<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00959
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 25, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00959

Full Text

Quatrifne Aua6e5, NO 976


Port-au-Prince, Haiti


Samedl, 25 Juin 1910


ABOINEMENTS
Um Mos .. G. 2.00
pwg-.a-Priace
TROIs Moss... 5 00
a-ments UN Mois ., G. 2.20
Taois Mos 6.00

gangsr o... 0os Mois. 8.00



C16mant-Magloire


0


'


- -1


OUOTIDIEN


LE: NUMC.RO r- CENTIMES

lfm mamuscrits ins-OArs ou noseRe gt-ro a
pas ren-juai
REDACTION-A UlMMrN ISTR ATION,
45, RUN lOUx-45.

ADMINISTRATI 1:0
Arthur Isidore


LA SEMAINE QUI FINIT

TOUTS NOTRZ POLITIQUE. groups I iatir-ts poll iques, dtiient
diftere it- ..
Je sais pri6, avant touts chose au- Et ce sera toujours comma cela :
joard'h i, de gravir notre tribune aux nous sommni ce qui s'appelle un pays
explications, pour dire A nos Ilcteurs de clan.
doux mots A l'6gard de la jpolitique. Eh bi : Jans ce pays de c!an, le
Tout le monde sait qu'il y a toujoura Matin n'A pas, lai, de clan et j crois
doeux politiqies : la bon-ip, cqm -,t *a q ie c'aet la meilloure fa ca d'etre in-
v6tre et ctld de vos arai ; tt la uid A -nian' ct di garder son ind6pea-
Taile, qui eat cello deos autre dance.
En Hiti, on peat voir sur l'ham-ur J'eatends i i l mot inddpendance
des gens quells est leur opinion polit- daas son sens le Dlua strict et [e saul
quo et zi, sons tel regime on est, ou jus'e : Ia fait de n'6Are attache I a '.cu
pas, I'eau de rose. Qaand vous en- parti p3litique.
nleniz dire pir quelqa'un qu'il ne s'o,- Ja saii q ie, prer d'aatres, *tre i id&-
eape pas de politique, c'est quo cel.s p.u Jaot, c'est pouvoir dire et fair ce
da government no lui platt pas ou a q1'on veu%, m6me si ce qu'on dit ou
cess6 de lui plaire, ce qui tient p. r- fait eit sabo-donnA A tel intdrdt politi-
fois A quelqaes favors refuses on au quq doanr.6.C'eAt une fausse notion do
fait que l, convernaemen" digritie vo I'in Ip-naince : on ne pout pas tout
amis on vo ie candidate. i 1- fois f t.-c i Illra et ddpendra d'un in-
QAand c'est Ise contraire, c'est-A-dire t6i6t p-litique W'attachant A une per-
qaand oa eat on favour, qu as amis sonoali'6 ; ua journal do parti na sau-
soot case, son candidate choy6 et les rait 6tre un journal inddpsodant. C'O't
adversaires poarsuivis on en disgri ;e, presqas La Palisse qui me souffle
oh I alore, on eat plong6 dans la po- cola.
litique jusqu'an cou, sons pr6texte qe D'atrea nofin fant d'inddpendance le
le moment de la vraie evolution est sy noym d'hotdlit6 au gaaveraement:
eatin arrived. It a'y a pires actes aux- plur ils talent dru sur celai-ci ,--- que
quels on n'applaudisse, et do la plus c.i soit d'ailleurs I tort ou A raison,---
inaigne maavaise foi apparaissent A voa plus i1i\ so croient ind6pendanta. Le
yeox ceux qui no voient pas, come simple bon sena du lecteur peat faire
Toas, que to salt national eat effec- justice de ce raisonnement.
tae. Soas le b6n6fice de cot expos, nous
11 eat bien entendu que tout ce que sen'ons la ndcessitd d'affirmer de nou-
je dis IA eat on thbAe generate, concer- veau notre ind~pendance la plus abso-
no la groase moyenne do nous. Ii y a Ine au point da vue politiqua: nout
certes toujours des exceptions, et sans n'avons point de vues politiques A
coquetterie aucuno, je suis charged de faire ptrvaloir ni aucun chef de part
dire que le Matin, qui est i heree ac- po'itique A favoriser.
rtelle le joArniat le plus a6rieox du Nius avons certes nos amii et nous
pay, -h h6 h1 1 ha ha I ho ho I C'es0 entendons par ce term, d'ab3rd tou'
bien CtlA, --- ebt parmi lea plus no'a- ceax qji no nous font pas la guerre ;
bles excepts. ensuite, cdax qui, en dehori di la po-
Es eft i, it n'ya pas, il a'y aura lit q is, vblaint bien encomarger de
jamais pour noun un moment o0 ao> lkurt sympathies let g6ndreux efforts
soua occuponide politiqueetanautreou do nos collabiratears pour propagar
Rons la r6pudions. Nous rendmntco upte planss notre miliea social des iles
depuis ottre cr&6tiou qa'une force des tiles.
echoes nation le, contre laquelle nous Coe:te mie au poilt faite, di'e.-vous
se pouvons rien, ae permet pas quae bi.n une chose, amis lacteurs : c'est
ehacun paisse maner A sa guise la po- que touta information polititoe qu4
Unique qu'il croit la bonne, nous avons vous po*avz trouver dan le Matin ne
peas6 do tout temps devoir exclure de peat pravatir qau da gounernament
*o'ro programme touted prd)ccup 'ion qui, s,)us former di commanniqu s, a
politique peraonnelle. le p!us largi droit de r6clamer l'hos-
Stt m do pitalitd de nos colonies; on du souci
C la tat uCe consequence mmen de ooffensif de renseigner.
la situation g6uarale du pays ; car, do ro
en matibre politique, les limited so7t Et c'est tout.
indicises : on no sait jamais ol firit **
l'impartialitd et od commence 1s partt-
pris, ce qui eot permit et ce qui est UNz pRaUVz 2NTRa MILLB.
d6fenda, qaand il faut respecter la v6.
rit6 It quel mome it il eat permis de S)su Ise 6a6ral Nord, -- l'anecdote
**en carter. est aujolrd h!ut mire poor la publici-
Comme dernibrement le disait excel- td.---le Matin fit paraltre un en'roti et
leament Dant6s Bellegarde, nous n'avons assez dEfAvorable A l'dgard da cabiait
sde part politique, mais sunlameut 'minit6dritl de I'epoqae. On alia mon-
int6iets politiquas groups autour ter ole prAident centre noua, et le g6- I
d'one per&ounalit6. Tout ce qai so rap- n6ral Nord fit chercher notre directear
proche de cette personnalit6 eat bien, par le g6.6ral. Paul Cameanu, alors at- t
toat ce qai s'en 61loigne est mal. J'ai tach6 i la prefecture de police.
44a eatends doe hommes, qui out d6. Muai, M'sieo, lui dit-il, vous avez [
.e da- dans le tempos vec le plus de pub:i6 dans votre journal an article a
vigour le respect doe la liberty et de co-itre le gouvernement. Vous all, z me
U isohmauiaM, pouaser aax plus r6- dire quel eat celai qni 's 6crit ; car (
g 5eants attentats centre la liberty at c'cst trop fort cA.
mame la vi des amtres, aniqaement Prdaident, rdpondit notre direct I
". Pale part *t d'autre, teo p.r- tear, nous navons auooan iatr6t A atta- v
SMOWN Umtour desqaellee s eomt quar le gouvornemeot. L'article don't


vous parlez, At qui et plu't control la nassaut pr6s des appartements do Mne
personnel d, vo. ministres que cone Nord, il I'entand t qui maugr.ait :
votre pilitipae, roi a 6t6, on elet. -...Main Alexis li-m4me Liz d persi.tt
remiss par queliu'un que je ne pais pas tropp tout.... 9
vous nommer doevart tout ce monde.
II y avait Ia, en etTlt, les h6tes habi- ,
taaels du palais, loa aidei-de-camp su *
complete, Mane Nora I' 'cart jusqi'au
bout de la pi6ce, et qualq aes person- ET ALORS : CONCLUSION.
sages rmilitairei parmi les4uels le g6-
ndral Jules Coicou, le g6n6ral Cy ia- U.e voix autorisdo, le Malin pjit 1
C6lestin, MiniQtra dm la Gaerra.. dire sa source nulla peA-> ~ >lIique
L'aide de camp D -gaud douua t inc- persoavi'wile A servir, vo IA e i ,ax
ture de la note en quastioa, et A cha- mots ce qua vous devez voir, 1 it, is.
(qui pussaga le president F'interrom- danstoutesnos:informaat'oLsi puit'iquee.
pait tour fAire des coammentaires. Notra confrcb'eo .V,' 'sct/.ste., l
*:- Vous no pouvez pas nommer la lenlernain dIn jour oC nuou4 avons an
parsoani ? PAr example A'ora vous nonc6 la nouvelle 1, I 6ma. i .1 de
"te4 soa complice, 'ar c'est li IA fait M. Pouget. plus t lo -,~ 11 Ifo0rnt-
1'an annemi ; il u'y a qu'ua ennemi tion que de la n6tr., noa i 1m-w'ait
pour 'oui remettra uue uote ptreitle. en de torm3i jLui 6juivileat A uie
- Ja voas price do penser Ie contraire, leV)n :
P.6 ilent, OL pour oas ean assurer, je
suis pret ai vo-s dire 'e ronm de la Loi -oavelle, dit-il, a mr6me 6t6 an-
pertonaOe, si seu euAo t vi)ua 'oIl, z nonce ,l'une fa,' expasse. Avant I*
6tra ass', boa pur passer avec moL noas en tfaire Fecho. pour dvi er touted
dane uce autre pi6t:3. m4pris', nous avons ch rchA, antaut
- Non, M'sieu, pas du tout ; c'est IA q e possible, A etre reuseign6 exacte-
m6:ne que voas dev. z ma la dire et je meat ; et nous avioas raison.
n& coamprends pas quo vous h6sitiez I r4alte d vetigatin quo
tant A me donner satisfaction. ju r%' d io rnt piov t-igatre ieque
Uu silence gAnant suit ces paroles et martin, M. Poug t n, s'6.ait pa offti
;e Prtsid,1nt, accoudA sur sn bureau cillemeot d6tacht de oon pot fea.lle
et agi-ant uervussement sa jimbe ciellet tah de 'on polttf piylo.
d oite, tout oea 6tnt de i'apparence ( Li geetion des tia.fne4 d'un pays
la plus calm, reprend, aprOs ua ins- comports trop di gravi6 pour so pre-
tant : ter utaie seale inioute i IA moindre 6-
- Alois vous ne vou' z pas m' dire ? quivoque, voire a un jeu burlesque.
Note directeur, e.obarrasd6 cornmme L'avenir national. Al'hlure actuelle,
pas un, edt voulu etre A cent pieds so refuse cat~goriquament A an tel
sons t, rrd. 6tat de cha's. 9
- Alors ou pa ouai Privident a pd
tann ou ? inerrogea Jules Co cou pret, Les scropules de notre cot frere sont
-ans dloute, A so rae re 0ous la dent honorables, maia roias n'avonig pas ju-
I iuofrtainn m t-l'jai avai! osbremeltre g4 nd'essaire d'entoLuear .i taut de
au Matin l'entrefilit d6lictugux. ystiti -es une simple infot iii tion. Sans
--- Pr6sideu', ia;is'a une deri6ire fois recourir a tant a d'investigations a dans
no're director, perine;tez moi de voust le sirn .le but de e -r, ma-.s nous oc.
dire l oonm tout bas ; car l'individu caper de a la gestion des financess d'un
en question n'est pa., come voas le pays j ni do sa a gravity tepas ulus do
croy, z, un earoemi ; c st un ami de al avenir national d I'heare aadelle s,
votre gooverBemnn, nt. u d vos auxi- nous soames alley carrdnon,, 4dns la
liaires les plui prochei.... perWo1ne m06a, do notre dirLo.eur, an
r' il eo pre.,arait A s'iocliier pour mioist6re des fluance4, r. p porter A M.
pail.ir au g6ndral NorJ, loreq ie celhi- Pougdt la bruit qui courait de sa d6-
ci l'ioterrompit vivement par catte deo- mission en lui en demandant la con-
niere sortie : confirmation oun I d6menti.
- Uae d)nibre fois. MWies, je von
invite a parlor, et to-at haut, devant M. Pouget syant confirm le bruit
tout la monde; et, boa Dieu pui'm'. s, .das les terms m6mes quoe nous a-
vons no Ie faiths pa-, je n'at plus rien vons rapport6s, nous avous imprim6 la
de common avec vous. chose dans le Matin poor informer no*
Jales Coicoa eso redr'ssa, impatient
et presque menagant. Noeus 'avous pas ponea A demander
--- Eh bien, Pc6sidn*, ji n'ai pas le a minietre si son ddtachemsent de
droit de vous tenir plus .logtempso n son portefeuiUe a tait par et simple,
haleine. Paisque vous le prtnez 44fi- on, offictel, P oU provisoire, on con-
oitivement A mal, j'obhis & votre d6- ditionnel, o.a irrdvocab!o. Qae voalez.
sir : I'eutr. fet on question m'a 6t6 wvouS, nes n0 sommOe pas tr6s vito
remis par Camille G Abriel en personnel. dans le mndier.
Mai eaofin, notre information tait
Jules Coicon s'alTaisa sur lui-m6nme. exact at ceoax qui noas out d6meati
Les personnages qui assistaient a la on oat 6td quittes pour d6memtir le
sLeane reistreat stnpdfaits. N)tre direc- demeati.
tear fixa avoc des yeax presque tri- A molas do suppoaer mieux encore
omphants et ddbarrais6s les assistants, Wqe neds avons 4t6 pr mie ence
puis sle Pr6sident qui, austi calms qu'.A qua mest raimoent le comrble do Iainfor-
son ordinaire, so contents de dire : mqties erate et precise poor an joe-
11 faudra que j i demandeA M. aise.
Cimille pourquot il a fait cela. Vous nal.
pouTLz Tous retire, M'sien, mais A L lesteurers 4 Matin, 'ils soat oons.
i'avenir, U no faut non publier qui noe cedaci tlat 4oiveat tUae prime. No-
vienne d d mol directement. la dea done pas a oargent, a
S-w_ uas 3In 5555.5..


Not"f auulectear U515 09- uuguI.


__


I


4m is souls*a 6991*WM bm Pgadc





AGAPES MIRAGOANAISES. r La farine Darosier, ayant ainsi une per-
J'annonce one bonne nouvelle pour soona'it6 b.er. marquee, il faudra la fair
la litt6riAture haittense : une prochai- connaitte au public : la champagne se sub-
no< s6rie des his'oires d'Andouilly >.diivisera en plusieurs operations distinctes,
11 eat vrai que c'eat 1& I'elfot d'une si e le doit tre mende dans le gand style
indiscretion ft que ce secret est prea- des NapolEon de la publicity.
qu'uu larcin.Mais l'intention eat save: Une premiere clause de reclames, nous
ie n'i, voulu que fire plaisir. Voici I'avons dir, sera didactique ; elle enseigne-
d'asileur.- la chose en daux mote. ra au public comment se fait la farine,
liter 6tant la ftte patronalk de Mira- quelles sootr les dtf&entes quali'es, les
gca'te, les Miragt ,iTs babitanit Port- prncipaux modes de fabrication, Elle atti-
Au i',tnce out eu i'excellente Ij6e, pour rera l'aten on sur I importance qu'il y a
aftarmer la solidit6 et la solidarity d- pour Is stotd a ne consommer que de la
leaour clocher, do oe donweor rendez-voas marine de bonne quality. Eu prenant la pre-
Chez Dereix. m e venue chez un epicter, on bisque de
Or, voua counaisgez la cuisine do tomber sur un produit f elate, d ngereox ;
liet,io* 1 lticaci 6 dies ap6ri its in bar, au con.rate, uue marque garantit une f.bri
1'excellence des ruas de la cave D Arex, calon soignee ; lut dunne one girantie, en
St peu Otre aussi la ga tronomle dsn offiant une responsabiliti.
convives : alors oaus poevez vous ima D'autres reclames seront suitout persua-
giuer ce *jai a'ast pass, au milieu, sives. Eisayer, d ront-elles, la firine Du
d'ailleur*, de i'alf.bilit6 la plau grande ross; elle est plus blanche, elle est plus fine,
avec Bardinal comme boute-en-train. dell a meil e..-r go', e'le est plus riche en
(.1aait A ce qui y est dit, Hlibbirt, principles nu ritif e c., etc., que toutes les
qua ,tait do Ia parie, vous on couterA aJires. Tan'6. les arguments seront de-
an de sea jours de bellea... veloppes, tant6t resumes en one simple
Je f6eicite los Miragc.nais de cette ox- formule : tDurcse est la meilleure fain-.*
ceelenta aldd et particulibrement notre Mais toujours ces reclames fourairont un
am' D )ret qui en eat le pre. Jo ne n mif pour determiner a acheterplu'6 cerets
It-ur fais qau'un petit reproche : c'est marque qu'une autfe.
de n'avoir pas peus6 A moi, car S -Jean C Enfia, notre deni'-e cliase de ric'atncs
Bapti-te est mon oa:ron au m6ms ti- renoncera d'agir sur l'inteliigence oun sur la
tre que relui de Miragodne, et j'uesse s-nsib l;te da clitn: ; e'e ;: b-nera seu-
fait bonneur aux Lucullus d'hier. element A enfoncer dns sa ie e de gre on
Es. on- que I'omissiou sera r6par6e de force, et a graver pr fonddment dans sa
one iusie foi-, et qu* d'ailleura l'ann6e m6moire, le nom de la ft ine don't ils'Pgit.
prochaine S--J.an tn iptiste sera p!sa Oa suppose qu' I a dej 16te atteint par la
g9n6ralemont 161t car la f6te d'hiar public 6 motv6e, qu'il sain que la marque
tait ausi cell de Tiburon, de I'Anse- disigre u, e fringe qui pretend 6tre la mail-
d Ha nault, de Jean Rabel et du Trou, leare; on l'ob-edepar cerom,r6p6E: par des
e' iI n'y a pa< d- doute q Ia, la pro- affiches sur les murs, dans les journaux,
chaiae tois, I'idde des Miragt A iais sf- sur objets-riclame, etc. et I':ction p.esque
ra partagOoi par leq T burouais, le physique de cease instance determine sou-
Ausedhainaulaip,les Jeanrabelai tprik vent I essai du rroduit dans u i moment oit
r4 do ne pas lire Jean Rabslai ) et les zauua au.re no" ne -e pr6sen e a 'e prit.
TrouasL. |. AAiEN.
JEAN LE FURETEUR.


MLA


Publicite indispensable

Comment on lance une marque

Voyons briivement lesi Ugnes essentiel-
les de la campgnc de lancement d'u-e
marque.
Imaginons-nous que le contract sign der-
v;'remennt entire M. Auguste Durosier et
1'E at h.i ien air abou i, que le capital nd-
cessaire use f is obtenu, les procedes mo-
d-rnes mis en ceivre one grande m noterie
de premier ordre se soit installed.
Cotte minoterie voudra lancer sa farine,
-c'est-1-dire.soivant ia definition que nous
donations lundi, fire qu le comrn de Doro-
sier soil synonyme de !a satisfaction du be-
soin de farine qu'on a dans tons les mtna-
ges.--La b-sogne du Matin serait exirrme-
ment f die En cffet, le p oduit don't il s'a-
gt est d'une demand gdnarale. II n'est pas
one maison oiu on ne se serve de farinepour
cent usages divers. Si done une rdclame
inielligenqe pouvait amener, ne serait ce
qu'une m i res'e de maison ou bien une
cuisiniere sur cent, A demander dans les
boutiques cone livre de a farine Durosier :
on bien a une livre de farine tout court,
cela reprtsenterait d6ji poor la fabrique one
vente enorme. Pratiquoment un champ
infiai s'ouvie A Il'gent de publicat ; il
faut done engager des sommes considera-
bles avec l'eipoir que l'argent ddpens6 srsa
Pour imposer li farire qui vent se fair
conoai re, la premiere chose i fire sera
de luI donner une individuili 6 bien mar-
quoe. Le noin devra e re euphonique, so
nore, facile A retenir, impossible 1 imi er.
Les paque s ou bohes renfermant la farine
le porteront en evidence. Les former, coo-
tears, style des empaquetages, seront per-
sonnels et au gout do jour. On doit pou-
voir les reconnaltre au premier coup d'ceil
dans I'dpicerie et en garder on souvenir
picis.
Remarquoms en passant la trks grand
importance d'un nom bien choisi, facile A
lire et A prononcer. Nous ne doutons pas
quron ne rencontre beaucoup de difficalt6s
I lancer en France le savon Sunbght don't
Ie noa est pratiquement impossible A pro-
,,,or poor toote adnaagre franais .


SOUS PRESS


asos cl Y1 sges
PAR
FERNAND HIBBERT
Le volume sera envoy atix clients
habitur ls de Ia Librairie du Matin.-
P, ix 3 gourles


LE SIENAT
Slance du 24 juin 1910
Le Sinat a procide h er au renouvelle-
meat de son bureau pour le 36ite mois de
la session, MM. lei senueurb F. P. Paulin
pr6siden', D. Theodore ier secr6taire et
Chiules Rgno er a2me secr6taire oatn td
ret' as


LA CHAMBRE
Stance du 24 Join 1910
Aussit6t I'ouver.ure de la stance le dd-
pu e L. Goargie demand d'ine rvertir
itordre du jour pour lui permettrede d6posm
coC proposition de loi.
Le P 6sid:nt met sa demanded en discus-
sioa, puis aux voix, ell est accepted.
L, d6pute Gourgues spres avoir donnd
lec are de ses a considerants depose one
proposition de loit tendant A ouvrir le port
de I'Anse-d'Hainault an commerce etran-
ger.
Le Dr S.va:n profit de i'occasion pour
prier le bureau d'icrire an Ministre initri-
maire des finances pour 1'inviter A presser
la ch 'mbre des competes A donner son rap-
port L'absence de cestte piece arrete les
operations de la commission des competes
gen6raux.
Le dipute St Aude done ensuite lec-
tare du rappo-t des comit6s r6onis conclo-
ant A l'accep ation avec de ligeres modifi-
cations des contracts pour les chemins de
fer du Nord et la plantation ot I'exploi-
tation des figues-bananes.
Le ddpute Camille LIon lit on rapport do
comit6 de I'Intnricur relatifaux limiies de
la commune de Bainet et A quelques de-
mandes de rentses viageres ainsi que d'6-
rections en qaaniers, postes militaires,
etc. %qa sont aloarndes.


On sanctionne ensuite un procks-verbal,
et la correspondence, ne comportant rien
d'extraordinaire, est depouillke.
Le d6pute St Aude lit le rapport do co-
mitl de la justice au sujet de la Froposi-
,ion de loi du dbpu' Marpeau ( person-
nel des tribunaux civils )
Le Dr L. S journr d6pose une propo-
sition de loi iendiut A rattacher le 3 ue
et 46ne sec ions rurales de la commune
de li Croix lionvil'e.
Pais la stance est lever.




RENSEIGNEMENTS
MIIrtOROLOGIQUES
Observatoire
DU
SGMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
VENDREDI 24 JUIN 1910
Barometre a midi 762 w *9

Temp6raturetinimum2 a1.1
maximum 33.0
Moyenne diurne de la temperature 26,9
Ciel clair jusqu't 6 h dn soir vert ensu;',. Vn, rAgo ier -'oui1llurd sec
intense. 0 age ;u N W a 8 h B roD-ntre
constant.
T. SCHlRER.
Tel6gcamme fun6bre
Une dbr,.:h: arrivee hier nous aanooce
an Car-H.i ie-i 14 mort de Monsieur
DAMI CA NELSON stnaterr de la Rcpu-
b'ique
D6c6s
Est mor e hier A 4 heares, Marie Clotilde
ViccrineGailion, munie des S crements de
1'Eglise.
Les foacraille; auront liei cet apres mi-
di A 3 heree, A I'Eg'ise Ste-Anne.
Maison mottu ire, Rue de li R&volution,
No 135.
Tribunal de Paix
SECTION NORD
.Audience du 24 juin 1910.
Ange'e a fait opposition A un jugement
Lar dfautu obtenu con-re elle par Salomon
&cayette. Mds elle ne se pr6sr.nte pss
pour plaider ou plu 6t son macdataire. Me
Vicior:n William, refuse de plaider : le
tribunal donne defaut contre elle.
*
Mmae L J. Arn Byron assigned Cora
Glaure en pavement d',ne obligation de 40
dollars, mais elle a oublid de se fire au-
,oriser par son marn, probablement le seur
L.J. Arm. Byron. Sa demand es: dic'ar6e,
quint A present, irrecevab'e.
,'*
Climent Pierre-Pierre ast assigned par Ci-
c.ron Chariot en paiement de35 gourJes
So centimes de loyers et en deguerpisse-
ment. It ob:ient au tribunal on mois pour
dgaoerpir et trois poor payer.

Vincent G Mickloof dimande a Aramis
Antoine le pavement d'un bon de cent
gourdes que celai ci lai souscrivit en man
1909. M is Aramis nie la dette : it no doit
rsea A Macklouf, il lui a payd les merchan-
discs qu il lui avail vendaes Mime ilaccase
Mackloof de faux et demande qu'il lui pa'
too dollars de dommage;-int&rtts. Non,
dit le mandataire de Mackloof. Et il af-
firme de toute ila force de son Ame quo
le bon on question existe. II demands la
comparu ion p:rsonnelle des parties -pour
fire 6clater la verit6. Aramis, qui a peul-
etre consciece de ne pis devoir, demand
encore mieux ; il vent que la comparution
des parties soit accompagnae de la presen-
tation des livres de Macklouf : le tribunal
decide que les parties comparaltront per-
sonnellement a ila barre et que Mack ooaf
presenters ses livres, sil en a.
Bouzy (celui qui divorce) a.'agne Guer-
cy en dEguerpissement d'ane halle de Isa
rue des Fronts-Forts. Guercy s'empresse
de soulever l'imcompetence du tribunal :
il ya pour le meme objet une action pea-
dante devant le tribunal civil. Mais le man-
dataire de Bouozy faith remarquer que fac-
tion doet parole Guercy a poor objet le
-paiemeands loyers dmu, par cos6queat et


est ind6pendante de la demands n dl
guerpissement. Le tribunal rejette l'I
tion de litispendance soulev6e par Gua.
et lui ordonne de i6pondre au food.
faut qu'il parole des loyers; parce quo'il
semble que c'est le non-paiement dc a
m'udits loyers qui a d6termint I detae
en d6gaerpissement. II aurait bien voS
payer. mais au moment ou il s'appri-ti
A ie fare, Mme Boozy a pia'iquit ue ..
sic sur les loyers dos A son manr. Ahl di-
Bouzy, vous avez donn6 A mi moitil R
temps de saisir les layers que vouowas
vez Vous mt'ave cause *an grave doms
quo vous etes tenu de rdparer, et il come
A des dommages-itdrt.s. Le tribunal C.
darmne Guercy i ddguerpir dans tiois gek
Christiana

Kingston : Reverend J. G. Clought, L
Tassy. S. William, G. Ernest, A. C. Al-
len, E. Taylor, H. Guardee G. I. i.
chon, E. Tenson, L. Smi h, "E. Gcam,
Mme B Canal et on eafrnt, A. I. Liy.o,
M. M. Chongt, G. Marshall, J. Thoe.
son, M. Benedict, Philomine, V. Tow.
saint, C. D6cayet:e, Valvarts, C Rich.-
mond, Lucie Salnave, Siphora Baptiste,
Climence Biliztire, F. Philibeit et eafiet,
S. V rain, J. Pige, M. Checet, D. N.
Sandaile, H- Ewards, Mme Galette, L.E.
Char!e;, G Fon'us, RIdo'phe, G. Ch:.
vallier.
Alleghany
JFow-York : Hams Rackl.
Cap Haiteu : Hibde Gabriel, E. Cohea,
Edmond Dupay. Linstant Auguste, Pkwi.
c'is Voltaire, Alexandre Bernadia, LA
Alphonse, A. Cantave, Clement Sterli,
Augus:ine Dorcirville, L-pommeray 5C.
Port de-Paix : M Bouoi, frure Loais,
P. Apollon, Gzuuhier, F. A. Astrood,
C. Francois at enfant, Mine S. Girned,
Tute-nic, M rh ,S.,; eur F. N. Apolloa,
Mme R. Cauthier et bebe, Consul R. Go
thier, Mile Bertha Williams.
St CWarc : Joseph lean, Dr FranUois Do
loncour.
Gonaiws : Sinateur S. Jean- Baptik
D. Cog, A Stucher Vve Fomubran, ML
lery Fomb-on Ml e C6h. Barbot.
Cou:s de Bourse
Or Amdricain comptant 475 91
Consolidds 3 010 5l i|2sOp
Consoeides 3 0102 6
to Janvier o50
Provisoires 50 il2s
Emprunt 0o Aodt 23J11
Tines bleas 23 b
Titres roses 23
Cheques sur N-Y, prime 112 314 010o p0
Ch6ques sur Paris. 3 114 o00 pi
Traites sur France 2 12 010 pom
Transfers sur Paris 3 314 010 pSin
Billets de cinq gourdes sam
Nickel escompte 3
Comrnuniqu6 au
journal Le .Matin"
LUEERTT EG4LITk FRATUNIrt*
REPUBLIQUE D'HAITI
SECTION
du Service des Mines et Chemint e fa.
No 174.
Port-,u-Prince le 24 Join g1910o a o"
de I Indipendance.
Le ScrdisMire d Ela
aui dpartnmenU des Traa1wx pubsi
In ViWk.
Coatrairement i la nooe im0Lie datmb
Numidro dhier da Journal Le MlU.,AI
aucuu vol important na 1did comi m
les archives du Dipatement des Ti5
Publiss, ni non plus aucune enqw4W
tii ordonnie A cct regard.
II est seulement vrai qo'ause armoire c
partenant A la Section des mines rt cbe
de for a en la serrure force.Sur le rSpn
du chef de Bureau a ia ditre Sscon, t.
ventairela 6 fait des piscesco .lt .
dans la dite ar-noire.Il a i consiat6 rql
ramse do pap'sr blanc ci une carne ds
d'Hatidrese par M. Poujol et Tbo
ont disparu. Le hoqueton du DiP0a10
sur le compete de qul planeent dt
soupcons a 6t6 mis ea dtat d'safO0


I ON DEMAND
I ptit giacibre on parfait e
tS' lreM a Mli. *


- _~ s -- -- ----- -- -P-------~- --- -- -P----







BOITE AUX LETTRES

Monsieur le Directr ur,
Los assises s'oovrent lundi et je viens
aired los observations suivantes:


Att1 l l n ...

Voic la dklaration di Jury diu jgement
k Dwcembre 1904.
Premiere Question
L fait d'%voir au ciurs d:s anndes
10oo-1901, fraul les deniers de I'Etat,
G mettant frauduleusement en circulation
par le partage qui en a dit flit dLs Bans
consolides 12 010 poour 37.ooo dollars.
s@r lesqaels I'au'eur de I ac ion s'est at-
uibau 68.948 dollars 98 centimes et des
obligations de la dane itaitieure conver-
de pour 27).0ooo dollars, sur leoquels il
V'est attribtl 8 900oo dollars, est-il cons-
tat ?
Rdponse : Oai la majority.
2eme Question
A l'epoquedt cette frande, I'ma eur de
I'setion ava-,'i ag ei quali e Ic S > i e
d'utat des Finances ?
Rdpoose : Oui A la majority.
3 eme Question
Les vldeurs fraudees, sont-alles d use
somme au-dessus de cent plas:res ?
Riponse : Oai A Ia majority.
40 me Qaestion
L'accu:6 Marie Joseph de la My e Mory
est-il coopable come complice de ceite
traude.pouravoi- rceli sciemsent nartiodes
dits Bons consonidis 12 o,o e d s bli-
ptions de la dette intirieure convertie
i-dessus-patldes ?


R4ponse : Oui i la maioriti.
56me Question
L'accusi Mar:e Joseph de la Myre Mo-
7 est-il coupab!e come complice de Ia
fraode ci-dessus patlee, pour avoir avec
connsissance aide l'auteur de l'action
dana les fits qui l'ont consommee ?
6ime Question
L'accus6 Theodore Georges Olrich est-
II aussi coupab'e come complice de Is
frande ci-dessus spc:fiee, nour avoir re-
Oeld sciemment parties des Boos consoli-
s x12 0oo et des obligations de la Dette
inutieure convertie ci-dessus parlees ?
RUponse : Oni, & la majoriie.
7tree Question
Cot accuse est-il enco:e coupable coma-
am complice, pour avoir avec connaisance
ide l'au'eur de 1'action dans les fails qui
Point consomme ?
Riponse :Oui A la majority.
8* Question :
L'sccias Rodolphe Tippenhauer, est-il
coupab'e come comp!ice de la frande ci-
desss specified, pour avoir recele sciem-
meat parties ds bons consolidds a12 ooet
des obligations de Is dette intrneure corn-
erde ci-dessus parl6s ?
Rlponse : Oui, i la majority.
go Question :
L'acuse Joan Bi ptiase Ponts Is Payba.
do es M-il coupabte come complice dans
la frade ci-destus parole, soar avoir re-
edM adeament panic des obligations de la
doue inatrieure convertie, provenast des
70.000o dollars 6mises frandaleuement
SIaseur de la die fraud ?
'Rdoae : Oai, A la majority.
eto Question :
L'accuml BCaus S.-Victor, es-il coops-
bi come complice de la fraude ci dessus
i ea pour avoir Micld ecieoment par-
dos bligations de la Detto Intrieore
"MM.eotl provenat d s70.00o.ooo dollars
Ms frnadalesuomnt ptr 1sau'er doe I

ipeme : Oai, i la majocid, etc.,etc
la I JURY s t91o L..
Yml ugWr, ea.


VENTE
des drotts at pretentions
do mineu s.

Ei verto d'un jugement rpnda par Iv.
tribunal civil do Port--w-P rinc, tit
date di virigt set MAi mil nauf cent
nix, enregistrA, homologoant la d61lib#-
rat)on du co-s,-it d3 tami le deo mni-
neour Louio tat Mercy Cyrus E ail;io,
tenue .sons a prcsil nc, du jug,..--ap-
pleal t S. M esonr. (Id tribunal de paix
de It cowrmm un d M.r blaiF, on date
du neuf Avril 1910 ;
It sera proced la joudi que I'ov
computer trente Join mail nef cent d x,
A trois hours da I'aois-midi. ono 1'-
rude e' par li Miri.th6e de Me Suirad
Vil a d, notaire A Port au-Prince, A la
vt te AU plus oilraut et deroier enchd-
riesour, des droits, actions et pr6ten-
tLoas ds d(i's mineurp siar n" *-mpla-
crmeLt sis A Por -au-L'rine, Rue R6-
publicaiue ou Gran4'ru., mesurant
vir gt quatre pieds at demi d& faegde,
sur crt t v ngt et un pieds do profon-
deur, borne au noid par lee demoisel-
les Plaisance et diverse propriet4s au
moyen d'un mur mitoyea, ac and par
Fernard F.irop, i 'est par Malame
Veuve Bernadotte Chancy, an moyan
d'uo tmur m toyeu et A I'ouetrt par la
r- e Rtpubiicaira ou Grand'rue et les
Jro.-ti,.eIlu&. Paitacce.
La vente aura lieu tur la misa A prix
de tois crutsa gourdes tfixhe par I'ex-
pert commis. cy P. 300
A la requtae de Monoiour Saint-Ar-
m.,'d Eui;li(,, nropri4taire, dernmurar t
et comicili6 & Mi ebalai., agiipant en
sa qu.10i tiei tuteur datif les di' "vt ra et ts8is6d de Monsieur i16rard
Kaiulioo, egal mernt propri* aire, da-
mturaut et do(nicali6 & Mirteba'li asmu-
b 6'uteur di sus lit min. urs, tous
,telx ayant pour mandataire special ot
avocat corns'*iu M* lHoratius Voley,
demenutnt a Po-i-au-Prioce, au Cabi-
tt du d(lit avocat, ils font election de
domicile.
Pour p!us arnotlas renseignementa,
o'adrc.ser A M* Horatiun Volcy ou A
M* Suirard Vdlard, t.otaire, d6positaire
du cahier des charges.
Port-au-P.ioce, le 25 Join 1910.
HoRATIUS VOLCY, avocat.


Rafle

La pius be'le
des occasions

itre propri4taire d'une des plus jo
lies campagnes de Bizoton po ir
cinq dollars. (Ancienae pro-
pri4t6 d'Esp nose en face propri6ti
Jeanty ). Deux carreaux de terre com-
p'ltement en herbes, magnifique mai-
son haute, bassin aliment6 par dix
huit cents pieds de tuyaux de 3 pou-
cos, 3 chambrEs de domeetiques, ecu-
ries, remises, cuisine W. C, arbres
fruitier en grande quantity et rivibre
au fond de Ia propri6t6 II y a 400
billets qui neo sont valuables u'avec
le visa de Monsieur R. RONEY.

H 6tel Bellevue-
LA mieux situ6, Ie plus cone
fortable.- Champ-do-Ma&r.-
Cuisinae reomm-e.- Vue sar la mer.


,,UGNE HOLANDAISIE"
(iCOaakUM&. WWee Ieeo UaImdmao


Le sis Prins Fr6d6rik Hen-
drick partira dimanche soir &
6 hours pour J6r6mie, Cayes,
Jacmel, Curawao et 'Europe.
Port-au-Prince 25 uin 1910
AUG. AE1IIDTS
AMrPd


S VihTE P R VO01 PARIE

En verto de grosses en forme exieutoire
io d one obligation hypothecaire pass
devant Me Astrel L'forest et soa collie
goe. notaires A Porr-au-Prince, en da
du deux Mass mil neof cent huil entegis-
trde,isa dite obligation cdde e: tranpor-
t'e au profi, de Mr Saint Fzlix Duvi.ll
par le G18dral MenUeas A'pho-se, c.-de-
Tant, c eancier du si ur Antoine B:noit,
salvant acts pass& au rapport du dit Me
As.rel Lifoiest ie tros mat mail nouf cent
neuf enregistre, 20 et d'un jugement rendu
entre Mr Felix Duviella et Mr Antoine
Ben I. par le tribunal civil de Port-at.-
Prince en date da vingt dens Decembre
mail neuf cent neaf enregistra et sigaifid
tant A par.ie qu'A avocat.
II stra proc6d6 le mardi que l'on comp-
tern vingt host Join de la p senate annie,
i neuf heures du martin en l'Etude et par
le minister de Me Astrel Laforest, no:ai-
re public A Port-au-Prince, rue R6pub'li
caine ou Grand'rue, las vented publique
an p'us off(ant et dernier ench6risscur
d'une proprieit fonds at bltiscss, site en
cetie ville, de 'autrre c6td da portail Slini
Joseph, aujourd'hui Avenue Dessalines,
de la con'enance de vingt huit pieds, qua-
tre pauces de diaade sur Is d.te Avenue,
de cinquin e deux pieds su- It f ., dl op-
posse et sur une pr. foadc.r de O.o.,t A
I'Est en ligaes brisaes soixan c djuz_ pied,
au c6 6 nord, quinze pieds vers le Sud e.
qua.re cent vingt bi pieds ve.s I Eit et le
c6it Sad de 1 Ouest 1 I Est, en iigncs
bisices soizxate douse piels. vces 1 Sud,
vingt qua-re pieds at vers I Eat quire cent
trentc hait pieds ; la date proprii:* bjr-
neC savor au No.d, par la portion Jode
M d.me Edmond Po'ynice, niet Mali B-
noit, au Sud encore par un autre terrain
do Madame lidmond Polynice, pir cs h6-
riaiers de Madame Veuve MIassu t par
Grandroi,, a i'Est par la propri:e occ.m-
p~e par Mon icur Antoine Audain ei aA
I'Ouest par Avenue Dessalices ; at sui-
vant piocks-verb.l d'arpentage et de di-
v.ion dressE pir l'arpenteur giom& re Heil
S intonge on d te du v.ngt et on tlerier
mil neuf cent hut enregistre ; taels, d ail-
leurs que oa proprid e so pursuit, corn-
porte et s' end, avoc appartements et dd-


peodances, sans aucane except:os ni re
Sar Ia mise A prix de Qeatre m lie sil
e cent soizante dix goardes soixante cinq
a centimes, omtre les changes de I'enchire.
Cy.. .. .. P. 4670,6S
a Ala requ 'e do Mf S int Fel. Douiea-
- larJ, pripnrtaire demeurant et domicilid
- A Por.-au Ptince, agissint en s. quality do
i cesionnaire des diois, sci.oas at ptiten-
t lio3 de Mrle Glrsal M::il sA'phouse.ot
ayant poor avoc ts Mis Stint-Elwe Ma-
Sthien et Windsor Michel avec e'ectioa de
t domicile an cabinet da dernier.
Contre Ie sieur Antoine Benolt, propri-
etaire, demearant at domicile a Port-au-
Prince, syant pour avocat Me Framnois
Moise.
Pour p'as amples renseigSetests. s*a-
dresser, aux avocats poursuivants on A Me
As'rel Lsforest, depositaire do cahier des
charges.
Porn-u-Prince, 25 Join 910to
S'-ELMI MArtIIEU WLiNso. MiCUt.L



Line Allas

Le vapeur Alleghany partira
Dimanche 2, Ccourauit. it midi pr,'-
cis pour Mirago;ine, FPtit-Goaive.
Jteremie, Cartagenra, Santa-Varta,
Kingston et New-York. pregnant la
inalle, tfrIt et passagers.

Isa malle pour I'Etranger ( via
,Ori'mie ) par le vapotr Prins Eitel
Frederick fcrmnera it la poste, ce
soir i 8 hres precises.
Port-au-Prince, 23 Juin 1910.
F. HERRMANN & Co, Agents

| C/ I I voulez-vous bien
L ECTEUR Sfumer Allez i la
Rue des Miracles ou F6rou Nos 26 et 110,
et Rue Roux ou Bonne-Foi, No 51,yous trou-
verez lea CIQsoAR DU Ca.NTB.NAIim de Prin de
Jeremie.


PHOTOGRAPHIC

S. Perpignand & Co
1638, GRAND'RUE, A PROXIMITY DE LA PHARMACIE CENTRAL
PORT-AU-PRINCE, HAITI.

PORTRAITS EN TOUS GENRES
Photographie directed, genre Visite
X.ich1.es -Cartes, genre ixxmpz rial1
Poses artis'iques, a meilleurs prix que partout all-
leurs.
Sp6cialit6 de reproductions et d'agrandissements de portraits an oro-
more, crayon, pvutel, en cooleurs naturelles, livrds encadr6s on sans cadres
& la port4e do toutes les bourses,
Buste, trois-quarts, grandeur naturelle
PHOTOGRAPHIC SUR PORCELAIN, fTOFF3, BOIS, MrTAUX, etc,
CARTER POSTALES ILLUSTREES DE SON PROPRE PORTRAIT
Vi7Asiter nxotre aalona. cl' exposition,
Desumarcder les pzim,



Laboratoire Sejourn6

PREPARATION DE TOUTES AMPOULES MtDICAMKNTKUSES STERI0
LISEES ET INJECTABLJS.
AmXIpOUls d'Eau do mnr Isotoniques solon Quinton.
L'ea do mer quoe nos employons a 6t6 soigneOament capt6e au large
an delA de 1'eo do Ia GonAve. NoQn falsons remarquor an Corps mddisa
I'observation judicinse quoe font lea laboratoires strangers :
e- -U*aue d-r IqJed- mb" dit 4e do Aheitleso recent. peeWr aer toutes eepro.
pdihtispDo 4 m mhrcm ***- poretoest do ortier que
- gw. asm lhs rem1st-- iras. a

Sdresr os n e= mtrts WDa4t4 employ avms aw
4asis i laitab08.


III I


I






Ferrari Cernicchiaro &C
Horlogerie, Bijouterie, Joaillerie
168, GRAND'RUE, 168

Ancienne Maison D. Ferrari
Par le dernior steamer francais soont arrives des articles de touted beaut*,
pour tous leos ctoit-s t pour touted les bourses : BIJOUX. SAUTOIMS. BA-
QUIC. --- RounAs D'ORMILLES. --- CHAINS POUR MONTRES. etc.
ALLIANCES SUR COMMANDER.
INSTALLATION MODERNE
REPARATION de glacos qui sont remises absolument A neuf; ainsi quo'
dea tableaux artistiques.
Achat de vieil or et vieil argent
La mai.on garantit les, merchandises qu'e'le livvre ainsi que les reparations
ARTICLES DE LUXE pour les principaux d6nementsde la via moudaine.


Nouveau

Traitement de la Lepre

par la Nastine
SERUM ANTI-LI"PREUX DU D' DEYEKE PACHA
Pour tous renseignements s' dressEr

A LA PHARMACIES W, BUCH
Port-au-Prince
DEPOSITAIRE POUR HAITI


Bar de la Poste

Distillerie de la Poste


Si vous voulez boire du RHUM DgLICiJux, du RHUM PUR, vrai prodoit
d'une distillation mtho,)dique, allez chz

Leon Liautaud & Cie
Oa tous, riches et humbles, vous serez zatisfaits. La r -utaa!o du

Rhum de "L'Etoile"
3'est faite rapidement grAce a l'exce',Ience \,3 Ii :distilleri0 de L'ttoile ",
en Plaine du Cu!-de-Sac, od se fabriquait le
Rhum de feu Barbancourt


A de MATTERS & Ci'
32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Maison Fondte en 1888
Bijouterie. --- Argenterie. --- Parfumei ie. -- Articles de luxe pour saloo,
salle A manger, chambres, etc.---Miroirs et tableaux artistiques. --Serviettes
pour avocats, hommes d'affaires, mir s.res. --- Bibelots 61ants, d61iab et
rares. -.- Articles de Bureau. etc.
Achat de viel or. argent, diamant, 4caille.
Reparations de Bijouterie. Les aracies vewulus on r'pards sont garam-
tiq pour une periode d6termin6e.


MASON DE HAUTE CONFIAN(:E et de Premier ordre.


-- et Hamrn:.3 'de 25 140,,.
-.~. ..-.,~en narijtttzlt direcLk iezit
r .. 0' ra. l Co. U : ,d-.- rnet~sonts lea plus
Ljj'r..t t r 1!.I r~ V.41;. III,! I '. I !-I III, Novi. no
i it R 810.,' Nm -5,H::A:3-5Un. 7-,' 1,;. eS OU
tous t-4 pd) i ivw,14 0.!p r ii -:re -:.
Garantie de vf/t I'' '
U Quality t t t '11-~ ~ :1( 61,- (-[1"1 xnrct,
jertd 144)111bre de c(4i 11.'ll os do .8 L. LtIt- eIn nl
Le Liyre "N.2
doo s vwL IIUIs -. c- merttGratis
contlent 1,_ agseL ltisW r t d.)crit I -enr -I. o ,;
otrfl onx Lt s S ~ euCIs Je voiturcs 14114phis .no-:ernes, 74 !esbius
do bar Lia is'cUL IIIube I s. I f4in Iit : o h, .t d e fdIIc.4. FiacreMURRAVN M..S So
J2&-32) Laa I ah Street I ncMLRRnV tiS hi. U L.A. ballawgliclaira-volsiat de1Wi



Ho",tel de France


Mme A. Maitre,


BiHre allemande la 112 bouteille
a hollandaise a a
Champagne Cocktail


propri6taire


0.60 Sandwichs
0 80 Manhattan cocktail
0.751 Kola Bach


0.30
0.40,
0.50


VINS MOUSSEUX, LA BOUTEILLE: P, 5.00

Bibre d'Amstel
Par caisse et par douzaine
Champagne Pommery & Greno
D*"ner ot diner an ChamoG e P. 5.
Table d'h6t: G.,


'Ti i


A -%igs


Ila 3E20cte


Rhum Nectar
le goiter c'est I'adopter
3, 4, 5 et 6 gourdbs le g l. nu.
Le Rhum Nectar


Le Rhum


est obtenu p .i une distil ation muthodiqae
Nectar


et soigne...


se treuve sur routes les bonnes tables.
On trouvera dgalement au BAR DE LA POSTE :
Vin rouge supdrieur 3 gourdes le gallon.
Vin blanc 4 a 6



NICOLAS CORDASCO
157, rue Republicaine, 157.
A so conqu6rir en pen de temps la premiere place tant & Port-au-Prince q
dana la Province.
Le veritable succs don't elle joVit est dd an choix incomparable de se e
d6les sur forms franchises et amdricaines d'une 61lgance irrdprochable4
r6pondant A tons les caprices du bon goat.
Tons ses modules existant en magasin en totes pointure.3 et largurs Id
permettent de chausser tons les pieds, m6me les plus difficiles; et Ia modi
cit4 de oes prix est accessible A touted .les bourses
Toutes lee personnel qui ne trouveraient pas A se chausser dans Ie sIMP
sin seront matisfaites dans les 24 heures par un ar ticle fait sur mesare
N.B.--- La mason peut chausser; sans prendre des measures, les person f d
no peuvent s'y rendre. *
II suffit de lui envoyer une chaussuie allint bien' on sinon lui signaler IW
d6fants.
Les chauasnres n'allant pas biea seront remplacees par d'autres, rectifi6
d'aprs leos observations fournies.
La faculty du retour est permiie dans les 24 houres apr&b la llvrai"on.
lee chaussnures ont &te portees ou ne sont pas 6 1'6tat complete do neaf *ut
seront rigoureusement refusees.
La mason defle toute concurrence, et envoie franco On p1P
vince.
AVIS.--- La maison a nouvellement retit no assortment incomparabe d1
peau: vean verni, vAche vernie, vache notro, veau satin6, kangaroo, cbhevr
lac4s noirs, jaunes, champagnes, rouges, etc,etc.
Vente en gros et en details
Les clients tronveront & partir d'aujourd'hui toutes sorts de tourmitUa
pour cordonnerie & des prix excessivement reduits.
CeA prix exceptionnels no soot obtenus que parce quo la maisos .
plus se affairs quo directeient avec les fabriques do peaux et do
shares, des Etats-Unis tells: que tirants, ceillets, lacets, clones, 6laUtiqU
pour machines et pour cordonnlers.


Fromages


Fromages
VIENNENT D ARRIVER
Pate grasse de rol lande
Graybre trbs frais, A Deux Gaurdes la livrd
Jambons d'York sup6rieurs
Lait Condeuns Nestl6

AU MAGASIN DE LA MiTROPOLI
98, RUE DU MAGASIN DE L'tTAT, Poar-Au-PUNM.


--


- ---