<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01022
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 8, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01022

Full Text


Quatribme Aun6e, No 1039


Port-au-Prinrc, aIlti


Jeudi, 8 Septembre 190O


-- -- '4 --- ---- ------ -_ -_ ___~_ ~__


ABONNEVENTS


@Par-su-Prince

V04,aortiesmets


0


SUN rosi G. 2.00
TaoIs Mois... 5 00
UN Moss ., G. 2.20
TaI MoIa 6.00


YRols Koala





a 8.00


a1DmmEag


j


J


OUOTIDIEN


a -


LE NUMELRO j )CENTIMES

Lose mamuscrits ani.'rhs Og nuNn e.- .r
peasren-lus
REDACTION-ALMINisTrRA [ioN
45, tUN ROUJX, 45.

Abxmuic5TitTY. )
Airthur Isidore


CONTEST


Un bon


JAcous p ssait pour an maria mo
d46l; it n'arait, on verit6, quo pea d4
mdrite & justifier cette opinion, car i
aimait sa femme, ot depaui deox an
quil Ifavait 'oaudee, le bonhoir rayon
nalt our son foyer. Laure Atait la plai
mignonno creature qa'on pat imiginer
at personnel flue somblait a 6taui pou
son Ame delicate; douceoment roma
nesque, done .ssnsibilit craintive
maie qui no demandait qa'A se livror
elle goatait, avoc la fraleoear de sO
viagt-deux ans, cotton vie insoualant
at Lendremsnt dgolste. Bien qa'il fo
de quolques anneos plus Ag6 qu'olle
Jacqaue apportait dans son exiatenci
an asur q a. les 6prouves n'avaioa
point durct; la sagesse xzemplaire di
son passe eI readait A la fois gauLh
ot charmant pour sa jolio eompagne
it Fentourait do prdevenaness, t commit
ils n'avaient pas d'enfant et quae la for
tone lear laissait des loisrs, ilts s'oc
eopaeont excluaivement lan doe l'autr
at sinitiaieat, par una mastelle 6da
ostion, A I'art d'6tr heureaux.
Use sole chose irritait parfois ce
parfait maria : Ia famille do Laare 14
traitait ave uone sort de condeacen
dance, no coseait de c616bror los vor
tas doe a joens femme at somblai
presqua reprocher & Jacqoes, commit
an privitAge, do I'avoir reonutr6a.
Voua no connaisses pas l4 tr6soi
quoae os aves d covert I lei rdpdtait.
MaL
II ie connaisait fort bien ot I'appri-
deait j a valour ; et tonjours pr6t 1
redoubler d'attentionu, il obtint le titr
deanitit doe bon gargon, qul I'amunu
d'abord, puis lii adplat, eonn l'irrita
Par un salgalier rotour sur lei-m6me,
l fat tent6 do so oonvaincro qoe la na-
ture aavait pas 6t6 trop ingrate onveor
lai, qu'a avait 4t6 dotd do cortainois
qualits, qu'il 6talt, lui saasl, capable
do plairs. Soevent il intorrogeait Lame
at iu demandait son opinion ear son
Iarcetbre at sur son viage. Kile so a*
riait avoc coquetterde et e oosteotait
do lai rdpondre :
Puaisque je t'ai hoisi, to sais bien
ae quo jo ponae...
Sans doute, il on 6tait flattd, males
eas compliments no lai suflsaoient plus;
et i soe mit on campagae mans grand
entrain. d'aillears afin do rompor-
or quelquesa nouvelles victoires. Sa rd.
patation le servit autant, dAvantago
peut-6tre, qoe Iattrait de as person-
ne. La belle lmo Montasi le r@eat
avos la melleuore grAce da mondo, et
Jacqus, nga6nment, m'abandonnait an
plair do lai adresser des parolee i-
mables, ps do so livrer aveo *lie; A
dulte able analyses psychologi-
t&. Lase a'ea pronait pas ombrage:
die talt stre doe son pevoir et adre
de imaour qu'elle iopirat. Pea A pea,
ss relations de Jacqaems t deo Mme
MetataIe s ressoerr6ront.Flatt6 d'abord
r rFattesmu qa'elle lai pr6tt, it su-
t niaiblemem t son inflaeace,
at a so, rldd do deveair sona amant
sta aves ome SOtt* alo


SI- Gabriel Noret esat mon ami, coB
DU J J EUDI me lme Montalsoe et ton amie.
Ah I non Jacques no fIotandai
point de la sorts I Qa'il eat le droit d
m &daT. e faire s *eour a la bedle Mme Montais,
menage rien de plus simple ; qauil chercd
IM. m6mo & Ia d6tourner de ose devoirs
rien do plus Ioique ; maim qu'un satre
- copendant lui opposuit one certain r&- ua diranger, s avii&t do rd~iter des d4
a distance, cousealait & bavarder, & fir- clarations et des fadaiseo a sa femme
il tor, mais dem.urait our Is d6fonaive ; 1 1n o Isu1pportait point. 11 fat tent"
t itsl demandareot, tons doax, o&t ce do r6pondre. Quo dire? So lieror
- jea exquii *t pdrilleau pourrait leI Laare, lai exposer see theories ? S
* condaire, ot so regardaient & travers poser on dgoIste at ea despots, pou
r; le voile des ecrupulos. provoquoer des recriminations insuap
r Laura s'apergut vito qae son maria *s portables ? A quoi boa ? ll sortit, d.d
k- tranlformait; *ilo on 6prouva do cha- cid6 A oublier cette sc6An ridicule
0, grin; son orgueil so rdvolta; sloe re- qul I* vexait, et A so laiseer reprendr
. foss d'admettre qu'ole pat 6tre jalou- par los charges do Mmoe Montaise.
* so. A'ors, hardiment, elle prit la rd- LOe oir tombait, aves la voluptuous
e solution i soe distrairo, at Jacques la langaeur des premibros chaleurs d
t ndglig*ant, Ia bravant prosque, silo mat. Jacques montait ver laItcam
, oat, olleo ausi, nae amitid amoo rose, page. sonus a voeto des arbres
SA laquollo e peronn nao pouvait rin don't l'ombreo sAtalait sousn sm pan
t reprooher a, d6clara-t-elle. Et on *oft Comm. il so sentait fa'ig6a L'ennvu
* 1* mdlancolique et an a mi6ire Ga- do sa visited monotone luI apparut : i
e briel Noret, que la Is destioe conduisait simagina, an par on. tough lea detail
; d6votement & sos pieds, naurait point do cotte entravae, avoc leos mmes pro
* songd A lover our alo des yeox indi- po08, leo m6mes promAssas ot le m6me
- create; il no pouvait pas ignore l'uniomn Caurvoir. qaotidien.Mme Moutaisedlai
- do ee mdesage, i de qaell passion belle,asseur6ment... Laure 6tait si jolie
* Leare ch6riasait son maria. N6anmoios captivanto par a fragilitd... Soadain, i
- il fat oncourag6 par la tristesse de revit son oentrd, 1'autre soir; ii revil
Latwe ; elloe le ravisat. La dacouverto Gabriel... II dervait 6tre 16, on ce mo-
e d'une consolation A prodigner a cotte month encore, ot sa tfemme '6contait...
i femme pn6tiqae le remplissait d'une Cotte intimit6 devenait compromet-
esp6rance qa'il n'osait s'avooer A lai- tnts ; in avait le devoir do veiller Bur
m6me ; ot il fat 6tonau, an coars d'ne l'bhonneur do son foyer. Sans dout4,
t visits, do confeeer do qualle fervente s'i interdisait A Laure ds receovoir Ga-
9 pensae il aimait Laure. Elle Idcouta, briel, il alialt so crAer des embarraq ei
come savent 6couter lem Ames profoc- Oll e emp4cherait do revoir Mme Mon-
r des et hoon6tes, sans trouble, avoc ce taise... Eh bion, apr6 ? Jacques n'ob.
16gr frimson doe 6're qai resemble A tie drait jamais d'elle la favour qa'il
la brisk. d t printemps sar los premiAroa sollicitait; en some, cas conversaa
fouilles. La poine quo lui causasit la tions fn:ssaient par l'exaspdrer ; il
conduite do Jacques perdait do son perdait aon temps. Alore il so rendil
e acuit;: I'amortume s'on allait, 1'6grati- compte do moonsonga d4 ses protest
naaure do coear so cicatrisait lentemenot. tion ; il no parlait avec tant de me.
Laura vivait dan aun 6tat do convales- nagomentm do l'amir e6hAr6 qu'afoa
Scented : i'easprance n'dtait pas more. do gagoor Ia conflance do Mms Mn-.
*a taste et d'avoir un rendez-vous... Eile
S Cea t intimitd n'offasqua point Jac- dtalt habitude an monde; ollean coo.
eas. Ca timila devonatt fat, et i1 prd- naissait les poefidieos tandis que
erait n relatio n quaursiorllsqu d'6o r- Laure, toote jeanoe t naive, Doovail
Sdminations qslda t aurisqnt dgidvei n *o laisser prondre aux maonires do
Sorse rpmords ot rqu so. t dir, por- Gabriel. Ce gargon no valait pas mieux
s 1 de o t. U soa pour- lai. Tons lIe hommes me ressom-
tent, 11 fat um--. per 0 attitudes o tl-e1 t; ot so mot do s fomm reviat A
chas doe Gabriel. Es entrant au salon, son esprit
o6 le viaitour fld6le so tenait aupr6o do
Isa jeaoune femme, Jacques remarqua Gabriel est mon ami, come Mme
quo la conversation m'interrompit ; Mootaise eat ton amie...
Laure avait rov6tua ne toilette vapo- Et Jacques retourna on arribre, hila
reuse qui ai i oyait A ravir ; uneo tin- une voiture et me fit conduire chez lai..
oelle 6toilait sa paunell* meditative; 11 trouva Lauro dans son petit s.alon;
il se souvint tout A coup des hearea elle y Atait soul*. Assise dans une
6couldes, dos myst6res de lear intimi- bergreo. an volume de pc, ies iA la
t6, doe la pudear do catte &oe amoureu- main, oell s'abandoauait & ane douce
so; il so rappala q'it avait chdri lassitude, Is lassitude do l'attento. L'on.
Lauro d'ane passion exclusive... N6an- trade do Jacques la surprit. 11 no luai
moine, il chases doe a ,admoire cotte permit pas de so ressaisir ; il tombs a
apparition imporiune et retourna Ie genoux devant olle.
leademain chez Mao Montaiso, A eiale Lauro, lai dit-il, ma chbre Laure,
fin do so convaincre do sos sentiments noun sommes focus. Jo no veau pas to
pour alle. Laare ausal, regat Gabriel; perdre ; ij no veax pas quake tu soffres
et lee jour@ sulvants, dans 'anrdole' surtea Ton mae eat fragile, et dase-
er6paucautire, Jacques Is retrouva aux treemains que Is miene la brieraeiont.
o6tds de sa fomme. Je taims et Jo no pail aimsr qua toi...
Cotte peralstaoe l'iatrigua ; il vo-. Oh I quo les bommino ont mdchants I
leut sen expliqaer avec La re et il orut ... Je texpliqueref... Te me compron-
habile do roller Gabelil. Son ironio me dras... Plas de Mms Montalse, plus dwo
soleova ascanu protestation ; ots ear- Gabriel, vmex-tua ... U n'y aura ples
casiees so bris6ret eoutre noe impas- qae noos deos I...
sbilit6 seresio, qua le re6wita. II deviant It Ia petito femme 'imollas powr.
agre sif: oell eas ooteta doe idpodre: beiser le fros de aoa marI.


a"










Is
it
U,
it

r-


* On sonna : 'etait Gabriel. Aussitot
qa'on 1'eat annonc6. Jacques se sauva :
S ne voolait point le voir, et Laure tli
i promit do no recevoir ce pauvre gar-
goo quo quolqaes instants. D6s le
senil, Gabriel s'arr6ta :
Qu'avez-voum donc ? Jemanda-t-il.
Vous n'Gtes plus la mnme...
Ella r6pondit :
Je Suis hearease...
11 interrogea :
Alore, moi... je no suis plus rion
r pour vomt ?
Main si, ua exceilont ami... Jac-
ques vous aime beaucoup...
Et Gabriel, n'ayaut plut rien A dire,
S'en alla.
A. E. S.


LA CHAMBRE

Sdance du 7 Septembre 1910
SA banc de I'Ezdcutif sitgent MM. Mu-
rat Claude, Jirhmie. Pktio.i Pierce-Aidrh
er Septimus Maris .
Aprs action du pr cssverbal de la
dernibre seance, M. S. Marius, Secrettire
d Eat Iotirimaire des F.nances donne lec-
ture des projects suivrats en les recomman-
daat an patriotism et A la sigaci-' des D&-
putds :
1 0 Convention poor la resiliation de la
Banqae rationale d'Haiti.
2 oContrat poor la cre-tion d'une banquet
denommi e Banque Nationale de la Re-
publique d'Haiti."
3 0 Contat relatif A an emprunt exti-
rieur de 65 millions de francs disigna sons
le non de Emprunt exterieur 5 ojo or
1910 de la Republique d'Haiti."
Le President asprs avoir donned acte do
dep6t de ces documents, dhs'gne one
commission ainsi compose ponr 1'examen
de ces Droje-s : Deputes J. Jeaonot. A.
Pietre-Paul, D. St-AuJe. C. L[on, Beau-
harnais Jean-Franohi, V. T. Noel. J. B.
Laureat, A. Franauis, E. Buailly, T. Des-
graves, M. Doayoa, Ls. Bazelais, Calixte
ils, O. Jadotte et J. Degraf.


L'HONNEUR
DES NOIRS


( SUIT ET FiN. )


Huit jours plus tard je rentrais A Dian-
velli, o0 je reprenais le corr-nandement de
I'escadron ; use dephche venairt arriverr.
Bile annooait Is praise de Doseguels par
le commandant Bonnier. comme A Ouoe-
sdbougo., le chef s'eisit fait sabter I Ban-
dioogou Diara n'etait pas une exception.
Et je pensait A cette rEflexion de Montai-
gne : Devant la mor, on moutre ce qail
v a am fond de soi. Oai, devant la maot,
le masque tombe et I homme reste. Qu'y a
-t-il donc dans le tood de ces homes qui
vivent sans amasis rEflechir et qui saveant
mourir ainsi f
11 y a la dose de fatalisme propre I tons
les peoples de I'Afrique. II y a 1'amour de
Is liberty, la crainte d'u sjoug qu'ils eo
connaiubent pas. 1 y a sertout l'instinct
guae ier.
Poor cerisins civilises, ce dernier mo-
bile amnqoedo noblesse. On dit avec an
p-a deo nan qqu lea peoples primilih


. a







mtm pour seal iddal la force doot la guerre
rst 1 expression supreme. C'est vrai, mais
lUand les homes admirer la force dans
e gerrier qui aIs per;onnifie. le guerrier
'admire en lui- rae.prend conscience do
ang auquel elle I& eve, at acquiert ainsi le
eotiment de son hooneur. C- nest encore
iu' n point d'honneur ; ndasmoins ce
3aont d'honneur condu t fiaalement ceax
Lui lui foot le sacr fice de lear vie an plus
,oble ideal : 1I Ide, dirioas-noms aujour-
I'hui.
C t hoonear, ne de la force, eoaglobe'la
ribo djut le giesrrier aili patie ; chaqje
eoplade veau e re plus farte que la voi-
e, ell* est fire de sa r ce. Bt pals, A
) oss6b ugou co'nme A Dsegoela, les
hefs n'out-t-ils pas defetdo leurs femmes.
Prr enfants qu ils out ,etaso de livrr A
enieai ? Le pa rio'isme n a pai d autrec
oamce; il est l'orgoeil de la race ; il est
amwr qui cmnman:ne A la plus petite ia
as le pour fionr A la plus grande.
Voiit pour i'IJde. Le point d honneur
a peat nuir A I Ide, ii est meae la ga-
ante de sa noblesse.
Aujourl'hat nojs affirsons trop le .rin-
ipe de vou'oir L re guides seulmnect par
idee ; preoon, garde de auire A I'honneur.
a mepris affi.h poor la force masque
vent an trop gra d satachement A la
Elle ems encore de Montaigne, cette pen-
ic : QuI a app'is A moutir a d6sappris
setvir 9. C'es -A dre, celui qui ce s-i pas
tourir est mar pour I'esclavige II fait
)preadre a mocr.r, e; pour entralaer a la
ion, toos ls mayesas sent bons, qu'is se
comment admwr tion de la force, fatalisme,
noir en one vie f(a re, ideal putr de ra
,otisme ; pea impor.e. si I'ne de ces
Luses produi, ce rAsualat de consrver oan
euple si liberti.
La guere est horrible ? L'homme, dams
lutte, ne s.'aar iont plus, n'obAit plus
sa volon 6 ; il ubit one poansee d'ea-
,nusiasme d- r ge ; iv devient un fcr:e-
6 ? Soit, Mats do -ang sort one aureole
: beau, poiqu- le sac fice y a germa.
Qielle alt la par de I& finesic ra
onale t de I, t eneie de II ln toe. dane
geste de la gar le refusant de se r ndre ?
r g de aa Jef-it enge,,drait l'hrois-
i ; fa garde moora't pour I honneur.
Q4 'I sen iaent d cia t an peit tapian de
,ul beam s r-ponse heraque lrs qu'un
)up de abre lui ranchamt use main. ii
St. .uat a ba tre de 'autre eor crait :
I. m'ea resse encore une 1 s Bravade
a blime u A ta g iserie da combat par sit
Smae.te temp quoe I koao r national.
Dins do tels moaten. les seitimeatsseo
'aalysoot pas; l:s chel do Ososbo -
'i or de Dosegla,, A quolque impalsion
u'ils aieat obet, demeurent h rolqeas.
D'atliears, ce n'est aee statement deas
'ivresse de la bataille que ces soavages
avmnt mour r. Un an apr6s It prise de Do-
etguE a te chef de Dienoo vaincu et bits-
6 demandait la mor froidement, avec
on dddain de la vie don't on ae trou-
rerait pen lire d'exemple que dans 1'anti-
uitf., oa de nos joors parmi les Japonais.
C'Vait le soir de ia prise de D enad.
'ous les difensears avaieat succomb., les
-adavres gisaent epars sle lorg des moaure,
Iaos l'i. t' ur des cases, A la place oa ils
!taieDt tombs, submerges par le torrent
tiaa.n qui s'Etait ripando dans le vil-
9--
La lutte ava't t6: acharmde, comme tou-
ours ; et le temps avait manque spres
ass ut pour enterrer les morts. La noit
i4ttit tendue sur ces cadavres essaim6s
La s les roes, armoncelds dais les course ;
-ile r-couvwait de son ombre rear dernier
,ommeil.
Ai soamet de la breche so profilait on
ir itllur I'amte aa pied ; il ne ga-da t pas
iei vivants mis des moits, senutioel e de
-eui qui dormaiem rigides ei froids dAas
Les f ques sombres de leur sang come
la s uie poorpre fuoebre.
Er soudain. one ombre se sooteve, lait
tu iques pas, retombe, so trate am milieu
oe' calavres.
Le t'raillear P'arri'e :
Qul es-ta I
L'hom-re se redress :
-- Je s is le chef. Tae-moi.
C e.air 'e chef de Doenaa. II avait lattE
lusq''au b>a,, on 'avait laise poor mort,
il n'tai" qh- blessed ; il e voalai pas suar-
rivre A sa defaise.


Le vaincu s'avance et montraut le fosil
de la soen ielle, r-prend :
Je sais le ch-f. Taue-moi.
Le titaillear hoche 'a tte. li e s'itonne
pas de cete demanle ; elle est natarelle ;
mails i 'a pis le droit de tirer, on coup
de feu doon. r it 'Pa'arme as camp.
Je ne peux pas, r poadit-il, c'est dd-
f:ndu. Recouche-toi.
Et il esquisse no geste d'impoissaice,
de regret : "Recouche-toi parei ceax
qui dorruent roor toujours et queil m'et
interdit de t'envoyer rejoaire t *
Toe moe, rerfie encore le htef
Alors Is seatinelle, dmae de :et appel
qu'elle comprcnd, touche ta b losaewte :
Avec ca, si to veal ?
L'ao r fai on sigae de dindgatioa. II
coonalt la b.onnette, il em a n tW cribli do
coups dejil II n'a pas confiaice dans cette
aigaille qui ne done pas la mort.
Non. Pa; avec it. Avec ton fsilt.
C'est impossible I Et le tiraiilerr jette
an regard actor de lui, ddsol de no pas
twuver le moyen de st i fa r* ce ddsir fa-
rouche. It aper;oit ao fatsceag de sabres
doet ls fa, rr ,aos brilleut A quelq ses pas
A tends, dit-il.
II s'a proche d'un spxhi ct 1 eveil'e :
Prends tono abre.
Tons dear revieonent pres do chef im-
mobile. Le spahi d6gatoe, et pr6sente la
lam aj blessi q i a-se son do:g le long
du nacchait.
C'est bien, fait-il. Tue-moi
Et il s'agenouille. le coo tendu.
Le spahi recole d'an pas; il tient le sa-
bre i deux mains; d'arni movement b-us-
qae son ccrps st co*,rb;. e airrare, ses
bras i demt ploys s'elen ot so desses de
sa slte, It lame brile, one ditente des
reins le lance en a an, aq 6cla'r t-averse la
nui, le sabre tornb ..
.Le chef des D cnn& a roalH. la tte a
d,'-i detachek ; it a reiiat ses cotpa
gcous d'armes.
Li.uatsant coloel BARATIlR
LE FIGA'RO do 8 jaiin ii.o





RENSEIGN FLMENTS
MEl'itoROLOGIQUES
Obsoxrratoirxe
DU
SMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
MUECREDI 7 SwrTsURi 19to
Barometre A midi 761,n m3
Tomp6ratu R221i1imam s 3
(rmaimua 33,o
Moyeane diurne de Ia stmp6raUre 27,1
Ciel nuigeux toute la jouroie. Use pe-
rite averse vers 6 b. do soir ; plaviomi-
ire 2 8 millimetres.
Li baisse du barometre s'est ralentie
dans la journee.
Cyclone
D'apres une d6peche du Weather Bm-
reau de Washing on un cyclone d'sne
grande otensiti se trouve so Sad et pris
,.. Per o-Rico A 9 h. dz matin ayant use
direction N W-
II est probable que 1'naergie do cycloe
a diminma suivant la m rche da baromi-


tre.


J. SCHERBR.


Qa6bec
DePART
S -Marc.- Mr Maximilien Belot. Louis
Belot, H6 toe Augustin, Trois Sceaurs de
St-Joseph de Cluny.
Gonaives.- A. Mayard, Mine Gispard
Moreau, Mile Eva Dauphin et enantt, 14
Sceors de St loseph de Clany,. Mile An-
tilia Joseph, BarabW Etienne. Louise Pari-
sien, Mile Regina Borelly, U. Allen, J. Jn-
Bapts'e et an enfant, Mile Soline Guil-
laume et enfant, Sterlin.
D6od6
Les fuanrailles de Louits Juus A. An-
RAuLT, Docter m Mddwin, decd6 A mai-
nuit, agront lieu anjord'hai A boeaurm
precises de l'sprft-midi, A I'gUlise Mtro-
politaine. Maison mostaisre. sie, roe Fe-
roa ci-devant des Miacl4s,N@ So.


Grand Oirque I
Un grand cirue est dane nos mcrs. mats
n'y reosers uheoreasement ris long-
temps, devant partir bieo 6t pour Cuba.
II no donnera qu'aoe seule reprseautt-
tion ce soir, sur la T rrasse, en face de ia
nouvelle Cath6drole.
Il y a loogtemps que nous n'avons eo
ici ce genre de diverussements.
Les prix soot sans distinction poor les
enfants :
Loges de 4 places P. x 5
PsFteils ?P a
Gdlerie ( poelailler ) P. I


On denande
A acbeter an bass Felch en
S'adreser au Matin.


boi 2ta:.


Travaux publics
Do I Exposd d & SitMim
Des tr.vaux d'utilitd publique domea-
rds ioachevis, nous devons mentioner :
le hangar de la douane do Mragolne. le
poet de Jee nie, ainsi quae le wharf des
Gonaives dans an Etat asez avanc6 gilce
aux soias d'an Ing6oi-ur da DSrartement.
I' en est de m6me de la prison de Jacmel,
des bLr.aux de I'Adminis'ration et de la
doane d o M61e St. Nicolas, du Lyc.e na-
tional des C'yes e: de beaucoup du'res
travaux qai attendent leour perfait termi-
naison.
Pour ce qua concern les iravaux non
encore entire ris, je signalerai en premie-
re lig-e, ceux qne necessi-e I'aspect de la
nouvelle Ca'h6dra'e maintenato en voie
definitive d'achevement et don't I'inaugara-
tiou pent-Atre consitlre come prxhai-
ne. A cc propo;, je dois vou; dire que
ji a form roceneuent un" Commission A
1'effet de verifier les conduit ons dans les-
Selles ouat t6 e xecuts les raveux de la
Cthedrale. A la date du 17 Avril dernier,
j'ai requ le rapport de ce te Commission
qui oe uigrale rien d'anorma'.
Poor amnsog'r et embellir la place de
1'Iatecdance uu s'e61ve cet Edifice teli-
giex. one sorie de fonds a e au-
torisee mais nsa ras encore eti effectoEe,
de sorte que rien n'a pa 6tre fait jusqu'ici
poor meitre cette Pact: en harmomie avec
I'imponance et is beau'6 do monument.
Das la mlane ordre, nous devons men-
tioner la riEf cion du pont de Mtargl
ne, relia-t les D6partements du Sad et de
1 O est ; la construct ion oa la rIpara'ina
de nombre de maisons de detention ; cer-
tains travaux d'endigoement ; les travaux
hydrauliques de Jiremie, des Gonaives, de
I'Anse-A-Veaa et de MWragooue poor les-
quoel it a et alloao one valear non ac-
quitie encore. Avec les measures financiA-
res que le Gooveraement a mises A,l'etade,
le DI6prtement espare pouvoir bien-6t fai-
re face aax dififrentes d&penses qua s'im-
posent, sinon toautes i la fois, d moins
au fur et A mesare quoee lai permetront
les disponibili de do Tresor public.
Divers tuavaux de moindre importance
qae ceax prkcddemment eoOaces, ona it41
ezicatis dans les certres oa ils out etd
recoanes d'argeoce. Ainsit Port-au-Prin-
ce, as Palais National, aso btiment des
cinq ministries, as bureau de I'Arrondsase-
meat, i la maison Centrale, etc ; A Jacmel,
an Palais de ostice, as hangar de Ia doua-
ne ; A Jdr6mie an wharf, enfin sox Cuyes,
A Saint Marc, aux Gocalves, A Pcrc-de-
Pasi, an Cap-Haitien, A la Grande-Rovit-
re da NorJ et d'autres villes de I'Intiricur
r so rItdt de nos finances a pa peruettre
ae -tisfire.
Les va'ears quoe vo avez alouodesour
la construction et les rdpa-aions de Cha-
pelles ont eti riparties dans le marie es-
prit de. sa esse quai vous a guides en ac-
cordant ses allocations.
A la session deroiire, en vous entrute-
nant du Bassin-Geodral don't la restaura-
tion constitute un immense bieofa t poor
I'inatressane population de la plane da
Cal de-Sac, le Dipar cement vous disait quo
cette reconstruction si long empo projctie
et toujours ajournae ne devait pas tarder A
enter dans ie domain des taits accom.
plis. Cotte heareuse espirance a's pas et
diue. In eftet, les travaox, commences
depuis 'an dernier, se poursuivent dans
des conditions 'elles, quoe attente des ha-
bitants de la Plaine appeals A bn-ficier
de create important distribution hydraauli-
que aEra comblie dans le ddWa imparti per
la lot da contract qua en fait l'objet Telle
est da reste, la cooclusiou da deraler rap-
pert de I'agileam da DEpartemem t es aeud


celle do rapport de la Commission iati.-
tude ricemment par Ise Dpartoment poor
vdrifier lescondiions d'execution da c"
travaux. Li Commission a sued sigeai
plus'eurs difectuositis duns I*oxcatioa del
travaux et je me suis hA:i d'eavoyerce.
pie du rapporc a Conenissin aire por
lai demander de faire les rectiications ad-
cessaires
D'spres les clauses do contract, tome la-
titue avai. d64 lasse an Concessionnaire,
ou darJ aA Is se ea oeavre des diff.
routes parties doe 1etfeprise, do les atta-
quer selon quel conviendrait c'es -i-dire
buivants les conditions climatiriques des
sa soon, come 1'ligent les ir.vax to
rivitre. C'est pourquoi le bief principal
on grand coorsier do driva ion sioeu ean
ur I hab station Perwser at la prise d'eau et
comer s dans la seconds panie do contract
a ezxcut avant les travaux meaisuanes
danas Ia premiere.
Le 86nat
Le Graind]Corps c'est ruanice martin mals
n'a pas a t grand chose. Un proces-verbal
a d6t sanctioned et la cor espondance a Etd
lae.
L'Es cutif vien Ir, dit on, domain dipo-
ser les projects Saanciers.
Le comit6 special
Le comiP special chargE d'dtudier let
coUtiats de la nouivelle bi-q e a form& son
bureau ainsi qoa'l suit : Dpati J. Jeaa*
not, pr6sidenr,Antoice P.erre Paal, rappor-
tear.
ReQus adhir6a
Le sousig~i advise le commerce et le
public qu'il a perju deox reas poor so
appointements des mois d'aort et de sep
tembre, vis6s par le payeur do departe-
imert des firaices et motant 1la some
de cinq cents got;rde;.
II les declare nuts dnplicata devaot tire
dilivri.
Po t-aa-Prioce 6 Sep:embre 10ro.
F G. AUGUSTIx

CONTRACT
Pour la or6ation doe la
Banque Nationale
de la R6publique d'Halti.

Entre le Gouvormomeot do la R4pu.
b ique d'HaiJ, dJnomm6 aux present
aLe Goovrornmient v repr6eent6 par leo
GAr6ral Saptirnus Mari.o, Secr6tairs
d'Etat de la Guoerre t do la Marine,
.hue .4 par interim des D6partemenat
ldes 1Fnances et da Commerce, agissant
poor l'Etat d'Haiti. an verts d'ate de6
cision do Conseil des Socr4tairea d'Uta
eo date do viogt-sept Aoat 1910.
D one part
Et an group do capitalitee, COaW
pos4 de
1) La Baque do rI'Uoon Paraisone.
Societi Ano *uya Frangalso an capital
,'t ( Frs. 60 000.000. -- ) Soixaate Md
lions do Francs ayant son lsg0 A P*.
rip, 7, rue Chaucbat, repr6eent6o per
Monsieur Georgea Yver do la Bruchol*
lerie, ogisant eon vert des pouveik
q ,A lot ont *t6 confr6 s ear acts peee
evant M* Delapalme, Notairoe Parbt
sD date da 28 Jillet 1910.
2) Mesi Qurv. HalIgar.es & C* a New.
York, Messieurs Lademboeg Thalwms
& Co A New-Yo. k. la BerUierw andeS
Veaellachtft & Berlin, ripr6sent6s par
onsieur 1 Djcgur L. Treitul, apS0-
ci6 de la Mai-on Hallgarten & Co. A
New York, ayant la signature sociale,-
lequel group sera vie-A-vis do Gos-
vernement d'Hiti oexclaivoerment repr6-
soni6 par la Btnque do I'Union Pati
ioenne.
D autre part
II a 6E6 conveoo ce qat salt soes is
r6eaerve de la Sanction, par le CorpS
Ligialatif h2 iUes:
Articole Premier.-Le Goavernaemea
sosorde A Ia Banque de I'Uaion Part*
ioeame dasn lea conditions cl-dess'a
indiquaes le privilege d, la creation e,
de Ir ezploitatlion d'une Bauque d'ESat,
soo ie ltitre de Bmanque Nationale de
sla Ripnbliqae d'Haiti -.
Art. IL Catte ooncessaaion eat lMn
Seoet eiaqamte ena4e a partir do jeW
de el poeacpttem de la Loe de
I ties de s* eaetr. Use asde ato







rp6ntO dl a eo nCAoIaion, I- Goa-
WaSna-t d'Haiti st la Boalus N Uo-
aole do la R6pablqas d'Hiti M. Ln'
la faeoltM do deoosuer lour ij.uutwa,
do d4 ouadre la Baoqueo L- Gouv : un
meat aura, dansa. cas, au moment a
la d6ooneiatio.,, a payer lah B aq 4e,
tout ca q'll poarra lei devo < en cnoi-
tal, iut6r&t a t commliions. Ca rem
boursement aura lieu en Frnc, oct uu
r pair. La Ba'ique, do son c6t1, devra li-
quidar toate sas deo:ts e, ratirec .;
ballets e circulation en Iso rembour
east ea mosaale do boa aloi ayaut
sours 1igal. Apr6s I'expiration d'un d6-
ti do dasa aba, la va I de bilet6
quli n'sratet pas do4 pr6meats a
iemboareement appardeadra A la Ban-
qeo. Dameo l ea* oft, .ao anano4
avant rompiratione d Is co aceaion, to
Gonveremost em la Bmaqu ee mvatni
lssteraleot pus ripto.nioe. doe rsilitr 1
pr6aeat cortrat, colle-cl continues atd 4-
droit A sisterr peadast use noavelle
p6ioil* do dooze anadoesi t Pisti do
site. St lo capital de Ia Bat q A **-
Bait, per suite do peott,, a 6tre r6Jukt
do motti#, los Admiaistrataurs soront
toaus do provoquer la rdunion de I As-
Sembnol .gdaralo do s actionoaires A
1 if t do statuer sur la qa stioa de
savoir s'il y a li'u de pronoun ;er la dis-
solution dot s Soci6td ; &i ett disso-
lation dtait p.ouosc6h, la B ii a.a-
rait droit do renonce', u'impotes
qu le a poque, A sa *aon eaioU et de
pioceder A sa liquidation dana lesa con-
ditiont ci-dessuas species. En ce can,
le GjuLvrnUment devrit, dana le delai
d'unaO sane f computer de la ignifica-
tloni qai lei serait fate de la dd ision
p|sA0 par la Bsnqx lai rembourser en
Fianc Oa a u paIr tlut co qn'il pourrait
lei devoir eo capital, latet6ts et comn.
missions. D ,s le as am6 I% Binqie,
par soits de sa pats do ai moitio da
son capital. erait ds es droit do re-
noacor A aa conzoeslon, .tl. a'aurait
aususo inhmaniti A payer as Gouver*
ment.
Art. Ill. La Bia ae ora emnsti-
tou6 em Seci to Aonywe F.areaioa,ea
conform t4 des laim [fraongiseas *.** le
Sociatds. So a 1i61e S ne.a a -ra l PAriq
ou so retuara too C(oas.l d'A.imuais-
tration ; an ELbliassame2t p i.cipl.I
sera & Port a z-Prince. La Btajque,
on Oe conoerta t ar-c la Go .ver .eua a.t,
aura la faulttd d't tailor toes Psacur-
salsa rt agency* partost o le Iboij
aa service lexigfrait.4
Art. IV. La Banque de 1Uaion Pa-
rii[ocea est autorIade A apporter at
all* appostera A la So:itt? denommde
Daoqae N atioale d la R4pabtiquo
diHta I la prsenate concesbiou avec
toes sos droits ot ava stager, do m(me
qgeaveo testes la cllga ions qu'eileo
oomtporte.
Art. V. Le Capital de la Binqua
National de la R utblique d'Hatti sera
do vnigt ailltoes do france, un rsa-
rante mill actions de oanq cents (500)
Frames abacuae, lesqueliea dvroe.t,
osaofradeeant a la lolt rang e, tre
Ibbles d'an qsart d44s la constitution
la Basaqe, le sold devaut 4 re rp-
as far ot tA aosuro'de ddveloppe-
mea t de affairs d- la BanOu.e suivant
Spreairltions statotaires. Ce capital
d viagt Mi lious do IraUns a pur a
str s t age lst ona se oa pl riear (os,
oasqa' soiSansto millions, ti I dive-
toppoeflt doe opnralions do la Bon-
qua Is readait ianosaaire.
Art. VI. La Banqoe sera seminita-
trao as Port-amo.Prnce par on cu p-in
layers directors, qai t-adroot lourt
pemvoi one ra nst olagaoosr da Coo
ol dAdmiaisitration. Cs dornipr tai-
haa las Statals et le. r6gletastt d'ad-
Wses-lfi0sm lmthrlemrs d*la BahLq4O
1U rotifiera A Mou-ieur le Prdedeut dre
la Rdpsblaque la oomi atio, do deree-
taur ou des directears den mlois avant
lepr arrisle en Uaiti.
Art. VII. Le Uorseil d'AlminitrA-
tion aara Og.lImeot Ii pouvoir d'inat -
tsar aa Comitl local d'oacompth 80.
Dr A de la Direction A Po-a-aO-P.IcC'.
ComitI ne pout ra s'occup r d'aL tre4
o2pratorns quo <1. cellos d'eacompta.
SD5a la cas oa il firait usage de cetre
tacl4 it composera co Comi^, conmoe
f l1 d4-ldera, on en choliseseat lea


Lu'nmbre, soit d oAn son a i-i, soit e
debora.
Art. VIIi. Le G-ivernAmon. Hai-
U a no0 moera pr6 de la Baqa,, an
4OmJjwisi ire t&ecsal q.ji sera cb4 go
:e. t' rer do' Ii Kiricta ex64ation de
condilu. i.e !a (oac-.ion et do'st
6le att, ib..tionq #e aot limits' as coa-
t,6 da service de la tr6sorerie, .eL
G javernaoo..-t iporra& galtsmeat nom*
mner on commir..i.-re tspcial & Parts.
Li B.uque dvia, ac;or or une pl-cC
dana I personnel auzx 616ments hai-
Aeua ; un tiers au moins des eaplois
qera rderv4 A des *muloy4o de cAtte
oatioaai6 qui pourront 6tre admiq &
losa les dogr4s do la hi4rrchie ; toate-
folA Is Bangqe asral eole t oaboix do
**" onBpoyds At r6glera lour attribu-
dions. C*s employee sorout exompts
da s*rwioi milstair" tont qo'lls foroat
i arioe d p s amel do I, Banquo ot
leo emIl ,y6. d, *.-tiuialitO ettrang6i
sraot gOg4lemet ecempt6s do 'imp6lt
de IesMn .*4 et n:*lan*si our employs.
Art. IX. La Ban Ioe aur le privi-
lA6gd eocIusi( d'dm-tie des billets an
po ** ur remboursablea en esp6es, &
pr6sentatioi. C- remboursement no
I oarra 6tre demao46 qua' l'6tsblies.-
gu-ot d- Port-au Princp. Cos billets
cousider6s comam monnaise, eront
course 14gal avec force lib6ratoire liit-
unt 6 dates totse l'6tendae do la Rd-
publique at soroat rF as daas toutes
lees ( ases publiques. La Banque sera
ten e d-e pro dder & c3tte mission do
billets au.'it6 qu'il lxi aura It6 jasti-
ti6 par Ie Guavernament quo c. dsrnier
a rsetr4 de la circulation 1t moitiA am
mioins do son papi r-moonait existat
act,,illensot, retrait qui dovra 6tre
ellectud au plus tard quivzs mois apr6
Ie coam nacement deo op6ratioaa do
la Binque. L% montant de c.t.4 dais
Sou sera, d'une valeur qOqaivaiut au
Minimum & deux miliioaw do dollars at
au maximum a bix millions de dollars.
Dana Ise c-o d4augmentation do capl-
tal dj la Banqme, ce maximaw poorra
Aire 6lva props t:onoellemina. Le G >i,-
ver&eaont dtvra retirer le volde do
son papier-mannaie dansa I dtlai ma-
imam d'uass adno apr6i la premiere
Amitsio'i quui soa fite par la BaIqu
do tos bill ita
Art. X. L.s billets di la Bnue
as pou t'uut 4 r6d rams a0 circilatiop
qu'aprM4 avoir 4t6 M ii6s et eigu6s par le
commaisaire -picial du Goureruomint
attach A Ia Btaqme at r6sidant & Pist-
las-Prince. Ila portoront on oatre la sl
gatore do I'ra d s Ad.ninistratoars d9
1a Bauque et d'un des Directeara do aIs
Bauque & Port-.a u-Pnce.
A asu're.


CONTRACT
Relatif A lzEmprunt Ext6risear
5 olo or 1910 do la R4pu-
blique .d'wati*.

I Bntre le Goueernemeat de la Ripabli-
o as d'Haiti, denosm asux prisenses a Lo
ouveroemrent repcsnt par Ise Giaral
Septims Maries. Secritsire d'Etat doe
Guerre at do Is M rine. cbargd par intitim
des d6partemants des Finances ea do Com-
merce, agissans poor IVBat d'Haid, ea ver-
to d one decision da Conseil des Secrtai-
res d'Etat ea date do viogtsept AoAt t9se:
D'ae pert ;
E an groups de capitalistes dduommdJ
aux prdseates e Les Bmaquier, et composed
de :
I ) La Baqeae de I'Uaiom P risienae,
Soci.6d Acooyame Fm aise, an caoi a' de
6o ooo.oom de francs, aayat son sige a Pa-
ris. 7 rj. Cbhucha., reptseutte'pr Moan-
siet r Georg's Yvcr de la Bushollerie,
agissant ea v.tta dee pJavoirs qa: lui oat
Iti conftris ir acts passE devant Me De-
lapalie, no aire & Pagis, en date du aS
Jltilet 1o10.
a ) Messies HA"gar en et C. i New-
York. Meiseanrs Laenburg, Tha'mana &
Co New Y rk,'/a Brlier Hmindelsgesell.-
chaft 1 Berlin, repr6seut-s par Monsieur lei
Dr Treitel asoc,6 de la muson Hligar* I
ua & Co i New-York syant la signature |
social : '


D'one part;
II a dud conveua ce qui suit, t seeos Is
r serve de la sanction du Corps Legisla it
hait~en :
Artn ser Lt Goiverneaeut a ddcidd de
coanracter an crnprautc 'ztr.er q.si regot
la diaominati )n de a* apreat x eeur
5 o0i or t9io de It Ripublique i Haiti eat
qui constiae ui engagement direct de cat
Ea .
A-t a. Le ruintait n3aini d 1'e--
(raot eit t ik lraas 65 oo.ooo. ( oi-
aite cusq millions d. f sacs. )
I est repriat par 130.000ooo cent tren-
te aillt) obliguion ai pcaucr d un moti-
ts mmiaemal el francs 5oo ( ciq seats /
An. 3. Ces oblige ioas rapport-roat *u
iniret. annual de $ olo ( cinq pour cent )
de leer moa ant nom-nal, sort fr is 25,
/ viagt ciq fiacs / oa, t t et par an.
Ct intrt sera payab e e d ux parties
gates, aoirs des coupons same taiel;, aux
dchaaces des x ( quicze ) Novembre
Le rremier coupon compreadra le mon.
tact des int"r a coauras risou de 5 ojo
(cioq poor cant )Van. entire la da:e de I'e-
mission doe 'empruaet ceale de ;a p:emik.
re 6chamac semesltries suivat .
A 1'expira'ion des keail es de coupons,
doeas sroot monies lea obligations cas f(eil-
lei sroat reaouveldes aix fr.is d i G3-.
vcrema ,', d'ofice pir les soims dc la Bane
que de I'Union Pariseone.
Art.4 Laempraot sent amordi en cinquan.
som c0aisa tmatent A usn tableau damog.
tid-smaE qui sera dress ahltriuremrnt
e: Impfrin6 au ver o des tires et qui corn-
pontea cioquante annuiis egles d'envi-
roa Fcs. 3.561.o000oo, crois millions cia4
cent soizante et anmille francs ) comapre
nant I'atndret et l'amortisseament. Les obli-
gations sront amories soict A lear va'eur
noaimsle pir voie de tirjges ae sort an-
nuels, soit par acha.s en B ,urse I r.4u'0cles
serious c6tdes a dessons du pair. Les a.
chats a o ars s'eseclueroat exclusive.
I vTem et d office per les so:as de Ia Ban-
se de I'Umion Parisicane poor coapie
u Goovernement, .auquel alle en rendr,
compete, dans Jes trois mois qai pr6cede.
ront la date ci-apiti fix'e pour le Israge
aa sort ae jusqu'A concurrence du nombre
de titres piuva pir le ab'eau d a-ortis. -
meat. St Ic nowbre des tires pouvant
itre ainsi achetes est inf rienr A celui prd.
vu par le tableau d'amor iassnment, il ert
proced A an tirage au sort pear lI solde.
Les tiages a sort s'effectossre, A Pars
par le soias de la Banque de I'Usion Pa.
isuelm, en presence do Dldgtuds do Goe.
verassent, dam Is couraot da moia d'A-
vril de chaque annie. Tons les frais y
comptisa csa do coofectron d'aoe rjme,
auxquel donectoot lies ces tirages, seron
A Ia charp do Gauverwemeat. L: preoater
ti ge as a lieu dans le couarst da mis
d'Aril 191z. Les lists des nUamros sor-
dis as tine seroat pablides d'oflce par
les soha dis I Banqae de d Union Parisian.
as at am fiias da Geoavermeant dams
desa joumraua de PAris et dans an jour
nal de chances des astres places o I emis-
sion serait oaverte ec danasi joarel offi
cial d'Hati. Cas liUes deront, apres cba.
Ma tingea, ae mot fides sans retard so
vernement.
Artn Lee obligaptios series aux tira-
Sserout nmboursables le I 5 / quinse )
I de chaque anodes omatme tempsIqaeg
serot payM ls csupea dch4ant A cette
date. L premier rem b.rsmen,' aura ieu
lies te 5 (qaimse) Mai 1912 Toute obli
tio p Wedssuds a semboarssement devra
re amuual de tons les coupons mnoa chas
A la date fix poar le remboursement.
Dmas I*e ca 6 aal n maaquersit an on
plosiemnr, lser momtat sera d6duit do ca-
pital I pyer a ponrur.
Art. 6, Ls coupons set es times amrtis
.M sWivast l'ad kle douse me-
rtth at vatear nosalate res-
pe e l Oas dddactioan des imp6ts fran-
lls oa sDtra gera A Paris anr caisses de la
Blaae de I'Uaion et t cellc des Etablis-
sements et Maisons qm'elle dsaenrait ean
Fraece on A 'etraager,-et parmsi lesqu elles
la Basque Natiouale de la Republiqae
d'Aet i eM d'ores et dejA ddsigmde- et ce
dsas lesa codiions species .A l'anrticle
tseise
Ar<. 7, Lea tires a oetr et les compoas
y *tame l, saia qis 1o coapoas hks pa-
ydea, seat pe' pas tela sia de all


des Bauqaes qui les auron rays. I'V st-
roat centralisds par la Bxr'qu- l'Uoio3
Parisienne et tones Far el,: A Par s A IA J' -
position do Gounruesment .ce ta R pub i-
que d Haiti.
Art. 8. Les coupons qui n'.auriient pas
itd pr6sentds A I'erciseuaeznr din. u-' ,6-
la, de cinq sos A rartor de liur c.ch:ance
seroot jrescrits en favenr do Gauverae-
mert. Poor let titres amortis ie d! ai de
pescr ptioo ise de viogt aos.
Ar. 9. En casi de pete., de vo', de de;-
ttoction5ou d'ahldiation de tires do present
emprunt, la Bmoque de I Uion Par'sienne
est autorisfe A proceder, -*- f-ais du G,)u-
veraement doe a Rdpublijue dHiiui, s.
remplacement de ces litres apsis qu'il lai
auraM 6t foarni des preuves j igees par elle
offi antes de la dispari.ioa do ces site et
des dr its des riclama. ou que ceax-.: lai
auront fourai des garamies qu'elle estim.ira
suffisa -tes eat c c onfor, 6a-.t aus usages
Je la place de Paris.
Art. u. Les Aitres do present eCapruat
non encore amornis s-ront admis cone
."autioacacnect dans Ion* c)n', a vec I
Gouverceazent an coar; co a La 832rse
Ie Paris Ai !'aoq@ oa le cutiounamSt
strait cons itd.
An. ti. Les ti res et copo de l'EM-
pnnot c*'rulamt en France ,n toat autre pays
ldranger soot. et demearerost exempts do
tons tf6 :, droits et redevances quelcon-
q .es, o.dioaises on extraordiuaires, etab'is
oa A dtabir A Haiti aa profit da Gouvrr.ae-
weet. des communes ou routes au.r:s c)l-
lecttrits. L*s dipositions de cet article ne
s nt pas applicables sau tires et coupons
du prserit empruat qui pourraient ctuculer
en Hi:i.
Ar I2. Le Gonveriatrient s'ii'erdit
d'augmenttr I'Pno tfssiemn" dJu present
emprunt avant i i$,qumz M.Nfa' i2J(mil
neof cent vit.. ) A part r c-.t.- dare,
tI at-re 1" dr +i de re'rb-aurer au ;u.ir leI
obl gt io.js restnst A ausor ir. Ce r,.nb.ur-
sement ne posira s'operer qae pour h to-
t lIte des tires iectant ci c rzal..tion at
moyennant an priavs, d'au monqs trois
-nois public Jan; u-i j-..ara.1 d'an,.aces
tg>'es A Paris. A Hai e, Ja-is ou es lea
viaLes 6irtangres oa I mission do piseat
*ruprant auact te ouv-r e La pub ;,: t on
de cac avis sera siganfixc tins r.t rd A la
B nque de I Unioi Pristeime.
A-t. 13 La B rqu de lUaion Parisie'-
noe doe I'asornis-me t des ob igations d'ane
nasietre irrevocable et par totme Ia de-
rhe de I'cmo!un'. Le G vernemeat al-
loue A la Baoqae de I'U.ioa Patisienne
ojr ce service uie coa mission de 114 o010o
( an quart pour cemt) our les sommes
|sydes poor le remb'uoseameit des obli-
ga ions sorties ax trage on amorcies par
voie de rembeMrsesacn. a.ticipd, p3ar le
p.iement des coupons 6hus e: pour les
tchi.s en B3orse effects eo c ,af.r'itd
de I article 4 (quatre) ci-dessus ei lai res*
bousera leas taes ei courtages afferens At
ee acham.
Art. 14. Le Gouveraemean s'engage,aus-
s t6: que le lai demandera Ia Banqae de
I'Unioa Parisleone A Iai fourair les doca-
meats okcessiires pour obrenir I'adaissioa
de 1 Emprunt A la cote officille delay Bour-
so de Pais et f celres de toomes sates
places f antises on astres qqe poarrair dd-
sign le Gomvernemeat ot t iBa-ique de I'Union
Parisienne convienment daunir lears efforts
ea vae de I'obtm:oioi de la cote officielle
de Paris et de la cote de ,outes autres pla-
ces ddsigoes p:r la Banque de I'Uaion
Ps risienoe.
P(a. r_ )


L'anneze eat attend venddredl9
SeptleMbro oseorat at paerirt Ia mo e
jour A 2 hleures do soir pour Santnago
de Cuba. Cayas, Jacmel, Sto-Domingo
et escales.
Le paquebot a Qudbec v sera de re.
tour mardi 13 da courant, et repar-
ira la soir, A 3 houres O rciges pour
Cap-Haitien, P'o-Plata, S. J de Pto-Ri.
Ri o St-Thomas, et le Havre.
Port-au-Prince, le 8 Sept. 1910.
L'Agent,. ROBELIN.


~II --~I I















Est un vin foilifiant, digestif ton'q'e, reconstituant. Souveoain coontre
Iimp ludisme. Plus efficarwe pour les personnes affaiblies quo les forru-
gineux et lei quinas. Recommand6 aux personnel Agdes, aux eanes
temtmes et aux enfants.

Le Vin St-Haphaiil est un '( vin de malade a parfait
Le meilleur pr6servatif n temps d'6pid4mie et le meil-
leur adjuvant dans le trai ement de la ph'isie. Prescrit
dans les fatigues de I estornac, 1i hb orose, Iandmie,
les bronchites, la malaria et dans les convalescence.

l) un godt esquis, il consti ue un trbs agrdabl-j vir
de godtrr P.

EN VENTE

Chez Andre Faubert

38 Rue Roux.


ACCOUREZ


chezllerrmann Corvingtoi,

108, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DES MIRACLES
Vous y trouverez du Bon Rhum Sup rieur
Du. V'in B3lanxc <& t-Lougex


prix exceptionnellement


avantageux


NESTOR FELIU M' C. L. Verret
L'excellent tailleur avan agouesment TaIllour-Mar1-and
connu do touted Ia R6publique vient
de ro' vrir son atelher, Rue Fdrou, Doaeo avis I sa bienveill.unte cilea*
(Rue des Miracles) No. 71. table quo sa maisoa No:7, Rue Travzr-
St nombreuse clientele trouvera sibre eat toujours bien pourvue d une
come toujours 'oute satisfaction vari6t4 d'6toffes doe la hauL ao0-
pour les travaux qui lni seroot con- veaut6 pariaeonno.
6ds. ..


MAISON DE CONFIANCI
148 GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILI1EUR si bien coann doe la
Rdpublique, avise sea nombroux CLI-
ENTS qu'il vient de recevoir par leo
derniers Steamers une Vari4t6 d'6tof-
es de : Diagonals, Casimir, Alpaga,
Cheviote, Drap vert et bleu d'une
r6elle sup6riorit6.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDK I SOLIDITE I1
L'6tablissement se recommande aux
clients les plus delicats qui appr6
client chaque jour davantage le PFIN
de son travail.
Demanded chez Joseph Sain--Cloud 'r
Restaurateur de la Santd et des Caries pos
tales Illustrdes.


A L'tLEGANCE
QORDONNNRIN.

42, R.e des Froats-Fort.
CEAusseuas *N D*rI',ioUA LA TEMa
Promptitude et soia aux somman-
dss tast ici qu'em province.
Chaussures do Dame 'form at tra
vail tojours tout so qu'il y a do plus
souveaux.
Formea amdricaine et franQaise pour
Messieurs ; 616gatoes *t commodes
Pour l**. efants le plui l'ai-s.
Travail solid *x6out6 aveo
dos peaux d4 premi6remarqueo
Av.mass t de raid rabit.
i':r0Cy- 0 i .. If wi t* Atyr


AGENCY SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs
Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du


Cigarettes


NINAS le paquet de 20
do le paquet do 10
liONGROISES en levant superieur Le Bondon do
20 cigarettes
do on caporal sup6riour paper rise, sle
paquet do 20
do en Maryland sle paquet de 20
do on caporal ordinaire paper bleou les
Bondon do 20
E, .srGANs on Levant ordinaire le Bondon do 20
do en caporal supdrieur paper rose, le
Bondon do 20
do on Maryland paper jane eIs Bondon
do 20
do en caporal ordinaire paper blou eIs
Bondon do 20
FY~aeAIs en caporal suparieur paper rose le
paquet doe 90
do en Maryland paper asane Is Bondon
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 2o
RoUL .s ea Maryland et caporal sup6rieur le
portfeuflle do 2)
do e caporal doux la bottle de 10
do ema ou ral ordiaire eIs portefeouille
du la bts doto 10


TARIF


Gdn6ral,


GOURDES


1.20
0.60
0.90


0.8t
0.85
0.75
0.75
0.70
0.70
0.60


0.75
0.40


Septembre 1910.


Tabacs Scaferlati


GOURDE


LEVANT SUPIRIBUR (dit tabac d'Egypte) la Boltt de
50 grammes 1.2!


LEVANT ORDINAIRn papier violet lias6, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaunse l paquet 40 grammes
CAPORAL SUPUIXNUR paper blend le paquet de
50 grammes
CAPoRAL DOUX paper vert sle paquet de 50 gram-
moS


CAPORAL ODINAmIR
do 40 grammos


paper pate brane Ie paquet


TABAC A pssIR, Virgimae haut goat, paper jau-
se, le paqaue do 100 grammes
PoUam s mumuMs, paper bleu Ie paquet de
100 grammes
POuD-n onmumsmA, paper bran, le paquot do 100


0. TA A a uAman roles Means 014s le paquet do
OJO 100 grammes
L.'ag it ipxoia, J. LAVILIZ.


0.90
0.70

0.70

0.70

0.00

1.50

1.50

1.20

1.O0


QUAL S UPUIMBASs. tOUrPs LXAMAT8
VTtAI A s10ox EXiCUTIOM raOMrT
Pristras rIddult I

Kola Champagne
Reconstituant
Formule due A I'obligeance du
1"3r Leon& Audain
Ancien Interne des Ildpitaux de Paris.
Puax : P. 6 00 la douzaine.
DI9POSITAIRES:
Mr Simon Vieux, rue do MaEsino s
I'Etat, Port-au-Prince ; Mr George s
Blot. rue du Magasin d lI'E'at, Port-
au-Prince; Mr Aug. Scott (L4ogane);
- Mile Luce Anglado ( CGyus )
B. Cooba, J6rdrr,'.
N. B. Outre cette cat~gorie. la
Socidtd Gdndrale de Ko'a Champav.ro
livre au public une autre c'asse do
ce merveillex produit, au pinx do
QUATRB GOURDES et demie la douz.
Fabrique au Chemindes Dalles
SociftIr G'* DE KOLA-CHAMPAGNB.
Port-au-Prince, (HA i) P. 0. Box, 13
dc=;v M"O""O"""


A. de Matt is


& Cie


DERNIERS ARTICLES REQUS :
Ombrelles pour dame en couleu-.
Parapluies et p i s. Is pour homAq s.
Gants toutes nuances.
Mic(iies pour dame.
Peignes trs solidte en come.
Chaussettes et bas. etc, etc.

Maison V. Brunes
195, GRAND'RUE.
DirigAe par
L.Hode)in
Ancien membre de la soci6tt philantiopl-
que des mattres tailleurs de Paris*
Vient de recevoir un grand choix
d'6toffes diagonal, casimir, alpaca,
chevio'e, cheviote pour deuil, etc.
Recommande patticulibrement & sa
clieutele uite belle collection de con-
pes de casimir, de gilets (Is fantaisie
st do pique de touts beauty.
SPICIALITi DB COSTUMES DR NOCES.
-Coupes Francaise, Apglaise et Am&-
ricaine de la dernibre perfection. La
mason confectionne aussi des Cos-
rUMES MILITAIRKS, HABITS BRODIS,
DOLMAN, TUN IQU, HAkBITr CALRR*S, etOI
etc, de tous grades.

LA


Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143. i
Aviso sa nombreause clientele qu'el-
:e vieont de recovoir. par dernier ba-
teau, nne forte quantit6 do marchan-
dises et de fournitures do touts fraf-
cheur st do touted beauty, import-d
do France, d'Allemagne ot des Etats.
Unis.
Le public 616gant, ourioux de ae
bion chausser, y trouvera los peaux
leos plus solids et aux nuances la
plus varies les forms les plus belles
st lee plus appropn6es.
On n'a qu'A venir chess G.B. PiTOIA
pour 6tre assuar d'etre chased si-
vant les moillenres lois du confort Me
de la mode. Sp6cialitea pour dames.
Grand Stok de chaussurs ;
Peaux, ciragls, form, fournltures
et marilaux divers pour oordoaaI
rio. On truvora tout s qu'Ul aut, sa
prix les plus mod6rds, A
LA ComDomMut oVT N ar
1AiUAMDOKIt,


A des


- IL I