<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01020
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 6, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01020

Full Text

Quatribme Aun6e,


No 1037


Pert-au-Prince, Halti


Mar V


a -3p.nbra t 9 10,


ABONNEMENTS
U19MOV (;2.00
sWort-au-Prince
Thois Mots... *5 oo
a~dartbwetx UN Mots G. 2 20
O~dP Tmois Moms

S tranger a. nos Mois a 8

Ditmmr


0


j


1.#- *P4'nuj'crivs n.rAs ou son ti- sor
pa3; reindus


45, RUE RO;;X, 4S.


. U'b-
A cx~


OUOTIDJEN


ww o I W* 40 1 **


ASSEMBLE NATIONAL


Stance


du 5 Septembra


Au banc de 1 Exdcutif siMgent MM.A
Murat Claude, Pdtion Pierre-Andr6 et
leeos 'Gn6raux J4rdmie et Septimus
Marius.
Monsieur F P. Paulio, P, A ident du
S6nat pr4siua I assemble et, au uorn
de la R4publique, oroonce l'Ouver-
ture de la Sess'on Extraordinaire.
Le Secr6taire d'Etat deo l'Intrieur a
la parole :
Honorables S6nateurs. IIonorables
D6putes, dit-Al, la Constitution recon
nait au Chef de 1 Etat 1a droit do vmus
convoquer en session extraor'tinair .
11 fait aussi son devoir en vo s rer,.
dent compte par Message de la udceq-
sit6 dans la juelle il se trouve de voris
convoquer, je vous prie done d'accor.
der toute votre attention & la lecture
que je vais vous fair de ce Message :

MESSAGE
Frangois Antoine Simnon
President de la R0publique.
MM. lea S6nateurs,
MM. lea D6put69,
Dbi mon 6!eva'ion A la lr* mapi-itra-
tare de la R4publiquw, je me 4lui4 iap-
pliqu6 particuli6remert A i reche'scbe
do I a solution la plus rapite 6t la plus
rationnells de l'imnportante qu, stion f-.
nancibre qui n'a pas ces A, encore A
l'henre actuelle, de prioccuper touw les
patriots qui s'int6rcssent aa boabhe2r
d people baiti in.
Souvent dans mres adresses commune
dans men audiences, ie me plaisia i
renouveler i'eugagement qu, j'ai lib -
meLt prii envers la nation de la 'otf.r
d'une monnaie do bon aloi et d'eri fi-
nir avac sle Pytbeae peroicieux da pa-
pler-monoaie. II existait dfpuis lo;ng-
temps, entire le Gouvernoement et la
Banque Nationale d'Halti on diffdr nd,
qsi, manesant do s'Aterniier, renadit
inelficace toas lees efforts tents ea
Tou d'amtliorer notre situation floan-
d6re. J'ai peno6 qu a'e'nvoi d'une mis.
Ioa i& Paris poarrait metire tin A cet
dtat de chosen devena infol6rable et
jeter on m6me temps lea biaes d'uane
orientation financire nouvelle. J'ai
reacontr6 dans I'ex6cution do ce des-
Min de blen grande difficalt6s, mail
ia foi in6bradlab'o dans un aveoiir,
*tUiler m'a permit de leo uarmionter.
L1 mission firanci6re, apr6s avoir n#.-
o64. I'effacement de la Banque Na*
nomaln oet revenue aveoc 3 orojets de
oaatrats que le Conaoil des Socr6taires
talSt adoptee aspr6a y avoir apportd
leo modileation amdoesairoe, savoir :
Ue. Goarvetion pour is rdeillatloa
Soafnt de la Banque Nationale, de

i. Un Contrat poor Ia creation d'n oe
Sooveile Banque d'Etat, sons le tilre
do 4 Banque Nationale de la R6publi-
que Hati vintorvenu entire le Gau-
wvreement et la Banqaoi I'Union P I
rile a au oee dWan groups do ca-
pitalite mentionaas an dit contract;


1910.


3j. Un contract d'empraunt entire le
Gomvercemnnt et Is mme grope. LA
product .3e i'emprunt doit servir aux
operations saivantes :
a Retrnit de la totality do notre pa-
pier-monnaie dandy an d461t maximum
de 2 andaes et da nickel aussi, dans
loe proportions qul seront jag6es n6oes-
sairer.
b. Rachat de la datte int6rieara comn-
prervant ltfs emprants consolid6s 60 ol
t 3 olo; I'emporo t unifi 6 olo ; l-'i
emoronn 2 112 olo ( titrees bleos -t rn-
se" ) et I A olie de l'emprant da 20
AcOt 1909.
c. Q i.lques d6peases argentes da
tiesor public.


rochiins- ddlibi or encore lea liens d:jA zxistant,
entire lea deux Grinds Pouvoir~. Jo
voan renouvelle, MM. lea Sinateoura,
MM. loe D6putda, l'expression d1 rra
plus haute consideration.
A. T. SIMON.

Le President : L'Assembl6e Na io-
nale vous donne ac e. Mr le Se:r~tai.
re d'Etat, du d6p6t de ce docura._nt.
La stance est lev6e.


HAITI


A 'Exposiiiolo Beige

Ce 11 acS'. 1010.
IJ suis arrive hier A RBraeAllt iar lI


Durant Ia sosBion quoe ous venez de rapid- do-" midi qarane vena t (<
el6turer, je le proclame bien haut, Paris. Bien que j'eisse pris la p: a,-
MM., voua avez mis A contribution tout tioa d'derire pour rAtenir une cbjinbre
votre patriotimea poor m'aider A rdali- a I'ava,ce, j'ai eu quelque peinf A mn
se.- la plan grande some de bion pos- caser. For, m u'a eta de me promn ns,
sibla au profit do people haition. dans la v)iture av.c me; mill-; pe;i-
L'Ex6cutif, de son c6'6, n'a rion nA. daut pr e de deux heures avauta d,
glihg poor vous pr6denter durant la troaver place dans un ho.. 1. C'est vouS
session tous lea projeta qui m4ritie"t dire le grant scc6i de I'Exp-.itlion.
de retenir I'attention des maodatair8s J'ai ou paurtaut uns tres agrrab'
de la ration. Mais l'examen des pro- compaewatiou : cet co-rse dlu.4 :,-
jets do rAforme financibre n'ayaut eo rua nm'a fait appr lieu, par la force des circon-tances, caractbe aimable, obhlgzant, ktuviAbll
qn'i la dernibre here, le SLecrdtaire do Br-azellois. Car pa; tout oia j i; -
d'Etat des finances n'a pas eu le temowp uais chicau ,h'im'res4it, aprb x -
de vons leo ponmetira au conrs doe :- voir exprim6 le r. grc ,de noi plt, 4 avoir
sesin.i ordinair.- C'eat poorquaoi MM de chambre-, do m iwli i.~r ti s affa
les Sica aurl, MM. lea Ddput6i, j'ai blimeat des ,ogis ou prob-blein.- j
p on session extraordinaire, conv-Aincu j'at remarq-a qae pa t.*ut aussi, .Aiu-
que vous nrendrez an vif plaisir A con les omnibus, tes tranways, Ifi ( he
sacrer en ore qaelques jours do I beur" mins de f:r, dans ia fouled, c'6ttit il
A I'o ivre de reg6ndration national, qun m6ome po;:t.s et la m6mni d6sir d'6
consa av ;q inaugoure ensemble il y a tre aimab'e tnvs, l'6trautkgr. S: ail-
P6a d dd ox ans. Depuis cette e.0oque, leirs ces qualit.i so sent que'que pe.
MM., que de pines no nous sommes- perdue,, que i'6irai~er n'et plus seu
nous pas donnas, que de soucit n'a. element que ol ba h, taillable A mer.', i
vonR-nouq pas #us, chacun danv sa n'en eat pap encore de m6ae A Bru-
sphbre d'action, poursuivant la solu- xeelo.
tion des m6mee probl6mos pour attein- ..
dre sofin le m6me but I *.
L'ex6cution de ce programme finan-
cier eat la rdaliHation do notre rAve Vous saves quo cette capitals depain
cotamut. C'est Ia condensation de a qlqlquee anoo6 a p-is on d6vuloppe-
pousda publiqae qa'il 6tait si difflcil ment connoddrable. Sa population a'4-
de saisir dan soa complexity trop 16ve A pi6s de 700.000 hab t n's. Au-
changeanto, poor on fire une r6alit6 a cane ville en Earop nme jouit de ser-
jamals stable. vices mieus orgauied6., ni d'une by-
Cis nouvolles combinations financi- gibe plus asurde. U. fait auffit .le
res ms seat qua la base de tout an prouver : alors que Paris, qoicompte
plan de goevoaement quo je noai ja- trols millions Wdhabitants, O occup-
mals cease do propager ot qoi pont q'0ne superficie de 7 900 heltarew,
so rdsamer on pea do mote: La RJS&. Brzelles on compto plas de 7 000. O0a
adration de la R6publique par le travail itt l 'aise, dans fair amplemont
at la stability dans sees rapports inasS- j1tribue.
trials avec le plisseanes amies. Par conir It Bl4gliu(l, qat'n'est qte
Malgrd Tvire bone volontd. MM.,.a 186ne parties de la Frace, po epde
vos m*aves pas pa examiner totes leI Dopu action li plus donse du glob:
alaime soueisse A v e ddlibdratious 23 habitants parkilombtra arr Et d,
doraut la dernlre soesdeo. L'admilais- 1831 & 1909 ce to population a pa-,e6
trati6n g6ndrale da pays sollicitant a do trotl millions 785 mille A Iset mil-
I'heaore actuelle plus quoe ammi I'at- lions 386 mille habitants.
tension dees grands poevoirs publics, Mais je a'ai pas intention is vooua
ji recomrmanderai A votre sagacitd la fair ne oairs de g4ograpieo, da rest"
eol-tion de quelques questions d'atili- facile grAee aux gAides, aux monogra-
t6 publique don't I'argence a 6t6 recon- phle_. aux vde-me.um qu'A l'occasion
one et qui soot dejA votdoe par la de 1'Eposition on a imprim6es pro
Ciambre doe D6pulds. fleton et eq'oo voas fourre ici dans


la pooh., dans lea pareq, our lea bouie;
yards, au thoitre, dans votre lit & tb6-
tet, car on ontemid auAezcollemmouat
qu'atulurp le g6ate do I& rotsmwe. LOS
bEIg~ ssflt, it vw asaw dire. gons d if-
f iir-u. Autrc moot its no -orkiant Val
i)Srive~jus A cedegrd do prooptritd qul
fait I'a-tmira.1ica universotlo.
dCipe."d~ut ce rjn'ou no dolt so lasser
do co ; tupe qui, ans flotte, sane
presuqce pavi lou sur lea mrutra occ,,P*
le qau a -ii;raog dans is com:nir~ce
C-3 ti'on doit admirer
s4ans zrtirv.o, ''est c marve.1L. ix ri-
p eau do %'oit s f isplus ? a rr6 de
globe, c'e~t cr'tte, formidable, cett% gA-
ivial-i p-) Ii.ctai-n do I -r. d'actor, d a ma-
chire-4 qte .A B.lg;que a su icuposst



J-3n'ai pas bisoi,'i d. ouwo dirfe qas
na prrin,6re viito A I'EYOOSit;On A ddt
aujourd lini pour noire pavilion. Ek
bien I j ; l't-;rj4 sa'vi h i .,t:tial) jf
!at 6td ab,4o 1'rneut orh'it-A. C' trh,
r~assi. CJAf, colon, rbv wi, bois divers,
procijta OiiVCAg64, O ~.ontbrie, Ii~ina a
tie Bla4 Viral, caviux de -b~orI 5s..
.eigares do Diqtiini, *.t,, wc. toa- .-t
bios pr6HO~Am.AIr~a$ s~gaqant, f-'.
Tjutoe4los tibtes 6'aiIot g rnies do
convorntuat.iur,., dftges~aut notro caWd
Et c'hait un ckiiexr, sants moto di',co-
41nto, sur t'ar8'u non pareil do notre
jrocit n onal. j'ai z_-vl1, A Ci-tte vi-
-4itA une bj'iit -, uni vrai-i motionn aim
"ntatida.-t to At co rzan&3d-i ua!Ider
ties renseigaue-nents our avitre pays, our
son clinaw, sur le;; rit-b9'stawsit son
sol, sur I & po'i-iibi!i'4 d'y Pablir des
'41310o:1,4 aiVil-4. 0i s,, grotlpuit, On
-*iaic-t~Ai, o-. balanvait de ra.-ona4 di-
veriel, pow- r o'.icoutz a, ls-qtielltoiPan-
sb 4-,tvrit1, o! ja volais, danscaii c2ocu-
rio.-iod 4veiiIdw, dta i stIns, 0
port,ino ivell& @a que',qu3 sortb Won-

L9 p~villm- -l"'Ndti occpsuapoiai.on-
portacto de 311rno6tras carrdu. Cosit
ijhui qui In1*4 N naplu% quo to
P6rou. quiatla i1'.ubltque Daminical-
UL', ptUin-4 minoqu-i hitRussia. qnln'a
#4U84 175 rn~zres carrda i I t ait W6 non
loia dui lawo-t6anis. Nos coaloure flot-
tent Iihrom-,n u.an ommot do sa petite
toar. J8 n'aiwe p.'s la oititurd Euno
dout on a badigeou.6 toshWimeist, D1
non pine, e n gaudral. as coutoxturs ox-
Oriewil. 04cutd a* Slon =oil, mieux
in~pir6 on zaenigeant an debors, .2
tout a,. our d,--l'Adifics. urieS eterio on
teutasio iii 'A eft MA6 bien agriabloisdo
i16g~aster no-9 boiasoiuu ot noiro caf4...
Mais tel qua e'etst, c'eat us scer6a, @I
it cc t aut pet; de.nmuder davantage.
Lis di-ipositiotas $atdcioutw, Per' Corn-
tre, sont irrftroobablms.


C'ast an couarat dael please quoe
woes faWi cetta ete, eam avoir trop ot
temnps de la retire, et damse une small
ot plus do dean oeate persoanes e-
trenout, sorteat, Uleot tot heat, derivust
deo lettres om disteat doe d6p4ch-t
pour toutes e1- parties da mood.
Faites d'elle ce qoe Voe vondre. 81
as jag. s qa'elle peat intdemniier veg
loteers, fatu on u pNremer MaMsl.


-


.






I'Ou woolson Tonsvonsvoyse Mioa. 1
Wei gobr. is temps. J00b~la do suits
I iespressioa jrofomdo quo je when. '6-
prouver, impression qui so revive
jilatantplisa. n taoiquA trave'rUlfea
vitres de cotta sailsole Isje ous cris is
wale, dan it fA6dri-psU.llamirnatlon do
dehorm, une jolts schne do cinhmato-
Irrnphis r6clame : c'est Iasildhouesttte
M saikntd beitiennfl erAsu
toat on gsojp-i A boire do notrA caft
national. UC-3a attire b -aUcouVJ l fafEle,
trAt sympaitiquc .et 1161 cordials.
VoilA mon imp OPsivD, tr~i bon-is
CodrOtU!'e s oy Z.
J'ai voulu, eai.s 113,) de pbra'e-,, )a
tradaoiro Lour votre jju iU tl qui s'int6-
rease at vivemeut a& ,o ra venrot Fsto
d4'alnvouewent dd no.,relationa. icom-

Faicognit;MAI4GILIN.



Jorbliain do Mentionmou' q.. 'o tr6-
aimab'. mecrdtair~a-gnAyral di lExposi-
lion haitifinno et M. Dalsoie, an do
04r~oi'omi mjairoeq, Want affirm& que
do tr6%somorbre 'fua r6Co-np~ns i o,0'
416 ddcerntei A* LOs expo-an's.
F. M.





IRENBEIGHRMENTS
wiP ~~r 0L-t3OGIQUECS
C:0:PB~aer -rzL.tcPmiwe
DU
SPIAMIAIRE COL LEGE Si-MARTIAL
LUNDI S SEPTEMBRE 1910


Barometre A midi


763 m,m I


Teomp6ratureominimum 22,7
rmaximuam 33,4
Moyenne diurne de la temperature 26,8
CilI assez c'air jinqu sA h. 'et covert
esauite. O-age an No'd A 6 h. Pluie in-
sigrifiart- ici a de x rzrr.ses depuis 6 h
Une secousse sismtque sutron' ver.icale
A i h. 20o m. I tens it I.
Mierosisme peodnt la nuit.
J. SCHERBR.
Enseigneanent Secondaire
De I Exposi de la Situation


don't 11 aardt charge de prIp.rar le boo re-
cratement. Noes avoas .an system d'eon-
seigaemeut adapti, avec ses nombreux d-
fauts, sex professioos libirales. Mais no-s
nen avons pas reellement s qual brne
I'ante igence pour I'ac ivitI agricole, indus-
tr.el'e et commesciate. Le Goaveranement
que preoccupe A aa t 6s hast points le pro-
bl6ae actuel de l'enseignument profession-
net. compete r6aliser. au course de son ad-
ministration, des changements notables a
cet garl. Notons, cependant,que beaucoup
de ces Ecoles secondaires dies sp6ciales de
la R6publiqqe font d'apprtciab'es efforts
piur donner sa.isfa.t:on an Gouvernemenn
et au Pays, et que celle de P.nrt au-Princ:
que dir.ge M loseph Chancy. s'dver ne A
ester A la hiateur des programmes offi-
ciels.
L'enseignement dans les coles de jea-
a fi le.s de a Ripblique m airite aa mom-
tion s0odcia'e. La valear de cet easilge-
meat eat rdelle ec le programs qu'il a r.a'iad
dams not e milieu e.t remarquable.Ces eco-
les donnen' ama jeenes fi le qui y somt d'e-
vees one eacelfeote docat.oa. It1 y a chez
le perionne! one ardeaur de travast, an dd
vouement e. us zale reassrqab'es. Cha-
uae annie, it se fa t a sif&g de p asieurs
le no; inspections sco'a res. des x aisens
pub icn poir 1'ub erton di B ere. simple
et do B evct S6andrer.
Ces examens a t" tznt h 'e ,eno I* va-
lear des jeunes filles qui se rhseatent A
ce te fin,
Toujours le service
hydraulique
C'est de plus en plus beai ce qui se
pisse dans ce service.
Noes signalions somedi passI la petite
q anii t d'eun que Mr Eraest U:ysse avait
dis'r.bae A sea abounns Je la rul da cen-
tre endant les j urmdes de jeal i ei vea-
d.. di.
Poor montrer A ce* abaan6, qui oat o 4
orctest r 'quil est a emereur 9 dass son
bateau, qu'il ne r' eve de personae, iil *
parement et implement sapprim I'Cao A
touoe la rae de centre, samed', dimanche
et h'cr.
Cette situation eot istolirab'e.
Si Mr Enest Ulysse troave des difficul-
tis d' trdre technique chique fia de semai-
ne. A one igale ripar i ion d eau dans la
ville. qu'il fasise pub iq-ment I'aveu de
l'imp itauce d s moycnb don" il dispose.
Qi'il avert s e so tout a on deux ours
k I avance qu- tel jour tel quarter dae s
ville sera privi d ei t pier c ase de rdpsra-
tion urgente
C'est IA one siap'e quaticon de conve-
anoce.


II est avwr6 que l'ene;gnement secondaire En attevoart que la so ci a e gouver
claitique 6alise des progres sensible, bril. nem male s'ex rze eftectivemeat ser le
lasts mime, dans les 6 bissemeus de la sernce hydrau1ique. iI ne dolt pas sister
Republique otil est donod d'inerrtup ion da-. sa marche.
Cette remorque que m's pr&d6cesseurs N i sawv na d'aileurs q-ie c'es- a ssi
i'ont lamais manque de vous sigralherest I'op nicn do dipartemen, d-s travaux pm-
due cer ainement a It composi ion do per b:is.
sonnel ense'grant qui s'acqaitte le plus Ls abobds de la ru do antre
consciencieuiement possible. des oblig tions Requa adh'r6s
qui trisent isr lai A c- .tre, it a droit a Le soussigni avise le commerce et le
tmui les encou-ageeauts de Il'tat Uoe public qu'il a perJu deox reuis poor ses
ever oreq ma taeis moment cou rib 6 rde. d ppointements des mois d'aof et de sep-
'ever oa ma atenr le nairvca deiq ode de t-mbr', vis6s par le payer do dipirte-
IeoseRn-ment econdair cla sique, c esmer des fioa cs et mootat t la some
sla sanction attache A ces 6todes. de cen o rde
Aorks des examens publics, il es- ddlivr e ces go rd nplicat de t
i certufi.at de fin d'6udes secondair It s declare o dnplica devmt tr
cla. ques -ux 16'e de ce degr& d'easei- Post-au-Plince 6 Septemb e ns0 o.
Kiz:ment qui o t ra coura avec succaIs tout
le programme ofliciel De jour en jour,les F. G. AUGUSTaI
6e4'es sentent la nic-ssith de parcourir le Avis de la police
cy le enter de ces itules. C'est qu'il lear L'inepecteur en chef de la Pjlice prie
fatt aujourd'hu;, J ceux p rticulitrement MM les Commeo;mnts de bien voaloir
nui se d-tinen a ila carrinre de Droit oa dlivrer, p iur les ventes aa compt nt on
e la Midecine, itre d&,en-ears de ce certi- A credit, des borlereaux justifi tn la pos-
ficat pou etre admits A s'inscrire dans ces session entre les mains de por.efaix d'd-
et blissements d'enseignement saonrieur. normes lot; d: marchandises Cette me-
L'enseigoement secondaire moderne, sure facilicer le contr6le de la Police.
.Mteiantr< n a nita ncrre r c inuan'ii c- ._ n- c-..... -......
chez DOus un- organisation comply e. L'ar- G'E ST LOT.
tic c 26 de 'a lo, du x8 Octobre 90o sur *
I'tls- rac ion pnblique p rio de cot easei- Nalsai o*
gneme 't mais les programmes qai y out Madame Tarenne Carrid, ade Li-
tr it n'ont pas encore d e dlabords. Le Dd- combo, a heureusement sacoueh4 d'an
partement ne a nquera pas de s'occaper, gargon qai a roga I* pr6aom de Jusmw
cate an 6e, de cc point important. Ceot e-
.e'ngemant tel qu'il eat donun dans leas
6coles ,rcondaires dites, spciales, no i- Voulez-vous acheter
pond rat asez %ox besois poor la satisfac- A bon march an buss en boa 6tat
tion desqu Is it a 6td crd. II devait Cre aves harnais, au moteur e 6 ohbe.
op;ropr;e ce on l'esprit dans lequel it a t4d vaux, ta m ifique Ult ona oyer on
conqu ra Ligislatear, ase proesios tout astre objett uall, adrsee-vous
ag'icoles. iniustrlelles oat -e m.'as Meatla a.


B IA. I Peeries, apues avoir ets6 t1ecre fat 4t
D i LA af qau ser an sys6e de gouwemaemsm

rrri- As contraire, le. colons A St-Domig.
1oUnU UU 1 Cfoot qu'y plainer lear teute. 'at dit
tene, pares que, quoi qg'eon on it it,lear
demeare est bira modestement meabdlo .
( Surr r Fim ) Et sait-on A quoi, Is plapar des obsee
va'ers attr boost co instillations ami
Prajugd de race, ai-je encore dit I Nulle sommaires or 1e cararc re tres mtrqao de"
part aillears on n'a va le prjogd de con- provmaire. qates e letar Ae ts marqud de
,.- pprovisoire.,qa'est le teur ? An ddsir, qu'oat
lear plus intense que daas l'antique Quit- prsque tou lea planteurs de prolougr
queya : los biancs, artstocraes, colons o prue tous logtemps plossb'e lersejonr da
pets blancs so croient d'une race cdleste, a1 colonies, t 1 esprit de retoar obstind qua
divine. A Icuts yeux, l'affranchi on 1'. les- domice ,esque res." Ainsi d..
clave n'om pas plus de valeur que lean rs o, gierax de Saiqt.DoAingue preocs
chiens. Au: muiA'res qui pensenr poovoir r s gddraoa de Saint-Domaague prdoc.
chier le Au aui e es qui pa nen rpouvoir cupent bien pea e planteur. A son pougt
allier legar cu e la leur. iis r ndee de vue, I'le est un r h ou Ilon vient
par le regard ps dd 4igneul qui s: fire des affirms pour s*en .11r le las t6t.
puis.e irag iner. mi (an est qu'ils eu d3n- II le peuserasi bien qu'il appelle.a I'Anglais
neat onua .e r.itement va .rjit a coear et se livera lut, p arce quit aura crr
des ang-mttsl et lea remplit do rage.Q ant q .il ea sortirait rich* t milk lois plu
ax esciapes, pauvres brutes A f aces humii empire.
ass, sis son folds et par des pieJs blames primspAre.AInColonicmdo
Ot p des pueds multures. It maqn .it done A la Colooie one des
Cct tart de choss a doac pocr os trois coodiions qai conco.rent A formu
quence de main.ceir too e; let classes de la use fatme. Car, pour qe'il y sit pati, a
olons das ue ion de l t prp- come vos save : d ,
cells, los unesconr d le-a-oe". 2 omis6de doaagage ; 3* aniti de but. Or,
uei le faine r signir. a ia l or s q. o A Sair t-Dom.r ge. on avait lea den. pre.
Eno tse z c n eait signifi ac s dfe 'or iqu ami es, mais at mianquas I'essentes des
dan. lea coloacs anglaises de l A'u6rique troisqe ndisa. u db. L, hdla I
do N ad, la CTroline, lea deas Virgmtes, Os e6 di qa'ue al o icto
le Maryland, la te'nsy vae, e C.,Oa testerre des A i' lies a f( us oulresa hi e
ac uellemoent e Eat l. un d' Amitrq ae let qui nou; a toujour. empe:hi de nmo
colonb for.nent un blo-. un f i,cean, pa-ce count~tu-r difiuitivemcit en nation, cast
que la Uir pole r spectie u s franchises Icabntente de eti me Uait.n
ec lear laberld jusqu' ono paSt Icr u imposer Etjene ipls qu aSoi anq
des autoritis sup60eures. It Royaw fa- Hr i na e sats pls qul a son enrc qadvec
raise as conurtire pr6~end rigoer s r Saint- Colonic, r ica!cm V to a ement. NeO
Domingue comae tie ugne en France. C oloni, ralicaei.n'nt, to a omens. NoummI
Domtepoingique comm de emallen-mt een Francet Peramettez-moi de vous d re que voss vols
por tepolita qe deareo-micir ns haine en- d es trjmpE I Ha i est scr ie palpitan.e da
por rsle tat qusses blanches, haine qi doa- sang et de l'incendAe de Saint-Dominege,
tre s classes blanches, haine qui dole come sir .plp tait de 'a vie qu'l a a
em zherdeo se me ire 'accord pob io reu, an couveanu a d t en de sa mtre.
poser taondigce d ifchissbleA Ut re i Dessalines avAi b' di. I ea t vrai, quelqac
mooan ts. riches' h-b nationss do Neord thtA re ptia.
Que voyous-nous, en effit ? D'ua.c6 itdclt de l1 goerr.- mais et le Sad at
cioul do In glerr.u 0iis at le Sad at
one aoblesse arrogate, rejeton ou pave doe I'Oet ? Its soot ras'ds presque otaic
colle pesdol ice qae le vegt de a mtastree maime quant aus homes blancs. Ce q:
de Ia pers6cutio religieuse a poass vers m. a'ia e A observer- spr6s avoir bien
les rives hospstiaires de Saint-D3-ingae, 6tudiId a socidid de ia colony, ce qu
noblesse qui se prLend l'orre Ia vearL, marme t ob A roer quoa noes avous hr;s
parle quece p. ssp c le pouvoir iets pea- de la v ie eu belle, pe enviable
voir malitaire sortout. DL e a.re., m Saint-Dousingue. Au'rfois des erreuna
tiers-odia uenetleou et aide de joi ai u- a ujord hun les m6mes erreurs ; autr-
cos politiques. Cer tiers-6ttt lat-me a juots des vice;., et de g ands I aujourd hal
dn os onsea si le gere de Ia discord, pares .
les hains des peots blncs contr a ohI quel m 1 ya jey preasecle Toeto.a vo-.
grands planteurs eo par e 6pris de cenz- olque r prooo To
ci. poor cesa It. Ce te sitoa ion des blocs Domia grane e se, de e d. Sait-
dans la coloie ratd letour dominato baein Doinrgue ear I o.
prTcaire. Pour se combat to le ians atles qu on a rvioutesi les aibrts oo Oa mo
astres, its inciteront parfois les escla es A r ite i l'Val du ates let d'an rec das
la rdwolte et sinsi lear ende guerjat L e che Ae. Poor eox pats e lie s d'amitid ;
en des liberties. pas de liens d'amo.r. Tout le joew
Its n'ont pas 5s se constiruer en corps ea biae avant dans a unit, c'est eIs
social compact, yant uan bua .uique, travail scharn6 suas la tr'qu: e. le foeaust.
iddal particalier. Es ce pair t, i s tsi res- Lta oax do comumlodeur se ive sou-
ds an dessous de la classe des affranchisquai ven, roque at lugubre come an giasgle
avaeo fini pAC secoastituer en v6riable cs- qai sonne d'an beff oi.C'est en sber un glass
to. Alors quo c ea-ci s'eotraidet t, se icoa e ogl.s de la mort purr b'en des malhesa
sen avec intelligence, tan6rt contra one reu. L'esca age!. Oh I ce mot r6sou-
classe, tan6t clon re one autr-, eax, so n oe coree e avilit notre race.
par rivalitd pomtique o socianle. ait par Commtenc6e dis le dabue do 17-, 5W
rivalitmeltle ndm dco oiaale, is s.r'dividuaj l site des noirs proud as mile at
U por cat trellemen des coupP. A tla fin du u8e one p oportion dhmes-
Tout cei ccntribuo e A mat implanter rle- Plus deagag s, A l'appar ton do m6-
ou A c pas implanter dua out le colon ser grt. Le travail de Is terra est reg rJi com-
Ie sol doeSain-Domiague. Le premier ln- mes ae peint avilis a, o ra ole grand pis*o-
teret done ta:e, ense t ranspor ant dans tear et mC me le pesit b se. C eai ser le
ane coatr&es nouvelle, est do sawacir 6pales do noicr quoe p6e tort lte lardes.
dans Isa 'erre. Et comm-n: s'ena:ine t-on Aursis le b'auc no t.rle ar A; s'amolik
dan uone terre, si n'cnes en cultivatcette dams ltes eodissances. II noe tries pas do
terre, en y attachant st vie an point dno- pla,, A devenir d,.r, b rbar., cruel it a-
bier qu'on 'West mn sur no autre aol moral. Es ce pourquna A ce pcoi do
de ne coasidirer pour patrie que la patrie vue. I'eec'avage lot eat p'us funeste qu'a
adoptie. Les colons anglo-!azoue I'on ton- ngre. Car. cela-ci est savage; son ame
jors si bien comptras qu'on lesa ves et eat encore informs. On pent tacilems
qu'oo les volt encore do jour qu'ils ont ia transformer; 'aidis que dechoir, pour
pts la risoluion d'dmuigrer,- 6ponuer too- le plantear qui d6.l a un ver us de civi-
tes lea causes de l coloeie Io i-s veulent lisation, et_ p't s rode coup qu'il puisae
vivre. Is o'at endent iamass ate is M tr,., B... ] ....:. :P ... p s i.~ a..
pore tour arc e des lots. Dirtg-s par l'id6e que Is minoriec Ec!aire subisse, "'quaud
do Nsif-governmer.t, iis se votent toujours mime I influence de ia maioritc ignorar
des constltutions. Je no ranpelerai, entire te. Ce qui, soft dit en passnot--- plit
mille, que l'cxemapleo de Pilgriefather, que I'impuis;mce do notr. 61ite civilaude
dams a fforma ton de la colome da centre les to.dances mortit~rcs de ls m5.
Matsschnsetts : Leoa2 dicembre 1620, so.
moas dit Mr A. Firmin, les Pilgrim Pa- L'etc hage a dan toens la colony" dar
t, _er" o Pe-es, d-eri|t,.varts do Ply. on itt: de dig'adatiou perp tuelle. re
que:ent dams la bale du Cap Cod, seus their coat ce monod d'eselaves sar cepe.
a d'mrt eon. Proserts de as nicossJ I rant plus quoe lA tout prs, tI I availt n
dea-o orgauiariom politqiue de leurg -. Isr,,omt advo.e, I'treaeheln pmosesO
tre ,m-measeau, As pemalr asct dse sloe d'aea mcralas coaso.


I --- -





Et lui, I'esdlave, il n'eut pas si tant avi-
li qu'il a comrrend pas C'e.t que d -
puts les cotes do Z nzibir ; dcpais Ie Con
go, la C6te d'O- ; deputs les pontons-
parcs do o~grier,l'esclIve rugit et groude !
.. II se fer matrron, di, qua touchera la
terre ferme. It s'y iltus rera mamr-, devien-
dra martyr, teljeanot M.rin. II se cons-
tituera chef do r-vol s. esai ra d incul-
auer dens sa tie 1'idde de p trio, f ra
trembler le Cip ci ses ec.virons ; mais af-
faibl par ua vice que malheureisment
see ;rrire-pe:i -fi' s coOscvent toujeIjsti
no h ot degri, il se Iaisse'a saisir e tucr
tel Macandal.
Cependant l'esc:ave-c'eit A-dite I hoim-
me qui venge ses drotts m6connus I-
aura reparu, a de son prop.e sang. II aura
es:aimi, sTr sa ropte falgurante et easaa-
giantve an Boucktman, no J. ai Fr, ss.
II aura va des f ,-es (on Vincent Og6, on
Chivanne I ) mon' ir sur la -one iofam in-
te. La cause de ceux-ci, de t.r, deven-
dra sa cause. Et sons la mala puissante I
d'un Toussaint Louernure, il fin:-r, ar se
donner uie place: a i O'eil.
Mais, les rivers viend oat ; a M- ropo-
le envetra on honmre pour diviser des
cofants d'une m.me rce, puis des cnons,
one flane e: v,rt mille hom nes I Les
viecx soldats d'A cole et de R v1!i ais:s-
ttrjrt avec e onnement A un f.it d'a.-
mes tel que I1 dAfense de la C.; e-A Pier-
rat Cer.enda i To ossint sera vAi cu et
train rrisonnier en France. Alo s, A la
voix d'ua Dessalircs.iesclave se letter sar
son mrousquw'tet, au c-i de : Libe t oau la
Mort, it an a vaince les soldats de Napo-
lion.
La colooie a, ra done disi a u par les
flutes de la msre-patrie c. ia ses fautes A
elle. Sa p.as gave (rreor est ,'esclavage.
E le auriit da compreodre. si la France
aveogl0e ne voulat pas Ie conmprendre,
ele aurait dO .enstr que dans ce co ps
noir, il y a onc Ame et uoe AIe scblab:e
A celle des blanc lElle n'aur-it pas dA cror.
qu'ele avai a i lever uo ntoapecu de 450o
ooo btes,
E'l avait en main des homes, elle d--
vait respecter en eux. la nature humaine.
Mais ces rvfle-iins ne soat-eIles pas super-
flues ? Oh!aon. it ya encer aIs R4publi-
que d'Ha:ti : Elle peat en f-ire son pro-
gt.


l.u. DORSINVILLE.

Avez-vous a vendre
Selle, brid-i et chab'aque, un bu.
re.u A coulkses amiricain,une chau-
dire guildive de 3 A 4 points, une
armoire en acajou ou tout au're ob-
jet I
Venez vite aux burea x du g Ma-
tin s qui vous les fait veidr -immd-
diatement.

V. P. Salos
AVOCAT
CABINET : 30, RUB PAVYE


,,UL NE HOLLANDAISE"
(KoninkllJke West-Indische Malldleast)


Le steamer Prins VWillem IV ve
nant de 1 Europe et des ports du Sud
sera ici probablment dimanche 11
courant et partira le m6me jour pour
Saint-Marc et New-York.
Port-an-Prince, 5 Sept. 1910. :
AUG. AHRENDTS
Agent


C" p" Transalliiatin

Le paquebot francais a QQ6bec v
"t attend mardi, 6 Septembre con-
rant.
L'itin6raire poor la c6te sera fix6 a
larrfi6e du vapear.
Port-au-P since, le 9' Sept. 1910.
AROBEet,
IL ROBELIN.


E
I
C
t
a
L
I
d
it
C
F


Dl Francis
( MEDECIN CHIRURGIEN AcCOUCHKUR )
Membre de la Socidt6 iloyalc td'Agriculture
die la Jamai.que.
SPE Z IALITES.--Acrouchement,
Maladies d s Flmm s, Maladies des
EofAnts.
Ccnoi4ltfz rmoi egalmaene poor touted
les aaqutm dot t toutTfret vos plants.
N B. The Eng i h--v'e kig comn-
mL.,,Ity will fi, a it to heir veiy best
intere.bt 1o (o sil' mi !
BOIS VERNA,
A c6t6 do Chauvet.


ligne Atlas


I e vapeur "Allemania" ayant
quite New-York jeudi ler cou-
rant pour Jeremie et notre port
est attend ici vendredi 9 courant,
partira probablemnent dans la soi-
ree pour Petit-Go:lve, .MiragoAne,
Savanilla, Cartagena, Santa-Marta,
Kingston et New-York, pregnant la
malle frtts et pass aers.
Port-au-Prince, 5Septembret910.
F. HERRMANN & Co, Agents


SSEINS
d6vcloppds, reconstitu6s,
embellish, raffermis
es ulE -perA
SPILULESORiENTALES


N A r t:mar-a Alb@Ml
Ssera prproc utii ~ uvendredi neufa
septebremoe une pot A dix haresaldu
&8\ m nulre a la santo.



matin cdan a cuavl'trpublicainPe. No



163. at domicile, du sieur Stsphien
I. ATrH. m. p S. Fas.\er-.m Par:e.

VENTE
t"
par suite de saisie-ezxeution
I sera proc^dJ le vendredi neuf
septeml)re courant & dix heures du
matiii dans It mue Republicaiae, No
103. an domicmle du sieur Stephen
Pres o Cass4us lertiaid, du titbunal civil de
ce ressor', A la vented de meubles, ef-
fets mobiliers do t'utes sorts consis-
taut en tables, lamprp, glace. ;ableaux
de g nre, lavabo, malles, chaises ro-
tin, clous galvai iss, etc.. etc.
La venie aura lieu en vertu de deux
jugemnents reudus par le tribune l civil
de ce iossort. le premier par d~faut
en date du 18 novembre 1909, le se-
cond sur opposition en date du pre-
mier juin di cette ann6e, enregistrrs
et regulitrerent sigaifi6s tant A avo
cat qu'A parties.
La dite vote se fera au plus offrant
et dernmur ench6risseur, au comptant,
sons pe ne de folle enchbre.
A a requ e,. poursuite et diligence
de Mou seur Jules NeyCarrd, proprid-
airA, demeuraut et domiclid & Port
au Prince, ayant pour avocats consti-
ue6 Mes Lonce Viard et Francois
loise.
Contr, S(ephen Preston, propridtaire,
lemeurant et domicli6 (~galement A
'ort-au-Prince. ayant pour avocat
onstitud Me Da iel Apollon.
?ort-au-Prince. 6 Sep emnbre 1910.
LAONCE VIARD,
FRA.Ni.OIs MOISE
Avocats.


Grande Fabrique Moderne
DE
Boissons Gazeuses Sup6rietures
IU y a peie une annOe depuik que la plus nutritive. la plus agreable et
aI pins fortili .nte dei boissons Gazeuses eat entree dans la Corsomrmation
ones le nom de

ROYAL KOLA CHAMPAGNE
See qualit6s et s tflue saveur lui ont vite conquis unoe vAg croissants
qui eat un encourag inent on mAme temps que la rtcon. eus," des sione
ainutieux donuts a s.i fabrication.
DWst'esse de oatisfaire les goats les plus difflciles pen plant I'te-de 19140,
la tabrique a prdpare an moyea d'appareils psrfectionaus des .produits
hora pair.
Elle met en vented au m6me prix et sous cett- m6me maique ROYAL
plasaiers d6 icieuses B issons gazeuses qui seront la Providence des per-
sonnes soucioeuses d otfrir chez elles d'exquis ratTralchissemo'nts aux gotta
varies, et pr6cieuss daus toutes les rdanions a c6t6 de leur aln6 : Ie
Royal Kola Champagne
POUR VOUS EN CONVAINCRE, Dli PRODUCTS INCOMPARABLES:
Cream Soda Cristal LimoDade
MOUSSEUX AUX FRAMBROTSES MOUSSEUX AUX FRALSES
MOUSSEUX AUX CERISES.
L'AGeNcs GlN*AL tt toujioir ani Mag' :i de la MAtropole 93 !un du
Magasin de I'E'at, vous tcouverar au.si ces pr.duits au meme prix d s lea
D6p6ts suivants :
IPICERIE MODERI) 1'V5 Grand rn a, en face la Maison Robelir.
EPICERTE C.DET LUINDI rue d.-s Front ;-Forta.
A IA PHAIMXCITE \()IIVE.I.kE AIEXANDRE ROBERrS. rue Ro ix.
MASON A FAUBEiT. rue Roux.
A I'EPICERIE 11. CUOV.NGTON, rue F'rou.



Ferrari Cerniechiaro&Co
Horlogerie, Bijouterie, Joaillerie
168, GRAND'RUE. 168
Ancienne Maison D. Ferrari
Par le dernier steamer francais soot ariivbs des articles ac touted beaut6,
poor toun les gouts et pour toute- les bourses : Buoux. -- SAUTOIRS. -- BA-
GUss. -- BOUCLES D'OREILLES. --- CHAINS POUR MOWrtr.3. .tC.
ALLIANCES SUR COMMAND
INSTALLATION MODERNE
BEPARATION de olacis qui sont remises absolument A neuf; ainsi que
des tableaux artist. 'ues.
Achat die vieil or et vieil argent
La maison g-rantit 'lo marchandises qu'elle livvre ainsi que lea rTparations
ARTTCLFS DF i n\I i o.nur les principaux dAnementsde la viea moidaie.


LE PURGETYL DE'TRY
L axatiff-_ Opuratlff.-AnUtialvairu
Osat Un Pur X. ouSir. geamado lmntang jaMa~b
B eat d~lcreux &u K 7o 0, uSi o raal c rli&Cd'
C ~ es Is d.-puriaW if dlasil, t m ib s &bal, *. Is *,J:Zas m ove
A Pi. C~quu. 'a -L d spar.ILWe manuz doe~. boaftas do ehakatt
BAe 8'dE6 cW u* Iq ,a rI1&0Praa i. tld 0 nu'""$I t as fbe "a fie
CO Tous s*an trO'2 At blen p-Us t 6. atgrbds Ias tt
Taus lea midoe-Inas o6 Or, aest al 09ON bet miau, a& w

*Constipation


Pour toijs renseignements et coni~mndes
S'adresser A Andr6 Fz&U,"ERT,
.38, RUE ROUX PORTf-ALT-I1RINCE.
AGEKN T GtNftRAL POUR LA RtPLI1LJQUX


COGNAC OTARD-DUPUY


Mason tab ie depuis 1795,
dans le ChAteau de (Cognac
oi est n le Roi Franois lr.


Pour tous renseigneron" ts ot commandos

S'ADRESSER A: Andr6 FAUBERT

agent g6n6ral pour la R6publique d'Haitl


~IL~z


- -- --


, ff 7% 7qW




- ... C .a .,'a t


NICOLAS CORDASCO


157, rue


fl~publicaine, 157.


A su conqu6rir on pen do temps la premiere place tant & Port-au-Prince qUe
dams la Province.
Le veritable succes don't elle jouit est da au choixincomparable do ses mo-
d6les sur fo-mes frangaises et am6ricaines d'une 616gance irr6prochable et
repondant & tous les caprices du bon goat.
Tons ses modules existant on magasin en toutes pointures et largsars ui
permettent de chausser tons les pieds, m6me les plus difficiles; et la modi-
cit6 doe ses prix est accessible A toutes .les bourses-.
Toutes les personnel qui ne trouveraient pas & se chausser dans le maga-
sin seront satisfaites dan- les 2i heures par un article fait sur measures.
N.B.--. La maison peut chausser; sans prendre des measures, les personnes qui
ms peuvent s'y rendre.
It suffit do lui envoyer une chaussure allant bien' on sinon lai sig ialer les
d6tauts.
Les chaussures n'allant pas bien seront remplac6es par d'auttes, rectifides
d'aprbs les observations fournies.
La faculty du retour est permise dans les 24 heures aprbs la livraison. Si
les chaussures ont 6t6 portbes on no sont pas A l'4tat complete de neuf ellks
aeront rigoureusement refuses.
L&a mason d6fle toute concurrence, et envoie franco en pro-
vince.
AVIS.--- La maison a nouvellement recu un assortment incomparable da
peiu: veau verni, vAche vernie, vache noire, veau satind, kangaroo, chevreaux
glac6s noirs, jaunes, champagnes, rouT; etc,etc.


Vente en gros et


en details


Los clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sorltes do tournitures
pour cordonnerie A des prix excessiveipent rdduits.
Cos prix exceptionnels ne soont obteous quo parce quoe la maison ne fail
plus ses affairs que directement avec lea fabriques de peaux et de fourni-
tures, des Etats-Unis tells: que tirant., oeillets, lacets, clous, 61lastiques, fli
pour machines et pour cordonniers.


Rhuini


"%7ve 113 YNA-I zt]E3 *-T 4:.C:) cY U -3. m


Si vous


>SFULL i: DPSITA I I(


mpressez-vou, au N) 7 toieiA lit-I. ill~s ;.,.N -.z
1a! M(is#)1l B(Ibatilcouret
N A. PAS 117 ~ IiV- NI1 D* VI~lKi -11N'%NI ()! N


NESTOi FELIU M"- c. L. Verret


L'e- t :ilu. avai ageusement
connu do loute la R6publlquo vient
do ro. vrir son atelier, Rue Fdrou,
(Rue des Miraces) No. 71.
Sa nombreouse clientele Irouvera
come toujours 'onto satisfaction
por leas travaux qui lui sroot con-

NAISON DE CONFIAMCE
148 GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si blen connu de la
Rdpublique, avise ses nombreux CLI.
ENTS qu il viutu de recevoir par le.s
Jerniers Steamers une Var*6t4 d'4tof-
tle de : Diagonalm, Casimir, Alpaga,
Cheviote, Drap vert e' bleu d'une
r6elle sup6riorit6.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDic, I SOLIDITE 1 _
L'6tablissement se recommended aux
clients lea plus ddlicats qu, appr1
dent chaque jour davautag le pFINI
do son travail.
Demandez chez Jcseph Sain'-Cdond Ie
Restaurtear de la Sa-,' et des Cartes pos
Odles Illustrees.


A LiL C4,AUNCE
ColnD021 ITRIX.



BAU5ST?UI 4'4 zgDlmDL'T.FOUX LA YKM?3
pa Lrnuiaa)acI t !.
Val; togiours tout ae qu'il y a do pl as
rorines 1.inrtcliasre t kamalj~s* poar
Mdessieurs ; M5--al4-oaiou ci qMumods
Pour los ola-Liiaas :* vusA l alae.
Travail aclidecz*'outa aveo
des pgu, 4. A" rw,4l",L-r*Marque


AiLGENCE SPECIAL


de la Re.qie Francaise des


Pors2. ILA
ui R IRF


Extrait di


Ci~a ne~tr~s


NINAS Ie paquet de 20
do Ie paquet de 10
'w&ssrEUR le paquet de 20
1HONGROISKs en levant superieur Le Podon de
20 cigarettes
do on caporal superieur papie; r.-,. -.
paquet de'20
do en Maryland le paquet de 20
do on caporal ordinaire paper bleu 1
Bondon do 20
,.orrANTs eon Levant ordinaire le Bondon de 20
do on caporal suptrieur paper rose, le
Bondon de 20
do on Maryland paper jaune le Boudon
de o20
to en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
Fr.*NAlsas en caporal sup6riour paper rose Ie
paquet de
do an Maryland papier jauae le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper blend le
Bondon de 20
Rotm. I. ea Maryland ot caporal sup6rieur le
portefouille do 20
do on caporal doux la botte do 10
d o na capral ordinaire le portefeuille
4d la btte doe 10


G~ ae~ra1,


&;OURDL;S


Septemr


Tabacs


are 1910.


Tabacs Scafe-1 't,


GOURDE


1.-20U lL:VANT SUPEiRIIUR (dit tabac d Egypte*) i lBol, do
St0) 50 grammes
0 **
IAEVAwT ORDINAIRB papiz-r violet l-., le I paquet
1 a( 50 grammes
i & MARYLAN paper jaune la paquet 40 gra uineo
CAPORAL SUP1ERIUR papior bleW la p.qust do
0.75i! 50 grammes
0.75
I CAPORAL DOUX paper vart le paquet de 50 gram.
0-.7 i mes
0.70 CAPORAL ODINAIRM paper pAto brane io paquet
1 de 40 grammes
0.0 TABAC A PRISKS, Virginle haut gott, paper jaum.
0.0 neo, e paquet de 100 grammes


UA.)
0.46
0.75
0.40


0.60,


POUDRE SUPwRUnMu papier bleu 'Is paquet do
100 grammes
PouDRa ORDDnMAwI, paper bran, le paquet do 100
grammes
TABAC A MAnr roles Menus f6Is le paquet do


0.301 100 grammes
x..ogLQxt agp6ot i,


J. LAVILL].


I.2

0.90
0.70

0.70

0.70

0.60

1.50

1.50

1.20

1.50


Dome avs a bieavtiatea ettOa-
tale qo Ma matona No.7, Rue Traver-
ire qt t Ojours bie spoarvue damn
vadte d'6tofts de la haute a*-
vesut parsleuse."
QArLut SUPtuamM. Courz *UAir
TavlA soimlI. ElAiwmon 1o0em.
PriArias rdut | I

Kola Champagne
Reoonstituant
Formal due A l'obligeance du

Ancimt Inerse des IIdpitaux de Paris.
Pax : P. 6 00 la douovine.
DEPOSITAIRES:
Mr Simon Vieoux, rue do Mapsia de
I'Etat, Port-au-Prince; Mr Georges
BIc. rue da Magasin d' l'Etat, Port-
sa-Priana; Mr Au Scott (LoQae);
- Mile Luce Arglaj ( C. yeo ).
B. Cot:ra, Jrd6ae,.
N. B. -- Outre cette catfgorie, la
Socidtl GAndrale do Ko!aChampaps.o
livre au public une autre c'asse do
ce merveillex produit, au pnx de
QUATRn GOURDES et demie la doux.
Fabrique au Chemindes Dalles
SOC1F.T G* DE KOzA-CHAMPAans.
Port-aL-Prirce, (lHli ) P. 0. Box, 13

A. de Matt6is & Cie
DERNIERS ARTICLES RE(US :
Ombrelles pour dame en couleu-.
Parapluies u p r b Is o r houm. s.
Gents toutes nuances.
Mit(ices pour dame.
Phignes tirs solide-, en come.
Chaussettes et bas, etc, etc.

Maison F. Brunes
195, GRAND'RUE.
Dirig6e par
L.Hodelin
Ancient membre do la socith philatiopl-
quo des mattres tailleurs de Pars*
Vient de recevoir an grand ohoix
d'6&offes diagonale, casimir, alpaca,
chevio'o, cheviote pour deouil, etc.
Rocommande particulibrement A sa
cliat6le ruie belle collection de cou*
pes de casimir, de gilleo do fantaisie
et de piqu6 de toute beauty.
SracIALrrT DU COSTUMs DB MxoC
-Coupes Frangaise, Anglaise et Am&
ric:Aine doe k dernibre perfection. IL
mason confectionne austl des Coo-
rUM KS MILUTAIka, HAmS 3mOOtA,
DOLMAN, TUNIQUBSHABTS CARts, Stg,
otc. da ton gradee.

LA


Cordo,.-nerie


Nouvell


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el-
:e vieut de recevoir. par dernier ba*
teat, une forte quantity de marchan-
dis eet de fournitures de tount fratd
ch- ir et do toute beauty, importe6
de Frauce, d Allemagne et des Etaft.
Unis.
il public 461gant, curieux deoo
bien chausser, y trouvera les peasl
k,- plus solides et anx nuances 10
plu;; vari6e. lea forms los plus bellW
et les plus ppropri4es.
On n'a q, 'A venir chez G.B. P9TOIA
pour 6tre sur4 d'btre chaussd sb-
vast les ,moilleure' lois du contort 1
de la mode. Spkcialit6s pour damm
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, former, fournlturl
et mat6riaux divers pour cordo2W
rie. On trouvefa tout co qu'il faut, 8
prix lea plus mod6rhs, a
LA Co O inMII a NoUVT.LU
148,GRAND'RUE148,


_wllPlllllollcsr.


jftcl~ss -- - -


'


Il an~t o


Re'p-jbl;-pv, Tlait