<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00966
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00966

Full Text


Quatriefme Annde, ,NO 983


Pert-au-Prince, Haiti


Lundi, 4 Juillet 1910


ABONNEMENTS
IUN Mos .. G. 2.00
iPort-au-Prince f
ort Prince TRos Mois... 5 00

artements UN MOS ., G. 2.20
Taois Mois 6.o00

Etranger .. ITROI Mois. 8.00

DIRmCTRUR

Ci:A.rns t-lagloire


LE NUMIMRO 'o CENTIMES

Les manuscrits instdris ou non ne seron
pas reniuus
REDACTION-ADMINISTR ACTION
45, RUE ROJX, 45.

ADMINISTRATEUR
Arthur laidore


j2


QUOT Li"


Histoiro

A L'USAGE ]
LIV]


Le Pacte


La Constitul


L, 21 avril 1807, le S4nat rendit une
loi KconcernaUt la police des habita-
tions des eampagnes, les obligations
reciprCqa3s des propri6taires at for-
miers, et dea cultivateurs. ) Par son
histoire, cette loi m6rite quo nous nous
arre'ions ua pen sur elle, car elle nous
montre ls diff-rentes teadances d-es
Pouvoirs publics de l'dpoque en ce
qui concerne l'importante question de
la r6glement tion rurale.
Un rapid coup d'cali sur la sit.a-
tion ant6rieure et actuelle du paysan
haitiea est ici n6cessaire.

Au sortir du r6gima de l'esclavage,la
premni6nr ameliora'ion que rancoatra
le piysan indignea fut le r6glement de
cua ure de Sinthonax, surnommi to
bon Dieu par uos cultivatears reconnais-
sants.
Bien qce cAt acte lht ue suaite nd-
cebsaire A la measure dot l'6mancipa-
tion g~n6rale pioclarn6A pr la conv.3.-
tionnel franqaie, il remote, n ddflaitive,
an 6tat de chooses intermddiaire entre
I'esclavage et la liberty atb olue. Disons
le mo0, puisque c'6lait la chose, cet
acted organisuit V'6tat de servage.
Le mot de libart6 exerea sur l'ima-
gination haitienue on effet tellement
magique, que nous nous refusons obs-
tin6rmnt a comrpreadra qiu'il puisse
exister des 4tats intermn6diaires entire
I'esclavageo bsola et la libsrt6 abso-
lue. D63s qu'il s'agit pour nous d'une
restriction do la librt6, nous crions A
l'esclavage.
Ls spectacle qua nous montra i'Ei-
rope, au forl du moy-n- ge et qui fat
l',aivie do la fdodalitd territorial avant
que cello-ci edt' deg6adr6 en fdodalitd
militaire ou chevalerie, est cependant
un pr6cdent ,uffi'amment d6mous-
tratif, don't it se degage l'enseignement
quo torte humanity, qualle qu'clle soit,
ne pent arriver A la hbertA vraie et
durable que par 1' ffranchisem-nt gra-
duel.
L'tsclave du moy. n A e au'A ou rvo-
lahr de sa quality d'objet de propridtd a
ce l extremement oppose de proprid-
taire qu'en passant p;,r leo 6tats inter-
m6diaires de serf, puis de tenancier li-
bre. It en est ainLi de touted situation
huraains prosp&re, q:i un'et d6flnitive
qa'a ia condition d'etre le rdsultat d'ef-
torts constants et graduels, Les con-,
quates brusquesa ont dph6m&res.
ULe reglement de culture de Sontho-
nat corrigeait done I'6mancipation gA-
n6rale par des restrictions utiles. Eq
loici les principles :

Lea ci-devant esclaves attaches aux
habitations 6laient teaus de rester aux c
ordres de leurs ancient maitres, pen- t
dant au moins la dur6e d'une aunde,
'est-A&dire le temps n6cessaire pour
ssurer le succbs d'une r6colte ; pass c
e tlempf, iis ne oouvaient chanar I


loom


4 ~lyLIL~LP~CIPI


m- --- pt C-~ -- ---- L-


II~ -- ~- -- ~s~- eF II -- -- -


e d'H aiti efortso do ears quA iit6s et do leurs ERREUR ET VERITE

DES ADULTES Pourquoi faut-il qie nous soyons Nous extrayons du dernier ouvrage de
RE IV oblig6 de 1o Aire ? L regime de Tou.- Mr Marealin ERREUR ET VERITnt Ls1
saint-Loauveture. sous pretexte passages suivants :
-- 1'ind6pand *-a vis-, vis du blanc, -
FondamIental viat sWir totes los conditions iLe rapport la Chimbre des DeputeD
on amed'am6!iortVa conte ues dans le rc- dit : t Ancun examen minutieux, aucune
tion do 1806. gisment da Sonthonax : le Premier des investigation n'ont mis ces fonctionnaires
Noirs, a pour rester seal et bon pre- (les membres de Ih Chtmbre des Comptes)
X~ ruier, lit real,,r j] 'd I',ve lan,,, d meme de permettre A vos commissaires
Iixe de vous de comment se sonI effectuies les
d'habitation que sur la permission di 1ESmot a .ai i a m s di e nee vpZouse dire coimente sens effcctumesrle
juge do paix,-lequal statuait soit Su- En cfv,, r~g!aw)nt do culture de frappes on missions de nickel et de napier
ajug der p.ix,-leqil stiateua sol su 1800, i part, blit plui do d- monnaie qui avaient dtd autorises durant
celal do 'atie d cuvaterar st sur ret6 q. ,C.z i d3 S Athoaax ; do an l'exercice 1907-1908, coameant s'est go
celne de cIateliera. t., sp ,.:3 o a' les chances d'6- Ie rglement de crcrtaines condarinatiois
Tous les ci-devant eelayes qai, das m ciaio- pla 4 nio tables par l i pcuniaires du procas de la consolidation.e
on dlai dre q:ins z jours, itaieut ro- r'einge t Iconve onno. Cela me paralt bien etonnant, Je ne puis
conus i re stac s proprculture, ni emro- Lo rlej r It de 1703 fixait A une comprendre, en tmus cas, que cela it pau
plo, ni aetach6s d la culture, ni ema- anie 1 :2O du s6jour obligaoire se prodire, car. missions de billets des 5,
rploya en service domeratiq.e, a qu u TA) ttios -celai deo 1800 frappes de nick-1. raglements des condam-
seraient roconnus errants, seraieot ar- s p) ttions : celai do 1800 nations pdcuniaires du process de la conso-
r s et mio en prison, -poAr Aise* de- r rp ,,S: ri, 1;03 oo d, erlidition ont 6!d toujouws minuticusement
tens, quel que fAt le sexe, pendati bplea.,a, du c1 .vate3 o de d f- ordonnancees en recettes et portdes au cr6-
un mois pour la premiere foiso; pen- flcutcs e-3 le roprid:aire et lui dit public. Ces resources eltraordinaires
dant trois mois pour la secode, et t bme aLrbir le juge de avaient 6t6 accord6es au Tr6sor en vertu de
condamn6d, pour la troisl6me fo's, ax .aix : cl 1800 emo a.e ie jga lois. Elles out servi A acquitter les d6penses
travaux forces pendant un an.-O,, 1-, pix p : l'autori militaire qi *st del'Etat dans leur int6dgalit6.Oa vent sui-
'travaux forces dtant I'esclavage, c'.tai? aeA cornP l'auorir m taire, qxlem-vre exactement, pas A nas, leur filiere, on
menacer d'tr ra a ct t ouA T t patie cr peut les contr6ler A leur arrive dans le
ceux qui aurai'nt tendance a fai le~ otti d:in ,saprie ,1- i'armte Co pays aprks la fabrication a i'6trangerenfin
turner leur 6mncipation individa o L so:, to f ier. d vtles o01n peut certifier que, tou'es, elles ont rd-
en ointive6 onu n vagabondage. planla ion- of'ntgqs sur les colons gulirement about A la Tr6sorerie G6n6ra-
Les domestiques et lea attach4- A !la rovatsl-s ,I s rvAi at da-iI 1 armse le- Alors comment s'ex:-,iquer que le rap-
cultura ne pouvaient quitter Iia oona- n-a glA o ':r la R nibliqu-. r port A la Chimbre des Ddput6s ait avanci
ne cG its r6sidaieut, sans une permis- L & o ,?la-Ft ds 1793 supprimait la qu'il n'a pu 6tre fit ancune investigation
ion d juge d- paix. cor otna .r 1 fo t celuti do j1800 sdrieuse pour savoir comment les frappes et
Sous cos conditions reatrictiveq, le ci- la reruplaco par ;a Ilage lation par nissio s, se soot effectudes et comment
dwvant enclave 6tait associd A la p'n- tea vrf. .: bay-ihoude. Dsest op6r le regle ent de certaines con-
duction do la propridtd. Lis imposi- S)u; '. ,,i r da riglemr.ni do 1793, damnations p6cuniaires du prock: de la
tons tiant dd ites,lesa revenues 4taie3 lh ci-dcvvu ,-clav qui, gAe a son consolidation ?
partagas an trois portions zgale : un a.prit d ordc et a sA prdvoyance, vou- Mais, il me s-mble que la Commission
portion revanait au proprieaire corn- lait :'afflanch:r de 1t tutelle do, p,-o- n'svait qu'a consulterLeMoniteur de l'dpo-
me rente de la terra ; une seconds por- ptiearr.. c'est-i-dire du servage, pour que, Elle aurait trouvd :
tion dttit distraite par celui-ci co'mne deveair A soa tou' propridtaire, ne 10 Pour les billets de 5, proces-verbal
frais di faisance-valoir ; et la troisi- ryncolt'-ait oat a t xte pour limiter la official de l'entrde decesbillets ila donane,
me dtait r6)artie entire lte cultivaleurs nmesue da ,; laque 'e1 ii pouvait deve- stipulant le nombre des colis, marques,
en tenant compete du rang de chacu ',ic c o : ica il pouvait 6tre grand designations et leur expedition a la Recette
dans l'atelier. L3 partago fait, l ci- 0o 1 pati uor,) 'Atai -e, ,Melon ses moy.-ns: g6n6rale, sous le conir6le du Directeur
devant enclave avait la plane et entire le regime Toas-,i at interdit la pe- gdndral.
jouissance de sa part. tite propri6t6 par la defense faite aux 20 Pour le nickel, procis-verbal official
En ou'ra, ils avaient droit, par f-- uotaire4 do p..spr Ues actes de vente de la reception des envois, colis par colis,
miles A une certain quanti:6 de au desso. de 50 carreaux de terre. marques, designations, et leur entrde A li
plaee d vivres variable solon la qutlit6 Au point de vae disciplinaire, voici Recette G6ndrale.
de la terre. sana commeralaires, i'article 5 d.p la
u l cond vProclamation d Tosain-Louv:rt.re II est vrai que pour les2.ooo.ooo de 1907-
Sus laes condition qa nouveno da 25 nov mbre 1801 : 1908, je ne puis rien dire, car je n'dtais
de dire lei ci-dovant eselaves avaient du 25 nov-;mbraM801 :
dle direi t chianer d'habitatios por a Tout i-.d,v:da cr -ole, homaa ou plus ministre. Mais je suppose que l'on a
raisoi do sane6 oa d'ineomooatibiit fm in', co n va'ncu d-.voir tenu des pro- duI procder an moins avec les memes prd-
rd casanterareeoae o bitpot te.,danr a alter, r la tranquiilit6 cautions que je prenais, la meme publicity
de caractre arecoaane. publitqe, anaii qai u. s.-a-t pas jug6 don't je m'entourais. II n'est pas pr6su-
Li fouet,comme moyen de correctioo, dcigo e :*0'i, sa reavoySd A la cul- mable que le Gouvarnementac'uel n'aitpas
6tait absolument supprimtu. Los peires. tur, avc uae chgiae au pied pendant observe ces prescriptions 616mentaires. En
discipliuairti t'taiient la barre pour un, six mci.. tout cas de ces deux millions-l je ne suis
deux o-a trci3 jours, suivant I'exigece c It na a'a:z t ai d crer, d.t encore nullement comptable. Its soni arrives apras
d,,s ca-, et la rateaus d'une part os o I ce sujQ t A. Tholbv, un poniteneier la chute de Nord Alexis, et son Gouverne-
de la to.alit6 des salaires. agricole o Cur ces fiiatas : l'atelier a- ment, qui les a laiss6; en don de joyeuz
It n'y a pas de doute qua ce rdgli,- gricolt, c'eAt lear p6nitenier ; la cul- av4nement A son successeur, avait pay6
mont da culture ne fift une amiior. taure do la trrra eat ainsi consider d6IA la moi i de leur fabrication, soit
tion notable de la situation de la case come infamante, d4gradante : tell 20.ooo dollars environ.
rurale indigene. II 6tait, de plx, uno est bien un- dea i4dd6s du t.?mps con- Jo re6pte que lon trouvera toutes ces
acheminemnint vers la pleine propridt6 tre iaqlell- an r4iag.t pas i3 ci-devaat pieces officielles an Moniteur de la Rhpu-
et la liberty absolute, car aucan texte eselava de B-dda. blique. Le rapport n'avait qu'A les y pren.
n'emp6ehait le ci-devant esclave de dre. On les y tronvera depuis Ie contract
devenir propriedaire a son tour. Au r'giora rural de Towttaint-LoU- passe son la surviilance de notre liga-
Or, cette ualitne pouvant s'ac- verture succa celi de Dssaines, tion A Washingto, entire la Scavil ou IA-
urir que greo A I'esprit d'ordre t sur lquAl itl imoor. aussi que nous merican Bank-Note et notre consul gdndral
I'4conomie ndcessair poar la collec- jeion. uai cu d'edl sommaire, afin New-Yok, j.usqu'A la reception du der-
tion des foods devant permattre l'ac- que. b 6ia qit6 su r l6tat antdrieur do nier colis. Rien n'a 6id laiss6 dans l'om-
quisition d'ane propri6t6, one a le Ila cldl e rarale, noas puissions, en bre, contract, r6eption, fr6t pay6 A la Corn-
tion natorelle se forait ainsi dans la connaissaneo d,* a.sa, j]ger lea actes pagnie, etc., etc.
classe oci-devant enclave, permettant du Senat d *807. Et je d6fie qa'on trove operations plus
iauz mieaz dou6s de s'6lever en pro- AUGoiTs MAGLOIRE. correctes.


-eemen...


- ~--


I








Comment donc soutenir qu'on no sait
pas comment se sont effectuaes les frappes
ou admissions de nickel ec de papier-mon-
naie ?....
Voudrait-on croire que ces fcappes et
missions ont puavoir an ausre emp:oi que
celai du service de 1'Etat ? II est plus quo
facile de s'en assurer. La plus d'dmentaire
bonne foi ou le savoir le p'us vulgaire pent
tres aisdment, en repassant les livres du
d6partement des finances et ceux de la Trd-
sorerie, se convaincre que ton es ces va-
leums out about A la Recette Generale.
Toutes ont servi a l'acquittement de ser
vice dus, de services voids par ie Corps
Legislatif. Toutes idgulihrement ordonnan-
c6ca en recet:es, onE acquitkr des services
publics, des services reconnus par des !ois
budg6taires et des ndcessi -s publique:-.
Que l'on critique, si l'on veut, l'emploi des
fonds,que I on .iffirme qu'lls ont d-ed6pen
ses sansprofi pour ie blende la Na.ion,cela
est une auue affaire et n'engage nullemenc
ma rt-sponsabilite en iant que compiable
des deniers publics. Le vo.e Ilgislatif en
vertu dcquel ces d6penses ont 6td uffc-
tuies ne irelve pas de ma comp6 ence.
30 En ce qui concern le ig'er:ent des
condamnaiions pdcuniaires du pro ei de
la consolidation, on me permet-,a de divi
ser cette question en deux parties : d"a-
bord le r.glement meme des condamna-
tions, ensuite la Ferception resultant de ce
ragleme n'.
DAns le premier cas, c'est le Conscildes
secretaires d E at qui a toujoars d&cid6 sur
les propositions de transactions fates par
l:s cond .mns. Cela n'a j imais regard le
mini'tre des finances.Cependant le Conseil
n'a jamais decided sans en rdfdrer au pr&a-
lable A la Commission de liquidation, et je
crois que c'est son avis qui a toujours pre-
vAlu. En tons cas, les documents relatifh
A ces transactions one toujour- figui6 au
Moniteur: la Commission et leDepartemenL
de la justice 6taient trop soucieux de la
plus grande clar's pour qu il en fCtu autre
ment.
J6 dis que tous ces documents figurent
an Moniteur, on existent dans les archives
de la Commission de liquidation En
voici ua assez important. Bien qu il ne re-
girde pas la perception iatrinshque des
valeurs du procis de la consolidation, je
profile de l'occa ion pour I'intercaler ici,
surtout afin de marquer tout mon rrgret
de n'avoir pas tAit moi-me ne le travail
doLt il fant mention :
Port-au-Prince, 19 septembre 1908.
A la Commission de liquidation
du pioces de la Conso.idation.
Messieurs,
Le d6partement des finances, apprIciant
les services incontes b:;es que vous avez
rendus au pays dins l'accomplissement de
la :A-che qui vous est confide, est heureux
de vous adresser des felicitations justement
mdritdes.
Lc.s ieglements effecuids avec les condam-
n6s du pioces de ia Consolidation n'ont
rien laisse A d6sirer. Vous y avw z mis tout
le tact voulu, qui jast fie une fo s le plus
les seatimeats ae pauiotisme dont vous
6:es animus.
It es', Amon avis, absolument nd:essaire
que ie rtsume de ce iglemen soit public
en meme temps que le relev6 des tinaes
frauduleux livrds aux flmmes, afin que la
nation puisse se rendre compie de routes
les vleurs g6ndralement quelconques rem-
boursdes de ce chef A la Caisse pub.ique.
Ce releve comprendra dgalement le mon-
taut de la Dere iatrieure anu 5 septembre
1903, et le montant de cette det:e au 15
sep emb e 1908.
Ce sera avec empressement que mon d6-
partement recevra de vous ces documents
pour e re ins6rds en encre grasse dans le
prochain Lumbro du Journ.a official.
En attendant, je vous prie d'agreer Mes-
sieurs, les assurances de ma consideration
distinguee.
F. MAICELIN.
Mais co resume des rgiecnents n'avait
poor but que defrapper l'opinion publique.
Ce n 6ait pas an point de vue de la comp-
tabilie publique que je le r&clamis, crr,je
le dp6rte a nouveau, chaque fois qu'un re-
glement s'op6rait, it 6tait public au Moni-
tour C'eait pour que le pays ptt cons:a-
ter, en b oc, de combien le gouvernemeat
de Noid Alexis avait r6doit ta Dette Pa-
bliqa e.


Dans le second cas, en ce qui a trait A
la perception resultant des tiglements., m
responsabilit6 tout ena tant entire, est ab
solument A l'ab-i du plus lger reproche.
Car it ne suffit p s de dire, it faut pouver
Or, toutes les valeurs oat about riguli6-
rement A la Recette Gdngra'e, des ordon-
nances en recedes ont 6 e dresses, et tou-
tes lles out servi aux d6penses de l'Eat.
Que ces d6pe ~s.s aient 6d cariquables ou
non, ce n'est pas mon ?fftire, et je n'ai
riena y voir. C'6.aient des d6penses publi-
ques i6gul:6 cement votes et auxquelles
j tais tenu de ;atisfaire
l.es valeurs pe.q es du procas de la
con~ol'id.i'ion, avaieor &t e ff.ctees par un
vole da Corp-; Lgislatuf aux d6peases pu-
b'iques. Les ;i je cons?crees A ce service ?
It n est pas poss b e de pr6tendre le con-
tra're, car ap'es chaque riglemen: fdt par
le Gouvernement, d'accoca avec It com-
mission de liquidation, le product publi-
qaement a about i A la T.dsorerie Nitio-
na e, et p;ub',qurmen'. aussi les espkces en,
som soriie, pour le service de I Etat- II
senble que pour a.s;e'r son j-geme(t on
,.'a qu'a consul e. ie Diec'eur d la Re-
cette G6adr.le et la comp:Abilit6 de cet
dt .blisseme-ar.
Ie ne pens- p;s oLa',.n nme detiainde de
specifier si c'e:t A. p y. r el pour, tel n -
vi-e de guerre, tel!e biterie de canons,les
appointeinents p:ub ice i oi o" le et la
!a ion de tel; mois, q e j ai .ffectEd eLle
ou tell valcurre<,;a o iel on tel con-
damnd. Les'esre:es r:ca-s n'6 aient pas
spdciale'rent inarques, .iqueies pour tel
emploi dd:ermin6. E les s. sont spres or-
donnarceinment, cornfmndu -s, iout. come
les auatres enadee, d ins la masse total des
rect'es, et par la sui:e elles ont servi au
fur et A mesare, acqui ter des d6penses
liggi!ec.
J'affirme, avec la plus indb:-anl b'e con-
v:c ion, que c--t '..s e- 01, I s, .i- qo- 'I n
re peat due comment se sant effe:ludes les
frappes ou imissio-4s de nikel ou de papier-
monnaie, commune t s est opir, le rcglement de
certaines condamations p caniaires d-' procds
de la consol datiou est radicalem'nxt et ma-
teiie'letment fauisse.
Je ne comipreads pas qa'oa ait pu la
son'enir par dtv:n' le Co-ps L.gislatif,
car l & iit tacile, tant par le Moniteur of-
ficiel, que p'r le D_ a-emeat des Finances
et par la Rece te Generale, de se rendre
compete que ton t-s c:-s opeia ions oat 6td
abso:amernt rdgulibres et patfaitemeat con-
trolde:.
Ce con 6 e, d'a','ieurs, peut toujours tre
repris. le sri; bien que !es vdierans du
Delrarem."nt des F.nances, ceux qui en
dtaient I'honneur e; li tradition, ne sont
plus en pla:e. Miis ri n ne fait pr6sumer
que 'eu:s success urs n'estimnent au :nme
drg 6 le respect de la vari-6 et n'en aient
grand souci, maine lor'qu'il s'agit d'un
adve,saire politique.
Je ne dis p:.s : sur.out lorsqu'li s'agit, je
wae borne A dire lorsqu'il s'ag t d'un ad-
veisaire.




1ENSEIGrNAMENTS
NMI rIOROLOGIQTUES
Ob"sejr-grvatL oir-e
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


DIMANCHE 3 JUILLET 1910
Baromitre a midi 7


r63 m mo


Temperature minimum 24,0
maximum 36.o0
Moyenne diurne de la temperature 29,6
Ciel clair la machine, onugeux l'apres-
midi. Brise de mer vers 3h. Orage au Sid
A 41. Brouillard sec. Biromnatre constant.
Agitation sismique apres minuit.
J. SCHARER.
L'Officiel
Le Moniteur du samedi public dans
sa parties officielle le sommaire suivant :
Modus vivendi relaif aux voyages des
Dominicains et Haitiens par les frontieres.
Arratn unifiant en un corps la Poli-
ce communale e[ la Police administrative.
Aria 6s coofdrant la quality d'haitiens
aux sieurs Henry Ndthersol et Louis Syl-
v6re Charles Gaetjens.


Communique.
Avis ministeriels.
Ordonnancs du Doyeo du tribunal
criminal de St Marc.
Errata.
Avis de I'Iaspec ion scolaire de Port-
au-Prince.
Convocation
La Pr6sidente ds d;mes Z41atrices de
Saint Vincent de Paul convoque les mem-
bres de ia S-cidit pour le lundi quatre
Juillet A 4 heures de i'apr&s-rnidi.
La r-'unoo ara lieu A I Hospice St-
Vi-icen: de Paul.
Ec3le Nationa!e de Droit
L-* scssson ordiarire d'exanea aura lieu
Sl'c1c l N&rio-iale de droit LI lund il
juiilet, A 9 heu:re pr6cises du miuin.
Modus vivandi
Mons'eur P&io Pi-rre And- Sc e ai e,
d Etat des Reliion;s E'riences, rev-o:en-
tant le Gouver-e-nemen Haien, & Mon-
sieur Igracio Maria Ganzdez Envoys Ez-
traordinaire et Ministre Pldnipiteniiaire do
la R4publiqu_- Domrnicaine en H-iti, re-
prdse::t:nt le Gouvernemnent D-minicein.
Tous deux dlnent autoris6s A c't eflet,
En vue d'6v 'er le; difficult 6s auqr elles
done lieu l'applhc. ion de la loi sur los
passepor's aux personries qui voy:gent par
les frontiEres, d ns les deux R4pobliques;
d6sirart au surplus, p-r Enz riglemenra-
tio: plus p'a ique et p!us comrnode de la
fr nalitd de pansepor facili er le plus pos-
sible ces voyages :
Oat arrat. et s;'da e preient MODUS VI-
VENDI en re les deux PayS :
Art. ier. Po-ir voy;ger en Haiti, pr
les froutio:es le; Di:niiati i;, disormais
ne ser x.t p:;..s 'eaus de recourir aux for-
mdi-:s privues par i loi da i9 Septem-
bre 1864, sur les passepo ts.
A't 2 Its se muniront d'un certific t
d'identit6, rdgulie etnent ddivrd pir ies
a',ori,&3 comp- entes du lieu de I-a- re-
sidence et v's4 p.r 'e Cnsnal d Haiti y
6tab'i, s'll y en a
Art. 4 S'll s',,g t de D r)nmnicains 6:s-
blis e, Hai't et qui se rendent dans la
Rdpublique Dominicaine, en passing pir les
fronti&-e;, le cenrifia: ci dessus sera dhl-
v;d par le Reprisentanr Dominicain ( Mi-
nistre ou Consul en Haiti.
Art. 5.- Les mrnmes f-orma, s sero-t
obset.vees A '1dgrd des H.itiens qui vou-
dront voyager par les fronti&-es dans la
Rdpublique Dominicaine, ou, q ai se trou-
vant dija 6tablis dins la R.publique Dc-
minicaine, voudront rentrer en Haiti.
Art. 6.-Le present modus vivendi ren-
trera en vigaeur et sera communique aux
autorites locales inidressies imm6diatement
apes qu'il aura dt6 signed.
Fait en doable exemplalre a Port-au-
Prince, le 20 Mli 1910.
Le Secritaire d'Etat des Relations Exti-
rieures,
(Sig ". ) PiTION PIERRE ANDRE
Le Ministre 'Plinipotentiaire de la Ripu-
blique 'Dominicaine,
(Sig-6 ) IGNACIO M. GONZALEZ.
Pour copie conforme :
Le chef de baretu du Ddpartement des
Relations Extirieures,
CHARLES LECHAUD.
Inauguration
S'DU NOUVEAU BATIMENT DU BUREAU DES RE-
PUBLIQUES AMLRICAINES.
Le 26 avril dernier, jour oh I'on a inau-
guri le nouveau bAtiment qui vient d'e-
tre achevd, fera dpoque non sealement
dans les annales du Bureau International
mais encore dans colles du diveloppe-
meat de l'amitid et du commerce pan-
am&ricains.
On a suivi le programme de l'inaugu-
ration du nouveau batiment du Bureau
International des Repub'iques ambricaines
tel qu'il a ete arrange et tout a tr6s bien
r6ussr. La fete se divisait en deux parties;
dans l'apres-midi a trois heures a eu lieu
l'inaugura'ion officielle, proprement dite,
et a cetie occasion des discours, bien son-
tis out ete prononc6s par des tonctionnai-
resde hiut rang et des particuliers dis-
tingubs meetionads ci-dessous.
La grande salle de reunion, qn'on peat
aussi appe'er la "Salle des Ripabliques,"
pouvant con'enir plus de 700 personnel,
dtait comble. L'assistance se composait
de membres du Cabinet, du corps diplo-


matique, do Ia Cour SuPreme. do s1jjj
teurs, des d~put~s, d'officiers de l'Atraj,
ct' de Ia Marine et d'autcesIs huis f;c,
naires, de citoyens distinigais at do jour.
naljstes. Par suite do nombre restreii0 d
personnes qu'on poavait y paoter, on a di
refuser des centaroes de demiander. "0awin
dc Ia part des personnel distingu~ex. S on
6rnisence le Cit-dina1 Gibbcnj a fjit 4~
pri~re. L'Honoraibl, Philander C. Ko
Secr~taide des Etis Unis et P,6sieen. (1
officio du comnit6 d';ad mniistration dii 18a.
rciu 1Ine-ruationaI, a oronOVc6 ic discosts
d ouvetture.t Ensui e M. John Bj~rtttr Di.
rec-cur dui Btircau lnerenvionw', a
,parole pour f-ire auic descrip- ioii du biti.
IMont et donner Dfl exPosd du i rav.i1 11
a 6: ,iv a- M. A.lbcri K-Isy. de is
coinpagnic Alb..rt Kd1~ey & -PciikP. Crit)
a'chltecles, qui a part rk t ~d~t-,l de i'ar.
chi.t cure du blrit'Jent. Do, diicour on
6 e pfoonc6; par Hi~r~~ElIcihuR,ot,
i~n~kcur des E':'.Z-Uols et ~c~n or
Zaire d'Eti.t, poi S%. Don Franci'ce Lion
Je a B3.rra, ambs- a.eur du NMe:x:que,
4, ap.arid aui no-i dui cori,)s diponai
que i.avno-.am,6ricvlit ; ;p M Adi
Camnig~e et M. Ti.ft, Pr~sicen-. tcesE~ais
Uos. L'6%vquI- H -rd "g a nr%)o:~ hbi-
im~Jict'oa. 0 1 a znss; Iu d,-s !oYgrarnmc
a,- f~llici- viowi nvt)yvo-'s p'r d&s rie'
des R~pub iqciez Ia.-ino-F-madric -ines.
Uue d.~~.- !e I ;N~r.sne i
ifta a ,e le plj.!td~rjs le patio d m
arb e del,,paiix p,.r le P-rdfidcnr et Monsicur
CARNiGIE
D-,s discoars oat d6c6 p-c-onc~s A
ce~te cccasion sol.rUinefl"e. D.,-.s Ia soiree
de neuflIeurcstee A orz.- heures, trente,
le conse:il d Adm~i'~irvisj .JL tID r'
.on: dory & ute rdcep-zioa en I linnceir da
LPrdsidcn: des E a s-Uiis c- de M. ci Mme..
CARNAGIE Le mc' '.Je Gt j e Ih s 4
t6 de \V.izhing~cm jijent r 'p.5s.wen-zi
s gcand rl' -II- C 7Lte *ejo-
urne des pl i,b .i.cs ck xicrnniux r~usiek.
Plus d. 1 5 -r) p'-.-0--- cS y ont nsJS-6s;
1,,s raernb c u ci c.,ps d plli.~n-;iqac t dis
offi~lerz. d: I Ar-m~ee 4!tdl 'a a je tai.
-eka en grinvde Leeru.!. 0ai a srvi le sou-
p-.r dans Ia bibliot6--c &- de HRISTC "Pil
COLO-NB et sur Ia tcrras.-,cell i 'n :rbre qui
e._A c6 D ns Li soir.&',caini que -daus
i';~~nd1-ii n-as quvt d, Ia NI ri.ae, soul
.4 directdoaidu Lieuteci3,it SA\NTFLMAN,a
jo-j6 les plus b~aux mrn.-z%-ux de sonri
per! oirc.
Gin~rnatograplae Boyer
D rn~d.', aix Cald Boslo~ziic, ch.,min
4 .;!A D -l.- I I- 6L8 ,aeu req, j)r Tc :s e sd u soir,
aur.:, 1eu i14 -Iernltv- ,;6ance cin6milo.
grapihiqze qui s~ia, ciferte, 1 Ia p~pu-
Iatton 1e Port-au-Prtnco av.;ut 13s VA-
canioes d'.te.
Le pub ic Po t- U j~rhic en s'em-
p-,es,;era sifteaaeut di p'ortcir d-a cattl
(ierrii(rE' 0cc~isoiO', apr fl qri~ie Is
ie -vice de projectio rs Boyer ira rOjauif
les vtl16gi(a'.,risI%3sdo P6tion VAle.0
Lojs con tratz cievant Ia S~nat
Le ccfLaiL spi-.:i d clitg- de 1'et&U
rn,.,i 'js co~i~ir;As do ven: de fat It
d-i figX:'-.Zon's a ici, Ln-5 son b ire'U

S&~.atewir H. Ba issi j,, rdsid 3:A
c D. Law,.hhd
fx Dauphia, rappc~rteurs
Prins Willem III
Ar- ivije
La~ Guaira. J x-nDA bt~ii
Caytes. G. i di': A. AIOI-
andre, MmnefH. Abramxurn,' Eithece Mil
ro3Cot,' E. ViltiateA V.lhA Liporze, A'
inazie et El~na Ptacid -i, A. C61iba, 119
L. Mary, Ta. Botazi, Maia J'%1-CO&606
16,,die. --- B. J~rdme, Vve Raihail
IM ia Antoinate GuyCaylnitt'rU, MrllIA'
R~gt, Mile Cl6m~n~,, M r 43t NM
B' node- k1 C41111- Bn- ie..k.rMoo


- I I II I a. -----R- -~---_ -* n--- -~d~L~IPq~IZ~qI _








Lee haitienf aau Guat6mala Tribunol Criminel
(DE NOTRE CORRESPONDANT) A-Ujourd'h ,i comparaig~at devant la
Not 1,rt tur s' r-.vellent la noteque Cour d'assisg, les ncman6s Hubert
N 'n rv a publiie dans le MATIN du Sano, Valektine. Mircelin et Feroand
7 JT i dra.rier I, 'Tnoigant quoe 1e4 enry prevenus da vol au prEjudice de
nomrol F6lix Gaillard et Edonacd divers.
LTh un s'6taient battua au Guatdmal, Le Tcrb inal cst prdsid4 par le Joge
Sin Conc:-ptiori. a cops de manchette, D. Maiga, *yint comma assesssurs
,t qae l1 dernier avait 61 tu6. les jug"s Vieux et R gnier. -
Litirbual Gaditdualibue vient d L, PaPrqu jgr le moRitrir. 'ae ud **' Ly< Lto tue.
Fdlix GAillard eat condamm6 A dix Mr L4ou Alvar6s Graville, pr6side
andes de prison -t an supplice do e Jury._---
et deux fois pr jour. L La defense eat repr6aeotw A par MM.
oat deux foia Pr 1our L~gr C-uvin, Edm3nd Mil'L St E-
La St-Pierre A F6tionvill mond M)nas.
Hier P6iionville etait on liesle, on La constitu:ion d'ane parli4 civil
ftait le saint patron do notre a sum- est aousi admise par S. J aa-Louis et
mjr rpeort. Aug. Monta,.
S. G. Modneign'ur Pti-hon t S. E. ----
Ie Pr6sidrnt de ma Rpublique rehaus-
rid t pa r p .0,r p ,,0 .*. e la A V IS
fete. A iA1 gn ,i'irjs',:, L: R. P. Viial La soJasig de d6care avoir per lu
don't lA chaude 61oquwnces i t tart ap- une cassette contenant les titres des
pr#cidt paria de 1.'. vi.) de St-?i.-rreo t emplacements dits a Papau et Mate-
des voix j:ci:nes et fr-.ich s chant6r'nut las sitd6s fIans la Sectio- do Cazeau
en cLeeit c.rtairs hymt'ies de l'oftice:i. ainsi que divers autres papers. En
La masiqao du Palaiis t cellea e P&- con"6,jquncA avis est donnd au public
tiouvitl toar A tour ficeit entoindie les et en particulier aux notaires et aux
meilleur. more aux de leatr r6;pertoira. arpentturs.
Le t~a-.A &t ;la iloeifo st fixA A di c
manch1 proch-in et o. announce pour Cazeau, le 15 Juin 1910.
cette cccasicn de -i;o-v lies -" joui- Dme Vve EUGENE PARFAIT,
sance keriuns e et auirtS. nde IALOUTI CIVIL.
N6crologie w. r .,...__. a
Mada;e K'dber ViileJdcain souch'e
i pre.q e route leas principals fa- KolAia Chamnpagne
mile, ai J6dmino vieit do mourir a Reconstituant
Port-au-Piince. D'u.ne int~dligence re-
marquablo ec: doude dc loates les qua- Formule due A l'obligeance du
lit6s du ccenr, la ddfunte iaisse de com-
breux regrt tant ; Jkn"I,. i-, Fa ville D r -.aeon A uciain
natal,i qu'd Port-au-Piinc ', oto ella ha- Ancien Interne des H6pitaux de Paris
bitait de,.ui q.e6qu.s mls at oi eli PRIx : P. 6 00 la douzaine.
ae' ait atlirt c I vives .fy ->.thi R.
Nou' envoyons no- si, ceres condo:I DEPOSITAIRES:
Iances 0 notre ami K b.-r Villedroiiu j Mr Si*;on Vi*:ux, rue da Magsin de
aiwsi qu'aix Y.-ux C.vi?.r et Ac-, l'Etat, Po-t-so-Prince ; Mr Georges
toine Rouzier. !Blot. run du Magasin de l'EDat, Port-
L'Union amdricaine au-Prince; Mr Aug. Scott (Ldogane);
FtTE AUJOURD HUI Mile Luac Anglade ( Cayes).
SON 135c ANN1VERSAIRE B. Couba, JArdmie.
Aujourd'hui la Logation et la co'o- N. B. Outre cette cat6gorie, la
Die amdricainos 6ti nt le 135a anniver-1 Soci6t6 G6n6rale de Kola Champagne
sire do la R-Apubliq'e des Etats-Uais livre au public une autro classes de
d'Am4rique. ce merveillex product, au prix de
Co fat en effet,le 4 juillet 1776 qu'eut QUATBE GOURDES et demie la douz.
lieu l'Ind.pend.ance de" colonies for- Fabrique au Chemin des Dalles
mant aujourd'hui les 47 Etats de I'U- SociriTA Gle DE KOLA-CHAMPAGNE
union Lmericaine don't 1'admir2ble or- Port-au-Prince, (Haiti) P. 0. Box, 31.


ganis.tion politique, le clair bon sens,
'esprit do justice et le merveilloux d&-
veloppement 6conomique assurent la
poursuite ldgitims du bonheur, selon les
terms de la Declaration d'inddpen-
dance, A plus de 80 millions de cr6a-
tures humaines don't 10 millions de
nigres et mudAtres et 10 millions d'd-
trangers de toutes nationaliteq.
( LU premier Pr6sident et i'un des
fondateurs de cttte grande R6publique
fat Georges Washington, n6 en Virgi-
nie en 1732 et moit A Mount-Vernon
en 1799. Au debut de la guerre de PIn-
d6pendance, il out le merite de disci-
pliner ses jeunes troupes et,aidd par La
Fayette ete Rochambeau, frangais, bat-
tit les Anglais A Trenton et York Towo.
AprAs avoir affranchi son pays, il F'or-
ganisa, contribua A faire voter la Cons-
titution feddrale encore aujourd hui ea
Vigueur, fut ~lu a deux reprises prdsi-
dent d. l'Union, puis avec une timpli-
cit6 antique, alila reprendre A Mount-
Vernon sea travaux agricoles. Une
haute raison pratique, une activity
constant et une volont6 calme et forte,
la probity, la- droiture et la puret6
d'intentions, tels sont les traits prin-
Cipaux de la physionomie do lib6ra-
tour de I'Amdrique. S'il n'ent point le
cractAre grandiose des fondateurs d6-
licats, it u'eut point non plau la per-
Sonnalit6 absorbante do beaucoup
d'entre eCx P.
Li President actual des Etatc-Unis
eat M- William H. Taft, succeisuar de
M. T. Roosevelt don't la reputation ast
aniverselle.
A louer
Dans tles hauteurs de Lalue une mason
irec tout le comfort desirable.
S'adresser au bureau do SCatin.


H6pital V6t6rinaire
15, RUE DU PORT,
Mr V. H. DELFOSSE,
D. C. V. Docteur chirurgien, vdtdri-
naire.
Offire aux propridtaires de chevaux
et autres animaux domestiques les
specialit6s m6dicales suivantes, A son
dispensaire, Rue du Port (on Pavde)
No 15 :
Pillu!es contre les vers intestinaux,
Poudre pour cicatriser les blessu-
res ou places anciennes,
Poudre ton:que (condition Powder),
Liniment centre les rbumatismes et
les engorgements dea genoax et pa-
turons,
Potion contre les toux rebqlles oc-
ca-sionudes par la poussi6re en cette
saison.


Ligne Atlas


Le vapeur "Altai ayant quitt6
New-York, jeudi 30 Juin pour Pt-
de-Paix, Cap-Haitien, St-Marc et
Gonaives, est attend ici samedi 9
courant et partira dans la soiree
pour Mirogoane, Pt-GoAve, JMr6-
mie, Cartagena, Sta-Marta, Kings-
ton et New York, pregnant la
malle, fret et passagers.


Francisco


Fabricant de cha.:- su:es
La Manufactur.- a ,oi, '-s. p', d6-
p6t un grand sto k,- -, o ;* (,on
gros et en d6tai;, --- de chaussures en
tous gfivres pour
JIOMMES. FF.,Iis. E, FANTS.
Les coinmmndes dis rornrneti an's
de I interieur pourront ens ex6culees
dans ute semaine A peu pres.
23, Rue des Fronis-F.r s r23
Port-au Prince (Haiti).


Souffrait horriblement
d'Anemie


American Bar
PLACB GEFFRARD
VIN ROUGE MiDOC
Gal : G 3.50
VIN BL.NC GRAVES
Gal : G 4
BIE~E ALLEM NDE
A LA. PRESS. o
Epicerie
Fromage Emmenthal la livre G. 2.40
FRED. W. KATSCH, proprittair-



CHAPELLE RIE
PAILLE DE PORTO RICO
AcCOUReZ CI'-Z
Feliberto Gc :za e-s


JOSE SAN MII LAN
F.BRIQUE DE CHAPEA.UX
PLACE GEITRA'
SALON DE COIFFURE DU LOUV.EF
Pour tous les gofits et pour tou'es
les bourses.


mois


L'Emulsion Scott

Je declare que ma petite fille souf-
frait horrib!ement d'"ne faiblesse gind-
rale de F'organisme et d'unc anomie
tellement invetirie qu'elle se consumait
de jour en jour. Je lui fis prendre
IEMULSION SCOTT avec le mcil-
leur rdsultat.
Sx mois de traitement remiient la
petite complitemcnt, et maintefnant
elle est forte et robust et elle a bonne
couleur, faisant admiration de tous
ceux qui Font connue faible et infirnie."
JOSE A. GRANADO
Rio de Janeiro

Ce que I'EMULSION SCOTT a
fait pour cette enfant elle Ie fera tou-
jours pour toutes les autres qui viennent
au monde avcc une constitution faible
et maladive. Elle est une
veritable Providence pour Ie
june age.
Demandez tou5ours
cette marque de iabtique
SCOTT 6 BOWNE
Droguistes New York
French s. 1. 4.
_ ....m-- .. -


Laboratoire Sejourne

PREPARATION DE TOTES AMPIOULES M ADIAMENTEUSES STERI-
LISEES ET INJECTABLES.
Ampoules d'Eau de m6r Isotoniques seion Quinton.
L'eau de mer que nous employons a 6t6 soigneusomeut captda au large,
au delA de l'Ile de la GonAve. Nous faisons remarquer au Corps medical
observation judicieuse qua font les laboratoires strangers :
a L'Eau de mer injectable doit etre de fabrication r6cente pour avoir toutes ses pro-
pri6t6s thdrapeutiques. De nombreuses attestations nous permuilent de certifier que
nos products ont donn6 tous les rdsultats esp6r6s. a
Sp6cialit : Serum nevrosth6nique.
Ce Sdrum r6gularise les changes nutritifs, il a 6t6 employ avec auc-
cis dans la neurasthdnie, la tuberculose, etc.


PHOTOG RAPH IE

S. Perpignand & C

163, GRAND'RUE, A PROXIMITY DE LA PHARMACIE CENTRAL
PORT-AU-PRINCE, HAITI.


PORTRAITS EN TOUS GENRES
Photographie directed, genre Visite
ER.iclxes CGartes, genre ixxmpriial
Poses artistiques, meilleurs prix 'que partout ail-
leurs
Sp6cialit6 de reproductions et d'agrandissements de portraits au oro-
mure, crayon. pastel, en couleurs naturelles, livrbs encadrds ou sans cadres
A la port6e de toutes les bourses,
Buste, trois-quarts, grandeur naturelle
PHOTOGRAPHIE SUR PORCELAINE, TOFFE. BOIS, METAUX, etc.
CARTES POSTALES ILLUSTREES DE SON PROPRE PORTRAIT
Visiter note alone. ci'exposition,
.Demnarnder les prism*


I~I- -r I I-I- -- -


-"-.-- -^-y ..-'


Fut retablie en six
PAR


Ik. SUS E







MAISON DE CONFIANCE
148 GRAND'RUE
Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILMEUR si bien connu de la
Rdpublique, avise ses nombreux CLI-
INTS qu'il vient de recevoir par les
derniers Steamers une Varidt6 d'dtof-
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote, Drap vert et bleu d'une
rdelle supnriorit6.
COUPE MODERNE !
PROMPTITUDE I SOLIDITE I
L'dtablissement se recommande aux
clients les plus dnlicats qui apprn-
cient chaque jour davantage le FINI
de son travail.
Demandez chez Joseph Saint-Cloud le
Restaurateur de la Santd et des Cartes pos-
tales Illustrdes.
- -11 .. / I


A. de Matt6is


& Cie


DERNIERS ARTICLES RECUS :
Ombrelles pour dame en couleur.
Parapluies et parasols pour hommes.
Giants toutes nuRnces.
Mitaines pour dame.
Peignes tr6s solides, en corner.
Chaussettes et bas, etc, etc.



NESTOR FELIDU
L'excellent tailleur avantageusemenl
connu de touts la Rdpublique vient
de rouvrir son atelier Rue Fdrou,
( Rua des Miracles ) No 61,
Sa nombreuse clientele trouvera
somme toujours touts satisfaction
pour lea travaux qui luta sront son-
sea.


AGENCE SPECIAL


de la Regie Fran aise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti
Extrait du TARIF G6ndral, Juillet 1910.


Tabacs Scaferlati


LEVANT SUPERIBUR (dit tabac d'Egypte) la Botte do
50 grammes
LEVANT ORDINAIRm paper violet liss6, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIZUR paper bleu le paquot de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet do 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIR paper p&te bruno le paquet
de 40 grammes
TABAC A PuRISR, Virginie haut goat, paper jnu-
no, le paquet de 100 grammes
POUDRE SUPERIEURZ, paper bleu 'le paquet de
100 grammes


POUDRE ORDINAIRE, paper bran, le paquet de 100
grammes


TABAC A MACHIaR roles Menus fil6s
100 grammes


le paquat de


GOURDE


1.25


Cigarettes


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CHASSEUR le paquet de
HONGROISES en levant


0.90
do
0.70
do
do
0.70
ELEGANT]
do
0.70
do
0.60 do


1.50

1.50

1.20

1.50


20
supdrieur


GOURDFES


Le Bondon de


:20 cigarettes
en caporal sup6rieur paper rose, le
paquet de 20
en Maryland le paquet de 20
en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20


is en Levant ordinaire le Bondon do 20
en caporal superieur paper roe, le
Bondon de 20
en Maryland paper jaune le Boudon
de 20
en caporal orLdiu'ire paper bleu le
Boadon de 20


FRANCAISKS en caporal superieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de o20
do en caporal ordinaire paper bleu !o
Bo3 .-.don de 20
ROULUKS en Maryland et caporal supdrieur le
portefeuille de 20
do en caporal doux la boite de 10
do en caporal ordinaire le portefeuiille
de 20
do la botte de 10


1.20
0.60
0.90
1.2
0.85
0.85
0.75
0.75
0.70
0.70
0.60
0.60
0.60
0.45
0.75
0.40
0.60
0.30


J. LAVILE


A de MATTEIS & Cie
32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Maison Fondle en 1888
Bijouterie. --- Argenterie. --- Parfumerie. --- Articles de luxe pour salon,
salle A manger, chambres, etc.---Miroirs et tableaux artistiques. ---Serviettes
pour avocats, homes d'affaires, ministres. --- Bibelots dl6gants, ddlicats et
rares. --- Articles de Bureau, etc.
Achat de viel or, argent, diamant, 6caille.
Reparations de Bijouterie. Les articles vendus ou r6pards sont garan-
tis pour une pdriode d6terminde.
MAISON DE HAUTE CONFIANCE et de Premier ordre.


Rhum Barbancourt


SEULE DE]POSITAIRE
Si vous voulez boire du
Bhum Barbaucourt,
ad.cssez-vous au No 7 de la RUE DES CSARS. *

La Maison Barbancourt
N'A PAS DE SUCCURSALE, 'NI DE REPRESENTANT EN PROVINCE.

Nouveau


Traitement de la Lepre

par ]a Nastine
S1iRUM ANTI-LUPREUX DU Dr DEYEKE PACHA
Pour tous renseignements s'adresser

A LA PHARMACIES W. BUCH
Port-au-Prince
DEPOSITAIRE POUR HAITI


Ferrari Cernicchiaro&CO


Horlogerie,


Bijouterie, Joaillerie


168, GRAND RUE, 168

Ancienne Maison D. Ferrari
Par le dernier steamer francais sont arrives des articles de toute beauty,
pour tous les golts et pour touted les bourses : BIJOUX. -- SAUTOIRS -- BA-
GUES. --- BOUCLES D'OREILLES. --- CHAINES POUR MONTRES. --- etc.
ALLIANCES SUR COMMAND
INSTALLATION MODERNE
REPARATION de glances qui sont remrises absolument A neuf; ain'i que
des tableaux artistiques.
Achat de vieil or et vieil argent

La maison garantit les marcbandises qu'elle livvre ainsi que les rdparationf
ARTICLES DE LUXE pour les principaux 46nementsde la vie moadaine,


Pour tous renseignements et commander


S'adresser


A ndr6 FAUBERT,


38, RUE ROUX PORT-AU-PRINCE.
AGZNT G fitAL POUR LA RtPVUBLIQUX


L ~- ~u II~JI_ I JI ~e I I -"I --


I


~


X-A'.-jgeXt MjP4,C--j-RLI


--------