<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00938
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 1, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00938

Full Text


Quatri6me Ann6e, Me 955


Port-au-Prince, Haiti


Meroredl. 1m Juin 1910


ABONNEMENT8
UN MOIs .. G. 2.00
,Port-au-Prince
Tnois Mois... 5 00
Ddpartements UN MOIS ., G. 2.20
Taois Mois 6.00

Etranger... Ros MoIs. 8.00

DIMRCTBUR
Cl6ment-Magloire


j


OUOTIDIEN


LE NUMtRO 5 cENTIMES

Lee manuscrits insdrJs on mon es seroe
pas reads
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROux. 45.

ADMIMISTRATKU5
Arthur Isidoro


Un homme et une 6poque


Souvenirs intimes d'Honore F6ry
V


tlion de Gomran que nous avonq vue
inspire tant d'inlui6tudes, souq P6-
tion, A Hoiord Fary piasant au Corail
pour veair a Port-au-Prince remplir
une mission administrative.
Nous retrcavons dana see papiers la
lettre suivante que, as fort de ses pr,-
occupations adoinistratives, il decrivit
-A Ma niAn U a dJI lAl A tlineA^tta


ne(l)et C41ie(2)pour lesquellas voascon-
naissez touted ma ten lresse,t dites-leur
de longer toujours leour 6daca'ion,
que la dooceur, la varta, lea principles
de morale doivent former la bue de
cette 6 location et que as n'oest qu'en
observant ces principle quoa Ion ac-
quiert des droits & e1'stime *t A la con-
diiddration dlms hannates gena.Dites-lear


Boyer, dIov6 A la premiAre magistra- assez longtemps. il nest m .me pas pas- Momat, qui deviendra plus tard Mme enfin quo mon attachment pour ol1os
tur. de 1Etat, so r6v61a, d l'origine, sib'e de concevoir do a projects jani- Thomas Madiou 6:e et, par cons&- mxoblige de lour conseiller sans css'e
avec tous ses d6fauts at totes soe cieux ?a quent, la belle-mbre do remarqaable de auivre Ia vraie route qui consluit an
qualit6s : it out, en cela, le m^nrie, s A c6'd de sea d6fauts, Boyer eut *eas historian. bonhb 1-.
souvent reuouvel6 depis liul, de u'a- qualit6s d'administrateur hours ligus : Je dois ici fire one foiq pour toutes a Qaant a youa, qa'ai-ja A dir Ite
voir pas cach6 ses v6ritables senti- la premiAre fat sa probit6 personte.e la remarque significative que tout's les plus que touo ce que vo ts savz d'ij
meats sous aua masque de paraIe. incorruptible (lea g6n6rations actaelle-, p',zes quo j'aurai I'occasion d'uilcir ti de ma vive affection ? M9s sentiment$
.jo n'ignorai pas, 6crit loginac dans savent-e;lea ce que c'est ?), puis c3 ft A meos lecteurs soot de Li main mnme vous sont connas, il sont invariables.
ges Mdmoires, come il est facile do son esprit d'ordre et de r6golarit. du pr64ident Boyer, qua n. parair stie core u foi faites nille toun
s'en souvenir A Port-au-Prince, et en On s'a:corde & dire que Ie principal jimais servi de secr6taire pour leur iros coreue A ma chbre petite Hers,
diffdrents lieux de la Rtpblique, que comp6titeour de Boyer A la pr6sidence r6daction, ea depit de la multiplitit6 lie n attendant que e puisoe miot-m
Ie nouveau president avait de forte fut Borgella. Voici cependant des pa- accabaute des affaires g~drales qi e los lai prodig01er
pr6ventions centre moi, pendant quel- ro'es de ce agn6ral dites au pere de I. pessient purticu!ibrament sur les 6pau- .
qua temps avant la mart dt son prd- Ardo-in A I poque *t rapport6es pr los do president. Recavez cells que je vous fasis
d6cesoeur, et qu'il avait plusieurs fois c .uai-ci. a11 convient mieox, disait-i, profound de mon ame et croyez A Isa iso
rdp6t6 que j'tvais dirigA l prAil.,t qv 'ee soit Boyer qui ait remplac6 Ption comm- ja4 l'avaiS v.l.A ; I n1 i e tion, puisqu'il a toujours 6t0 danu ari.
qu'll n'en serit pas sinai avec lui. Jo son intimitA. II pourra facilemeat op6- Cayes, r e i BOyr8.
me bornai die a m'occupsr ddo ser- rer les riformes don't il m'a entretenu Iaayes, er 1
vice materiel d-3s bAr aux de la secrd- r6cemmeut, parce qu'on noe sui p ,.ert, a Je ,',cris A la l te, ma ch., An- ,r P. S. Faitas en sorte que la v *1-
tairerie g6nria'e, sns cherchar a de sa part aucan mauvais sentimn-n- ; 'toioette, tant je suis preso6. J4 n'ai turA 4 l0le m'attendre dimanche sur
m'immiscer daun ,v po itique tin temps tenits que j'aurais 6t6 touj :nur con ,qze le tim, d-i to dire que tes le trei* Ihon Brache. s
en que!que mianira q ii, ce ftt, d'a.a- tam-nint I'objet de prevention,, pour rI'ui, faith g-.tuil plaisir et qu a e t'ai-
tant plus que, pea de jours apr6s so0 avoir At6 dans la scisaion da Su.a. Au me de to1 t tnon ceur. i L second de ce lettres eot a l'a
election m'ayant demaud6 la Coosti- rest, A cetle 6poque, j'ai fait un- corn- 4 Sots toujours docile ot dou:e et dresse de la v bion-Aim6oe Antoinette
tution, il lot tn ma prbseuceole chapitre pl6te experience dee hommes, et je no camp e sur la tendresse da ton one'e. Moulut *
relatif as Pra.ident d'Haiti. et s'arr6ta d6sirerai jamais d'6tre chef de I'Eta'. Ji t'embrass, ainsai queo ta m6re,
A l'article cmncernant le Sxcretaire g6- B)yer a d'aillsurs de la capacity et do ma scear Mariette et tout, i4 famille. ac, el, eensbre, 189.
ndral, on I'analysant, pour me bien belles qualit6s poor 1'6tre ; ro r. de- Ton once, BOYKR ac .r,
fair comprendre la nature de mes obli- voir consistera A le seconder, pour le A
gations de bureaucrate.v bonhaur do notre pays.* C'est an retour de cette tourn6,,lans I Jo fais des vcoK, ma ch6re Antoi-
Si Boyer existait encore, il edt pa Mais ce n'est pas mon intention d'en- laqualla le grand joug Sabourin avwit nette, pour le parfait r6tablissemOnt do
renouveler catte lecture en r6ponse trer prdmaturdment ici dans les details accompagnAB3yer pour pouvoir inipec- to sant6. Dapuis mon ddpart da Port-
a tant de d4tracte.rs syst6matiques do gouverneme.t de ce chef qui l'dcri- ter les tribuinaix, qua. le 10 janvier a'.Pr je 'Ais t aUjoar inquiet deo
qui lui reprochent le caractbre trop vain queo j videos de cite, signal, pir 1819, il s'teiga.t A Pr-_au-Prince, A savoir quo je t'ai laise6oavoc lafivro.
personnel do son gouvernement, sans ailleure,comme *plein de sat6 et d'ac- I'age d 48 an-. Di maga:fiques fand- Je tengage de t9 (d6cider encore use
fair attention catendant que, depuis tivit6 et d'un temperament qui ,'y p16- rallies officielles lii fur mt faitei et .s, fo A prenrd di qa den affair
1843, le gouvernement do nos chef tail admirablpment a, a hAbitud a Itra- reites fures:ti inh a .s 1t cath4d-a- gutrie et de I'empoher do t'afaiblir
W'Etat eat deveau encore plus person- vail da I'intelligence D, at ayant cune le. LL magistrature perdit ei lai, dit f "avA.tage.
nel. as detriment dts tendances con- grande experience des affairs d- soa Ardouin, un chef qui se recomman-' a Tu connais, ms chbAe naike, tout
traires do nos G m-ntitutions qui restrei- payt.o odait A 1'estime public. ue.par se, talnts, i on attacbement poir toi, sinsi u'h6-
gnent de plus en plua I* poavoir pr6- Je no sais pas si, depuis 1843, nous par son esprit 1lev6 et bon t.atrioti,- site pas A suivre mes couseils. Jo suis
sidentiel en augmneatant le pouvoir et some eon programs; males je crois me. 3abouria avait un car.ct6rj con- psrauadd d'avaace que to les sulvras so
la responsbi'ite de oes conseillers of- qu'un Boyer n'edt pas 4t6 instile dans ciliant et one politesse exquise dans 'j'eaire qs t t t'e. trotaveras Mebn.
ficielp. la crise de corruption dans laqualle ses rapparts avtc le public. P t Je no tarderai pas A ratourner or6s
D'ailleur,, 'co no fut pis un inconna nous noss ddbattons depais plus d'un Los doca nents offi iels, pas plus que de la famille, mais eo attendant J au
que, en 1818, le Sdnat d6.igna poor demi-si6cle I les notes dArlouin. no font mentiou raise dte enchant6 de recevoir d, tee
recuaeillir NI succession de P6 ion : le do a6jonir de B.)yer a Jacmel, A I fin nouvelles.
cho x fat fait en connaissance de cam- Bien que non mari6, le chef de l'E- de 1819 Nous trouions copendant ces o Embrasee ta bre :t toate la famille
so et & I'avance, chose devenue trAs lat, A 1'instar d'aillears de son prdde- den le tres 6crites ,,m cette ville, et da- pour mo.Fais me n caresses A Az6ma(3n
rare depoits,-on peovait pr6voir ce quoe ceaser, vivait aa milieu de la plo" tdAs de dd."ambre 1810. et rerois cellos quo je te fais do plus
'homm serait au peuvoir.*Oa trouvait, grande affection des siene. nae fanaile La prm'bref eat adrearee a Madame profound de mon coo ar.
dit Ardouia. aque Boyer avait des dd- nombrease, compos6e de tantes, d- Joutte Lashenats : ,,_ ....,:... .....,


faute,-ce qal tist vrai.,-on ce que,par
mu caract6re ardent, il 6tait susceptible
devivaciti,et quo par son esprit brillant,
ll 6tait solvent mordant A i'gard do sea
advrsaires; masi on savait aussi qu'il
avait an ecear droit, et cola saffisait
poor fair osprer qa'il serait mod6rd
dtUs rexercice de son pouvoir.'
Le meme 6crivain signal un autre
trait du caractAre presidential dana uo
certain a manque de persdv6rance. *
* Avec I'sprit e plus prompt A con-
oevoir an project judicieux, dit-il, il lui
arrivait solvent de no pas le poursai-
We jusqu'au bout, come s'il so reba-
tait par le moindre obstacle qa'il ren-
coutrait ensauite, ou qu'il ne faisait
qu'eutrevoir.
L'asteur de ces lignes no fit-il pas
alles0io, sans a'en apercevoir, i cos
mille rsistances do milieu ambiant
qui feat que, de nos jours at depuls


ceoars, do nlces- et de plasleurrs pa-
reotes de P6tion, jouissait de sa plus
constants aoliUcitude.


a Jacmel, ier Dicembre, 1819.


BoyxR. a


La tendreose et toate la gammeo deo a Dipui4 mon depart, ma bien-aim, N est-ce pas que c'st as Boyer in-
sentiments priv6s, quo neas voyons commAre, je o'ai pia coss6 de peSner A conna qua ces pi6ees font apercevoir,
eclater dons l'atmosph6re familiar vousa et A vas enfauts.Hr.itie par.i-cua t la verit6 ne demande-t-elle pas quo
d'Honor6 Fary, so retrouvent daas Ihs li6rement,(I) Heruilie que j'ido'A're est cette physionomie soit tirde do dee-
relations intime, du president. A ce aans cesse dans rmon c.ir. Que j';ime soun lee r6qui-itolres prdvenus des po-
point de vue, on peat dire qu'it y tvAit ciatte infant Soigoez-la, caressz-la Iiticiens pour A're 6tudioe on peu dans
communion entire les families bai iae- bien pour m)i, je vous on prie. il. milieu ioJit de la vie privie,- as
neo de cotte 6poque et leur chef puliti- a Jo dois partir pour Marigot ven Ire- regard de celle d'Honor6 F6ry, en at-
que et quo los sentiments lea plus re- di mating. Jo voudrais avoir dej& faith teadaut que la politique vienno tout
pectables les rapprochaient, ou dua celte tournde poar A*re en mAme de re- confondre et tout bouleverser, lear
moians talent communs entire eux. turnerr pr6s d3 vous. Je m'ennuie d6jA paix familial* aussi bien que le pays
Le 15 ocor 1818. r pea avan et j sens plus que jamais qm'il n'y tout entier ?
Le 15 octobre 1818. revenue pet avanu a que le devoir qua pout me retenir 61oi-
d'une tourn6e de Jacmel, qui fut g quoes personnel qui font le charms AUCiUSTE MAGLOIRE.
la premiere de sa prasidence,- Boyer ae ma vie.
ptionst por allt visitor le popula- Conservaz votre santd. va4as avez ( 1 ) Souche maternelle des Faubert.
tios d Sd, e ssi r udier combien elle m'in!resse.Embrassez Fi- ( 2 ) Morte plus tar jee i.
sur lea lieia lea moyena a o plus pro- ( ) More plus.tartjeune BlaeI.
pros Ai mettre An &A la leaongue insurcec- ( 1 ) Souche maternelle des Coquierre. ( 3 )Souche maternelle des Bazelais


I


a TOO affectionue oucle,













RENSEIGNEMENTS
m3P rtoROLOGIQUES
C~olo ae~r-'a~tcaoI x- 4
DUI
59MINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
MARDI 30 MAI 1110


Baronuetre A midi


762 m "t


Temop6raturesminimum 22,6
maximum 319
Moyenne diurne de la temperature 26,9
Ciel tres nuagexz toute la journde Vent
rdgulier. Barometre constant.
j. SCHERER.
F6te p tronale du Saor6 Oceur
Certe f( esera cElebree vendredi prochain
en I Eglise du Sacre-Cceur, de Targe.u.
A cette occasion, il y aura 5 heures
et dm deme du martin. one premiere messe
bases', qu, era suivie.a 7 hrurei et demie
de 'a e'ande mes-e solennelle. C'es' le
Peae Guidec, curE de Saint-Joseph, qui of-
tic:er ; le sermon sera faith par le p6-e Le
Rux, :cud de la Croix-des-Bouquets; et
le chint sera organism par 1' chorale de
I'1nstrtuion de S'-Louis d: Gonzigue.
Ci nm atographe
Le piojecionniste Boyer, de l'ancienne
Comp;gnie b1vcr-Guiol, si connu dj)i de
Por'- i-P. ice, offre dimanche prochiic,
A l'I^te'-Be'levue. une soirbe de cinEma--
togr.phel, oLi 11 ehiber, les :us nouvelles
rapjportie de New-Yoik.
N )us pub'ie'ons dernain le programme
de ces no"/,vttlis, que tout Port-au Prince
ne manqueti pas d'aller acclamer.
Bureau G6Anral de la ReceLte
et de la D6pease
Le Bure.u de la Rece t et de la D6
pense avise le public qu'il met en vente
la smmne de doue inmille dollars, or am4
ricain conzre billets de cinq gourds.
Porv-au Paince, le teir Juin 1910o.


.' Vie d'Artiste "


\ient Je paraltre la belle mEringue "Vie
d'A,,is e par Fernand Frangeul.
[t %ente che/ I'au cur, 95 Rue du R6
xervoir ct clez Matteis, A deux gourdes
f'exermplaire.
Tribunal de Cassation
Auiie",e .'zile' du mardi 31 i"al 19o10


Pre.idence : II. Lechaud.
Lc Tribunal prend siege A dix heures el
demise dui martin, et prononce les arnrts
suivants :
-- Celui qui casse et annule le juge-
ment d'appel du 4 ao' 1909. rendou en-
tre les parties par le Tribunal civil du Cap-
Hainien, et pour a&re staud conformdment
A ra loi, renvoie I'aff.ire oar devant le tri- ;
bunal civil de Port-de-Paix, jugeant en
ses attnibu'ions, ( entire A'exis Romain
centre ia Dame Louisina Pierre. )
-Ce'ui qui declare non aveno le pour-
oji exerc6 par le sieur Alphonse Pouget
centre le jugement du Tribunal civil dou
Cap-Ilariien, en date du 29 join 1909,
rend. contradictoirement entire lui et son \
spouse Nina Auguste.
Celui qui casse et annulle les deux
jugemrents d,' Tribunal de Paix. section
sud de la capital, rendus en deraier les
2 et 25 aoir :938 entire les parties en
cau-e et pour ire statue conforsameut a ,
It loi. renvoie I'affaire devant le tribunal
de paix. secion nord de Is capital, ( en-
tre la Cie des Chemins de fer P. C S. et
Caius Dautant..
Celui qui declare purement et sim-
plement non avenue le pourvoi tormi par
le sieur Alphonse Pouget, centre le juge-
ment du Tribunal civil do Cap-Haitien,
en date du ta Novembre 1909, contra-
dictoirement rendu, sur requete civil en-
tie lai et son epouse Nina Auguste.
Celui qui case. sans renvoi, mais
seulement dana sa disposition relative i
i'execotioa provi*oire, le jugement do Tri-
bunal civil des Cayes, en date do 7 Mai
1908, read contradictoirement entire leas
parties en causeen consequence, rejette le
pourvoi quant aux autres dipoatioso d
dis jugemen* ( *onre Pierre Regis et Mt.
cCdeine Duperval). Bansite le Tribunal 1


emend les conclusions d o Ministre public
Elie Caurie, rela ivement tu double pour-
voi Bon, e FAvard Vve Bolhd- les sieours
Olivers Stu t et Georges Besson.
Ces conclusions tend u arejet do !a
fin do non-recevoir et as d4chance prodoi-
to, ets a roeet des c dea pourvoia P.
L'rflaire Serlin Leegro, domandeor per
Me Harris Cajou centre la dame Lanasa
Lafoutant, defenderese par Me Catulle
Thibaud est entendue.
Le juge V R. Domond lit son rapport.
Le Minis &re public Bug. Decatrel con-
c'ut au rejet do pouotvoi.
D6p6t des pieces est fair.
Pais, Is 3 ige est level.
Tribunal do paix
(SECTiON SUD)
Au'lience du 31 Mai 1910
N& hilie Cr-.-r assigce Alezandre Fer-
nand en paitment de soixan e et onze gour-
des, sold d'an bon de 271 gourdes. Gros
Fernand commence par fire I historique"
de 'atff.ire. I. r.con e qu i y a long emps
qu'il est en re'- io-s d'aff ire avec Nutha-
lie, qu'il av it l'hibi:ade de lui donner do
tafil A verJre, en fermant solvent I'oeil
sur les peti t "* ,ares qu elle lui donairt,
miis que p.-;:Jant son eiil sa femme fut
obligee de c sser de prodaire du tatia, et
que c'est d ns ces ci-con-tnces que 1 obli-
g, ion a soa ci e 11 dt Ls services
u'il a reT du; A Nithalie et les soins pro-
igues par sl femme a Nthalie et la facon
at oze (cei e ^c ion don't elle les en a pa-
y6s. 11 di es mistres de I'exil, les em-
barras de on es so'tes de 1'exile, qu'une
" are nouvelle ramnoe en son foyer. II
dit, il dit ,
Le tribniui, 'ouch6, lui accoide quatre
mois pour payer.
Le tribunal revient A 1'afftire Camilla
[.ahens centre S phen ST Phar. Ce'ui-ci
piend la pa.o c D'au, d ,til, je recon-
nais devoir, :u lieu de 21 gourdes, 27 ; -
de deux : ,- Jeruande A payer A raison de
deux gourd -s pr moist e; r6clame main le-
v&e de la s.aie don't j'ai iet vizcime. "
Le dem:nJeur s'est rentermi dans ses
conclusions "
Le tribunal va ide la saisie pratique6 sur
les appoin'emen:s de Putiphar.
Ant. Lab s i le obt.eot defatu centre
Elie L.mo hli qni lui a vendu des mois
d'appointemr ns pour lesquels il n'a pas
travailli.
S lo:aio D.cayette prend dif.at con-
tre Ange e qui, rdguli''ement cide. na's
pis compiru II s'agit de paiement de lo-
yers.
Mme Vigne Jemande A Vve The-
ard de dig ec pir d'une maison qu'elle lui
a loude. Eile f.it ses reserves pour le paie-
ment des loyces don't le chiffre ddpasserait
la compd'ence du tribunal.
11 est donned d6faut centre la Vve Theard.
Alic- Alexandre, assignee en paie-
ment de 60 g urdes, essaie de dimontrer
au tribunal q'ie ce boa est taux.
Me Colb-rt, mandataire de la demand.
reese, band : : a Ce faux est earegisitr.
Avez voas des yeax pour ne point voir ?"
Le mandataire d'Alice reprend la parole
e: explique que si le bon porte la signature
d Alice, il nest pas ecrit de sa main.
It demand par coosequent que le tri
bunal n'en f.sse acuon cas et dEclate la
crdance ec!am-e non prouvee.
Le tribunal coadamne la d6fenderesse A
payer dans quatre ruois.
L'affTire de Mie Dante6 Xintus con-
ire Dorcd B udinal esat reprise. It s'sgit
toujours de cete accusation de vol do pon-
les portde par Bardinal centre la deman-
deresse et que la police a declare fausse.
Le tiibun l ordonne que la demanderesse
p-ouve par procbs-verbal de la police (qui
n'en dresser jamais, ) le fit qau'elle re-
proche A Bardinal.
Avis important
Le sonssignd, juge au Tribunal civil de
Petit Goave, informs le commerce, ea par-
ticulier et le public, en general, q'il a
perdu ses recus des mois de Novembre et
Dcembre de l'annee derriere 3t Janvoier,
Avril et Mai de la prsenate annde, s'edle-
vant chacun A G. ro8.9o.
II declare nls et non avenues les dits
reges qui on ete viads du Payeur de dd-
partement de la Justice, dupiaa deveant
en ltre dress.
H.Gasouvn


SSur la de ndem d e plusieurs d noo tc-
tours nout publions I'articia suivani
extraid de Haiti Litt6raire etPolltique.
No d asamedi 98 mai 1910, qui a
motivd la rdplique do Mr C. Bruno,
public ici hier.
BOISRON D-CANAL
Refuse 60.000 dollars
pour quitter le Pouvoir
Etant PrEsident d'Hatti, Boisrood Canal
fit one forte maladie. Sea amis et ses pa-
rents etaient tres inquiets. Ses ennemis po-
litiques qui s'intitulaient les libraux s en
rdjouissaient et escomptaient a 1 advance ma
mort. Son pere lui mena des Csyes, an
mIdecin tres ddvou6, le docteur Gauthier,
que les opposants firent passer pour on
charlatan, un papa loi, on macacricdn; its
voulaient imposer au Chef de l'Etat le doc-
teur Louis Audain pere, I'un des plus fa-
rouches libiraux. que le Prdsident eat ab-
so!ument raison de ne pas appeler, car on
ne confie pas sa vie un ennemi politique.
Rien n'e~t e6t plus maladroit de a par do
President. C'est le docteur Louis Audain
pere, srnateur, qai prdsidant I'Assemblde
National lors de la prestation de serment
di Chef de 1'Etat, lui avait dit : a P.Esi-
dent ne volez pas; le poleau rouge de
Sa'nave vous attend Le docteur Audain
et un medecin cubain, le docteur Mar.in
de Castro, furet lepremiers A ddblarer
sur le compete do docteur Gauthier, et a
fire courier le bruit de la mort prochaine
do President. Au premier coup de fusil, le
docteur Audain se trouva, le 30 juia 1879
dans la rue PavEe.
Un jour. le requs la visit de Monsieur
Camille Bluno, bazelaiisite, president de
la Chambre des Comptes, qui me dit sa-
voir que je suis l'ami de Boisroad et de
Bazelais et que je suis d6signe par la main
de D eu peat-6tre poor arranger les choses
pour le bien de tons les deux et readrc le
plus grand service aa pays.
En qoi,lui demandai-le, puis je jouer
un si grand 61le ?
Tu es autorise par Boye, B zelaif, re
prit-il, de dire A Boisrond qu'une some
de 60.0oo dollars lui sera donnde s'il quite
le pouvoir pour aller se fire soigner en
Europe. Le docteur Audain assure quit vt
mourir s'il ne part pis.
-Explique-moi, lui dis je, d'abord de
quel droit un simple depute peat accorder
6o.ooo dollars a un Chef d'Etat pour quit-
ter le pouvoir.
II ne s' git pas de savoir de quel droit
cela peat se faire,reprit Bruno, il s'agit pu-
rement et implement de fire la commis-
sion et to rdussiras.
-J'en douoe.
Et bien, vas-y ; to vas voir; to rEns-
siras.
J'allai trouver le President A qui je fis la
commission. Le Pr6sideat me rEpoodit tex-
tuellement ces paroles : VoilA qui est
surprenant I C'est moi qui suis le Presi-
dent d'Haiti; c'est moi qui tiens la clef du
tresor ; c'est un depute qui ofire de me
donner 6o.ooo dollars pour m'en aller ; il
faudra done que je lui livre la clef do tre-
mor pour qu'd y prenne les 6o.ooo dollars
pour me les donner. Est-ce bien cela ? Si
je voulais prendre 60.ooo dollars, je lea
prendrai moi-m6me et je ne me les ferais
pas donner par on autre.Es--ce que cen'est
pas cela ? Eh bien, mon cher ami, dies
A Camille Bruno que les 6o.ooo dollars
oue le depute Boyer Bazelais ofre de me
donner pour quitter le poavoir, reteroat
an tresor et que j'espare epargoer cette sor-
tie de fonds morn pays eo ne quitant
pas le pouvoir. Les 6o.ooo dollars rose-
tout Ia od its soot et continuero.t a fair
craquer le carrelage de sl trdsoreri. Si on
vent lea prendre, c'est coups de fusils
qu'on viendra lea prendre.
Je ne m'attendais pas a ucane antre re-
pose de la part dn PrEsident.
Camille Bruno vint le lendemain cher-
cher la repoas ; il me irouva A morn c.Ln-
tier de construction de Ia rue du Centre.
Je la lai donaal tetaedlement.
Tun nas certainement pms suMsa.-
meat insti, me reprocha-t-il.
Je ne t'aval pma promi d'iasister,al
dis-je ; j'a faith purement et impleam w 4
,co.ma-ao-coa- d'ailleara t me avaIs
mmd--d. Em-ce qu'oN a i ma Cmm-
sette panicalad q je vtaem de meouer.
,mas commesS.R. .


Tribune du Matin"

R6pcnse & M' Bruno

Monsieur Camille Bruno, dans a
lettre adreA e au Directeur de HaiW
politique et littdraire, publi6e dansa I
jo:rnail le Matin du 31 Mai, declare
6tre s4up(fait do ce quo, dans mon ar-
ticle intitu 6 : a Bjisrond-Canal refuse
60.000 dollars pour quitter le pouvoir a,
j';ie si contrairement A la verit6, fait
interverir son nom dans cette ques-
tion.
11 W'empresse de d6clarer a moi, A
toup, qu'il n'a tioint eu avec moi la
conversation que j'ai rapportie.
Si une tell conversation a tu lies
entire rnoi it quelqu'un do mes amis
de I'dpojuc, il m'invit iA reprendre
bien m-s esprits at A chercher, en do-
hors da lui, qui cela a pu 4tra. II ale
absolument la v6:acti6 de mon rdcit
qu'il a potr divoir de qualifier d'apo-
cryphe, comme cur aines natres imagi-
nations q1e je voux f ire passer poor
des verites et que l'lhistoire aurait
grand 1< r, d'*ceu. lir et de consacrer.
Pour m', id r iaus mUIAA re:hercbea,
il mn" co -'eilu tie i,-ri,: 1 ) Constitution.
nel de 1x77, qu i n ~ riopelera lea cir-
conl"' (- e- I lesa tr6 .ho-
norab'es doeteu'-* I.4 A-idain, Marius,
Aubry, Deboax ct T r,6s exam.n6rent,
avec le Minir tr, j I'lit6rieur A. Tho-
by, -'il v gvait n~erasit6 pour la santd
du PisiJent d'un voyage horse du pays.
11 lui semble que je aois reat uan
adversaire irrdductible de B. Bazelaie
dout tous les arnis m'4taient antipathi-
qu -. Quo mon orcle l'honorable So-
cretairu d'Eat des Finances, F6lix Car.
rid, a'est vu oblig6 de me rappeler quo
je sui. c; ye f' ,ii i .
Je no dois pa4 oublier, dit-il, qu'a-
lors, nos rapo ti ra bornaient, do
mon c6 e, A I'Attaiuar syst6matique.
mF-nt comMae P,6sident de la Chambre
des Co'mptes, et, de son (616, A dl-
u'ontrer mei sentim nts excessifs d'hoe.
tilit6 & son regard.
Jo r4poo'ns A Mr Camille Braoo quo
j3 maint mon article incrimin.. Je I.'ai pas I'ima-
g nation fertile au point de me per-
mettre de ba ir uve histoire de ce gen-
re avec les maoinres detail, de la con.
versatio.. Avant de publier articlee,
j'ai saivi le4 conei's qu'il me done
de reptendre mis eqpti:s-
Ne nous dioUns pas de gros mo's. A
notre iga', nous ferions ,ire la galerie.
Maii eatre rou- dux, il y en a on qui
no dit pas la v. itA. C. n'est pas moi.
J'ai touted ma m6mer', une fois qee
je me ,uis ressaisi. Jo suis -ain d'es-
prit et de corps. J. suis plus jeune quo
lui de 14 aio. 11 m'a d-.,n6 le conael
de relre de Constitulionnel d 1877. J'at
saivi eon conseil.
Ua conaeil ea vaut on antre : ja
I'eg4ge a r,.lire le journal I'(Eil do la
meme 6poque, qui lai remitra en m6-
moire .-'ei dd6m 6s avee Edouard Pinc-
kombR :
11 est dans la plus compltAo erreur
de dire qae tous Ism amis de B. Base-
lais m'Ataieut antipaihiiaas. C'Get le
cas da d re qu'on eL dot pas parlor do
coride.,dau la maison do penda. C'oat
lui'qui etait antioathique aux Bazelal*
eiates, quaoiqu'l Ii de leaor religion po-
litique. Tandis quo moi, je saut r"s
I'ami intime d'Augubte Bazelais qai sa*
vait quo je eoraia le premier A acclamer
ea frbre A l'expiration do mandate
do B. Can;,l.
La question do savoir quo mon oncle
Falx C'rrid b'est va oblige de me
rappahl r qu- je suit citoyen frantaia
est horse do propo,. Tout le moods salt
quae qoiqae fran ,is jasuls bon Hal-
tlen, qua j'ai faith mon service militairo
dana lea grenadiers a pied de la garde
da gouve oement jusqu'A ma majority
a. grade de sous-iumntoeant. Mais li,
Monsieur Camille Bruno, dans qual r6*
imoent 6:ait-'l ? J ai fait la campus
ooatre Salnave a Cap en 1865. QueUas
campagnes a-t-il faites ? J'ai moutl lo
Brde as palala naUtional,au fort matlomaL
A.t-il jamala mosid la garde ?
St j'ai rclam6 moe droita de frasdg
I ma majorltd, 'oet pareo qeuo J's v


-- --- -- _, ~__ __ _~ ___ ~









quo dang n0ire PaY. S POSAS -
quo cb z leo11bo010006 lou is; eiNi~
#@I trop ardento at bt "a umihos.
U. Brunlo dit qu'h sels .....n
robppolts t5 6t i~borade.. 11 medit so-
core Pa- Is v6rilh.
IN I aS"09mompetit &m go.n
Cumille Berunoe ae appoll Pew
out.
9u9eprouve d'lutinidW qu# datd
do We o0loi.
owi, Jo V.1 cornballe dmau ls@ lour.
""an* proqu'lfl meetsaoetr6 isjuateesa
wso is gOeve room at do aiuwroid.Canal
cosame prdeidetit do I& Chaabre des
Cotuptes, alors qu6 daus lea conversa-
tions i1 ae dismat quo raroment 01
avait vu plus do respect des denier. Pum
blicF.
Quasnti me,%sentiments personnel@
i I'dgard d-4 B'ye'r R-m*19is, 11 mobli.
1 aie 16.dire. J a1 tojour. cousi-
dr4 Bazelais conmema ancitoyes re
marquable lorsqao jai ve so grouper
aeIour do lul low hormmos lee plus Is
OWN tsdo ce pays an risque do Is hou.
S. ROUZIER.

Suaris demands do Monsieur F. B. Cdea.
Sous publiofli cequi suit:

Ex1r9t do l'krrBti
Du TRIBUNAL DE CASSATION RN FAJICUR
Dg ?A, F. B. Ck Alt C'NTRit F. MAitczu
gT cemw!lTs.
Sur le srolusime moyeut do powb t4e, prior
t'excas dg Ponvoir.


Atteodu que le premier devoir d'on ji
go es' d'examiner sa competence, que eel
est d'ordre rub'ic.
Attendu quo C. Cilestin, F. M reli
eaT. Lale a, viclamsaient n verts de 1'a
ticde x9 de la Constitution, que I plans
Sat s'adrestit A la Chamb*e des Dipu
Qae les juges do conseil special militai
ma disalent quo I'article 33o. instruction
crimmelle ne permit pas aus juges correc
tlonnels de les juger, avant qa en vertu
de dit article 38o0, le tribunal de Cassa
tion ne 1'eft permits.
Atteadu ainsi quo le tribunal correction
ael etait tenu d'examiner a ces deuo
points de vue sa competence, avant de su
ear sugar les deux exceptions : I chosenjau
gtk e ramni:ts,qu'elles 6taient des fine do
oMe ecevoir p6remp'oites do fond ;
Qa'en jugeant les dites exceptions, I
tribunal faisait implicitement application do
sla regle a le iuge do Iacion emt juge do
I'aception, a
Qae done. pour statuer sur les ewrep
tions. il lul fallait dire tout d'sbord at
deait jage de I'action ;
Qp'en s'abstenant d'examiner us com-a
pitence, en statuant sur les exceptions, e
f disant ensuits qu'it n'y a ni ddlit ni
contraveotion do police dans les faits re
Procbds. ACyrinque Cilestia, Frddric Mar-
cali, Thrasybuie Laleao 0t eoosorts, leh
jgS du cinq Ao6t out commit s lejcs de
voir reproch6, que ce moyea qui eat
ordae public eot fouad.
Swr letrovOnwu m eoY pris do As
fres appliasion do I article 44, ins-
truMion eriminulle ;
Attendu, spcialeament sar aI'slieation
do principe rsultant de Iautorit do Ie
choW juog, que, pour dibooter F. B.
Cdhr do sa action, les premiers jageo
oat dddar- que la cassation du jagement
du coseil icial military ayant *a lieu
i la Mq*ko du' .o-isaire du Gouver-
memat pit. e tribunal de Caesation et
amlement dams l'in ett deo I loi,- aIs
iWti civil est sans drolt poor vouloir
a tier profit, tat hobs de tous dd!ais
4e pomroi et le jaglomeot a 0 d.
psat uais fastorite de la nhbos jiee.
A aSmt quo, si ce priMpe es vras, 11
-at pa amoiens dideat qu'lcompor:O *
atuse merepptoo.
Attends, em st, que poua qu'es ptr-
_b oemimo ggomone A dso t de do
* rcis dsla Ca ltralisdo is
91a sa i dd M~M.t s po e


'promondoecontre le citoyen F. B. Cdear Vente do binn de minr3u.a., rnit e do.nicihleo A Poit au-Pio .s,
. Autenda quom quad bpolitiquer.e En vertu o d'un jugement ren Iu agtissant on sa quality de titrice da-
* counsel spdciual military, sn tems que Is p ar i i tribunal civil de Port-su-Prince tiv. do son is F61liz Propliwto. et as-
- urdictioo, cat 6I. om rLtents uo ger le quatorze Mars de co'te ann6e, on sist6e de son 6poux Joseph Etienoe,
I. B. Ctr, lt sa e ep mort dent I'rp- registry., hmologu ant la d6lib6raion subrog4-tutour d; dit mi e -, 2 : do
i plication lea dacomnidremnt ties du consoil de fam lie du mieaur Fdlix la dame Rosa Charles Georg ., agia
Sfale, et pohibe atiscoonidrmont q it, Proph6te, tenue sons la pr6sidence du sant ei sa quality do tatnrce dative do
- i arte prhibde par Is Constitution qut, l Juge doe pix doe a section Nord de so fils miner Ednon14 1 ophte at
"a ne sdemrti et abolisse: mtire poi.- la Capitale le huit juin de aIanAne assisv6 du siear Joseph l.:i.nne, sc-
* lique et qAi, encore on son article ps d*,roii6e, d'un autre jugement d brog6 tuteur du dit m, eur. ayant
," teprescri ue uore so armtme ir s tribunal rend Ile deux Mai poor avocats c ,n, itu6s \M,- IAonce
prescrit quo, nul as pout *are distraitt rend
S" des logosquela Constitution on Ia o courant et commettant et remplace- Viard et Justin Moatas. au e bwnet du
- ld ms ue oion o o ment de M* Maximilian Laforeot, M* fre9eer, en ceue ville 12ai. .su du
I Attendu dans ces conditions quo Ia Ad- Astrel Laforest notaire on cette ville, entire, e'les font election '. .to n.lOe.
8 cision do vangt Soptembre ml neof cent pour effectuer la vented ci-deomou. Pour plus amples oensoi.aements;
- sept d couscil special militaire de l'arron- me otioine .. 3o d'ua troisibm ju s'adressar aux avocats pouts .:v its ou
n dissement de Port-au-Prince, au regard gament rendu par Ie tribunal civil de & M. Astrel L.forost, noaire "t Jdpo-
- de toutes les parties lses, ot maigr leur ce resort, enregistr6, homologuant sitaire du chier des charges.
sileoce et pdans 'intite: supdtiurdot re- la d6liberation du coiseil de fimille, Po t-au-P.ince, le 31 Mai 1910.
Splcn dea panpacti coastti uonal no pe u d miner Edmond Proph6te. il sera Lkonc VIARD, Jusri MON FA aits.
*pact d a. pact. jordtutionnel, ne po prc;d6 eI samedi qui sera dix huitL VAKD Juti MNA a,.
- uni tgucllemrnen proddqomen co, effn s ts0 Ji .prochain, A di hours du martin
S ptietutuucellemeti prodnuei aucuu ef t, e n I6 tude et par le minist6re de Me
r penu; aussi trconside conjg- As'rel Laforeat, no'airo, ila vente au
- Qum le tribunal correc.ionnel de Por.- plus offrant et dernier ench6riseur,
- ao-trince, en fisant d.couler 1. : principle des ioits t prdtentiops des rminEurs --
do I'auto, t de It cho;e joge, en a f tit Prphe sur ue ro pri6t6 f dsoned a e vapeur Sibiria" ivant qilit-
a D'fcus par si e ti faue in e-prtation bAtisses, sise au C p Haitiea &a rng:e t New-York, samedi 28 Mai, di-
r reproach uue de Ir ice 344 ins auction des ru s Espagnole et Saint Joseph, rectementl pour notre port,,t- at-
crimoe'lce; que ce moyen e34 fooi-i ; mrsurant dix neuf pieds ciq po-ces tendu ici e ,vendredi5.-ioutnr l 01 par-
rimneleep ; qme moyen dddufo d la ; evircn sur la rue spogn io et trente tira prolritlement dans .I aprtrs-
ipieds ,ur la rue Stint Jo;,rh brnu6e midi POWKigsto.,,
fau.se interpretation de l'article 7 de la ai Nord par ia rue SAdit Joseph. a Kigston. Co'ln. Iort
lol du sept Septembre mil huit cen"' o.i- Sud per la propri6t6 de Madam- Vve Limon et New-York. ,proiat.nt li
xanue et de larrO' da deux fdvrier mitp Perre-Luuis, AIEst par l* rue Espa- malle. fri7t et passagrs.
A nfcent nu. Igoo e, A I'Ouiest par la propr6t6 des
SA'tend, e prince. qu el'amnsie du ititiers Henri Prophte, tele ai La mall pour I ltr;n,,.r ( v.
faith principalcsomp.erd tga'men, es d- turs que laaditesproprei a t se poi suit Kingston ) f rmera a it Il pi v.-
tits :ccessoire.I aet steuid avec ses app rteoanc s st dredi 3 our.int it5 li.- Ali
d Mas attendu que cela ne sadcod que d~pendances, Pans en rien exceI ter dried 3 aourant I r ,,'.- .*JI ,ir.
de ceuxqui ont un rapport inime avec ui rdseiver. Port-au-Prince, Icr llin 191' .
. lef i amansti, soit qu'lls I'ac;ompzgremn Les droits et prdtentions des di s F. HERRMANN & Co,~ A ls
a soit q'ils le suvent. miners sur I'immeub:e doit ii s'ag t
Attendu, ea faith, quo l'anistie du deux sono estim6s A cent Co xant- dix .Hl B -
ma fv.,cr mal neof cent nef n's enaeadu et piastre. . cy P. 170. 6L Bell e -
. pu envisiger qu lei fais olit;ques quia A la r quat6. poursuite et diligence. Le misux situd, le plus coa-
. out engend6cIe jogement da conseil sp- 1 o de la dame Jo eh Etienne n6e fortable.- Champ-de-Mars.-

. cial miltaire at paruitel es condamna,'ions Arg~le Victor, propri6taire. demoeu- Caisine resomm6e.- Vue sur la ms r.
qui en out d6t6 les consiqcences.
Attend que F. B. C6sar A qui l'acte de
Sclinerce du Chef de i'Eat a rendu la li- A
. berit, 'a jamais eu en ue que de se U
plaindre des procedis illgaux iet arbitraires
qai ont ee employes contre lui, de son *
arrestation au jour de son jugenment; Chez Ierr la nn Corvin Ioh
Atteodu que les juges du tribunal car-
rectionnel de Port-au-Prince, en consid 108, RUE FEROU, C-DEVANT RUE DES MIRACLES
rant le ddlit reprochi par F. B CsarFEROU, CI-DEVANT UE DES MIAC
adversaires come accessoire auxfai s m- Vous y trouverez du Bon Rhum Sups rieur
nistias par 'Aiare i .dd Prdsident de la Re-
publique, en ont mal interpretE -le seas, xu V in rBlaitXc on meae temps qu'ils ont fAussementap- A
pliqu6 la loi do vingt six septemb:e mil it des prix exceptionnellement avantageux
huit cent soizante, sur 's droit de g'Ace et
d'amnistie ; qua ce moyen est aussi fcond6;
Par ces mo:ifs, le tribunal, apres en avoir
dd ibird, rejetoe les fins de non recevoir St vous voulez boire du RHUM DILICieUX, du RuL'M ,'rR, ai.l pioduit
et sans avoir besoin d'examiner les autres d'une distillation methodique, allez chez
moyens do pouvoi, case le jagement du o
tribunal correctionnel do PoLt-au Puince, Le oni aul aud &
en date du cioq Aodt mil neuf cent neuf;
ordonne la premise de l'amende deposde, et tons, riches t humbles, os r L p u d
pour atre statue conforadment i la loi, o1 tos, riches et humbles, vous serez sati9its. La reputation du
renvois le procas et les parties devant le Rhumn de L'Etoile"
tribunal correctionnel de Jacmel; condam-
as los ddfendears aux ddpens I qu ds i la s'est fate rapidement grace A l'excellence de la :disttileri de l. Etul, ",
*somme de Cent sept gourdes 85 centiaes en P'aine du Cu!-de-Sac, ou so fabriquait le
at ce, non comptis. e codt do prBsent ar- Rhum de feu M. Barbancourt
Donn& de nous Ernest Bonhomme, vi-
ge-prdsidenr, C. Dijeao, P. Laraque, An-
selme et P. Janvier., uges en audience
pblique d deux M at il neuf cent dix, B l
en praloce de Monsieur Eugene Dicatrel, B ar de la P o ste
sabstitat du Commissaire du Gouverne-
meot, et assstds do sicor Adam Michel, Distillerie de la Poste
ommwR-Bg effier.


SEINS


~n Routiqui assure &Sla
Me pounetrifle patfaiL6,
Mae suite AI a 5851.
Pf aafmt~ yeleespv h cO~ Par' -was.


AL Vendre
Usn ~9v *isi ot cmmod
aye, bbrusi emmhon bndtat.
8 adrS~M B Dress do Journal.


&. visla 3coate


Rhum Nectar


le goiter c'est I'adopter


3, 4, 5 et 6 gourdes le gallon.
Le Rhum Nectar
*et obtenu par une distillation m6tbodique et soign6e.
Le Bhum Nectar
se troupe our toutes les bones tables.
On trouver a lemooet an BAR DE LA POSTE :


Vim reg ssrroieur
vim blaseI


3 gourdes le gallon
4 g a


'%rim







CHAPELLE RIE
PAILLE DE PORTO-RICO
AccouREZ cif ez
E'eliberto Gonzales

JOSE sAkN MILLIAN

FABRI1QUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
,ALON DE Coippung iw LouvRE
Pour tous lest gotlts et pour touts
os bourses.

A LOIL&GANCE
9QORDONNNRIN.
42. RUE dCZ FI1nt8- "I Otto.
CEAUSSURNS 214 n~p6:,Poua LA vamla
Promiptitude at maim aux somman-
des tiaL t id qu62 proiviueg.
Chaaismures fdo ija.* ,zzrms at Ira-
wail toulours tout as qu~ll Y a is plus
SOUvAUX.
Formes am6ricai us a': kanaiss pour
Messieurs ; dl6gaidtas at commodes.
Pour I.. emfautsIseplus& l'ais.'
Travail solid. .xtoaut6 avea
41on p~auz a 1; ~t ro=16ro marque.
Assuramea do r'.-amd rabas..
C.11ir&~aes ~~.Ptg

Kola Champagne.
lReconstituant
Fw~rIflo uIA(t- 1 l'ob~al-eanedu

Ancicn Infernied-s ~lrv;p'taux.cde PaEris.
[RN:P. ;iw1 d(ouzL iiflO4

h~r Sinmon '\ Wily, Iu.' do N1aga'in de
i'F.#at l'vt-r-:k;l~rI? (c-t;- Mr Gienrges
Biut c ue du 11d d-, (1 Ezat, Pott-
au-Pritlce; Mir ug. Scott (Ldogane);
-Milo Loco Aiijride ( Cayes )
N. B. -- utite citto cat'gorie, la
3oci.tW tfl&dmiae do Kola ChaiIpagne
livi'e au pubilie tin. aititse classes de
Ce iO.3lveillex Istodluit, au prix do
QUATF09 GOlltRDEet detni,3 la douz.
Fat-riqu iau Chemindes Dalles
i~r: (DEKOkLA CHAMPAGNE
Port- au-l'rir ce. (llai'i) P. 0. Box, 31.

NESTORI FELIM
[.ox1C~len1t taI IOU I* ;AV A.t A~e"_U88111I)
conauu de touted l.[AR jb`aL1D!U41 Vient
do rouvrir son atelier hutue-Fdrou,
(Rus.desA Mirac"es No t);
Sa uombrousAecisa li'*trauyera
*ovuai:&.tOOGLUrwtL-otCU!'wisfaction
moot lee ttavau: ALd ;li~i I'3TOi~t so.-


Chapeteli-et
AC(T.UR1EZ iE

JAIME TEST Al
[.tsetiapoliec rumrarquab!e, avan-
tapeuseruent eonv',ifait sayo~r au pu-
blic on g6n~ral ei A sa nombrous.
olientble qu'ii viout do trausf6ror @a
FADRIQUR DR CHAPRAUX
(La.I 0 iu- E MAsON DU LO__E)


AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du


TARIF


Cigarettes


G6n6ral, -


GOURDIES


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CHASSEUR le paquet de *0
HONGROISES en levant suptrieur Le Bondon de
"20 cigarettes
do en caporal sup6riour paper rose, le
paquetl de 20
do en Maryland le paquet de 20
do on caporal ordicUiId% paper bleu le
Bondon do 20
ELEGANTrS en Levant ordinaire le Bordon de 20
do en caporal s.uiprieur papier rose, le
Boudon do 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de '20
do en caporal ordinaire paper bleu le
BouLdou d0o U
FRAwqA.ISs en caporal supnrie.ar paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondou
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
RoULt as on Maryland et caporal sup6rieur le
portefeuille de 20
do en caporal doux la bottle de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la bolte de 10


1.20
0.60
0.90
1.2C
0.8E
0.85
0.75
0.75
0.70
0.70
0.60
0.60
0.60


0.75
0.40
0.60
0.30


Jn.u 1910.


Tabaca Scaterlati


GOURDE


LEVANT SUPERIEUR (dit tabac d'Egypte) la Botts do
50 grammes 1.2
LzvANT ORDINAIRZ paper violet liss6, Is paquet
de 50 grammes 0.90


MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIKUR paper bleu sle paquet do
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert sle paquet de 50 gram.
mes
CAPORAL ODINAIRE paper pate brune le paquet
de 40 grammes
TABAC A PRIssR, Virginie haut goat, paper jau-
ne, le paquet de 100 grammes
POUDRE SUPERIE UR, paper blend 'le paquet de
100 grammes
POUDRE ORDINAIRE, paper brun, le paquet de 100
grammes
TABAC A MACHER roles Menus filA- le paquet de
100 grammes


mv'a'lllc, 1 IgL 1 9


COGNAC OTARD-DUPUY


Pour tous renseignements


0.75

0.70

0.70

0.60

1.50


J.. LAVILLE.


Mason tablee depuis 1795,
dans sle ChAteau d Cognac
o est n les Roi Frangos I.


.t commandos


8ADRESSER A : Andr6


FAUBERT


agent g6n6ral pourila R6publique d'Haiti


American Bar
&
Ice-Cream Parlor
Place Geffrard A c6t4
de la Pharmac e W. BUCH.
Arrive pac S[S ALTAt
EVANSVILLE STERLING
la bifre favorite de Port-au-Prince
la douzaine 112 bouteilles G. 7
le baril do 10 dz. 112 bout. or P. 12
WATERMAN'S Fountain Pens
superb collection de or P. 2.50
A or P. 5.
Clip-Cap pour lea plumes G. 40
FRED. W..'KATSCH.


NOUVEAU TRAITEMENT
* oK LA

CONSTIPATION
et doe seas


iuenc~mEn gorgements
duTubo dlgenuW;
nplot Maladies dui Foll
(onigestiosu. Carrheam,
lufectione bilair"..
Paludisyme. FiaomreJ-Owii);
Cnnstipatioai do la Oroseesse;
lemeillcur prdvetritidl*APPEUITE.
10002 D*UMPOI a 0
CLRIXI. t'ne cu~llor.` aca,*e ~n s a& pm 4dew,,as
?PILULi6 b- Doa. i aa i eetI* rw..- 49w eUv. e00 geOU 8004mS.


Hotel de France
m"e A. Maltre, propri6taire
Bibre allemande la 112 bouteille 0.60 Sandwichs
a hollandaise a a 0 801 Manhattan cocktail
Champagne Cocktail 0.75 IKola BO6h


VINS MOUSSEUX, LA BOUTEILLE:
Bi6re d'Amstel


0.0


P, 5.00


Par caisse et par doo-sina
Champagne Pommery & Greno
Ddjeiner et diner au Champagne P. 5.
'Table d'h6te": P. 3.


Sjjjvd 'UavaIssDeHPIUOM 669 "VEIUMM *a

-aJ~mauctan~fd erst-41qc

Sotll8V 'otu? uux
co3 u q
CO13Tt 111C 4


I I ~-


---


------ -- -- _-__. ___ _. ___ __ I --


Now,


G I