<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00910
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 28, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00910

Full Text

quatribme Ann6e INC 92a


Port-au-Princo, lasti


Jeudi, 28 Avril 1910


AIBONNEMERTS
UN Mois...G. 3.00
pi.*au-PriflcS TRols Mols... a 5 00

DoatemntsuNi Mois., G. 2.20
D~pert W~ flIs TROIS MOIS L
glirango... nOIS MOis. 8.00

DUNCTRUR
4C16ment-ifagloire


f


1~'
L~4\ *~*~


LE NUM8IU j CENTIMES

1,-oii iiu t~ it -..nrAou non ne serv a

REL.AC Ii')N-ADLMINISTRATION



ADMINN'TR ATEUR
Arthur Isidore


OUOTIDIEN


CONTEST III i II


L.E PRE TE X TE


nibles. Certain soir, ma tianede no me
permit pas de l'approcher, opposa un
silence d'animal aux choses exquises
quo je lui dis-is (t m3 repoussa quant
je tentai de lui proodre an baiser. A la
troisibme sanice de ce genri, je r6so-
lus d'avoir raison d'elle. ltlas! Vous
ne devin.rez jamais de uetle intirmit6
Af & n I- AL- e- ,-.-.- .. !11 Ib)I


II n'y avait pas ooze seconds que a En 1891, apr6s mon unique vo- tat1 U aigee la pauvre muui : i>to ,u-
MoraDnge 6ait ,ntr6 dans le salon I s yag3 d'Europe, je quittai ddfiaitivement vait.
Ance!in que Mme (Gu6peau qui avwit a province pour venir me fixer A Port- Ls salon enter poussa un cri d'hor-
quatre till caser y pno6tra A son au-Psince oti je frquenotai particuli6re- rear.
tour, suivi. ,le son ainde. Les pies i- ment ch z les Bosquet. II ne so passait a Elie buvait, re, rit Morange, ses
stations se firent immddiatement. pas dao smaine que je n'y fusse invite bouderies suivies d'absolu silence
Monsieur Elouard Morange... et l'on ti tarda pas A me mettra au 6taient do livresso qui so conitenait. -
Madame Siuvour Gappeau... pied du mur pour dpouser la caiette I -n fus atterr6. (J aud j-a me retidis
Madenn)iselle (G i6 ean... des demoiselles Bosquet: Elodie. compte de ma situ-itonma .ia.ision fut
Enchintd3, mesiames. Je n'aiunais pas Elodie. CELUI qui via prits u:romprte Mas I o prtixit d?
Mmne (.au~eau se rengorgea et ,e voit tout, intend tout et salt tout, pour- aIIme fallait un pretext.1 i 'otlfit da
manda sans autre transition. rait en tmnoigner s'il se d6terminait 'a lai-mdme.
-Monsieur est mari6? parler ; mais I. pr6fere so deiobar, a 11 y avait dans la maison, une pau-
Pa ma connaissanc madm 'insiston4 ,'one pas. Je n'aimais pas vre entant de la ca--pagne ;t,,e d'A peu
-r6Plua i ma onnaissaqm e, maanotre Eiodie. S iement, j'ai on point fable pr,'s quioze ans, crom.m.e Vdroniqu-,
t toiqua 1raon datiquement notre ai qi fait mon d4sespoir : c'est que je Iduatt Mi- BIsq vit ',,-i- t ch gil de 1'6-
Car le gene aoeprit de Morange .:i uis extr~noment sensible A la flatte- locationn a. Or, Mmi Bosqua- otait ttu-
tCar le genm eeprit de Morangeli et irieo. Eloio sat me prendre par la. J'a- jours en co-re et pree a so porter aux
trmement o par l Anelin et jouterai, qu'avec une finesse da feo, pires extrdmites ta moindre contra-
Mies Mme GuApeau navait 6td nulli- eile devina mou gout, mon grand goat ritit. Et come V6ronique tremblait
mnt d6esaronne par ia r6plique le pour leos bananes mores frites et elle d epo.Avante devant sa maitrease et ex6-
ment d6esar ounee par la r6plique ie m'en orgeait positivement. cutait de travers les ordres que celle-ci
orange.-ai ene appela A s, Iorn scours un A vous aimez les bananes m i- 1r- pagsait, MmeBosquetla battaitcom-
S -main dio n alelogna notrres frites, interrompit vivement Mine me p:itre A tous moments dans la jour-
ani, puis dit : Gurpeau. n6e. La pauvre V6rouique en etait le-
Morange. Morange. mais je Oui, Madame. venue hib6tbde.
vOUs cnnnais beaucoap de nom, mo-- Cest qu) nous pr4parons divine- D Ja no tardai pas A me convain-
lsur. lIne de mes amies m'a beaucouIp mont ca mees, a la maison, reprit cre que la baisson 6tait le mwoeur do
atd do vou; auti fAis. Vous avz 6,e Mm (j 6poau. I'exitation pei'pdtuel'eeleM'no Boquet.
anc6 dans le temp., n'est-ce pas ?2 a J eu trends bonne note, i)osta Telle mire, tell tile ,, pensai je.
Partfatement. madame, un o10' M.oang., .vec gravt6.- Me voill don4e (IJ soir, Moasieur B)ssqua1 q'i dtait
petit peu-il y a q ii zi ans. lined, coi.tbrua-t-il. E olie n'4tait pas un brave hom-ne mtis qui avait unr
-Avec E odie Bosquet,n'est-ce pa- jolie, lils (G dtait une alezane un pear 6:arlate de sa fernne, sa lai4ssa
Vous l'avez dit. pun bassctte, dtnu6e de tenue it plu- aller A protester conura lei mauvais
Tiens, tiens, tiens, fit Mme Anc,- t6t pares-cuse. Lorbqu'il m'arrivait de traitements inll g6s A Veroaniue :
din 6tonne, evois ne noua avez jamtn la survrendre choz elle dans la joui- dit cola, Mora,-go. nie, ja It troavais toojours dans le clihre, c'est rmal d torturer ainsi cette
C'est q (e vous ne m3 l'av-z 1a- plus grand ddbraill6, bAfrant soit de enfant. Mieux vaudratt, A moi sens, la
fIais demand. E* puis. ajouta MNra.n- I'acassan, soit des bobottes reuforedes renvoyer A se- parents....
g*, je Ruis rest6 tianc6 a pine un mos de quuique bol d6bordant de confitu- a Monsieur Bosqi -t en dtait li do son
- et officieusement encore. res A mins qu'elle ne fut en train da observation quand Mmen Basqaet bandit
Tlens, tiens ... et pourquoi avi' z devorer un lot do bouts de canne a vers lui. M. Bosqaet eut just le temps
Oea rompu ? sucre. do so sauver et alia se cacher sons une
Mon Dieu c'ost toute une his- Qua tableau g6mit Pierre Do- tible d'un petit salon ddrobd.
toire... Ian.
Une a hiatniraa ,i -i[anwr -,'.- __,t .mni a-,i; n rninrA-- Ii* famm Mme Bosquet ayant manqad son


sia Pierre Dolao,mais c'est nain) b nit.
Me. -- Ecouttz... 6coutz,. fit Morange.
Dabord, y a-'-il ici des parents et des
mais aux Bosquet ?
Pas du tout, rdpliqua Mme Ance-
li sur an toa pine. D'aillears dea
guns qni ont perdu leur situation...
C est ji st,, approval Moran ge
Svec componction. Quand on a perdu
s situation, on n'a plus de parents et
fteoie moins d'amis.
- s n'ai pas vaoul dire...
Avec i?
Eh bien, soit! vitup6ra Mme An-
Oein. Ce qui n'empechl pae qa'av-c
V's grands airs de philosophy d1tach4,
"w BS lea ayez (C ach6s a tout ccm-
as les autres.
- Ah permettez, fit Morange,quand
se l1 ai t lIche6s pour employer
te "litcate expression, lee Bosquet
t Rt oe pline prosp6rit6. C n'estt
Ssi as spr6s quae e m'6tais retire
, ctte tfa=mlle a p6ricliti. Done...
SA fait, Morange, an fait, insisia
rir Dolan.
Ua silence e sfit, at Morane apr6s
- rcueIllli .an* alust, aexprima
tsi:*


que tine, delicate et touted ea tenue !
exclama Morauge.
Ce ne sont pas mes files qu'on
trouverait dans un pareil 6tat A quel-
que heure du jour, m'empressa d'affir-
mer Mme Sauveur Gudpeau. N'est-ce
pas, Mayotte ? ajouta-t-elle en as tour-
nant vsrs une grosse fille pouparde,
qui frisait la trentaine et r6pondait A
ce diminutif rmignon.
Mlle Mayotte. en r6ponse A I'intlrro-
gation mat rnelle, suepurra on *Oai,m2a-
man a que tout le salon gouta saas soe
faire prier.
Apr6s ce court intermiei, Morange
reprit son r6cit non sans embarras -
contrairement a ses habitudes.
Je n'ai pas besoin de vous dire,
exhala-t-il quel fat mon d6espoir lors-
quo jo constatai quo ma fiancAe ,tait
une personnel aassi lagudl. D'autre
oart, d6s la premiere semaine d'intimi-
id, & table, le soir, je remarquai qae lea
soeurs Bosquet noe so parlaient pas en-
tr'elles ni avec leour mre et cello-ci ne
leur adressait pan non plus la parole. II
n'y avait que le paurre p6re Bo.qaset
qai semblast vivre e terms passable
aves lee sieos. Maie Ul m'talt reserve
de fireee ds dooeverte bies pIUS p6-


grd toutes lea d6marches des parents et
amis. je demeurai inkbraulable dans ma
resolution. VoilA I'lhistoire de mes flan-
<'-illes. Vous comprenez qu'avec de tels
souvenirs, ja n'ai plus on envie de re-
commencer...*
Ce n'est pas une raisoo, insinna
Mine (u6peau; un homnme de votre va-
leur, Monsieur Morange, ne doit pas
rester c~libataire, et vouq n'avez pas
besoin d'aller bien loin pour trouver
des jeunes filles accomplies....
Mai- I'ierre Dolani interrompit ce dis-
cours :
Et \'6ronipue, demanda-t-il, quel
fut son sort ?
Ine remain aipI a -4 qu3 je fus dd-
li,,ued, replit Mr., g. c,.nmme je gravis-
sais a chi'v:Al la rc- atd *-1 K.nacoll, j,
passai pri d 'un rope de gens des
rnornes qui tran,-portait un cadavre.
(:'4tait Vdronique.
De quoi est-a1le morte < leinan-
dai-je.
Ponnilqute outi, m', ii S.
3 Je croiq, aj)ata Mo>range, que c'4et
aiosi quelos gens du common appellent
la pneumonia.. .)

FERNANDD llUBEIIT.


I E3


Cusesd coiulre misers


Ce movement formidable d'dmigration
nc s'est un r1a ral rti qu'A I'avrnement
au Pouvoir du PtsiJd r .c:ueil Dieu veuil-
le qu'il ne reprenne t rce et viguear I
IE ccpendint, I'on Jcvrai, penser que la
min s:e publique incite aux troubles et A
la gueric civil.
P1riclds, rapport ltHistoire, fit un jour
sortir d'Athene;: oui les citoyens oisifs et
leur distribua dei terres A la Campagne,
parce qu'il avai: remarqu6 que ces derniers


6poux, so tourna vars V6ronique qui aieit les prcippux Agitateurs d e ia viA-
dtait plant6e comme uns borne au mi- le. 11 avait aussi compris qu'un home
lieu de la galerie. 0 qui a faim accuse toujours les Pouvoirs de
Ah I Ah I s'6cria Mine Bsquet iro- sa faim. Et de l'accusation aux menaces et
niquement, il y a done deux Mme B:s- aux aits, il n'ya qu'un pas.
S h d Voyez 'aspect de nos rues, auK journdes
quet ici. .. A I Ah approchez done, fatidques pepe souverain. Qi
Madame Bosqet.y so les plus exalts Est-ce ngo-
a Et attirant Vtroniqe A elle, MMne ciant aux affairs as.utres ; est-ce le ri-
Basquot prit la ltte de la pauvre lil'e che banquier, inarue le perit commis bien
entire Les mains et se mit a la cogner pay6 ? Assurrineat non.- Les plus exal-
avecforce centre un poteau qui fat bien- ts ce ont cEs c rflWiues de :ix ans, de
* t'~ veiue doe ang. douze ans ; ces oisifi besoigneux qui de-
2 Ce fut A ce moment que j'arrivai mandent A grand c.is A faire maintenant
chez mes futors beaux-parents. Q and leur part. Pour cux une balle n'est rien.
je via lea yeaux rdv's6s de Vrouiqae, puisqu'ils ne percent tien. Aussi, le jour
la tA6t enianglant6s do la malheareuse qae les Pouvoirs publics se d&cideront
enfant quo Mme Bosquet continuait a sartensement A ortganiser le Travail dans
heurter contra le potean devenu rouge Haiti. Uls pourroni dire qu'ils vont rdsou-
en son dernier tiers, une indignation dre le grand probleme du reluvement na-
violente me secona at j'arrachai la pan- tional par la Paix.
vre victim des maine do Ia m gAre En effect, c'est par le Travail bien ddve-
qae japostrophli do la belle fagon. loppi,bien applique quenosgoavernantsde-
at paralt que ce soir Ia je profarai vraien combattre la Guerre Civile. L'hom-
des choose terrabl s, si terrible qu'A me qui mange b:en, boit bien n'a pas du
an moment Mme Bosquet saisit an pot tout I envie dt tire le coup de feu en fa-
A glac qia'ell. me m lang I la te et qoi veur d'an au re. Et puis, le bien c re de
me fit aone blesure dont voeas poavez 'individu cr6e for,;cment le bien c re de
%nir lacicatrice imonfroat.Cette agree-. lEat. Par consequent. le Pouvoir a iot&-
smon do Mme Basqaet fat le pr6texte que r tA voir I'aisance s'c ablir dans les fa-
jesosis poor rompreavocE'odile.E'mal- miles, et d'au-ant plus que la misere pa*


b .







blique ddaondise les citoyens, balme le ni
vean des todes, ante le d&veloppeumeni
Itellect.el, fait les neuf dizieae des pros-
titdes et prepare a. nnezion do Pays aux
edoutables volsins.
On est arrived, rdellement A ne plus avoir
confiance dans an home, fAt-il votre
meilleur smi. Car la corruption, cette cor-
ruption de la decadence, de la misere-
est si racde parmi nous que souvent
i'oa se demand s'il nous rest encore dix
homes qui n'en soot pas atteints. Pour
on peu d'or, on rous sacrifiera, on vous
avilara et fera tuer. On etait jaloux, on
I'eCt devenu davant ge. Oa etait envieux,
on a renforce. Malheur A vous, si vous
iouissiez d'une repota ion d'honntet6 !I
Ce sera un pretexte poor vous carter
sybt:rnatiquemaent. Aussi, note vie social
est dcvenue une horreur et one howe.
M,r tenant, avec une telle morale, je
vous demand quel diveloppement peut -
on donner A son esprit ? Est-ce pourquoi
its sont i rates, ceux-Il qui 6tudient
D'as.leurs, rentrd chez lui, le soir apres
une journic de lute morale intense ou
it a peut iNre laiss6 un lambe 1 de sa di-
fnift. tout cela pour le puin de de-rain!
e leuns hlomme se sent fa iguc, b is6,
ddcourag6t et. dans sa rage, it ne pent
que s'endormir come une bru'e De
m4gme, Idcolier qui f quente les course do
Lyc6c ou du Sdminair', connait les affres
du struggle tor tife. B r, souv nt, it est
parti de la mas:on sans dejeuner I... A m -
di.. la table e t vid.!. Lc so:r :' hdla; !
pcut NICe une maig e pitence. E, vous;
youdJi ,qii Il -cljicll iu f.udr.iti leco ir. -
heroique de certains p-jdes ices Iour ec
mettre sirieuseimcnt p de la lampe E. en
ourie. .a-:-il ous s5c, iireC ai metn's l .
tous s'- caihier., tou ci ses fourni u ei ?
Autant de deto!ans ptob 'mes L .dis-
ribu'iondL. prix a-r.ver.i et na' uel e-
mnt t non ga', n n'aura pas un ptii. N
1 acc.,l, z p., ,rop, alors, cir il es! une


E,>pt u ~re
VMWA 'C'\ %lC
MaIS. L'Our L-lA
Veal') dans son
mauiA~S Caioy 11


pvur d- I o,-
rontrib ieri a
ane Voi'l,
qu'on pr~pAre.


: vurs qa'u l
aux po'en-
inUtasr le
he! s un


Ssi< .ru s '.' )ieu 1. el es sont belles,
aimables, gen i les ; mais elles so', pau-
vres ; elles mangent e imcwre ptin noir
oue 'ui Des po entats les ont vues et leur
out promise months et mareilles si elks
cedent A leurs desirs. Au prime abo-d,
c-.;tes idsistent. Car au fond, el es 'snt
honncces ; el!es ne voudraient pas finir
ccomme c .
Les tires redoub'ent, les processes mulipl'ent Enfi un josir. lasses de souf-
frir et dans un ges e de disesto r, elle se
jeie dans Its bras de I'amant qui en re-
tour de leu's 'evres et de leur chair., eur
laissera de quoi manger I
Et ceite decheance perpiu:Ille s'nccom-
p'issant aux yeux du cuioyen et le fortqnt
A *ec malgre soi ur acteur du drame qui
se jouc, tie cheque jour, le pa'rio isme
dans son e et lui fait souhai er la ve-
oue de I'Eirarger. Aussi, ce n'est plus les
temps hert iques d'unChristophe incendiant
leCap rour le r:vir aux lFrangassd'un Dessa-
lies mena, ant de faire sauter la Crtt-a Pier-
rotd'on esclave faisant le coup de fen con-
tre le blanc. Its re sont plus les noirs de-
mandant l'lndpendance !... C'est main-
tenant on groupement d'hommes. Ce n'est
meme p'us une nation. Car ils ont per-
du k' die de nation qu'ils avaient u len-
demain de 1804. Ils n'ont nul souci de
conserver ce que nos aieux appelaient
'heriiage a-cr.
Ce n'es" pas en se montrant farouche vis-
A-vis de I'tranger qu'on maintient i'au-
tonomie do Pays. Non !. C'est par le
actes admnmistratifs de tous les jours, de
onus les instincts qu'on affirmed son ddsir
acerde de ravir la Nation A l'Annexion.
C'est entse disant, avec conviction, qu'Hai-
ti doit vivre pour Elle-meme et pour la
Race que 'on so moa're soucieux de la
eie terre libdesd Noirs a quoe 'on *e
Itv6le psrilotes. Mais blSs I la faim syast
ddmoralis6 toet eI mode, tout le made
se pease aleeauMmes qu 'A a poche.
La &misre p ublige vollA doac la plai
qu'U fant commecer par combattre. .
Loc DORSINVILL.

r,(Eise d ze


Avis
* Nous rappelona A nos clients et amis
quoeles insertions &airsi quo les abon-
neoments soot payables d'avance. II
dtait dans nos intentions de poursai-
vre quelques debiteurs do mauvaise
foi, mais nous n'avons pas donn6
suite A cola, 6tant on faute nous-me-
mes, pour n'avoir pas exig6 d'avance,
le montant des bordereaux.
Aucuue exception ne sera ddsor-
mais faite pour personnel, tant a la
Capital que dans les d4partements.
J ...... .
-- I
ARRIrt

LE SECHI:l'AIRE D'ETAT
Au DP.tARTEMKNr DR L'INTARIBUR
Cojusitdirt <|ie tout E'at Souverain
a le droit d', xpulker do mon territoire
le4 6trang, rm *fo(t les agi-sements lui
-ont pr#j idiciables ;
Cv(nsi, irant 'i-j., ie< m~,'deq do i ieur
JuL.:-;S ARTiK., itoy.,n frav;ais, r6si-
dlant A Port-. u-Pritum,, ont reconnu'a
sa bvormives dle la, ; cotd iuitrieure de
i'Etat hai'iAn ;
Vu la d6cisioi dh Conieil des Secrd-
tai es d'E :,t ;
AReRTE :
A',. tj I.*, siiur Jule. B.rth',
citoyef tri C ON. rA-il.nt A Poft-au-
Pri.nea t exp *.46 liu territoire de la
lI6p';bli.'ie t se'a anmbarqin A bor i
il premiiwr balt-au on partance pour
I'E ra',ior.
A't. 2 I/I *sp et ur en chef do la
Po'ie a Iminikra'ivA- "~t chirg4 de
I'oxAcilioni du ip'&'s-it Arr4 6.
F it A Pof'- u Pr,'in, *. A la S eritai-
re- i. d'El' t de ;l ii i'-eur t li, e g4 alt.. li 27 Ail -1910. en 107e
,1 I latipendance.
J E'R E A IIE.






RENSEIGNSMENTS
ME'rEOROLOG:QUES

SOb se rva. tire
DU
SMINAIRE COI.LELLI, S -MARTIAL


MERCKLY- 27 AvitlL 1*10
BarorniemrC A&MOIi

Temp6rature ItinimuAm
? maximum


.63 m m8
21 4
27.8


Moyenne diurne de la tempErature 24 7
diel pluvieux le main er couvert totme
la journey et la nuit. Embellie vers le
ccucher du soleil. Temperature d'i jour
ba ,' et celle de la nuit elevee.
B rome re en baisse.
J. SCH9RER.
Payment des dettes de la
Republique Dominicaine
Les gents du bureau des affaires insu-
laires ont acheve lacinquieme annde de
contr6le des finances de Santo-Domingo.
Le resultat obtenu par le Receveur Pallam
est remarquable. Sons ses auspices et ceux
de son predecesseur Georges R. Colton,
a:tuellement gouverneur de Porto-Rico,
pses de 7.000 ooo do dollars ont 6:t dis-
traits des revenues de douanes de la R6-
publiques dominicaine en liquidation de
sa dette, cependant cete somme a WdE
moins de sla m itid da revenue total des
donanes.
La signification de ce fait prend de I'im-
porance si Ion coasid&,e que durant les
qustue annds precddant I administration
a smricatle, totes les donmses de Smto*
Domtaingo donnaient P. 6.4 I.ooj, ooit
coMiddrablement moins que la o oslti des
revemus obtenus par Il receive amn-
cain. Un oouveau tarif de doane vient
d' re sis en vigneur et I'on espes secoem
deaples foses eardes. $.
IBe AMl Star.
to Avil sse.e


Ouverture des Ohambres
C'est ce martin qu'sa e lieu en grande
solennite I'ouverture de la 36me session
I de la XXVIe Legislature. ...
A cette occasion les bureau publics
ainsi que les tribunaux n'ont pas tiravaille.
Nouveau Journal
Nou0; vons re;u le premier numero du
a Pcitfique journal hebJomadaire ayant
pour Directear Me Edmood Bailly, qui
vient de paraltre A l'Iutprimerte Admblaid.
Ce journal ,Achera d elucider quel-
ques unes des graves questions A l'ordre du
jour sans se d6partir de la cour'osie la
plus diferen'e envers les uns et les autres.
Organe pondered et conservwteur c'est avec
erapressement que le Pacifique appor-
tera son concourse A S. Ex. le G-odral A.
Simon, P ident de la Republique dans
la realisation de son ratriotiqu' program-
me de renovation pour noitre ch6re
Patrie. C'es- done dire que nous ne serons
point f ondeur ni parangon d'opposition,
pas plut que nous re "pratiq.jerons la tac-
uique des ftux amis qui ne tfntn kur petite
cour et n appottent leur offranldeque tout
au ant qu'ils esrprent tirer un binifice du
Pouvoir ou encore qu'ils croient en fire
l'instrument de leurs petites vengeances."
Tel est le programme de noire con-
fri:e A qui ncus cnvovons en retour de
son cordial salu', nas meilleurs vtrux
de succ6s.
Kola Champagne
Nous recommandons la nouvelle Kola qul
est annonc6e a note troisi& ne p.ge ei qui est
aprelie A avoir les p'us grands su:cc dans
les families. Ce product est obtena par une
formule due A i'obligeince du Dr Lion Au-
d.in, ancien interne des h6piraux de Paris.
C'est un rtconstituint de premier ordre
don't on c3nnri'ra bien 6t la merveilleuse
efficacit .
(Connunhtjw).
Choses Cubaines
LA HAVANE 26. Le general Evaristo et
vingt-deux acres rrisonniers noirs sont
accuses d'excitaion i la rebellion et prc-
voca ion A la violence centre les blancs.
L'evidence ici e;t que des preparatifs ava;ent
6t: faits pour un soutlvement contie le
Gouvernement, le 24 Mat.
Cours de Bourse


Or Americain comptant
Nickel escompie
Billets de cioq gourdes
Traites 90 jours de vae sur
Paris direct,
Traites sur France documen-
taires 3 !
Cheques sur Paris ptime
Transferts par Cab'e sl Paris
Cheques stir N-Y, prime I
Consolides 6 o0o
Consolides 3 010
Emprunts 10o Jnvier 6 ol0
Emprunts dits Provisoire 6
Emprunt 20 Aost.
Titre bleak
Titre rose


452 010
I I| 2 ol 0
1 114 oio


3'4
4


6 o


2 112 o,01

3 112 o010o
4 oio
4 112 010o
4 1(2 010
5 oio
27 010
52 010
10 43 o0o
8o olo
25
24


w
VINIE
Sur saisle immobili6re

II sera procdd Ile lundi que l'on comr-
tera tiente mai mil neuf cent dix A dix
heures du martin, en I'audiencc publique do
tribunal,civil de Pot-an Pr nce,A l'ad adica-
tion au plus offraat et deroier eacherisseur
d'une propridte foods et batisses, pottant
le num6ro 53, sitoue rue do Quai, en la
ville de Port-au-Prince commune et arron-
dissement de Port-au-Prince, en face la
douAue de cetre ville; et occupde actuelle-
ment par Ie sieur Joseph Dina, borne am
nord par la halle No0l de monsieur E.
Demeuran, la dite halle saciennemeat oc-
cupe par Ie Grand caf# et actuellement
par le seur Michel Kouri; an sad par une
autre halle no0$ du sieur E. Demeuran,
occup6e actuellement par monsieur Eisens-
tein ; A i'est par qui de droit et A I'ovest
par la dite rue do Quai.
Sur cetie propriedt qui mesare environ
TiuQ c .mq pieds de faade sur quatre inagt
piedC environ de profondeur sont construi-
tea trois maions doa *one bade en ap-
pensis sur la rue do Q.si- compose de k
adeu pieces est clairdee par dex ponaes
NoOsea ase pone a I'eA teOb pom sM


sad avec galerie A l'ouest et au sud. et eat
attenante A la premiere. Elle est couvemt
en aissantes et en tAe ; la troisicme a a.
ge comporte one piece au ret/ de chausg,
est dclairde par one porte au nord et um
porte A l'ouest avec balcon de ce c6te. Ellk
est couverte en t6le. Cette propri6rt a j4
saisie A la requate du sieur Emile Barthe,
propridtaire de meubles, demeurant i Pon.
au-Prince et domicilid i Paris ( Frane)
ayant pour avocat constitu6 Me Lotomi
Viard, demeurant A Port-au-Prince 124
rue du centre, avec election de domicile
en son cabinet sur le sieur Nelson Arnoux
fils, proprietaire, demeurant e domicili6&
I'Anse A Veau par procc:-verbal do iear
Locis Clitandre Pongnon, huissier do tri.
bunal de Cassat-on de la Ripablique, de-
meurant et domicilid en la due ville, ea
d-te do seize fUvrier mil rer t cant dix, Vis6
le mcme ionr par leI jige de pa x de sla
section N )rd de la Capital, cnregistr Ile
dix-sep' du r anae mois c: trinscrit, aprds
dUnonciation au saisi, au bureau des hypo-
th.dques de cette vile le '.pt mars aMil
neuf cen, dix au n o8:8 du volume 2 E.
La dite adjudication aara lieu sur la mi-
se A prix de six mille hutu cent trente sept
gourdes quatre vingt dix centimes fitee
par le crar.cier poursuivant et outre lei
chirg's de l'ench.re.
lViit et tedig6 A Port-ai Prinze par Me
L(,6nce Vi'ud. avocit pour 'avi.nt ce jour-
d hui vir'g sept avril mi. ,cuf cent dix.
Li,, \IARD

-- "'-- _=d-- ....- I : .- -- -m





LP vfap'nr Allegh in, avant quit-
t6 Nwv Yolk iuedi 1 r! art pour
le Cip Illiti-n, Port de I',x, Gonai-
ves, Saint-Marc et notre port eat a.-
tendu ici vendredi 2 courant, part
ra dans la soiree pour Petit-GoAvT,
M.ragodne, JAr1mie, Savanilla. CartW
uena, Santa-Marta. Kingston, Newv
York, pregnant la malle, tfrt et pasa-
gers.
La malle pour l'Etraingr ( mie)par le vapeur" Prins sitel Fdri3-
rick ", fermera A IA pote isamdi 3D
courant & 8 h ures du soir
Port-au-Princo, 23 Av it 1910.
F. IIERMANN & Co,
"- I I --I*-*,


,,UGNE HOLLANDAISE"
(ko.mikIljke West-Indishe Wsdi"


Le sis a Prins Maurits 9 venant de
New-York et de Saint Marc est attends
ici dimanche ler Mai, et partira le
m6me jour pour les ports du Sud,
Curacao et l'Europe.
Port-au-Prince, le 25 Avril 1910.
AUG. AHRENDTS. Agpw..


Cie Ge Transal inti P


La Compagnie G6ndrale Tran*
atlautique a 'honneur d'informer MU.
les passagers quo le paquebot Mar
tinique et attend le 7 juin et par-
tira le 13 juin.
Ce manifniqu paquebot a un pddep
cement e 75 tonnes ; ses macgi*
nes ont une force do 5000 chevaux e
sa vitesse eat do 16 miles A l'bOrnO
11 6ait nrdeddemment affect A 1 1'
goe e lon et fera d6sormais fle
voyages suppldmentaires en respom
cement du Ferdinand de Loeseps.
Port-au-Prince le 25 avril 1910.

E. ROBELIN.

LECTEU RS.a A
Rue des Miracles ou Fromu. No s t
&e Rue Ronz on Domme-Fol, No 51t, wa
v No jh fC .- oFOd


-- ____ -,~- -- -- ----- 1 -- -T" -






ILE
Cola champagne
R9oonstituant
ale due A l'obligeance du
SL&On .Aiudain
Inferns des 110pitaux de Paris
S:P. 0 00a douzaine.
Dw tPOSI'TAi RES
lrSmon Visua. rue% du Mgisia de
Port-au-Prince M, GsorgesI
S r Mars-n '. I Iar. Port-
.je -, Mr A. g. Scolt (L4ogate);
a e Lace A: glad (Csiyes).
iquau Chernindes Dalles
-,T!Czr*G e DR KOLA-CIIAMPAGWN
lpricce, (11,10) P. Box, 31.

; Francisco DESUSE
Fabricant de chaur su:es
Li Manufacture a toujouis en d6-
an grand s'ock.-pourla venle en
eet en detail, de chaussures en
Sgares pour
tHOMMES. F MMEI, INFANTS.
ALe colmintides ties commner<;ants
Slrinttiie,, pouiront o rs .oxtcut4es
us ut e s ; i ine A peu 1, *.
23, Iue des Fron's-Forls, 23
I'ort-au1- Prilice (Haiti).

Avis tr6s Important
L'Ameo ican Bar
PLACE GI'FLR\ID,
A LCt d- 1i Ph mraiz'e W. Buch.
Se.cha'ge i liv er oux C-'Jes, Clubs,
4 rocc s:ni .' m.nriags, j ; ses cu
f.atres f-:es
'Eiff .i*'l.,i .i.lh' i a prc'sion
rK M s de 5 li'res a e: :ou I'appareil
dajsi e, uI gr', tn pour servir et les
P~i en or a:r.d:icin ou en Gourdes tt~s
UiM.
FRFD \VW.Kr..cH, pppriftaire.
mm- --
On trouvera
6 meilleurs Cira-es pour tous sou-
t if la manufactcure de chaussures
4. CORDASCO.

F. LONIEWSKI
1,)ll' e du R0servoir
Grand Choix d'Articles
de Premiere Communion.

Maison F. Brunes
195, GRAND'RUE.
Dirig6e par
L. Hodelin
Aacien membre de la soci&t6 philantropi-
"t des maitres tailleurs de Paris-
Vient de recevoir un grand choix
44toffes diagonale, casimir, alpaca,
@aiote, cheviote pour deuil, etc.
Becommande particulibrement a sa
dietble une belle collection de con-
PM de casimir, de gilets de fantaisie
ite piqu6 de toute beauty.
SptCIALIT DE COSTUMES DI NOCES.
"Cpes FranQaise. Anglaise et Amd-
ihi. de la dernibre perfection. La
e""n confectionne aussi des Cos-
"% MIUTAIRKS, HABITS BROD*s8,
lijI, TUIoQUESHABIT8 CARRas, etc,
Sde ton, grades.
On demand
bonot .vriers tailleurs pour gran-
SPtte pice et un aide con-


Gangement d'adresse

Q Udmond H6raux
634 Ru DEM CAhahusN
"hutation.s: 7 A 9, a. m;
1 4 4, p. m.


Laboratoire Sejourne

PREPARATION DE TOUTES AMIPOULES MIEDICAME'::T..USES ST.R!. rn
USEES ET INJECTABLES.
AmpOUICS d'Eau do mer Isotoniques selon Qu.n4on.
L'eau de mer que nous employons a 6t6 soigneuseminpt capt1*,. ai !a:,
au delA do i'lle de la Gon&ve. Nous faisons remarquer . observation judicieuse que fout les laboratoires Mtrangrs :
*L'Eau de mer injectable doit 6tre de fabrication r6cente pour '-voir touted so" pro t
prl6t6s th6rapeutiques. De nombreuses attestationi nous permettent de certifier qt.c
mom produits ont donn6 tous les r6sultats esp6res. a
Spdcialit6: Serum n-vrostb^niquR
Ce SArum rgulT'rise ls o.hai.g.'.s niitn1 .:,, il a e'6 ernployi avec s~
ci6 dans la nearasthbuie, la tubuecuioit, tc:.


A I' anje (Gardien
'* KRUE I( mlSK MRV01, s98


rInages ; 116j],1,11


MosIg


Monseigneur I'Archeveque du
Guatemala Kait les inventeurs.


L'EI s"on Scott!



4'*


-/


j


I k..l l1~' ( IIMLJNIO N' Anoee i.~'tt-


MODES : (harj"-;inix et n.o garini'-n u- iitt
quali Lss ,tulle pon', IIInul) : lir.Bas et laiete.


doi t

sPI:t~)~j'l.:Ill': I I;:L'j Couronne.; inortuaii'es,, ct .poe(1, 11)t'ix (L
cre~pe, boucles 1(t~.i -. .


Granill


URODONAL!


S-'
iiar.


Parliuri re


URODO NAP i.'!


-cc r .w -


Ihi trIahie (r)IIl


Si vous vou. / : I- l
Ith-tim Barbancourt,
adr( Rsez vous 21N il-"IA RUE: I-Fi (1. \!

La M(1U401 B(itebtupicomal~
NAPAS DE StTGCtIRB',-ALE, NI DE REPHIC8-:,EN-rtAN'r EN PROVINCE.


. n I I


nanct- de
verselle-.
%,-ititj kg
Illustris-
etitt et
-lit. -


1) a r;:

* a n s.
t t If.t
- tI t %l


A
ii'.

f .'L( ~ts 2

clii'
t.
( 1T7
f~;-)I. I 2

I) i..

'


AGENCY SPECIAL \E


de la Regie Francaise deals 'i

Pour la R6publique d'th;. ti


Extrait du


Cigarettes


TARIF


GOUR


NINAS le paquet de '20
do le paquet de 10
CH&SSEUR le paquet de 20
HoNGROISas en levant suptrieur Le Bondon de
"20 cigarettes
do en caporal supdrienr paper rose, le
paquet de 20
do en aryland le paquet do 20
do on caporal ordinaire paper blen le
Bondon de 20
ELoGANTBs on Levant ordinaire le Bondon do 20
do en caporal sup6rieur paper rose, le
Bondon de 20
do on Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bl leu
Bondon de 20
FANLmass eon caporal sup6rieur paper rose le
paquet de o0
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu ls
Bondon de 20
RouLtsn en Maryland et caporal supdrieur le
portefeuille de 90
do an caporal doux Isa bolts do 10
do on caporal ordinaire le portefouille
do 90te d
do la btto de o10


G6a ral, -


IDES

1.20
0.60
0.90
1.2C
0.K.
0.85
0.75
0.75
0.70
0.70
0.60
0.60
0.60

0.45
0.75
0.40
0.00
0.30


A~-,,i-


1 -1 0


OiOURDE


Tal -s Scrf r- I t

LEVANT SUPERIUR ("dit tabac d Egjple) la JloiiLj de
50 grammes
LKVANT ORDINAIR' paper viu.it a;i-a, 1o pu tt,,t
de 50 gramme-
MARYLAN paper jaune le paquet 'J grumm ,.
CAPORAL SUPKEIUBU paper b:Au le paquwt do
50 grammes
(APORAL DOUX pa or vert !e paquot do K) amu-
mes
CAPORAL ODINAIRK papior pA'3* br'iae il piq-et
de 40 gramme,
TABAC A PRISER, V ;ginie haut g.-t, paper jiau-
ne, le paquet -eo 100 grammes
POUDRE SUPmRIEURa, paper bleak le paqu-t de
100 grammes
POUDIS ORDINAIR, paper bruan, 1 paquet du 100
grammes
TABAC A KMA C roles Menus fil6 le paquet do
100 grammes


1.25

0.90
0.75

0.70

0.70

0.60

1.50

1.50

1.20

1.50


J. LAVILLE,


__ ____ __ ___ _~~ ____~~


I


A2!iortrlment de


X.MogLCT03t ajpecilft,


R11-1111







ACCOUREZ

chezHerrmann Corvington
108, RUE FERIOU, (:CDEVANT RUE DES MIRACLES
Vous y Irouverez du Bon Rhum Sup6rieur
0xx 7'i rW-i FT 7anco <& 4. Rouxxge
A des prix exception element avantageux


A de MATTERS & Cie
32, RUE )IJ MAGASIN IE L'IETAT
Maison Founde en 1888
Rijouterie. --- Argenterie. Parfumerie. --- Articles de luxe pour saloo,
aalle A manger, chambres. etc -Miroirs et tableaux artisliques. ---Serviettes
poor avocats, homes d'affaires, ministres. --- Bibelots 4fi6gaots, d61licats et
rare. -- Articles de Bure.u. etc.
Achat de viel or. argent, diamant, Acaille.
Reparations de Bijouterio. Les articles vendus ou r6pards sout garan-
tle pour une p6riodo d6terminde
MASON DE HAUTE CONFIANCE et de Premier ordre.

PrHOTO GRAPHIE


S. Perpijiinaild & Co
16", f<\MNi) :tl.. A I'ItXIMITI' Dl: LA PljAHMACIE CENTItALE
POT()-AU-IIRINCE, HAITI.
PORTAI'i'S EN TOUS GENRES
Plioto(lraphie direr te, genre Visite
TRi-l-xe CixLrtes, qeoure inm perial
PosU.s aitis;tiques A meilleurs p ix que partout ail-
leurs
Lp4,.,ali i. do rti)rii Il'i ,1, ) t d']-I'.a,-iltifsse [ent d'i portraits au oro-
aumre, crayou. p ietl, en couLnirs itturelles, livit-&s onca tlrs ou sans cadres
a ta pott*e de toiite-s les IhoUIrsS,,
Buste, trois-quiarts, Jrandeur naturelle
PIHi TOGt.I A'IlE t: I'OIIICKLAINE K I:B l: I oI.S, METAUX, etc.
C:AIATESI POSTA-I.S II.L'i'DIF:ES iE SON tROPRE PORTRAIT
sl7iteor nxcotxr' > calo.n d'cxpositionC ,
-De--man der les prix.


AlbIel I)esliiarqiiets


21 ItUt-: RIMX


Port- u-Prince


AVisIC Sa nF-10,111, -Iii llttI m lpaic I son')Qab-4exi :e, so x. rn gasin sera
g~r6 p-Ar NIt- FIAVAIW'L.
11 I'ilit'01m110, '.g iI.t-11010 t u'ii ent It --' r.'.v) l xiit) lot i (Uporta n'd -* hq u.urs
do toute.. 'corfcA do la Mat i- ),N WOI.IA I, do 13 wde iux dorit ii ost le soul
agent eu Ihaiti
Aiiisette eo crut 11Cm 0eL11 cOUboW ci l
Crt~nae d de(cac
Car caO rouge
crktne dabrijots
Royal Liqjueur d'~gestlvm
La Gdn~reluse genre Chiart reuse.
MeIssFieurs le-, 1'IIARMA4:IENSIttlOUVfI'() I til Iii',i.d as-soxlirnent do products
nnove'lornent arrivt~s sut~anvi lit j4,avorrrwll., Ithe-v s-if~iriqute. Cotton hydrau-
iphile a c. sut- Iesquels de rlwabtcs dimxiinions do pi in ont kdL faites.


Hotel de France


M"" A. Mat

B &re allemande la 112 bouteille
9 hollandaise a a
Champagne Cocktail


Itre, propri6talre
0 60 Sndwichs
0 80 Manhattan cocktail
0.751 Kola Buch


0.30
0.40
0.50


VINS MOUSSEUX, LA BOUTEILLE : P, 5.00
Bibre d'Amstel
Par caisse et par douzaine
Champagne Pommery & Greno
D6jetner et diner ad Champagne P. 5.
Table d'h6te: P. 3.


Vous trouverez
Grand assortment de VINS DE TABLE ROUGE ET BLANC
de vins tins BORDEAL'X et BOURGOV
DIe ila maison MUNZmR et FILS BORDEAUX
CHAMPAGNE marques cde VENOC.E et RElFE LESRCQ
de o- A 10 Gourlcs la bouteille
COGNAC et FINI" CHIAMPAGNE da ia grnde marque OTAlD Duruvy
The d' chine Epingles A c;apeaux
Biscuits fins B4rret'es et 6piglgef A chapeaux
Tapioca C:avates Haute Nouveaut6
Vin St-Rapha-l .Phonographes et Disques Aspir
Madtre, M-laga,Jtriz Grand assortment de
Huile en litres et hidous Parfum. rie et colTirets de IBM
Sardii.es Munze." & il-s marques : Hlouligant, Pivot
Vinaigre extra eni boulteiles Kerlor, Daver et A. Faubert

chez Andre Faubert
38 Rue Roux
PORT- A U-PRINCE
Agent g6n*,'ral poir ;a R publiq e d Haiti des maisons sulvantes:
)OTAI',\l) I)Ul'Y Cog ac A Cognac
I)ETRY & RI-lMY Purg.tyl A Piari,
de VENOGE & (Co Champage A Epornay
K blisstiei tsPho ograplhiqus A Pallis
II.:KlNOT -;- Blscuits A Il;jon.
Pour tous rk'nsegiecments, commixat ties, etc.
Salrts i A ANDBRI FAUT- ERr
38 rue I'.oux A Port-au PI ince.


Ferrari Cerniiicchiaro&Co
Horlogerie, Bijouterxle, Joaillerie
168, GBAND HUEI, 168
Ancienne Maison D. Ferrari
Par le dornii -toamrner francais sint airiv4s des ailicle.; d tojute beaoM,
pour to(u- les g.cts et pour toute, les boutsts : -lJI)LX. SALromis.--U-.
GUES BOUCLES D')ORKI.LEL. --- CIIAINES POUi MONTRES. -- etc.
ALLIANCES SOFR COMMAND
INSTALLATION MODERNE
RIlIPARAI'I ON de glaces qui so.it reirnies absolument A neul ; ainmi 40
des tableaux artistiques.


Achat
La maison g rantit
ARTICLES I)1: LU


de vicil or' et viell argent
Is-' ina r'.hi iisuc, q u'celc Iivvr.j ainsvi q u'LI --r~paraUSU
AIE pelt les tit-n ip* x 'w-er'fl3,s d~ i 4vi 3rmood&*a


LE PURGETYL DETRY
Sf Laxatif DpouratIf Ant/ laireux
H C'est un purgatif doux, Or. conmznl. n irritant jamait
II n'6chauffelo pa t ino r voluei cInoli;uA. i arcoutumaaam.
i est d nlcieux .iu ioutt, r -t aju* vr.table fnandise
O'se t 1 d .purtif id6I il dcla la bile, l iglaires at te ips-"
roeI. l # I N'" "' i' apl.ac i r
I IS am A I'Age critique, ; !aldispar ,l: mianii d .,rr, boffes6 dehal B, '
SIIne derange pas .ar il t preil n tous t .apst el s ton o S ales.
g0 e p... a- *Tous a*en trouvent bien, pta i t grandi,l faiblos at frls.
Tous leo modecin *an ordonment at on foat preadre i teba Is MO
at learl ou fans

Constipation


Pour tous reaseignements et commander
S'adresser A Andr6 FAUBERT,
:38, RUE ROUX IORT-AU-PRINLE.
AGENT GENERAL POUR LA litPUBLIQUi


ROYAL Kola Champagne
Cette d6liciease boisson, doit les q lalit6s torai(ues et fortiflantes, las!
your exquise, i, ,injelle at age'- ble o it coatribu4 A former V'incompar
rafrailaa.seoinu t ,i3 clunits tropicaat, mnArte bien son titre a ROYAL **
Agence G6n6rale et D6p6t:
AU MAGASIN DE L.& Mi.TROPOLE

MAISON JULES LAVILLE
93. RUE DU MAGASIN DE L'ETAT .


PORT.AU-PRII'w


Vous le trouverez -en outre chez :
Andr6 Faubert rue Roux A I'Epicerie Ndrette Grand'rue (O*
Pharmacie Alex. Roberts do la station central des pompiers./
Madame E. Dreyfus do I'Epicerie C.Lundi rue des tronts-i
A l'Epicerie H. Corvington rue Frou I au magasin E. Dreyfus do
EN PROVINCE
F. Ch6riez Petit-GoAve. J. R. Montasse
Mme G6rard Bartels J6rdmie.


.. -1. --_-~ -_.__ _~_ ___ -- ---- i


___ __.


--p ---- -