<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00954
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 20, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00954

Full Text
Quatrlmo Aunn "Re 971


Prt-au-Prince, Harti


Lunii, 20 Jainu 1013


unuses.0.. 2.00
Torns Moss... a 5 00
~ UNMots .,. G. 2.20
Taoia Mois G. a .
NMoas .0



al~met-Eagloire


j


LE NUMERO 1 CENTIMES

LA@ manmascrts insmrl ou sao as sero a
pah> reijub
REDACTION-ADMINISTR ATION
45, RUE RO'4A 45

ADMINIrrr ATxU
Arthur Isidore


J


OUOTIDIEN


Les obsdques triomphales

DU ROI 0 DOUARD VII

[ Du Matin de Paris, nous extrayons, pied A terre, fut Ie premier A se pr4ci-
pour nos lec:ears la relatonu saivante, des piter yes la p-rtibre, A repausser !e la-
Caudrailles d'Edouard VII. J qaois qui dressait le marchepie I et A
tendre la main A la reins Alexandra
Londres, 20 mai. r our I'aider A descendre de carosse.
PaJ it y eat dix minutes d'entr'acte.
a The Kving's Weah*r I a I faisait Le roi George, leI reines Alexandra ot
*urd'hi K tmps du ro, t I sai Mary, l'empereur Guillaume e, les
Sord'h claesd u 'ano a ae hit membres do fa famille royale aug i ,i
touique por lus fastiruse at Ia plu poA*'6:ent seals dan. le gratLJ hill
grandiose dela s tomps moderne, une d Westminster, od I'arehei-6j.e de
dora chose dcne qui justifoent a parole Cantorbery pronouna one rapisle priere,
de MichclAnge : a Ls spectacles d'a- tandis que touted la suite attend it 0i-
moor et de mort sout les seulsqui rap- lencieusempnt dans la cour.Et soudain.
proch nt lade mteorret ot seahrs du ve'um do pourpre, iur le soul
Prochunt la terre da c de.. r de I'abbaye touted noire, on vit -ppa-
Pour voir passer nne derniAre foir rat-re dansIa la umire avearlante du
Is cadavre d'un de se roi, Io.tr don- jour Ie cercueil d'Elouarl VII, que
ner au monde la preave eclatante et I portaient A bras douse grenadiers
aspr6me de son iobbraniable loyalis- g6antr. En quelques seconds, it 6tait
me, le people anglais s'6tait mass au plac6 sur I'Nflat de canon qui devait
ctar de la capital de l'empire, sur lin servir de corbillard ; et lentement,
so* quatre kilomb"res 4d rues qui as- ,aajestuensement, des murs do West-
parent l'abbaye de Westminster da IA minster aux grilles de la gare da PAd-
wra de Paddingtoa. Comblen y avait- dington, A ravers Londrea en deuil, le
U lt de speclatears ? Je ne sais. Stre- cort6ge so ddroula.
meat an million. Peat Mtre deux on Ei t6to marchaient des d4tachme, .',
trois. On no comptait plus que par do totes armes: redes highlinders
oentaines de mille. Mais ce que JO d'E-osse, yeomen de Norfolk, hus-ards
salsbion, chest q.'il y avait tout lI noir., a haiseurs verts, ftutessiia roi:-
eOmr et to;te ,'A-&e de la nation brita&- ges, colouiajx an taint basan.s gena-
nklue. Des 6tres humains 6taient ac diers de la garden don't ie lourd b 6nnet
ousrus de I&-hsut, do fond doe I'Ecosse, A poil Avoquait I'dpop6e d'an aute -si&-
at d'aatrae doe lA-ba, dei ties lointai- cle, fusiliers hirdaus et gallois, cava-
me. Pas an home, si pauvre fdt-il, lisrs de la garde royale ayant pour
qai n'et un cre p; pis nue femme sellers des peaux de bique, et maria aux
qai ne fat en noir. Pas one mason chapeaux de pitlle d'enfante. Tout cela
sar Ie trajet do cort6ge qui no fit dra- est heurtl, ratilant, magnifi ije et
p6e d. violet. Et dins cette foale,dans strange. Tout cela d6file dans le silence
em maisons. aur ces estradeo, pis non olennel de la fouled ; sur Ie gravier ja-
ri. pas an rire, nul d6eordre. ti A profusion, on n'entend que !es
Oa avait annonc6 la procession pour sabots des chevaux ou Is pas ry.hmt
souf hoarse, mais au lever d so"leil des hommes qai passent, le jarret
Loadres 6tAit d6ji mamid pr6s de Whi- tend, I'arm incline sous ie bras
to-hall, dans Piccadilly, as ooin de droit, la main gauche replide derriere
Hyde park. Qzand oe lord et grave Is dos.
bourdon de Westminster fit eatendre Voici les attachds militairas de toc-
son premier gla fun6bre, annoncia- tes les ambassades, et voici leA dl66gt-
tour de la o erdmonio, U y avait des tons dos arm6es dtrang6Ara, Gjillau-
gom qui 6taient It depais la nnit, de- me II a amena avec lui des dragons
Pins la veille. de as garden, de bahnssards du regiment
Le palais de Buckingham, et celui de BIl th3r et les fameux cuiraqsiers
do Marlborough, et tous les autres, balance, don't les tuniqaes de neige et
transforms en aubeiges de princes, les caaqaei d'acier 6tincellent a'-x
onuvrirent simultan6ment leurs portes feoux du soleil.
Sla coh de overain et ds strain t des oesvo- Voici tous les mar6chaux et g6u6
yds; et as dernier couo do neuf heu- raux de I'armee anglaise ; voici toiu
res, dans la cour do Westmirster, Is les h6ros de la terrible guerre( d Ari-.
roy ale assistance tait au camplet. Eun- qu-, don't les noms de ba'ail'e so ,-! t'
pereare rois, princes, grands-due-, eu-'ore dian4 touted leo mrmoires: HI :-
margraves et ambas-adears dtaient milton -t Lyttl-on. Rob3rts et Kitche-
tons A leur posts, A cheval ou en Ian- ner, Wood et Smith-Dorrien. Robeos,
deas do gals, M. Asquith, president KWtchener et Wood marchfnt eu tWiA,
da consedl, entourd des principaux leuc ba on di teld-mardchal au .oing.
membres du cabinet, a'y trouvait aus- Voici toaa ceux sar lesquels r ,o:ent
ei. Et chose cariouse, co at la sule l'orgusel et la s6curitd de I'empire brt-
fobi de toate la jori.6e qu'on Ie vit, taunique ; voici tons los amiraux do It
come ce fat la m'suI fois deo lajour- floatte monatrause : Fanshaw 4, Sly-
a"e qa'on vat des duput6e on des pairs mor, Richards, Kerr et NeJI, Voici le
di royfame, car l'Atiqautte do la vieille bataillou doe aides de camp do f a roi,
Augleterre nassocie nt le Parlement ni et le di: de Notfo!k, grand-mrrd.:hal
ks government A la pome do anse di la cour, que solvent trols genaili-
0.e hommes portent des cannes d'or ; voi-
It no manqait, A nouf hears. qua ci la brilluata escorted des 6:uyero-, dis
n Voiftres des demx resesa et des chambollans, des c lords in writings.,.
iliaee, arr6tdies sas doste par la dee tresoriers. Et eafin voici eI mort I
k ;mai ueslle e notardirest pas A L'saft de oanoa sar sequoe on a poas
l, et ailame ql wevist mi son earosell at trat par bait ohe-


vaux de l'artillerie royale, conduit A premier on habit noir et le second ea
la main, et ,ur a b'6-e 4norme on s, grand uniforme da mi istro pl6nipo-
c)mm-i dr4p morvt-airi,, 4tea u Ioe ra- 'en'aire.
peast national C et soas ens lourdJ Leolement, le corige traversa Pall
plis ao'il dort son 46,rnel sonmeiL.Pas Mall, gravit la pente de Silat-Jmea-
une fl.tar. Pa- nue gerb3. Seals, au street, longer Piccatily, c6toya Hyde
sommet, brillent la coaroana royale, le paik, et an pen avant midi, it arrivait
sceptre et l'orb., cas trois attribatsa des la gare de Paddington. L'afltt de ca-
C4sars terrestres. non venait s'alligner pr6s du wagon-
Et d ,rribre so. cheval, quo tiennent stloi da train fundraire ; lea douer
di uz laquais, derri6r ason chien favo i, grenadiers giants faisaient glisser le
qua m6-e en laisa aun do ses fidbles cercoeil daoa le train : Souveraias,
E'ossais, derribro son 6tenda d uyal, princes et ambassadeurs prenaient
voici 1'escadron auguite des empereurs place A leur rang dana les diverges vol-
et des roie. tores ; on Idger signal 4tait donn6, et
L; roi G.orge V at au mi:iel : 5 sa ur lee rails lo convoi s'6branlait sana
droite, sur un cheval gris pommel, heart. sans secouse, avec majest6.
droit et ride commae Ia paralo, so Bien'dt, dans le lointain, on no distin-
tieat Gaillaume lI, empereur d'All ma- guait plus que Ia lumiture rouge du fa-
ga:, et A gauche ast le da, do Con- nal arribre, at cette lurimAre allait ea
uaugh', fr6ra da souverain defunt. Las s*' signant. C'6tait tic.. Dtns la g'oire
trois homnmes por:eut is mtmea unifor- d'une journde da prin;emus, dint la-
me : cilei da tld-imarchbal de I'arme, potiome d'une nation ,nti6re, dans le
anglaise. Leurs fro;s ttnilqui prurpres r.-cuei'lament 6ma du mnle, K lonard
sont barr6es du. gra.i-cos Jor- b- do Vil, roi d'Angleterre el empereur des
la Jarreltire, et its ont ea main, pos. Ildes, venait une dernibre fois do tra-
sur lour cuisse droi e, lo btoo, suprd- verser la capi'a!e de son empire,
me in.igne do leur commandment. et s'ea allait & Windecr dormir prts do
Darritre eux, trois par troi*, chevau- sea aleux I....
chant les autres rois : celui di NNv4- STIPHANS LAUZANNE.
go, imposaut ; celui de Gre. elfic6 : : ._.
celoi d Eipague, seduisaut. E' voici a- I.-
encare Id roi de DAuemark Ie roi dl LA
Balgarie, qui vient ajouter an dernier'
flouroa as courouire irinciare, chirmantptlit roi d, Portig l, .'.) t
I'au're aunde ou a tu6 to re... Voici
la grande e' mnaig e silhouette du nou- -
veau roi des Beg s, et voici Ise prin-! L'argent d6pens6 en annonoe
ca, h6r6ditaire- ou royaux dei p'us uet largsmnt ruannpncr
vieill's monarchies de la :erre : Frau- rg nt rACupTr
Cois-Ferdinant d'Autrich?, le silen-
cieux. sur qut reps ra d *min 1Ii paix II
de i'Eqrope : le grand-duc Michsi-Ale- Nous avons mainn'a't de pr~cieux rea-
zandrovitch, fre-e au sir ; Ie prince seignements sor la morai-.' de la publicity:
consort des Biyn--Bis st las reprosea-,es n some, ou ne pcut fiwe une pubiicit&
tants des dyaasti s pl-ia loinJaines: intense at rimuouratrice que poor on pro-
celles d'Eypte, du Si m int du Japon duit d: boone quali ; e c'est ie contraire
Mais quel est ce vide s3adaia dans le de ce que pensenti tort b-au:oup de gens.
cortege, et que va-t-on voir appatrilr II f ut se d re qne le public est easom-
aso detoar de la rue ? Ua rileau de ca- me, difficile 1 sa isfire ; il compete avoir
valiers ma qia la regard. Ah I la ri- quelque chose de b3nne quality poUr soa
deau s'dearte, et ua ctrros e d'or sor- argent. 11 sccep:e, commae naturelles et
git. Doeribre lei glicis, il y a qiatre sous-entendues, les qudilds des objess
femm!s ea noir, don't I s longs voices qu'il procure : mais il protest centre lea
de deuil s'iocineat sous Is souffle deoddfauts qui se revheoc. C'es pour lui aus
pitit d i la (oal* : L'an i d *lles ear' si infraction so trait& utacte coacu avoc le fa*
pile et si belle qu'on s'agenoiillerait bricant. Lorsqu'il s'agit d'an produit de
sur son passage corner our celai d'a- marque souteno par la publicity, les plain.
no saint : c'est la douce e. fibre reins tes soot plus amares, et il faut le dire, plus
Alexandra, symbols de la bont6, de la jastifides.
charity et de la r6segoatioa sur la Tout fabricsnt syant one marque, qui
tr'. A ct6 dEe eIr t Fsd8 esa ar, met sur le march .les marchandises de
i'inp4ralrice Maria Feodorovna d quali- douteuse ou inegale, peat so dire
Siassie, et devant elle sant sve deux que la premiere personnel qu'il sara ddsap-
tilies, les priuce-s 3 1 oysl t tVictoria. pointe sera un client ditii.ivement perdu.
Et deriibreo I carrcsse d or d3s reines Ainsi s'diab'it use cassifica:ion bien ette
d'hier viewit le carroise d'or des rtiaes entire deux sorts de commergants : d'a-
d'aojourd'hai. C6t &a c6 e, la reins bord celai qui risoluesent msnonce a ae
Marie d'Aoglaterre et la reine Maul fire c'iews et ne compete que asur des mr-
de Norrbge soot assises, et d vaot ptises, des essais non renouveids, (c'esm
elle le petit duc do Cornomailles, de. asisi que s'expliqucat certaines crapagaes
-es grands yeux 6toan6s, contemple intense de publicity sans leandemaina) d*s-
toes oes soldata et tout ce people, qii tre part, il y a 'e coamertans conedie-
%eront an jour see soldatsa t son pea- cieux qai compete asseoir ddfinuiivemeit ao
pie. jmaque dams la fear do public : celi.-
D'aetres landaus do ga'a saivent eon- la est f rc d't.re hoina:e et voili Ib
core. qui portent des mares, des sears grande garaatie qu offrcn s au public le
ou des o tles do role. Et daas I hi- ** bones marques. Ce sent cpllos qd
Ut6me d'eatre eox, aiei eooercl4 de noos intressea, il es: i utile de le dse.
priacsses royals, so tlroest les re- C'ot power slles que I'on peat dutblk de&
redea 4 te is de s piS reS es R- cakcalssa tieC sar les avantagetde la s
a e. a tnr s M. Tbdeodero td, ce moat elles qui triompheromt It
et M. tpme Polebo, eo i la looge.. MNos poevons doam


I I


11111 1 -




EE.~______ ____ -


jIsfdrms a*tristantes et suspects de la pI-' Hector, Mae Figarasu, F. Harris, Mrs.
blicia destinies A doper lee acheeaurs. I- Gerdes.
"e existe, cela nest pas douteux ; la lan- Jidimie.-Mme L Dupont, Mr et Mume
ge humatne, a dejA dit Esope, pet 6tre Fernand B-iere. W. Schlages, Dr Louis
a mellkure et I pire des chose. Gilles, A Samson Dr Villedroula, Emile
Mais cette rdclame hasardease, eph- B stien, Weler, G Lescoft ir. C. Jean-
kre, so reconnalt bien vite, et ne trompe Br pisre Seon, F Charles. P. Sictard,
pl|s aujourd'hui grand nombre. Le mell- Mile F. Milles. Luc, Mile Ursule, Vve
Ceur moyen de hAter sa destruction est, L-sstgu*, Vve H. Caze.
d'ailleurs de mettre tris haut I'iddal de las
publictt6 honnete, d'exiger d'elle des qua- Ligno do L6ogane
litis de logique. de franchise de mesare Nona publierona domain quelques
qui devoiient les ruses des falsifica'eurs. observationo nar leW travaut recaeillies
LI jour o& les grandes maisons, qui out sur les lieux m6mes.
on intiere seiierx A paraiire devant le pu- Li Matin a etd juslj'A L^ogane afin
blic avec tous leurs avantagec, auron comrn- d*6're a re'ne do rnseigner ges lCe-
pris cet intiett, la public e sera definitive- teure snr une en'reprito anoor de la-
ment assainie. quelle on a fait beaucoup de broi,.
Quel est, en ce te :ffaire, I'intirli de Sardnia
i'industriel ? Nous avons deja sommi- e- ari
meat indiquel comment il agrardisasii, gt Anatriv Ii
ce au lancement d'une marque, le ce cle Cap-Ha tien. Sinateur Thimothde,
de sa clientele. i Jean Choute, Tettulien Gailbaud.
Un term est propose A ses efforts : le DiPART
jour ou tous ceux, par esemple, qui se New Yo k. Th Renard, Mme Bis-
souvient d'un certain produit, 2chateraient rend-Canal, Dr Paul Goerder, pere Yhel,
la marque pour laqueile on f it de la re- Ant Tannint.
came, ce jour le maximum deffet de la S'-Marc M. Buthole, H. Coban,.
publicity serait atheint. II est dorc viJent Gal. A V Sche, M- 't Mme Mua le, D.
que ce maximum nest pas an point file, Narcisse, Mne Al Nirise et erf nu,
mris varie avec la nature du prodt it que Mme Dsvenine
1on cherche A imposer au goC:; public. Bulletin Officiel
Nons sommes habiatus A voir fire de
Ias publicity pour des spicialits : en ra- N.ns avon; iei;u le dernier ru:ndro des
itE, cux quoi devraient user le plus large- mois de lanvier-Fdvrier-Mars Avril du Bul-
lent de la r clai dei qu en rleeplus large letin Officiel du Dipartement de i'lnstroc-
went de la g r clame et qua en tireraient Ies tion Publique qua contient I e sommaire
plus gres benifices, ce ,ont ceox qni met- suivantblque qu content sommaire
tent sur le march des produits d'an em-
ploi courant et general, des objtts de pre- Parti= Officielle.--Expos6 de la situation
mibre nicessiti; il es: Evident,par exemp e, du Miniatlre de I'Iostruction publique ;-
u'il y au a toujours plus d ache ears pour Legislatinn de I Instruction publique en v'-
es souliers que pour des yachts. L'indus- gueur : Regleme-t additionnel i ce'ni des
iriel qui commence une caupagne de pu- lycies nationaux ; Modifications au pro-
bliciti doit, en Etab'issant son budget, gramme de 1'ensegnaement second re clas-
tenir compete de ce facteur, de meme que siqi-; Arr i de M Bon-any si"- 1-* exa--
da prix de l'oblet qa'il veut lancer ; il y a means de passage, (27 avai, 1903 ); Arie.e
I oun c:lcul simple, mais indispensab e. du 22 septemb-e 1904 sur I'enseignement
1. ARIaN. civiuqeet moal; Programmedu coaos d'Ins-
-,_Aa-.- t uc ion civique dansles classes de 6t,5e et
de 4e des lycies et colleges de la Ripubli-
I i rII T m ( qot; Riglement pour i'Ecole Nationale de
Droit de Po-t-an-Prince; Iastrnctions mi-
nistirielles do x6 mars 1937 pour I'obten-
tion ducertificat d'Etades secondaires classi-
RENSEIGNEMENTS ques; M d fications aux Reglements de 1 E-
MEritOROL.OGIQUECS colz de Droit; Arti e te'auf aux examens
d'entrel iEcole Nationale de Mddecice et
O ]bservT.rtc>ir'e de ['harm cie pour les 6tudiants qaiveulent
DU obtenir le dipl6mne de chiraigien dentist ;
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL Circulaire du 7 fvrer 19to au Is-
I MINARE OLINE S1- RTI0 L pecteurs des Ecoles ; Circulaire du a
DIMANCHE 19 JuIa m'ro avrtl 19to aux Inspecteurs des Ecoles ;
Barometre A midi 63 "*4 Insrec ion des ecoles : Rapport de l'lns-
Temp6raturtinitnum 21 3 pecteur de Ia cnconscription de J.cmel ;
Temperature" minimum at 3 Ripporc de I'Iaspect oa de Port-au-Prince
maximum 34 5 touchant diffr6entes ico'cs tt 1 Ecole Na-
Moyenne diurne de la temperature 27,7 ioanale de M6Jccine ; Ripport de l'Inspec
Ciel clair la jnornle et convert depuis teur des C6 eaux ; Ripport de I'Inspecteur
6 h. du soir. Brise de mer tigulik-e. du Cap-Haiiien Rappor. de l'Inspecteur
Brouillard sec de plus en plus in'eose. d,: C;yrs
Barorr. re A peu piks constrst. P.r ie Non-Officielle Le nouveau Mi-
J. SCHERER. nistre de I'Ins auction pub ique ;- Biblio-
L. Ministry des Finans-s graphic feivrcs iwterlropica'et, ( Dr Ldon
Acdan ).


daeoissionnaire
Rien ne faisait prvoir la admission de
MrLs. Ed.Pouger, qui,vendtedi dernier,sor
l'invitation de la Chambre des reprisen-
tents, assistant A la seance des comitis riu-
ls.
Son Excellence le President de la REpu-
blique n'a pas encore ripondu A la lettre
de son conseiller official qui lui surait iit
eovoy& ce martin.
It est probable que demain, A la suite de
la sEaoce du Conseil des Secrdtaires d'Etast,
on sache ce qui :ura E'4 decided.
Noss Achevons de unseoigner nos lec-
teors le plus sectement possible.
Prios Willem V
AntlvisE
Curuco. Florida Mews.
Cayes. A. Zeide, F. Duret, DEpuE
Jeasno*, H. Labastille, Motisset. Vve Vil
lefranche, Dicastro fils, Mr Mme D. Jean,
W. Beczaimin, Mme L;ndor, J. Edonard,
Henri d'Aabigny, C. Galbean, D. Galbean,
A. St Oge, Fernand BenolA, W. Alexan-
dre, Ch. Brambelt, N. Landell, Mme et
Mile Jean-Louis, J. Croat. Mile Cilie Mar-
sellitre, V. Desance, A. Snsatu,. Mme A.
St-Vil. James Landell, J. Reid, Vve Gro-
asea, J. Ross, Cecile St-Preox. Mme A.
Royan. Mme B. Mriasier. W. Richard. R.
Skin, M!le LoWus, E. Bleo-aind, Marie


Raftle
Les billets de li Grande Rafle de la pro-
pt iEti sise a Bizoton, cant presque Epuisis,
les souscripteurs sour pri6s de fair-e les
vrsements au magisin de Monsieur R
Roney, R ie da Qiai accompag :es de leurs
b llets pour 6 re vises.
Meosager Evang6lique
Nous avons rccu le N o extraordinaire du
Me.sager Evangelique, organe de la Socid-
t6 bib;ique et des lives religicox d'H.iti'
Li portee de cette oeuvre religieuse et
morale u'est plus A fire. Mr lackson mal-
gr6 les difficulties rancontrees sur sa route
ne s'est pas dEcouragi, et i'on peut dire
qne les succs obtenus ont couronni ses
efforts et ceox de ses collaborateurs.
Wharf ot douane do St-Maro
Le government haitien avait done
la concession de ces travauxz MM. les dd
putes A. R. Durand, St Julien Sanon et
Keiol.
On nous informed qn e les travaux out
tiE achevds sous la direction des iugd-
niturs du Gouvernement G. Bauasan et
feu Jacques Darocher.
Nonas attendons la publication do rap-
port ad;.esa so ddparement et anno;acnt
quake les clauses do contract oat dtd obser-
ved.


Bonns nouvelle
Noan avon. r at la vilite de Mor-
liear Albert Rousemau arrive bhier avee
son merveilleoz appareil cin6matogra-
phique.
II apporte, no.w a-t-il dit, dee 'ves
nouvelles at do derni6re actaalitA qu'il
ofreira bient6t on spectacle au Port-au-
Prince amatour de beau.
Nous lui souahttons autant do soc-
c46 qu'l e enout A son d*rnier viysge.
A 8St-Frangois
Her martin le qaaritr du Bel-Air
6'att on litsSv poor f6:er lenr patronme,
Notre-Damn du P rpAttm l Sico-re. S.
G. Mgr I'Archev6que officit*is. S. E. le
G6o'ral Simon rehaussait la f6 e pe'
sa prA-fncc,'cto upagate de sa maitor,
militaihe et civil*.
A la sortie de la mei e lo Gatiral
Sikon a pas6A la levan da- trouble
qui ont dcfil6 devant )a chap, lie.
L*o divertiasimantu oe soat pouraui-
via fort tard dans la nuit.
Bulletin Religc eux
N )of avonsa tega I, numOro da aBol-
Irat-i Religioux d'Hllti qai cmutietr
le to nmair- 4ttiv:it : R,3tour d M on-
*seiga,, ur i'Ac he-.li'-, B4 .4 i.tition d#rs
cl(t hes,Premrbee4 commIaLiolns A Port-
au-Prince, Chtoniqua,' N uvelles ecl-
si;ttiqu,,%, R4 RSni den snwii. i e16-
ves da Ste Rosa de Lima, To ine 6, d-
conftirmation teo Mr l'A--hev6qeP, Mgi
Noiel, ArcLevaique de S tnto-Domioge,
A PJ ,-au-P.F nce.
Fiangailles
Nu* ao.as ~as ii fairi-part da
fi avgilles de :
Mr Elimond D:g;erre avec MI1l
Maria B ithe.
M- Jh. Eumde Mathon avec Mile
Henriette Gentil.
Agence de 3J-6caie
No; locteirs et abond s do J6-4mle
sont informal que I'sgence inst coltiAe
A Mr Coran Farcy Pa('pt.t A qoi las
vondront bien s'adresser pour tout c(
q, i concerne nos intr6&ts en ce'te vitle.
Obje s perlas
Simedi le t8 join couran cire 8.30
A. M. et m di, one mootre en or siarp e
boitier, de la fabriqu' de WALTHAM, por-
tint les initiales H. W. F avec uae ch 1-
ne en or ayant ua mndaillon en or por-
tant les miciialesC. A. M. attached.
Uae ricompense raisonnab'e sera donnie
A ka personnel qui rutOurnera la di'e mon-
tre et cbalne, ou qui fauroira des rensei-
goements aidant A les retrouver.
S'adiesser A la Legation Americin-.


UN DISCOURS

Notre compatriote et ami le Dr Au-
guste Cassetu, qui pursuit d Paris, ses
etudes m4dicales, faisant appr"cier ses
reelles aptitudes et sa remarquable sim-
tellignce, a prononed, i la SociOt d en-
seignement populaire positiviste lo dis-
cours suivant. au nom de la race noire,
que nous somm's heureux de reproduire.
La Socidtd ctlbrait le oeptimse anni-
versaire de la mort de Pierre rafflttle.
Ce fat u-t ed rmonie veritablement in-
dendoatinale.
Mesdames, Messieurs,
Ea venant apporter an nouveau timoi-
gnage de ga i[ule ,u philosophy qui, dans
une lecoa memorable, a affiri6 one fois
de plus le princire de l'tgaliti natarelle
des homes et de l'uni.i morale do gen-
re human. je ne puis m'ernmpsher de rap-
peler le souvenir de mon tres regretted
compatriote et ami, Massillon Coicou,
mort r6cemment dans des circonstacces si
douloureases.- Il y a sept ans, lorsque
les positivistes da mood enter pleuraient
lear directeur et Maitre, c'est i qui
avait depose, devant le cercocil de l'il-
lustre disciple dAuguste Com'e, I'hom-
mage des regrets, de la reconnaissance et
de i'adminiration des Haltiens et de la ra-
ce noire.
S il est permis A uon profane de pintirer
dans le temp'e d'Auguste Comte, laissse-
moi considirer. Messieurs, que c'est one
preave de la board de votre doctrine,-
IMpie6 par nae morale 6miuemmaeat .


rdo touse d'amour, d'ldalsepce d'abad,
gatlon et do fratemhtd, que celui qui
prech l'alliace. intimee de la phiuo
phie et do proldtariat sit profeN a quo, a
Strre, e sonr d'sn groope humaain s
lid aso sort de tons les hommes.- L'Huo
maniD eat paroout la mime, ma s ufrsa.
ces on sea dilires no reverent pas *a sas
pect different, qu'on les contemple soue
Ie cel brant d Afrique on sons Ie cli.
mat plus clement de la veille Europe. Us
people, dans la change s ternelle do I'.
evolution, o'est qu'un annes. sur lequel
viennent se souder le peoples nouveaux.
Avec votre doctrine, Messieurs, ane
conception scientifique do monde a do
I home, plus ccnforme A Ia vetirt et
aux aspirations de l'esprit, a remplaci la
vieille conception base sur uone morale
fAusse, des formu'es munsong6res et des
prejuges surannis. Une nouvelle evolution
social dcvait etre ia consequence logique
de I evolution sc eatifiqoe qui a affranchi
la pensie humane.
Li science, la raison et la vdrit doi-
vent rig'er lea destinies d:s peuples-
Si, guide par les sentiments de la jus-
tice et da vra;, de la bienveillance, do
I'amocr de I'Humanitu,- qui font la no.
bWesse et I'hoineur du phi'o -ih ,Auguse
Come fondantsu rcligion,i f.it enter dans
le clceadtier positiviste, parmi les types
supetiur d. tous 1-; *emps er de to's
les pays, la grande figae iJe Toussat*.
Louvertare, Pierre Lafite a rendu A notre
inamortel emancipateur an hommage plus
dclatant encore en fusant connattre, avec
une rich:sse d: flits et one ind6pendance
admirable, les hates quali.ds mo:ales qui
ont permits A Toussaint d accomplir I a'e-
vre gigintesque de l'aflranchissement gi-
nkraei des esclaves de Stint-Domingue.-
Nous, les detcendin's, nous nous sentons
plus 1 b cment fiers do note anceire pir la
convic i,)n q'e c.- n*'<- 'culement
la bo-ti, A i''a.noui,iA l sollicitude d As-
guoe C ,-w'e pour les humbles et les fai-
b!es que Ie hdros noir doit Ia place hono-
rable que ici a fire le grand philosophy,
mais aussi, mais surtout, A son inerg;e,
son intelligence et A son genie poliiqe.
N'est-elle pas trop abso'ue opinion
d'Auguste Comte et de son disciple, A
savoir qua dans la classification des quali-
tes essentiel aes qi caractdrivent les trois
g'andei races. la blanche, la june et la
noire. I'affectivit6,- a i'exclusion de I'io-
ell ge ice et de l'dnergie,- est la quslit6
dominatee de la race noire ? Touosaint*
Louvernure, par si haute conception du
pouvoir, par I activi.d et le tact, la privo-
yance et la diploma'ie qu'il a montres dans
Ie go-ivernement de Saint- Doaaigue, don-
ne la preuve indeniable que 'intelligence
et l'&ne-gie ne manquent pas A rct e race.
Pierre Lafi-te et s)n Mottre, dans lear
svs ne de classification, n'ont pas safl*
samaent considered que les manifestations
de l'intlligence ec de I'energie dependent
ent;ireme nt des multiples airfluences de
milieu, des necessi,'s at des circons ances
qui les font naltre. L'homme vit daus la
solidarir' la plus d toi e de totes les cho-
ses de la nau'e ; pis un acts de sa vie
phyiqut e* ii tellectuelle ne peat tre sons-
trait A I'influence particulitre des milieus
danm lesquels ii se ddve'oppe Son mica-
nisme organique est le mmine sons tones
les latitudes, mais ce Im4canisme ne su-
bissant'p s partout les memes influences,
ne peut produire partout les mlaes dsal-
tats.
Pierre L(Sfi te, cependaut, o'hdsite pas A
donner A Toussaint Is premiere place par-
mi les grands emauc'patiurs de peuples.
a De Cornwell A Bolivar, dit-il, en
passant par Washington et Frank'in, tous
appartiennenti des groups opprims; qui,
sous toun les aspec's, origin, education,
iJdes on sentiment's. different peu des grou-
pes oppresseurs. Me me sang, mAme cul-
ture, m naes mcears.' C'est 1'opposition des
in ,:d:s matenrels qai fouentent la re-
volte.
Le cas de Foussaint et de la race nlgre
es tout sautre.
LI, les rivites soat totalement distinct
de leurs oppresseurs. R'ea de commus
en:re eux. Jusqu'au jour od le notir s'in-
surge, il n'est aun yeax du blanc qu'uo
animal particulier, lIgirement superieur
aux autres, lit et crde por son service.
ne parrticipant aucaun des droits de
I'homme, emm (mille, saas patrie, en ds-
hors do I'Hausaied.
Mais plusI proia es 'abjiectlon, plus





g3Zde at pare'ausi es la gloire de ceux
qai ls foot caster. S'il est beau A un Boli-
vgs uan Francia de dibarrasser lear paine
de i tyroanic d'aune m6topole oppleasive,
quelle ad tiranon ne men pas celui qut
brise le chalnes d'ane population d'csc.a-
Apres BfsO avoir montrr Toossaint-Lou-
erture danses diff rentes phases de as vie;
r aiffranchi, gEneaIl en chit meriant
I de la France sa bravoute, ses ta-
militaires, SJa muirpidut6, son exp6-
or chasser de Saint Domingue les
Mnesmis de la mere-pa rie, Perre Laffitce
ons raconte co-nme s'il eit souffsrt ui-
i ame conime pas ua noir onc saurait Ic
fi(we avec autant d'independance et de,
cceur, Ia ttis e cr maiheurcuse fia de I'inm-
mortel Touwsin'.- Bij-patte, oubeicux
d.:j seivit.s qu itl a .xa rcndu) I la F,:r.ce,
1'enferma, let l'eifiat du soleil, dans
une ch.inbr- glacia e du chlteau de Joux
por ry i' a mna-r I- troid e pr sque
faim.
Le premier consul ne lui p.rdoanait pas
d'avoir voulu la liber-, de ses fi6tes noirs
honteasement main caus dans I'ecl iv.gg. eI
plus abject. o Plus I'on compare Bor apart
s, c I home qu',l a assassin, dit Pierre
Laffite, plos oa sent en quoi difltie ila
vraic grand u" de la faisse ic v&i,.b.e gA-
lie poitique da simple ginie d'aventurts.
a Le g6oie, la gandeu-,aj3rte -i soar
dans ce noir de Sa.nt-Domningu:, qui, s-ns
preparation, sins conscils, presqnc sans
moyens, oe cor)it qu- des choses no-
ble, q i. dins l'ecxcutton de ses pans,
se condjit d'une manitre si habile et si
hoonn e que ceux IU mime don't il tri-
omphe ne peuvent retenir lear admiration,
qua donne A son ceav:e des fondumea's
si solilcs, que, le jour ou une politique
caiinmele pritend la dd ruire, 1'edifice se
groove d6ji indestruc ible et risiste A tous
les assaults. I! n'est pas ju'qu'a la f cqn
don't ont fiai ce deux homme. ( Bo ;,par-
te et Toussaint-Louverture ) qui ne les
amonre sons leur vrsi jour : 'un trop dou-
cement chA'id par i'Europe d'un biganda-
ode quinze ans et posant nai-anmoins en
ptyr, n'a meme pis esprit de mourir
cd gniti ; I'lute, payant de sa vie la
ire d'avoir flranchi quatre cent mille
hclaves, ne laisse pis echapper unee plain-
tS e exhale son dernier soupir, les yeuz
tournis vers sa Patric.
Le sentiment de justice: et I'acceut de
since adrair. tion qui se dtg'gent de i'ap-
.pciation du philo.ophe moatret comrn-
bien I csprt. de Pierre L ffite, en dehois
d tou parti pris, a planl au dessus des
prjug6s et desi passions de son temps.-
Milgre le scepticisue ei le meris des ea-
prits bo nrs et violent, mxlgrd lei c i'i-
ques inspi.des rar 1'6goisme de not e epo-
que, Pierre Laifitte a su conciiier son
Nmouc de la France ave: son amour de
I'Humaniju,- soit qu'il rdclame an faveur
des pro'6iaiies one participation plas
rande et plus 6qui.able dans lei affaires
b iques, soit qu'il demand un peu plus
iustce et de bienveillance envers la
tace maryre si soauvnt et si injostement
Uamilije
Nous aut es, Hji ins, nous oe cesserons
mais d'honoier la memoire do grand
p6 re, et chaque fo.s que, dans one pen-
de pieuie reconnaissance, nous Evo-
I*eroni le souvenir de Toossaint-Louver-
nous assoceroas dias nowre catle
ui du grand penseur qui a si bien eta-
St si rdmitablcment comprise son genie


Tribune


du


" Matin "


LE PREMIER MAI
A Pilate
MIcours prononcd par is Commandant
-d IArrondissement de Plaisance
IMr LAutel de la Patrie. ,

Citoyans Cultivateurs,
A cheque ler MAi, vouas vous faites
I devoir de vous rAnnir ici poor en-
re du Magistrat Coir manal des pa-
do paix et d'encouragement A
rd des pein-* et den fa'igurs quo
s Yons donnez d-As le travail qui
ppll. : i'Agr culture. Dans no
-sai agracutteur que le r 6tre,
tI* mauiestation national quoe it
ltitaUton cocsaere a ce joer a tout.


ta valear et tot.e t a pol t6e. Crest pOur
ben honorer Is travail, fort Iift r vo
members d64. br6, rcol.torter votre
sprint as pou ales qus la nation *en-
ireo vose i' vl'e a cotte f6to et vono
dcewa eon mme temps d.s r4compen-
Sea.
Le Pr4sid *nt do ls R6p'blique, Son
ueGel0ence Is Gnu6ral Aaloine S mon,
na jamats manqu6 dans See memora
blo- da.cour, de vous paile r du ,'a-
ail doe la terre. L'Agriculture, dit Son
Bac I*ace tIs Pr6sident d'Halti, e-t I1
iaheese da p;ys ; cesat dani c" tra-
vail ind6pandant que roarnme horn-
net. vraiment p.triote doit so liverr
compl6tement pour assurer I paix
definitive do pay-. S.aivons les sages
Oonsoeil du Pewaidtnt dt'Hai!i, qui, Lui
aussi, a ass.,rIt Iavenir de aa famille
dans le travail des ch-mpu. Armous-
nous des instrument* ,ra'o'req poor
pouvoir f.ico iLt couJ e doe l'Agricul-
tare, qui, saule, pout iions donner la
vraie indApQndavince, I'aisacce, Ise con-
ten emeat iu co.ir. C'est dans l*
trava'l de la tairse qte no.re nation de-
ei-odra forte et proipere, b. lie et res-
pactde. -.
Am-i don'. 1 .s aux liair-a du Chef
de I'Eta', Ide Commudan.da dj c t Atron-
lissement, le C mmaandant de cotte
Coam n-, le g6ndral A'c6sium Louis
-iasi quq leo chefs det Swctions sont
places pour vou, donner la garautie
vonlue dauns 'execuion deo vo travaux.
Ea sortant d'ici pour rentrer chez
vons, ayfz:une foi ferm, et in6bralab'
dan" I, travail et lacez tcute votre
coarfince en Di-u, uo'04 C'6ateur, qui
bei.ra vos efforts at cxiuAerA vos
Ain i pinitabs do ces sentiment ,
criez ave, moi :
V veut leS4 c.l ,vater.i de Pi ate I


Vivo
Vivae
Vive
Viva I
Vive
Vv.V-


lAg'icarutre !
la PAix I
S. Er. It P .id mt d Haiti I
l. D l,4u, di G uvernmeout
le (omm ndant de cat Arrondt
le C nmmnandant de cette Cne
le Travail I
I'U :ion h ilienne I


Cst6 Bostonian
A deaux as da Petit Four. au Che-
min des Dallas, ( Avenue-Gregoire )
presqu'A c6t6 de la Pharmacia Saint-
Louis, vient de s'ouvrir un 616gant et
propret cafe sous la direction de la
bien conise Malame SYLVIA.

H6pital V6t6rin alr e
15, RUB DU PORT,
Mr V. H DELFOSSB,
D. C. V. Docteur chirurgien, v'lri-
"air*.
R1cemment v6t6rinaire da Gou-
vernement do la Jamaique, vient
d'ouvrir un h6pital v6tdrinaire et un
dispensaire au n* 15 Rue du Port
on Paee en face de la Glcibre.
II g rantit Ie diagnostic et lea
meilleurs sonls pour gu6rir les af-
fections des chevaux, des bmufs, des
chiens et antres animaux domesti-
ques.
Une mar6chbalerie est attache &
I h6pital pour ferrer lea chivaax suas
I@ contr6le direct da Doctear Del-
fosse. ____________


Rafle

La plus be'le
des occasions
1Etre .ropri6taire d'une des p'us jo
lies campagnes de Bizoton pour
cinq dollars. (Anciernae pro-
pri4td d'Espinose en face propri6td
Jeanty ). Deox carreaux da t-'rre com-
p'teament en herbs, magnifique mai-
son haute, bassin aliment6 par dix
huit cents pieds de toyaux de 3 pou-
c's, 3 chamber s de dome tiq;es, 4cu-
ries, remises, cuisine W. C aibres
fruitier, on grande qnautite et riviere
au fond deo a propri6t6 II y a 400
billets qui ne soot valables qu'avec
le visa de Monsieur R. RONEY.


Fromages


Fromages

VIENNENT D'ARRIVER
Pate grasse de Hiollande

Grayere tres frais, a Deux Gourdes la livre
Jambons d'York sup6rieurs
Lait Condens6 Nestl6

AU MIGASIN DE LA MEITROPOLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'uITAT, IORT-AU-PI'iNCl.
cmmw_-

Viennent (d'arriver

Chez Leoonce Laraq ue

4, RUE DES CESARS. 4.
Repr.en .nt de la Maison Th. J. DUBOS e' fils Frbres.
Vins: rouie et blanc, par gallon.
Vins fins, par bouteille.
Cognac. -- M d6re. --- Malagi. --- Chamoagna --- Vermouth Toi .o.
Liqueurs da ia Mai-on MARIE BRIZA1HI) & ROGER.
Huile d'O ive xlra : en bouteille et en 1/'I bou'eille.
Beorre francaii St-Michel en pots de verre.


Conserves
Asper gas entieres
P&tA de foie gras.
Galantines du volailles ass.
Petite pois extra fins.

sauce Tom*,te.
ARTICLE RECOMI
tique pour excursions.


alimentaires de 1or choix
Choucroute.
Saucisses pure de pomnirs.
orties. Moutarde fine flaur.
Maquereaux. SardineA.-Jambon-
I neau. Thon.
Ha; icots flageolets --- Saurnoo.
MAN.'DE : Djeuner du Chass ur, tres ira-


Vin rouge: P. or 28.00 la barrique
La maison pren I des Commandes de VINS A 'a Commission.
w--- -- ..

Si vous voulez boire du RHURM DLhci.clux, du RHUx PuR, vrai prodoit
d'une distillation md'hodique, allez chez

Leon Liautaud & C1e
ou toos, riches et humbles, vous serez satisfaits. La reputation du

Rhum de "L'Etoile"
s'est faite rapidement grace A l'excellence de la :distillerie de L'Atoile ",
en Plaine du Cu!-de-Sac, oft so fabriquait le

Rhum de feu M. Barbancourt


PHOTOGRAPHIC

S. Perpignand & C0
163, GRAND'RUE, A PROXIMITi DE LA PHARMACIE CENTRAL
PORT-AU-PRINCE, HAITI.
PORTRAITS EN TOUS GENRES
Photographic directed, genre Visite
Riches Courtese genre imapI,6rial
Poses artistiques A& meilleurs prix que partout all-
leurs
Sp6cialit6 de reproductions et d'agrandissements de portraits au ore-
mure, crayon, pistol, en coulears naturelles, livr6s encadr6s on sans cadres
& la portly de toutes les bourses,
Buste, trois-quarts, grandeur naturelle
PnOTOGRAPmu SUR PORCLAIINB. 2TOFrK. BO1, urKAUX, etc.
CARTES POSTALES ILLUSTRMES DE SON PROPRE PORTRAIT
ViLter noaety alOzx ocl'exposition,
3ozaEmm dcloz" les irdL.


__





Mason F. Brunes
195, GRAND'RU,.
Dirigae per
L. Hodelin
AAele menbre do la soce6t6 philstel-
qu des maftres tailleurs do Paru*
Vient de recevoir un grand chois
d'dtoffes diagonale, casimir. alpaca
obeviote, cheviote pour denil, etc.
Recommande particulibrement & A
clientele une belle collection de cou-
pon de casimir, de gilets do fantaisl*
at de pique de toute beauty.
SpcCIALUT* Dg COSTUM8S D lOGCES.
-Coupes Fraucaise. Anglaise et Amd-
ricaine de la dernibre perfection. La
mailson confectionne aussi dos Cos-
TUMNS MILITAIKES, HABITS BROD&S,]
DOLMAN, TUNIQUES,HADITS CARIt4, etC
etc. de touR grades.
On demand
De boon ouvriers tailleurs pour gran-
des et petites pieces et un aide con-
pour,

A. de Matteis & Cle
DERNIERS ARTICLES REQUS :
Ombrelles pour dame en couleur.
Parapluies e' p rsols pour hommes.
Ganti touts luu. nces.
Mitaines pour dame.
Peigo's tr6s solides', en corner.
Chaussettes et bas, etc, etc.
MAISIN DE CONFIANCE
148 GRAND'RUE
Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu do la
R6publique, avise ses nombreoux CLI-
ENTS qu'il vient de recevoir par lea
derniers Steamers uno Vari6t6 d'dtof-
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote. Drap vert et bleak d'aue
r6olle supdriorit6.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE I SOLIDITE I
L'6tablissement se recommande aux
clients les plus delicats qui appr6-
clent chaque jour davantage le mIn
de son travail.
Demandez chez Joseph Saint-Cloud le
Restaurateur de la Santd et des Cartes pos-
tales Illastrdes.

On trouvera
do meilleurs Cirages pour tons sou-
liers i la manufacture de chaussures
0. CORDASCO.

M C. L. Verret
Tailleur-Marohand
Donne avis a a bionvoillante elles.
tle quo sa maison No"7, Rue Traver-
sibre est toujours bies pourvae d'an
varlt6 d'6toffes do la haste asa.
veeat4 parisienae.
A Saatnum Coups aftn0
FRVAnI. soIxtM. Ezc laiow Npaoimrn
Pvda tra r4d"m1 |


A LELtSANCE


4-. gta ces rcuts-lOrts.
c!Aoss -. s an B D6er,wo LAOU Vs n
' Promptitude *t soa asex somman-
des tant ici qu'ea province.
.GhCbaussr. da Dame forms et tra-
Va lloalours tout qua'il y a de plus
Forms am6rieaine et frasaiase pouear
Ma eurs ; ieI, aates at CommmodoS.
Pour los Omlant. 1. plush I alu.
Travail soUdlie eout av* o
die opaux *d presunxlrBa.rqga
Assuranse de grand rbatis.
.wages *t tlqlt..a e ase,


AFFECTIONS
a.,. GORGE
duLARYNX


Cpsulea
do Zrrc .-Ar .S


I C I LD'EPL(I. ..1 A*I PAr


COGNAC OTARD-D


'1


;: REzSu rAkrziN~


par Semplol d
as.Lwa

Iemu~rnpree.~a More

I 2LUaLs5&..Do A 6 11 WgI.14 pM a ~b'mO ON90. AG
Pw -- ir*rfUR3AL, U,-Begjd fveuugg5n


WTW~hW ru T Maison dtablis e dusI 79-A


dana Is ChAeau de Comm
06ofet adle Roi Franodsfe


Pour tous rensetgnements t commandos
S'ADRESSER A: Andr6 FAUBERT


agent g6n6ral pour la R6publique d'Ha


AGENCE SPECIAL


de la Regie Fran aise des Tabacs

Pour la R6pubHque d'Haitli


Extrait du


Tabeos Scaforlati


LEVATr SUPfteuua (dit tabac d'Egypto) la Bolto do
50 grammes
LVATrr oRDINAIR paper violet lisse, le paquet
do 50 grammes
MArJTLA paper janus le e paquet 40 grammes


C PORI. SUPERUUR paper
50 gramme


blen to paqudt do


CroraL noux paper vert is paquet do 50 gram-
mes


CAPORAL ODINAIRm
de 40 grammes


paper pAte brano Is paquet


TAAkc a P masn, Virginie hant gott, papister j-
no, le paquet do 100 grammes
PJnDRM scumRUUns, paper blend le paquet de
100 grammes
PouDa ORDDwAIs, paper brun, le paquet de 100
grammes
TaMc x MACEu role Menus flds I8 peqlet do
1t0 grammes


Ju n 1910.


Cigarettes


Gowil


INIAs i paquoet do 20
do le paquet de 10 a
CAssmRa le paquet de 20 8f
Homnoansms en levant sup6rieur Le Bondon do
.0 cigarettes I
do on caporal agpdrieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland lo paquet do 20
do en caporal ordinaire papioer blou le
Ro-4on doe 0 U
EL[aisAms on Levant ordinaire le Bondon do 20 U
do en caporal auprleour paper rose, Ise
Uiodom de 20
do on Maryland paper jaune le Bondon
do on caporal ordinaire pepier bleu Ise
Bondon doe SO
Famxosns on caporal suoprieur paper rose Ie
lpaquet do 9 0
do en Mauland paper jane le Boado
do se caporal ordinaire paper bleas
Bondon do 0
Rou.fti s Maryland et cmporl sp4rier sle
portefeailUe do e0 A
do ea caporal doxz la I do 10
do o p al ordil is potedseile i
do la bolted de 6


Z..'gmOt Mpocael,


Monsieur App. Cipolin
Porte A la connaissance do sea nom-
bronx clients que na maison sise rue
rdpublicaine No 155 sera transf6r6e &
partir dn ler Avril an NO 82 de la
monme rue, en face de la boulange-
rie du progrbs, & c6t6 do la mason
Webly Pressoir.
Ila trouveront comme par Ie pass
les excellent vios ronge et blano do
la mason Boub6e fibres do Bordeaux.
Oporto, Malga, Muscat, Vermouth,
Cogonac et Champagne de la m6mo
maeson.-Liqueurs assorties et Strops,
Corlserves, Beurre de table dItali
reaUit6 extra par bolted d'no UIlvre t
demie livre.-Provisions amdricaines.
: Huleo d'Olive et Visalre.


J. LAVILL. j


Bar de la Poste


Distillerie de la Poste
"Vim & via mla Poste
RhuIm Nectar
le gotter c'est I'adopter
3, 4, 5 et 6 gourdes le gallon.
Le Rhum Nectar
at obtenu par une distillation m6thodique
Le Rhum Nectar


st so5i01


as trouve aur toutslesMe bounes tables.
OR trouvora gakemut a an A D I A VOSTE:
vim Fvw espfirom3 S pudes isosa
vu H~MO-4 ae


uruI


TARIF G6uaral,


GOURDE


l.9

0.90


0.70

0.70

0.W0

1.50

1.50

1.20
t.@


71


.6 wwI


_ --1