<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00982
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00982

Full Text


Qaatrl6tne Annie, NI 999 Pert-au-Prince, Hamti Vendredi, 22 Juillet 1910



ABONNEMENTS
BINENET8 M c ; LE NIUMRO i CENTIMES
U Moi .. G. 2.00
Tais Moss... 500 L manusaits insArAs on son ne *i-10
SUn Moss .,. G. 2.20 I pas rins
STRons Moss .o REOACTION-ADMINiST, ,TION
ger.-. .. oa Moss. 8.00 45, RUs oRUx, 45.

DIRmacTaua d1 ADMIUiranRLoU
alamet-Magloire Arthur Istaore
OUOTIDIEN


C*.lai-ci, surpria, m6~eontent d'6're que tout ce qui y e.t indiqnu soit observe
PA GESTROU' V EoI'Ubjit dtiu, v6ritabl4 farce, croyant et qe le contra soit eze.zut de fa;on A
aA oir A6, A c.tte oc-aqion, min oar des n'o f.ir ancou danger. Je propose done
....... ... 'aim3 dauos a on rood d- bl6tlbs", d 6crirce an Manistre de.preadtie tclles me-
cimroe on dit chez njue, avait, prdten-. sues pour fire excauter le contria pais-
Un Att-ntat (1) it Montalembert, one mine longuA qui que les rapports disent que I scourit6 pu-
d6notait qo'il no savalt pa s'il fallait blique est menac et qo'ii nous disc ce
rir- on o fAcher. qu'i aura fAit.
EOfla it prit sa plui grosse VOix et Le Sonateur V. Hilaire demande de fai-
Qaelqu% e'rain-o aprv la nom'... r4veill4 q-1an Montalembert, quid. dit avoc col6raA & Montalembert : re transcrire in-exteaso les deux rapports so
tio. do B. Canal A la i.r.-idenic le m-arait chez moi. vint me troaver 6 Vvas aous atei mi', jeone hommal, eprocsie e ol.e e o a -
rsaident, on toir, vers leo htit h : larn ma chambre. 11 me dit: Vas on mauvait c C ca- panr s ore fLe Prsidelt : e avis ime que tou l asg
gn environ, A,rts LineA SRd ,d b oit
i environs i re s f one he .uor dai b a Gbn ial Dimostbhaes, 11 n'y a fait, toat la p)p-a atla cr. croit Baus. v le
'll veanit de faite ch- z .o ama RR pa on da tout hier soir do tenta4ivt, qn'oo a attent4 A meA jours. Je vous nrtra done en consequence an Mi-
tiilier, aq mo n!t (u L1 sa reai ssaainat %,r la personae du Chef.I 'a pardo-nA, m4i. malhear 4 I vouas Si aire It t squece a
teireq, avai' A I eia e lasgai Et alors l1 se mit i me racant.r, v vous laissez savoir iA &e qui vivedaos ire Snaeur el, Dpose le rap-
d la n-on, quand acn do rvl bieu ds daily oiqeax, uie hisAi.e ietlles circon-tance4 le coip a tA airport des cnmeids de l'In:drieor, de la Jus-
vr la it dr upr Cf ce. ukd [V. d'amour qui le rendait bien malh.i- ls* j stice s'emparera de et vos twice et des Finances rdanis concl.,nt A
Assi 6 to u, cau q:i 6taient de r d ix ; it aiwai unte demoiselle -rou- r 'rtJ jgd6et conadran6. accepter le project de loi vot par la chaim-
la nite de Boisrond, so alirent A cri r rant dnno 4I co ir gqi est n Lifce d& la Et le Ptri.lent cong6dia M)iatAlem- bre an suje: de i'ouverture do port do
.Ivoc pis oa moins di f aye'-r : a O m r .on d, R4gnard, lt il o'etit i ,s bart, en laii rp6taat A pluietirs repri- Fort-Liberte, en y appornAot toutlfuis dea
qa tire sur le Prsidnt et it ', u- bien sar de la li lblit6 de la dot z311l. sea : lge~res mod ficatiors.
ret rin6 up ile s prssid qnt e di re a- Et la veille aus s.ir, it avait t lui Girdez lh Wuais g-and silence Le President ddcile de fire imprimer
ner en min:< *t ea d 'ss. e. ur.ai- s ue 6ia do j louieo... J 1 in- l-dessus ; gr ltz-;o .s ld'et p til-r I ce rap r.':' qui serA discute ulthrieu-erneot
Mle-de R60iard. tLurompas t lui dis : Mai,. p rnlint qJe toonq Ia grand- et eavoei aui' crnmi~s de l'Ins ruction pa-
ie agissant ainsi, its no pureat me6- -: Ah Ct pourauaoi m prrn.ez- C)rps d 'Etat, tou.n es fone ionnairea, b'ique et des Finances la loi relative asu
'W pas rema qitr 1i tir#ur roturnv, vou* ;por vote coofi lent do bl g',and et des citoyenq complimentaient B. i.5oo dollars du Dr. Audain, tout en la
ri'tasin ; cepuitdant Can ilie Nia et martin C nil d'avoir mirijulea*ement 6chap. recommaadant A l'ar attention.
sathe aie.6, sans doute quelque pen Et lui d. rpondre: p6 & la ball d'un assassin, et qa* lui- L'ordre do joar etiat paois6,le S6aateun
evenus de Ieo pet.r on constatant qua mma rdpontait gravem-nt, so moiln Baussan demand la parole.
'atres coups no suivaieut pa.s, d6cia- a- Mais. G'ndral, c'est q'qe pe:daut en apLirence, -o- lui, Montalmbtrt, Le sloatear Btussan: MM, je rva
uktrlt que, quant eux. itl- avaieu, la fane j'ai mrner;ic moo amouru-,e se fairait am joie, malgr6 les recom- dans l'occasion gard:r tout mon calme poor
fat'ssass-in, tn i)mme A grand- bar- fe me suiciHdr aau.sit6' qu- j ; srai mandations presidntielleq, d'Atra le porter i votre connaissance on fait grave.
hoe, coucher e, jo le Pre6ident, dans la ra,. E vo II po irquai j'at tir6 plus indticrmt qn'il lui fat possible. Cornmecela mn. concern personnellement,
el til st dai; u 6--nt I'honce-ac et 'a le famoux c,,up de revolver C'. s done grAce l I'indiscr6tion da je ne demand au:ane complaisance, je
otre d'avoir e, a ,.-.suy-r le plus pr, a --- Comment I C'est vous qui ttes M otale nbert qn'ura s- o'ne d d6pit le soomets sealemeut i la sage appr"cia-
toap de fu d)-tine a tour bien-ai- l'aaassi ?. arnnure;x no sera pas par l'hitoir tion de meshonorablescollegues.
'eichtf. do o e comm" on Avineoment tragique Dns a stance de 'ure jour quand
Qoependant la detonation avalt attire6 -- Mai, no,. Gn46ral, jv n'Wi pa AIs la chirg d'indiviau, que d6ja 'on Cabinet la sance de autre ilou quand
die -oa troiq voiins o passaut-. qui tir6 s.r I" Pr6dnt. je n savais me- comeagait accuer. Cabinet nus prsen ne loi que
ibrednt se m6ler aua rope dj-P,6si- me p qu'dl tait chez R4gnard, : l combattais avec dre arguments qae e per-
dent. Montal sx.b 3t D amortior 6tait do e'v, a:r 14 :oit d la ma,-on dev, *, D. FILS Alxik. siste A croire sdrieux e: qce le minfxtre
aembre ; et I so tait A aid-r A 'ma lq.aelA j. .n trouvai en sortant de I d 1-- intrTiniaire des ioances mn'iterroapit
Satsition. Plas z.16 q.A, leo autrus, co.r, c's -i-dir.* din nui drectiou" dns une narration que je fail.is de I'af-
-ta m6me ch z C. Miot prendre une op.'os-t A ia taisou de R gnAc :, que LE fair d Aboilarn n j'eus A dire que le
begoae, afin .t, i,)i tr, aven I aide-zJe- jai tr6. '" LE S NAT G6n-Eal Nrd don't o03 avir tant ad-
8S6p do service, moau toons Is vieux le i .tnfi r.-prto t.i mi6 po'd ngi av le.a pinlre et q'E
o0ta du q,,a-'ter et dns ia rours pa, M)lo taltAbrt e ? covtin,a4u dP sia M1nos potdeaodre les itretsde iEsta
lsineas. Co ,it.i sant bien le qaarhr-r. complete inno:-nce, ji lai do.niai le Slam du 91 juille 19100. n'avait qae des poavodis trEs res reins, car
idLt-ll, il se to satitua le dietevear dts cons,-tt de si readoe ,n p rsone at- Aucu a pr-ce-vetbl, n'e an' pret on J0 i d.i pas dlsca .erle principe dt
Ibhebrche, ft est lui qut iudqu.uit sv6s d% Boiso .I e d, tout lui rcon- p .uille l correspondence qui, entree autres f dmnq ae Goavernuement et
Iinaes par out ii faltait pa.ser pour tr comms il vnait de oi fatirA pv.c r ces, reofeime na. message de a Chaim- M. istre de France.
bdl'oerdans i s c acs. moi. It a:cepta de suite di d6rerer A b accomp gnant 1, lot accordant 1.50oo0 e fus donrc ine- ron upar le Min..r
,Quand le co p .avait et0 tir6, 4tai- man conses, mais i1 t6moigna le disir d lmrs au docteur Leoai Audain et ue dedla Guerre in ramrpae des Finances re
40;;t ia poxto Jo S. Colcas, c'oat-A- q'it avait 4,1 me voir I'accornpaguer. L tre d Minis re de Irietr transmet- aes inaces e
04 & l' tBmunefo-; a lieux pan de la matson ptioa Ala dImar.:h qa'il devait faire, AAbry et L.afntant, signalant un gand qbet en endr ses paroles, ce, i tel pose
l Riuard, *t ja m'6tdia coeoat4 Jd" n lot f.i-'at erantnlre qu'il d vait nombre di'mperfections dans l'instilarion oquej e priei deux fos de Is rpter
fe dem r n eig emninIs r ,,e *, .I voir I. President seoul. de l' clairag lectrique qui re rpond pas pu me ire de Ii donnera r
drplique. II ne rdpodit pas, woos vous ea
tout cet emoi ,-t do uiv.e 1 at- Toutefuos, ia bruit s'etat rr6panin en do tout aux conditions do contract e qui sovenez ; e coni sans rpndr
m element doe i'il. vile que le Pr*ilent avait failli &:rt constitie un reel danger poor Ia poula- A cc passage qne je n'avais pas ntendp.
fiVSaamin ne to retroavnut d6cide- asdssin. et dans le courant de la tion de Port-au Prince. Eh bien ers e h e,
t P& Bisrond *re resout a paerti, jurneie, in'aat arouv6 ch-z A. Lo- Le scna ear Bauss2n : MM nous avons
"4t1i-.Becera .ir ;e percvu de-C'" chard. IA convorsatioa roula sur I'af- dcit l'autre iour an Ministre d. I lntirieur mon colle ue Ltrecb rs quad nous rea-
-Iont:mArnes le secrdaire-ridacteur De,,estre
ii4 d le Chef pasa,. a:om-pagu 14 taire, d, .l voille, et Lo.hard m, ra- an suije de I'dclairage alecriqu:. Ii a pris uIacon le secsrairc-ridacteur Depstre
iiaM ; et 1-anm i\ tfoue, ji'a %e _- co#ta toum les '.4 ails, bien grossi, du temps rour repondre au messages du 11qu avait iidgE a stance. Je I'abordais
disaiacteient quelau'ua, Cmtllo qa'rl teaatt persoanellemeat de Camille Senat qui lai dcn rndai: queile; measures it et liti demandai s'il avait prs ses notes.
ie*Clois, dire Nau. a prises pour preserver ia secarite pub:i- Out me dit-it. Peredat le tunalhe
qu if ly 7 eo, oa j'sa dchang6 des parolee
Sla ball a p,-s6 li pTes de moi, Etant trs li6 rve: Archabali, j I: que. .* pav: le M nis re es avez vous bles enp.ee
Kts qne je mtil come frapp6 de fi, it conftdaUce de ce quai avait e Eh bien, a mon avi il n'a pas repon- ves ? Non. Comment slez-von s fai-
LS ,t osieiter r6eleemend et le mis au coura- t de d'uce faon coavenab'e, il se coaten- ? ui demandat-je.- II me repoodit:'
eota rendda sur le the e la d6ma cha qie, sor moo conseis, te, lui qui adruinistre, de nous envoyer qu'ti s'etait adresse a Ministre de la
..at, j'y .rencontrai MDeaLoem- allait fair le to b6Js encore incoriu de deux rapports dont oa vous a lI les con- Guerre qui avait promise de lui donner.
S OttlM r dont le groa rmire me ila pr6teadae tentative d'assssinat. c'usions. des nots.
IJ mahorda en me disaut, Ea 'fi.t, dams la aoir6e, Monta'e'n- Ce n'est pas le Senat qui admiaistre C'est ties bieno,laio dis-je, mais avant de
r d e orie : bert as fit condaire A Bamirood par c'cs lubtie Sacretaire d-Eat, cest A lai qua' publier ve maiqucz pus de me fire voir
*ut_'SS s-avet, on vient do tirer M ta lame Vve /iumoatige, et ei prd.- il revient de prenire des mesurees visa-A- s c'est bicn ;a. Ne cra'gaez rico, fi'-il,
1^tieot, aas I'assausia est o1ce dei coite dane, fit sea aveox sa vis de li compagaie, i ne peat pas me mais jc sis depoits un an'chige de tite
*M .* Preesdcut. coontener Jo noas transmeure cos rapports. les comptes-rendos pour le Noevcl iste "
'gJlignai ena ai faisant le repro- Jle troave que-dams ces circonstances nous je vais leur donner one petite note et p0
1...*-m-o des chosen ls pl< () L'auteur de ee ~cit, aide-de-canp du devoas rpondre as Mtnistre de I'Istrieur vcus communiqcerai le proces-vebat of-
"B "at o .snd g ,- reL o-. qc ,ue 6 ant muii de ces d.az rapport il ficiel spies
elMiaha J['611tals A p&aini ,e et aaricalaire d gea 'll rauoAte. 'doit.t meem au- pas la compagnie et fire Qael Do fat pas mon etonaement quand







p rt le" Nouvelliste" d'bier o je las ce-
d :
Mr Baussan.- L. G6adral Marius veut
pioneer laes debats ; qu'il sache quoa
commae li j'ai 6 6 soldat des tirailleurs.
Mr Marius. Si voas fites parties des
tixillourr, votre attitude actaelle prove
qua vous aver pa care de ceuxqi ltite-
reot sur lear chef, le Pr4sident Geffrard I
Toumulte.
Voili Messieurs se qui a it& publiE
dans le Nouvelliste d'hier et sepen-
damnt e vous afirme n'avoir point entendu
ccVe repose du Monis re de la Guerre
Cr, quclque soit mon came apparent,
]*urais trpondu commae l le falait et on
m'a pas le droit avant la publication offi-
cialle du proces-verbd, surtou q ani o0
est secr6taire-rddac our as Sinai de pu-
blier des choses don't on n'est pas sOr e
qui portent atteinte A la dignity d un mem-
bre de ce Corps.
Je ne dis riea parcel que le Ministre est
absent d isi, d'abord, et ensuite parceque
je ne suts pas asr qu'l l'ait dit, je declare
seulement me l'avoir p-s entendu, mais
s'ii a en ftier prononce ces paroles, pour
ma propre justification je l'inviterai i ve-
nair ici entendre mt reposse.
M. B aesan dit que dans la nuit du 23
Fevrrer 1867 etant chez lui malade as lieu
detre dins la court da Palais oiu lappelait
son service, il eotendit des ditonatnons
et a!la riveiller son voisin le General Rou-
main, am intime de President G firard,
qui I'aGcompagna le indemain anu palais.
I racorte ses relations ulthrienres avec la
famille Gcff ard et avec le PiEsident Silo-
moa qui sot se condui'e as housame c vi-
lih% lers d proats avec lea heritiers Gid-
frard defendus par lui B,-s.an. t
Le Pr4sident.-Etant I'orgneo du Sonat
je crois devoir dire A ro-re col'tgae Baus-
san que je ne crois pas que le M nistre ait
prononce ses paro es, car je a.- les :1 pas
entendues non pa.; ndanmains si dans la
chaleur de la discussion elles lui auraient
maihoureusement '.chapp4, elles :ne san-
raisnt porter aeeointe "A la respectabi-
lite et a 1IhonorabilitA du Sinateur Bius-
san que nous savous incapable d'aucune
trahison; au cas mam-, ce don't je don e,
o0 is Ministre aurait dit cela, mon cher
Cololgue, ces paroles ne sauraient vous
atteindre.
Le Senateur Baus .a remercie le P.i-
sident e' let rappel e que Mr Dep-s"e a
dr' tenir cette note du ministry m ,nz.
Plus rien la seance est levee.




RENSEIGNEMENTS
MErEOROLOGOQU1S
Observatoire
DU
SaMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
JEUDI 21 JUMLLkT 1910


Barometre A midi
i. .


763 *im/


Temperature I mimum 23 I
maaxiamum 34 5
Moyenne diarne de la tempErauare 28,3
Ciel uon rea ouageax surtout a mItinee.
Hilo solaire A 8 h. de 220 et do 46-. Bri-
so de mer tEgalh6re. Orage Ipassant par le
Nard a h h. do soir.
B.romitre counstat. ARBR

Note reotifloative
Dams le compte-rendu de las stance do
mardi 19 Juillet du Senat, le Nouvel-
liste a reprodait la phrase soivante que
le General Marius aurait adresseo au Sint-
tour Baussan ;
St voas fites parties des Tirailleurs,
" votre attitude sctuelle prove que vous
" aves pua tre do cex qua ti &rent sur
" leour Chef, le Prsideant ffrard. "
Le Senateur Baessan a'aurait pas pa
lais'er dire one telle parole, sans y repon-
dre ',l avait eoatedu.
En attendant quo l procs-verbal de
Sdnat wviene etablir le debas, il demeus
re en- ad quoe cett pe phe t Doe-avef
oue et iesso A la charge du reporter do
6" Nouvetlite. *
Le Sardtre-IrmDateu.r,
RD. DisuM .


Tribunal do
Audincw du
tO Juillet


Casation
Mercredi
1910.


Soun la pr6sidence di l'honorable
Vice-Prdsid nt Bonhomme, le Tribuanal
p ean si6ge et extend :
- La continuation d l'affa're d'Odonnil
Duchoine contra une ordonsence de
la Chambre du C anm il do Trib anal
civil do Cap-Haitien, renvoyant au
Tibunal correctioonel da li-u, pour y
4tre juj6 Delvarice Ntil et consorts.
Le rap, rt ayant 6td dejt faith et la
SlI'*ne dos prec6dentes saudence, lo
MianstAre public, Decatrel, con lot par
derit, au rrjet d3 I'oppositsoa ;
- L'aftaire relative A la Proc6lure in-
truite o t tre is jag i doe paix de Mari-
got. -
Le J ,ge Janvier lit ao rapport et Is
Minist6re public, Dominique, conclut A
ce que lo Tribunal declare n'avoir lii a
A sauvre mur la d6noncia'ion de Me Ba-
gnon Pierre Loais, coaceraaat sea cli-
wats prEtendas depo6s asibitraire-
meat, pir le jugs de paix de Mar gyj, les
sieur Adisthom6ne Barth61emy ;
- Et ce le do Lucceaat St-Louis con re
ai jagement du Tribaual crimanel do
I'Ause-A-Veao.
L- Juge Bnbhomma done le,'ture
do son rapport et le Ministb*a public,
D minique, conclut A la c.:sation dii
jugement do Tribaual civil de I'Anse-
a-Veau en date aau 19 Avrtil 1910, ren-
du Centre Luccdaut St-Lojiq.
Le rO!e des affaires a.fi:h6es etant
epuise, le Tribunal pasae ensauit- en
Cbambre du Conieil out soat eutendues
les affairs suivantes :
1o Ge'le rela'tvd a la p'aint d, Cel-
hommo Jean contre le jage do paix do
la Petite-Rivibre de o'A ttboaite Le
Jngo Baron lit son rapport et le Miais-
terc public, Dominiqie, cuaclai q il ay
a paa lieu a une formation : I'atffire
ne pouvant doinar lieu qu'.k umb action
civil, puisqu'il n'y a ni crime, ni dilit,
ni contravention. -
2 CGllo relative a la lettre di jt-
go de paIx do la Comm ahe des GO-
tamux, d6nor; at son suppleaot Lenoia
Mondise.
Le Joge Baron f.it son rapport, et
le Minitatre public, Dawinique, conc.ut
a un- i, formation.
3' C iii relat.v a o a ate con-
tre lI j gi d, psix di a; Pa it,-Rivireo
de I'Artbonite, V.cor G al tin. -
L Juge J '.i*ir fit ouu rtppo 1, et 14*
Minib Are aub ic, Do uai-nqu co uciut A
une t, formatisi puFAr en 6veduet de
ddp6o ; et le s.Agi at, leva
Audience du Jeudi
"21 Juillet 1910
Va on c's d'.-mp6 h-u -, t e la mase-
ladie d'un M gi-tra', I1 T ib anai n'a
yant pu obte uir la m jo -it, u's pas pris
II en a tS dress 4 proc6 *ve bAl en
Culsdqu( nce.
Distribution de Prix
Ce matin a eu lien la di-tributi;on" p-
1in-lle deFt ri au Penuionnot N. D.
11u Scr&-Cce ',dirig# par lo Filles do
la Sagesse.
Assitrance acssi ombreoue qas chol-
Rae qai adm ra la parfal'e exocut-on
de4 ditfirrnts t.um60o4 du Prog-amme.
Oat dta pricipalement god de: Le pe-
tite comAdie I'bh6-itage 1t le Fancy *,
oostume dr 1, on gental ballet ci 264
fillettes, au rythme entralnaut d'aue
chanson ez6cut6reont graciessemest
mil's evo'ations difficiles et compli-
qudos.


Cot aprb3-midi aura lieu sa
Louverture la distiibation doe
616Aes de cet etablissement.


CoJiag -
pria aux


Oh I OSS chapeaux I
Ci petite fe'ea & l'oecasion des disa
tribetions de prix aout charm iaees,
mals...il y a eee masdits chapeaux f6-
minins.
Do grAi, Mesdames, dpirgues-noas,
on veous admire asses saa' se moass-
meots de doetelle', Ialsees-lee dehors,
pour I'amour de 'art.
Un g oWee d'umaos.I


Remeroiementa
Monsieur St-Martin Boisrond Canal,
ss onfants at tos le asutre parents,
remerotent bian sinc6rment la famille
Pr6aidestiolle, le nombroux amis du
contours empress6 qa'ils lear ont don-
nd dans lour cruelle et douloureuse
4 weave.
lIt ardent ua souvenir tout special
sox smis do partout qui leour oant tmoi-
gn6 lours tympathiea.
Inspection Soolaire
Voici lea nomq desO 6'ves qui ont
subi It patti4 crit" pour I'obt.n ion
du dil6ma do fin 4d'tudes second rte :
LYCits NATIONAL S4vign6 Milord,
Lamartinier" M riu, lie tor Panutro,
Lamartius Mombdleur, Ch ibtian Ni-
Sola.
PrriT SiMINAIRE. Rulj> IAoo, Ni-
re to S Louts.
Cinema-Rousseau
J'*i 1'hoDneur d'annoncer i mes noma-
breux pectateurs que la troistinme re-
pr4aaerittion aura lian diuamnthi soir,
toujourA A l'H6tel Bellvu L s deux
vuea s-nsatioune Is da programme
prtcddtr-t Feroot sjoit6es & celui do
dimanthe.
No pas oublier quo je no donne plus
que deux reprdientations et que les
meillourea vue- on,' 6L r6,ervdes pour
ces daux d rn-6 es.
ALBERT ROU;SEAU.


TRIBUNAL CRIMINAL

Affaire-Berrouet
TROISILME J ;URNKX
Audition de t6mnons
Le tribunal ouvre l'audience par I'audi-
tion du tmnoin C-therine Jeanois. sceur de
M6tiiier. E'le ne sait rieo des circonstances
de la mort de M6risier et ce n'est qqe par la
clameur publique qu elle la apprise
On fait venir ensuite la femme de Trois-
Rigoles. Ea janvier 19o8, dit-elle, parce
qu ll dtait bruit que MWrisier tait venoa
Jacael pour en siulever la population, et
tandis que I'on courait apris le fameux Gi-
neral, on se prisenta chez elle poor arr6 er
son maria, Joseph Sioon, dtt Trois R goles-
Celui-ci etait aux champs : d&s qu'il via lea
hom-ues d'armes, il se hi a de prendre la
fute. 11 ne devai renter chez lui que
iatre mo:s apr ,. Mdis en a teodant, eile
It arre ee, ainsi que son vieux p6re Ag# de
97 ans avec lequcl e le fat cooduite oI iH6-
tel de I'artondissemeit. LA, on voulut q -
elie dit oiu ,e trouv.it son mrii, eiie s'y
refuse. Le cere ne povanti i diquer la re-
traie de Trois-Rigo les fat biua, m caque
lcve, macaque jete Ii ( c'cst toojours le t0-
moin qui parle ). El e rest qairze jours
en prison. M tis son maria etait revenue so
toit conjug I : le trouvant en partie c )su--
oad, il v ulut le reconstri-e. II tiii un
joqr an tr.VAIil, qand des soldats survinrent
et 1'arre rent. Trois-Rigoles fat conduitau
general Berrouet. Le '6moin a appris de sa
lie qui avait suivi Trois-R goles, que ce-
lai-ci fut su ceps et tourment6 an point que
Mme Be, roner dut intervenor pour derman-
der sa g'Ace et lui porter un ver:e de tham.
Le temoin finit en demandiat sax juars Is
condemnation de Berronoet.
C'est ensaite Desiles Misere qui v ent
d'poser. II ne salt pas I'affaire du general
Merisier. II sait que sa mason ayant etE
divorce par on incendie allume sur l'ordre
da general Berronet, il alla lui demander la
permission d'aller a la recherche de sa fa-
mille : Allez lai dit le general, mais ne
revenez pas, et dites aux geis de la plain
que si je leur rends visite, j'arracherai la
vie meme sax enfants a la mamelle".
L'accase Barolet ayant ob ena la parole,
met le jury soau courant de la moral i 6 d
temoain C esat ua volear qu'il fit me:tre un
jour en prison et voulaiin muea fair ja-

Le minisireo public ob ient qu'oa done
lecture des depositions de trjis temoins qui
a'oat pas compa u
Puas on Icve le siege pour uoe heure.
D6bats g6a6ra ax
A $ heares, le doyen proclame l'ouver-
,uIe des debates gooarau. Me B. Camill
P6F1ix Lamy, t Rommond, le sabetite Ro-


second ddveloppent l'ccastioa. L04,
premiers, dan no language clit et
retrace lea fits de la cause Us s a
noct am ton ordinaire. Nous ae o
puierons pa sur leur plaidorie qWo
nait deji ss Ion se souvient de I'a
Mais arn6ons-oous ao discourse "
et debordant de patrioisme do di'
substitute Rosemond II ne voit pls Ic
cose Berroaet. ce qu'il voit, c'est li 'I
do pays qui doit marcher d'une march
cendan'e et progressive ( o'est-ce pu ces
vers les regions sereines de la ci7i:iatio-
qu il voit, c'est le drapeau haitieo, leag
drapeau b'eu-rruge fo'ge I Arcahahi .
que des soldats iudigrAes nO cesset deat
nir. S'l se souvient des S:helchcer,
G-ego:re, des Michelet qui ont fait i
vceux pour le progress d'Haiii, il se e.
vent aussi de Napoleon, qoi disait qu'irl
ne viwait pas plus d'ua si6cle et dix ..
et c'est ainsi pendant une hcure : Me Ru.
mond continue i se souvenir.
II laisse en paix Napoleon at en arrive
Berrouet ce novel Attila qai peat dim,
dans sa fiertd sauvge, que I'herbe ne ca.
tra p.mais ou il a passe '. Berrouet dit qa
c'est hours de la propriety Hugo Jeas
que Mdrisier a et: I ue, qu'il a 6t seal j
abattre Merisier. Berrouet en a meoi.
I1 vent privenir les dEf-nses possiblesi
l'accusa. It se retranchera derriere I'obli
sauce passive due par I-s militaires:c
obCissance ne couvre Iea militaires qae pow
les acIes idgaux et do resort de lear w
hidrarchique. Mtis en tons cai, Benro
peut-il dire que e El64gramme doa adWE
Nord I'autorisait A coucer la tete de ld6.
sier, A promener dans Jacomel cette toeu.
norable, i mettre le feu aux habitation?
Le substitut sait enco-e qu'on va pl
la lkgitime defense. II la combat de to
la force de son Ate. Enfia vient Ia pe
raison. Hlas I .
La Defense
M* Lespinasse commence la defeasede I'
cusa Berrouet. II retrace d'abord lavio
Merisier. II a beaucoup de respect pomt
mort, mais il ne peut l'empecher de am
nature qu'il s'cst attire lui-mem1e l sea
I'on connait.
0. est en jinvier 19o8, la prise d'am
de I'Artibani-e bit son plein, M&risiw a
A Port-au-P;ince, charge par le gEal
Nord doot il reroit one pension A i
special, door il a fait caracoler les chenm.
L- general Nord I ape;le et lai offred'd-
ler combattre I insurrection firminioise. MI
risier murissaii depuis long:emps le dewi
de surpreoJre B:rrouet et de 'ui arraciu
commaodement de Jacmel. Que repoid
SIla proposition do genEral N.)r ? It i
combattre, mais il f ut qu or lui donaIsi
deux regiments de Jicmncl. qu'i cojas
pour lesavoir long empscommaonde Qab d
'I lage Jacmel depouille de ses difeasce,
Bcrrouet livre i loi-mmem, le voill q
part pour Jacmel. Oa dit que
Jeannis, n'allait pas prendre les arme:, qs
voalait simpletent s'abriter dan% a -
salat de Jac sel. Qui le croiri? M
venait solvent an Palais de la P idiW
ne poovait-il pas se rendre ao
franrais, par example, don't ii a'e ait
qulques pas? Compread-an que,
s implement se meitre A I'ibi soas as
villoa etrarger, it sit consea i t s ei
aux plus grands dangers poor alert
gier dans an consalat de Jacmel? M i
dit qua Merisier 6 ai' sans ar'-s, to
part poor Jacmel. I cmel n'es pasi8
pas d'ici, et Merisier aurai entrprwiU
long et si pCrilleux trajet sins empoar
moins sa manchet'e ?
L'avocat parole ensuite de 1a aon dib
risier. C'est dans un combat, oi lt
ral Berronet a payE de sa persoaa
M1risier a 6 tue La 'te de MCrisirs
pore au boreiu de l'arroodisseeCot
mil non point en vue d'aune vaio
mais pour convainc'e la popolasaS
mort ds gEneral.
C'est parce que cela n'a pas ptasM
l'Artibonie qu'il y a des gens q*I
qce 'ea-Jumea n est p1s mort _a
tous moment reparsitre pour lever
dard de sla rEvolte Peot-on
Berrout la mort de M&risier, I -
de quelque.-uns de ses corn
arresa tous illgales qo'il a p.
nn ,elegramme da genEral Nord n/
SMerisier eat sux environs deJo
nez-voas sar vos gardens. IIf1 (35
i neant." Redaire A nEant, voill a
o t6elegramme en question.


_ _







0', -tad-on par rduiref quelqu'uan Un incident
m de mes res lepoor qu'ai e dipararo- L Doyen vent lire au jury lea q os-
de ndsse d saPo cndre qu Lordre ton- o r lesqu-Les. il doit v6pon-tre
n ad Nord dans son laconisme en endait Me L sp'nas- .ntervmnt : II et devaa
i.e fits accomplis par le general. L a- p s 1 ou consult I 1a jur6s sur I'affaire
P i ne en distant que I*sccus n im- II, c t6lgraphtste, qul, surprise A
gm1 I pi doa jury, mais s'adresse l touper le fiP t td-graphiques, fut ex6-
ip dIs p i- at6 par B rrou. t. Cette aflaire est Ie
EI. liques premier episod, do cell de MArisier,
Apr&sluiparle Me Arrault. lI a encore 0 Ina lo EPt connexe ; d'autre part, il
t Ia auimoite 'out le tableau de ce sn a dtd parl* au course des debate gd-
ue ade la mort de M6risier It voit n no irui, t1ioo a t6 s me lobjet dt.ne
die t do panes femmes fouyant de-M Roemoa brandit son coe P
Me les flmomes, des habitations consid6- oLemoad brsndit son code Po -
gableW qui s'ablment eo no clan d'e:I, pus nat L pilo n'est pas de l'sviu do Me
as mart deo Pent Jeannis doot le cadavre L ,apinaslo.
frensemesoha I V ofle Mori- eM Hiadi ourt it almrm uns pase do
aer s arson coco macaque, utter d.es- sen11 do Me Leqpinasiq, I'art. du c. p#-
,kmot centre B:rrouet qui lui soert des ial cite par R'semond. Le Dayen d6-
da manchettes, puis to -b r. II a IA cide quA !4 J ry no sers pa conoultt6
smch6e, tes cet e tu e eat triomphale- sur ,1ll Pa, qui sera lobjet
aSeSpromeaoe par las rues de Jacmel. II t 1lpr1*t praculi.r.
o dmsaode quels mont les antecedents de A-qaitt6s
rheue qui a accompli toutes ces atroc-
2?Enfut, Berroe& s'amusait A larder de Lq jury, are, one here et deaie
es de canif.ses camarades ; sous les a -. -u lus *te dvAlsb6atioo, rend ao ver-
sa encore ue sample officier,il se montra didt d'acquittement en fav.,or de Br-
tses. soldats de la deroni6e craut6, au roust et do Jul m Barolet. Cilul-ci *est
qae le gdn6ral Barjoo dot an jour rerioyi imwddiatemen', Is .substitot
enir et lai fire one ve te lej;oa ; gi- Rost m, nd ie teLt B rronet pour aft-
irdl! on salt ce qu'il a faith. fire Pali
Pis lavoc a racon e A son onu la me a
I,'j duisier ti fat Surprts sug ia propia6ti
gro Genser q'il troy.it consul ale-- Tribune du Matin "
oead, c'est li qo il fut surprise. Mirisier
a'ait pas part de Porn-a-Pance avec N'io-
eatuon de soulever les planes de Jamel. II A l'H6tel Bellevue
Styvait plus i computer sur les razoiri, et it
le savait bien. Ea veut-on une preuvc ?
Cst que Mdrisier dans les environs de Jac. Hier soir. le g6nie de Mr Albert Rous-
m1 ne songeait qu'A se cacher : ne pouvant sesu s'est encoie r6vld6 dans l'organsation
A- I L-'- : --- I: A 14t.A.'


s*anrer i as'e ch I'on 6eait convaicu de
-s presence, il s'eafonce de plus en plus
" les bois.


L'avocat se doate de ce quo veulent
bake soe adversaires. Its coutinueront
& as retraocher d-inerre I'ordre du chef
bUrarchiqae. Mais cet ordre, qui, A la
wgeeaur, pout couvrir la mort do M6ri.
r, peut-il justifier Ie fait do porter,
d triomphe dana Jacmel, la tte do Me-
=s, I'incendie allum6 poor d61loger
Mkier, lea arres'ations arbitiaires
Ms sar deos pr rsonnes support 6de do
e ivance avec M6risier ?
La defense, dit M* Arrault, plaildra
le eirconstances att6nusateo. It n'y on
a pe. Tout coLcourt aso contraire A
roaver Ia situation de Barrouet.
M* Airsalt flnit en demandant la
pal de mort con-se Berrouet.
R4pliqoes
Cost Ie tour de Me Pierre Hudicourt.
II a ontenda dire a la detens- que M'-
risair a etE tue s,.is motif ie16i ime .
11 r6poad d'abord A cola. Mariaser part
do Port-au-P ine a uA n momil,.t d.,
trouble ; une rvolaution vient d'& re a'-
ltade dana I'Artibonite pAr lea part -
Bana da ge6n6r. Ant6nor Firm"s. On
oenaait lea sympathit a do M6risier
our Ia cause do general Firmin, et
Fon so rappelle sea ant6cedents. CA-
homme vient aux onvi ont de Jacmel,
asOie d'armer to4 anciets razoirs : on
le toe. Sa mort iepose sur des motifs
O HRudicouat no v at pan plaider lee
eireoaatancen att6nuante, tcojane me
rest hgur Me Arrault.1 vet quoe son
client sort* saan t aant doe 'accuas.
11 repreud an argument prisent6 par
L*spinassae: I'irrespontabilit6 du
toS0tiont.aire qui obditAo un ordre de
*1l shef. L'ordre du gAneral Nord di-
alth: It feat aneantir Merisir : il coo-
We par conadquent to.a lea actes qoi
at tend & I'andantiepsment de Mori-
iar : l'incendie, I'arrestation arbitraire
ft I fusillade des aco ytes do M6risier.
L'avocat demand a& I ja.tici do jo-
17 tasquiter Berrouet.
M* Rosemond no macque pas l'oces-
eis do fair. un dernier coup de sabre.
M* Lespineseo vie it de lai p,6ter
Or to devoir du militaire on presence
aM ordre, de ron chef nne th6orie
a'1eAt pas celle de I'obbissance pas-
11 a toena fair cette oberva-
*M poW djoaser Is malveillance d-
U18ltOam qnaapul pliquet A d~naturer


H6pital V6terinaire
15. RuS DU PORT.
M' V. H. DELFOSSE,
D C. V. Doctor chiurgien. v4 ri-
naire,
Offre aux proprieta res de ch. vaux
at autres animaux domestiques les
sa cialitfs mAdicales suivantes, i son
dispensaire, Roe du Port (on Pavye)
No 15 :
Pilules c n re les vers intestinaux,
Poudre pour cicatriser lea blessa-
res on places anciennes,
Poudre tonique(conditions Powder),
Liudim'nt centre les rhumatismes et
les engorgements des genoux et p. -
turons,
Potion centre Its toux rebelles oc-
cassonnaes par la poussibre en cele
saisou.



Avis
Monsieur C16ment Nau,artiUte pein-
tre-ddc-ra eour aunonce A s c ien'Ile
qu'il soe ien' 6 sa disposition pour
tous leq travaux -,- rattachant A Pon
art, 2.3, Rue du Centre, entire le Bu-
reau de I'Arrondisqiment et I* Poste
de la Place d,' Ste Anne.
21 Juillet 1910.



tL'PARGNE
cst dans la
construction en mur.


de sla tbee soiree qua cut ten a a I-noei- Monsieur Louis Elie fait savoir aux
Bellevue. Architects et au public 'n g'nAral
Aoutant sox surprises dEij giAtEes qu'il tient A leurs dispositionu, et A
d'autres surprises encore plus agresbles, des prix modAi-s des roches graniti-
I'artiste s'est vraimeat surpass pour plaire ques e. volcaniques poor edifices et
an public masons. Ro hes silico-calcaire,chaux
Ce qui constitua le charms de ses project. et sable.
tions I: ce furent les scenes vraies de la vie Pour lea conditions a'adresser chez
coorante qa'il sat mettre en lamiere avec lui & Turgeau, en face la chapille
an rare boohenr ; les grades phases fe- St-Louis, on a Mannville Etang par
rent souligiees d'une manoire aussi artis- lettre remise lia P. C. S.
tique que delicate et les tableaux qu'il
montra se mirquerent su cachet d'ua re-
alisme saisissat.t.
Au;si l'esthbtique le plus raific s'y e ait
done rend z-vous ; le ponge, le cork du
Japon et la moasseline de soie ettlaient
leurs e nt s fii-s et va ries sou; les mul-
tiples feux des tul; es Electriques
De fi-es essenc-s aix senteurs odorictes -
embiumriert I i e nortlient an c,-veao
leur capi-cus et iroub'Ante sutilitd ; I'on
so trouvait cnmme ploog6 dans un b in
d'amou et de pirfam.
L-s h b s noirs tranchtient, sEr;eux et
grave % sur toe cet epanouissemet t de luxe
fdminia, impasant par lear noble tei a: A
cette l1gion de jeanes females mises avec
recherche, la aIl- soupl-, emprisont ie ot 1%0
bien prise, se ca-nb ant sons la tecs;on d9 310'O
corset aux six jarre- eles. I *0''
An centre do cercle lumineux postis .t I
bien en vue : one demie doouaine de spo,-
sons frits (r) au col et A la c'avate im-
peccables, le smoking aa reverts do faille .v
de soie noire b ea laisant, la boatooniere
fleur:e perorawent avec des ges'es vouols,
promenant sur les noques at les chignons
des regards oub'iant qa'ils en coat seal:-
ment A lear noticiat das a IPart do fiirt.
Les veodrables, s-tant d'esx-mnmes con-
fines a l'arriare-plan p-ur mieax m dicer,
etaient gravement as-ii, les yeux m -:los
se transmeitant leurs penses et les o- is
sant en on etroi conjungo; A certain mo-
mens, alec no parfait ensemble, on lea
voyair lever leu s mains pour ; plaudir
quelq"e passage saillant. ftfio:
Que de viva's 'ors de l'eah bi ion de la IN
puce ual place I C:-., scene, riellemen,
hilarante et presque suggestive d'uo bjut i -
1 autre, en houstasmi toute Ia society et l o
communiquaa n ti-e ineesinguible.
Pendant les cntt' actes, la foule s'E ar-
pilla dans les sa'ons de I'H6tel, et It.
qoeiques jeones a-iites an doigie fon-
guesx eaecatlrent b illamennt sur le pia- L
no de nombreax two-s-eeps jasqu'A I'iue
de la soiree. Vente en gros et au d6ti
-.. CImmaR1 Aa Daguesseau MONT]


L'gmul sion Scott
A sauv6 cettejeunefllue
dune mort certalno











CYNIRA MAIRT]INS

"Ma fille Cynir~a f t.it ttcinte ~1 Vige
de dctsx ans ct desi i c'unc ptdmonicz
sive'rc cui jut suivic cJ diphte'rie. dc
fikvre scarlatine et dv'attrts Affections
particuli~res A son 4ge qui la rlcgu-
rcnt au lit perdant plus dc six mois.
DAxs ccs circon:;taflzcs C Con1SUltAi
l'iminent docteur Angelo Sinl& ,qtsi
lui prescrivit I'EMULSION SCOTT.
"A pciinc ctt-cilCprtis 1.1prt iIt~rc
boui~cilk qukcl~c cnmrizimL 1.1 1%c trotsver
mijeux ; J icm i ii 'ritintu~r L *raii'lflqflt
Ai Emul1;ion rpt'dant qtsLI lqtictcip'
jtl-q U,,1cc q u',Li t: ftit cowfl: i':tcm. f)I ret t-
tablIC. Ct t C S2~ n i rObu.AC Ct ;:t 1 L
de viguctist qu. a son aLlk .1,Itt14,1 ncul
ans et dcxniI I .111cun 1.1.'v~c~
maladlic n.1I. parity., 1B. MAR-
TINS DE IVOiRAES, C-MunpinA.,
(Sio-Paulo).


Exigcz toujours cctte marque
de fabrique sans laquelle
aucune boutciilc d'Emulsion
n'est bonne ni authentique.


scatT a BOWNE. orcow..rtps.


NEW YORK


ail & la Pharmacie Nouvelle
REUIL --- Cap-Haltien


~L I II


o .


i (i) junes arteursas is w mus


- -- ar -








Pharmacie W Buch


PLACE DE IA PAIX.
Droquerie en roes et en detail
Sp6cialitAs frar.ctises et arn6ricaines.-Articles de toiletta. -
assortie.-Lait et farin, Nestle frais.- Extraits do malt Loef flund
Eaux min6rales naturelles,-ViA.hy.-Vali.-bontrexeville Vittel.
Rubinat. Huojadi Janos.
Nastine


Parfumerie
et Keppler.
-- Carabana


DU PROFESSEUR DEYcKE PASBOHA
Serum antildpreux pour le nouivea:i tra tement do la lbpra MIOe les
eas oxistant depuis des ann6es sont 'r.rits avec succ6s.
Carbolineum Avenarius
Mell'eure preparation pour ddttuire les fourmis blinchqs dites poux -
bois et pour conserver le bois.
Paraforme
Pour la d6sinfection des appartemmnts et des objets d'usage sans les
d6t4riorer.
laboratoire d'Analyses
S'ailisations des objets de pansemen'. Pr6parations :des solutions st6ri
Ias. on Ampoales pour les i--ctions
Pastilles Format'hint
Pour la ddsinfecion de la bouche e' de'la garg. -- P 'ophylaotiquas
Stre les maladies iufectuuses qui entrent ,ar lla boauhe *t par la respi-
2ation avec la poussiere -Tubat catose.-Gripps. -Coqnu'iche.-IA .ra
FABRICAI tION D'EAU GAZEUSE
KOLA CHAMPAGNE GARANTI PUR
A G. 5 la douzaine.
Limonade d3 frambo!se


ESirops


SODA
& iq urs


Grande Fabrique Moderne


Boissons


DE
Gizeuses


Supkrieures


B T a a peine unie ann.~e depui~i quo la plas nutritive. la p~uaa agr6&ble et
la PING fortift-mnta de-, boissoos Gazeuses e-t cI'ree dans la Consomba~en
mor, V-1,om Ge
ROYV&-AIL KIOL&R CHAMP PAGNE
Seo qualitls et sa flop siv- ur ia, ont vit"u01ts o u- 44-14 vog to croiss-infe
qu at @tuS 5flcofl'e r-nt .!n iKI~cI1 tamIps q-w.- a r4c001OneD des aflocs
uuinutiouz donoo6m A4awAfdb icat~on.
D~slreeso d1. .-tisfmra1--- i ~goil s le; pla' dif icitC4 rPon 'ant 1616 do 191,
ta tabriqueae pc~parA aui m. yin d -p~are k~ p rfic i mn'6s des productss
blets pair.
Elle met on vente an M6Me prix et bow cotto m~ftie unaique ROYAL
plosiens a46 icieu-e' It i -;,,.4 a-g..z-:ms-a qviii ooit 1.Providence 1.. per
senses son :iitus-s. d oiric ctI..*tes a 'xqsi~sw raffftichims m-nixa ani goatts
vahi,3s, at p w~ieus 4- mstoul i le,; rdmiaofls A c,6 6 do i Xr aln6 : le
It yd Kola (Chainprigne
POUR VOUS EN GONV.UNG~RE, DL;UiTE UIE BOUITEIL'.E DE CK.S


PItODUITS 1
Cream Soda
MOUSSEUX AUX FRAMBAOISES


LN(UMtJ11 PA RABIES :
Cristal


Linnoriade


MOISSELX AUX FRAISEi


MOUSSKUX AUX CERISES;
L'AoKNxc G*N*RALU eOt toujouTs a& Magasin do la M4tropole 33 rue
Magasin de IE at, vous trouverez auasi ces prodaits aa mndme prix dans
04p6ts saivants :
LPICCRIE MODERNE 155 Graad'rja, em fa e la Maison Robelli.
EPICERIC CADKT LUNDI rue des'Fro orts.
A LA PHARMACIE NOUIVELLE ALEXAtE ROBERTS. rue Roas.
MAISON A FAUBKRT. rue Remax.
A I'EPICKRIE H. CORVINGTON, rue Fdrou.


Rhum


do
les


Barbancourt


7'v* BA@LTBAN C3COU ".' RI'T
SEULE DtPOSITAIRE
Si vous voulez boire du
Bhum Barbancourt,
.t -, wvoaus au No 7 do la RUE DES CM.SARS.
La Maison Barban court
N A .'AS DE SUCCURSALE, NI DE REPRESENTANT EN PROVINMC.


Voulez-vous avoir
Un RHUM alliant a ses qualili de finesse tout le moelleux et toafi
suavit6 desirable. Un Rhum brillnt. Un Ilhum wermeil. Un Rhum pi
LE RHUM NECTAR EST TOTOT INDIQUt4
Allez & la Distillerie de la ro>teo (Grand lRu vi: '-vis la Poste.)
Voulez-vous avoir aussi
Des Vins de Bo.d aux vraimrnt exquis. adressez vous a la meme

LE BAR DE LA POST
GRAND'RUB, VIS-A-VIS LA PosTr.


VIN ROUGE.
VIN BLANC
Cotte maison possbdo leo
ant sur oett- place.


3 gourdes le gal'on.
4 gourdes le gal'on.
plas gros sto0k de viis fins ea bouteill.s gib


C(HAMPAGNE-KOLA-B1itRE -INIATCRE


LIQUEURS -RHUMS & TAFR1


Lo BAR DE LA POSTE offTira un coquet ventail A tout acheteur,
Pour le RRUM NECTAR ii s; a galement ddlivrd aux achbt~
ounboo prime & chaque livraifon
Centre 10 Bons prime nous offrons Grataitement savoir :


Pcur 10 Bons prim'3
St*10 a
10
4 10


4 gallon
1/2 q
1/4
1/2 quart gal'.


I gal'on de 3Rhum
1/
1/4
14;). at .V


NwA


-. On t~o'uvera

Che.?4Mre P.Kieffer 4

*PORT-' ALUmPRINCE.-
-SEULS 1IEPL1tSENTANTS DE. LA MARQUE
"KUNRI BI33JON Fils & ARNAUD DE BORDEAUX
HORS ICONCOUIRS
Vi ol-ruges, & Vin's blaxr cs de messe
cim ?icos tv.ipi4 et Pasi~eurirafs -a eai'6rint pas Ct's. co33i
III=.'c out aure d*.xns les' Pars (1iauds
&.iqqide nezsi so veudtivea h~ts do .30 gallons et on d
eaVus Rouous. an filt4 d,) 60 a 11ors, e-, dcm -rfdls, q'uar s do SOE
em danme-JI~nese.


An du tail: vis rouges. 4.00 to
Vis b'ancs 500
SPtCI&LITfi D SERVICE POUR LES ENVOIS EN
O no gra,:Utit quo leo demands dirw fes.


gil on
PROVINCE.


Vie nnent darrivet

-Chez Leonee Lar'aque)
4, RUE DES CP.SARS 4.
Rep~r4.ntvnt do la )Jaisoaa Th. J. DUJ3OS el film Frbres.
Vies:* rouge et. blanc, p,r gallc~r,.
aps of'ow.arboutwl1It.
COVIA d.re. ---Malag t Chn-m la-rn V- ''t-outh To-ino.
IA-iu mradt I& Maisou NI1ARIE1EhIJZ.AI.D & ROGER.
Balns 40 aye extra :ea bjutei I- eL -'11 11/4 bou~deild.
DeOrref* anv4' St-Mactel en put.s de3 V-rle;
-Conserv es alimentaices de lor choix


Api gboneritibres Cboucroate.
PAtL de foie gras. Saucissos pur6 de ponmm
Galantines de volailles assorties. Moutarde fine Iear.
Petits pois extra fins. Maquereaux. Sirdines.-
aea. Thou.
Sauce Tomate. Har loots ageolef.. Sat
. ARTICLE REXCObMMAND : D)eiuner da Chameer, I
tique pour excursions.
Vin rouge P. or 28.00 la barrique
La mason prenA des Commandes de VINS A "a C mission.


'r.5


ires pW


Viennent d'arri ver

Chez W. Pressoir
Chabraques en teutre tr s 6paisses; SeOIM
en feutre pour buss. --- arnais.


IIC1~-ly 1 -Y -TC1- ---- -- ~


-r -r-


IN"=