<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00932
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 24, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00932

Full Text

Quatri6me Ann6e, Nc 949


Port-au-Prince, Hlaii


Mardi, 24 Mai 191,


ABONNEMENTS
po-as-PriceI Un Mois G. 2.00
TRoss Mois... 5 00
iparoments U Moss .,. G. 2 20
Tiosi Moss 6.00
Hr-ger ... TRos MorS 8.00

DIuECTRUR
Cl6mont-Magloire


j


J


6


OUOTIDIEN


LE: NUAM1RO 1 CENTIMES

Lps manuuscrit; instirs.,.; u non na' .,.ron
Pa.. ie'i,#iuni
REDACTJOIN-A 4MIN S;TR ATION
4S, R'.fl. RO',;\ 41


Arthur .'re


S~n eflfinzo fiat trjimblth par I --. wt- diaction snllici'de fit$ a~coei-]&,. I I)rl'?t
UN HI S TOR'w IEi ti-as des giants rti !!arnant 1leurs -d Oita. a%`C 8d4 C,)llt% I4 114 ur Pit i', e't l't.
Llui a n ota~ttrAWqaste q letch o tb3 4dins C [Ii a, rd 31 ratitf-_,i ),Ii ita iiJ.4 xXUt riaitA
sonl Aafl, c3:0Ai qm~(ul se reauliait-pw~r 0et. 1iRt* iu jvj i 4i diui3r .kN j(V0
Mo siu B a br n Ardouin aind d~ri sur silo-m4ne et doat [a tris .1 W-Ar~tain ftit p14-l eatri I t ra 'ie at
Mo se r Be u rnt-s48 nliefit qu.3 i'a-crol ra av~c le'1I1 P1iuC s~eCd--flI'iif3 q~ii 11V Ati'Ait
Hwssace a Cari~re olitque.t-inps. Kut-il voi -AtZs4Iidins ce fait Acomjagn4o. 3,
Na~sane e Carire oliiqu.la gra~ale poad~ra iou qwA'L mo iraiti A to-i retoar, P Uk' 41u Pr-%--I,' dit U
totijoi 'i ? Go quo kvs -Autres tenfa-i 4a- S i n lt, et janm it,;i n tu t P is
/ 'ientrrpria d'.Acrirs une 6tad-9 cur ime; :cpI'ii d'ava-it 18V3, et les n6tr3'i q..wrairin: par' uQ .-It'Cirei i .1. fln, 1C.4, OragaIts,). L'(.jpac;* it g )alit I t U).
/ Io~vre di Mr Arioain, lo plus Coils- depois 67 ans, oceoption faite di seit l Ai, ii y arrivAit PAL' .elui 411 raisc ) in-i-teap Al.s,)Ai11 tit nIai--;;, i. I *'m-
c~eni~iY, i josedir, d n~ Ii~'n arq *e vraie alministration et qtii me &0 Nomi varroas *t ezni opp3rtajn bres, at m &Ie lie thtIt ii ~~ e t d
glenq ; el 1j ti iStii ULt iI J~n I-O't re~tds dans Ie souvenir ainsi '.jLi'i In'y a p a j j a -, 4 : q o-; j', -q iu Ara
co qiiatru artici a qua jii d6tacb64 (to q'ari rayoi lumineux dana utine nut inathdraIt~qiq A6 eg inc iIy per Ca .aorA(I ,-N1 MA- "I I' 1
cett&, 6 ule. Duins 1I5quatri6 rje, nou- o pa (I n-pr6trd'r.,rces derniers ?7Ias urd font, 1UAt 4 11. i.me Arri ,e to i- pvrter Hse4Co ,)4-1!-; 1 1'&~
svons vu ce que c'ot-t qua Is Boyqivisine Qae ce sysl6rne no fiat point salns 1imtr3 OL sa d6rnonstra'ion. La Jib :rti q it v-, i iit I .1imL"9n$5
et (I ie,. r6iuitatm avantiagaux 1A n iti, n qu-i jues manvaiis( tdi, personnel tL'a SeerdcAiradi G(;iao~al B13 gel[ A, 'etarI ,r i ibe
atirit.tir6 de ie syft6 ns en I'amendat.t. j tunais song A le dire, eucora moil-uAi rn jld uu pass g ori-ut,,A3Iol.t knvjz. fi%*"xt-aIL4 h Iir .1it ~ 14 I
M.A4 de tons los tompv, 1l'hommi s'e~it lU~i .tiis'oira mitiremplie d,3 fai~s I AC le Jli Vii r eC-Le 't3 1 1-;it 1, p iv so 1 r, LuV'r It*,dit'.Ia
iljamiis donud la raison ioir guida*? a; ge~tes dos chefs d'E-at nWen cite pai ravi~a~it,-.1 s'a-re.i A.1iii prr~cii SulIIt I4 41IS 1- 3 G v,.fl 1 1 It it 4,1
E-le est coimma son ennemie naturello, u'1 chiz qui lo easztimint de justiaeeat v t d a gd a : a'..MIt ii, :uotAu, 1-4 1)3vat
et it aime mieui fafmtr lee yeux po.r de sagesie nWait d~vid an instant. 1,,) -upposar, iil Vayoue da rrode, It dSiir Itposeot OLI P6-dewit Ta tI Ietc. toCi
no I ien voir. a Je sai4 qua o w uidi~ts St-L iuis qui doiflune pro~tque too; lei;daG d~i( al~ l li it p ir rocw~per t:ut on- tt I')QS$ 1' ce-_kiI' '-,A 1 I, AOi-
vrai, mais j- m'ofl moq,3e," rkA'bndI-it o'lvera~ni par la bout6 de son cceir atter
jdFf as is4ep .!,s !,,L are eAene esI I,, .ASSres da4 i~ fl S on cou il d.) )11, 0.
JOnisis qeleri afleiras do Ltz~s 9. it u!iie rfs zYa c
one pi~cj (1-imurti Ic"I6bie. Lhaih"ieu t [Lapi .i~t v~i repro-.her mai-itei a g v~ti ~Sf~ Ol tae t fur.3nt lettr3-moti.,lait I te fitid-4 I ie
s'Oi va r16p j ;,r,it -i I r aI (A.(jI t'o -1 1 )-t' I u la d6cig3ion royal I av~A U 64 0 *s, tar Isi V~ox mo t rti_1P IL4
ad61~eos C-iWnt-a Ilt i' Bogir -me :ja- failli. AM I ir~'Ateror ur t-)u 1-3- 1Iloil aautp1) -;gran Is, I 1 IIUj (1 li. Le tpavui I it ") i .rt'o I i'- VA i
inaig an w d. j-igi meui' 1,n'ist ven.Win fo ,- 43.1airs d'Apd raqe qoc-it_'v A .Y. D! I 'A: IVOU3 ritable tourfu it lie 9 .01 I-4
delairer t~ouit,' pr~t faui3d. Qeqi~p:)it'q i-fut nd aboliqia?, syitdmA'iq 14 dii'h -t iIen.4v .q ibu Vj r u ii iiai ,iL'
lilnorgumb-604 1101.t le i,otmbrs 'W-l mont contraire au nidran'rtI'sdi !a nrI- .un w, izjLLA2X.nt Iev i a la o~re 1,3 O-.- t C pO3Iit& pitIita' iti .
Monte Malheur fi of.8rent do jour an tioa, c'ast tant Soat pe a fair preuva L. cilia !n U rn--iiii e Jo., :bi 'Io- Oli
jourSO~tlea autitur. rpspousab'19s dodadicona 19sance insuffisitntoeat iapt Ct-r udon nntj .rIa4,vtWc-rt ww 1o
ces aberrations qui s'eflrutsraient A Ii r6trograde. rit, qa'av c un l~' oaitfL;.).I ,;e A 1" a'a
moriaOt! edis~u~ss-o. Abirratiouq d'au- J ai voula i%,aria)t d'ab:rdar lItniis- -n:6 d~bz!,2. do no~ubre -x viy.&g .18ezi fU r lfibertctonqu.-0" 1tn !)At' AI'11t
tiaut O.i l 4-'i 4ulis .ju'i lea Argucat n'..sance de Mr Arloujo, reparle- I -iz~r E~ur )r,)S', 8 uiui5 134ii ;AA p-1 b.'tir 1114I'A(llin,in; -Ati 11 0' d-ai"; 1 PO 'it-
inventis pour Ie-itpiouver sont lks rn'- -meat da r~gimc)moous leqael it dJouti ae tell- a, tvre. Al ) tez A c i eii i4- 'file it tjugc. Iii w"i..; Wi.6A'Otlajt
a s -un io-i Kat orits dep is 67 av 'aris la vi-j pablilue,et cola poui- miaux 1 Atto 1 I I io-g a -~ I :-1;A )' -s-16e t I-Ijx 0 ~eISO, 1 (4:A1, t i u fr '1)a. I* IIrA-.IL :jie
Jhzn,-I. (IQ nuoveatu, deA fait.; r G3 fire irossortir le3 tondancos que p-) trr, io' 10,L~Y d!3k, 4dt- 6t 4*Ivpra-;jiie p irn in',a di,qew;grvv ~i -ip-nto!
oanclunati, qui en mon ra:it Is t61: wa- avoir da-3 ,li suite son 5uvre, .ew in l )l-.a; q a y doan iontt, 4 4toutil 'intiiii sit t13, i gr rud, rnoy 'i-. d coItorfi
abiO6liq'in du :yi 6-n?, :)jouterai'ant A trf.r suroloit son3 caractbre ph t no. Furxi -~,et I _.,'i -u 13, doL'1)ie r sque IA 1VI-t~o'utOn Vdeu-t 19porter
IS duelizild soi-diaan idvolta' to d.-i vait 6tre autr-imenet. Un prt'.s Ii :-e gra-ldi~ent, 4A*o-.vi:-_ (o qi.4ri i v f'oe, ~irnotu.
bomrncs qL.i faisawout moiavoir la rLA~- pt'es'igieui, .1mni desan fam~ile, Iui li t o 'sieur Ardouin vit to.it ce (lit) ii it n 't le; iu-Itit; I,io,4 et It' roj'ges
Chinle. avoir uuie ascincion asisez rAP tde. ,anqu wC, et -e:; et1jr~s p*ur Ws'inr'.im- T ~ p~lr~cta~t.'i
DW Scb~cbe.-h, touj -ars do SchopI.I k'om titcpbe tingi~r ~i omii~is :vr~~~illX'n',--t -o a e c*4 de re-
cher It a a 6!6 1 uniquest hb m'nomen t s6yait alor a an:mwar 4 do I A I)ai clI Ifi.til4.u!%3 t mo I u u ', q uand :oa-trmhjre et d.A rnteaix f~ijre~Ii
be tefrein ciiU d nlms~ nation. It no ponvait qn'oinbraass r so -VOieu m.i-11tre *AP 'is, ii !u parait A ne ns101 '*L o uem
iY-;tbtn, leiruel n'rst quo te nom (14part,. et quoi q-'il fd~t Pita do s):1 i-On sdcr~tA,- Ott A -14Pat' 11s- habile. expert-, s i 16taiai zt, le vase
es qu'on iaut aptwler unoban gouver- tdmps, ii eat lesprit toujoara aissz! It ac.,ora.agckx le gdn~ral 1Brga.ihij a1orde, lei,~a-Si 4 Ont salrdxcit6341,
moment. Go syst6tuo eat mauvaus, it lucid. pour savoir In voila OCI il dtI' dm an ader'ii~re ca-apagrie olaicmit fin et la ternp#Ro avaugle n i -s *irfljor't aen
aut inique. It a f411 1la mdAheur do la Iancd et leiasap6rit63 qtai dovaient, 1'at d'Va Imurrectio 1d,3 G uiwat.ll at jdp its imc~is t1etemps q 10 n'avez mi'sA d6-
nation, sacs Ini, Hal't tait d4fioitivq- toradre ensf on long chemia. It dot t Becbpf do Bureau -ui Mag iii t d I Eta', trllier.
went sanv6os 't I& rac'. repectdi ot dire souvant q'a'il no a'6tait pas trom puis itibstitlit du co nrnia'4-jae 4 1 gR);- Ii6rar~t Uiv~&eae (Lira qi que iiltf'iO
r6habilitdo. Et depuis 00 &an, it a cc- e 0,at o.~vent aists', it dut appeler d--! v~rnement A Port- .u-P~ralce., En 1831, rnom. Ua naitiora suieii si rainidit coump"
d'euisteir, lea proge~i qui 61aienttplusie,3 vw ;z (41 c'dtait possible) [a retoiir'1iit fit ai'mre da la comrnissiun de to do l'ei a; infructazouzz pa'ello vonalit
os moins riots *wous 1lea syz d6truits, d'U t L01 Cuef devant Is pea do st~b~ Iit6 I nsttactiOU Publill'io. s~uateuro'"ado faire.
Does awez fait fi do toutes lean versus qu uffrait In politiqae hal-ionno. 1833, .1 un dts plus b illiantei. Li s 4na- A ulmlieainto. ctqi
qsi Caractlirisailent ce r~gjgme*, ws tearLesainasime, coLuna par ass boas .Aqt ieivoi es avajetitob'i CSti*04?JURI
fems tos enfoncda d~mn% I'ablmne, la. na- 1*mots liii dit aprbs ,-Iido ',as dis.-o-jarsavai .SiiIi ~~ ~olnie ie
U~maitds'6io~o .oh bos loi a~S~nt (Yoginav: siiicuat ~ bi-4n attendtieot-iq du chuingen-rr do
Toms m'~tos qudes dn afts ou doe niogi- Alexis Beaubrun Ardo-ain vint au F'air d'uo do.-trinairo, vous oan avez en. fl~g~irneqO i aopdrait ? L~i f-rinatiofl s0.
quos. moods en 1796 A 1'Auso-A-Voau, pa- core la parole. 9 ciub d3 notre m~lieu siu~le s~iffit a toat
Voiliaun systbmerr olitique ou lolegtite villa dui d~partement do Sad. 17,a18.35, it fit pirtii, rm'appranne-' e pr qogram Ones oo aisx.griear p4ar des
fonctiounaires frappeat l'attbclnt~n par Tout enfant, it eat de-4 dispo-,itonrs !:,,.papiers diut gran I a'ni eniver-4 d;Ii porme o'U.lsmt 16
tour dignity au-iles us d-4 tout Alogf' ; remarqaibes. L'intelliginca n'16tait p -4 ui; ret vitlki4 d a 5ico p 41 ',it. ch i;a ,prs de lubert t l mvi it crtaix aOO
0 1& Iacomfianco on Ia vitalit6 do psys vive, aterie, ella n'allait pas da pre-! ,,r Ih vie p-hib~iu-AiI' ll, -tornea, a;.*
lioaoietot smodoamost6 mencopaubt.MamI& comp 1;1 1Slinateuas V~ail t J .L,,i wt.saepourlawit Dousg uftir do I'errour
Ift~notts out o mone : amivit 64 ier cupLa but.Mais '.6r~wolationnaire.
Simms admninisirateur.4, on lesatWirn, honsion. as faisait luminenso pa.r d~-- *'un,.- comuniss wa prC'. i 164 par to *S !
i it pr Ile:41. et la comp6teonce d~un girds, L'onfant saisissalt leatemeit, at cr~taire-gAnciral Lr1gmnic, pour confitr,-r FRtD~tFiG LECORPC.
rue, ontosrd d'an wrai proistige ; c1: lea closes une fois apprises no g*o-, av 'c Mr t)I i l'eit Irr,-iar.-i e! I i c P .-
IPGeniro o"t dirigibo avo- an sons bliaiont point. Dha 1s course das 6tad~as aiticre do 11 xiirui;6 ties iessourc;i i- .-
ft*ct des besonias des populations, un .terazin., uit fat 6I6v. A I'Imprimario Na i nancibrots do la W1pabliqiz'. Lvsu s6ii-
18Ps6=9 onmin qmA damo 25 anssot douat tiomalo do Port-as-Pf ince. Co wage Acog on furr at orageuses. at i'lon pouisa L'Adzm,.nistratin du MATIN' In-
he vla&lardo cultiwde parlont encore ce waste bureau; qul n'a riou do corn so veot les interronmpre telIatun!u'la fbrine sles abonn6st qu'ils no doivont
3W5~~ mhhas.Et woi lIse n6tr.., mum avec nosn imprimeries ac tuollospitd o dsdo (is JtdlIretlon 5 ,o nnorou Ipifenton at psm,
us 9101116ss : M isabus. sontasmoot stir ddcida post-6tro doson vocation. LVim- et Incompatible. La nation, on Is sait,1 rquomrzuss on
Iee '--mWOW g~un oc-pinro ~atu.paehbi-out A so f6licitor do asescommnissairos, taut1.tIs nabivcu journal.
11IL'wr hur iimg do Jo.eon th~ciao; sliolltta ami uivres, as et io no forcerni point I& note en di-"LI'AduII~tdmsin, Awu Iwm
43pep i~easane. osxm ~rmsmrgm courts lo ~,saint quo In part principals rovonait A
On W& qua fair, east -A dbrvi abo baux& En 18S37, do cmu crt, avoc Ftdrnout.;f t lB leV O
w semtro doeea4vgruirou11w I"iL? uuWjgouquamdormior Labbdoeat VWevaloiz atm6,il traita avoC RLO mimI ims is 5 plus cown
U~~ ~mms. rnemo.It oft 4.s is Id bir es M.. do LUs Cas..est* audim our J dblIs1Im4-MS~E
mmwe asw dezma yw. you'swet aW l4b. fiopuit. blfe do riIndemntd froamqal".ost ar6- C uaid is 1resmmob.- Van our Is air.










LES LIVRES

Fidvres intertropicales.- Diagnostic hdma-
tologique t clinique, par IAtoN AUDAIN,
avec ia collaboration de Ch. Mathon,
B. Ricot, G. Dalencour, V. Lissade et
P. Salomuon.

Ce volume, de plus de i zoo pages, vient
d'etre date I'imprimerie 1. Verrollor,
pour laquelle it constitue Evidemment on
succi appreciable. Sans doute, la plupart
de nos -cteurs n'auront pas I'occasion
de le rencontrer so-s leur main et de le
fecdleter. Cependant, ce ne serait sre-
ment p-. pine perdue pour eux, crr ii y
cst q',e.:thso de maladies propres aux cli-
mat': cha,:d1., sujet qui nous intiresse tous
a des itrnes divers.
Jc rnetirais A mes lecteurs si je leur ra-
0onit3,. a oir parcouru dans le detail tout
.e .ui e .t contenu dans ce livre. M is, 1ii
auendint qne je le fasse, j'ai not: avec le
plu' 0:ranb. interet quelques points sxillants,
parm, ier noeis le, deii .uivauts .
'!. ,[J !'ntrodu, tion mcnu n de I l'ou
Trage
I. ur, notre interCe sant co.Alb)-
iaOui J. ut, reteur, Jan-, une cauterie
-su I :',.n iper tt les 'iliruX, g.)outilIlit
ave v,.e It. taux point de vue ,rsce aun-
.Ut1 1 :1no cune des esprits thai ens s c!-
Cor. ent 1 j ,tqaer dans notre payv les
.onui;:,a~.n -s guraIles cquises du dehors.
iar L\la ,,rstion sp&etale de la mcndecinc
:'cit .e rave travers que le docteur Leoin
Aa.la i,-nonce dei son introdltion, avec
'f,. la.r:- d exposition digne d'etre signa-

S1--. indJecins, dit-di.-le ne cite des-
.:-' I auc.nu i,,m,- qui ont le plus 6ud .
l m J!ji nit-,. a exotiquL i ont tou;ours
jt Je. .&udecins de transplantation. IUs
oin .1t ,. J dns nos contrdes apr< ; avwir
-of ,. tci leurs anndes scolaircs .1
i'd.ut, \f- maladies des -.>) ies tertupn res
dci. .Is ijnt ;,jr/aitcP;: 'it, voir tnmeme bea.4-
cON/ trip ,mprignds.
Psr .ic sort d'instinct que j'ai appe-
I i n 11. t i d, i slarit, la plupart d'entre
Lt a vokent dans nos tievres. pour peu que
les tableaux cliniques qu'ils onut sous les
ye. rapp-lleut cent quils out %u dans
leut pa :, I'identique de que.iu'une des
attectiou:n des zo6es temnpdrdes et in;.-
'o.t: e.ti in to ..', ,.'nte is leur ippo-
it I ftit.uette qu'ils avaient I'habituJe
i'pposr d:uis leurs propres sales hoipita
t ;tes.
*Pour les uns, par example, touic '~h 'r
:o,';u de dt ure un peu longue, qui prd-
scute aueliue analogie clinique avec la
typhoide eiiropdenne, cst de la dot'ieaenthd-
ri,; toucl ticvre de course dur6e debutant
avant midi cedant plus ou moins rapide-
aneit a la quinine(on le leur a tnseignc,i's
I'ont lu 1A sutitdr dans les auteurs qu onut
,crit s-n les pays chauds) est forc6ment
Jr, .t. re paludc'rnne.
a 1)'autres, pregnant le contre-pied .de
cc.te tendance special, se singularisent par
des opinions extrimmement tranchdes, qui
se repercutent jusque dans nos regions et
retument de croire A 1'existence de certai-
nc's maladies, combine le paludisme, qui,
pour n ,r-e pes propre A nos pays, y offre
cependant une allure parfois original. Je
parole par experience, car j'ai fait A Paris
toutes rues etrdes medicales et je sais la
peine que j'ai eue A me dEfaire do redou-
tab'e instinct de scolarit 1
a J'ai blen souvent, pendant longtemps,
diagnostique come tout le monde a fit-
vre 'yphoide et a acces de paludisme a,
me fiani aux tableaux cliniques qui s'etaient
ddroutls devant moi i Paris, ou aux des-
ariptions des auteurs classiques.
c Depuis que je m'efforce de contr61er
par les recherches de laborateire les don-
nees de la clinique, mes opinions se sont
dans bien des cas profondement modifiEes,
et je m'apercois que des access de fievre
qui cedent ou plu'6t ont 'air de cdder &
la quinine, De sont pas du tout des access
de paludisme,et qu'ils peuvent *tre produits
par des causes variees qul faut specifier
dans chequecas.
Pour fair une 6Etude des maladies des
pays chauds qui vaille, particulietrement des
fvres don't je venx m'occuper speciale-
amnt dans ce travail, il faut 6teindre tons
ee souvenirs des fivres dee sones tempd-
prdee, reprendre le travail, poor sinai dire


ab ovo, eluder, quelqna'ait t, le madite de
ceux qui, autrefois, les dicrivent, les tra-
v; ux parement cliniques de nos devanciers
tc se baser sur les procedes scientifiques
plus precis que la science met aujourd hui
A notre disposition
II es, un faith sur lequel j'ai deji attire
I'attention, c est le suivant: uans les zones
tropica'es, il existed des maladies connues
A certe zone et i la zone tempEr6e ; d'autre
part, il y a des maladies propres aux pays
tropicaux. A Halii. en particulier, il
exas c nombre de maladies qu'on ne ren-
contre pas en Europe, comme il est donned
de noter I'absence de certaines maladies
tri-. trquenres dans les z-)ns temperdes.. "
I.e lectew*r peunt se fire, par cette cita-
lion, une idde approximitive de I'impor-
taince du volume du docteur LEon Audain.
Au ch pitre Ill du livre, consacre a I'6-
tue dJe la ly'ph.angite intestinale simple,
certaines des croyinces populaires hai
tiennes son passes, pour a n;t dire au
creuset de l'observation scienutfique. Fox
.op/,li, )x )Dei. di -on purfois ; nous
poivons dire aussi, avec qu-'que chance
de moi,.bii 6 : .,x ppopulI, 'jx viritaFis
F out r-cemmnnent, Paris, M. Bilerin
dftmontrait a l'Acdc-mit de m6decenc, le
pouvoir ,alactn.'tgne do cotton. Or, ne sait-
on pas dep'is loig emps ici, tant dans le
people que dins les tamrnles, que 'infusion
de cette milvacde a p-);t- v!ru d'-ugmen-
tcr le lait dde; Iiouri,..s -
Le chapitretque nous signalons consacre
,le la mrnmc tM;on le bicn fondd d une de
nos croyancte populaires en cc qui con-
cerne certains fruits.
Pendant la season d'k6t, il noas est quel-
quefois donned d'obsetver de vdritab'es epi-
demies de !i&. res que, de teaps immdmo-
iral. la cruyance populaire at-ribue aux
f'ults.
S ) voco; ce que nous lisons dans le
.olume de~ i'ie: es ii trtropi, als :
a I, existe en Ilatti une croyance populaire
u -" certain, fruits 4 cirouelles, mangues )
sent suscep.ibles de provoquer uae finvre
que I'on dcsigre sou; le nom de fivre des
/ruits. \ le s'attaque de preference aux
entiats. Notte confrere,le Doc.eur Mithon,
cherchant i quelque part de vdrit6 pouvait
s. cici:r dant certe croyance popu'mre, a
cjnsta,' que les fruits incriminds etaient
cn .',neral ceux qui avaient ordinairement
le plus de vers. 11 cons ata, et moi-mtme
;c tis 1lobservation sur un de mes enfants,
que, rdellemeat, I l'dpoque des fruits, il
existait dans les sl es des enfanzs un cer-
tain nombre de vers vivants.
Le Docteur Cli Mathon les a ktudids
an point de vue de leur armature pour sa-
voir s'ils dtaient susceptibles de determiner
des 6raillu:e. ou mene de petites plains in.
tc .t nalcs : ces vers, ainsi qu'en fat foi la
de',crip:ioa suivante, itaiena puissamment
arm, I
La larve d une longer d environ on
,cntime re. de couleur blanche, donna
naissance i une petite mouche de couleur
-'une. Cette larve possddait au niveau de
1 or tl:c buccale une paire de crochets ace-
r&s don't voici les carac erstiques : de la
bse A la pointe, longu:ar 384 milliemes de
inillime're. L'armature est form6e de deun
parties, l'une rectangulaire a une longueur
de 204 mailiames de millimetre sur une
iargeur de bo,. Les deux angles superieurs
de ce rectangle sont surmontms de deux
points avant I'une 48 millitmes de milli-
mrere et I 'aure 60'
A cette partic rectangulaire s'ajoute le
crochet proprement dit, incurve sur lui-
mwme de faqon A presenter un bord interne
tres concave. La longueur de ce crochet est
de i8o milliemes de millim:tre.a
LUX



LA CHAMBRE
Sdance du 23 Mai 1910.
La Chambre a continue lea elections se-
natoriales. out etE lus :
Departement de 1 Quest : MM. C. Mo-
liere,Stephen Lafontant et R. Barjion.
Dipartement dn Sud : MM. S. Dar-
tiguenave, Nehlus Nelson, L.once Labia,
Raynal Chalvire, Salomon fits.
La reponse dn Ministre des finances A
I'interpellation du Deput6 Noel a etd ren*
voyde a la prochaine asamce. Peadant que
se poursuivaient le elections, Mr Posaes


est arrive et son entree dans 1'enceinte a
ert salute d'une salve de frdnetiques ap-
plaudissements. Sur le sourire de satisfac-
tion qui accompagnait son salut a la
foule on voyait qu'il se sentait corn-
me rdconfort6 par la sympathie publique
qui sest si bru yamment exprimde. It est
regrettable qu'iI n'ait pa attendre, la fin
des election il dut partir, qappeld ailleurs
par d'antres occupations.






RENSEIGNZMENTS
ME ro ROLOGIQUES
Obseryratoire
DU
SPIMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
LUNDI 23 MAI 1910


Baromeire A midi

Temp6ratur.iminimum


764 m "3
22,1


(maximum 3 14
Movenne diurne de la temperature 25,9
Ci. clair jusqu'A 6 h do soir et cou-
vert ensuite. Brise de mer "assez fraiche et
de bonne here. Orage A 8 h. au S E sui-
vant la chalne vers l'ouest. Baromttre 16-
gerement en baisse. Ploviomitre ; 1,2
millim6tre.
J. SCHPIRER.
Marriage
Ce martin, brillante cdrdmonie A I Eglise
Saint-Joseth : monsieur Joseph Cassagnol
epousait Mile Lucie Chenet.
Les epoux ont 6t: conduits A I'autel par
Mme Edgard Chenet ct Mr Louis Cassa-
gnol.


Simple billet a
Jean le
POUR MkMOIRE ET... POUR


F aretsur
L'HISTOIRR


Le sympathique Jean qui devient cha-
que jour aussi familiar que cher A ses lec-
teurs de c la semaine qui finit a devra re-
tablir la no'e soutenue dans sa dernic-e
a semaine an sujet de la question pose
au Ministre des finances.
II existed deux commissions, l'une parle-
mentaire et i'autre administrative, la pre-
miere mlue par la Chambre et le Sinat nest
composEe que de deputies et de sinareurs
pour le Contt6le du Retrait da million
de nickel ei des billets d'une et de deux
gourdes, elle ne fait de rapport qu A la
Chambre, A la fin de ses operations ;
I'autre est dire de brilement des billets de
5, ( loi de 1909 ) et sanctionnie par le
pouvo'r Exicatif. ells relieve directement
du Ministre des finances C est dans cete
dernekre coum'ss on que siege Ise dpu 6
Beanharnais
La commission parlementaire n'a donc
rien a fire dans la question en dibat.
Seulement Slint Aude rapporteur de la
Commission de Retrait a eu a re'ever une
insinuation du Ministre tendant A dire que
celji-ci a eu un ,6'e t jooer dans les ope-
rations de la Commission parlementaire.
II ne faut pas que le fureitear de domain
puisse s'autoriser de la chronique de Jean
pour denaturer le lievre levE par le depu-
t: de Gros-Morne.
UN PARLEMENTAIRE
Soci6t6 FranQaise de Secours
Mutuels et de Bienfaisance
Le travail de la commission de REvision
des staiuts Etant terminE, MM. les Membres
acufs de la SocietE peuvent prendre con-
naissance des articles rdvases chez Monsieur
Jules Laville, Prdsident de cette commis-
sion, jusqu'A ce que soit fixed la date de
I'Assemblee gE6nrale pour la discussion ou
l'approbation de ce travail.
Le President de la Societi,
F. CHMRIEZ.
Service postal.
Nous n'avons que des felicitations A
adresser A I'Administrateur general des
Postes qui dEp!oie toate son acrivitd in-
telligente et son tact simable A downer sa-
tisfaction au public oambrex soevent si
difficile. sLesa prices coomisiait, a ire
bien organisms et les dldamautwes mat ad-
miges, pSe ees amadami aia que
lea Irr ais igmides me smeeel-
les plus.


Mr Edgard Doayon, parfaitement au
coarant des lourdes obligations de sa deli-
cate tich;, tint A cceur de se signaler par
des qualities d'administrateur competent.
On r6clame
LATRiNES PUBLIQUES .
QUE FAIT LA COMMUNE ?
Mr le Directeur, --- Le train de Carre-
four laisse la ville aux heures suivantes :
6, 7.45, 10, a12 1, 3.5.r5, 7 ; soil on to-
tal de 8 voyages on doe 6, par jour aller
et retour. Meuons poor chAque depart on
minimum de 45 petsonnes ; cela repr6-
sente 45116 720 voyageurs qui passent
chaque jour par le portail de Leogaae.
Nous ne parlons pis des pistons, des cava-
liers ou de ceux qui font la route en voi-
ture ; nous arriverions A an chitfre extra.
ordinaire.
Tout ce monde de promeneors, de villi-
giaturis'es, etc, assisted, A totes les heures,
i un spectacle repugnant tolerd par la
Commune. Lt portail oi stationne un ins-
tant le train est transformed en latrines pu-
bliques. Dimanche martin, les trois cars de
la P. C. S, draient reamplis d'an monde
fou et chacun fut scindalis4 par la value de
nombreux vagabonds, homes et femmes,
qui, accroupis tranquillement,:avaient I'air
de trouver ca tout naturel -- cependant
que de violen:ei et malpropres odeurs in-
commoJ ien I-ls pas--,'rs. Et cela dure
depois des mois.
11 suffi,, pour empccher tout cela, de fair
enlever tous les halliers, arbres et arbustes
qui se trouvent en cet endroit. C'est le
travail d.un jour et ces latrines publiques
disparaltront.
Dites done an mot la Commune, Mr
le Directeur, oulpriez lean le Fureteur"
d'intervenir au nom de P'hygi6ne publique,
au nom de la civilisation.
Merci et bien i vous,
Lo I.l-, 1-N1AN.,,.
L'incident continue
A la suite de notre information d hier,
nous avons appris qu'un group de mem-
bres do Ce'cle a protest, f.,rmellement
centre la demarche faite aupr6s de Mr
Leon Liautaud par des membres do Co-
mite. Ceve protestation est base sur cc
point que le Comit6 n'a aucun pouvoir
statutaire pour en repreadre pareille dd-
marche ni re,;u aucune au:orisation du
Cercle A ceti gard. La question est done
en litige.
a Scania *
ARRIVE k
Cayes.- Mile Th4ida Salvador, Mmine
F6li itA O iel, G6d6on Simon, Steiarna-
ry, J. D. Jean. Paul Gourlat, Mmi Glo-
don, Fr6d. Georges, Jno ph Charles,
Mmie S m ofi Clhquel, SaA-I Stiutlria,
P. osper. Irimtice Eleo, ClAomaane Vic-
tor, Mmie Raphat- Elie, L-jcie Piaiai-
mnond, Ro lrigasu Laraq.,e, B solt S.-
Eloi, S. Dambr vill*, Vre Ju Durmas,
Victorine Bily, Tacite Laimthe, Ma'ids
Ne'auue, Vve L-bossaira, Darcs *: O-r
lion, Ramrau, Nestor Mildon.
Jermin',- Mora-se Vallis, N iltus
Nelson, Mme C'lestin Ta6r6-e Fontai-
no, M ae Clarice Marcel, Njrmil Mju-
t6s, Mine ClImie M r6s. Dor.6as Vio-
cent,g6odral Dacaase, C. Cassigaol, Ar-
thar L-*coufllire, D. Laralue, Mine
Emilie Germain, K. Villedroois., Albert
Bigio, Mle CAcile Litatillae, F. Sch-
mid, Calisthboe Cayemitte, T61isfort
Bellefort, Ch. Vorbs.


TRIBUNAUX

Tribunal do Cassation
Audience du lundi 23 ai 19g0o.
Presidence de Monsieur le Vice-President
Eroest Bonhomme.
Le Tribunal prend siege A dix henres et
demie du martin prononce les arrets sar
vants :
Celui qui rejestc le pourvoi exerci
par lea siaers Pierre fils et Choucouloute
Louis centre le jogement rendu sor appad
par le Tribunal civil Js Port-au-Prinee ea
date du vingt-trois Dicembre mil neef
- cent sept entire a et to sieur Charls

-Celui qui declare iecerable le poevIe
fm per Mr' Emilio Simmamda comis e
jugeme du TdWtmal de CsM'e


_ ___~__ ___ _~_____ _I__ ~___ __ __ __




-U


port-aa-Prince en date do cinq Deambre
1907, contradictoirement rendu sacr oppo-
sition entre jiS et Itc sdets Anglade e
Cie.
Le Tribunal a entendu ensuite lea af-
faires suivantes :
Celle de laboud Kouri, d6feudeur
n rccifcation d'arret par Me L. Viard
coat J. L. de Piccioto, demandeur par
SMania Div6t
ju ge Lraque a la son rapport.
r Jc Dev6t a developpe ses moyens, et
Me Viard a comb attn les moyens prisen-
tds.
Le Ministere Pablic. Eug. Dicatrel a con-
clu au reject de Ia demand en rectifica-
tion.
Dhp6t'des pieces est ordonnde
Ce!le des hbritiers 'Joseph Cadencd
demandeurs par Me C. Litortue centre
I'Etat.
Le jige-rapporteur Emm. Chancy ect en-
tendua : 1 declare qu'il manque danas le
dossier les conclusions dn Ministere Pu-
blic du Cap,- qu'il a ecrit, qu'il n'a
rien obteau.
Le Ministhre Public Eug. Decatrel con-
clut a la Cassation do jugement attaque.
Et vu I'heure avanc6e, le siege est lev6.
Tribunal de Paix
( SECriON SunD )
Audience da 23 mai 1910.
L'tffire Do-rminvill- d'E' i i ,iil'e
coutru EnisA Caarles est reprise. Cim-
me l'ordonnait le jugement de mardi
dernier, les parties oe prasentent elles-
mnaioes A la barre. a Vonus allez jurer,
dit le jige A Eliia, qae D'Es'inville vous
a r6ellement fait ab tndan des loyers
de sa maison ? Je ju-e, dit-elle brave-
ment on montrant.. tole poing an Cruci-
tix D'Eitinville lui a done fait ban-
don d.u quatorze gourdes. Elle romet
au tribunal mdme A Dor.ainvill Ia clef
de la maison, et soe retire trio n I ant .
Aristh6na Mathieu a pria defaut cou-
tre Vertus Jn-Jacque<, qui lui d )it
vingt-cinq goordes. Celui-ci s'oppose
a l'ex6cation de ce jagement et (a t or-
donner par le tribunal la comparution
personnel des parties. Jn-Jacq aes se
pr6sente an jour indiqu6, tandis quo
I'autra parties eat on train de flaconner
dans an caf6 voisin. II veut obtenir
covg4 de I'action qui I'appelle devant
le tribunal. Mais le mandataire d'Aris-
thbne, Timoldon de Bordes, s'oppose
d'ores et d6jA, eni mile litis ( in limiae
litis ) A la demands de l'adversaire. Le
juge, devant one tells rdaistance eat
obhg6 de ronvoyer simolement I'aftaire
A I'audience piochaine, ou comparat-
trout les deuz parties.
Demoil-s assigned Aagusatin Grdg)ire
on dgauerpis4ement d'ane maison et
on paiement d'un mots de loye,, sort
quarante-trois gourde-o.
Le tribunal donne d6faut centre tole
d6fendeur qui u'a I as jog6 bon de com-
parattre.
Mme Vve Joseph Charles assignode en
d6gaerpiusement ft en paioment do to-
yers par Joaeph Hildevert, obtient, au
I'etat de 1'exposd de sa situation a uu
moia poor deguerpir et deux mois oujr
payer.
Aristobu'e Francois Moise assaigne
Peters Byron Laveaud on pavement do
vingt gourdes, valour pr6ete. DWfaut
loi eat accord centre le d6fendeur.

Le soussignt, ex6coteur testamen-
taire de feu S6nbque Monplaisir
Pierre, invite tons lea cr6anciers du
d6funt lui presenter leurs comptem,
pour etre contr6l6s, enregistr6s et
reglas.
Port-au-Prince, le 12 Mai 1910
FLEURY FEQUI.RE
L' American-Bar
PLACE GEFFRARD
A c6tE de la Pharmacie W. BUCH
So charge de livrer aux Corcles,
Cluba, a l'occasion des mariagee,
baptemee ou d'autres f6teos :
BIIREALLEMANDE A LA PRESSION
par ftit de 50 litres avoc l'appareil
a6ceeairo, un garcon poor servir et
lea verroe.
Pri ri or am6rioain on on goar-
es, tr&s moderd.
Fain. W. LATIOI, prpr4here'


Vient d'arriver ROYAL Kola Champagne

La UI UU]olUdon IlosliU Cette ddlicieuse boiss-n, do it 1,s joa!ttis toniiluts et foittliantes, la sa-


TRIES FRAIS
A LA PuARMACIE StJOURN:t.

Fernand Loniewski
PROPRIE rAIRE-VITICULTEUR
93, Rua DU QUAI
Viennent d'arrivar les Marchandises


Your Oxquise, to in u(3.la ag c..batIn oiiI I ,utru'i f finuu-r I ijorupar able
rafralchissernant de.,dichint-ts tof)i atn iut'utbioti son titre a ROYAL .


Agence Gn6drale


AU MAGASIN


et D6p6t:


DE La. MITROPOLE


MAISON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
r \'tuN' &ll lUl.l *EZ


Franaises suivantes: Vous le trouverez -en outre chez :
Pommes do terre; Auli; Oignons; Andr6 Faubert rue R.ux A I'lpicorie NWrette Grand'rue (en face
Morue; Macaroni ; Vermicelle ; Pates Pharmacie A'ex. Robeits t1)o !t -.' Lton coiitra dos pompiers.J
aux neufs:; Harengs saurs trids; Mou- Madame E. Dreyfua.s 1 A I 'Eicerio (:.Liadi rue des fronts- orts
tarde; Moutardins originaux ; Pate de A l'Epicerie If. Corvingtun rue ,Vo an u Nfag-in E. )Drevyfus do
Bresse A la volaille; Volaille do bresse
A la gelde; Filets do hareogs; Maque- EN PROVINCE
raux marines au vin blanc; Truffes ; F. Chdriez Petit-Golve. J.R. Montasse Gonaives
Haricots verls fins ; Macddoine do Mme G6rard Bartels J.r.imie.
Legume ; Pickles ; Picalili; Olives
vertes; Oignons conserves; Sardines A __- -*--
I'huile : Maquereaux A l'huile ; Sau- 7
mon ; Truites, de la maison AMIEUXI -f9t 5i't i
FRkRES.
Peches ; Poires ; Cerises ; Prunes ; *
Macddoine trui s au jus ; CrAmn de dIoIIe 1 l I lj 1" e
marron A 'a vanille; Martron vAnill6s


au sirop; Melons; Figues ; Abricots ;
Reine clAude ; Poires contitj cristalli-
s6es; Bi'cuits tins; Prunes d'Ente; Si-
rops strangers, Liqueurs surfines; Go
ni6ves rouge et bianc.
BtRRH vin tonique et aperitif de la
miison VIOLEr FRIRCES, seoul reprdsen-
tant pour la K publique.
Champ'gane; Vin de dessert; Quin-
quina.
Vmns de Table rouge et blanc.
GROS & DETAIL-'


SEINS
d6velopps, reoonstitu6s,
embellis. reffermin
PILULES ORIENTALES
S.. ll product qui assure a la
r mefu une ioltriine arrale.
F aIt c i ,e I ,tA l rI L u P aIt 3 5 .
J. RATIE .".5.pass.Verdeau,.Par .
l A Port-au-Prince : Phbrmsr.. A:D bs&.
LA
Mantogue Pure Lard
ETOILE BLANCHE
Fabriqude par National Packing Com.
pany don't la renomm6e est depuis
longtemps 6tablie,oe recommande par
sa puret6 et les 616ments aussi n itri-
tifs qu bienfaisants qu'elle continent.
Cette manftgue est import6e par
toutes les bones maisons de provi-
| sions. vendue dans Is principles
Epiceries taut au Port-au-Prince quo
dans les autres villes d'Haiti et ne
coite pas plus ch-r quo toute autre
Mant6gue de quality sup6rieure quoi-
qu 6tant meilleure.

Avis commercial

Nous avons I'honneur d'aviser Ie
commerce et le public quo nous avons
donn6 A Monsieur Jdr6me Poggi la pro-
curation de notre mason de Jacmel et
q u'i en a pris la direction depuis le
17 mai courant.
Port-au-Prince, le 21 mai 1910.
SIMMONDS fr6res.

Le soussign6 declare avoir perdu Ie
Contrebon an No B. 66 montant i
Deux cents vingt-buit dollars 50 Amis
par la Tr6sorerie en favour de Mon-
sieur C. Bonny, pour des outils qu'il
a fournis au service pubHlic.-Il Ie de-
clare nul duplicate devaot on Itre d6-
UIvre.
Port-au-Prince, 9 Mai 1910.
CaM. BONNV.

Cabinet de M" Rigal
AVOOAT
S3 avenue Mazloe Ambreise 8.


ptain la


X4 as I 1th


Sl'.AUI A.NT [I-1 i' 'ki V\i'lHIL ~ \ I\:
POut' tous menseigietmpilt-4

A LAP PHARMACIE \


DEPOSITAIRE


POUR


V. BUCH
Port -:ll- Prince
I HAITI


Laboratoite Sejotwne
PREPARATION DE T'OU'r >AMivA1 l1mAET SSSTER11-
,IStE.S FVT INJECTlAI3LES.
Anipoules d'Eau d(tAo m4r v~sitoniques seiOn Quinton.
L'eau deoiner que lious eup'v 'i t t ,4 -frlgt3u.!UiL,,t a pte~eau large
an dell do Il'e de Ia Gun~ve. Nui'-; fa.isotis rernarquer au Corps m6dicai
l'observation judieneuse quo fui; it- iaboratoires 0i~jt~ran .-r:
a L'Eau do mer injectable doit vtr c defablricatioti rt~ccnt mti~r avortju tc)ts 304 pro-
snpomt n on oslsrJase;6%%pridt6s tkidrapeutiques. D)e normbiti-.jv, tc'.t:ition\ n'u'. perrmcttent de certifier quo

Sp6cialit~l: Serum n,-vrosthdniquo.
Ce Sdrum rdgular;o Ia,-; &hau~p jiuffillf's, Ila jru"OV6 ;AVOeca3~-
cia dans Ia uour.Aslhtnie. Ia tijber( uioL,. t.:c.



I uPURGE'OTYL DETRYl


0
**z
X


L axatif DdpuraUtl -AntIg/aireux
Vesot tin purgatif dutx. ea.8g. emmn~ea irritant stmitk
11 0 i ', 1 -i. x 'tu g.. Ijt, r .1 subsi r tt t tam-1166
Vost 1#4 cipwiatif ittA4, I h as" s kile I.e14Mgiiress 101 ow
as V& a l cg. O tLek. IIs t disar -itre suotisdo c~ear. bo.a4eum 69obk
n no d~runico pans, art so pre,, Ion Lous teapoatam We% sllms
am;@ Rum eon trou vent bion, pouts ot gramnd.. tblsma$ a bt
us oo w~decins as o donamet at on lost p aiof A 61
pour gudfiltIst
Constipation


Pour tous renseigfnements et commander
S'adresser A Andr6 FAUBERT,
:8, HUE lO)UX I')RT-AU-PRINCE.
AGENT GENi:RAL I'OCKR LA RPIPUBI.IQUI


ACCOUREZ


chezHerrmann Corvingtoih
108, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DES MIRACLES
Vous y trouverez du Bon Rhum Sup6rieur
xxu V"Tan IBlan

a des prix *zoeptionnell@ment


avantageux







Agence Speciale

de la Regie francaise des Tabacs


]pclLr La


Datvs le but de fair apprdcier plusieurs de ses produi s que beaucoup de
Consommateurs no connaissent pas encore, elle vient de recevoir et met en
vente A des prix exceptionnels, les articles suivants :
CIGARETTES roul6es on Saferla'i Caporal ordinaire
la Boie do 10 cigarettes 0.25


do
do

do


CIGA RES
CIGAROS


le portefeuille de 20 cigarettes
roule-, en Scaferla i Maryland et Caporal supdrieur
la Pol[e de 10 cigarettes
FRAN4AISE.S on S'aferl; i Caporal ordinaires, en


dits Pe its nor-
deaux, 2 pour
extra ehaque


Maryland ou Caporal supdrieur, le
Bondon de 20 cigarettes
CIGARES puros cheque
G. 0.15
0 15 LONDRECITOS 2 pour


0.50

030


0.35
0.12
0.35


Cigars Sup6rieurs OR AMERICAIN
CHEHOTS Manille fis la pquet de 12 P. 0.45
CONC.i.1; do extia I'l: i de 5 025
OPIHAS Ilavano ;.* cotfflu do 50 2.25
AROMATICOS I,- oftTre' de 50 250
LONIf}tlS Sxera le ofire- do 25 1 50
BOUQUETS le colirot de 25 1 75
REGALIX fina la lloile do 10 son, verres 0.70
PRECIOSOS lavane la Bolto de 10 0 80
NOTA.-Pour facili'eor le ache'e-rs, le, Cigartos siupdrieurA. seront aussi
venulus en d6~ail a prix correspondents.
Port-au-Prince, 4 Mai 1.)101
L'AGENT SPECIAL, J. LAVILLE.




NICOLAS CORDASCO


Albert Desmarquets


21 RUE'ROUX


Port-. u-Prince


AvIsm sa nombreuse clientele que pendant son absence, son magasin srs
g6r6 par Mr F. LAVAULT.
11 linforme 6g cement qu'il vient de recevo'r in lot importanide liqueur
de totes sortes de la Maison NICOLLCAU, de Bordeaux dont il est le BnSu
agent en Haiti
Anisette en cruchon et en ibouteillo ; Cr6me de Cac-o; Ccr.cao rougeg
cr6me d'bbricots ; Royal Liqueur d gestive ; La Gendreuse genre Chartreuae
Messieurs les PHARMACINNS trouve tro t in rgtand assortment de produits
nouvellement arrives notamm nt d, verreriai, Ether s'ilfnrique. Coton bydraa.
phile etc. sur lesquels de notables dimiau'ions de piix ont 6t6 faites.


A BASE cdoC~II, .;

INFLUENZA, A[Fa-'.&TlOOU 1ONN'Ft!*l0HS
PRue R&pubtSdaine. n, 21. PR~V- ~ ~ i
7 M Q 1


Hotel de France


Mlme A.


Maitre, prop;. -a i


Bi6re allemande la l12 bouteille 0 6()0Sandwi his
4 hollandaise L 09 ) Manhatt.' i cocktail
Champagne Cocktail 0.751 Kola l3n. Ii
VINS MOUSSEUX, LA BOUTEILLE : 1P, 5.00
Bi re d'Amstel -


Par cais- e et par douzaiue
Champagne Pommery &
Dbjfiner et diner au Chai ,
Table d 'h6te : P. 3


0.30
0.40
0.50


Greno
PI 5


R6publicaine, 157.


A su conqu&ir en peu de temps la premiere place taut A Port-au-Prince que
dans la Province.
Le veritable success don't elle jouit est dd au choix incomparable de ses mo-
dales sur formes francaises et amdricaines d'une e14gance irrdprochable et
rdpondant A tous les caprices du bon goilt.
Tous ses modrles existant en magasin en toutes pointures et largsurs lui
perinettent de chausser tous les pieds, mrnne les plus difficiles; et la modi-
cite do ses prix est accessible A toutes les bourses.
Toutes les personnel qui ne trouveraient pas A so chausser dans le maga-
asi se;ront satisfaites dans les 24 heures par un article fait sur measures.
N 13.-- Li *naison peut chausser; sans pre;zdre des measures, les personnel qui
ne peutvent s'y rcndre.
II suffit de lui envoyer une chaussure allant bicn' ou sinon lui signaler les
d4fauts.
Les chaussures n'allant pas bien seront remplacdes par d'autres, rectifides
d'apres les observations fournies.
l.a faculty du retour est permise dan- les 24 hours aprbs la Uvraison. Si
les chaussures ont 6t6 portees ou no so::t pas A l'4tat complete de neuf elles
serunt rigoureusement refugees.
La maison d6fio toute concurrence, et envoie franco en pro-
vince.
AVIS.--- La maison a nouvellement recu un assortment incomparable do
peau: veau verni, vAche vernie,vAche noire,veau satin, kangaroo, chevreaux
glac6s noirs, jaunes, champagnes, rouges, etc,etc.
Vente en gros et en details
Les clients trouveront a partir d'aujourit'hui toutes sortes de tournitures
pour cordonnerie A des prix excessivement roduits.
Ces prix exceptionnels ne sont obtenus que parce que ia maison ne fait
plus sea affairs que directement avec les fabriques de peaux et de fourni-
tores, des Etats-Unis telles: qou tirants, oeillets, lacets, clous, 6lastiques, fil
poor machines et pour cordonniers.


Rhum


Barbanco urt


SEULE DEPOSITAIRE
St vous voulez boire idu
Rhum Barbancourt,
adressez-vous au No 7 de la lui : i,-. <(:ins.
La Mais on Barbancourt
N'A PAS DE SUCCIJISALE, NI 1)!: H.EPRIl' NI'NTAN F EN PROVINCE.


A de MATTEIS & Cie

32, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT


, 1888


Bijouterie.--- Argenterie. -- Paifum,irie. --- Articlas de luxe pour salon,
salle & manger, chambres, etc.- -Miroi, s t tabl.,aux araisiques. ---Serviettes
pour avocats, homes d'affaires, ministres. --- Bibelots (Jigants, d6licats et
rares. --- Articles de Bureau, etc
Achat de viel or, argent, diamant, ecaille.
R6parations de Bijouterie. Les articles vendus ou rvpar:s :ont garan-
tis pour une priode d4termrino.
MASON DE HAUTE CONFIANCE et de Premier ordre.


k L'LEG1ANCE
30RDONlB14 RIE.

42, iRa: des Fronts-Forts.
CGAUsSUBasI an' oUVT,rouJ LA vaCwTr
Promptitude e soia aux comman-
dos taut ici qu'ean province.
Chaussares do Dame forms at tra-
vail toujours tout to qu'il v a do plu
mouveaux.
Former am6rieaine ot frasnaise pour
Messieurs ; 616gantes et commodes.
Pour las omlants Ie plus 1'asoe.
Travail sol1do exz6out aveo
4ei peaux do promia6remarque.
Asmuramee de gramd rabals.
irages ot lua4des PAteS,


NOUVEA
AFFI
de la GO

rt <(le
BRONCHE
Capsules
410* ;


U TRAITEMENT
0s '


% Toum
Bronchitis
Laryngites.Aflg~rcs;
Ernphysdrne, Afthn- c
]phtisio pxulmonaire.
VOIDE D'EMPLOR de 72 bsc~apou I. I Ior joujr.
~~~u.39 8020.M. ~i E~aussunm.PARIS.


157, rue


Maison kFond&e


I _ __ ~_ ~ __ I _~_ __ ~ ~_ _


__ --- --- ~


I- -


I '~L


I -


~~publiq~xe d'~CaTti


-1
(H