<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00909
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 27, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00909

Full Text

qouatribme Annde, Nr-


927


Port-au-Prince, fla;ti


Mercredi, 27 Avril 1910


ABONNEMENT8
UN Mos G. 2.00
piWt-au-Prince Tnois Mois... 5 00
-re t UN Mois ., G. 2 20
Dipr nts Tos Mois. 6.10

Br.ager .... ROis Mois. 8.00

DIRNCTXUR

Cl6ment-Magloire


'


J


OUOTIDIEN


LE NUMERO 15 CENTIMES

L'pg tiainu-.cn.tit- w rA. ou son me aeru in
p.. readus
REDACTION-ADMINTSTRATION
45, RLL I(CLX. 45.

ADMINIBTRATEUR

Arthur Isidtore


De l'uttilit (e hi iRece se m tl


A travers le M6moire du Secretaire d'E a, des Fininces
de la R6publiquea Jomin'caine.


Nous commencerons comme dan-,
|le mianels de geographic, et ce nest
point une snperf6tation, car beaucoup
seraient enabtirrasa6s, pr:s A 1'imp, '
viste da dird qualle eat Ia supertinie
exacte de 'ile d'iHaiti et de chacune 'd- ,
deout 6publiques qui l'occupent.
Li page 87 dfu m6mnire, pr6c4 ia it
one nomenclature de 44 ports et l,i s
de la R4publique dominicaine dout
parmi las principiux : Manzaniil .)
Monte Christy, Puerto Plata, Samaui,
Sanchez, San Lorenzo, La lomana,
Macoris, Santo-Domingo, Barahona,
etc ; la pa .a 87 du mdmiure en qu-- -
tion rappellj que I'ile de S'o-Damngou
et Haiti, la deunxime par son extension, I
des Grandes Antilles, pr6sente une .:-
perficie territorial planim6triqua de
72 527 kilometres carries onu 27.:,.)
milles carries, y compris les iles a jAi-
cantes. Elle est baign6e au nord par
I'Ocean Atlantique et au sud par la mwr
Caraibe ou des Antilles ; le canal de la
Mona de 70 miles do larger, la a pal e I
do Puerto-Rico, A l'est; ie canal dlu
Vent ou de Saint Nicolas, do 48 mill-.
delargeur la ?6paro de Cuba a l'oue:.t:
le canal de la Jamaique, large de cent
miles, la s6pare de la Jamaique, au
sad-ouest.
See ctes meridionales sont A une
distance de 480 miles des c6tes sepI
teatrionales de Venezuela dans le Con-
tinent amdricain, et de800 miles envi-
ron de l'isthme de Panama ; ses c6les
*eptentrionales sont a 550 miles ,ia,
cellos de l'extrdmit6 m6ridionale de la
Floride.
Deux Etats ind6pendants se parta-
gent la souverainete de l'ile : la Rdpu-
blique d'Haiti. dans la parties oc-iden-
tale et la KRpublique dominicaine
constitu6e, depuis l'anode 1844 dac la
parties orientale ; celtte dernim6-, em-
brassant une superficie territorial q'ui
bien qae limited actuollement a 50.070
kilometres carrea ou 19.3-25 miles, re-
presente plus des deux tiers doe la su-
perficie total de I'lle, ( neu reductions
de la carte dress6e par honorable M.
C. N. do Moya, actuellement directeur
de ia StatiUstque, illuatre cette donnde),
mtte carte, dit le directeur g6ndral do
Is S'atistique, la base du recensement
a preparation a et6 rectifide d'aprbs
1ea rdcentes etudes fates sur nos c6tes
ar la marine de guorre amdricaine. *
Qaelle eat la population qui occupe
"o deux tiers el plus do la superficie
tal de l a second des Grandes An-
tilles??
En l'absence d'un contage on recen-
omeat, c'est A la method inductive
- a recours la direction do Ia Statisti-
qe pour 6tablir quake malgr l'insuffi-
0ace des rrgistres d4 I'Etat civil -
.la qua depuis 1906 ces registres
'at tens aveo asmez de soin on a c
SCconatater une progression constant
k. natalite doe a Republique depuis
k &ie aanne.
En 1908, il avait 24.250 inscriptions i
as aisMnces; en adoptant Ie coeffi-
dl 40 3D uamamaces par 1000, comme 2


moyenna pour tout le nays, on obtient
le rdsultat de 673.611, population
probable de la R6publique dominicaine
A la tin d3 1908, soit 13 habitants par
kdlom6tre carrd.
Co chitffr sensiblement sup(,ieur a
ce'ui d- ;300.003 attribu6 commun6-
ment a la parties orientale de l'ile, a
la valour de calui obtenu par la mtanue
m6tlrloe (our Haiti selou les cal.bul.s
de M. L. C. Lhdrissoa. D'api, c. co as-
ciancieux dlinigraphe haitiea, la po-
pulation de notra Rdpubliqui aurait
d6oass6 le chilire do deux millinit, c3
qui nous met our le meme pied au
tuint de vue de la population-que la
Rdpuibliq(le de Cuba ( recensemnent de
1907).

La population l'Haiti est ainai 3 fois
cell de la t6publiqae dominicaine,
c'es-A-iir3 eon proportion invrse de
lears territoires respectifs. (1)
Voici comment le Secr4t ird d Etat
des Finances,A la page 226 da m6mnire,
appr6cie I'importance du bureau de
Statistique.
g Jasqu'aujourl'hai, pirmi ls' servi-
ces relevant du bureau do sta'%,tilque,
fonctionnant en gda6ral avec le mel-
leur r6sultat possible, on peat asLu-
rar que la parties d6mogra hiqge ayant
trait aux da,6s lais-e a ,tirer.
Beaucoup de ddce6 surseaus (idt!t des
sections ruralts bloigndes ne soit pas
declares, aucune p6nalit6 n''aic attta-
chde A l'absence do cette formality, lex
int6resads s'abstieunent de faire la d6-
claration d3 d6c6i et enterrent leurs
more's dans le cimeti6"e rural le plus
voice in. Tout le materiel ndcessairo a 4td
re;u pour la formation du Receszementc
de la Rdpublique qui sera etllctua cette
annode (19O9),sous la direction imrn6dia-
to da Buareau de Statistique. Ce n'est
point une simple curiosity natiocale qui
sera satisfaite par la r6alisation du re-
censement g6odral de la Rhpublique,
ce travail sera la 4onnde la plus effi-
cace poor la connaissance de la force
rdello et de la vitality du pays, de mmem
que pour l'opportunit6 des measures
gouvernementales et le mouvemeut mer-
cantil. Ce qti a id jusqu'ici simple divi-
nation sera dorenavant pair 'eflet de re-
censement qui viendra complete I'oea-
vre de la statistique national, travail
mathdmatique reposant sur des chiffces
certains.2
Le rTcen::ernent est, on el it, inlis-
pensable A I'oeuvre administrative; c'est
travailler d ins le vide qua de m6priser
les donndes d6mographiques.
II y a quelque dix o0 douze ana no
Magistrate communal do la prernaire vil-
le du pays osa penser ainsi. ao recen-
sement s6rieux de la capital d'llaiti fut
ordonnd et realise. Qa'est-il advenu de
ce t,'avail qui n'a jamais 6t6 public. Std-
nio Vincent a voulu reprendre ces en-
1. Par ailleurs, la ville de Sto-Iomingo est
trois fois plus petite ( Note *2. page 8, Annuaire statistiquc tie la
ville de Port-au-Prince, ler fascicule 1907,
Stwnio Vincent.)


quotes sociales : il cra l'Annuaire Sta -
listique de li ville d- Port-au-P.in:e, un
des rare documents d1 co genre e us-
lant eu Ilaiti. Apr63 trois ou qiatre fa,-
cicule*, cotte prdciouse publication ces- DE LA
sa de par.itre.
Rien ni prate davantage aux exagd- Maison Haag Fr reO
rations quo I'incertitude r6gnant sur DU HAVRE
des faits pourtant essentials de la vie
dconomique. lioen n'est plus dange- 21
reux. Une illusion, plane toujours tan- 29 Mars 19to
tot sur sa vraie force, tant1: sur sa fai. Caf6 Cet article rest excessivelmet
biesse. So baser s," deo coas:aa',ions calre. I ne peut pas monger paisquele
empiriques et ignorer ce:les issues soutien de la speculation manque. mals,
d'une documentation faite d'aprs de3i chose rAre, il ne opet non plus aisser,
rtgles aloptKes et reconnuea, c'ests'ex- pour le moment. Tout le monde est con-
poser a des m6prises certaines. Ulne vaincu ue la consummation sera bieut6t
evaluation des forces, des uuit6i utiles obligdc J'aceter, o t parlant, de nous tarer
fait nac-ssairement la part det non-va- de la situation ot. le marque d'un cacul
leurs, des d6chets et qu'il s'agisse de raisonnt nous a mis.
population scolaire, mihtairo. ouvrir ce, En iant nou.t c est ,e .ommerce dis
rurale, de resources agricoles, de ri- ;c ts en g lnral que nous dsi>,nons, lim-
chesse industrielle, pour savoir A quoi portatear eta i pren;'- main. ICes deul
s'en tenir, rien no vaut 1, fate, le clCf- tacteurs, tont en se rendan: .orupte dc Ia
fro obte lus avec 1o s vc.a s l'uj; s- situation ;ree par la limitation dc 1'ex-
ce qui s'apprand conmm e outs les a- portation A Santos, et ern s y prdparant pat
tres,qi sa ron macomisme, sotea lroe- I'accumulation des stocks, n'ont pas penas
dtr et ses cmclasions rgomrduses aaxr A ceci, que ces precautions, parce que prt-
qddsetses on n saurait gourapper. ax- ses par tout le mode. ,lev:ient prodwire
eson d n sajor c n dpr'eff. I'et contraire A celui ,,- I'Or. asvai r vE.
Ja demandais un jour A l'n des prin- Les achats sur lesque!; on comptait ea
cipaux residents d'une des plus belles Janvier se font encore attendre, et si nous
sections rura!es de l'arroa lissarnent de disons aujourd'hui que l'on attend encore
Port-au-cPrince, combien y a-'-il d' ha- la consommation, c'est que nous craignons
bitants dans sa section ? que i'on ne se troupe finalement quant i
y ea a beaac)up, out. sa resistance, et que nous n'atteignious la
C.mbin A peu pres I? prochaine campaign ,ans avoir requ cet
Comment peut-oa savoir ca Ilan irresistible que l'on a archi-escompti.
-Miis, entia combien de famailes ? Les course du terme se content .omme
Ah gain ,oue nett' suit


-Pensez-vous q'a'il y ait six mille Mars tr. 4S, il.let t'r. .4. 76, Septem-
personnet ? bre fr. 47, Dec. fr. 16. 75.
Gaingnin police. Et cependant, co:ume nous le distoos
C'est comme pour les terres da do- la dernicre fois, toutes leis lilres sur Mars
maine de 1'E at, don't aucun cadistre ( environ 300 ) ont chc re.:aes sans hdsi-
n'a 6tabli I'Mtendue, la valeur. On dit, station. It a cepentln fait mauvaise impres-
par example, 1'Etat eat riche en terreq, sion que I'on ait anmonw: une nouvelle
mais combien de carreaux possede t-il .' vcnte pour le ii Avril de 50o,ooo sacs
-En masse Qa'est-ce qua c-la lui pour compete de la Valorisation et cela A
rapuorte ? _- un moment on la moitit au moins de la
Et tout le monde pene ,inae l'E at vente prkcedente n'a pas encore trouve pla-
haitien eat tres rich parcel qu il p)s46- cement. On ne p-ut doac guere espher
de dei terres en masse. un nouveau succs; de ce c6:c .
Les voisins do la Rdpublique d Haiti Cafe Haiti.-C-.re sore, come da
s'occupent done du Rcen4eament g0a6- reste tous les cafes auxiliaires, est nTgligde.
ral de leur part de Ii'e. Si ce travail L.s arrivwges sent trcs grands et a deman-
eat fait sur le plan et d'aprei la r*dtho- de trop restreiome. On ne peut en vouloir
de des pays ou ces choses so font am- A nos comamissionnaires de n'acheter qu'aw
cerement cornae Ie Recensement de joar le jour, Malheareusemen', cela ne saf-
Cuba de 1907, par example, ce sera on fit pas pour enlever les lots qui soot d'au-
document trse p.6cieux oiu 'oa pourra ant plus nombreox au march, que quaa-
puoiser avec advantage. tire d'affaires, vendues nagnere A livrer et
non places, soot de nouveau maiss en
En attendant, le m6moire quo nous vente.
analysons r6vAle Ie souci de bien infor- Quelques transactions se soot fates ea
mer, quality n6cessaire aux gouverne caf6 Haiti, grice A des concessions, ou
mants qai no veulent pas errer. bien parce que le cafe 6tait fort beau. Nons
La creation du B ireat de Stalistique ne voulons pas poor cela changer ano co-
de la R4publique dominicaino date do tes, et nous les maintenons come la
8 septembre 1905. Leos lacaesqqai pour- dernitre fois.
raient exister dans ce service seront Nos voisins soot mieux disposes. Le
combldes au for et A meoure qu'*lles march beige a pay6 plusieurs reprue8
apparattront, dit le chef da service. one avaoce notable sur les prix oferts d'ic
La perfection noa peaout etre acquiRe (C'z t6 surtout le cas pour lesicafids mati
d'on coup. Coeat quelqu chose quae det machine epierrd des provenance. si-
commencer marcher. ivantes : Cayes, Jeremie, Miragoane,"Aquia;
Port de Past, et les lots exzpdids avec op-
tion out pa en profiter. Les cafes trids
** soot moeis desires A Anvers.
Contrat n* 2 disponible fr. 6o. so.
Parmi le ronseigaeeents A puiser Contrat n* 2 Juillei/Dicembre fr. 6t|
dana ce memoir, as trove oun Rapport S-ock des cafs Haiti an Hivre, A l dato
da direotear giu6ral dep alcools, qui du 23 courant, t5S.741 sacs et 316 f6ts
fer l'objet d'au prochaib article. en magasio, outre enviroa so.ooo sacs ea
F*Lux MAGLOIRE. d6berquement.


I I I _i


I I I







Coton. Les marches A terme sont
calmes. Les haussiers, tres confiants dans
I'avenir, ne font rien, parce qu'ils croient
tenir la situation, et la consommation
some, do resie, pour le cafe, n'achtte
que restrict necessaire,ne voulant pas payer
des benefices A la speculation. 11 est done A
croire que, pendant encore quelque temps,
ce systime ne changer point.
Qoant an coton Haiti, on a fait quel-
ques affairs A livrer et ea disponible A
fr iOSio2 pour Gonaives et S.-Marc, ir
xoSix o poorJacmal et Cayes.
Li tendance reste soutenue.
Cacao.- Dans la quinz ine couple i'
e 6 pratiqu6 environ i.8Loo sacs de ca
cao Jerdmiie a 6 6 payer de fr. 5i s
Cap bonne qnalitA fr. S'| 121l2 ,. : P aln-
i, i.n Deliol tr 2 S mmonds H. A tr
to ,,u I.ef sortes Vi.e-propre sont inven-
da.le:.'En gAn&ral march ca me.
Carimpche.- Sans changermcnt.
(.uir--. Importations 3 00oo Hiti sees
-t s.ls !ccs.- D6bouches : uoo Hiti tecs
t s1 sees A tr. 97 io SEoc. ( 16-
r,art- secs.- Tend nce tettue.
Miel 1 r. 60. f'res term.
Gr'airne dt cotton. Ir. I 12o.
Cd 11- -'r. z o


Avis
Nous rappelonw A nos clients et amis
(utie les inertions 1ai si que les albon-
lnemenlils soot tpiyables d avance. I
6'ait dains nos iiterntions de puursui-
vie Jueliues d6bileurs de riotuvaise
til, n iis orilus n'avons pa.- donnt
-Uite ;t (-(el, ttaLt en taute IIOUS m'-
rues, our n'avoir pas exigo d'avarice,
Nt mniitant dtes bordereaux.
Auiu'lt exception ne s, a d6soi -
rna t Liute pour personnel, taut A la
CapitalSe ue dans les d6partements.


-- I


HENSEIGNEMENTS
MwirErOBOLOGlQUES
Ob ser'v-atoire
DU
urN MINAlKE COLLEGE St-MAR'TIAL


\1 V.i A%*XFnL 1,10
?Faturnette A raidt

Tomp6ratu re tui~ni urn
Iaiurn


63 m n,(,
22 I
30 6


Moyenne diurne de la temperature 26 ;
c('l couveit presque 'oate la journbe
Ilalo solaln, Piuie intense pendant la nuit
depuis ,0 h. du soir A h du main mar-
quant au pluviome re 38,1 mnillim~res.
Barometre constant apres utse hau s*
brusque avec la pluie. S
J. SCHERER.
OuverLure des Chamb-es
C'est domain qu'avec le ceremonial
..ousacit, les deux rhambra- se rAun a
sent en Assemb'ee Nationale, au Palais
de la Hue le I Katerrement, pour pro-
c6dder A l'ovort,,re de la dernoire sea
sion de I \\XX1 lidgislature.
Audience Pr6sidentielle
Nou. extiayons de I'andience prdsider-
tielle de Dimanche la passage) aui-
vant :
On 'appuie sur I'article constitution-
nel qui dit que a la pine de mort eat
abolie on matitre ,politique a ; mais la
Constitution est muAtt aur leas cas de
4 mort dans la bataille a.
Prise d'armes ? Ayons le bons sons
done npas nous later tromper : avec
quoi prendrait-on leq armes an milieu
do la mis6re actuelle ? Le Gouverne-
meat loi-mgme oat g6nd, mais it a du
credit, de la garautie, touts une orga-
nasation solidement dtablie Nous avon,
38 regiments de line, 4 d'artillerie, 6
corps de la Garde et les gardens natio-
nales do 90 communes. On est fort en
paroles, maim & I'ex6cation comptez A
combien l'on Pse trouve r6duit I Per-
oonne nentend mourir batement.
Le Government constitutionnelle-
ament 6tabli n'encourt assuam condam-
nation, tandis quo le r6volatlionneire
pqi tue, mcomet an aamueinat d'aprfe


Is loi. Qa'on m6dite sur cos paissantes i l'arrondisssment, la famille p-dsidea- f fois on mangesit le pain de fromem ; a.
considerations et qu'on sae rappelle tielle et beancoup d'autres notabilit6s jourd'hui on ne peut acheter quC la caC.
toujoura qu'on home qui a on mains avaient tenu & donner a Mr Roberts. save. Plus dargent, plus de travail, pllg
do tels atouts no sanrait s'effrayer doe une preuve do sympathie on assistant A rien. Alors, I'on voit germer dans sa cer.
riAn. I la c4r6monie. vrlle une dernimre lueur d'espoir, c'est IU-
Vous Ise constatez encore une fois :I Nona renouvelons a la famille Ro- bas, la grande ville ot l'on pourra peat-
je prends A tAche de renseiguer saine- berths nos sympathiques condoldances et etre gagner sa vie.
ment, d'4clairer toojours et on plaino soubaitonq que la manifestation d'hier Et les phenomenes se reproduisent dans
conscience mes frtres on Dieu, do fa- ait'pour effet d'attdnuer l'immense cha- Ie Nord, le Nord-Ouest I'Artibonite et le
con q,'ils aient & assumer toutse la re-i grin de Mr Roberts. Sod 1
ponsabilit6 Pt lea coos6queaces de De mme, I'migration en pays 6traoget
leaurs actes. Oavrez bion les oreilles ; est favorisse par la misere. a Les mobiles
je parli souvent, A vous de savoir qui LES qui poussent A une expattiation definitive,
yvous devtz Acouter : lea bons conseils a ] mis r sont plus rares et moins varlds que lesa-
du sage ou les follies des m6chants. tres, nous dit Mr Arthur Giraun dans se
J le r*p6e j'ai ho reur di sang Principes de colenisation ct ,e !; ,i ::On co.
ves sa, j, lera tout pour prbuerver de loniale. It n'y en a, pour ainsi di:e qu'un:
la rmort mon prochain ; mais je soias s- ure situation intolerable ftite d ns la sk-
clave du dt voir. Prioas Dieu, meA fe- Je ne s.urais vous dire, au just, A quelle re paine A une paraie des habitantswoit par
res, quo je n'aie jamais A tirer ma man- date, la misere a pris naissince en Haiii.En un excks de population soit par des perse.
chette et, Ila t6te de mon arm6e, a tout cas, je sais qu'el'e existe et celt me cu ions religieuses ec rolitiques, sit par
crier on avant suffit. Je voudrais la voir disparaitre ; voil oune crise drono,,n que inte:n .. En
Gardons-rous d'6couter les mauvai- ccequi importe. efler, en vertu de l'universelle et antique
meo suggestions de I'orgueil. Les Caye. D au.uns-les pttrio esci oyen -:n rejettent loi ub hene ubi patria, I homrna ne quite
tie srint pa: aux Cayons, Ie Cap aux tourle poids de la fau e sur les gouvernants jamais le sol o i6l troue ~a v.e pour aller
C(:pois ; I'ort-au-P. inc la capaitl--st D'autres -les patrioTes rtgiants en blA- ch -rcher celle-ci ailleurs. 1.' c a Ce princ;-
i *i,. C.e ,qu'l fut dire, c'est : allaiti ment le pauvre people pe qui tinit par implanter !h. 1 rLoupCe
au.r laie t Je ne J sconviens pas : nous au ions pu ment d homme; I id6e de pi: :les pre-
mnieux travail'er nns terres. (C r, presque les miers colons esp:giols re se- pas bien
Schwar b arg deux tiers d: la RKpublique sont ei friche trouv6s de la terre du Nou\. _, MonJe, ja.
Dki'ABiF et l'au're tiers .!udimentairement plant#. mais its .uI aient thn ] .. :-Lnet
Mats, comminnt voul-, you; que Ie paysan d'Hisnagnola et jamais le t, r nations
IAr6mie.- Mr & Mine lPAtiorn Patit et ne se it. ne A o0. rance, quand par des me- de I'Eu.ope les auraient s.i, :s' leor
enl'.ut, AntuuiLetlt (. yensitte, Lueina, sure 6coco:niquci, par des lo s ti lancicres dispu er I- erritoire con : s evin-
AuguIte ( route, Louis 14umer, T'ho- criminel!e-, vous iui jet, z sur le do; un tar- cer A la tin.
mas lts-ori deau si lou'd, que sur le bord de It ro'i e 1: d autre part, ce n'est ; u emcot,
(;otiis.ea.- Mme l.itortue, Mile Ovi- il tombe...pour mourir peut re .' conmme on l'a tou ours clu, .- sution
de Pit-r' l.ouis, Justin 0I joiq. Er pourtant, il y aurait litu de rifdichir de cadets de g-andes timrtl. i, i i 6mi-
t'ort do-l'Pix.- Mme Vve Marc ( au- un peu C'est ce qu'aujourd'hui 'essaie de grer beauLoup de nobles ri: ,x colo-
It er e' o ifant, Mr Juste Lilavoia, Mine taire. nies, piincipalement A Si -i):nionue.
Malrc 3outiiA enfanti it bonne, Mmne [Ia miserc, come tout mal, engendre Car je crois, pour mi pa-t, erit Mr
li :har, lucae. un b ca. Et cc b:eo, le voici : c'est depuis Pierre de Vaissiere dans sopn nit de la
Cap-lIil:ien.- Mme Olida Pre-Louis. u-.e dizaine d'ann6es, en effer, que nous vo- socidtr de Siint-Dorningue J' 1 a789
I'orto-Plata. Mme loliam Ut krant, yons le gros people s'ing6nier A itbriquer. que cette migration a cu i > causes beaau.
M roeallino Ilurgo, C'est qu un midi son estomac a crid f,- coup p'Li; profondes cani r ;fu -ues,so-
Tribunal de Cassation mie It a regard~ auour de lui et n'a vu ciales, politiqu.s, et qui miappara ssenti
rien autre que son intelligence et ses dix Saini-Domingue d'un t.ic srisissante
. AuJieii, ivile lu mardi *?; auril lI9tll do g s. Ne pouvant pis les fire t6 ir, il qu i! me aide enfin d' ar.'. .
l'r6-idence : Lechaud. s'est mis en t. e d'en tirer quelque chose. Que devient la nob es e J Frince au
De IA nous south sorts ces chapeaux de jonc XVIIIe siecle, je l'ai dit a. eur, et moo-
LeQ I'ibunal prenl siAge 4 dix ieures que portaient les homes au milieu do tr6 comment cette no',less.- tr va alorn
et demie du matin et prononcce les ar- septennat de Sam ; ces chapeaux de fern- ruinde par le p'us ddsas rcox n)cours de
r'-ts asuiants : mes, en latanier tress6 et peint de rouge, circonstances q-i se pn' se ::n "- cr.prive
1 0 (C lki qui rejette purement et aim. de violet, de vert, et ces p tit piniers.DLe par le pouvoir central de tnt e autoritu
,lemnent le pourvoi des consorts Sinon la, plus tard, ces rechiuds en til de fer, en pa'i'ique et administrative. din, les provia-
et Audin coutre lea deux jugaments do cercle de baroque, ces grilles en ferblanc ces, d6tournee par IA meme de sa vie etde
1' ibunal civil d'Ajgain, en date des i que nous serveot nos bans faubouriens d'. ses habitudes tradi io inel'L., sst r'.ie enfi
avrl et 7, juillet 1907, reodus Bur opoo- calia-centime ou du Bourg-Silomon I) A des obligations militaires 4 :, acheverent
sition, entire eux et le citoyen Cermbos 11, ces cot, e:ux grossc-ement torgs ces de lui ravir son inddpecdancri.
; -:acia. rapikcements de chaudi:.es ; ces mar nites Aussi pour siuver sa situi:-.o, il ne res-
2 (oClui qui casse et annuls le uge- en fer-blan: et ces multiples autres obje:s tait A cette noblesse que l'd ninraion, com-
ment du tribunal civil de Port-de- -ix, qui sont devenus, pour les meres de fa- me moyen. C'est ce qu'eiie cmployd
rendu entie J. l'jravisirn et Elucia Phi- mille pauvres, des necessitzs Oh que j'ai- Transportrs de i'Afrique, les N. es oot
lippe ; en consequence ordoone la re- me les voir, ces gosses de dix, de quinze en quelque sore pri. racine dans le sol
mise do I'amende dhpos6e et come il ans, le mnare-t: en main et frappant terme de Saint-Domingue et quinJ "n 18J4 ils
s'agit d'un second recours, ratient la sur le fil de cfr rcalcitrant : lIs sont sa'e, out renvers Ile pouvoir de la .M:tropole sor
cause en vertu de l'article 131 de la loqueteux us suent de tous les p:)cs et 1 Ie, ce ne tot point pour s'ern. irqjer en-
conati'ution, au fond pour y 6tie s'atua ils peinent pout gagner leur v:e suite en masse et fuir le domnaine conqais.
conformement a la loi.- En outre dd. Avant la misere in ense qui nous mine, An contraire, ils s'y 6tablirent en nation,
cl.re I'immeub'e saii par J. Paravisini le people ne se jetait pas trop dlns les pe- conscience de son droit Et J2p',.s- lasque
suar Revanc h arles FI ienne est la pro- ties industries Ii stait avanh tout politi- dans ces dern-ers temps du moins-pas un
pridte de ce dernier par suite die 'ac. cien, fooctionnaire ou mi itaire et il vvait haitien n'a pens6 A abindonncr sa patie
quu ition qui en a 6t6 faite de Ed61ina je ne sais commea. Ei un mot, it se lass- pour cause de mnisere. Ce n'st quA pirtr
Norp et des co-hdritiers de ceci depuis sai' exister tont lii 6tait si fac'le I Avec do Gauvernement de Sim que par rasso*
1 9I1 i ainsi qu'en faith foi le jugement une gourde, sa famille mangetit deux ours. &conomique l'on commence de rertrder do
du tribunal civil du Cap-iHtition en Les fruits couvraient les routes publi- c6e das pays strangers. Et cela s cxplique:
dale du 10 octobre 189'..- En conss- qu-s les propri6taires ne les vendaien, pas la misere publique avait subitem:n; acIteat
quence declare la dame Elacia Philippe avec cette apret6 et cet 6goisme de nos une telle intensiid que les industries taelut
mal fonodeen Fsa demand en distraction ours. Tout le mande pouvait done s'en immobilises ; les magasins, fcrmrs-. Lt
du ,tit immeuble, 1 en ddboute,- rejette r^galer. Ainsi, la nature elle-meme incitait commerce languissait et I'A.iizu'ture, qul
les ,lommages-iut6Alts rd6,lam6 etc. l'homme au moindre etTort : de mrnrme que n'avait jamais pu e.re place sur uo ooG
Sur la rdquimition du Ministare pu- son bras, son energie restait inerte. It a oied, tombait en pleine decadence. Pret-
blic Eug6ae D6catrel, ainai quake ur la fallu 1'aiguillon de la fai n pour le reveil- que plus rien donc A fire sur cette terrc,
demaude do seci6taire du consoil de ler de sa sorpeor. Ce quai est on bien,puis on pensait disormais, le chagrin au ccear,
I Odre,I tribanall6ve le si6ge en signs que les petite; industries en soot sorties. t aller ailleurs et un beau mat on on tis-
de deuil A l'occasion de la mort io de Mtis en le reveillant si b-utalement, la sait par exicuter son idee.
Monsieur Maximilien Laforest, notaire faim a d6veloppi en lui tout son mauvais Pourtant, ce besoin de quitter son pay
public et ancient s crdtaire d'Etat de la temperament, tons les mauvais germes de devait se manifester, avec une force son
Justice et 2o do M )nsieur Thal16 Luly, son coear I est devenu cruel, barbare, im- c s quelques anndes upre. On e-
avocat et ancient sub stitut du Commis- moral et decadent. Cc qui est un mal. d croyable, quel commues a heros ap irgle.
sairs do Gouvernoment pr de ce T. i. C'est encore la misery publique qui d- dit que, corme ai hros de Virglens,m.
bunal. people lea campagoes et les petites villes specre defamile en lgbe
Meise do requiem pQur en jeter les habitants sur les grande aux re de famie, un lgbre
Mass de r\ villes.Vous avez do remirqaer que de jour Fuge crudelas terras !... Fuge litus avarum!..*
Mo. sieur H. E R *b'rts a fait chan'er en iour la population de Port-au-Prince sea
hier matin, A la cathedrale, one messe augmentse au detriment des villes adjacentes Car, en masse, on s'en allait. La se
de riqaiem on m4moire de aa regrett6eo LogAne, Croix-des-Boaquets, Thomazeau. annee terrible de 1908 vit partir plus
4pouse : C6tine Roberts, ne. Vital don't C'est que dans ces derniers endroits la vie cinq mille haitiens. C'est pace qu'aoS .o
la vie chr6tienne 6tait si avan:ageuse- est devenue uan fardeau : on ne sail plus misere publique avait atteint son rnX-
ment appr6cieoe a Port-au-Prince. ou donner de la 'cte pour se tirer d'aftaire. saum.
Elle mourat I'ann6e derniare A Area- On voudrait bien entreprendre quelque D VILE.
chon (France) ou ells avait 4t6 deman- chose. Mais il n'y a rien A faire, ou s'il y Luc DORSINVILL.
der la science un remce A amss maux. a quelque chose, il n'y aura pas de ddbon-
Son Ex. le Pr6eident de la R'publi- ches- ce qui est le principal en matiere i$ fdvrier 1910o.
qu, le miniatre Marat Claude, 1o Gal. d'entreprises.
iorelkl Monplalsir, commandant de I Tout le monde deviant panvre. Autre- L* fin h dsmain.


__ __


- I -









C1 ga Tral3sa talliilu

La Compaogne Gi6nrale Trans-
atlontique a 1i'honneur d'ioforrmer MM.
1#9 pasagers tque le paqiuebot Ma-
toiUO est attend le 7 juan et par-
ie 13 juin.
S magnltilUe paquelot a un d6pla-
SemfOt de 7700 tonnes ses inachi-
nos oat une force d, 5001 chevaux et
a vtesse est de 10 mlles A I heurs.
II A it pr.'c denimnent affet-At6 : la li-
e de Co on vt to a oi.ormais I.s
voyages supplnelutaites en 1 Iempla-
coment du Ferdinand de Lesseps.
Port-au-Prince le '2) avri: 1910.
L'A,jent




Lignie Atlas

L, vap> ir -\llef li\in\ "1 ; v\ ,ll itl?-
t6 Newv York ,ea I' 21 ,,ur, int nilr
le Cap iili- I'Port d 1 I. x, ;, I) -
yes, Saint- N' .tt notr iitr p-.t :* -
tenduici c, ,,1 d cou ,-anu p, ll--
ra dans la w.ir r, pour Petit vp,
MiragoAno, Ir'n o, Savanilla. (:arta-
pena, Sa'ia M.it: ., Ii,-ton, NM \'-
Yorx, prenall! lilallk., trt et pa-s,-
prs.
La malle pmum I'Ktr'iiger mie)par ie vapeur Priis Litel Fr de-
rick ". fermra A la pote samedi :W
courant s hliunes du soir
Pnrf.an.'rinc.p :l .\vi il 11i


I. E' -RMAN-N&


IIGNEIOLLAND
(Koninodijke Wte.t-Indisthe


Le sis 4 Pi Maurits ve
New-York et do' Saint Mare est
ic dimanchle ler Mai, et pa
IOme jour pour les ports d
Coracao et I'Europe.
Port-au-Prince, le 25 Avnl
AUG. AHRENDTS, Ag


L ECT EU R Svotie-vous ien
T E C U Ro, turner! Allez A la
90 des Miracles ou Ferou, Nos 25 et 110,
tRuoeRoux on Bonne-Foi, No 51,vous trou-
a leCSCIGARES Dn CENTENAIRE de Prin de


On trouvera
SIkeilleurs Cirages pour tous sou-
r. &t ia manufacture de chaussures
G. CORDASCO.


Maison F. Brunes
195, GRAND'RUE.
Dirig6e par
L. Hodelin
Uien membre de la soci&t6 philantiopi-
Ides maltres tailleurs de Paris-
Vient de recevoir un grand choix
itoffse diagonale, casimir, alpaca,
siota, c eviote pour deuil, etc.
.tm'eaande particulibrement A sa
t&ie uane belle collection de cou-
P d1 Casimir, de gilets de fantaisie
Piqu6 de tolte beauty.
*tCIALrrT DR COSTUMES DR NOCES.
=%_pe Francaise, Anglaise et Amd-
dte la dernibre perfection. La
coofectionne aussi des Cos-
ft M ILMrAIRS, HABITS BRODtS,
f Ai'UN U qiUas,ABITS CARRAS, etC,
"do OU s grades.
On demand
bfot OUriers tailleurspour gran-
.Peti tes pieces et un aide cou-


Monsieur App. (ipolinl
I'mrto a icolnars-'ance d&- ses nom-
breux ciients que qa mai-,on sis-o rue
rpub lcd me No IU-6 sera ttrarsftr Ae A
partir dui let, Aviril au No 82 de. l
Mlnie iiI', en fhct-de la boulan~re-
rip du ipiogit C, A c~t&A de la a ifl~0l
WVe 1l1v iPressoir.
Us it-ouve'roit coinme par le pas
ie- excollotis .~vins ouge et bWane de
la mal-:ri I ou I~te t: re.s le lBordeauix.
( )poi 0, NMala.ga Miuscat,. VerrnouthI,
( 'ogriakc el(t Campo-~ne de la niqeme
maI~.or,.-IqLiqetirs as.()Ittie-, et SitOps,
!C-o iser vic~-. lou r.-o de ta flo d' Italie
deml ijI vre Ptoi -,ion.iz- dUOL ,icaiflC
-IhI ii d'Olive et Vinaigre.

F. LO0N IE WSKI

'Grand Choi\ d'Ar tidles
c Prem ,,:re Co3mmunion.


VER SOLITAIRE
CURE RADICALE et SANS DANGER
SDEUK HEUREC jar !,s
GLOBULES
SECRETAN
l- REMEDE SOUVERAIN
*.a-j Adopte :;" H6pitaux :e Paris.
IKLNIr ANS DL SLL Ia
r l 1 7 hue Ca*er.Parst* *I st t 'h **


MAIS9 DE COMFIAN(


11 1 () se I II i Sit.- -Cod.


I i AILI:LVIt r bien :onnu de la
f1lbl~i 11que, d vi se -zes u ioliub reu x CLI-
LN'TV ;lii vi-I V1 fP 0*3 rPVmz'H"r i..i,10
denrwi -r teatner,- une VarzitW'd'6tof-
Yfes do Di~raonale, Ca-,imlr, Alpaga,
tIMSl (hev! *-,.,IDrap veit et bleu d'uno
Ma. Id~enst I ,r~eioe e-.p6nrorit6.
C;OUPE MOIJIIRNV

nazit de '6ii ,e~ e recormmande aux
4ittendu cle.1l lsd(Izcat. qrau apprd&
artira le cient c haque jour duvaritAgo lo IINi
iu 8ud, de sonl travail.
1 1910. Dernandez chez joseph S;Ii--Cloud le,
1910. Restaurateur de la San't6 et des Caries p-..


Avis tidxs Important
L'American Bar
I L.ACE GEFFR A RD,
A .X 6 de la Ph rmacie \V. Bu,:h.
Se charge A livrcr aux Cercles, Clubs,
c l'ccasion des mari.iges, baptirnes ou
d'autres fetes :
u'T,,,' .. C.i,,i,),, 1.: I s i,,,
par t.:ts de )0 litres ave: ton: I'appareil
ndcessai:e, un gargon pour servir et les
verres.
Prix en or americain ou en Gourdes tres


modern.
FRo \VW. KATSC.I, proprnztaire.


fSEINS
Sdvelopp6s, reconstituds,
embellis, raffermia
[ j -1 deux mots par 1.
PILULES ORIENTALES

2 J..RATIE r a-.. e, .- Par s.
JA Port-3.-Pr:n e : : A er:.ri,

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en de-
p6t un grand stock, -pourla vente en
gros et en detail, doe chaussures en
tous genres pour
HOMES, FEMMKS, ENFANTS.
Les commander des commercants
de l'intdrieur pourront etrs exdcutdes
dans une semaine A peu r!s.
'23, Rue des Fronts-Forts, 23
Port-au-Prince (Haiti). I


A la Metropole


MASON JULES LAVILLE
93 RUE: DU MA.GASIN DEI L'ETAT.
Les F.inilles ct les Gourmets sont aviq6s que les delicatesses suivantes
vienn'nt ,t a: iver cette s maine. Par siite d'arrangements ,-pciaux avec
les fabricants, elles seront venlues A d-s prix except onnelettnent avanta-
geux.


Anchois Piib-irillets
Pit&s do tiie gras traIT~s
Saacisseq d.- C(arn1)r idg.
MOR-rADELI.An' HrD.'W
Saucisauni do Lyou
Boudins noi .rs
JAMBIYNS D'NYO1;1%
SARDINES vUM-.'i ; i*sii Nontvi- ;ui


Caviar
Asperges Fineq
4:hampiginons de Patis-
I'rulles, Pe'its vois
IlAR .ENG- MAI INI:s AU \ II.AN'"
Filets de Harengs tumes a i lhuile
Maquereaux a I'hliile et au natural
Sardines sans arktes l.es d6licateso


(iios Illoiters de Yirmnouti :fimt~ss A 1. 0 171 et 0.20 cliacuin
Fromi-i ~PAtW rassti do Ilollaude double cn~me.
Fromage de, Munster

Lait coiidense- NestI6 --- Beurre de Normtandie
Contituies; doel'aises, d-3l'rambloi'sOs, ti'abricots et de P.hiv-ju-'do Reiue
Claude.
PORTER -__ 'I'enonetus
Bis~uit-s Iin-; Sjuce Tornat* Sauce d'Anelroio.
Moutar(Ie en pil v 1e* (oiii'; -Piclk t-;'i Vrinaigie .li'1td.
IPoi over's sF'i- .'rt'I- .uitz cmiistlrdIW4&.
B~on bons. 11.ils, is de Co r irthle CIAIR ANTS, I Ciisins -oocs
Prurio d'Erite, Figies Wele. !, etc.
COR-N STIARCII p,i'es r't (1hr-4iES 101HOTE.


Arrivag3 rtgulier de provi.;is fratcli~s.
ages qui vous sont oflerts.


Venez vou- coi;vAW n re d.2. &vain-


Pharmacie W. Buch


Place de la Paix
Execution prompted et soigone des ordonnances.
Analyses scientifiques et techniques.


Analyses des minerals d'or, argent, cuivre et autres m6taux
m6tbode am6ricaine ( fire essay 1.
Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops et v6rnt.
Champagne A p. 5 la douzaine.
Droguerie en gros et en d tail
PropriAtaire : W. Buch
Pharmacien dipl6m6 allemand
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux Gonaives: Madame P. Laraque
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Petit-GoAve : Hermann Reimbold & Co


dbl~ Kola


A BASE slo lnKm rowaft KUCALYPot0
UGOUT AGR.:Al-?LE CONSERVATION PA.F\1.."h.
TOUX RHUMES, BRONCHITES, ENROUEMENTS
INFLUENZA, AFFECTIONS oDES POUMONS
SRue Ripubllcalne. n 121. PORT-AU-PRINCe. HA''TI. FT LI- I 'l 0 -



Webly C. Pressoir

Rue R~publicaine
SPPCIALITI DES ARTICLES DE SELLERIE DE 1, CJOIX
POUR CIVIL ET MILITAIRE.


VIENNENT D'ARRIVER :
CHABRAQUES militaireR ler clioix.l
4 de luxe feutre et drap.
PORTES-MANTAUXx en drap pour officers
militaires.
Grand stock de selles et de fournituree
do sellerie.
BaID8S. EPaRONs des meilleures fa-
b'iques d'Europe.
HARNAIS, CUIR. VuRNt pour buss, etc.
CBImToaRs pour Dames et Fillettes.
CHABKAQUB feutre et drap de luxe poor
gentilahommes, dernibre creation.


9ur c


:E


mi -






Voulez-vous6tre mieux chauss6 ?...
II est tr6s rare de trouver dans une
mnme confection I'E 4gance et la so-
lidit6
MM. VITIELLO frAres,
les (-i,,t.i:li.iton ei chaltuisures pour
homniie, forine s tIam;aist.s et amdri
caines, ont Il'honniur d'annoncer A
leun ,tombreuqe enlioeiiteI qu'ils vien-
nent di reeevoir do nonvelle; lormies
et lD i.rtiiier (:i Pt ari.;utu *, da v6-
ritable Modern Stvl1.
Le C(haur.nurea- ,,ont reconnues in-
cIminpar:tble p:.r la (Commoditd de
leut.. lormins et jpar lout Solidit6 joint
A un travail enti'rement fini.
I a Maison pu.ssde en ddpSt des
malti-naux do premier choix prove-
oarit de-o eeilltires fabriques des
Etat--:-UJtis et le F iance.
Chevri-iu verml, lKxtra-Qualitd,
Jd l ult' ull, lt o I ni i e.'iO.I
Peoau jenune do toutes nuances,
VAntilblo t Cual de t;ussie.
I.: i tnahtit des fournitutes emplo-
yes'i nl s l e's soullisS et les soins
appo tds dan-; la uontectioni nous per-
mettent do Its gairautir comme les
plu0 slides et les plts ,lurables.
Stock do (tChasures tines pour la
ve)te on il tos et detail.
A .orti}ment complete do cirages et
lacots d(o toutes nuances.
PliX tIixK irais moderi.
Adr.e~-u : VI TIELLO fr6res
(45, r(;i.r:d'Itue, faco on de la Poste

Les C;gares du
Centoenaire
tlu :.-,t ,n i pattout dans la
Rcinll)) lque.


4 uzu '~.i~t *.~ eter
Pi )R'l' X1 PRiNt AK, --~ ~25


tue des


A Ch\IKE, -/(II~ilUV., JOWi31. La.1

AlII X (CAYNTFS. (--hC7 i. N. Netitnnp.
At \. .(;NAlVIKS.-- Nc 1;0,i (0l1'Ji"l.
A CAN.A.'uSI u'AINAULT'I,--- (1az Ai-
0A NIV A111E\lI r.-- Chez Vve 1hamoni
~rit~u'r pri' &I*m1lt- t ilzu'
A ll' \R \ I)14'R. i lodo-
t"Irl W roui~j
AU (.AI'-IIAITI'IN, CI~ez (,ivina
Pt [ I-u;). v:,-- M Robert War-
t;HNI(uA~,-M in e Ni6ocI6s
It R -Iil- '\ X,--Madlame Tuallia
A ,.\I N F-MAt- (:ez Cazeari fr~es

A .)FlIKMII-I, I).is tous les coins' do
Il.,%I-abI~.riq zo -rait lieur,3u-e d'avoir

Toute recommatiudation avee s~rieuss
at bont-a rrffSencz' s!!r'a air~
LJEUT1Na: PlIN,


CHAPELLERIE
11AILLE lDE 1PO1rO-RIUO

Feliberto Gonzales
ST
JOSE14 SAN M11 LAN
F,; BRIQU E DE CHIAPEAUX
PLACE GEFFRARD
SALON DE COIFFURE Du LOUVRE
Pour tous Ies goilts et pour toutes
as boursies

NESTOR FELIU
L'exc silent taillour avantageusomens
Somunu de touts la I~publiquo vlemi
do rouvrir son atelier Rue F6rou.
(Rtue tes Miusceb) NW61,
Sa nogmbronusecltomtble tronyaro
eommon toni ours tout* safimfactiom
w lee travaux qui lml erst son-


AGENCY SPECIAL


de la Regie Fran aise des Tabacs

Pour la R6publique d'iHaiti


Extrait du TARIF


Tabacs Scaterlati


G


LEVANTj SUPlRIUR (dit tabac d'Egypte) la Botte de
50 grammes

LzVANT ORDINAIRI paper violet lissd, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIKUR paper bleu le paquet de
50 grammes


CAPORAL DOUX paper vort le paquet do 50 gramn
mes
':APORAL ODINAIa paper pate brune le paque
de 40 grammes


I-

)It


TABAC A PRIMsR, Virginie haut goat, paper juu-
no, le paquet de 100 grammes
POUIRE SUPERIEURz, paper bloeu l paquet de
100 grammes
POUDRK ORDINAIRK, paper brun, le paquet do 100
grammes
TfAAC A mAcaHR roles Muaus fil6s le paquet do
O1U grammes


G6n6ral, -


OURDE


1.25j


0.90
0.75!

0.701

0.70

0.601

1.50

1.50

1.20

1.50


Avrll 1910.


Cigarettes


GOURDS


NINAS le paquet de 20
do Ie paquet de 10
CHASSEUR le paquet de 20
IIONGROISKS en levant superieur Le Bondoo do
.20 cigarettes
do en caporal supdrieur paper rose, sle
paquet de 20
do en Maryrand le paquet de 20
do on caporal ordinairs paper bleu le
Bondon de 20
ELEGANTUS en Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporal superieur paper rose, is
Boudon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FitANAisas on caporal superieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu ie
Bondon de 20
RoULtas on Maryland et caporal superieur le
portefeuille de 20
do en caporal dour la botte de 10
do en caporal ordinaire le portofeuille
de 20
do la botte de 10


EZ'alez.t *pu c.AeI


T
B
T
V
M
S
V


Vous trouverez
Grand assortiment de VINS DE TABLE ROUGE ET BLANC
de vins fins BCRDEAUX et BOURGOGNE
De la maison MUNZER et FILES BORDEAUX
CHAMPAGNE marques de VANOGE et RENA LESECQ
de 5 A 10 Gourdes Ia booteilile
COGNAC et FINE CHAMPAGNE de la grande marque OTARD DUPur
h6 de chine Epingles A cbapeaux
biscuits tins B4rret'es et Apinglam A chapeaux
apioca C-avates Haute Nouveautd
tin St-Raphl~bi Phonographes et Disques A lir
laddre, M laga,JArez Grand assortment de
luile en litres et hidons Parfum-rie et roftfels de luxe
ardines Munzer & fils marques : louligant, Paver,
'inaigre extra on bouteil'es Kerlor, Daver et A. Faubert

chez Andre Faubert


38 Rue Roux
PORT-AU-PRINCE
Agent genAral poor la Rdpubliq'ie d'Haiti des maisons suivantes :
OTARD-DUPUY Cog, ac A Cognac
DETRY & REMY Purg4tyl A Paris
de VENOGE & Co Champagne A Epernay
Etablissemevts Phonographiques A Paris
PERNOT Biscuits A Dijon.
Pour tous renseignements, commaudes, etc.
S'adresser & ANDR1 FAUBERT
38 rue Roux & Port-au-Prince.


FerrariCernicchiaro&Co jt
Horlogerie, Bijouterie, Joallerie cigsin ti
168, GRAND'RUE, 168
Ancienne Mitison D. Ferrari Bonb
Par le dernier steamer francais sont arrives des articles de toute beaut,
pour tons lee gouts et pour touts lea bourses : BUOUX. -- SAUTOIm. -- BA- La pl
ouZs. -- BOUCLs D'ORULLUa. --- CHAINmS POUR MoNTRas. -- etc. dre, anni
ALLIANCES SUR COMMANDER de recev
INSTALLATION MODERNE une gran
REPARATION do glaces qui sont remiss absolument a neuf; ainsi quo tells qu
d4 tableaux artistiques. boobons
Aechat de vieil or et vieil argent conftres,
La maisoa rantit les marchandises qu'elle livvre ainsi que les reparations igomme,
ARTICLES DE LUXE pour lee princtpaax oenements de la vie moudaiue. I


J. LAVILLE.


I LA
1 Cordonnerie


Nouvells


C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.!
Avise sa nombreuse clientele qu'*
le vient de recevoir. par dernoirbkt
teau. une forte quantity de marcbhu
dishes et de fournitures de touted hiN
cheur et de toute beauty, import
de France, d'Allemagne et des Mti
Unis.
Le public 616gant, curieUx doN
bien chausser, y trouvera 10s pU1
les plus solides et aux nusaces SI
plus varies les formes les plus bet
et les plus appropri6es.
On W'a qu'A venir chez G.B. PMt
pour 6tre assure d'6tre chaoUIS"
vant les meilleures lois du coeWtt1
de la mode. Specialites poor dat
Grand Stok de chaussuref;
Peaux, cirages, former, foOrito*
et mat6riaux divers pour COrse8
rie. On trouvera tout ce qu'iI hut, S
prix les plus mod6r6s, A
LA CORDONNnINi NouvyL"
143,GRAND'RUE 143.


el Bellevue-
Smioux asitu6, I pIs P
ctable.- Champ-d0-M0
rmeomm6e.- V as aw I

ons fins et f'J
armacie Emmanuel A1
once & sea clients qu'llej
'oir par le derniers
ide vari6t6 de boWbOOs
pastilles de meatho S
I foodents. chocolate I
d'amandes fines, flf!
prunes, raisins, P.Ow
Guimauve et JojubO
88 Rue des Miracles


C ~ I II


fto


__ __ _.._ ___, - I-