<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00977
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00977

Full Text

@agtrieme Ann6e, He 994


Port-au-Prince, Haiti


Samedi, 16 Juillet 1910


LIONNEMENTS
MUs Mois.. G. 2.00
pg,~~Pr3COTyaoi Mats...., 5 00

p~iueaftmoUlmUrnMaai;, G. 2,20

sbmw.s... 0o5 Mole. a8.00

]DmCTUUR

Cg6mient-Efagloire


C


1


j


LE NU~dfRO CENTIMES

Lme maDuscriii ns.Ar.'ssou non a, L-,,n
pas readus
REDACTION-AI)MINisrR ATION
45, flUE ROwl, 45.

ADMINITMATKUR
A~rthur Isidore


OUOTIDIEN


LA SEMAINE QUI FINIT


SMPLU CONTRZ-RiFLEXIONS"
M. od Alexandre, so plaigaant de
la petite solonne et deomie quo j'ai con-
ierde, dans une do mes darniDres
*semaines*, A recifier an point do
i~asee social, m'a rdpondn par plus
de dens col ones du Nouvulliste. 01, I v
onnes dts denx grands quotudisris
ti Lons re valant aujourd'hui par I'd-
teadae,-rd6altat pratique do la con-
earremce bien entendue, je rested le
d6biteur, as moins d'ane demi-colon-
so, da publicis'e do Jremel.
Masi le diable, c'est qa'il no veut
pa 6tre pay6 ; il declare I incident slos
el done pour toate raison qu'il u'a
psu assez tudid la asionce social poor
eela.
Qao'qae Rod soit le primitif de 'oRo-
"emonu, mon coentradicteur so r6vsle
as pea trop ce dernier en me privant
atisi de l'occasion d'augmenter ma ri-
hea : noe dit-ou pas que a quai paie
Wodettes s'enrichit.
It si en no peat pas forcer an Ane a
boiro, ni mame A passer le ruisseau ;
at d6jA, le tex'e do Ia loi en main, il
est. tr6s diffisile d'obliger an debituar
a s'acquitter ; combien plus I',atrepri-
ma est-elle difficile de former ls crasn-
dter A accepted la criance, quand il y
bet doe la manuaise volout6 et da par-
l-pris 1.. Or, sur ce point, M. Alexao-
dre so declare Rod I
Eaverrai-je un 6missaie A Jacmel
Itodailler autour do chex Rod Alexan-
re ala de le saisir au passage et do lai
sher ma r6ponse, comme le fit ano
Jear I'haissier Vailejoint avoe le regret-
0 Bateau, aloia miniatre de I'intdrieur?
Voas no connaiss z pas I'histolre ? La
"ieW en doux mots.
Un attentatk Ila liberty de la pressed
avait dt6 rommis centre ....I'Impartial;
a publication fat suspeadae, et M*
Fr6d6rique, il s'egit bien entenlu
de fatit ant6ieurs au Limbr tft, en
oatre, ddf6r6 par le government A
iaJUtioe des tribanaux et du jury.
, J nae vais pas voas narrar to Ate t'ft-
hire, par example, mais vors dire sea
lemeat ce quo fit I'huiivier Villejoiut
9l fat charge de sigoifier -no citationO
"s sainistro de I'iateriour.Bateau.
Ce qui n'etait pas facile, le ministry,
* verta do reeommandations spdciales
Eota, tant ties invisible aux yeoux de
=6ai4er, tant an miniastbre que dacs
Sea h6tel priv6. Vill joint n'avait qu'-
in chance, c'-tait de I'attrsper en
sarant, an passage doe son buggy et
Ciastrumenter de cette fagon : cost A
ela qnUa'l Warr6ta.
II enfourcha un jour son choeval et
l 0s porter dans lea abords du mi-
atwe. Bient6t part le ministry qui
*meta dans son buggy et partit uaivi
* 1qlques adjoints.
.Tot-A-Coup un home fit irruption
W Ot passage : "-Seer6taire d'Etatl
5alr* d'Etat, pardon 1.. Buteau
lIsr l trot doe son tireur et so
lctg6rement an dehors poor" es-
de reconaattre I'individu. Main,
-1qu'11 y ftt parvenu, Villejoint,
Sb pwlarnt 4 s e persmnw 6tait derit


i l'avance sur son paper, lanca I'acte
dana le buggry aux plods du ministry,
tourna la t6ee doe son cheval, piqua
des deux et disparot A fond de train,
commea i c'6tait lai le poursauvi.
-A-t-on jamais vu I d't Bateau
d'une voix.qui o'eoorgait d Mtre bratale;
at il donna ordre a~ cocher do conti-
nuer, sans poivoir a'emp&eher do mou
rire derriere ses verres, de ce sourire
pinc6 et bon don't see amis garden le
souvenir.

Emp'oirai-je eIs mime proc616 pour
atteindre Rod Alexandre ? A peu
prab. Ji vats consignor ma rdponv sao
greffe du tribunal civil de Jacmel at il
y a des chances pour que, A la pro-
ghaine communication de pi;eas qqi
auia lieu entire lai et Charmant, l soit
touch.
Car, il faut quo le dernier mot me
rests, eu d6pit du parti-pris de Rod
A'czandre; et un dernier mot avee un
Jacm6lien, c'est eoap double, je vous
assna e.

En attendant quo j'arrive, qa'il ap-
prenne vate asses de science so8iate
pour qaue-dens la diseassion courtoise
qii a'snioace entire geous do monde
comme nous-il ne soit plus teotd de
preadre mss rectifiaations pour des ie-
gons, ni surtout es qua a amea6 to..t
cVia, di d6tourner lea toeres de lear
veritable sigoileatioa.
*
LA RAISON DU PLUS FAIBLE.
Le Matin a reproduit cette semaine
13 procai-verbal des discussions soule-
vea s, A la derniaro assemble gendrale
ordinaire des actionnaires do la Ban.
que Nationale d'Haiti, autour do con-
trat do la Banque.
N)us somee, gA.se A catte publi-
cation, fits dd4ormais ser Ise vrita-
ble etat de la question : la Banque
paralt so preparer A plier bagages.
Un point de c'tte discussion a par-
ticuli6roment retenu mon attention; il
eat contendu dans tole passage. suivaat :
a Un aclionnairs. Le gouverne-
ment haltien fait ce qa'il vent ohez
lui ; on no paout pas le former. Do
plus, le government frangais ne
nous soutient pas plus qa'il ne soa-
tient lea intdr6ts des ressortissants
frangais A I'dtranger c'est A croire
qu'il craint que la R6publique d'Halti
ne li declare la guerre I
a0 d ThP-E.1# -


mmmw


"- -. ie PrTsr4. Noou, no0u
pouvons pas le forcer A remplir nes a La fAte ae poursuivit trs agrdable-
engagements envere noa-. Mais le meant par des morceaux de musique,
gouvernement frsncais a fait poar nous don't an solo de flit.e do M. Louis Ar-
tout c qu'il a pa ; il noan a dona6 le teand... a
maximum d'aide, maim ce maximum Or, Louis Artaud n'a dit qu'ua mo
eat limits. nologue. Le monologue s'iatitulait, il
S11 no peat p;s sller jusqu'A d6cla- st vrai, Polo de fite it I'ex6culant
rer la goerre A la R6publique d'Haiti, tenait one flite A la maim; maim je
1'emploT de la force lui let intordit. vous assure qu'il 'a pas souffl6 .. note.
Le gouvernement frAVi iis eIt assez Mais voidel 'explication que j'ai ef-
gba par la doctrine de Monro6 prdocc forte A notre *eltabo pour le calmer,
aimSe par lee Etats-Uais, et il no poeat apr6s li avoir fault le repreche d'avoir


one in'ervenir par ia force sans crder
avac cat Ewat des complications devout
lesquelles ii recale aveo raison. Toos
lea tats d'Earope ayant jusqu'ici res-
pect6 pratiquement cette doctrine de
Mdonrt le government frangais ne
pout pas fire exception.
Tout cela oet tr6e clair, n'est-ce par&?
et sigiifie nttemant que sans la doc-
trine Moaroe, lee canons francais noua
auraient depuis lonogtemns ramnm6' A
la raison et baiss6 uotre caqu- ; car
il eat do mise on Europe de discuter
seaulement avec les grands et d'emplo-
yer le fouet pour lea petitL. Or, petits
nous sommes, battus noun devions a re,
Mais malbheoresemant lea Etats-Unis
sont IA : lea Rubalcava, le i Batch et
Iea Thiele devienaeat de moius on
moins dangereox : lears dents sont 6-
mousesds et sont ob'igi n de fair place
A Ia langue : ii faut discuter et non
mordre.
Et ce sont lea Etats-Uuis ot lea A'n-
ricains qu'on noun signals come
dangereux et come brutaux I Antant
vaudrait signaler le paratonnerre com-
me dangereox parcel qu'il prdviont lea
effete do lI foudre et force I'dlectiicitb
adrienne A suivre sle chemin quae trace
sa tige solids I
Non, Haitions, moe fr6re., vous poa-
vae contractor avec lea Etats-Unis : lea
Amdricains sent l.yaox, droits, justes,
et tout cela parcel qua'ils sout forts, car
le menson'ge, 'hbypocrisie, Is rose so-it
armes do faibles. Dites-vous qu ils ne
aous mangeront pas : mais dit. s-vout.
aussi que nous gagnerons quelque
pea A traiter avec de teolas gens : l y a
de chances poor que, avec sex, nous
lalssions un pea ls4 pratiques do cals-
bindage et des faux-fuyants, pour ap-
prendre le respect des engagesentv
pria, la parole doanne et des cho-
ses supdrieures qtt cinstinuent la vie
d'une nation.
*
*
ERAKUR DO SONS.

Artaud eat furieou -et non pas le mi-
nistre ni A propose de chosebJ de la juot-
tice, mai unotre petit Louis d, Matin
et A propose d'ane iojustice... 11 fast.1
A ce sojet, quo je vous dise tout do
suite ce qui distaogue notre reporter
de I'honorable ministry : c'est a n a N
MOINs".
Maintenant, si vou s liez le comptr-
reoda fait par le Nouvelliste de la f6te
do 14 jaillet A I'Asle frangais, vous
verrez de quoi notre excellent ami a
A so plaindre. Son grief eat double.
D'abord, on no lai a pas tenu comp-
to d'an a quil n'a pas : on lai en a
Oolil an faux. Eaeuite, on lai fait
joner de la faite (saos jeo de mots),
alors q'il afftirme n'avoar jamais fait
cola do la vie. Ecout, z pit6t, c'eost le
NomlUaiste quai parole :


I IICCCC ~-- -~- .- ~- ~ ~- -- ~ -


I


laied son reportage pour monter sur
la scae,--0 q i m'a oblige, aur 'i-
vitaties eourtoise do notre direotear,
I* romplacer *t A prendre des notes
pour lui.
Jo lit ai dit : Ecoates don, Artaud,
il as fast pie vous fair d, la bile
pour una miserable question do fldta,
trivol* instrument A:vent:ocore,& trons
easaite ; mottos y lee doigte et souffles
Sl-d-dans. Voiei tost boanement Is
hose :
Notr,. aimible confr6re Ie Nouvellisfe
r a d616ga6 probablner.nt A la f We un re-
. oortar un pen sourd qai.vous voyant la
flate an mains, a cra da bonne foi ea
.nteodre le son.C'm*t Dour vous le com-
ible da seesis. R4jouisse-voiis do Ia
mdprise, qul. d'ailltears. aarait pW 6tre
I plus grave. Car si, an liea d'an sourd,
. vous avix aftairA a n myo.1e, C 'st
probablement d'on Afro qa'il aurait
parl6. Or, le fifra e et s trous sent
plus voulaires ; I* son auqsi... Rondes
*douc gAs t Dies.
JRAN' LU FUReIITU.


LA CIUAMBRE

Sdance du 15 juillet 1910.
Apris constatation de la presence de la
majority r&glementa re. Is stance est oa-
ver'e.
Au binc de l'Exicu-if siagent MM. J. C.
Arteaud, Secritair- d'Etat de It justice at
des Cultes, Murat Claude, des Travaux pu-
blics et de I'Agricnliure et S. Marius. de la
Guerre et de la Mtaiae. ch2rg6 par interim
do por.efeuille des finances et do com-
merce.
Ce dernier price le Pr6sident d'intervertir
I'ordre dn jour poor lui permettre de fire
one important communication I l'assem-
blie.
La Chambre, consulate, accepts t Ie Mi-
nistre depose le project de loi suivant :
Art. i. Le Secretaire d'Etat des finan-
ces pourra, avec avis da conseil des S-crAd
taires d'Etat, et sans prejudicier aux droits
des intdressds, disposer A titre de pret pour
le service courant, A la charge par le tre-
Ssor public d'en oprrer le remboursement,
des fonds affec es an service, du retrait on
a tout satre service pourvu que. dans ce
dernier cas, ces foods excAdent la some
ncessaire A acquitier les echdances legale-
ment dues.
Article 2.- Ia presence loi abroge, e c.
Le geadral Matins demand en orure
l'urgence et le vote immcuditt de cette loi.
L President transmet i la Chambre les
demands do ministry, et apres les for-
malitEs d'usage, cette loi est, votee seance
tenante et A I uanaimit, pu % est envoyde
an Seaat.
Le Cabinet demands alors la permission
de prendre cong ec l'ordre do jour est en-
tame.
On sanctionne un proc6s-verbal et on lit
la correspoodance qui comporte, entire au-
tres pieces, one de.eche de M. P. Pierre-
Andre,minstre des Relations Extrieures res-
Cpnsive A la question do dEputd Gourgue.
ministry se dit tonjours malade et dans
1 impossibility de sortir et ajoute avoir pris
des measures anus fins d'avoir des renseigme-
men-s serienu, car en ce cas,il ne faut pas
s'emballer, it fast agir avec circonspection-
d'autant pls qu'Haiti a'est pas represent,







tde aa Guitemala, itl 's donc ascun ran- 'ce que je voas demand. Nous pourrions
seignement pr6cis mais it en cherche. bien nous passer de loi et fire cette opera-
La lot du tran.f:rt au DWpartement de tion en catimini,hnais noas savons que voas
I'Ini6recur, du service tilIgraphique qui n'aimez pas cela. Les employs souffrent et
etait souch6 jusqu'ici aux Tiavaux publics, nous nous promettons de ne prendre que
est ensuite discutee e votic. le surplus des affections ,egulie-es.
Le Shnateur Baunesa : Les assertions deo
M. le Secrdtaire d'Eat sont en compi6te
LE S NAT1 contradiction avec les terms de la loi pro-
LE SENAT jetce. Aucune distinction n'y est etablie ;
one loi semblab!e doit e re attenivement
v6rifide, c'est pourquoi je suis d'avis qu*-
Sdancedu 15 JiWLt spio. elle soit envoyde an comity qui i'e-udiers
Ap is sanec ion de deux ptoces-vetbanu et fera son rappirt : co-nme I'hono'able mi-
on d6pouille is correspoodance qui orM- nistre intirimaire des finances,nous desirons
porte, avec que!ques demands ue ren e, que les c p oyds so ent paves mtis nous
on mess ge de la Chambre des DtputesJ ne pouvons q.zt 'ccu!'r d eff oi devant les
accomp.gant uone loi qu cleo vient de vo-' pertubati ins que c.ttL loi va j-ter dans le
ter permeitant au Minuste dts finances de co naimece. Li situation va empirer, le
disposer de certain fonds. cha: ge va mo:u er rapidemeat, en un mot
Le President se p:ononce sur le sort de c sera un couple desarroi et il n'est pas
cos dfftrentes pieces et attire I'atteation du ia peine que nous ayons en mains quel-
Grand Corps sur la loi que vient de lai ques gourd-s si avec la hausse du change
trassmeitre la Chambre. eiles ne talent ricn.
An banc de 1'Exicnuf slegent MM. Mu- Le MiNcitre declare :e tenir a son argo-
rat Claude, J. C. Arteaul et Septimu Ma- mn: -non.
rins qui demand la parole. Le S'ai' car C.uvin : le ne p us m'cmn
Le Giaer t S. MAxuIa: MM. Ea ma p1aher de p.rt:ger entiircemernt 'avis de
quahit de Minis re initrimaire des finances moo colligve B ussan. Je ne comp:ends
it me tcvient le devoir de prendie ia pa- pas qiel inti-.t si pressani on pent .ivoir a
role sur ce project de loi qes la Cbambre r fiser au S.-nat le temps d'exatniner une
vient de voter d'urgence. loi d un ou deux articles et qui cng ge des
Les explicat:ons precises que component re ;,onssbili e si coniJdU able-. Ce-.: ure
les considerants d6mouttent ta ndcessit6 ot modificat o en mnis'e de pls cuLS lots de
so trouve le Senat, don't le patriotism est finances q i'o nous propose de voter et
connU, d'exza.nuer en ce moment cette loi ma'g16 cel.s on nc u. rfJse mime le teimps
si importance. Je de nande done l'urgence d'thudier ce q'-ic nous alloas signer. Cc te
ci Ic vote immddiat. loi est vgi:, Me.i:rurs, elle est si v;g-e
Le Seoaicur Bausan : MM. quel qce q I'elle me f i: p:u', car malg d la lecture
soi. moo d6sir de voir le Gouvernement en auientive,je ne rne r nd ps comp e de 'out
measure de sa isfaire les employs, car j'ai- ce qu'elle conticnt d ns ses flancs. Nous
me A espdrer que ce soal 11 nos vues, je ne p uvois pas renare irrdpnribles des
ne puis m'emp"cher de protester conute la chooses si graves, ilt fut donner le temps
demand d urgcucc.Li chose est trop grave, ;u comite d.s finances de fire son rap-
en ce moment surtout; come les autres p, :.
f.'nctionnaiies, le s6nateurs souffrent, mais Que !e Giadral M .ius, ema de notre
quand le gouvernement ncus demand de pauvie v euille tout de sui:e nous p yer
voter que, su- simple avis du consed des nos indemni di ainbi que les appointea-nti s
Secr6taires d Etat, le Minist.e des finances des emplhyks, c'es tree louabie, ct cc l'est
poutra mettle la mAn sr !'es foends do re- d'autait | lus qu'ti ne tient les Ines do
trait et autres, sans spEcifier quels autres, D1pa- ement de finaintces que d.puis hier
nous devons d6 ib6ter ; on doit soumectre alors quce .es prddecesseuos, int6rimaires et
ce te lot au comitde d.s finances, compose titulaires ne s'en sont pis inquid is, mais
d'hommes competents en la matiire et qui nus devo is r.ptien:r sou zlie et dans l'in-
daront cc qu'i s en pensent. t6i~i du P.ys, il neus met en face de crian-
Le General MN ius:- Le Gouvernement ciers qui diront : vu; avez pris ce qui
ne demam4e pas 1 autorisation de mettre ncus etait atfete.
la main sur sou es les affectation, nt iou- O.a diu qu., c'est un surplus, 4, 8 on
tes les disoonibilids. II denaude simple- 12 mili dollars qu on vent toucher, m is
meat la faculie d- con:rAic.r un prat sur ce pourq.;oi vtu: on y :onchcr ? C'st pares
q-ai resic de ces affectations, les chances qu'ono s: accu e, parce qua les race: es ne
etant payees Le Gouvernemtnt emprunte pctine.L#i.t pas de payer les services pu-
le surplus, en atcudant qu ti le sembourse b ics. Si voas prenez cet argent ei qua le
et mIme en le fits.nt, ii ne manquera pas rendement des douanes no permet a pas de
d'rgir avec sages:e pour evi.er de l1scr les trouver de quoi remplacer ce quae vous
d oits des tiers Oa n'a qu'A lire le pro- avez p:is, comment sortirez vous de ce
jet de lot pour voir la preuve de cc que j'a- mauvais pas ?
vance. It es do c sage d ne pas tougher au
Le Sinateur Baussan : -'ai entendu la su.puus el pour tetnicer ces observations
lecture qu'a doonne M. ICe SecC'taIe du 1i vous ptopoac de retc er cc project.
bureau du project de lot, m.is ,e ne m en Vous voy z lt st'-s ion, service courant
bureau n poei ai rolet, que est in mo.t ait e.asique do.a vous ase
Mr le SecrCairc d'Etat me l pardon je saisissz pent-6 re pas toute la poride. On
nfy ai par trouvE les arguments qu'd dit y uous demand .uornsation de disposer
e.re. En tous cis, M le Mi.is re, ne cro- du surplus, a ir.d que 'tat deplorabno de
yez-vous pas que cete lot aura d s consi- nos finances ac voail ce qui ddmontte
e oces fjneicas quhnd le commerce saura 4!ambinieua it erat ie d'avotr a n linistre
qaon touche aux tends da retrait sans sa- tiulaire A la 10 do nos fiances. Vous
voir qoelle vae Ur on doit preadre, na vo- save quClluc gaves questions vous av.z
yez-vous pas d ici le; perturbations In chan- risondte, th bi n savez-vous si l'honora-
ge ? Jevons conseille de suivre mon avis at bl- zn.drimaire quelles quo soient ses lu-
de asser examiner ce project par une corn- mitres pourra vous donner des eaplications
sigeston compose d homes coupi.e ns suffisanes. Tant6t c'est Mr P.-Andre, ma-
en ta matiftre. lade, tan16t cest Mr Jdrdmie nmalade aussi,
Le GinEral Mirias : Je vous demsadeu de puis hir c'est le G Mearius, cola jure an
de reiceer la proposiion Baussan. La loi est pea 0 pour le respect mme de Is conles-
a;;cz explcite, .vaui lavez tanus entendue, iution, ie e puz pas madquer daxpii-
v eusvotcrcez doc en oanaissance d cause, mer le regret que j'ai de voir an ports-
ve Saus voterezur Bacussaen condemissancede qcause.- f.uills aussi important rester si longtemps
ti a soit ercore donnde da project de oi .
q iest l ce se on son d sir. Le G-1 Marius : J ai d'abord A noter la
L Gnral Marius :Ia question ire- ccriuque en rti'e quc /ait I'honerable s6na-
pie, an sal qMu poor lic rerais on dot tear Cmanvin des moyens quo nous eiplo-
veaJ'e sue valeur dEo&rmede canire les bil- yoni poor ii direction dsso nances. Acut-
i-ts qui seront bntxls, oh bien, supposons 00 loi nd fait obligation ad Chef do I'E'at
un yolas dcsads dle ot loi retra2o remplacemet duon Ministre. II noe pent
n0 us ,yous escavat lodanntr es, ao a, a pes appeler le premier veuu A colhborer
on e,, mi le sxant l r.0 glementaires avec lui A la direction de Gouvernemest,
et tc gurvememcnt poem disposer d uur- .c'est ajpis mutes trdflexios qu'il nommmo
plsqoi da rest sers remboarsh dass le un secr6tatre d Etat itaisr.
c ,uras, do mois suivant avec les entrs or- Ici le siuateur Caviu na' esprimd qua
din st s. Coest seulement lescddent u'oa sa pensoe, sucun vote ne peoi 6tre prope-
vy e preod* s U lieu de f aU ean ot us mpe o s l n ce se.
deouts ua cOtoialt tlrop. Volt tout Ba ce qal a traiit air *^,4A jo pea:


affirmer quo le Gouvernement peat les segs, Nerva LatAilale, Geora
rembourser quand il y aura touched ; il n'y lair, J. Laurent Grarfirt, I.
a pas de poessamsmae metre en avin*, is Charls, 0 Fcanrvs, F. B1rthd
situation est d6plorab'e c'est vrai, mais le Faddlia S -Vil, Raymond Mlery.
Gauveroement astuel *'en est pas respon- Jacmel. Maria, G:variui at G|
sable et il cherche A I'am6lio er. Forara.
La loi dis biMas stod4t* le r4sal- Curacao. Ac6Iie Etienne,
tit des combinaisons quo le government Simonice.
a en vue. St-Marc. Jo eoh Morimset, C
Nous avenseua ffet combial tout on plan nard, Con-ul L. B. Wolff, A. S
de finances tendant sinea a rimedier mast Chat lAe Sa!e;., LmUia Montrenoy,
do moins i am6ilierer I'd at actual dem Gar di, Fauelia F.ine, Mol e Dia
choses at come oa d t quo l'esecurif Sarnia
o esi pas sr des crvenus des douans je D'part
peut en ma qalit de me.mbre du G >u- pr
veraemenet ffi-mer qu ont ne doit pis tenr K g-K o. -.- Mrs B C.*al, 1
comp.e de cat.e arguaea'ation et a cadt-, D*y't .. M, Mine r. B <,tha'
pla.se au stnaaeur Cauvin, la situation Mle l "a B 11 g r.e, Mr B ntio
n'est pas des plus diplozables, elle est tris- Yv-d,.
tC C'es vrWai, maii on pea cncjre tenor .c>. --- Mr SAomion M khlc
d'y iemedier.
Lo serateur Daitiguenavo. Ua Goa-
veruemcent no peout pas vivre s ii n'est pas
oen mesute de s'imposer des sacrifices pou,
vents so secours des employ,.-
II n'y a pas de dome, dises s ci:4o 'V- RENSEIGN rMMENT8
tances actuelles no re patuiotinme nois
comnmande d'aider le Gauvernement A MEIrEOROLOGIQl
tnuave: lIs moyeos de fa rc f ice anx exi- O SerV toiy
gences des services pcb. cs.
It o'y a pas de doete que chicun ne soit DU
dispose a appor or son concours, mais it SIMINAIRE COLLEGE St-MART
n'y a paside donte non plus qu'on sit a sa VE DREDI 15 JU:LLtT 1910
vegirdet Is in cre.s pub ics et I'avenoir na- Barometre A mid, ,7
noaal Ceci ma'am6ne i dire que nous pou- 7
vons voter I'utgenc: demandde. Teznp6raturelmanizmum
L'urgence nous am6ae A la siance de (imazimum
maids, nous pourrons doac r.6flchir sur Moyenne diurne de la temperature
c:riains terraes qui pcuvent uuire ; exaim- C e clair jusqi'A ruidi et convert
nons doe iec project et donnons la preuve suite. Pluie au Sad. E:'air e: tonne
de notre patriouisme en vo:aut I urgence, Barome re constant.
mais pas le vote immidiat.
Le sinatour V. Hiltire : dit qae le sd- J- SSCHEJ
naicur DArtiguenave Ia devanct st que Distribution de pixz
c'est ce qu'il allait dire, il I'appoie doUc C est J.m i i m i i qe e fe-a la
torement. bu ion so ernel.e des prit i r'Eco'
Le senateLr Baussin. Voaez-7ou me Ebseg i erne-t prtqu di ig6: pir
perm.ttre de donner lec area Minis reds Ch. Dub-
tinaac.s de l'article 66 de nos reglenments A St Louis de Gono g ie ce sw
(ie lit ) Vous voyez, Se:ritaire d'Et t. 25 7 hcurei d; ma in, et au Semiai
Le Ga" Mtrius : Si c est en qua it6 d avo- 27 A 8 heares du ma in.
cat q.e vos disc ez le voas 6dondai ;ur Bol e auu letires
le memne too. Bol aux ettrs
Le S6oatear Bussan. Je o'ai pas fioi, Por -.u-P.incc, le I6 juillet igu
attend.z, e propose de se conformer aua Au Direc cur du journal Le e X
disposi ions deo riglemnents et p:i cipile- Monsieur le Directeur,
meant de l'artcle 71.
Le Pisident. -- Met la de-ninde d ur- Assi.irant T/galiremsnt aux siaoc
gerce aux voix et comme elle est accep- S0at eti de la ('hamb e de; Dipi
tee 11 docile de porter la discut on do pro- me c;ots b.-n l-.c6 pour 2pprecier i
jeti A Iordre da jour de la prochatoe sun- titude d.s ti iiuais q 'ea f)at nos Q
e* diens.


Le GaI Marius : J ai demindi aussi le
vote immidiat.
i.e P.isident. Je le regretted, Mr le
S&cr6taire d E'at, mais les ieg'egaeits du
Snrit s'y opposent.
Le G-1 Marius. It y a la costume,
Pro station dams I'assembl6e.
L- Prisidear. J'esti-ne que le Minis-
t:e doite-re d'accord av.c i'asi.mbI 6 .piis-
qu'elle loi accord diji i'urgence.
Le Ga' Marius insisted encore.-
Le President.- Ce project de loi sera
discuti A la prochaine stance. L'iccident
est clos.
Le stna'ear F. N. Apolloa rend compete
de la mission du comiti chirg& de prseon-
ter les condol6ances du Sdnat A la famille
Male b anche.
Le sovateur Leooce Lubia read comapte
d'une mission ilaotique covers Ia fimille
C. Robert.
kais la stance est levee.


Mouvement Maritime

Ppins Willem I
Arrive
Cayes.- Ed. Moraille, E. AlphonFe,
Ch. Dannery, Era. T416ma*qu, E Fov-
tainp, G. Larea, Sar Maxaumues, A.
Sancbagein Mil Deuonery, Scar S, -
Ubert. S. F ovial, W. Victor, Strac-
man, Ch<. Hyacinth4. N Doo400s, Na-
codort Michel, Luiae Dalv, Ssalo, D6-
grA&e, Augaesta, SimoAic*, Jalia Sar-
rier. Fernand B)ooiP, Nicolas Garcia,
A gastin Grctn, Carida Hetlni, Goor-
g3as Robin.
J4r4mie. Ulric Davivir, Wo61. L
Vilafranohe, A. Banoit, D6put6 Chs-


" oU




N4'







Mao%

ifl.













uaj
354


AL


me.









In

ztit


Q' est ce a dire da passage suivut a
comp e cer.du publiE dans le "Nouvellio
d'avant-hier de Ih stance dou 2 con0l
du S4nat de la Rdpublique, passage ail
partniulitre nent attirE mon a tentio :
a M lg-e l'olservation do sEna'ear
dore, tend.nt A fire voir que les
de la ju;-ice re doit pas conalt redo p*
jet ou'vrant le Fort-Liber 4 au somMel
le president soamet ce document as
mitEs des Finances, de I'latdrieur esdo
Justice. a
Je me rapp 11e que le president do 0
Grand Cori s, u avait pas manqud do
compete de 1 observation de son "
Theodore ; bien plus qu'il s'dtait ad I
I'Assemblie pour savor si, comme iua
njit de le proclamer, eti contraireaOlA
A I'observation de son co'legue, le c
de Justice, poor les raisons qu'il dhd
ne serait pas adjoint A ceux des F
et de I'Intzrieur pour etudier aves ca
niers le project en question.
J'estime que le reporter do
lisate si press& qu'il et- pu ire P_t
souci d'abreger, n'aurait pas d
fair mention de cela dans son wo
du.
Ainsi, il serait res 6, comma le
d.ns l'exac'e virite.
Veuilltz rgrer ....

Simple aveu
Les prdparatifs que fait Monsieur A"
Reuassea, pour recevoir dignemeunt
ce qu la Capital* eompte -d dis i
d'd lgant sout vraiment fheriques.
Avec uon got exquis, i'artiste a
le secret de m6tamorphoser la .wi r
de 1*H6:el Ballevue n asn vrai e
printemps.
Partout du rdAouniuat, de las Is


-







Des laucioles sux flimmes rouges, roses
t vertes, abritdes dscre:ememt par los
fsilles des arbrcs, proletteront lear lo-
i1&s dosce sur lei b'jades et bra res ta-
Mi curiosity6 de temme m'ayant amend
i visrer cette charuante installation, Mon
ucr Roacsseas a b en vouln me laisser
ir ta beauty de s-s apparei's et exp.-
bett:r devant moi l'inord rion de Paris.
rTai 'ors admire le sp-ca:le triste et ce-
pidan d'une grandevii'e qui s'ecroule,ei
orteao iposan m inclinant devantlesavoir
feirs de I'artiste, je lui accirde mon suffra-
1 pour son irginieuse renovation.
CHRISTIAXN
Direction GO6nrale
DS LA KRCETTE IT DE LA DEPENS3
Emprunt du 20 .4ont 1909
zolme Rpartition
Les porters des Bons de I'Emaprunt de.
SoAowat 1909 sont iv.A.(s qu' ls peuvent f..*
gtoucher au Bauieau Central de Is Recet-1
s et de la Dprunse, contre rTes et sur i
prisen'ation des bons, ure d xitme r vp-r-
Aim de. den:i pour cet ( 1,2 o0o ) poor
dliatrs du lerau30 juin o10 saris so!de
daet cinqp3ur cent ($5 ujo) d amr'tissemeat
ae Is capital.
Port-au Pince, le 16 Ju'l.et 191o.
LuJovic Lamothe
Her sonr, Lujovi'. L.'notUi r6 nis-
sait dani asts satus a Peo-de-Chote
I **sI oit iLttimeL- *;-L i olsait one
rera 6r.' toi v.ni n .. i part pour P.-
di Ie regal d u,, audition a musisale.
Avic un art t 6, tlevd, le delicat som-
pehsteur un.us lit <-r ni'r, des oaivres
iharrmautes dmut "*'x:eu!loi denote
use science q. 1, po r parai r ae6i,
ae' eat pan moins pro'oa ie.
Sa virto.oil6 f.-i0' d, finesse et do
grAce triowm't 4 d in lwr. nrx da s a
compositions ;insi qte dasi. d- n ,atu
broux worceaux class i jt. d'une beaL-
16 e[- tr4ua'bl j3) ,'s a'e'- uno cons-
eliate et uu-3 i. :.l'io.,ce artis'iques
admirabl-.
I La sensib litA, la di tir'ioni et le ua-
twel formunt les tra- s ciractiristiqaes
d'grand talent de c miiciv n at*iex-
Ct a mettre o0: v le. mar g l'Erard a
richBsuPs *. btit- stie son ctiectis-
IM do bon goult.
Q e e do 'sio d emotio:l fi eat
vibrOr uow arurs & I' xpres-iou de
tat de magniti blues mr,*aaux plans
"aex et 1 lia i..tfi o dds lea uon qae
satr, s. 0 lIa iouet ct chauto ama-
bance 6manee d, it ct' m irique d61i-
louse, minsique J-d r'.e, nuaacde de
dificaltsa ct di d< gers sans cesse
Qei dira l'imnpr 8sion f-is et pdnd-
er e qui s'West drjragAe de cotte po6-
G doe Verlaine : 11 pleura dans moan
ftr, I st mervillausement mi enon
mhique par L m-Alte.
je temps et la pla-e nous etant me-
W. nous rgr.:t ons do De pouvoir
MOIa 6tendre davau'age sur t sa d6ve-
bppoments do I'cuavre tris s pdiale
Emprointe d'on gaa.d charm pittores-
I de ce btil:at aztistg.
Noe vteax les piu3 inc6res aceompa-
W motrere sympathiquo ami si srptf-
,Umemient dou6 a qui nous souhaitoes
VP PoO, tr6s gros succ&s.
noas rev.ena o encore plus l-
yt syat pcemiplAt4 i Paris sin ta-
t original do tout ce que lea grands
Utesm de la mus'que mod-rne au-
ut ajou'6 de d*in.e-e et de sublime i

Tuos. A. VILMENAY.

On trouvera
de meilleurs Cirages pour tous son-
hers t la manufacture de chaussures
G. CORDASCO.


NESTOR FELIU
L'excellent taillear avantageosemeno
Wtnu de toute la R6publique vient
.roUvrir son atelier Rue F6rou,
(Imwido Msracwc) No 61,
It aoaibreuu clientele trouvera
2t onjoutra touts iatisfaatiot
S 1M t-ravax qul l "i aeroet 05-


'Les Cigares du
Centenaire
Se foment un pea partout dans la
R6publique.
On les pet achter :
PORT-AU-PRINCE, -- 25 Rue des
Miracles, 51 Rue Roux.
A JACMEL,--- Chez Hugo Jensen, La-
fontant et Bellande.
AUX CAYES.---Chez P. N. Neptnne.
AUX GONAIVES,-- Nicolas Geffrard.
A L'ANSE.D'HAINAULT,-- Chez Ar-
thur Drouin, Piard Youance.
DAME-MARIE,--- Chez Vve Harmoni
Bri6re, Fernandez et ailleurs.
AUX BARADERES, Chez Clodo-
mir Drouin.
A AU GAP-HAITIEN, --- Chez Olivina
S-Audo.
PETIT-GOAVE, Mr Robert War-
mington.
GRAND-GOAVE,--- Mme N6oclAs
Bellevue.
PORT-DE-PAIX, -- Madame Tullia
S-int-E. ol.
A SAINT-MARC Chiz Cazeau fr6res
et Edouarn tilo.
A JIERIEMIE, Dans tous les coins de
la Ville.
La Fabraq:e serait heureuse d'avoir
dies agents dana les localitds od elle n'est
pas encore reprdsentde.
Toate recom-nandation avec s6rieuse
et bonne r4f6re. ce sera appr6cide.
EUGENE PRIN,

A. de Matt6is & Cie
DERNIERS ARTICLES REQUS :
Ombrelles pour dame en couleur.
Parapluies et p rasols pour hommes.
G.nts toutes nuances.
Mitaines pour dame.
Peignus tres solides, en corner.
Chaussettes et bas, etc, etc.


Maison F. Brunes
195, GRAND'RUE.
Dirig6e par
L. Hodelin
Ancien umembre de la soci6t6 philantropi-
que des maltres tailleurs de Paris,
Vient de recevoir un grand choix
d'4toffes diagonale, casimir, alpaca
cheviote, cheviote pour deuil, etc.
Recommande particulibrement a sa
clientele une belle collection de con-
pes de casimir, de gilets de fantaisi6
et de piqu6 de toute beauty.
Sp-CIATrr* DR COSTUMES DR NOCES.
Coupes Frangaise, Anglaise et Am6-
ricaine de la dernibre perfection. La
mason confectionne aussi des Cos-
rUMKS MILITAIRES, HABITS BRODS8,
DOLMAN, TUNIQUBSH,RABITS CARRIk, etC,
etc, de tous grades.
On demand
De bons ouvriers tailleurs pour gran-
des et petites pieces et un aide cou-
peur,


L'PIRGNE


Eat dans la
const.u:-.tion en mur.
Monsieur Louis Elie faith savoir aux
Architectes et au public n gtn6ial
qu'il tient & leurs dispo-itions, et A
des prix moisr s d-s ro-b-; graniti-
ques e' voicle<'quo" po .r dilices et
maitonuu. Ro. lhus sitico-caleastcthaux
et sable.
Pour les conditions s'adresser chez
lui A Turgeau. en face la chapelle
St-Louis. o I Mannville Etang par
lettre remisse la P. C. S.

Ohez A. tipolin
82, RUE RIPUBLICAINE, 82
En face la BOULANGERIR DU PROGr.k-
et prbs la Maison WEBLY I'Riu soiR.
VIENNENT D'ARBIVER :
VINS ROUGES & BLANCS par bar-
r;ques et par :ai.ses. minrque lreA
COtes, de la Maison BOUBaE F RRES,
de Bordeaux incontestablement sup6-
rienrs a to's l s autres vmns actuelle-
meot sur place ;
CONSERVES AJIMENFAIRE de
premier choix, datlaut touted concuru
rence;
LENTILLES.- SAUCISSONS. FIOMAGEF
CRISES EN FLACONS. RBURtBI
DU 4 VAL SAINT-MaICIIL L
NT D'ITALIE Et C., ETC.
GiAce a un personnel nouveilement
arravA, la Maieon met A la disposition
(les families et dps hotels, sur corn
mande,de la ti:I< 'Atisserie FranCaise.
NOTA BENE. -[La M3iso i st, c rIrm.
par Il pas.^, bien pourvue des Li
queurs Pt Soups q'i oat fait sa re-
nomm6e.
r" g voulez-vous bien
L ECT EUR fumer Allez la
Rue des Mtt-'acles ou F6rou, Nos 25 et 110,
et Rue Roux ou Bonne-Foi, No 51,vous trou-
verex les CIGARES DO CENTENAIRa de Prin du<
J6rk mie.


qualtOil on p-ltparginer do a I A I I'
'e The %% alber Ht. Murray Mig. Co. uT *
I CP at'rioit -.1(tour comtcite rnh td a 3jUtl)i2'N..
AtLRRAN" No. S13517 ifjss4euleziii- t des affires t-tvzidtine4 41LIN ;y- Au i. 11
Prix 5i6'i0.75 i -35 7s 4d, -1Em- momuxca ausst vie dea plur CTaind s
bslagjit c ntiaro-v "ie e.t d~flivr6 maiscins d'exp.,rt tloii. L", -J
& borl duii Vapelur INew York duils "Murra)' Pout, conuliu'Zl(
tons lea pays du monile pour watre renomrmic\ rk
'.9ha.3 lie 1, -lultt Murrs) "t -t
I& Quality et bonne 1,1 dans Isecont n'rce
ont t,,.'prciuv6"l par noLreCexp~rienve de. vin;t-quatre an. avec l
grande i~oznbre do client& dolls tout le monde.
Le Livre '.* 4(,j~,,iNo. 210
de gravures Absolnement Gratis
Wolin (olfl vitoiAb odaemn eiio~iii-1Isdemiandg-r. 11
content. 152 pases. cat illii-tr,% et d~crlt :e:A enr different
*fltre ciii 118 genre% do voitures lea plus i w-rng.74 1 lie
do harnai et un bel Kmortimentcociplet de s, 'es.ia,.rc -Mtil.RR 4%No.S IS.
THE %% JBLIR IH. MURRAY W1 -'I. CO. Prix 6 16.75 (C9 1Ir 4l1d). Fir
321-329 EastFifth Street. ----ClgkiisnotI. O6lo. U.SL A. b&11iaeacialr.-volCetoe11% i
a ukr-1otAnv r a -Now 'v


.o
ii -
Tr


FerrariCernicchlia ro&Co


mm =
,,LINE HOLLANDAISE"
(Keninklijke West-Indische Maildienst)
h _-


Le steamer Prins Willem I ve-
nant des ports du Sud eat attend ici
domain matin pour repartir diman-
che 17 courant dans la soir6e pour St-
Marc et New-York.
Port-au-Prince, 14 Juillet 1910.
AUG. AHRENDTS
Agwl

.H6tel Bellevue -
Le mieux situ&, le plus co.-
fortable.- Champ-do-Mars.-
Cauisine roomm6.- Vue 5 la menr.


Horlogerie,


Bijouterie, Joaillerie


168, GRANIRUE, 16t

Ancienne Maison D. Ferrari
Par le dernier steamer francais sont arrives des articles de touted beaut6,
pour touns les goits et pour toutes les bourses : BIJOUX. -- SAUTOIRS. -- BA-
GURS. -- BOUCLES D'ORKILLES. --- CHIAINKS POUR MONTRES. -- etc.
ALLIANCES SUR COMMAND
INSTALLATION MODERNE
REPARATION de glaces qui sont remises absolument A neuf ; ainsi qu
des tableaux artistiques.

Achat de vieil or et vieil argent
La maison gerantit lea marchandises qu'elle livre ainsi que les reparations
ARTICLES DE LUXE pour lee principaux d6nementade la vie moudaine.


La belle demoiselle

SARA SILVA



1-1









Autrefois faible oet anemlque

Aujourd'hui

robust et belle
Est la fille du tr)soricr municipal de
Bagi (Rio Grandc do Sul) o4 c|1e est bin
connue pout sa bcauti et sa vigucer.
Personnc ne croirait, a la voir, quautre-
fois elle fut faibl: ct maladive ; et pour-
tant, dtant icune fille, ellc souffrait
tcrriblemrnent d'animic ct de rachitisme.
Apris avoir essay d'innombrables re-
mndes sans en obtcnir une amelioration
quelconque on lui donna, sur I'ordon-
nance d'un midccin, I'ENULSION
SCOTT et en peu dc temps dlle devint
forte, robust ct belle. Ce phnomiionc a
product toujours quand on donne cette
emulsion salutaire aux enfants rachiti-
ques cI ancmiqtues.
Exigez toujours cette
marque de fabrique sans
laquelle aucune bouteille
d'Emulsion n'est bonne ni
authentique.
SCOTT a BOWNE. Drogulste. lmw YTeo
French a 3.


I


-


* &tur uu T V lw(J r Ae iCi O







ACCOUREZ

che Herrmann Corvingtoih
108, RUE FEROU, CI DEVANT RUE DES MIRACLES
Vous y trouverez du Bon Rhum Sup6rieur


On trouvera

Chez Mme Ph. Kieffer & 0C

PORT-AU-PRINCE.
SEULS REPREISENTANTS DE LA MARQUE
HENRI BIJON Fils & ARNAUD DE BORDEAUX


A des


prix exceptionnellement


avantageux


Laboratoire Sejourne
PREPARATION DE TOUTES AMPOULES MIDICAMENTEUSES ST
LISEES ET INJECTABLES.


rERI-


Ampoules d'Eau do m6r Isotoniques selon Quinton.
L'eau de mer que nous employons a 6t6 soigneusement capt6e au large2
au delA de l'Ile e la GonAve. Nous faisons remarquer au Corps medical
l'observation judicieuse que font les laboratoires strangers :
e L'Eau do mer injectable doit 6tre de fabrication r6cente pour avoir toutesf m pro-
pri6t6s thdrapeutiques. De nombrcuses attestations nous permettent de certlfier quo
aoe products out donn6 tous les resultats esp6r6s. a
Specialit6 : Serum nevrosthtAnique
(C Sdrum regulariso les Achanges nutritifs, il a At6 employed avec sue-
obw dans la neurasthiAnie. la tuberculo ,# etc.

Viennent d'arriver

Chez Leonce Laraque
4, RUE DES CESARS, 4.
Reprdsentant de la Maison Th. J. DUBOS et fils Frbres.
Vios : rouge et blanc, par gallon.
Vins fins, par bouteille.
Cognac. --- Madbre. --- Malaga. --- Champagn. --- Vermouth Torino.
Liqueura do la Maison MARIE BRIZARD & ROGER.
Huile a'O ive Extra : en bouteille et tn 1/4 bou'eille.
Beurre franu-v- St-Michel en pots de verre.
Conserves alimentaires de 1" choix


Asperges ent eres
PAte de foie gras.
Galantines de volailles assorties.
Petits poise extra fins.
Sauce Tomate.
ARTICLE RECOMMA N'D
tique pour excursions.
Vin rouge: P. or
La maison prend des Comrnandes


Choucroute.
Saucisses pure de pommes.
Moutarde fine flur.
Maquereaux. Sardines.-J.mbon-
nean. Thon.
Haicots flageolets. Saumon.
: Djeunt-r du Chasseur, tres ra-

28.00 la barrique
de VINS A ta Commission.


Grande Fabrique Moderne
DE


Boissons


Gazeuses


Sup6rieures


11 y a A pei'e une annao depui-i que la plus nu'ritive, la pls4 agrdable et
ja pins trwtili nti de- bi)isso.,s Guzeusg.s c-t enitre dans la Consommation
sous le norm do

ROYAL KOLA CHAMPAGNE
Seo qualitts et sa tine saveur lui ont vite corquis uae vogue croissanie
qui eat on encouragement -n m6me temps que la rcomn 'ense des sions
winutieux donnds A sa fabrication.
D-sireose d-e atisfaire les goids les plu4 difdciles pen laut 'Vtd de 1910,
la fabrique a prdpar6 au moyen d'appareils prfectionn6s des productss
hors pair.
Elle met en vente au m&me prix et sons cette mrme marque ROYAL
plusiears d6 icieuese Boissons gazeuses qui seront la Providence des per-
sonnes soucimtises d'offrir chez elles d'exquis raffratchissements aux goftts
varies, et pr6cieuses dans touted les r6inions & c6'6 de leur atn6 : le
Royal Kola Champagne
POUR VOUS EN CONVAINCRE, DDiGUSTEZ UNE BOUTEILLE DE C&S
PRODUCTS INCOMPARABLES:
Cream Soda Cristal Limonade
MOUSSEUX AUX FRAMBROISES MOUSSEUX AUX FRAISES
MOUSSEUX AUX CERISES.
L.'XoawcB G*INRALZ eat toujours an Magasin de la M6tropole 09 rue du
Magasin de l'Etat, vous treouverez aussi ces products au m6me prix dans lea
D)pAtIs suivants :
EPICFRIE MODERNE 155 Grand'rn., en face la Maison Robelio.
EPICERIE CADET LUNDI rue des Frontv-Forts.
A I.A PHARMACIE NOUVELLE ALEXANDRE ROBERTS. rue Roar.
MAIrON A FAUBERT. rue Roux.
A rEPICKRIE H. CORVINGTON, rue F6rou.


HOURS


CONCOURSE


Vins rouges & Vins blarycs de messe
Cps vins Ste'ilis s et Pasteurises ne s'altbrent pas et so conservai
mieux quo tout au're dans les Pays (Chauds
Les VINS BLANti de rniess so ven tnit on fLts de 30 gallons et en daie,
jeanoes de 5 et 6 gallor s ;
Lei ViNS ROUGES e: ILt' de 60 g lions, e-: demi-fats, quar s de fdIts
en dame-jeannes.


Au detail:


V:,ns9roiiS
Vims b'anes


P. 4.00 le gil on
500 a


SPtCIALITI DE SERVICE POUR LES ENVOIS EN PROVINCE.
On ne gaiactit que les 'meinandes directes.


p w w


NACO. LAS CSORSCO


NICOLAS CORDASCO


157, rue


Ripublicaine, 157.


A su conqu~rir en peu de temps la premiere place tant a Port-au-Princo g
dans la Province.
Le veritablte succcs don't eilo jouit est da au choixincomparable de smsn.
deles sur fo- mes francaises et aw6ricaines d'une 616gance irr6prochable
rdpondant A tous tes caprices du bon goOt.
Tous ses modules existant en inagasin en toutes pointures et largmnaM
permettent de chausser tous les pies, mOme les plus difficiles; et a mIoZ
cit6 de ses prix est accessible A toutes les bou:s s
Toutes les personnel qui ne trouveraient pas A so chausser dans le M|
sin seront satisfaites dans les 24 heures par un article fait sur mesures.
N.B.--- L% maison peut chausser; sans prendre des measures, les personmn gf
ne peuvent s'y rendre.
II suffit de lui envoyer une chau.sure allant bien' ou sinon lui signaleir
defauts.
Les chaussures n'allant pas bien seront remplac6es par d'autres, rectifl
d'apres les observations fournies.
La faculty du retour est permise dan, les 24 hiures aprbs la livrai soe.
les chaussures ont 16 poit6es ou ne sout pas A I'dtat complete de neauft
seront rigoureusement refusees.
La maison d6fie toute concurrence, et envoie franco en pi*
vince.
AVIS.--- La maison a nouvellement recu un assortment incomparable
peau: veau verni, vAche vet nie, vAche noire, veau sawinu, kangaroo, cheyan
glaces noirs, jauuis, champagnes, rouges, etc,etc.


Vente


en gros et


en details


Les clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sortes de toarurniU
pour cordonnerie A des prix excessivement r4duits.
Ces prix exceptionnel6 ne sont obtaenu que parce que la maison 0e0*
plus sea affaires que directement avoc les fabriques de peaux et deo feoa
tures, des Etats-Unis telles: quti tirant., ceillets, lacets, clous, 6lastiqua ,
pour machines et pour cordo'niers.


Rhum Barbancourt

SEULE Dl'OSITAIRE
Si vous voulez boire du
Bhum Bar bancourt,
adressez-vous an No 7 de la RUE DBS CgssARS.
La Maison Barbancourt
N'A PAS DE SUCCURSALE, NI DE REPRESENTANT EN PROVIIO=


A de MATTERS & C'
32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Maison Fond6e en 1888
Bijouterie. --- Argenterie. -- Parfumerie. --- Articles de luxe pem r
salle & manger, chambres, eto.---Miroirs et tableaux artistiqued -
pour avocats, hommes d'affaires, ministries. Bibelots 61gant, m
rare. --- Articles de Bureau, etc.
Achat do viol or. argent, diamant, #caille.
Reparations de Bijouterie. Les articles vendus on r6pardG at94
tis pour une p6riode d6termin6e.
MAISON DE HAUTE CONFIANCE et doePremier ordre.


;-~- ---~_- I-~-- --


31 :OLx "%irx 3lle~x Lo cc X~t~vxU4