche-Hoogrie ).
Le r6sultat est passable.
Pais jy comnaptr qu par esprit de con-
fraterni e vo is voadrez bieu me donner
quelques indications sar votra abricatift
Je me peauets de I'espirer, car je sas
la bone g :e et l-obligeaace qui caractd-
riseut le fibs de Is Frace.
Veoillez agreer. Moasiser, l-ezpressima
de mes seatmeants I ples distiaged.
CO : VAX a CaMs,
AMwairlw "g4d d Brifw
Soriees madgesques ySg &p.
BraUls, .o Bid do GIeM CeAiNs


- I __ ---~







Faire part funebre
Vous tes pri d's is er aux fanorailles
FRA;ois EMMANUEL
4c"dd ce smatn, a7.30, AiRage do 19 tns.
Mlaison mortaaire, Graid Rue, NO 202.
L'en e:rement a-.r lieu domain matin, .
8 keures prcises en I'dglise Md ropolitaine
De Ia part de sa mtre iplorie, M ac
Christine Axyand.
Ce present sort lieu d'iavit tion.
Qu6beo
Arrive
Gonalves. M. R. S -Amand, MI'e
jAb. do Mader, Pbre Levasseur, Lamy.
Duval, R Montas, Mac-Guffi., R.
Dauphin, Mile E. Dauphin, Mrne For-
hum, E. David, M-le L. Parist n, S -,
Loauis.
Petit.G"Av-. Mme Benolt, M e
Clo Letnair-, C' ia Desvarieux, LAii-.
Gal Guil'iod, Mr Doret & infant, Ml es
Lucie et Alina Dnrat, G. Vilaire. T.14-
maque Z4phirin, Bcjamir, CAli. La-
pierre, A. Lafootant, Mme Estiboin,
r MOrentie.
Ddpart

' Cap-Haiiien. M. Alesondra B r-
pardin, Gal Horace Laterri Mompoint. Abbo Augost,. T-m'on '
L,rocbe. M ', Jeance Laro lit, Pl-es
L, Bihain, Btmvtn. Soeur Marie Elisa,
Ana-1hasie Mars & 2 *Gfar,t. Marie
Boo, Etienne Gonel, Gal X Memnon,
Mme Doraise Woolley, Mgr. Ribault,
Danti, Mduard. Chimeob I.idor', Es-
time Cuoean, Clairm6lie Joseph, Cian-
dins Frangoie, Robert Prosper, Mme
Civil. Mile R. Hyppolite. CormAlius
Arttand, Mich I Velten, Arth r Fran
gois, Tatogbne Ja-Louis, Vve Dumoele
Gargcn, Mill Anna Bth-m'n, Josqa"
Montuil, A. Arher, Haoid Jliause,
Mie Sim6on Dabnis, Mme Aegoste
Bail!ergeau, Fr6re t lpide, Chs. B-nd.
dict, Mme Aleasdrine Ch6ry, Mr Ber-
nard, Eumrte M.thon, SedviJn Martyr.
Mme TertnUli D6metrius, Tullu% Ro-
che, Mwe F. Ramean, Anatbole Jolien,
Dr CassAus, Cbhrles Detjeo, Fracris
Conte, Prud hbo me Pi.rre.
Parto-Rico. M. Raphat Man z.
HAvre. -* Ftrl4ric Thaby, Pol S.i-
balat. Louias-B3isond Canal, D>Air6
Mtvw, Mme Agh bou', Mr & Mine
Bowget & *Dfaot, Mere Marie Vict-.ire,
Mr & Mne Liigi Copello.

Avis
L'Administration Gdndrale des Pos-
tes so fa't le devoir de rappe'er enco-
re une fois A la connaissance du pu-
blic qu'il est formellement ddfendu d ex-
pedier des valeurs sous Ie covert des
correspondaaces recommanddes ou
non d6posdes A la post A destination
de lint6rieur ou de l'6tranger. con-
formament aux Rdglements de la Con-
vention principal de 1 Union postal.
En cas de perte d'argent I'Adminis-
tration decline touted responsabilit6
Vis-a-vis des contrevenants.
Port-au-Prince, le 12 Sept. 1910.
V. P. Salbs

AVOCAT
C.ABamr : 30, Run PAvAts

A vendre
Deux bons chevaux de trait i bon
march.
S'adresser aux bureaux du a Matin.a


UlONE flOLLANDAlSE"


SLe steamer Ascania tenant de
New-York et de Saint-Marc sera ici
d*nftnehe 18 do courant et partira
le mOme Jeor pour Jr6mile, Cayea,
Isemel, Craqao et I'Earope.
Port-a-Prlace, 12 Sept. 1910.
AUG. AHRENDTS.
-99 \


P.C.


S.


AVIS
Le PublieP et pfrvenu qu'a occasionn
to la F6 e Patrooale do la Croix-d*s-
Mishions. s rcre,'i, 14 du coarant, le
a-rvice d, Itrairs entire la Gare du Nord
et La Croix des-Missions et vice-versa
%era dtabli come suit:
DEPARTS DR LA GARE DU NoRD
a. m. Train Rdglementaire 6.30


p. m.


Train suppldsUmentare
c c
Train Rdglementaire
Train Suppldmsntaire
Train Reglemiotaire
Train Suppldmentaire


DEPARTS DR LA CROIX DES


Train
Trown
Train
T sin
Train
Train
Train


Su/)pletnoeflniniv
rogiomonitaire
Suppidmentaire
ROOl-mnntaire
Stupplimentaire
Rdglemenetairs
Sup pLmentairs


7.00
8.30
1030
230
330
4.00
MISSIONS
7 30
8.05
900
12.45


LA DIRECTION


A de MATTEIS & C ie
32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Maison Fond6e er, 1888
Bijouterie. --- Argenterie. -- Parfumerie. --- Articles de luxe pour salon.
salle A manger, chambres, etc ---Miroirs et tableaux ar'tisiques. -Serviettes
pour avocats, hommes d'affairos, ministres. --- Bibolots elgants, d6licats et
rares. --- Articles de Buretu. etc
Achat de viel or, argent, diamant, Acaille.
Reparations de Bijouterie. Le3 articles vendus on r6par6s sont garan-
tis pour une p6riode determine.


MAISON DE HAUTE CONFIANCE et de Premier ordre.


ROYAL DUTCH

West-India Mail
( LIGNE HOLLANDAISE)


300
5.05
6.00
4.


VENTE
de bien de mnineurs
En vertu d'un j -gement du Tribu-
bunal civil (oe Port aun Prince, en date
du 9 Sept-mbre 1910 homologuant la
I deliberation du conseil de famille des
mineures Antoinette et Anna Lacom-
be et du mineur dmancip6 Victor La-
combe, en date du ler Septembre
1910 ;
II sera proc6dd le jeudi vingt.deox
Septembre courant, A quatre heures
de l'apres-midi, en I'dtude et par le
,'inistbre de. Me Astrel Laforest, no-
taire commis A cet effet, A la vente
pjx encheres des droi's et pr6tentions
aes dits mineures et mineur 4manci-
p6 %ur un terrain situd dans leos envi-
rons de cette vil'e, sau Bois-Verna x
de la cote -ance de soixante-cinq
pieds de facade sur deux-cents pieds
de profo:deur, borne savoir : au nord
par le chemin do Bois-Verna ; au Sud
et A I'Est, par le res e de la propriet6
et A l'Ouest, par Diogtae Dblinois.
La vente se fera sur la mise A prix
fix6e pir I exp. rt A la some de cinq
cent qua'le-vingts dollars or ambric.
outre les charg- s de l'enchire,cyP.580
A la requt't', poursu'ite et nilgence
de la dame Vve Vernier Lorquet, tu-
trice dative des minaures Antoinette
et Aura Lacombe. en presence du
sieur Turenne Carrid.subrog6-tuteur ;
et du sieur Paul Emile Painson, cura-
tour du mineur dmancip,, Victor La-
combe,- lesquels oat pour avocat Me
H.Malebranche.
Pour plus apples reascignements,
s'a'iresser A Me Astrel Laforest ou &
I'avocat soussignd.
Port-au-Prince, le 11 Septembre 1910.
H. MALEBRANCHE, avocat.

Voulez-vous acheter ?
11 colonies d'abeilles italiennes et
mixtes, on philtre A alcohol, une byci-
clette, deax machines Singer, cou-
verts. vaiselle, etc.
A bon marchA un busi en boo 6ta-
ave: harnais, on moteur de 4 che-
vaux,un magnifique lit en noyer, one
grosse malle on tout autre objet utile,
adressez-vous au Matin qui vous
dira o0 lea trouver.

Avez-vous5 vendre ?
Selle, bride et chabraque, un ba-
reai A coulisses am'ricain,une chau-
dibre guildive de 3 A 4 points, one
armoire en acajou ou tout autre ob-
jet I
Une chaud-bre A vapeaur do 10 che-
vauz, one vitrine, no alambic en cui-
vre, grillage et barrihre en for, un har-
monium & transposition, un grand ta-
pis pour salon ou tout autre objet
don vous n'avez plus besoin.
Venez vite aux bureaox dou Ma-
tin qui vous dira of les veadre im- J
mdiatemernt.


H. Munchmever


& Cie.


Agents


pour J6r6mie


Hotel de France


Mm A. Maitre,


propri


taire


Bire allemande la 112 bouteilli (0(60 Sand ich'lis
4 hollandaise a 0.SO i MNlml '"In cock' ili
Champagne Cocktail 0 .73 Koa ti'th
VINS MOUSSEUX, LA BOL'TI:ILi E: P. 5.00


Champaqre Poitimery


0.30
0. 0
0.50


&Grencb


Dbjetner et 41luer au (iG .impagne P. 5.
Table d'bh6te : 1. :3.


Grande Fabrique Moderne
DE


Boissons


Gazeuses


Superieures


11 y a paine use ann6e depui-. quo la plus nutritive, la plus agrdable et
la plus fortifiant3 des boissons Gazeuses e-t enurre dans la Consommation
sous Ie nom de

ROYAL KOLA CHAMPAGNE
Sea qualitds et sa fic, savyur lui ont v.te coqI,is.- ue vogis croissinte
qui estoun encour.g-ment on m ome tem[- q iew a rt(onpeuse des sions
minutieux donn6s a sa fabrication.
DAsireuse de .atisfaire les gog 's les pil it .l -i. : pj)" ia t I'tdjde 1910,
ia fabrique a pr6par6 au iaoyo ~ d appar iL p fec:ionuts des productss
hours pair.
Elle met en vente au mme prix et sou1s Leitt meme marque ROYAL
plusieurs de icieuses Boissons gaz iuses qui -ero t la Providence des per-
sonnes soucieuses d'o'frir chez ulles d'exqiis raftrafti'cssempnts aux goilts
vari6s, et pr4cieuses dans touted ,s ranuions A* c6r6 re leur ain6 : le
Royal Kola Champ.ngue
POUR VOUS EN CONVAINCRE, DI)GUSTIZ UNE BOUTEILLE DE CES
PRODUCTS INCOMPARABLE :
Cream Soda Cristal Limonade
MOUSSEUX AUX FRAMBROISES MOUSSEUX AUX FRAISES
MOUSSEUX AUX CERISES.
L'AGKoxc GIN*RALE est toujours au Maga-in d,4 la M4tropole tOS rue du
Magasin de l'Etat, vous trouverez aussi ces products au m4me prix dans les
D6p6ts suivants :
I&PICERIE MODERNE 155 Grand'rje, ,-j face la Maison Robelin.
EPICERIE CADET LUNDI rue des Fro.t -Forts.
A LA PHARMACIE NOUVELLE ALEXANDRE ROBERTS, rue Roar.
MAISON A. FAUBERT, rue Roux.
A I'EPICERIE H. CORVINGTON. rue FAron.
Si vous voulez boire du RHUM D*LICIEUX, du RHUM PUR, vrai prodnit
d'une distillation mdthodique, allez chez

Leon Liautand & Cie
4 tons, riches et humbles, vous serez satisfaits. La reputation da

Rhum de "L'Etoile"
s'eet fate rapidement grAce A 1'excellence de la distillerie de'" L'Ittoile "
en Plaine du Cul-de-Sac, oft s fabriquait Ile
Rhum de feu Barbaneourt


- -- ~I


I ----


I


d- A ..








Laboratoire Sejourne
PIPARATION DE TOUTES AMPOULES MtDICAMENTUSES ST
IT -s ET INJECTABLES.
AmpOUle8 d'Eau de m6r Isotoniques solon Quinton.
L'ea de mer quo nous employons a 6t6 soigneusement capt6s a alageo
m delA do File de la Gonave. Nous faisons remarquer as Corps madl
Feoboeration judiciouse quo font les laboratoires rangers :
e LBKa do mor iSjectable dolt Stre do fabrication r6eeato poear alr. te" .MW
p tO s tdrapeUtiUae. Doe ombreams attestatUoss mwes pwmltteit a dorUeMr
a predualts oat oan tons lesa rsultats esp6r6s. a


Sp40tolit6 : Serum nevrosthAnique.
Ce Srum r6gularise lese changes nutritifs, il a 6t6 employ
es daas la euarasthanie. la tuberculose, ete.


aveo sue


,.. .--. -- p -

ACCOUREZ


chzl Herrmann Corvingtobi
106, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DES MIRACLES
Vous y trouverez. du Bon Rhum Sup6rieur


3E31atLrc -dk IX~Oia>xguO


A des


prix exceptionnellement


avantageux


Rhum Barbancourt

SEULE DfPOSITAIRE
Si vous voulez boire du
Bhum Barbancourt,
dresses-voua an No 7 do la RUE DES CASARS.

La Maison Barbancourt
N'A PAS DE SUCCURSALE. NI DE REPRISENTANT EN PROVINCE.


Chez A. Cipolin
i, tVU RfruMuICARM, W
En face la BouLA&OaIE DU PRoaWs
st prim la Maison Wz BL ParusOM.
VIXNNXNT D'ARRIVER :
VINS ROUGES & BLANCS par bar-
riques et par caisses. marque 6lres
CGtes, de la Maison Bouast Fatass,
de Bordeaux,incontestablement sops-
rieurs a tous les autres vins actuello-
ment sr place ;
CONSERVES ALIMENTAIRES de
premier choix, defiant touts concur-
rence;
LrNTILLzs.-SAUCISSONS. FROMAGE.
CmRISs m gFLACONS. BJmnRR
DU VAL SAINT-MICHEBL
1T D'ITALIZ. Trc., ETC.


M~r C. L. V5erret
Talllx-Agarahazid
Donne avin & ss bienvoelanto cites.
tWe quo samaiwaon No':7, Res Traver..
uibre eat tou~onni kHen pourrvis d'ung
vari~t d'6toffes do 13 hanto mg.
voaatd p aritionve.
Q~iLLITTiSU~tURaURS.COr,. t*1jq
TRAVAIL SOIOVi. EXICUTIO)' FI'OKIPTaa


Kola Champagnie
lReconstituant
Formule due A& Iobligeance dui


GrAce a on personnel noovellement Ancien Interne des Ildpitaux de Paris.
arrive, la Maison met A la disposition Palx : P. 6 00 la douzaine.
des families et des hotels, sur corn- DEPOSITAIRES:
mande,de la fine PAtlsserie Frangaio. Mr Simon Vieux, tus do Mpvasin do
NOTA BENZ.-La Mlaison est, omm lEtat Port-au-Prince ; M Georeo
,par IW passA, bien pourvue des L-;IBlot. re d MaPasr d IcEMat, Porge
nloAurs t Sirops qui oat faith sa re- n-Prince; Mr Aug. Scott (Ldogaoe);
nommede --- Mile Lace Argladv, ( c.y o).
--. -I- -'" B. Col-ba, J6rda: ,.
Francisco DESUSE N. B.- Outre cette categoric, la
Socidt6 Gsn6ral, (-d Kola Ghampa,,'.
Fabricant de chaussures livre au public uno autre classe ad
La Manufacture a toujours en d6- ce merveillex produit, au prix de
p6t un grand stock,-.-pourla vente en QUATRE GOUiDES et d&nie la douz.
gros et en detail, -- de chaussures en Fabrique au Chemin dcs Dalles
tons genres pour SOCIENT Ge DR KOLA-CHAMPAGNz.
HouMas, FzMMzS, ENrANTS. Por:- -Ptib,'e, (H1--i) P. 0. Box, 13
Les commandos des commercants ---.-....
de l'int6rieur pourront trs ex6cut6es A. de M:att6is & Cie
dans une semaine & peu pr6s.
23, Rue des Fronts-Forts, 23 DERNIERS ARTICLES RE(US :
Port-au-Prince (alditi) Ombrelles poor dame en couleur.


NESTOR FELIU
L'excellent 'tailleur aan'aaeusement
connu do toute la R4publique vient
de ronvrir son atelier, Rae F6rou,
(Rue des Miracle) No. 71.
Sa nombrouse clientele trouvera
come toojours toute satisfaction
pour les travaux qui lai seront con-
fl4s.


AGENCY SPECIAL


de la Regie Fran aise des Tabacs
Pour la R6publique d'Baiti


Extrait du TARIF


Cigarettes


NnA Ise paquot de 20
do lo paquet de 10
C(aussam Is paquet de 20
IIomaoioesS en levant sup6rieur Le Bondon de
20 cigarettes
do eon caporal sup6rieur paper rose. le
paqaet de 20
do ea Maryland le paquet de 20
do ean caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
E,.etoArrm an Levant ordinaire le Bondon de 20
do on caporal supdrieur paper rose, les
Bondon de 20
do on Maryland paper jaune le Bondon
de 20
4o on caporal ordinaire paper blouea le
'o>n4on de 20
FpwqAuMs eon caporal sup6riour paper rose le
paqaet de 20
d) *o Maryland papier sjaoe le Bondon
de 0
do ea caporal ordinaire paper bleao l
Bondon de 20
iRout ae s Maryland ot caporal sup6rieaur l
porteofouiUe de 0
do ea caporal don las botte de 10
do ea ca ordinaire le portetofolle
do Is botte do 10


G6n6ral,


GOURDES


1.20
0.60
0.90
1.2c
0.85
0.85
0.75
0.75
0.70
0.70
0.00
0.60
0.00
0.45
0.75
0.40


Septerwmbre 1910.


Tabacs Scaferlati


GOURDE


LEVANT SUptRIBUR (dit tabac d'Egypte) la Botts do
50 grammes
LzvAMT oRanoiAa papier violet liasd, Is paquaot
do 50 grammes
MARYLAm papier janus le paquet 40 grammes
CaRAL snamua papior blend le paquaet do
50 grammee
CAoRlL, Doux paper vert le paquet de 50 gram.


CAPORAL ODINAIRU
de 40 grammes


paper pate brune le paquet


TAsAC A PRUIa, Virginie haut goat, paper jaun-
ae, le paquet doe 100 grammes
PouDua suramiua, paper blend le paquat de
100 grammes
Pouua opmm ima, paper brua, le paquot de 100
grammes


0.0 TAAA a mmum roles Meaasu ide le paquot do
0ol. 1 00 1 ramee
LX.agaet -p6ola, J. LAVIJLZ.


1.25

0.00


0.70

0.70

0.00

1.50

1.50


Parapluies et p r h. Is po,-r horn s.
Gsnts toutes nounces.
Mirtines pour dame.
Peigns ti6s solideo, en corner.
Chaussettes et bas, etc, etc.

Maison F. Brunes
195, GRAND'RUE.
Dirigoe par
L.Hode)in
Ancien membre de la soci6t6 philantiopl-
que des maitres taillears de Paris*
Viont de recevoir un grand choiz
d'6toffes diagonal, casimir, alpaca,
cheviote, cheviote pour deuil, etc.
Recommande particulibrement A sa
clieatieo urie belle collection do cou-
pes de casimir, de gilets de fantaisie
et de piqu6 de toute beauty.
SPtCIALrT* DR COSTUMES DR NOCX.e
-Coupes Frangaise, Anglaise et Amd-
ricaine de a dernibre perfection. La
maison confectionne aussi des COn-
rUMNS MILITAIRES, HABITS BRODkS,
DOLMAN, TUNIQUKS,K.ABITS CARRiS, StOp
etc, de tous grades.


Cordonnerle Nouvello

C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreouse clientele qu'e&*
:e vient de recevoir. par dernier be-
teau. une forte quantitl do maream-
dis, s et do fouriitures do touts fratl
cheur et do toute beauty, import6o
de France, d'Allemague et des Etate
Unis.
Le public 616gant, caurioux doe
bien chausser, y trouvera leW peoez
leo plus solides et aux nqn"-ces l1
plus varies les forme leas plus belles
et les plus appropndea.
On no' qu'A venir chess G.B. PflTOIA
pour 6tre a -sur6 d'6tre chaqss6 sui-
vant les mjillereas lois du confort el
de la mode. Sp6cialit6s pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, forms, fournitUre
et mat6riaux divers pour oordom*O
rie. On troupers tout o qa'll taut, ta
prix lea plus mod6rds, S
LA GouwomxMu NouvLLU
I oIGRAW RUKI145,


Amorm


I.r
Gwo


300 xx "%71 xx