<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00976
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00976

Full Text

QuatrimOe Ann6e, Ri. 994


Pert-au-Prince, Haiti


.9Saodi, is JuiIuL t t2O


ABQNNEMENT8
UN Mois .. G. 2.00
gPort-au-Prince
TRoIs Mois... 5 00

awDdrtmensts UN MoIs .,. G. 2.20
Taois Mos 6.00

Etranger .... aoms Moss. 8.00

Dnt-MagloR
al6ment-Magloire


0


I


/
bY


LE NUM 0RO CENTIME~S

Le. mannscrits imAdrAs on non ne serum
pas rendus
REDACTION-ADMINis~rR.VrION
4S, RUE ROUX, 45-

Az~uixsTauTicu
Arthur Isidore


OUOTIDIEN


Histoire d'Ha li

A L'USAGE DES ADULTS
LIVRE IV


Le Pacte


Fundamental


La Constitution do 1806.
XII


Nous avona vu 1e Senat lui-m6me so
d6pouiller snc.!esiiveanunt di daux de
eas plus es3entielles prerogatives -
la nomination aux functions publiqa.s.
at la conioite des aflt ires ext6riearea
du pay,,-an favour do president do la
R6pablique, A l'occasion d s promo-
tions militaires et des nominations anx
diftdrents d6partements et arrondiesi-
mepts, puins l'oecasion doe la mission
de Th6odat Trichet en Angioterre.
Nonu avona expliqu6 cos violations
faites as pact fondamental par Ia hau-
to contiance qu'inspirait an Sdaat la
personnel mami do P6'ion. Le language
m4me du Sinat justifie cotte explieA-
tion :

a Lea S6nateore, dit-il A la veille
de s'ajourner le ier jaillet 1807, out
besoin de profiler de e9 temps poar
retourner as sein de lear families, et
an milieu du people, afii do connaltre
seo besoina et y subvenir loraqae le
Sinat sera convoqu6.
a Voas n'avez rien A craindre, cito-
yens, pour votra libert,6. pendant l'a-
journement du Shiat. L'homme quo
Sone avons nais A la t6te du gouverne-
meat vous eat connu dans toutes lea
parties, do notre lie. II a combatta
aur la liberty ; il ne souftrlra pas quo
'on conspire contra elle.
"Le chef do gonavrnement wit au mi-
lieu de vosa come aus pre as miliDu
do sa famille. II a le bonheur d'6tre
da petit nombre doe coax qui out tra-
vered. durant qainze asn, toates lee
tempetes r6volutionaaires sans contrac-
ter aucane souillare. II n'a rion ravi A
la veuve ni & i'orphelhn. 11 n'a jamais
faith cooler las lasmea de personae. Ci-
toyens, ralliez-voas done A vos lois at
i votre Pr6sident, qui on garden 1e d6-
|6t. P
Ls SInat no devait pas s'arro er dans
eotte voice. As moment do s'ajourner,
U rendit le decret auivant :

t Art. l.--C)nfrm6mnmt A la Cons-
titution, qui aorise Ia Sunat A s'a-
Voerner, lorsqu'il le juge n6cessaire, le
eat M'ajourneras partir dn 16 juillet
jusqa'asa or de janvier 1808, A moins
Sles bien public n'exige sa convoca-
on avant cotte ,poque.
SArt. 2. Durant I'ajournement do
dat, le P6rsideut eat adtoris6 a fair
"9soiorement toates les nominations
Sresimlaeements quake lea circoustances
frrOieut exiger dans lei corps, tant
2ii quo militaires.
Art. 3. -. Le tribunaux soatinae-
qat A rendre la justioa dans learns res-
M respectifs, jusqau' ce qua le S6-
l. e organise de nouveau.
S 'Art.. 4.-Le Pr6sideot eat autorise
s. provisolrement tout r6glement
Risqu'i wroira necessary pour
- elplisa d I'armdes; A axer le


traitement des rvilitaires do tons gra-
des, et la manit e de e lear r6partir.
*. Art. 5. A la convocation da S6-
nat, le Prdsiient loi soumnettra tons
lea aztes et rgolements faits durant
son ajournem nt
Art. 6 -L-,s S6nate ,ra Mo 16, Bar-
laWier, MAnigat, Leo ix, Padlga, Nep-
tune et Ds6as-M16dina, composeroat Is
comitd permanent do S6aat."

C'dtait Ii one d6lhgation prosqae
oompf6 e d 'ous les poavoirs da Se-
nat, A tel point qua colui-ci crat devoir
en restreindre la part6i. ei invitant,
par message, le President A s'entoa-
rer d'an conseil do s6oatears. Pdtion
rdpondit comme suit a cette d6marohe:

"* Sdatears, J'ai eu 'honneur da
re:evoir la d6potati,';n quo vous m'a-
vez adrossed. Elle m'a fait part deos
motifs qui vou, out d6terminds A pro-
noncer votre ajournemint, et des avis
important q as voois avez jug6 devoir
me communiqoaer. Plein do confiance
dans votre sagesse et dana vo-i lumi-
roe. j'ai do suite recoana l'efflcacitd
des moyens qu, vous ma proposed
poor op6rer I'affermissement de la Rd.
publique d'ane manibre solids et inva-
riable.
Je pease comrnm voas, anatears,
quoe 'etablissement d'un couseil do
mwmbres prim dans votre eein, pour
m'assister dan leos dlibrations quae
j'aurai A proedre da s ceott circont-
tance, no peout produire quo eIs plus
hauis.ax ftet. M-s principles, d'accorJ
avec mon opinion, me foot coosid6ror
cetti measure commirn r6s indispensable;
elhe sera d'aillurs an garaut de la ma-
turitd des rbgitm-n's quae e salt com-
man me prescrirA do fairs pendant la
vicance du Sinat.
Poor la formation de oa conseil,
j'ai en causda4uence (tt choix des e6-
natears Magloire, Faosel, T416maqae,
Pdlage at Dumse, qua je prie part
ouli6rement d you oir agi6er I'invi-
tation quo j i lear fais ici do romplir
cette roavelle charge.... .
PATION."
P6tion allait.biesntt fair a-age doe
ponvoirs qui veiaieot ainsi do lui 6tre
ddl6guds, A l'6g.rJ do Ia plus haute
function publique du pay : la charge
do socr6taire d'E at. C'oat Blanchet
ales, quil occupantt bien avant I'av6as-
ment do P6tion, depuis I1o 18 janvier
1807, n a vert da Ielcstion =me6 du
Senat : il y aura :an secretaira d'E
tat, disait PIarticle 174 di la Constita-
tion, nommd par Ie Sdoat, et qui rdsi-
dera danas a vile cu il tient sos adan-
*e ; il nme pourra 6tre nomme qae par
1e Snalt seal, one fois assembly."
Voioi lea oircoastances qai ascompa-
gunero la retrait, do Blauohet sal6.


Lee articles 176 et 177 do pacts fon- Le PA.eid-ont J Haiti eat invitA, au
damental ddictaient des prescriptions tom du maaut public *t de l'armbe,
relative. A li reddliioa d-s coaptm de A donner sea orl-es au secrltatre d'9-
i'Eat. let, nous avous i reliever aoe tat pour qu'il ait A fair parveuir sa
edrie d'incanstitutioinalit6s A ce sojet. CGrps Ira islatif, au 25 di mxns do
C'est d'abord Ie S4nat qui veou' por- juin prochain, savoir..... (Suit one lon-
ter Ie sear6tair- d'Etat A :r4senter ses gae nomenclature de piAces et de do-
comptes avant I'6poque fii6e par la cuments. )
Constitution elle-maene. En effect, 1'ar-
tile 176 disposal' commit suit : Jusqu'au moment do a'ajourner, 1*
Leo competes ddtaill6 des dA- ler jdillot 1807, ie Sinat n'avait pas
pauses publiques, siqo6a et certifies encore ,evur ls comptes reclams, les-
par Ie secrdtaire d E at, snt r-ndas quels, n.,uq iiosi-to;i sour ce point, no
au Sinat au commencement de chaqu pouvaient 4tre exigAs doa scr6taire
annde. --- It ei ser domn des 6- d'Etat avant 14 commenceun mt de
tate d. recettes des diver-es contribu- 1808.
tions et do tons 1w revenues psblis. Sans doate, l'in Lui6tale de SUnat 6-
Or, namm6 Ie 18 janvier 1807, le tait W1gitime. Bla :cht *inA. di* Ar-
meer6taire d Etat n'6tait attreint & donin, s'abandonnat d la bois.on ; dbe
prdeenter sea com >te4 qu'au common- 9 hours du matin, il d6r.i4.onnait.
cement de I'annad 1808. Une tell situation nO pouvait plus 6-
Cependant, d6i le mois de mai de trd toldr6e ; leo a I nini.trat-ur-s et au-
l'anode 1807 mnmq, le S6nat vo lut trees empluyda des finances se mo-
quo Blaachit aln4 or6,entA Iv cornm- quaint ds lear chef, qui nue pouvait
tee doe 'administration pabiY io, A. ce sarveill r leur comptabilit6 et leurs
4ojet, it adreas. le 19 mai 1807 an actes. ---
Prdeident doe a R4publique un miaa- 1 Bruno Blanchet. dit auwsi S:-R6-
gs a relatif aux ddsordres de la iminis- my, pour avoir montrd quelque capa-
tration. st aux dilapidations ds fiuran. cit6 conmme cons'ituaut, n'av-dit ri n
coos qai m4rite d'dtre counn par lea qui carAct6risAt 1P' bile ot le probf tfi-
g6ndrations actuoelles : nancier. Plongd, ait-ou, depuis qu~l-
que temps et presqu,' tonjours dans de
a Le S6nat bachiques libation,, incapable de sur-
voiller ies subordouand et di v6rifier
c Jsitement effriy6 des di;apida*ious leara 4tats de recettes et d, dd6pn-
;ui si renouvellenut chaque jaur dans sea, il laissait Is chimp libra A touted
ls finances de la R6publiqui. et oc- les prevarications. "
',np6 du soin d'en arrAt-r lo conrs, C- qui fut cauiis qae, an ocoolre'
-fia do pourvoir aux d6penses qua n6- 1807, duraut I'ajournement da 36oat,
cassitsa i guerre ac'uelle ; P6tion rdvoq.a le seardtaire d'Etat
a Coisid6ra*' qua dpais i'organi- qu'll remplagi lui-mame par C6sar
station da government r..ubl'cio|, Thd61m.-qua, --- ncon.titutionnalitd,
le Corps 4gslaif, o,-cup6 sans cease; (car Ie secrctaire d'Etat dtait t la no-
eo la confection das lots r6glameatai-i mina ion da SAn t seul) du< A ce corps
res et distributiv de la police, n'a- lui-mene qui I'aatorisa, nou I'avons
vait pa encore jpter lee yeax sur la vo par la dtldgation de ses pouvoirs
situation ft auci&r da la R6pibliq.i, au president de la Republique.
ni sgtisfaire aux diipositions de I'arti- Cotte violaTion de la Coostitution no
ale 42 de la Coast tation ; ot quo lais- fut pas la seatl A reliever to cette air-
ser plus lo .gtrnpi I'ad(minastration constance : d6sireux do r6compenser
g4dnrala d'Haidi dana I'etat d'abandon Blanchet aefr des services politiqnes
od elle be trouve, c9 serait trahir a la qu'll avait rendua A la care r6publi-
rins la confidence dia people et ezppasr caine, Pntion le nomma secrdiaire-g.Ua-
t'armde A d- prvations qa il est'ur- ral, function qu'il crd express poor lot
gent de prAvenir ; a ors que I'article 42 de la Constitution
Considdrant qu'ua people v6rita- accordait an Stnat exclusivement Ie
blement libra doit avo.r une conanais- droit de" d6terminer lei foncstiona
ianee parfaits doe recettee at ddpenses publiques. "
publiqaea, attend quo la tsoaverainet6
r4sido dana la nation, et qu'il eat de AUGUSTr MAGLO RE.
toute justice quo lea citoyeis reoivent -- -
do loure repr6sentants, A Ia tin d
chaque annoe, un conruta dataillt' d
I'administra ion g6 drale, atin de 1-ur
prouver I'emploi des deniers publics ;
Considr.a-t qu'il serait impro- RENSEIGNEMENTS
tent doe laisser plus longtemps lea fi-
nances do la R6publique on prois aux MErEOROLOGIQUE8
dilapidations, et qu'il eat instant do O bserxvatoxre
d6ehirer le voile d'iniquit6 qai leIs D
couvre ant n qu SB.MINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
,1 Coasiddiant enfto qae leas eonemJia ._, .rr gro
secrets do goavernemeot, voulaut 4- JIBUDI 14 JurLjr 1910
braoler a R6pobliqae, I'attaqaent dane Baromre idi 763 4
sea finances, afln ds fairs perdre Isa
confiance, et parvonir f lear bat cri- Temp6rature mnmum 2 8
minel ; 3OMaxi3um 33,3
Moyenne diurne de la tempiraiture ,8
Le Snat Ciel clair toue la journ4 et covert de-
pasi 6 h. Brise de mer rduli6re. Orange
Arr6to, sur la motion d'ordre passant encore par le nord A 7 h. Petite
d'an de sa members, que le pr6s*ot ploie ici depais 7 eaurs et demise. Baro-
message sera adressd as Chef da gon- metre constant.
vernaemlt, come ii sers dit oi-apre. J. SCHPRER.


- ---- -- ---- --


---- -------- ---- -- ._ ~~ ~~__ _---- --- I






Llre
En t6te du No do oe jour Vexn.
dredt 15 Juillet; N* 0993 au
lenu do 8amedl 16, N* 994.
14 Juillet


Hier la colonie franaise a brillamment "I MaDO, Ila do -ancien ministry
ftdE son 14 Juitlet. U*timo St-Amand.
Le matin c'1tait la reception i Ii legation Lo regratt d6fuuant a'tait agid ue
o6 M. Maurouard offrait ie champagne dartit6 netlaisseo qle ouvait su a
apies avoir r6pondu co terms choisis aai n
I'intresaant discourse que lui fit M. F. Che- ir aPpreier par sea ms nieres ai
riez, au nom de la colonies. Reception des mablet, son 6ddacation soigodo et son
plus cordiaies don't chicun emporta nou sentiment dr devoir.
agrcable souvenir. Noun prd.entons neo aympathbques
L ap s-midi, la Soc;itd fiarsaise deSc condoldances Mme Vve G. U. St.
course Matue's ouvrit la porte de I Asile ou Amand, sa mbre, ainsi qua' tous Bes
elle otfrait, avec le concours de ce que la parents at allied.
jeunesse Port-au-Princienne compete de plus Po'tef suille
aimable et de plus gacieux, une chairman a des Finances
matinEe qai cut on succ6s difficile a d6crire M. Pdtion Pseere-Andr4, no pouvant
et darrine chdare dure encore. nat pour raison. doe ant6, contianot
L'arrivde da Ministre de Fiance et ma- l'iatdrimst dx Dedartemeut des fioan-
loae par la Marseillaise a exicut6e par Ia ces ot do commrde rteI ent defeale a
masique de Saint-Louis de Gonz gue. 6tecotfi6, jaqu'AI a nomination da
Ces braves collig ens, sons I habile di- titulairv, u General S. Mariut, S.cr6-
rection de lear cher Fhre, se firent applan- airs d'Etat de ea G aerie at do ac
dir A maintes reprises. air dEtatG re t de lo
Apres lea discourse office's et la rtcep- Marine.
tion do R prdsentant de la France, le pro- Nouveau journal
gramme est entamd. L'a.j dant-g4 adral B6nito Sylvain
C'est d abord Mademoiselle Maria Perier vi ont ae fair- uoarttre an journal yaant
qui, avec une diction et one iatce exqui- pour tire Excelsior et dout le bat est
ses, dir le gentil monologue, Oh lIs mariis do poursuivrs a 'oeuavre du rolevement
qui lui valut les trdnduques applaudisse- national d H ii. '"
ments de I auditoire. Puis Mr L Artaad Ce pdriodique, dit M. Sylvain,
eat un plein succ6s dass on wSolo de 6lstc nest pas ao jo rnal prop-emont dit,
et enfia, I illustre capitaine qui fait avec mais le Bulletin d'uo~ c avre foande
taut de success one guerre si acharn6e A la par moi et dint j'ai & xpoier les
mdlancolie, r'impayable Corcrase provoqas, princi1eq et A t tabir I'autiti. "
come d'habitude. le foo rire avec son Not moilleura vcsJx ae:0ompagnont
histoire du Frirer Tini ec sa chansonnette notre coufr:oe.
2anm pam' snds duce.
Apres one pause c'est le ddliciex van- La Maisn Charles Moravia
deville de Tristan Bernard L'anglais el 46, CHAU "kE D ANTIN, 9y PARI3.
qu'otn let parle qni fat enlev6 d'ann fa;on P.r scie d'ane enten.e avec de grades
au dessus de tout dloge par de jeunes aitis- Maisons de Fabriques de Paris, d6sireuses
tes bien connus do high life port-as-prin- d'introduire, on de valgariser, lears mar-
cien et qui eurent un succAs d6passant ques en Hitt, cb ient des conditions trlr
toete atiente. ava tag'usei pour l'exporta:ion, conditions
Ce sont: Melles Gertrude Chriezx, don peuveit binefi:ier ceut qui voan-
( la Cai s-are ); Maria Perrier, ( B:t yHog- drent lui dresser leurs cormmandes.
son ), MM. Max Morin (Hogson pre ), Priucipales marques de Pianos, de Pho-
Louis Artaud ( l'Interprete qui ne parole nographes, bicyclettes, de Presse A Impri-
que frangios), F. Cheiez fils ( Julien Ci- mer, d'alambics, d ameableaments, etc.
caudel) G de Pradines le commissaire S'dresser A la maison p;ur avoir des ca-
de Police ) Camille Borno ( le Gir.oo) et taloges et le prospectus pour lea condi-
Lilio Heurtelou, ce cher et ineffable tons, ou oute demand de reaseigne-
* Docseur a qui dans son r61le d'agent de men's.
Police cut A lai seul on succas colossal. A vendre
O part es lea 7 heares enchantd de cet Une collection do Momiler relied do x868
intiressant et r6crdasif apr~s-mnidi soahai- iA col1ectiqabo acop douvrege ot
tant d'en avoir bient6t et souvent de sem- bochues; ta es d'auteurs nuationau, d'his-
blables. ir .... .....e a s.. a.n.ar.... .n,1ao h.


Avec nos temerciements nous ne pou-
vons manquer d'adresser toutes nos fdlici-
tations i I ac if President de la Socid.E de
Secoars Matuels et A Mr M. Crdpin, I'or-
ganisateur par excellence an ddvouement
de qui nous devons en grande partic le
plaisir d'avoir passe si agrEablement ces
quelques instants.
Lei dernier mot our lartiole 25
Le tribunal de Cassation a rends an
qa iemesg ar A sr l'artiele 25 de Is
Coastitation de 8189.
On se rappelle la retentissante affii-
re en diffamation introdaite par Mr Al-
cius Charmant eoasre Mr Rodolphe A-
lexandie au tribunal orrectionnel de
tcmel, avec assistance da Jury. Le tri-
banal, siasi compose, readit son jug.-
ment ea favour de Mr Charmant. In-
tre-temps fat souloeve A Port-au-Prinse
la coniroverse sur I'artile aS et le tri-
banal de cassation proSonqs trois arrets
r maai, s4 Juillet 1909 et 1er Juis
I9to proelamans Ia competence da triba-
tal sorrectienael sans aucuae assistance
1 u jury pour consaltre des ddlits de
diffasmation commis centre les partica-
hiers par la voie de la press.
Mr Charmant e aipaut de o .ette earis
prudence nevelle -Isa seale vrie dfers
A It ceasare da tribunal de cassation Il
jagemeat de facael qua lai dedit fa-
vor b'e.
L! tribeaal rdlalaster visat doe fire
drr A as requeoew par son arrec da I jai-
tet 19to qua easesle lI j*e aa.de Jacoli
et renv ,e I eos et s parties devat
le trbaud seornetioanal de Pon-se-Prit-
ce --
U fdlli. c EplegaUe A l'anile s$ potar


owtF r WCot P&pIrFaIuI, documents lU 1 uiriuie,
de literature national, dtudes jaridiques
et littiraires, etc.
Avis sux co'lectionouers. S'adresser a la
MAISON UNIVERSELLE, xo6, rue da
Magasia Je I'Etat.
Service Hydrau lique
Le Service hydraulique prie le abonnds
de a' pas laisser ouvers sans ndeessitd les
robinets de poisage qai alimentent leanrs
propri6tds et invite en meme temps les
abonnds qui n'ont pas de robinets, A s'en
fire mettre par l'adminlstration, A l'effet
d'eviter le gaspillage d'ean qui se fait par
les embranchements non fermis.
II est bien entendu que si ces instructions
dans le but d'assurer one distribution
rdguliere d'eau A tons les abonuds,n'dtaient
obsetives, le service sera dans l'obligation
de supprimer sans ddlai les embranche-
ments des abounds en dEfaut.
IL ( le service) en prend occasion pour
rappeler les abonnds en retard que I'abon-
cement est payable A l'khdance d& cheque
m$is.
Le service croit devoir reproduire aussi
ci-dessous les articles VI-VII extraits do
Riglement sour les abonnements soax eaux
de Port-au-Prince do as novembre z889 :
Art. VI. Le; travaux d'embranchement
sons la voie publique auassi bien que seax
installation interieure des abounds ne
pourront en aucon cas 6tre exdcutes par
aes ouvriers sautres que ceax du service
des eaux ;
Art. VII Les contraventions an prece-
dent article entratenut la rdsiliation lmmd-
diate de l'ab-nnement sans prejudice des
poursuiwes l6gales.
Port-an-Priuce, a Jaillet 1910o.
| L& D =pauow.


I

I
I


fmeer lost lea isses aIa m etrtver.

T616gramme t~anbre
Uno depkcbo adressae au Matin san
notice la mort aux Gonaivee, avant-
hier, A 9 heoure du martin, doe M. Emile
S. A A- a -m .


t


Expos'tion d'ouvrages Mile Marbel Croiwell, Mme Celisua
L'iostitution de M e Vve Aug. Pares a Mme jean-Louie, Bertha Croswell, Thl ,
pensE A faire cente annde sue exposition n s Pares, A. St-Justd, E. Graads,
d'ouvrsges contectionnds par lea elves de Mme. Moise Caton, A. Catton, W. Brnk
cee institution avec le concourse de Miles Christian Lavache, Mmc Marie Filibef
Paret. on Richarson Willingcon, Limercie Sai,.
Trash remarqud an superbe chapeau en Onge, Mme N. Moussalem, Geores M.
dentelles, coavre de Mile Prancine Miot, ton A. Soderblem, Charles BrowlsIt.
ne crane fillette de ye. F. C. Castel, Em. Bh
Voici quelques unes des laureates :M e. DenneyMme auas, A. clliu
Melle Ages e. M.-y Coicou,Lucie Ga- AndrE Finmur, Mne et Melle DupMo
rosue, LPvelare, lez, Marie Romain. Mrs Ezra, Moise et Mardoch6e Cohe9
Vaval, Mjnte oause. Nicolas. Anna Dou- Hens Cohen, E. Delerme, Lucia Dagu,
cet, P6trU., Gbriel, Pres.oir,Moise, Fran- Jacmel. Mr et Mme Louis Vital t
cine Miot, De-ouches L'se, E'vire Lav-e-, enont. Sarnia
lane, Jeanne Laforms-,M ith: Vallale, etc. Sarna
A. C. ARtvi


I --~ -~ --- ___,. __ ___ ---- -- --


LA MARSEILLAISE

Deux de mes amis voyageant i New-
Yo-k se tronuvaent on soir ans no surface#
car de Broadwayet devisaient na!urellemeot
en frarjais come il sied i des Haitiena
de distinction. Leur laugage intireasa vi-
vement on Monsieur en apparence itran-
ger lui-m6mte. Apres avoir curieusement
ob ervy pendant quelques minutes les deux
afro-latins, leur compagnon se mis i s'ifo-
ter l'air b en conni : Tata tats Allons
enfinas -ta-ta-a TAll-ta-'as,de la-Pa trii-ie,
rendant ainsi hommage 1I orig ne suppo-
ste des deux compAtrio es de Rouget de
Lisle et combine pour lear dire "* moi
aussi, je sui ftraueais ". La Marseillaise de-
venant ainsi an air de passe.
Hter 14 juillet, anniversaire de la chuic
de toues les bistilles, sous toutes les lati-
tudes et sur tons les ions la Marseillaise
a jailli de milliers de poitrines at autres
instruments A venr eti cordes. Au haut des
mwts flottait "''orifiaunme I trois trenches"
le morceau d'itoffe, la toile auguste qi,
Dour des millions de citoyens, reprkseoase
la patrie absence.
Abente non, car elle palpite. s*agite,
s'dmeut au bout de la haspe. Eu la re-
gardant se diployer dans I'azU-, aucun ne
oute de ce que c'est bien elle, la Patrie,
qui les surveitle cc les protege. Car elle
les protege. non seulement par ce qu'elle
repr6sente de force, mais encore par la
quantite de pensde, de noblesse, de vertus
amassees Jans ses plis.
S'dl est paifois vrai que Dies east trop
haut,la patrie nest jamais trop loin,et c'est
bien le devoir de ceux qui se riclament
avec orgueil d'elle, de se livrer A toutes
les joies des anniversaires, d'arborer fi6re-
ment le symbol, l'embl6me, le signe qui
Ia rend visible A ses enfants, de chanter A
tue-tte I bymne qui fait tressaillir, plea.
rer. sister, combattre, mourir.
Sins bomber dams les declamations a-
smelles ser le bienfait international du 14
juillet, ce qui ane manque pas d une cer-
taine exagiration, ce ne serait point men-
tir qae de rappeler que le drapean fte%
me couvre pas senlement de sa protection
les citoyens que les hasards on les bssoins
de existence dparpillent sor des plages
loeitaines.
Quelle que soit opinion que l'on a-
dopte sur les defauts et les vices des so-
cidtds, les conditions d, leer supdrioritd,
leas causes de leurs sotifrances, et pour ma
Start, il est iau'ile de dire que e je sai on
ervent de Ia science sectaes, d'apres de
Tonrville, Edmond Demoolins, Paul de
Rossiers, framcais. il y aurait mauvasse grce
et quelque ingratitude ame pas so rappeler
que plus d'une fois, en certain jours d'e-
preaves, le courage e la bienveillance des
reprdsentants do drapeau tricolor out
sauvi ceax que le drapeau national s'est
trouvd impuisaant a couvrir de son embre
tutelaire, des citoyens haitioes don't les -
ancitres de part et d'autte, au dire da
pote, savaient eux aussi chanter la
arseillaise altire.
LE PASSANT.


Movement Maritime
a PGSident a
DiPAaT
Kingston. Sinateur R. David et en-
fant, Mompremier Gauthier, Miles Gas-
thier, L. St-Onge, M. Francis, Alfred Jas-
perjous, Rachel Elisabeth, Jamae Willia,
wVe J. Duroeeau, Willam, t i.a..,


New-York. Erich Maller, E. M. Pol.
lard, L. Vallace, F. Solano, Wife, H R.
drigaez, H. M. Field.


TRIBUNAL CRIMINAL

Audience du 11 juillet 1910.
Al bane da crime es trove un toet
jean home, imberbe,vingt hait asa
A pean,,qu'on dit 6:re accuse do nerw.
tre avec prAdmditation et gaet-Apeos
sur la persoane do Joseph Foaraud.
Le crime a 6t6 commis an Petit.
GoAve. 1, imb:e que i'., flair n'iotti.
res era persovoe. Mats vocii le substi.
tat R secondd, poriant habit galoand
et cbapeau haut de former ; M* Lepr
Cauvin, arsis au bane do IA d6feaM;
voici, our le bano do la parties civil
touted unoe pl6iade boardonmant* do
jeuneS avocats.
Aprs lecture deo pi6oes qui iatdrm.
seat la cause, le substitute Rosemead
prend la parole pour d6volopper I'a.
creation.
NoUt no cl Ojtcd n as i iessaire do
reproduiro vbra e par phrase is long
discourse e Moraieutr Rosemond, sneers
moina dd constater qa'on peat iong
la main & quelqu'nn.
Noun rJmumoas simple ant I'aocust
station : Gabriel Mengaa, demeanra
an Pewit-G. ,e, a tu6 Joieph Four-
caud ; Ie maertre maoccmpagn6 de eos.
constaunces aggravantEs, eat dtabli par
lea deptubitious de nombreux tmeaine.
La mor .l6 so tale as effrite dans Id
fange Lu jaJiy ou arrOtera l'effrit-
ment P, 0 ) .tend tnarite les tamoins: EM*
manuel Estur, qui etait chex Fouread
an moment da meurtre, Lysias St-L6-
ger, qut a vu de loin deux home
uauoaut, qui a m6me enoeudu le eIbo
d'u asoulflat et preuque simultan6mea
to bruit d'an cojp de feu. La ddpodit
tion do St-L6gor eat I'occasion d'amia-
cidt at.
Me" Rosemend declare qu'il v a O-
tradiction entire lea diverse d6positionl
du temuin. Mais cola s'explique, felit
observer I'avoeat do la d6teouse. L'ia-
traction as Petit-GoAve n'a 6t6 pM
men6a commu e!le devait 6tre. 11 pran
quo Ie temoio, pour voaloir in p4
trop parlor, a 6te menace de la priSo.
11 eat visible quo Ie t6m(cin a Coa
an mauvais souvenir des robes rouga
il tremble encore. M* Rosemond a'
croit rii: Ie t6moin eat uno impostf,
an home a yle par 1'accues6 poor v
mentor, peter aa poudre aax yOax d(
lures. Mais leo jurda osent deo hom-
aitelligeuts, il u *n remet A eoil p
d6a6ler Ie vrai do faux. II o'e reSe
A eux pour timp&cher *I'effritem
de Ia vTritd a e e.
Le Juiy mpose quelques question'
t6moin St-L6ger- Puts 'on ouvr
d6bats g6enraox. _
M* Rosemood a la parole (ii n t'a P
l'habit mais 11 po.t1 des l0nattois,
considerations our la morality o601"
qui s' ffrilt, *tr e1 r6.e da JaT;'
coasite de coodamner Minguol q-
tu6 avec pr 6mudita ion et guet-
Voilo en quoit jo r6eums le r6quiaM
de M* Rosemo d.
Apres lau, pale M* Lgitr CaiWd
L'avocat a rega des complimoats
M* Rosemond don't ii n'admire prIM
"roix a6rienses"o: ii vet y r6
** M LeAger Gavia, lai dit le
Toas &to@ a aigle. Planes a* .
de tootes coM plte chose. "
emwnd proud pattie Is dole.s






*'M a pas l our d6c err de dlogoe
S* Cauvin. Do rested, loe june vs.
lst big les gviux, lee I urpasset ,tme-
."- L'ou rit. *t !'avocat de la dfen,,a
Dread Ia parole.. II prend corps a
orp i'acousation.
Laeggs a 1to t Joseph Four aAl1.
Anot de rasonter le fait da I1.s d -
ir, vrais, it parole de la hain- qii an:.
,t Fourcaud totre l s dp ux Me.:-
&al t done l'origine dm ce to haiBn:
a proc6i gagned par Mme Me'go.'
se"trIe le 6poux Foorcaud. Un beir,
M-gal. rentrant ch-s lai & qaelqes,
p. ae I villo-entend des erie poos
of par sa femme: il apprend d'vn
home qul dtat devant la mason qae
s femme avait et4 dans l'apr s-mi Ji
grossi&remont insult6o per les poundn
Fjarcaud. 11 s'empreose d'alier on de-,
mander dos *eplica'ions & Fourcaud :
Clai-ei Ie frsppe. Meoga le otn.
Sur lem coups donnes par Fourcnud
Mengual, i y a la d, o ition d'un
tmoin oculaire. 0a admettra sans
peine qu'il y a ea iatte entire Fourcaud
et Mengual, car conmmert expliquer
sam cola quo Mongial, qu'on a toa-
josre onna tis paisibil, so ,oit po td
jeommettre le meurtre qu'ou loi re-
proche? Da res'e, I'bypo'h6bs* des
eoupe donnds A Miogoal, n'a ren d'in-
wrsimemblib'e ; Fouraud, so moment
deo l'explicatiov, 6tait encore daits I'em-
portement de l'aprbs miii, it buvait
mime avee intemp6rance.On croit voir
I'intention arrite, de tuer Fourcaud
dais le fait par Menfral de porter des
armes on allant chez Fourcand : maim
Mecgual, qui demeurait & A Ia camps-
ge, availt l'habitude de rentrer trsi
tard. No s'expllque-t-on pas qu'l ait
eo des arms le jour de soa exp5i.a-
tion avec Foureaud ?
M* Mathieu, do la par ie civil, parole
aprle M* CauVia et rema.t sur pied
l'accuation.
Menual,reconau coapabd e par le Jury
qai lai acorde cependant des circons-
taunces att6aouauntes, eat coodamn6 &
5 aon6es do rec!usion et A 300J gour-
des de dommag's-intr6tte.
L'audience prend fin a 9 112 henies
do soir.


0
Mardi 1i ;uillet.
On jogeait ce jour un eas do viol. Le
jaur, M. P. Hadicooit St Is doyen no
*'enteudant pas', affaire a 6i6 reuvoyee
A Ia queue de Ia session.

Mereredi IS inillet-

Dins one petite affaire de vol, M'"
G6nesit et Ttomas so tont laissa aller
d es eoasid6rations soclologiques ".
II a sembl6 A 1'un d'eux que la soci4t6
doit da travail A tons se membres st
qu'elle so met en danger en no Is fai-
Mat pas.-De Ia am socialisme, il n'y
a g'an...frisson.
Lee aeenesu No mil Charles et Olin
Oat t d libdrs


,,UONE HOLLANDAISE"
C(KeihklUke West.-ldische Mallidleas

L4 steamer Prins Willem I ve-
"int des ports du Sud est attend ici
remain matin pour repartir diman-
he 17 courant dans la soir6e pour St-
Marc et New-York.
Port-aa-Prince, 14 Juillet 1910.
AUG. ARRENDTS


Ag~i


II tel 1BeUevue
JA mlux situ&,, I* plus son-
*Who",.- Cham peM ars.-
~ Vuesaw Is me f

Xagnu~liiej panamas
Posr Honear et poor Dames
Cm MtU. ACmUIdo Soal.ges
U4 ife des Eroat..Forts, 22.


mm a


Lign Allas L'EPARGE
*at dana la
I.e vapeur .Sarnia ayant d construction en mur.
dqut -t Newu rkSaedi 9CU Monsieur Louis Elie fait savoir anx
rant directement pour notre port, Architectes et au public n ghnoral
eat attend ici vendredi 15 cou- qu'il tient A leurs dispositions, et d
rant. des prix mod6r6s des rochls graniti-
II partira dans la mime soir6e ques et volcaniqueo4 pour editicoa et
pour Kingston, Colon, Port-Li- ma"ons RO hes bilico-calcirr,clhauz
mon et New-York, pregnant la mal- Pour lea conditions s'adreser chez
le fret et passagers. Ini & Tuareau. en face la chanDllA


a mall


Kingston
dredi 15
Soir.


0
e pour l'Etranger ( via
fermera A la poste ven-
courant, A 5 heures du


Port-au-Prince, Ii juillet 1910.
F. HERRMANN, Agent.


Maison F. Brunes
195, GRAND'RUE.
Dirig6e par
L. Hodelin
Anclen membre de la socI6t6 philantiopi-
que des mattress tailleurs de Paris-
Vient de recevoir un grand choix
d'4toffes diagonale, casimir, alpaca,
cheviote, cheviote pour deuil, etc.
Recommande particulibrement A sa
clientele une belle collection do cou-
pes de casimir, de gilets de fantaisie
et de piqu6 de toute beauty.
SPECIALrT* DR COSTUMES DR NO EZ.
- Coupes Francaise. Anglaise et Am6-
ricaine de la dernibre perfection. La
maison confectionne aussi des Cos-
UMUS MILITAIRUS, HABITS BRODl8,
DOLMAN, TUNIQUUS,HABITS CARRiS, otC,
etc, de tous grades.
On demand
De bonds ouviiers tailleurs pour gran-
des et petites pieces et on aide con-
peur,


St-Louis, on i Mannville Etang par
lettre remise A sla P. C. S.

Ohez A. Cipolin
82, Run RAPUBLICAINE, 82
En face la BOULANGERIE DU PROGRikS
et pris Ia Maison WEBLY I'Rs&SOIR.
VIENN3NT D'ARRIVER :
VINS ROUGES & BLANCS par bar-
riques et par caiqses, marque lires
Cotes, de la Maison BovU*E FRERaS,
de Bordeaux.incontostablement sup -
riears & tous lea autres vIns actue le-
ment oar place ;
CONSERVES ALIMEN rAIRES de
premier choix, d6flant toute coucur-
reoce;
LENTILLES.-SAUCISSONS. FROMAGE.
CanRIS S N FLACONS. BUREts
DU 6 VAL SAINT-MICH3L .
ZT D'ITALIU, 3C., eTC.
GrAce i un personnel nouvellement
arrived, la Maison met & la disposition
des families et des hotels, sur com-
mando,de la fine Patlsserie Francaise.
NOTA CNic.-La Maisou est, comrme
par Is passe, bien pourvue des Li-
queurs st Sirops qui out faith sa re-
nommde.
"I CI ID voulez-vous bien
L ECT EU R-S, Sfumerl Allez la
Rue des Miracles ou Fhrou, No 25 et 110,
at Rue Roux ou Bonne-Foi, No 51,vous trou-
vers e 1e cleaaS DO CENTENJAmR de Prin de
J6remie.


AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs
Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du


Tabacs Scaferlati


TARIF


Gdn6ral,


GOURDE


LEVANT SUPtRiBUR (dit tabac d'Egypte) la Botts de
50 grammes
LEVANT ORDINAIR paper violet liase, le paquet
do 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes


CAPORAL SUPE INUR paper
50 grammes


bleu le paquet de


CaPoRAL DouX paper vert le paquet do 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAmIR paper pate brane le paquet
de 40 grammes
TA"Ac A PRIasR, Virginie haut goat, paper joa-
no, le paquot do 100 grammes
pouDRns suUPwRIs, paper ble Ile paquoet do
100 grammes
Pouau oanDA.m, paper bran, sle paquet de 100
grammes

TaAC A uA mA role* Menus AlI es ple qt do
100 rammes


1.25

0.90
0.70

0.70

0.70

0.60

1.50

1.50

1.30


1.50


- Juillet


1910.


Cigarettes GOURDES

NIwAs le paqu;t de o0 1.20
do le paquet de 10 0.60
CHAusazu le paquet de 20 0.90
HONGROISs eon levant supdrieur Le Bondon do
2W0 cigarettes 1.2
do on caporal suprioeur paper rose, le
pa quet do 20 o0.8
do on Maryland le paquet de 90 0.85
do on caporal ordinaire paper bleu Is
Bondon do 90 n75


ELzoATms onD Levant ordinaire le Bondon de 90
do en caporal sup6rieur paper rose, le
Boadon de 90
do en Maryland paper jaunne le Bondon
de 9!
do en caporal ordinaire paper blend le
Ron4on do 20
Famxaess on caporal sup6riour paper rose lo
paquet doe
do en Maryland paper jase le IBondon
do 20
do en caporal ordinaire paper blend le
Rn-4on de 90
RouLts e n Maryland et caporal superleour le
portefeaille de o9
do ea ocaporal doux la botts de 10
do ea caporl ordinaire le portefeuille
do Ia bofte do 10


L.'agmt mp6oial, Jo LVLLE.


0.75
0.70
0.70
0.00
0.60
0.0o
0.45
0.75
0.40

0.30


.1


_ I I


La belle demoiselle

SARA SILVA












Aitrefels falble et an6mique

Aujourd'hui

robust et belle
Est la file du treioricr municipal de
Bag, (Rio Grande do Sul) ou dice est bien
connue pout sa beauty et sa vigucur.
Personne ne croirait, I la voir, quautir-
fois clie fut faibic ct maladive ; et pour-
tant, 4tant eune fillc, ell souffrait
terriblernent d'animic et de rachitisme.
Apr"s avoir essaye d'innombrables re-
mndes sans en obtenir une amelioration
quelconquc oa lui donna, sur I'ordon-
nance d'un msidecin, 1'EMULSION
SCOTT et en peu de temps elle devint
forte, robust et belle. Cc phcnomrne e
product touiours quand on donne cette
imulsion salutaixr aux enfants rachiti-
ques ct animiques.
Exigez toujours cette A
marque de fabrique sans
laquelle aucune bouteille
d'tmulsion n'cst bonne ni
authentique.
SCOTT & BOWeN. ODrelU.seg, Ne Yef
French s. 3.


I


dmm


- Ah







Ferrari Cernicchiaro &CO

Horlogerie, Bijouterie, Joaillerie
168, GRAND'RUE, 168
Ancienne Maison D. Ferrari
Par le dernier steamer francais soot arrives des articles do toute beaut6,
pour tous les goits et pour touted les boui ses : BIJOUX. -- SAUTOIRS. --BA-
oUK. --- BOUCLES D OREILLs. --- CHIAINs POUR MONTRES. --- etc.
ALLIANCES SUR COMMAND
INSTALLATION MODERNE
RIPARATION de glaces qui sont remixes absolument A neuf; ain i quo
des tableaux artistiques.
Achat de vieil or et vieil argent
La maisnn g rantit ItP marchandises qu'e'le livvre ainsi qae los reparations
AR' ICI.ES I)E IUXE pour les t rincip-''"Y -enoimentsdJo >, vie mouuiaue. |

Gr II1de Fubr ique Moderne
DE
Boissons Gazeuwes Superieores
II y a A pine uae ann4e depuid que la plus nutri'lve, la plus sgrdable ot
la pins fortifl nte des boissors Gazeusas et en'roe dans la Corsomwatlio
seus le nom doe .


ROYAL KOLA CHAMPAGNE
Sea qualit6s t sa flae sav, ur lui ont vite co-quis noe vog0o croi^sante
qui est un encour. g meant on mrame temps qie la r6com ense des Aionx
minutieux donn6s A sa fab icatoao.
D-s'reotse de aatisftire les god's les plum dificileq pen plant I'6ti.de 1910,
la fabrique a p-'pard au maoyri d appae :li p rfic'i3nias des .profllts
hours pair.
Elle met en vente au m6me prix et .-ou cette mime marqce ROYAIL
plisieurs dO icieuse' Bkissons gazeas.s qai eo- t I.%" Providonca del per-
eonues soucieuses d offrir chez elles d'ex nuis r.ffalthissi'm-ots auk' gofts
varies, et prdcieusqs dans touted les rd inion3 A c6 6 de leur aln6 : le
Royal Kola Champagne


POUR VOUS EN CONVAINCRE,


Dnl!U'TEZ ULIE BOUT(L!A I)DEC4


PRODUCTS INCOMPARABLES :


A CCOUREZ


chez Andre Faubert
38 Rue Roux


Entendre la machine patlante doe Etakliig
meDts phonographiques d Ivry avec Dis .
Aiar.
Machine pe:it rodbl aveo 20 mor
Ca-b P. 20 or am.
C'est surprenant
VOUS TROUVEREZ AUSSI :
Vif4 de M .-F .; Vius b;ane & rouge de tabml
Vir.s da .itsses i 'emiers crus ;
Kina Cardinc ; Sar.i es
De la maison. MUNZER & FILS, Bordeafm
Cognac & Fine ch-mpagne O:ard-Da y
Liqueurs assor'ies Marit-Brimd
Cha, pg"e n b"es' & 1/2 bl- do
Venoge & Co (Epemney)
depais 0 80 or la bouteil'e
B sco t, Per, ot ; Beurte danoiq ; Tapioca;
o'h6 de chiue; Pu gAtyl DAtry; Poudre do Gut
Dtry; Crasate- ; Motres.


Grand assortment de Parfumerie
KERILOR HiOUBIGANT GIIISLAINE PIVER DAVER


Vente en Gros


& en Detail


La mait on se charge de faire exicu'er dirtctement les commander quo l'a
roudra bieu lui ICLemItie pour lee maisons suivantes :


Otard-Dupuy Co,
do Venoge & Co Gh
Dtry & Rwmy Pu
Etib issemo *'. honogrphiques d Ivry Phonograp
Compagnie Grnerdle d'Ekctricite Automobiles et 1,9s
PerDot Bi(
Compagni iu Vin de St Raphael Vir
I don't t liu st I ,agen' gn6drdl pour la R~publique d'Haiti.


gn-c
.mpagne
rg6'yl
ht s et Disques AsUl
talla'ion d Elfctridc
scuit s
n reconstituant


Cream Soda urustaj. i~a imoU 5
MOUSSEUX AUXfFRAMdBROISES MOUSSEUX AUL MURASES-
NIOUS'SEUX AUX.CERISES.
L'AGENC8 (C-t'q*RALE est #loujour-4 au Mogisin da I16bISlrojpot~33 rbeUdv
Magasia do I E at, vj)us trouvarez aul3ai ces products au Wm~e prix adns Its
Ddp6ts suivants :
PPICEFRlE MODUR'4I 155 Grand'r;--, an face la Ia~ison $obeLIr-
EPIGERlhC GADI(F LUNDI rue des Frontp-Fo 49.
A LA PIJARMACIE NO 1TVErfJLF, ALEXANDRE ROBEar F. rue Rnax.
MAIS'ON A FAUIUERT. ru&' Roux.
A I'EPlC:ERIF. 11. CORVNGTON, rue Fosron.


O 0est un purgatif do m~r eeoissooe. mlrvitasig jainals.
11 W11 tcha iffer-'1 4 ot r r~oue nao~j,;u*A &iez mtoaiostani
1] oat d d,-i.iuxaU k:u 3ig ,c @4t @.A* '.dtaiffrtaa&hae
G~est le de~purAL tt id A0,i t I& Lbile, lea Claim e IN**-
rasdu ins. b:, ait- Iappauvr~r
A I'Ag acritique. Iat d Aar -it o iau doweg .baug, h do sMalabi
U ik dirtuetP 4 Ar it -aprowl on o" tam f ele s e.t.
j~qllggPC~ ~Tous*Wen tzot, v ats bion, p-ut ..t mando,1:011410 010111
Toum les m6dectne es ordousnL ot an Senat Pnodes & fiiii
SathabeerGoaniam.
petaw u6urfr l
Constipation


Pour tous renseignements et commander


S'adresser


AAndrd


FAUBERT,


38, RUE ROUX PORT-AU-PRINLE.
AGENT GCNARAL POUR I.A R1PUBLIQUR
-- A ou
ACCOUREZ

, Hzllerrmann Corvingtoha

108, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DES MIRACLES
Vonu y trouverez du Bon Rhum Sup6rieur

A a Vprih 1ooponn no t avantag
A des prix *xooptlonnellefnent avantageux


Rhum Barbancourt
"%7 eL.l.tE3A INT C:: < ":.> T X '
SEULE DEPOSITAIRE
Si vous voulez boire du
Bhum Barbancourt,
adressez-vous au No 7 de la RUE DBES CsAR8.
La Maison Barbancourt
NA "AS DE SU(:CURSALE, NI DE REPRI~SENTANT EN PROVINCE.


Voulez-vous avoir
Un RHUM alliant i ses qualij64 de finesse tout le moelleux et totS hi
suavit6 desirable. Un Rhum brill ot. Un Rhum vdrmeil. Un Rhum parl
LE RHUM NECTAR EST TOUT INDIQUS
Allez A la Distillerie de la Poste (Grand'Rue, vis-i-vis la Poste.)
Voulez-vous avoir aussi
Des Vins da Bodesaux wraiment exquis, adressez vous A la mnme m6 a

LE BAR DE LA POSTE
GRAND'RUE, VIS-A-VIS LA POSTED.
YIN ROUGE S gourdes le gallon.
VIN BLANC 4 goordes le gallon.
Cette maison possbde le plus gros stock do vins fins ei boateill e
ant sour cette place.
CHAMPAGNE-KOLA-BIERE-MADtRE -LIQUEURS -RHUMS a T
Le BAR DE LA POSTE offrlra un coqqet 6vontail a tout achetear.
Pour le RHUM NECTAR il sera 6galement d6livr6 a"M
as bon prime a chaque livraison.
Contre 10 Bons prime noun offrons Grataitm ent savoir:
Pour 10 Bons prime do 1 gallon 1 galoo de RhbesI
C 10 doi/3 1/8 2 *
S10 o dol/4 114 a
S10 s 1/ quart gal. 1/2 quart aP.


rr3ll~c-- -u--- L-llll --


A _-- __ A qll