<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01008
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 23, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01008

Full Text

Quatri6me Aunde, r 1025


Pert-au-Prince, Flarti


Mardi,'"23'Aoo it 10


ABONNEMENTS
Ux Mois.. G. 2.00
pos-s.-Priuc.
Taois Mose... 5 00
0onrt mb UN Mois .,. G. 2.20
Tmons Mos 6.00

BraMer .... ao Mos 8 00



Cl6 eno -aaglotre


4


LE NUMERO


'


CENTIMS


Lee. wanhaacrit% in,,rAou non oc se~r
pas rendus
REDACTION-A uNUNISTRATION
45, RUE ROJlx, 45.


ADMINIUTRATEUR


Arthur


tsitdore


OUOTIDIEN


Avec le 16e siAcl, le- fouillne, :com-
mencbrent. Prnrwuivies mAtbodslquo-
meat depun4 1870 par le goivri oaemn-.t
italien, ellei out mi, a jour plus d1i. |1
moiti6 do la surface iu Forum, giaoe
A la science des archi4.logaes moler-
nes.
Ici, lea restem considdrables des
a Rostres v, la tribune aux haranigus,
sorte de plate-form.t sur laqAelle l'ora-
tour allait et veniit et qui dut son
nom seax perors des navires d'A',-
tium don't oIle.fit ddcotre apr6s la pri-
se de cetto wilte; Ii, la basilique Ja-
lia, construi'e p1r Ceaar, mounrant ( n-
core sur ses bas-c6eds des plaques dIlt
marbre blanc avoc dsa ces'es traces
par le public : esacbes de dimiwirs
sur leaquels jouaient las Romains. Un
pea plus loin le temple de Saturue
qui reofermait le trdsor public il eo,
reste kuit colonne-, mais pas an aa I
D.an autre c 6 a't66ve 'Arc-de-triom-
phe de Siptime S6v0re 6rig6 A ctt em-
perear, en comm6moration de si vi. -
toires sur les Parlhas et les Arabe-.
Nous voyons encore prbs de la curie
ou palais do Senat la Basilique Emi-
lienne qui montre ss ruine grandiose.
Pois c'est Is templti de Castor et de
Pollux, leo deox fr6re. juuneaux dort
lea noms symboliasnt l'amitie. Arr6
tons-nous enfin, tout prbs do 1t void
aacr6e, d.vanit n sioraple noyau do nt-t-
Connerie circulaire : c'dtait IA I'empia-
cement du c6l6bre temple ou lae ve-,a-
les gardaiaut le fea sa.:r6. A c6tE di.
tamie se trouoe l'Atrium, le palai* odi
ellea habitaient. Chatmints soave:mirs
qu'6voq.ent & la vArit" ces j-un-i
halles chirg6es nuit et jaur d'entreitain
lo fa u acr6 sur l'autel de la ddes4a
Vesta. Choisiei parmi les plus grandvi*
et leo plus nobles families de Rome,
alles devaient, avant d'exercer leur mi-
nistbre, faire voeu de chastet, scou
terrible, a'il ri tfut I S )i oubli 4tatt
fatal. La veot 'l- coupable 6t:,it cou-
damn6e a mourir, mait d une mort
atroce : on l',.nterrait vivoa
Les lois de l'aaociation des id6es
que les philosopher pr6senteat comme
des fonctioas d intdg atnon et doe yu-
thbje me rapooliant .ne belle tragei,
d'Alexandre Paroli joaue A la C ,me-
die Fraccaise et inti utee : Rome vaiu-
cue a. Les Romaios abissaient ddfai-
tes star d6faites don't la plus sanglantie
6talt Cannes. Le S nat dtait cousternd
at le couple aflol6. Citte mauvaise for-
tune persistante Atait aans doute due &
qaolqu* sacril6ge qui avait froitss les
iaux et provoqu6 leur colbre. On
ehercha et on trouva qu'ane vestale,
r4poodant au nom gracieux d'Opimia,
avait enfreint son vien.
Aassit6t les g, anda pritres s'assem-
blent. Opimia doit Wtre enterrde vive.
Mais lo gardien do temple de Vests,
an Gaauoi:, qui bait leas vanmquours,
fait 6chapper la condamode, poor quo
I* sacrifice do sa vie no fasse pas core
'are des calamit6s. L asc6no deviot
alors path6tique : voila Opimia, dansa
toats la fratchur do sa beauty et do
a jiaMeae, dans toate la confusion


d.ai ',cn amour, qui revient, dans un
aovutint n dj- patriotism admirbl,, 'AP
liver el;.--meme poor Aldigrer ,fe Ro-
me dets calamrito i plus g(andes C'esr
oe vai q uea son ieule Posthuumia *-
sayr da la rauver on employant toir
& tour le metueacts et lea supplics-
tions ; .'et en vain qu'elle d(emo.nie
la grace i d cette jouna fille qui sou-
rit ;.eioe A It vie. Lq verdict sel*im-
pitoyabl. elle duit mourir Alors
dans ion elan do tendresse, pour l i
Avi'er Is u police horrible, elle Ia poi-
gtnarde .. Led dieux "ont aoais4s, et
A otbl, ha vaiuqueur do Cannes va
, ,'rdre A Cipouse le fruit de se'e vic-
tuires.
11 taut avair va Mmo Segond-Weber
et Mounet-Sully dans lee r6e-i re--
petsfifs d'Opinia et de Veitaepor, le
garden *.a temple, pour vraiment?
compreiidre toute la beauty de cette
trag*hi., po r saisir, come sur le
vit, via antique oi la Vestalte payatt d ) sa
vie son droit a I'amour, comme le faux-
boarlon qui tombe foudroy6, apre6 son
6treinto pasiionade, son ivresse, uni-
que au z6aith de l'azar
*
Quittons cei li-ux aux multiples sou-
v.n'ulr' ; et aous voilA biento. d .v jr, i)a
uanuuruent le plus extraordin .ie qu'-
air 6rig4 la magaifi:fence ronaai .Nous
v -ulous parler du Colisse, cit ampb -
thdatre aux proportions gigante q*e, :
,ymbolh do la grandeur de Home.
a Taut queo le Colisae existe, d'iiaient
lea Roma:us, Rome exist ; si 1j. C.o-
lts'e perit, Rome pdrit, et avec -liet.
le monde entier.. On s'imagine voljr-
tiers i'impression indescriptible q..i-
doit prouiro l'immense arbae, s.,rtou:
par un de ces Jean Birtheroy enu ne exquiseiua o.o\!
II an subsisted plus, du c6td de I'Es-
quilin, qQ'uuo par.e do l'imaicn.;e
circonfdreace elliptiqae ; main cott',,
parties suftit pour donner aue ide6 par-
faite de ce qu'dtait l'ensembl-. On
voit ercore les arcades, lea piliers
aux demi-colonnos L u le dorique, l'io-
uique et le coriuthien, superposes, ri-
valisent d'616gance et de grA.e. Oa voit
les galtries, lea o tages, lea graiina, lea
entrees. L3 guide vous montre, comma
o'il avait eto la,les places qu'ocuoaioent
L Empereur, leo SAnatears, lea Vesta-
les, le toit ois a perchait la base
classes Ona circle & travers la s6rie in-
tiaie de grandmns, on monte... on mon-
te encore... on monte toojoars. Et
nous voilA dans Is haut da mar d'en-
comete, pr6s doe Consoles qua suppor-
taient one petite torrasse d'oO lea ma-
telots do la flotto imperial* ddployaieat
des immenses toilet por mettre lea
spectatears i l'abri des rayons bra-
lants da'soleil.
a La vae da Coli,'6a as Mas6E de
MadriJ, la toile do Lorrais as colo-
ris ai admirable, donne la mmoilleure
id6e do la masse aorme qat reste,
mats devant la reality, dovast la con-


RELATIONS DE VOYAGE


La Ville Eternelle


ttu,.L'o3 gigalntoque, on aim3 Ai l is-tcr vWe rar lI. force prodigiouse do i'tsci.-
courir ron imagioatioo, soe repr6rsn ve Ureau !
ter an Colis6e anim4, come as temvg, Ah laistons Nd:oo & aea festino, a
ro cos fWtes et de cos representation *e-4 orgies, A e. mon.trueux suppliceH.
formidables cuh sang des gladiateur., Lais',ns vite cos darniArems annees do
(les betes et des martyres chr6tieo- sonu iaggo oa il achevait de se ddgrader
amosait et excitait la foule ou lee iljo- par ses cruaa'6: inonies, car l'impres-
tincts idroces do ce Ndron dont le no, sio.: eat si forte devant lee raines qua
Slevait paraltre, relou Agrippino, cda, Avoquent coe souvenirs poignant qao
a race future, aux plus cruels tyrse i on sent ie beaoin de gagner Ia cam a-
ine crue-l injure .. *g, pour changer d'air at d'ies n-
A as figarr cent mille cris pouest, rrompons douc notre proreniddo
,tar cent mille roitrines dacs cotise e- Jans la villa poor aller visiter 1l< euvi-
"einte od la f6rocit6 des sentiment roas de Rome. Pbndtron, d*.U i lea su-
lominait Isa f6rocit6 m6we du car- petbea montagane de la Stbi:-,, pour
nage, on croit vraiment voir so ddrou- oe r oas arr6ter toutefuis, daur notre
er sots vos yeux lea tragiques s* ra.ide excursion A travers les baau di
nee d'autan, les jeux Banglants oil I'o JOe la chatoe des Apennis, clu'A l1
mourrtt nous lea a pplaudiesement* vlfa d'Adrion et aux Cascatellt d
frAn6tiques d'une popu atiori an d6lire! Tivoli.
Voici venir lea gladiatours. par avan- -*
co vouds au mrpris public. Condamcadi
a mort, enclaves, prisonniers do guerr. eas dea.x enliolte out a pcine di,-
ou bin asimplement des barbares on tauts da quatre kilome:res 'un de
r616s d leaour propre grd, profession- ,IAeme. Oa y va, soit en tramway, salt
nels considered come des infans, Ie chomin do for. II y aquelques beaux
loeant leur vie A I'Etat, A deo entrepre- .Dayo*ges A conltmpler, des chAteaux
eeurs ou A do riches particuliers, le* f4odaux, les grottes de Cervara. fameu-
gladiateura romainas 4ai9ot bion de ,es. dit-on, pour les fetes qu'y don-
,;,ox d nt on puvait dire avac Is grand naient asirefois los artist s romios :
tragique: : Qa'importe qunaa hazard at quolquos cops d'oeil rav.siants sur
an sang vil soit yvor6 Trvoli ,t lea montages.
Loa an combattaient A chval, d'au- La Villa u'Adrieu od 'on a'arr6te d'a5
trees en char, certain% centre deo b6tes bord 6tait Une mervoTlleuse creation de
f5roces. Quand les vAincas n'6 aien' la vieillese de l'Empereur. Ayant
pas tu6s dans la lutte, c'eat Is peuploe biacoup voyage, il voulut avoir IA,
iui d6cilait do leur sort. Jage souve- sous los yeox, des miniatures des
rain, jar6 omnipotent, Ie piup!e, melon contr6es at dos lieux cl66bius qu il a-
4es caprice, leos auvait en -g;tait de- vait visit6s. C'est ainsi quo les difif.
-nouchoirs, lea cond4catait en l4vant reacls parties do sa villa, qui avait
ie oeuce. Ici point de chbmbrA da dA- quelquea tieses de circonfdrence, s'ai.
lib6rd, sinon calls qui avait pcur toit p-:,. ,t Lye6e, AcadAmis, Prytande.
I'immAnsit6 de I'z1r Mi 0 c'Atirn i t; *', Pecilo, Tempp6 U:i biogr.phb
.ies braves, tabhaat accu-.iltir aie: u a inLa ie n dire q'i. ur ,qu tl 'y
fermint6 remarqjabl, li vrant fitil iaqua', non, A Ir, rloa avit fat in'i-.,
toiaragesemot ili ,t'endaie t Ie coau lei Eaters !
Is grAce. Lear cadavre 6:ait anshaite TTout c-la est do nos jours ,)a r.'ine4,
trait6 hors do l'are' awve- dle, cro0! mats des ruices conaerv6,O, ava~ ui:
en for. Di man6m a. viogt6ans si-!e. soia jaloux. (Crtainos nosAsiu.~. so-,
lana des contr6es t lies qua l'Espagno prot6gbes si religieussmeut ,qu'all.s
-t le Maxique, le tareasu mal estoqJ? sent hatteralerent anfoaies soi s terrc.
par I'epada est achevd d'un coap do Le tourist set toat 6tonn6 ds voir le
poignara ot enlev6 aa galop d'un su- guide allor cb archer uaa plle, commit:
perbs alt-lgoe. D couvron--nousa de s'dl e'apprdtatt & vous dinner uas r6-
rant ces gladiateour, tout cnrmme its petition do Jla icb-ie saisissaate des
saluaiont, avant d- mourir, I'Esperear fossoyvurs d'Hamlt : il va sicmplement
-a lui distant : Ave. mornturs to nalu- vousa montrar los um)saia4es qui south
taut : sc6o3 A la vri'd si toucharnti ma foi aesei boles qte i dies da-
lu'elle a sn inapirar la pin-,aa c416- taite.t d'hier.
bro do G6rOW e. Qaand vouri av,z ies admicA, il ra-
Au temps deo pers4cntion, oI le 'nc a* ia couvercle de poussibre, et
christianisme essayait chaeue jnar un *o 1t nos mr.rquetetiea reprenant leur
nouveau bapt ane do sang, le Cu)Ii4e o.,Uomeil sa i nitant iaterrompu 1
6tait #galement le tbhAtre de sceaes A parcouorr cette villa tirnm.nsj il
horribtes. Lee eroysots payaient de ftat bion p 6s do deux hear-s.
leour viea leour convictions, son Io* L% vibito n4cossite do bouties jam-
pattes mortelles d.'* b6tes fdro-os l bet qui ne a'ltlraient ni de mouter,
Feoamm ot june files, --- 6trea quea, do dsu--ndre, ni do remoater pour
Ia nature a voulu faiblee p,)ur que 1-ur r" omber diiens ** va:lns commai ce-
protection soit due A ooame --- de- iut do Canope o& Adriea imitait les fd-
vatent do felt do I'harnam affronter la tIs 4o.dun.es tol Egypte.
mort radoutable sous led regard irn- AUBL N L" "ER.
siis bles d'an- foa paieaao. Dei,
corps adorable, mouled por Di u p'ur .
Ia volupt bhumain aso toriai-nt, en A l Iil I
sangtlntgL sous la ca-eoe b sti-l ; A CI lAMBRI
les griffes bratales dibq'e ai"est Lt l A"jL fL
come A plaipir la chiir qat n% da- .nce ds 22 Ao.it 1910
mannJeratt qu'A palpier .f'amour usos A
des baisirs, rassi:)nn6s 1 Q n- *m- An basc do I'Ex6catif s'gent MM. Mu-
rappoellla scece de g QUO VAD'S rat Caade. Secreair, d'Eat de i Agiculo
oft Sionkiewiez nous m)u. re Lygi la nse et des Travaax publics et J. C. Atr
jeaoe chrttaiuae, sax pries daus ia- twad. Swmacr air d'EtU ds la Justice et des
r6ae, mais 6chappant A la mort, sau- cetes.


_ __


-- -= --- -- ~1 __ --


m "1


I..-






Aprts sanction d'an rrocbs-verbal on
d"pouille la correspondance. Puis on passe
a la discussion do project de loi accordant
140 mille dollars ao D6par.ement des Tra-
vaux Publics poor la r6tection do service
hydraulique de Port-au-Prince.
Ceite loi est voice avec one l6gere mo-
dification.
Les conclusions d'an rapport do comit4
de l'Instruction Pabiique et d's Relations
Ex drieures as sujet de diverse pieces sont
ensuite discut6es et adoptees.
On aborde apr6s la discussion des conclu-
sions do rappor. du comid' de l'agriculbure
au sujet de 'Ecole d agriculture A :nnex-r
A l'ecole des Sciences appliques ainsi que
de la loi cr6ant cette cole.
Cette loi est vote avec que'ques modifi-
cations pr6seortes ra plusiours orateurs,eo-
tre autres le Depute Lamille Leon doot on
ut eccore ure fois admirer la ?agacitt et
aclairvoyarce. No'ons en pasa, t le brau
geste dm Dipuw' Chariot qu tr et gracieu-
s*ment i la disposition du Gouvranement,
danas la p eire do l'A.icahaie, uue ctendne
de 20 carr aux de terre qua deror t t re
affects txclusivement i IEcle.
Le Secrita re d'E at des tra-aux publics
depose an project de loi cr6ant un ingenieur
an chef A ce Dep.rtenment.
Le Minis're de I'ae.ricolture d6pose un
Frojet de conrat avec Mr Schwedeusk
pour la cul:ure Ju iabac.
Le Prisidert, nomme une commission
sp6ciale pocr dindicr ce conna .
Le Depu:6 Mcrpcau pre le comis. cha--
g6 d'examiner le rrojet de loi 6tigeaat en
posters militaires dtux endreits de l'atron-
dissement des C6t aux de bien vouloir se
dipecher de fire son rapport vu le p.u de
temps qui rest-.
On vote ensute Ia loi criant une cole
de demoiselles aux Rose ox.
Le Dcput6 Brtiv dv'pse un projet Jd 'oV
tendar.t A r ger St-Michel du Sai en quAr-
tier et i eriger Fond-des b tnc eon po*to
militaire.
Le Deput Aug M. Donyon depose an
project de loi mud tia.-t la loi sur Ix vente
des biens de I'Etat.
*Le Deputd L. Camille d6pose un prri't
de lei reglementant la vente des srbstan-
ces v6ndneases.






RENSEIGNEMENTS
ME'rEOROLOGIQUES
Obser-raLtoire
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAI
LULNDI 22 ABOUT 1910


Barom~tre A midi

Temp6rature nsinitmom
rm x intumi


'61,m m7
22 3
33.7


Moyence diurne de la temperature 27,9
Ciel nu:geux :toute la jourade. Vent
faible. Temperature de la nuit au dssus
de la normale.- Barometre presque cons-
tr t.
J. SCHiRER.
Marriage
En l'eglise Cathedrale seraa c6!ebri le
mardi 6 septernbre proch'in, A 7 henres
do matin, le marriage de Mile Maria Gran-
ville avec Mr Elie Lefebvre.
Matin6e cindmatographique.
L'installation dtant parfait A la
salle den f4tes do preshytere de P4tion-
ville, une grande matin6e eat annonc4e
poor jeudi prochain.
DAjA. A l'epai de dimanchte, on a pa
appicier le r6eultat sorprenant obte-
no A l'aide do I'dcran special poor les
saances en ploin jour inaugurtes pFar
I'istallation Magloire.
Le t rogramme do jeudi est arrarg6
de f.von sa tisfaire grand et petits ;
nofts le publierons remain.
Baopelone quo l'entrde g6ndrale stt
de Une gourde.
Nainsance
Mme L o Alexis, nOe Carrit, a hbev-
ement a mioan rmodd on gairon
q 8 a recu le pr6ovm d'Aogu-to.


Un accident aux ateliers
DU MATIN
Hier, an moment ou fouctionnait
notre grande machine Marinoni, pour
le tirage do la premi6re forme du jour-
nal, an accident que rion n'aurait pu
fair pr6voir, mit tout I'atelier on 6moi
La bielle de la machine, en ns brisant,
venait do tomber sur le pied droit d'uno
infant. M. Rend lidore, Hfil do notre
administrator, qui passait se* vacan-
ca d'os now atelier, Fe familiarisant,
de bonne here, avec lea chooses d'im-
primaerie.
Le jeunA bla*4 regat les prenmiers
seiu du Dr Boroo ; fort beureusement,
il1 n'y a qua do simple fractures ti6bs
douloureuse,, maia paun gravity.
Solidarity
C'est i otre confrre at r el ami Am-
blard quia '.mpiessa, d6s que notre
Di.ecteur lot 6on eut fait la demanded,
de mettre aa pre Ae A nrtre disposition
poojr :oe 'iage imna6liot du Matin qui
put palai re a l'heuro ordinaire. Notre
doyen West mis encore aujourd but A
notrw disposition.
Eu la rmnrciant, itl ons est agrda-
b e d'otlrir A tous ce bol example doe
solidarit4 profestionnelle.
Changement d'Adresae
Monsieur (;6ophat Elouar I, Maltre
ia',kur, annooce A es clients qa'il a
tran-ft fr son Atsbhi-seinmet A la Grand'
iRe, en face ldu dip6t da Mr Tatcr6 J.
Auguste.
Ordre des Avocats


Mesit urs le* Avocat< du Itarre-au d,'
Port-au Plr'Lcp *out informs quo( I'As-
serr:bn Gubralae fitzA au lur.di 22
Anti 1911) a '6A renvouyoo au vendredl
iO Acrit 10 her-'"s du iuat:a au local
du Tribunal civii.
Port-a- Prince, le 22 A' it 1.A10.
Le D,!tonnier d(e iI'rdre,
FIERKE HUDICOLRr.
Service hydraulique
Le Service hyJrau!iqua prie les abo-nes
de ne pas laiss- r ouv rts sans v6ces, 4 cs


rcb'ness de puisage qut alimentert leurs
proprieths e, invi e en inmn-, te .*p les
abonn. qui n'ort a, de rtbirets. A s'en
taire me t'e rar I admi-ist a ion., 1'ttTte
d'evi tr le gaspi I gc d eau qu se tati p. r
les emb'anchemen.s ron fer n6s.
Ii est bien entendu que si ces ins ruc-
tions dans le but d'.ssurer one di ribu-
tion reguhlire d eau A tons les ab: nn6s
n'6taient ob.er.'-es, !e service sera dans I',-
bligatiou de su-pri-.er Fans delai !es em-
branchemen:s des abonndes en d&f ut.
I: / le service ) en prend occasion your
rppeler les ;bjnnes en r.:ard que i'abon-
nement est payable A 'i'echbnce de chaque
mois.
Le service crolt devoir reprodoire aussi
ci-dessous les article VI-VII extr tis da Re-
gemen sUar les abonnemert, aux eaux de
Port au-Prance du 22 no:embr 1889 :
Ar VI. Les Itravax d'embra'ichenrent
sous la vote pub ique aussi bien q.'e ceux
d insial'ation irrtnrecre d-s abonnds ne
pour -it en au:un cas # re ex4cauts par
deeI ( u-reri .u res que ceux du service


de; eaux ;
Art. VII Les court aven ions au pric6-
dent aric:e entrainent Ia resi!tation imm6-
d a'e de l'abonnement sans prejudice des
poursuites gales.
Port-au-Priuce, le 12 Aoit 1910.
LA DIRECTioN.
N. B. La r6tablissement d'un Branchc-
ment supprimd cotte dix gourdes ( G 10 )
Tribunal de Paix
SECTION SUD
.Audience du 22 Aodt 1910
Mme A.G.Celcis assigned Minis S. Pier-
re en digutrpissement d'une maison qu'
rile lui a looue. Le defender, b'en ins-
pire, a appel Muse Celcis par devart le
tribunal civil ; le tribunall est incompetent,
iA y a litispendence, dit M6nts. La de-
manderesse, qui est consaincue de son
droit et qul a foi en la justice. sourcrit A
ce que went M6 ns. Le tribunal se declare
incompetent et renvoie les parties devant
qei de droit.


Edmond Vat a laissd sor readre con-
tre uin an j agement par difaut au profit de
R. Stark qui I'assignait en degnerpisse-
meat. II vient aujourd hui demander A
qui ter la neaison de R. S'ark. Me Achil-
lus M. Bernard iroave cela trop for :
Comment Ed. Vat~6 demand A vider les
lieux apr&s avoir faith opposition A novre
jogement far difaut ? .Mais I'un de ces
aces est nu Le maneataire de Va td, de
son c6t6 trouve materiellement affr:-x
dans los faves judicia res 1 ltoaineucent de
son confrere."
Le tribunal accorde A Va t6 quirze jour
pour d6guerpir.
*
Etienre Maihon demand A J. C. Glorla"
ni de deguerpir de sa maison, apres lui en
avoir p-ye les loyers. Gior lant rkpond
Mathori: Je t de uerpis pa C'est vous
qui m'avez emp&chd de vous payer en sai-
sassInt ce qu, me devaient mes sou.-'o:a-
t2ires. le de.uande i prouvcr le faith que
I avauce.
Le d-mandeur ne croit pas necessa;ro
cet e tr-uvr : "t n'eait pas dat d.ns le bail
consent m Gio'dini que celui-ci dat( p'yer
avec !e Iroduit des sous-locations. et puts,
les sows loca-a res re payvssent-ils jamais,
Gicrdani n'ee seia t pas moins deb teur de
Mathon. GorJani insisted : qo'o lui er-
me'te dIe fi'e la preuve qu'il propose -
Le juge ordoiue que Giordani tera la preu-
ve du faith qu'ii avance.
*
Samuel Salomon prenJ difaut contre
Mme Vve J. J. Audain qua 1 ayant assigned
en deguerpisseru nt,n'a pas compare.
a.


E. Dreyfus assigac E:n. JAk;on en paie-
meOt de 118 82 centrueb, potr vr.x de
tra chandises a lei vendues. Le defenJdur
a un "' gros argent" A toucher,il promet se
iibTrer dans six rois. Le tribunal le ccn-
darmne A se libirer par des versements
I nemsue:s de 18 gcurdes : le non-piemen'
d un terme enirainera 1 cxigibilite d: 'out--
A va a ur.
Assemb.6a Nationale
Le Ccrps Legislatif est ccnvcqu eu As-
semblee Na iorale demain rmal1u 24, 15ur
ia discussion du prolet de r6ponse au mes-
... ... A I -


sage accomrp;
, 'a'Ion.
a n

A

Comm(


;gaa .t I'Expose g6necr de la


PROPOS


erce
DANS
Les campagnes


Cet e question n'est pas tout-A f-it nou-
velle : elle a &t6 ddjA agitce, examrine et
consciencieosernent s lu.io nie r.ar les
tegrctt6s Edmond Pa .1 et Armanld Thoby,
d'illus re et inoub able mmn-:e. Dans l a
famneu.e brochurs de Thoby, qui a pour
tre : Les FinanesFiances d'H sous le Goa-
vr-iement du G'neral S'lomwn. Le budget
des r-certes et les Irmp6,s P, 1890 on int,
p.g.s 14. I), 16 ce qui suit :
a L'a-t:cle 7 du code ru'al de 1826 es
ain-.i con0;a :
Aucu.,e b ,utique en gras ou en dc
St 1 ne pourri 'tre tab'ie, aucun commerce
i de degrees du pays ne pourra tle fit dins
les campagnes sous quelque prdtexte que ce
solt. Sont excepts de crtie measure les
sure b uts qu'on livre aux raffineries, les
sirops aux guildiviers, le coton en pierre
que I'on porte aux moulns A egr6ne-." (i)
(l)Done, mome (i'apres le code rural de
1826. on pouvait fire (tans leg campagnes le
commerce du coton brut en grain a. C'est a
enregistrer.
M. Toby ajoute en note :
L'article 7 du Code Itural de 1826 est deve-
nu plus tard I'article 7 de la loi du 7 juillet
1835 sur les patents comme suit :
a Les magasins ou soutes des sleculateurs
en denr6es du pays pourront etre etablis
dans les ports ouverts, dans les villes et
bourgs o4 il y a une justice de paix ou un
prepos d'administration, mais jarmais isole-
ment dans les campagnes ni sur les habita-
tions, sous peine de confiscation des mar-
chandises ou denrdes prises en contraven-
tion. "
11 r6sultait de cet article que dans les vil-
lages non pourvus de justices de paix, 11 ne
pouvait 4tre 6tabli ni boutiques de details
ni soutes de sp6culateurs, mais de 1835 A-ce
jour tons ces vilaged out 6t6 a drigs en corn-
mune et tonu habitantsa le drolt d'y exer-
cer le commerce. I


Le monopole que le lgislateur con-
fdrait ansi aux villes et b3urgs provenai
du point de vue erron6 auque ii se piplait
pour promouvoir, non le commerce nation*
nat mais I agriculture national. A cette
epoque, on pensait que s'il 6tait permas de
tenir boutique dans les camp:goes, les cul-
livatears renonceraient aux ta-a ax chant-
petres pour ne s'occup-r qu: de trafiquer,
et qn'it ea rsoul trait une d l.d-nce irr6.
mJliable de l'agriculture A la rrisprit6
de aluelle le salut de l'E at a ai stta-
ch6 : on violaiS donc le principe de Is
liberty du commerce pour privenir cette
d6cadence ". Les mesur s restrictive cdic.
i6es sur ce point n ont pas a-rte6 le tal
que Ion redoutut, mais il est dooteax
qu'elles sient par elie-memes caus6 de
grands domm2ges aux catmpagnards et
que de leer seu'e abrogation dove s'ea-
suivre pour eux une ere de pn spritt. Le
cclpor:age dao's lea campagnes, qui n'tait
abrog4 qu'implicitemenf, a it! toujour. to-
,ie jusqu'en 1864 ou le nouveau code
r ral 1'a formellement au cris6 par son ar-
ite 6, outre que plus d'on comp.gq;rd
vend chcz lui au detail des objets de con-
sommation et achi} e par petits lotn desdeo-
ree. d'exper a ion en vio'aticn formelle de
I'Paricle 7 du code rural. La vdri,6, c'est
que de grandes bonuiques, abondanmment
iourvues de toute; chases A 1'usage des
cJmpagnards, n'ont pas 6ct jusqwici 6ta-
blies dans nos campagnes 1 cause de l'ic-
stzri e qui y rdgne, ttiste resultat de nos
guerres civiles.
A chaqce revo'ution. ces boa iques se,
raetit plthtes ct rasc's en /on ordrc pour em-
ployt r 1'exprcss'on ronique du brigandaRe
hai it, A cet obs acle viert s'enjoindre an
.u re: le mauvais 4tat de roi routes pu-
b *q-ies. Da s les montages, les tranports
dos d'animaux soot souven:difficiles;dans
s piaines ou !es cabrouets peuvent circu-
t r, e ercore quand de fortes pluses n'ont
pAs ren 'u es routes impraticab es, le pr x
!u transport est si 61ev6 qu'il cquiian.t pour
1ls m-rchandiscs et les denates presque an
jrax dun transportt transat'aitique a L'ar-
tcie 7 du Code rural a done prohibd ce
que la si-uation social, 6conumique etpo-
.1 ique du pays prohibit et prohibe encore,
et il n'a pu empecher 1'4tablisement dans
its campagnes d'un commerce compatible
avec celte amme situat on.
D'a:cord avec Mr. Ed. P.ul sur le
pr ncipe de I1 lber e du commerce int6-
rteur, nous cr,.yons n6cessaire n6animoins
de reviser le jug-ment qu il a port sor
les comme',ants, di. spiculateurs en den-
rdes, qu ii train, sans ',e vouloir assur6-
men', a la barre de la justice piquitste.
S-! n Mr Paul, la idgisl.tion des patentesa
f.it du spicuiateur en Jde rces ano renier
** qui peut attendre, sart di'enser d'acti-
vi-. et de soins, les pieds croisis surson
Sperron, que les c-ltiva ,urs viennent lui
verser, comme A un celeste personnage1
"les dons decrit6s pear son existence.
Et il demand "' que le million de piastres
"que la loi faith (omber dans les caveaul
te la speculation retourne dans les sil-
Ions de 1'agr:culture d'ou il sort inutste-
ment cheque annie." Le tire de spica-
lateur prate A.une 6quivoque en Haiti. L of-
tice principal du spculhteur haitien nest
pas de specu er dans le sens commercial do
mot, c'est-A-dire d'ache'cr A la buisse des
denrees qu'il garde en d6p6t e: revend & Ia
hausse. It faith bien ce genre d'operation,
mais tas toujours, pas necessairemen', et ne
peut le laire que le Irpculateur-capitaliste
qui souvent se trompe dans ses calculs et
perd au lieu de gagner. Pour le courant
d'affa res normal, r6gulier, le sp6cu!ateor a
un capi al de roulement plac6 i foods per-
dus dans les camnpagnes et de la faion smi-
vantes : durant ioute I'annie, il fdit aZa
cuitivateurs des avances en a-gent et en
marchandises, lesquelles avances lui seroot
remboursAes A la recolhe suo les deanres
exportables doct :l a la prdfleace d'ackat;
de IA, un contrat un lien eatr chique spd-
culateur et des cultivateurs qui s'appel eat
ses pratiques et qui I appeilert aussi pratiqee.
Le gain du sp?6calateur e.t il d'une pis.
tre et demie par 10oo livces de cafr comar
l'affirme Mr Paul ? Aucon calcuol ne pt
le deitrnaner, car, dnua spdcul'eorA I'ls-
tre, 1'6car. est plus ou moins grand e0
tire le prix d'achat at le prig de vente d
la denrge, selon qu'on la vend tout d
suite om qu'on la garle en dep6t, sale
qu'on la vend ad coeptant on A We ,
aloa qu'o aa u grad o a petit q
latsar. Le petit sp6culatur, c'est 9M


.. I






qui n'a pas de capital, pas de cli-rt e fi te, Voici queques renseigneomete que
et qul opere ainsi : chaque scnmne i- 1onul avons pu avoir sur Ja Banque do
proud d'avaoce do n.goctant.conig, at.xie I'U ion parish nae qui a traits avec
des toads avec lesquels il achete les den- o ns commisqaires fA Paris tour Ia cres-
rdes de toas les cultivateuar qui n'oat pas tion d'un oanvel dtablipsement de cr6-
ddji engage leur recolte avec une ** pra- dit on Haiti :
tique ", on qui font faux bond A lears ec- BANQUE
laments. DE
petit spicolateur obtient la dearee en '
la payant aissi cher que possible, et donna D (iInn
samedi au lndi,. quelquefois le samedi I VUII o I1a1011i0l
meme, il Ia livre A son bailleur de fonds:
Or, le gain do petit speculaterr est mi- Au
nime, parcel qu'il ne peut fAie la loi ni Capital de GO millions de francs.
aox cultivaieurs ni aux negocian-s-c 'nsi-
goataires, mais sqn intervention force le L'action de Fes. 500. s'inscrit A la
grand speculateur a regler la dear6e avec Bourne de Paris A 1040 f.
des pa'iques a plus aa prix do Les b6nefieis neti d,, dernier exercicE
course, eIquel, deduction faite des droits de to soont 61ev6s A 9.423.119, ce qui a
douaoe .t do frtt, hausse et baisse se- permit de porter le dividen1e da 40 A
Ion les fluclations des "* pr.x des marchEs 45 f.
extdrieurs. II n'y a pas d'entent:, pas de Au compete d@ Profits et I'erteles ir.-
coalition possible entire les sp&culateurs t6r sa, escompt,. polai s des reports
poor amener une baisse factice sor les tigureat pour 4.682.731 f., Ies bdn#fi-
denares, car ils sont en trop g and noma- sea sur potetflajai participation et
bre et ils se fort ane concurrence trop divers pour 5 066.698 francs, 1--s Com-
acharne. missions, Changes, services divers pour
Nous ne pr6terdons nolleme,'t que 2 176 531 tranes.
cet arrangement s economiques soviet les Les trais g6odraux dtie I'exic c 1909
meillears id monde et qu'ti n'yai lie.de so sunt leaves A 1.10 063 frnce.
les modifier;le ritiable picgr~ econ mique A I'actif du bi'an, lo- oromme en
consiotera. leschangerpresque en'irrnment. caisi.e or rn bauque figire.nt iour
II faut cependant se pinitrer de ce t" v- 14 10. 2 "216 frs. 0le lr tefuill,, etlet-4
rite qu'ils ne sont pas urse creation ftc i- pur 4 (031.574 fr,. I, porteteuille ti-
ce de la loi et que la simple abrcgatioli de trees pou :33 535 769 fr,., les compt, s
I'article 7 duCode ruralde a826 ne les chin- courauts ,our 73 .)00 537 fr.
gera pas. En levant l'interd.Ltion de mon- Au pasif, IAx < lets a p itr des balances dans les camnp.gnel, on pour k 3Ui0 21 8 ; les compt os courmnts
n'aura pas e abli du menie coup des che- pour 9.9o,' ,927 trs.
mins praticables, des votes de comami ni.- Dauraut I'~ xt'-ic. 6.1o la laique a
tion faciles et r pades, on n aura pas sup- prs m ait a x allaires i ,'an'es:
prime les j cqueices du piqu6tisme, et Empiu,,' ,dt I'Etat de Blalhia.
chest 11 que gisent les plus grands obsta- Pi6tt 'e 20 millions au Gouveraement
des; ndanmoins nous sommes d'avis que du Portuga:.
cette interdiction soit icvye et que n,,s Emission d(0uligatiors de la St-Louis
cempagnes aient en tloutce lgliti leu s ald Sto Ftncisco Railroad Cle.
boutiques et leurs soutes. Emprunt de la ,ille de Kioto.
Ainsi s'expliquait M. Thoby .1 l'dpoque Emissior d'.lctious de la Banque de
Les choses nont p2s beaucoup change de- I'U.,?or, Moscou.
pois lori, et les observations judicieuses Emcnsiori d la E istorn international
do grand et mmoitel Saint-Marcois res-j I bber.
tent toojours vraaes et exacts. Ewmiswo I d A'tons de la Banque
En effect, le commerce est libre sur tous Eapagnole de Cuba
les points du terratoire de la Republique, Constilutien du Ntional Railway of
que ce soit en ville, iLtra mitos, ou Mexico.
A la carpagne, (etra moros ; c'est 1i
un principle economique auquel il n'est
pas permits de divier socs aucan pr6:cxte.
Laissez fa re, laissez passer. Comm?
le dit excell-mment M. Louis Bcrno, au-
can text de 'li ne s'oppose A ce que le
campagnerd jouisse du droit commas
do Ia liberty.
Cependart, le mair:ien correct; de c- d e la Rlg i
beau principle de liberty commcrciale ab-
sole impose anx Conseils communacx p
une coccep,'on p i.s Ioge. rne comrrr- rP
hension plus et,ergnque de leu s ob ig-
lions ligilrs. Us ne oeu.ent emi Acher Extra It du
que a'lmpt r.e quel h atn mo te des ba
lances dans les ,amp:igncs, mais ils di ---
vent txiger que tout le monde r.specte Cigarettes
les lois et paye rago r usemen: teur rede-
vance pcur ci aque '' balance particu i-
rement Ils dmvent extr:. un conjtr6 e NLNAS le paquew de 20
minirieux dans o.s ls recoifns d s cuni- do le paquet de 10
pagnes ~fi6o qu e lissc omm tnai ne soi (CHASSEUR le paquet de -20
pas fras ri, et i ar ainsi il aaugrente r,)n: HONGROISKS en levant suptrionir 1. I
legitimemeDLt lens rece tes. Le chef de I' ":20 cigarettes
section de'ient airsi une p-trie intig art do en caporal supArip'ur pw.'Ae
de la police commun-le, ,t le Mag.s mra paqnet de 20
communal doit diricer sa mrtali afin do en MAry'ard le paqut de '.
q'il ne vende pas la o'.... do an cap,'ral rdinaire pat,.*
Montesquieu ne dsa t a' ps : *' L'a'pIt Boudon dtie 20
nature do commerce est de porter A laI ELEGANTRs An Levart ordinair- In Bond
paix. do o capora' suprr,-ir papir
Et Colbert, den and.nt a on ne'g, cdor Bononu de 20
quel e aii le meilleur moyen de favoiiser do on Marland paper ja2ne
le commerce, c lui-ci eprorddi> pir ce dq 0e
motsi sjLvert repete par G.'urnay :"Lais- do en caporal ordinaire paper
sez f i-e ; laissrz passer. Bondon de 20
UN AM{ Di. CAMPAGNARDS. FRANQAISES (n caporal sup Arar papie
aiw-- ,. paquet de
do en Maryland paper janue
Seor6taireri9 d'Etat de 20
des Finances do en ca oral ordinaire papier
-- RouLtfas an Maryland et caporal oui
portefeuille de 20
Par decision du Gouvernement d en caporal doax la bo0 e de
Moosieur Plaisimond Pierre Pierre, do n caporal ordioaire te p
chef de bureau est ch rg6 provisoire- apor ordioaie I0 p
meant de la Direction gno6rale de la do 1 bttofe de t10
Recette et de .la D4pense.
Port-ao-Prince le 22 Aot 01910.


Laboratoire Sejouriie

PREPARATION DE TOUTES VMPt)ULES NMDICAMENTEUSES SITRI-
[.(SIkS ET INJECTABLES.
Ampoule*s dEau~ des mer Isotoniqiaes selon Quinton.
Leau do rwer quo nous v'uplovorn- i a si% tneaD~'-ePrn0'! vu large,
au delA do l'lle ~ atlacouavii. PS *'i-Af~asons i remrquer au Corps medical
l'observation judiciouse que' fonit aes labotratoires rangers .
e L'Eau do mer injectable dolt Wetic d fabrication r~cente pour avoir tou~ess ean pro-
pri~ts th~rapeuttiue% Do nozmbreuses. atte%tatious Ooua permettent da certifier quo
nos produita oat donno tous lea r6sultats *sp~r6a. i3
Spfcialitd: Serum nevrosthenique.
Go S6rum r6gularise iesi 6chat.r,b>s.I latr'tf. il a t~t4 em; loyt avec smc-
c~n dans.I& ovir~a l a tuberculbmo, etc.


ACCOURElZ


chezelerrflaflfl C 1)avilIgf &0i1
108. RUEF FEROC, L l(:.1 N 1Wv F M1IRACLE

Vous y lrouvercz tdi'itin mItbiinn Supc~uieur'


A des prix axcopt~ioun-ul11--i-ctnt;Vi:ace:



_________- ~ kIE : >-E-T --t ---



RhuItn KIi hauacirlii




adri ssez-vous au \No 7 do ]a lRUE D Ai~kS


N A PAS DF"l IHU1N Il iL-NI NrINIltVNV

:'NE`C-11


Franicais

"our la K6pushiqll eA


TARIF


10V


rTa)acvs


t tii


- Aooit


1910.


t* ) i) '-


qr ro='. .4fq !
120
r bi'~n It,
00r do'20)
r ro-;e, I*
o Bondon
rblon Is
ir rcome lef
le Buuud~nu
r bleu I*
pdrieur k
110
)ortefouille


u064
0 9"-


7K-

0.75

0.75



060


,U U1)I;


LEtVANiT SUPPUAJEUR (di at tilaJw d l-ypt*3) la Bo~tte do
50 gr&Lnmes
1,EVA.NT ORDINAIRE pat;j--r violt loks. ttpaquet
do50i gradAmrs
MARYLIAN papi,-r jaiuflP I4-paqutef W0 ~rdvinmew
CAPORAL -AUPRIMUR tejapt-r b. le paquet -lo
-A) gra~utnep
(A4PtIAL DOUX ; yapl r v.*, I 1-m wiuot do 5W gram-

C'APORaAL .bI1VJAIRRS 1.nAr v*tLAtP.brtano le paquet
do 4)vr4'. ruemm.
-rABAC A, PRJNURy. Virginia haur goftt, paper jig-
no. In Paq~mbet de' IOU grammges


i. 60 lOUDR9 ,hTPW4[IFT'Itm. papisir bieu 'le paquet do
0.45 too gr&MM6-'4

0.75 POUDER ODIRIAIRR. rapiwr bruis. I& paquot do 100
04(l grammi
0.0TABAC A Wgu'A volC.60. I"MM.~niAR 10 Paqu(Ot dO
0...0*g11mm00


1.2

0.90
0.70

0.70

0.70

0.60

1.50


1.50


1.20


Gene)ral,


T-tjnw., Scafor. .tlt






LmzaRT EGAutrr FmATERNrkfc moral, en lui imputant un fait abso-
RPI HAIT lument pr6cis, dans l'intention de por-
RPUBLIQUE DHAITI ter atteinte A sa pr4tention d home
Extrait des minutes correct, ce qui devient induscutable
du Greffe du Tribu- aussi, lorsqu'll ajoute : "* ce tres hon-
hal d Caussation de nete conseiller ex6cuteur lesaamen-
la R6pub Lque. taire ose parlor d i, correction. Cor-
Le Tribunal de Cassation, section rect I quand it a dispod de plus de
criminelle, a rendu I'arr6t suivan, : quaraute deux mille gourdes de
Sur le pourvoi form par le sieur fonds de la succession Raoul Au-
Alphonse Pouget guste qitil s'agissait de liquider,
Sur le premier moyen pris d exces pour fire des operations de bour-
de pouvoir, de violation du droit de ses."
la defense et des articles 145,155. ins- Attendu que le fait est pr6cis et de
truction criminelle et 141 de la Cons- nature A porter atteinte A I'honieur
titution : et A la consideration de la personnel A
Attend qu'il n'y a d'exces de poin- laquelle il est attribu6 ;
voir, que lorsque lorsque le tribunal Que i'in mention de nu.re eat 4vi-
correctionnel. saisi par la citation dA donte ; que d'ailteurs, I'a, precaution
dntx ou plusieurs d6 its dis inc.L, les de ces taits par les jugs est souve-
a contondus en uon s u; ri,,e ;
Quo le jugement aitiq i du ving Que, c troi. 614ments ca;ac brist -
sept janvier m.I n-uf cet i (ix n'6 -ru qu,-s do diffawalion rtntreut danrslp-
A appr6cier qu'ua -cut d1i t ;ui de lpt.ia ion ce i'article 313 code penal
diffamation, tel qu'i r6-ulte d-.s fails qui, quoi qu'en disc le demandeur
exposes daus la r. quete au adt,3-u du iWent uoditib .ii par la loi de mil huit
tribunal civil de Port-de-Pa.x et r.su- cent quatre vingt cinq sur la Ptesse
mrus dans la citation prb- bdbe de 1 or- et ne saurait l'etre par auunue pro-
donnance du Magistrat ; vocation neces-i'ant una d fense par
Que si n4anmoins I( dite cita ion la publicity, ni diminue dau- ss eflets
content les (xpre ssions suivantes : p des circons ances att6 uan'es
a voir dire que les faits im, ut6s a Me que I.. tribunal ar humanity a admi-
J. Adbtmar Augus'e par le comm. Al- gses;
phonse Pouget et publics sont faux Qu til suite done de la m.iiiere
cette phrase A elle s ule ne saurait ie juger d ttibuna' ue s.ine applt-;
constituer on autre delit- celui do ca- carit n de l'articlo 313, c ,de p~ual. I
lomnie ; sni exces de pouvoir e sans viol- '
Atendu, d ail'eurs que cot'e deman- lion des di oits de la defense ; quo ce
de, relatv ~ A a fausset6 de failts, a dvux eme moyen aus-i m;il fond6
Rt abandounee A I'audieice of des doit tre rejtet
conclusions out t6 prises par la p4r- Sur, le troisime mnyoei tire d- la
tie civil tendmtut A demander au ri fanuse interpr6tatior de laiticle 316,
bunal de diue quo .Ista Is publics planss deuxi6mrne alinoa, cod-, p nal : i
le journal Le. C(lbl-- ) soul dilfjIaa- A'tendu q .e le dematndeur soutienut
toires et portent teirite A lion cur -~ i,., q e pour qu'il y ait li-u lappli-
A la consid6raiion de Me J Adhrnwari action de la pine prdvae par t',rti-
Augus'e, tandis qu Alphonse Poug. t cle 316, il t .ut que le fait imput6 suit
se bornait A demanded de declarer quo iui-mtmj- pu iss ble, et co, par Iar-
sa lettre (d'oi 6taient tires ces fits gumenta ion des premier er deux3i
diflamatoires ) n'a pas t 6crite avec ine a in6as de I'ar,.ie 316, q: ii cowi
mauvaise foi et iii mention de nui'e,mais cl t q eo le Tribunal correctional de
dans I'unique but de defeadre s>in Port-d. Paix en apphquant A tes3' o
houneur outrage ; .'article 316, deuxeirue alina ell a ,
Attendu qu'Alphonse Pouget ne de- ta't uue fausse interpret tion. le fai;
mandait pas autre chose, et le tribu- a l'gue par lui n'stant nrullminet de
nal s'dtant renferm6 stricternent daus nature a mgnuter une peine queicon-
la demaade et dans la defense, i11 n'a que ;
pu commettre 1 ex. ts de i ouvoir e Atrt ndu q-'il est dejA 6tabli que par
proch6 ni violet le d toit de la d6tense les notes : adaus :ous les Auties as ,
et les articles de loi et Constitu ion etc, les Trib naux ne ;euv. t pas
sus-vises ; etab ii ,1k- distinic.,iji pour meconn i
Q e oe moyen mal fund doit e re tre ra vtiitcblo, atception de 1'aiin ta
rejet6. d I d. r Itle 3t 16 si s excetder fle rs


Sur le deuxieme mcyen dedui ,r.-
core d'exces de pouvoir, de violation
des drois dtie la def use et de I aiiic e
313, code penal :
Attend que le demandeur dit qu'll
est certain que les deux 1eements
consti'utits du d6lit de difftmation :
a intention de nuire et attelute por-
t6e A l'honneur lt a la consideration *
n'existent pas dans le cas qui a 6t6
soumis au tribunal cortec;ionuel de
Port-de Paix ;
Qu'en (dautres term-s. il n'a pa-; d6
cri6 Monsieur J Adhem r Auiius e. ii
n'a pasthirch6 a le p, rdre de oicpu-
tation ;
Attetdu qu., suiv. nt le jugeme-nt t
taque, d- l combinti'son .Jis ar icl -
313 et 320, code phn 1, le del.t de dif-
famation comporte trois elements
consti'utif- :
le I imputation d un faith precis tide
nature A porter atteinte A l'honneur et
& la consideration d nne persoona ; 2
1 initeution de nuire ; 3 la publicity de
I'imputation ;
Attendu que la publicity est incon-
testable ;
Attendu que sur l'imputation d'un
fait precis de nature A porter atteinte
at lhonneur et & la consideration du
sieur J. Adh6mar Auguste et sur I'in-
tention de nuire, les judges on- consi-
d6r6 quo le but poursuivi par le pr6-
venu en faisant publier la lettre du 23
Aodt dana Ie journal a Le CAble du
vingt-qoatre m6me mois, eat evident
puibqu'il consiste dans la volont6, le
besom, dit-il, de vous dcmasquer,
homme d61loyal '* qui agissez toojvurs
'' dans Iombre etc." eS de causer an
plaignant un prejudice mastWrel on


putons et soaiit -,u c-rti l de leurs
aitr but;,,n, puisque aux t-imes de
i'article 313, 11 suftit qu) les faits imn-
putes publiquermert soie t precis et
qu'ils portent uniquemetnt att:inte A
i'honneur et A la cousidtra'ion d ot,
individu quel onque .,our qu ils soi-
t..t reputOs diflamatoires ;
Attendu que les motif- allPgues par
1" sieur Pouget tels que la uliherte d',
penser et d'ecrire v ne sont pas dei
ature A fare modifier c tte irterpre-
tataon ; qu) son moyen demtre ain-
si sans fondement legal et doit e re
aussi rejet6.
Sut le quati iime moyen encore db-
:uir de la fausse application de I arli-
957 procAdure civile et violation des
articles 145, Code instruction crimi-
nelle et 141 de la Constifu'ion ;
Attendu que l'inser'ion o'donnee
d'ur jug-ment est implicitemfnt mo-
tivetz pir ti condamnatioo ptint ipale;
que c,-tte Lculte embras., tous les
cas vis6s par I'artic le 957 ; procedure
civil, et nest par restrtinte seule-
I ment au cas ou les 6crits sont decl i-
t(6s calomaieux ; qu'en usant ainsi de
son pouvoir souverain dais 1 espece,
le Tribunal civil de Pot t de-Paix n'a
ni faussement interpr6t6 le dit article
957 ni viola les articles '146, instruc-
tion ciiminelle et 144 de Ia (onqti'u
'ion; quoe ce moyen, toujours mal
fond, doit 6tre rejet6.
Par ces motifs, le Tribora', aptes en
avoir d6lbir6, rejette le pourvoi du sieur
Alphonse Pouget : crdonne I coofiication
Ide *'amende et condamnne e derraideur
aix d6pens liquids A a somme de P.34
45, avec dist action an profit de Me J. B.


W. Francis et Mauleon Auog t* qui afir-
ment en avoir fait les avances et ce, non
compris le coit dou rrient arr&'.
Donai de nous, Einest Bohomnme vice-
predident, F. Barroo, Acselre, Emm.
Chancy, et P- Janvi r, Juges, etc, en an
dience publique du qunz- iuin milt 'eif
cer t dix en rreunce de Mo sier r Eug
Dcatr.-, substi ut du Commisatre (ou
Gouvternement ei assists de MonsieuorAdam
Michel, commis-greffier.
II est ordonni a tous huissiers, etc.
Voir supplement


Mr C., L. Verret

: ,Aieur-Mar~'ab ami
*1vii* wj & %a b'.nv-siiv'ntecitem.
f"a tnxi.,omNc:7. Rt.a Tt&ive-
cv#srsiLvW3-;.i.br~iaii penrvue d-use
710 '~'c4. abante son-


QUi.-LI- *
TiRAvAiL


~?*A1U J3YI.I (:Ionvu *t.teaxt
aQrOq*. :LCUrIulom PRO V?13


Pour tous re'iseignlii-in ts et commander
S'adresser Andri F^* UBERT,
38. HUE ROUX PORT-AU-PRIN(E.
A.GKNT GINF.KAt. POUR LA R.I'UBLIQUS


Grande Fabrique Moderne


Boissons


Gazeu-.iies


Superieures


II y a A pei'ie utie enn4, depm-- que la plus nutritive, la plus agr6able et
la plus fortifiint-- des boissot s Gazeust-s e-t entree dans la GCoisomwation
Pous le nom de

ROYAL KOLk CHAMPAGNE
So% qu-lit6s et sa tiae sav. ur lui ont vite e.onquis uae vog o croissante
qui est uu encour,g m-nt en m6me temps que la recom ens-e des sions
mitnutieux donn6s A sa fab'ication.
DAsireJse de o atisftire ia s god s les pin< difideles pen 'ant 1 4t*de 1910,
ia fabrique a pripair au tmoyen d ippareils p if-ctionaus des productss
hors pair.
Elle met en vente au mt6me prix et sous e*t.- meme marque ROYAL
plisteuis 1t6 icieu-eA Bissois gaz-us <,qui e*o t la Providence des per-
sonnes sout'iinss d o'l 'ir cilez elles J'*'x .ii. riffral1bhiss-)mn ot, aux godts
v., i ,. et pr6cieus-s 'lans toate, les regions c6' de leur aln6 : le

R.yAd IKola Chan:t ,aIgne
POUR VOUS EN .;o)VAINCRE, DE.rUSTEZ UNE BOUTEIL'.E DE CES
PhODUITS INCOMPARABI.ES :

Cream Soda Cristal Limonade
MOUSSEUX AUX FRAMBROISES MOUSSEUX AUX FRAISES
MOUSSEUX AUX CRISES.
L'AGENCE GI0I4tALE e-;t 'ouljatr-i aa M it-a-si d-' la Metropole 93 rue du
Magas:i diE IE at, v )us trouv- rez aussi ;:s pr,,dAits a'i :uime prix dans lea
Dtp6ts suivants :
EPICERIE MODERN,: 155 Graulr ,. i-n face Ia Maison Robeli '.
EPICEHIE CA.DET LUNDI rue dtes Fr(wnt -Forts.
A LA PHIARMACIE NO .VELI.E XLEXANDRE ROBERiS rue Roax.
MAIbON A FAUHERT, rue Ronx.
A IEPICERIE II. CORV'NG(TON, rie F.'rou



Ferrari Cernicchiaro&C0
Horlogerie, Bijouterie, Joaillerie
168, GRAND RUE 168
ncienne .1iMison D. Ferrari
Par le dernier steamer francais soot arniv4s des articles de touted beauty
pour tous les go0ts et pour toute, les bourses : BIJOUX. SALTOIRS. BA-
oGUs. -- BOUCLZa D'ORRILLU8. -- CHAINS POUR MONTRMB. *tc.
ALLLIANCES SUR COMMAND
INSTALLATION MODERNE
RIPARATION do glaces qui sont remises absolument A neuf; ainsi quo
des tableaux artistiques.

Achat de vieil or et vieil argent.
La maison girantit lea marebandises qu'elle livvre ainsi q les r
I ARTICLES DE LUXE pour les principaax 4deaemotsde 1visto dalmS.


~I ----


III --