<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00974
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00974

Full Text





quatrieme Ann6e, No 991


Port-au-Prince, Haiti


Meroredi, 13 Juillet 1910


ABONNEMENTS
UN Mos G. 2.00
lPort-au-Prince
TROIS Moxs... 5.00
[ODpartements UN Mols .,. G. 2.20
TRoIs Mois 6.00

Etrauger ... oIs Mois 8.00

DIXcCTXUR

Cl6ment-Magloire


0


J


OUOTIDIEN


LE NUMhlRO 15 CENTIMES

Le. manuscrits insdrs ou non ne 'seron
pas rendus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.

ADMruIITRATKUM
Arthur Isidore


Histoire d'Hatti

A L'USAGE DES ADULTS
LIVRE IV


Le Pacte Fondamental
La Constitution de 1806.
XI
Dessalines maintint, quintA l r6- mingae. II n'6tait pas possible quo,
glemoutation rarale, les anciennes or- come prix de sa lutte et do ses ef-
donnances de Toussaint-Louverture ; forts envers la liberty, on refusat de lea
nous avona asses dit du syst6me en laisser reprendre possession de lears
viguur sons lui, en 6tudiant le pacte bieus.
fundamental do 1806, pour qua nous, Or,celte prise depossession effectude,
goyons dispons6s d'y revenir. cette elasse, au point de vue de la pro-
Le movement rdvolutionnaire r6-' pridt6 et de sa situation social, ne re-
pablicain de 1806-1807 pens), pour la prenait-elle pas ainsi l'avance qu'elle
promireo fois depuis l'ind6pendauce. a avait, antdrieurement A 1804 ?
apporter uan adoucissement au sort des Y avait-il place, dans un tel 6tat de
populations rurale. chose, pour aucun communisme d'K-
Nous savoans qu'il y a quelqus 6cri- tat ayant pour but le partage du do-
vains pr6venus qui veulent fair re- maine national on parts dgales, entire
monter & Dessalines l'idee d'avoir you- tons ?
la instituaer un ordre de chose agrairo La v6rit6 eat qua, sons l'induence de
qui pvt avantager an meme titra les certain ressentiments politiques,-car
potits et lea grands. Cette opinion s'd- ddjA Dassaline3 savait qu'on conspirait
tale uniquementi ur ls paroles suivan- centre lal, il avait saisi Qette occa-
tes do Dessalines, prononc6es dans le sion de fair une declaration de guerre
sours do l'aunes 1835, en audience centre la classes des anioens libres et
pablique : affranchis qu'il savait hostile A sa fa-
qon de gouverner l'Efat.
SNous avona faith la guerre pour los Au rest, une seale consideration
antree. Avant la prise d'armes contre suffirait A 6tablir qua jamais Dessali-
Lolere, leaos homes de couleur, fils de nes,malgr6 lea pensaes qu'on lui pr6 e,
blaBe., o recueillaient point los sue- n'a song 6A fair naltre aucune ques-
essions do leura pbres : comment ae tion agraire en faveur des classes rn-
fait-il, depis nos qu ou avons chas6 rales- c'eat qae, du ter Janvier 1804,
les colons, qu leurs enfants rdcla- date de la creation do son pouvoir, an
met lours bens ? Les noirs, don't les 17 octobre 1806, date de sa mort, an
pires sont en Afrique, n'auront done can acte ne fat rendu dans ce sens,
ries ? J'ai uaqu'll n'y a pas dans tout soit pour fair des distributions de
le Sad, sent habitations ou maisons terres, soit pour cr6er, au profit des
s6questr6ae, et ependant j'en ai fait petits gens, no acheminement possible
disparettro toutes lea families des co- vers la propri6t6. An contraire, tout le
loans. Ah I Messieurs, si cela doit con- temps de l'empire, lea propridt6s 6tant
tineer ainai, lea aftaires irout mRl... affermees aux grands, les biens du do-
ScRims*. a A^ _.on ,t ansi, a .i maine restaient inali6eables.


a Oman oDuel -a m resIz nU6 M&25VI" a
loginae,-il ny a plus de biens doma-
niaux dans Ia 2. division doe l'Oae4t ;
d'apris vos rapports de complaisance,
les Vastey, lea Blanchet, auront mis
On possesstan des biens de l'Etat, les
Alas deo solone an prejudice de mes
pauvres noirs. Prenez garde A vous I
Nbgres et MalA res, nous avons tons
sombatta sontre ,es blancs ; lea biens
que nous avens conquis on versant
notre sang, appartiennent A nous tous;
j'entends qua'ls soient partag4s avec
quitd..

Sans donte il y avait un arr6td im-
p6rial du 7 f6vrier 1804 qui annulait
tons 'aotes ausceptibles de fair passer
entree lea mains des homes de coulaur
les biens des ansions colons, laurs
p6res on parents, et il est fort proba-
le qu'on n'Wet pas tenu la main ri-
oarausemoent I'ezdcaution de set acte
ot qae aurtains titras de mise en pos-
sessiaon ussent marit6 d'6tre verifids.
Mais qaant au partage dgal entire tous
ds" biens domaniuaux pouvait-il so con-
voir ?
It no taut pas oob'ier qua la classes
soloniale des homes libres, calle
qae Dessalines, en septembre 1805,
ktappilt atnai doe a colbre,--posaddait,
vmAt le gaerrtes de l'ind6pendance -ne
tarie aotable des propri6tis do St-Do-


La loi rendue par le s6nat le 20 avril
1807, apporta une amelioration dans la
situation des populations agricoles.gile
rendit la propridt6 plus accessible 'en
levant la prohibition, 6tablie par Tous-
saint-Louverture et maintenue par Des.
salines, faite aux notaires de passer
des actes de vented pour moins de 50
carreaux do terre ; ot elle abaissa a 10
carreaux le minimum do la quantityd
de terre qua pouvait asheter un indi-
vidu.
Cependant, malgr6 l'am6lioration no-
table contenae dans cette lo, ellse tait
une sorts de frein apportdo aux ten-
dances plus large de Pdtion. En effect,
le Senat venait d'6tre saisi d'uo mes-
sage de celai-ei, demandant au Sioat
d'autoriser la vente d'une parties des
biens du domains, A tons les offi-
ciers, depuis le g ndral jusqu'au sous-
lieutenant. Lea ofteiers infdrieurs itant
les plus nombreux, le S6nat avait sen-
ti qu'en ace6dant A la demands pr6si-
dentiolle, il en r6sulterait un trop
grand morcellement du domain natio-
nal, morcellement qui eat t61 prdjudi-
ciable a I'agriculture elle-m6me, et la
loi du 20 avril 1807 sortit de la ddli-
bdration da Sdnat comme aun moyen
term, qui tondait, d'a eW6td, a mettre
le droit de propri6t6 I la port do.


quisonque pouvait aequdrir la quanti- tenait de ferma. D 14 eat sorti Ie sys-
t6 de 10 earreaax de terre ; et de 'au- t6me appeld de moilid dins le pays... a
tre, a pr6venir I'sviliAsement de la ter- It eat certain que examplee trace
re, lequel r6sulterait n6cesaairement par P6tion constituait un progr6s : c'6-
d'an trop grand 6miettement. tait, en mame temps qu'une amdliora-
Qai voyait aieux et plus just dans tion sensible dans le sort du cultiva-
I'oscurrence ? Pour notre part,nous teur, crder une situation moyenne on-
pensons humblement quo c'est le S-. tre une trop grande d6pendance et la
nat. situation pleine et entire de propri6-
Pdtion, par une pure g6n6resitd des taire.
vaes, voulait attacher los citoyens i la Mais ce progr6s, il faut le ramar-
Rdpublique, on leur confident la qua- quer, 6Wait une contradiction flagrant
lit6 de propridtaires par le moyen de entra li text et le fait : le texts pres-
petites Ventes, ( et plus tard, nous le crivant qua le cultivateur out le quart,
verrons, par le moyan de distribu- et le faith lui adjugeant la moiti6. -
tions gratuites de terres ) C'est d~cid6oaent une fatalitY. "
Le Sdnat, tout en voulant, come a II n'y avait pas da lei, dit a ce so-
le president, erder au sein de la R.- jet Ardouin, qui put encore dtre exO-
publique le plus do propri4taires pos- cute contrairement A 1'exemple qu'il
sible, corrigeait le project du president (PMtion) avait trice a Prdjident dit Qd:
en exigeant du fatur propri6taire la cd commae d li faire la caye li. "
preave qu'il avait la force d'dpargne
ndcessaire pour so procurer le prix de Mais, en d6flnitive, pourquoi le
10 carreaux do terre. m6tayge, le syst6me dit de moisid, in-
En Olet, confdrer le drot d-- pro- troduit par Pdtion sur ses propridtks
pridtd n'est pas confdrer, du coup, les priv6es, et suivi pir lea autres pro-
qualitds dminents ndcessaires pour la 'pri6taires et fermiers ? Eat-ce seaole-
possession et 1'exercioe do ce droit ; ment pour le plaisir de violer un
ce sont IA autant de capacit4s qui s'ac- text qua Pdtion I'imagina ? et ean ad-
qui6rent, et elles noe a'acquiirent que mettant qu'il eut proced6 d'une p '-
par les notions exactes des conditions occupation g6ndreuse en faveur du
du travail prosp6re : esprit d'ordre et cultivateur, catte preoccupation fat-
de Erdvoyance, faculty d'administr ur on. ut aln nous nna raison ca-


Dans un ordre de hoses rdgulier
souls sont census aptes A : re p'oprid-
toires les individus qui peuvent tomoi-
gaoer de coa qualitds sap6rieures par
apport d'une soasnes d'argint, d'une
sort do pdcule, rdsultat le plus claii
de sea attributes do bon administra
tour.
Ardouin, et d'aut es 6 rivains avec
loi, prAtent des vues plus 6troi'as e
plus personn.lles aa S6nat. c Le S4
nat, di!-il, voulait maintenir les grand
bies du domain e-tre los mains des
officers supdrieurs, des hAuts fouc-
tionnaires public, qut l'amportaienl
tonjours dans le sys~ 6ne de fermige
qua ee corps maintiat par la loi. v
Nons ne savons pas si i'accusation
n'est pas gratuity, mais au point de
vue special auquel noas nous p1Ag-)s.
nous no trouvons pas impossible qu'iIl
eat exiltd au Sinat un g-oape a:eso-
prits asses clairvoyants pour aperre-
voir lea considerations que nous ve-
nons d'exposer.
Pition dut s'incliner devant la me-
sure legislative ; mais, en attendant
qu'il pDt reprendre lA rdalisation de
son r6ve de ruiner la grande propri&-
t6 en er6ant une class, nombreuse de
petits propri6taires, il trouva le mo-
yen, par la pratiq'ue p3rsonnelle du
mitayage, de contourner les prescrip-
tions de I'article 4 do la loi du 20 a-
vril 1807, fixant an quart la part re-
venant aux cultivateurs des revenues
des habitations. < Petion, dit Ardouin,
voyant qu'ils (les unltivateurs) imagi-
nataent touted sorts de moyens poor
so sonstraire aux propri4taires on fer-
miers de i'Etat, an moment ou lee
S6nat rejetait sa proposition et la
remplagait par la loi quo nous vanous
d'analyser, conseilla on suggdra A ces
pro~fri6dairas on fermiers, de partager
le products par gale portion avec eso
cultivatears, apr6s deduction faite des
ddpenses occasionndes pour I'exploita-
tion do toate habitation ; il traga lui--
mame l'ezemple dans lea biens qu'il


, pitale qui prdeida A I'dtablissement do
- notre m6'ayage agricole : o'est quoe l
- gctt de la residence A la champagne.
autrement qu'en villigiature, 6tait de-
Svena mains vif et tendait A diminuer
r dans la classes qui detenait alors lea
- plus hiutes situations socitles. Do
plans, la preoccupation des affairs pu-
c b'iques exigeait le sajour dans lea vil-
t les de la plapart des autorit6s aociales
. dc 1'6poque; et alors les propridt6s
rurales dtaient eu fait plus oa moins
s abandonndes entire leas mains de la
- clause purement rurale. Da sortsa a'il
t paraissait plus qua just que, dans
ces conditions, leas revenues des habi-
tations fussent partagds par moitis
6gales entire les mattress da sol et coux
qui assuraient son rendement.
Cartoe, lea homes du temps, nous
1- verrons par Ja suite, entretinrent tout
Ie m6me, tent bien quo mal, on eui
Ie gout de l'exploitatioa rural ; mais
la chose no lear part pas assez es-
sentielle pour Ctre transmise aux gd-
ndrations nouvelles.
Aussi, nous no tarderous pas A voir
aurgfr dans Ie pays dea fils tout diff6-
lents des pbres, qui bouleverseront rd-
volulionnairement tout u'enouvre des
prdd6cesseurs, at puniront les pbres,
en compromettant leur ouvre, de n'a-
voir pas prdpard an eux des patrons
agricoles, dignes de lear:suec6der, pla-
t6t quo des th6oriciena st des politi-
cians aux d4clamations dangereauses,
aux ambitions ble coin de terre qu'ils avaient charge
de conserver, et domnt la rpulsion pour
le travail r6galier et simple 6tait aes-
si grande quo leura app6tits dtaient
vifs.
AUGUST MAGLOIRE.

L'AdminTlstra4ion du MATIN in-
forme'ses abounds qu'ils no doivent
rien payer, abonnemrent ou autres,
quo oontre reous imprim6s et por-
taut le timbre du Journal.
L'Adataistrateaou- Arthur ISIDORE


_ I L -1 -I I --I II II I -- r I I I


~1111111~1~4 __ IL =- I- _~ II -- I -- L I~III














LA RUEROUX

Ce West pas seulement son Acad&-
mnie ainsi que des adive sair-es trop
bienve-illants d6corrent magnifique-
inent le aMatin D qui vaut A la rue
Roux, ci-clevant Bonne Fo I a 1lgitime
reaormmde doi-t elle jouit JDepuis qu'uni
Magistrat comrucn .1 biei avis-!, fit
proc~dei' it y a que~que qczuirrze ans
A sa r~fecL or,, [a tranzri fu natt do
boueuse et d~lonc*tie qtu'e'n- euren
you a' I ayarst"-. Ia I-ku-' R ux. i*;lepoinlt
Co;i,-,6't gaguer ea rnpovt rice e en

Le rnouvet-enit qui s~eff,-'cie par. ia-
rueA Rul-c est coris ai)t. Saris e cragrer,
WitoirPOtaa-I' Lice qu. tr-,vaui~h d6
file au maois deux fu)is pat, joiir
rn~i!.j'v pa- so 12 flw i --- d a ulpit.
Jzav a~ 1 )~ I .,i par ce- 5 it-is'
01 6 ,*o;,, eti'ctluornn s, o itre IL-,'Mulin'':
Lt1, Bm A m'ricmriie, I'Lta civil
(seclji-i Norid) I liarintA U's, anaaut
do carro ;ete-;, Ieux 'ipirivic
Phoel i~ 'ra (e -'u Kr1l- sque-i prEn
Clodi~- -' e uornb.,:'e de mrnUtocns
atd'rrers
A t- raotion-; r-rms'eI-'u
P~jUss 01'ISOUiUV60 P) a- UiO l a. i
q -inuri t 6 de b us s e' b ug g.ee 'v o-vnca
S'aijo aterI an hospice etap~ta Pins05-
tr::l6 SO -s le~iateliers phor r a. Iiiqjnes
do Meuv-;
Los r, nqitj mses des C-ow r I Iuhi )


6L~t fitaLii,.ctci6es tavec lWs g:-uhu ude,
p0 -iil Collo re 1~c n(
eil.-" sour. pcesquznL)@
S):I! d'uI systeui l Pub L i3 d 1 -~g
lie se flit point senwir et c', "all 'ini
q L.'01ri essayv-rait fv stii op ec '

B i:j-1jFui (Id-prendre 1iia:vtj d 1i U-
il cter. eux inruC~res 1,i dvan; ld leevs
11o:1 'is C esr. du ciel q ~ ii- &Iv~jn xir i
gr~iimsauvoiir. it~ bien lai-s ite
q(i f -rai, A gafde ,ac,)la 1ies vu 'de a

to(1) ;v- 1 x j 0 1) de ut t

d-3 rios OSrVill-ut111. P ILAil
J!"s ro ,-,-- ma dt:- Mi \ I. Ii 4 'iru K -
b !'j ,i-idJa rice d w(-j2, 1v i hv i
q st l e 0 l i,-iu -.,t-- sS CPOU
Ai l lie v)l 1.eI-n U -'1 d. .:u 0 c~~l
al)'_Sto...t 1Lflrl"OirlU ell A(Lulv6a1I Abc
lbtio~l (i.1e la 'n/uc' nl '.q-'eni
pu VO.iv.j na 1V10 'q)I a~lka o ca fuL -ii-
Lflgclax et dos uni rouxi.K kl-1tir
Bni~- 'o. a~s ille d.j;tt- ex irr~ us
la -,j)aiqUie 11 it)i purrait-ad '~lo~
*1' LnJuir, uui'.t aui no~n de-i iiin lat
qu'en eloiji dts p~is.-ams U (- arue
LRoa.x, qui out bieu droit -- eux aussi
AuLn pen de chatite.
L i: I A ---u.



LE SEN lT

j~a~ ~U12 JuzIla 1910.
Ap &;sm: 100o de 3 proz,*--vtrba-ix on
lit ;a c 'te~sponia Le qtsi c:ul:-rc avec
qu.ApietS Je-aaniies dc oe ,une
kiL-e Jelea L1Iatnb- des depn 's cc _,npa-
rn~rv 11 Oi Str loaver~ure dunport de
F,-)- ,- Li I-,e r!
Utno pkition des Iabitnis dol h P~tite -
Riv re de I Aruib-nire qui dil~ent avo~r iu
dti -sic Ma'Lin quc It- S2la ur Dup: ona -vait
p opo,76 '&iger d nr endroits d.~lu :r Comn-
im!'flCen posLCS In~iuitiffes et pnient le S6-
nat de ne pas teiir cnnmpte Lde cc-te pro-
pc~iioncar si el e est vot~e, ecue leur sera
pr~j udiciable -
Le Pf~sid-nt decide d'envoyer la loi sitr
1*inverture du port de Fo'i Lbert6 atax co-
mrit~s'lde I Ioirieur, des F~winiacs et de la
J,-!; ice.
Le sdnateur Thiodore lui fait reiarmquer
qlc le comity de la Justice n'a rien A voir
d r.s l a question.
Le P 6sid~nt r~pond que c'est stir la
p~oposttion du s~hiatear Bw~ssan, prt~sidentt
dac,-) ni- de IA justice, qu'il adjoitt ce
co ni-6,aux aut'res chaque fois qu'iI s',agit
d'u'-e qtiestion d'une certain importance.
J'.i pen .A qae c'en 6tait l'oz.ciion, mais si
le S~aat iroteste, je suis pr~t A supprimer
Ce Com ;
C irnmo aucane protestation, ne st est die-
vde, Ua d cision Cit maintenue.


Le s6nateur Dupiton dit-que quand il
avait propose ces sectionss il n'avait p-s en
vue les intir6ts des commerrants mais bian
des culrivatcu s qui sont des gens plus di-
gnes. A ia suite de lettres qu'il.a reques de
la Petite Rivi&re il a "en i dire au Prisi-
dent qu'il letirait sa proposition. 11 ddcla-
re donc retijer ceite proposition de loi.



Li CIIAMBRE

A I sdavice de ce matin, Ia Chambre n'a
pas pu tray. iller, fmine de m joried.





R ENSEIGN-MENTS
M I riiOROLO-GI QUES
C3 l eIv-y a-.to ir e
DU
SMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
MARDI 12 JUILLET 1910
Barc t: :i,! ,'4 m m3


.~.r ~ A X IniMUM


23 4
28 o


Mov-r "urne 'c !a tcmi ~, Ue2,
Cie! c- ave rttout-. I- iourn~e. Fort vent
Lie H, fr..i~s ; vi es.zc ri.-ilana 14 m6 res par
Secorldt. P, ;icu, lts rnjm gcnesd'aSud,
ici ni aiiiie
1-Jat.'sol 00 JU iTo.rnC& ;c constrirt.
J. SCH~tER.


S -ci' a: FsanQa ds a d S3-c-urs
M t3uIs e: cLe Bienfuisance
Mesa ,e; & Mr.sieu:s 'es Memtb:es ac-
-.f .-i S I S,)c -, e ont co-voqu fs :-di 14
judilct, aI AI .: f:.r- s 4 h.iart s precise
de I''nie;-m di pour l i ce.bra:ioa de la
Sf e N nu .:a e d 14 juil'e'-,
Le President de la Socidtd,
F. CHERIEZ,
La F6te
DE L'UNIVER IT.e DES ANNALES
Nv .. eo:-.y n: du N0 du 19 Juin des
t A.irale, :on iqae; e 1,Atdraires les pas-
s g,' snu.v ;,:" q', zeriminent ua compie-
rendu de S :rgi-::, e emarqnub e chroni-
qaeur de iT rv -e :
tUn pc, i de Hiti,M En.),nid L:forest,
noaus de 1C.i, uI l.nl-ma:an de la fete,
ses i,'- presso- :
a L'apo hio e fin.le, ob le come de
La-nber', e-u das vols sivants, ddployait
des sie' -i .ciea es ve s le soleil, me
paraissait .ymko'ier avec eclat vos efforts
et ceux de v.-s e.in-nts c3llsboratea s pour
':ev.r 1 r. d- a j-anne-se frar-c ise, l'Alnme
colecti'er de l g'-and.! France, A un ideal
de beau-e lum I ncuse et virile D
0:_ ne saurait rmieux exprimer nos sen-
time-r s, et no:;?s sommes heureux que
n.:ue fi e .:it eu Ia success quo nous es-
p4tions, c'st-A-Ji e 1'amiti6 sincere des il-
lus 'le amis qnOi ont bien voulu en atre
l' clar.l SERGINES
NTcrologie
Nous apprenons la mort de l'ancien si-
nateur C destinyn Robert, diced ce martin
A lag- 2e 63 ans.- Les funarsilles auront
lieu demain martin Mxison mortuiire 124,
Rue du R6servoir.
Nomination. Militaire
Nous enregi-troni avec plaisir la no-
miaation da GSnAral Alfred Nimours
Auguste at commandeamnt de la
Commnun? di' Trou.
M. Augus'e est un jean plain d'a c-
tivit4 or dA bonne volont6 qui voit
toat un brillnt avanir mililaire s'ou-
vrir devant lui. 11 tiendra A cceur d'8-
tre un officer de d6voasement.
Institution
Irnrnmmacule conception
GCQet le mercredi 20 Juillet a huit
heurei du matin qu'aura lieu A l'Aqile
Frargcis la distribution solennelle des
prix i1e l'Institution Immaculde Con-
ception, dirigde par la distinga6e Mlle
Lucile Proph6te.
Des invitations ont 6t6 adress6es
aux families qai assisteront en grand
nombre A cette int6ressante fte. seo-
laire.


Cours de Bc
Or Am&ricain comptant
Consolid6s 6 olo
Conso'idds 3 o0o
10 Janvier
Provisoires ,1
Emprunt 20 Aofit
Titres bleas
Titres roses
Cheques snr N-Y, prime
Cheques sur Paris,
Traites sur France
Transfers sur Paris
Billets de cinq gourdes
Nickel escompte
La M AIs n 0,harle
46, CHAD O;'E D'A.NTIN
P.r sLi:e d'une entenac
M isons de FAbr-iqacs deo
d'mntroduie-, ou de vulg.r
ques en IH It, ob ient de.
ava lageuse; pour 1'exporta
dcrt peuve:at bdadfici4r
d-ent lui dresser ieurs co
Principal's marquao; de F
noginph- s, bc:ycleues, de;
rner, d' :inbic, d ame.bl
S'Adreiser a 1-t maison p.i
talog:e; "t le prospectus
. to :;, ou Coute demnnde
men s
Servic- Hydra
L: S rvic, hylrauli4Ue p
d ne pas Ia sser o'avers s
robinets de p.:is-ge qui a
proprietds tI invite en n
abonnds qui n'o it pis de
fare me tre p r l'adaiiuis:
d'deiter le gisp, lag: d esn
les emb ancheeia;rts njn fe
Ilest bien enrndu que si
dans le bu- d'assure nir
rdgulicee d'e u A tou s ab
observes, le service sera d
de superimer sans ddlai l
:nents des ab::nnes en d6fau
II ( Ie service ) en p end
rappeler Ls dboiun-s en rae,
nement ct payable A Al'ch
mots.
Le s rvice croit devoir r
ci-dessous les articles VI-'
R&glement sur les aboaneu
de Po -.iv-Prince du 22 no
Art. VI Le: travaux d'e
sous la voie pub,:quie aussi
d'instalation inerieure d
poLrront en au:za cis acre
des ouvliers aut:es q'ae cc
des exux ;
Arn. VII L.s con:raveni
dent ar:.icle eatraiaeL la rd
date de I'abannerent sin
pou:sui:es l1gales.
Port-au-Prince, 12 Ju
LA
Ecole des Sciences
La premiere session du
mission aura lien le lundi
rant.
Le registre d'inscription
les jours de I r A midi, au si

Un incident
au Palais
Hier devait 6.re entendut
viol. L'accus6 est un nc
Vidud q'i'avait pour ddfens<
casse et Delienue. L'accusat
soutenue par le comamiss
douin quand survint un i
renvoyer I'affaire A la queue
Le bAtonnier Hudicourt f
jurds et A 1 occasion d'une
posa A un t moin, eat mail
le juge-doyen A. Vieux. L
des proportions tellement
Commissaire du Gouvernei
d'intervenir.
C'est I'accus6 quai n'est
avec raison.


Rafle
Le tirage de la Grande R
pri6.6 de Bizo.on aura lieu
juillet dans i'apr6s-rnidi.
Que ceuxqui ddsirent des
sent, il en reste bien peu.


Rue des Miracles ou Frou,
et Rue Roux ou Bonne-Foi, N
vererz lea CIGA S u DC MTuNI
J6r6mil.


course
455 Oc
53 o0c
26 olc
52 olc
52 olc
86 olc
23 olo
23 010
112 .olo prime
3 114 010o prime
2 112 010 prime
4 olo prime
I 1120 0
4 olo


0


,'Les R6volutions
de St- Domingue

( Causerie faite d la Socid des Etu.
diants par Mr Luc Dorsinvills.)
Messieurs,
Je no sauras prdiendre A une oeuvre de
maitre en vous parlant des'vRvolutions de
Sint-Domingue. Je n'en ai pas encore la
competence at la science nDcessaire. Ce quo
je v..us prseoie aujouid'hui n'est qu'une
e.quis- e.
Dans quolque ternps, je compete en pir-


ss Meravia ler i rgaement, peut-tre en une brochure.
SMais il vous va tlloir attendre. Car, i-au.
1, 90 PARIS. jet demande, ponr tre bien ttaitd, b.au-
7vec ie grades coup de science, be. ucou.p de sens c:i;ique
Paris, disireuses surtout. E s elf tavez-vous bien',entcda; ?
ise', Iurs mar- Je n'a pas di: la revolution ,, j ai dit
s conditions trir les rivolu ions.
sion, conditions Ne sortant de la periode de 1789 A 1804,
ecux qui you- nous voyons la colonie trouble et sernuee
rnmmandes. jusque d&ns ses fondements. Est-ce sei-le-
iinos, de Pho- mert par les revoltes successivesdes eschves
Presse A Impri- qai dtvaiej finra'ement aboutir A la procia-
leenti, etc. mation d' l'Indepen lance de la partic fre-
ur avoir des ca- qaise de 'Ile ? Non c'est aussi par les b~ncs
pour les condi- quii formaient la classes diiigean'e p.r les
de renseigne- sang-mrde 6 ou atfr nchis qut consti.u '.eAt
la classes I bre,
ulique A jage 1 q r-s:ion supe ficiellemcn.i, il
S es on semble que la revo.atio des affcanchis -oit
Si.c les abonnls i m.ne que cel'e des esclaves. CLpen-
inentetr lers dt si 'histo-iel vent bie, ana.yser,
li,.e, eent ledrse
nmie tempos les peer, sonder ies acts et les paroles des
rbinme teams Se deux c aises, il comprendra immrAa e-
ration A l'fft meant que les esclaves avaient leur x -,'pi-
io'- fai irration q n'6.ait pas du tout ce.le d-es
qui s fait p ir franchise.
;rnds.
ces instructions Sincerenme at que voulaient le; escavei ?
ne dis:ribuiioa Ils demand -i ect purement et simple nnt
aonesn'dtaient I'obolition de i'escliv.ge. L'idee d une na-
uns i'oblig tion tion a f e: n'.- entrevue que par MiL-
es emb anch.- candal e-t serieusnment mise a execuion
ut. 'que ps.r Ic g nie noir, Toussaint Lo:uver-
I occasion pour aure et la piupart de ses lieutenants Apiis
ard que l'aboa- la deportation du gouverneur noir, les gi-
raace de chaque ndraux de i'Armrne indigane reprire.: ies
armes pour I'Independance du territoire do
eoroduire aussi de Suint-Doaingue, m'is, la masse igno-
VII extraits du ran e, iuni:me, ne comprit jamais rien, et
neat- agu eaux hdlas re devai |amaii lien comprend:e.
vembre 1889 : Q xie Umandaient au contuaite les atfian-
embrb:chement chis ? Li reconnaissance pu-emente: si.n-
b`en que ceux piemeo t de leurs droi-s d'hommes, iA x-
els ab)nnads ne clusion des esclaves. Car on oublier: pas
execuids par qu'l1s 6ta:ent propridtaires A esclaves, q ils
;ex da service vivaiet de i'esc-;vage ton: comme It b'anc
et qu'ills avaien:, p r consdquent, :.;.ie6:c
tions an p-jc6- A ce que i'esclavage demeuuit. Oa les ver-
siliadoa immn- ra, ii est vrai, comp endre leur erreur,com-
s prejudice des pren.re que eur veri.sb'e liU est It: frie
courb6 sous le joug de la servitude et non
uii'et 1910. de I'homme b.:nc qui les-regarde de hint
DIRECTION. et les miipise. Mais cet evenement n arri-
SO vera qu'aux moments les plus critiques de
appliqa6es leur revolution. alors qu'ils auront cons-
concours d'ad- taid leur impuissancea faire respecier,sauls,
25 jail!et cou- pir la classes blanched, toujours hostile,leurs
droits mnconnus.
est ouvert tous Les affranchis ont done fait A Saint-Da-
iege de l'Ecole. mingue leur revolution, tout come 1s
F. DORET. blanc, tout comme l'esclave. Ii y a des
gans qui voudra ent dire que celui-ci a
de Jus ice fit, A lui ,out seal, deux revolu ions : la
e une affaire de premise dans 'a pdriode de 1786 A 179;
ommd Frangois et la second de 1798 A 1804. Mais st le
curs Mes J. Du- t.it talt vrai,sl faudriit supposed que d1os
tion devait re i'at:e des dL.ux pdriodes 1'aspiration ,,
aire Louis Mi- avait change car, ce qui fait une rdvola-
ncident aui fit tion, je crois, est "'1 aspiration,, ou autrc-
e de la session. ment "i'Anme,, "1'idie,, directrice qui It
aisait parties des domine. Or, A un moment, on a vu Ies"
question qu'il lave changer d'idde. Dans la revolution
le A partir avec q 'il fit, t y a une evolution, et rien de
e colloque prit plus.
graves que le De mnme serait-il une erreur profoade
meant fut oblig que de confondre la Revolution des blanco
de la Rdvolution des classes opprienmes.
pas content, et Car les esclaves et les affranchis ont ton'
jours combanu, chaque groupetuent da20
sa sph6re, pour la liberre la reconnain*
afle de la pro- sance des droits m6connas ; tandis qae les
Dimanche, 24 blancs n'ont constamment poursuivi'qu 'U.
ve : la direction effective de la colonf
billets se pres- par les colons autonomes.
Avec le bien-etre qui s'dtait 6tabli cbet,
les grands plan:ears, par les immtneses n-
Wu'ez-vous bien chesses qu'i!s retiraient da .s61 de la colW.
mert AUez A la nie, s'etait aussi diveloppI 1'orgaeil q1
Nos 2 et 110, donnent le fast et 'opulence. Sanffrir q
ra5 de Prim de la mare-patrie envoyAt les hauts foncdtiO
nairet daniis I'lle qa'le dictll r1-loi

~E ~Jil~ Ca~Lql~lNano.


i











S .e.ntS sans consu'ter les convenanc-;
ies prdjug6s des co ons, :ait pour ce.x.
a plus grande des humiliations. Quanc
Sa la Rivolution dclata en Francs, quo
don' de Libcrtd, d'Eg.-Lt vibrant r6-
,rles chos des fore s de la Pae d5s
Antilles, il y eut, dins ,oute la p rtic f:,;n-
aise, un enthousiasme indescrip:ib '
AFaris, comme vous say z, un clul:
,-* it e, c'tati le club M ss ac ca-:i
Sde colors rei,6s das aff ir:s, o. r! i-.
t Paris. Ceite societd se mit en cor-
espodance avec une antre soci6te demneu
r~ie logeremps secrete qui s'6tait fornne i
Saint-Domitgue. Les grands platerers con-'
5urent alors rexp6rience de pouvoir ecfil
'emnparer de la direction de la eo!ctii,,
les petits blanc,, celle de pouvoir. p .ta-
ger avec ceux-ci le pouvoir corqui-:. Lcs
affranchis cummern crent la cir.pagne pour
la reconnaissance de leurs dro ts ; .t lae
esclaves devaient les suivre. Mais cas d,..--L
niers, n'ay:nt pcs encore le drcit d'ou. :,
la bouche, ne pu'ent, dans les pre:num i
.ours. matiret leur vcea que au fnd J d
leur coear. Ge n'est que qu md ia fv- c,:
des dvaemern'.s politques 1s s ura mis .:C
evidence, qu'lis ose:ont ouv,.r e nei-: p :-
ler. Et ce moment sera terrible !
Les colons du Cap donna ent, l3. p:e-,
riprc '~ I'e- rem de i'a'.que en e a: i
dant compLe de si ges.ion I'in-end.nt dcL
sla colonie, M. de Batb&-Marboiq. Lest
coaleurs natiokzles qui avaiena e p;:a,
sn Frnce, avecivresee, furent alboi6e6 vec,
foreur sous le ciel des Antilles cous dits
Yj. de Lacroix. Uae assemb'!e se constiua
i Saint-Mic, par les ordres du roi et prit
le ,itre assemble ginlrale. Sin p emier
tcte fat de proclamer 1'au onomie de la co-
onie, sauf a soumetre ensuite les dcrets A
Li sanCion da roi de France
L'autorit6 du gouverneur fat tenue pour
;ulle.
'Dans la stance du 28 mai 1790, l'assem-
blWe ginrale posa les bases foudan en,.les
Ae la constitunon de Saint-Domingue.
CtE-.e condaite de l'Assembide fit compren-
die toate ldtendue du danger au gouver-
ieur qui, des lors, se donna pour mission
'de briser ia r6sisiarce. De li, dts measures
de repr6sailles prises de part et et d'auwre.
'6tait une R6volution.
Et, cette x~volution, les colons de 1 As-
tsemblde g6n6rale, I'inaugutirent pir cette
proclamation : Au aom de la nation, de
la loi, du Roi et de la par ie f, anqai:e
*.de Saint-Damingue en pkil.
Union, force. c 61 i courage I
L'mfaime Peiaier, I'exeiBab.e Mau-
S diit ont accompli enur infimes projects :
its out tremp6 lea s mains dxns le sang
des citoyens.
Aux armes !
1" : Les points de ralliement sont Saint-
Marc pour la par.ie du Nord et les pa-
roisses adjacentes ; Cul-de-Sac pour le
Mirebalais, Lcogaoe pour la p. uie du
Sud."
Et c-_te rdvolu.ion ne de.ait firir qa-
les 20 Ct 21 juia 1793, journees oft la
chaine des noirs est rompue ; iLs p i oma
sont ouvernes ; tous les ouvriers, tous lei
esclaves de la N ille au nombre de plus de
dix mille, sont arm,6s et exci;ds par ies
homrines de couleur."' La seduction g.-,-
gna jasqu'au chef des noirs revol ds. Pie-..
tro, qui hla t6te de ses hordes eavahit ic
Cap.
Des cet instant, une nouvelle revolu-,
tion commertint, c'd'a t celle d&s escla-,
ves.
Et cette troisi&ns et dernire :6 .iluiionl
(plisque entre temps les affranchis av.'ient
fait la leur) devait aboutir a l'lud6pe.u-
dane d'Haiti. M cand;1l avait done raisoan,
quand il avait predit la domination des;
hommes de si race sur Saint-Domingue.
Mais, n'anticipons pas et suivons 'or-,
dre des .6vnemens.
Du jour que 1 Assemble nitonale de
France avait read Ie ddcret du 8 Mars
S ivi de clui da 28 du marne mois 1790,
leshommes de couleur, qui dans la mere-
patrie et dans la colonies n'avaient cessd de
se remner, voulurent faire reconnaltre lears
roits de citoyens. Its se heurttrent des
labord, a ane opposition systematique de
lapartde I'Assembl.e generale de Sa.int-
Marc, qui dclara qae l'on mourrait
plot que e partager les droits politi-
ques, avec aue race bitarde et degendr6e."
Les blancs venaient de donner l'exem-
pie de outes les dissensions par leurs di-
vihions et lets haines. Les affranehis de


Sint-Doaanigue devalent profi er de cs
d6sordres, de cette aon chief pour revendi-
quer dnergiquemenr leaurs droits. Ce t
alors q''apparut 1. Chef qui leur manquut:
Vincent Og.-
Pani fuitivr-meni do France, il g gia
SAsg'etecie d ~ it devait atnerrir A ;-
Domingase It alla s. fixer au Dondon.
Mais, cc n'eni.C pas pour perdre son temps.
Le feugaeux leader y rdunit deux ceno c,i-
valie. de sa classes et marcha sur 1h Gran-
de-Rivibri du Nord. En route, il rencoi-
,ra deax dragons qai dtaient porcturs
d'ini tactioas centre lIi. It les envoy au
President de I'Assemblee du Cip, avec une
leotte-programme don't je m'empresse de
voas lire une parties, vu sa valour histo-
rique : Messieurs, un nrbjugd trop
lovgtemps sou enu va enfin tomber. Je
suiachargd d une commission bien hono-.
Srabe pour moi,sans doute le vous som-
me de fire p-o-nulgu:r dins tou e la
colonies ie deck de 1'Assemb'de na-
tionale da 28 Mirs, qui donne, sans
distinction, A tou; les cioyens libres,
Sle droa d 6 re .dmis dans toutes les
Schargca et fonct;on;. Mes prd.enten-
tions ssat justes, et j'esrpre que vous y
"aurez 6g rd Je ne f rai pas soulevwr les
ateliers ; ce moycn est indigne de moi
c, etc.
( d suivre)
Luc DORSlNVILLE.


Magnifiqess panamas
Pour Hommes et pour Dames
Chez Mille LcoAide Solages
22, Rue des Eronts-Forts, 22.


C8I cGal Tra lsalianillqu

La -paquebot Qu6bec sera de
retour mercredi 13 Juillet courant et
paitra le me e jour 1 i here du
.-owy p-ur Cap-Haitien, Pto-PlIta, S.
J. de Pto Rico, St Thomas et le Ha-
vre.


Port-au-Prince,


le 12 juillet
L'Agent,
E.ROBELIN


1910.


"V ,'N,


VL~1~Jd


i.-w j o


108, RUE FEROUJMIR&CLES


'4.;~-


A ded prix


~''~ N' ,


',-L L3'


2 ''ntavantageux




kA T3~-'
S 2 '~l '
r *'Mi'


(-?fL ~~c~tve ''a~~.C


Chez Ime


Z". F'


SEULS h' RL'E:E ,
HENRI BIJONT "s &


Vins r-u e 8 &
Ces vins Steril; s t '
mieux que tout iu re d
Les VINS BLANC d -
jeannes de 5 et 6 allo
Les VINS ROUGES, en f, ds GO)
en dame-jeannes.


At ta Pf:


SP1tCLALITPH, DE Si-iV1 2
On ne girantit que je r-.i'.


'ier & C


S' \ ARQUE
; FBBORDEAUX



.s c-t se conservent

,' *- ,1J gallons et endame-
-j s ar:s de fats et

i'. ,, .0)0 1, gal on

;:\VOIS EN PROVINCE.


A t-~ Y- --1SIi3i


AGENCY S


de la Regie Franc se

Pour la R;pbp:e '.

Extrait du TARIF .., J


Tabacs Scaferlati


LEVANT SUPERIBUR (dit tabac d'Egypte) la Botte do
50 grammes

LuVANT ORDINAIRR paper violet liss6, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jauue le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIBUR paper bleu le paquat de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert la paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRD paper pate brune le.paquet
de 40 grammes
TABAc A PRISUR, Virginie haut goat, paper jau-
no, le paquet do 100 grammes

POUDRE SUPURIEUR, paper bleu lIe paquet do
100 grammes

POUDRX ORDINAIRN, paper brun, le paquet do 100
grammess


:4 '4'


GOURDE


en1'3


.NINAS IMI2

41ONGI10O;SES a -" .
0.90,C


0.70 ~ r".

0.0ELEGACNTES on Lev i,o dnar.

0. 70 10"' n


0.60


1.50


1.50


1.20


TABAC AMACH R roles Menus files le paquet de
100 grammes .1.50


Le Bondon de
paper rose, le
t de 20
paper bleu le

Bondon doe 20
paper rose, le
eaa le Bondon


en ~ '.ri~i~ paper blen Is
Bc:.29
FR"Q.Aiszs o o* ca iu-rPapier rose le
do eumi Mav,!mi pamla-r jaune le Bofadon
do en cap. ral rdraiepayuer blen Is
'Br,_!-Aonrt ':20
RoUUL1IS On 1 --si t c:-lporal supdrieur Is
do en capo-ral doux la bolto do 10
-do en caparal ordiriaire 1.9 portaefouiloe
de 20
do I& holte do 10


L.'a~gerat a~p~~ic~ia, .LAVIILIZ.


Soup& rieur


'""abacs


GOURDES


1.20
0.60
0.90
1.2c
0.8M
0.85
0.75
0.75
0.70
0.70
0.60
0.00
0.00
0.45
0.75
0.40

0.30


___


P J R


V'


4








FerrariCernicchiaro&C0


Morlogerie,


Bijouterie, Joaillerie


168, GRAND'RUE, 168
Ancienne Maison D. Ferrari
Par le dernier steamer francais sont arrives des articles de toute beauty,
pour tous les gouts et pour toutes les bourses : BIJOUX. -- SAUTOIRS. --BA-
GURS. --- BOUCLES D'OREILLES. --- CHAINS POUR MONTRES. -- etc.
ALLIANCES SU R COMMAND
INSTALLATION MODERNE
REPARATION de glaces qui sont remises absolument A neuf; ainsi quo
des tableaux artistiques.
Achat de vieil or et vieil argent
La maison garantit leo marchandises qu'elle livvre ainsi que les rEparations
ARTICLES DE LUXE pour les principaux 66nementsde la vie moadaine.
Si vous voulez boire du RwUM DALICIEUX, du RHU PUR, vrai produil
d'une distillation m6thodique, allez chez


Leon Liautaud & Cie
at tous, riches et humbles, vous serez satisfaits. La reputation du
Rhum de L'Etoile"
a'est faite rapidement grAce a l'excellence de la :distillerie de L'Atoile ",
on Plaine du Cul-de-Sac, oi se fabriquait le
Rhum de feu Barbancourt

Grande Fabrique Moderne
DE


Boissons


Gazeuies


Sup rieares


II y a A peine une annde depuis que la plus nutritive, la plus agrdable et
la plus fortifiAnte des boissoos Gazeuses est en'rde dans la Consommation
sous le nom de

ROYAL KOLA CHAMPAGNE
Ses qualitds et sa fine saveur lui ont vite conquis une vogue croissante
qui est un encourage ment en m6me temps que la r6compense des sions
minutieux donnds A sa fabrication.
D sireuse de satisfaire les go.ts let plu-i dificiles pen lant I'tde 'de 1910,
la fabrique a prdpar6 au moyen d'appareils p rfdcti-onns des -produits
hors pair.
Elle met en vente au m6me prix et sou; cette m me marque ROYAL
plusieurs dd icieuseo Boissons gazeuses qui sero-'t la Providence des per-
sonnes soucieuses d offrir chez elles d'exquis raffcatchissemants aux gofts
varies, et prdcieuses dans toutes les reunions & c6'1 de leur atnd : le
Royal Kola Champagne
POUR VOUS EN CONVAINCRE, DtiGUSTEZ UNE BOUTEILLE DE CES


PRODUCTS INCOMPARABLES :
Cream Soda Cristal


MOUSSEUX AUX FRAMBROISES


Limonade


MOUSSEUX AUX FRAISES


MOUSSEUX AUX CERISES.
L'AGENCS GiMkRALE est toujours au Magasin de la M4tropole 03 rue du
Magasm de l'Etat, vous trouverez aussi ces products au mime prix dans les
D6p6ts suivants :
tPICERIE MODERNE. 155 Grand'rl.e, en face la Maison Robelin.
EPICERIE CADET LUNDI rue des Fronts-Forts.
A LA PHARMACIE NOUVELLE ALEXANDRE ROBERTS, rue Roar.
MAIqON A FAUBERT. rue Roux.
A I'EPICERIE H. CORVINGTON, rue F6rou.


.m Toux
Bronchites
rLaryngites,Angines
Emphyys6me, Asthme
Phtisie pulmfonaire.
MODE D'EMPLOI. de 2 & S capsulS I ar jour.
PH. TERRIAL, 39, Bould Baussmann, PARIS.


American Bar
PLACX GBFFRARD
VIN ROUGE MEIDOC
Gal: G. 3.50
Vm BLANCO GRAVES
Gal: G.4
BIERE ALLEMANDE
A LA PRESSION
Epicerie
Fromage Emmenthal la livre G. 2 40.
FRmP. W. KATSCH. propridtgir-

CHAPELLERIE
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ


Feliberto


Gonzales


BT

JOSE SAN MII LAN
FPBRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
SALON DE COIFFURE DU LOUVRE
Pour tous les gonts et pour toutes
les bourses.


Francisco


DESUSE


Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en dd-
p6t un grand stock,---pourla vente en
gros et en detail, --- de chaussures en
tous genres pour
HOMES, FEMMES, ENFANTS.
Les commands des commercants
de l'intdrieur pourront 6trs execut4es
dans une semaine A peu pres.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
Port-au Prince (Haiti).
LA
Cordonnerie Nouvelle

C. i. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clieantle qu'el-
le vient de recevoir, par dernier ba-
teau, une forte quantity de marchan-
dises et de fournitures de toute frat
cheur et de toute beauty, importdes
de France, d'Allemagne et des Etats.
Unis.
Le public el1gant, curieux de se
bien chausser, y trouvera les peaui
les plus solides et aux nuances le-
onlus variees les forms les plus belles
it les plus approprides.
On n'a qu'A venir chez G.B. PP-TOIA
pour .tre assure d'etre chaussd sui-
vant lee meilleureg lois du comfort et
de la mode. Specialit6s pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fournitnreE
et matdriaux divers pour cordonne
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, anu
prix les plus moderds, A
LA CORDONNmRIE NOUVELLE
143,GRAND'RUE 143,,


NOUVEAU TRAITEMEINT


CONSTIPATION
et do ses
COIISequences Engorgements
KduTube digestif;
par i'emplol Maladies du Fole
O LA (Congestiona. Ctrrhose,
Infections bilhaires,
SPaludtame, Fi6vre jaune);
Constipation de la Grossesse;
e meilleur proventifdarAPPENDICITE.
MODE D'EMPLOI v
SImIX. Une culllerte & car6 dani an pea d'eau. an
Commencement du repas du soir
?PILULES.- De t & 3 avant le repas do solr. on en sacouchant.
PHULPPs TERRIAL, 39. Bould Haussmann. PARTS


M" C. L. Verret
TallUeur-Marohand
Done avis A sa bienveillante clil.
tle que sa maison No:7, Rue Trav,
sibre est toujours bien pourvue d' n
vari6t6 d' toffes do la haute a],"
vTaut6 Barisiona..
QUALMrr SUPwnIOXV_. CouP, tiLtei9
TRAVAIL soeiNA. Ex.ICUTIoNM 1axMT
Pritfrds rd its I

H6tel Bellevue -
Le mieux situd, Ie plus coI.
fortable.- Champ-de-Mars...
Caisine renommde.- Vue sur la mor,
inww- ',-yw -
MAISON DE CONFIANCE
148 GRAND'RUE
Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien conna de lI
Rdpublique, avise ses nombreux CLI.
BNTS qu'il vient de recevoir par let
derniers Steamers une Vari6th d'6tof.
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga1
Cheviote, Drap vert et bleu d'une
rdelle supdriorit6.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE I SOLIDITE !
L'6tablissement se recommande auz
clients les plus ddlicats qui apprd.
cient chaque jour davantage le FINI
de son travail.


Demandez chez
Restaurateur de la
tales Illu.atries.


Joseph Sain:-Cloud 'e
Santi et des Cartes pos.


r

A LiL9 1A11AN&
QORDONNERIT.
M. aS3BB:KP3
42, Rue des Fronts-Forts.
CEAUSSUIRUs Nl Db'6rT,wOUt LA vIM
Promptitude at soian ax ormmat
des taut ici qu'en province.
Chaussures do Dame forme et tra.
vailtoujours tout se qu'il y a de plu
aouveaux.
Forms amdricaine at franchise powa
Messieurs ; 616gantes et commodil
Pour las enlants ls plus l'aise.
Travail solid oxcuti avel
des peaux de premi6resmarque.
Assuranse de grand rabail.
Cirages. *t a.t 1 t r ,

Kola Champagne
Reconstituant
Formule due A l'obligeance du
jr .on Audaicn
Ancien In'erne des Hdpitaux de Paris.
PRIX : P. 6 00 la douzaine.
DRIPOSITAIRES:
Mr Simon Vieux, rue du MowP-iU de
I'Etat, Poit-an-Prince ; Mr GeorgeI
Blot, rue du Magsin d l'Etat, Port
au-Prince; Mr Aug. Scott (Ldogace);
Mile Lac, Arglada ( Cayes ).
B. Couba, JUrdmie.
N. B. Outre cette cat6gorie, I
Socidtd Gdndrale de Kola Champagw
livre au public une autre ciasse di
ce merveillex produit, au pnx 1d
QUATRE GOURDES et demie la douz.
Fabriqute au Chemindes Dallea
SociATr G'e DE KOLA-CHAMPAGNI
Port-au-Prince, (H .iti) P. 0. Box, 31

Vient de paraltre

Masquiles t Visafll
PAR
FERNAND HIBBERT
Le volume sera envoy aux CliIe
habituels de la Librairie du a
Prix 8 gourdes.


,, -.~~- I --~- I,-r


I -C re -- ----- C I-- -I