<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00969
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00969

Full Text


Quatrilme Aunde,


N* 986


Port-au-Prince, Harti


Jeudi, 7 Juillet 1910


a -n


ABONNEMENTS
TT-- MYkTC An


UN M)J-s U. 2.0(
Lpr-uPic TvRoISsMOIS... a 5 00

rD6partemeflts UriMois ,. G,.2.20
TRois Moiss 6.00

Etranger 6. olssMom 8.00

DIRZCTSUTR

ai6ment-Maololre


J


)
0
0


C)


J


LE NUMERO j5 CENTIMES

Leg manuscrits instrdis ou non ne seron
pas rendus
REDACTION-ADMINIST RATION
45, RUE ROUX, 45-

ADMINISTRATEUR

Arthur Isidore


OUOTIDIEN


CONTES DU JEUDI T existent pai mime en!ra lee deux elas.
ses : 'une paraft ignorer l'existence
di l'autre. Des fois, leas Aglioses s'a-
Sr u mourachent d-s Saintongeo'ses, mais
OnqIfuerdants COMnqus cest chbse b aigae, on n'en fait pas
CcsA. L3s A'glioses ea viennent A sou
halter une igidlatioa qui d6fende Is
marriage avec les Saintongeoises.
La Saintonge eat prosp6re, olle eat' Los jeunes filles no font et ne sont
givilisde. Los Aiglioi, gens doe l'aatre pas autrement.L'appAt de l'or,la soif de *
e6t6 de 1'Abrio y sont commune chez joaissances, Ie d6sir qu'auront las Ai-
aux. 1Is ont tout traasfbrmi, tout chan- gllios de leurs corps modAlds ainai qu'- Ua Aiglios, Harrisson Ed ly, don't lea
g6, et lea parents des Saintuogeois nae statue, le dIgingandement corn- origins sont tell'ment obscures, qu'on
marls depais 5 ass sealdment pUvdnt mun & leurm6tissage,enfin tout est fait ignore encore s'il a 6td balayour de
revenir, ils ne reconwaitront pas lear pour oimenter ears croyances d'etre quais ou ramasseur de bouts de ciga-
pays, avec sea ,noavellsB lois, sa nou- aimdes des Aiglios. ros, monta ce qu'ils appellent n leaur
Telle administration et sa nouvelle at- Les iddes changeant avec la milieu largage dan l1'Arceau, un trust fa-
mosphere qui semble inviter A la vie dent on est enclave des coutumez, des meux. t11 acheta toutes las sucreries
intense, A ia conqud'e de grosses for- conventions, elles vaincront faciiement de 1O iest de la Sainlonge et fit venir
tunes revenues chose commune en cat ce prdjaig6 de race des Aiglios qui,hors de l'Arcaau des milliers de Kilom4tre
eadroit, nagucre r6paut le coin de terre de lear pays sont comma tout la mon- de rails, des wagons pour le transport
Is plus pauvre de I universe. de. Viles font trembler I'homme qui a de ses sucreq sur leo docki de la capi-
C'est que lea Aiglios, en d6pit d'ane le malheur de les appro3her de praS. tale de la Saintonge. 11 employ cin-
certaine haine, qu'ils dprouvent contre Les effects do leurs amours sout comma q ante mille ouvri.3rs sur Fes terras.
toate race qui n'est pas la leur, sont an prison lent et qli endort toute vo- batit 4-s centainea de ma'so-s aur en-.
dogus d 6nergie puissante, active : its Ionti comme Ie soleil de laur belle virons et devient Ie propri6taire do
domptent tons lea obstacles rencontr6s eontrde. Qai a bu oleurs i6vres ne tout la quiariir od it drigea une ba-
sur .eur route. Its ne connaissent pas resent jAmais la satidtd, tout, mais bylone A 30 6tages, ce q ,i 6pouvanta
l'Impossible. Les difficult6s, les nobles trut d'elles, eat comma ces Lotophages e Saintongaois. La sucra manqua une
st grads efforts les appellent, lea sol- don't parole Is viol Hombre .... et on fois dane touto la Saintonge. Ce fat
licitent, et Ie succ6s coaronne lea vas- veut y vivre et y mourir. une vraie panique. Hirrissou no voulut
tes et colossales entreprises dane lea- Les Aiglios sont done veins, et diux pas ouvrir ses usineR. Q iand il jugea le
quelles its me lancent. anndes aprIs la Sintongi a plus de moment opportun, it inonda lea mar-
Souvent les Aiglios r6vent d'askocia- population quo no poutcontanir ses chis de la Saintonge de son produit et
tions monstres, v6ritables ligaes entire faubourga. Toutes see vilies sout relies fat baptis6 Ie roi des sucres. Arrive au
quelques hommes d'affaires et s'accapa- par des chemins de fer don't les voices faite des grandears, devenu le Nipoldon
rant do tel ou do tel commerce.N'ont-ils nombreases vous am6nent dans ies de la SiQtoige, Harrissoai voalut con-
pas achetd ?out le for et I'acier qui se bourgadei las plua obscure. Lis villas naltre l'amour. Dans sa jnuneas,, il li
trouvaieLt chez eux et fix6 les prix sont g6antes, lea aftaires si pro-phras, avait manqu6 I'argent et lea loisirs. Se
qa'ils voulaienm? Presqae touted ou une qu'elles soutiennent, touted proportion femme qu'jl avait 6pousea, 6tant en-
partia de l'Arceau leur eat tributaire gard6e, la comparaisou avec l-7 cen- core un inconnu, lui rappela trap sea
4'ane quantity 6norme de m6taux. 'Le tries de l'Arceau. Les navires A voiles, d6buts hon'eux. Restie attrayaote, elle
bl6 poussa chez les Aiglios en tell les vapears A touniga incroyable y af- voulut girder I'amou- de Harrision on
abundance qu'ils en ddversent la sur- fluent. Des nouvelles mines out 6t6 Hirrissoa lui-me no don't la renomm6e
production our les marches de l'Arceau, d6couvertes, qui enrichissent les Ai- fl ttait son amour-proj-re. Leo amabili-
menac6 de famine si une rdcolte de glios, et augmentent leur morgac et la t6s do sa ferme ne fireut qu'augmenter
lette graminde venait A manquer. certitude qu'ils ont de leour sup6riori- son dtiache-aeat, et it en arrival A l'e-
Lears magasins, leours dmeures ton- td. Its s'oxcupent de tout et foft tout xecrer.
chant an ciel, et sont d'innombrables par la puissance do leaur or doat ils Uae Sain'ongzoise, Alice Biadoin
tours do Babel, dominant lea airs par ont une parties dans lears vilaines marine ric mnneat A u i de sea compa-
lear architecture d6pourvae do fluesse dents, ce qui leur donne ua sourite trio4es da marque, Otait une femme
et de lg6bre.:. Les Aiglios n'ont pas lumineux et d'autant plus attiraut. L9s chez qui la coear pouvait oxister, mais
pas dart qu'un nature de la Gainde, phares entourent la Saintouge et tont qui ne le moutrait pas.
Ion notion dle I'alg&bre et de la trigo- une ceinture incandescante et mou- Jolie come le jour. le teint d'ane
Iom6trie. I.s achbient les plus bslles vante o sei nuits pareilies & d'autres matit6 rare, grande, les japes semrnt
toiles, lea Tanegra les plus sveltes do nuits des pays paradisiasques. Mais lea le d6sir, elle marchidt lentemunt. es
F'Areeau et lea admirent comme un montagnes no sont plus opatines, elles gestas mean.s, ses movements gra-
Seyth. admirerait un chef-i'o.avre de semb!ent geiadre : leurs flancs ont t60 cicux frappalent les regards, et l'on
Praxittle. Le parat're eat leur fort, et bleas6s par des mains de g6ants,creu- so retouraait snr son passage. Ses dents
les couleurs voyantes colles qu'ils prd- sant sane cease. de jeune bb6e ne croquaient seulement
I6reat aux autres. Les femmes des Aiglios sont venues pas des cceire, mais elles 6taient faites
It faot leur pardonner ceo travers, en Saintonge apre6 leurs maris. Elles pour croquer aussi de l'or. (
car leur example de d6veloppement s'enthousiasment b6atement sur la Harrisson fut sa proie. et ele a,'y atta-
national eat unique dans le monde et Saintonge. E les out des admiratioas cha for:eusement. R eae un instant
tonUeDra nos g6ndrations futures, et padrilea et extravagantee qui font chez Madama Hirrisson, slle lui fermsa s
aprks tout on ne peout tout apprendre rire len Ssintongeoises. plus belles, les portes bient6t, quand les Sainton-
at tout savoir. plus didgantes. C'est la vdritd : las geoises furent baunies de la socit4
Les femmes de la Saintonge out Aiglioses ne ressemblent point aux aigliose. Mais c'e-,t Harrissou qui vint
grardi en gr&ies, en amabiht6s exqui- Saintongeolsei. Calles-ci plus lan;&es, chez elle, qui lai offrit soa or et son a
se3, an rounries agr6ables et envelop- coquettes A ravir, la beauty voluptueu- coear. Sa religion, A I'eanendre, lui dd- j
pantes. Elles tont charmantes A voir so, lea lignes couples das reins, la fendait le partage. Elle r6sista A la pas- c
*t iOlies comme des rose de juia.' langueur des yeux, r6v6latrice de sieon qu'elle d6chataait cbez cet hom- U
Elles so sent affindes A cette nouvelle chaudes amours, provoquent la jalou- me de 55 ans et didaigna ses amabili- I
civilization qui s'implante ehs slles. sis des Aiglioses. Le monde de l'une t6s. Elle I'alluma, c'est le mot, puis uan
EI a sont lea premieres A donner le n'est pas eelui de l'autre. Lis salons jour, lui ecrivit de venir chez elle pour
Tnaule i l'activit6 agissante qui sai- des Aiglioses ne s'ouvrent que rare- calmer an moins sa d6mence. Harris-
sit tons les Saintongeois distingues. ment devant des Saintongeoises, qai son vint et s'eatendit dire de quelle fa-
'ilea supputent, le crayon a la main, mechantes, persiflant leur politesse con il tait aim. l
sgracifia dychasten aisors. a
les advantages inesp6rds quoe l'arri- glaciate. Eile !e gratifia de chastes baisers. 11
v* des Aiglios reserve A leurs maris, Les ranges ap-6s quelqoes temps soot ea fat littdralement fou. g
Ellea neass poss6lent pas littdralement, nettement dessinds. L9s Siintongeoises E-itre tempt, le marl d'Alice obtint le
l*t on dirait que quelques mauvais lu- ne seat plus le deasas du paiter en principal emploi chez Hirrisson Eldey p
Uai habitent on elles qui rehaussent Saintonge, leas Aigliosei suffisantes' & Co, au d6sespoir des Aiglios qui cri- g
lear beauty d61icieuasment attirante. occupant toutse la place. Lgs hurts n'e-' rent A 1 insult. U


Insensiblement et come par dgrds,
elle permit tout & Htirrisson. Ua soir
elle osa le recevoir chez elle. Le fait
paralt invraissmblable pour qui noe ou-
nait pas l'astuce des Saintong!oises,
mais pourtant il eat textuallement vrai.
Dis le main i propos de colifichet,
Alice Bsaudouia chercha noise a son
maria. Elle lai ddbita'son injustice, ses
infid61it6s et s6 barricada dans son
boudoir on lui vomissant les pires inju-
res. L soir venu, fikrement, angelique-
mcnt, crmme une chr6tienne du temps
Je DWozldtien m-ir,.hait la mort. elle
traversa la chbnbre oa a ait M" B aQ-
douin, avec oroiller sound le bras en is-
tant A son upoux : a quand ou a un tel
etre comma maria, on no Partage pas
son lit. Pais elae descendit au salon,
s'dtendr", sur le tapia de Par-oe, et at-
tendit Harrisaon qui avait reg a u mot
iep'ii la veisle.
L'aiglio3 vint aia reundo-voui ;t gou-
a !e plu grand bonhenr aux d1pens de
h'bonnenr do sieur Heari Biudouin,son
procurateur,au rytbmn irrdgulier de son
sommeilde mari trompAA.
D ipui, eatte famense nuit, Alice
Biaudoin se refusal A Hirrisson, aiguisa
sa passion si bWen que l'Aig'ioss lui pro-
mit marriage.
Si un tel maribge 6tait du domain
des chases imposib'es, c'dtait b`en ce-
lui de Alice et d9 H trrieson E Idy, car
comment supposor qne ce dernier aban-
donnerait sa payianne pour uno Sain-
tongeoise m6tisse ?
L's Ang'ios avaient immigr6 en Sain-
tongs avec 1 sur Ligslation. Paratt-il.
on divorce en Arceau avaO une fe8ilitA
!ixtr6me. Ghez eux on se marie 4, 5
fois et m6noe divantage, et on divorce
autant, c'est courant. B .udoin empoi-
sonn6, dit-on, par un Aiglios, envieux
de sa position ehez Hf.rrisson, mourut
presque subitement. Jarnai% maria ne
choisit mieux son here. Ckr oat dvi-
nement heureux pour les destinies de
Madame Biudoin amena la rupture do
Harrisson avec sa femme.
Les visits do banquier chez Mada-
me Bwudoin d6plureat A sa femme qui
se fasha rouge et exigea qa'elles ne
recommengass3nt plu'. G'dtait le prd-
texte que charchait Harrisson. It mul-
tiplia ses visits, et aux sc6aes r4p6-
t6es de sa femme, ua matin, il sortit
de son homes poor ne fair parlor do
lui qu'en envoyant des actes de divorce.
Cinq mois apr6s la dissolution du
marriage des Iarrispon et onza aprni
te veuvags de Madame Biadoio, elle
dlvint Madame Harrisson, femme du
Napoldon de la Siintonge.
Ce fat inoui. Las jouinaux so mi-
rent do la partie, et racoaierent que la
socidtd Anglioe 4tait insult6e, froissie
dans ses rentimants les plus fond6s.
Oa alia jusqu'A croire qne Harrisson
ivait et6 ensorcel par leas parents de
Madame Baudoin : les Saintongaois
observantt le secret infernal dei sorti-
6gas tir6s d leaur pays originaire:
'Abadie.
Maid on dat accepted le fait accompli:
'or, cette toin, avait vaincu le prdjug6.
D'autres milltonuaires de la Saintouge
auivirent 1'exemple de Harrisson don't
e fibreo 'dtait aussi uni A une Sainton-
geoise, pareate da Madame Baudoin.


Les Saintongeoises
places an soleil. Elles
Itloses, qui, an foad,
Lardise de lear saog,


ont repris leurs
d6trdnent lea An-
m6prisent la bA.
tout on rendant


I


- I- e~CIIP -= ~ I a -~F -~L4~1L~I ~--C-~~--- 118~1~ -~-~91DLIL llllr ICIIC~L ~ ~ L~-LI


L. i





I p,: -'- l ,.~*~.~r m-r -,.,-- .---* I -- 1.~*:*


homage timidement A leui science
de 1'amour et a i. ur fr elchear d'iunpres-
siona. N iy. z pas L eur, eles corrom-
pront les Aigloses: c font d, firesa
sir[6nes.
RASTIGNAG.

Vient de paraitre


Masqllcs et Visa|ue
PAR
FERNAND HIBBERT
Lq volume sera envoy aux clients
habituels de la Librairie du Matin.-
Prix 3 gourdes.


LA CIlAMBRE

Sdance dtt 6 jwillet i9io.
A.r&s sanction de deux procs.-verbiur,
on d6pouil e li correspondanc-- e on passe
A la discussion du rapport d.i cona tl de
hA Jns ice :ela'if ux deax proposi.ions de
lot du ddpu'd Mjrp..u. Les conclusions
en sont adop'&s.
II en est de mane pour les modifications
9ux ar'icles 48 e, 1o de la loi o'ginique
de 1835.
Puas on ptsse au rapport du crnit6 de
I'Ter-ieur relat:f ux !ini:es de .i commu-
ne de Bi:-.et et ses ciac'usioas so.it aussi
adopted s.
.Le ddputi Sc Aude depose le rapport du
comity de Is Justice qui a ainsi f.rmr son
bureau pour Ie 3emer mois : 1. M Bi6dy,
prisidern, D. S, Aude, rapporteur.
Le di u d Doryon propose d'inscrire
au budget des di.enses P.35 oo Four la
Gonss uc ion d'une ghise et d'ua bureau
de P ace A Torbeck.
Le Deputy Desrochrs demand 0.00oo
gourdes pour 1'6g'ise dvangelis:e de Ld6-
gane.
Le d6pu:6 Chassagne demand P.55 pour
I'4cole des demoiselles des Roseaux. ainst
que 18 ooo g.;urdes pour la cons ruction
d'une eg ise et d'nae prison au dit lieu.
Le depu 6 Gourgu, irie le b Treaa d'in-
viter le Minis re d-s Relatious Exdrieure,
i venir ve;dredi donner des reiseig-e-
ments sur la condn-nation d'un citoy.n
haitien au Guat6mala.



ReyUe oiommurcialeC
DE LA
Maison H aa g Fr6res
DU HAVE
le 7 juin 1910.

Caf6.- Vo'ci les cotes de notre mar-
ch6 A term :
Juin fr 44 25 Juillet fr 25. S-ptembre
fr. 44 25. et pour I'dloig 6 fr 44143 75.
C'es i A une nouvelhz bi.,e et bien
qu'elle ne soit pas importan',e ( I fra-c seo-
lesnent ). elle ,st cEpentlaUn tries signifi-
cative, p:isqu elle s'est produite sur des
valears de terme qui. pour e; mirchds
voisins e celum de New Yo k, sont les
plu. bi tse de l'anne,. Qu en es,-il done
de la h.ussequ'on nou;avt prorm seet de
1a st-tistique qui deva.it por er lei prix de
lah f(e une b >sse inconnue depuis long
temps ? Oa voit c airement aujourd'hui
que l'on a fai tausscroute,e beaucoup re-
grettent amerement d'avoir escomptd uin
avenue qui, en rda'i n'a pis ten ce
qu'on espdrait.
'hi a tou'ours eit scabreux de prophi iser.
Ni li production, ni suIout la consomma-
tian ne sont A contr61er d'avince. Oa s es
tt.irmp6 cette anne des deux c6 es tLa pre
mid e depasse de un million de sacs environ
les p',visions, alors que la second rest
d'autant en arrire. Les chiffres di mois
seat do reste, les suivans :
Visible Supply du monde 14.229.000ooo sacs.
Coentre 14.561.00ooo "
au 30 Avril.
et 12.822.ooo000 "
l'an dernitr.
Soit dnc une diminution depuis un moi
de 332 ooo "
Mais un augmentation con:relt'anu6 der-


nire de 1. 407.000oo "
La consommatioa cette annde atteindra
diffici'emenx 18 112 millions do s4cs.
0:. on avAit fant I campagne de hausse
Sla; fin de 1909 qlaand on s'attendait A
iun Vi ible Supply de seulement 120 oo.
Ooo de s'cs A fia Joina 9to.
D ns ce cas Ia recolto b:dsilienne 1910,
II,es imie alors A 8 1 9 et 2 zi2 millions
poua Santos tc Rio ( aujourd'hui 8 I12 A
9 9 et 2 112 A 3 millions de sics), au-
rtei du provoqie: un boi moavemen', at
c est ce qui u'a pas eu lieu. Le commerce
a p:rdu bauncojp d'argent et li sp6cula-
tion n'en a rizn gxgi-.
C est dais ses condition; que noui nous
api''choas du m-neoet oi vt se proluirc'
la rcciudescence des recettes et de 1'6po-
que ci des es:imiatons de la rdcote
1911112 v)tt ,re l :,.. Aujourd hui
on ne I'estime pas encore, mais on saic
que les provisions soat p'eines de pro-
mcsseF,
Est-i d&s lors 6 onn nt qae la copsom-
mtnion n ach&te pas e- qu'ecid at'enda que
les pix sole at plus A saconveninae ? N'es'--
il pas surrout coaprn4h-'ns'b'e qu'elle de-
taisse sur'ou es so'tes que 'oa avait
fair av nce, arvifiiellmen: ?
C es le cas des Hli i. La hausse de
ce;,e sort: nUe se ju tfi ti p.r rica, en de-
hors des qudiques ventes A ddcouvert, pra-
i:q ,e au coimmncee-nt de Ih recolte,
taion qai n'. pas la-di a disparai re.
Long cmps les ,iceptionnaires des Hii-
ti se sonst corfjrreis aux ides des expor-
tateuls de la sou ce. O.a demandait les
prix payds au pays de production, et coim-
nme on re verdait qua pen, ie socks ici
devenaient de pl. s en plus lourds, de sor-
eC qu'.ujourd'h.i1 200,000 sacs sont en
vente.
Li consommaiion pndant ce teraps
s'e.:! poribe sur le; a res sorts. Ells n'a
pas ch6'm. ; suie n-i ,u lica d'-b orber
ies H.i i, ce sont des Miracaibo, des la-
m.iiqte ct u,:s Venizu'ia qu'elie a pris.-
Aujourd'bui It s dRten curs veulenr ven-
dri, m;:is ils r.e trouvent personae qui
veuille ache;er. De lA des conce:ssioas
en., r:es qui seventh A riea. E-a effet,
quAnd a lieu use rdalisPrion, lout le mon-
de veut vendre au m me prix, mais la
counsit--.rie prudemment se retire.
Nous ne Savons qae par a pen pies
que.is v leurs don::e *,ujoa-d hui :
AuLst ies tes alent e *tre 54 et 61 ft.
les m"chiads 6pi:rrde en-:e 52 (t 56 '
les nature Lut:e 47 et 53 "
taudis que Ie con:rat n o 2 sinscrif. A fr.
57 pour les six jertiers, Vi fr 56156.25
pour les six premiers 1910o.
Nius crcyois A n.e a;utre biisse. Tout
ar.cle ticnu ru dessu; de sa valeur intrin-
seqae doit natuiellemn.at bomber au des-
sous pour r6 onqudir sa place anpres de la
consomma-ion-
Coton Ce que rous d sions d c.-
fi Hiiii pcut-d re rp6 6 ttex ue'lement
poor ctt article. La consommution n'en
veitr vlu.. Done cls prix baisseront ius-
qu'a i:'. rencontre d 'u~e bite convenant A
la fi'a urs'.
0 1 a f.t qil'ques pti cs affaires en
Go,,Q ves i fr 95 O-a res'.r asjourd hui
endear sans ich-eiars.
Naina.dernent on inscrit :
St-Mi:c f 95, Gonaives fr 94. 112, Port-
au-Prince fr 94190, C-yes fr 95 et Jicmel
fr 98[io-.
La march du coon amaericai se fait
vers ia ba:sse. Les nouvelles concernant
It rdcol e sont tr6s fivorables et d'an au-
tre c6t6, les h-'usiers oat perda beaucoup
d'amis.
Stock : 827 belles.
Gacaos. Dins la quinzaine dcoulde, il
a 6.6 pra'iqu6 environ 700 sacs de cacao.
J~drrmic a i e psyi do fr 49 A 52 ; Cap
de fr 49 A 51 et de fr 51 A 53.
Muirch toUlou-s trea calme.
CuirS.- Impo-tations : 724 Haiti sees
et sales sees 22 Port-au-Brince sees, 120
Sanchez sees, 15is Jrmie secs.- Dedou-
ches: s151 Jr6mie sees Ai fr. o107.-Stock :
724 Haiti sees et sales sees, 22 Port-au-
Plrit ce secs, 120 Sanchez sece, 133 Jere-
mie sees, 23 Cayes secs. Tendance cal-
me.
Camp6che.- 1MIrchh bien tenn.-
Cours inchanges,
Miel.- Cours fr 5ol6o.
Cir8 -Soutenu.- Coups fr. 172 ija-

Graine de Coton.- |Fr. 171x8.


RENSEIGN3EMENTS
MEErOROLOGIQUEES
Observa.toire
DU
STiMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
MERCREDI 6 JUILLET 1910


Baroo~rre A naidi


Yr 2 m nu3
22 0


maximumm 34 4
Moyenne diurne de la tempera'ture 27,0
Ciel nwgeux la journie tt asscz clair
la nuit P'uie d'orage au S W et aouttes
de plnie.
Barornare A pea pros constant
J. SCHAIRER.
MrjRehfeld ne fait plus partie
dela P. C. S.
LU Matin annoncqit dernikrement que
M- R hfeld .vait 6-6 remplacA A It direc-
tinn du service d'exploitation de la P. C. S.
Oa ce ranpelle qu'oa nous demand de
rect'fier I'info-mation ; des membres du
haut personnel de la Compagnie s'mrurent
et nous dcrivi-ent Ace suier.
Nouq croyv:ne auiourd'hui aue la re-
traite de Mr. Rehfeld est dfiniti-e. II
a d4pos6 si dnmi>sion A la suite d'in.ci-
dents sur lesqu Is nous n'avons pas de de-
tails pricis.
Mieux vaut 'a-d .
II faut un hnitien
A la direction de la P. C. S.
Nous revecons sur ce que tout le mon-
de salt dejA : il fiat un hatiden A la direction
du service d'exoloitation de la P. C. S.
L'arnicle du contra- est tormel. D'aillcurs
le gouvernemen- n'a jamais voulu rccon.
naitre A M. Rehfeld ie titre de direcicur et
avait proves', contre si nominatio-i.
Au moment oa ces functions importan-
tes deviennent vacan'es. la Compagnie se
trove dts l'obligntion de faire appel aux
connn i;si.nces d'un ing6aieur haitten, c'est
ia moind-e des choses.
Nominations
Diparlement de la Guerre
-Longchamp Tardieu, commandant de
l' rrondis,--uent du M61e S: Ncolas.
Verrus Ob;s. comnmardant de la place
de S:e S'zaznne.
Fernand Victor, directeur de i'arse-
nal de Plaisince.
Isnardin Baronville, commandant de-
la place des Verrettes.
Augastin Thomas commandant de la
commune des Abrico s.
-Miurice ea Robasson, commandant de
la commune de Gros-Morne.
Ndridin B-bo. jug,, au conseil special
militai e de l'arrondtisement du Cap-
Haidien.
Tribunal de Cassation
Audience criminelle du Mercredi
6 juillet 1910.
Le Tribunal pread siege A io i[2 heures
du matin, sous la pr6sidecce de Mr le
Vice president Erne t B'nhomme, et pro-
nooc :
1i L'ar.&c relatif A Bne plainte d Autoi-
na S -Vil conrre le Juge de Pzix de la com-
mune des Verrettes et qui ordonne une in-
formation et pour ce fire, dasigne Mc B.
Stsco, Juge d'Iostruction, de S -Marc et
Lionce D, Narcisse, commissaire du Gou-
veinement pour remplir les fonctions d'of-
ficier de police: Judiciaire;- apres quoi, Te
Juge d'Instruction devra se conformer aux
dispositions de l'article 382 instruc ion cri-
miaelle.
2. celui qui rejette I'oipshiion fai.e par
le commissaire da Gouvernement pors le
tribune. civil de P r;-au-Prince, en ce quii
concern senuement le nornmm St-Aude
Nemours Pierte-Louis qui a 6t6 renvoyd
hors de cour et de proces par la dite or-
donnance de Ia Chambre du conseil d'Ins-
truction criminelie de ce resort, le neuf
Juin z91o.-
Le Titbanal passe en audience civil;
prononce ua arrt don't le dispositif est
ainsi concu :
Le Tribunal c:sse et anna!e le Jagenment
interloautoire du Tribunal, ,civil de J6r6-


'mie en date dua er Jutn'x908 eatre Nv4
Fowcaud et Benjamin Btanchet et Wiew
dit que 'lsffat do catte cassatieo, st
naanir Passi 1 jagemeut du fond da 39
Jain 19 8 ; -renvoie l'Fff:ire par devoat~
tribanial civil des Cayes.
It a 6; onseieo -eutenda l',ffaire d'Ib.
him Hasbourne, demandeur par Me .
Minos contre les f c-es K'w.s, dcfendeas
par Me Michel-Oreste.
Le jog, Enmn. Chancy a donn6 lectin
de *on rapport. Me Mdnos pour la diam.
deur, a d rTloppi s-s moyens qai oat dl
vivement co-nbaAt's par- t'advcr:aire.
Le Ministi:e pub'. c Elie Cu iel a cw.
clu pir c:rit i 1 inu a ion do i'ordoa.
nance de non-lieu ct A ura suppliamet
d Ies rac ion ; e "ussi A '-dkaitsion d&
Ia caution. Dip6t des pieces est ordoanr
par le Tiibnnal.
L'heure d ant av;anc6, le siage est levi.
Circulaire
Port-.u-Prince, le 2 Juillet 1910.
N-. 2549.
FRANCOIS ANTOINE SIMON
President de la Rdpublique
Aux Commandants des 4Arrondissemenfs
de la Ripublique.
Gendral,
Fais,-nt suite aux i'ntrac,io;s que je vocs
ai passes dans ma dernir&e circulaire relay.
iive A la formation des Commissions 'gri-
coLs pour l'ir.spec ion des travaux des
chimps de votre commandment, je vowu
invite A adjoindre a ces commissions, chi.
que lu-di, un d6tachement de dix hommnl
b en arms sous les ordres du chef de hl
Section que 'on doit visitor.
Vous veillerez A ce que, les jouts d'ins-
pection, les proprid aires des biens raranx
soient chez euxx A 1, 'e de leurs travaux
It faud.-a, tou. e e- n: des mesurea
tr&i rig-.ureuses contre 'e; sans aveu, sbvir
d une mmrn&re ne'giqau core Ics ridc.
leurs q-i couvriraien: de leu,' p otecio
les individus rdonnds au vol ec su vagi-
bond-ge.
II m est douloureux de vous fire ob.
server qae, d'aprv; c.e que i'.i moi-mnme
const:a' au cu-s de mns diffirentes out-
nes, li p upart dts chefs de Section a'ont
pas bledi compris leur devoir. DWcid6i
joindre l'hc ion I la pVo e, je r6farmeri
sans m:rci ,ous les Commirndants d coa
mune e touasles ch fi d Section qui n'ont
pas execu~6 ni fair ez6:utcr les instractioni
que depui; plus d'nae a- j ne cessedt
leur passer au sujet da travail gricole. II
est plusque temps que cos3 rues auxi!iWirc
cormprenncet que le salu du Pays nedd"
pend que du ddvelopem2at de 1-Agricl-
ture. Nul ne sera dg we de mi confinct
s'il ne pense airsi.
Recevez G.neral, l'assurance de mai P*
fai e consid6&a'ion.
A. T. SIMON.
T?16gramme funf bre
Un d'lgrnmme des C yes nons annon0
la moit du jeune Henriquez Morisset,6I
de notre dis ir.gud ami Joseph Motisst
Inspecteur g6&6ral des Dou'.nes.
Nous comrpaussons A ia d.,aeur de h
famiille. --Nous disons courage au prle1q
est en ce moment A Saini-Marc oi le fl
tiennent ses hau'es functions. (Amy).
Ecole des Soiences appliqUL
La premi6-e session da Concors d'
mission est fixde au L-indi; 25 jaillet O
rant.
Le.regis-re d'inscriptioa est oavert
les jours de ii h:ures. A midi, au siagi
lEcole.
F.DOTrr.
SL'Officiel V
Le numnio d'hier a paru dtnssaPi
Officielle ave'c le sc immaire suivat:.
Circulaire ,e Son Etceleace loPtn
d'Haiti aux Comm;nd n's des arros
ments de la R6pablique ;- Artles
rant -la qual.. d'h:iiens A Melles ,
et Clara Leys. A la veuve Dougal
nde Sultana Labassire et au siOrf
Ddville Benlisa ;-Chamrnbre, Sian
mai 1910.
A louer
Dans rles hauteu's de Lalue ute
avec tout le confort desirable. 4
' S'adressert aso bureau do Ma^ :








JIctpg Alas


AL~R DuC~TELIELe vapeur Altai ayant qui~tt
X~jjj1 DuCTANTELX COR 'A sslis; ,,,, New -York, jeudi ;30)Jtijn pour Pt-
DVVAT L, COR D -br de-Paix, Cap-Al-aftien, St-Marc et
Li tibual j~(OTTi o.n1hniiA b~t
L-, ~ triunl OVpr'"~ v n~ Goriaives, est attendtiiici venldredi
6 u prdjudice do Pr: rrt u Eto V ,rd. 8 couirant, et partira lprobablement
'PD'apr~s 1'accusaticon Duchatelljer, f% ,dans la soiree pour Pt-Godve, Ml-
trouvgit, le 2 d&,owbre 1908 au soir, ragodne.
apr~s Ijembavquemnent du g6a~ral N )~rd
l a t,6t d'une b n In de 9 hbornmej, La malle pour FEtrartger ( via
avec l~quel!A il "TO J-hneuaparle ris S pson
-an to"PJqri-Vn4 qu, rth d *,, T i r- reipr-cPin i.s1~n
geans to""B' sV~n fermera a. la poste samiedi 9 cou-
gea mit do B ic lora mi- d y> rant a 8' heures du soir.
CMestifl, voulut M8 ede ob~
'y delanCie- ) ojrc magti B u e
Uris paLu1re femmfl .:ll a
borRpur gaauvar s hJlij 0 e 195,GBAND'RUE.
,act dx'Boi5-Verfla, 11 re'tco )tra A La- Dirigde par
Ins Pierrilus Edoriar 1. avi)0 comme un
Cdsar, porta -n. an, N3;v coui';-f I. ]Illodelin
revolver, poilgnardA ctL,-.I Ancien inetbre de la soci&t6 philantiopi-
dit-il. Pj)irrilui; fut airkA e c que des maltres tailleurs dc Paris*
Albert Dachat~iIl:erf .it bv),,ne eonfl Viant da ricevoir ua grad choix
tepancos ur la s,;1IOVO criwnine le 1: e- d' ~ ~- ~~,esm:,alpaca.
py~t A as d-6cidre :il tire AL ou mo. jclieviote. cheviote pour deuji, etc.
ments deF% profoudeurs "de tia jacquit.o Ru c omi n a nd, %particuli-rement A sa
unf carflt s,"" loquA l ii 1pvb rd rA clie-t~to belle collection do con-
dos notes. I i'l 0iA! 0o'iAO dC I t'~e e -sri, ogtl d a ii
la parole A Me Erno3t Ant.-iino. et de piqu6 de touted beaut6.
Vavo~t r~knd u~e ai~~v~ori SP1PCIALIT-A DE COSTUMi3S DR NOCES.
L'aoc.tprll (iE U~c~ I Cupi F7rauci'se_ Anglaise et Amd&
1(3.:) f ur vi-t ~i'ne Pr1euve.Ell cjme do ]a pe~' j#rfection. La
ne pr&:e to pm,(I;tiu cl1.neU3s, car wO v-0 aisou confi*>Aoanno lu~si des Cos-
pert roith tu" rjn dii.dSTUMES MILITAIRES, ILI,1B1TS ERftODfES,
gvoir qu (1' Ia r oi Pr do ai:lle, DOL)AN, T-0 NIQU ES, HABITS CARRAS, etC,
Brtmwo 1,20Sc~f1r' ui sf paSq;s:%it.de- eo ~osg.ds
vaut la mjiison. du bnmeh,-r Boyer Fils- 0On de mtin d"e
aiMd ; on rte p,W r U6MP -sabazer R
s~ir Its ed~h.c.-i 'or s d~o 1,, i-tiM'r.f (Vii Do bon.,,o!-vIiders taillers pour gran-
rfA wit pas rv-connmltre s:- ivoler a k I t.m; 1Qpot~it(Os pi,cc-s at. iun aide cou-
u~le-vr A-tait, brun qiiavid Atb~rt D;
chatQ!lier e,.t Liw rm.0'a~re PUR SANG. "",_; e 21, r1poti
Lq Jury, A l' m~dc r'0o, r nvoiO Albert 8-2,RUE RHEPUBLICAJNE, 82
Dachateldier tde !a. p 1 P-%f tT.TTU n1n.


Kola haampaqne
Reconstituant
Formule due a l'obligeance du
D1' LZcoxn Audainx
Ancien In'erne des Hdpitaux de Paris
PRIX : P. 6 00 la douzaine.
DEIPOSITAIRES:
Mr Simon Viunx, ruf du Mag4pin do
I'EVat, Port-au-Priice ; Mr Georges
Blot, rue du Maf,.sin d7 l'EDat, Port-
u-Prince; Me Aug. Scott (L6ogane);
-- Mile Lucv Aoglade ( Cayes).
B. Couba, JArdmie.
N. B. Outre cette cat6gorie, la
Soci6td Gdnerale de Kola Champagne
livre an public unp autre c'asse de
ce merveillex produit, au prix de
QUATRE GOURDe S et domie la douz.
Fabrique au ChemindAs Dalles
SOCIATE G'e DE KOLA-CCHAMPAGNE
Port-au-Prince, (HdtJ) P. 0. Box, 31.


H6pital V6t6riuai- e
15, RUE DU PORT,
Mr V. H. DELFOSSE,
D. C. V. Docteur chirurgien, vdtdri-
naire.
Offre aux propridtaires de chevaux
ot autres animaux domestiques les
specialit4s m6dicales suivwntes. A son
dispensaire, Rue du Port (o ? Pav6e)
NO 15 :
Pillules concr les vers intestinaux,
Poudre pour cicatriser les blessu-
re" ou places ancionnes,
Poudre ton'que (condition Powder),
Liniment conire les rhumatismes et
les engorgements des genoux et pa-
turons,
Potion centre les toux reb-lles oc-
easione6es par la poussibre en cette
Mison.


En nciJo Id DUULNANiNjrlHK DU VRMGREO
et pres la Maiso, WEBLY PRESSOIR.
ViENNrNT D'AR-IIVER :
VINS ROUGES & BLANKS par bar-
riqu':s ft par na*i-0 ses. marque l1res
Co' s, de !a Maison BOUBEE FRkRES,
de Bordeaux.incontestabiement sup6-
rieurs A os l -s aatres vins actuelle-
ment sur place ;
CONSERVES ALIMENTAIRES de
premier choix, d~fiint toute concur-
rence;
LENTILLE:S.-SAUCISSONS. FROMAGE.
CERISES EN FLACGONS. -- BEURRE
DU VAL SAINT-MICHIEL
ET D'ITALIE, ETC., ETC.
Grace *A no personnel nouvellement
arrive la Mai-;on me A !a disposition
des families ot des hotels, sur com-
mande,de la fine PAtisserie Francaise.
NOTA BENE. -La Maison est, come
par 1, pass, bien pourvue des Li-
queurs et Si-ops qui oat fait sa re-
nommne.
-~---.

gC jale TrallSalia lltqlU


Le paqueb)t Qu6bec est attend
vendredi 8 Juillet courant et partira
le meme jour, A 5 heures du soir
St-Marc, Gonaives et Petit-GoAve-


Port-au-Prince,


le 5 iuillet
L'Agent,
E.ROBELIN


1910.


-- ~I----T

q LINEGE HOLLANDAISE"
(Koninkilike West-lndische Maildlenst)

Le steamer Prins Willem V' ve-
nant de New-York et St-Marc sera
ici probablement vendredl 8 courant
apres-midi pour repartir dimanche
soir pour Pe'it-GoAve, J.rdmie,Cayes,
Jacmel, Curacao et l'Europe.
Port-au-Prince 5 Juillet 191o.


TRIBUNAL CRIMINAL
? :,,:171 40 li


S'adresser a Andr6


FAUBERT,


38, RUE ROUX PORT-AU-PRINCE.
AGENT GIENEIRAL POUR LA RPtPUBLIQUEt


Laboratoire Sejourne

PREPARATION DE TOUTES AMPOULES M1ID1CAMENTEUSES STERI-
LIS1"ES ET INJECTABLES.
AmpoulOs '-.- a dxi mer Iscrtor ques selon Quinton.
L'eau de mnr qu a nous employons a 6t 6 soigneusement capt6e au large
an delA do 'lie do la GoAve. Nous faisons remarquer au Corps medical
observation jadicieuse quo font les laboratoires strangers :
a L'Eau de mrer injectable doit 'tre de fabrication r6cente pour avoir toutes ses pro-
pri6t6s thdrapeutiques. De nombreuses attestations nous permcttent de certifier que
nos products ont donn6 tous kIs rEsultats csp6r6s. D
Sl 01ilill6 : -.erum Xey v.-osth6nique.
Ce Serum rygularise 1.s chang.-?,s autritifs, il a 4t6 employ.4 avec mau-
cas dans ia neurasthinie, la tuabrcun.::e, (tc.


On trouvera

chez Mme Ph. Kieffer & Co

PORT-AU-PRINCE.
SEULS REIRESENTANTS DE LA MARQUE
HENRI BIJON Fils & ARNA.UD DE BORDEAUX
HOURS CONCOURS


Vies rcumes &


Vins blae:cs de messe


Ces vins St ii-~ s et Pasterrises ne s'al'erent pas et se conservent
mieux quo tout au re drans les Pays Chauds
Les VINS BLANC : dfO mesda- se vvndnt en fWts do 30 galons et en dame-
jeannes de 5 et 6 all')i s ;
Les VINS tOUGES e fi tts de 60 gadlons, ea demi-fdts, quar:s de fats et
en dame-jean ces.


Ait :. Vins rouges
tains blancs
SPECIALITWi DE SERVICE POUR LES
On ne gara tit quo :es d(emandes directed.


P. 4.00 le gal on
500 4
ENVOIS EN PROVINCE.


Vie Ynent d'arriver


Chez Leonce Laraque
4, RUE DES CESARS. 4.
Repr6sentant de la Maison Th. J. DUBOS et fils Fr6res.
Vins: rouge et bianc, par gallon.
Vins fins, par bouteille.
Cognac. --- M tlre. --- Malai. --- Chamoagne. --- Vermouth Tori-io.
Liqueurs de la Maiori MARIE BRIZARD & ROGER.
Huile d'O ive extra : en bouteille et -n 1-/4 bouteille.
Beurce fanoiis St-Michel en pots de verre.
Conserves alimentaires de 1er choix


Aspt.gas entieres Choucroute.
Pate de foie gras. Saucisses pur6A de pornmrs.
Galantines id volailles assorLies. Moutarde fine flur.
Petitv pois extra fins. Maquereaux. Sardines.-Jdmbon-
neau. Thon.
Sauce Tomate. Ha-icots flageolets. Saurnon.
IARTICLE RECGOMMAWITDP : Dejeuner du Chasseur, tres pra-
tique pour excursions.
Vin' rouge: P. or 28.00 la barrique
La maison prend des Commaandes de VINS A la Commission.


11 4~IIest 6delicioux au gout at.vi ,rztabia Iriandim.
~ O'st e dpurtifid -1, it chaisieI& bile, lI.. glairesa&M bw bep-
Orete`s dii.a ; 'u. ti I'appa-uvrir.
VA I;,k c0tiq0 II (a~t dippartitre maux do cmur. bouftes d.obaemr.
[1 ne uzan.;~ -nr it '" prend on tous tsm a at at@teat.isaja.
-~ ou ~:ruvanrt bleu, petite e ;a~ ~! S a Ct tts.
-4 ouslea m6decins an ordonnent ot on font preadre&mmu
pour gu~rir I&
Constipaio


Pour tons reqseiffnements ct commander


- rr ~--p ~ I


__ -~-~


I






- -II----Il ;


MAISON DE CONFIANCE
148 GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu de la
R poblique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de recevoir par les
derniers Steamers une Variete d'dtof-
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote, Drap vert et bleu d'une
rdelle sup4riorit6.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE I SOLIDITE I
L'tdablissement se recommande aux
clients les plus d6licats qui apprd-
cient chaque jour davantage le FINI
de son travail.


'M" C. L. Ferret
Ta LLeir-MarcOhan4
Donne avis A sa bienveillante elien
:.le qoe s& maison No'7,Rue Traver-
sibre eat toujours bieo pourvue d'une
variktd d'ktoffes do la baute nou-
vaaut6 parisienBo.
Quu.rr SuptmuxzvU Court' f *.*ohaA
TURAVAIn. sOI2K0. EziCkcTIO. KIOMTJ.-
Priairis r/dusts

O6tel Bellevue -
Le mieux situa, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars.-
Caisine reaoomm6.-- VYu sur la mar.


Nouveau


Traitement de la Lepre

par la Nastine

StRUM ANTI-L1tPREUX DU Dr DEYEKE PACHA
Pour tous renseignements s'adresser

A LA PHARMACIES W. BUCH
Port-au-Prince
DEPOSITAIRE POUR HAITI


Joseph Sain:-Clond 'e
Sant6 et des Cartes pos-


Nouvelle

1OI4
143.


Avise sa nombreuse clientele qu'el-
le viuat de recevoir, par dernier ba-
teau, une forte quantity de marchan-
dises et de fournitures de toute frat
chear et de toute beauty, importdes
de France, d'Ailemagne et des Etats-
Unis.
Le public didgant, curieux de se
bien chauss-r, y trouvera les peaux
l.s plus soiides et aux nuances les
plus varies ies forms les plus belles
st los plus appropri6es.
On n'a qu'A venir chez 6.B. P ITOIA
pour etre assure d'etre chauss6 sui-
vnit les meilieur,- iois du confort et
de la mode. Spncialit6s nour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux. ciragps, formes, fournitures
et mat6riaux divers pour cordonne-
rie. Ona touvera tout ce qu'il faut, aux
prix les p!us moddres, A
LA CoRDoNN RIB NOUVELLx
143,GRAND'RUE 143,

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en dd-
pSt un grand stock,---pourla vente en
g-os et en dtrail, --- de chaussures en
tous genres pour
HOMES, FEMMES, ENFANTS,.
Les comrnmandes des commercants
de l'intdrieur pourront 6trs exdcutdes
dans une semaine A peu pres.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
Port-au Prin-c (Haiti).
a -r*- ----

CHAPELLERIE
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ


Feliberto


Gonzales


ET

JOSE SAN MILLAN
FABBIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
SALON DE COIFFURE DU LOUVRE
Pour tous les goilts et pour touted
les bourses.
- .. .... J -- ---- I
American Bar
PLACE GEFFRARD
VIM ROUGE MEDOC
Gal : G. 3.50


BIRE AT,
ALLA.PI


VIN BLANC GRAVES
Gal : G. 4
E.T.IEMA NDE
RESSION


AGENCY SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs
Pour la R6publique d'Haiti


Ex~trait du


Tabacs Scaferlati


TARIF


G3nsral,


GOURDE


LEVANT SUPkRIEUR (dit tabac d Egypte) la Botte de
50 grammes
LKvATr ORDINAIRZ paper violet lissd, le paqaet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaaua le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIZUR paper biou le paquet de
5W grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRE paper pate brune le paquet
de 40 grammes
TABAc A PRISER, Virginie haut goAt, paper j;u-
ne, Ie paquet de 100 grammes
POUDRI SUPKRIEURP, paper blea 'le paquet de
100 grammes
POUDREs OwDINAIR, paper brun, le paquet de 100
grammes

TABAC A MACHBR roles Menus fil6s le paquet do
100 grammes


U. U

0.70

0.60

1.50

1.50

1.20


1.50


- Juillet


1910.


E Cigarettes GOURDfS

NINAS le paquet de 20 1.20
5 do le paquet de 10 0.60
CIIASSEUR le paquet de 20 0.90
HONGROISES en levant sup6rieur Le Bondon de
) :20 cigarettes 1.,
do en caporal supdrieur paper rose, le
0 paquet do 20 0,8
do en Maryland le paquet do 20 0.85
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20 0.71


ELEGAN~ES en Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporai sup6riour paper rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleak le
Bondon de 20
FRANqAISES en caporal supdrieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
Rouuiazs en Maryland et caporal supkrieur le
portefeuille de 20
do en caporal doux la botte de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la botte de 10


0.75
0.70
0.70
0.60
0.60


J. LAVILLE


COGNAC OTARD-DUPUY


Pour tous renseignements et
S'ADRESSER A :


Maison dtablie depuis 1795,
dans le Chateau de Cognac
ofi est nd Ie Roi Francois le.


corn nandes
Aadr6 FAUBERT


agent g6n6ral pour la R&publique d'Haiti


Epicerie
Fromage Ernmenthal la livre G. 2.40.
FRED. W. KATSCH, proprit*air-


O~DIES



et n .. 7Lrygt
p LI Dnc12y Br

hltisic pilrn
I D'EMPLl.Z. de- 2 8 Cl
PH. TrELRIAL, 39, Boul' Bangs


ToUX
mchit6s
l~s, Angi209

oa onairI
capsuli' Fator'


Demand-z chez
Restaurateu~r de la
tales lllnatr~cs.


LA
Cordonnerie

C. B. PE
GRAND'RUE


r


~ -~r ----~---a~- -I l--D-- 1 -1~-9 c ~ -r I 1IPoq


- I- I --


m


rr.


n m


X-&lavr4Bx3L -P46CBLI