<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01011
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 26, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01011

Full Text

Quatriime Amn6e, No 1028


Pert-au-Prince, Haiti


Vendre iI, 26 Aott 1910


ABONNEMENT8
UxK Mo ... 2.00
TROis Mois... 5 00
Un Mois .,. G. 2.20
Taois Moas 6.00
S os o Mois. 8.00

DRmn CT-UR
Qltmeat-Magloire


6


* m


j


LE NUMIRO 15 CENTIMES

LmS mamuscrits amsrhma ou nowom -,~r
Pas reudus
REDACTION-ADMINISTRATION
4S9,]tug IOUl, 45.

ADmINI WRATKUN
Arthur Isidore


OUOTIDIEN


S'emprunt des trois millions troauvs,
VOIX D U PA SSIl dit-on, en France. S il y arrive, vouas
saures donc qu'il y va poor cette esaae.
S .- Le nomm6 C... eat on faillite. Too-
tes lea traits qu'il avait donndes soot
Lettres AI un Exil6. idvenues ici protesters. It a donnd an
n.)up de barre de cent mille francs as
g uvernement de Nissage, traites don-
noes contre des boon compensibles.
a Aout 1874. fuser poliment. Lea chose on sont A Silvy eot ici depuis plusieorn jours. Le
co point. Voila I'liomme. Poor mioux dit D..- espire qa'A la favour de sa po-
Ea attendant, ceux qui ount pu r n vous 6trangler, il vons caresses, il vous sition, il pourra 4chtpper aux poor-
mir qugaquen dparones vont l.s c h., flatte de mile tendres compliments. suites des ans et des autres.
aliours. Cost ainsi qua'on dit que Da- Gamille a peur. La commission institute contre
flas a failt an voyage dana ces der- Dans ces temps derniers, & propose Lamothe pursuit achievement seo tra-
slers temps aux lEtato-Unis pour allr des aftaires de Couloute, Ezcellent fait vaix Elle dIposera bient6t son rapport*
itseor son mesot. It y a ausei con- dire & Camiole que s'il continue A le c'ent uno rquisitoire dans les former
Sat Pon file malade. II l'a laissA aux poarsuivre avec cat acharnament, il no qui se dressed centre lai. Owera-t-on It
iatt-Unis. C'est ce qua'on dit. II est prendra plug sa dIfense devant lei an- pour)uivre. Qand Charles Haentjens a
revenue dana le pays depuis quelqjue toritbe constitutes et le laissera alter icnla sea comptes en disparaissant do
J era. an mort qui lui eat r6serv4. 1 a scae, quand les antreo sont IA, groa
: Oa dit ue tous les ministres ont 4 Vous varrez dans la Constitution la et gras, so pavanant avec fiert4 dans lees
as A d6libreor our bion des chose, part faite aux communes. Commune du rues de la capitals ?
tuant quo It Constitution no fft mise Port-au-Prince : pdtandiAre deo ptan- a Le nuit passed, l'arrondissement est
oe vigour. Le Conseil d.s 'crola dibra,,. Depuis introductionn de quel- part du portail St-Jo eph avec uo fort
d'Etat a accord : lo. an Chef, P V20. qJes nouveaux membres, tels qae A. d6tachament st des caisses de carton-
000 d'indemnit6s quo la Chambre lti Sylvestre, Chevallier (neven de Victo- ches. Oan e demandait le but de **
evait rotuase6 (1). puis P. 40 000 pour rin ) o, .,. 1 n'y Mst question q ze de voyage. Oa me I'apprend Tant eat
ee deux annies de pr6sidence pendant conas de revolver, de coups de baton. rare ia dasette et la pnaurie d argent,
la guerre Idu Sud ; 2o. A Marcellu:, HiorAusement on va les raiser tons. tant la .ituatioa est teodue, it eat par-
rrm dae services rendus t non s oA 1- Vous demanded ce que signifie ceo ti A la recherche de la toison d'or, asx
., 16 a 22 mille piastres en born Provisoires accolis aux noms des mi- piels du Morne-a-Cabri*, sar ane pro-
mpensables ; 3o. a Charles Din 1, nistres ? En voici la signifleation. II priet6 pravde et d'aprAs des reaseigne-
, 7.000; c'eat bien maigre oour 1'0- faut qae chacun jouise da fateau ,t mentd donnds par le propridtaire. On
va 4o. A Dumbard, P. 10.000, ait son morceau, si petit qail soit. 11lit une propri6td Imbert. Revieadront-
Iour avoir bieu mdritd da Chef ; 53. fan t que chi:an soit ricompensA dns its les sacs bien char6ie ? Nal no ls
7..., 6ale somme, je crois, pour jr i- Ia measure des services rendus. II faut sait.
aos motife.Voilk les noms sortis et que qu'ul soit ministry 6 mois, un an, xi Le public me platt A rdpter nUD mot
Iose savona jusqau' present. on lai avait promise an portefeailie. IId'Atexis Nord : a Jo vaii dana le Nerd
c La saant du chef eat fort alt:6.,. faut qu'tl oit commandant d'arron- 11.ail un travAil pr-.sd et serieux. P
De temps on temps, do violent acct, dissement, commandant do d6parts- Teliq sont lea paroles prononcees par
doe fibvre avec coliqies. Niuvea., meant, st on lui avait promise quelque lui, lors de son passage A St-Marc, *n
sympt6me plus compliqud : vomisse- chose do semblable. ;uilaut au Cap. On la tir t ai mot. On
ment de sang, fibre continue. Le c.i a On vent avoir la facale de fire dit ici quo Nord et Lorquet so sont
vent devenir grave, it paratt. monler toun l-s acteurs sur Ia scene,do mcert6s poor leos ca d' Aventualitb.
Hier (24 soot), Eccellent a 6td in- lee fire pasi r un A an, doucomnent, \V'.s voyez doric qua toat n'est pat%
tWrpelli. Le malheureux eat A bout i afin que toum noe soent pas vus du .cnlenr do rose sous ce beau ciel
msourcee ; on vent qa'ul trove de l' mdme coup et dan la m eo sc6ie : ce i Hlaiti, et qu'il faut encore recommen-
Ct quand m6me, et quand moe. esrait trop d'impudence. cer, a paine a-t'oa fini.
constitnaats veulent toucher, !t a Ainsi, A propos de Marcellus, voici Lises le dernier uamdro du Moni-
toeaher avant la debacle, si elle arriv ,. ca que dpaiat le grand Sept : nous lui teur.
a Sur toate la surface du pays : cal- avous promia uu ministire. nous le lui Alieu.
se plat, paix profonde. lie ea'tounn, ', doaneroua, quand mime 6 noias. Noun X.,
Ua.effraeeat meme de ce calm ; us le connaiKsons, il eat malvefllant, mi-
oat ont pear ; c'dst trop do calm, chant, tripoteur, n'importe : il faut luai
spre taut do movement. Ili n'ont pas donner sa recompense. Et lee 22 mille LIUIBRT* EGALITI FRATERNITIt
eeolance dans as Port-au-Prince ; ils piastres ? Poarquoi lea a- t-: ones. je REPUBL'QUE D HAITI.
8!1 dormant pas tranquilles. L% mala- le demand? Li pauvre diable declare R E.. P .......
"di de homee et le calm da mo- qu'il a perda touted see propritds pour No Aue Cayes, le 1m aoAt 1871,
meO les readent soucieux. fairt rdu.sir son home, et quo ce sBeoan 68* de 1'laodpendance.
a L. M .. a dijA touch sa part lun rait p&.hd mortel quo de I'abandouner. LE COMMANDANT
g to : U a ,#te nomme secrdtaire du 4 La maldie dua Chef 6tait atellementD .
eqoell do eecroteires d'Etat. Causant gave cos jo rs derniers qu'elle doonat Du D*PARTMKNT DU SUD
ttiaem~aet avec un ami, it lui disait liea A doe inquidtadm e arieause. Mat- Au citoyen E1. Piul, D ipatIdu peup's
oes erSaltooo ear I'tat des choses et tre Sipt oropuslit de riunir immedia- Port-au-Prince.
rl'at de Ihomme tement I'ancien S6aat, oa ca,< d'Iven-
La dle do dirctoear du Moniteur tualti. Ei conseit privi, les. consii- Monsieur le Diputd,
as et Uosertoe Alib6o Firy ; it I*' tasnts, lea miaistreat ot diacuti le cas: Appr6ciate ir do tout ce qui a do
refuea ; on croit geadralemSu, qu'etl status quo. 'bon, do jas'e et de raisonnable, je
esa.donm6*e A-thar Lafores'erie. a MAis, chose plus curiease, Sept m'emprease de vous donner connais-
aCAe jours aernitrs, j'ai surprise une s'offrait pour continuaer la olitique sance que j3 visos d'exp6dier a la
eariease conversation entire Cam lie inaug arde par son p6re. II 'offraitt tom- Chambre des Repr6sortants une aote
KWa at Souffroat. Co dernier reprochait me ihomme qui avait touestes 1 clefs dep certes quo j'ai dpronuvie pendant
ACamille do so tenir 1loign6 de Lo'- de la bituiAiou et tous les secrets de la Rdvolution, et one autre concernant
qt ;i i lai dissit qae Lorquet 6tait i'E at. A catte queatioa, trponse nalle. ma gistion dans le Sad pendant les
Sbon coaar mais vif, impdtaeux ; Graneo inquietude parto*, et c'eat quelquas mois qun, j y ai pase6s corn
' U 4etal Drt A tendre ane main gd- aur tout dans les ranges opposIa.Et ces me Prdaident do I'Etat mIridional. Cs
1e0 aoas -oAs so ennemis politi'Tne. esp6rances ? :vt ces i lesions ? et ceo demands oat d4t faites dejA an Conseil
jes de- eambarras de Camille. Suf- positions promises? et ce grand travail des Sacritaires d'Etat qui avalent ren-
eat plea loi : il demanded as d6A faith ? et ces rdcompoases & rece- voyd ma demand*, comme voas le vor-
jmr et ame khere do rendos-vou' pour vo r. rez par la lettre dua onsoil, sigae da
ger asrooncilialton entire lai et a Septimas part pour K'ngatn par Prdeident d'Halti.
que CasL C eaMie, do s zeaoser, de re- co batean- II va ieraphier des pon- Comme cotte demands est base
(1)"M N Voirla correpondance voirs safleafta A Charle Latorestrie, ser la jaustio* *t 1'qaitd, j'ose croifr,
0 low aS Psa PsoIr6tairo de LIgatto, power coutraoter Monsier lo D6pat4, quo voas ame r.


terez touts votre assistance on cotse
occasion afin de donner ane solution i
cotte question.
Coat dans cette attente que je
vous prie, Monsieur le Ddputd, de re-
cevoir mes salutations leJ plus em-
preass6es.
DOMINGU L.
P. S. Si done lea autres emplo-
yes sous moi ont 6td pays par l'ad-
ministration sup6rieure, jo n vois pas
done pourquoi qua j'a 4td renvoy6 &
l'approbation des Chambres.
DOMINGUB.

Port-au-Prince, le 10 soot 1871.
Au Commandant du D6partement
di Sud.
G6n6ral,
Jo no sais A quellse travge circons-
tance je dois do n'avoir reVu par la
posts vctre lettreque just le leudemain
do jour od la question qu'elle consi-
d6re a dt6 agitde devant la Chambre
des Commones. C-tte circoostance, je
la regrette, parcs quo je me soraiq au-
toried de la marque d-, coofiance quo
voua avez bien vouol avoir en moi,
pour agir do concert avec Ips amis qce
vouas comptez A la Chambre, dans Is
but de fair aurseoir a la presentation
de votre petition, et par suite, j'aurais
pris la liberty de vous fire quelques
observations quo vous n'eossiez pan
manqu6 d'apprdcier sans nal doute.
Lae devant la Chambre, votre pd-
tition a trouvd tout le respect qua de-
vait inspire votre personnel en souve-
nir des 6minents services que voum a-
v. z nagutre rendus a la socidtd et au
pays. Mais le food tatt trop idontique
A des reclamations taut de fois pr6sen-
ides devant la Chambre, pour quo cAtte
Oquit6 quo vous vous plaisez a recon-
nattre cheap moi, no me fit le devoir de
demander A mes colleagues de mainte-
nir ia balance dgale pour tons.
Alore quoe ro efforts hdroiques
dtfendaient Isa villa des Cayes, vous
saves, gdndral, combine de ruines ont
Mt6 amonceldes... 7h bien, touted lea
demanded d'indem.iitis, parties dee
Cayee, ou d'ailleurs, soot venues mon-
rir depuis I'an pass& dAvant Ie vote du
Corps l4gislatif ; la r6publique est trop
uauvre pour payer tant de d6sastres I
Et certes, gin6ral, lea vedaement, vons
ount dovd & co bast rang qui a oblig6
presque la Chambre des Communes A
voas appliquer Isa rigueur do sa loi.
Faire Ie contraire, c'tit t4d s'exposer &
s'entendre dire : none avona accord
au puissant, ce quo no-a avons refuse
au faible.
." J'avais demand n vote do jour
our votre petition, main an vote motive
en consid6ratioa de votre personnel.
Le President de la Chambre, Bszelais,
proposal an message A votro adresse
comme 6tant la forms qui sted mieux
a votre haute position. Jo le soatione.
C'est ainsi, gdairal, que la Chambre
aura advantagee de r6pondre directs-
moet a votre lettre.
Jo croil qu'il me rested un devoir i
remplir nvers voaus dane la circons-
tanoe, c'est do m'atoriser de votre
post-scriptum poor expliquer A la
Chambre que voas n'avez 6t6 amen6 &
fair votre demarche quo parce que,
comme vouas observez judicifusement,
l'seoutif a mis A aan6t pour lea uns


I---' I II


Il II







sne loi qai devait exiiter pour on con-,
Wre tose.
Je vous pre', g6 .Edrl, d'ag matiieures civiht6d.
E. PAUL
*
Aux Caye', le 12" aoot 1871, tn 68"
de I'lnd6pendance.
LE COMNIANDANT
Du DL)PARTENIENT DU SUD
A Monsieur E. Pa .!, 16u ., au Corp,
ldgil.,t.t.
Mon cher ri DP ',
"J'ai regu votre lt'tr.' di 19 4'u
cou ant. J4 vous remotc:e des not**
que vous m'a doni z touchant ma p6
tion & Ia hambre.
Jo coustate avic regret que leo
grand Corp u'ait pas com:,rias 'obje
de mua reclAratiori ; sla cals' publiq-q,
ne s'6pui.eratt-,ile paa en m'ind-mui-
sant de mea plates pendant Ita ev6nQ-
meuLs politiquead qua le payd vifnt do
trav4rsore ; pourrals-je Iai fair uni pa-
reil; exige, ce ?
Pendant toit mon oxercize c m e
co-mmaqdant do dApartement et Pi6-i-
den de 1 Etat du Sad je n'ai a jmaais
reS a le traitemtr.t q:.i m'6tnit dt l' a-
p"4 la laoi, *t comine le Sncedtsires
d'E at de la R6volatiou oat 6t6 pays A
leur ariv6- A la Cipital4, j'at cra
q.2e ce sersit ja',i.e que la ChaGti,-b
Ii ,iroit A ms r6,elamstion qai est cel e
dae les appoluatm ans.
Jo a 4' pas non plaq enteni', exiger
quo le Goav- r *,m snt me payait ceate
a Utte poar le mrome.At (po9i-qu uJ- "ui
au court de -e embarras lijani-ir.,)
ma e que le C jrps lig slattf la tecou-
nwt Ig.lA.
Veui. kz agrior, man char conci-
toya, Il'aiourtuce de me4 cordialites.
DOMINGUR
P. S. IL e t A remarquir quo
j'ai fait flgur r dzux bordereaux dis-
tincta ; I'un, c'et la reclamation d-.
mis appointemeuts come commano-
daint da d6,,artement at Prdsideut de
I Etat do Sad qui uo m ont jamais t6
pty6 ; I'satre, an poar expoe6 de msis
p'rtas pendant la revol nation qe je n'ai
iullemiaut rdeIam'es. Je r6pondrai au
message de la Chambre, tlld apprdcie-
ra ms observations.
D."
Pour copies conform :
LEVIKUX CONTOUR.



LE SI'NvTI

Stance du 2. l- Aou'. 1910
Entire autres pieces de laIs oresponda-ice
smos rer.arquons des messages de la Chaie-
bre des Deputes accoMpaguant les projects
de loi suivanms: accordait 14-) mille dol-
lars aa Derartement des Tra ana poblik
pour la refection do service hydrant ique ;
criast 1'6cole d'agriculture creaat l'ecole
de demoiselles des Roseaux ; con rat Hans
Rank, et et.fi celui autorisant le Minis.re
des finances A disposer des billeLs I, 2 et 5
pereus et A percevoir pour compete du re-
Le Pesilent ,e ;ranonce sur le sor de
Cc s divers documents et norume uan comtt6
sp cia' pour examiner 'e con.ra Haas Rankl.
Le Senateur Bu.san : MM. L annie
dirniere une commission parlerentaire etc
fo-:nde pour proceder au retrait do million
de ickel et des papers d'une et 2 gourdes,
c", tora nement a une loi vo 6e par le Corps
I ,; la if en 19 3,
J'Ci en I'honneurJ','.r designE par vous
p r faire partie de cette commission qui
a'cs a.quitrte scrapulensemeot de cette
ha e mission. Le million de nickel est
retra c et, je I'es; 'e, est IA Qaant auz
pap rr. d'x et 2, nous avons flit toat notre
possible, de 1' r a ,', veuda et one cenrtaine
qa.-o de paper a EtcE retraitce. Depais
lor. nau. avons 6:6 forces de nous arziter,
Eh b ei, je prie le S-na, en raison de !a
lo r :e r por-ab lte qui c6se sr ila corn-
mssi.,n, d bica vooutoir voter d'orgence
ct'e lot qui nous est present6e car elli
a**ra pour effet de couvrir la resposabilitd
di ses comaisMair3 s l ette eraons I


matim doe l'su4catf' Ns ioMte reavimo |
So mille dolnmvt.
Je voes prioedoc, MM. de votle dua
goice ce0te loi l a tie mi respomabmitid
vos comi5Isdresim n e OveW e
L'urgeace est voede. La loi sera lpn-
mieet d'isculde a ame ams alutrierfW.
Le Sera car C. MoUlire : je crois q
Ihodoiable Pr6sidmti d o me e asemble
vient de commettre ane petioe errcur Vos
avez, de votre autoritd pride, eavye6
conrat Hans Rank I'Penme d'uu commit
spEcial et coamme ce contit relve plus
p:rticulibremenr des C per emecnt de l'In-
t it(ur et de la Maria., je crois que voas
devcz vous conformer sax riglements eI le
leur envoyer. Quand ,i s'agit de formation

d'ua comitt special, je crois qu'il faut no
vote du Stnat.
L: P :ident : Mon col'agae Molioce a
reason ct je: ais vous dire pounquoi j'ai
nommi le coait. special. J'ai 6 gud
pr uno ordr: didees supericares Mr Ar-
cher a sa si le Saoat d'une question r.la-
tlve aux dro, s de tonnage. II dit que ces
dtotts lui son, deli affecies et que vo1 A.
que par cc contrat, les ravires de cente
compagaie en want eIxoaE6;. J'ai tena A
avoir des hammrns de loi dais !a comamis-
sion afi i de n'Wvoir ras de surprises, main-
te ant ti le Seit vent que j'envoie aux
conan.-s de 1 la drieur et de la Marine, je
n' a qu'A courb r u*ie tS'e d.-ci'e.
Le Sdcat.ur F- L. Caavin : Poor one
observation. J'ai dijA fait remarquer, an
pen tinideinent peut eare, q i'il et inutile
d'envoyer une question A l'examen de pla-
sieurs co-aits rtunii. C'est l'occasion poor
moi de r.venir sur ce sojet.
De quoi s'agit-il ? D'ane line c6 iere.
Eh bien pourquot envoyer au comitE de la
Marine ? II n'y a pas de questions techni-
ques rdsoudre, mais il y a une question fi-
nAnciere, car au bout de ces contrals il y a
to,; i urs one sub.'ent'oa.
Le comity de 1 I uiener suffice niaamoins
sexual pour exa-n;ntr car it peat toojours in-
viter le ministre des finances A 'venir lui
donecr des rense'greunts, s'ilen a besoin,de
meme i1 p:uz appe er au besoin le ministr.I
de la Maii:. Je propose done d'envoyerce
conirat au comit6 de I'IIt6rieur poremenat
et simp ernent.
Le President estime qa'dl y anait lieu
d'adioindic le c mmit de la Justice a celui
de i'Inrieur A cause de la r6clama ion
do sieur Archer.
Le Sinazeur Cauvia presume que duas
le comai de I Isterieur ii y a des mem-
bres asstz au court des chose de droit et
de la juit ce poou r6gler toutes ces petites
ques i )rs.
Enfio, sur la irrapo:ition du S&nateur
Theodore, le Senat a decid6 d'adjoindre le
comit6 de la Jt's ice A celai de 1'lIntrieur.
Le Senaeur Bi s'aa prie le bureau d'in-
viter le comite de l'In eritur A deposer son
rapport sur I'Asile d'Alieans poor qu'on
puisse solutionner cet:e question avant la
fernmeture de c-tte session.
Le PriJcent promet de tenir la main A ce
qje ce soit rr pour procbaine tiaice.
Le Srcateur Baassan : Je vous remercie
au nom di pays et ai nom de I'humi-
nite.






RENSEIGNEWENTS
MI r:IOROLOGIQUES
Olser-verttoire
DU
S]NMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
IEUDI 25 Aour 19tg


Baromtre i &midi


I
I
I
I


761. o,m8


Temperature mi"n .t- 24.5
(maimmum 32,1
Moyenne diurne de la temperature 26,2
Ciel presque convert et nn pea plavicux;
pluviomitrC 3,4 millimttres.
Barjmatre en hausse.
Le cyclone a EtA faible dans nos paras-
ges. tandisqu'il e fit sentir s*or la c6te
Sad.
Tous les ports ont itd avisis depais
mercredi,
J. SCHtiIU L


atin Oi6martoorapiqu, O'pert sa citation, est d'obtenit coapesa.-
Liinalla'ioo Magloire a de 4 e hi & lion entre one priteadue detoe Jont je lhi
LPytioa- oe ha ir~e a dea la- er serai rcdevable et ma cruance.
itioa-Ville la mau to e aooseS W N L'histo;re da reliquat de compete de 27
by t Is qspla endeor des Frojctis a dAol as don't p;rle voire reporter est typt
que et je vous la Conte en dex mots.
ur le d* iumolh An mois de juin, au course d'an de se
La prickhainte
LOfprachain e abawcerp arises dea di'ari voyages poor Kingston, j'ai en A remettr
fochaitl esa nt prices d' $r. A Pheur; cash, ao dar sieur Edward, la ronde san.
le o pr d rme de 42 dollars,vingt cinq centimes,pe.r
eacte. acha s de menus ustensile de menage qa'
Police Adm'.niitrativeO on dr se vendre bon comp'*c Kings.
Do l'Expos.i G'dral de laSiaties ton. Li suppuraiion des prix arraie entire
La r o der. .-iispr;biqs par lni at moi, l's'.ait uoe grande, intis ;ri
La restoration des bts pbliqes pr grande marge iu pot de vin oa commission
le Gooveraoment aclul devait no.s mon- dt ie dit iur, voadrait s' triber. Qaso.
itr.r les consequences d'uie msavaise o,- lnen fat pas a M srprise, lo eud demnau
ganisation de a police 'da-it pavement A ce monsieur 7emoa bee
Si ia loi as' It garait des c;toyei ls. d6t, de le voir m'opposer une o.e exIe
police est le p:remtr nmsi unentde ao Iloi. gerto, ou sans manda ascun,'curtsins art
Lorsque, faisant no unage rxag6re de sa ties Etatent qua/rnples de leur pris, a
libett4, le ci oyen sroit pouvo r s':r Idepit d- mes obisrvations sor leurgrossie.
de la loi pour troub .r l'ordr; pub ic. d reepi, lers obsen vale or dor leur roaie.
police doit intcrenir. C'eot i ele qu'iI !re.Cl oeut non valeur et dont one pa-ie,
apoirce d eoit inpreenir Ce. o ee qo o jusqu'i ce jor, rest encore ca sa poses.
aprar ient de preVe;.r le' comrno ltpons po S.
pulires qui dranget 6quilibri entire Le 27.-5ae sont doacqn'uanouveau pot
Gouversement et la Scie *. Mis. poor de via que ce monsieur vent s'a :riboer i
celt. il fut que la police soit imbue dot mes depcni. Poor uae f rce, ells est forte
se- devoirs. It far q.e'll connaisse ces celle 11.
loi qi'elle est aonpe a fare res C'eit dins cet-e peniO qUe le t O'E m"' p.s Prr5juger so- la de.zsija de Ja justice
bfe dra:er, no-s in -ngor ns I 'E:oe ades qai et appelec i dir-. sou mot ser le food
Officers de to'ice C-t 4tiblistemeart frd- qd i ae a:e EE ipa tvo ,re report cr d t-e
quaen deui fois p r se-rnine. les lndit moins ia teEt f )e ini la aone cor dlate -.'
jeali par uie 'my nne de cinqanta 6tu- vttelsuisr. cesdeba s,dont la fin ama peat,
dianis, est appelee, sois Ia direction ad o re one gr ve surprise A la cause de mos
Monsieur le Co-s'iler de la prfecturt. pseulo cr.-Ancier rel quaiaire.
A fournir A moi D 'art meit des officitrs En vous print d'inasrer Ia pr&ses
ins raits qui, reparti dans i-s villes, con- dans vo.re plus prachain N o, jevous prnb
tribueroit avec lai A tire de Ia police ansente mes coriales cvilites.
Corps discipline, pr -ratr A I'aeovre qut l iLouisGd am
est assgonEe. C'est porr triyer e cot e e- Louss GutMa
liorat'o, que moi D0partement va mestre Arriv6
au concourse on petit minuel d'instraction B t entrd :e s c Ab'aga ave I
rdsumant les obligrions de IlAgeot de Po- _paaag rs sniy Aa b aengn de :
lice, les droits et l:s dIvoirs du citlyea, New.York.- Malame M iCaaebCl, Miu
o point de vue de la s~ire:E publique. E Knabe', Kasebe', W. Stocker, 1. Hire-
Costa RcOa chmaann.
D'apras on decr.t do Pouvoir Ecuatif Jeremie.- F. Dort.
public dans la G-ette Offici- le do D6A6S
a23 mars 11o. on P,!Q importer en fri- Mr Mme Augste Archer inqu
chise toes sor.s d" m. decides servant gnrai BrA u uste Archer atin rpquea-
exciusivemert an tra ement de volailles etgentra BrM t perdo cy mat n Willam r pa
d'animaux mdades. rn: Me Vve D y Willason, e
Oa peat se rendre-pir chimi- de fer rn Clcraine L>mb:r. dout les funnrailles au.
p-r des voiescitroscables da is cheque Ur, ronr lieu remain, 1 3 h-ares d.e 'sprmp
vince de la Ripublqe A i 'exception de midi.
Gianica;te. I! y a actaell-ment en voie Maison moraire 73, Rue Roapblicaine.
de co destruction A Cos-a Rica 405 miles Les avis so t prieb de consider to pr. .
de chemics de fer scm avis comm faire-ar:.
Poor montrer que Costs Rica est on Franoa
pays essentiellement :,g'cole, il ct do plus
grand in'erti de ptbli.r le, staisques sai- CUIUx coNFLLr DIPLOMATIQUE
vantes qui mon:rent la, superfi:ie de terre Albersini, dit le Fou, n'est pas seale-
consacr.e a I'agriculture ainsi que les dif- meo* un daegereux apche tristement 6.
f6tenti prodout Qu'ono y cu'tive. |Ibre 1dans MarseiUe ; la cour d'assises
Ei coiforcni- d 'n decrat rdceoet d des Bj.ches-da-Rh6ae, qai l'a coadamot
Pouvoir Ex6cutif, l:s vacances qui se pro- A most par contemace, n'a faith A cit regard
duiseat dans les dco'es prim-ires ne se- qae coosacrer par son errRt le .jumet
rant comblEes que par Ia nomination doe de 'opinicn pablique. Albertini t ee-
candidatc qui auront pass. an examen, core en train d'entrer dano 1 kitoire di-
sauf dias les cas privus par I'arr& 6 prdsi- plomatique des temps moderaes.
dentiel doa 8 maria 1913. Alb:rtini, son crime on ss crimes cow
II y a qsitre bunq es pub'iqu-s demis- mis, s'eofuiti 1 'trang r. La police, klanc
sion et sept maisons de banque particuli- asa poorsuite, no put loi mastis Ia mali
res. Voici les noms des quatres banqaes nso collet qu's Lisboone, lonogfmps spit
d'emission cc le capital v'rsE par chacune sa coodamnaioo,
d'elles : Banque de Cos a Ri:x. P 756.000o; L- goa-ernemen: frariz's demand l'ex-
Banque anglo-costtincieine. P. 453,650 ; traditto- E alors le d alogue suivant s'ed-
Banco mercaitil. P. 378,000; Banco co- gag a tnie les deux c.binets de Paris et de
mercial, P. 510,30c0 Lisbonne :
Boite aux Lettrea Nous voulons biea, di, on A Lisbo-
ne, vous livr r Alber ini. Mais aons yvo
Pcrt-au-Pr.nce le a2 Ao&t g9io faisons observer que la peine de mort a
Au Director do Mttin e6d abohle an Portagal. Et nous vocs de-
E. V. mandons I en.a ement formal, si neow


Monsieur le Dirctour,
Le reporter des :utliences de la Justice
de paix, section nord, dins sa chronique
parue hier dans vo:re iouraal me prEseate
sous le faux-jour d un debiteur recalcitrant
qui refuse de pave on reliquat de comp-
te de marchandises dot je sera's ddbiteor
envers le sieur Edwards de Kingston.
C n'est pas du toot la verite. M. Ed-
wards est plu ct mon debite-ur e: precisd-
ment celui qui refuse de payer ce qu'itl
doit. Assigod en resitution d'uan dep6t
de 8o dollars eflectud entire ses mains.
apperc Bon, il se refuse de payer jasqu'a
ce jour, nonobstait la clause qul I'enga-
ge A s'acquitter I prEsentation du dit Bon-
Voulant tuer le pools A notre Magistrat'.
re, blufer, il a introdait one action illu-
oit contre omoi dent le sMales Sna, 'ap.


vous ltvrons Albertini, que voas ne le liI
vrerz pas 5 voire tour au cooperet de Mi
De.bler.
Imposs ble rdplique t-on de P-ris.
Do moment qu'Alberiini est poursuivi en
Fr.nce poor one infraction punie de Ia pei*
ne de mort, c'ess la pine de mort qui
nous devons lIi appliquer, et Bons nt
pouvons pas prendre l'eogagement iillicit
de le soustraire A la loi. Ah I si le crime*
pour lequel il a did condamod avait cesi
d'tre an crime an Poitaggl aloert sos ao
vous demanderions pas son extraditioa.
Mais si vous avez aboli la poem de nmo
vous o'avez pas, quoe oas s chi ce
Ide considdror l'ansaelast comme we crm'e.
Or, c'est la auanre de I'ifeattic, ne
celle de la poise qai vas moe doas I'obli
gation doe noo liver Albnerdt .
A asi engage mIle I sal di am


~ "






iste rmaaioval, to diicarsion ponvait dame0
W tIagsmps, pea -6re .ni~me io06A Ia D" Franlcis
Wore nau,tr-;11* de I'othe$4~. Q d~cida
docc, d'utjcommon -cc rd, dc uecoorir Ia ( DMNiuc IMstUERUGIPN-14-AccouciUtU)
Isarbiluage. XMobre do la Socidt6Royale. d'Agriculmure
Liorbauc le plus qua~ifit d intrel-do l~a ammique.
UUtl a cour de I& M ey. MiAs chaque ar- ~ ZAI~.Co~~~t
bitte, A Ialia Hays-dceu a ide wing -cimq B I -IL~S-Acnhvot
soUle franc- ,c o. :une he tribunal seco- Ma lade-di. a Fominfaw, Maladies do".
peno dec auq a bi r~s,cesm A cent vimgt-cimq Kmfsteni.
m lie. fraucs, qoc serait revevoe Ia sentence Crfl4ultrz-woi i-gala'uent pour fouote
I at amrait -rn's fin A cc conflit diploa. aiqs& e Inasflaqot4 doit toulfrent Yoo plan'tes.'
gon astirna de p r c! d'in..e qua at sj N B.- Tba' Eu glo h-ipeasking cown-
pc able qne soient les princip-s. l tta ianity will find it to their very best
M'Abertia. me ~alai: pas one par i'll. om- Interest to cotbs!!!,M% I
Oaa chrerhe done m anbare qui consen- BOIS VERNA,
so. A moins dc frats, I diparagigr la, Fran- A cdt6 do Chauvot.
*oet Is Portugal. It eel possible quo Is __________________
shois sepotte cur N( D-slarlin.
n all AuCTNINIC


LA P1GAIIL1'g
]Rorn6de Sc e;.t1fq~i- des
Cheveux gL.s
PLUS DI: TEINTUIL
0a a lon'g e'nps )g -ore4 'es ca-iscs ii
tab es du b~a'ich:nie-t J4_scbeveiii ; et ucur
I'expiqur, on n'a r"a; crair~t de gimiri en
anvant lCs ihk'ics les pns anitiscieoiifiqucu
of IeS p!U *!.A t It CSI:rL;t I'Sl
tappeter ic'. Qi ia suffi~e de dir.. que b en
des geos, ez'cu..e aujourd'hfii c:)nsid~e-nt
catte disgrace cornnit inc. r bh.-
A~li,$AUS cbcrcbc r A guirir cc qoi,nouu
allbon Ic voir, est/ur'e viritabi maladif,
So burae--on 4. en masq'3er les eff~ts rar
Iomwplo'i des venturess. Ces proluirs, duan
Smploi tOUJOLIS inCOMMOICcc y doonet n,
on le sai-, que dis r4.ul-ats pasvag~ri. Its
omabasent que ceux qui les ernplo'ent t ier
fondest solvent ridiculci. De plus, et #at-
tent, ii en (-. q'i' off cr1: p-ir Is !ant I u-i
irks r6cl daigr.
UWe Communic tion fajie (n 19:0 I l'A-
cadd-tvle de M&1-ci e p r u 1 des sava23.s
de I Institut i'a.teur :iA a 4~ d'un nou-
veau jour ce te queti )nl cs, e ii lorig~emps
obscuare. Ele ie aeLi.b'i tl'u- e faqarn peremp.
toire que Ic b a-ich n~ezt-"c..es Aevetix n'csi
que la mt-,.if -.tj io i u .e -*rtru, rbide.
U -ic h:,eu grnwinw !, -xi nine ao mi-
c~rjsCope,*ir~steit It me-n: SL(UC ur, qca' un
chaveu sain ; il c~st co --,pjs6 coummd ui de
I lieicors ralg,.-s de ccl ale; evt-rirkes
tone galne ; -niii It n-a &e eplotante do
cbeveu, scleutifi.-um.r.n appeal 19 pimCnt,
Ka Ilusou moiin, complda emcnt dispara.
.P encore le micro cope qui noms re-
kIn cause d!:~ ceve d spirition ; elle est
dtas1 12 presencL-, Ja is Ii cei~ule do chi-
vsn, de micrib.s qi'i d,'-,(rent le pigmient,
01 que pour ceit --rAI!on on a baptisds do
aom de pigmea'ophgs
On yoitimnd-a'49m;,nt p'r ce rspide
exposd, que :iicr le mict-ob.- pignueniopha-
50 c's; entaycr le blarchimen' des che-
-Gonid~.-P. ac,.e dkcouvcrte. an savant
deosais, le Dit Ka eni. a rec:herah& an pro-
deit capable de dd rjiir.- les microbes pig-
msntoplag!s e; d t rendr.- en zu~me tenaps
MW ~C~oliaes pigme otaires tout: leaf viialit&.
DMborieux trAV IL X 1lo1w atld IAIS dE-
@mverte d'on jFroduit ayant Is propiti~d-
drarreter le blaachim:; t des cheveux ct de
low readre, en r.-consmoto~t le pigment,
Ail..easa~rwattgrelle C- vro.lui-, it Fa dd-
ids" do nom ca-az iribtiqoe de a Pig-
111910*11
La Pignmauince t d'on emploi tu&. fa-
cile. A grdablem at pafu4inde, clle don..
Sox chevi~ux one souplesse et am bilkesn
imcompa'ab~es. s's eumpkcher deolIn on-
dater. Los rdsoltats merweilleux quo lam0-
itdo Ia Pigmeurine a doninds l-omt amiom-'
gk.( 'deinitivetucia coosscrds.
SI'VOeRs we: des cbz-venx gris on blacks
ouajchye Lapigmen incecsul V661111016 s-
emeCles veolx 6 is.
H* vnic m M.L-tport-LOfIA to, 90111
T. at et owe ssloansire pour FHatt es.
AL 0, NO zoo.

Secirdtairerio d'Etat I
des Finances
Par decision du Gouvernoeinet
Monsieur el1aisimond Pierre Pierreq
chef do buroiau eat charge rovisinore-
quit do I& Directiou g6uerule deIsl
Roe~~eit do I* Ddpouen.


TIMBRES
(USItS) de I&


TH. CHA PION & C"
STh!lres pocte pour Colleetins
SPARIS, 13, RueBronot, FRAl


Francisco DESUSE
.Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en d6-
p6t un grand s'ock,---pourla vente on
gros et en d6tail, -- de chaussures en
tons g9nres pour
HOMMzS, FEMMzs, ENFANTS.
Les commandos des commercants
de I intdrieur pourront 6trs ex4cutdes
dans une semaine A pen prts.
40 23, Rue d.'s Fronts-Forts. 23
Port-au-Prince (Haiti).

V. P SalMs
AVOCAT
CABINET : 30, RUE PAVA-


H6tel de France

MKI A. Mattre, proprietaire


Bibre allemande la. 12 bouweille 0.60 Sandwichs
4 ht'lltndaise 0.80 Manhattan cocktail
Champagne Cocktail 0 75 Kola Bftch
VINS MOUSSEUX, LA BOUTEILLE : P. 5.00

Champagne Pommery & Greno
Dejedner et diner au Champagne P. 5.
Table d'b6te : P. 3.


0.30
0.40
0.50


UGNE HOLLANDAISE" NESTOR FELIU
(KeeI.laiuke West-t.Indche. MaIldis 'excellent tailleur &avn ageusemont
.___ .. conoou de touted la R6publique vient
de ror vrir son atelier, Roe F6rou,
S; ..... r. d C i(Rue des MiracUs) No. 71.
Daprbs adp6che rfQue d Cuiracao Sa nombreuse clientele trouvera
le Psq Aeania sera ici probable! comme toujours fonote atisfaction
m nt mardi 30 cour.int et partira le pour les travaux qui loi seront con-
m6me jour pour Saint-Marc et New- f6.
York. __
Port-au-Prince, 26 Aost 1910. A
AUG. AHRENDTS .1H APF.. .R I F


Agent


Ligii Alias

Le vapeur Albingia partira
ce soir & 8 heures pour Petit-
GoAve, MiragoAne, Savanilla,Car-
tagena, Santa-Marta. Kingston et
New-York, pregnant la malle frets
et passagers.
Port-au-Prince, 26 AoOt 1910
F. HERRMANN & Co, Agents


PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUR3Z CaHB
Feliberto Gonzales


JOSE SAN MILLAN
F'BRIQUK DK CHAPEAOX
PLACE GEFFRARD
SALON DE COIFFURE DU Louvis
Pour tous lea goats et poor touted
los bourses.


A
Jolie Villa
S'adre-ser


affermer
A Bizotoo.
an Matrn.


AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs
Pour la R6publique d'Haiti
Extrait 8u TARIF G6n6ral, -- Aott 1910.


GOURDS i


NINAS le paque' de 20
do le paquet dj. 10
C&ASSEUR lo paqhtde e 0
HONGROISE-; nu i.ivaut S:upcrndur Le Bondon de
20 cigarette.s
do tu caporal supIr-Iur paper rose, le
ptquet da 20
do on Marylard le paquet de 20
do an caporal ordiaaire paper bleu le
Bondon de 20
ELZGANT1rS e, Levant ordinaire le Bondon de 20
do eu caporai supnrieur paper rose, le
1B,"ron de 20
do ea Mrvyland paper jaune le Bondon
de 20
do ea caporal ordiniire paper blea le
Bondon de 20
FPACNAIxss en caporal supnriur paper ros le
paquet de 20
do en Maryland papier jaune le Bondom
de 20
do on caporal ordinairs paper ble Ito
Bondon de 20
REouitas en Maryland et caporal supdrieur le
portefeuille de 20
do en caporal doux la bottle doe 10
do on caporal ordinaire le porteseaille
deo20
do la botte deo 10


Tabacs Scaforlati


GOURDE


1.20, LEVANT SUP.RIiUUR (dit tabac d'Egypte) la Botts de
0.60 50 grammes
0.90!
iLEVA.iNT ORDINAIRI paper violet lissu, le paquet
1.2( do 50 grammes
0.8! MARYLA.N paper jaune le paquet 40 grammes
0.85
CA(POn.L sup RIiUR papier bleu Is paquet de
MTN Mq


V. It
0.75
0.70
0.70
0.60
0.60
u.60
0.45
0.75
0.40


5u grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram.
mei
CAPORAL ODINAIRn paper pAte brane le paquet
de 40 grammes
TABc A PaARis, Virgini bhaut goat, paper Jan-
noe, le paquet de 100 grammes
POUDRN SUPEIEMUR", paper bloea le paquot de
100 gtammes
POUDan osuiAnr, paper brun, le paquet de 100
grammes


0.00 TABAC A iurlEa role Menus flie le paqust de
0.30 100 grammm
L 0'agont *p6rvIl J. [JLAVHLZ.


1.25


0.70

0.70

0.70

0.0

1.50

1.50

I.t


145


~-L __


,? & ,arutl vs







LummaT*


EGAL.rr


FRAufTfq Ut


REFPUBLIQUE lDHAITI
Extrait des minutes
du Greffe du Tribu-
nal de Casa Uon de
la R6publiqoe.
Le Tribunal de Cassation, section
eriminells, a rendu l'arret silvant :
Sar le pourvoi form par Ise sieur
Alphonse Pouget.
Sur le premier moyen pris d'exces
do pouvoir, de viola ion du droit de
la defense et des articles 145,155, ins-
traction criminelle et 141 de la Cons-
titution :
Attend qu')l n'y a d'exces do pon-
voir, qoe lorsque lorsque le tribunal
correcionnel, saisi par la citation d-
deux ou plusieurs d6iits dis'incts, les
a contondus e n n saul ;
Que le jugement attaqu6 du vingt-
sept janvier mid nouf cent dix l'a eu
A appr6cier qu'un soul d6lit, colui de
diffamation, tel qu'il r6sulte des faits
expos6s daos la requete au doyen du
tribunal civil de Port-de-Paix et rdsu-
m6a dans la citation pr6c6dce de l'or-
doonance du Magistrat ;
Qub si neanmoins la dite citation
content les expressions suivantes :
* voir dire que les faits imputes & Me
J. Adtdemar Auguste par le nomm6 Al-
phonse Pouget et publi6s sont faux
catto phrase A elle s*ule no saurait
coustituer un autre delit" celui de ca-
lumnie ;
Ateudu, d'ailleurs que cette deman-
de, relative a la fausset6 des fits, a
et6 abandon6oe & I'audience oil des
conclusions out 6t6 prises par la par-
Ue civil tendant a demander au tri
bunal de dire que leafaits publids dans
le journal a Le CAble a soont diffama-
toires et portent atteinte A I'honneur et
A la consideration de Me J. Adh6mar
Augu1 e, tandis qu Alphonse Pouget
se bornait A demander de d6clarer que
sa lettre (d'oi 6taient tir6s ces faits
diflamatoires) n'a pas 6t1 6crite avec
mauvaise foi et intention de nuire,mais
dans I unique but de d6fendre son
honneur outrage ;
Attendu qu'Alphonse Pouget ne de-
mandait pas autre chose, et le tribu-
nal s'6tant onferm6 stiictement dans
la domande et dans la defense, il n'a
pu commettre I'excAs de pouvoir re
proch6 ni violer le dtoit de la defense
et les articles de loi et Conatitu'ion
sas-vis6s ;
Q e ce moyen mal fondd doit e re

Sur le deuxibme moyen d6duit en-
core d'excbs de pouvoir, de violation
des droits de la d6f use et de I'article
313, code penal :
Attend i que le demandear dit qu'il
est certain que les deux 616ments
consti'utifs du delit do diffamation :
intention do nuire et atteinte por-
tee A& 1honneur et A la consideration a
n'existent pas dans le cas qui a 6t1
soumis au tribunal correctionnel de
Port-de Paix ;
Qu'en d'autres terms, il n'a pas dd-
cri6 Monsieur J. Adhemar Auguste, il
,t'a pas cherch A ale perdre de rdpu-
tation ;
Attend que. suivant le jugement at-
taqua, de Ia combinaison des articles
313 et 3'20, code pd6n-, le delit de dif-
famation comporte trois 16ments
conasltutifa :
I* I imputation d'un fait pricis de
matare & porter atteinte A I'honneur et
& la consideration d nne persoone ; 2*
I int nution deo nure ; 30 la publicity de
l'inmautation ;
Attend que la publicity eat incon-
tevtable ;
Ateondu que sur I imputation d'un
f'i pwctla de nature a porter atteinte
&t hoemear et & la consideration du
settr J. Adh6mar Auguste et sor 'in-
teseoes de nouire, le juges ont consi-
der que le but pourauivi par le pr6-
eop* ..* faiamant publier la lsetre du 23
AcE dne ole journal a Le CAble s do
voaf q atre m6me moai, es evident
*uh qU i oonaiste dane la volontd, le
hl slit-II, de voa dmaaquer,
bomo, dhloyal .. qu. agi-e toujoura
Ganw I ombre etc." et de aaser an
plwigant uon prjudio mast6rlel u,


moral, en lui imputant an fait abso-
lument pr6eis, daaa lInteontion de por-
ter atteinte A sa pr6tention d'homme
correct, ce qui devient induscutable
aussi, lorsqu'll ajoute : "' ce trbs hon-
' n6te conseiller ex6cuteur testamen-
" taire ose parlor d iccorrection. Cor-
Srect 1 quand it a dispo6 de plus de
" quarante deux mille gourdes de
" fonds de la succession Raoul An-
' guste qu'il s'agissait de liquider,
" pour faire des operations de bour-
" ses."
Attend que le fait eat pr6cis et de
nature A porter atteinte & 1'honnour
et A la consideration de la personnel &I
laquelle il est attribu, ;
Quo I'in'ention de nuire eat dvi-
,tente ; quae d'ailleurs, I'appr6ciation
de ces faits par leos jges est soQve-
raine ;
Quo ces trois 616ments caractdristi-
ques de diffamation rf ntrent dansla'p-
priciation de I'article 313, code p6nal
qui, quoi qu'en dise le demandeur
nest moditi6 ni par la loi de mil huit
cent quatre vingt cinq sor la Presse
et ne saurait 1'6tre par aucuae pro-
vocation neces.itant une d fense par
la publicity, ni diminu6 dans sas effets
par dtes circons ances att6i uanes
que Ie tribunal par humanity a admi-
SES ;
Qu'il rdsulte done de la minicre
de juger du tribune' unq saine a pli-
cation de 'article 313, code p nal,
sans exc6s de pouvoir et sans viola-
tion des droits de la defense ; que ce
duxibme moyen aunsi mal fond6
doit 6tre rejetd.
Sur le troisieme moyen tir6 de la
fausse interpretation de l'article 316,
deuxibme alinda, code penal:
Attendu que le demandeur soutient
1,i quo pour qu'il y ait li-.iu 'appli-
cation de la pine prdvue par I'arti-
cle 316, il f ut que le fait impat6 scit
lui-mdme puLiss.ble, et oe, par l'ar-
gumenta'ion des premier et douxi6-
me alindas de l'article 316, qu'il con-
clot que le Tribunal correctionnel de
Port-de- Pair en appliquant A l'espice
I'article 316, deuxiume' alinda en a
fait une fausse interpretation, le fait
a lgu6 par lui n'6tant nullemeot de
nature mdriter une peine quelcon-
que ;
Attendu q-.'il est ddja 6tabli que par
les mots : adans tous les autres cas *
etc, les Tribnaux ne peuvent pas
6tab ir d distinction pour meconndl-
tre la veritable acception de I'alinda
de larnicle 316 s-.ns exceder leurs
pouvoirs et soi tir du cercle de leurs
attributons, poisque aux termes de
I'article 313, ii suttit que les farts im-
pntts publiquement soie t pr6cis et
qu'lls portent uniquemeut attrinte &
I'honneur et la consideration d un
individu quelconque pour qu ils sol-
eit reput6s diffamatoires ;
Attendu que les motifs allgu6s par
le sieur Pougtt tels que la ulibert6 de
penser et d'ecrire a ne sont pas de
naturtna faire modifier c tte interpr6-
tation ; qui son moyen demeure ain-
si sans fondement 16gal et doit btre
aussi rejet6.
Sur le quatri me moyen encore dd-
duit de la fausse application de 1 arii-
957. procedure civil et violation des
articles 145, Code instruction crimi-
nelle et 141 de lh Constitu'ion ;
Attendu que I inser in., o'donnoe
d'un jugement est impli, itement mo-
liv6e par la condamnation pri cipale;
que cotte fscult6 embrapse tous lea
cas vis6s par l'arli le 957; procedure
civil, et n'est par restraint souls-
ment au cas oil lea tcuit' sont d6cl t-
res calomoleu ; qu'en udant ainai de
aon pouvoir souverain dars 1 espbee,
Ie Tribunal civil de Po t-de-Paix n'a
oi fauaoement interpr6t6 le dit article
957 ni viol6 les articles 145, iestruc-
tion criminellUe et 144 de la Conati'u-
lion; que as moyen, toujoura mal
fond, doit tire re)et4.
Par cm modif, e Tribeca', a e u
avoir dtbtr6, reqette i poernei d sler
de rosdae comdamM is dewadem
-z dipom lqaids ta smme de P..*
.41, sus dkimsacom as peoft d4 MM J.u .


W. Fracis et Masdon Auguste qai affir- M r C L Terre
meat en avoir fait les avances et ce, non 4M C L
comprise le cot do present arr6t.
Dounede nous, Ernest Bohomme vice- Taillear-Marohand
I!Wdueat, F. Barroo, ArseliDe, E-nm
Ubancy, et P- Janvir, Juges, etc, en au Duse avis A sa bienveillante cles.
dience publique du quinz join mil recf quo sa miaison No7, Ruae Travoep
cent dix, en presence de Monsieur Eug bre est ton;ours blea poarvue d'4
DIcatrel, substi-st du Commissaiie du varAt6 d'toffeos do la haute msa*
Gouvernement et assists de Monsieur Ad.am 'vaant pariaienue.
Michel, commis-greffie r. 1* SornbliUWA s. Cou1 *L.Asage
II est ordonua i tous huissiers, etc. IAb. AIL oeOIQt. ExiCUTIOM PROINm Voir supplement Fr-s'ais lrui t


Grande Fabrique Moderne
DI


Boissons


Gazeuses


Sup rieures


11 y a A peine une annde depuis que la plus nutritive, la plus agr6able et
la plus fortiflinte des boissons Gazeuses e-t entree dans la Consomwation,
teos le nom de

ROYAL KOLA CHAMPAGNE
Sem qualit6s et sa flne savour loui ont vite covquis une vogue crolasentoe
"qc at an encouragment en m6mo temps que la recompense des elona
maniaion donn6s A sa fabrication.
Mr wea de atisfaire leos goO s le plus difdcl'es pennant I't6.de 1910,
la ftabrique a prepared au moyen d ippareds pirfectionnas des ;produits
hours pair.
Elle met en vente au m6me prix et --ous cette m6me marque ROYAL
plaslieur dd icieunes Boissoas gazeuses qui ,eront la Providence des per-
seeoos soaoleaous d offrir chez elles d exqsis raffratchissoemnts aax Itsi
varile, ot pr6cieases dans touted les rdanions A c6 6 do leur ain6 : le
Royal Kola Champagne
POUR VOUS EN CONVAINCRE, DEGUTEZ UNE BOUTEILLE DE CIS
PRODUCTS INCOMPARABLES:


Cream Soda
MOUSSEUX AUX FRAMBROISES
MOUSSEUX AUX


Cristal Limonade
MOUSSEUX AUX FRAISES
CERISES.


L'A&GENCm GaNRALE Ost toujours au Magasin de la M6tropole 98 rue du
Magasia de I'Etat, vous trouverez aussi ces prodaits au meme prix dana Is
D6p6ta suivants :
PiPICERIE MODERNC 155 Grand'rA. en face la Maison Robell-.
EPICERIE CADKT LUNDI rue des Fronts-Forts.
A LA PHARMACIE NOUVELLE ALEXANDRE ROBERTS. rue Roux.
MAISON A. FAUBERT, rue Roux.
A 1'EPICERIE H. CORVINGTON, rue F

FerrariCernicchiaro&C0
Horlogerie, Bijouterie, Joaillerie
168, GRANT) RUE, 168
Ancienne Maison D. Ferrari
Par le dernier steamer francais sont arriv6s de. articles de toute beaou,
pour tonus les gouts et pour toute leos bourses : BioUX. -- SAUTOIRS. -- BA-
Gums. -- BOUCLES D'ORKILLES. CHAINS POUR MONTHS. --- etc.
ALLIANCES SUR COMMAND
INSTALLATION MODERNE
RIPARATION de glaces qui sont remni-es absolument A neuf ; ainsi qu4
dos tableaux artistiques.
Achat de vieil or et vieil argent
La mason garantit leq marcbandines qu'elle livvre ainsi ,le lef rdparatio
ARTICLES DE LUXE oour lAs tnri-eipaux 4nemnntsdo la viemoadaieo,


Pour tons renseignements et comimoand
S'adresmr A Andr6 FAUBEIT,
38, RUE ROUX PORT-AU-PIUNGL
AeanT elftias PoOU L a uaMUOUS


i~L.L-- -----~--L~I--