<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00962
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 29, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00962

Full Text






Qiiatrieme 8Anne, rNa 979


Pert-au-Prince, Haiti


Mercredi, 29 Juin 1910


ABONNEMENTS
UN Mos .. G. 2.00
. (Port-au-Prince
TROIS Mois... 5 00

D6fpartemeflts UN Mois .,. G. 2.20
TROIS MOIS a 6.00

Etranger.... ROIS Mois a 8.00

DIUiCTzUR

Cl6ment-Magloire


j


J


OUOTIDIER


LE NUMERO 4 5 CENTIMES

Lee manuscrits insdrAs ou non ne seron
pas readus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45-

ADMINISTR ATEUR
Arthur Isldore


Histoire d'Hazti

A L'USAGE DES ADULTS
LIVRE IV


Le Pacte


Fundamental


La Constitution do 1806.
IX


La R6publique dtant crdde et la
classes social la plus dclairde dtant A
la 1 te des affaires, nois gallons essa-
yer de noter lei faits et gestes de la
nouvelle administration en lee mattant,
comme nous l'avona fait pour I'dtude
da regime imperial et do la Constitu-
tion imperiale de Dessalines, an regard
des prescriptions da pacte fondamen-
tal do 1806.
On pr6te i Alexandre Pdtion d'avoir
dit que: En 16gislation, on compete sur
1s. principes, et jamais sur leos hom-
mes.a Le mot eat vrai et se trouve
dans le rapport mAme du comity char-
g5 d'6laborer le project de Constitution.
Seaxprime ainsi le sentiment de la gd-
adralit6 des esprits constituents de
sette 6poque. It eat vrai a an autre
point de vae plus essential : c'est
u'il rdpondait & une preoccupation
r6elle des constituents : cello d'amoin-
drir le plus possible lea attributions
da Pouvoir exdcutif, en gard A la per-
soone de Christophe.
La preoccupation eat m6me formelle-
meot exprimde dans un passage du
rapport relatif la nomination aux
functions publiques :

C Vous n'avez pas oublid, dit ce pas-
sage, ce que produisit sons Dessalines
cotte prerogative do nommer aux pla-
ces qui fat une de ses usurpations.
c L'ambition et la cpidit4 s'empa-
r~rent do tous lea cotara ; des ho cmmes
Irrdprochables jusqu'alors, consenti-
rent, pour obtanir ou conserver an
amplol, & so faire lea suppots et lea
agents de la tyrannic : d'autres devin.
rent, lIa volontA da tyran, lea instra-
mens de asa frocit6.
t Tons lea chefs, it eat vral, no res-
semblent point A Dessalines ; mais...P
' Cependant, le 19 mars 1807, c'estA--
dire dix joursa pain ap rebs rdlection
do Pktion, sle Sdnat rendit b'arrtd msui-
vant:
a La S*NAT, voalant conserver la
bonne harmonic qui doit exister entire
1o corps 16gislatif et le pouvoir ex6cutif;
< ArrAte ce qui suit :
Art. 1. A l'avenir, le Pr6sident
d'Haiti eat invited A presenter an Sbnat
trois candidate, lorsqu'ane place sup6d
rioure sera vacant.
Art. 2. Le Pr6sident est aussi
uvit6 i designer celai dos trois can-
didate qu'il croira le plas propre A
rempllr la place d6sign6e. a
Voidt pourtant le texte coostitution-
Il qui raglementait la nomination aux
onctions publiques :
Art.- 42. Le Senat a exilasive.
ROmt le drolt...de nommer tons lea
Iacutioasres civil et militaires, les


commissaires pr6s lea tribunaux excep-
Sans doute, la formula est sauve:
le President presents les candidates et
le senat nomme. Mais il est clair qae
I'arrAd6 du 19 mars, en invitant le
President, non soulement A presenter
une listed de trois candidate, mais en-
core A designer celui des trois can-
didats qu'il croira le plus apte A rem-
plir la place d6sign6e a, a apport6 une
restriction considerable a la prerogative
constitutionnelle du Sdnat.
La vdritd est que, apr6s avoir pro .
clamd la rbgle,-Christophe pointant &
1'horizon,-qu'il fallait computer sur les
principles plut6t que sur lea hommes,
lea plus influents des constituents de
1806, qui se sont presque tons retrou-
v6s au, Sdnat, ont senti que c les prin-
cipess n'dtant pas en peril avec Alexan-
dre Pdtion, on pouvait, en considdra-
tion de o'homme, leur enlever un pen
de lear inflexibility.
L'hommage certes eat grand et ho-
nors le caract6re de PAtion ; mais I'in-
constitutionnalitd eat flagrante.
On a cherchd toutes sorts de raisons
pour expliquer les origins de la seis-
sion do 1807 : nous les touchons ce-
pendant ici da doigt; c'est que Chris-
tophs, envelopp6 dans lea dispositions
6troites do la Constitution de 1806, n'y
eat jamais rien compris, et le gouver-
nement hybrids qui ett r6sultd, s'il
acceptait la prdsidence r6publicaine
organisde par l'Oaest, de l'union de ses
conceptions frustes avec lea vaes abs-
traites des constituents, eot indvitable-
ment cr66 des chocs sanglants,qui ens-
sent 6td l'dcrasement des uns par les
autres.
Nous avons eu ce spectacle en 1848,
et nous l'eassion% certainement eu, d6a
1807, si Christophe n'avait pas senti
d'instinct quo les forces adverse ttaient
au moins gales aux siennes : la lutte,
si elle etait provoqude, n'eut pas etd,
comme ells le deviant en 18'8, la vic-
toire facile du plus fort ear le plus fai-
ble : elle e1t 4td un combat de Titans
6gaux en force.
D'ailleurs, I'6vanement l'a bien prou-
v6. Bien qu'il eatt refus4,qae le champ
de bataille fHt un m6me gouveraement
dans lequel lea iddes liberales et les
iddes d'absolutisme eassent 606 services
par des influences militaires gales on
prestige, en force et en dtats do ser-
vice, il out A 6prouver, par I'impuis-
sance de ses assauts rigoureux contre
la Ripublique, que le Pays usait d'as-
sez de vitality dans la classes des anciens
libres, qui venait do prendre part aux
guerres de l'indApendance, pour tenir
en 6chec, treiza ans darant, et vaincre
finaioment les traditions despotiques
do la classes servile qui, abattues dans
Dassalines, so r6incarnkeent dans le
ioi du Nord.
Mais, nous le constatona d6j&, catte


classes des anciens libres et affranchis,
mattrese do pouvoir dans l'Ouest et le
Sad, ne tarda pas A voir combien.dans
le fait, eat faux le pr6cepte qu'il no
faut computer que sur lea principles, et
non sur le bhommes..
L'observation r6v6le d'ailleurs que
ri~n nest plus propre A assurer le rA-
gne des principles que lea homes re-
prdsentant, an vrai, les forces socia-
les v6ritables d'ane socidtd: agricultu-
re, industries, commerce.
Los r6publicains de 1806 n'avaient
pas cette conception nette et precise
de l'organisation social, car ils furent
avant tout des militaires et des lettrds
plus ou moins accomplish. Du moins,
eala fat vrai pour l'origine, car nous
aurons occasion de constater plus tard
comment, sous l'heureux empire des
circonstances,des conditions nouvelles
s'introduiront dans la situation social
des d4tenteurs de la puissance publi-
que.
Deux jours apr6s 1'arr6td que nois
venons do reprodaire, le 21 mars 1807,
le Sinat out A commettre, A l'6gard
de Potion, une nouvelle inconstituiion-
nalitd relative encore A l'attribution
respective des pouvoirs.
K LE SENAT, sur la proposition d'un
de ses membres, vu les circonstances,
et s ns ddroger A l'acte constitution-
nel,
c DWclare qa'il y a urgence, et d6crete
C) qui suit :
Art. J*r. --- La droit d'entretenir
des relations politiques au dehors,
conduire lea n6gociations, est delegr-6
provisoirement au Prdaident d'Halti.
< Art. 2. ---Le President d'Haiti peut
arr6ter, signer ou faiie signer, avec les
puissances dtrang6res, tons traits
d'alliance, de commerce, et g6ndrale-
moent toates convention qu'il jugera
ndcessaires an bien de l'E'at.
a CeG conventions et arrdtds sont
ndgoci6a an nom de la R6publique
d:Haiti, par des agens nommds par le
President d'Haiti, et charges do sos
instructions. ,
Au regard doe ce texte, mettons leos
articles 42 et 43 de la Constitution :
a Art. 42. .-- Le Sdnat a exclusive-
ment le droit... de r6gler le commerce
avec les nations etrang6res ; ... de
fair tout trait do paix, d'alliance et
do commerce ... etc.
e Art. 43. --- Lee relations extdrieu-
res et tout ce qui pent les concerned
appartionnent au Sdnat seul. a
On a souvent accuse Ption d'avoir
assume la dictature. Voila cependant
deux examples flagrants oui nous vo-
yons le S~nat lui-m6me abdiquer sea
attributions lea plus essentielles en fa-
vour du Pr6uident de la R6publique.
11 esat vrai que le d6cret du 21 mars
declare sauf c 'acte constitutionnel *
et parle de a delegation provisoire de
pouvoirs. v Mais, on le sent, ce sont
IA autant d'euph6mismes.
Car le rapport nur le project de cons-
titution disait nettement: a Le plus
essential de ces principles eat la sepa-
ration dan pouvoirs, puisque leur con-
centration dans lea memes mains eat
ce qui constitute at d6finit le despo-
tisms. 1
Ea outre, ancun texts do la Consti-
tution de 1806 n'autoriaait -.. les pou-


voirs 6tant nettement
can d'eux A d6l6guer


s6pards, --- au-
ses attributions.


11 faut chercher dans les faits l'ex-
plication de la double inconstitutionna-
lit6 continue danas I'arrdrA du S6nat du
19 mars et dans son d6cret du 91.
P6tion, peu de jours apre& son alec-
tion, avait adress9 an S6nat un mes-
sage pour l'616vation en grade de plu-
sieure do see compagnons de l'arm6e.
A la suite de ce message, Bazelais,
g6ndral de brigade, fut fait division-
naire et chef de l'dtat-major de l'ar-
mde ; Magloire Ambroise, 6lev6 au
grade de divisionnaire, fut nomm6
commandant Pr chef du d6partement
de I'Ouest ; Yayou, nommd g6n6ral de
division, fut nomm6 commandant les
deux arrondissomenTs de LdogAne et
de Port-au-Prince ; Bonnet, d'adjudant-
gdndral, fut fAit g6ndral de brigade, et
nomma commandant de l'arrondisse-
ment de Jacrael ; Lamarre fat nommr
adjudant-gdn6ral, et enfin Lys, colonel,
fat sp6cialement charge, sous les or-
dres de Yayou, du commandement do
I'arrondissement de Port-au-Prince,
Or, I'article 42 do la Constitution
donnait seal au S6nat le droit g6ndral
do nomination aux functions civiles et
militaires. L'initiative prise par P6-
tion en recommandant ces nominations
an Sdnat, part A celui-ci une heureuse
inspiration, et d6s lors, pour que it
souci do pareilles measures ne lui 6-
chappAt pas dans I'avenir, il jugea bon
d'driger une fois pour touted on regle
le precedent 6tabli.
Qaant aa d6cret du 21 mars attri-
buant A P6tion le droit de discuter et
de signer les traits extdrieurs, il fat
suggrd par une mission alors actuelle
de Thdodat Trichet.
Celui-ci allait 6tre envoy en Angle-
terra afia do traitor avac la Grande-
Bretagne, dit Ardouin, de la reconnais-
sance formelle de 1'inddpendance et
de la souverainet6 d'Haiti. Le parle-
ment discutait A cette 6poque la gran-
ds question qu'il rdsolut dans cette
ann6e, et qui devait taut influer sur les
destinies des Antilles et lea autres co-
lonies a esclaves : celle de l'abolition
de la traite des noirs.
AUGUSTa MAGLOIRE.

Affaire de la
Consolidation

Mr P. Faine, ancien ministry
des finances et du commerce
devant la Justice.
LES CHARGES
EXTRACT DE L'ACTE D'ACCUSATION

Le nommi Pourcely Faine, ni A l'Anse-
Veau, ancien Commerqant, demeurant A
Port-au-Prince, est accuse d'avoir, an course
des anodes 1900oo-gor, ea sa quality de Mi-
nistre des Finances :
xo fraud les deniers de 1'Etat en met-
tant frauduleusement en circulation, par le
partage qu'il en a faith, des bons consolid6s
12 oJo pour (370o.oo000) trois cent soixante dlx
mille dollars, sur lesquels il s'est attribu6 soi-.
xane huit mille neuf cent quarante huit dol.
quatre-vingt dix-hait centmes P. ( 68,048.
98 ) et des obligations de la dette intdriega


I ~-~-~slgllll~llll~-------, II __ _~L ~- I II -Cl ICC


C ~k~L --1 L-l L ~L ~L LllllsL-~ -I IC~~ --- I ~- IIILL~--I -- s


wain=






____,, -tr- --a L_-~


re converge pour P. (270o.oo00) deux cent
soixante dix mille dollars sur lesquels it
s'est attribud P. 8o.goo quatre-vingt milei
scof cent dollars.
20 frauduleusement contrefait la signa-
ture de Cindus Sanon au bas des ricdpissds
deiivris A la Banque centre les obligations
de la dette int&rieure converie qui ont td
frauduleusement dmises ;
30 frauds les deniers de l'Etat en fiisant
consolider A 6 olo le b:n du Tiesor No
1555 qu'il savait ne representer aucune det-
to rdelle de l'Etat ;
40 soustrait frauduleusemnent an prdju-
dice de l'Etat trois b.ns consolid6s 6 olo
portant les Nos 1430o, 1431, 1432 ;
5o particip- au vol des Seiz- mille qna-
tre cent cinquante neOf dollars soix.nte dix
reef centimes ( P. 16 459 79.) commis
au prejudice de l'Etat, A 1'occasion des
bons d Edonard Reimb-ld, 6mis en paie-
ment de la subvention des Tramways, en
rec6lant parties de la dite valeur ;
60 ddtourne A son profit les coupons
d'int6i-s No. 2, s'dlevant a (P. 7.500 )
S:pt mille cinq cents dollars des titres
roses Nos. 14.358 A 17.357 6mis pour le
rachat de 1 entueprise des Tramways de
Port-au-Prince (Voir ordonnance du 20
D6cembre 190o5 ;)
70 sousitrAt fruduleusement su prdjudi-
ce de l'Etat hinien ( P. 6.792 41) Six mil-
le sept cent quatre-ving douze dollars qua-
rante et un centimes, reprdsentant la dif-
f.rence, entire la var:er en esrvces rdelle-
ment verse A la comppgnie franrqise des
cables t6clgraphcqaes et cell donu parle sa
lettre du 22 septembre 1900 dins le pre-
mier rtglement de l'affaire des cAbles ;
80 participb A la soustraction fcuuduleu-
se. an prejudicede l'E at, de ( P. 29.179.
rz)Viogt neuf mille cent soixan'e dix neuf
dol. douze centimes, commise A l'occasion
des deux reglements de l'affiire des cables
en recd1ant sciemment parties de la dite va-
leur ;
90 particip6 A la soustraction frauduleuse
de (P. 67 9o8.1x ) Soixan:e sept mille
neuf cent huit dollars onze centimes en
boans consoihdds 12 c 1o commise au preju-
dice de l'E at dans les deux reglements
suasdits en recelant parties de cette valeur.
too particip A l'escroquerie reproche i
Constance Sam A propose de la crdance L.
Alphonse, en aidant l'auteur dans les fits
qui Pont consomme ;
1zo aid6 sciemmint le nommA Roland
Michel dans les fraudes r6sultant de la con-
so!idation frauduleuse des ordonnances re-
levant de? -xercices 1892 93, 93 94, 94 95,
95 96 qui draient diji payees ; et aide et
assirbt sciemment les nomm6s Vi bran
Guillaume et Tirdsias Simon Sim, dans la
perpetration des frAudes relevees cone eux
an donnant des instructions qui ont servi A
les commettre ;
2so fraud l'Etat en consolidart fraudu-
leusement e mandate de paiement A. Bnx
qii 6 ait ddjA pay6 et fidt usage de ces litres
faudulent ;
130 concouru par son refus de four-
nir ies pieces A la comptabiliti g6nrtale de
son D6partement, A frauder et i faire frau-
der l'Etat; crimes pr6vus et punis par
I article 16 de la loi sur la respantabilit6
des fonctionnaires et les articles r30, 13 1,
133, 134, 330, 337, ro9, 44, 150, 45, 46,
132, ino du code p6nal.
Le Chef du Parquet,
Louis MIDOUIN.
(.
Les Substituts,
ALFRED THIBAULT, I. ROSiMOND, Lys
LATORTUR, av.

Nous sommes heureux de publier la
lettre suivante adressde au President de It
Soci:t6 franqgise de secours mutuels A la
suite de l'initiative prise pir celui-ci en
fsvear des siaistr6s de, France.


LIGATION DE FRANCE
en Haiti
RE PUBLiQUE FRANCHISE
Port-au-Prince, le 15 Juin 1910.
Monsieur Ch6riez,
President ds la Sociltd Fraufaise de Se-
cours Cutusls at de 'Bienfaisance.
Monsieur le Pr6sident,
Vous avez bien voulu, au mois de mars
.rntier, m'adresser, pour transmission au
,,vernement fran;ais :
* Ua chique de .70ooo fran s, repri-


sentant le montant de la souscription on-
verte par la Societ6 franqiise de bienfii-
sance au profit des vicumes des inonda-
tions de France ;
20 Un cheque de 2.005 f-ancs reprasen-
tant le montant de la souscription ou-
verte A Jacmel, par les soins de MM. le
Doc eur Cistera et J. B Vital, pour la
merae affectation.
En m'accusant r&eeption de ces envois
M. le Minisre des Affaires E'raangres me
fait connaire qu'il s est empress de trans-
mettre les sommes don't 1 s'agit A son
colleague. Mr le President du C)me 1l, mi-
nistre de I Ini&iear, en le priant d'en as
surer la idpartiiion entire L sinistrds.
It ajoute que le Gouvernement de hl
R6publique a dtd particuli& emert touch
de ces manifesta ions de sympathie et j'ai
mission de vous en exprimer ses plus vifs
remerciements, ainsi qu'A MM. le Djc:eur
Castera et J. B. Vi al et aux gbnoreax do-
nateurs, A qui je vous serai ob!ig6 de vou-
loir bien en fuiie p-rt..
Veaillez ag-der, M. le Pad3ideat l'assu-
rance de mes sentiment. les plus dis 11-
guts et les plus sympathiques.





RENSEIGNMI:ENTS
MErI':OROLOGIQTUE9

DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
MARDI 28 JUIN TgIo


Barometre A midi
( --


762 m:mI


Temperature1minimum 23,/1
tmaxinmum 32.9
Moyenne diurne de iA e.aperaLure 28,o
Ciel nuageux presque toute la jcurnme.
Plaie sur les mootignes du Sud.
Baromntre constant.
J. SCHIRBR.
Boite aux Lett.res
Port-au-Prince le 28 Juin 1910


Monsieur le Directeur,
L'acte d'accusation donn centre Pour-
cely Faine, que le Jury est en train de ju-
ger aujourd hui, m'est tomb6 sous les youx
par le plus heureux des hasards et je m'en-
presse d'y relever le fAit suivant :
L! Parquet, api~s l'6nutnmraiion des gri-
tfs qu'il a mis A la charge de l'ancie x mi-
nistre des Finances de Sam, a fait allu-
sion, en parlant de Viibwun Gaillaume, i
une dnorme fraude qu: celui-ci aurait fa-
cilitde lo-s du reglemneat de la criance
Kdlick-Thdzan-Terlong,, Le Jury s'6tant
djia prononc6 surceite aff.ire et ayant sc-
quit A I unanimitd Monsieur Winsor Ter-
longe, il me semble que les expressions re-
levees dans l'acte d'accusation sonr au moins
depl ches ? Qae fait on dais le cas con-
trraire, de l'autoritd de la chose j: g&e ? Le
Parquet auraii-il oublid, malgrd le nouvel
examen des pieces de la procedure, le
verdict du Jury du 27 Mars 1909, jury
qui avait eu i'honneur de computer parmi
ses mimbres les p!us brillants, le Commis-
saire du Gouvernement lui-meme ? Com-
ment une frande qui n'a jamals exisld'
d'ap;&s tou es les pieces que nous avons
pub!ides dans vote intdressant journal et
dans une rdcen:e brochure, peut-elle 6 re
dnorme ? Je veux croire que le Parquet ne
s'est point rappel le jugement que j'invo-
que et c'est pourquoi je ne lui garde pas
rancune.
Cordialement,
H. TERLONGE avocat.
Hoanduras
Le ministry de Fomenio da Honduras a
public une lis'e'de s25 concessions minik-
res qut soot revenues i 'Etat pour n'avoir
pas rempli les terms du' contract an sujet
de l'exploi'ation de mines. La superficie
rdunie de ces propridets atteint le chiffre
enorme de 311, 477 acres qui, suivant
I'action du ministry, sont de nouveau ou-
vertes A l'enregistrement et A l'exploitation.
Jusqu'ici on a dicouvert 700 mines diffi-
rentes dans les d6partements du pays, et
plusieurs d'entre elle; ont du 6tre aban;
donndes non pas A cause de lear impro-
ductiviti mals plut6t par le manque de ca-
pitaux pour lear ddveloppement avanta-


. geux. La plapart des mines produisent de
l'or et de 1'argent, bien qu'en beaucoup
d endroits il existe de riches gisements de
cuivre, de fer, de carbon, de plomb, de
zinc et de manganese.
La produce ion de bananes pour l'expor-
tation est le principal commerce du Hon-
duras, L'augmentation 6norme qui a en
lien ces derni&res ann6es dans la consom-
mation des bananes et les fortunes que lts
cultivatetrs ont faires en se livrant cette
culture lui donnent.une tres grande im-
portance. Les exportations de ce fruit pro-
venant de 1'Amdrique Centra'e ont trip 6
dans les dix derni&res annues et cons:i-
'uent environ 80 pour cent de l'importa-
tion total de bananes aux Etaat-Unis.
Au Honduras les bananas vieanent a
l'dtat sauvage dans presque tou'es les pat-
ties du pays jusq'i'A une l6vation de plus
de 3,000 pieds, mais la culture du b nanier
pour en exporter les fruits ne se frii
que dans les terres riches et chaudes, le
long du littoral da nord et j'.squ'i 5o ou
75 miles dans 1Vintrieur. Les ports d exp6
edition sont Puerto Cortes, Ceibi et Tru-
jillo. Voici les exportations de Puerto
Cortes pendant les qaazre derni'es ann6es:
i906, 2,708,000 r6gires ; 1917, 2,000,
003 ; 1908, 2.020,000 I909, 1,682,000
rdg mes.
Tribunal de Cassat on
Audience dua Mardi 28 juin 1910o.
Sods la prbs:dence de Monsieur le pre-
sident H. Lechaud, le tribunal prend s: -
ge A 10 heures et demie du main et pro-
nonce les arrats suivant; :
Celui qdi cass ect annule le j cge-
meat du Tribunal civil de Port-au-Prince,
objet du poucvoi ; en coursdquence ren-
voie les parties devant le tribunal civil de
Petit-GoAve, (le sieur Leon Audain et
Lauremise Laurore.


Edgard Rose assigned Marius Milfonrt
pavement de G.44 70 solde d'un comps
de G. 74 70. Milfort nie la dette.
Le tribunal renvoie les parties, ap
avoir impose le sermeut a Milfort.

Pharaon Cassdus reclame, je crois i Q.
moin un Ane qu'il pretend lui apparnlnir
Cdmoin declare l'avoir achet6 an Pom
Bedet et apelle m6me en garantie DaI
mis Pierre, son vendeur. It conclut a
rembou:siment de la valeur qu'il a payw,
pour I'animal. Le tribunal ordonne la p$
sen action de l'animal a l'audience pro.
ahaine.
*
Vincent G. Micklouf anpelle enjusticedt
Paix Aramis Antoine qui lui a souscrt ua
ban de Zoo gourdes. Aramis declare no
rien devoir. Oa ~ai prbsente un paper $i.
gn6 de lui : ce n'est pas IA sa signature. Le
juge pour v6rificr I'dcriture, fait Jerie
Aramis. Maist'exp&rience n'e t pas con-
chuante ; le tribunal ordonne la comparn-
tion de ceux qui ont 6ctit los bonds signal
par Aramis.


LA CHAMBRE

Li Ch r.b e n', p-s travailli aujour.
d'hui faute de majoritd-


Le


TRIBUNAL CRIMINAL

Commissaire Midouin
expose les faits du proces,

Messieurs du tribunal,
Messi-t.rs lea jurd!,


Ceilui qui case et annule le juge- Ce cra I hoiunur #t peut-.tre la sual
men du Tribunat civii de Port-au-Prnn- m6rt,- du Parquet d'ap/orter dars lei
de, en da e du ier Juillet i909,rendu sur aobats qu vocat so rouvrir spr j
appel contradic'oirement entire les consorts a Proces do la Coasolidatioan qu'oa ap.
Poteau Jn-Baptiste-et les consorts Scipion, polait naguee Li Panama haitien,
en consequence ordonn6 la restitution de une parole grave et mod6r6e, une di?.
l'amerde ddposde et pour statuer confor- cussion reposant uniquement "r ims
moment A la loi, renvoie l'affaire deviant le documents du dossier si volumintie
tribunal civil de Petit-Goave. de cette afftire.
Celui qui casse et annule le juge- Mais que pouvons-nous vous dir,
ment du Tribunal civil de Port-au-Prta- Me-sieurs, soit de I'accust, seit de
ce en date da 15 juin 1939, rendu con- I'atlaire elte-mmine que vous no saNhie
tradictoirement en're les parties en cause; mieux qae nous ?-Car, lorsque Port-
en consequence ordonne la remise de l'a au-Pr;ncians, Haitiens, E rangers,Pres
mende deposde, et poucr re swatuer con- se, O,inion publiqu-, Gouvernement,
form6ment A la loi, renvoie l'affaire par Puishances amdrinieia et eurOpdenas,
devant le Tribunal civil du Petit-GoAve. vous suiviez toun, --- anxieux, inquiets,
Le Tribunal a ensuite entendu l'affaire hsletaat-, --- lea phases dive sede o ee
d'Abraham Hasbourne demandeur pat Me Proces gigaateoque. nous, l'ostracisme
Solon M6nos core Arthur Pdvost. nous teuait ench.iu6 au a roch rda
Le Jrge L. Denis donne lecture de son St-Thomas oa noun ve pouviomas 0
rapport, Me M6nos est entendu en ses ob- p- retvoir que les fables A6chos...
servations et le Minis ere public ed ses Mais apr6~ lea mirutieuses inve.tl-
conclusions tendant A la casa i.n du ju- gations de la commission d'e.o!uN
gement sur les operations de l, consolidation;
D.p6t des pieces eit ordonnd. apr6.s ats rapports d6taillds et circopa
Les affairs de Louizimise Lauzeille sont nUcids oil rea ne rosta dana I'ombrd,
reavovdes A huitaine sur li demand de ,pis les loogues et laborieuses in'*
Me Oreste en lieu et place de Me Emi!e reactions q.u aboutirent aux ordo0a
Deslandes uaaces de renvoi quo l'on sait, ahi 1C
Faute d'affaires le Tribunal lIve le sI-- dott 8.re uta spectacle d.-uoare0as
ge. ment grandiose de voir co prWto0r(
Tribunal de Paiz debordant de monde, cos magist'ant
SECTION NORD graves en leitrs robes de gala, 18 mi'
nist6re public sons son uniformed'
Audience du 28 uin 19o. grands jours, ole barreau' a grand
Me I. B. Delatour assigned Mme Vve complete, sur co si6ges quo voS o0,ca-
Gauthier Menos en pavement d'honoraires pez on ce moment, doze citoyOns h0-
Charge par Madame Gauthier de toucher norables comma vouw, MM. les jurst
351. o0 du gn&eral Heurtelou, il a eun i i id6signant la sellette criminelle)
fire une saisie-arret, bien plus, ii est ald Haittens et Etrangers, Frangais ,et Al
jusqu'a Saint-Michel, courant apres le dd- lemands, fits do people et fits de fi
biteur. C'est pour tout ce travail qu'il re- mille ", humbles employ63 et mlrjistrae
dame des honoraires. Oa lui rdpond qu'il nagu6re tout paissants se coado yt
n'a jamais fait de saisie, puisqu'il n'a ni daus une ... hoatease promiesuit' *
enregistr6 ni d6noac6 celle q'u'll dit avoir fcaternisant aiaii sar l sellettiO 4a co
faite. On ne lIi doit pas, parce qu'il n's n9g come on fraternize dans 141mo0
riea toach6. Qa'il disc sur quelle b'se se- N'6:ait-ce pas en aeflt la mo t P
rout calculus ses 20o 010. C'est Me Antoine eax, la mort morale aax cons qII
qui a tout fait, c'est lui seul a qui 1'on plus ddsasteases quo la mort Emi
doit des honoraires, au surplus, la dette nielle ; car ( le frappait non sealesi
serait prescrite, les honoraires d'avocat se des homes jasque IA honorables,
.prescrivant par deux ans. Me D6latour homames qui avaient marchL dit *
r6pond que l'adversaire ayant plaid le fond vingt ans, treated ans, quarante,
ne pent plus bendficier de la prescription, quants aus dans la vie publiqoe oai,
qui est une exception dtiatoire, qu'ii, lai ve sans avoir ja mais laiisa an U
imporie peu qu'apres on ait choisi Jacqaas beau de lear dignity aux roa.CcI
on Guibert pour rdgler 1'aftaire ; ii a tra, ch.min,0 mais e:le frapplit a2s11%',
vaill&, it doit &t:e pay6. Le tribunal ordon.- leurs : C'dtait done la ruins posts
ne le ddp6t des pieces, prornettant do ron- 'ouar leurs enfantsa et leurs farmIUUI
dre prochainement son jugement. L\,Des treize qui conDareant rW"







prbs d'au mois toUtes leo sngoiss3e, loi en date da 30 Juillet 1900 viut eon-
toutes les humiliation, touted les tor- solider dkfinttivaomnt notre deote flot-
tures morale, toutes leos souftcrace tante arri3i63.,
leos plus m im s dix fuarent conaamna Pou *eiy Finae 6tait d6sormais uu
come complices d6 toUes les fraud s grant ministry : il avait fait la conso-
ae la coasoud-tuoa dent Pourceiy Fai- lidation et it po.vait payer rtgilibre-
no a dti declare l'aute .r piiacipa. meat l.3 app untements publics !
Ils purgereat i .urs pines on parties, Las journ-uxr nw tarissaient d'elog s.
des jggements civi: -- consequence C'Mtait 1- C3lbeit d'Haiti. Et lea pa'i-
aitd reudus et out acquis ,'auturit6 (.e qui voyai-fnt enfin se rdaliser leur rove
ai chose jag0o dis irglements ddfiui- 1o plus ch r 6m is de reconnais ao-
afs out eu neu ; des graces oit Lt6 au- ca voaureat olfrir une mddaille, un
cordees tauti pAr le guaral Nord que cadeau qa'il refusa, au Patriete.qui avait
par le goavernem:nt actual. sauv6 la Ripublique. en-restaurant les
PenJdant c- temps Faiae etsit a I'd- floances haitiennes..
tranger; rentrb au Pays, it ae consti-' On verra dans la suite qu'il n'avait
tua, apLis an spjoar de quelques maoi-, restaur6 que sas propres finances. Mais
volontairement prisonnier, ie 26 D ab 6geons. Lo g6odral Sam quite le
combre 1909. Co qui an6aa.it le juge- pouvoir. Grace l'ambition des uns et
meant par contumaca renda contre lui A la division de tons, le g6ndral Nord
--et demaude A e!re jugA aujourdhuni le remp'aje.
au grand eto,.nm-ut *A tolus ;cax q, ... L'iiJrfud-.no d'un modeste em-
croyaient i'iffairo d6fimitivem: t rz- oloyA du D6aartemer:t des R latioas
gtie. E't. i3ovre, qii tenta d faire conso-
Mais avast de ir&,enter oa- pllo3t It-C r ces elfjrt o4tj payAs devait a-
pour pr6sua;ter av.t qu*lque clAtt6 les m 'i-r a a d6eouverte de Ia f.Iaude la
faits qui coustitueat lis charges re t- plus "cOndaloese qui ait jimais eu lieu
v6es contra i'accubi,vA,uilez nous per- on Hiiti.
meltre, MM., d-. rermoit-r utk pn avec Rlsnl Michal fut arr6tW et dipow4.
nous vwer uo pasea q ;i i'es.t as bitu L' 'dfai; e fit du hriit. L'opinion pub'i-
loin de .ou. qque s'. n emut et la gouvern'ament ins-
C'etait toot au db.t de i'a &'60 1900. ,tua la ccmmissioe d'eaqneta admi-
Le gLeral S -wt, aWors PredsciL,'-a tLHl- oi tLativ,
ti, nomma l'; ccas Pourctly FaiLe se- L'enqukta mit au jour les actes illici-
cretci-e d'Eta' des fiuatn-ts et da Corn- teo, les escroquorias, les vols, leas frau-
merce. Ou accu.ll't cette nomination de e6normas qoe cachait 1'ex6cution
plu avec frodear. des !oi3 du 26 Avril et da 30 J.uillet
EtbtA-ca parc- qi.'cn avait d6jA vu A 1900.
l'ceavr- Puarcely Fair.e et qa'on ne Una iifo. motion jacidiatire se fit et
1'a~xt paa truuve brilliant comme se- 1 oiAe'evacontrel'accusdPourcAly Fair e
cretairu d'Etat de la. Justice at des Re- lew accusations suivantes :
laiions Exte:ieure ? Et d',bard las coa o[id6s 12 o/j.
Etait-ce p'at6t parce qu'il succidait Commis dc Gouver1ement
A un homr-e qcu jusque 14 l jouis1i' [G
d'wahmo rput- n jeCL iAt xL' poser des charges publides plus
d'uue reput in a'tmpectabl tto ct ue ha u B
voloant pea commune ? h
En tout cas on ient.a gu6 atement **
le tardeau trop loud pour os 6pauls diee e
1-O lL audience est ouvere.
de Fainm:.
'La situation du p.ys etait en effdt d.s Le t6moin Desravines
plus diftieiles. Uao crises a la fois finan- Le jury ruani, ion procide l'ouver-
ciie et dconomiqu3 des plus inten5es ture de I'audience. II estdonn6 iceture de
y -dvis!aii. P'eeque tous nos trois oedonnances ayant trait aux tires
dioi s de dovuues Otaient affec- consolidds 12 et 6 olo, la dezidame aux
tedes au remboursament d'uaa quan- titres de 0olo et la dern:re A un pro-
ti 6 iLfia',e d'emprunts quele Goa- jet inexzcu 6. Et ceite lecture nous berce
veramnent avait contracts de Mars Fondant trois bonnes heures.
1896 A Junvier 1900, dans les condi- Pais vient l'acte d'accusation. Le 44inis-
tions las plus onereuses ;des coutrats tre public reproduic I'accusation. Oi ap-
restaient inexdcutes ; des annues de pellet les timoins. De tons ceux qui ont
subventions elaient dues ; les boansa it6cits par Ie minisire public tt qui
dchdauces fixes dameors. eat impayds et devaient, semble-t-il, aider l'Accusation,
les appointements des fonctionnaires et MM. Desravinas et Kieffer sont les seuls
employs pub:ics s'arii6raient iaddfi- qui comparaissent, mais le minis!tre puQ
niment... Ajoatez A ce sombre tableau blic estime que !ours declarations reml
la dimicution petsittatea de coS rea- placciont colles des absents. Mr Desravi
trees- grace anx dilainstions do nes a cependant F'air tras embarrass et
ceitains fonUcionnaires ce qui ren- ripond A peine aux preaieres questions
dait, ar consdquent t: s linte la liqui- qui lui sont posies. It no sait rien de la
dation do cos empruun: et ea faisait consolidation; qu'on le questionne, il ri-
s'accu.mulerlea iaterAts, vous compren- pondra. II apprend ndanmoins que le
drez, MM., avac qaelle rspid:tW mar- muavais 4tat de nos finances ditermina
chait la Nation vers I'abima qui s se soul l'opration do la Consolidation. II a
creusait ous ses pas... pu s'y glisser des irrdgalaritds, mais il no
Pour la sauvor il fallait donc un sail rien de tout cela. L'accusA vent sa-
homme qui, avec l science des finan- voir du t6dmoin comment l'on procdait a
ces, apportat aa Pouvoir la voloat6 du l'imission des titres.- Pricisez, de quols
bien. titres s'agit-il.- Titres roses, titres bleus.
Vaccusd Faine fat cl-oisi, cornme -C'est sur les rapportsdes commissions,
nons 'avons dejA dit. dit-il, que les tires dtaient 6mis et I'6-
Dou6 d'une extreme habilat6, A ses mission n'ea etait fAite que sur des pieces
projects it intoressera le haut personnel justificatives. It dit ensuite A qui le travail
de ia Banque, les gros bonnats do la dtait divolu : an minis:ire des finan-
place et toas caux qu'il sait pouvoir a cos, I denx employs, don't l'ua cherchait
un titre quelconque con'ribuer A lear les papers dans les liasses.
reussite.. -Pouvez vous'donner des renseignements
Ceci fai', il rep- it avec quelquss sur l'dchange de titres contre des bons du
Imodifi zatioaa un vaste project dont son Trisor ?
pi6decasseur avait pos6 les bases : la R. Non.
consolidation da la dette publique. 11 Que savez-vous nd bon couponn6 en
eat an immnuse succs. Le Corps Lde quatre?
gislatif sanctionna engeffet, par la lot Je n en sais rin.
du 26 Avi! 1900 les conventions pas- Mais les lettres du D6partement,-
ades les 27 Novembres 1899 et 26 Jan- je le sais, moi (Rosemond) pour avoir mi-
vier 1900 eRtra l'Etat haitien et ses litd a vos c6 i,--Ipassaient sons vos yux.
creaneiers. C~ta loi unifia et consoli- Vous faices enear Le Parquet vent
da, en leur allouant un intdrdt annuel renvoyer le tamoin. M- Oceste se levc ; il
de 12 o0o tous la emprunts looAux veut savoir ( l'imnpression de tout le mon-
garautis par des droits de douAie, E1!e de A centte dpoque aa sujet de ia geue du
consolida en outre avec un interet de gouvdrnement, si l'on ddsirait oni on non
6 oplOl es Bons a cbhdances fixes, leos 1'Ieration de la Consolidation ? --Ce fat
a*ubventions acco:dbes et los 'valaurs ou bienfait pour tout le monde que cetts
dues pour travaux executes par con- Donsolidation. Avez-vous entendu dire
tratS. Et trois mois &pres une nouvelle en hauls lieox que cette operation valait


bien les sacrifices qu'e'le; avait coAeds ?-
Je ne sais pas.
FAine vent savoir s'il,n'.vait pas enu
rdcompenser parfois scs employs, s'ils n'd-
talent pAs pays on or. si ses chers emplo-
yds n'allaient pis pArfis chez lui toucher
lears appointments. Mdis le >imoin n'a ji-
mais rien su de tout cela. Fine s'2vous
d6sappoint6 du silence d- '4moii. Ui de
ceux qui aujourd'hAi l'accus-nt avec le plus
d'acharnemenm ven-i; auisi ch z lui tou-
char de l'arg n:. II regrette que celii-13,
doat il ne v,.u. pas dire la uoom, n; soit
pas 1*.
(A suivre)


Ligne Atlas

Le vapeur "Sibiria ayant quit-
t6 New-York, le samedi 25 cou-
rant directement pour notre port
est attend iciVendredi prochain
ler juilletet partira le m1me soir
pour Kingston, Colon, Port Limon
et New-York, pregnant la malle,
fr6t et passagers.
La malle pour l'Etranger ( via
Kingston ) fermera A la posted, Ven-
dredi prochain ler Juillet a 5 heu-
res de l'apres-midi
Port-au-Prince, 29 Juin 1910.
F. HERRMANN & Co, Agents


S,,LIGNE HOLLANDAISE"
(Koninklljke West-Indlsche Maildlenst)

Le sis Prins Willem lII" ve-
nant des ports du Sud est atten-
du ici dimanche 3juillet et reparti--
ra le meme soir pour St-Marc et
New-York.
Port-au-Prince 28 Juin 1910
AUG. AHRENDTS
Agent

L'Administration dlu MATIN in-
forme ss abq nh-6n- r'il d i


Rafle

La plus be'le
des occasions

1,tre propridtaire d'une des plus jo
lies campagnes de Bizotoa po r
cinq dollars. (Ancienne pro-
priet6 d Espinose en face propri6t6
Jeanty ). Deux carreaux de trre com-
p!6tement en herbes, magnifique mai-
son haute, bassin alimente par dix
huit cents pieds de tuyaux de 3 pou-
cos, 3 chambres de domestiques, ecu-
ries, lemises, cuisine W. C arbres
fruitiers en grande quantity et rivibre
au fond de la propri6tb. II y a 400
billets qui ne sont valables qu'avec
le'visa de Monsieur R. RONEY. SM


SOUS PRESS

Masquies t Visages
PARl
FERNAND HIBBERT
Le volume sera envoy aux chlents
habituels de la Librairie du Matin.-
Prix 3 gourdes.

H6pital V6t6rinaire
15, RUE DU PORT,
Mr V. H. DELFOSSE,
D. C. V. Docleur chirurgien, vdtdri-
naire.
Offre aux propri6taires de chevaux
.et autres animaux domestiques les
sp6cialit6s m6dicales suivantes, a son
dispensaire, Rue du Port (on Pavde)
No 15 :
Pillu'es centre les vers intestinaux,
Poudre pour cicatriser les blessu-
res ou plaies anciennes,
Poudre tonique (condition Powder);
Liniment contre les rhumatismes et
les engorgements des genoux et pa-


ly-Lmau zs o uLo nne LL- n L..L V uov L turns,
rien payer, abonnenment ou autres, Potion centre es to, rebels oc-
quo oontre regus imprim6s et por- Potion centre les toux rebelles oc-
tant le timbre du journal. casionrdes par la poussi,re en cette
L'Adminittrateur.- Arthur ISIDORE saison.


On trouvera

Chez Mme Ph. Kieffer & Co

PORT-AU-PRINCE'
SEULS REPRIESENTANTS DE LA MARQUE
HENRI BIJON Fils & ARNAUD DE BORDEAUX
HORS CONCOURS
Vins rouges & Vins blanks de messe
Ces vins St6;ilises et Pasteurises n s'al':rent pas et so conservent
mieux que tout aulre dans les Pays Chauds.
Los VINS BLANC de messe se vendint en fIts de 30 gallons et en dame-
jeannes de 5 et 6 gallons ;
Lea VINS ROUGES, en fAts de 60 gallons, en demi-fdts, quaris de fdis et
en dame-jeannes.
Au detail: v rouges P. 4.00oo gallon
Vms blancs 5 00 4
SPECIALITPi DE SERVICE POUR LES ENVOIS EN PROVINCE.
Ono negarantit que les demands directed.


A CCOUREZ

ChezHerrma nn Corvingtohi

108, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DES MIRACLES
Vous y trouverez du Bon Rhum Sup6rieur
D3prx V'*ixta 3Blazxc & des prize exooeptionnUllement avantageux


_ I I II I I~ls C I_ ~C~--rC 3C ~ I 1 I


__








Fr&omages


Froma ges

VIENNENT D'ARRIVER

Pate grasse de Iollande
Grayere tries frais, a Deux Gourdes la livre
Jambons d'York sup6rieurs
Lait Condens6 Nestl6

AU MAG ASIN BE LA MTROPOLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'PTAT, PORT-AU-PRINCB.


Nouveau

Traitement de la Lepre

par la Nastine
SRRUM ANTI-LEPREUX DU Dr DEYEKE PACHA
Pour tous renseignements s'adresser

A LA PHARMACIE W. BUCH

Port-au-Prince
DEPOSITAIRE POUR HAITI



Rhum Barbancourt


SEULE DtIPOSITAIRE


Si vous


voulez boire du
Bhum Barbancourt,


adressez-vous au No 7 de la RUE DES (CiSARS;
La Maison Barbancourt
N'A PAS DE SUCCURSALE, NI DE REPRISENTANT EN PROVINCE.


Hotel de France


Mme A. Maitre,


bouteille
q


Bibre allemande la 112
( hollandaise .x
Champagne Cocktail


propridtaire


0.60 S ndwichs
0 80 Manhattan cocktail
0.751 Kola Bach


0.30
0.40
0.50


VINS MOUSSEUX, LA BOUTEILLE: P, 5.00

Bi6re d'Amstel
Par caisse et par douzaine


Champagne Pommery &
Dejefener et diner au Champagne
Table d'h6te: G. 3.


Greno
P. 5.


A. de Matt6is & Cie
DERNIERS ARTICLES RE(US :
Ombrelles pour dame en couleur.
Parapluies et parasols pour hommes.
Gants toutes nuances.
Mitaines pour dame.
Peignes tres slides, en corner.
Chaussettes et bas, etc, etc.

Maison F. Brunes
195, GRAND'RUE.
Dirig6e par
L. Hodelin
Ancien membre de la socitt6 philantiopi-
que des maltres tailleurs de Paris*
Vient de recevoir un grand choix
d'dtoffes diagonal, casimir, alpaca.
cheviobe, cheviote pour deuil, etc.
Recommande particulierement A sa
clientele une belle collection de cou-
pes de casimir, de gilets de fantaisie
et de piqud de touted beauty.
Sp c ALrrt DI COSTUMES DR NOCES.
Coupes Francaise, Anglaise et Am6-
ricaine de la dernibre perfection. La
maison confectionne aussi des Cos-
rUMES MILITAIRES, HABITS BROD1kS,
DOLMAN, TUNIQUES,HABITS CARRIES, Ote,
etc, de tous grades.
On demand
De bons ouvriers tailleurs pour gran-
des et petites pieces et un aide cou-
peur.
MAISON DE CONFIANCE
148 GRAND'RUE
Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu de la
Rdpublique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient do recevoir par leo
derniers Steamers une Variet6 d'etof-
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote, Drap vert et bleu d'une
rdelle superiority.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE I SOLIDITY I


L'4tablissement se recommande aux
clients les plus d6licats qui appr6-
cient chaque jour davantage le FiNx
de son travail.
Demandez chez Joseph Sain:-Cloud 'e
Restaurateur de la Santd et des Cartes pos-
tales Illastries.

A LtLUANCE
QORDOTNrRI3.

42, Rue des Front*-Ports.
CXAUSSURS6 RN NtP6T,wOUx LA TvMTn
Promptitude ot soin aux Somman-
des tant ici qu'on province.
Chaussures do Dame former t tra-
vail toulours tout so qu'il y a de plas
Kouveaux.
Forms. am6rieain e*t frauqaies pout
Messieurs ; 616gantes ot commodes
.Pour les enfauts le plusA lPaise.
Travail solide ex6oatA evc
&oa p iaxz de premiroS narqus
Assaranee do grand rabals.
ClraxgeX t Liqu6idPdaAtas,


ices Engorgerments
do Tube digeitif;
Maladies du Foje
(Congestions. C~rirh~aes,
hifections biltaires~,
9 ~Paludisine, Fi~vre jaIuneq;
Constipation de la Grosueucu-e;
le melill~eur pr~eventifde 'AIIpENDlCrg*'T~
MODE DIEEMPLOI v
XtHIXIR. tine cufflez-~e I& Cardanz in pen dlau a
1eM~ommencemenat da r..pus dui soir
pU.LZ8.- De A 6 3 avantleIarepas dui sotr. on on so couchant.
LWPK TEUIAL. 39-Rinld Nd AD". nRA,


'NESTOR FELIU
L'excellent tailleur avantageuser4j
connu de touted la Rdpublique yj
de rouvrir son atelier Rue Fdrg1
( Rue d Miracles ) No 61,
Sa nombreuse clientele trouylrt
comme toujours touted satisfaet0O
ouar les travaux qui lui 'eront st,

LA
Cordonnerie Nouvelle

C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el.
le vient de recevoir, par dernier ba.
Leau, une forte quantity de marchan.
dises et de fournitures de toute fral,
cheur et de toute beauty, imporidel
de France, d'Allemagne et des Etate.
Unis.
Le public 61gant, curieux de so
bien chausser, y trouvera les peaux
les plus solides et aux nuances leg
plus varies les formes les plus belles
at les plus approprides.
On n'a qu'a venir chez G.B. PtTOIA
pour 6tre assur6 d'Ltre chaussd sui.
vant los meilleures lois du confort et
de la mode. Sp6cialitds pour dames,
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fourniturea
et matdriaux divers pour cordonne.
rie. On trouvora tout ce qu'il faut, aux
prix les plus mod6r6s, A
LA CORDONNERIE NOUVELLE
143,GRAND'RUE 143,

Kola Champagne
Reconstituant
Formule due A l'obligeance du
Dbr i o2^ A-dua.clain
Ancien ~n'erne des Hdpitaux de Paris,
PRIx : P. 6 00 la douzaine.
D1PPOSITAIRES:
Mr Simon Vieux, rue du Magasin di
l'Etat, Port-au-Prince ; Mr Georges
Blot, rue du Mavpsin de l'Etat, Port-
au-Prince; Mr Aug. Scott (Ldogane);
- Mile Luce Arglade ( Cayes).
B. Conba, JArdmie.
N. B Outre cette categorie, li
Socidtd Gnd6rale de Kola Champagne
livre au public une autre classes d$
ce merveillex produit, au pnx do
QUATRE GOURDES et demie la douz.
Fabrique au Chemin des Dalls
SOCI*Tfi G'e DE KOLA-CHAMPAGNE
Port-au-Prince, (Haiti) P. 0. Box, 31.

On trouvera
de meilleurs Cirages pour tous soU.
liers A la manufacture de chaussures
G. CORDASCO.

M; C. L. Verret

Taflleur-Marchand
Donne avis & sa bienveillante clil*
t6le quo sa maison No:7, Rue Travm
sibre est tonjours bien pourvue d'0a
vari6t6 d'4toffea de la haute 0a1
vaut6 e ari enne.
QuAriSVwJsmmu A. CowuM t&Alt
TAVAIL 01so5et. ExtcuToo irOMPc
Pris rds r"dwits I

Francisco DESUSE
-Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en "
p6t un grand stock,---pourla vents
gros et en detail, --- de chaussures
tous genres pour
HoMxus, FxMxs, ENeANTS.
Lea commands des commerga
de l'int6rieur pourront Atrs exdcUto
dans uno semaine a pen pres.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
]"" Port-sau-Prince ([it'(


---- I-llr ICT Ir -----~ I L I--.. s ~-r~ Is I --- CI- I,,


_ --- -- ~sa L -L- ~- d Ll II --II st __