<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00916
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 6, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00916

Full Text



Quiatri~me Aun&de, 934


aort-ai, T.'rinci,, Elaita


Vendreci, 6 Mat 19it


ABONNEMENTS
r ABONN-ENTS 0" --1[ LF NUMI RO 15 CENTIMES
Port-an-Pri.ce --- "
i'no11- Mois x [
IMls : me ) t- im %r nu nona ne seru i
D .parteiment MolUs G. 2 20 .' rendiu
Taoss Mois. 6.1" i- .\ II)N-ADMINISTRATION

Etranger . TROs Mois. 8.O 4i, IE Rsux, 45

DIRcCTU / ADMINISTRATEUR
C16mant-Maqilolre Arthur Isidore
OUOTIDIEN



PA TT r r penlre I'tat ti'A a, 'I c inonagnii- je le rAi, 'e, dlrant son long proconao-
re, it ftut s rappel. r que, au.si ,'t ar- ltA du Cap. Ii ne change que lorsque,
P A G` E-l S^ D"H^ rive a u pouvoir, il ftlt ob e 1, Ie cktte attiv6 au pouvoir, il crut quoe 'ind6pen-
pea. d3 qu'il f lwait sauv.'r : on pavs de '' e de son pays (tait eu danger, d'a-
[ Ces ligues extrait, da rbn: oav:,c i t ,,vent mdme a 'er la'enco- t'nexion "m6ricaine. Co ,qui e,6tait oild par lea dsordres de la Banque
de M. F6ddric Marcetin troavent lear az- tre dlu bat propo,46. Mais pour b.en pIassd San.n-1)omir go devint on cau- N'iotnalo, soi6td 6trangtre, ensuite
tualiti dans la mort de Celui ajquel ellks jugor 1o gdne al Nord A'oxis il faut se clemar pe: manLnt. I! tait pr6 ar par les reprdsailles que provoqua la r-
ant consacres. Ce sont des pages d'his- rendre exi .t nint coupte do sa men- plus que personnel a cette ob es:ion pressioni do cs dydsordres.
wire dautant plus pr6cieuses qu'elles sonr altf, ,Ie cette cristali.a)tioa cetenaire par son grand rg e. Cot g I faiait, 1 fi t impitoyable,soit. Pourtant it uet
dues A'admirable ta'ent du maltre cr- d. soi cervau ivpecataat rutlenent e qulqe esorte, (tans nos teip, c ra rs nme:taut ril
vain qui, soucieux de la vdri'6, vkcat assex 1-14 d'roier. 4ch rs de l'indd4pndance prolongement des ancrce, qued .i c trspirateurs, on mtti'aient
dans l'intimim6 de I'ancien president pour nation ,. C'6tait un bhmme do 180. n'eurent, en r6ait', quoia pasioua de q'h itgedo- faiCtre, Jo e foIaent
ponvoir fixe-,en une kcriture forte et levee Tel il f t I sa nai 'sincr, tel il rest possession -l aque de leur pay' uo rpadi rt cette fAroita danoa a rput res-
le principaux traits de son tempirameat. J touted sa vie. oq3 -p p ev d at-ild an leurs ina .i. n r sidi. r cTtet f6roat daesIvnir de
.N no c te durant ddsert, un champ de carnie, un tor 'sion. Tloutefoi, it faat -e souvenir do
... Nal no co .testera que durAnt I d l e fratricides Qiru ncte eq'etait Iomme, dece qui sedisait,
A son arrive au p3aooir, parsons son long procoua'at au Cap, le gd- ni do luttes fratricides. Qi'in .- Ie? ce qu'tait'hoe fiit, de ce qai s crisait,
ae donuai, au go:xv raement da g',- ndral Nord Alexis n'dtait arrive, do- PC'dtait le r pays. et il en a quiur d fisait, de ce x qui a'rivait
ral Nordklexis las d. six mois d'eiipuis de nombrouseo anndes, Atre Pour Is gdnural Nord A.exiq et il en autour d ilui. Lesiautras, ceux qui )ra-
ral Nord Alexis ps d six moisd'ei. tait tr covain, combtr ar- mrnt freut-ils done n pch "
tence. Cette croyance tenait principo- ie, sort de patriarch im6 et res- ts i 1ai mot de sirE1ivard rey laCham-
lement a l'ige d, I'homrnme, presqi pect4. Et de fait, quand li fat A la mato ouIa aiune choranger be d mvahiun ~l are pus Irr mo&a
sonagenaie et do sant d bile lor.a de Pr6-ide:,ce, danr le3 premiers te:nps, tait toujours une cho.;e naturelle, lo- !bre dei Communes :L e plus uLr ma-
sonag aius e et do antu dPa bile lon de Pr6-adeva :,, odansia premiers te' 6tsible, et qui ne dvfit supporter au- yen de prdvenir l'intervention dtrangD-
son installation au Palais National d1 avant loi conspirationa, ca fa p at cune oeo te oinf o
Port-au-P:inep. Or, ii a gouverna d Is mme syst6;ae doddb3nnairL6! n uans Cie objection titde soit do 1a folio re est to main'enir l'ordio 9fat son di.
Por sept an. N Oraut-il ps gouver'i y it I m syst a de drsirairans IOne telle-latte, --out de la dtill- ,.nce rtoir. politique. II traitait done on
do sept ans. N- faut-il pas qu'd y -it I'qil 1les adversiire4 sa ha16reat rnal- d.-temps e re 1 et eux atuel. *rimulJ, sodigoes de toute pitid. in-
en cola,,dans un milieu aauasii instb'- ieuritso-nent d d voir I'incohc ren2_ ,t dest te mps qert pe 1801 t couax -.4 uelt. ,'rimic.k, indigoes dd touts pitp d, itn-
acla rent quon milieu to6re, iunst. -,~ l a fablass3 s vniles. Malh-ur A quiconque osait 6talir, a dignes de toutjustice, caux qui y con-
fi dtiourmdentd qu ile n6tre, une sim la farblassa esiles. davaulag c 'e ru, ,eG, ure haa-* 1i*- tr-venaient. 11 Ile mettait horse lea lot.1
pguiication don't it faut tenir compt. ? Or. pour.;aci cola chingla-t-il par la rso Mah ur A quicon ue l' c, mme un vieux soldat qu'il 6tait,il
Oa peut ie ioire. uito d i n parli oait srtot ou- ddaignat profond6ment ies intolle-
11 n'est pas t6rndraira do pr6te .dr, L prozde ,I la Coa3lidition e- fat quadii'-i itosaitIrtouts qulappelitabrviati-ementlc
riro It deve:iait irrmt6d,Lb!ement sus- lu-k. qu'il appelait abr6viativement les
qae Is g6ndral Nord Alixi., durant I'uniqai; c .u;u,. L'Histuir irnpArtiaie er N intellects.I gndral Nord Alexis n'dtait
son msetennat a incarnd urne estim dira Aup i our avoir voula fair resti- oet au g n6ral NonJ. in ll-ctpas un ignorant. Le cerveau cht lui
bhie portion d1 I'alrn de la Patrie, (I ,uer A It ciise pub'ique des valeurs Tout le W ele noitra ige at ut att remirqoabi et o. dit qu'ic cohti-
cette Ane rudimeataird, simpliste,qui, i: i~t-nt Iq le g4naa gnAral A'xii uo ble q'e ot, le ut avoi.l u4 attrem restruable at on (lit ,l 'il conti-
dans ,on htroi-tie rustt, maits in- d6< son araiv46 at.1 covoir, csalivya utravso ca.ome le ,1.di. I, t,! i r hue e roster teldAuant 'exil, .:urieux de
domptibl., c,'ent conservpr I'ini.- centre l.t una formi(ibl, opposition, peat avoila pail ,. Ms l i 1o -!e .e tous lea momentsqu'ir d pouvaiter16-
odanca a t 'au'onnomie le6 q r 'aquello iut entin raison de son gou- o, st touj ,rs do I'or. r ber aux allairem publiqu0s, ii le c-
1s aactre4 contrA to blanc civili.at r vernpemnt. L' 4 unv. rnb 1j s \T1 g.j n sicrait A la lture. Presque aveugle, A
soit, mais q.ant mtm expropia'ou r... Qae ls so.ninss erais di c. pro- Le itI. ab- la suite, dit-o d'un coP p de canon
JA cois quu ctte Ame ou celt potiutn ct, ;,ine t &a 6 bAt- ou mal dapeunties, tnueis:r aar \i .-hmngto, rtdo po,'re lui bra e, di- le youx, ea
d'Ame, exists t qu coe.-t ellk qui, en '. n'est point lit question. C est p))ar i'e avarisme :' ri t pouvant que signer sou now. it avait un
rtalitd, a sou'enu ie nonagsnaire et lui les avoir (ait restitu3r qa oa s e.t tigA 0 iqu- p ecteur prtisulr qus. a demeare prur
a permis de gouvarner. centre lai, voild le fiit indenitAbl-'. Coinm, y-vous I av za .. )o ,' j i (In lui, iui us -it des lives d'histoire,
J'affirme, ea outre, de la f. )n la Chirchez dan, toutes les conspirations,: appri. par 1, 3',Agra.,u., M. F.aift \,*it do po'itique et de science pratique.C'd-
plus netto ut t.ujoura en d.veooppe- ,4lni tou- les "omplots, danq le ip-1 "s ID re d6s gr. to rm e e p.o hain P' tait a plus grnde et sa meilleare dis-
ment dela meme ide, que si le g6n6- d'arma' des GJa:nive., de Stiat-M.ta ., dent ,-es E .-U >is. J( connis pf- traction.
ral Nord Alexis 6ltat arrivA au terms do que tioav, z-voas ? La m-iu d:-.s 6tran- 'nelement te i'.uvel eli. N us pou- O to avait et on en abisait, autour
Mon maudat, s'll u'avait pas 6td ren- gers compromise ou non dans la (Co- vons le coisiddrer comur t *n arni i o lui et dags la ville, pour lui fair
Vers6 violemment, loin d'4tre tralad aolidation, maii se reailant solliaires i Cependa.t, jA dois vous dir-, frach payer tr6s cher ce ouvrages-la.
6x gAmonies, it eAt d hdlevay dan, entire eux. C-3 sont eax qui do i'!nutment qie e ne le --oi. pa. diposdt lais- A proosr de cette passion, on racont
ravetr sur le pavois de nos plu. lea armes, les munitions, q ai foanti- r les Rpubliques vostI e son pa1/s qu'u ioir on lut lisait la conspiration
glandes glotres nationals. sent I'argent, qoi propagent la r6volte, continuer le sznglant lea des /uerres ce- de C(:alina... S oique et froid, picdron,
Cneo ont ni les ex6culious som- qui fomentent la propaganda, q in- miles Ce q. .l f'it A Cuba et a Panama ayant fai mettre mort tos le com-
maires do Si aut-Marc, ni cel-es, d i 17, a-tsabloment, distillent la cilomrnie. 'i r.iiuo cl'irein iit son at 'u le i ur piac-s, remontsit doe 'ergaatale. Ddfiant
mars A P'.'-au-Priuce qui l*..rit 1.,t ja O 'explilue d6s hrs la chain I'avenir. ,lafoile, compose de parents et amis
tomblr. Etls no i'auraient pas einls- ,Ji gadNral Nord centre Il'tranger. le gnral N t I av ot s if 1 .' w 'a victims, it jesait lea mots conous :
ch6 non plu-, si la fortune adverse iia Pour lui 1'tranger c'est I'tnnerni. 11 lecture < a c te t, ut 1 o t I.. ,,ot v'dcu!
St r momet tJaa on a tat expu u d ar I port co am- Ah voilt une parole, s'cria le
Sil s'y attendant l oins, 'occuper que soas lai. 11 en veat i tous ceux pocla mo trait xns x a gndral. C es n't, c'est .pr6cis, c'est I
sans contest dans notre histoire uue qi l'coatant, A tous ceux qui ie fr6- 'octe la mceate. 'a "rnts es aux, iu glaive m:na E: combien j'admire cet-
place extraordinaire et A c:6 de us quntent, A tous ceux qui voyagnt cri.aince ao F ao Ints is, i Jl to rapidlitd dans d actionr quand itl 'agit
plus grads uom,. Mai I chance a qui laissent le pays pour caller chEz 1 cri, alor : t onilsrai e, si j'en( .a trottres, do conspiraeurs, dtassas-
ms limited. Polycrate sera toojours uU oubliant que lea siens, sea alivs les ava u et ss co a, j I f als sins de la Patrie I
temple clasbique : ii ne fast paS pro- plus process, habit6rent Paris d irant fa:er sans itAtin! t I C'oest dans cette exaltatation ide: son
dcimer un homm, heureux avant sa tout son riegn-... Cell devient a v.- De plus t laus !e g in6r,.l NorI a dli patuiotimne qae I'on dot charchar l'ex-
mort ritable obsession, uia sjrte de mila- p,-nser qu') ,'y a td ,Is i ei -0 .i.cation de bien dai actes du gondral
Je virns dlc patler des exut.ons ,lie men!als qui lui fait perdre la claire aun cl et A l.Eatth tiaen n "eive 1 i- N;ut3 Alexis, actes qui out dtd faits au
sommaires d- Stint-Mitre t ,.-:,s (; )- notion T1 -'hoses. Capea I int. l 'tran- pour mainteni 1I I ,ix I xu ,''1. I : .- triment rumme do la cau-e qu'ilprdteo.
naive!, act, aabom ilb as, xcr.b s, :er lui r, nd ocil pour o 1I, dent poor rd, mailgrf Son ,' 6I ', se taI i r sn ait ervir. (es actes eo compronnent
qu'il fant tltrir sauIs hs.ta'iou. (:o- dent. Sou gouvernement devient la cette Jice q st ua pas m.nqu ., ce iitiilement daus note (emps. 11 sent
Pendant, il no faut pas oublier qu to bate feroce qu'il faut abattre, cote 'devoir et qu ui 'a rienu to reprocher. ,,' une autre poque, d'une epoqe don't
4odQralNird Alexis, en les ordjnnant, qae coite. Les journaux l.I mo- io eon- Cette fxatltio 1 s a ponede dans 1'i1- i1 tait sans doute le dernier descent.
croyait remplir un devoir sacr eInv.--rs !cr aupelant I'interve.aiain de pr au-a objet ,le .r6.erver I'autonomie n dant. 11 no .e comprennent plus sur-
son pays. It 6ttt per uadir qu'al ob is- ,saacas ptriangres, le mettent au bani tionale dloit luu ca'hrr ab'olument Ks tout parce qu'il a 6t6 renvers6 do pon-
Sait A ce:t portion dd l'amo ni nation sc de IA civilization. Persoanellerament il acts mauvais auxquels il a recoaru. voir ,t q.'il est vaincu. 1is auraient pa
qoi veut que la Paix oe soit pas tro z- n'en a cure. It so gloritie des injures C'ost siac6cem at qa il doit continue a 4tre uas iddnal et ne uemb!ent plus
lA.e .hn que l'.Am4,ricaina, I, baanc, qu'o lut prodigaue parcel qu'il croi" cr)ire qu'il n'a accmpli que stricte- qu'uu pilori Cependant, le peril extA.
'aot pa. pr6textu u intervention at no .ids odro -oa pays et si race.Aux pro- meant son devoir social. ,,Iur qui menace notre nationalit6 eat
CY mtlige Ple syrt/mo qa'R a impo 6 voua ions it r6poad, sans se laser, par C.ila 6tat, n'y a-t-il done pas Ia une extreme. II ne gi: pas que dans l'ima-
uba, Porto Rico, a Sto-Domingo. ,s ditscoars v6hb4meats coatre les attenuation don't il faut tenic cm::e ? ginat.ou ou dan, es besoins d'une cau-
l no asagit pas d'examiner, au point 4tr.ngers, par des coaneils de ne pas Qu'on n'oublie pis pas que ce nouag4- s.. Et it esat d 'utant prus grand que
de uo dt la civilisation et do uotre :e= bcouter, sigualant q aelques-uns uaire,soldat qui graadit dans I ra tg,, nojs nedevons absolument computer quoe
avenir mat6rie!, la valour do sa conep- qu'il croit boos, expulsant les muan- qaigranit au nmite des pro'crip'oas, -ur noas-m~naes pour le coDjurer...
tioU... Et au surplus les moyens qu'll vat. des tueri's, las fasillades des cent ans Je n'entreprends passion pan6gyrique.
sployes poar la ddfeondre sont man- Or, je reviens A ceci : pour corn- de notre existence national, fat ban, Mais en voyant le ddbordoment de











haloes, d'injures qui a accueilli sa chu-
te, debordement, dI reste, qi est
chez Dons le cortbge des chefs tomb6*,
- je no pois m'emscher de mettra en
relief certain cu'6s honorables, digoe,
d'6tre remarqu6s, de son caractbre
II achpta de sea deniers I'emplacr-
oc Dessalines proclama aux Gonaiv, s
I nddpendance national et il en fit don
A la R6publique. II paya doozi mille
dollars 'habitation Verti6res o0i se li
vra I'immortelle bataille de ce Dom. .
Le Corps l#gislatif, en 190l, lui vota,
une somme de cin(q an1e mille dollar!
,-t, je croi-, le titre de Patre de la PatU ie.
ii vonlut bien du titr,, mais ne touch.
jamais la some, la r4mervant, ldisait-il
A 1'6rection d'ane colonne dans le-
plainea de Vettirps.
Oai, le gdn6ral Nord Alexis avait I '-
ue h6roiqu, des ancttre, et celt- a ue
vibrait rdellement en lui...
Fh"Dtir MARCKI.'N





RENSEIGNEMENTS
Mtrl'OROLOGIQUES
Obser'vatoire
ou
S AMINAIRE COLLPIGE St-MARTIAL
JeeDi 5 MAI1 rio
Barometre A midi 762 n> m9


Tomp6irature ,n uI


20,5


(maximum 3 1 2
Moyenne diurne de la temperature 25.9
Ciel clair ounie la journde, covert de-
luis 8 h. du soir. Pluie 9 h. mar-
qnant 13; 4 millimr e-res. Eclairs. Brume.
Baiomrmere constant:
J. SCHERER.
Fi6vres inlertropicales
Nous avons requ avec plaisir le fort gros
volume du Docteur Leon Audain : Fie
vres intertropicales, public avec I'aide de
uelques uns de ses anciens ihlves qui sont
evenus les collaborateurs du Moitre.
Toutes les fivies des nays chands, sur-
tout cells des Antilles iont E udistlavec
one science rate, experte, digne du bril-
lant e?1ve do savant Pean.
Cer ouvrage '-era prise par les medecins
de I'E'tranger, qui, peu au courant des so-
jets qui composent ce live important, re-
clamaient depuis longtemps, des 6tudes
fouillies, completes sur ces recherches oh
le grand talent de notre distingub ami se
manifeste encore one lois de p'us et aug-
mente la confiance en sa science grande
at modest:
Nous renouve!ons au Docteur Audain,
nos sinceres remerciemrents.
Nomination
Nous .vons appris la nomination de
Me Emamanuel Nazian comme consul A
Dajabon en replacement de Mr E. De-
sir appeal i d'autre foac ion.
Port de Santo-Domingo
Dams notre article de mercredi liscz 25 00ooo
dollars pour les travaux du port de Santo-
Domingo au lieu de 250.000.
Marriages
En 1'Eglise Cathedrale sea ce16bre 'e mer-
credi 18 mai couwant, A 7 heures du martin,
le marriage de Mr Larochelle Mooplaisir
avec M"e Flora Saint-Cloud.
En la mame Eglise sera c6lebre le
mardi 24 Mai courant, A 7 heures do ma-
tin le manage de Mr Louis Godefroy avec
Mile Ninon Moscoso.
Legation d'Haiti A Paris
Notre 1Egation A Paris est transferee 104,
Bouleva-d de Courcelles.
Eclairage Blectrique
On a comment ce matin A panrir de
Bizoson A placer les fi's E'ectriques qui
doivent setvir A l'eclairage de cette ville
Lesancieas poteaux que le public critiquait
dermieremenu out et6 replaces par des
poteaux plus convenables.
Un des des chefs d'equipe nous announce
qu'avec la march rapid des travaux, la
ville sers dclaire as conmetacement do
faes doe jillet prochain.


Fun6railles du G*' Nord Alexis Mr Paul6us-Sanon
Le vapear Oteri, de nationality cobaine Par le aSibiria a entri ce martin, soIt ar-
qui devait apporter les restes du General riv6s Mr Pauldus Sanon, ministre d'Haiu a
Nord Alexis, fit son apparition hier A 9 Washington et Mme Sanon.
heures du martin. Une demi-heure sp:6s il Naissance
prenait mouillage et le Gdneral Eng. Fer- aissance
dinand,chef des movements du PorT, pri- M: ae Peion Gareycher n&e Dicatrel a
vcaait iramidiatement les autori 6s.Vers to heureusement mis au monde un garqon
h:ures arriva le g&n6ral Horelle Monplaisir, qui a reaa le prdnom d'Emile.
commandant provisoire de l'arrondisse- Haiti
ment qui conf ra avec le general Ferdi- 'D 'Bulletin International des 'cdepubli-

A o heures 20, le corps de la Police ues a rain. haiien a
command par l'inspecteur en chef le gi- Le gouvernement haitien a u ccordn si
neral Camille Jn-l-rancos, prt position des capitalistes ambricaios une concession
pnl. du C bureau du Port position pour la construction d un chemin de for de
S du Bureau du Port. 00 miller de longueur qui,par son eap'oi-
A io heures45. arrive du Ministre de station, ouvrira au comme-ce la pirte la
I Intificur qui invite que!ques personoes plus riche et ia plus produce eie du pays.
prisentes deiigndes par lui A monterau icr Le President d H.iii, qui s intdresse vive-
ita e Un pe,it cercle se forme au balcoa ment -u project, fait out son poss:b'e pou
ou le ministry announce les dispositions pri- 1'encourager par toui les moyens corupa-
ses. Ses auditeurs soot en petit nombre et tibles avec les meilleurs intr&e s du pays,
il les consulate ; ce sont MM. Frthel Tor- et it a aid6 !es concessijnniires de la mi-
chon, deputy A. Pierre-Paul, Clement Mi- nitre la plus efficace a se lancer dans I en-
gloire, A. Isidore, dEputE A. Jn-Joseph reprise et A la mener A bonle ti i. Lec
Ducheine Ambrcise, Jacob Simon, Edgird pays strangers re font q.-e d: commencer
1)ouyon,S Paret et le chef des movements A .e rendre comn'e d-'s avanag-s qu'offre
du P'ot.--Les fundrailles au-ol lieu dans la R6publique d Halt.Les capi:.lis es trait-
I ordre le plus partait. gers se dirigent vers ce pays et y font des
Apr&s-midi 3 heures. Le general Fer- placements sur une echelle qui fait prd-
dinand se rend A bord de i'Oteri out le ccr- voir une ere d'act vit6 exceptionnelle dans
coeil lui est remis. A-ant d'arriver au d6- le d6ve'opement des ressoarces nvur-,les
birc2dJre, I'en repreneur S. Partt le fait du pays.Haiti comnte une popul'aion den-
ouvri-.Un second cercueil en zinc apparalt; viron 2,o000o,o000o d hibitantq et une ,uper-
la moitt6 du couvercle est en verre et on ticie de 8,000ooo oo daces. Port-aa P since,
peat voir le buste du Gneral.IlI est en ht- la capi:ale de la R6pub!ique, est plus pres
bit noir ; les traits sont crimes, la phy- de New York par mer que la Nouvelle-Or-
sionomi- n'est gra&e alt6r6e ; les yeux seu- leans, et lorsque le Canal de Panama sera
element sont entries dans les orbites; muis ouvert au commerce et A I exploitation,
on sait que rnmme de son vivant,c'etait na- cette ville hiitienne sera en communication
tuiel an vicillard directed et facile par voice maria ime avec le
Le cor dge se forme et on se rend a la monde entier.
Cathcdrale. L'Oteri, one fois le cadavre de- II es- impossible de se tire une idee
blrque, a level I'ancre. exacte des resources naturelles et de la pro-
Le canon de deuil to ine d* qu rt d heure ductivite de la faune, de la flore e de la
en quart d'heure. richesse minerale d Haiti. mars on s if oue t


4 heures L Eglise est eatikrement dra-
pee de dcuil et s'ernplit peu a reu d'une
foule nombreuse; un superbe cat f Ique est
dressE, decore avec majesty. LU cercucil y
est depose, au milieu de couronnes e- de
centaines de c'e-ges. Autour se tiennent
les membres de la fimille, MM. Laleau et
Laraque,anciens secretaires d'Etar,Lirencul,
Bo gella Sevlre, St Julien Sanon, des Si-
nateurs et deputies, etc.
4 heures 3o.-Les corps de la Gsrde du
Gouvermencnt font leur apparitio- et se
rendent aus places qui leur sont designaes ;
l'armec, au grand corup'et est IA. C'est le
G6enral S. Marius, Secridaire d E at de la
Guerre qui command. Le service funebre
a commence et la Musique du Palais sous
la direction d'O.cde qui a pris son ins-
trument execute ses airs les plus 6mon-
vants. -
4 heures 45.- La famille prdsidentielle
arrive, ainsi que les secretaires d'Etat P.
Pierre-Andre, Murat Claude et Je6rmie,
L'Etat major du PrEsident et la cavalerie
prennent place au cote sad de la Caithdrale.
5 heuwes 3o.-Sortie de I Fglise. L'armie
defile ; le char funibre decord aux couleurs
nationals est trained par de superbes ch:.
va.ux caparaonnes L'6:at-major du Presi-
dceii An oinc Simon entoure le corbillard
qui s'6branle, suivi d'une foule immense.
Le convoi sait les rues Roux, du Peu-
ple,et de li Revolution pour se rendre au
cim:cere exterieur.
6 henres 15.- Arrivie au Cimetiire ou
une foule Enorme qui attendait I'arrivie du
convoi,regarde, recueillie, passer le cercueil
qu'on se dispute l'honneur de transpor-
ter A tour de r 'e. Les clairons sonnent,
les fanfares font entendre leurs bruits Ecla-
tants ; une formidable salve d'artillerie sa-
lue one derniere fois I'ancien chef de I'E-
tat.
Le cercueil est depose dans le caveau
ci se trouve Mme Nord Alexis, dc6ddee
en Octobre 1908. La Musique du Palais se
rend pros de la tombe et joue des airs fu-
ntbres d'une ttistesse infinie.
La cErEmonie a pris fin. Le Gal Nord re-
pose parmi les siens, dans son pays qu'il
aima du plus grand amour.
Honneur a S. E. le Ga' Antoine Simon
qui. par son geste magnifique, sa grandeur
d'Ame et sa bonti a permis aux nombreux
amis do Gal Nord de lui rendre les derniers
devoirs et a accord les honneurs eclatants
doet il a entoure6les fundrailles deson pre-'
dicessear I


le pays abonde en bois precieux, tels que
I acajou et le lignum-vitoe avec sequel on
f.brique de beaux rneubles et des boules
pour le jeu de boules Les meti;u precieux
exisent dans diffTrentes parties du p vs,
mais ces resources mini&res n'ont pas etdE
dEveloppecs, de sorte que cette industries
est poor sinsi dire A l'itat vierge. Les plan-
tations d Haiti produisent du caft de quali-
t4 supdrieure et de bon rendemrnent qu'on
expedie pour la plus grande parties en Fran-
ce, oe il :e vend plui cher qu'?ux Etats-
Unis. Ce pay" a grand besoin de meilleurs
moyens de communication et de transport,
la construction do chemin de ter en ques-
tion et d'autre;, ainsi que celle de grandes
routes, comb'era one lacune qui s'est fait
semir depuis longtermps et aidera grande-
ment au developpement et an progres ma-
t&riels di pays.
Les H itiens qui sont on ne pent plus
hospitalers, courtois et avenants, voient
sons un jour favorable des entreprises de
ce genre et its sont prets A seconder les en-
treprises de transport qui soot reconnues
necessaires, sachant que le dc.veloppement
et le progres do pays dependent en grande
parties du bon tat de ses chemins de fir et
de ses grandes rou'es.
Boite aux Lett es
4 Mai 1910.
Tres cher Conficre,
Mon comp si'eur me fant dcr're serpei-
te au lieu de serpe. Comme le journal
est hebJonadaire et que je n'aurai pas le
temps de rectifier l'errear, veuillez A litre
de confraternitE prier tous lecteurs de lire
serpe et non pas serpette dans 'article "Le
Firminisme.
J'attends ce service confraternel dans le
plus prochaiu numaro de votre estimable
journal et ce, A titre de reciprocitE
Remerciements et amicales salutations:
BAILLY, avocat, 'Directeur du Pacifique.
Tribunal de Paix
SECTION SUD
Mattre Thomas Robin nouvellement
nommd huissier pros le tribunal, prite ser-
ment et prononce A cette occasion un pe
tit discourse fort apprEciE du public et ou
ressortent les grandes qualitEs de ce nou-
veau fonctionnaire.
Affaires entendues :
Sanon Toussaint demand AtThalis Jo-
Marie le paiement de P. 12.$o de droits
poor d4bit de charcutetie et declare quo


Jn-Marie a degaind sa manchette avec n.
tension evidence de le raccourcir et qu
a e 6 oblige de recourir A la garden. Je.
M.are declare avoir pay6 les 75 C
droit au tch(f de section, qu'il n'estpa
charcutier mais tonnelier.-
Cette derniere objection ne dit p as gan
chose, car Jo-Marie est haitien coa.e
nous, c'est A dire qu'6rant tonnellier
peut tout aussi bien ,.:re en memc ten
charcu ier, n'avons nous pas la science M
fuse ?nce
Le tribunal decide de fire appeler It
chef de post de B zoton, ainsi que It
chef de section.
**
Alb.r. Laroche cite Charles Came.u poa
detention illeg ie d'ua A ic que ce e o.
nier avail cipturd et gardd plus de 48
heures.
Le tr.binal ordonne le dep6t des pi6-
c-, et renvoie le prononce du jugemit i
Lu-dt.
I1IhroIRE D'UN SA\ETIER
D Jean Bapis:e reclanie de Louis Eri
, gurdes pou- rdparatioi fai e depuis
ans A une paire de chaussures.
Erie se retranche derr',re la prescription
le tribunal la lu accord et deboataot
lean-Biptiste le condanne aux frais. Pau.
vre diable, C... bit u ..
.MeN1k deck Cintave abandoned A Alice
Placide P. 12.- montant de deux moist
de loyer, mais demanded qu'elle ddguim.
pinse sin, delai de sa mason.
La debitrice demand,: un dflai doe r
jours disant qu elle ne peut loger da"
Its ru.s ; ce n'a plus la resources des
arbres pour I'abiiter or nest en train do
les couper: Le tribunal la condamne ado-
moins A vider les lieux.
La D).mn Rosinna Joseph s'est eame-
due avec I'ebeniste Fernand Delphin pear
que celui ci lui tfse uu lit moyenaam P.
60 et lui donne P. 20 d'avance A coedi-
tion qu'elle auwa son lit le to avril. A
cette date, D:.pIhin demand nae surevacU
de P. x6 q i lui est verse, et come Is
sreur Anne, Rosanna attend son lit esa
voit rien venir. E le demanded P. iSed&
de dommrages et intrte.s avec rembome-
ment des P. 36. Le tribunal so dids
alors incompetent et renvoie les partfsp
devant qui de droit.


Allomalies 8l Conlrasts

Qioi qu'o iJise,quoi qu'on dcrive i pro.
po, de li quality possessive de 1'trangerta
liani, d'autres s'enarderoat toat de aIM
dans It elie formule e: se banderout les
veux de..irnt a belle f!cade de l'itnmeable
dusieur C' ranger pourdiscuterla valearjari-
dique de l'article six. IIs lui trouvent one
philosophie de p!ume 1A ou no0s lui di-
couvro:ns plu'o: une philosophic d'videmce.
qua vicndra invoquer le Verbe aiaibli de
notre six crne volont6 national dans le
domain du droit positif.
Lc notaire haitien, nourrisson da code et
de 1i constitution, qui rJdige l'acte hypo-
th&c-ire d'un irnmeuble ou d 'une atichf#w
en faveur d'un stranger 6lisant domicile t
Santo Domingo ou en Chine- 1man31la
buvant, se couchant et se levant i t
au-IPince, comme il doit rire de pbhilo-
sophie consaiiu.ionne!'e de monsieur I'st.
ticle six ue personae n'est jamais Ino
defendre dans son cabinet centre aot pw0
session usufruiti&re deguise Piariqra
done cette revenue au milieu do t
de patriots, tant de civisme ?
Ah On comprend enfin. LA danugs"
visag6 anciennement par cette interdiaCti
de 'article six n'est pas arriv6 et n'arria
pas, puisque les causes qui devaient i fhi*
re caitre sont installers pacifiqued t
au milieu de tous. On comprend asiet;
l'6tranger n'est pas seulement on PWCO'
taire installU en bicos-fonds, il est s0"
pt&eur et a la main mise sur la detw m"
tionale do it il rest le seal crdancier
Le propiitraire haitien qui a veinda
propti&id a an :ranger a joui d'on W
civil tout en transgressant indtrectesit
innocemment la constitution at leg.
canif ports A P'article six n'onit r .i ,
I'intigrit6 do territoire poor iny lWe w
Nation. Les transactions i na bilW er
venues entire I'haiaien at e tUsa9S li'
presque let sealed ansu mte d del'


I _ __1___ __I; ~LC


I
I









0 .ioe d 9annies ; clles ont eu pour cC-
bg dicourcr ewi&emnent dans le Iivret
OMjttionnelle IcsjixiflC article dciii le
wste official sera un )our oub'16 Four fle
mlnsreptalhtre dans la notivelie edition
!'oebli s'accordera avec le fAit 6viden!.


Or poor revenir au contrat de Monsieur
Jes P. Mc Donald relatifaux plan a-ion-.
miet6cs sur les eiei aftermdes par i'Etat
liseo, le propri6taire h-itien qui a don't 6
bail ou concedd par antich se son ter-
rain J un itrauger, p.t-iit consciencie"se-
seat retirer le droi d'atiermage a l at
ar contract pass avec Ie plantcu- capit.-
rite.? Si dans cette trans ct o 1 co.a r,c-
telle le particulier aurait entir v, u- i inm -
1. comment n'envisage-t-,il as 1: me me
,Bl.
1 y snuti dans ce dernier cas are fan(-
osls gqui viendrait mettre le comb!e dans
momr f gon de rais3nnc- pcu' fjite de ,'ha-
ls I e re le iOus d fil rme d, lIt c ..t:on,
I lsrait typique de coastater que dins ui
1wst sooveran le particulier au'ait plu; d:
deoit que le gauvero meut de cet stat.
Noas savcn., en some q. e I'un e, I'au-
we ont des limi'es dans A l l.-ni:u Ie de
Iers droits, coos savons que c: ux de ,' 11
etlevent des ponvoirs qui I/giflrent. j-,%rn
St exicatent; mais ces trois, s'ils s nwt sa-
ges c soucieut des irtt~ is de la n on,
peavent-ils aller Al encon re du b en -"e
commu"a sequel 2atun ci.oy n ]t'.cta.p-
7 Uoc telle rdponse est done hii she A
seule sag&sse et les mind tires d',
pmple siuron' regardtr conmme I'a f 1< l'-
icatit, du c6 6 Na ional, I v a vis d n > re
dtt decroissint dCu i u na:nq-je de dd-.-
leppment agricole.
L'ag'iculture naionali nous appeile ;
ullons A ses vives resource< ave: c-ux qui
mgt cipables, par le capi al I sc;e,'ce et
rapirlence, de no's fi-e nai' de nou-
van riches, p:osperes et contrn s.
N'dcoutons pas d'autres voix ; ce -r-t .s
dmcurneots craintifs qui ne s u'aient Lc-
p dre A nos e;pkrances ans une- xis-
Mace d'agio profi..b e aux ir tdr%'s onrti-
cslitrs et conaraire A c us de Il N1 inp.
Marchoos sans timilitJ A la *e re, ten-
roms toos dins les champs; ils notS -,,-
teodent depuis cent sept ans pour fo tifier
lecitoyea et le drapeao.


LINEGE HOLLANDAISE"
(Koninklijke West-Indsche Mallidienst)


Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ

JAIME TESTAR
Le chaoelier remarquable, avan
rageusement conna,fait savoir an pu-
blic eu g6nAral et A sa nombreuse
lientble qu'il vient de transf4rer sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANCIKNNW MAISON DU LOUVRE )
I(D LA PLAC K GEF"RARD A LA
GRAND'RUE OU RIPUBLICAINE
I'vo i49. En face de la Peste
Le novel 4tablissement est on-
vert sons le norn de la fleur de
1'A ?nerique
1i promut soiu et promptitude
comme toujours.


L"~s -* I'PiinasWitllin I V veiiaatilt IAt, pout-jsu-lr-c.; E('
do~ I'Viarn;o ~el, dos I artkdu Sud est i'.1. d9Mm'ndI ; o
:tttengdu i.*i d imnch*-h S i olirant et par-' au-Prince; M~r A-ig. S-%o't (L&'git e);
tira Ie mflarflo jour pour Saint Maic et Mile Luce A, gla ( C V,3.4)
New Yo! k.
l'ot-.i-'io.~, i~ ~ iiai]Pabr-q le au Cherrlin d-s 0 1'eQ
Autu. A11WEN uS, .1gelt.S UTI hLA(i JV.\1
--flula mi: --


4ill,) triclit.'NS %I ii It'()rItr ,a *.! ', itha le
lui:-l)' II,:~5 lhf ru'cs du S -it' 1 Mr





VLNH E
pa-, vois- parade et au-des'sous
de !a mise A prix


CHAPELLERLE
PAI 1.1 E DE PoIt D I Ii.0t
ACcoiURFi crib/
Felibcrto Goiuzralas


JOESAN M)l I LkN
F, BRIQUE DE CHAPE-4UX
PL1ACE (;l:FH{~l.XL1:)
SALON DF (:)tI'FUiLkiD;-; 1LOLVitE
P~o ur t u;is I a 'Ci t -;et pour tou~es
cs bouurses


CETTE DAME
fut radicalement gu6rle do,
Phtisie Pulmonaire


Francisco LIES UiE
Fabricant de chaussures
l.a Manufacture a :oujours en d&-
pOut un grand s'ock.,-pouila vente en
gos et en d6tai,, do chaussures en
tous genres pour
HOMES, FEMMES, ENFANTS
Les coinmandes des conmineri'cin's
de I int.tdieur pourront tMrs ex4cuites~
dans trie semaine A leu pi-s.
2, htue des Fionts-Fer,s, 23
Port-au-lPrince (Haiti)

VERITABLE
Kola Champagne
Reoonstituant
Formulo due A I'oblig,'anre du
1e" LI o'e A uYI daiz1
Ancien In ,erne ,/.s 1e,;P,:,xx e I',, .
PRIX P. ; () 0) ;t (0o../ itl .
!) I:P )siTl.\I i s-.


w
9,


-_-PAR

EMULSION SCOTT,1

.. 1 y a qunitre ans et demni ma femme
flit itte'nite r~i'i-:ie et une operations
d aIppenl~:cit.' !,111111sa:mais 4 partir do
ci- ruoinent '-wt t Lt -'t de sante empira
jusqu a Ct'qu .arn nIIi vii ivaderniar uns
Bn-onchite Ltoh-rc- a'1t-a'so se lvelop pa.
Elle en di-vint te'lcmernt fintuic et abattus
qlu'ehlie r114, )'.I-VItit fairerin(.p"Is sling so
o- I llt s '~:- ti% 'is I science oem-
b!a~i'wt f.tri i-pUl -i--. jal(grace i Dieu,
J(' f- Ii ; Li.1 t-I Owidoctt'ur Pieso
patitwr-i.. "I II Il di( i. ecettev Vl~le,
(111i lus pr: ii ivt I I U LSION SGOTT.
C ("t t '' t rns*'rVi-1eux jo alM
I-r. '' i ;'-, I .: fl'uriCa% go pul-
nu ~ ~ ~ ~~t ii- t:* Ccroyait 'Atre
I I 5 '2i~i'tl i; eda comn-
,di-tr-rn, lit rro'ui. s- i forces at joult
itw ate -i t' i,1iri~titc '' J0StIWALKER,
()b-tif i ;vr .I'Arin t d a al Ut, La Plata,
Rep- r t


Av%*a marc4guc U f.iab.'cue
ci-cor'tre ia -jtei'fe est
a Lith cl ti q uLi4
SCiT I & t''~


Nte York


CHARLES VORBE


VENTE IMM 3BILIERE
de bien de mineurs
Eo vertu d'un jugement dlu trbui
civil de ce resort, on date du vingc t
uan avril dernier, diment enregimtr'
homologuant la dIliberation du contii
de famille des mineurs Arene, I)utort
Agn6s, Rapha.-l st Lamercieo ..-fvrp
tena soun la presii.ence da juge de paix
de Lascahobas, it sera proc6d1 lo mar-
di 10 mai courant, A trois houres de
lapi6s-midi, en l'dtud3 de M* Lour
Etienne Elmoni () iol, notaire public
I Port-au-Prince,
A la vente au plus oirant et d,;inier
*nch6risseur d'une propridt6, fonrs e
baitises, sise au bourg d.k L'scahobap
rue de la Croix No 48, de la contenat.-
ce do Cinquante-quaire pieds sur la
dite rme de la Croix ; nerd-est soixan-
te-neaf pied* trois pouces ; nord-ouest
ciquante-quatre pieds ; sud-ouest soi-
anto-six pieds et demi; bore 63 au sud
par la ue de la Croix, i I1'et par Nor-
mil Gabriel, au nord par MeNulia Ni-
ass Liflear, & l'ouest par Fiorian Ga-
briel, appartenant aux suq dits mi-
aemiN, eyant poor tuteur 1- cityen
Louis Claude et pour subroge-tutejr le
citoln L6vius Louis en presence ua& la vente sera faite, tons deux
rpriftairee, le premier demeurant et
emicilH6 Port-au-Princ, et le se-
emd demearant et domicilid A Lasc-a-
hobaw, ant pour avocat countitu M*
J. R. elato r, So8asigna,
Sar la mime & prix tixa par I'extort.
f coaeat cinqaante gourdes cy...G 950
Pitr plus samples renneign-mwene,
taer as mau su-dit notaire ou A 'a'-
sat m maign6.

Parau.prince, le 2 Mai 1910.

J. R. DELATOUR.


En vertu o1 d une obligation iIvDo- ---,
th6caire passe au rapport de .N \ K!-
W bar Vilmnenav le '29 novembro- 1907
souscrite en taveur de Madame Vutive I
tlinvalle llain par le g6u6ral St-Fourt
Colin ; o2 d'ut commandment signn-
fi4 au d~biteur le dix neuf novembre
I dernier enregistrd et demeur6 infruc- (1
t tieux ; 3o d'un jugement du tribunal
civil de ce res ort A la date du vingt-
1 cinq novembre dernier, ordonnant la 1>)xx2- la
vente du bien au-dessous du prix d',.s-
, timation enregistr6. II sera proc&d6 le' Da s le int i tj !i t,t p
r samedi que I'on compt.ra quatorze Consommauatti, r ot,. i,,
- mai courant A dix lieures du matin, vente a d-s pix e\ .,,,
o en l'4tude et par Ie minister de Me
, Astrel Laforest, notaire en cette ville, CIGARETI r> iml,.e, -or
A la vented au plus offrant et dernier l I;,,; e, d
enchdrisseur, au-dessous di, prix d es-
r timation, d un emplacement sis en do le lportetew
t cette ville, rue de la R4union, connu do
sous le nom de a Anne-Mathieu 9, de do i'oieP "1
la countenance de vingt-six pieds de ,t I')i'e
L facade sur cent cinquante et un pieds do F R \.: \us
- de profondeur, et born4 au Nord par
t Lisius Templier, au Sud par fa dame
Veave Achille Cdles'in, A I Est par la
rue de la Rdunion ot A l'Ouest par lea CIGARES 's P. i t>-
anciennes propridtds Terlonge et Car-, dea x, "2 o*t1r
rid ; tel d'ailleurs que cot immeuble CIGAROS ext, chaq lu
so pursuit, comporte et s'6tend sans
aucune exception ni reserve. La ventes cia
aura lieu au-dessous de la mise A prix -
de deux mille trois cent sept gourdes CHEJISOTs M.anille tiO- ae
outre les charges de l'cnchere COUCHAS do extra
cy P. .. .2307 OPIPNAS iHavae eto colt


A la r.qu6te da Madame Vve Brun-
ville Blain, propri6taire demeurant et
domicili6e A Port-au-Prioce, ayant
pour avocatMe L4once Viard,auCabi-
net duquel en cette ville ells faith 6lec-
tion de domicile 124 rue du Centre.
Pour plus amples renseignements,
s'adresser a Me Astrel La forest, d6-
positaire do cabier des charge', ou A
I'avocat poursuivant.
Port-au-Prince, le 4 Mai 1910.
LBonca VIARD.
Avocat.


AROMATIC( )S
LONDRiS extra
BOUQUETS
REGELIA fin a


le cotT
le cofT
le coti
la Bo


I1(e(


0*i


Sp ral


(its T-I Ipi~.,


* tin'~il ette,
I iW de -2(l cl It-i


itt l


i '1 i- t


o :io
0 30,


jares Sup!rieirs
I paipi't tie 12
l'Itt:i de 7,
fet de 50
ret de "O0
ret dle .,
rret de 2.-5
ite de 10 sound; verres


PRECIOSOS Havane la Bolte de 10


1 50
1.71
oj.-;o
0.110


NOTA. Pour faciliter le; aclietears. le- ('Cares; -~ip.' i.-ra- -pront aussi
vendus A prix correspondents.

Port-au-Prtince, 4 Mai l.110.


L'AGINT SPFI.IAL, J. LAVILIL.E.


fra aet-ise


MNia"l-' ttWt 'l )I.(!-~i I
Boudon tie :zo (-;,aiA[t-:e-s

C7. I ) I t 1---;Iu1 41 eou


- I~


L, roguibtes.


L. t


I'










Ferrari Cernicchiaro &Co
Horlogerie, Bijouterie, Joaillerie
168, GRAN) RUE, 168


p'
GU


Ancienue Maison D. Ferrari
PIA: loi dcinier -to-ame: C franci, sonfarrive-, dcs ,r11(ie-, doto'ite beaut~,6
)Ui "u-4Ic- v le- -, 6-t 1 ~Ial()1.tilt t ip I'S I)OU? S- s: V. 114OiUX --SAUTOIIIS. --BA-
F Pill', 11 I 1 J.-. CHN INF-; POUlH MINTRES. --- etc-.
ALL.TTANCES 'SUR COMMANDER
IN~l.\LI ~ )N ':bK(
B! I'ABA [HI'l)N de ';a-qui -urt uromie- :IP-abslumenC~t Aneuf ; airisi que


de-4 liable aux U1 V ti'jiie-'.
Aeb;.( de vieji or et v'ieiI artlent
I., iiiii lo wi t !*. nil -t I- ai n -ple fa eI' .rA'paratiofls
AK lA'tI..J'l. I)L. -l; i: atii i-. *kIt-, irni~- .. i vi, rrioualaine.



Laboratoire Sejourne
PRIPPARATION DE T1'UTE* ANMPO1JIAI'S MP-DlCAMKNT?'U.SES STERI-
LIASPES ET INJ ECT A BLE.S.
AmpoulOS d'E-iQ do m4r Isotoniques selon Quintoni.
L'e~au do mrer queonou-., einplvou. '1 616s oigneu'-;ca it captje a are
,uu delA do lloede Ia (,ocvo. *4ou-(aisofls reinarque' au Corps in~dical
j'ob:;,ei vatiu jindicieus-e quo fo:,t les laboratoires 6tr'angevus
aL'E'iu tic marvranjectable doit 3tre fie fabrication r~cente pour Avoir toutes Beg pro-
pritti6s tb~rajwCuti qucs. iDe norvibreuscs attestations nous perrmetien~t de certifier quo
nos produist n t llonn6 tous les r&stillats esp~r~s. bo
Sp~cialit6: Se:-um rat.vrosth,6nicque
Ca ,arwnf rIguia~tise la,,a6changis uutritifs, it a 6tA ew.,,luy6 avec inc
cba daus la oeurastl~nie, Ia tubarculose, etc.


ROYAL Krola Champagjne
Cotto dstiiicuo.i o i.i to t1 ,-: I.-; k4 ialitt6 ; tomiiju > *'L fort i iaiites, Ia sa-
veur oxqitilso, Ii )c 10-Ix A'c,- thlr. o I oa)H cot ri b-iO A fhr n 3.- I'. ii ompar able
raf..tclis'-ornit i ii i-; tO)cL ~~* t3buiczi on t ta 4, ROYAL S.
Agence G,6-i6rale et D6.p6t:
AU MKAGASIN DE L '. MfT.AOPOLE

MAINSUON JUES L&VILALE


93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT


AI'Ange Gardien
is, RUE DL RESERVOIR, 98
ARTIICLES DI)E: PIKEMII::El: COMMUNION: Aumonieres ; brassards;
mn 'gas ; iun', ill-s, tulle, co ajounes, chaplets.
MODES : Chtiapaux galrm' et non garnish ; rubans ; dentelles de tolut
qualr's : tulip pour mnou tiluaire-, Bis et Chaussettes.
SPI.'.IA.LITI I)E DEUIf. : Couronnes mortuoires, crepe, chapeaux do
crpce, Iouucl s d'ooille-, etc.
Grand Assortiment de Parfamerie


URODONAL!


URODONAL!


-Hotel de France


M" A Maitre,


propridtal re


I8lle I 01411a IaIad.- I-1% holt)!1110 1) 1 0 4( nd \\jlcb5
4 ;(Iou 0 SO t MI)Matvihttar cocktail
\ I-NS M IV--L, LA l;UVFEILLE :IP, 5.00
Bie~re d'Amstel
at ca-reeljpar dOLu/aiue
h'upa (iePomey& Greno
Dt'l ,0,Ier au (Champagne1". 5.
I'ab e d hole : h1. :


0.J)
0i40


A dIe MATTEIS & Cie
32, Ut'F- DU MAGASIN DE L'ETAT
Maison Fondbe c\ 1888
|lj,)iteliwe. --- Aretitoiio. a- 'afumerie. -- Articles de luxe pour salon,
.-salle nana 2, cr ,aibm r t: Miroirs et tLtb,.,-aux artistiques. --Serviettes
pour w.,-)cat thimine- d'atTtires, ministres. --- Hibelots 616gants, ddlicats et
rare- --- AI' wts doe Iute u. etc.
Ach .t ddo vi.-i a,. ar;ei.t, diainant, Ocaiile.
A: <. t': ,i' d, tPijoutPrio I. e articless vendus ou rdpar6s sont garan-
tis p .,- r ui ,, ,':iode dt'terr int'u e.
MA:\ i )N i. HAUTE (A)NFVIANC:I et de Premier ordre.


PORT AU RINfCE.


Vous I-c Louveroz.-,0- .~ch~
j~~idit F~~iui II ~i~ I i\ I Iald ilt ~ w ;-m~d'rut3 (en facat
~Li(~a~la)I. i~ ~vtt- ~d E i'e '-C~liii 1; tntii les fronts-forts
A jEaare oA I V uoa r h.- 'iV,` ii Ii v I ia~a'- '.riIX )r-,vf~i'do
EN PRGoVINCE


F. (Chriez


patit-61,o1ye. J. R. Monta'So
Mrn~Ca'rrdBartels J6rmie.


Gonaives


- --- - -...- -


esiia)'lrquets


2 h kL,*F ItLX


Port-. u-Prince


Avi-e sa noi tilIa st1 i :! t .'ie ,endant son .tbsen j". son magasin sera
g6 tI par Mr F I.AVAl I'.
I I I'i n iidoe element 1! i'.l vit lt I,', re'evoi i un lot inpaorttantd-e liqueurs
de toulte-s ;ortes de la Mai-so;: Nl('(I.[.(:AU, do BorJd.uxU dort il est le soul
agent o ilaiti
Anisette eu cruoclion et en ibouteil'. ; Creme de Cacao ; Curacao rouge;
r emoe 11'abricots" oyal L.i ueur d g stive ; La Genereuse genre Chartreuse.
Messieurs les I'IIARMACIENS tioiiv ro3t un giLand assortment de products
n inve element arrive's notamm'nt do verrerie, Ether sulfurique, coton bhydrau-
phle etc. sur lesquels de notables diminutions de prix out tW faites.

ACCOUREZ

ChezHerrnma n Corvinglto
108, RUE FERO-U, CI-DEVANT RUE DES MIRACLES
Vous y trouverez du Bon Rhum Sup6rieur
E1L-u V7irn. IE31laxnc A c Rouge
A des prix exceptionnellement avantageux


Pour to is renseiniiements et commander
S'adresser Andr6 FAUBERT,
:18, RUE IIOUX -- PORT-AU-PRINCE.
AG(;ENT GENI:fRA,. POUR LA RiPUBI.IQUIJ


Weblly C.


-PTf:CtIAL'fP


Pressoir


Rue R6publicaine
DES ARTICLES DE SELLERIE DE ler CHOIX
POUR CIVIL ET MILITAIRE.
VIENNENT D'ARRIVER
S CIHABRAQUES militaires ler chOil.
4 de luxe feutre et drap.
PORTES-MANTIEAUX en drap pour officer
militaires.
SGrand stock de sellers t deo fourniture8
de selleriv. a
BRIDES. EPERONs des meilleures f-
W briques d Europe.
HARNAIS, CUIR, VERNI pour buss, etc.
" l CEINTURES pour Dames et Fillettes.
CHIABRAQUJ feutre et drap do laux poor
gentilshommes, dernibre creation.


Al lerI


I II ~