<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01021
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 7, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01021

Full Text


Quatri6me Aun6e,. N* 1038


Pert-au-Prince, Haiti


Meror 1l, 7 Septembre 1910


AKONNEMENTS


Surt-&a-Primce


0Matref
stVm


Ux Mo.. .. G. 2.00
I'ROs Mots... 5 00
UN Mois ., G. 2.20
Tuois Moss 6.00
Tiao Mos 8.00


C16ment-Xag~lo Ire


J


*4



IL


0 LJOTIW"R'E


LADzxuuftin A5mmI-
L m e m s sil i m ~d ~ a m a s .
IEDACTION-ADMII4ISTR AT! ON
459 RIM BO3611,45.



ArthurW ad ore


UNE RPOQUE


D'apr6s les souvenirs intimes


du p6s'dent Boyer


F6ry.


XIX


En dehors do Ia lettre do 9 mars
1822 adrea-.',& A Joutle Lachonais Ic
Boyer, nous n'avous plus, & :partir cle
cettodate, d'autres pieces doe lai, pour
la bonne rAison, ce que nous avo- n
vu dans cell dbrnibre lettre, q 1'il
avait fait veoir sa famille au Cap-Hi-
tien, oA de b'illantes fetes firent d.n-
n6es en son Lboneur et od elli adjour-
ma environ un movie.
Au cours do cette tournde do nord-
eat, it y eaut des 61.ctions gdndraies
pour I'organi-ation do la 2me lgisla-
tore. Port-at..Prince 6lut comm., bus
repr6sentantd les cifoyons B. A. Labor-
de, d6fensour public et caoitaine A l'&A-
tat-major g6ndral ; J. B. B6raoger, de-
fenseaur public, et Pierre, jage an t'i-
banal de cassation, qui avait 6td d6ja
membre de la premiere 16gislature.
On donna A ce* repr4sentantr, ccm-
me supplants, J. Ardnuia atn6, J.
Elie at Dama,.
Boyer, durant la tourpAe, apprit CAn
electionss et *'en inontra fort contrailf,
particulirement a I'kgarJ de Laborde
et de Bdranger qui ,,'6taiert pas dos
amis do son gouvernernent et q i
6taient assez notoirement connas poor
oela, poor qae lea Al tours de Port-au-
Prince eousent do lur r foser leors
sympathbies si, daan lour esprit, ce*
caoix n'6taieut pas pr6cis6ment prA-
m6dit6s et voulus.
I1 avait para aso president, don't la
principal qualitY, -- tout la monde le
sait,--tait one probity personnelle a
touted dpreave, que les dlecteurs port-
as-princiens eousent do se pr6occuper
de designer co m e leura repr6eentants
des citoyens plus coonus et plus mar-
quds par cotte quality, et c'eat a cette
occasion qu'il exprima, 4 l'6gard do
Rouanez, cotte pensde qui, on peat le
dire samn exag6ration, Otait un brevet
d'honorabilit6, sortie de la bouche de
rhomme qu'etait le president Boyer :
a Je no coonsis qu'un boanote
home as Port-au-Pince: c'est M.
Rosabez. *
Si Boyer po.vait ressusciter et venir
do no@ joars fair on tour a Port-au-
Priace ?... I y a des chances poor qu'il
a'y *et pas*rutroavd Ronames.
Etant donn6 1 i rcstige r6el que, Ai
son #poque, le president Bayer ex, r(a
sor 'esprit de sea contemporains, com-
meet expliquer li choix hostile fait par
lee dlcteaurs do Pott-au-Priace ?
Avant do chercher A l'expliquer,
eonstatons.-le. It n'y a pas de dooteI
quo nonus syons marcbA, depuis Boyer,
si par marchers, il fiat simplement
entendre aes d6placer. Au point do
vae des progrbs politiques, constatonis,
sans commentaire iautile, quo des
electears do 1822 eaurent la latitude do
4Adignea ia representation national*I
d4e eitoyns doe leur choix, sans s'ar-
rter A considerer mai le personno de ceo


citoyena 4tait ou nona agr6able an chef
d, V'Etat.
Et notez quo ce no fat pas li ut fait
unique, passagar, accidental ; it Pe re-
prod isit & chaque pdriode 6lectorale
qui out lieu durant lee vingt-cirq an-
n6es de la prdsilence de Boyer. Ar-
donin crit A ce sujet la page auivante
an aUjet pr6cis6ment de ces diections
de 1822:
a Le gouvernement no violet pas la
Constitution do pays, qui lui a donn6
l pouvoir dirigeant daa s la socit6,
quand ses orgaues iodiqueont publiqe
meat an corps diectoral lee meilleurs
choix A fair pour one des branches du
corps 1dgialatif, tout on lai laissant
cepenlant la lib rt6 d'en prif&rer d'aa-
tr do mmeo que I'opinioan publi-
4e1 n'entrave ni Is pact social i
I au'orit6 du government, qatnd sello
honored certain citoyena do son estime
at les d6signae par cela meme an choix
do chef dI I'Etaf, pour exercar lIs
fonctious do la commuonant.
a Mais. c'est ce don't ie pr6sid.nt B )-
yer s'etw u moime prdoccupd durant totes
son administration. Dana ces viogt-cir.q
anoAes, la Chambre s'est renouvel6.
cnq fois : doe i des sections absan-
doandaa d tonete la liberld des citoyons
dane leas Lommanes at parmai lq elleo
" y eat constamment des choix qui lai


teondaace caract6ristiques d'ua esprit
public siagolier qui, n6 sou la pr6si-
deace de P6tion, devalt so d6velopper
et se manifestor ddanitivement durant
Ie quart do si6cle de aIs prei4dence d*
Boyer.
It y a on cliche a ausan de Boyer,
et des dcrivains I reproduisent assez
Pervilement poor qa'il soit possible de
le fixer et de lo r6suamer come suit :
Boyer, par sos attentats centre la repr6-
sentation national, c 6a contra son
government one o,positiou parlemen
tairo qui fiuit par l'emporter.
Autant de mot', autant do mecson-
ges, involon'aires chez ls uns, d61ibd-
rds ch-z d'autres. Bay r, cependait,
dana toutes leas m~afesttions de son
government conire, I'oopo.'itio par-
eamentaire, joaa, qu'il flt laus son tor!'
ou non, awstz franc jea, livra bataille aI
visi6re assez lev6e, poor que,rien qu'en
ouvrant les yeux et sans chercher midi
A qua:oiz) heares, on puissq voir clair
.dane lee latter paraementAlhe4 qui ea-
rent lieu soas son goavernemeut.
I 11 n'est pas vrai qua co soit la rsis-
tance da Boyer aux volont6s du Parle-
meat qua ait don6 nais'ance A I'op-
poition parlementaire qui illastra H6-
rard Damesle et sa g6enration. Ls
elections port-aa-princiennes do 1822.
don't nous parlons ici, oI prouvent : i
Cotton 6dpoque, c:!te oppo-i~ion o'dtait
pa' encore cr66e, ot aucan IHitien
clairvoyant no so laieoera persuader
qu'il n'y eat qa'at faith impreva t acci-
detael dan, cette c rcoa sance que LL.-
borde et Biranger, manifustement con-
uni pac lear inamitis poitiqae et lear
attitude santrieare d- c cnseaara vis-i-vis
do pr6siJoet, si tr averoat d4sigao6
poour alter sleger, comtKB roe.ar6entante
d-. Part-au-Prince, a ti 2asne 14gista-
tume qui allait s'ouvrr.


d6plaront; de IA U e* opposition do i 11 n'est pas non *Plus vrai qa'acuano
part dee ias quoe le President m'agr6ait oppos:tiou parlementaire at% ranoers6
pas, qu'il ne chercha jamais & rappro- Boyer : il no noua airait doun 4t6 don-
aher do son gouvernement. nd, q',ia 1843, da voir le people hai-
ties 8o lever en masse poor couvrir de
Et, ,pparemment, Ardoula n's pas son appai at:dril I'antioo morale do
menti, car le doctor Loai-Joseph son Parlement I Choie inconnue,avant
Jaovier, s'adressant aux 61lefears port- Boyer, o0 I9 Sdnat de 1809, vaincu
au-princiens on 1908, c'est-A-dire A la ,dans Ha lutte contre PAtioe, dot pier
favour d'an real historique compl-t, bagages ot so ratirer d la latte I Chose
a dvoqu6 come suit ie souvenir des plus rare encore, depuis Boyer, oaIe
pratiques dlectorales an honneor & 1'6- Pouvoir hItieon oat deveau de pluas
poque que nous 6tudione : plus fort en face do Perleos ut do plus
Soen plus affaikli I A ci- esprit, s'oc-
a Pourquoi done aaries-vous pear capant aerisesoment d'htstoiro, n'se-
smaSSeant d'exarcer les droit politi- copters comme d6movistraive t coo-
ques qua la Coostitution de 1806 re- cloante, u e affirmation qai jure teant
ooaamsait djA A nos ie x ? SAre- avec les faits nocmanix do motre vie
meant, votes ne sauios avoir pour do uatiouale.
reclamer le drolt do voter sax 6!e.tioas Li v6rit6, solo noas, rdaile dans la
ldglelativo', aenatorialo, communales, consideration saivante.
car e'est on droit primordial que vso Noas ne edparuon pas, dane notre
anc4tr s ont exerc6 libremqnt d2- 1818 esprit, le progris palatique de 1'il6e
A 1843, c'oet-A-dire pendant toute la d'opposition et, A defaut d ua program-
prisidence de Jean-Pierre Boyw' I me d'action d6fint poavaut servir do
baie A la oonstitu ijb d'an parti poli-
Mais je vmeas dv dire p!us haat, on tique, noos trouvons toajoars, dans la
promettant d'expliqaer antant quo po*- contaetare do notre vie poliuque, uase
sible Ie fait, quake les 61ecteours port-au- de mat6riaux pouar coastituar an part
princiens, grAoie pr6eisdment A la Ii. d'opposition. Or, ,:re de I'opposition
berti du bulletin do vote qa'ils avaient et toejours bies oa.)sidet : daus an
soon Boyer, avaient, aux elections de milieo o& la boaruoafatre do la per-
1822, 61a comuae roprdeentants doux in. sonnaliteasgmente 1-e cbancts d'avenir,
dividns notoirement connus poOr D'6troe le ranges do Ilopposition serveat do
pas sympathiq *s as president do aIs pi6deetal natarel; oa toat oas, uas
R4pablique. Il y a qaelque iatdrot & ambition v oalgair a toajoaer do qsot
rechercher la raimso dttermiaste m deo s atisfair das eoe ar6ae oa toael es
paroils chobx,ar noms y trouavre de mots roaslats aut drott doe it4; oe't


l'6lite des patriots, des ind6pendaSnt
at dos 6clair6s don't sont ens6ees faites
les opposition parlementaires.
Dameale, David St-Proex, Lurtigua
,t los atres faurent Ie proluit do cette
mentality qui, so considdrant comm aun
616ment de progr6s, s'eot d6vlopp6O
avec rapidity daur Ios premiAres Sn-
n6es de notre ind4pendince, et cola
sous deux influences capitals. don't IS
premiere eat 'imitation frangaise, et la
second, la mauvaise education donn6
aux fB'. par les p6rtsa appartenant A la
generation ant6rieua., 6docation dost
la base 6tait fatat de I'tioigaement sys-
t6matique pour lea profeiiion, a appli-
cation mat6:iile so rtpportant A I'a-
griculture et l'indnstrie.
Vons awvz dd voir souvent de ces
braves industrials, hb -ar.6te,, travail-
,l-urs, s'dtant 6!evas eux-nm6moeA la
dure, qui. obAiisrsn' aux pr6jugAs d'un
ndilieu ambiant mal fair. n accepteraient
pour rian au monlJ d'aturer a learn
enfan s -un avenir co 'duisant ailleurs
qu'aut pro'essionsR iberales.
Oa est agricultear, tailleur, entrepre-
neur, mais l e fil sera avocat, sinon
m6decin ou iogdnisur.
Eta bier, ee qui WOest pias6 dans l
pays, dans I' aere d'dducatioa qui s'est
eftctau de do I'iao 6paulanue an temps
dI Boyer at dor-t eat ,ortie ia gdne-
ration qui fit 1813 et ses 46sastres, eat
qualque chose d'aralogue A ce petit
exempli.
Oa n'est pas dana la v6rit6 quand on
dit quo c'est Iloo0o itio i parlementaire
qui r*nversa Biyer ; c'est cachar dos
resultats apparent sons des noos im-
proprts : it faut 'izre que c'et linva-
Mion des thdorips ponmpeuse import6es
d'ontre-mar par los ils, qui a ruin
I'meavre A peOW hais-ante des pbres,
pour lea punir de leaur impr6-oyance.
Le brave commandant Rivi6re culti-
vait uvec tfrit sa torte do Praslin lors-
que le jeane Herard, grandi par la tri-
bune et la rh6torique, alias preondre ce
paysaa par la main poor le conduire
an malhear ot ia romne,- et tout le
pays avec lui.
AUGUST MAGLOIRE.


L'HONNEUR
DES NOIRS


Le lieutenant-colonel Baratier, qui fut le
compagnon du colonel Marchand dans I'ad-
mirable campagme a Congo-Nil. pnblie un
tr6s int6ressant volume. A travers l'Afriques
o il note aves beaucoup de belle ha-
meur les impressions qu'il a receulilles an
course de sea expeditions au continet noir.
On lira avec idtret le chapitre qu'il coasa-
cre A 1'honneur dee oirs.
On soarit ffrdquemment ea France do
I'emphase avec laquelle lea joureauz pr*-
lent de combats coloiiaax ; bien souvest
j'sai mol-mlme hamasd leas pales em vo-
yat quatiier de bamailles ds rescoanres oh
noes avoas sumb des perces irsigniflanes,
oa parfoisa oos n'avooms e que qalquae
bleses. Pareille crilquem ne post ad*mear
an Soedan. O.l s'y biasits t on y moursit
ea silence pour 6vaer d'Emovoir I'opialno
et de pcovoqser an movement qua eat
eatravd 1uavre doet on ne devait coin
preodre Ilmporaa.ce que plus tard.
Jamals aco tte e ft moins doe brls ;
ijemels pes 4 emoen mamms eems


et d'Honor6


~







trouves en pr! ece d'aone rsis,'ance rl"-
opioiAtre ; nolle part nous n'avons sa;rtfit
aa-sat de vies
Dans ane lette ea rae campage., la so-
driorfit des nrmes et d- la tact que sulffit
a metire an ennemi en fai e ; lor>qa'il s a
git de s'emparer d'un vii age ferm si pri-
mitives que icient ses for ifications, il n'y
a qu'un moyen do vaincr- : I'assau', la b.6.
che emportee, p-ais a gu. rr do roes. le
corps A corps dans I'int6rieur des cases la
lotte sans meci.
Ces combats, on ne les comp'e pis al
S nudan, et cep::ndatl tou le 'nonde les
ignore. P r.onne n- conoait ni Oa ,sseboun-
gnu, ni DosegoEla, na Di=a.ie. pour n. ci-
ter que cei noms. S'ils m ra em d Atre re-
tenus, ce n'e t pas settlement poar la glo
unification des v inqueurs c'es cncr: pour
I'honneur des va ncus. Noxs avois ea ei
face de nous des alvzrsaiTes hdr iqcns. it
i'jcris ce mAt sans criindre let sour r .s
sceptiques ; ds homrmes qui sc dbfendent
jeaqaW Ila mon s*nt des heros ; des hom-
MIN qui sa tent mon ir come Iks chefs de
ces trois villages oat an houneor A I& haa-
sear da o6tre.
OaosEb.,og u I J'tals a peine as Son-
dam qae j'enteadsis parter de ce comnbt
liv un an plus t6', le 26 avr., t89), par
Ie colonel Archinard.
11 revenait de conquirir Segou sir le fils
d'Ahnradou et a r.nai' vcrs Niori. occo-
p6 par le sualan lai-m6ae, quand, i la
frouiatre do Kiarta, il se heursa A la for
teresse avance: defenade par Bandiougou
Diara.
En x89t, le souvenir de la rhsistaac: de
ce chef n'avait pat eo le temps d'6e re ef-
face par d a,,tr.s ex*lo ts. Oooss4bougoa,
des mon ar.ivee, m'avait faith r eer. Me-
me apris II colonr.e coit e SamLry, cu
unus avions 6 6 engages dasquae quae com-
bats asez se6ieax, ce non demeurait en
ma memoire, un pea come subsisten.
das I'esprit des enfants les pr-:m are* l6-
-geodes qui oat frapp6 leor imaniattion.
Aussa, loraqa' la fin de 1892, an retour
d .oe tournee dans les pays lmmitrophes des
Mrures, je me troutai mal re de mon iti-
ntrAtre pour rentr r dans le Kaarta. je des-
ceands vers le sud, et de Goomboa a'lali
che-,her la route de Segoa A Nioro, afin do
pas' er A Ouossebcugou.
De ce qui fu un grand village, il ne rcs-
ta't plus qu'un a.'s de decombres do-mi-
ad par so f omager. L arbre etendait
as branches avec des gestes enc. r. t ffra-
yes do son assourdassant des caiors, du
crepirement des ba les, des hnrlemen s des
co aba tants. Son ecorce erafle, crevEe,
pr aim i'empremnte do plomb ; one des
reaches, couple par on obus. paraissait on
b as mutii6, on moignon. L'enceinte exe-
ricore, le diassa, 6 alt rcconeaisiable A des
pins de mur lezard6s et croulant; ; ea ar-
r.re on distingdait un espa;e libre envahi
par la boasse : la place d a-men circulaire
o& se r6unissaient les gucierers.
Tout le reste des raines se confonda't
dans Ia fa.Itdisie des eboulemens. II eitut
impossible de sW, rr es ans des aitrsca sI
ddifrents groups dc cases, habits chacun
p.r one tesille, et qua, tons poarvus d'une
ea.inte, representaient, jadis. an aot de
petites f:r dresses. Repartis pIee-nmle en-re
d.tssa et ja demeure du chef an centre, its
cratent aun dEd le de roes, ao labyranthe
dams leque il faliait A re n pour se retrou-
v. r. Tos cea mars s etaient 6croulda, de-
grade per les pluies de deux hivernages ;
les cases dventr6es moatrala-t lear squelet-
te ;lcs pieux qui en formaient a carcass-,
luiss6s A nu p r la terre emiettee.se dres-
bicn:t come des barreaux autour d ane
tombe Un peu de verdure commencait iA
rbcouvrir ces debris, one toufte d'herbe, an
plan de pourpier, queeques tomatoes sauva-
ges doot les fruits ranouges, pareils A des co-
usie. semblaient des gates de sang.
Au 6mlieu de ce chIos, an emolace-
me,? noirci rar le fe et qu'oa e6at dix
avoir e'6 boleverse par u a catac ysme :
c ta:t ,A que s'6icvait le relmit du chef, la
citare I? central, l'arsenal et la poudriere,
le deu "r refuge da as la lutte. Ces traces
de feu talent ,e seat vestige de la gloire
de Ba idiougoa Diara.
STou e i avan;aut A travers les tuines,
je church is A recoustituer le combat. Ici,
f.t .raiquaEe la premiere brech., celle que
nos irailiaurn tettreat dix falis de fras-
chir, d'ou i s fares dix fois repoasss,
4o& beaucoap ae revireot paa, et qt'l
llst reaoocer iA emponrr. La-bas, la ."


x eme breach: oaverte, ur I'o'dre dn colo-
nel Arch ard impossible, mais avec au
clear I'angoisse do chef qui voit les siens
somber et sent la victoirs tli 4chapper.
C.tte foa, it falltit passer on noas eions
battus I
Et c'est I'assaut d6sespire, l'elan fou, ir
resistible, at ruet sur ce troa bouch6 par
ane muorille humane.
A coups de baloonettes les d4fenseurs
soot rejre!s A I'in'rieur do village., mis
ils se retrancltent derriere les encein es qui
ent3aren: lewrs demneares. et des meartri6-
res p.r oa ife qui nmus d6cime. Les com-
pa ites se par.agent 'l'ouvrage waig'ait ;
de t u; c6tes se livre it de nouveaux as-
svu s. B'esses, Jechircs les tirailleurs se
hassent sur les mars soe et ent dans les
comrs. Lears adverstires se refugient dais
lea maisons. A coups de crosse les ports
sort eofoncees ; des trous beaun les e cldirs
iaillissei ; les Fremiers qui fraatchtssent
le seuil toabent, les autren bondissent,. e:
dans ;obs:t rit6 des cases c'e t le co-ps a
cops, les balonncttes saisies A p'eines mains
st rrpoass6e;, les beas qui s'etr-ignett, l-s
sang' qii s: meleut dais 1'emb assade de
la mort.
P an pen 'e cerclee s tes erre autocr
da dio-foutou. Bindiougo2 Di rra es IA.,
rnfe-mi dins ,oan -Adut. Sur lai c.u I'f-
fitt se cocent'e S-s uerrier. son morts,
J! reste eal it va to-nber t pouvoir
de ses enne'nis avec touted s$ faami;'e Dh
ij li po-te de son d;assa fablit... et sou-
da n un bruit tormidab e, une c'iatt aeao-
g'ante, un cratire qui s'cuvre. les ma-
railles eca'teliee soat pr jeties dans one
bourrasque de flani-ne ..Ba-id:augo D:a-
ra s'est fair tanter.
Tout est perdu 'fors l'honoeur I B3n-
d argoa Dia n'.t pas coino la home de
la dMfai e. II aviit jur6 de defendre la pla-
ce qui lui etait confine poor ce cerment,
sf-s guerri r; so:? mrn,,i 1: r.e 'e1 a pas
survico, il s'est ensevelt snas les rnines
de sa forteresse, et dans le linceui d fl nm-
mes doet il s'est enveloppe, it a emporie
ses femme;. ses enfintt qui ne suivrort
pas le chir do vaiqa-uar. Dns I'elan sou-
b'ime d s-'cnfi.e, come Simson se-
coumnt lei colonncs do t-.mple, it a entertu
a7;ec lui ls bnnemis qui d6i le 'enaient
k la gorge. Tout est perJu, fors l'hon-
neur I Le spectacle des rqtines invite too-
jourz an' recuei lemont : elle; m:r4aent
uae fin, elles s nt !ne cb)s" am6rte ; elles
o"t la nr6lancolie de ce qui fut et a cess6
d'etre. Celles ci. toutrs mode'es soient-
eles iaspirent ea plus i'almt ation.
Avec ses mt rs faits de bore. Ouaoss-
b ugou n6voque na; la sp'endeur d'un
p:ss6. d'une civ lastton; null inscription
my.ttrieuse ne rep r e t'esprat epouva~ls
du recul A dts mili:T-i de siecles en atriA-
re ; igai; ces debr s de b7is no rcis par
I'esplosion !on' plus nobles que les pos-
tres da Libin cirbonistes rar la torche
d'Alexandre. ;fii de satisfaire ua caprice
de la btlle Thuis Ces moves de terre
ca'cindes valent des mirbres brises.
Le soleil itait dejk bas i mon :rrivee.
Maintenant 1'ombre envahit les rues ; sur
ce voi e de deuil on derniur r yoa de so-
led jet'e uone plpitation d'dAncelles, t laI
oait r couvre les,spec'res glorieux reveilles
pt. moo evocation.
Un engolcvent sorti d'us tron passe
p-6i de m-i avec un b uit d'ailes etouffi,
on d rait le fi6,mcnt dun fat6mae ; il
va, vient, rae tle decombres; dast I'obs-
carit& son vol heart semble le vol d'eae
Lme inqui4ee.
La fin deman
LieuteUaus colonel BAUATUl
LE FIGA'RO dou 8 jiin 1910o







Le paquebot francais Qu6bec ,
part ce soir & 5 heures pr4cises poar
St-Ma'c. Gonaives et Peti'-GoAve.
Port-au-PA since, le 7 Sept. 1910.
L'Agent,

L ROBELIN.


LE SEINAT

Le Graid Corps n'a pa. tat grand'cho-
se hier u'aysat pAs arttd d'ordre dau oor
a laderniare seance. Apris en avoir e an
poor fa prochaine il pame A hais close sr
I'invitation de son Pr6sidett.





RENSEIGNrKMENTS
Mt ri'EOROLOGIQUES
Observatoire
DU
SEMINAIRI COLL&GB St-MARTIAL
MARDI SrraM u 19t10
8,rometre a midi 762,* =2

Temp6raturesminimaum 1,9
smaximuzm 3495
Moyenne diurne de Isa empeiratre 27,2
Cie! nuageox toute It jotr de. Brise de
mer r'giliere. Orige passing, par le Nord
i 5 h. Ici pleaie 1 h. 4I m. puaviomu6-
tr- o.x millimetr-.
B ram6 re en bxisse.
Agitation microsismique vers minuit.
J. SCHtRER.
P. C. S.
Avant-hier le tr.fiC de Pvr -tu-Prince-
Carrcfkur a 6 inteironmpo presque ton-
te la jooun6e, :e a2me t ain do martin
ayaut dcraille A Mar issant et obstrua t la
voie. Ia machine qui 'r:nsporie les ma.t6-
riaox de la ligne e Lrcge a assure le
service Martissant-Crrefour alori qu'un
so r- train faisait ce'ui de Paot-au-Pdnce-
Martis-a'it pernmettant ainsi aux voyagers
d's ler a leari affii-es d uo bout A I'autre
de la ligne.
Grice A I'activit6 bien connue de MM.
Mei ll et Cbainpma qui dir.geient les
tr.va x, la locomotive vagaboode a pa C're
premise sur les rails dans la soiree et hier
main le service a reptis son coors nor-
mal.
Qu6beo
AmuivkE
Bo.desux.- Mr et Mme B:ut'n et ser-
vante, Mile Mari.-, Mr et Mme Chin-
metre, Mr B ot, Fietrs Blot, Freres Am-
brosius, Locinos. E'pide. Lignorius.
Poro-PlmI-*- Mret M-me e us Ginno
et ectint, Severino Rio, Osvan Ker eno,
Philippe Olivar-s, Mme Milagra, Arthoro
Alpho-so, Philippe Limousin.
- Csp-Hasiena.- Mr le Dr Doauct. Mme
V. Boyer, M le Mri-lle Dercnoncorr .
Isvbelle Chaacer, Mr DmnA C-&U ral La-
roche, Mr et Mme Peozo et enfaat. Mme
L roche, Mme Latour. Th. Backtr,
Alex. Be rJin, Theagene Ja Louis.
Abbe Colcanap, Addlaid- Ga-;on, Xivier
Memanoi, I16. rl Moop int, Fabius Cha
vant es. Angle B3nnaire. Gracia Bratus,
Jean I MeaarJ, Dantbs Mnoard, Augustine
Dorsainville.
On demands
A acheter an bass Felch en bona etat.
S ad:e;ser au Matin.
Le Dr Doucet
Par le frawcis no.s est ravena da Cap
notre ami le Dr Doucets.- Nous lw i son-
haitons un boa stjour A la Capitale.
Bulletin Offleiol
Nous avons reu le dernier fascicule de
cet important nnmdro qai public dans se
parties otficielle le soamnire suivant :
EsposE de Pa Sitatiom ; AriQt de Tri
bunal de Cussation de la Re6pabliqee ( sec*-
tion cimaioelle ) afldi Rwcells: Newm'ane
centre Th6ard D.vid ; Arnc, da Trib ,al
de Cas a ioa de is Rpab'iqaue ( section
criminelle) afaire F. B Csa .coautre F.
Marcelin, Cyriasque Celestia & cOnsors ;
Arrec do Tribunal de Cassation de la Re-
publique ( section cimieiale ) affaire Le-
fTre Lifoutont centre le Gl SextBs Ber*
romes ; Ordonnauce de la Chambre du
Conseil ( affaire d 15 Mars ] ; Loi mar I1
Nat.omald ; Convention Ang'o-huitieoam;
Traite Itat-Umi.-H..H ; Li. -r I'Arpeata.
3m; Lol sr s Naoasit.a ,


Gare aux sooldents
Ges jours deiers dans one maison do
Targeas. one servantes a 4td victim de
I habitude dasesase d'allems les lampes
immdd:atemet apres lea avoir remplies de
peir6'e et ans mAme le essayer.
La mlhemreuse sest servi d'one petite
lampe de cueiine poor en allamer one
grande, celle-ci a prisa Ia et a occasioned
a la servante des br6lurea tellement grave
qu'elle a seocombd trois ours spr6s.
Qau les families veillent 1
Bolte aux lettres
Ponrtau-Prince, le 7 Septembre 1910o.
Au Directeur d MATINm.
Monsieur le Directear,
B.cn que 'one la vi le de Port-au-Prince,
jooisse des bierta ts de la lumil-e electri-
que, voulez-vous cr re qua nous auir.s
qui habitues Lue (quar ier D Ibemir Jo.
Joseph) noos ern sommes pives ?
La Compagnie a cependant pI cn une
lampe A I'angle des Avenues ( Chemin
des Dalles er John Br wn), qni n'a jamais
force ionne.
S: nous n- d-vons pas acir l lumiure
dans cmt intdressant quart er, qu'on cnl ve
ctte la upe inti'e et non; sauroas que
nocs sommes condamoas A rester A toot
jamais dan, I'cb-curi',.
Recevez, etc...
US GROUPs D'ABONNts.
Industrie mini6re
De l'Expost Gixfrale de la Situation
L*industrie miniere, jasqu A cc jour, est
rerrhse n e uuiquement dans la personae
de Monsieur Edmond Roumain qri pro-
cede A de patients recherches dans les id-
.ions comprises en son con rat. Monsieur
Roumain avait rencontre quelques difficul-
es par suite de rdl rma'ions dei hir ti:-rs
Disormes. Mais on a pu abourir A. ue
transaction ect car er aiisi tou- obta::e.
Dcs reiutats sa isf.isants oat tr o0aeCaus
pariout ou des sondages ont 6,e pr.t qu6s
et I organic a'ion de I'Exploita ion tc.s ddfi-
niiivement chose faite. Les Ingeoieurs de-
legues A plusieurs reprises pAr le Depa, t*
meet pour constater I'dia des travaux out
adressedes rappor.s i fvorables A tous egarJs.
Aussi reconnaistant les lorabtes etfurti de-
p;oy 6 p.;r M Rcumain et poor encour ger
et tvotiher cct infa igable Concessionnaire
qi a pleinenrent jus ilfi Its espernccsfon-
des si r lui,Sou Excellence le Preside r do
la R6publique v.enO-il de coosacrer pir Son
Arie 6 d aprob~tio' 1'exzitence de 1 So-
ciEte dEuommue selo i'obje t m ne don't
elle s'occupe : socieiE man 6 e de Te re-
Neuve.
Cette entreprise es. p r consequ nt, de-
fiitivement enatee dais le cercie dLs rttri-
butions du D-p rtem-ai tc sournise a sea
conL161e come source de revenues pour le
Pays, en vena du droit legitime d: l'Eat
formellemeto recoona dans le contra .
Apres la concession de Mr Rmw in vieat
celle de Monsieur Fra ;ois J-an-Ch r.es,
pr,ur les rig ons de Zepaoy. commune de
Graadc-Rivitre do Nord Ce denier Cno-
cessionnanre t'a pa mettre sjn co: trat ea
cers r par suite de ci'Cnstances idep:a-
dan es de sa volon 6. 11 a preserte au Goa-
veraminnt one demand de prolong.tios
de son de'a,, demand sur liqeiec le Con-
sei. des Ser6Taires d Etat a a p:s pa ea-
core sta jcr ; c.;le qu:.tioi sera e1ai1n01
incessamoent et si 1. decision di Conseil
est favorable a aI demand do concession-
oaire, le Dpartemen: esptre qu- Mr Joa.
Charles ms ndgligera ries pour obt-nir doas
son entreprise lea whereas rdsaluats de M*.
Rouwatia Term-Neave.
Roeus adh'rts
Le soussign avise le commerce et Is
public qa'il a perJo doex re;es poor sM
sppoinaments des mois d'aoai et de sep-
t:mbre vise, par le payeat do ddpanr
mert des 'ai- es et moanut A la somam
de cinaq cer s go.rde;.
II leS dec'are n-ts doplicata devant UeS
ddlivrd.
Post-a-Prince 6 Septembre o1910.
F. G. AUGUSTI r
En vented ohez
A Dn MATTSr & C,
Via rous d'l'a'ie, vEritable raisin, 4
colt praeda des vigbus sites pris is
Vsave ( Naples )

I Vertable mecaselle -I deo.


I I -- .-- ~ ~.-- -- ---- --. ----.~--~ -.--







Cours de Bourse


Or Asepricain comptact
Coosolides 6 o0o
CoOsolidis 3 o0o
to Janvier
Provisonres
Titres bleas
Titres roses
Traies surat Pti 3
Traitcs sur H;nb>u g-PArts
Traites Doc. de Ia Province I
Cheques sur N-Y, prince
Ch6ques sur P.i :s, 3
TransTettt snr Paris
Billets de cinq gonudes
Nickel escorapte


4'S 010
52 Il1
26 1|2
S112010 olo
51 11201oo
23 o(0
23 010
olo prime
olo ptime
olo pfime
010 prime
0lo prime
4 prima
314 o0o
2 olo


*U nivarsal Facit
a FEauILLE. DR JOINT P
La Feouile de Joint -Pt indis panusabe
contre lea aecidentq. K. E14%rh 'to A Is
vapear au-. h.uIM, et ialrA9, A to- F4
les liquides a.aiau.& Ibelle. Iasuj'a


Dr Francis~
I( M*LDXMJN CHIBUJIGIEN AccoucrUuR)
Membre de I& Socidtd Royale d'Agriculture
de la Jamailquc.
8PZ:CIAL1,T1tS. --.A,--oucbevaqnt,
Maladies d s F, i u-i Maladies des
F& ( ID Nt.
Cc n~iniltz rnoi tigalameint pour tnutA.m
leX AttaqU-:. dOIAt tOiffrO;AV014 IfjjaIt IS.
N. B. Tva Erug i b-%tin'kir'g row-
Inurtity Will filed it['0their voty bei-t
intervLAto1((0.. solmi I
BOIS-VEERNA,


I~iq~ Atla


500 dig-6& cert gr. d* et 00 atmosipb6- e vapeur "Allemania" ayant
rer. quitt6 New-York jeudi ler cou-
El e n s'. crase p., son- i r# .8;o rant pour Jdr6mie et notre port
et no da6brde pan horse doe brides. L" est attend ici vendredi 9 courant,
rmiew serrage sct sLfsoa u; 0* eat inn-
il 4'W.n fair- UAutres. : partira probablement dans la soi-
Li Facit Universal so recoimmande r6e pour Petit-GoAve, MiragoAne,
*p*cidesment troor !e4 toyotlager, les Savanilla, Cartagena, Santa-Marta, i
join,' da t !(,o, d'h aime et d'antocla- Kingston et New-York, pregnant la
no. It turp s en douroe tons Its joints malle frets et passagers. i
Agoet. poar HI i Port-au-Prince, 5Septembret910.
LuDOvic & MARCeL CHENET F. HERRMANN & Co, Agentsl


15. 1H-a du Port ou Pavye.


H 6tel '-dlevuo
L ali,?ux aituA, Is plus co.-
fortabl .- Champ-de-Maru.--
C'i'i:,e rir:g mOe.- Vae sur lu% mtr.

Ciiez A. Cipolin
82, RUE RiPUBLICAINK, 82
En face la BOULANGERIE DU PROGRNS
et prbs la Maison WEBLY PRESSOIR.
VIENN ENT D'AFRRIVER :
VINS ROUGES & BLANCS par bar-
r ques et par cOai-ses, marque 16res
Cotes, de la Maison BOUBnD FRkRES,
de Bordeaux. incontestablement sup6-
rieurs A to-is les autres vins actuelle-
mont sur place ;
CONSERVES ALIMENTAIRES do
premier choix, deflant toute concur-
rence;
LBNTILLES.-SAUCISSONS FROMAGE.
CRISES EN FLACONS. BaURRK
DU VAL SAINT-MICHUEL S
ET D'ITALIu, BIC., RTC.
GiAce A tin personnel nouvellement
arrive, la Maison met A la disposition
des famill.s et das h6tels, sur com-
mande,de la fine Ptlisserie Francaise.
NOTA BENE.-La Maison est, comme
par 4 pass.\, bian pourvue des Li-
queurs et Shops qui out fait sa re-
Somm6e.
A aflermer
Jolie Villa A Bizoton.
S'adreser au Matin.

Voulez-vous acheter ?
A bon mar h6 un busi en bon 6tat
ave harnais, un motor de 4 che-
vaux,Dn magnifique lit on noyer, one
grosse malle ou tout aotre objet utile,
idressez vous su Main qui vous
dira oi les trouver.


.~,. -


Grande Fabrique Moderne
DE
Boissons Gazeuses Sup riefures
U y a & p-.i .e un# ann.' depui-- que la plus nutrifive, la plus agrdable et
la pljs foritii.nt- ,<'. bo G-soza Gzt-s'a eit en'r,'0 dans la GCosomaation
rous le nom de

ROYAL KOLA CHAMPAGNE
Ses qu I ts e'- i ti e syV ur 'n; ont vite co;qui8 uro Vog'.P croissants
qui est uan encowi n.g nli-tt n menmj temps quo- la r6cornense des sions
minutieur don:s,6 A -:, f-bricahtio'
Ds; ., s,, dti a'ifi4re ;'!s god *' i plai difti,.ies pen :ant I'"t4de 1910,
la fabique a p:-ep xr au i noya .. ppare;ls p rfectionA6s des products
hors pair.
Ello met en vente au mmre prix et sous cette m6me marque ROYAL
plusieurs dd icieuei B,)issons gaz' :;,sa qui -*e-ot la Providence des per-
sonnes souciauses l o:rit chez ell s d'exquis rftTratchissem'nts aux gonfts
varies, et pr4zseus s d'ns )ate- l i r6 iaions c6: de leur ain6 : Ie
:Roy..l Kola Cham(.agne


POUR VOUS EN CONVAINCRE,
PItODUITS J\'
Crpam E-"-oda
MOUSSFUX AUX Fil \Mfn OISEq
NIOUSSEUX
L'AGENcECE9 L~ Jit
IMagagin d(e ITE, a, v tuuivruz L
Ddp6t3 sul V,3o0t -4:


fl"T'JSTEZ UNE BOUTEILf.E DE CES


UM.,IPARABLES:
Cristal


.P. & ,onade


MOTISSEUX AUX FRXISES
AUX CERISES.
,I i Mlig-t;--4do" la M.tropola .)3 Yme dc
;.Ii t~es j do ,au 1irn-N prix da.-s lean


JkPICI-IRIE M, )I) 155 Gc *Tr -.$% en f s-


a .la Mai-on Robelin.


....n ,, 111EPII F I CIK (:ADE LUNDI r' A, 1, Front -,o0 t-;.
Avez-vou A & ventre ? A lA PHARMACIE 'OiJVEIl.;" XILEXANDRtE ROBERtS. rue Roar.
AVe-voa a VRre r MAIsON A FAUB^K1T. rue i., ix.
Salle. b idl et chib aque, un bu- A I'EPICERIE 1l. CORViNGTON rue Fdrou.
reau A couliis3s am aricain,une chau- ___
dire guitlive de 3 A 4 points, uno -- -.....- --- '-- "
armoire en scajou ou tout autre ob- 1 de A A i'TIS C ie
Veiez vite aux bureax du c Ma-
tin a qui vous dira ofi lea vendre im-
m6diatement. 32, RUE DU M AGASIN DE L'ETAT

On trouvera Maison Fondee e 1888
Bijouterie.--- Ari;enteiio. --- Pa fi merie. --Articles do luxe pour salon,
do meilleurs Cirages porous sou- salle & manger, chambres, etc.-*-M.. oirs et tabiLaux ar'i:..iques. ---Serviettes
?e rs 1 la manufacture do chaussures pour avocats, hommes d'affaires, ni'nistres. --- Bib-lots 616gants, d6licats et
G. CORDASCO. rare. --- Articles do Bureau, etc
______ -, Achat de viol or, argent, diamanit caille.
Reparations de Bijouteria. Les .u'ticles velus ou v6par4s soot garan-
American Bar tis pour une pdriode d6terminde.


P ca GWFPRARD
VIN RouoG MEDOC
Gal : G. 3.50
VIN BLANC GRAVES
Gal: G. 4
BI i RU. AL.T.LEMANDE
A LA. PRESSION
Epicerie
Fromage Emmenthal la livre G. 2 40
FRal. W. KATSCH, propribtaire

Francisco DESUSE
XFabricant do ohaussures
La Manufacture a toujours en d6-
p6t n grand stock,---pourla vente en
gros et ao d6tail, -- de chaussures en
tons genres pour
HOMMIos, FEMMES, ENFANTS.
Leos commandos des commergants
do l'int6rieur pourront Atrs ex6cut6es
dans une semaine A peu pres.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
Port-aun-Prince (Haiti).

V. P. Sal6s
AVOCAT
CABINrr : 30, Run PAvit


MASON DE HAUTE CONH !ANCE et de Premier ordre.


Si vous voulez boire du RIUM DLiciEux, du HIIUM PUR, vrai prodoit
d'une distillation m6thudique, alit-. ch z

Leon Liautaud & Cie
o6 toua, riches et humbles, vous serez satisfaits. La reputation du
Rhum de "4 El1oi
s'est faite ra-:idmoent granro A l'x,.' ,'i.iC', de i. 'di-tillerie do L'Itoile "
en Plaine du Cu!-de-S:i:-, oi se fab;.quAit le
Rhum de fen Barbanconrt


ACGOUR EZ

chezHerrnma n Corvingltoh
108, RUE FEROU, CI DEVANT RUE DES MIRACLES
Vous y trouverez du lon Rhum Sup6rieur
XDu Vi^X Blanxc &a. --Louoge


A des


prix axceptionn n-11 cirm ,nt


P'va ntageux


,,LIUONE HOLLANDAISE"
(KeninklUkeW Weot-lmsche M. imio)

Le steamer Prins Willem IV ve
sant de I Europe vt des ports du Sud
sera ici probablement dimanche 11
courant et partira le m6mo jour pour
Saint-Marc et New-York.
Port-au-Prince, 5 Sept. 1910.
AUG. AHRENDTS
Ag#.t


COGNAC OTARD-DUPUY


Maii n tab!ie depuis 1795,
da,,s io ChAteau do .Coignac
o0t est nad I Rol Franeois 1.


Pour tous renselgnements Ot comrmvandes

S'ADRESSER A : Andr6 FAUBERT


agent g6n6ral pou la R6publique d'Hait


I ~ _


---- ''


F


_ ,, n


amm- -- -.- -- -- -- ----- --- -M





-omlmm" m


NICOLAS CORDASCO


157, rue


R6publicaine, 157.


A so conqudrir en peu de temps la premiere place tant a Port-au-Prince quo
dans la Province.
Le veritable success don't elle jouit est da au choix incomparable de ses mo-
dles saur former frangalses et am6ricaines d'uneo 16gance irr6prochable et
r6pondant &A tons leo caprices du bon goat.
Tous see modules existant en magasin en toutse pointures et largsurs lai
permettent do chausser tons lee ploeds, m6me le plus difflciles; et Ia modi-
clt6 de ses prix est accessible & toutes .leos bourses.
Toutes les personnel qui ne trouveraient pas A se chausser dans le maga-
sin seront satisfaites daon les 24 heures par an article fait sur measures.
N.B.--. La mason peut chauster; sans predre des eatres, les personesC qui
Ne peuvent s'y rendre.
II suffit de lui envoyer one chaussure allant bien' on sinon lui sigaaler lea
d6fants.
Les chaussures n'allant pas bien seront remplac6es par d'autres, rectiflees
d'apres les observations fournies.
La faculty du retour est permise dans les 24 heures aprAbs la livraison. Si
les chaussures ont et6 portees ou ne soont pas A l'6tat complete de neuf elles
seront rigoureusement refuses.
La nmalson d6tie toute concurrence, et envoio franco on pro-
vince.
AVIS.--- La maison a nouvellement recu un assortment incomparable do
peau: veau verni, vAche vernie,vAche noire, veau satin6, kangaroo, chevreaux
glac6s noirs, jaunes, champagnes, rouv7s, etc,etc.


Vente en gros et


en details


Les clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sores de tournitures
pour cordonnerie a des prix excessivement rdduits.
Ces prix "xcep'ionnels ne soot obtenus quoe parce que la maison ne fail
plus ses affaires quo directement avec les fabriques de peaux et de fourni-
tures, des Etats-Unis telles: quo tirants, ceillets, laoets, clous, dlastiques, fil'
pour machines et pour cordonniers.


IRhum Barbancourt
N ve, 3 Al=4=t-lE3 A N C:3 ) U =tT
SEULE DEPOSITAIRE
Si vous voulez boire du
Bhuim Barbancourt,
adressez-vous au No 7 de la RUE DES C UARS.
La Maison Barbancourt
N'A PAS DE sUf(:l:IRSALE. NI DE REPRfISENTANT EN PROVINCE.


NESTOR FELIU
L'excellent tailleur savn agiu.-melt
conanu de oute la Republique vient
de roe vrir sou atelier. Rue F6roo.
(Rue des Miracles) No. 71.
Sa nombreuse clientele frouvera
come toujours oute satisfacqoo
poor leas travaux qui lai seront con-

KAISON DE CONFIANCK
148 GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien conna do la
R1publique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient do recovoir par ls-
derniers Steamers une Vard6t6 d'6tof-
tee de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote, Drap vert et bleu d'une
r6elle sup6riorit6.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDKI I SOLIDITE I_
L'6tablissement se recommande soax
clients les plus d6licats qut appr6
client chaque jour davantage le NIvm
do son travail.
Demandez chez Joseph Saint-Cloud tI
Restaurateur de la Sa'td et des Cartes pos-
ales Illustrdes.


SLLEA aNCE
QORDONNERIK.

42, Ru. Zdec Froait-Forts.
:AWUs :uuMs 1K Do ,POi LA. vMf
Promptitude et *oe auz emmasn-
*es tat ici qu'ea provinee*
Chtlasuimv *e Dame form* eo tra.
vail alojours tout o qu'll y a de plus
souveaux
Former amAriealno et fraa also pour
Mesiours ; 616gantea et commodeo.
Pour lea **unuts s plusA raise. .
Travail aolide aeuzat4 avoe
4.. pea.z 4. proulr. Barq .
Asesii*see 4 fgraod rasaia.
;:r% -*vs et1ior i-so..v**.-a


AGENCY SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs
Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du


TARIF


Cigarettes


NINAs Ie paquet de 20
do Is paquet de 10
C(uaKUR le paquet de 20
HoNwROIsms on levant supdrieur Le Boadon do
20 cigarettes
do oen caporal sup6riour paper rose, le
paquet doe 20
do an Maryland le paquet do 20
do on caporal ordinaire paper blou le
Bondou do 20
E.-eATro eon Levant ordinairo le Bondon do 20
do on caporal suopriour papior rose, 10
Rdondo de 20
do on Maryland paper jause le Boudon
de 20
do eo caporal ordinaire paper bleu le
Bondon doe 20
FuAmIsa eon caporal supdriour paper rose le
paquet doe 2
,j on Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinairo paper bleak le
Bondon do 20
RouuS-x en Maryland et caporal sup6rieur le
portefeuille de 20
do on caporal doux la bottle do 10
do en caporal ordinaire le portefeoulle
au la botte do 10


G6n6ral, -


OURDES

1.20
0.60
0.90
1.2c

0.85
0.75
0.75
0.70
0.70

0.00
0.600

an A r


Septembre 1910.


Tabacs Scaferlati-


GOURDE


LEVANTr suPtRUtR (dit tabac d'Egypte) la Bolte de
50 grammes
LEVANT ORDINAIRM paper violet lisad, le paquet
de 50 grammeso
MARTLAm papier jauno Ie paquet 40 grammes
CaPonRAL sUPeIuon paper bleu Ie paquet do
50 grammes
CArowAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram.
me8
CAPOALN ODImaJn paper pAte brune le paquet
doe 40 grammo
TA"C A m P Virgisle hat goat, paperr jkU.
no, to paquet do 100 grammes
POUDREns smuPamU, paper bleo 'Ie paquet do
100 grammes


POUDRZ ORDIama, papier brun, le paquet do 100
0.48 grammes
0.00 TAAc a MA mm roles MenuOs Aie le paquet do
0.30 100 grammes
x.,goP e6oitm, j. LAVILLK.


1.25

0.90
0.70

070

0.70


1.50

1.50

1.90

1.0.


M' C. L. Verrqt
Ta~lleur-Marchand
Donne avis A sa bienvei'lant cliea*.
tWle quoe sa maison No.7, Rue Traver.
ibre eoat toujours blee poarvuo d'w-o
varl6t6 d'6toffeo doe la haute **.
veNat6 parislenoe..
aA SuwaiiUi. COup *L*AtaWm
501An. 0oIen. Exi]CnoX. PROUrMr
PrId ris rduis I

Kola Champagne
Reoonstituant
Formule due & I'obligeance do

Ancies Interne des IIdpitaux do Paris.
Pwix : P. 6 00 la douzaine.
D9IPOSITAIRES:
Mr Simon Vieux, rue du Magasin do
l'Etat, Port-au-Prince; Mr Georges
Blot. rue du Magasin de I'Etat, Port-
au-Prince; Mr Aug. Scott (L[ogane);
- Mile Lace Auglado ( CAyu ).
B. Couba, Jkrdaic.
N. B. Outre cette categorie, la
Soci6td Gsn6drale de Kola Cbampap',e
livre au public une autre classe de
ce merveillex produit, au prix de
QUATRn GOURDES et demie la douz.
Fabrique au Chemindes Dalles
Sociftrt GW DE KOLA-CHAMPAGNM.
Port-az'-Prince, (HA'iJ) P. 0. Box, 13


A. de Matt is & Cie
DERNIERS ARTICLES RE(CUS :
Ombrelles pour dame en coulee-.
Parapluies ua p r b Is poir homri s.
Gants touteF nuances.
Mitoines pour dame.
Peignes tr6s solidem, en come.
Chaussettes et has, etc, etc.

Maison F. Brunes
195, GBAND'RUE.
Dirig6e par
L.Hodelin
Anciee menmbre do la socl6t6 philanbople
que des maltres tallteurs de Paris-
Vieat de recevoir un grand choix
d'toffes diagonal, casimir, alpaca,
chevioe, cheviote pour deuil, etc.
Recommande particulibrement A s
cheltble une belle collection de cou-
pes de casimir, de gilets de fantaiaie
et de piqu6 de toute boaut6.
SPicaLrrt DR CosTuMes DR xOCMa.
-Coupes Frangaise, Anglaise at Ame-
ricaine de la dernibre perfection. La
maison.confectionne aussi des Cos-
TUMES MIUTAIRMD, HABITS BROD&S,
DOLMAN, TUNIQU,HASLITa CARRite, OtO,
etc. do tons grades.

LA


Cordonnerie


NouveUl


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el-
:e vient de recevoir, par dernier ba-
teau, une forte quantity do marcban-
dis m et do fournitures de toute fral-
cheaur et de toute beauty, imported
de France, d'Allemagne et des Etats-
Unis.
Le public 616gant, curieux doe s
biou chausser, y trouvera los peaou
lea plus solids et aux nuances leo
plus vari6em lee forms les plus belles
ot lee plus appropri6es.
On u'a qu'A venir chose G.B. PfTOIA
pour 6tre suar6 d'6tre chaussd sai-
vant les meilleures lois du confort et
de la mode. Sp6cialitds pour damse.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, ciraiges, form, fournituM
et matdriaux divers pour oordo.w
rie. On treuvers tout oe quil fsaut, am
prix lea plus mod6ris, A
LA Comouqmn NouvxuA
148,GRA WRU 148,


,..-.


G(