<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00945
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 9, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00945

Full Text
Qa-tze -An6, Nt He962


Prt-eau-Prnce Haiti


Jeudi, 9 Juin 1910


AHMEMET8
Us Me ... 0. .00
port-rnhM*
TaRs Mos... 5 00
Um Mme .,. G. 2.20
STaeo MoM .. 6.00

Btrag'..L. Mon. 8.00


Cl~meut-Eagloire


J


d


LE NUMIRO 15 CKTIMES

Les manuserits ims4rs ou mos soe serom
pas reads
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUg Roux, 45.

ADMUnaTr nTKUR
Arthur Isidore


OUOTIDIEN


CONTEST DU JEUDI


Les Deux Femmes

TROISIXME PARTIES.
Le Tout-Port-au-Privce assist aux tral... Qai ? Lik r6ponu
fua6railles de George Porhn ; ce fat ce attendre : a C'est Rose .
qu'oo appelle un a bel enterroment s ; !sine... a
spr6A quoi, il no fut plus question de Cora Poren ne put po
I'infortan. son enquate mental, u
La succession fat rigle avec une do s'arreter devant la
maltrise do math6maticien par Ldon homme on descendit. C'
Dinis qn sout satisfaire et la famille et nis v6t doe blanc, le pa
Hs crdeanciers. Co qui nest pas chose les yeux,qui so dirigealit
touiours facile. Ls coeir de Cora l'avail
Solitude-Villa avait dtd vendue et M.- quo see yeax l'eussent
dime Porea 4tait allde habiter une p'- quand il fat on face do
tite villa an Bois-Verna --- une veritable feignit la surprise :
bonbonnibre. Cepeadant. on disait --- Tiens, c'est vous ?
couramment dana le public, quoe on --- Vous 6tes 6tonnd4
intention 4tait d'abandonner le pays, --- UD peu.
va quo ses revenues li permettaient ..--Ah I
de vivre largement a I'dtranger. Et ce a ah I voulait
Comme an boat de six mois do vou- meat I apr6s tant de
vage. elle persistait A ne pas partir, sa moi & vous, aprbs tant
conduite fat trouvde bizarre et vivement et senties ensemble, api
critialude. Et on lai donna L6on Dionis do silences lords d'ami
por amant. Co qui 6tait pr6joger. Mais voila que vons Mtes 6ton
c'ent le propre do monde do poser A present, c'est roide I
corn ae des fails dtablis de simple by- Aau ah I doe 'a
poth6bes. avait r6pondu par l'off
La v6rit6 eat q.e I'architecte qui etait Et Ldon Dionis s'dtait e
passionadment dpris de Cora Poren ne fauteuil et paraissait r
loi t6moigntit qae froideur'4opuis qu'il meant.
avait rendu doe sdrieux services A l 'aIo- Vous Atea loin ? di
rde. Cora ne pavait qieo pnsear d'une Non. Jo suis ici.
tell attitude. Tout on manifestant des Avec ga ?
regrets docents on Ihonneur do celi Jo vous I'affirme.
qui na'tait plus, selo avait cra, par I'd- la ddclarstion quo vou
gaoee da deautl q'elle portrait, indi- fire.
quer & L6on qauoe son d6sespoir avait --- Moi, je vous at faith
des brakes. Maim lot, demearait cache- tion v ? Vous rdvez /
Ut --- tel an condacteur d'hommes d6- --- Permettez. J'entend
pourva d'iddes. I'dtonnement quo vous
D6cid6ment, il no m'aime pas do me voir, et le ton cii
edit Cora. Et on pensant cola, un cri la premiere fois, voas
moutait en else qui di mentait colts af- parlant.
firmation.--dNon, non, son inibfidren- --- Vous te fach6 ?
ce est trop calcual6 poor 1tre since Pai sle mois da
... i m'aime 1 ment, I'amitid qai a ex
E *le avalt pse .ched d'emettre celte m'autoriso A vous demi
derni.e penade, qa'n souvenir poi- da changement qau i o'est
mant laiw mordit le cear. Elle soe rap- A moo gard ?
pela q4W Ldon avait dedaigad des avan- -- M&ia ... je n'ai pas
coas q'ell. lei avait faites la semaine ami, mooes sentiments
precddente. toojours les m6mes...
C'dMalt as olmeli6re, dan leI petit contraire...
kiomsoe debd atouar de la. tombe de -- Moi 1..
George, ie dtaient seals tos les deax, -- Parfaitement I Alm
Leon at lle. Et Mme Porea sq i tait cocaine Rose; oni on na
pas pverwvse encore quoa romanesque, Pas da tout.
s'6talt latte quo comme Paul Astier No jonons pas sa
0t a prida ese dams l'Imsworul, LIon voas aimed, elle ?
Dim |let aurait pris s baer qui eat -- JIs n'en ais rieon.
So sA1erie, we e Iis eut les be. as- Et.cononant 1 '6motic
llaae. plein, Ion ajoata, noS
*"Maa Uo e Dmabed att trop ragw at a Mals qu'at-ce quoe a
avait Ae tro p t laple pour quoe hire ?
d8 11 1i asad seffeleasK- Moe Pores roagit j.
*t. pWm eo nat qutle pour seest credit aveo trissee
rs e coquetterle* En effect, cola moes
W' a'binstant od noan sommes de ce Et cos dernibreo paro
W&it, a*ise our aa terrasse. elle se re- vies d'an silence ins
iNat ctteo minute do kiosq ae sans boat duqael L6on marn
aer e s'&expliUquer la condatite de --- Aimer Rose I mail
... ane tate A I'6vent'...
COpndant. At-elle, Leon eat trop vous .me connaissiez mi
Spear u'tre pan soueasuel. Et comn- Elle r6pliqua :
a delair, la& peneoe alvante, jaillit --- Mon Diea I lee hoi
g ealt om. 41 e aeimse ano aan- neil tauat. trAs a6riesux,


s',pre^annt Ie plus i
toqaipFs...
--- Le fait est...fi,
Mine Po o s'etai't
clh e-t. a sl-'i. Celui-
--- Qa'es'-ce qui vo,
que j' tais 4pris do B
Cora Poren hdsita a
--- Certain rapprc
so no se fit pas cru voir ute concordi
. la petite cou- ai-ll)dd Heose vi--v
indilt~rence a mon e(
usser plu, ;'oi ---M i,iad'll-tenr' .
an buggy vauait re suiis pa~ d6monstr
barrigra et ntt mes peonsAs sont poi
'tait Leon Dio- quo j'ai d firce evs A
nama cassie sur Eliz sourim.
veralaterraise. -Vo.:- no me le dil
t devia6 avan, 'arP, noan.
va. Cependau' Par'4oi dtre 3 vi
Core, ctll -'i No'!s aiotres femm
qn'on rou;rWp6te so.
,:.v'. pertinernment
a do me voir ? -- c"bon. Dsrnaar
biterai d-s hymned.
C'est ca.
dice. Cor- Est-ce tout ?
ddvouem.nt de -- N- La voy:z-voi
do choses dit.s cousin ?
r6s surtout tant Enore !
aur entree non,' ---RJpondez.
n6e do me voir -- Je n' suis pa A
'e^ir fni. d.'. is qu
architect, Cor--- L'av z vo.s rerco
re d'chicte, Corg epnis c. temps ?
nfonc dans u. OnI' ea ville, 41 u
rver profond6- u ou 'avon: ,chan
paro!,ui bauales i Ar(
t-silo. ,quo. je u. ai prom'.so
Leeos rtpli e i d- 31
aatisfaire invuarfaiten
IJ mditais s;ir car 11( tomba dans
i venez d-3 rc lonj
Leon s'8n inquieta
ne ddclara- -- Vows d )itz de ce
rdpondo.
i par ci mo', ElE, rephiiu, le f,
avez m ,'iife, 4 -.- N-) ,. oh il ,
uglant que p.ir com.a: j';av iA asi.- a
prenex on OPm Rosw, 'ju'o j lui a :i
dteau ot qu' lio;f. t ai]
tout la romn apre<4
moode. Sau'e- except6 A ioui, j av..
istd entire no-. cornd'i.e ftA\t le t'st
ander le motif jalousi* pAr rapport .
t op6rd en vou. pour mioi. Madi ce 4
de rnt dire me fait .c
changed, mon a au're chow. .. alor
poor voas sont ...- pur d quoi ?
C'est voTis, au D tout. Je sons
int6reases6s A nous b
moi. r1t wraimenot, L6
nez-7oas votre si je pourrai i support
on ? 11 repliqua, la voix
r lis mA ; eil-- Parc.a-* au mo;
r le m-; eil 6ta. dih- de vous. J'
mer votre carac '-ro
a dorit U Arai votre personnel. Din
*n mas routrie V8 m'ispirez, je C
poS bionuTon respect West pas plus
Elle forma les@es ui
qs'aax chevosx Vous merespecte
m : Jamals trop, fAt-il i
t blen 'gal. Ellek l i rouva lid
lAs forest ,) '3v -h r de sourir
upportab.e, au I'.dtnia ot s 'extari
aura : I Cora, que relevaient
s c'eit uu fouit tenuz dle deuil et la
ji cryzai qei jleaux chalains d'oui
oux. une certain grace deo
D s pas criant our
mmes trbs som-1 le, le firent sortir deo
trWe distingeds, et ii couastata avoc


souveat de petites
em riant LMon.
reosaisie et I'ar-
ci reprit:
us a fait supposaer
lose.
se minute et dit :
xchement. .. J'al
ince entire la can-
ia do mo i eat votre
gard.
,'et-t-dire qua je
atif... mais toates
ar vou et tout ce
votre service.
tes pas asssz, ap-
den. e.
34, nonu aiminns
ivent ce quo nous
Lais, jq vous d6-


us solvent, votre


,hII chez eU o une
elle est marine.
atr6e quelque part
i on trois fLii, e'
igi que quelqi.A
opos d'une visit
architect darant
ment Cora Poren,
une r6verie pro-

qu~ j) vous ai

rout sou-ieux :
2. saulamunt
an marriage do
k envoy on ca-
1 o raudre visite A
Ssa lane de miel,
i- pens& quo sa
ulcat d'an peu do
A votre .. amitMi
que v3as vernen
mpreodre qu'il y
s. j'ai pear .
qu'il y a des gena
onailler, vans et
on, j. nesais pas
ter cette doulear-
monill6e :
adIe no peat me
ai appris A eoti-
, avant d'adorer
le featimentqae
al demanded o si le

fort quoae I'amoar
9 :
* teep, dit-elle.
awo coaviction.


tenait dans sa main la main couple do
Cora. C-lle-ci aso d6gagea doucoment
pe'diant qu'un visitear franchissait leo
degree doe 'escalier de la t rras'e.
--- Quel east cot individual ? demand
LUon, maussade.
---C'est on type qui dit avoir aimi
beaucoup George ..
--- Ah I
Mais a e type venait d'arriver toa.'
prus '1'eax et saladit avec obs6quio-
sit. It1 6tait vtau en d6pit dubon sens:
jaquett*'. gilet ot pantieon noirs fati-
ga6s. chemise roe,. crava'e blanch,) et
souliers blauc,. II tenait A la main un
feotre gris.
Mme Poren, avec une bienviillance
exquise, d6signa un fiuteuil au li-
che'-x.
E', s'asseyant, celai-ci cligna ds
I'cil, tit, et dit A M na Poran :
-- Vao-s ne vous rappe!ez pas de m0i
Peut-6tr.. je suIs D)agob-rt .
agobert file.
--- Mai: si, je me souviens parfaite-
ment de vous, dit Cora avoc un sou-
rire modern.
--- Alors vous n'avez pas oub.i I4
cireconstAnce inoubliable'ou ije.vois vi.
,itai une Premi6re fois j'aimuis
b aucoup Mr George. c'6tait un ai
bon gitron Et j'ai tenu & awoir an
souvenir de lai Je n'Ai ea qu'A pail er
et vous m'avez donm6 ce chapeau gris
tout neuf qu'll n'avait porl6 quo deux
o.x trois foiz Mai j'ai comprise ae
ce chapeau n'd'ait pas an souveuir d-
rable. Voyez, d s'ue; 1ij& .Alors
je vie y vous dire coci : doonez-moi do
dJ6funt un objet quelcouque, mais qui
ie soit pas p6rissable, on bijou par
example; on souvauir doit atre dtornel.
L4oa, mialgr4 14 mauvaise humour
qu3 It presence d1 t'intrus avait dd-
uhain6e en lui, ne pat s'empAcher d'6-
ciater de rice : gi, se dit-il A lui-mdme,
#a pAr exomple, c'est nouveau. II fit
saigie A Cira d'exp6dier Ise sior Dago-
bert.
Mal ame Paorn so leva et rentra dens
'a main; Am b3ut d'aon instant, olls
revint avec une 6pingle iA cravatte en or
qu'elle remit A Dagobert.
-- Jespere, Monsiear, que cotte foi,
vous 6tes satisfait ?
--- Touafaitemenwt, dit Dagobert qui,
apres avoir assaurd I'6pingle our sa cra-
v.atte, voalat engager one conversation
sur lea rapport. de la philosophis avec
la religion. Maio on le congddia.
Quani il fat part, Mme Porea dit A
I'arcbitecte :
--- Voulez-vous me fair san grand plai-
sir, L4on ? Restesa dter avac moi.
11 accept avec reconnaissance.
Le soleil s'dtait couch#. Dane le cr6-
pascale jaane, leas arbres immobile at
tristeo touts I'apr6s-midi, o'veillaient
douacement sons leo caresses d'an vent
frais, veritable frisson do vie.
IAon et Cora desceodirout dans le
arterre at tout on e promenant awe
eatear parai Ie flours, ddvis6rent
jualsas ce qae I'ombre da soir les eat
envelopp4de doon mantean de crepe.


licule et nlo put
e. li crut qpllte Dagobert qui, paralt-il, 6talt reostid a
a sur la beast& de sloer da as volsinage. raconta les
la sevdritd de la leadesma, A diverse personaee, qu'as
majest6 des ban- omest o& la nuit tombalt, U avait va
n'dfait pas exclae Coa OPere s at Lion Dionis ii s ema-
matrone romainek. braselbe ewa tsmani6e revoltanto,
lea galets do b'al d* n
sa contemplaiioa 1BuA D HIRRRRT.
effarement qul1 (A siS W)


IIP I- II






LA CHAMBRE

Sin a d 8 j s 1910.
4L Prdsidat, va e priseace da SecrE-
a"se d'Rat de Ia Guerrecosalte IPAssm-
bde sar 'opporemiad de 'iaservertisameat
de Fordre d jor t sar ravis favorable
secodes la parole a ddpaue Goeugue.
Question du D6pui6 Gourgue
A propose du reorutoment
Le dEpaud Goargue : Je prie l'honorable
Sacdtaire d'Etat de la Guerre de bies vot-
lair me foernir des explications sur la vio
nation de aIs loi sar le recrutement.
Cette loi, ayant 66t violde, a causE des
troubles dans toutes les families et si elle
avait 6td obse:vde tons ces troubles et ces
ddAordres qui se soot produi s A lear suite
asraient dvins.
Que!les measures avez-vous prices poor
4viter le retoar d'aun tel etat de chose ?
Dlscours du Secr6taire d'Etat
de la Guerre
Le Gendral Marins : MM. les Ddputdi,ie
dois remercier tout particalierement le De-
putd Goargue de me procurer I'occasion
d'*ap:iquer A cette aseemblde les measures
prses non sealement par le Ddpartement
e la Guerre mais par le Gouvernement
Moat easier pour prdvenir les d6sordres don't
a parld.
Lorsque j: dis quo ces mesares oat tdd
prices par le government tout entier, ce
a'est pas poor mettre ma responsabilitd A
c*vert; mais pour vous dire combien noos
de I'Esdcu'if nous veil!ons A ce quo ces lois
3iewt eodcutdes.
La loi sur le secrutement de l'arm6e dans
awn art. ier dit ceci ( II lit ).
' Or il dtait revena aux autoriths quequel-
qaes agen s aretiaient dans les rues des
eaunes gens allant en classes et surprise d'un
sel poced6 s'est fair exactement renseigner
st onus avoms appris que ces nouvelles soat
exactes. Lorsqu'un gauvernement bAlit son
programme sur ces mats de Libesit et Jus
twice, il ne doit pas s'en carter.
La loi sur le recrutement fait des excep-
tios, elle accord des dispenses et lors-
qu une autoritd constate ces exceptions
at me les observe pas, nons devons agir
motre elle. Je doais vos dire que nous ne
to droes aucune measure arbitratre. Le gou-
wernement ne peat se ddmentir quand i1.
dit Libettd et Justice.
U. ddpotd m'ayant dit an Palais, qae
des jeumes gens avaient 6di arrnes par de
samples agents de tecrutement qa a'aient
tromps sur Icur corpulence. jallai trou-
ver le Prdsident de la REpublique quai ts-
poetaiI Ia Garde et le lui da. Je a'avais pas
iai quo Son Etcellence appeo an adjoint
et l'eavoya en prisoncherher les noaveamx
cattnes.
Le General Simon les fit relacher imme-
diatement, voici MM. la measure qui a Et
e poor remhdier A cet inconvenient.
tenant il s'agit des measures prices de-
psis pour empecher le retour de pareilles
chose. Je va=s vous doneord samples rena-
aeig ements. C! n'est pas depsis la rcep-
ton do message de la Chambre quo je
mea occape mais voica i passage de I'Ex-
poe GEnral de la situation (i it ).
Voii de quelle faom j'ai voual manre
S Vsi '6: la loi ar le recrutemast ema ed-
eation.
Dans cette lo es, i y des lca-
ns., aiusi elle 'lodiqu pa le mode di
cratemest ta c' et jtauem er cats
qu'on me questioned.
On peut ouvrir la loi, on ne trouvers
aecun tcexe relatif an mode de recrutement
on verrs dans les dispositions finales qa4
des lis spdiales seront coasuldesAcet esfet
Des moo premier passage as malist
SSa Gasm,j'avais pens6 m tin asa sor
Jai coraespomd. avec le cooset comma
maux pour lear dire d'.eucatsr *a loi e,
e qui les concern, mais je an'ai garde
pouteiaille q'aun sa et Ua_, pIas de s<
a- je sr neveos, a m'al, pas troev
le tableau de recemsememt quae j' espnais.
A s'oerture de cstoa smion Jm cin
devoir slaire me ddclsratlo as mjet di
reemntt par tirge as ut, des me
-em furat prices at vod Is dcrealaire q
je vals admie aux oammela cominmeux
( Lo Malsore doe lctares )
Je aI **I e ts pm uomrsd, m d6


da arPo d'rodaemes po o die do
prar lear appai moral aos mgisrats
cOnmumeu. Voilaje crols, h able de-
putf Gosrgod, dos esplicatoos tril for-
melles. Cest mainteosat aus conmandsaft
d'arroadiseemena et asax coaseils comanua-
ean A ea dcater le prescriptions de Ia lol
es as qul lea coocerae.
Mals il so prieote parfois des cas .ex-
ceptionnels. J'ai encore ea soin d'adresser
sau commandasts d'arromdisseaents one
circulaire aso sajet des indigents, des mi-
serear qui ne peovent pas figure dans
les rangs de 'ar aeE Qsand les lois sont
des lacuaes, ii fiat les combler avec do
boa eas; et pour I'hoanenr da pays je i 'ai,
oas voulo fiire pub!er cete circulaire ao
journal ofliciet. (Ici le minissre lit la cir-
cutaire dans laquelle it dit qu'il ne faa.
s incorporer dans les corps de troupe
misdreux qui ne peuvent p s, n'ayant
aucane idWe de la d4ceace et de la pleuar
ni do r6 e du soldAt d'aprks la vraie accep-
tion dou rao, se vetir convenablement on
so nourrir totn seuls sans tre obliges on
de vendre lets effes que leuI donne I'Eta
ou de tendre la m-in aux passnrt, mt-
me htant de service,ne faisant ainsi aacan
eas de lear dignity.
I II dit aux chefs militaires de b'en eair
la main t l'excc ion de ces instructions
pour q,'A l'avenir cen peccac'es vt iluent
navrans soient evites u cCoeAjss paddoWtes et
aux regards narquois des etring.rsqui nous
visitent.)
Le dJpute Btilly propose au bureau de
prier le Secrdtaire rddatcear de ne pas pu-
blier cette circulaire et ce, poor I'hnueuar
et la dignity du pays.
Disoours du d6puit6 Charlot
Le Dhpu:6 Chirlot : M[., je ne am'tais
pas prepare pour ces debats, j'arrive de tmes
champs. Je n'avait aucn-e connaissarce
des fasts qai de.icn: s: p i: 1-1 J'.i re-
qa des lettres qui me dcnoncent que ces
choses qui se praique".t ici sar une si
large iche!le sont constances en province
ou rien n'est coatr6'e. od le ch iept re se
aoque do Jistrict, le district se moque du
chef de section, celui-ci da commaandant
da Place, ce dernier di commsandint de
I'arrondissement et enfie ce'ui-ci du De!e-
guod qi. lui, se moque du Gouvernement.
Le Ga' Maiius : Motion d'ordre : s'il en
Etait ainst I'ordre'un rdgoerair pas et j'atfir-
me qu'il regne partour.
Dipute Chariot : D accord avcc le m nis-
tre : lordre ragie pirout mais des m\-
Iheureux sona maltraiEs.
I.e G" Maius : La loi est fortmclle A cet
regard, s'als sont maltraiis i jusement qa'
ils se p'aignent, ou :ed escra :e. iabas.
Le Deputy Chalo : Miis it y a an an qce
je ne demand que cela. Oui vout les re-
dresserez autant que vous pourr, z le fire
A Ia capital, mais en province ou :es chefs
militaires soat des marttes,des despo*es,ils
ne soot pas contr6!es et so moquent da
gouvernemen'.
Voas aittes de votre micox po-r nous
aider, mais par minque de contr6'e, nous
ddgringo'ons de plus on plus. Par le tra-
vail nous voodrions nous crder one si u-
ation, mals ceux qui devraient nois protd
ger soot les premie.s A mettre des buocs
dans nos roues. Les camp-guards sont paxr
,cut spolilt, pillds, maltraitds, nous par-
lous beaacoup, nons (aisoas de beaux d s
coar, mas ce nest ric quo de Ia poundi
aax yees. Noes devous stir le goffre
qua est sous nos pieds et dans lequel nous
serious ensevelis;poor notre dignity mrnme,
eons devons en sortir. Le chef de 1 Eant
a dit qu'on a assez faith de Politique, il
faut fire de i'administratioa main:enint.
Vons au res,ministres,vous devries aller
' sar les liens, vous verriez ces m:siieurs
Sdaas luear ddsordre, lears mechlincetds.
1Nous ne prospdrerons jamais ainsi, nons
allows plus mal que l'anaee deraiere et nowu
; ironas encore las mal I'asaae prochaine.
" Plat on est loi de sla capsitale, plus or
Sest masltraid, et come exueple, je vail
o vous lire ceste lentre aqua j'ai regae de Pe.
* cit-Gave : Je n'he te pas porter I
voere com-iwsane am fait quai s'est pas
Sea ma prteance, dimaache as Mai, daas li
ch pele St-Louis srr 'hsbatatioun Mods
* prtoete de ireme nt, le csh
" do is teio, momai Aid N .isance s'ee
e bequd avoc oecim rots.: pri 6
*a ta pelte et -s somest de i or d
Ia mmsem liwe A des asoes foneinom
, rtep .blmd er les psesmas do dm


jeusm- c nooam- Anuds Bioa t BW-
dum Jlean.
Ce dernier a d(d abaits par an conp de
b&aon las tie lui faIat mea blesses A
Ia tempe d'esviron so conmitres. Dos=
homes le toasieot fornement, F'n lel
m'atait an pied sr le con, I'sa*re sur Ik
jambe petdamt qu'una ste I'attachait aewe
one code. J'ai da intervenor et ddlie cat
home, lat paswr ses blssaues et Ie ga
der jusqu'as laodi rmtin. date a Isquelle
il a pa so trailer ches li. Soa frare. Ie
no nmh Paulin Jean, a 6td fortemset battle
dans!a jour de de samedi 28 Mti, sa point
qne ceuz "qui disaient 'e condaire A Pe It-
GAve I'ont abandoned dans la craios d'un
milhear. A mon retour a Petit-GoAve Je
nee sais prdsenat A denz repriss as Bu-
reau de la Place, le Gendral 6tait abs:os.
J'ai dd lai donner par lettre conmaisance
de 1i-cident. Je lotai amis sons leo yeau
an proc6;-vetbil de cons'at sigod des prin-
cipiax noables, t6moinsdecet acte de bar-
b irie. Je voans eavoie ci-joint copie de cet
acte.
Le G4n&ral m'a dit qa'il donnerait suite i
cere afftire tout e,, voulant donner raison
a ses auxiliaires. On me rapporte que des
fats s:nubtables se sort rip.itds aileurs en
tous cas, les habitants des campagoes res-
te-t chez'eox et s- garden bies, poor dvi-
ter les coups, d'abrder Is vills. Je vous
prie, cher Mr le Dipo 6 de valoir b'en
remettre i S. Ex. le president de la Rd-
noblique Ia tIctre ci-jointe oa je lai relate
le triste incident.
Voi:a, Mess'ears; pour nous il n'y a que
le c-comacaque, vous savez le sys ewme,
vou; qti habi'ezli province.
Les chi nis sont abandoinds pirtout,
onus ddgringo:o-s de plus en plus. I'an-
nie prochtine on ne p'urra p'us nous pa-
yer no. iaderanitds. Et pendant que ces
chosen se passent ici. elles se rdp4ent par-
tout, Jremie, Cayes, dans le Nord. par
tout enfin. Voyez les routes, elles ne sont
pas entretenues, de Port-au-Prince i l'At-
cahaie elles %ont pitoyables; on oe s'en oc
cupe pas. Si personae ne peut travailler,
vou. comp-enez que ga influe sur le tr6sor,
d'cu, emprunts et frappes.
Ie n ai tien A dire au M nistre de la
Guerre personoellement, je lui avais dcrit
pour lui demander l'6largissement d'un
jeune homme qu'on avait arriti,il s'est em-
pressd d'ecrire, mais ien o's td fair, ce
leune hamame est encore incorpor6, ie vous
dis que partout on se moque de la hid-
rarchie
Le Chef de I'Eta- faic des tourndes, mais
il les announce et on se prepare A Ie rece-
voir ; vous ministres, abandonnez donc la
politique, allez voir le disordre qu'iI y a
en province, c'et IA que voos avcz un
champ i glaner, is pays vous regarded ( ap-
p'audisscments)


I










1







I
I
I
h
I
a

I
5
0
It
3


RENSEIGNMUhmar"
Mt~r3PoRo36GIQU3ES
C)b 2e0ar MltC0ire
DU
SAMNINRE COLIAGE St-MARTIAL
MiacauDi 8 Jwa,1910


Barombtre i midi
Tow p~ratu .ininmem


762' 3
22,1


Maximum 33 0
Moyenne diurne de la temperature 27,7
Ciel clair la matinee et un pen con-
vert l'apr6s-midi. Brise de terre pesnis-
tant jusqu'A 3 h. Eclihrs an Nord.- Ba-
romb ,e coam'at.
J. SCHP.LBR.
Ouverture d*s Ausises
Par ane ordoasnece do doyen LAom Nma.
ea date da 30 mai dernier, I-ouvert.re des
Assises criminelles eat fide a landi 27
jain coarant, n neof heresu da amia.
86anoo do huls-olos
A la Ohembre
i ous Mm rvsevu eu da&s la misce A
huis-clo do la Chsa I, hmer, ila Eumd-
=d1 via A Chambm Iomwa a l dA o
Idr.tsapplO*.i.m de rm 4de &
tiestie qaft -s e l i-m s- -d 4dp1m
ks o g ANe e te s l ee as,


GSic. au boss em"=I*dahiorkIa96
do Ur Sam a pesick lr if. Los suka
do lost@ bosutd181afi la nA
Isepablis TiveOW Y 6ppadis
on- dwh t t'Zis du FRognolonqu in
mawo .Idrauaomot saer udans Is circuls.
dlon do0s duinotour, a priwd lo pawio
des dona domimlbesvies qui sorost ajoutdog
on programme do [a ptochairne reprdseuta
lion.
TaL ibunal Civil
t. La u igligence do notre r~dactmr
charod do contr6.i~r ce ervicst. myasA
liaiss publier bier do simple. notes
incohdreates, viou~s.do inoris ciiiour.
db -i A nota loctorra le compte-rends
49e l'aadtonce civil. ordina ire dm a mdi
6 Jin o Cora-t, tel qlt'il aurait du pa.
raltre. -- N. D. L. D.]
Sm la Isprdlidoace doi jag* A. Chtai.
pigine, myatit eomus &At em ours Is ANg
V. Vaioa6 itto 1.0"IpD1da1tit e jug. Hi
Bot-h~mme, Iaudience oit ouverle.
L i6ge dn Parquet eat occupd pw
to kubstitut RI3 emond.
Aff~ire outenduo.
L-4s "oasorta Uronti6 coutre:L. MUo
gni~tr & Co.
Vw.iC3 14s CAIt-r.e e ca'tto ffitit-A: o
MWrentiA 0-tait dIbljjaur do L. ble-
guier & L~ d', ni vaI. ~ .6C-asz imporhAs.
to, 'ruout xt d'nn borderpau do bijouc.
L. Maguier & Co I rAtiqubrent urce sia
weo irnmobili6 -o ra~r loa h4t oilers doe U.
ron li6 rep. 6~ent6s par sea fill.. Altos
at Marguesite qiui produisirent &lons
par I'orgAno do lour avoca, %P Charles
Boucboeseu, one demani. en distrac.
tion doi bien saiMi, ce biou lour appar.
B mast.
Me R-Ymon. d airQ6 (0 ab~at cettoa do.
maudo, t* ditiJsrfi ':tioc -ti' p posditos
mawr fu~.. % ctu is tie, Ia a aqu*.
la06 W-Wtan gbr~asdeem demoi,4ile% Md-
re-n i. Us Ckiar'es B ~uehareau l~iiiNA-
plique quao te~i ~4dtmoi~el:.s bowt
6trang~r* %sioll-, n'o tI)-%A fe i.rcit d'*mr
proprid:-,ice#u dA beons forctersan zuHal-
V~. Carnrient ul. ra tax ,' iq-r la maulsi
icumobilibre faite p Ar Me Rayrmocd *or
dos t itrargers qai Wnt paL si ledroat do
pr~n~t taHaiti ?
Me rraltrepruch.-A ~cn Our A HO
Rayuaoud. davoir w*'n6 ciaadeatiius
want I i proc~dcira ; itI rend le mEfsS
a gumeot td3 Me B,3acherea.a et concli
A I& au~lala tiedo a oti iij, lesi 4t~a-gere
n'.yaoat pa-; en Haits, droil do propAl4
06. It rapelliq au tivbunaI que l'haiie.Io
dtvai t dc eportent d'uu pnuvoir PpE-
Vil stzg.4 par leI. 4c;-oaneirr,,; ;caseO
10' r~nsmitnsomewne, tmrs6sen Italie, iA
n*Oiiste pies do masiotr do comnmON
cQuitea-ousOUSIs nom L. Mognier & *
Li cti as eat entondue.

Audsea ,eCiWU.ordissaire du Merafid I
join 1910.
Pt&-idence P. Jb. Dupont DA iys
comma assesst urts 1. pJ.:piasI
suppldani de [ageA. VG CI, dl
Su~bstitut A. Thibiult. Vt? titt
Jugements rendus:
-Cclai qul d~claro I'appel irreccv'sbhl
contre le jagement rendcin care Cs siCuU
Targe te at L~ons Gervais par le Tribunal
de Piji de la section Nord. le vingt trO*
mars Igo?, annule la saisie g genie faiN
snt le steur Louis Gervais et an dons
unuin levie. Condimzae d'ume pitr:016911
Taigettc aix ddpens et de iVortre Putl
Louws G.-rvais a'ax d~pens, rnis an fO
compense Its ddpens.
Celui qui reroit le sieq2r St-146
Fortio,opposint an. j2ugemeit de ddfint rIw
dno~ r pr c r'-bunal le nea jinin 109. 9


_ ____ __ _____ C_ __ __ __ __ I





Le sappliarit de jaige Vattd a fail Pies
gg ag Suppl6ant de Jugzs joseph St Rome.
Le tribunal i na nwm6 la plzidoirie orate
do rsefire de M ne Vve Barthe con ire Joe
=,onrs Cn'es et le sieur Gerlach.
CgKMe Martin N~vo: qui a en la pe-
job. V a epuish les deux heures da2Udiern-
C& L9 1uiburtaI a envoy4 la, continuatiorn
o~ulne c'est Me Jastiio D6vot qui as-

Mre t NmenoA-ig. A. 11draux, ainsi
"0toils lP 'u rto' i. -mbrt-i de la fa.
ot tosat pvrL1cl+6(U3,,1""-Sao Eteellen *i'
is pt~i.; i. r.-1 i', (1- 1 1. R .,ubliq -,q ai. p I
Isur oni oo -.'9j. s p vo, do sym-pi..
tbis, a1 IVr. -;lo:' 0-0Ia PertloqQoila oatI
6prouv(&-C. ~ L.*t a o
Kdouard IIraux.
Oomite mists
CesaraltMC OMceml.

sm I pr6sidence dia D~p~t S Beaub a I
gel'. Je FrotAs tB t fu *iLamni@-.t'
bijign~iolldo la coviY0.itio;1 euilra :
4wG~f4'p '-tet la C an:qgnie NAtio-~
&-lb VII-iftd h ~ r. !*spi,,ainiIa .6


Rafie
La plus belle
des occasions
Etre proprietaire d'ane dees plus jo
Is tmpagnm do BiotoI pour
Olnq dollars. (Ancienne pro-
ridt6 d'Espino-e ea face propri6t6
Joanty ). Deuz oarreaum do terre com-
p!&eNmeat en herbes, magaifique mal-
son haute, basin aliment6 par dix
hbait cents pieds de loyaux de 3 pou-
Cos, 3 chambres de domettiques, 4cu-
rioe, remises, cuisine W. C arbres
fruitier en grInde quantity et rivibre
au fond de la propri6t6. II y a 400
billets qui ne soont valables au'avec
'e visa de Monsiaur R. RONEY.
yLj^ Tri --.*


uJJDZ L;t


V e1.eAU i1Ir te


15, RUx DU PORT,
Mr V. H. DELFOSSB,
D. C. V. Docteur chirurgien,
aGir4.


Uvfri-


lU qe o Minmstre d la Jaktice- R6cemment vl6drinaire do Gou-
dwr it aepo- r lea pibces jastifi a'1ive,. vernpment de la Jamalque, vient
js e4ancm aerout reprist is at 6: d ouvrir un h6pital v4t4rinaire et un
Is dtp6t de cam pi6ce0. dispensaire an n* 15 Rue du Port
*Una oerrotr do Mre Arrault on Pave eo face de la GIcibre.
S errer de e Arra grantit le diagnostic et les
As tribun a ddelard, an cours do son plaidoyer factions des chevaux, des boeuft, des
pemr lea cnorts M enti, que la chins et autres animaux domesti-
ntlson L. Msgi r & C* nevista pax. ques.
Ptlaeour nalino dle c-t e Piae ,runt Une mir6chalerie est attache A
Wmes nous atiirnT r qu, c'e"t une ei- I h6pital pour ferrer lee ch vaux s>us
mr du disir gu6 avocat ; tious avon Ie contr6le direct du Docteur Del-
iome va I-4 i iIaco.,i qui *,rrr+nt I'e- f,)se.

.iD .-ip al TransifJanfiquo
alIawce d- ~ roao' 41.,tj,. im .lmom, : b.jou'e l'. : _,

^i u.P: L D u.Lt&C48 P,.zza" j e TrI lIlhiN C
ILsnnejenne mai on M ugier fonld
e 1865 a do .n la r suite de--affAires a --
3uront & Co" VollA la vrit6. Le paq -bot a Abd-E.-Kader a sera
,I .I O tU i .l, t a I l mA


Mes9 de Requ'em
Samedi, 11 Jenm, x 61 2 heure?, so a
fasmo6 A lA Cau'sjor.le, un servi4e s-b-
bmd pour le repo's do I'&m- de Mon-
SIc.ear de MiliW ancieon D16eat du
-'6giR aup'- ts do la R publique
.HaIti.

A louer a Bois-Verna
SMiaison haute confortablement
Ummbl6e. Grand bassin, etc.
8adresser au "Matin".

ON OFFRE
Nce'leote maison At lower, memblde oc
s4i Bois-Verns (( Impasse Lavaad ) avec
leS, remi:e. bassia e jardin..-- S'adres-
wMz baseiMx du Noum.
Cou s de Bourne
Or Amudrn;ci cuoupasmt 470 o0o
Consolidi T oo S1 010
Consolid&s 3 o0o 25 jSi o01
o10 Janvier $o0 o0
Proisoires s0 0o
Ifmprunt 2,- A.,. 86 oO
Tires be ,.s 23 010
Tires :ose. 2.3 010
Chqoes in", N Y, prism Ial 0o prime,
Chbques :u Paris 3 SIs OP prim
Trai.fes ur I' -nce 2 Ar ep m0
Transfer' s P. is .3 314 0I0 pIIS
Mllets de cinq gourdes IZ
Wcke! escomipo 2

A Iloer & Ption-Vitle
Uoe maison i 6tage ayant bissin,
6erile et remise.
'Sa-rfBsser au bureau du Journal.

A Vendre
S Buggy, pacleoux et commode
'PWa dMarMas, eo loat en bon 6tat.
Si'sOer au Bureau du Journal.


ei veuUIrelUi I juin, et pa ira ite me-
me jour & 5 heures pr.cis du soir
pour JAr6mie,Santiago d- Cuba,Cayes,
Jaem*I, Sto Domingo et (scales.
SN. B Pas 6 midi, le 10,il no sara
lus d6livrr de billets de passages pour
Santigo-zle-Cuba.
Port-au-Prince, le 6 join 1910.
LAgent,
E. ROBeLN'

NESTOR FELI
L'excelloet tailleur avantpugo s.eni an
conui do toute la Rnublique vient
do rouvrir son atelier RI.e F6rou,
R( Rw Miackus ) N 61,
S% aombrerse clisat6ic trotvera
comme tolJours tcute s.t: s6a4'tic.s
noar l.v trav.u, qui lui isrout eon-
'..


A. de Matt6is & Cie
DERNIERS ARTICLES RECUS:
Ombrelles poor dame en couleur.
Paraplalea et p rass pour bhomncs
Gontg toults nuances.
Miltains pour dame.
PigO tas solide-, en corner.
oim tts t b s, etc, eta.

AVIS
in v amoeco son depart
MOr MoVUO por rrlsoon doe a*nte.
AIua-i: italsnamdRet dse Sonura
de la Sagesse.
ANT. I tABASTILLE

Vient d'arriver

Lill Conadnbsei esl
TRI8 FRAIS
A i5. Puax&A Sdaounwt.


Laboratoi~re S6j*ournt6
PR*PARTION DE ToU S AMPOULSM t~cMIUS ~I
LISEESET INJECr 2BLI ~ ZUU TU
IAMMPOUI41S c'.Ea-u dia MMr IsOtonlqCLes NGMbQiat.
L'eau doerner quio flous omployons a MtO oigneasOMOnt @acjtEOG U
an deli do kil d e (a Gonave. Pious faigons remarquOera op
robservatiou judiciouso quo font lea laboratoiros 6traugml
a L~an de rmcr injectable doft 4trs do fabricatiom r6cmatt POWOir SOL tuta
=uOfti thrapeuU cues. Do uowbrousesatt satiUe om' owparmettUtOM 44USe
pUodULIs oat donn6 lois Igs* rdsltata esp~r~s.


Spccialit(;: -rum nevroath6niqiae.
Ce S iL~ t*galar sa ies 6chan.ges nutritifs, :1 a 6t6 eMPloyd
a&3 dalns la rtsura~ '&Aiij, la tube.-caose, set.


ayes -


FromnagEes

Fromages
VIENNENT D'A.RVIVER


Pate gra so


de ollande


Grayere Ires frais, a Deux Gourdes la livre
Jambons d'York sup6rieurs


Lail* onder~s6


Nestl6


AU MAGASIN E LA METROPOLE
93, PUE DUT MA(;ASIN DE L'Il"TAT, IORT-AU-PRINCE.
.-q -m t-. .-.. -,-,- .- -


Mmne Fernand Loniewski

110 du Rue R6servoir
D ; Lu),di 6 au Samedi it Juin grande Vente-


R~el.me


avec prime.


Rhum Barbancourt

SEULE D8iPOSITAIRE
St vous voulez boire du
Bhum Barbancourt,
adresscz-vous au No 7 de la RuE DES LSARS.
R Maison Barbancourta
N A PAS DE. SUGUURSALE, NI DE REPRESENTANT EN PROVINCE.




u PURGITYL DETRY
ALxW. wff atU WlWu
100m, 4 "-A" ----.ML--



SConstipation


Pour tous reaseignements et commander


S'adresser A


Andr6


FAUBERT,


38, RUE ROUX PORT-AU-PRINCE.
AGKMr GfttIAL POUI LA IRPUBLIQUB


ma-I






Ferrari Cernicchiaro&Co

Horlogerie, Bijouterie, Joalllerie
168, GRAND'RUE, 168
Ancienne Maison D. Ferrari
Par le dernier steamer francais sont arrives des articles do toute beauty,
pour touns les goats et pour toutes les bourses : Buoux. -- SAUTORS. -- BA-
GUas. --- BOUCLES D'ORIZLLIS.--- CHlAINKS POUR MoNTRuz. etc.
ALLIANCES SUR COMMAND
INSTALLATION MODERNE
REPARATION de glaces qui sont remises absolument & neuf ; ainsi que
des tableaux artistiques.
Achat de vieil or et vieil argent
La mason garantit len marchandises qu'elle livvre ainsi que lea reparations
ARTICLES DE LUXE pour les principaux 66nementsde la vie moudaine.


COGNAC OTARD-DUPUY


Francisco DESUSE
Fabricant de chauasures
La Manufacture a toujours en d6-
p6t un grand stock,--pourla vente en
gros et en detail, -- de chaussures en
tous genres pour
Hommas, FzMmaS, ENFANTS.
Les commands des commergants
de l'int6rieur pourront 6trs ex6cut6es
dans une semaine a pen pris.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
Port-au-Prince (Haiti).

On trouvera
de meilleurs Cirages pour tous sou-
liers a la manufacture de chaussures
G. CORDASCO.


Maison 6tablie depuis 1795,
dans le ChAteau de Cognac
oft eat na le Roi I rancois 1e.


Pour tous renseignements et commandos
8'ADRESSER A: Andr6 FAUBERT


agent g6n6ral pour la R6publique d'Haiti



AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs
Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du TARIF G6n6ral, -


Ju n 1910.


M' C. L. Verret
Talllear-Marchand
Donne avis a sa bienvoillante cliea.
tWle que sa maison No,7. Ro Traver.
ibre osat toujours biou pourvjo 4'an
vari6t6 d'6toffe do la haut hno%.
veaat6 paristenae.
QuALrIT SUrIURmE s,( Fs *ouGAN
T VAIL sOIOen Kkc,'rTi- MT.*
Frialtrs rCdttu i

Cabinet de Me Rigal
AVOCAT
33 avenue Magloire Ambroise 33.

MAISON DE CONFIANCE
148 GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien connu do la
Rdpublique, avise ses nombreux CLI.
ENTS qu'il vient de recevoir par lea
derniers Steamers une Vari't, d'6tof-
fes de : Diagonale, Casimir Alpaga,
Cheviote, Drap vert et bleu d'une
r6elle sup6riorite.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE I SOLIDITE I
L'dtablissement se recommande aux
clients les plus ddlicats qui appr&-
cient chaque jour davaritage le FIMi
de son travail.


Demandez chez
Restaurateur de 1:I
tales Illustroes.


Cordonne:


Joseph Szin--C'oud I'
Sa.td et des Cartes poe.

iLA
rie Nouvelle


Tabacs Scaferlati


LVANT SUPfRIEuR (dit tabac d'Egypte) la Botte do
50 grammes
LOVANT ORDINAIRR paper violet liss6, le paquet
do 50 grammes
MARTLAM paper jaune le paquet 40 grammes


CAPORAL SUPERIBUR paper
50 grammes


bleu le paquet de


CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
meo
CAPORAL ODINAIRE paper pate brune Is paquet
do 40 grammes
TABAC A PRmRn, Virginie haut goAt, papier jun-
no, le paquet de 100 grammes
POUDRZ SUPERIEURE, paper blenu ?Ie aquet do
100 grammes
POUDR ORDDINAIRR, paper brun, le paquet de 100
grammes
TAzAC A uAcan roles Meanus fl6s is paquot do
100 grammes


GOURDE


1.25

0.90
0.75

0.70

0.70

0.60

1.50

1.50

1.290

1.50


Cigarettes


NmAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CHAsSzUR le paquet de
HONGROISUS en levant


GOUR


20
sup4riour Le Bondon de


20 cigarettes
do en caporal supdrieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland Ie paquet do 20
do on caporal ordinaire papier blou ie
Bondon do 20
ELxOAnmS en Levant ordinaire l Bondon do 20
do en caporal sap6rieur paper rose, le
Bondon da 20
do on Maryland paper jauns le Bondon
de 20
do on caporal ordinaire paper bleu le
Bondon do 20
FaAu.gsas en caporal ia6rieur paper rose le
paquet de 20
do on aryland paper jaunes l Bondon
do 20
do en caporal ordinairs paper bleu ie
Rondon de 20
RouLtas on Maryland et caporal sup6rioeur le
portefeuille de 20
do en caporal doux la bottle do 10
do* on caporal ordinaire Is porteleuille
dodo la b20tte d 10
dola bolts do 10


DKS

1.20
0.60
0.90
1.2L
0.8c
0.85
0.75
0.75


0.70
0.60
0.60
0.00
0.46
0.75
0.40
0.00
0.30


a'e.gneat alp6ciaa 3 fAVfLT


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el.
Ie vient de recevoir. par dernier b-
teau, une forte quantity de marchan.
dishes et de fournitures do toute frat
cheur et de tonte beauty, imported
de France, d Ailemagne et des Etats.
Unis.
Le public 616gaut, curieux de s
bien chausser, y trouvera les peaux
lea plus solides et aux nuances Ia
plus varies les formes le3 plus belles
ot lea plus approprides.
On n'a qu'A venic chez G.B. PiTOIA
pour 6tre assure d'6tre chauss saoi-
vant les meillenres loki du confort al
de la mode. Sp cialitls pour dames.
Grand Stok do chaussures ;
Peaux, cirages, forms, fourniturs
et matdriaux divers pour cordona.
rie. On trouvera tout ce qu'il fant, aol
prix les plus mod6r6s, A
L& CORDONNERIK NouVELLa
143,GRAND'RUE 143,

Maison F. Brunes
195, GRAND'RUE.
Dirig6e par
L. Hodelin
Ancien membre de la soci6t6 philantropi
que des maitres tailleurs de Paris*
Vient de recevoir un grand choil
d'6toffes diagonal, casimir, alpaca,
-cheviote, cheviote pour deuil, etc.
Recommande particulibrement A i
clientele une belle collection de col-
pea do casimir, de gilets de fantaid
et de piqu6 de touted beauty.
SPtCIALrrI DB COSTUMES DB N0 M0
-Coupes Francaise, Anglaise et An'
ricaine do la dernibre perfection. IA
maiMon confectionne aussi des GW
TUMs MILTAIRUs, HABITS 5nOD64
DOLAMR, TUNIQUMs,aITS CARPAI i,
*to, de tons grades.
On demand
De boam onriers tailleurs pour g0
de et petites piowo et an aide OW
fper,


I _I