<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00928
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 19, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00928

Full Text


Quatrl6me Ann6e, lc 945


Jeudi, 19 Mai 1910


-. a '. 5 r~-.o. V tade'.


-V.,. '-~--~ -


ABONNEMENTS
UN Moss G. 2.00
gPort-au-Prince
TROIS Mois... a 5 00
Ddpartemeuts UN Mois .,. G. 2.20
Taois Mois 6.00

Etranger. noIS Mos 8.00

Dmagloru

52l6ment-Magloire


0


47
f


J


OUOTIDIEN


LE NU.*RO 15 (CENTIMES

Lee iauu- cit ii iin, nonn put





ADMIN1STR&TEUPI
Arthur Lsiftore


CONTEST 1D) EUIDI


Les deux Femiimes


PREMIERE PARTIES.


L6on Dionis n'6tait pas prdciasment
non architects, come on 0S p' li,,it I
le dire ; it .avait simp'ement quelques
connaisiancesa en math6rmatiques et ss'-
tait trouv6, A cause de cela, attache au
d6partement des travaux publics, en
quality ti'architecte.
D aillears, depuis des ann6da dejk,
M. 1.on Dionis, s'occupait d'entrepri-
ses da batisse de maisons, se disant
sans doute, que si en forgeant on de-
vient forgeron. on devenait architect
en batisiant. Et de fait, it construisait
de fort jolie-; petites vill,4 ..
C'(tat on htomme fort disLIngue t11u
L6on Dioris et si pea port a la vie
libre d'Hai 1 que deo qu'il out amassat
quelques 6e oomais, it s'etait mari6 a
nue j-une personins douce, jodie et ba-
nale A soubait, qui mournt en couches
moins de dix mois aprb- los nocei.
Ce fut uno grande douleaur pour
I'architecte qui annonot, ie jour ties
faubraillee, qu'il ue survivrait pas a sA
temme.
it Jui survtcut cepenila, t, par la rai-
sou que les regrets quelque profo,,ds
qu i's s)ienit, tit' tuent pas qu uitl ,ni
4ut jduue et m6at-_ qu-Atd cun t
Vieux.
Da rest, ce rmin jour cti fut tr -
terie Moan 1) ouis, LAuti qu i d6clrrait
quil ite iinrit pius et ue mavgertit
p:ur, avait cot:s U1.i, un quart d'heure
plus tard, A avaler uu bol de conson'-
m6 que lut prdseuta sa jolie cousin
Mademois:ile Rose Cerby. E' tout le
monde avait remarqud cela. Auspi, le
lendemain, dans outes lea fAmilie,. on
disait que Lfon 1) onis epouserait Rose
Ciby si 6; que onu deutl aurait pris
tin.
L'annee s'6coula et Leon Dtouis 1,'6-
pousa ioiut sa jolie cousin. Uae autre
minn6e se apassa dans lea mAmes condi-
tions. Aoras o1te so faiha, et quani
on dem.audait A LAon Dioute pourquoi
11 noe s remariat, tas, ii r16.ondait qu'il
avait aim6 et qu'en pardant i'objet ai-
m6 il avait trop soutlert pour crecom-
mencer une anasi craelle experience.
Qaoelquefois il ajoutait : a On n'aime
pas deux fois a Affirmation haaardeu-
so qui prove quae L6on Dionis con-
naissait pen Ie cceur human.
Et sa vie a'ecoulait trite at monoto-
ne dans le travail effectu6 sans plaisir
at sans got,..
II

Uu matin que architecte 6tait plus
m6tancolique qui d'ordinaire, un hom-
e pr4soata A son cabinet.
VoUs 6tes monsieur ?...
Milon Jeudy, d4clara Ihomme avec
*a* alirear brtale,---il nest pas pos-
M quo vea noe me connaissiez pa.
-- Mo nm, monsieur, do nom, r6-
Pt.aM doouement LAon Dionis.
At on parlant ainsi, I'architects ddsi-
fa U amtige au visiteor.
2 poWdant que oolali-ci se'aseait,
idim adit Ie ooaplet jaquotoe not,


lea souli-zr-s verris, leme iicori ghi~t'u\
Ieq bck~oe-4, la ch-ifue tfo mont' e mu
mentade, e, la mrnotre celle- ii .a* wu
belle monotre on or A doubleIVir
que be personage Sol'tait dii
de son gi1t~t A fleurs, touted 1!i ~co-
seconde..
Cette rni.,e apdarat iin ill'i "I
be iinon~iaur qui tia p:11ivi Vfbt ut i
91habiller pour quo I'arcluitecte u toa-
pd* un instant sur Is& juahit6lo puit-
venu do 1'iridividu.
-. A quoi puis-le vous tliri b .i
manda Ldon.
\ol,(lit N1. Miuon baud".,
weC vous save, je suk ~un iii,~
(Pdj. OUi, JO 'S3S.
Eli bion~vuil;!, Iai besoill Jut, V- i
me fassiez un travail qui itau I iti
Wd're (jusique chose.
[ja pont*?
Et i'liorutne importAIrt e.:i
A LdoyaIDiouis.
-.-Libes'- --dit avec automi~ i M
Jeody.
E~t Lt~on but Be 410 urnien.
ia teIve-1r:


5I.m'ftO


Eg .lit6


S-clion ,l.s
E itrepr eneu r .
Pot t-au-lPrincA, le :a FAvi .,' -
Le Secretaire d.':at
Au DdparIement des Travaux i .Il. s.
A Morsieur Raymond I)eujusto
Eu Viii'.
Monsieor,
Jo vous anLonce, par la prsen ,
qua je cookie A votre patriotic. ei A
vos bonds soins les travaux do ipat.i-
tion du Fort Bizoton poor la v.aleir
portde au devis dress A cat etlet ot qua
je vous remets sons ce convert.
Recrvez, Monsieur, I'assurance do
ma parfaite consideration.
Signad : llisible.

Et pendant que l'architecte Ulsat ,
paper, M. Milon Jeudy, dte nli expli-
quer que Raymond Dioejuste n'existait
pas, que c'eiait un faux nom.
-- Naturellement, dit Leon iai avait
achev6 la lecture du document, et ou
*at co devise ?
-- Le voici, dit Milon Jeudy, en fai-
sant Ie d6pot d'un nouveau pli.
LIon jeta un coup d'oll ear lei to-
taux :
Fichtre I Douze mille gourdes !
Parfaitement, repliqua M. Jeudy
avoc tranquillity. Et je no saui pas dis-
poe6 A ddpeaoer plus do six cents gour-
dos poor co travail, votre salaire comr-
pris. Si vous as pevesz pas, dites vite.
s- g va, dit ioa.
-- Alore wves do s d do.-


En 6noncant ces dernibers paroles, Ca c'eost rai. Je no m'attends ja-
M. Milon Jeudy a'Atait lev6 et avait ser- mais A rien. Oa tout ce qui arrive, je
ra la main do l'architecte. savais A P'avance que cela arriverait.
Au moment de sortir, il se retourna C'est la mort.
et dit : Qui u'est jamais imprevue, 9110.
-_- Vo-.s savez, conteatez-vous seule- .. --- Ah ja' vois quo vous avez tou-
meat de fire scaller lea oierres at joura do l'esprit.
p-is vous badigeonnerez tout g% la -- CCost la premiere fois qu'on me Ie
c& aux. dit.
--- C'est ainsi qui je l'avais comprise, --- Je suis enchantee d vas I'p-
repliqua l'architecte, avoc un tourire prnd.ou alor.'.
am6ne. Leos ouvriers 6'aieat pir.is nu a an--
--- Vous tes an hjamm iln.l.gent... Ie boss *.' premier.
A propos, vous pouvez tirer sar .oi a Cora Poren s'assit sur une grosse
p'r.ir de ce moment, ajouta M. Jeudy. pierre, et, do son < mbrello fermdo,
Soyez sans inqui6tude, riposta l'ar- commenCait A taquiner une anolie qui
chitecte. so dissimulait dlerriere un arbumte.Pais
E: M. Jeudy se retire d61initivement, se lassant A ce jeu, elle dit en giant ;
api6s avoir sorli sa montre cent vingt I am fatigued.
fois pendant les dix minutes qu'il ve- Mei complim'nts pour le lin an-
nait tie passer dans Ie cabinet de L4on glais quoevous pariez,tit Ldon, ironique.
Dionis. l)an3 ls grandes circonstances, je
parole toujours anglais- un angl-ii A
moi, reprit-elle en 6grenant son rire
sympath1!que?
En elltt, des ;e [iOul.:uajii, da Ile -- Tout a no m'explique pas vo-
ofrt 1;. z),on ioentre, oenbroussatAl et tre prdaenc- ici, tit-il.
itiutil u .- certairi animjuiu eg.a. Mais, mon ami, j'habite dans cos
Le ma in, i.jan 1,ouis y pii;sait une parages. Ne voyez-vous pas, I-bias,
hoeuro d >nnant quelqae ,tdi'atirIts dans la mon'agne, c:tte mason bizar-
Sties ouvrters ma. dispos, t I'ar- re ... C'est ma de neure. Jo m'y en-
uidi M. Miloue Jeudy y vuuait iogurgi- naie atl'reus-meat, mou reari passant
ter pI punch an coco, en comnagiie ses joiurdees on vlle A ses atffires.
d'an.;, z616s. Quaud je suis lass Ide m'occuper de
11 y aviit peut-6tre six jours qae mon manage, de mn jardin, do me$
c-t etat da choose durait. quand, aa ivre,, je prends mos jutm lles et tach
miotin, vers lea Jix I3ures,lAou t)oo'is, di dis'inguer ce qui se pas-o au loin.
a.*6. uno d.spale ass(z vive avec le C'est aiusi quoe ,l.-pis trois 02 quatre
boss ,41) o'IVIi.-rs, se ltat ap.JUY contre,. jours, j'ai remrqudt6 una certain agi-
..u di m ur- pour rahltier, san, ttion da.s co fot ufu ja.qj'ici no r6-
.o.t.- disti'gua, au-e-u.sus a& l[ui. gnaleut qu) zonc3a et pines; je me
,:kJ o0 brell, qui dlui)o chaditd Jraul ui; dit it taut qi+ j'aille voir ce qa'ou
ch *min ,.t engagee 4't .Inu it, eanti r y tait.(: tatt une o-casion de promena-
*, ti.L-ai.t .ta fort i. ,i.lo 1*n iT.e m- ,-. aveec de 'iamprvau peat-.trn au bout.
trigua, Ldou clignai. ,lds ydix,se bais- E', en ollet, 'e.st bien o. Voill, mon
.tt, tojr es-sayer ,I1 de-moar qua t; amni, coamasut je uns trouve ici et ra-
louvait bi-. 'ie, 1 ,rsquj bhrasq ;am nut vie de vo.a y rencontrer. Etes-vous
i'ojbrel!e s4 trouva A que'que, pis de content *'
l: ot ii re-ciunt Mma George Poren I -OJ ne peut pl.i... Vous descendez
1ii v.vatt e:, s-on amie d'enfance et quelque fois en ville, j'imagine ?
q,'il r;'avait pas 'ue d2puis hait ans Trois fois pAr semaine--- quelqm
qu'elle dtiit mat i'e Li pre.ni6re, elle fois quatre.
s exclarna: a Lion --- Voui n'6esa pas si aquestree quae
Ah bien, par e.xtmple, s'ecria 4a. Dana ces conditions, il n'est pas
Slon Dwonis, si je me doutata que j, po sible que vous ne receviez pas do
vou4 ren ontreras : a Fort-B.z itjo... visits*.
Et mot dooc? tit-lie eon riant. ---Maiscertainement, j'en regois. J'ai
E duax fo0ststte, s~ dessiabent a ix mme mon jour.
c6tes da visage oval et pleia de la june .-- D3 quoi vous plaignez-voan alors ?
femme. De rien 4estout.L'heuare d'un pe-
Un ri s'echappA de la poilrine de tit voyage de France a sonn6, car leos
L6ou Dionis: visitee que j recois m'assomment.
--- Camme vous tLs b3le 1 ... Pas routes copeadant.
T &s femme,elle seatit la sinedriti de .- Totes.
1'exclamation et en fut flatt6'.Mais ole ..- M6me cellos d'an beau petit cava-
tit semblant de n'avoir pas eatenda lier que je rencontre trop solvent @or
et s'crnia. la route.
-- Qau devenez-vouas, mon ami, dans -- Qai ca ?
notre beau pays ? Da temps en tenps ... Max Bocquer.
je lis vote nom daas lea journaux,mais Mme Porea no puts'emp4cher d'6cla-
on no voas rencontre jaimais nulls part, ter do rire.
pourquoi cola ? Mais c'est la plus assompant do
It r6pondit : tons.
La dompagaie des autroes 'eat pd. Alors il no vous ennuira pas
nible... longlemp car il va se matter on ple-
Ditee done, Twos tee polio. tot se dancer bionatt.
Laisses-moi achover, a neoils.. Max I eoc'ama-t4elle, on pAlisant
---Noa I o'et iasiile. sasi quoae voua Idgereamot.
no dite pas eela pour =ol. Sileomoat, Lei-6emo, eouligna Leou A qgt
loutta-tle., time & q oa voe. us- l'motion de Cra Porea avait dehapp6.
cdes qTo e etu u pWie4 tlte agre.a Et qui 6pouse-t-il ? demandao-
-ie amJ qoe oette researe. w est ra, avec iladiff6roce aftect6e.
doe el8.A. vs semari Ms coU o is* Rose Corby.
ql a jm 4*Impr9 w dam so- -Ah I Ill eat goatiUo...IU a bona gs
W v M kle,.


- C I ,,


III 1 -r -


Partaii- ritio, Ia;.I


F1 .,.


(Apubllqu Tlh,,.i.







Fm A Want siusi, MUwe Porsn s'6tail
lewOV IOt avail ddteou va on onbroll..
Alos, a go.,ir~je rentro, dit-elle
K-MA fo 9,jisWon'avats auggi.
Au bas d-9 la route, an moment do
so adpmrer, Mm. Parua dit A L~on ;
-~Vous Savrz,jaural bosoin do votis.
moaa bassinr es't foadril6d... faudra q 1,e
W~u4 men tamusiez un antre.Arrivez do-,c
domain matin A la maison aprbs votre
Inesiev ion dui Fort.
--A demain dooc.
( A uivre.)
FIRRNAND HIBBERF.


LA CII-AMBRE

S C (1K 1'd L"?Mai 1907.
A ii heurec. ih rnjori'6 rt~glementairt.
6tawcons&ateL, It j! pesideflt Ucliae IA
sdaoce Ouu'.ir C.
Au b n,7 de c'c~if S genf MM.L.EJ.
Fou;rt, SJ'1!edE't: atiDIPirtewevit
des kLrv1.ricu. rt du C-inne~ce-, J~r~mie,
Intri -P1c IY ie,~-ntr.ie ; Pc~'itun Pierre

P.Cblz ;tit S .1i:nu'~ N1iu,, Gierre ct Mi
fin".
A~r d ti. pioi &; verbal on
PF. I I ".Vj-i.:iLI'r cc qui co.ipoLtie
2vr.: 1111- J ~In-1i Q; tie lcntelC pcr!-
&ions, uri I'e du niinis-rc de I'Icjt~ricur
!I!I.X J S i'n id rs nu S-
M.~t t.Ub, I'tt 0 VC; ,Lokg'es &lec'or:!.tx.
I ~ A ~ detninde ]a
parolec r d~po .eI- rapport du comity des
F *nn. ,(c. *1 t (... inixerce.
Vri ulut U ~~p le ,Ic 6sdident
~~~~~~~~ V1 ~t r~~ 5'xt'cttif:
uer>; s d'E-:r,,a%*te' vou's
dr~~ *u~iii ~r :rv: Atire: i Ia chamber?
MtI 1 ~ C,*,ii%1P-e d,-,;Finances :Je
dtiIt' J Cr !tbiJ.1e S LE les comnptes

Ic 'rj~v Le Srcthraire d Eta: des
finances a la parole.
Mr A1m' ',,.: D.-S Li:,onsiances indcpc~r-
d-eits e'sJma v~oVnt6, MM. les d~put~s,
W'ontc cmj,Y:h de re':er dans le d~lai fixO
par la (_.os-iu!:on pocir vous pi~scrnter les
budgets et comp~es g~n~raux de la Ripu-
bI'qiiC. c,-!rl~st qu'aujourd'hui que ces pi&-
ces or 'rLIe,e?'c vous prie de rme donner
acvc de fear d6, 6t
'Pi~sidtni :Lx Chi itnibre v(Iu; dcnnf -ce
IM ,1 k' S-c Litrre d'Etat des finances, du &~-
r(,) des bu~lgets et compares g~n&aux de I&
RApubhii q u .
),Cr Poiuqel, aprih avoir de nouveau ob-
ternt h ii lve. p oKInoce un brilliant dis-
cou-s qui lul -i .ut Its fhin~iques appiau-
disserne ~it- de sori zuditoire et oii d~borde
son !cr.s pritto-.Icue de rn~me que son riel
d&sir dee ravailler 2ctivemer'r au plus grand
b e~' *le la cnoumiunu:E. Nous en publie-
Tons Iemin tti ptni~cipaux p-Assages.
Ile I -rs. den t :L2c h iru b.e enrt gistre aveC
phisir j'tu'eC!S~atnt discours de M. le Se-
crEzaite tI'Eyit. Jes fhnarccs c:iui assure son
conrours.
I.- ( j ii11 .. A 'L n 2 e

liec !11II-I i r r J~voi, de
repr(' U.u 1 A I 'lU C 10 LI
l~.IIC, -r A.:rtici~hcr le sortt de ses
COINitio10tP-
Le S. Ma~rius, M*.n1i;'e d,: I a
I I I.& tribune er dit que .en
devuit p3 10nICILue IUi diCLC -.a declcaration
so enet,.c ~c n'ni sa ftire. Ceux qui W'ont
pas tv~e .t id& dte I urgence des 5trv.-
cc; nd2 t is de i'.rm ete de la marine
croiv; qt,1'c-ez tont I'obstacle le plus
grond A la march! -n avant, mai; Iui qui les
a vues dic pr ,ii croit devoir diclarer que
so-- rAA--- rc--tires pa les pccidd


Mr Pewnjt: Cas billtm delves u&
b-0 per ae commiasio qui e relve
pas du D6partement des finsmeu Ele doit
recevoir 'es billets et 16b b lter ons la m
ponsabilit do direcoeer de la Recene.
Une some de 12a.ooo dollar dot 6tre
prilevee et vendue cootre billets de 5 qui
doivent re btdles; j'igore pourquot ces
operations outn td saspendaes, et ai Mr le
Ddpute le desire,je lI lrF dirsi t la prochai-
ne seance et en attendant je pesseral des
ordres poor bi-er le brt ement en retard.
D"pued Noel --- Pounant I'art. 2 de la
oi du r4 mai Iso8 est formel.
MCr Peasget: II demeare en endu qne j:
o ai pas dstrait, c'est ce doot je suis res
rFnsable. mais non de cc que le Directeur
a encai-s6 ou fAit b:O'er. I
D/pulid Ac. I rangois : Mn col;kgue
Nod vou; a seulement demand pourquoi
le biuilement a e suspend.
Mr Pouget : Des 25 olo or de surtaxe
le 1tgih eur di( qu'une somme de C. 12
ooo or sera prd'evie chaque mois po-ur tre
convettie c i bil-is de P. $ qui doivent
ctte b:5'ds. On ne peat disposer de ces
P 12,030 eC ce, sous la rcspons-b:.itd du
M nisr:e des Finances
0 i me demand A b. C'e pourpoont pour-
qt:o oa n'a p-s b- 1l ; je n'en sais lien.
je ui; ve- u ici d.poser ies budgets et n'm -
vais appor e aucu'-e ro e. Quand en Jan-
vye- le ,ui. arrive j' i ', aiiA u i vrai dd-
s.j .:e Iiancier uai devait Novemb e A la
Pr sincee et D.cetnb e et Janvier A ,ou.e
12 RI-publique 0 s! plaint de ce que jc
rtn- paye pas le; ordonnances. L-es employs
meurent de fAim, laisstz-moi les payer d'a-
bord puisqu i's travailent journellement,
I, rest vc dra en Fon temps.
Je vais .-at renseigemenws et vous r6-
pondrai vendredi.
D/putd St-Aule protest contre lafdd-
ciaration du Ministre qu il cro^t avoir en-
t--.Ju- relaiiva l la co-m- i io'n pIrle-
men aire.
Mr 'l"a let met les choses au point
ev di.sant qu i, n':t aucun droit sur ce te
conmmrssin e i ne peut par consequent
avoir patlr de lui avoir donni des ordres.
fe Diputd Noel demand de changer sa
ques ion en in ernel action.
Le Pri ident : L',ncident est clos, Mrale
Secritair. d'E at rcpondra vendredi A lin-
terpelli'ion du Dcput6 Noe Messieurs les
Secret. i'es d'E at ont-ils d'au ie; comma-
nica i,,ns a fire A i'Assemblde ?
Ap:es Isur rnponse ndguive, its prenuent
cong4.
Le Ddpuld J. M. BrIdy ltt et depose sor
le bureau de la Ch mb e un project de loi
tendant A cuvrir ie port de Fort-Lib.rtL6
au coin'nerce stranger.
Le President : Ce project sera envovd au
co nit. comp6tenr. Personne ne desire
prendre la parole ? (Mutisme)
je pioclame ordice du jour de la stance
de vendredi : to Sanc:ion du proces-verbal
2a Lecture de la correspondence; 30o R6-
pons- du S:crdaire d'E at des Finances
4 Elecz.oOns des Sinateu's ; 5o Rapports
-s Cornmis.
La seance est levee.
-V-.


rout cofoeodue av c la comite. Clle-ci
reparatra saoo pen Ie soir aprs sle crpeas-
cole vers la region ot se couch Ie solely
Deux m6etores tres lmineaez et eclairnts
ont etg was dans las constellation de Cas-
siopde 3 h 39 m. et 4 h. do maika.
SCHERER.
Coura de Bourse


Or Americain comptant
Nickel escompte
Billets de cinq gourdes
Traites 90 jours de vue sur
Paris direct,
Traites sur France documen-
taires
Ch6ques sur Paris. ptime
Transfers par CAb'e sI Paris
Cheques str N Y, prime
Consolides 6 o;o
Consolides 3 olo
Emprunts so Jnvier 6 0lo
Emaprunts dits Provisoire
Ernprunt 20 AoOt
Tiute; bleus


475
I


0o0
olo
o0o0


2 Z12 oo0

3 olo
4 oo
4 4 1l2 o0o
314 0(0
50 olo
25 t11a o00
49 o(01
6 00o 49 0o
80 o.o
22


Dieu protege
LE; ENFANTS. LES IVROGNES ET LES
ETATS UNITS.
dit M Taft, president de la R-'publ"que
WAHIINGTON.- c Deu proteg- les en-
fants. leg i vrgnes et le; Eear.-UniJ -. au-
rait dic M. T'ft ,ins ui discours qu'il a
proronce A New Y k devant les members
de Ia socihde amdictire de la pair e. dee
I'a bit r-ge.
M. T.A fisait al u ion au< dangers qu'
avair entraints dans I- pa-sE It doctrinee
de Montoe, doctrine don't le president est
cependant touj-iurs pir isan convaincu
Le prd iJent a expose ensui'e sa f qon
d) compread e 'a poltique ex :r'ea-e amne-
ricaire
Qaoique tf:s fa-orable A I'arbitrag-,
m6ame dans les questions interessan'
I'honneu'r nainrnil, M Taft ne voodrait
pas que le; Ettts-Uaii abindonnassent
l urs armements. qui se:vent A assurer de
rmain'ien de la piix.
M. T.f a aioae iqu'.l etaiS ft-o ab'.e au
a programnme des deux cuirass6s ,. pro-
gramme qui, selon lui, doit 6tre main, -
no du motns jasqi'a ce que Ia cois'ruc-
tion do canal ce Panama suit ai (it ac
compli et quI les navires amnricatis pus-
sent passer promp:ement d un ocean A
I'autre.
L'ambissadeur d'Allemagne. qui as'ii-
tait a ce.te rbanion, a prononcd & so tour
un discours dans lequel il a faith ressortir
que I'emperear Guillaume est desireax de
servir la cause de la paix de la mnme ft-
Con que M. Taf'.
L'ambassadeur a parln ensuite de I'im-
portante mission que remplissent les Eta's-
Unis come c puissance mondiale s.
a Les troupes allemandes et amiricases
ont dejA combuita ensemble en Chine poor
la cause de la civisation et nous outenons
i l'heure actuelle, a declare finalament
I'ambissadear aux c6ts les uns des antres.
le prin :ipe de Ih pott- ouve ',e en Ch:ne.)
(Times.)
Bonne capture


-- I.A poli i vint se signaler par un
RENSEIGNEMENTS lb)~u CIUp *i1'aitee o n ripta.I la tI in
,.tr babil'. ot an la, e ix filo' '"
MErEOROLOGrLQTUES no~a de (; G r.- s Elo, ,36 an( qI'i Atait
O)c Se3ervatoirxe ht' ha au Bitr Aminain,'It M( Kitsch,
DU oIlg g a t ,'a -Fez jolis appoiotemnrnt.
Ce chevalier d'iulustrie, d'origina
SMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL frar,-a;. aTr6 une sAri deo petite lar-
MERCREDI I8 MAI 1l10 CiOD commis an pr#jadice du patro-i,
Sdvalisa compl6tement la caissier da
Barometre A midi 761 m m8 I'Mtab'issement en lui enlevant nse ef-

Temp6rature minimum 22,2 fet1 et orit ensuite la clef des champs.
(maximum 29 5 Mr Katsch fit rapport de can vol &A
la Pr6fecture de Police qgi fit le n~ce,-
Moyenne diurne de la temt p nature 24.9 fare, 6tablissant avec le concours des
journ~e. Pluie A to h. 45 m. et %:rage A autres autorit6a un cordon bien or-
2 h e. de I'aprtes-moidi. Un fort rage a ganis. aux fins d'arr6ter 'e ddlinquant.
N W A 6 h. de !'apres-midi: Pluviomftre II a 6t pris ce martin A Thom .zeau as
N12,6 millintres. moment ou sos allures suspectes et al-
2,6 mllmeres gnales I ddsignaient i attention des
Com6te de Halley policies.
Le mauvais Itemps et le clair de lune Le propri6taire do Bar Am6riosain
oant empech6 de voir les ph6nomnnes aux enchaot6 prasente soe remerciaments
quels on s'attendait. Le ciel n'est devenu et sea fdlicitations am Gandral Horelle
propice qu'i 2 heores et demise do ma- Monplaisir,an GenEral Jn Fracnoisa t &
tin Le seal faith digne de remarqae c'est tons ceaz qui ont an fair lear devoir
la leaur inaccoutunde de Ia I a re odia- avec tant do tact,d'itelligone at d'ac-
cakl, a tel point que plusieOr pes a.es .tivit4.


TRIBUNAUX

Tribunal do Cassation
.Audienwc criminwUe des mewrerdi
i8 Mmi 1910.
Pr6eidence do Monaieur Ie Vice-Pr6-
sident Bjnhomme.
A dix hours et doemie da mating, li
Tribunal prend i6ng9, at entend leI
conclusions di Miniitlre Public. Ei's
Cariel, dans I'affaire Montrouil G illUa.
me,, centre l'ordonnanco do la Cham-bre
do Cwrseil du Tribunal Civdl de Port.
do Paix, le ronvoyant au Tr.b a al Cri.
minel da lieu.
Pui-, n'end I'aflaire Etcoll nt Nepg
tWine, dean :eur par Me Orrlte centre
Theard David ; celui-ci defeudecr par
Me C'n:Stantiu Banoit.
Li J g. Auseime est en'andu, ea la
letturo de aon rapport.
Apiz~ ies d6veloppemein .ts ia avocats
des parties, le Miuistbre Public Elie
Coriel ccn.ljt au rejet du tourtoi.
L9 T ib,,al Irecoit ensui'o 1e- serment
du co'oyen M. G. Mar ,*ill- ,"omme hais-
sier exploilaut do ce Tribona', eu rem.
placement ti o toyen Glitardr.i Pon.
guoo, dA6edt.
Le Vice-President Monsieur E. Boan
harmnm a, I'- S b'li'u' dn Commissaire
da Goua*eiu, ,., M.Niuateu rElie Curiel
loui a ite-sntt leurs telicitations.
L c'oy-.u M arsille y r6pond en des
ter Km. soa ws ; et dansa n language sim-
pl', fit -!-s semercltneuts aax Magis.
tunts. -- E. le si4eg est levA.
Tribanal Civil
Audience civile ordinaire du 17 Mai 19to.
P.d;t-ince D. Miignan ayant come
asscssn'Is le j ge L. St juote N;colas, 'et
le sprilant d'.! iuge I S Rome, assis-
tes du SubsLinui Juics R.se.nond.
Jug-ments rendus:
Celui qui ordonne :,v. nc de fire droit
Sla deman.de de do.nma:ges-interers rdcla-
mis par Mirtin Ancioa contre la P, C. S.
que -:eil,-ci faste la preuve suivante Io
que tes frein; avaient e '. rgui erement
mis A la plate forme ; 2e que chugie de
pierrts la dite plate forme sous i'inflaence
d'uuj c use extErieu-c non impu able A
f u e a pu ddva'er en patinant sur les
rails de It pente de Carrefour jusqu'A sa
rencon:re avec la locomotive, diu que la
contre enqua e est de droi'.
Celui qui con lame Mmc Veuve Ba-
Jere A deg'ierpir de l portion d'un em-
placement appartenant au sieur Henry
F.ustin sise A Port-au-Prince qui e;t la
prop-i4 du sieur Faus in comme ses ti-
tres l'6tablissent, coadamne la dite Veuve
Bide: A 40o gourdes de dommage;-intd-
rets et en outre aox d6pens.
Affaires entendues
Philoclei Oscar contre" Anacreon Ci-
nea.s [ Defaut )
Les demoiselles Sany centre Cld-
meat Pierre ( Defaut]
Mc: e Cavd contTe M sWair, S: Hi-
ii c ( Dctau: )
M n, Vve Cambronnc contre Slo-
I1ll;l O~ Jo,eph Cainbronne Me S ILE'm-
Louis pour NMme Vve Cambkonne, txpose
I'.-1 i e. I s'ag-it d'u c action en onao ma-
in t t:Ls i Ucti en .tu: si.urs Sa.o'non et
.I ;tqh C ii,bronn-, .c,Ty ur :>,o 0r it d-
lnvit siir u: terrain i'ut a T nor qua au-
rail appi.t:cnu A celle ci, une maison sans
forrre de justice.
Me Atrault Jeuan combat l'exposd fait
par Me S. Jean Louis, pretend que le pro-
ces-verbal dress par le juge de Paix est
nul que *la vente consentie A Mrne Cam-
bronre est sinulee: ier la velleitE du pris
et que 2e La vente a Etn fiite huir jours
avaant que Mine Nve Cambronne fut la
femme lgitime du sieur LEonidas Cam-
broane. Me Jean Louis dans one deuxi-
me rdplique a combattu les arguments de
Me Arrault.
Le Minis ere Public entendo. Ddp6t des
pieces ordannE, jugement tendn A une an-
tre audience.
Audience correctionneld du 17 Cai 191o.
I Pr6sidence A. St Rome ayant come
assesseurs le Juge Ed. Valles et le supple-
Sant de Juge assisteds du Substitut Latortue.
SAffaires entendes :.
Frauoss Perers, privenu de vol de
Sdlven e4ess pueE dice de Pal Essile


- -- -C-- --;- ~----~- ---- ------- -- ------ -- --~- I--







LeOW. Aptas avoin enteadu l pic veno en
as moycs de defense, Ic Miniv'~e Pa-
bi~coocdu at''envoi du~pidvtnu d: ia
pogg Stiofl pottee contieClii. DV6 des
Vi&" es t otdonri, e. le jugem.cnt rcndu
sudico" tlO~aBLe..
Geosges Antoine p'~vena d'avoir frap-
pa g visage Is dame Rirn6Ia Lonis jean
L& dowcssion fut chaude entire les: o
de Is p~irtie c ivile. MCs P~tt'y,Mloise et
LIstou~r et celui do privc nu, M! Thiatd
Ii$la aiss6 empor er p~r Les exc" sde
Parole:
Enflo la cause a 61exitc cen' ewenteri-
due.
ILe MiniSvO e Public s~es: r;p, otti 1 1
usedo rib tnal. Car Its d~posi i, vs
& des210 :6onsne uffisent pas rout aswe":r
be COEIV C i"-..
Aprts que~qu s. heu-cs de -11'.
it jagement solvenft a ie pto~soric6 e -
lei qui renvoic le pre~'enu F'.ir';o ,RN e-
rg dC la prevtrit eon 'por'ee cu:i r,:e,.


A4ud.enote chiv~c e i~Im ace .M r, It
18 ,Ica., 19;o
k'rhsideraco: P. Jh.. Dupont Dy, ayA :t
Cornme ases curs e I' g- I Z'-'hi- e e
Suppli .nr d&- ju :C A G. V'ae', a-,' -wts
Au b'..bsti ui X.X *fhbb Ot.
J agerments erdus:I
-Cewiiq ,,-d ),~ia 12p *.:*n i-
tore de vt, .carre~ux de ne, ;e tu~s A'
Las --.1i -b i -,:ov, i dP. if~nJ. d wenWrn
de h ic-..iv de h.i A i.:hIii Rev u 1.
mais aux si u, tt dani! G61 n Gnc U
pour se I LAO T 4.1 -rlj ;01 'de ICTot ob .'
tiOO ~:,SiLur F b : :.ntcL s
cofldainne aux -15. e -%
Le jo-e t u -" iin( iVi& it
plAce -'it ig..- tiPI P t SJ It
J agernents ed us
non ap,,ei 'nt L ug Mfin.nst~i-N 2jznaa i
23 jUt!) 19oS,rerdr. p rit l -ri~'u i'd--P ix
no~i v .-' Em''''. jC 1 i 1, c, 7fd'
i ce que !t--. i-D'.u!ro c- -.wr
fask de Ira commian1quer jo igirt.. de '.:c e
d'appe1, do'm- -C zALI j 'U-D U u;.,-rr,.S-
son do ce qui cll 0cedc .- o nzhu iquer
son advers-me'., c j, xcs 4~m-vit nte ii se
aervir din~s I w;v iincetctictiellc, orlonre aux
par ,ies l.e proc'Kler 2u fond.
Celu, qui honv)'Xg -te la d -iibirition
do conscil d- fLrnaiie du inineur Lucizri
Au.b.tin.
-Cclui qui ho viollogue la d~i~ibrA-
tion do cose de fiwi Ic du zuineuw Udo-
ra Metov&-.
Athaire en co tn vo
Paul Barth!! contre G;:lach et minco-
re FADy Co'es.
Noas rensons 1 coire que les aVCCAIS
ont fini co-,no i:errent n la. lecture de
Iturs conc~ujons, nons espirons entendre
le d#vclopereman-vd,-cetle b:lle plaidoic.ie
qipromet d'e to t'. in 6&essante. Mor-
credi procha',n, osj~s vneM
Justin Divot qvii l u.- A ca retenir le tril-
bunal aur 1-.xGo-..-iujtio, de 1879 que la
fetume haitiei, n';uiri~e avec -in 6.ranger
perd sa quality d ha; imoou.
Les avocats do IA c'osc soat M~s Justin
Divot, Lespiwasse et Martin Divot.
Tribunal do paix
S~cnvioi;SUD
Audienee dut8 Mai 19[o
'Doranainvilie d'Es-inville assigne la dame
Elias Charles en pAietnent d'an rooja de
layer, soit 14 goaidcs, et en d~gu-rp~sse-
amtn.
1A difeuderesse co-isent A digu.-rpir
nmab sans payer Ilenmois do.sous pr~rexte
m ele prp.6 .ive 1wa dit qu'ai 'ui en
imt abandon,
U& twotinboal ~ordnoc Is camporntion per-


1-LECTEURSfuoud~l-A1usb'*Ia
Ru. dos Miracles ou Fdrou Nos 25 et 11e,
et Rue Roux ou Bomne-Fol, R4o 51, vou% trou -
YOreZ 109 CJGAKXS DU CGKWTXNARz do k'rin de
kJUr6uaie.

L'A merican-Bar
PtAce GEFIRARD
It C6-.ie la Pharmajcjc W. BUCH
Se chatrge de livrer aux Cercies,
Clubq. A I o-casion des mariages,
bapt~me% ru d'aulres W~ei
BIICREALIAEMANDE A LA PRESSION
par Niits de 50 litres avec l'appar,-fI
iwcts-aire, utu gatr vi pour serviv et
Ic"V- Vres
P' rix -n o- :aml[iCiciI on en gour-
de -, ?It -s Inbdert%.
FJiImDW. KA~h H,; ipro pri~taire-


!CH 4PELLER I E
Acc~ouiivz cmIz
1c'j:,crto GoIuzahes


91 (S" 1j"SAN FMI LkN
F B'iOUE DE CHAPEA.UX

S ALON I)!-'(.Or uIIiF;1 'DU 1.o''V .Ir
I(l(tO --s~ ut pour ? *u cs

VP- ?T fl % T.,


Vieni d'arrivr


LEI Condense fLes1eC11
TJRP.SFRAIS
A Lot FI[ARMA(:1E Sb:J3URNP

J evi.' lo, -zbIcv et 1I Con mu rrv
que pendant nmo.a1,er',\ .rl
Charles I'ierrie tst clv.. g-'-edti ma
procura' ion.
MAlne A. mmAIT-,

L- soussign, 'i' :. vt j ieui-Ti It!
Controbon ;u jN It. EC; i lomli? t i
Deux ('Me-ts vii-g-Imiu t i v *- -ol. i..
par la frA~sorml e *#-it ''' '-il ,. ilt)-
vbgir IFC Itouyinv, po Iir .-;()1 f4,
a fouiruis- t '~~a t*- pt, ;-,I i (- ?. :. it
elare uiul do- i,, iat .dv1it t dVI~I iw-.
fivrie.
Port-au-Pi ircc 9 1i1910.


VtPIT



Re--o :CI 1-k I

A~acien 1In cr1"vel- /1,;,, 1 Y .r:


v M [ S ,r j VI\ ':.-,I-' \ II
Sur 1icit,,' tio 1- I' E.:i f.PO -t-:a i- I-.' N
4 II'... raou a \1 I
#I tir~; l e ix 'r m( !-; .u-plint-e; NI A I wt(le *
j) -I-T~ I lilT ) n111;11 c ivil .1 Poz't -: ij- B. (s11j, J P'-.

M itd i A1 ;4!1 *0.l OrI.) -, lrul' 1" p,1% 1 6ta~ ~ .111: l\...1


douz du me H' u r-i i-- vou mldH nt-F'... Gm j)~ ~ l
1) k ls0.XPOU S, q1.3- ci i4UX 8o:;a -.i ti ;7t. i .i' Na.(I
S c n1~;- p, I III" )I- -V *,~ ~ : Al
11 Sj'a ;PC(("d(P I' I n ~ii (I e 1,o1
comnLtera yvin,.-t-N0iA M -.i ( oi'atr ;
dix 191 sdu mV in.* ei I'tAt. dect pat.
L% naini tc ),aa1,3 M-IPA. )r'ol et -on,
it ye *to aut iis ofiranit et doierztnt h i ti I t
bnchdris.; ur;
D'uno pr..pi-i'~t.f-inds et ba:is ies,
sise en ca t o vil f", Rue l-'rou, mo-u- N7 IF', ^_Y-1I129 es'
rant vingt pieds detix potices et d, a 4:TL-:Ii
de fbi~ad-3sur 'a r --,i do do, t, i.~eds! xu- ''O: bo: wJ
e' u tI)oflco et dem stir Ia fate:adi. (to,
IA tout-, ayant une prefoudeii r&gu-~
iitre (tio cinquantit sept pieds qwiti-e
poce au cdtd Ouest, Pt une prtefoq-.
dour irrdguli~re du c6!6 Est da qua- adr- s';z-v-vo'i- N.1 N71ql'~a W a'-0",


rante h iit pieds ot sept pouces, vy-nt .
desus une maison base en bon etat, JLA
portaut le N 0 62. borne : au nord NA PAS
par l dite rue Fdrou ; au fud, par NA AS
dame Vve St6phen D6catrelle et les
hdritiers Ei6lie MWise : A l'Est, par les
h6riti rs Ex61ie Moise (aujourd'hui les
6poux Durocherl at A I'Ouest, par i
Camtleau Aoto noe
Sor la mise a prix de troi mille Tr
fourdes, flx6e par les expert., outre
les charges de 1 eochre P. 3 000. T A
Aux reque e, pour-.uites oe diligence
deo sieurs to Lysius Bernard, tuteur
da la miner' Merci61s DAcastroavant
pour subrog6-tuteur le si'ur El'.ti. s
Laroche 22) Jules Drcastro et 3o des
demoiselle et dame Fr,%n,:oise et C4- Pour tous r
cilia Ddcastro ; tous propripais,1 ,
demeurant et domicilids a Por au- A
Prince, ayant pour avocat Me Moi-e A I
D Charles. avec election de domicile
en son Cabinet sis Rue du Montalais
no 75.
Centre la dame P6n6lia D'castro,
propridtaire, demeurant et domicili6e
Port an-Prince, ayant pour avocat
M* S. Jean Louis, avec election dc do-
mieilel'a Cabina t du dit avocat. Le so-usiao
Pour plus ample renssigneme:8, t,i.e doe
s'adrM A M: Molso D Ch.rlesa avo- ierre, invite
cat peuveelat. ou & M F'd. Oriol. d4unt & let li
d4p iUto qpboher d o. harg our tre cc
oana-rn 14 Mei L o. .Port-a-Priu
MosM D. MAVLES, eart,


t misf(Li 91


CETTE DAME
fut radicalement gu6rle de
Phtisle Pulmonalre


~-- PAn

L'EMULSION SCOTT,.

"II'1 y a quatre nns et demi ma femm
utattejinte. d'an~meenict uno jp6ratlom
d~appcnIdici'L,. s~im*,,jE-': majisilpartir do
ce iniorent son ctt.tL do' Eatte empirsi
Ijusqit .aa ce qu au nmrs iWavr"I cornerr urns
Bronchite. ttbercil-z... ,-v dcveloppa.
qu e I Ie p 1 n1' v-t f:0-o i:;rp-is sans so
set,. uiii t Cowi
T.~slwes oyt H- I., lit science sem-
blaivnt tr' .j -u is v ,t; -:a. (,. ijrce A Dieu,
ie Iis ~1-C'i ciwtii- :a'e dui hI~cte~rrRisso
Pats i"''. 1:16,I '. 16)EhCitiv '. Lettt Ville,
qui1;'w -" i ixC !A' ID hN SCOTT.
C 11 ;2 ilolfx quo ma
lflJl. '!I ~It -;. lrcry)ait-etre
I 'd ~Imi elte a comu-
(~UIl b -%'rtativ. i JOSE WALKER,
offic''if-(k tArm6! du oSaltit, La Plata,
Re6p. iJCtllini9.


Avu..ila marq~ue d6 f~aba que
ci-contre la jojtejIltcest
authentique.
SCOTr L BOWNF.


Droguistes.


New York


1 bi I-- Il






II f) (I OI ip


DE Sl I.AI:rSAL, NI I)i: IV!'IK!S.N I NI' ir. I)VINCE.
-A -- -
Nouveau



ileinent de It Lep)re

par la Na tine
SEIRUM ANTI-L,;PREU\ 1)1 i i-DEI. P! \If:I{A
er, sei,temenis s'(Ir Sr

LA PH&ARMACI.L W., UCH
Port-au-Prince

DEPOSITAIRE POUR HAITI


id, ax~euteur tp' tamen-
u SdoL~que Motiplaisir
tOrus low cr4akncaci*s du
prdsanter leurs conple,4.
!ontr616'4. PoregifktrI68 e
wo. 14 12 mwl 1910.
FLEURY FEQUIPRE


tiS


C:tbifiet de,


~- Iligal


ALVOCALT
33 avenue Magloire Ambroise 33.


- 11~1- 1 U p _~~__~___~ ~~~


C-U'r~lWll~rJn.r.


,- .1







Agence


Special


de la R6gie iranualse des Tabacs


3M6ip%.ii3b:I q dEl aiti


Dais Ie but de faire appr6cier pluaseurs do se prodli a quo beauooop do
Consommateurs no connaissent pa* e@core, elle vient do recevoir et met on
vente des prix exceptionnesl, ls articles suivants :
CIGARETTrS roultes en Scaferla'i Caporal ordinaire
la Bolte do 10 cigarettes .0.%


do
do

do

CIGARES
CIGAROS


Is portefeuille doe 0 cigarettes
roul6es en Scaferla I Maryland et Caporal sup6rieur
la Polio de 10 cigarettes
FRANCAISES en Seaferla'I Caporal ordinaires, en
Maryland on Caporal sup6rier, Ie
Bondon de 20 cigarettes


dits Peoits Bor-
deaux, 2 pour
extra chaque


SCIGARES paros chaque
G. 0.15
0.15 LONDRECITOS 2 pour


Cigares Sup6rieurs
CHEROTS Manille flias le paquet de 12
CONCHAS do extra I'Eui de 5
OPERAS Havane le coffret do 50
AROMATICOS le coffret de 50
LONDRIES extra le coffret de 25
BOUQUETS le coffret de 25
REGALIA flua la Bolte de 10 sous verres
PRECIOSOS Havane la Bolte do 10


0.50

0.30

0.35
0.12
0.35


OR AMxRICAIN
P. 0.45
025
2.25
250
150
4.75
0.70
080


NOTA. Pour facilifer ies achetears, les Cigares supdrieurs seront aussi
vendus en d6tail I prix correspondents.
Port-au-Prince, 4 Mai 1310:
L'AGmrN SPACIAL, J. LAVILLE.



Ferrari Cernicchiaro&CO


Horlogerie,
168,


Bijouterie, Joaillerie
GRAMD'RUE, 168


Ancienne Maison D. Ferrari
Par le dernier steamer francais sont arrives des articles de toute beauty,
pour tou, les godts et pour toutes les bourses : Buoux. -- SAUTOIRS. -- BA-
GUES. --- BOUCLES D'ORIuLLES. --- CHAINS POUR MONTRES. -- etC.
ALLIANCES SUR COMMAND


INSTALLATION MODERNE
REPARATION de glaces qui sont remises absolument A ueuf
des table.tux artistiques.
Achat de vieil or et vieil argent


Laboratoire Sojourn6

PREPARATION DE TOiTES AMPOULES MtDICAMKNTNUS=S STftI
LISEESET INJECTABLE..
Ampoules d'eau do m6r Isotoniques solon Quntoa.


Leau de mer qua nous employons
au del& doe Ile de la GonAve. Nous
observation judicieuse quo font lea


a t6 soigneasement capte a l
faisons remarquer a Corps mal=
laboratoires 6trangoers :


a L'Eau do nor iejectable dolt Otto do fabrioatiom r~ceat. pour uvoir test=- pm
priftis hdpout1? n. moinbsuo anntatissons mowspeomepstamdo OcarUw t
mon products out ouu6 toas Is* risultats esp6r~s. a


Pwh401q1it6: Serum nevroatiho-niqu
coie6rom rfgularime lee changes nutritifs, BI a 6t6 employ6
aft dana a& neurasth6nio, la tuberculose, ate.


Pharmacie W.


Place


&Too sow.


Buch


de la Paix


Execution prompted et soignde des ordonnances.
Analyses scientifiques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivre ot autres
m6thode am6ricaine ( ftre ssay ).
Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops
Champagne & P. 5 la douzaine.


a
et


Droguerie en gros et en dd
Propridtaire: W. BuOh
.Pharmacien dipl6m6 allemand
D6p6t de Kola-Champagne


iauz drapre I&
viritablo Kola


Aux.Gonaives: Madame P. Laraque
A Saint-Maro : Madame E. Martelly
A Petit-GoAvo : Hermann Reimbold & CO




GOUT HAOURnEs- coNri'CIRVAT.,3N ENAROUA rETS
TOUX RHUMES, BRONCHITIS, ENROUEMENTS
INFLUENZA, AFFECTIONS oDES POUMONS
IuO R6publlcalne. n 121. PORT-AU-PRINCE. H AITI. T Lt.8 pSovUsCgs.


; ainsi quo


La maison g rantit le, marchandises qu'elle livvre ainsi que les reparations
ARTICLES I)E LUXE pour lea principaux 6xnemerits do IA vie moudaine.

ACCOUREZ

ChezHerrmann Corvingtoh
108, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DES MIRACLES
Vous y trouverez du Bon Rhum Sup6rieur
D "XD TVie Blac & S ouge


prix .xzoptionn*llement avantagouz


Pour tous renseignements et commander
S'adresser A Andr6 FAUBERT,
38, RUE ROUX PORT-AU-PRINCE.
AGOrT OtG*NAL POUL LA RtPuBUQUe


A L'tL'GANCE
QORDONNERIE.

42, Rue des Fronts-Forts.
Cause uaso aM D 6Tr,Ponut LA va
Promptitude et sole aux eommasa
des tant let qu'ea province.
Chaussares de Dame forms et tra-
vail tojlours tout e qa'il y a de plus
souveaux.
Former amanealse et Iranalise por
Messieurs ; 61g1ates et eommodes.
Pear le e nlnts le plus raise.
T'rvail sollde ox6oaut aves
des peaux do preair&reMarqu.
Assmrasee de graed rabals.
Olagos ot laqdiLdPAtWs,


lpc la.


A des


- ~- -I -- -- -- -.-


-- ~~-----.~~ ~ --


....


: