<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00908
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 26, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00908

Full Text

Quatri6me Ann6e, N' 926 Port-au-Prince, Iflati Mardi, 26 Avril 1910



ABONNEMENTS
UN Mos G. 2.00 LE NUMERO 15 CENTIMES
jPort-as.Prince T,
Tnois Mois... 5 00
Tr^^ois M^ L" manusc its ansirA ou nom me sero a
U s Mois ., G. 2.20 pas m ren(dus
1ToRs Mos 6.o0 REDACTION-ADMINISTRATION

tranger. ..rois Mois. 8.00 45, RLE ROLX, 45.

DIRECTRUR ADMINIs-rRATEU1R
G16ment-Magloire Arthur Isidore
OUOTIDIEN



iti et le edo ralopam eat-ca l'ouvrier natic- toujours 6t6 tires de I'M1ite de sa socio-
asOt et 'RO(eaux CO r als nial ou est-ca l'ouvrier Ltranger ? C'est td, common apport en numbraire, on
lA, A notre sans, le plus grand point et ,nergie et en aptitudes sp6ciales.
ce qui fait voir 1'int6ret capital qu'il y Si ces coalitions se trouvent r6ali-
a distinguer le salut d'une socid6t et 16s dansionpentrpreaeur dqui s9 prd-
1 est de fait que, depais que nous Ce coup d'oeil sommaire a pour but le diveloppernment du territoira sur le-!sentent asujourd'ui pour quoi ne les
existous li'6tat do nation libre et in- unique d'e'ab'ir que, dans l'dtat chro- qual elle pose. sentient aujourd'hui,
46pendante, nous avons, A toutes les nique de ftiblesse qui caractdrise notre (Q an,l je lis dans I1 Bulletin mensuel accueilerions-nous pas .
:poques de cette existence, r6clamO, socidt4, nols avons coastamment, pour tles Rt4publiques am ricaines que, au fur L% territoire n'a que deas protts A t-
t a grands cris, Ie concours extdrieur [e dAveloppe-nent des forces nationals, et A m sura de l'immigration anglo-sa- rer de I'exploitation qui announce cola
comma l'e16ment le plus actif et le tourn4 les regards vers I'6tranger. xonne, les contrdes p6ruvienne, boli. estcertain et no peut fair Ie doute
plus indispensable de notre advancement (Certainement, it n'y a pas lieu T'en vienne, cubaine, portoricaine, domini- pour perfonne.
mat6riel et noral. aigirer favorabiement pour nous, car caine, deviennent plsi productives, im- Qua AI au profit so,.'i&,',ela d6pendI d
Ai plus fort des massacres de 1801, 'de tells tendances prouvent surabon- portent plu4 et exportent davantage,- nous souls. En tout ca-, it no peut Atre
I. tondatear do I'ind6pendanc oueat une damieant une chose: c'est que nous je m'intai6te de savoir si cet acecrois- que favoris6 par le' nonvellOe condi-
'peDe,6 d'attention et de protection n'avJ)n4 pas en nous mrmens, autrement segment la Ii proiuctivit6 et du com- tionr quo I'entre;rite mtinricaine intro-
poor ceux des individus qui, quoiqu, iu'en b-traction, ce qa'il fAut pour merce est corrdtatif a un d6voloppement duira chAz nous. O tr, le. ell 6 T bien-
condamn6e en raisoa de leur race a lelevar le piys et que, le sachant au plas grand de l'act:vit6 sociale des P6- faiqants ,dI la rper-ui,.on 'onoMni4j'ae
*sbir lei eflats de la fureur nationals', moits en principi et en th6orie, nous rvienus, dei Boliviens. des C(ubains, des que pro luira dan1 la vie hb utienue I'en-
pouvaient,pir 1'exercice ptisible de leur avon';, en notra maninre de vivra et P'rto-icains et des DI)minicains. treprie industrielle -t atric- e enques-
art professional, travailler a notra on note rnentalit6, des obstacles qui Si oai, il y a progr,, rIal de la con- tion, it est certain qu.I les mieux doU6s
progr6s social. noui empl6hent de passer supporta- tree et de la soci6t qui l'habite; si non, i'entre nous s-ront d'aut.ant plus eo-
Sout Pdtion, los strangers recom- beament du principle a 'action e: da la la ya i.rltIaimen:t run prog~t' territo- courag6s dans la voi, *- i 1'etlort et ln
moncerent A nous fr6quenter et A se th6orie a la pratique. riAl ea tA-.d ,'i e,'iiz '-ment danigreux : Itravail. que lexintbAr- du labour ttran-
m6ler A no a, et on salt avec qiel e'i Mais d'ou vient donc que, nonobs- c'est la soci6t6 unt.o ,ale 4.1 est eviu- ger deviendront plus grdans plans le
pressement, on l'absence d'an clergy tant ces appeals frequents A l'6'ranger, cee sur ,sou propre sol par un concur- pavs.
v4galier, le gouvernement d'alors ac- le pays n, soit gare plans prosp-e que rent p.us puisant. t ls moins douAs d'aujouid'hui s'-,
eeoillit les Qaskers qui, pir leur ,da- durant les premiers temps de notre (Jael est le moyen d'emptllher cet mrlioreront pour s'le-r A leur tour,
blissement dans le pays, etaient deve- existence : tant s'en faut, et mrme an 6 vincamern'.? Est-ce en n'accueillant pas laissant A laur sort nilturl ceax ilu les
nos des ouvriers pr6cieux do notre. contraire Serait-ce que l'elment I'616ment plus puissant et quai, au sur- vices et i'oisiveth continueront de char-
siorallation. 6trangar a lui-mima faith aussi failite plans, est l repr6sentant incontestable er
Plus tard, sous Boyer, des plans for- Ce pen de r6sultats tient, s'!o nu,I de I'eprit de progr's ?
moel immigration parent form 4si t A deix causes : lo A notre pau tassi- Null meant, mais en fortifiaat notre II so trouvera toujor die .Prens quA
do v6ritables populations d'homines d( milabilit', ou si l'on aim3 miejx, d'a- .Lvn, e i61vanrt nos ce'ari, en secouant laur prornettrnnt rituitenmnt t loin-
ouleur ambricains parent encourages daptabilite aux conditions don't depend toute iactivite don't notre orgAnisme heur. oubhant c * venir s'implanter dans Ie pays. L9 le dtve!oppement matdriei deo terri- est capable pour proliter des motifs de o't on rend moinm d ~ ervi., imnx sg-
onvernement haition essaya de les toires; -23 la quality do secour ltran- cioncur-ence qui nous sont otlertset ap- in lear rAniant l pli fa&il-s con-I
pourvoir de tout ce qui lear 6tait ger que nous avons jusqu'ici rcqlis. portes chiez no s, at relaire,chacun sur tons de l'exitence, u'en los rAidant
n6cessaire pour s'installer sur les par- 30i, la mentality e: I'dducAtion qae no s au-mames. plus aptes : surmoonter les
ties vacantes du territoire national et Le premier de cas points est, depais p.res et nos mattre. ont n ,g ig6 de nous difficult6s de l'existeince.
btre encourage surtout aux travaux la crd6aion de c9 journal, d6ve'opp6 dotnner et quo les liscours du publi- 11 y aorait auusi lieu que nms disions
agricoles. cous toutes les formes par la plime cimad soot insufltialnts a career dans no- deux mots de l'inti -,n>p politique des
La prdsidence de oGuerrier fat mar- habile et consciencieuse des meiubres tre esprit at ians noutre :tale. nouvellesentrepriaeg; mnais e sera p1our
qa6e d'un mouvemeat analogue, mais de notre reaction. Li dernier da uos VoilA, selon nous, ce qu'itt faut pour une autre fois.
dont leo circonstances politiques du lecteurs habituels connait sur ca point que tes entrerises americaines qui
momirnt forc6rent A ajourner I'exdcu- nos id6es et les principaux desi larata s annoucent nous soieut ou nous de Lo-
lion. Ua anglai?, M. Doran, avait soz- exports dejA taut de fois ici et 1qui coo- viennent socia;emeat prutitables. VoilA
Uis au gouvernement un project d'ex- ditionnent sflon nous l'ceivre dd itns- ca qui n3us a manqa6, dans le passe,
ploitation ea grani de plusiours pro- foinmatioan ociale don't depend u.iique- pour fAire notre evolution etce qui nous LAdministration du MATIN in-
pn6t rurales de i'arrondissement de m'-nt le salut de notre soci6t6. a valu leg tootatives immigration fai- forme ses abonn6s qui'ls no doivent
Jcmel : il proposait, pour la formation Sans qs'il y ait utility A nous pd- ouBoyr et sous Gelard. Occu- rien payer, abonnement ou autres,
do capital de I'entreprise, la creation .S.. ... ... r..... p6e a meubler de science 1'esprit de que oontre regus irprimns et por-
d'une compare par actions, et pour ter pour moment, nous no co- ses enfants, la society lioatienne avait tant le timbre du journal.
la main d oevre, de reprendre lepro- oteros d ouatrer Iattentiondre sr le fait appal aux eld6mats les plus incapa- L'Administratear,- Arthur ISIDORE
*t doe Boyer consistent A favoriser de ds., de ,t"" b bles de la grande sooi6t6 voisine pour
oedvea o immigration ea Haiti des -alut de n..re socet. et ltre les ouvriers de son i6valoppemeut --
hoimmigration Haiti des Autre chase, en effat, est le t salut"-
dA o co ur des E s-Us doe a socitd haitienne, autre chose le M
go et d qui sou.ntd esclava- ddveloppement mat6riol du pays hai- Il iIl1 Il
S a a projug6 do couleur. tien. Et c'est IA la second cause do nos UAli ju ii
Lo gouvernement de Geffrard reprit Gr..Ace force d'xpansion xtraor-premiers d6cl-cs : la quality des immi-
ctivO ment I. project do Boyer, devenu dinaire do 1a race anglo-saxonne, un grants.
ciAmentcher aox Haitiens, et corn- vent do progrbs matdrie souffle sur tout a Si le president Boyer, dcrivait en
O le 1824, des immigrants vinrent ie continent du Nouveoa-Monde. Alors 1824 la National Gazette de New-York, RENSEIGNEMENTS
p to0 dans notre pays s'installer sur qu'il est bien avdr6, on a fait grand voulait bien se contender de prendre nos R TO_
*" terres, tandis que miroitait aux br-it derni;rement autour de cette fa- volours et nos ivrognes et nous laisser MEIrOROLOGIQUES
you des gouvornants I'espoir d'uoe cult d',pargne et de capitalisation, nos noirs sobres et industrieux, nous i b t..
pcttre u bref deai lorissante. que les pays don't l'6pargae subven- lui en serious bien obliges., uJsservatoire
A COti de cc recratement ext6rieur tionne le plus les entreprises du monde Co language prove que si, par phi- DU
Miant sax eafets directement mate- enter, soot certain pay d'Europe et, lanthbropie autant que par n6cessit6, S6MINAIRE COLLIGE St-MARTIAL
el, nouas n'avon rieo n6glig6 pour notamment la France, ii est non moins nous nous sommes pr6occupes, dans le
wutMir da m6me 416ment stranger tout tangible et incontestable qu ce sotTle passe, a demander au dehors des 616- LUNDI 25 AvaIL rTro
Ispatronage moral et intellectual capa- de d~veloppement vient des Etats-Unis ments susceptible de nous fair pro- Baromhtre & midi 762 i6
d aider a notre evolation. L'oeavre d'Amdrique. gresser, le dehors, lie, so proccupait,
Stoisation eat presque exclusive- Aujourd'hui, la moindre des contres surtout de soe d6barrasser, A notre ddti- Te naturee mniu.m 13.2
Stt ang6,e chez noes' la religion am6ricaine., ai semblalt,sous 'influnen- ment, de sea plus mauvais 614ments. Pommo
4O.. 4iorajde majority is Haitiens ce des trois plus grand pays colonisa- Sous Boyer come sons Geffard,nonus maximum
-- *r par de minttres du culte turs de l'Acien-Monde, I'Espagne avoas fait appel A I'616ment panvre et Moyenne diurne de la temperature 26,4
A- o-"i'nt7 nla France et le Portugal, frapp6e de igaoraot, qui ne pouvait qu'aagmenter Ciel trs nuageux pendant la journde
a point de ve intellectnel, il n'y a caducit6 prD6coce, se rel6veo, et la statis- uotre minere et la siOnne. Or, toute co- convert i nu.ii. Pliate de 6,7 millimetres
Sen oror longtemps, does mattres tique nous apprend chaque jour qun ses lonisation, touted immigration,pour 6tre vers 1o h. Bonne bnase de mer. Halo so-
--, w taientimport4e dans le pays revenues augmenteat et quo le chiffres fructneuouse, doit etre richer et capable. laire. Eclairs.
-J~m ,Crtation et I'organisation de de son commerce ot de sa production Si 1'Anglo Saxon a pu ddfrichnr et da-. .
aSpMUx 6tablisementa d'ensei- doablent et triplet lear amontant. veloppoer tant de territoires das le mos- Baromtre en hausse rapid.
M-o C'est bien, mais qoel eet l'artiaan de de, ceet pare qae sos immigrations oat J. SCHERER.







1Mise on libort6
M. Camille Nre4 Nem., direoour de
BDA 86en adO mis on liberty hiter prae-
mdj.

Les faeurailloe do Jacques Philippe
Thal1s Laly, avocat, asciea magistrat
communal, ancloe commissaire de gon-
vWremeot, aauront lieu aojourd'haut 3
hbares prdeises do I'apr&u-midi. Ma -
sem mortualre : 14. Place du Champ d.
Mare. Le convoi as rendra & la CathO-
draleoa6 sera c6!6brdle service fun6bre
.*
C4at apr6*-midi nuront lioe les found
railles d Maximil.en Lafore-t, rot ir,
do gooveroemnnt,d6c'd4 hib r A la x.nle.
Wd'ure courts maladi,. Le convni nart ira
de la maipon mortuaire, sise It to do
Cenotre pour so rendre a la Cathedrale.
Maria ge
En I'Felise Catlih6rale sra cAlbr6 le
ramedi 7 mai prochaio, & 7 h*ures pv6
cies du martin. Ie m'r,"ge de M. B CO-
ear avec Mile Sylvia Emm. Chain y.
Erratum
Dins la podsie de Monsitur A'exis pt-
blide hier il y a A telever tes errears su;-
vanes : fi/t/au litu de pitio ; croy'ons
su lieu de croyons.
Corresp dance
Mon clier Direteur,
En riponse A la publication d'an fx-
trait d'inventaire fait au Bureau de la Re-
cette et insir6 dans le Matin de samedi
dernier, je vous prc de publier la letare
ci-jointe que j'ai adiessde au ministry de-
finances.
Recevez, mon cher Directeur, mes salu
stations empressdes.
T. MATH )N

Port-au-Prince le 25 Avril 1910o.
Au Secrttaire d'Etat des Finances,
En son hotel,
Monsieur le Secr6taire d'E'at,
Le journal "le Matin de S-medi der-
nier a public un extrait d'inventaire qu
auraist etd .it au Bu-eau de la rcce te e'
de la DWpense.
De cet inventaite, acqiel je n'sai
point, pris pnrt pour n y avoir pas ed6 ap-
pel6, it rulterait que certaints valeurs
pour lesquelles des bo is de lEmpnpunt de
2. oo ooo 00 ourde ot etii de ivrhs A Mrs
Richardson, Bieber & Co, Muttcis, etc, ne
sont point passes A mon livre de caisse
Si mon livre de caisse ne les compread
pas, c'est assurdment q.e ces vetsements
ne mi'nt pas etc faits directement.
On peut m objecter que les re us pro-
visoires por:ent ma sigia'ure. C'est pos-
sible.
Mais it f.ut savoir aussi comment ont
6:t condui es les opdra'ions de I Em'npu it.
Avant artme la d .te fixe pour le ver-
sement de chaque ,ermeon dressait des
r-qus provisoires auzquels je donnais ma
signature et que je remettais ensuite a la
direction pour c re igularises. La Direc-
tion les signait A son tour. Certains de c.s
recus m'6taient retournos pour en perce-
voir le montant D autres etaient remis A
certain employs char es de les encais-
ser. Les valeurs que reprfsentaient ces
derniers recus servaient A des paiemeuts
dont lea pieces ne m etaient remises qua-

Uo employed du bureau etait m6nme char-
(f de faire des eacaissementa s'dlevant A
oe orts chiffres e d'effectuer des paie-
meais d'crdre do Direc ear, an moyem des
valeurs touchdes.
C etau namoment senlement o6 m'6taient
iemies les notes des encaissements et ds
pa'tel tea faits que je pouvais passer maes
'ecartures, et je ae pouvais porter commae
valears xecues de ce chef. que cells doen
Iemploi dial aontad par res effats payds
Ces irrrdgelarisb out sovent attire maon
avenue et is a'al point muaquE d'ea fi
Spun A la Coaision charge d'enqe-
w sr r Iempranet de a soo.ooo goudes.
Teeis eat lea sIea ems oxpladns quo
je cras aucemairso, qoart A perdem. de
Veales ge#r, Mr le S md'Beat,
T. Matur.


Ordre des Avocats
Mstsiocm lea Avocuss du Barrea do
Porn-au-Prince soat prids d'assister as
fuamrailles do Me Thalks Loly q&i auroas
lien cea apres midi A l'Eglias Mtropol-
taine.
Le secetaire de rOrdre,
L DrJaN
Naissanle
Madame Emmanuel Charles, de Laran-
que a accouche bier d'un garcon.
La mere et l'enfint se portent bien.
Soci6t6 Frangaise do Secoars
Mutueis et do Bienfaisance
M. M. les Memb es actifs de la Socia&6
qui, par oubli, ou peat-i re an pea par
indifference, out laiss6 en souffrance de-
pois plusicurs mols, le paiement de learns
cotisations, soot prids de vooloir bien rd-
parer cette petite negligence, en versana
leurs redevances A notre Trdso-ier, Mr Al-
bert Horelle.
Le Constil d'Administration le; sopp'ie
de vou'otr bien coasidjrer que sans Far
gent qu ils oat Ia b enveillance de verser
chique mois pour la sub i.tance de nos
malades. et pour rto:re service de Bienfai-
sance, l'Asilk ne peuta airver a satishtire
ses besoins de chaque mois, et c'est au
norn des malades qui b6ndficient des soins
,ue Icur prodig.e I'E ab'iscament, au nom des mis&ees qu'il soulage, que le Con-
seil flit appel aux sentiments de Mutua-
,i e de nos soc6:ai es ea retard de leurs
co' isations.
Le Prds'dert de la Siciietd
F. CHtRIEz.


TRIBUNAUX
Tr.bunal de Cassation
Audience civil du lundi 2; avril gro1910
Pi6sidence : E.Bonhomme.-
Le Tribunal prend siege A dix houres et
dernie du martin et prononce les arrets sui-
vants :
Ce!ui qui dessai-it et rrnvoie les par-
tiei au tibanal civil de Pont-au-Prince,
sur la demand en suspicion Idgitime for-
mie centre le Tribun I civil des Gonaives
en ses attributions commercials par Mr
Ibrahim Hasbou ie A I'occasionn ds process
qui ai soont intentss par Me Antoine Jo-
srph Horo et consorts.
Ce'ui qui declare surseoir A statuer
sinr le pourvoi fome par le sieur Olysse
Guillaume jusqua a presenation de la
qui stance du Receveur dc l'enregis*rement
toastatant le pavement d: I'amende la-
quelle il eit condimne, poor ii-uffieance
de timbre.
Celui qui case et annule le juge-
ment du triLuoal civil de. Petit GoAve en
da e du 15 }uillet o908. rendu entire Mr
Edras Callange, la dame Dlsina Marcelhn
-v i'Erat ; d6sig e le Tribunal civil de
1Po:- au-Prince pour en connathre.
Cclui qut casse 'et annule le juge-
ment du Tribunal civil des Cayes en date
d 30 mai 190o6, 'rendu entire les citoyens
N yddui Sorcy et Jiulien Gabriel ; dds'gne
c.- ni d'Aquin pour en connalrre.
Le Tiibunal emend les conclusions de
monsit'-r Elie Coriel, substihut do Corn-
missaire du Gouvernement, dans l'afitire
Lyon Hall et Co centre Benoi Arouand.-
It conclut an rejet du pourvoi.
Le Tribunal en:end I'affaire de Joseph
Castera demandear non prodainat centre
Olofisoa Lucas,ddfendeuas Le jage Hiraus
a eso rapport* Le ministre public cor-
clat verbalement A la d6chanoce do poer-
Vol.
Tribunal Civil
Auaience de Zund4 95 avril 1910.
Pr4aidence A. Champma, asyatcom-
me a sbrsn lo jauge Ziphyr ot lo
aupo'dint de juge A. G. Vatoli, ustsh
du Sebotitat Jles Rosomood.
Faste d'afiaire 1. .Mg. a t levI6.
Auvi eovrrecimU d( lunsd
25 Avril 1910.
Sages. Pme6aa, preveoa d'aseo
arbletrairm alestatetors A 1 liboeM .a-
dividaoM. dara resTlei de oas fease-
son- asmi e eh- d4 Metion ser Vicam-
i m PlaeGt. G_.
IL g a Sageese Pae0ae iat o.


prdsontd par Me L. Viard et Is plaignant
par Me Auguste Monta.
L'appel des t6moins alt fait, trois
out r6pondu. Apr6s leurs ddpositione,
Is tribunal a d6cid6 d'entendre lea td-
moins d6faillants A l'audience do hal-
taine.



Journal d'u Ciomedien
PAR
M Frcd6ric Febvre
Du Gaulo's
C est au moment ou j'allais quitter le
theatre du Vaudevi'le de la place de la
Bourse que pour la premiere fois i'eus
I'hoanear d'entrer en relations avec Dumas
tils.
Je n'ai garden d'oublier que ce fut son
filleul, M. de 1h Charlomttie. qui vnulut
bien me nr6sen:er 1 I'auteur de La 'Dime
aux Camin'lias
J 'piouvais. je I'avoue. une tres vive
&motion a la p-nsde de me trouver en face
d'nn hormme don't I'aspec,, plus que riser-
v t, n'tair pas t it pour me me'tre a I'ai-
se. bican u'ayant toujours profess plus
,quc de .',dmiration, a -e sorte de culte,
pour celui que b en pen de gens ont con-
nu sou son v\ritab e aspect, don't le re-
gard scrutateur semblait plus prhoccupd de
lire au fond de votre ame que pre er une
attend ion soutenue aux paroles qui sor-
tai-nt de votre bon:lhe.
Quint A l'indifference qu'il aflectait, elle
n'6tai: que le masque derriere lequel se
cichait une grande timidity.
Jamiis satisfait de son travail, ii recon-
menxit sins casse, biffint, raturant sans
piti Ie martin ce qu'il avait &crit la veille.
Lorsqae je lui fus pr6sen6' par M de La
Charlottrc, je me souviens d'avoir eti
frappd de la ressemblance qui existait ente
lui et son parrain, meme son de voix, si-
militude de gestes, d'attitudes, meme for-
me de chevelure, en un mot, one rbdac-
tion, un abrig6 de Dumas, un tableaa'in
lessin6 par Meissonier. Er come je f i-
saii part A mon aimable introducteur de
la crainte de ne pas plaire A celui que j'ai-
nmis pour toutes les jouissances littraires
don't je lui tais redevable :
Vous avez bien tort de craindre, me
rbpondi! M de Li Chlrlottrie. mais vous
avc / raison de I'aimer Vous allez voir le
moins compliqu6 des hommes. un etre
trr; doux, tres ban, double d'un philan-
thrope m6connu, ou, pour mieux parler,
i'connn. N'ayant pas l'hibitude I chique
tin d annae de coafi!r a la press la liste
de seS acres de charity, on ne le connait
pas. C'est un tendre, un impulsif, plus
sensible A une banne parole qu'l un mau-
vais proc6ed, cultivant I'amer plaisir de
fire des ingrats ; ce que l'on peut dire ou
6crire A son sujet le 1 i s. de la plus pir-
faite inditf6ience; ne se prioccupint que
de son travail, d- c-ux qu'il aimed et don't
il est aims. I1 a semi an our de lui I'envie,
la haine. C'dtait facile A privoir.Comment
les m6diocres, lei rats, ceux qui font des
mors sor ceux qui font des pieces, A qui
le souvenir d'un bienfait semble trop pe-
sant ? .... Comment ces litterateurs nes et
morts d'un b-illement, eussent-ils pu lai
,"rdonner ses succes et suroout sa fortune?
MNis, poursuivit M. de La Charlottrie,
M. Damas a encore cette supiriorit6....
que l'ingratitude ne I'a pas plus corrig6 de
la charity, que l'injustice ne saurait le
fire se dipartir de cente douce philosophic
dona il s'est arm6 poor Ia lutte de chaque
jour, de chaque instant.
Je me soaviens que, plus tard, an course
de nos relations, alors que je le priai de
nous liver soau plus vit la pice que la
Com6die-Franoaise attendait avec tant d im-
patience. Si je n'&cris pas, me rdpondait-
al, c'est que je n'ai rien d'iateressant A di-
re, et, dans ce cas, ne vaut-il pas a eax
garder le silence ? '*
Et je compris bien vite que, s'il montrait
ane si prodente reserve, c'est qu'il sentait
bien qu'il portair le double fardeam d'an
no03 glorieux.
I est enchantaE, nous dis M. Emile
Perrin, apres la premiere repetition du De-
mi Monde, et j'ai toot lieu de croire qu'il
pease k use piece nouvelle, qu'il noes dels-
Ctin.
1 Ce fat M. Regair qeai surveills I- t*f-


des du Demi-MMd&, don't la dianq,-
choisie par Dumas rdunissait lea g o
Mmes Croizette, Nathalie, Tholer et 11
Mat; de MM. Got, Delaunay, Thin ,p
dnric Febvre. La premiere se donna lje
octobre x874.
Jamais rEptitions ne farent Fluags
plus intcressantes ; on travaillat de
ceur.
En nous quittant le premier jour, Do-
mas nous dit :
Vous ctes tous tris aimabes, et
voas avoue que j'ai etc agrdableamfn4.
pris ; on m avait tan: dit de mal deo Ct
maison, que je n'y entrais pas sunaa c us .
taine appehension. J'y troupe dna int.
prates parfits, des coaediens avens v *
vants, courtois... Je suis encore sam I
charge, et n'oub ierai pas votre aisa
accueil.
R(4p6ter avec Daumas, etait pour moi,aot
seulement one joie protonde, maism ecor
an precieux enseignement.
Cette reprise da Demi-aCend#, dotor,
cette Epoque. on respecatit le texte, eut an
grand succcs ; dans ce vaste cadre, toutes
les situations en s'elargissant gaguaient e
autoritd.
Le 14 fevrier 1876,premiere de L'Etraa.
gdre, avec ceste distribution : Moms Sarah
Bernhardt Croizette, Madeleine Brohan..
Quel trio I
MM. Got, Coquelin aind, Thiron, Mou.
net-Sully. FrEdEric Febvcc.
Cete meme annde, ou nous reprdsenti.
mes L'ami Frit, le partage s'eleva A quoa
rante-deux mille francs.
On en cause encore i la veillie.
Le 2 dicembre 1878, premie:e di Fik
natural, don't voici l'in! ressante distribu.o*
tion :
M-nes Favart, Baretta, Jouassain.
MM. Coquelin aini, Worms, Thiron,
Boucher, Frederic Febvre.
Biten que Dumis, dans une de ses prif.
ces, je crois, ait Ecait que tons les eafanu
etaient naturels, ce litre,a touiours 4a us
obs-acle. non au succes, mais A la formtt
de la piece.

Le 3r janvier 188r, premiere de L
Princesse de Bagdad, jou6e par Mlle Cai.
ze-te, MM. Worms, Thiron, Garraad, Si
vain, Fediric Febvre.
La repetition gdndrale avait td hta un io
phe ; le soir de la p-emiere, il y astda
tousseurs,attendant habilement la fild'am
p6riode pour couvrir le mot de valeur d'one
formidable quintet.
C'est curieux, nous disait Domas, c
qu'il y a de gens qua s'enrhuamet i N
pieces. "
Puis vint Francillon, A la suite de La
'Prineesse Georges,de La Visite de xces et de
'Denise.
Francillon se joua le 17 janvier 1887,1ve
un succ6s centre lequel aucunu hume n'su-
rait pa privaloir.
La distribution etait digne de l'aatear a
de la maison .
Mmes Bartet.Reichemberg.Piersonm MM.
Worms, Thiron, Truffier, Laroche Fredd-
ric Febvre.
A Emile Augler. qui le complimntsir,
en voulant bien m'associer a la rdessis
de I'ouvrage : Oh I le premier acts f't
rien poor Febvre, rdpondait Dumas ; coe
an second acte qu'il fact le voir, qIad Ii
traverse les cerceaux de paper. "
De tons les r6les qui m'ont etw coNfi
le plus difficile, le plus pdrilleux est, Cs
contredit.ce Lucien de Riverolles, ce adbo
man en son, come l'a appeal Dumas. M
je fus largement pai de ma pine per e0
quelques ligues qu'i voulut bien Mae ca
sac'er ;
a Par sa composition de Lacie dRe Riw
roles, le comnEdien ajoaite A l'mB ,0
faisant entendre toot ce quo l'aat *e
pu dire. a
Pour nous urs at one apprciio 50
si flatteuse, dansa une prefc a l ,
mas,oatre qu'elle ire otre nod lW,
bli pour l'avenir, onus constitae te 01
de parchemin.
Un jour que j'assarais Dumas de 5ju
fonde gratitude a M. de La ChIOm
pour -a courtoise entremise ; C S, s
effer, me rdpondit I'ateur de La VIW
Noces, un gentil garcon, inte.liUPS'
vailleer, d'une grande digit. do .
qui ne peat doater de man sffscI '
plus que je ne peoux doater de la
car, depuis ua h ns, ii 55
, quittid. J'al tWojosrst m 1 M a


I -L;






do a "ne" m'afait re- Monsieur App (ipolin
i' corne uan i Is... D Porte A la connaissance de ses nom-
Dos t che m.itrc, don't la mnmoire breux clients quo sa mason sis< rue
roesu l et an plus profound de mon r6publicaine No 155 sera transf6i ,e A
'ai pas oobli6 qu'aux hcures partir .du ler Avril au NO 82 de la
0 l9'ii on dooloareases, don't nul de mame rue, en ftee de la boulange-
I on'at exempt, alors que vous m'eo rie du progrvs, A c6tk de la maison
es perfois la coofidence.vons me disiez Webly Pressoi,.
t : je vous en prie. mon cher Is trouveront come par le pass
SD earlez I personnel de mes souf- les excellent vins rouge et blanc de
I'w tr'les ou ph*siques.... Rien ne la mason Boubee tI' res de Bordeaux.
amg'j- plus p6nible qa-i la pitit des Oporto, Malaga, Muscat, Vermouth,
asit I.. "Cognac et Champagne de la mtnme
WrfAF I..* FiaDtRIC FEBVRE. maason.-Liqueurs assorties et Sirops,
Conserves, Beurre de table d'Italie
quality extra par bolte d'une live et
V|NTE demie livre.- Provisions amtricainus.
T _H- Huile d'Olive et Vinaigie.
D'Un bien de mineurs --___
Es vertu d'uo jugement du Tribunal F. LONIE W SK I
yide Pori-t-Prince en da'e du di 110 Itue diu I -'& 1
.f avuil .courant, homologuant : 11) une
sodounpasc au rapport de Me Ed- Grand Choix d'Aiticles
od Oriol, notaire A Port-au-Prince. de Premiere Communion.
an ltO hiritiers de Mademoiselle Wil- -,-- .....-.--
hmina Divai, le quatre avril courant, et MAISON DE CONFIANCE
S'ue ddliberation du conseil Ide famille
smineurs Louis et Frederic Ducasse en 148 GRAND'RUE
de du vingt aeuf mars dctnier,
11 &era procidd le vendredi .ix mai 1910o, hr I Josep)l St.-C10oU(,
Idix heures du martin, en I'6tude et par le
inistere de Me Charles Millery, notaire LE TAILLEUR si bien connu de la
h.tau-Prince, rue Firou,ci-devano rue des Republique, avise ses nombreux CLI-
Mifacles, No 32, a la vente au plus ot- ENTS qu'il vient de recevoir par les
hat et dernier enchirisseur d'une propri- 'derniers Steamers uno VariWt6 d'6tof-
6-foods:et bitisses-sise A Port-au-Prince, fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Sl'ag e sod'ouest des rues des Fronts.Cheviote, Drap vert et blou d'une
Fors et do Centre,de la contenance de dix rdelle sup6rioritd.
Mufpieds environ de facade sur la rue des COUPE MODERNE !
Froots-Forts sur cioquante quatre pieds PROMIPTITUI)E SOLIDITE !
aviron de profondeur sur la rue du Cen-
we, borneau nord par la dite rue des L'6tablissement se recommande aux
Froots-Forts, au sud par Lorina Pinchino, clients les pius d6licats qui appri-
I r'est par la 'ie rue du Centre et A l'oViest cient chaque jour davantage le PINI
pr E mane Mithon. de son travail.
Sur la mise A prix fixie par 1'expert Demandez chez Joseph Sain:-ClouJ 'e
commis, a la some de sept cents dollars Restaurateur de la Sa-%i' et des Cartes p...-
(or am6ricain ) ci . ... or P. 700o Itaes Illustries.
outre les frais et autres charges de 1 en- -. -- = _D.
cAte. Avis tres Important
A Ia requete de Monsieur LUonce Du- L'Anerican Bar
Cme, propridtaire, demeurant et domici:iAmerican Bar
i Pbrt- -Prince, agissant en sa quality de PLACE GEFFRARD,
wltur des dits mineurs Louis et Fr;ddric A c6 6 de la Phirmacie W. Buch.
Dcas et ayant pour avocat Me Solon Se charge i liver aux C-rcles, Clubs,
*lM s l'occasion des marriages, bapctmes ou
It en presence de Monsieur Eugene d'autres fetes :
Vicux, proprikiire, demeurant et domici-
U I Port-au-Prince, subrogi-tuteur des "Bidre a,'eman c .' prssi,,n
os miners. eIpar fits de 5o litres avec tou: I'appareil
olIurplus samples Tenseignements s'adres- oncessaire, ut gargon pour servir et les
m i Me Charles Millery, d6positaire do verres.
cdier des charges. Prix en or am6ric.un ou en Gourde,, tDs
Port au-Prince,le 23 avril 1910. moddr6.
FRLD \V KATLlI, p, e;r.,-,(re.


SOLON MENOS.


GC ale Transatllallioe
u~ ~~ia ,iid dldll


LA
Cordonnerie

C BR. P


Nouvelle

TOIA


La Compagnie G4ndrale Trans- GRAND-RUE 143.
iatique a l'honneur d'informer MM. GRAND'RUE 143. ,
0 pausagers que le paquebot Mar- Avise sa nombreuse clientele qu'el-
mio eat attend le7 juin et par- le vient de recevoir. par dernier ba-
ti'31 m. i j u teau, une forte quantity de marchan-
miagtlque paquebot a un d6pla- dishes et de fournitures de toute fral
msit t 7500 tonnes ; ses machi- cheur et de toute beauty, importAes
I out une force de 5000 chevaux et de France, d'Allemagne et des Etats-
Svitase oeat de 16 miles A I'heure. Unis.
ilit prec6demment affect A la li-
Sde Colon et fera desormais les Le public l46gant, curieux de se
Ssupplmentaires en rempla- bien chausser, y trouvera leas peaux
mt du Ferdinand de Loesseps. le plus slides et aux nuances lea
du Fi-Prdinan) de.i L s.n plus varies les formes les plus belles
w0r.4U-Prince le 25 avril 1910. te lea plus bellespproprie.
L'Agent. On n'a au'i venir chez G.B. PITOIA


E. ROBELIN.

Pmaelsco DESUSE
ftbrantdo ctiausstires
'a XMO~ftebitur., a toujoursi en d6-
10 PSOG stock, -ponrla vente en
~ Ita "Ii, de chaussures en
liOiMMFmecmt Epw"Ts.
'"fM31~ades des commereants
~W PbiQuz-ut etrs ez6cut6es
-Saime peg p
RIN. 448 Fronfts-orts, 23
pin~espdzm .(Haiti).


pour 6tre assure d'6tre chaussh sui-
vant les meilleures lois du confort et
de la mode. Sp4cialites pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fournitures
et mat6riaux divers pour cordonne-
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, aux
prix lea plus modd6rs, A
LA CORDONNKRIx NouvmsLL
143,GRAND'RUE 143,
I l i
H6tel Bellevue-
LA msioux mitud, le plus cos-
fortable.- Champ-de-Mar.--
Cusaine renommie.- Vm m Is mar.


A la Metropole


MAISON JULES LAVILLE
93 RUE DU MAGASIN i)1: L'ETAT.
Les Fgmille; ct l s Gourmets sont avi 61 quo les d'licatesses suivantem
vienonut darviver cette s mnine.-- 1Par s :ite d'arrangements p6ciaun avz o
lea fabricants, elles seront venolues A d's prix except onnelli-ment avanta-
geux.


Aechois An b iliets
PAtWs de foie gras trutlds
Saucisses de Cambridge
MORTADELLA DE BOLOGNTB
Saucisson de Lyon
Boudins noirs
JAMxBNS D'YORK
SARDINES FUMEI:KS Il; NORVI('.s
Gros Bloaters do Yarmoutli Itflms
Fromag-. PAte grasse de llollaude


(Caviar
AspeAges Fnmei
Cliampignons de Paris
Trulles, Petits pois
H ARENGs MARtNilS AU VIN BLANC
Filets de Hlarengs fum6s & I'hulle
M tqupreaux t huilo et au natur*ol
Sardines sans aretes sLes d6licateis
A 1'. 0 1, et 0.20 chacun
doub'.e crme.


Fromage de Munster
Lait condense Nestl6 --- Beurre de Normandie


Confitures de Fraises, da Framlioises, TI'abricots et de Prunes
Claude.
PORTER --- Teinets
Biscuits fins Sauce Tomato Sauce d'Anchois.
Moutarde en poud-e Io Colinani'r l'ck.' :-s a Vinlaigre et A la
Pois verts cass.i L'ntillfs F',uit ,'risftallises.
Bonbons, Raisins de Corinthe CURRANTS, ItiAisins sees
Prune d'Ente, Figues seches, etc, etc.
CORN STARCH petites et (RO-;ES BOITHS.


de Reins


moutard*.


Arrivage r6gulier de provisions fracl s. Venez vous convaincre des avan-
ages qui vous sont otlerts.


Hotel ie Fran ce


M"' A. Maitre,
Bibre allemande la 112 bouteiile 0).00
a hollandaise 0 OSOj
Champagne Cocktail 0.751


propridtatre

Mlariliattami cocktail


VINS MOUSSEUX, LA IMUL'TEILLE: I, 5.(00
Biere d'Amstel
Par caisse et par douzaine


Dtj(miner et diner au Champagne P. .5.
Table d'hote : P. 3.


Albert Desmiarquets


21 RUE ROUX


Port-au-Prince


Avisa sa nombreuse clientele que pendant son absence, son magasin sara
g6r6 par Mr F. LAVAULT.
II I informed dgalement qu'il vient de re'evoir uon lot iniportantde liquors
de tontes sorts de la Maison NICOLLCAU, de Bordeaux don't il est Is sel
agent en Haiti
Anisette en craclion et en boulbille
Cr6me de Cacao
Curacao rouge
CrAme d'abricots
Royal Liqueur digestive
La G6ndreuse genre Chartreuse.
Messieurs les PnHARMACIRNS tronverornt un grand assortment do produits
nouvellement arrives notamm-nt tie verrerie, Ether sulfurique, cotton hydras*
philo ec. sur lesquels de notables diminutions de prix ont 4td faites.


AI lAnge Gardien

98, RUE DU RESERVOIR, 98


ARTICLES DE
mages; m6dailles,


PREMIERE COMMUNION: Aumonibres;
tulle, couronnes, chaplets.


brassars;


MODES: Chapeaux garnia et non garnish: rubans; dentelles do toots
quality ; tulle pour moustiquaires, Bas et Chaussettes.


SPECIAITE DE DEUIL :
crpe, bou"les d'oreliles, etc.


Couronnes mortuaires, cr6pe, ehapeum do


Grand Assortiment de Parfamerie


URODONAL I


URODONALI


Champagne


Pommery &


G-reno


I







American Bar

Ice-Coeam Parlor
Place GefTrard A c6t6
de la Pharmacie W. BUCH.
Arrive par STS ALTAI
EVANSVILLE STERLING
la b.re favorite de Port-aw-Paince
la douzaine 112 bouteilles G. 7
Ie baril do 10 dz. 112 bout. or P. 12
WATERMAN S Fountain Pens
superbe collection de or P. 2.50
A or P. 5.
Clip-Cap pour les plumes G. 40
FRED. W. 'KATSCU.


NESTOR FELIU
L'excellont tailleur avantageusemean
sonnu do toote la R6publique vient
de rouvcir son atelier Rue Fdrou,
( Rus deg Mirales ) No 61,
SA uombreuse client61e trouvera
somme toujours touted satisfaction
*ear lee travaux qui lui seront *oa-
de.

M C. L. Verret
Tailleur- Marohand
Donne aris A ma bienveillante clie.-
Wt1e qua sa maison No"7, Rue Traver-
*s6re est toujours bien pourvue d'une
variet6 d'6toffes de la haute mom-
veaut6 partsionue.
QUALITY SuPtRINVat. COUPS A*L* rAM
TRAVAIL SOxOWt. e xtCUrION RPOMBnt-.
Prixtre edAftis

Changement d'adresse

D' Edmond H6raux
:3. RIT nDE CASERNES
Consultations: 7 A 9, a. in ;
2 A 4, p. m.

Maison F. Brunes
195, GRAND'RUE.
Dirig6e par
L. Hodelin
Ancien macibre de la soci&t6 philantiopi-
que de% maitres tailleurs de Paris-
Vient de recevoir un grand choix
d'Atotfes diagonale, casimir, alpaca,
rheviote, cheviote pour deuil, etc.
Recommande particulirement & sa
'lieut4t1e tvt bell, collection de coo-
pes do casimir, de gilets de fantaiuie
at de piqu6 de toute beauty.
SPICIAI.ITI DR COSTUMES DR NOCKS.
-Coupes 'ratiaise. Anglaise et Amd-
ricaine de la deruiire perfection. La
maison confectionne aussi des Cos-
TUMKS MILITAIHRS, HABITS BRODKS,
01.OMAN, TUNIQUES,HABITS CARRIa, etc,
etc, do tous grades.
On demand
De bons ouvriers tailleurs pour gran-
dis et petites pieces et un aide cou-
peur.


A L'tLi ACE
oomDOMlrMzx.

42, R des PFgw-o t.
Ihamams as soi w noua o YmUwa-
-e taat el ge'. ptrovinea.
.haaers de Dao me frme ot Its-
1d aiWre toest e qualt ya do plus


Pmer lee eabae It pim-asr
4.. peau preem arlse
assrme a as


AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du


Tabacs Scaferlati


TARIF


G


LEVANT SUPERIIUR (dit tabac d'Egypte) la Botts de
50 grammes
LxVANT ORDINAIRa paper violet lissO, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIKUR paper bleu le paquie de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet do 50 grAm-
meo
f2APORAL ODINAIIR papier pate brIune le paquet
do 40 grammes
TABAC A Prussa, Virginie haut godt, paper j.au-
no, le paquet de 100 grammes
POUDRN SUPlRIEURE, paper bleu Ie paquet de
100 grammes
POUDRl ORDINAIRZ, paper brun, le paquet do 100
grammes
TADAC A MACHzR roles Menus filds le paquet de
100 grammes


G6netral, -


OURD E'


1.25

0.90
0.75

0.70

0.70

0.600

1.50

1.50

1.20

1.50


Avrll


1910.


Cigarettes


NINAS le paquet de 20
do le paquet do 10
CHASSEUR le paquet de 20
HONGROISES Oil Ifv.inlt sup6rieur


GOURDS


Le Boudoa do


'20 cigarettes
do en caporal supdrieur paper rose, le
paquet da 20
do en Maryland to paquet do 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20


EI.EGANTES en Lev:int ordinaire le Bondon de 20
do un capor:l sup6rieur paper rose, le
Boidun de 20
do et M,.r'and paper jaune le Bondon
do en caporal ordinaire paper bleu le
Iondion de 20
FANCAAISES eu ct:aporai supurieur paper rose le
paquet de 20
do en Marvlaad papi:r jau--e le Bondon
do 20
do en caporal ordinaire paper blou le
Bondon do 20
RouLNtS eon Maryl1and et caporal supdriour le
portefeuille de 20
do 'n ,-aporal doux la botte de 10
do en caporal ordinaire leo por!.feuille
de 20
do la botte de 10


XI..'egerit MinpciBal,


COGNAC OTARD-DUPUY


J. LAVILLE.


Maison ttablie depuiq 1795,
dains le ChAteau de Cognac
oii est n6 le Roi Francois t'.
C


Pour tous renseignements et commander

S'ADRESSER A: Andr6 FAUBERT


agent g6n6ral poun la R6publique d'laiti


CHAPELLERIE
PAILLE i)E PORTO-RI;0U
ACCOURKZ CHBZ
Feliberto Gonzales
ET
,JOSE SAN MIS LAN
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
SALON DE CoivFURE D LouvRE
Pour tous les goAts et pour toutes
es bourses


Rhum Barbancourt
7 HUEI DES C(SARS

SEULE DEPOSITAIRE
Si vous voulez boire du
Rhum Barbancourt,
adr ssez-vous au N) 7 de la RUI DES C SARS.
La Maison Barbancourt


NA PAS DE


SUCCURSALE, N[ DE REPRESENTANT EN PROVINCE.


- -a- ~-~i


NOUVEAU TRAITEM ENT


CONSTIPATION
et do soes


Coneaquem


WAR ngorgrements
duuedigestif;
Maladies du Pole
(on qai i.Crhw
bsf cions biltair",
Palwdiaane. Fihvre jawnes);
Cnstipatimi do la Grosmouse;
ie ieur preventirdtl'APPEUOICITE.
Moot DIIMPLOIS I
2 tI n. catidert,.& e.td dan* un pan d'eau.amu
tUDLE3L- Do t s051I. r ii3r. ou *a as oiach~st.
6p~ ?EIMIAL, 30. Soul I 5akessnann. PARTS


NOUVE~.r U TRAITEMENT
AFFECTIONS


:'.; A
S .* .


F
U
-I
4
I.


r~.


A Toni

~ ~r aryngitao~e*glo
~~r In* irp hysedmae 0Altlo
10 iiepli1Ro22ofl'"
r( i. I 'EMI U.C ..2 CE* U lt 8P"


.- ***r*UY4


__~_ _~____ 11


,II --


- -- ---


_now


pp