<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00981
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00981

Full Text

Quatrieme Ann6e, rve 998


Port-au-Prince, Haiti


Jeudi, 21 Juillet 1910


ABONNEMENTS


0


UN Mos G. 2.00
Toals Mols... 5 00
UN Mois ., G. 2.20
TCola MoNs 4 6.00
fTols Mos 8.00


j


OUOTIDIEN


LE NUiMERO 15 CENTIMES

I[* manuacrits mndrAs ou noO ne serou
pas rendus
REDACTION-ADMINISTR ATION
45, RUE Roux, 45.

AMIMIsTR&TiUIR
Arthur Isidore


Alors, dit le jugs, c'est an acci-,
dent, an simple acctient ?
L'accas6 tressai.lit. S.s mains se
miront a tr. mbler et it s3 lev.s. C'4'ait
as petit home ai visag-i paisible, un
do'ces petits homes etflcds qui tra-
veroent la vie d'un pas timide, et doat
les moindres gestes sembleat deman-
der pardon. Da grosses larmes voil6rent
0on regard candide, il hocha la tete et
r4pondit :
Non, monsieur, ce nest pas on
accident... C'es bion moi qui ai tu6 ma
femme.
a Voi save san, doute qua j'ai 66
mari6 daux fos. Oa voum ra'orntera
pet-4tre quo ma prom Are femme et
oti faisiona mauvais manage : c'est'
faux.Noua fimes trbs heureux d'abord;
jer gagnaii bien ma vie, elle travailiait
de son c6 6, et jamais il n'y avait on
mot entre nosaa. Pain sans raison, sans
qau rien partit motiver un pareiL chan-
Sment, elle devint sombre, taciturnf.
Sme sauis demand souvent deouis si
la vie qua nous 'meniona et qui me
smblait, A moi, tres doace, no lui pa-
alssait pas bien fAde, A elle. si je
a'aarais pas dO la diltiaire... Mais a
oette dpoqae on trouvait lea chores
t9ajours samples ; on penstit que'.que-
f6ii aax maladies da corps et rare-
Sent a celles de l'esprit ; on no coa-
maissait pas ce grand mot de neuras-
thonie. Lea m6aecins m'affirmaient :
4Ce4 n'est rien. Jo pensais : a Cola
pasera, et je no me tourmemtais pas.
Or an jour, tn revenant de mon ba-
as, ja via un rassemblement devant
porte. Jo regardai commae I au-
It y avait sur Ie pave use grande
ie rouge. Wn home dit, en mon-
eant meO fonftres:
S-J'ai entond un cri, j'ai lev6 la
Mto, an paquet noir a pass d-vant
Voi. Ea tombsot, It a fait un bruit de
"@ix qu'on 6crase, t puis plus rien I
a Un antre ajouta :
-- II paralt qu'on l'a port4o chez
is pharmacien.
*J* me mis a conur, j'eotrai ddna
a boutique : ma pauvre ferned y 6tait
Sandso, morte, broyde.
As milieu de la nuit, quand ja ran-
rai chez moi, jo trouvai notre appar-
itM.nt tout an ordre ; moi convert
tait mis aur la petite table, Ie lit 6tait
fait... S alement la fen6'reA4'ait gran-
do oaverte, at brusquement ji ne via
iPa que ce troa noir par o entrait
vent. J'aurais voela partir, mais il
00 etre rice pour 6chappar A son
blriua, ot jo due roster. Chaque ma-
UChague soir, j'avais deovant moi
0e feaOtre qul mangeait la pi6ce
"SO doe yeux trop grand mangent
P pthete Agre"
SAloafn me sauvais A man bureau,
JO eachais ma t6te sons lea
sf" Per ow plas regarder. Mais leo
W l intoemiaables diman-
S oMa on as pent paa r6der
Sper lee nrm, it me fallait
deos heaera at des h oa-
Iper ts l psro-midi Ie soloil


y cooler sa lumifre. Pan A pea je re-
trouvai one sorts do calmse ; on no vit
pas avee lea morts, n'eot-ce pas ? et
un moment vient ou i'on oublie... J'a-
vais cinquin'e anS, j'dtaisa on vieil
home, et j'aurais d peaut-6tra finir
ma vie sans y rien changer... Mais la
solitude me pesait, j'avais bemoin d'un
foyer, at pour la seconds fois jo me
maria.
Je ne tardai pas A sentir quo j'a-
vais fait fiusse route. Quand il n'y a
pas en d'amour pour bien aimenter
un menage, il no tient guare A l'heure
oa na subsiste plus quoe 'amiti6, et le
ch min fat vite franshi des froisse-
ments man colbres et des colkres aux
scenes. J'esperais quo lea chose s'ar-
rangeraient aveo Is temps... H6las I...
Ma femme avait, malgr6 quo nous fus-
sious presque do mume age, des co-
ares d'enfant ; ell@ poas6dait surtout
'art cruel do trouver lea mots qui font
mal. J'avais flni par si bien Ie sonnal-
tre quo j4 voyais passer sea phrase
machantes an fond do sos youx avant
qu'elle los promoncat. Toar A tour j'os-
,eyai la doucour, la patience, l'antori-
t6 ; je voulus montrer onfn quo j'6tais
le maitre... C'eat alors qu'ua martin,
froidement, elle me jeta :
a Jo compronds poarquoi l'autre
a'est tude I
Je n'osai rion rdpondre. Ma femme
n'ajouta vas an mot et eaut an rire do
meprs. E'le 6tait satisfaite, et elle avait
raison do l'Atre, car d'un mot elle avait
mat6 eu moi toaut esai do revolt., et
je dtvios lache d6flnitivement... Sire
do son effet, pour n ooi, pour un
non, elle dressait maintenant ce speo-
tre devant moi et m'imposait silence.
v Mais on s'habitue a tout, aux
mauvsis traitementi, A la douleur, asox
poisons, et je m'habitaai A celai-lA
comme on s'habitue a d'autres. Cila


CONTEST i)U J E U)I


LA FENE TRE


no faisait point son compto, et son es- Je via ses yeouxeffrayants, ses mains
prit etait trop pendtrant pour no pas quai esaaaient do me grifter. Comma
deviner ce qua se passait dans ie mien. ella 6tait lourde et qua seules sea Apau-
A'ors eile change do tactique. Insen- laj touchaient I'sapui, je ia hiasai d'un
siblement olle devint doace, rdsign6e. coup do genou. Elle IAlait, folle de
Li voyant de jour en jour plus som- terrier et de rage :
bre, js crus dechiftrer sur son front ** Comme I atre I ... Aasax...
Ie nuaga qo jo n'avais pas so troaver --- Oal, outi Comme I'autre !...
sur le front de I'autre, et je sentis Et je poussai I
descendre on moi une torrear qui, Jo via mjape fr6lor la barre de
pour 6tre imprAcise, n'eon tait quoa bois, diminuer, longer et ms rabattre ;
plus forte. JFen arrival me demander je via sea pieda s'agiter... Rion o pon-
si ji a'dtais pas on vdrit6 un 6tre im- vait plus arr'er mon elan. Et puis ce
possible, odieux, an tyran ; j'en arri- spectacle horrible n'6tait pas neuf pour
vai surtout a pier sea momdres ges- moi je l'avais eu si souvent pendant
tea. Ua soir qa'elle regardait fixement mes cauchemars... Mos bras so trou-
dans la rue, I'obsession de la fenetre vorent libres. Jepercus, en mme temps
me revint et je Iui criai malgrd moi : qu'un grani cri, ce bruit don't avait
U Non, non I... N. rests pas IA 1.. parld I'ouvrler... on bruit de noix au'on
v Elle revint vers sa chaise. Toutse crase... Et puis plus rien... Voila t I. "
la nuit, je deomeural veill6, revivant M. L.
avec one nettetd terrible sle drame
vieox do plans do dix anm. Le jour sui- L'Imtltstra~ion du MATIN in-
vant et pondart des semalse, i on f at fo a eas ao.bonn6s qu'ils no doivent
ain i. Sans cease la m6mo vision d'an rieon payer, abonnement ou autres,
jape et do doeax pied" plongeant bras- quo Oontre r*gus imprim6s, ot por-
quement dana Ie troa de la rue dansait o~st 1 stambre c journal.
djvast molt. L', *I- _I-a,- Ar-thxu ISIDORE


Nous disions dans notre derniere
revue, ct nous redptoas encore aujour-
d'hui, quenousnoas atteadons A d'autres
basses, mais nous persons aussi quoa
des reactions, comme cello que noas
constatons, pourront so produire 4e
temps a autre, at totes los fois que
I'on aura escompt6 trop lot ce que oa-
venir doit apporter A son heure.
La hauss, da terms a renda pen ac-
tive la demanded do diaponible. On a
surtout pu ioscrire queJques affairs
Lu calbs de Haiti. Il eat vrai quo lee
prix oblenus alors ont 6td loin de re-
pondre A I'attente des dttenteurs, male
ce n'en eat pas moins an progr6s 6-
norms que 1 on ait pa trouver des a-
cheteura aux prix qui oat 6td pratiquas.
Les transactions en caf6a do Mait
repres(nteut bioa 10 A 12,000 sae,
priucipalement en cafds trids, tells quo
des Petit-GoAve A fr. 67, des Cap A fr.
57, et des Port-au-Prince A fr. 56/58.
Lea caffs machine. 6pi rr6a sont n6-
glig6s, et c'est A peii aii Ion m'lnn.
rose A deas lotan, dan lea fr. 54/57.
Lea cafd naturee talent dans leo
fr. 49/50, poas as qai concern les sor.


I eats


DMnCr3UR
ca~ment-Magloire


1 Un martin, comme j'avAis eua aon1 fnr iA nnmm rialf
ios'ant d, rdvolto, elle me dit : I
Ta veux done quo moi ausi...? U U UUU UlCUi
SJe men j-tai A es genouz et lei DR LA
d-mandai pardon. Pardon de quoi,
grand Dieu I Pardon d-a anndes do Maison Haag Frbres
torture qu'elle m'avait fait vivre, de fa
cruautd en cette seconds plus terrible DU HAVRE
et plus directed ? Le Juin 1910.
Dehors aussi bien qua chts mol,
cette phrase me hantait. On me par- Caf6. II noun faut computer as-
lait, je r6pondais .saq entendre; j'3aai jourd'hbi avec une reaction du marcbd
A lafois pour at hate do rentrtr thtz do terme, reaction due, dun c6t6, A
moi. Dbs qua j'arrivais an coin de ma des maulpu:ations *a la hausses, at
rue, je me meatais a courier. Dans les- d'une autre part, A no retard dans lee
caller, qae je montais deux marches I recettes br6Ailiennes. On s'dtait atten-
Isa foi, je guettais lea bruits de chaque du & une rdcolte bAtive, et on I'avait
palior, puis j ouvrais ma porte d'un IMme un ape escomptde, do sort que
coup :,tout do suite, mes yeuox fouil- Ie sentiment eat devena pinutt ner-
laient la piece, et lorsque j'avais vu vaux lorsque !'on a connu les nou-
ma femme, je me laissain tomber sur vellse annoncant quo lea pluies em-
one chaise, A bout de soufflr. Lt folie p6chent le aBchago doe caffs. Des
ue guettait dans tons les c ias, je la courvertures out a ors 6td pratiqu6ns,
sentais ; je rAvais tout .,eillA. j no et if s'est eosuite product lea manipe-
dormai, plus; an mouble r ma lUns Ia ions dint nous parlons plus haul.
Une pi6ce voisine me faisait lre'sai lir ; Las coe@e do terms sur notre mar-
jeo r6pAtais la m6me phrase d x fois chb se comparent aojourd bui comma
dans mi ttWe avanut d'oser It pioou- suit :
c3r, sacs Atrs Ptir encore quolle u Juillet fr. 46.25, AoIt~/Spt#Rmbro fr.
car, saos atre Ar encore qu'el'e ne 2425. 5, D"-ebro, Ao. /,.p0 Mbrs tr .
reafermerait rien qui fdt de nature A 4- 5.7 D6cembre fr. 45.50 Mur tr.45.
d6ckaltaer aa colbre.
Et on martin, jo ne s.is memo plus' On a tenu des prix plus hauts A an
A quel propose, la ac6ae que je cher- moment donned, maim on n a pas Pu
chais si bien & dviter 6clata. Oub iant so maintenir A lear niveau, faute do
mi soamission, j'osai lai tonir t6te. Si 1616ment propre A 1ler consolidation.
viix m'exasp6rait, asa geste me ren- La cousommation no croit pas A la
daient ivro. Je levai la main ur elle. hausso et par consequent n'ach6bte
Elie recula jusqa'A 1 feo6-re, m te- que e ce qui lo eat strictement ndceo-
nant sons son regard ; mais son regard, saire. Quant A la speculation, nous a-
ne me faisait plus peur. Elle me cria voas dejA dit, A mainte reprise, qa'el.
des injures : jo ricanai ; des menaces: io n'existe quo parmi lea reprusentants
je hau.sai leas paules. D'ane main elle de la aValorisations, et que ses onga-
chercha l'eapagnolettt, je vis son mou- iemeats soot d6j4 trop considdrablee
vement. Elle ouvrit un battant... les pour ne pas emp&eber do nouveau
deux .. Nus 4 ions face a face... Eia'. grands achats de ce c6t6. On post bien
me gricoa dans la figure : mauipuler on peu 1'article, on ache-
Alors ?... M)i aussi ? Come taut dans un march ddpourva d'of-
l'antre ?... free, mais on ne produit i& qu'an ef-
', A'ors... je no comprends pas rom- fet passage, et c'est r pea prbs tout
meat cela sest faith. Avce une force ce quo I'on peaut fair.
dout je as me serais jamais cru c3pa- Nous ne croyons copendant pas quo
ble, is l'empoignai A braI le corpe. J lea m4rch6a voot roperdre des mainte-
tourrais voas dire qu'on ceott seconds tenant I'amdlioration ainsi acquiso. Os
j1 n'avais p!us notion de riea : ci ne attenJra la recrudescence des recette.
serait pa, vrai. Je savais a-i ontraire it lea offres, mais ce seront IA d'irr6-
qau i'allais la nrdaioiter dans Ie vide. sistibles raisons do baisse.


et ~ ~ --- ~- ---- ~-- ---~ ~-- ~~ --~ -- ----L






ti dent on peat fair du contract no 2 poser 25 volumes a la bibliotheque de I'i- la valour do ce jagement,-ilserait boa de phiques et qai fut exdcutd militias
tri6o et fr. 48,49 pour les Aquin, Cayes cole de Mddecine. Nous savens tous que rappoler les arguments sontradicroires prd- Nous publierons domain la d
*t Jdrmie. les ouvrages de Droit et de Mddecine cou- sent6s sar cette demande do Me Arrault parties do process qui s'est plaid
Oa pout 6videmment obtenir une tent fort cher. celai-ci ne peat pas coater jeane. Les avoca's de Mdrissier Jeannis trois ours.
fractioa de plus pouear les lots de choix, maoins de 50o francs,or si le Dr Audain don- dissaient. 11 fant pour se constituer par-
Mnis d'antre part, il y a nomabre de ne 25 volumes A l'E:ole de Medecine et tie civil dans un procs criminal po0-
parties don't on ne trouav point place- quelq.es-nas A d autres confrteres, que vo r justifier d'un intdirt ; mons disons
moat, parce quo I sachteaours lea restesa t-il pour lui ? J'admets le principe de que nous sommes les hiritiecs de MrAisier
c a.idbeint comme infdrieures. la reduction, vu la ponurie de nos ressour- leinnis. Si on nous demands de prouver
11 fast voir ie contrat no 2 JuilletlD6 ces, mais je propose de rdduire A 2000 dol- notre quality. nous rtpondrons q: sous -
sembrea fr. 58158 1,2. JaavierJJoia lars ao lieu de 1soo. n'avons pas d'acts do I'dtat civil quai cos- RENSEIGNEIMENTS
't11l A fr. 57 114-57 li2. Le Dipunt Moratna Bernard, comme tons tate que nous somnes la veve o les en- a-
Coton. L'article eat trde calme. les haitiens senses, dit-il, admire les grande fants de Meruier Jeannis, mais que nous MEr rTOROLOGIQ
La fliinture no peat rise gagner aux qualirs du Dr Aulsia, mais it n'a pas on- di enons an contrat de maria pasd en- O b ev3"-atoif .
prix actual ast restraint see achats on core toach6 ses indemonidts,ators oI ne peut t-e nous et M isier Jeanuis, ,out Jicmel
eaton d'Amdriquo aux besomin les plus pas donner ainsi t $5o dollars A celui que sait que nous ss,mmes les enfants de Md- DU
agents. Ele so restraint encore da- tons les m6decins de Por-au -Prince ap- risier Joannis. SiEMINAIRE COLLEGE St-MAR
vantage quand it a'agit d'acheter one pellent Mat re ". Si par impossible ce moyon tsit reieti. MERCREDI 20 JUILLBT 110
provensans qui no convient qu'A *u II mtintient la proposition de Jeannot nos masons syant tih mncendides par 910
*ortain genre de fil6s. rkpd ant qu'on n'a pas les moyens de fire Berrouet, il est just quoa lou donne acte Barometre A midi 7<3 a
Neae ue sonnaissons que do trb6 des lib6raii s. denote constitution comme parties civi e."
zares transactions en coton d eHaiti a L- D6pute Ed. Billy : M I. quand il A quoi les avoca's de la defense rpon- Tempdrature minimum
fr. U5 pour le Samt-Marc et fr. 10A 12 s'est ag, de pr6senter 1 ouvrage da Dicteur date :c Vous vous donnez pour Ia veuve (maximum pj
pour le Jacmel, prix auxquele oa est Audin vou> tons, hitieas. vj-s I av. z td- et les enfan's de Mirisier Jeannix. C'e;t Moyennediurne de la tempratae i
vendear at joura'hui. mirth, toqs vous avez mis de c66 cc que fort ben. Mai; it f ut l prouver O0, quel- Cel ca r jasq1' 2 h et fort a
L' p6ration amdaicaine" la hausse" rappotte le pay pour no voir qu c-tie 1-s sont ls prcuves de votre iliation ? Brise de r eglire. Mnc 2 h. et fot
coatiuue et lea prix da terme n'ont brilliant manif:sta:ion de l'int.Alig :uci h i- Ua cotirat de marriage, la commune rI- rs d H eg solire Elais Bd
guAre ohangd depais quinze jours ; la tienne. nommime, et vous aves soin d'. j uter que vers 6 h. H to solaire. E;lars.
sendance iodique cepecdant do la On par'e de libralads A fire, n us n'ea I'ccenadie l lnmi par Berrone. a empor- sonsint.
balsse, les nouavele, do la prechaine f[isoos pas, Messitu:s, en r6com.pensant le; t6 tout vos paFiers. Le contrat de m na- J. SCHC iRI
r6solte des Itats-Unist tant excellentes. travaux de Loon AudAiu ; vous savez A qui ge n'e, pas une p-euve I#gAle du m'rit- p. 6 au G.uauvernement
Cacaos. Dana la quinaine dcou- on faith ces libdralitts, mais quaod itl s'agit ge : iI fiut produire l'ac:e de 1 6at civil. de Lib4 t
IA*, is atA pratiqud environ 530 sacs du nom haitien repr6eent-, A I a:aidmie de Li commune leno nrme, ne pea'-f re one Du New You K (-;.
do cacao Haiti. Medecine de Paris par L4on Audam, ce prenve de filia-ion qu'en I'absence des
Jermieo a *tt payd do fr. 49 A 52 ; n'est pas une lab-raIt6 que nous faisons, preuves de droit common. Mais vous di- WAshigtoo, le 3 ) juin.- Dvant
Cap ordinatre fr. 49 A 51 Cap bonun c'est le pavilion htiie I que nous terons tes : il y a eu incendie et v s papiers ont possibilah de ce que la Ripub ique
quaht6 fr 51t A 53. haut. Ce n'est pas une l:btralti qce nous disparu. Vous n'.vez pu avoir que des L'b'ia se trove incapable de fair
Le march eat toojours faible et lea faisons en sanctionnant une oeuvre appelde cexraits de l'ac e qui costa e on votre m&- aux engag.ments resultant d'ua EIs
alairei traitd6e pn importautes. A guider les midecins de I'univers en:ier, Ti ge oa vo re filittion, ces ex raits ant contract e avec an syadicat anglais, 1 o g
Cuirs. Importations : 432 Jdrd- faisons voir que noes savons reconnaitre les pu fire dderuits. Mais I original n'a pu veroaeaent amdricain s est intd:esi6 j
mis sees. D-boachds : 110 Cayes A capaci ds des fils de note pays. I'r.re, pu sq i'aucui i-cendie ne s'es abit- a.ffirts fin.ncitres du Libnia. Ea
fr. 102.50, 120 anchez. Stock : 721 Le Ddp. Jeannot: J'estime que les pIroles tu sur Ie gr Haiti oecs et sales sees, 22 Port-au- prononcees par mon collgaoe ne s'adressent mel on sur !es archives gdnrales de la cains auxques soat assjciis des bianli
Prince saecs, 565 Jardmie sees, 231 Ct- pts A moi ; car je n'ai pas manqud de dire R4publique. anglais, frarqCs et allerands rsoot ae
yes secs. Toudance calms. qIe je reconnais la va'eur de c. g ani ci'o- Proavez dorc rdgulicrement vo're ma- de n6gocer un Enru.i: d; P. rI.-o.
Canapdche. Sans chaugement. yea quest le Dr Aud ta. Mdit, ues- devons rage et votre fi iation. pour le L.baiL..
Miel. tours fr. .0,60. envi,.ger n< t c snuation fiiancer.-, je suis Vous ne ponvez le faire et vous re. Les sermes ptopoits par ks banq
Grains do coton. Fr. 17,18. membac de la commission do Budget et i'ai cjnnaisssz vitre ampuissance. Mai. pais- oot conidesis, dn-ou pr Ic go
Cire. Cours fr. 175 devant moi le ch ff-e que nous avons A d6- qu'it vouW plait de vous porter parne ci- i me americata come abiolaum at i
S- penser. Je ne voudrais pas voter 25oo dol- civile, vous ne vous tenez pas rour b i- rabies aux intireis de la Rpub iqe A
lars poor le D. Audain pour qu apres it ne tus. L'mcendie alluam par Berronet a cane.
SI M poisse les toucher. detruit nos biens : C'est pour ob enir re- R P. Fau k e.-, rapporteur de la
LnA iCAMl Ce n'est pas la premiere fois qu'il est pUraion que noas voulons prendre po i mission amdrncaine A Libdria, a did
-- I'objet de notre sollicitude, cheque ann6e lion dans ce proces. It n'est pas encore agent pIr cc gouverinment Jans leaI
ae du 920 juilleL Q10. nous lui consacrons 12to dollars, c est pir 6tabli qu: I'incendie don't vois parlez ait catitons relatives A la c avereiou
Sle fit que noau reconnaissons sa valeur 6 6 allua6, par Berroue,, et c as vous vous en dene naonale libericane.
A banec de I'Eszcutif on sigoale la prd mais couLCe m-uvaise fortune que fire ? prentz ddji so general ? Soci6t6 des Z6latrices do
sence de MM. J. C. Arteaud et S. Marius. Accoiduns 15oo dollars, Messieurs, ce se a Le tibabnal done acte la parties civil St-Vincent deo
A a'ouv nrture de Ia sEance M. 1. C. Ar- sage. de sa constitu-ion. U iL Z61 trice de St Vincent
tsaud MWnistre de la Juosce, demand A la Le Dpu 6 B i ly ; MM Je ne me suis L'on pnocde ensuite A 'auliion de; La i ocia n Zt.defrice de St Vg
chambic d in e ver ir l'odre du jour pour adre.se a pc sonne en paiticulier quand idmins. IUs re jetcat aucuae lue lum re p A l occiuionve un mess d e qso
lui Vermettre de diposer un project de loi. tais A la tiibunc tout a I heu e, mais vous dans les debt-. C'est avec peine que 1 on p rdn eb U idmanche 24 u c n messe a
St demanded mise en discussion puis sux allez me permet.re d- vous racon cz qu--- arrive I leur arr-cher qu!'ques mots. Tous chpebr~e c son Etaabliscm4 ntu 1
vota est accept rfar I'assemblde. M. Ar- que chjae. Ei 1871 quand la F.ance et.it caux qui sont entendus declarent noe ricn chpele d son Eab
to-ud depoic alors an project de loi teadant miu.ilec, dat subis atitunt et pAyer 5 mld- savoir ds fats qui ameaent le Gdneral Nous y assisterons.
A abroger le novel art. 8o du coe d'ins- l hards, t,-ues ks f.manes franciuses ue cei- B:rroet devant la Cour d Assises, On Reminiscence
traction ctiminelle. gnirenit es r i, cit on tiouva I'arg'nt. plu-6. un seu, le nommd Cragh qui Uae'exq'aise et douce 6mo:ion,
L'ordre du jour est repris aucur p o.s-. (Tumulic.) Bon boa asssez I assez I ) commandait une des colonnes diigecs en mon a&ne par la soiree ionte chb
verbal u' a t proton d6pouille la cones- Lc D pu 6 BAil y con i4um : quand it p.r ;e gn6lral B:rrouet centre Mrlister, que j at passee samedi sor A Bellevae IM
pondsnce, conte.iant le message du Sna, s agt .a ua citoyen de notre race nons de- veu b ec done des de ails sur la mort n invie encore A assier A la nosvells
accompag.iant la lot de fiaances m3difiee. vous nous cclnd(c aussi de Mf.s:er ; Mdrisier, assaiili, s st d prseuntationu annoncde pojr ce sm l
Le President attire 'attention de Ia cham- ( Le tumute con inue.) feadu, uoe lutte a eu lieu cente B:tronec Mr RKusbCau.
b-c sar cete mod-ficat.onet etn done Le Depute Badly : Ne m'tntcrrompez pas er lui e c'est au course do ceto I to que B en que je soi; ire. amourease d
lecture, puis la met en discussion, aux voi Messieurs, vous savez qu: je n'atme pAs Mdrisier Ms tombe. che r rite, li sytopathie qui '
et come lle est voute par I assemb!de. il a I L.eigoons done tes icas. li trdsor est Les depositions du troisi soe admoin pour cet artiste, dcvena maineamCi
dec d. de 1 envoyer A l'Exzcu:.f qui la pro- Iisez mache ( ;otstations). Oai I car ces ap,;e done lie4,an veritable scandal Le von de la foule, me c.ovie a laisser
mulguera. valcu.s sorte.i poor astre chose, roues, timoin Faub:rt, pour contr6ler les dires on instant mes den eles et tues
OJ passe ensuite A la loi devant accorder pouts, egise, e c. do :6moin, pose one question i l'accese, poor aller revivre A I'H6tel B'leva,
one some de 2.oo0 do lars an Dr Leon Le Depute Camille Lon vient sout.nir mais il a 'e ma heur de 'aopeler gene- ques chieres min es.
Audain et A ses coaborateu;s. la propose ion Svain et dir qie comrne ral Me Rosernond est debut Le ia- Des ab!eanx encore plunk b.-aus.
Le principle et tes considrants sont adop- rappor .ear de la commission du budget il re n a pis le droit dappeler Berrouet g- ressifs ue les pycdeets, i:*
tis et 1ar icle eir est en discussion. ne vou aucun inconvaient A ce qu'on nral. II djt acco.p!ir avec delitatesseet xp vanssifs qud e pvcne eut .Ua
Le Deputy Jeannot : MM. Je reconnais la done les 2ooo dollar et termine en distant sobri6t la mission que lui a confide lt s do. l pouvance d rerone t ad cover de
valeur dN grand citoyen qu'est le Dr Leon que sl la science n a pas d patrie que les cidti. Le jurE vent rdpondre. Tumuole. mii place r pareront aule myceur
Audain, mais nous devons envisager la si- savan s en ont one. Me Rosamond ne se sent pas de jois, Me tiven ingnir qrvan e pet leimoyo
tuition do pays. Certes onus devons l'en- La proposition mise aux voix est rejetie. Lespinasse puat A peine placer quelques nombien ingvnieux quei sppet
courage dans cetie voie qu'il a entreprise Celle du Deput jeannoc esat voide. mots : le tamulte, augmetid par la voi sentiment diva fin 'appel
rm >is nous devons le fire solon nos mo- L'article ainsi modifid est aussi voti et le et lea gestes fuaibonds de Ma Rosamond, Il semble qte is haute socit nt.
yens. C'est pourquoi je vous propose de Pr6sident dEcide d'envoyer la loi i la sanc- lui couvre la voix. Le tribunal reavoic ompacte encore cette sois que l
modifier cet article, car notre mauvaise for. tion du Sdnat. l'affaire A domain A la grande satisfaction et pae cHrel ci n reserve ses
tuno me n ons permet pas de ces liberalites. Aucun rapport n'dtant pret, la seance est de Me Rosemond II es; 7 heares et de- crmes vaqlhes ainsi qre ses pl
'aurais pm vonsdemander de repoousser cetie leve. mie. ciuci rafravchissants frappse.s i
lo. masis par respect pour notre grand con-f Le Jury acquitted le G Berrouet cap
c toy-n }e vonu propose de rfdulre le chit- TD ITAI PDI IIITIori
fe isoo dollars. dTRIBDUNAL chI l 1MINEL Ce mata A here, le Jury a rend Mariage
Le PrAsident transit cette proposition A son verdict dans I afflaire du Genderal Ber- Nous avonu reca le faire-part de I
lassembldo. rout qui a dti revoyd de la prevention. marriage de Mile Clemence Be
L- Depate Pdtion Savaia : MM. No- Affaire Berrouet C'est la quatritae fois que la Justice s'est Mr Phlante Bazile.
tre c I Agee Jeonot nous propose de r&- DUxI.ME JOURNzE prononcc 'en taveur de l ancient com- La Bdnddictioa naptiale lear 6e0
dire A xsoo dollars le chuffie de a$oo dol- mandate de 1 'Arrondissement de Jacmel. le 3 aout A l'Eglise Mdtropoli
las propoed poor 'ouvrsage d. Doctear Le tribunal, aussi 6t la seance oaverte, Le substitute Rosemond a dEclard rete. o- ontrats raruh Mao
Aad.,n fe troupe qa'il esat iaste et dquita- rend son jogement sur la demand do nir le GEnEral Berrouet pour aotre cause. onras ar a
ble d'seccorder plus. En eft, le Docreur constitution faite par Mes Arrault jeunae., II s'agit d'un agent de Mdrisier, du nom Nous soames en measure d'
Aada n -n m etnat toase sa valor person- Felis Lmy ect Borgellsa Camille, an de Pali qai avaic dtd surprise. aa moment Rapport dn comisd du SEnastsr
ne Ie de c6id.je ne vwee parler qne d l'om-| nom des hdritiers Mdtsaer Je;ants. des incidents de Janvier 1s98, A Jmoel Mac Donald Marsh sera dEpoiE A,
vr.ge Soe croyon ae pcopoee de dde-' Por biea fairo comprendre la portee 0 interrompanm les communicatoam ce de demaIn, s21 Juillet.








Champ do courses
par 1s vapcef Syria soot arri~s I113
mWOMZ colis deatinDksA i acone. ruction
dg Pan iwatuci. Cet Adifice s'~evea di.
c6t6 do M'orloge, en fice des in banes et
no le chdar& eicieneic )= mC e'4 1gtn ce sto
"tires ib.-Iiisseveflts p-vus daui. le con-
ta" raYIDI inavclenwavec ent-Ai t.
egg s o ar la Commune
%tusrenoagons A donner satisfaction A
me wobreuacosrespoidants, qui chiquc
i~peo'IsI&Cowanuto d'enlever les or *
slnasodices, etc, eocoznb~ant lbus
Unpndbygi4ae no swilt pis ibutte,
pjpmcopis, Monsieur ItoMagisit ?. .
69L36ft el"


LJAmemdro do i MOnitc%.r official "
UWfadi 20 JU~llci cow cut le somminr
$@inns :
Eu~qi~fLoi autorisani le `C: ii..,
d"Etat Iys Finances I dispo~c,, P.ir le Se
vice cool-ant, d-s vAlco'% aff cthes .-1;)i
neat d s titres iA 6mct r! va 1 -4. #if t j
blis a'i c!se dei vieu sa-,tf c 4cs
outmouut des int6te saet A iamo, i semn-
anelitre de Is Dette 10itfir u c cOn o0i i4
. C51culaire do S cdtv i c d'E t de I*
gricultute aux cornmanda it, d s ar-or.dii
sements de Is Rf~pblique Ch tub e.-
Stance dm 27 Mafli 1910.
Du"1 oniteu~r
Le Dipartlein,~ des finance; se f-it hi,
de donaer certsines cxlficlIjolls stir L!r;
weas de la loi an orisant le SecyTzaire d E -
des Finances A disposer I titre de p 6td
cef~ric5 Y a!e~ars qotCi 5ct~ouveft A la B.r
que N, ionice d Hai i.
Le Gouvernemacn dAvis Sa ages, p~ve le
fb s &orIts tites jusqa'au 3o s_-pLCI
61Aparirdu icer Oc obre de 132fr.L-n o- :% n
aiq.es iathi6 s sciofli payesteoac 01 e v
da Is loi.
La'aff alre dui 15 Mars
Uebt landi quo cerruimnce-ovit le,
dibata relatild A c-;tg a4..IAite actor (q
loinqr ll.' on a ds' A fa I t. n* fie bwi*.
fIsat bs'llut gReoutndod o ueindr.,
GIWsla Lion.
Exploits Locturnes
Ce wati~s s-o 3 1 2 b.- t a xo'et z
@set i uirodwt eb ez I* louuL6G iurgue,
79 roe dvos Mar..cpqgqlot iui a pyill 01
= imeno r. qurlqu~s th tu sts, (ha-
1t iat n. pe tatiod -sou ki i1.
Apr~s Boa d61'a! t, is D $put6 eit 'do.
O0Qd on sr. z-dt- baut-ste o i A a lrouvd
plusiouri paqoex s quoil0"visit or avait
sVPW68, Maio qmul u'Wa pas to Is lamps
'*i at donut & Is Police.
Correspondence
PONt-aU-Prince, 21 Juuilet 1010.
Now rvacevons do noare ami le Dr
teenVXOg eIsllet sidvant:
lion cher Mag!oire,
811410nt suite V. &I'atretien survenu
A nOfs cod jo ors joinilis, je %OJP
4irai quo mom remplaceinent aitad
lal tuilitairs comma Med-cin #,u Lhif,
WOP'Oint nnqlAtment doslaa (ih'iiOj
1" 1`61Pripe do noc~up.er jarn~ai-i p'u
15"101"t01-tmAdw.ii~es budg-flaires OD
____. 1 Danc, ran,* pres-i.atoautine,
la nolndre miss eon demeu ue, jai
Sad~mi-smioa 1. 13 J uin could
tj .Utsdomot f.4 mpprbciables.
Aii-Voea auwiv,,
Dor JEANNOT.

Avis
NM"aleur C16Ment Hau~artisto pein-
=ft-ra"Our &JSInoce & ma c ienible
=4 3kt A g& a disposition pour
20S travauR an rattachant & son
pawRmedu.Centre, ontre Is BQi
iSLPAwradinsmetnet atle Poste

-mtro Anne.
21 2amet im


low)?

l'Af LEMLO Dc L



LZ T rI N A

P, ci Z U T c :l &ICS
aZ I
gMVr-NT=UFS OU
S ,naux J aunes d'CCUfk
'OR ~%~'!rIrna~ALBKftT1W


L'lUSINE A GLAC


Infurme ses

gratificstliou A


clients qae, le servi
A domicile st absol
et q i' s non: aucu
donuer aux voituri u


E
(e
i1 -
ne
U s .


H96pitl V60- rhmaeir
15 ]RUB DU PORT.
11-1 V H. DOLL!CSSEs,
D C V Doer u- chi urygeta. .'I-
"aire.


Off e aux prop;i6ta re~ ae hr vaux
et autreq aniuma x domest qjit les
mS 6cialit6s mAdicales suivantes, A son
disponsiire, Roe du Pt rt (oun avde)
No 15 :
Pilules c, n re les vets int, stinaux,
Poudre pour cicatriser lea blessA-
res ou plates anciennes.
Poudre tonique(conditions Powder),
Linuimrnt centre les rhumatismes et
les engorgemen's des g noux tt pa-
turonp-,
Potion centre 1, s toux rebelles oc-
cPsounies par la poua-iroe on ce le
Season.


a


ASSISTANCE

Medico-Chirurgicale

102 Rus FA ou, 102.
AVIS


a L Etablissament porte A a connais-
sante d public en giudral, *, outre
les lita existant4- dtjA, il vieot d'amd
nager coufur'ablement deux g i des
" chambres quil deslin' aux malad, s
B tant d'ici quo des a -tri-s villes de 1,
R46publique qji voudront s'y fire
a iguer ou op6rer.
Les conditions d'admi sioi sont
tres moders et des arrangernen s
r sp6ciaux seront p/is avec les malades
don't Ie sejo ;r devra re de quelqie
durde.
La Direction rappelle qu'on peut
s'adresser I Etablissement pour t3u-
te.4 scrtes d'intvrventions: oodrations
Sg#nr.,les, prothise, orthopedi, ( tou-
t s operations ponr rdr. ssement de
membres et autres infilmit6s 6lec-
trothbrapie, etc, etc
Dr ANNUAL, Dr BouCHRIaAU,
Dr LECHAUD.

Chez A. Cipolin
82, RuB R*PUBLICAINE, 82
En fage la BOULANGERIE DU PROGRkS
et prms la Maison WEBLY PRESSOIR.
VIENNUNT D'ARRIVER :
VINS ROUGES & BLANCS par bar-
riques et par cainses. marque lbres
C6tes, de la liaison BouBtm FRkRa.,
de Bordeaux.iocontestablement sup6-
rieurs & tous les autres vins actuelle-
meont ur place ;
CONSERVES ALIMENTAIRES de
premier choix, d6flant toute concur-
rence;
LzmnuLL.- Saucissows. FROMAGE.
Cuis8s M rvdacoNs. BEURRn
DU a VAL& SArW-MICHEL.
T D*'ITALIE, ITC., ETC.
GiAce a an personnel nouvellement
arrive, ia Maison met a la disposition
des families at des h6tels. sur com-
mande,de Ia fine PAtlserie Francaise.
NoTA 3m3m.-La Maison est, comme
par Is paseo, bien pourvae des Li-
queurs et Sirops qui oat bfait sa re-
aommle. -I


dhveloppds, cottu.
embonlis, ruffennis
en d'rvz mole per lee
PJ ILULESUOlIENTALEI
q I' r ul qiui assure& la
A aI ,S
I ~~~-" (;..3


L '~PAJIGNE
St dans la
confat action en mur.


Mons our Louis* Elie fait savoir ,,ux
Archilectes et au puh'i(. ,it g r 61al
qsi'iI tient & leurs, dispa-;iows, cla 6
des prix mod,6s dirds rochs gratzit -
ques a volcan.que-. pour sdificesi at
ma SVIus. Ro) tes si~lco-ca.lcayr-,thau&
et stib'e.
Pour lese conditions riadr.-szer cli. z
lui A Turg.-iu, on f.ice Ia chap lie
St-L~cti-., o A Mannvi+-e E~ai g pat
lettre tniise A la P. t'A. S .


Souffral"- et
d'An6mle


Fut retablie en six
PAR


moli


L'Emulsion Scott

"JcSc~arq.ema -ftite idle souf-
I bit boibleh~ t d'Unc ta-Ii.sst ginr-
raft de roiganisme et cdu-ne acnim-c
tdka~n~tihnv~ii-ie yicli onsurna.'t
VtMUllLSION SCOC T aveccle mci.-
leur vcsultat.
petate coni 1tC&tziefl, Cl Xfl.i1tCZ1.1ft
elle est fort,: -t r 7: clic a boug'.
coulcur, fais.'rt Iiiau de toun
cciii qui l'ort conr uc f*.* ,cit int irme."
JOSIL A. GRAN~ADO
R;O & Jancir


Cc qc 1Ai-LSiQN SCOTT a
fait pour cette cnflinicliic k fera tu
fours tour tout .s z-autr%s qua i v.W1 ilt
au monde ave.-i c ..oniotiution f., )lc
et maladivc. EE'c c.. une
viritablc Provid,-ncc puur le
jewie ge.


Cett f nzarq" .de .r.u
&Corr & DOWNIE
Drogubtn N
Freih a. 1.


'~' 7/
0
~
4 -4J~*
~


I
















Do








0


Vente en gros et au d6tail & la Pharmacie Nouvelle
Daguesseau MONTREUIL --- ap-HaxUen


LECTEU' "= OF "ABm AmhI&
am "J& lqUAum ai~t 110, r
ham -- sooPlm


I s


I


P


OR




il _,- I ._ ii


Pharmacie W. Buch
PLACE DE LA PAIX.
Droguerie en gros et en detail
SpdcialitAs franchises et am6ricaines.-Articles de toiletta. Parfumerie
assortie.-Lait et farine Nestle frais.- Extraits de malt Loefflund et Keppler.
Eaux minarales naturelles, -Vichy.--Vils. -Contrexeville Vittel. -Carabana
Rubinat. Hunjadi Janos.
Nastine
DU PROFESSEUR DEYOKE PASOHA
Sdrum antildpreux pour le nouveau traitement de la Ibpre MAeo los
cas existant depuis des anndes sont trait6s avec succts.
Carbolineum Avenarius
Meil eure preparation pour dti uire les fourmia blanhlias dies poax-
bois et pour conserver le bois.
Paralorme
Pour la disinfection des appartrments et des objets d'usage sans les
d6tdriorer.
Laboratoire d'Analyses
S'6rilisations des objets de pansement. Pr6parations :des solution st6i
liwes on Ampoules pour leas ujectious.
Pastilles Formainint
Pour la desinfec'ion de la bouche ot de Ia g,)rg IP hylacliques
contre les maladies iufectueuses qut entrant uar 1: bo .:hJ I t pdr ia respi-
ration avec la pousaiere -Tubdrculose.-Grippe. -C que'iche.-L6pra.
FABRIC IION D'EAU GA ZEUSE
KOLA CHAMPAGNE GARANTI PUR
A G. 5 la douzaine.
Limonade de frambo'se


EirC]pB


SODA
& 1icA Jr'


Grande Fabrique Moderne
DE


Boissons


Gazeuses


11 y a A peine une ann6e depuis qi
la plus fortifi ante des boissons Gaze
onus le nom de

ROYKL KOLA


ue la plus nutritive, la plus agreable et
Buses e-t en'rde dans la CoLsommation

CHAMPAGNE


Seo qualitds et sa flue savour lui ont vile coriquis uoe vogis croissinte
qui est on encourg ment on mAme temps que la r6com nense des dions
minutieux donnis A sa fabrication.
D~sireuse d-e .atisfAire les god's lei- plu4 dificiles pen 'ant I6t6 de 1910,
la fabrique a pr6part au auoyen d appareils p rfec'ionuds des productss
horse pair.
Elle met en vente au mrnme prix et souR cette m4md maique ROYAL
plusieurs d4s iciuse< i )issons gazeuses qui serot la Providence des per-
sonnes soucieuses d otfrir chez elles d'exquis raffralchissemi-nts aux gotits
varies, et precieusms dans touted les reanions A c6,d de leur ain6 : le
Royal Kola Champagne
POUR VOUS EN CONVAINCRE, DJ;USTEZ UNE BOUTEILE DE CES


PRODUCTS INCOME PARABLES :
Cream Soda Cristal


MOUSSEUX AUX FRAMBROISES


Limonade


MOUSSEUX AUX RAISES


MOUSSEUX AUX CERISES.
L'AOENCU G .MARALE eat toujours au Magasin do la M6tropole 03 rue du
Magasin de l'Erat, vous trouverez aussi ces products au m6me prix dans les
9*p6ts suivants :
PEPICERIE MODERNE. 155 Grand'roe, en face la Maison Robeli..
HPICERIE CADET LUNDI rue des Fronts-Forts.
A LA PHARMACIE NOUVELLE ALEXANDRE ROBERTS, rue RouF.
MAIMON A FAUBERT, rue Roux.
A rEPICERIE H. CORVINGTON, rue F6rou.

Si vous voulez boire du RHUM DaLICImux, du RHUM PR, vrai product
dIane distillation m6thodique, allez chez

L6on Liautaud & Cle
o6 ',ua, riches st humbles, vous serez satisfaits. La reputation da
Rhum de "L'Etoile"
'est faite rapidemmet grAe l excellence do la distillerie deo" L'Iballe ",
ea Plaine da Cal-d-Sac, o as fabriquait to
Rhum de tou Barbancourt


Sup6rieures


A de MATTEIS & C"
32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Maison Fond6e en 1888
Bijouterie. --- Argenterie. --- Parfumerie. -- Articles de luxe pour
salle A manger, chambres, etc.---Miroirs et tableaux artistiques. --Sorvit
pour avocats, hommes d'affaires, ministres. --- Bibelots 6legants, d6licats 1
rares. --- Articles de Bureau, etc.
Achat de -viel or, argeut, diamant, 4caille.
Reparations de Bijouterie. Les articles vendus ou r6pards sont garg
tie pour une p6riode d6terminde.
MAISON DE HAUTE CONFIANCE et de Premier ordre.


Pour tous reaseignements et commander


S'adresser


SAndr6


FAUBERT,


38, RUE ROUX PORT-AU-PRINCE.
AGENT GiNkIRAL POUR LA RIPUBLIQUE


Ferrari Cernicchiaro &0
Horlogerie, Bijouterie. Joaillerie
168, GRAND HUE. 168
Ancienne Maison D. Ferrari
Par le dernier steamer francais sont aniv4s des articles de toute baon
pour tous les goats et pour toute- les bourses : BIJOUX. -- SAUTOIRS. -B
GURS. --- BOUCLES D'OREICLLS. --- CHAINS POUR MONTRES. etC.
ALLIANCES SUR COMMANDER
INSTALLATION MODERNE
REPARATION de glaces qui sont remises absolument A neuf ; ainsi qq
des tableaux artistiques.


Achat de vieil or et vieil argent
La maison garantit les marchandises qu'elle livvre ainsi que les rdparati0n
ARTICLES DE LUXE pour les principaux 46nementsde la via moadal"m


ACCOUREZ

chezHerrmann Corvingto0

108, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DES MIRACLES
Vous y trouverez du Bon Rhum Sup6rieur


14axxlac -tc xGIe


A dos


prix excoptionnllement


avanitaosM


Laboratoire Sejourn6

PREPARATION DE TOTES AMPOULES MPDIC.AMENTKUSES
LISEES ET INJECTABLES.
A1poules1 d'Ean de mer Isotomique solon Quinmto
L'eau de mer quo nous employons a 6t6 soigneusement capt W*e
an delay de oile de la Gon&ve. Nous faisons remarquer au Corps
observation judiciouse quo font les laboratoires 6trangers :
SL'Bau do mer4 1*able dolt Otro do fabrication r6omto pear avetr tt
pribts p-tq D eu=D oMbreass mttetattoea msos p-nume e do
iM products o t toa IMs r4mafeM Mep a
Sp6Olalit6: M uar nsa i ._
Cs S."Um salar Ie slow ham_ n antrittt, U a 0employ6r-
o dan a nouatmhhitt, la tubromloee, -a.


I


X:>.Lx %rix: