<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00975
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00975

Full Text


QaatrihflO Ann6., Me 992


Port-au-Prince, Halti


Jeudl, 14 Juillet 1910


A3IPUUEUENTS
iumNote... G. 2.00
p~e~Pr3C Theta Mots....a 500
pps~m5"Unm@is .,-G. 2.20
TTWotsMKoats 6.00
RI5Mmots. *8.00



cu~mout-Eagloire


6


1


0


J


OUOTIDIEN


LE NUMERO 15 CENTIMES

L mauscrits insdrAs ou aon ne sarom
pas reodus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUZ Roux, 45.

ADmth irrIsATUR
Arthur slidore


CONTEST DU JEUDI



Dedagncuscs etp pourlantl sinceres
llb~~~diyilu~~o om l ml-lolll~


Ness no tommes quo lea ouvrier
sacoancients do nos malheurs. No
ombinaisoans les plus 6tudides, co
nations les plus refli4hies tournen
centre leaur bat et out dei coasequen
s quo nouns no pr6voyons jamais.
Ainsi ce Balthazar ler, emperear d
la Ssintonge, on d4cr4tant tout eomr
l'mperear Dessalines, Is massaor
endrasl des blancs propridtaires e
Saintonge no croyait point quo ses of
forts titanic ea pour fonder une natic
*alitd aura ent pour r6sultat direct l'oc
caption de son ancient empire par I
AigUios do.it il noe ouaeoiniit po n
rexistence.
On edt encoauru a colbre mi on Il
disait : Sire, voe vYous trompez s
riessoment; no tuez pas, n'obtenoz au
me victoire sar lea envahisseur-
O'oet inutile, car un lour viondra o
d'astres envabisseurs d6barqueron
she vou', et sans bruit et sans trom
pott.,'seront les maitres oi voas cow
mandiez vous et vos lieutenants ei
Iso.
Aassi Harrisson Eldy, Napoleon d
Ia Saintonga,ne manquait jamais do sa
leer respetueusement la statue d4
Balthazar ter brig6e sur une des pla
eam do Champisy, capitals do la Sain
btos, quand il revenait do seaos proms
=ade, accompagne doe a femme.
Ce salt come pourraient Ie pense
beascoup n'dtait pas one moquerie
i'adrosse du vaillant hbros brandissan
son sabre, car Harrisson savait since
recent qu'il devait sa fortune, sa re
aommed, sa gloire, auixtvicto-res dd
Balthazar, et it le rappelasit toujours i
Is chAre m )iti4 quand la conversation
roulait our leo anciennes destinies de
la Saintonge.
CeUll-ci comme toutes les contr6es
rimitiVos et tombant sans coup ferir
a pldiae civilization croyait avoir
troov6 son 616ment. Elle nageait dans
11 joies quoe li procursient los Ai-
oles et supposait de bonnie foi qoe le
bonhear lai etatt vena dans sa plenitu-
do. Mais avec los anndes leW points de
Vau avaieat change, et c'Atait aqui
bamerait la predominance des Aiglios
a Saintonge.
Los Saintongeois avaient ontibre rai-
"a, ma foi, car on n'est pas citoyea
d'a pays, on n'y prend pas naisaance
poor ae voir frastrer sea droits an pro-
St 4'6traners.
Los Aiglios non contents do s'empa-
r des Hgnes de chemins de for, r6-
%62tomC dea rotates, canalisation des
"Orne alimentntt lea villes, avaient
n Iraiad tons l s commoreasts Satn-
-h0ois. Lore du fameaux trust usr lea
M- organsa6 par Harrisson, les
aytgeaooW qui avalent ua la nalvet6
4 )tmer coetre Ie banquier, faillirent,
Slee suicides sacc6d6reut anx suici-
9. AiMw Ie Goavernement Sainton-
IJstomaoat &ma da sort de ses
f AM permit des rd6lamations.
b dat tai e: on as diesate pas
Ik1 As.L


per sealement les viesitll femmes.
Mais les Aiglios out souvent montr6
leor sons de la justice. Co qa'lls flrent
on Saintonge le prove bien. En fait,
its gouvernalent et traitaieot des affai-
res do la nation aven leos poupls de
I'Arcauo, mais un amondement toter-
ca!6 dans la Charts constitutionnells
dlimait *ais nlsimand ,-i&a I--- --l--- at- t


rsf Les Stintongeois talent subalterni- n de. r ......a'i d s uer unaocup,. ts
,I ss, travaillaient sons dos chefs ai- nommdrent an Gosvernear Champ.i-
)I glios qui ne lour faisaient quake trop re- sy qui fat on rialit lei Chef da Gou-
it manquer la place mediocre qu'!s oc- vernement et do qui 6manaient to uto
- cupatent chez eux. eo dicisons. It a y oat plis darmie
Pour montror encore louear influence ieosante son Siongy Lt ps d fatrm6e
dans l'lle, lee Aiglios obtinrent du pou- ait a 4 mn Sziatonmms. Le n'y re fat
e voir Ia violation de quelques articles plus do flotte de gouerre : six transports
e de la Constitution st soe firet octroyer filant 1 noted A l'herre: t pouvant
e des droits civil@. Aux premieres dile- dibarquor 2, 3 mille homes sur un
n tions manisipales, its furent tons 6is2
m aires des villes importantes de a point do 1 1e qui seralt on rebellion.
). Saintouge. Les naturela du pays, eax,
.. reprdsentirent les bourgades m6dio- 0
s acres, inconnues presque ; et oun 41ve
t tr6s an courant de la geographie aain- Qai bdn6flcla de cet heure-x tat de
tongeoise serait fort en pine do re- chosen ? lea Saintongeoiaes. Ktles res-
i trouver en sa mimoire les noms des plendissalent positivement. Lss maria-
eantres qui dchurent aux sainto- gees successifs avoc lea Aiglios prodoi-
geois. sirent Ie plus brau mtissage qui soe
L Lei villas alors connaurent lea ijm pOt voir. L'esprit des Saintongeoises
pots. Champisy don't lea revenue 6taient en fat plus d6lid et leurs corps plus
t nals at leos dettes exorbitantes, eat des souples. Leour 41gance, leur sveltesso
paros, des places publiques, des cir. attirerent. Elle avaient lea ondula-
ques, des cercles, des bibliothiques, tions du serpent. Lear gentillesse 6tait
a oid des fouled compactes se condo- plus enjoee, leur persiflage plus
yatent. Mais tonu ces progrbs en Sain- lger.
A tonge n'dtaient Ie fait qua d'dtrangers Na roulant pas 6pouser des Sain-
y vivant et apportant avez eox leurs toogeois. ce qui peat parattre strange
Smears. Los anciennes costumes du pour Is vulgare, lleqs furoat 6poos6es
pays persistaient, tenaient dans les fi- per des Aliglos tout heureax d'oicu-
bres les plus profoades do peuple.Ua per lears Aflneries au galbe de lear,
16ger veruis doncait l'illusion aux ob- former, marmordennes. Lour d6dain
servateurs superficiels. Dans I'adminis- pour leaur frdres sa mblait de I'ou-
r tration on ne s'enrichissait pas moin,, trecuidance, mais an food c'dtait plu-
i et lea grosses probeades 4taient encore tot I'amour, Ie vrai amour qu'elles 6.
t accord6es aux favors du poavoir. Das prouvaient pour sox. E les ne con-
pratiques superstitiouses existaient on- descendaient au manage avec lee Ai-
core et formaient la croyanoe d3 la na- glios quo par pure ambition, d6sir
tion. immoi#rd de I'or qum poseddaient les
e Les hearts, les froissements furent euvahisueurs. Mais jamais lear coeur
frquoents entire lea Saintongeois et les s'dtait donn6 entibrement, lears bai
Aigtios. Un beau matin, on no sAit users, elles los vendaient pour le laxe
comment, lea preuves font defaut, des qu'on lear payait.
complicationslsurgirent, et les douanes Le pauvre Molat, unse ancieane cn-
I furent occuapes par les Aiglios, L.s nuissaace, avait courtis6 Madame Har-
r dettes dettes do ia Rdpablique furent risson Eddy quani *ite n'6tait que jeu-
amorties, one vaste consolidation qai no fille. II recommenca seo visits cheap
Sn'a rien d common avoc l'autre, fat sa coumine et seas ol icitations oe fa-
rdsole, et les finances saintongeoi- rent pas vaines, Madame Harrisson, I
sea connurent des jours meilleure. sevreo do snseualitis saintongeoises,
Un micontentement general centre se laissa aimer et devint la mattroese
les proeddis des aiglios fat remarqu6 de son cousin dans le cab net do tra-
per lea joarnalistes. Les haines gran- vail d'Harrisson, sur on long divan c&
direct, s'accumalbrent, ot bieont le s':eandait souvent le banquir poor fa-
Sad do la Saintonge, par an manifesto mer sa pipe.
sign de milliers do per3)nnes,protes- La reconnaissance de la maltresse
ta centre l'influence aigliose. Ce fat de Molat no tarda pas A se montrer,
on vain. Des dreatnough, des monitor car bientot il fat actionnaire de la
quake avalent jamais vas les mers do Compagnie des Mines don't Harrisson
la Saintonge bloquabrnt see ports. Des 6tait le president.
troupes forent ddbarqados qui e'emps- L'aisanco lui 4tant venue, Molat
r6rent des villes, des arsenaux et mo- songeait aso marier. Un jean homme
naments publics. Et apr6a quolqeeo do sa distinction n'dpoose pas la pre-
reacontres oa lee Saintongeois e fi mibro venue parce qa'olle a on minois B
rent h6rolqaoment sacrifice, tout le plas ou moins agr6atle et one dot sor-
territoire on rebellion so soamit. table. II lai fallait ane femme A id6es, I
Les Aiglios alor so conduisireont en one jeane fille a evanoo a maoins mar
vdritables maltree do la Saintonge. Ils son milieu.
coaserv6rent la form* do Gouverne- 11 crat la troevor cheo les Bijouot et
meet qai releova d'eax pour totes see risqaa m6me ane demands qui ne fat c
attributions. Ii feat dire Ia vdrite, lea pas agride. w
Aiglios sent eaeore la nation la plus It revint A sa mattreseo, et oomme tr
Iberaie da made. Les peoples depour gedrir la blessere de on c aw,
I'Arceaa afcbent an ddsifmre-e I eoe remit A I'aimer pup qee jamJals.
meat. e loyaiat enables de trem' La ioie d'Ale Marrieso 4dy


' furent ddlicleuses. Lea cbagrins do l'a-
bandon de Molat s'6vanouirent et 0on
existence s'4paaouit en gaiet6 folls et
gaming.
La passion lea amena A rendre comr
police de leurs amours le beau pare do
grand domains de flarrisaon. Sous Is
chane ombauma, ouv:-nt il O 'instal-
Wlrent confortablement et dgiastbrent
an certain vin de l'Arceau, recomman-
dd & Harrisson par un amateur do ses
amis. Qaelquefois, tils 'oublibrent jus-
qu'A iisser venir Ie soir et Is cr6pas-
cule les baigoa do eas reflects roses.
Pais, Ia nuit tomb6e eompl'ement, its
s'enlassarent, burent leaur baisers et
reastrent plooges dans l'extaee.


.Un apr6s-midi que le temps 6tait ra-
dieux, its m'assiront sous I'arbre, no
so parlant pas. Des pena6es inqui4tes
semblaient les envehir. Les regards
noyds d'Alice sW'rreterent sur Molat qui
fizait le ciel. Brusquement elle so lais-
aa glieser aux pieds de sou amant,
a'appuya amoureasoment sur ses go-
coux et lui raconta sa vie prive d'oc-
cupations et dduo6e d'atTffectons.
Maintenant qu'elle avait reconquis,
elle voolait le garder !ougtemps, long-
temps !
Molat no rdpondant pas, Alice rou-
lut savoir la cause du trouble qui l'a-
gitait depuis quelques jours. Son ma-
rtage r[t6 ? Main ce n'dtait qus demi-
mal, fibre chance mamr, puisqu'il 6tait
aimn6. Car c'est bien vons, lui disait-
elle et tous leiSaioiongeois distinguds,
qui 6tes aim6s de nous. Nonus nou
protons aux autres, "mon cher, main
nous nous donnns a vous. N'eat-ce
pas vous qai dorns tPx nos sons et noun
donnes I'oubli ? Ei some c'eat de la
sopr4me injustice de vouloir qu'on
vous aimed comme on aimed les Aiglioa,
o'est-A-dire bourgeoisement. *
Molat remuait lea Ivres. L'6videnea
6tait trop parfait pour qa'il discatit.
Ila march6rent un moment. 11 ne pat
qu'**nbrassor sa maitrosse qui s'aban-
donnait... Molat la prit doucoment do-
rant la petite fonmaine, veritable objet
d'art, payd cent mille france par ie
b squier, A l'otonnoment des Nym-
pbes qui legr souriaient avoc on re-
gret attendri.
RASTIGNAC.


RENSEIGNUMZNTS
M~r~t~OROLO0GIQUg5t

DU
SQMINAIRH COLLEGE St-MARTIAL
UzaiCmnI 13 JuM..Lzrr 19o
3arometro & midi If763 nm,m


bouap6raturoi-n


23.0


(masmium 34,8
Moyennoe diurne de Ia temaprature S6,7
Ciel asn pea nuageux la matide eot
oavert depois 4.. Orage pasmat mr le
Drd,ii petite plie marquant 2,3 millim6-
Ma.
Rclain ea t oanestre. Buomatre A pea prnm
J.Cim


Ice~ ~- -- -~ ------ -- ------ -_--- ~ ~






Tribunal de Cassation riersn t encourngent encore le talent r el et
.A ience du Ma-di 12 juillet 1919 vraimene dige deo grander de cot enfast
Faste de sompetence, le Trbuaal s 'a d'Hoi CHRISTIAN.
B pi proeadre stAge; proc6s-verbal en a
dressed pour setvir et valoir au besoin. 14 Juillet
Audiwce du Meredi 13 juillt 1910 (C'est aujourd'hai que la Leg ition et la
Le Tribonal prend siege A dix haures Colonti franidse coaemimorent leur fate
et demie, sous la presidency de Mr le vi- national.
tee- rdsdent Ernest Boohomee cet rpromen- Le ministry de France, M. Maurouard a
ce eas arrtts suivants : rega ce martin A la Legation.
0 celui qui casse i anvule 1 Iug t Cet aprs-midi, il y aura tcep:ion A
t" celui qui casse e anaule le jugement I'Asile francais.
da trubanal correctional d9 Ja en p en da-f Li ville est pavois. e aux c ulears frrrti-l
Sdtre 1e2 Jill t 19us ha rt et pe siddfat ses. le. nombreux rcssor:issnts de notrE
tre pe s r Alcius (harmart et sisur ancieone mre-patrie re se faisant point
l'dolphe Aientlre, et p or ire. i'a u. fa we de prerde part A letr grande mani-
iOaforml rent iona loi, otevois l'affaire a feita'ion anonue;le l.quile s associent les
Tribunal Gorractionnel do Port-.u Princo Hai i-ns don'-!ei sy npAhics srtn: tcuiour$
Poor y 6're jug6 suavant I.s ermas mem"s chaudes pour c peup!e him.b'e es g :cu
de la citation donate a Rodclphe Alexar- reux qui ir lnore premier .1 uc-eur.
re.-
a* celui qui dit que le sieur Ibrahim Ecbho de J6r6mniie
uaboarne est tenu de donrer, dans les AUT(UR D'UNE LETTRE
hait joits, A partir doe a sign.fication du Oa pa:le encore d'une letare qni a c-r-
pr4sent arr6t, bonne et valble caution. cuie la semtine dern e et don't Mr Al in
asu'l A concurrence de P. Ioo . do t Cl6id serait I'an'eur. Qi--l en es, le tex e ?
le dep6t sera faith au g effe de ce tribunal, Les uns r-pondent : dissertation reli-
sinon il sera declare non-recevable en son giease.
opposition Les aut e. : Quastio'n d,-oanit'e Qu'est-
Affirts etend.:ts : ce que cec'a veut dire ? Rgne'eg iemen's.
Celle de Muae D.og6ne Biai'e Noe', CLRIELX.
demanderesse en oppositon cou re uue Setvice Hylyr. a iqae
ordennance de la chambre du conseil des Le Siv ce hydcrulique price les abonads
oive. LM e public conrclt son r cir de ne pas lesser ouvers sans necessi'd les
Le Miistire public onlutpareistArobinets de putsage qai alimruen:e-t leors
a*-Caola'o do VTotssaintNcc.iiqdemade.ur proprit6s ct inv:*e en rhme sterns les
par Mes Boch DV serit cotre Iserna Casi-r abonnes qui no:nt pas de robine's A s'en
pair,dr MeaEc par Mes Aug A. Heraux Ci-tire mettre p.r Ila mrnin;sration, A Ic ffet
ietdeenu-, par Mes Aug, A. raux d'evier le gaspill ,g deaa qui se fair par
Le juge Janverest en etd, en la hcture do los emb1anchemerts non fermes.
son rapport sansi que Me D.sert lJas Ie did- 1, s le ben eteass que s ces insriucions
veloppement de ses moyeas. Le Ministere u!s Ie bu* easier nne is rb-ion
publc,Me Lac Dominique,conclut ra- une 1 ueuiede e A t 's les abdnns n do i ient
a* denon-receoiraurejcit,du pourvoi; pour ivsvle N VICe dns oi g tion
*~denon-recevoirode suppri-ner sans delai Iet emb arch -
Jfaut d'intiita et de quali 6, l'oprosition mes des ab n s dda le emb h
exerede par le sieur V Toussaint Noel mal men des ab ns en Jdlfaut.
funde on failt et n droi,. II ( le setvace) en p'end occ sion pour
fdden fait ot en dro.rappeler Its abor.n4 e.- retaid que 1'; boa-
Tribunal Civil nement c-t payablee A 1'cbiance de chaque
Par jugement readu p:.r le tribunal civil mois.
do Port-an-Psince jug-ant en ses attribu- Le service croit devoir renroduire aussi
tions criminelles, lets uris suivants ort Oti ci des.L.us .es ar.;c'es VI-VII exti.its du
ceodamo s i I'amende prdvue en I'arti- Regle.ent sur les abormnements aux eaux
ele 231, icr alina6. Savoir : Emmanuel de Po ,-au Prtc.c d., 22 no.rnmbre 1889 :
Valmi, Cl1icour Sejour, Picsper F.we, Art. VI. Le. triv.ux d'c-nbr.nchemon'
Hyppolite,. Darcd Aramand, Dr Rosemond, 'sou la uie pub. q ie ausi b en que ceut
Nemours Vincent, KRoul Kavanagh, Camil- d'iis al. t oi i.ateiecure dts ; b jines nc
le Nerd Nama, Christian Trouil,o,. losrph pourzont en auuva cis etre execu ds pa'
Vil, Cassius Lapointc, Camrile Galcre, des ouviiers aut:ec que ce.,x du service
Aurtle Colbert, Edmond Tiou.ilot, Bar- des c-ux;
mard Charlot, Emmanuel S -Suand et Luc Ar,. VII Lts c,-itraventi ins au p 6c1-
Gaillard. dent article eutr.i :iAt la res'a Ai.in iame-
Ecole national de Droit date de l'.ab ineinent sins pr.j adice des
pours'ui es e16gles.
Les examens de l'Ei le de D oit oit Port-au.P-ince, 12 Juil1'e 1910..
pris fin hter a andi. LA DIRLCTION.


Oat ed admis .
Premiere ann-e -Lileau, Courois P
Agnant IKm. Cauvin.
Dcuxicame anndc.- T Agnint A. Pier-
re Louis, L. Libens, Vi gr. in:,Gcdnes:e St-
1.6, B'otD. Fonjis,Ak Piecrre, D Pouilh
A. Antoine, B Giles.
Troistime annie. -Oat 6t4 r,u licencids.
Pranciis Cauvin, Rodolphe Belfong Franck
Roy, Moise Pierre Louis, Leon Alfred,
Christian Lapotte.
Avis
Madame Furniss announce a ses amies que
iasqna' un nouvel avis A cet efl.t, elle ne
tieadra plus ses o At Home a les Vendredis
* la Legttion Americaine.
Brillante solr6e
A BaLLuvvu-HOTZL
S'il existera une Representation rdelle-
neat surprenante, oI l'art du cindmatogra-
phe ofrira au pub'.ic tout ce quit cotooint
d principles modernes : cc sera cell quo
d aerm Monsieur Albert Rousseau sama-
di sai A I H6rel Bellevue.
La panrt la pins brillante du programme
compreadra l'iondation de Paris; la vicille
Lo' e, la Babylone moderne sera plongde
S.n* Iess.
Cette ieoadation so ddreulera d'apres
netus* wow le yeux du public et de aos
b Pe, mndaines qui out conas la capital
ai ues da mode eatier.
Mosiew Rosseau ayaet dijh faith ses
preuve et lo recommaandant par ses rdceats
@segt, it deviat ancessaire quo ss com-
pauioems ta deerseat do neuveaux la-.


Ecole des Sciences appliqates
La prcm e&e session do concours d'ad-
mission aura lie. le lu ldJ 2j juil'et cou-
rart.
Le reg sire d inscip:ion est onv rt tous
les jour. de il A midi, au sa&ge de I'E:ole.
F. DORaT.
A vendre
Une collection du Moni'eur relii de 1868
A 1891 ainsi que beaucoup d'ouvragvs et
brochures ra es d'auteurs nationaau, d'his-
toire contemporaine, documents d'bistoire,
de literature national, etudes juridiques
et littiraires, etc.
Avis sur collectionneurs. S'adresser a la
MAISON UNIVERSELLE, 106, rue du
Magasin de l'Etat.
Balle
Le tirage de la Grande Rifle de la pro-
pritiE de Bizo on aura lieu Dimanche, 24
joililet dans I'aptc--midi.
Q.ae ceuaqai dkiirent des billets so pies-
sent, il on rest bien pen.
|D6o6s
Cet spris-midi, auront lien les foadrailles
de 'N.,ie Lafortsa, sceur de notre ami
Athanase Laforest, auquel cons euvoyons
nos sympathiques condoldances,
Le convei partira de la rue du Centre
N0 $a.

Magniftques] pa names
Pour Hommes et pour Dames
Chez Mile L..6onide Solages
22, Rue des Eronts-Forta, W2.


AVERTISSEMENT

ians I'article Coup de pioehe para
ndi sons la signature de Georges La-
firest, il a 6chapp6 & la vigilance de la
O6daction qaelques allusions histori-
ques, notamment cellos relatives &
l'Histoire Louis Tanis, qu'un de nos
amis noas a presentees come pou-
vaut ktre interpr6t6es au detriment
d'hommes avec lesquals non seule-
ment nous sommes on cordiales rela-
tions Iriv6-s tt pour la carac bre des-
quiels pour une raison on use a.-re
- nous professons la plus grande dt@i-
rence.
Nous prioni ceux qui r ous appor-
tent di; artichis que nous p bloons
de couliarice cmanae 6tant souv nt
dans les id6es du journal de ne point
laisser glisser UIN phia es suscepti-
blts de biesser 1 lhinueur et la cousi-
dlera'ion dos pers. nnts oun mamoj de
leur fire de la pt-iue. Nous U'avons
ri-n a gagner Ades rurimuinat onw ut
nous intend ,us conserve toutes nos



LE SIENAT

Slancet Ju 14 Juiilatt i I.
A l'occanion de 1, mrtt du regrettA col-
legue C.;destin Rbert, Ii seance est levee
e- sigrc de dtuil.
Une commiss on cornposefc des honora-
b es d.-ateus Lubin, Mjli.e, SylvAin est
chaigie de present,' ies condolence; du
Grand Corps la Vcuve Cades in Robeit


Movement Maritime

Quebec
At rivie
GConiwoe. D, gu', 1) Paltent, S e .
Marie, Mm-n L-r( y; T'. L, g o Mme
'Fr.g Mrne A. J,-o M, n it -e.j<'it,
D.boi sqi:et, A. Phi:ip; Sy v ',ri.,
Valair.4, A S-Amand, Sdoa'eur Ser-
lin, Mman A. D6joie, Mile DAjoi II fs-
bowrn.', Mwm- I)De o'iveue, N. J *,-,|h,
E. St J1.io, N. Ami-i 1, Soe.r B*r ha,
V. Toussaint.
lPtit-Goave. C. Gils. L Aug Wa'e,
Loti i, V 1) ih- a., Brig,;:il, MNim
Nia'ti-u, Vv,< J. Mhiset, L3apo *e, MaNi,
13 tuchiard, J. Robrft. L. Pirre LUi,',
Napolpni Aoans Gil Char.ot, B. D.'-
vtiux. Franc )i, E. D ;vieax, J. Robert.
St Mate. Mmine sar.
Ddpart
Havrae Suears S,-Vino., Marie
Gu.lbert et Vitriniu d la C.iAx, A.
Ilugueno', MN Favot, M-me Paul Mar-
celin, Mme million (astawas, Sjars
Ileriha et E-persnce.
Puerto-plate. -Marguerite Fournier,
Consul Murry.
Pointe-A-Pitre. A. Loyre.
S-'Thomas.- Maric, Ramsay, Consul
Ant. Thdi6maque.
Cap-Haitien. Edoaard Douyon,
Mme C- Francois, Vve Giraud, Al-
bert D.w, Mile Eaig6die Montas, A-
Lhille Cantave, Vve A. Pa:rgt, Adelai-
do Mathie. Cdlement Sterlin, J. Ri-
ch-mond, J. A. Prettro, Vindlia, Mme
Carmelina Damortier. Miles Dejean,
Gal Alfred Anguste, Mme 0. Fr6d6ric,
C. Beseard, A. Bernard fil, Mme Geor-
ges, Ed. Dupuy.
Mne M. Dorvil, A. Monvalzir, Anna
Asseff, Mme Bobo, Ultimo Hector, D.
Chavanues, A. M. Archer, Greger, Jo-
seph Alphonse, A. Aleita, Duville Chs.
Pierre, Gal P6ricIs Voltaire Frdd6ri-
que, F. Paulin, Rosa Pierre, Mine Al-
bert Pierre, Gal. A. Guerrier, F. Au-
guste, Bris-on Vatey, Mmae Christian
Ju-Charles, Mme Antoine Simon fils,
Officer L. Simon, Johbsen.
President
.Arrivie
Macorie. C. George., J. Raile,
Mile A. Dubois, C. Laboisibre, Mile J.
Lafargue: Mil, C. Jo-Baptiste, A. L.
Auguste, F. Moys..
Cayes. Racine, Pierre Paul fAl, J.


Morisset, A. Taverns, G. Rout, A. PO
Paul, D. Fabre, Mme Gluo, N. M,
salem, Vve Vorbe, Polidelle.
J6r6mie. --- P. Char'es, B, Lahw
L. 0 cel, Sim6on Orcel, Mme Buhaw
Jalien Balmiv, L. Azor, Vve Poiteies
Vve J. Fournrau.


Les Rdvolutions
de St-Domingu0

( Causerie faitf d la Socid, da Esga.
diants par Mr Luc Dorsinvill )
( SUITE ET FIN)
Une second R4volution commen;it.
Voill pom quoi, Vincent Ogj, Chatanga
et Iruts coumpagnocns ont leurs places mar.
quces a c6 6 des Jeannot Maria, des Ma.
candal, des Bt.ukman, eic., etc., comma
prtcurseuts de la Liber6 de la race noin
dans ile. Eux une fraction do I rs m
no.;e, sis ouvraient les yeuxa A 'antr
fraction et sembla'ent Ini die : "faies
comme ncu "... Et l'on ne saarait s'&.
tonner d an tel largage de la part d'Ogi I
c ebt qu'il taut vous rappeier, avec toniels
b.,nne fot qui peu: vous c ric driver, com-
ment 6 a.t to IJIe la Soczri Jdc S .int-Do.
m:ngue E le ei it divisde en ciassas dis-
linctcs ; .t ch que ci c vivait d'uoe v.e
piopre, *vait sa t. on de penser. Chique
c asse uce colonies dans la Colonie.
Vou, s:.vcz comment finirent Vincent
Og:et Chavynne- Ceperdant, la revolu-
nun qu Uis venai nt d inatgurer ne devait
pas m.ur.i avet cux Eile devait se pour.
suivre, A travers quelques anndes encore,
confandre sa cause avec celle des noirs et
triompher avtc ce.ie ci, parce qu'elle 6 ai
tite pr une classes dclaitee, instruite etri-
che. Er, c cst ce ce i chese, cet e ionrstrc-
tion, cc ,e uil.c q.. ti e..t, cette ep
que, la t.rce des atifanchis. Car ils taient
bitcn jL.u 1.onb-eux, .A :6.d des escLves:
tn 1778, ils staient A peine 32i9homma
,t 2578 tcmmes !
L- supp,.c,. d'Ogd e; de plusieurs de
compagnon, d' times tun une f.u:e, par
qu:, d 1. lo lI cau e d.s tffanchis fat
liEt emeint s ;r.:&, de cell des c asses bhla
Lhes. la L b.r: de'int plus chere sul
hol.umes de cou eur par I'timu ovation
cesn ma tyr.s de ltur cause E dls ne tard&
reu ja. A iem orter un ecla'ant such,
pu le dec Lt du 1i mat 1791 I lI'Amm.
be cons i ur t .
L'ind grint on des colors fat an comble,
A la nouvelle de ce ddcr t ; la paroi sei
Gros Morne alla mnme, juq'i' A ridigpur
verv'able ac e d independence vis-i-visde
la Metropole. Cependi ', terrifies pir b
tnort r6ceate d Og6,les affranchis a'ostielt
pas m aitester lear joie. Its forent ca2ls
Lt tranquilles. Mis ce calme n'e:ait p5fat
pour p.aire aux b'anci.. Ceux ci se aret
,.n v6ritble insurrecion centre Ia daCIl
des lib:es et la classes des esclIves. Ceqs
ne :arda pis A fire enter un novel adiv
suare .ur ie champ de bi aille: Ie noiil
Des rv oltes 6cla rent, en effet, daB1
..tellers eti les plantations de I'OCest etid
Nord. Bouckminn aparzu. Li coosei
a fcu et A sang. Et de la f con qua les
claves s'daient promptement organlds,
sopposa la direction cachec des blanw nA
tocrates et des espagnols. En i'esp"aW
quelques jours, la Colonie se trouva si *
sole qu elle pensa A se donner et q-d'
tinit par se donner aux Anglais.
Pendant ce temps les homes do -C
leur se rivolt6rent dans l'Oaest. lo5tJ e
victorieux et firena solenncllenentl r0
naitre le d6ctiet du 15 mai.
Voili done lei droits des libre, 1W
nus I
Its ne restaient qu'aux enclaves I
proclamer les lears. C'est ce qu'il s
prirent de fire. Car, quoique brutea
'age, quoique igaoract et enas eO
desdiscussions politiques, l'esclaves
et enteadu. Dans son Acne froste,
ttble pourqaoi > rcsoonait. Qea t
les blancs e& Ces affranchis Iappe', e
venir, en juge souverain, jiterS
dans la balance, il accourut avecl
tion. Car, iI avait comprise. -
D6ji sous la violence de I'
6tait fait marron.It s'Eiait retirE dsa
oa dams lea mores, dans 'idds
so soossraire A la mervitgd et d
represaitles iaoles.. Car il me
Sdit M. P. d4 Vasihrs. qu'Bys i


-- 1-- -- --






, Iesa^ rp T$ sojen jamais v ks L d'euK C-. | P
" oc"ion d une rhvo e aac- L tRia
vowlle. Ea 16it, deuxs nits, Janot Me-
ia et G eorges )lloo di, Fierro-, so t
bwe condamois i6tre b Olhs vifs, come est dans la
cespables d'avoir coct leI proiei de mats- Le vapeur .Sarnia ayant construction n ur.
rer too% les bancs da quar ier de Pr.- quit New-York onsamedi 9 cou- mur.
&Paiz, femuses ec enfan s ju-.Iu' IaIm -Ni 9airm "
Pai, fmaies e ed6couvrifa sil n dns rant directement pour notre prt Monsieur Louis Elie fait savor aux
-te". mais oad1court fa:lemen-dans ." o rport, o^.Ast Architectes eteau public cam'plot l&a min des zu o i.es esp, est attend ici vendredi 15 cou- A'- it tient a leurs dispositions, et A
es .... rant. _ett. f fdUTS des prix modd6rs des roches graniti-
*" Mti si les esclaves de Saint-Do II partira dans la mome Soiree quest et volcaniques poar edifices et
miugagee semb'ent pis, an mo as sous pour Kingston, Colon, Port-Li- ma sons. Roches silico-calcaire,chaax
i'aaien rEgime, sitre immis haasses A mon et New-York, pregnant la mal- et sable.
I'ide dunc insurrec ion g~a-ra'e, de trt le fret et passagers Pour les conditions dresserr chez
bonne hear, ea revanche, le matroaage li a Turgeau, en face ia chapelle
avec, bien entenda. les brigand'ges, les ,-* .c.-p.o oc St-Louis, owu Mannville Etang par
se es tes v as qi ccom- a malle "pour l'Etranger ( via ; 1 TIT A lettre remiss la P. C. S.
eat florismai.
pl lKin ston fermera la post ven- .
sq- ed Anrai:is. d.i q-aotnsj do do
tear, il,( eclve ) n'y vit presque jatras courant, a 5 hcures du G.'TER Chez A. CIp in
presque seul. *Partanat m rrcn*. il vt re Soir. PAF .EURS 82, RUE R*PUBLICAINE, 82
oi.arO d .nu'es esciaves a qui subTsstn a Port-au-Prince, 11 juillet 1910. J... PARIS
Cades dans les bjis...... A certains mo. PARs En face la BOULANGERIE DU PRORtS
ments.telsde ce groups de m!rons cop- F. HERRMANN, Agen. svonIU et prfs la Maison WEDLY PRWsOIR.
teon jusquAo i 5o ou aooo ao irs ct quau- n ----- l af VIENN NT D'A.R IVER
tui de mg n.Aisses, et former un vE isab e a, ._. cf VINS ROUGES & BLANCS par bar.
danger polr la co onie.* uIMaSOn I r BruneS riques et par cases, marque 1&ree
E effet, avec le bandes de Macandal,pr 193, GRAND'RUE. oCates, de ,a MaisontbtUBE fukRus-
eempile. le Capne dormiit i imais desde x I de Bordeaux,incontestablMent supd-
yen&. Et ce sont eas memes ,gres mr- Dirig6e par ,,1UONE HOLLANDAISE" rieurs & tous les autres vins actuelle-
rons que nous verroos deicendre en I791 L. Hodelin (Keilkillke Wet.dihe Maiadlenst) ment sur place
tor le Cap dcchir, p r les f c on., is -i- CONSEKVES ALIMENTAIRES de
des blancs. Cote t6volation ca ccea fu, Ancien membre de la soci6t6 philant opi- premier chox, d6flint toute concur-
une et la trois em: de Saint-Domirgie que des matures tailleur de Paris- Le steamer Prins Willem I ve- rence;
q'avaient commence les IJct Maio, Is Vieut de recevoir no grand choix nant des ports du Sud est attend ici
ollot dit Pierrot, lesMacandal, les Boock. d6 toffes diagonal, casimir, alpaca, demain matin pour repartir diman- LENTILLE9.-SAUCISSONS. FROMAGE.
man, etc devai about ir, elle aussi, A u cheviote, cheviots pour deuil, etc. che 17 courant dons la soir6e pour St- CaRIsEs EN FLACONS. BEaulrtt
success eclatant : Smnthonax dut en 1793, Recommande particulibrement A sa Marc et New-York. DU VAL SAINT-MIcuHEL
proclamer la libertd general deo noirs. E, clientblue u, belle collection de cou- Port-au-Prince, 14 Juiilet 1910. ET D'ITALIE, ETC., rTC.
cettne rvolu.ion des esclaves fortifi6e de pes de casimir, de gilets de fantaisie AUG AHRENDTS Gice a un personnel nouvelleoent
cell des affranchis pass par b;en des vicis- et de piqu6 de toutse beauty. AUG Rarri, NDT G a Maison met A la disposition
situdes avant d'aboutir 1 I lndddpendance SpciALrrI DE COSTUMES DR NOCES. ,AM des families et dMaison hotels, sur con-
de Sai&-Dom;ngue. Jaloax, indg-es de Coupes Francaise. Anglaise et Am -- ande,ds family iesine detisserie Francai.
ceie egditi qua existait d&orma' en.,e ri caine de la dernimre perfection. La VER SOLndedTAIRE NOTA fine -La Maiserie Frncismm
touaes les classes de Ia Colonie, les blancs i confecionne aussi des Cos- cU R SamcaLt ot sas oee r par le passA, bien pourvue des Li-
ne ccsreont d'intriguer poor ramener lea rUMES MILITAIRES, HABITS BRODkS, en oux NtUes par lep queurs et Sirops qui o-t fait sa re-
noirs i leur ancient e at et 6ter aux aff.an- DOLMAN, TUNIQUES,HABIT8 CARReS, ttC, -CLOBULES I nomme.r
chis leurs droits de libts. Ce qui dev it t,,. do 'ous grades. GLUO ULE Snomm1e.
continuer trouble l colonie. On demand deSECRETAN vo Ies-,ous bie"
L'ordre ne commei i d y ;igner etl n'y REMI so OUVERAIN LEC TEUR ,fumerl Alle a las
rgoas dcfinitirement de 1798 A x802. qu I Do boos ouvriers tailleurs pour gran- Adopt6 r sD HOptaux c Paris. Ruedes ouMiracles ou Frou, No 25 et 11ro0,
I'avtoement a ;supieme pouvoir de Tout- des et petites pieces et un aide cou- -14 NpT7.Su.co.p..srr, n'-. verst les ctRoua ou CBonne-Fl, de Prla de
saint Lonvertn e, on ancien esclave I peur, -I 7tPrmie.
Done de toutes ICe classes ae la Colonie
qai avaient revolutiona6 'a Perle des A-
tilles, la clause blinche Feu'e av it echood AGENCE SPu C ALE
dans set tents a ives. Et c'eat I t-gique. A GC SC A L
Au contraire les affranchis et les esclaves
triauohiiient d&us Toassaiect AI la tete, *
hams Rigeud et nne foute d'an:res mem-
des msd Tosete Ia.e de la Regie Francaise des Tabacs
J'ai dit que c'esf logique que les blancs
fusseat yincus: Ils talent, ii est vrai, la Pour la R(publique d' Haiti
lumitre, I'intelligence, Is richesse, mais,
is taient ia minor;td et surtout la mino- Extrait du TARIF G6n6ral, Juillet 1910.
itl agitee par les passions les plus dsnge-
reuses qai existent.
Pour se vaincre les nia les autres, its Tabacs Scaferlati GOURDE Cigarettes GOURDES
out fait appel ant elements infdrieUrs, mais
de force, en instraisant forcement ceuo-ci,
tst eo ne volsant pas appliqaer les prin- LEVANT SUPiRIEUR (dit tabac d'Egypte) la Botte do NINAS Ie paquet de 20 1.90
cipes affiches. Ceux-ci, un instant, servi- 50 grammes 1.25 do le paquet do 10 0.60
rent lears passions et demanderent ensuite CHASSEUR le paquet de 20 0.90
application des m6mes droits pour les- LEVANT ORDINAIRs paper violet liss6, Ie paquet HONGROISES e.a levant sup6rieur Le Bondon de
quels on les faisait combattre. Et pour n's- do 50 grammes 0.90 "20 cigarettes 1.2
voir pas voolo admettre les droits d'abord do en caporal sup6rieur paper rose, le
ta ls conserve ensui-e, ces droits etant MARYLAN paper jauno le paquet 40 grammes 0.70 paquet do 20 0.85
reconous, la colonies deviit perir. do en Maryland le paquet de 20 0.85
Avec la dispiri ioa de :Toussaint, on CAPORAL SUPERIEUR paper bleu le paquet de do on caporal ordinaire paper blou le
urrait croire anssi disparaltre le fruit de 50 grammes 0 70 Bondon de 20 0.75
1o r evolution des classes opprimGes.l Mis, EEGANTS en Levant ordinaire Ie Bondon de 90 0.75
come des sentinelles vigilantes Dies avair CApoRAL. DOUX paper vert Is paquot de 50 gram- do on caporal supdriour paper rose, Is
sucite Dessalines, Pdtion, Christophe, Ct- mes 0.70 Bondon de 20 0.W
poise la Mort, Geffrard et tons les preux do en Maryland paper jaune Is Bondoa
qae nout appelons nos sieux. An premier CAPORAL ODINAIRE paper pate brune I paquat de 0.
syatt6ae de la trahison des blancs conduits do 40 grammes 0.60 do en caporal ordinaire paper bleu le
mai'tenant par Lec'ere : les Villes dispa. TsAc A w su, Virginie haut got, papier jhn- Bondon de 20 0.6
ient et la nation reste dobont 1 1Fa l n caporal upDrieur papier rose le
c'Et cette tois, c'en est fair : de l'nion no, l paquot de 100 grammo q.50 p ue t deiu* p .p.i
amchbe et cordial des rvolutions nait Jdo en Mapland paper jaane Ie Bondon 0.
IIndpendance, zer Janvier x8o4, Pocons sUranao papier bleu 1o pequot de de 0.0
Sdc 100 grammes 1.50 do en caporal ordinaire paper bleo Io
Luc DORSINVILLE. CBondon de 5) 0.46
LUC D SVILP. ouDan oaDmAIR, papier bran, le paquet de 100 RouLEas on Maryland et caporal saupdriour le.
grammes 1.20 portefenille do 0.)
rm do n caporal doux la bolts de o0 0.D

Dams article d'hier, am lieu de: "Or TA AC A usam role Menus 16e. Ie paquot de do en capora ordinairs le poctfeul
Ss moment, on a vu I'esclave changer 100 gramme 1.50 do la botte de 10 .&
St.'laUre Or, r adcun moment, on o's "-.'gegt *p6og1i 1 fAVTILIK
'mI1mclae changer d'id6-.' -gOX p O A. ,JA IU-







Ferrari Cernicchiaro &Co

Horlogerle, Bijouterie, Joaillerie
168, GRAND'RUE, 168
Ancienne Maison D. Ferrari
Par le dernier steamer francais sont arrives des articles de touts beaut6,
peor tons leos goats et poor toutes les bourses : BIJoux. -- SAUTOIRS. BA-
U BS. -- BOUCLKS D'ORuILLMS. --- CHAINaS POUR MONTREB. etc.
ALLIANCES SUR COMMAND
INSTALLATION MODERNE
REPARATION de glaces qui sont remises absolument A neuf; ainsi quo
des tableaux artistiques.
Achat de vieil or et vieil argent
La maison garantit leos marchandises qu'elle livvre ainsi que les reparations
ARTICLES DE LUXE pour leos principaux Adnementsde la vie moudaine.
Si vous voulez boire du RauM DuLICIEUX, du RHUM PUR, vrai produil
d'une distillation m6thodique, allez chez


Leon Liautaud & Cie
o& tous, riches et humbles, vous serez satisfaits. La reputation do
Rhum de L'Etoile"
se'ot faite rapidement grace A l'excellence da la distillerie de ," L'Itoile ".
on Plains du Cul-de-Sac, o& so fabriquait le
Rhum de feu Barbancourt

Grande Fabrique Moderne
DE


Boissons Gazeujes


Superileares


II y a k pine une annode depuis quo la plus nutritive, la plus agrdable et
as plus fortifl4nte des boissons Gazeuses e.-t en'rde dana la Consome~atioo
ouns le nom doe

ROYAL KOLA CHAMPAGNE
See qualit6s et sa flne saveur lui ont vite conquis uae voge croissiute
qui est on encourg, ment en m6me temps que la r6com;ense des sions
minatieux donn6s a sa fabrication.
Dasireose de satisfaire les god's les plu dificileg pen plant I6t4 de 1910,
Ia fabrique a prdpard au moyen d appareil-k p rfic i)nads des productss
hours pair.
Elle met en vented au meme prix et sou, cetti meme maique ]ROYAL
plusieurs dd iciuses B)issons gazeuses qui tero ,t It Providence des per
sonnes sounieuses d offrir chez elles d'exluis raffrathissem-nts anx goAtts
varies, et pr6cienses dans touted les r64inions & c6'6 de leur aitn : le
Royal Kola Champagne
POUR VOUS EN CONVAINCRE, DfIGUSTEZ USE B)DUEILLE DE CES
PRODUCTS INCOMPARABLES :
Cream Soda Cristal Limonade
MOUSSEUX AUX FRAMBROISES MOUSSEUX AUX FRAISES
MOUSSEUX AUX CERISES.
L'AGENCE G*NIRALE eat toujourA au Magasin de la M4tropole 08 rue du
Magas o de I'Erat, vous trouverez aussi ces products au m6me prix dana les
b6p6ts suivants :
EPICERIE MODERNC. 155 Grand'r us. en face la Maison Robelin.
EPICERIE CADET LUNDI rue des Fronts-Forts.
A LA PHARMACIE NOUVELLE ALEXANDRE ROBERTS. rue Roar.
MAISON A FAUBERT. rue Roux.
A I'EPICERIE H. CORVINGTON, roe Fdrou.


American Bar
PLACn GuFaARD
VIM ROUGE MIDOC
Gal: G. 3.50
Vm BLANC GRAVES
Gal: G.4
BIVRE ALLEMANDE
A LA PRESSION
Epicerie
Fromage Emmenthal Is livre G. 2 40.
FPaD. W. KATSCH. propridair-

CHAPELLERIE
PAILLE DE PORTO-RICO
AccouRuz Canz
Feliberto Gonzales

JOSE SAN MI LAN

F'BRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
SALON DE COIFFURE DU LOUVRE
Pour tous leos goats et pour toutes
lWs bourses.

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en d6-
p6t un grand stock,---pourla vents en
gros et en d6tail, -- de chaussures eo
tons genres poor
Hommus, FEMMBs, ENFANTs.
Les commander des commerants
de l'intdrieur pourront Atra ex6cut6es
dans une semaine a pen prbs.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
Port-an Prince (Haiti).
.- -- -- "'II,
Cordonnerie Nouvelle

C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143. -
Avise sa nombreuse clientele qu'el.
le vieot de recevoir. par dernier ba-
teau. uue forte quantity de marchan.
dies et de fouruitureos de toute frat
cheur ot do touted beauty, import6es
de France, d'Allemagneo et des Etatsa
Uais.
Le public 616gant, curieux dose
bien chausser, y trouvera lee peaxn
les plus solides et aux nuances leI
olus varies lea former lea plus belle.
0 lea plus appropri6eo.
On n'a qu'A venir chez G.B. PhiTOIA
pour Mtre assure d'6tre chaussA sui-
rant lea meilleures lois do comfort et
de la mode. Sp6cialit6s pour dames.
Grand Stok do chaussures ;
Peaux, cirages, former, fourniture.
et mat6riaux divers pour cordoone
rio. On trouvera tout ce qu'il faut, aux
prix lea plus moder s, ,
LA CORDOWNuRi NOUTvWLL.
143,GRAND'RUE 143,


NOUVEAU TRAiTEDRENT NOUVEAU TRAITEMENT
AFFECTIONS CNTPTO
do Ia GORGE Ct oNsTIATO
du L A Y N XC ons q ue cesEngorgreuents
64 didoT ube d ftg estl;
B NCE oxpar I'omplol Maladies du Pole
I~09n46Aes(Congostio no. Carrhoes.,
Bronchtes bfediosw bdivsw,
de arygies.ngiesPaludisme, Fidvre Jaug);
Larngios.flgflO ~Constipation do la Groseege;
Emkphys6mO, Asthine Aemeiluourpvetf&*PMGL
10Phtielo pul1monaire. lrocos D`KAPPEUSI1IT
--M.U. Us eme~e& af d mpmc a
WODZrE WPLO.1.de I A 8 capsule 5a Iar lour. VIUmO.m o A& aamI d "w d ap.opeR m me PUSd m
fboo. ingL*U, NSusiE Esusemam, PARIS. POWLIUPE TERMI AL, 39. 3053d Eaumema. p&ARIS


M' C. L. Verre
Talleour-Marohana
Done avi is aa bienvoillantoe ga
tile quo *n maison No,7, Rue Traj
sibre out toujours bioa pourvue f
vari6td d'6toffes do la haute a*
voautd parimionne.
UALrlk SuwPn uitn. Courn
TvATAL. oe01t. ExicOoNx RIOus
Priatris rdduiws

H6tel Bellevue -
Le mieux situ6, Is plus ot
fortable.- Champ-de-Mat.,
Cuisine reaomm6e.- Vuo sar Is f.
I- *-* -
*AISON DR COFIANCI
148 GRAND'RUE
Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu do 1
Rdpublique, avise sea nombreux CU
ENTS qu'il vient de recevoir par it
derniers Steamers une Vari6t6 d'4 j
fes de : Diagonale, Casimir, AI
Cheviote, Drap vert et ble
r6elle supAriorit4.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE I SOLIDITY I
L'dtablissement se recommend an
clients lea plus d4licats qui appi&
cient chaque jour davantage Is n
do son travail.
Demanded chez Joseph Sain:-Clod i
Restaurateur de la Sa'te et des Canrtes s
tales Illastr6as.


A L ULI ANCE
QORDONNERIE.

42, Rue des Fronts-Forts.
CKAUaSUMN M DftP6T,proUR LA v
Promptitude et soia aux *omasm
does tat ici qu'ea province.
Chaassures doe Dame forms et Ir.
vail tonjoars tout so qu'll y a doph
nouveaux.
Forms am6rioaine et Zraacaiso py
Messieurs ; 616gantes et commodea
Pour les ealants le plus l'ais.
Travail solide ex6oute sev
Oes peaux do prent*reomar-q
Assuraaee do grand rabase.
o 1ragaesatiq a,4,tj "%s.

Kola Champagne
Reconstituant
Formole due & l'obligeance do
Dr Laeorn Ad.Xdaif
Ancon In'erne des Hdpitaux de Pd*
PNIX : P. 6 00 la douzaine.
DIPOSITAIRES;
Mr Simon Visux, rue do MWptdlO
l'Eat, Port-as-Prirce ; Mr Ge09
Blot. rue du Magiesin d I Etat,
on-Prince; Mr Aug. Scott (L46
Mile Luac Arglade ( Caye*).
B. Couba, J6rdmie.
N. B. Outre cette cat6godri
Soci6t6 G6n4rale de Kola Champ
livre au public une autre clamS
ce merveillex produit, an pni
QUATRE GOURDES et demie la doa
Fabriqute au Chemin des D
SocItrt G' DE Ko.A-CHAMkIPA
Port-au-Prince, (H Iti) P. O.

Vient de paraitre

INasqes elt Visa
PAR
FERNAND HIBBERT
Le volume sers envoy' saUs
habltuels de Is Librairie do
Prix8 guer.es.


-- r