<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00978
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00978

Full Text


Qu~L~Satri An, R* ~995


Port-au-Prince, Haid


Lundi, 18 Juillet 1910


-t. -IIL~ p~- ~ ~ ~ -- ~~--~


Us Men...2..00
mo
TIMIS moss... 4 5.00)
Ou UMots.,.-G. 2.20
TarsmoIt* .. 6.00
ML ow. *8.00


U~zaut.Egloire *


4


0


J


OUOTIDIEN


A3SUUEUEUTS


UNE tPOQUE


D'apr6s les souvenirs intimes
du president Boyer et d'Honor6
XIV


A AMv Firy,
Castac ho,


sur son habitation d la


Jrdrle, Is 14 d6cembre 1022.
SJe t'envroie, mon cher F6ry, par
MsVbo, I'argent quo to me fais de-
man ler et de plus trois pommes pour
to reogtter un pea.
aTa storas qae madame Dabois a
dla6 avec molo e jour do ton depart,
at que monsieur Irish est malade sur
son habitation, et qu'eafia la pauvre
madame Jean-Baptiate, belle-m.e. de
sonsieur Taboteas, est more subite-
ment avant-hier ap' -midi.
c Nos chers enfants se portent bien.
Audrcmaque eat d'une amabilit6 sano
eple.
Adieu, mon teadre ot uniqueqami,
viens vite, je to price, car ie no saurais
m'habituer A ton absence.
a Je t'smbrase de tout mon soar,
PATYA F*tr.

*'A Mme Fery, dJdreAdmUi,
Habitation David, le 27 soat 1824.
Qae ta lettre m'a fait plaisir, ma
ehbre Mimi I Qae ta es sue almable
grondeuso Cependant ta to fAches trbs
mal A ropos: je n'ai pas eu an mo
meat de temps pour t'6crire, et sans
la pluie qui ms retient actuellemeat a
% miison, je n'aurais pu quo penser
A toi ainsi quo je le fain sans cease.
Monsieur C dri6 a dO to rassurer
unr ma santd: ilto eat bonne. Je n'ou-
bliue pas tea recommendations : sois
tranquille, je t'en prie.
c Notre arpentage va bien. Neua fai-
mons maintenast la lisi6re de Maurice,
oit nous omportons beaucoup de cafds
ft monsieur Gaillat. Prie Bdbelle do
ious renvoyer Ise compAre Clari6.
Monsieur CGlrgeaa et Ie sousia
Oorville diseat boojour a teste la fa-
sille.
e Adieu, ma blse-almae, imbrasse
tandrement ma douce Sophionie, mon
illant Alib6e, ma charaante Andro-
aquoe st men divrante Kmilie. Bien
R amiti6s a la famillo. Tout A tot.
I qu'il rae t.rde do t'embrasser of-
.tlvement altl quo je eIs fais a i fd-
titerent. Ton ami : noun sommes
Ionveras quake c douz mot rdsome
tate notre teodres, n'est-ce pas ?
S M. FdaY.

A Mswe F*y, 4 J~rmn1.
SDe la Castache habitation David,
14T meptembre 184.
MaU trs ch reo nmi, je t'al 6crit
N* et s kIs ab anjourdhuai pour to
4r ddaamw *sow au billet circa
i -joitt, adrsn 6 A toes les ar-
C" m.Is t a r bat d'avoir ane
lOV.Re, u*a eat et a pitoa, a&d
et re car wtadis
eofaieaMr B Jar fba Ioa dlvi-
.M> M* Ale faral- sabHvbles,


Fdry.


ce qui serA d'autant plus facile quo
noua avons termind le relev6 g6ndral de
nov terres.
a Adieu, ma bien-aimbe ; patience :
tu vois quake je bAte le moment de t'em-
brasser, toi et nco chera enfants.
Tout A toi entierement,
IH. FaRY.


milie, enfin tonte la famille. Mes ami-
ties A montiear Giraud. Adieu.ton ami,
H. FaRY.
Js recommande cette lettre, touts
p'eine d'ardeur pour les travaux des
campagnrs, de ooaci. et m6me d'at-
teutions pour la classes des tiavailleurs
ruraux, asox crivains do 1 '6poque sc-
tuwlle qui, tr6i heureux de troaver des
opinions toutes faites A rabacher, rd-
pAtent gar tous lea tons quo do temps
de Boyer on refoulait lea payoan a ila
campagne, tandis que les classes bour-
geoises s'installaient confortablement
dans les villes A lIurs dApens.
On le rdpteo sans fire attention
quo caux qui l'affirment le plus, a-
bandonnant & elleF-mdmes nos popu-
l4tions rurales depuis longtemps, non-


,* saulement ont ddsertd nos campagnes,
A Mme Fdry, d Jirdmie. itnis encore d6sertent les villes hai-
a Doe la Csta lie. habitation Divi1, tiennes revenues trop petites pour
14 2 september 18:2. leur. personaes, <' ne ,o tro-vont
Ma bien-aim6e, nous avons ttrmi- plus A 1'ais que dan !le se ide-
nd toutes nos op6ratiouns, pos6 toutes grande capi'ale.- d'ou soulern nt
nos borne gravAes du nom de chaque s s'in 6resseat a a sort de nos frraes
eopartageant, de scrte que nous pour-inoirs des campag es.
rions partir domain ; mas il serait mal Au rest, no-s l verrons plus tard,
Sno, no pa. tonisd t ce no seront pas onor6 Fdry, ni sea
qu.,j ai cra devoir donner aux bali- coanemporain, quelque apparent
msars qua nous ont si bien aids et do q,,ils ajente. sur la scene, aui d6,er-
Sbone gce N te fhe done pas mineront la catasirophe de 1843, mais
ait joprolongs de .48 heures mon 6- "bien leurs filh, eiov6 dans la plus
jour ayas. Je sot rirai antant que g an ie aversion pour les travaux ru-
toi de ce retard. rux et 'out p6nA'r6s du vernis do la
Ah I ma bone amie, que je to foe- e is action europeenne.
rai rire de l'ordonnance da ie>tin don't
je sais l'iotendant I II se compose d N est-il pas remarqu. ble, de main-
boeaf que j'ai conserve tout exprs, at t.Iuotnt, que jamais uous no troavon
des debris de nos provisions. Alibie aux c6tO s de son pAre, so;t sur
Pour boisson aux homes, do ta. o terre, soit sur une autra ? Oc,
fia. .b-ent sour Is domain patern-1, nou.
rhu auqu1-verronp, en s.n, te nra, aa premier
s Le rhum. aoquel noA navior uirg de I'avant-ga dle 4.. tarm6e r6vo-
pas 'oche6 so convert, grace a uotre lutio:onaire. M:is 'anticipons pas.
Iodustrie, on liqueur pour lea femm,-.
Ua pea de menthe, quo is coui.i Hflu- ..
gon avail, et do strop m sBerv.t a s *A M. Fdry,sur ses terres a.ux Pattes-
composer. Nou~s employoun, po ir la ,.arges.
vAri6et, de 1'ania, doe 'ecorse d a:nan- a. j6r.mi. Ie 27 jin 1823 (1 7 b. du
dier et autres aromats ; maid ,a plus soir)
di6le, as sont is 6tiquettes qie coua
avons mises aux bouteilles : a Jo t'6cris, m:na bion-ai ts, poa
lj. Noyau d'Alf6a ( cette monta- t. supplier au nom de nos chers en-
gao si A pie, et que nous avons eu f nts que toa ime4 tAnt, aj nom d- la I
tat do peino e A gravir). tendresse quo to m'as tant de fois j- -
2a. Eiaence de P6let ( autre mon- r&-, d'avoir soin do ta sent.
tagne, digne rival do premier.) Oh I 1mn ami I i to savais dans
So. Elixir de Pondioche. ( Ta con- quellU perplexit6s, danq quelles peinel
basis aes lanes qui valent des corda- i sui, & cet 6gard, to aurais pilti de
ges: heoreux quand, en ddgringolant, moi. Mon chr F4ry, on tal prea-en-
nour on attrapions one ) timent peout-il 're vain ? .. Non,
** 4.. Esprit de Croe-a-chion ( no jam ais too absence no m's caus6 plus
mains d6chirdes et nos jambes sillon- d'inqui6tudes. H4la trop cher 6poux,
ades attestent quo cotte plante epinea- it semble qum nous no devions plus
so meritait one mention honorable ) noun revoir. Le jour de ton depart a
oet.,. t*. t6 pour moi an jour de douil at de
*' Comme to le vois, nons edl4brons pleura, j'en ai encore le coear malade.
loe lieu oia nous avous pass sinsi quo
leos obstacles quo nous avons eu tA vain- _e T .che, Is. plus quo to pourras, do
are, Oti js tassure qu'ls tot dignes do presser ton opdratiton ; vion, mon a-
mamoire par lour a.pf rit6. mi, viens readre Is calm. A ce coeur
E avote-moi, bien .oig& nbement qui no peout 6tre houroux sans toi.
enveloppde, trois beaux monchoirs des a Nos enfantsae portent bion, no-
lades, (pareils s'il ae pout ), ala que tre Emilie devient tons le.s jours plus
'en fasse present aux trots femmeo amable. Sophrooie, car it n'y a q' e-
qgai oas oat amlvis dans ceo bois, oc- Ie atl n'est pas encore endormie, to
cup6e& A nons fair i manger avee Ia dit boujour.
meilloure volont6 da monde. "Adieu, trop-aim6 ot trop-tondre a-
Sa Maade-moi si ma tendre Sophro- mi. Je suis triste, vies mee rendre la
nie continue Aos corrgir do ses pe- *P6 par to pr6Asece ; o& toa n'e pas,
tits enfants. Embrasse- a poar mol, e boaher as pout 6tre pour tonI
ainsi que le boaillant Alilbe, sla fe6- 4iaie. I
UtluseAndromaqae ot IhagbrmarnaeI & PATA F*air.


A Monsieur Firy, en ville.
Sucrerie Kanon, samedi soir, 27
dd.embre 1827.
"Rien do nouveau A t'appreadre,
mon cher Fdry ; noas soan-neo con-
me tW noua a quittda ce maiit. excep-
t6 Eilie qui a aun pea d aflbvre ce
soir. Adieu, mon bon ami, porte-tot
-bien, et pense quelquefois & cell quai

no peat 6tre heureuse sans toi.
Toot a toi du fond do mon cLAr,
men tendre ami.
PATAS FiFRY.
Voyons maintonant, jusqu'A 'i po-
qae oC nous sommes arrives ('18$') ce
quoi 'est pass dans l@ pays. a partir
du moment od nous awons liissA B,-
yer travailler A la pacitication du Nord-
WOest et jetur les bases solides do I'u-
nitd nationiale.
AuGUSTE MAGLOIRE.



Le C i R Strapecia

los Contrats


Les travaux do cormit special chirg6 de
rapporter an sojet des contracts Mac-Donald
avancent avec Ia sage lenteur que les meam-
bres du Grand Co-ps savent mettre dans
tout ce qui est confi6 A leur experience,
leurs lumieres et lear patriotisme eprouvi.
II n'en saura t 6tre autrernent :
L'on ne pourra pas reprocher an Sanat
d'avoir fait les choses A la l gfre et le pays
lai saura gre d'avoir mis !a dernitre main
aux projects si paiiemment labors, si long-
temps attends et don't les effects heureux
ne se f-ront point atrendre.
I Qae e'on ne cro e pis que le S6nat soit
ma d'aucone arriere peone en faisant pas.
ser au creuset d'un examen rigoureux les
projects deji adopts par la Chamb e, rela-
tifs A la voie ferrde Cip-Port-au-Prince et
AuX plantations de figues-bananes. Loin do
11, c'est priciskment dans le but de mar-
cher d'accord avec 1'Ex6cu if, de lui eviter
des erreurs, des surprises que le Cornii
Special met tous ses sons A venir en sean-
ce publique avec une oeuvre digoe A tons
g yards des 12 honorables Senateurs doot
e le doit emaner.
II est certain que cette ceuvre ne tarders
pas davantage A voir le jour et si nous
avionsprdsag6 que ce serait poor cette semi-
ce, c'est que nous n'avions pas teco compete
des devils, des cas de maladie qui auraient
pour effet d'espacer les runnions do comity
special. Que les amis des contracts se ras-
surent I Its seroot cox-memes surprise do
nombre de suffrages que ralliera le rapport
do Comite special en favor des entreprises
Marsh-Mac Donald. Assourmea it faudra
s'attendre i ce qu'une on deux voix s'el-
vent poor essayer de fire pr61ominer lears
vaes persomnelles ser cells de la grande
majoritA de lears colleges. Qui s'en plain-
drait ? II no sera pas dit que la minoti d
do Soaat n'a pas pa faire entendre ses ob-
servations. St ces observations ne s'atta-
qaent pas A l'essemce meme des contracts,
s'il y a maoye de les concilier avec les
classes do contract de facon A ce que tear
adoption as raine pas les projects eaz-m&~
men m as les read impossible on difficiles
A ed etr, I'iatret de owas en de lear pre-
ter ae ratwr*iO.


LE NUMBER 15 CENTIMES

LaN mwasuerts inarAs oe m ea a se*roa
pas remdus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, aU aRoux, 45.



Arthur Isidore


pn~rbJ


~ '1 I


orbnger *







It n'y a de project si simple,si avantageux et de son pant, c'est d'&tre rest hoane
qi ne saoit susceptible d'etre transform par do devoir come je I'ai touloaurs 6d6,
des adversaires irreductibles en project monos- come je I'ai fait dins le temps, come
trueox et nefaste: ce qu'dl oe faut pas atten- je le fais encore et come je le ferai too-
dre des adversaires des contrais an S6!at-, jours en jas:ifiaut la coniance que Ie Chef
s'it y en a vraiment je crois qu'al n'y en de I'Etat a p'alce en moi.
a pas. Voos me parlez de ce que j'ai dit le pre-
Djit on sait que la moitie du travail mier janvier, savez-vous si personnel n'a
est achevee au Comite special. L'impression jamais rdpondun man appel ? N'avez-vous
gnerale est que sous peine de fair par pas vo Mr Frederique, I'autre jour encore,
never la nation, il est plus que temps que essayer de m'avilir on disant que je cons-
les Pouvoirs Publics passed s A autre chose, pirasi avec Mr Leconte et de me birrer
Zue la question Mac-Danald sot, enfin vi- le pass, cormae si j'avais jImais conspi-
de afia que l'on poisse savor A quoi s en re et comae si c est I present q'e je vsea-
tenir. dr91 a2pprendre A le fair ? Et vous voules
Des centaines de bras et de cerveaux sort qu'avec tout cela, je men.ge Mr Pierre
IA qui attendant pour travailler, des bones Friddrique qui ne m'a j imas minmg ?
volontis sont hiletantes ptetes a mettre la Non, Messtea~s,j: ne me suis jasnais re-
main A Is rone pour que la fame de; loco- joui du malheur de personnel et je ne miw
motives se promene do portail de Stun rej uirai pas non plus de colui de Mr Frd-
Joseph an Cap-Ha.tieo, messsagere de pa:x d:.ique, si tan. est que ce soit milheur qui
et de concorde lui est arrive, car, A mon avis, c'es' p!u-
Tout cela va colter inmmensement A I E- t6 lte maiheur do pays entier qu'il voa-
tat qui va s'eogager poor long caps, etc., lait et celai de to-as les honne:es ci:oyens
etc., Tres bien, qu'est-c: que vous avez A qui ne sont pas come lui des conspira-
proposer de mieax ? tears ct qui ont besoin de la pai. pour
Assez d atermoiements, de tergiverss- travailler A l% sueur de lear front afia d'a-
lions que l'on sait etre inatiles. Le plus voir le pain de lear famille.
96t qu on aura fiai, ce sera le mieut. Votre article me fait voit, Messieurs,
La question M c Donald est u- e des que vou &e.es passionnes
questions que 'o i peat considhrer comrne Car sous prd exte de me rappe'er A des
vidJe. Un pays ne peat pas vivre deux, princ.pes himaniutires, vous difeadez
trois ans dans des alarmes continuelles. vot-e coof tre en es-ayant de m'ainnmer,
Cette semaine la discussion publi- moa qui n'at anais ftn rien de tal ; c r
quo a'ouvsira au Seoat qui annwrcerA aa s'il et libre d'avoir son opinion que oe e
p'ys que Ia voie du travel et de mtr.he lui conaeste a de qael dait pik end it
en avant est definitivemtent ouverte au de- m'emptcher d'avoir la m e.e ? Je suis so'.-
triment des agitations stitiles et le plus drt, Messiturs, je res era i oojours fil e A
souvent dangereuies. mon devoir, m-is je me defon4rai :ouioars
Eatre toutes les perspectives qui seroat centre cen qua pa>s;onnement vouiraient
deployees devoat nous et la pariode trop mattaquer sans raison Quand j'ai dit mal- I
connue qui est derriere nous, it se trouve-a h-ur A csa, mdlheur A mon p ys et mal-
bien pea d H.i iens poor hesiter i chuoiir. hear A moi-mhae, c est quae j prevAis la
D'nn c6te des sacrifices rels ea vue so nme incalcuib'e d.! mauc qat peu'eat
d'un aveoir de travail et de stabilat, de tomber sor ce mlheoTn ux p yi .i ceux
I'autre le passe avec toueas ses horreurs et qai vea!ent donaer ie ch.cg: ea disant
ses dilapidations insensees. que le Cp cow-pire et que moi je trah s
Que le Seat disc enfin son mot qui sera ponvaient reussir A lear c min-l proiet.
le mot da Salut ? Je n'6cris pas poor vous m:s cheis Mes
sieurs, mais je crois que voas me %om-
prendrez et quo vous voulrez bico loaner
BOITE AUX LE TRES publication A ms lettre,
Sleillerces salutations,


EGALITi FRATIRNITi
Rt~PUBLIQUE D)H kITI


Co-Haitien,le 13 luille: 1910, an Io7*'
de I lddpendance.
Tureone Je.an G.IltS
Gdiral d- division aux armeks de la
Republique,
Aide de-Camp bonorairc dc Son Exce'"le ice
le Pr,' s dent d Haiti.
Dildgul Extrao dminaie du Go vt'druetnent
d:ns l's 'Deparcmencnts ,da Nord e du 'L. rd-
Ouest
M.ssieurs CuiBRAQUIT & Co
Di:ectears prop.icturei di jourail a Le
N.avelliste a.
Port-au-Prince
Messiears et Concitoyens,
J'ai lu votre ar icle intituld a Respect
au Malheur a visant ma lectre ouverve at-
sedie dans le journal Le Matin et je
n'ai pas pu m eaFp.cher de me demander
si i ma place voas auriez pratiqu4 tou es
Ics vernus que vous me prechez ? Si apris
avoir subi les persecutions, les injures et
les accusations criminelles portees centre
moi par Mr Freddrique et les gens de son
pent, voas ne seri z pis en droit de rd-
peier cette viedle maxime : *CEil poor ceil,
dent pour dent s. N'aviez-vous pas le dans
1e temps les jouarnanz e'Impartial a et
La Libre-Parole a ? N'avies-vous pas vu
Mr Frdd6rique 6crire en routes lettres ;
mais qu'a-t on besomn de prendre des
g-its blancs avec le G^ Jn-Gilles, cest ans
c iainel s.
N'avies-vous pas In toUtes les injures
voaies centre moi par Mr Noisy dans son
Joo-nal ?
N aviez-vous pas entends tout cc qui
s'est pans ici a 18 Fdvrier 1909 ? It
pourq',io ? Parce que, soldat j'ai fait mon
devour en exdcutant les ordres de moa
Chef parce que je ne voulais jamais pacti-
ser ave: ces homes qui rtvaient et qai
event encore l'anoantissement de notre pa-
ys par Ia Guerre Civile. Oni Messieurs, Ie
seo cri;ue qee j'ai comms r qui m'a va.
li tout c- quoe j'ai sbi de Mr Prddrique


T. JN-GILLES.

LUDOVIC LAMOTHE
Virgiui. Sampeur tet abandornde 0
pour une 2- f :i ; poor uie d *"x'ae
fos la o6 esas u- iora e, V rginie
Samp ur, a d.a seat'ir sju ieir so orn-
t art# r aux trititeqswas d-4 l'abandoo.
Ma:s, de et abar dou-c ,(ile 8s, rtjoui-
ra et, rttll, m 4z t, cAr C'aet el'e qui de
t>e ma n4 pieu'eo et do son Aine for-
vents a pous.6 cepui-* I' nfaweo Lu io-
vie Lamoo htii wei l Temple de Gk iis .
L-idovic Limo hr, le virtuove modewte*
sax geatesa s.bes, a.& taleit de ua Itrise
et de pi6cio-it6, est parti hier savcurer
lea charges et lea exael:euced de P. -
ris. Nous l'avons va s'en at!er iv,
joie car noas n'en pon:-ions piAs de
voir son g6nio so morfuLdre sous Is
grand ciel an'ildea .ourtant si beau ea
altileuces pomnetteases et eattomti ns-
aps. La sore natale a vu a'6pa:ouir bes
aaerveilleucea quality quoa la Fracce
va mettre on valor. Ntire orgaeit e.t
d4jA sa:si do i~ plus g 1dre.se gratitu-
do on retour do leur moatie triom-
phale Qo note apa'hia secoae donor
cetti o aille egoi'te 'ultmert arc-boat
portie on pisaonce do toutes tea beau-
te4 et do touted lea grandeur.
Si Ludovic .Lamotha demourait in-
ciedule A la trainee lumiseuae et &
I'enehantem4ut qu'il a laissas dans la
vie do notre socidt* artiatique port-au-
princiennt, it na coucavra pas aiae-
ment la d6tresse qua emplit ddsormais
see admirateors, habitues des mille et
one r6unions mondaines ci sa no:e
6tincelante d harmonie remuait chau
dement le cce r des moias en train et
des plus tristes.
Qai do nous, on efiet, ne oe rapipell
son premier et dernier concert, oid
" Dans us Rdve sa valse lente aux
rythmes diviaement b.rciurd,r6pandait
daos los aalaoi du Caorld BAllavue,
sea beaux offlaves do m6lodie char-
mante et csresseuse. La distinction
do son genie, ton ,.harme pregnant ooat
tele quake ce soir unique, il gagmit I'a.


as do ig ps.trusts.. nthonftlammait tout'
li6tre du plus indliffirent.
Et c'61aftton outre ineffable d-3 volt
I''tatinris.meoot do I& mbre, do vain
Virginia Samjeur Gouvorte di g leire,
oil--rn6aae, ,assi-ter mue et tromblanto
A As, glorification do son fila.
A'jonrd'hui nausalmtoons quoique
d'uit celir triste et douciment d6rqom-
pard Is depart do cotitre milodioux, do
colts expression vivants d'un.affino-
ment nation :il. Naus4 saluoaus cm d
pCant qui cons -.iv o do la m an~ne -fim -
iso qta6'eaiit po~rnon s a kmnsiq%.e'anx
couloes bsrmor.ui s tI tfibres. N i
vce.zit ui fiat an cor:kgq siqcA rv t dd
V%)u6. Puisse Ia rd tolam me, de par d~-%
[A loeainor,, nous a porter l'Acbo do
tout Ies sac%;as at des bravos qu-i aoj.
voroat la aciance bsrmuniaqi ct per-
monnebllod.i L-%mo'ht at sowiconcept
masi-ali .1 p eio d'tan cachet do dis-
W~ ction tt quo lot vienon a soisad. -
nmaim [Ia caus6,.ration gborie is* do I&
VAie-LUrnvire cocbnainseus)ate1Inapar-
tiale Q4s Is pap., .1 dciri6d dpais
boongempd, as noctrospe cefia pare
-1 kuvia sara exhaltE ca&fier'6, recoonu
tsei room-)urco-sd'art eon d~e nast Is
besvt st 'g6 .miq et d'i1al AL A'unndo
56-4 'rI~auta, JoIs puscher p~u-te
dout la Laiwut 4'tomlant an postIe-i foo-
bea avec C3 pre~tg- g.@1 ct. d6d'ic tease
crts. qnti rout, aApiopres not), 0-
norguzil~ira ldgulimemuent t fe.-a vi-
btier lu.aitt- dbciasm
toute I Lii, diIla Race..
Un. toLs c'Ma.,t sprte laudition do
$a comnpo-itioun aoazv'. e "Ilmmortells'
VAlue 4unts O icoupa.tAb!s b.:aute ase
kaoueLa.vs-a tastave, I'smn dos uows avit 5-
=is Ua Pons"e suivoute: 'Lamoth., avoc
I Emmotalksb, vou. reuwrtz vivant dans
I'Immortalad.
Colts phra-se qui n'6.ait qAuvie plo.1
am~d hE,iedoit aesorum~is %0crie. en
lot Lre;4 Imiesiqua serocit donqono
oja dmax, ans com'ue one sjreol* A
0otr-9 aui, transforUne, accompli, mulie
PAS Chat)g6.
Notld frtuo4e mdouato aux g-m#-G
tobares-au taslon",exq i14 nous aowevielia
ber'lett, ea. or, do Ia bcala~iait-o Atmet-
,-oil .wse i'acerprAtatiors do sea ce ivie0'.
Nous LOU-i pI~irons A b'~oaater. et A
Pev,3ir i-ota a- 'rt ceint do la p~irelme
be sourirs rasjolndaaaimt do sia pbyato-
moms ryou04kwe o i*je~~e -ijU.






IR Z14EIG&F-MUNTS


DUi
SAMiNAIRE COLLEGE St-MARTIAL
Di,:sxCHa 17 JumILRT 1910


Temperature miimum 22 5
maximum 32 9
Moyenae diurne de !a temperature 25,3
Ciel c air le main et convert I'sprL6s-
midi. Vent f ible lu~qu'A s h. Oasge as
S W depuis i h; ua autre orage suit la
chatne do Sud vers 5 h ; ici p'nie f oide
muquant 14,8 millimetres. Arc-en-ciel
double. Batom re en hausse.
SCHRER.
Administration postal
Noss declinons toice respoasabilite poor
les envois de journanu, de la semaine do
4 an 10 Juillet courant, qui ae soot point
parvenns sox abounds dn Cap-Hsatien.
Les paquets oat etr comma A 1'ordi-
naire, depo Es A la Pos'e qui voudra
bien recevoir les recla aa'ions de la pin-
part des abonnes du Cap.
L'aimab'e chef de administration pos-
tale, Mr BJgtrd Douyon, dout le coutr6;e
intelligent et severe est si bien ap"recid
par le public, vrifiera le bien-fond& des
doliances et prendra les amesures adces-
saires, s'dil y a lieu, poor empecher le re-
tour des irregularites signaleos.
Formeture de la nmalle
Les ddptches pour St-Marc Goalves,
Poit do Pail, Cap-Haiosne, MostoaChi


11, Pro Plata et St Thomas par le Itn
Syria seront fermes ce soir A 4hi-
res precises.
Direction G6n6rale
DB LA RCrrTTzE T DR LA DkfEN
Empruns du o 2 Aoa 19o09
ioime e.dpartii'on
Les porters des Bons de l'Emprsua dg
so Aot 190o9 sont avisks qu'ils peuvent h
re toucher au Bureau Central de la Rems
te et de la Depense, centre recas et so
presentation des bons, une dixime rvdu.
tuition de demi pour ceut ( 112 010o[o )
in e~rs du ier au30 juin 1910o surle sol
du tt cinqp;ur cent (5 oeo) d'amortisseasn
sur le capital.
D6c6s
S medi de nier 16, eat maorte as
Hattien CLARM GARDiER, file de MoM101
et Madame Rodolphe Girdhre de a"
ville, en reiigsoe Sceur Laureat da S c*
Coe ir,ide la Congrgtion de Saint Joam
de Clury.
Li famille et les Religiecses de Sdat.
Joseph de Clany oat la douleur de oie
part de leor gand deuil aun amis.
Natasanc %
M.date Elouard Moni's a accouhj
hier d'ane fille qtii a recu le p6naonei
NATHALIE.
La mn,- et I'e-fant se portent bies.
Affaire-B arr o Liet
Le G4neial S:ztus Berrouct, ancient cow
mindant de I'arrendissement de Jaced
comp. ait aujourd'hui devant le Jury.Ilin
accuse, come on le sair. I avoir assault
le G i Mirisier Joanans. Rappelons lets is
en deux mo:s.
Au moanent de la prise d'armes de z1l,
le Gal Mrisi: r qui se trouvat I Pon- *
Prince depuis que!ques temps I la dIs
positioned G nvern-men,. avait rcia I'N&
dre de c: ~iea.r p 6 A pa ir centre lesi.a
be les, ses services offe: ayant etd accepti. Mais b usqu:rent, IM
sister dispuct.
Le Gouvernement pass d:s insuracdew
an gnddral Birroaet lui disant de e-
tre sur sesga des, I'ancienchf des"Irasd
Sasit orob b'emant dans les enviroom
Jacmel, cherchant A so.lever ces popv6
tions. Berroust prit too es ses dispeM
tions et le dimanche 26 Janvier i9go8
con:ra I'adve-saire que lai avait deigalr
gouvereement. Uans la soirde, uaa
ramme acnoocait que Merisier avaitPO
e sa vie son antreprise hardie.
Le gEn6rale Berrooae va se difendre e
l'accustion qu'o. a por de contre 1iW. I
est assis 6 de M!S Lespi.iase et Pierre I
dicourt; le subsi, ut Rosemond somd'
l'accusation.
Cin6ma-Ro usseau
Li Reprdseotation donnee par M. AlS
Rousseau samed soir a I'H6tel BeliIes
p.ut *Cre citEe co nme I une des piN
marquables que le cinema ographe sit -8
doe- ju-qu ii. ,
Beaucou > de soirees firent donasda
cedemment par des artistes miraintes a
teelle valeur, mais ja-n:.is leurs vas
6:6 rtflechies sur 1'ecran avec aon
p: cisiou
Point d'irradiation aveng'ante aid$o
t.Ila ioa fa ignant le regard !
Une lu-itere blanche et pure, *9
qu'on la dirait empran de de la
Phebe, fit netitm-ou ressortir les utaI
aux yeax de la toule 6merveillie.
Les inondations de Paris, re
avec grandeur ec majesty, eathos
le pub.ic.
Qjelle terrible et touchante ca
que cell pendant isquelle a_
grand Capitale tonjours graadiose t
me an sein meae de son malbeurWI
On la voyAit agoniser et fmooCrti
meant.
II fat an instant ou I episode fatiI
blani qu'il enleva quelques lgets
froi, et pour moi ce fat un biea dons1
sir de voir de petits frissons de<^
courier saur toutes ces blondes EpsalOs.,
Une transition se fic A l'apparidJ
"Cigare tea de Madame ot soa
trompant croyant htre toapd,
encore one fais de plus son sla306
i'pouse par on tendre et long bd
nal. M
Charmante et enchan:ereus --
l'artiue proper d'offrr ci
d'aintes vaen aouvelles t tOst si


LiBsTL


_r --


Blrom~tre A Midi


-' 2 m m







noole do M6deoine
SaCTOM ART DENTAIRJ
al s lieS le se6me examen <
denotaie, on: G td rscus :
IjAlio Matbranche Bien
Volny Rouier A-ssez b'c
Clmeant Brano Passable
Camille Doacet 4'
jasin Rousseau ".
I&$s eon filicitos et leur souhaiton
- rie6tr dans cete voice pour dicrc
ruasae prochaine le dip'6 ne qui doi
lear$ efforts.
Distrinb tion dos Prix
-- natin avait liesa la distribution so
hI t-- des Prix A I'Bcole d'enseigoemen
s e des jienes files que dinge ave
Sble~e aniseMee Ch. Djb.
dMZttient le Comitd haitien de lallianc,
acia;e qui, on lesai .,ubvcntionoe 1'- a
idone, eti Mr le Vice Coasul de Fra 2,
pabit le Minssire eemuF.ha .
A.pat one ant6ressane cause e d- M
D. Bellegarde don't I'eloge n'es' plus
"e et quelques morceaux de musique,
sjck,6s avec one perf cioa qai n' egal
i I a gilce d eedcotan es, le prix son
La geniille saynette "Miss Ar.bells fai
as confitures o mc afirent applaudir M Ic
Clie DefAy e' Heuritte SAur.l i etque quest
.tes, fit e'vie avec uas csvccs bUie ; ai
Sit.
Quant 1 La d.me de I'oonibus elh
dpgya A cc poii t I'andioire qu'elle fat rede
mndie. N us avons admire en're autres
Melles Ctie Dcfiy, diliciense dans an cs-
tame de Percepteur P. C. S et Lucie Ma-
sigat en Force I la lei ".
Lgane t616phoniqf e entree De-
salmt eset SaintMichoel-d-l'Ata
laye
Les travaux de cette lign. e'reprvs sons
d'hureux et enocorageants auspices, se
poarsivent avec une rapidite surpreon',e.
DjAi la pose des potesux a a teint 1'en-
doit appelE March& Paul dans Isa
eMuMMaOe de Saint-Mickhel, et avec l'arri-
v'des fi's par le steamer Ahai ", lea
Stvauzx !crot compldteument schev6s Tvers
I fiu de ce mois. Aii donc, daas quel-
qua ours, Saint Michel de IAtlaye sets
t tons les autres t)oin's du pays. Les
Mrvnices que le pAys retiiera da ce facili-
A de communications sout daormes et in-
lka1lables, et il n'est pas beso*. d'y insis-
ar. L'entrepreneur, M. Auguste Supplice,
de;oue entieiement A cet e OeuVre uie,
p'ae, pattiotique. Apres avoir travail-
M a constrcciton des ligres teliant
Cande-Salines, Verrettes, Pctite-Riviee
i l'Artibonite, Dessahnes A Saint-Marc,
il fe consacre mamitenant a relier Saint-
Michel an rcs:e do pays, ct dans pen de
jms tout le Dipartement de 1 Antibonite
"aI toss ses points relies enare u et
c les saatres vi!les de Ia Republique. Cet
Uuibouitten a done fait ceuvre qui vaille.
COmplimeuts A ce modest travailleur qui
*s dpese pas tou:e son activity Ai uire
&OM semblables, mais ne eh.rche qu'l
Wmdre des services pratiques, eminemment
MI" A son pays.
UN VOYAGEUR.
Wharfxethangar do Saint-Marc
Les travaux do construction do wharf de
0int-Marc sont complE ement rarachevds.
0 sait que tout le travail a 4:t faic en
diemt arnm et ae compose, pour le han-
IM de deux large pieces separdes par an
tWO coulotr qui conduit an whaf. As
ON de vse do plan, c'est tirs coquet,
t bien, et tout cela paral bien solide...
prdijgeons de ri tendons le ju-
t des experts.
cependant que le hangar, bien
am sIpc iteux, ne tsufira pas dans les
=u-.s de rienlte. II serait done bon
6 UAi adjoindre 'tbaache de construction
I etcuve A c t6i el qa'oa pourrait f(-
__a- at ]ara.hever i pen de frais. De cct-
,,I acten local de Is donaie pear-
S s enohtd, le ha," I'adminisra-
tpdiaeipsle deesfiaa ", le baa aa
de la recttec." Ce seraient de gran-
oumoauea poer l'Etat qui eat oblige4
chaque mis les leters de ces
meesaIm De plus, cet aeieen edi-
maim u 8 seu Nsa, pourrait ass-
1 *eimm agrand poeur s'adapter
^--m besolas- Oest eels A pes


Nouveau S6nateur
La Chambre des Dipatis, deas sa dance
d'anjeurd'hai, a dl notr estimable ami
Erienne M4gloire, sdnateur de la Rpubli-
que pour 4 u2n. en replacement du sdoa
tepr D mica Nelson, dkcdd.


Mouvement Maritime
Prins willem I
Ddpart


N w-Yjak. Mr et Mme Coaland,
Ludovic Lsmothq, Edg. Lacombe, Mine
J. Dawi-, Mie J. r.;. Bale6ae, NapoltE
t ant, D. Cutt., Czas Koski.
St-Mere. Dr Eog- Audain et en-
frnts, Mme G. Guerrier. Hasbourn-I
Ant. Mucci, R. Darand, J. Rodriguez.
Syria
,Arritde
C p-H i ir. Vve Raoul Dietjan,
Ez a Chr m, A. M- Archer, Marie De-
rett-, V, Ca er, A-mand Nelton. Jo-
teih A, huoe. C. Alaino, Merc6d6s.
Gon-ies. Victoria Jean.


REVUE DU MARCH

II y a eu cette semaine do grosses
affairea do Traites faith sa & des taux
61ev-s, Traites livrables centre Dep6t
de gourdes, et ces u6mes Traites ont
6t6 n4gocides cash dans le march,
an dessous du course, ce qaii n'a
pas ma qu4 d influer surtoat sur les
petites signatures. Ces operations ont
Mt6 fa tes vn vue de trouver I'or pour
livror aux r6glements du 15 ct. et
nous pensions qui d'ici la somaine
prochiine il y aura une petite fermete
dans les course.
N6anm ins les Banquiers tionnent
toujour- ferme a leurs taux 3 112
ch6que 2 il2 trait cash.
Payb!es9 Livrabls
Ou a trait, an commencement de
sla semaine, quelqaes affaire. & 420
sur fin juillel 15 et 30 koAt. 1520t
fin Septembre et plus tard on a faith
425. Mais les Banqu'ers n'oat pas
vendu A ces taux, les trouvant sans
doute trop bas pour les conversions
de la rd olte. Nous p nsons que si
on arrivait A fare 450 sur ces mLmes
dates il y aurait ea beaucoup plus
de vendeurs et, cette fois-si, la blis-
s9 se ferait graduell, ment, au fur et ]
& me-urA de I'arriv4e d-s dcheancesC
par I'eunai segment des Billets pour
les achals de denrbes, sans computer
que la speculation aidant on peut
voir des 'aux plus bas qne nous avons
signals c-tte semaine. En r6alit6 les
prAvisions de baisso sont platdt pour
Aoot et Septembre.


Cou:s de Bourse


Or Americain comptant
Consolidis 6 olo
Coaso idis 3 Olo
10 Janvier
Provisoires
Emprunt 20o Aout
Titres bleus
Titres rose;
Cheques snr N-Y, prime 314
ChePques sur Paris, 3-3 112
Traites sur France i 314-2
Transferts sur Paris 4 114
Billets de cinq gourdes
Nickel escompte


455 010o
52010
26 olo
516 010
51 010
$i olo
86 olo
24 olo
23 010
o0o prime
010 prime
o0o prime
010 prime
a olo
5 iZa oao


L USINE A GLACE
Informs see clients que, le service
do livraisons a domicile eat absola-
ment gratuit, et qu'iTs n'ont aucune
gratification a donner aumzvoitariers.


Viennent d'arriver
Oha W. PASBB0IR
Chabraques *a featre tr6s 61i ;
Celettea on fr porT bams.- Ha 5a.


t


I SI vous voulez boire du RzUM DIUCIKUX, du REUM wIP wral produl
done distillation m6thodique, allez chess


Leon Liautaud & C'
o0 tons, riches et humbles, vous serez satisfaits. La reputation do

Rhum de "L'Etoile"
s'est faite rapidement grAce A 1'excellence de la :distillerie deO" L'ttolle",
en Plaine du Cul-de-Sac, o&u m fabriquait Ie
Rhum de feu Barbaneourt


ACCOUREZ


chez Andre Faubert


38 Rue Roux
Entendre la machine parlaote des Etablise
ments phonographiques d Ivry avec Di qis
Aipir.
M(t hit) p~e it wo libl avez 20 mcrceaez
Cash P. '20 or am.
C'cst surprenant
VOUS TROUVEREZ AUSSI :


Vino
Vias
Kioa
De la


de M-'ain,; Vins blanc & rouge de table;
de caisses premiers cius ;
Cardinal ; Sardires
maiaon. MUNZER & FILs, Bordeaus


Cognac & Fine champagne Olard-DuSy
Liqueurs assort i. Marie-Bri uad
Chawpagne en bM" & 1/2 bl- de
Venoge & Co (Epernaj)
depjais 0 80 or la bouteille
SB.scaits Pernot; Benrre davois ; Tapioca;
.... Detry; Cravates ; Montres.

Grand assortment de Parfumerie
KERLOR HOUBIGANT GIIISLAINE PIVER DAVER


Vente en Gros


& en Dbtail


La mason so charge de faire ex6cuter directement les commander quoa 'oa
voudra biea lui remeitre pour lea maieons suivantes :
Otard-Dupuy Cognac
de Venoge & Co Chdmpagne
Ddtry & R6my Purg6tyl
Etablissements l honographi-ues d'Ivry Phonograph -s et Disques Aspir
Compagnie GWndrale d'Electricite Automobiles et I stalla'ion d'Electricit6
Pernot Biscuits
Compagnie dloot ti eat I'agen: g n6ral poor la R4publique d'Haiti.



Voulez-vous avoir

Un RHUM alliant A ses qualitla de finesse tout Ie moelleux et teoue la
.uavit6 desirable. Un Rhum brilliant. Un Rhum vermeil. Un Rhum parfait.
LE RHUM NECTAR EST TOUT INDIQUIt
Allez a la Distillerie de la Poste (Grand'Rue, vis-i-vis la Posts.)
Voulez-vous avoir aussi
Des Vins de Bordeaux vraimant exquis, adressez vous A Ia mme maisa.

LE BAR DE LA POST
GRAND'RUs, Vis-A-VYI LA POTs.
VIN ROUGE S gourdes le gallon.
VIN BLANC 4 goardes sle gallon.


Cotte mason possbde le plus gros stock do vins fls on bosteiUMe eoi.
ant sar cette place.
CHAMPAGNE-KOLA-BItRE-MADIRE -LIQUEURS -RHUMS & TAFIAS.
Le BAR DE LA POSTE offlra un coquet 6ventail A tout achotour.
Pour le RRI UM Ju-Ma AR il sera 4galement ddlvrd aux aheterlm
u ben prime A chaque livralson.
Contre 10 Boos prime sons offrons Gratulten ant savoir:


Pour
< .



Bons prime

C


do/I galo

2ARquuct gall.


1 gallon do Rhum Nets
1/4 e g
1/4 a *
1/2 quart gall. a


- II I







Ferrari Cernicchiaro &C
.Iorlogerie, Bijouterie, Joaillerie
108, GRAND RUE, 168
Ancienne Mal on D. Ferrari
Par le dernier steamer francais sont arrives des articles de touted beaut6,
poor tons les goats et 'pour toutes les bourses : BUoux. SAUTOIRS. BA-
OUKs. BOUCLES D'ORuILLMS. CHAIN POUR MONTRES. etC.
ALLIANCES SUR COMMAND
INSTALLATION MODERNE
REPARATION de glaces qui sont remises absolument At neuf; ainsi quo
dos tableaux artistiques.
Achat de vieil or et vieil argent
La maison g-rantit leo marchandises qu'olle liwre ainsi que les reparations
ARTICILES DE LUXE pour lea principaux "4nementsde la vie moudaine.


Ameriean Bar


P&cm s Guvaha


Vmi Rouoz MIDOC
Gal: G. 3.50
VM BLANC GRAVES
Gal: G. 4
BItRE ALLEMANDE
A L&A PRESSION
Epicerie
Fromage Emmenthal la livre G. 2.40
FRam. W. KATSCH, propri*edr.


AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs
Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du TARIF


Cigarettes


NINAs I paquet de 20
do le paquet do 10
CHASSEUR le paquet de 20
HonWROIsas en levant sup6rieour Le Boudon
.20 cigarettes
do on caporal supdrieur paper rose,
paquet de 20
do en Maryland le paquet do 20
do en caporal ordinaire paper bleu
Bondon de 20


Gdn~ral,


GOURDiES

1.20
0.90
de
1.2(
le
08&
0.85


ELoANrrTs on Levant ordinaire Is Bondon de 20
do en caporal aupdrieur paper rose, 1e
Bondon de 90
do on Maryland paper jaune le Bondon
do on caporal ordinaire papier bleu Ie
Bondon de 20
FRANAIS s eou caporal asupriour paper rose le
paquet de 0
do an Marvland paper jauno Ie Bondon
de 20
do on caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
RoULfas on Maryland et caporal supArieur le
portefeuille de 20
do en caporal doux Ia botte de 10
do on caporal ordinaire le portefouille
de 20
do la botts do 10


0.75
0.75
0.70
0.70
060
0.60
U.60
0.46
0.75
0.40
0.60
0.301


- Juillet 1910.


Tabacs ScaterlatU GOURDE

LEVANT SUPERIBUR (dit tabac d Egypte) la Botte de
50 grammes 1.25


LxVANT ORDINAIRS paper violet lissd, Ie paquet
do 50 grammes
MARYLAN paper jauae te paquet 40 grammes
CAPORAL SUP.RIKUR paper boou l paquet de
50 grammes
CAPORAL nDOU papier vert Is paquet do 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRS paper pate brune Is paquet
de 40 grammes
TABAC A PRusea, Virginie haut goat, paper jba-
no, Is paquet de 100 grammes
POUDRE SUPURmuRn, papier bleu 'is paquet do
100 grammes
POUDRB ORDINAIR, papier bruun, le paquet de 100
grammes
TABAC A MAcHmR roles Menus filds le paquet de
100 gramCmes


0.90
0.70

0.70

p.70

0.60

1.50

1.50

1.90

1.50


J. LAVILL.


COGNAC OTARD-DUPUY


Pour tous renseignements


S'IADRESSER A


Maison dtablie depuis 1795,
dans Io ChAteau de Cognac
oti est o Io Roi Francois 1w.


et commandos
k: Andr6 FAUBERT


agent g6n6ral pour la R6publique d'Halti


FMNOUVEAU TRAITEMENT EO'TAUA? TRA.7EMENT
AFFECTIONS ---1-


7 Phtisle pulmonaire.
IaMODB D'*aULOI de 2 a a capiuls, par Jour.
PH. TrMIAL., 39,, ul't iauemeas, PARIS.


_~~~~MIO DI--- CONFIANCI--- '11


lAISON DE CONFIANCR
148 GRAND'RUE
Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILBEUR si bien connu deh
Rdnpblique, avise ses nombreaux
KNTS qu'il vient de recevoir par
derniers Steamers une Vari6t6 d'4tS
foe de : Diagonale, Casimir, AlID
Cheviote, Drap vert et bleu
rnelle sup6riorit4.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE I SOLIDITY I
L'6tablissement se recommande -s
clients les plus d6licats qui apM
client chaque jnur davantage le i
de son travai'.
Demanded chcz Joseph S:in'-Clod W
Restaurateur de la S.-u cit dcs Cartes p
tales Illustties.

Kola Champagne
Reconstituant
Formule due A l'obligeance do
1 T'I eoxx A a.-cidaIn
Andcin Inferne dee H6pitaux de Pari.
PRIX : P. 6 00 lai djuzaine.
DIPOSITAIRES:
Mr Simon Vi-lx, rue du Magasia |
I'Etat, Port-au-Prince ; Mr Geor-
Blot. rue du Magasin d' I'Etat, Pu
mu-Prince; Mr Aug. Scott (Ldognmt
- Mile Luce Arglade ( Cayes).
B. Cooba, J6rdmie.
N. B. Outre cettA cat4gorie, l
Soci6t4 Gdndrale de Kola ChampaI
livre au public n>,-, autre classes
ce mezveiilex itj!;:li al prix da
QUATRE GOURDES et dinmie la douz.
Fabriq,'e au Chernin des DallQ
SoCitTi Gle DE KOLA-CHAMPAGM o
Port-au-Prince, (HNi'i) P. 0. Bex,*


A LELUYIANCE
QO3ED. 3ONNEiI..

4R, uRe des Frvtals-.rt,
CNAossutiaus DEr6,rcut La
Promptitade Lt no i. .& se-ao1
des taut ici qu'en prc-;".;-.
Chaussuare de Dao M i. r,'e el 1
ailltoujours tout ae q~"'i yR de*PW
aouveaux.
Fonmes amunieaiae wt .; Anaise
Messieurs ; '16a-teB- .-: comm*dat
Pour lea e&Sa.ts is ; :. r atie.
Travail *oiH* ea -.i u a*
dWo peawi 4e p.revat :nsq
Assuurasse 4d -t'- ..


M" C. L. I crrd
Tall.ear-Ma-rci-td '
Done avis & am biooneillnt@t
tale quoe a rmai:. N':7. F~ne T
sir" ost tounours bie'-- ouvU
varlit6 d'6toto de i baste
vetS6 parilonae. .
QMALrT SXMt*,?VwVs. Coura
TAVAUL. sole. Er..cuLow rao



CHAPELLERII
PAILLE DE PORTO-RICO
Accounsz cass


Peliberto


Go


JOSE SAN MILL
FABRIQOU DE CHAPIM
PLACE GKFFRARD
SA&OW Di CoWrFUR DO LO
Poor tos lee sots et po
see boarme.


- -


I


rrpecie~ .