<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00931
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 23, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00931

Full Text


Quatribme Ann6e, NI 94 3 Port-au-Prince, Haiti Lundi, 23 Mai 1910



ABONNEMENTS LE NUMERO CENrIMEs
SUN MOIS...G.2LE NUMI-O CENTIMES
Port-au-Prnce -
IriOI^ MOIS 1 (5 f U
M ots (No^ ^ LH IB m anuu M it- in .rt n o l nm 0 s n oic
dpartements UN MoIs .,. G. 2 20 /T r I -U
TROIS Mo.s 6. t', REDACTION-.,1MIISTRATION

Etranger . Tnois Mois a 8,( 4 ( 4, o.>'- w,"k 0
--
DImaCTRURn ADMINISTRATE&.;
C16ment-Maglotre Arthur Isidore
OUOTIDIEN



UT on se passaioent Port-au-Prince et tant poar la profession d'avocat :
UJn()1fe() (m# 1 I( ('1 )( O1U faisaient I'objetdas inrigaes et des con- qu'il fitt itic ivemet. Ua2 s6ateur hai-
versations. tien doanant ma d6mission De no-jouard
Li 2' dceambra de 'anade d'avant,te Daumec eOt pau navoir pas taitd- sccfu-
gindral Delta venait d'# re assassin pule : 11 edt pu rester ch z lui ave. I'a-
Souvenirs intimes d'Honor6 F6ry dans la prison de Part-au-Prince et Lie vantage do toicher *is indemniitda.
mystdrieux 6v6nement avait assombri Or. toutes cos chose paisioanii n
la capi'ale. II avait ea lhae an moment les esprits a Port-au-Pcince, et d'autrel
yII mdme,--c'6tait la nait de Note, --- ou encore tout aissi importaote- ttt!es
Potion inaugurait sa r6sideace de Le que l rdc neo arrivde d Somon B)li ,a
STort: la noavelle doa moor re, rans- d-a Ciyes A la capitole poar sul i, to
Dans le core de I'ann6e 1?1<, 1 no an p tr avant de vund e Ie no're. (I) mite inopindment a P6tion, avait bras- de Pa ion ls so:-oars ,6 :soire-;s t)our
ro 6 li'ry fit un second 'oyv* :i !' Ct'a no pait pas tarder, et ja croia qeeatmis li6 l fe e tott le reconq 6rir son pay6 ar *es E a ruc. it rqu6 pat"r a cur-q,,,i tort qu L2ou p 3mrrons noua embar- monde, y compri le prhaileat lui-m6- gnols ; ou ncjrd la mort traiq to ,1i
dauce suivante : qr vers io 2 on 3 mars prochain. me, avait di rentrer prIcipitamme it en 1)D prd,po&:e romua'ijuit e d3 ,et e 60o-
Jo ue via pas, ma bone amie etville. De nouveaux s6na'eurs, nommos quae.
.1 Ma..! ,e F! Rv, i .r/',,tie la raisoa t'en ett connie ; c'eqt qua ie le 5 ddcembre, ne furent pas insta'I6s A Les dv6nemeuts duI .'ad avaien, cr6i
Corail, le 20 fvrier IS1i no sauraisA tre content quo pi61 de to0 cau-e de cet 6v6nement, et l'ifstalla- eitre des hommes uag 'e- amni de4
i.3 orai, e na viner mi at a sein do o ma famille. Jo song sans tion, ranvoyde pour le 27 janvier 1816, germes do persi-tant ravAi 6. et 14as
i 1- h urease navigation m'a coi ceose A toi et A ma petite Sophronie.La venait d'avoir lieu. quterelles frdq ent s avaie it li teauI c t
dui wi', ma ch6.e et bien-aimAe fern- charmante enfant quo noas avons lA, Oatre le. tripotagei. ns du murtre 4grd, et une so-t3.de i:oa oltf, et j compto en repartir ce soir ma obAere et bian-aimede Mimi! De de Delva, des incideits, ri.'ulta-it de uatire dei duels tvec la plui gran ,1 fa-
quai li temps se fera, grAs-e, _aresse-la bien po ir son cher ce 3 elections s6natoria'es mbme, occu- clit#. Dupre fut uni vi:tirne (to:n'
S1. marr m'a b*aucup ,secou4, I j papa. Embrisse aus-i, js t'en prie, m'i parent eicore lea ep-itt 'co- do de ce In.ieJar regrttab:os.
cofI-t, "/rabi ,nent rejet, *,,, .* 1. *"ne m'6e. nmes freres (t ma soeir. jour A Port-aJ-'-P nI 'll 0I 'r i F ry. 11 y av ut A ce moment un thLt. a
to 0 mucommiiodi nest p.a, tu le sa. i N ubli"* pas les tastes et les couslues. Au nombre des b,6ateurs nouve'le- Port-au-Prince, et I)apre I i pourvyit
dar reuse. I Dis & Bdbeal quo jeis 'aimerai davanta- meat 61as tiguraient les g6ndra'ix cF6- a I' ne so- pis de m-)n i1l, rn i go *I ello t'a bien ten companies at drrqe et Royer, ce dernier co.. -nam-. ur I sc,, : les Was rona p iab *
teuld pous- : je crois ,vois oir tou, si el'e a bi atn nus6 Ia petite. dnt p^riur d la rd* nr4,idmi- 6taient .a mort Je l.ttirre, le Mirow,
cbrrol)j31- dit mon(ur ma di, .e J at vu Alra-tum qui est Ul vaillanti ) ,
ch rs objs dmo r : na di J a v A st qui et a villat, a q Dtumn,J. F p nase ide ou la llonte d'ae r 1.
l nlaiine, wm c)ha;mi t I Shroi 'oh gar;or. Lz femme de papa me paralet lo,)-.O.,FrddAriJpre cause djac uin vide d a-; Ia
ma rempectabli mero, mes frre, 1it1 une bonnie personnel. Enfit to embras- d cliau' i'ho neur i lear e eation e: on so:iet6 po-t-aa-it >cainae. et li u 6-
soi ir, nflin touts la fami.le. seras c.s nouveaux parent's dans pu avait a.asC h oyr, a l'o::a ioi i, ce s8c0 das ctte villa d'ltonjre t, ry
Je tn3 repair ; ai-si d'id6es d6ii-:eu- de jours. Pr6parc-toi a nous fair une refus, a d'avoir dit in'il u9 po/ai' c* 'c)tida avec Itot.-o circojstau.'e4,
ses -ur ma po laIiue entrevue avec bonne r6cantio a nouq festoydr d'im- consentic A singer a- S6nat, ave ds au nombra desque L.suous pouvoas en-
Mo. piav;e beau-pAre. Prern.s vuatit,- portance. Ja to trouverai, je pense, intrigints tes qui Daumet at IlAspi-.tin mentio-iner la question la la rbvi-
ce, ma bootie, j- Tio I'aminerai bienlat. tout-a-fait gaillarde. Ah! no t'avise pas nasse, et u ignorant tel q 1 11 gs... i stoa co titution i 4ll0 iont on s'oca-
Ptepire-toi A bieo jouir ; sonigo a notre d'A:re mai reception ; qu'elle )oit sinon magiii- tallies avec ous eon rdjouipance de dS, t malgr dq'elle pr linfl, Bd.l a creation da Lycee.
que, a ruotirs foueba'e. I'arrive d papa. To lt chanteras r en d6pit de la gadrosit piroi- Mais tou' cell ne pirai-sit pas in-
S1 'o recommande de manager t i les belles chiansons bachiqnes3 des poe- nelle de P'ion, avait garlA ane rancu- t resiser I )fno l ary autant que son
faibl, sdit^ ; j, m'en inquiet-, vu quA tea du caveau moderns queo iu con- e profondq contrela p,,pirtdespars )- l i nt de a chr familie, .Ijt
ije n *u pis IA a to le d'e mille to <, oais mi bin, at qus t entonnn d enages r onqui avaient trem>d dana ctti isi- il rs 1;it bielto: la irttre (jai suit :
et I. y veilier cormmg de coutume. lu manibeg si comiquement aimabl?. gurrec on ; que qa is-inrn da illerts leI
sais ,i ailieurs *e qie tu m'en as v,. A cot g4ard. je ne t'at pas traho, Iti rendaient bies pn intrig se.. s .Monsieur Ft:Ay, tt Port au-Prince
mis. I fin q- e j, e retrouve A mon i- viulant d'ailleurs manager Io plasit I)Dumec partic uliereoae t. s'attligetl .7
tour vras-e. ionlelette et dispose a do la surprise au v xuz bimbcheo rdu propose prd' A By3r. R.vanu da a Jrd-ni, luni au soir,-7 feur or 1816
sne petite tibotte de famille. qui noe so doate doe rin. Ah a corner Sd, ar6s la rtJonciliation eitrel i .i
a AlloDs, mon cur, adieu ; paron il t'eaimra on voyant ta goi'6! Cot ,te dupar eneati ot le siege do Pirl. Ayant ao.ris anjourdu aiu qao ma-
*t-moi det'6ctire uue si court letter, blend IA mon sang, dira t-il. .au-Prirce il avait obtj-n dae P6tio demoseolli toasillette devait partir do-
je suis fatigue et vais me reposer uun A'lon,- terminons notre causeri ma-e comnmisim .de dotf near peblio main au soi,. jocidmp'aiq, marn chart
moment des longues courses que j'ai poor altr no pea aux affaires et hater pr"s les tribunaux d e 'O est. t it 'do ix ami, un Sire ma lettro queodo-
faites pour voir lee deaors du burg fe d6part. To m'excaueras do ne pon- exe-iit aiisi sa professio'l d'avocat I mAn dans la joura6m; maii tante vient
vec plosiure massieurs, qui m'y out voeir t'6lire plea .Iongaeoaont, t puts p 4clair6 quoe qi qaa ce ) dan o d o'envoye: dira que Ia d6part eat hi-
inviet. Adieu, que ma petite Sophro, no'ef-ce pa la ae fihoeo de t'ecrir^ ,- s~ s ie d.a roit, A c.tte 6pq on., dat x4 A dom din ma'i a. Pour no pas an-
ma charman'e enfant, sache due papa, ou do prnser a&toi? Et blen, 1i fais de ui Ardoui. ses lumitres tidhrent qIr Io'o:as.oo, .e profit da temp
JO to piep, pour le giand jour doe 'ar- a dersiAr.i sana c -se. lei magistrats daw laccomplii1asmnt que S.phro dort et do silence do la
rade. m Adieo done, ma tondre epouse, je do lears devoirs. Disert, 61-qusat, spil-" '- pou" t''rir* .
a J'enambasse ma tii honor6e mare, t'ombrassa mille foira et te prdsse suri ritual. it attirait as trib anal bin destI O I combien ja me trove osale
Mes frAre,, ma ci3 r, tote la farri e, moon B t r impitient.Sans-ta b'ea conm- hommas et sartoat .lis janes gQ ,qui depais tor abs*ace I Comblen cotte ab-
ole amis, commmtI, n; le bon Monsileur me il bA d'-ise ? -Des boos en pile A allaient tent ndre d n soe a pludo ri. se a, *o most ins apportablo I Jo no trout.
Df.ormeaux. RHois, toi, mon taibut ma Sopkro, je to prie; main, & piopos t it fit n ltre leo goit piur lA nobl Iv' personae en qua m'pasecher avye
Wrdiotire, mille ten4res emb-aese- t's-ta sacquittl do la commission don't poofssioo d'avacat Ice to coOfauce qua toit eta poaux in-
mPent,. Too fid6'e poux, ie t'ai charge dans ma lettre do Corail? p A.pirjr. Jo nai per oneo A qai mes plain.
H. F'Y.3 Prods-y garde ao moins. car ji t'a- Le propos d6sagr6able pr 'd A i B)yr dre dan miandres chosaa quo js roe-
H.. FlRY...ii sure quo j m',n prendra iA toi, et me fut bient6t renofore par une m .'1e1 se. Ta. sA3ul ais lei pirtagar et lee
a.. d. fa horai toat de b n i la petite no pro- formele :, on alta jusqian dira pub'. n a'ir.Aasi mma ai,je n pnta m'*m-
*A Madame Fr, d Jarmie nonct pa. papa & mon retour. qauemont qoe dai ofac'o-s de la grd p6 .br de pleurer e trsc nt coo ligoo.
......... daprlideont,attsh4s A Bayer,e avaieat ,s n ai rego la le.tre qgt to l.-
SP'ort-au-Prince, le 25 ftvrier 1i1" Adelo, tout A toJ, foral no* caabat pour (ftgar Dmaio eriv s do Corall qa'apr6As six Oians do
SMa chere femme, avant-bier je suis H. F*tr." St Lesplms e at moment odl Uo Iraisatldato :j'ea ra. read bsgin, mnol
arria6 en cette vile on tres bone san- iprter 1et urmeaMt. c'er FJsy ; je t a.aura qu'ell m'a cam-
t, Die merci. J'ai trouv6 papa bien C'est la deuxime fuo ', dans cette DaumoaeC, qani aait ddjA accept la s le plus ,aesiblo plaisir: les larmes
POrlant, et nous nous sommes embras- let're, que nous voyons exprirmer par fonstion ao Seaator,uorlit de colttoim- me soot venueo an yeux A Ma lecture.
*o* avec aflusion de coeur. Ionore Fdry son peu de go;t d*e a vie DasO par aun a'tifeo d'homme de lo,l'E notre pauvre mama ell. a pleourl
II n'attendait que doe nos nouvelles port-au-princienne. Cependant, A I'- bien quo cotte qteass no ddt p t6re cm-ne u t enfant.
er partir, et je t'aassure qu'li no lui oqve de ce voyage de 1816, bien de stnivis d'efft : & la ada as dm 5 jan-| To me die qu to as beaucoup vo-
9S codtn pMa plus que moi de quitler faits important venaieat de se passer lier, it fit roeadr pcre lS. lat ai aeos m, e.st uer maail qau fait bmaucoap
rt-.-Princ oS il ne se Dltt pas ... ........ ao teqel loiomp lUii4 6talt proela-. :oolir, mans qti e-t pas daogo-
- r r 'oi1ito soep'itpmie 'alt 1let de I'aulix :ttn Ds "o.?e1r s o gta dim r bi ,, s
l.test. IL a 6t6 charm6 do ta let tre, et de I'in.h,,it trtoi r" ,nue -' a. n ,.- m& tre le fo lOlse 'aotwitle ree., oar e a i. rt bi et je
impatienc*a. t revoir est eethme. cembre 18ts, venat d' lever de ti gourdl et oeltld d dsf r pIbtI ..wo- me 'us pis I. la.* 4,n I foId, qe.
ortant ce quoe noos me upoonvs I',. -Ele 6tait aggravee par ce fait qu'ua cal. CA ait ag bem o do rap ie'r c<*t hi a *o 'ant rej 6 ,cir cola to fera grand
le dant amn dizaine de joursr avrs du President prescrivait que cct impt JI:oupatibUi'Ad worodeoe dhJAer la bteU
S yant abi ae beiuTeu co,: u pauoen R .pTout eelsatat uu-* C**t s: s entr.tear de
,,0, lear attendoms qa'il ropren-inue et brode deps. .M. l ae 14 l O P op- D tl*, parlP5a. a prSost dO no Chenr







parents. Mon cher papa so pte-t-ij
bien ? L' a-ta d'.hIord reconou ? FAt-il
content de to voir ? T a-t-il souvent par-
16 doe a file 9 Compte-t-il venir bion-
t6t ? Et moo fr6re, eat-il bon et saga ?
Oh quo je d64ire de vous voir Ve-
ne/ done, venez tot. Notre pauvre ma-
man (tu connais *a tondresse pour tol)
no vit pas depuis too depart. La pau-
vre temme qu'elld eat aimable dans
"es iraquiAtodes 1
a Qua je to parole pris4ntement de
mA -*ant6 ot dd calle de i.olre ch6re
petite Sophroaie. Dipuis loo absence,
j'ai beaucoup eoout-rt de mea de t ; je
eo puis fair la moindre chose sBanD
resseutir do violen'eq duuleur-..i i risks


Tribunal de Commerce.
Audience exraordinaire du 21 Mai
1910.
Le Tribunal, sons la prdsidence du luge
Dr ST Leger Perrier, assist de; juges Th.
Dossoui et AUli Roy, a pris siege A 5 1112
heores du soir et a prononc6 Its juge
ments suivants :
Celui qui condamne Anolis Alexis A pa-
ver A H3race Be'ubran, la valeur doe ;
Celui qui condamne Smuel Clarck payer
A Mile M:rc6Ods Montasse, le montant de
I'obliganon souscrite ; Celui qui condamne
lij,b4o Alerandre a payer A Georges Coby
le montant dt' Celui qui condlimne Mts-
sillon Bien Ainc A payer A F. Addor & C,,


ti'dte,'iine aujourd'hui je compete en le ban souscrit.
pr,neire uat' autre aprts demaint. Pour Pais le si,.,e a lev6.
Sotr ronie, elle a mal aux yeou ; mais Tribunal de Cassaton.
cela va bion, Dieu merci. Elle no mar-
Chb pa< a quatre patted, mais lle se Deu' ati dres imponartnes y ont ti en-
tra.'r. ur le venture. Si to la vois, elle ttndu-s aux audiences des mercredi e
eat i,,p amilable. 'eudi de cete semaine :
lon tas-cher epoux ne puis La c celletid Excellen N une, de-
u or ete Ir plus lo-temp ie oPi.j mandeur pir M" Miclhe-Oreste contre
;u'er tlieleteir plus longtomps vec to4 je "Fhdad David, det oeu- p-r Me Cons an'in
', 1 1110. er vaij me reposer aour cou- D eno,.
sei "r it-t t an'd qui test si chtbre et i 2eno e, celle d t) IVCS S:Utt et G or-
quo tu ,me tocommandes tant Pour moi L1 2c, colle e s att el Gor-
ts ,8 pie. ni ne veux prier ; mais ee Bne
co.t'./ia ald, qu'otn ait soit dao uin baieui Boltt. d
et sjo' n in@ le rappoirte sain et sauf Cele derut, :o co11 prend u dou-
A \eu, iUon vdillable, mo. unliqueo ) iver, ou r-
at trap chet ami, j t'emnbrasse on r ud- < iver, a < 0 1e
. trop de Usm aini que pap et A.s ra n t se n par .M ) estc, sont d' n c, d de-
S, ,,qI 'eni quo papa et Ai aste. andeurs et Je I atrre J te ide urs. It en est
SI p e, de n r me de M-ne \Vve 1! reprdsentde
PA A F'iAtYI. par M' Co-istn'in B:noic : elle est aussi a
A.u.t' ri MAG(LOIRE. la lois demandercse et ddtenderesse.
Chose strange et rare !
S. Pem e :.tflre E Np urne contre Thi-
ard )avil.
Les deux dminen's avocits out su deve-
lopper leurs moyens de la fa;on la plus
large. la pl ;: nh e lai plus precis-, si bien,
q. es Cn l cn 1 a oire que
1',li c' 1'aut'- ont r~iso.i.
UNSEJGNEMENTS -.'- F, cependin: .
M -IrVOOROLOGIQUES -Le l,ibunal corrcc:iomnel de Port-
au 'Priane devant lejuci se trouva' l1'af-
0 I- ex'rtIattoire taire, avait rendu son luerment sur cecep-
IL tion se d6clarant comp6ten: pour cc'nai re
de la dti.ma'io,-i Pir la vole di la ptr;.;e
:1 .INAIILE COLL.bGE St-MARTIAL sans 1'a.sista(ce da ju* '
l).',As,( fI 22 MAI 1910 Eicellent \Nptun-, demand:u- par Me
.BaIL A. e mr idi 264 MA ,1 1 Michel-O)reste, s est pourvu en Cassation.
E devant Ii Coir supreme, cet avocar, i
To p6 erature mnimumn 21," l'audience de mcrcredi, a eu Af ire tout u1 a
(maximum 0a,, course de Droi: Con;,iu'ionnel.
S u i tep26, 11 est resin principalement autour de
.Miurne de la temperature 6,o I'article 25 de notre Cons'iiu ion.
ic! ~ aii I martin'. et nua eux I'apr-- M- Kino- a repoussd certain des mo-
miad Ln or3te passe de S E au N < 4 yens de son adversai e : mais vu 1 here
h. ll.t ol' embrume. dji. avancde, il a invoqud quelques au-
!':nu,:- re 1 renmea t en baise. teurs-lIgislatear, u:i Extrait du "' Mo-
J. SCHfRER. niteur du 6 D6cembre iS79 e deux ar
rt,.t rendus p r le Tribunal de Cassation,
La fin d un incident. I'un en date du 19 Mui 1909 1 au re en
da.e du 14 Jui let de '.' mnanime annae.
LI.e Coint.md du Cerc'e de Por u-P.iace, L Me public, represented par a 'ho-
,., in praise i unanimity, a d lgud norab'e .Ele Cariel, conclit enri 1 au reject
,ltux d. ses members, Mr M, Georges de du pourTou.
LcslenaS. et Seymour Pradel, pt.i de.M dpuri me a'a.ire. O.ivers Scuit et G.
L tn I utand, rooor le prier de reprendre ,Besson Bonne .1 vrd, Vve Bole.
sa d^mx -sion qu'en Mars dernier il avail .esn memes avocas on: soatenu alteF-
dc:inre come mnmb-e du Cercle, .1 la nativement leurs th ses no/t mains lon-
sallc d'un incident qu'ici momC nous avons esA l.uience de eudi ; cette tois, au-
relatc DLthrant .a la couttoise ddmarche, oues A ,ience de di de la Constitution.
touwe sport~an& t ite pi, de Ini, Mr Uon tour-les i r,iicles e,: -tide la Gonstitution.
tou'e sponande, tlue pi.. de lni, MrLdon Dame Bonne lFavard peut-elle etre pro-
LduPaLd a a-cepti de reprendre au Cercle ipritaire d'immeubles en Haiti ? -- Elle
de Prign -an-Pt ce la place qu occapai si t marine en 18;. L'article 5 de la Cons-
dignement. ttuion de 187' la prive-t-elle de sa qua
L6gation de France. lits d haitienne ? --- L'article 17 est invo-
Her martin, cordial reception .A la Villa qLes discors sonu longs. Apues les avoir
des Roses. ou Mr Maucouard, le nouveau eatendus, le Minisotre publique demand
M nictre de France, a reau los membres de no tribunal de renvoyer la continuation de
la colooie frantaise. I'atfaire A une autre audience.
Au champagne, il prononca quel ues pa. Puis on leva le sifge, il etait deau heures
atles bien gosties et asxquelles Mr F. et demise.
Ch&ritz, president de la society de secours Tribunal. ivil
out uels, a ripondu en terms choisis.
On s'est retird u s satisfait de 1'aimable audiencee civile extraordinaire du -0O
accueil de Mr Maurouard qui a so s'attirer Mai 19 I0.
Ia vive sympathie de ton. Pr6sidence Doyen Ldon Nao, ayaat
Erratum. comemn e assessears le jage E i. Vail6s
et le supplant de uge L. M. Rldnier,
Dans la note de samedi dernir. concer- assists da Substitat Alfre I Thibault.
cant le vol don't a 4t4 victim Mr Garoo:e, AHaire ontendue.
il faut lire : Joseph Louis, cordonnier de at d o station Alv
profession, nom dn voleur en ta.e, an 1 'agit d'une conteastatiot sonUevIS
ou de Edon ard. oar D Vnym Boiursoanigro A Mne Veuve
i Flude uoard.t bouquets. 'eorga Victor & propose d'uan pu
eu t bouquet. do troSl s eds do terre centre la propri 4
A la Villa Adolphe Samboar. Lilae. de Deno Boleeonnia e et Mm Iv.ve
Soics et prompaitJde. Pour lee commandos, Gorftm Vietor. ro 0rt *iLo s Ia
s dresser A Mne Vve William. Girders, Rued u Pat o P=v1;. MU LLier Ca-


vin poar Boissounibre ddlare q quo*Ca
passage set com n entreo le ualisP, rn
od acts m6mes le dissent, aprb avoir
fait la description deo Is propriAtf, il
pretend quail y a prdsomption,i re pri- DE LA
somptioa, une barriere qui permettait
aux parties d'auser, 2- u tayau en- MaiSOn Hi aagfr6 -es
fonc6 et qui permit de d6verser Its DU HAVRE
eaux do m6nage depuoi vingt ans. Point
n'e6t beoia d %voms dire avec :'babilet6 26 Avril 1910.
do Ms L4ger Cauvin comment par d'an- --
tres moys., it a montrd au trbaunal Caf6.- Le calme d6ja signal conti.
quo ce passig. est common ent-e les nue dans tou e son enduee. Au com.
parties mencement de la quinzaine, nous avons
Md C. Bnooit avocat de Mm w Veave en la fameuse vented de 4o,ooo sacs poor
(G org Vicfor a combatta Iteg area- comtpte de la Valorisation, et pendant deux
meiits de Me L4gor Canvin. 11 a fait iours one cerrame tffeverscence en est re-
voir au t'ibunat qae,A tol point quo ce sultic, rmai le sentiment meiltileur n'a pas
pa-,age appartient A sa client*, qu'eoll, durd. Oa a b:eat6- du fare la remarque
a des ouvertures our ce passage, que que tien ne peat 'irer ia consommation
cqtte barri6re a 6 6 form6e par eWle. de sale hargie et,puttant,que la situation est
par rapport au grand abuse qu'.Qn en fe- pourrie colapetement. It faudra autre cho-
sait, it a aussi fait a Pon tour, la des- se q*' un semb ant de fermer6, au course
crio'ion des oropridte*. d'une vente publiqne, poor rendre la
Enfin sle Ministera Pjbllc & concla confiiace au commerce.
i ce que le trib final dise, q ie ce pas- Le malhenr pour I'aricle, c'est que les
sag, est common, int&rts du Brdsil reposent en quelues
D6pot d-s p es orlona Dmaji-s qui ditiennent egalement le rLstc
Le Doyen a fit place au jgi, V.Va'- des cngag-ments hiu.s:ers. Une sp6z:,la-
mA et 1- Ministrc Public Th baalt au tion qua \oudrait aujiurd hui entreprendre
Sabstitut Rosemoid tour la passaai iin une canmpigne, A la hausse ou A la baisse,
do I'alfaire Lucie Salnave centre t" courrait le risque d'.te crasie en pea de
Borgella Slv6re et S'mmooad fires, temps. Cest A quoi personne ne 'eut
Sur la demands de Me Maooq,ljffa re s'exposer, c on 1.1. ti,.e C'est de 11
a #td renvoyee a huitaine, vu qu'el'e que vent l inactivity actue'le, sans pri-
'oest pas en 6t.t. c6dent depuis que les marches a ,erme
existent. Nou ne voyons pas encore 0on-
ms meant ce ta de choses pourra chli er,
JOSEPth JUSTIN BOI-ETrE, ermploy4 au et nous nous atttnd'ns, par consd en',
i)6partement des finances ( S-ction di A voir continue la mame inaction sp&-
Contrd'e deo Douanes ) d'-Ied6 Ce m- culative ct A sub r une baisse, len iiais,
a A 5 hbeaure. A I'figide 57 an'. sui1e, des cafes disponibles, que lei dJten-
Ls foairailleq aur.at lieu ce: apr. teurs ne se soucient gua:e de garder in-
miIti, A IA Ct*h6dtale. ddfiaiment en magisin.
Mai-on mortuaire, Rie do Pauple, Les prix du term s'inscrivent cornme
No 121. suit :
Course de Bourse Ma fr. 45.24. Juil et tr. 4. ;o, Septem-
bre fr. 4-).3 D-.cenbre t.. 4-).2).
Or Ambricain comptant 475 o0101 D B.esii on n'a appris _que peu de
Nickel escomp:e I 112 01oo chose. D.rai&rement, on a ciu devoir
Billets de cioq gourdes i OjO' augmenter Ifs esrimations de Ia recolte a
Traites 90 jours de vue sur venir de Santo mais on en a rdduit de
Paris direct, 2 rl2 o0O nouve a le chitie. I. eLt rai que cette
Traites sur France documen- reduction a t6 linc. par une maison
tires 3 0lo brsilienne qui a de ttrs gros engagements
Cheques sur Paris. prime 4 010 A la hausse, e: de 1 vient qe personnel
Transferts par CAble s\ Paris 4 4 l12 010 ce croit A cetre information.
Cheques sur N-Y, prime 314 010 Le caf6 disponible est pour ainsi r:e
Consolidhs 6 olo 50 010o ort. Le Statos donne encore partoi' !eau
Consolid6s 3 010 25 112 010 A une transaction, mais les so'Ls .;v;-
Emprunts lo Janvier 6 olo 49 o010o liaires sont a peu pies inver,a les. C.:.i
Eumprunts dits Provisoire 6 010 49 010 surtout pour les csfes Haiti, e" tics
Emprunt 2o Aout 80 o0o stocks augmentent lans des pro-p'ri :1.,'
Titres bleas 22 elfay.n es.
La com6te da Halley Nous avons maintenant au tlivre .a
mag sin a52 375 sacs, centre I. 6.4,
Mr Crommelin de Greenwich, I'astro- sacs, l'an deruier, et nous avcns en de-
nome le plus autorise en la miti6re a d&- barquement envi'on 40,000 sacs con:re
clare le 27 avril dernier, que d'ap 6s ses A peCin 20,000 sacs. I'annie dernire.
nouveaux calculus sur I'orbite de la comite 0 -, en 1909, malgri le stock, tic' od-
de Halley, la terre ne passers pas A tra- diocre, ct A I'cncontre de la diminution
vers la queue Les iph6mitides publies iqu'on pr6vovait partir de cc moment- -
parluiant6rieurement indiquaient ce pass:. c'est le contraire cette anne---, lei va-
ge comme probable. Elles ont 6-' modi- leurs du cAf4 Haiti ont baiss6 fortement,
fiUe; par lai d'apres les dernitres obierva- c'c t-2-dire peodan la priode oiu le paie-
tions. La compete a dooc subi des peru- nment des traiste tires par 1-s exportateutrs
bvions dans sa march A l'approche de la bilait son plein en Europe. C'est toujiors
terre. D.ns les notes publi6es par I'observa- A cc moment que les realisations, quelque-
toireons'estservi des phead6idesde Crow- fols ptdcipitdes, on, lieu. et noous cratguons
melio, qui d'aillears onut servi de base ax fort, par consdquear, que dans cette cam-
calculis de toss les astroomes. D'apres page, ;es prix ne s'orientent mAintenant
les phioom6aes oboev6s jeudi et vendrc4i frachement A la baisse.
martin, le changement de form et de D6ji I'impossibiliE- existe de pratiquer
couleur de l queace, sinsi que i'6clat par- des ventes, at si l'on re reocontre pas Ce-
ticulier de la lumitre sodiacale, la queue core de d6ten-curs precs A subir les exi-
semb!e avoir passed A proximity de la terre genes des acheteurs, il d'autres li-
dans la noit dno 8 au 19 mai.- La queue ges bien arac ristiques d'une baisse pt-
de la co*e a 6td apercoe vendreJi soirt oebi des pris du Haiti: Le Cobtrait pro
a I,ouest at la com-se a &it trks visible q* as sin avant PAques entre 6o i2 ti
dimanche soir. Malhereem t el 6 francs poor les six derniers, eat a (r.
covert genera beaucoup 'observation. ef.,8 1. C'est le btromatre le plus sA
La c616bre Universit6 d'Orford contrera 1 ..'- s d care p Haitti
A MM. Crommelin Cowell le grade de doc- rDas dre derriere revHe, nous couto.
teaour e honors cause a, en rD.ooanc he coan t fc'. 6j s C'este done one base
de leaurs travaun sur l d6termitnalo exac da -. s 25 & .75 qa'il faut voir aussi star
te du retour de la come. La cdrdmonie oem les sores do Haiti.
aura lieu, lo us Ia com6te aesudr e n No a _au _.. do ie
mai son p-l-- ldt 1 on europe. .oveaU r imaegos.,
I SC RR concernant les embaaages.
I. nDepis le primer courante, aun noe
Dernibre Heare droit est ap liqa sur les sacs.
lAM election sknatoriales so pOUr- Ieomballage d cafEs, et ce droit
solvent. oe o.no eltevE selos le nobr ds
Ont 6 l** ce ma-ta MM. Camllei qai y c ;nimu" e carr. 1 as eL
Molire, N. S.c Lafmotast.R r pur unire Sndca s:t a Comm. a-
hoi (O, Q, Sinfe Dttlguen quo. c- ma soit aeis -.cha






acheteurs, ais que lessacs ne doivent passes, parlnta 1 l'Assembl6e L6gislative Un arre.en d.,e du I m i m SgS l'avai
s avoir de bands de ceu'eur ddpassant qui jlgesa ncesaire d'en fire on message confide A une coaistion de jurisconsaltes
e dizieme de la sm:f.c; du sac.parce qu'a- de f licitations su gonvernement da g e" avait prvA on credit special pour la pu-
lots its patent come tissas tens dont ndral Simon, A une C-smbre coupasee b!icttio- deV uc.re de la commission. St
la surtaxe est de 8 francs par loo kilos. d'amis du gendral Nord Alexis, ait cru ha- nons noui y sommes mis seua la com-
D.ns ce dernier cas la suraxe est A la b;le et de bon gotc de ddverser I'injure mi.sion s'4tant dissou-e sins avoir en le
charge des vendeus, poisqu'd depend sur cette grande memoire, je n'ai person- temps d; publier son travail ce n'es,
d'eu quelears emballages saict one binde neliement vas A en tenir compete. L- pP- point par prdsouptioa : nou; avons vou u
de ooer large oa roie. b'ic revendra le fait poor en faire son ju- implement 6tre utile en mertant I la dis-
ton.- On n's pas f-it d'aftires en gement sor ce parlor inconsid6rd. position de ceux qui interprt ent ou ap-
d'Haiti depuis notre derniere revue M is moi je ne pouvais laisser passer pliquent la loi un ins rumenat commode
uelqaes demands, pour ofres I trans- sans la reliever, avec Ia moderation en ma- de travail. C'es it tout notre bu'. L'a-
meate, ont rencontre an si mauvais accueil me temps quc la fermet6 don't je m'dtu- vons-nous atteint ? Nous n'avoos pasla pri
de ia part des acheteurs que des transac- die A fire la regle de ma vie, I'injurien- .enttion d. le croire. Aussi recevrons nous
tions n'en soot pas rdsul'ees. Les prix soot se qualification d'attentat que Mr Louis avec plaisir et recoonaissan:e les observ.-
nominaux entire 98 et too francs pour Edouard Pouget a doonde A la just et tionset les conseils que voidront bien nous
les co:ons de S--Marc et Ganaives, i fr. 16gitime vengeance que je voulus lirer de adresser les lecrears.
o102 pour le prodait des Cayes et A fr. 104 lui. le 2a Avril 1907. Nous devons des remerciemens i nos
pour le product de jacmel. En vous print de vouloir bien pub'ier pred6cesseurs, aus aue-urs des recueils deji
Comme off e tansmi e, on a pas cru la prisente, recevez, Mr le Directcur, mes nomands, A MM. Lojis Bo no, J. N. LU
devoir d6passer fr. 100oo poor du jacmel, salu nations empresses ger, Lion Nwu qui out annot6 nos codes;
embargqume:nt AvrillMli. THos A. VILMENAY A tous cCtw qui nous ont aide avec tant
La :tendance des mAr.hl a crmwe At peu d'ob'igeance dans notre be:ogne. NJus
cocourageante. B B LI 0 G R AP H E comptons sur la bienveillance du p b ic et
Cacao -- DAns la quiziine conle 1 LI sur le concours de; Chambres L6gislatives,
a et4 pratiqu, envi on 6-)o sacs de cac.o. toaiours pre e, a encourager les louables
Prix pays: Jrmie fr 48 5;, Cip or-' Nous avon" re,, le Iltle in Gnral des eflots, pour nous permettee d! poursaivre
dinaire r 48 Ao, Cap b ne quab Lois de a otdpubli4eru dHai i par Me notre uv;e et de la pcfec ioanner, car no-
f 501 53, Simmonds H A fr 58 a Charles lo a cherai asa ie n chee de tre entreprise eenbrasse toate notre Igis-
nominal. CDivieqion avs Minist.-e de la JdIstice, lati)n.
March f ible, demand nule : Ch / de Divasioa au Ministre de ns- CH.RS BOlCHEREA,
CGits.-- Importa ions nu.les.- D'I- tu tiorpublhu. '
bouches o-,3 Haiti secs et sal6s secs A Cet courage content des lois don't nous ..Avocat.
fr 9) (vCs sees At- Jo; at' + : *~,",ent tun grntinuel besoin,
fr )9 171 CI .ves se cs 't o 7 >,- d a iiuuors / aer tisse tnen !. ,ul te Mr B o u-
Jkremie Scs f 105o. 42 Po t-d:-Pkix sees d azi"lars a'ertssemen que Mr Bou- Tribunal de Paix
et sals secs A fr 102.so S:ock nol. -- chrchau smet eka Ute de son volume et SECTION Nolu )
et s>es sec fsrIf 102.50 ok no. -- ecpli,lae la grande utility. SECTIoN Nom, )
Camp6che.--- Sns changeme.t. Nous publions ee avertissement et en .alience du ro ,ai 1 e O.
Miel--- Fr So0460 12 t'oyons nos ramercie,,ents di lautear. 16la Ltblanc, propri6taire de :k
(ire --- Fr 170. Avant 6t6 chef de division au Minis:e e Icarreaux do terre a Dlgn i e- v-rt.i
(r:aine de Colon.--- Fr i7s19 de Jus ice, nous avions quotudiennement a d'un acte remon'ant A 1791, vent fair
app'iquer ou i rappeler ielles ou telles dis- arpenter Pa terre. Saintiche Dossoiu
posi tons de nos lois done quelques-anes survient, qui fait opposition A I'arpen-
Tribune dl atin" n reod-jes il y a longtemps djA : Ita-. Man ii a tarde pas A donner
Tribune du "Matin" n pe'do un 'e mps preciux loAg les re- main-leve de son opposition et permnet
-- ur9che:cher dans les collections du eMoniuue ainsi di poursuivie I'arpentage. L'opd-
lort-au-l'Prince, 23 Mai 1910. ou daas les recuetls o6 ellea t se trouvent ration At pne achev6e, 1 reprend son
a le Directeur, noyee, au mil eu d'ure multitude de do- opposition et v.ut la fair valider par le
le Direuments inu ies pur I' ude du droit on anal.
M- .s Edouird P.ug-t a c'u devoir, es pur meant ue d oire d L t la tait reoar-
dans in d course p-cnonce me cedi der- pour la pratique e i ciatreia. Nous emes quer qu'eotre de aet Satnti he il u'oxis-
nier .A i Chimb e et repro lui, inds le ansi souvent A regretter qu'il n y eitt pas p n l i D an1 x
nier i sa Chmb e en re uit anpp s le un ouvrag, maniab'e, po tatif, que 1 on put to pa un ttsimple question d'arpontage,
N ...is, even r sur ce qu il appelle le oa a o s a ua Int o ma.s plu'6t contestation de propri6t6
A conitammeit aoir sur son bureau et ou __ o,-rI&- A-


sombre attentat ue Turgeau P. A ecem-
ple du Christ, il ptomet de pardonner A
ses bourre-ui. !e Redempteur. em phrases
de nos finances.
Ptou-quoi done Mr Pouget temue-'-il si
imp idenmment la cendre du passe Croi -il
se mettre ansi en posture avantageuse .?
J'a dEii fait eclater ea maints numtros
de l'Actualitv a la conduit tenue par Mr
Ls. Edouard Pouget qui, ap-6s m'avoir in-
suile gratuitement et publiquemen" s'est
d'une faion systematique. derob- A toute
.rEparation. Pour edifier une nouvelle fois
le public sur cette affaire, je viens rappeler
dans quellescarconstanccs, Mr Ls. Edouird
Puuget a recu de moi one bille au coo.
A la suite de la since de la Chamb'e
du 16 avril 1907 ou mandataire regulibre-
ment elu de la population de Mitebilaie.
je fus abreuve des pires insul es par M,
Pouget, Messieurs Georges Fouch6 e Au-
guste Bosq lai remirent de ma part une
letire-cartel. H4tas!'- la on je croyais trou-
ver un bloc de granite, je ne trouvai que du
tv1, et de la boue.b
Car, Mr Ls Elounrd Pouget repondit a
mes deux amis par one klttre qae je de-
tiens qu'il ne se battait pas avec mot sur
an terrain regulier. mais qu'il m'atten-
dait dans les rues. C'etait encore one insul-
te qu'il m'avait faite. Mon nom, I'avenir
de me; enfants, le besoin que javais de
conserver intacve ma reputation me com-
mandaient de m'ergiger dans Ia seule
voie de reparation que del berdment, il
m'ouvrait : une rencontre dans les ues.
Mais depuis lafimeuse seance de laCh m-
bre,Mr Pouget n'etait pas sorti. Et quand
lisupposa que ma colere etait apaisue, il se
mit I circuler dans on buggy encidre en-
Ite no cccher eti n enfant, pensant que
ces deux individus lai serviraient d abri.
L'*Amt tencontrd ainsi accompagne, je Ini
crai de descendre de voiture poor me
isede raison, it fit fouenter son cbeval A
toar de bras pour so ddrober a la rdpara
tiom qa it me devait. Caeilli an vol, il en
worit quite poor use dcorchure ao coa e,
M demandant pa son rest. fila vers le
Cap.
Q1e Mr Pouget. minisue d'an G2ver-
amnm qal vieat d'sccomptir le grand sce
SpalmamMiUe 'ihkumatioa en erre nwaio
0 I p d h pseUiW do moe ch.fsdBat


celuit prtteudant avoir des droits osu
fussent runies les lois administrative d ap- desuteiae qui rentrent dns ia propit 6-
plication couran e. les lois civiles, pena'es, td de I&a su-nommde s. II demanded
commercialei qui au cours des temps, sont tu de u iud-nomms e *. II emande
venue; modifier nos div-rs codes. De it an tribunal de so d6clarer incomp6-
est nec 1 id6e de ce travail, don't nous pre- teat ratione material. Le tribunal n
sentons ;ujourd'hui aa public la premiere se tlare pour income ent ; it retie itr.
Pjat e l'aliaire pour la juger.
pirt e.
Nous avons rassemb'd dans no-re Recueil Lida turag-. EIle refuse do platsr
les lois a acuellement en vigueur ce fond letribunal accords d6fat
p-emier ctract:e suflit a di;tinguer notre
ouvrage de ceax qui l'ont prdc:d6. Les I ) Matt6ia prdaonte les t6moins qa'il
excellent rezueils de Linstant Pradines, veut tire euten ire dans son pruc4s
d Edouird, de Chancy, de Gaathier, de coLt-e Cornet. Le 'ribuual lui fait re-
Mu:hou publient les lois au far et A measure marq.jer q te oon jugemarLt de mardi
qu'elles -oat pronulguies. de sorte que n'crdon a51t p1- senlement une enqu6-
forciment on y trouve p.ee-me'e les dispo- te, rmais aussi la comparution person
sit ous en vigueur et celles qui sont abro- nelle g6s. Dins ce touillis, le le: ear ne poseie not eat cause qu'oa renvoin l'affaire la
aucune indict-ion qui lui permette de se coa'iQuatiou de l'affaire i une antre
reconn. ltre : d'ou la possibility de meprise, aunliance.
d'erreu s qui sont parfois trrs graves, DArius Daphois pread d6faut centre
Nous avors dispose au'our de nr s cinq Darius Jo-Bernard.
codes les los qui les modifient et grooap, S.zaane Alexandre, a sigu6e par Th.
soivant leur objet ou la branch d'admi- Dosoas en paiementt de 139 gourdes
nistration A laquelle elle se rattacheat, les de marchandises, declare no pan se
lois shpardes qui soot d'uae application nommer Suzanne Alexis, come il oat
usuel e : ce groupement methodique sim- dit dans la citation qui lai a 6td e lan-
plifiera conuid6rablement, pensoos-nous, c6e mais bion Szi nno Alexandre,
les recherches. Allant un peu au deli de comme I'atteate son *baptist6res. Elle
notre dessein primitif. nous avons mis des aime trop son pAre pour laisser croirs
annotations partout o& ceta paraissait utile qu'elle n'est pas la fills de sea oeavres.
(i) et recounr quelque pea A la doctrine Th. Doasous fait tomarquer quo c'eat
et A la jurisprudence pour dclairer certain sousa Ie om de S zanne Alexis qu'olle
poln s de nos lois susceptubles de contro- connait iN d4fndreasse at qui colle- i
verses on qii y ont effectivement donnu *'eat pr6seatde A lui.- -Le tribune at d6-
lieu : nous I'avons fait naturellement avec cide quo Suzinu- sera attribute A qu'
'moderation, bien qu'il nous se.nb'- inE' de droit et fait corriger li citation.
ressant d'essayer de degager de 1'ensemble Suz inne demands A Dossoas do pre6-
de nos decisions juiticiatres et des opinions senter sos lieros pour prouver la cr6an-
de nos ju'is*es les tendanc s do droit hai- ce qui lai eat rdclam6e : sle tribunal
inen. decade que Doesous prdeentera see
Mais ce n'tait pas 11 notre A3he : peut- livrs.
e.re pourta- -elle enter 1'effort de demain. Petit Papa Proph6t* accuse Berville
L'oe ivre r6daite A an simple essti de co- Libera do lui avoir vold un beaouf. Main
d fi:ation n'en dtait pas moins difficile (2). a l'abattoir il ao read compete qu'll
I Dans be p de recuoeils ddji parus, on soest trompd *t oat oblige do renvoyer
a coatrad la A& eu habitude do designer Ile cordon qu*ll avait demands poor
nos lois per Ia date do lear promulgation : Ier Bervilla. Clul-.T domed.lo, on rA-
nous avo repect Ia rb6le constitutlonnelle den r
qui venut qulai lo premse date du jour ou paration do la e bleesure i faite a son
eUe a W d6flaUmvoeOt vot6o par les Cham- hosaa or unn contain de gourdes do
b Letrvail draBmmlel Price, Drtioae dommoag -intdrets. Le trbanal lai or-
do IAdmlMto,.I NS b-_ lm' q-I qmw dif- dose do do rover quoe a demands eot
farm&t desetrol Es 9eUIpO earfetrs. 9o0d61..


Vieut d'arriver


Laill Coliaense NICSU
TR~S RAIS
A LA PILARMACII, SMUJKNE.

Fernand Loniewski
PROPRIP.rAIR E-Vlrlcv .,TFl't R
9e3. Ri ioi' Qu.~
Viean-nt d'arriv ir leis M ir,;x 10 ii~e5
Frant~aivos suivanltes:
Pommes do terre;- Xult ; Gigrions;
Mforue; Macaroni V'eurn cello. Pales
aua u'~ufi:; liareogs sauri tvi6s; Nlou-
tarde.; Moutar~lins originaux ; P,1ate do
Bresse A la volaille; Vulattle d 9 bcossi
A I& gale~; Filets do ha eogs; Maque-
raux rmariu4s au vin blanc; 'rfuutes ;
liaricott verts fills ; lact5' oinp do
L,6gurne ;-Iie'Lles ; Picalili ,Olives
vortas%; (Ojinons cori-aerv~q; Sardines A
I'ii ile -.NMalizereaux A Il'huile 'SA,
mon ; Truiites, do la mais )nAmizuI
F RP.RES
PA-ches ; P,)ire,, ,(er Its Pruiie-
Mac~doinoetruits au ju.. Ct-nitortie
marron Ai a vjnille. Nhaitut Oi VLtt:t~s
qu sirup, Metl)-- V1-. g es \k 4w



B hl iuU id *3ii iqi* et

tant puar la ~ i) qiie.
(hAarnp frgo ;\ m ide..i .e; -t
'.luia.
Vins de T'l*-e zouge ut i t
G70S & DZTAIL4.


*pir. ..'ons


l 'aprt'-i 6.p6 tie rs u Jo 1.: i a.
le is A-cania j sort ici pruLable'eTnt
MN di '. '-ourant et ) rti-a lI s m:.t e
jo ir pour St-Marc et N v :-
Port-au-Prince, le _-' ma 110'Jlu
Au<;. A.it KNI -, .l (e':.


Avis
Lt p.ayeur Iun 1) partemoent ae. ti-
wince,, le commerc- et le puL)b'i. ,ont
avi6Ps quo Ie sours;gn6 1- risthb,.e HI6-
mur, tig6 de 7, ans, ancien granl fonc-
tionuatie, demeurant et domicihet aun
COtes-de-fer, commaae do l'Arrondis-
sement de Jacm-I, a perdu sou livret
de pension civil, liquid, A cinquante
ourdes. Le dit livret ent dkclar6 nal,
oplicata devant 4tre d6livrd par le d -
partement des finances.
C6tes-de for, le 17 Mai 1918.
SE. BLEMUR.

Le soussign6 d6elare avoir perdu le
Contrebon an No B. 66 montant A
Deux cents viogt-huit dollars 50 Omis
par la Tr6sorerie en favour de Mon-
sieur C. Bonny, pour des outils qu'il
a fournis au service public.-It le d4-
clare nul duplicata devant on '6tre d6-
livre.
Port-au-Prince, 9 Mai 1910.
CHu. BONNV.

Le soussignd, executeur teotamen-
tairs de feu S6nbque Mooplaisir
Pierre, invite toas lea cr6anciers du
d6funt A lui presenter leura comptes,
poor 6tre controls, enregistrs et
r6al6s.
Portoau-Prince, le 12 Mai 1910.
FLEURY FQU I"RE

Cabinet de LW Rigal
AVOOAT
33 avenue Magloire Ambroise 33.











Agence


Special


Albert Desmarquets


de la R6gie franCaise des Tabacs
pour la R LFepubliquxe cdi':acti
Daw s le but de faire appr[cier plusieurs de ses produi s quo beaucoup de
Cansommateurs ne connaisaset pas eicore, elle vient de recevoir e! met en
vente A des prix exceptionnels, les articles suivants :
CIG.4RETTES rouldes eun .'-aferla'i Caporal ordinaire
la Boi*e de 10 cigarettes 0.25


do
do

do


CIGARES
CtARUO.S


le portefeuille de 20 cigarettes
roulaen' en Scaferla i Maryland et Caporal supdrieur
la Poite de 10 cigarettes
FRANCISES en S'-aterl.t i C('poral ordinaires, en
Maryland on Caporal supdrieur, le
Hondonde '20 cigarettes


dits Peits Hor-
deaux, 2 pour
extra chlaque


A(:V(;AHVS puros claque
0 1.-,.I-ONl)I'. (:ITOlS 2 pour


0.50

030


0.35
0.12
0.35


Cigares Superieurs OR AMERICAIN
CHEHtoI'S Manille ltis- le p iquet do 1 2 P. 0.45
CONCIIAS do exira 'l:'L.i de 5 025
OPEh-iAS- llavane le cofTfret do "0 2.25
AIWtIATIC(OS le colret de 50 '250
L()N DMI IS ext ia lo c, 'tiret Ie '2 1 50
BOUQuETS le coflret de 27, 1 75
REGALIA tina la loite de 10 s1 verres 0.70
PHECITOSOS Havane la Boito de 10 080
NOTA.-Pour faciliter les achelee'ar,, le (Ci:'gares supdriours seront aussi
venlus en detail A prit correspondants.
Port-au-Prince, 4 .Mai 1.)10
L'A,;KNT SPL:IAL, J. LAVILLE.




Ni ICOLAS CORDASCO


21 RUE ROUX


Port- u-Prince


Avise sa nombreuse clientele que pennant son absence, son magasin sera
gre6 par Mr F. LAVAULT.
II 1linforme gdlement qu'il vient de recevoir un lot importanide liqueurs
de toutes sorts de la Maison NICOLLCAU, do Bordeaux don't il est le soul
agent en Haiti
Anisette en crachon et en lbouteille ; Creme de Cacao; Cur. ao rouge;
cr4me d'abricots ; Royal Liqueur d gestive ; La Gdn6rease genre Chartreuse.
Messieurs les PHARMACIRNS trouverol t un grand assortment de products
nouvellement arrives notamm'nt d, verrerie, Ether sulfurique. coton hydrau.
phile etc. sur lesquels de notables diminutions de prix ont &t6 faites.



A BASE dre ConiflHNEOttOW ttCALYPTrOL
GOUT AGREABLIE -- CONSEHNVATION fPA 'FAjT'
TOUX, RHUMES, BRONCHITES, ENROUEMENTS
INFLUENZA, AFFECTIONS DES POUMONS
Rue R6publlcaine. n, 121. PORT-AU-PRINCE. HAITI. I T LFs Iv'it ', U


Hotel de France
M"t" A. Maitre, propri6La re


Biere allemande la 112 bouteille 0)0 O.Sandw\i:hs
4 hollandaise < a 0 80S( Manhattan cocktail
Champagne Cocktail 0.75 Kola Bichl
VINS MOlUSSEUX, LA BOUTEI.LE : P, 5.00
Bire d'Amstel


Par caisce et par douzaine
Champagne Pommery &
Djpfiner et diner au Champ:igne


.:40
u 50)


Greno
1' 7,


Table d hote: P. I.


Republicaine, 157.


A su conqunrir en peu de temps la premniere place tant A Port-au-Prince que
dans .t 'Province.
tLe vrt itableo -,ucces don't elle jouit est di au choix incomparable de see mo-
dles ,ur t"orines trancaises et amrnricaites d'une eltgance irreprochable et
rpoundiant A tous es caprices du bon go't.
l'. ,s ses modules existant en magasi'i en totes pointures et largsurs lui
pormiettent de chausser tous les pieds, ine'mno les plus diftficiles; et la modi-
cit, do eos prix est accessible A toutes les bourses.
routess les personnel (jui ne trouveraient pas A se chausser dans le maga-
iiii setopit satisfaites dats les '2' heures par uu article fait sur measures.
N. I.-- L,' maison pesut chaussetr; sans prendre des measures, les personnel qui
.ie peuvent s'y rendre.
11 sufftt do lui envoyer une chaussure allant bien' ou sinon lui signaler les
d4fants.
L[s chiaussures n'allant pas bien seront remplacees par d'autres, rectifides
d'apres les observations fournies.
La faculty du retour est permise dans les 2' heures apros la livraison. Si
les chaussures ont 6t6 port6es ou ne sont pas A l'4tat complete de neuf elles
seront rigoureusement refuses.
La mason d6fie toute concurrence, et envoie franco en pro-
vince.
AVIS.--- La maison a nouvellement recu un assortment incomparable de
peau. veau verni, vAche vernie, vAche noire, veau satind, kangaroo, chevreaux
glac&s noirs, jaunes, champagnes, rouges, etc,etc.
Vente en gros et. en details
Les clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sorts de tournitures
pour cordonnerie A des prix excessivernent reduits.
Ces prix exceptionnels ne sont obtenus que parce que la maison no fait
plus ses affaires que directement avec les fabriques de peaux et de fourni-
tures, des Etats-Unis telles: que tirants, willets, lacets, clous, dlastiques, fil
pour machines et pour cordonniers.


Rhuni


Ba rh ian co-titat


X'3 ec%,Et_IE 3[ A N C3 OU) TJ 1]
S.FULV Il:i'>)>ISITAIRE
Si vous vou'ez boire du
Rhum Barbaucourt,


adressez-vous au No 7 le la iRt : i'r- C( u- s.
La Maison Barbanco al
N'A PAS DE SUlIC(;lRS. LE, NI 1)E1- REIRI'-SENTANT EN PlR(VINi'tl:.


A de MATTEIS & C'

32, RUE DU MAG.ASIN DE L'ETAT

Maison Fondee en 1888
Bijouterie. --- Argenterie. Pai fuin. ieW. --- Articles de luxe pour salon,
salle & manger, chambres, etc.- -Miroi; s et tableaux artistiques. ---Serviettes
pour avocats, hommes d'affaires, ministres. --- Bibelots 614gants, ddlicats et
rares. --- Articles de Bureau, etc
Achat de viel or, argent, diamant,. caille.
R6parations de Bijouterie. Les articles vendus ou repards ,ont garan-
tis pour one pdriode dnterminde.
MAISON DE HAUTE CONFIANCE et de Premier ordre.


A LtLIGANCE
ORDONNERII.

42.s Ra des Frons-Forts.
CnAllsUaban M Dbk6T1,POUR LA vnTT
Promptitude at soin aux eomman-
des tat iei qu'eu province.
Chaussaures do Dame forms et tra-
vail tounours tout s qa'il y a de plus
soaveaux.
Former am6rieaie eot franQaiee pour
Messiearu ; 616gantes et commodes.
Pour la *malat Ie plusA 1'aieo.
Travail aoUleo x6out avoo
da peULz doe premi te-marque
Awmaramee do grand abalas.
Olagqp at ifttea ldlPAtte,


Toux
is Bronohitos
LaryngitesAngines
Emphym6me, Asthine
10 Phtisolepulmronaire.
WGIDW WSWMPLOI. do. 2 a aN tappiUl- Iai r jour.
ip -S


157, rue


__


I II' I


ii I L


- --