<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00899
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 15, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00899

Full Text




quatriemn Anno e' Me917


Port-au-Prince, Haiti


Vendredi, 15 Avril 1910


AIONNEMENTS
Poa1~a~P Um l 1101. ..- G. 2.00
portau-rine T oisMois... a 5 00

W~iartemouts U4 o~is., G. 2.20

Etranger ....I itols Mois *8.00

DMXcTUUR


C


1


j2


OUOTIDIEN


LE NUMERO CENTIMES

Lm naanusci it-.; asfrds ou mason eaeroma
ps .rendus
RED ACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 4S.

ADMINISTR&TEUR
Arthur Isidore


NE S7 A Adra pas dans des conditions plus avan-
LES NOUVEAUX UUNT1ATS tageuses et offertes par de plus sincores.v
II n'est pai impossible do trouver
d'olfres aussi sincress que cellos du
concessionnaire do l'entroprise de ti-
EXPLOITATION DE FIGUES-BANANES gues-banans, ais mon ami pourrait
EXPLOITATION DE FIGUES-BANANES avoir raison de penser qu'il est ditffiile
d'en recevoir de plus protitab'es, et sans
On no saurait trop f6liciter le Gou- tion du sol aujourd'hui ndglig6, rappor- exag6ri, de plus lucrative taut pour
vernement d'avoir commence la publi- tant pen ou point. I'Etat hailien que poar lei autres par-
cation des contracts don't depend la mise Qaoiqu'il on soit du sort de certain tie intrsse. Et c'est'l le but 1gi-
en valeur d'une notable portion du do- d6ails du conTrat, qui ont commented time de toute aisociation. .
maine national. -A :re sigualds (Mr Camille Bruno s'ost Aussi, le Pr6sident Autoiian Sut.1 a-
Apir ides mois de d6clamations danas interest & quelques-uns dans une lettre t-il pu dire dans son audience du di-
le vide, de chuchotements oiseux au- ouverte an Secr6taire d'Etat des Tra- manche :
tour de conventions milrement 6tudides vaux Publics,) on peut dire que i'es- c Je suit venu trouver ce contract, jo0
par lea Conseils de I'Etat, l'opinion sence m me, la substance doe 'entre- I'ai modifi6 aux mieux dae int&r&ts tie
pablique jasqu'ici systdmatiquement prise sortie de l'examen consciencieux la l(0publique, le Pouvoir Exc.utif n'y
travatii6e centre l'implantation d'en- du Gouvernement de la Republique ne pent rien tout soul, I (Corps lgislatif
treprises loyales et bienfaisantes ,eat subira point d'alt6rations qui en ren- aura A dire son mot ddflnitif.,
miss i meme de so rendre compto des dent la r6alisation impossible. Ce se- ,_,
choses u'ane fagon precise. rait turner ddlibdremment I dos A
Aprs avoir Is Is contract pour la cul- l'organisation du travail r6clame A, Haiti et la R6publique
Aprd avoir lu Io conrat pour la cl- grands cric dans totes lee plateformes D m nca
ture des tigues-bananes public dans e comme unique condition de stability Dominicaine
Moniteur du 20 Mars et que soul Ie t de bien-6tre. -o
catin d'entre les journaux soucioux de s i --t
ben renseigner lears lectouears, a song Juu'ici l'usgoat quesapitar P OSIN DLNE CONNiOSA
i reprosduir, on sent, d'apr6s les haniens fussent drains ors du pa P'siO D NE CN\ I IO SAN-
classes du dit contract qua sort on quel- pour le b96noice de quelques ans, voila -KE IN -ERA.,NALo .
ue sort d'6tai A celui do chomin do quo des capitaux strangers s'offrent A -
er, ,que la grand art6re distributrice nous pour leprofi do tos. Bien quelles t pa t conrmes
de vie et de progres aux populations Co n'est plus i'6tranger sans respon- les nonvelles alarmantes relatives A la va-
des d6partements avides do travail et sabilit6 ni garantias on quete do lou- iole n'ont fait que mettre davantage en
de s6carit6 va enter dans Ia voice de ches r6clamationq, mais l'associd qui dit relief les licas qui nous rapprochent de
I'execution. On sent quo Ie moment au propri6taire : R Vous avez des terres notre voisine, la Rpubiique Dom':' cxine
approche cU I'aisance succ6dera A la eu abundance, quai pour une caus3 ou Cet e fausse alerte peut avoir son bun c5-
gene et of Ie coup de pioche va re- une autre no vois rapportent pieique td. en nous indiquint une nouvelle orien-
muer la terre pour occuper sainement rien. Vouth z vous quo nous mettiors rtion de notre poli-ique sanitaire internf-
les milliers de bras qui ch6menj, les ensemble, voas, ceos terres non occupies, tionalc

bommes de boone volont6 qui doman- moi, mon argent ? Je vous paye I 'AVAN- 11 me semble qu'il soit n&cessaire que les
dent de i'onvrage. CE taut par carreau de terre et sur le dcut R4pub'iqtes voisines c: sceurs iesser-
La discussion est ouverte autour des produit export, je voui done tan:, rent davantage ears relations deji cordia-
contrats. Bient6t lea chambres 16gisla- ta propridid de la terre vous rested, ous les, en concluant une convention saniairre
latives vont prendre connaissance, leo la travaillerons ensemble pendant .,Oans, internationall, dans laqvelle les deux par-
examiner, lea poser, lee fair passer apr&, quoi, yoas continuerez soul a ties contractantes prendraient l'ergigement
an creaset de edbats parlementaires jouir de vos terres et de touted les amd- solennel de la d clarationtobli ttoire,l une
claicr6s par lea rapport de commis- liorations que nous y aurions apport6es. enters I'autre, des maladies pid6miques.
sions intelligence versees dans lea Avz-vous confidence t y ad eu, parmi les autres nations
questions techniques ot auxquelles Ise sidanslessitmoisAtpatr dt o la date de du monde. diet.rents precedents, au point I
ou patriotique no fera point d6fat. promulgation do contract qu intervien- devue de la police sanitaire intention
dra entire nous, jeo n'ai point commence i Iale.
Eo attendant, Ie public poueat placer los plantations de figues-bananes, mon En 878, les pays vinicoles de l'Europe
son mot, s'4clairer, rovoquer le choc contract eat nul et je vous donne a litre signerent A Berne, une convention in er- A
de contradiction, d'o& doit sortir one de domm'ges-int6r6ts Un million de national poor les measures A prendte centre f
opinion raisono6e et d6na6e do pas- dollars. i lephylloxera.En 1879,la France et le Gr,'d q
sions toujourso manvalse. areil laga mdritod it duch6 de Luxembaurg conclaurent une con- c
sos toojours maavaiaes. U pareil language mrite d credit et vention ayant pour objet I'admnission r6ci- 1
En etiet, an procedd deplorable d'od l'effet de la pubiciat donade an contract proque A Iexercice de leur art dans les com-
aucun bien nest jamais sorti serait ce- on question est que, no 'bre d'esprits muanes frontieres des deux pays, des m6de- t
lai de pervertir les debates, do sarchauf- induita on errear commencent A reve- cins, des chiru giens, des accoucheuts, des n
fte I'atmosphbre, de la saturer d'inasi- nir de lours prdventions. Cest ainsi qu'- sages-fenmmes et des v6.6rinaires 6ablis Et
nations, de menaces. II oet si com.- n de mes amis pea dispose en favour dans ces communes. En 1897, les princi- p
mode de fair appel aux sentiments des dtravgeri, des Am6ricains, de Mac- pales nations de I'Europe sc r6unirent A h
toujonrs respectable de braves geng Donald, di tout ce qui sent quelque Berlin pour prendre des measures sanitaires j
det la bonne foi s'effaroache de fan- changement au genre 4'existence au- internationales afin d'enrayer 1'extension c
t1mas, de spectres cr66 do toutes pie- queli le Haltions semblaient delinitve- alarmante de la lapre. I en fut de meme A F
Ceo par i'imagination des fanatiques du ment so rdsigoer disait en signaiant la d'autres bpoques pour la peste et le cholera, u
statu quo. Rtla ne'st plus ai quoae de clause 17 da contract : tComment c'est Pour Haiti, la variole est, an point de o
rMausciter lee antiennes demol6es,los sinsi ? on dira ce quoe 'on voudra des vne 6pid6miologique, plus intiressante que c<
thb6Mes connus qui font avorter leo strangers, des Amaricains, de Mac-Do la lepre, aussi importance que le cholera le
progrs les plus agents: anemxionnis- nald, mais il y a one chose manifesto, ou la peste, car l'influence de celli-li sur le d
I8, vendre i pay au blanco, et satre a c'est que lear bonne fol on la circons- movement de la population est plus sen- ic
mueDavres de co genre. Cse rengaines tance ne pout 6tre miss ea doute; leurs sible d'une facon gdnhrale, come le ti- cc
0at dicidiment fait lear temps. D'un propositions respiront la loyautd. moigent les diverse 6pid6mies qui out ra- ti
boat a Vantre da pays, e mot d'ordre t Sommzs-nous capable d'6tre aussi vage, de temps en temps, notre petit pays, <
it msoent eat : Travail I travail I loyaux avec eux ? Si oi ; aucan people Ainsi donc, la conclusion d'une conven- o
Au point de Ve agricole sealement dana notre ca n'h6siterait A accepted tion sanitaire avec notre voisine semble
_p"ctUvs offerto par Ie contract do lear collaboration. Sinon, c'est-&-dire s'imposer. fa
Ies-btneat pour aiaal dire illi- si par negligence, par des 6tourdernes, De msme. s'impose aussi la creation du ti
_Mie. taut par i'rtendee dee terror qui par doe fcons do fair en dehors des post de mnidecins sanitaires permanent sur
vest doubler, triple, d6culper de lear conditions do progr6s modern, nous. les frontieres. It ne serait pas superflu d'a-
saar qus par lee hbbitudes do travail continuous A gAcher les plus belles si- voir un medecin sanitaire daus les r ions
_Udquo lueratif, qai altront sa- tsations, il eat inutile pour nous de cher- suivantes : 1 0o Oaanaminthe ; a 2 au
OMgt do tteo aIs eploita- char d@ capitaux ddrangers, 11 n'en vica- bourg qni se trove en face de Banica.


bourg qui est appel A1 prendre beaucoup
d'extension -; o A un endroit quelconque
en face de Cab:za Cachon, il s'y ferait, A
la longue, une aggiom&ration qui prendrait
de l'importance
La circonscription de chaque m6decin
sanitaire pourrait t&re ainsi delimitie : i 0
la zone sanitaire de Ouaniminthe s'eten-
drait de 1'embouchure de la Rivi&re Mas-
saie:e A la Riviere Li.'on,a l'endroit oii passe
la ligne-frontiere ; la zone sanitaire en face
de B:n s'etendrait de la Rivi&re Libon
jusque touut prcs de Ca!e',aiCa'hon ; j o la
;'onesanitaire en face 'e Cabeza Cachon oc-
caperait le rest des frontiCres.
Cette creation a sa raison d'etre : nous
avons d6ji des medecins santtaires mariti-
mes ( dits mede-ins a.1 : r1 i1 ?st done
tout natural, tout just ,4uA nous ayons des
m6decins sanitaire sur les fontieres. Ia
contamination peui prendre toute; les
voies, maritime ou terrestre.
Et alors. aux moments d'alarmes ipidd-
mi ui, les mddecins sanitaires pourraient
facilement prendre toutes les measures re-
citnmanddes par I'Hvgiene international.
Ceise convention sinitaire auralt, Je plus,
le grand advantage de multiplier les points
Je contact cordi.i entree les deux RKpubli-
publiques s Nous ne devons pas oublier que, pen-
dant un long moment, haitiens et domani-
cains n'avaient qu'une scale patrie. Et sans
la malencontreuwe rt idiote chinoiserie dire
prise d'armes de '.is'.in, nul doute que
c:te lharmonic poi'i:que ne continult tou-
Iours.
Mais le fait malj:nreux itant accompli
uouis devons fair tous nos efforts pour
que les deux E:i.s fr.;ernisnt lc pl,.
souvent possi e, surtont quind il y a des
raisons m.nieires, come des raisons tenant
t la sant6 pub'.quc des deux peuples.
Ce etrait aussi peut-:tre, 1 occasion d'in-
sirer dans ,:tte convention saniraire, one
:tipulation sp6ciale relative A I'exercice
de la m6decine dans les deux Eats par
les m6decins, hai'iens et dominicains. Les
,unJecins pourvus d un diplUme regulier de
'un des deux Etats, pourraient tcre admis
A exercer dans l'autre Eta:, e vice versa Le
ait s'est ddji pratique effec ivement, pois-
que je conrais des mddecins haitiens qui
)nt pu professor dans les villes frontieres de
a Domicanie.
Que cette traternisation inidicale con-
inue et s'accentue. Dans le diveloppe-
ent r6gulier des relations cordiales en
re Haiti et la Dominicanie, les medecins
euvent jouer un grand r6le. Les travaux
aitiens sont bien accueillis par la press
ominicaine. La 'Revista Medica 'Domini-
ana, dirig6e avec talent par M. le Docteur
ernando Defillo, de Santo-Domingo, est
ne tribune independante ou tomes lea
pinions se donaent libre course. De mon
:64, j'ai beaucoup contribua A rdpandre
es idees medicales dominicaines qui soot
'accord avec celles que je soutiens depuis
)ngtemps- soit en traduisant pour mes
onfr~res franc;is e: haitiens diff4rents ar-
cles de la Revista medical dominicana on en
:rivant personnellement dans cette Revue
u dans d'autres journaux.
Tous les medecins formant one meme
imille, doiveot contribuer i la solidarisa-
on reciproque de leurs pays.

Dr FRAN4ois DALENCOUR
Saint Marc, ix Mars 19to10


I I C














RENSEIGN ajLm -i.'S
M3r1'pOROLOGIQUES
Observatoire
DU
S1IMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
JFUDI 14 AvaIL. 10o
Barometre A midi 762 'm m8


Tem p6rature minimum
maximum


322.5
3 1 .7


Moyenne diurne de la temperature 26,,
Ciel clair IA tatinee et naageux l'-
pras- midi. !Barome re en baisse.
J. SCHIRER
Consulat d'Italie
Mr Alfredo de MattEis, consul d'Italie
Tetourn(L hier, par le Praesident, repiend la
gerance do Consulat.
Naissance
Nouu; avons rcqu de Jer6mie le faire-part
Jt lIa aissance de Liliane Degrid fille de
aOtic a3ni Thomas Degra2ff et de sa femme,
n6e Corine Villedouin.
Ligne P. C. S.
S.-.e A I'activiti d'une Equipe dc la
P. C S et des efforts de M. Robert Bino-
din que nous avons vu a la *ache toute
la j,,urnce d'hier et a ne parties de la soiree,
le tr.tic in'errompa, par suite de l'acci-
dent signalW par le Matin a repris aujour-
d tkui.
Plan de la rade de Jacmel
Depuis quelques jours le petit steamer
am&ricain Eagle "' visit notre beau
port de Jacmel. 11 a debarque one station
qui relc.''e le plan de notre rade.
Ap is quelques sondages il part et re-

Nous actions bien desire avoir un de
,-es plans lorsque le travail sera achelic
eoutr Ic compare a un p'an que nous
,avon, et qui date de 1786, avant 'l'nde-
pend' nce.
L'A beille
Cuba
Oai vient de faire des arrangements pour
I'introduction A Cuba de too fmtilles cor-
vegennes. C'est le premier etlrt system
t;que qu'on ait tait pour importer des imi-
-rants norvegtens dans lIle. Its travaille-
ront dans la sucrerie de Don MAN uI., A
Chapaira, et on leur prozurera des maisons
gratis. On s'at'eud a ce que le Cong es
cubain mette A la disposition do Mintste-
te de l'Agriculture une some conside-
rable pour encourager I immigration.
Paimui les amehlorations qui viennent
d'etre effectuies dans les chemins de fer A
Cuba, on signal I'achevement d'une belle
gare en ciment a Camaguey. Sur cette li-
gne on a poor ainsi dire fini de remplacer
les traverses de chemin de fer en bois de
pin en traverses en bois dur. On a rem-
placE plus de 87 pointss par des structures
en acier, La subvention de P. 8,ooo par
kilometres accordee par le gouvernement,
a active la construction d'embranchements
t:aversant des districts peu habits. Les Ii-
gnes de Manzantilo A Bayamo et de Baya-
mo A Palm A Soriano sur one distance de
250 kilom6tres, traversent des terres les
plus fertiles de Cuba et des montagnes ri-
ches en gisements minoraux, tels que le
manganese, le fer, le cuivre et auttes me-
taux don't 1'exploitation pent maintenant
devenir on fait accompli par la construct
tion de ces nouvelles lines.
Cours de Bourse


Or Americain comptant
Nickel escompte
Billets de cinq gourdes I
Traites 90 )ours de vue sunr
Paris direct, 3 1
Traires sur France documen-
taireI
Chbques sur Paris. prime
Transferts par Cable sl Paris 4
Cheques sur N-Y, escompte
Consolidds 6 oo
Co'naod-a 3 oao
Emprunts xo Janvier 6 o0o
Emprunta dits Provisoie 6 o0o 45
Rmprunt so Aost.
Emprunts provisoires
Titre blee s,
Titre rose


435 o0
2j4 o|<
!12 4 oFc
12 4 oi

1 31401I
2 01<
4 1i201C
3 4 oi
53 oiF
27 o0o
51 o0<
oI o|c
8o oto
4 1ia-aS


Jugement rononch
TRIBU NAUX Celuiqui declare nu le la saisie-exicution
.__pratiqube au domici'e de la dame veuve
Tribunal Civil fohn Price par le docteur Wesner M6nos,
di s que la mason est le domicile de la dite
Audience civil du mercre'di 13 avril 1910 dame John Price et que les meubles, effects
Pr6sidence P. Jh. Dupont Day ayant et merchandise eont la propri6ti exclusive
COnIme assesseurs le juge J. Z4phir et le de la dite dame, ordonne au garden de
supplant de juge A. G. Vatel. assist de rendre a la dame John Price tous les men-
Monsieur Jules Rosemond. Substitot du Wbes effects et marchandises qui lui ont ti6
Commissaire du Gouvernement. confies. Condamne le doctear M6nos aux
1i. ....


Jugements prononcis :
Celui qui adme, la demand en divorce
do sieur Virgile Valcin, dit que l'admainis-
tration provisoire de la mineure O ga est
:orhfie A son pere, condarmne le dit sieur
Virgile Valcin A fournir a sa feminme une
pension alimeataire de vingt gourdes par
raois et une provision ad li:em dJ cent
gourdes une lois pay&e, d sigie pour lieu
de residence AJ.l'pouse la maison de M -
dame Brunvelle Blain, dit qu a dffaut de
justiti:ation de cette residence la pension
alimentaire pourra lui rtre rdfusde, l'action
en divorce ne peu -& re suspendue par le
non pavement de la pension alimental e ou
de la provision ad litem.
2 0 Celui qui annule le jagement ren-
du par le tribunal de Paix section Sud en-
tre Theodore Terlonge et Miurice Prdzeau
le neuf join 1909, en consequence renvoic
la c use par deviant le trib-inil competent.
Celui qui file l'audience du 20 Avril
pour 1'erque e et la centre enquate des
epoux Merlin Liau'aud.
Celui qui"homologue la deliberation du
conseil de timille des mineurs Francine et
Georges ..
2 o Des miners Ch-istian et Louise La-
folest.
3 0 Des mineures Lucie at Ruse'lle Ba-
zanac.
Affaires entendue
Divorce des 4poux Pab!io Di z ( derni&re
phrase. )
2 Madame Leandre Larencul, centre
son, 6poux demand fixation d'audience
pour la continuation de l'enqu6te.
3 0 Le tribunal a entamc l'enquete dans
les divorce des epoux Auguste Victor. (an
seul timo n a &td entendu,vu l'heure avan-
cie, une here et demie la continuation a
etE renvoyee A huitaine.
Jugement prononcE par la composition
pr6sid6e par le jug, V. Valme ayanh ayant
come assesseurs le jug- I Ztphir et le
supplant dt juge J. S -Rome, assis'es du
Minist&re Public.
Celut qui declare Chr6imont Cesar mal
fonde en son action en pavement d iono-
raises et en remb'urse-reat de frais, intro-
duite co.tre Nicolas N erde laquelle rtant
mal fondue en d-oit et i'eu d1bou'e et con-
dJmne Cherimont C6sar aux d6pens.

.Audience correctionnelle du mercredi 13
.Avril 910to.
Presidence Doyen Leon N tu ayant com-
me assesseurs le juge Champagne et le
supplEant de juge L. Monoes assists do
Subs it-it Lys Latortue.
Affaire entendue
Michel Georges priveno de voices de fits
srr P erre Gilles.
2 temoirs cites : un seul a comnaru,
A t'rs sa deposition,Me Mathon pour Pier-
re Gilles a etE entendu en la lecture de ses
conclusions Le Ministere Public conclut
centre Michel Georges A application des
articles 145, 159.324 code penal.
Nouvelle composition : Presidence Poa-
t jol, assists do joge Vallts et do supplant
Bonhomme, mntme Ministere Public.
Affairs entendues.
Madame Veuve Menard Lombard, Leon-
tine Lombard et Eadovia Lombard preve-
nues de voices de fails les ones sur les an-
o tes Le Minis'tre Pablic a conclu I l'appli-
D cation de I'artiIle 382 a2e alinea contre
Mme Vve Menard Lombard et requiert de-
H fiat contre Leontine et Eudovia Lombard.
3 0 Emile Brutus, prdvenu d'abus de
confiance an prejudice de Madame Laren-
Scl. Le Ministere Public a ete entendu e
son expose. Vu i'heure avanccde, la conti-
nuation de cette affaire est renvoyee a hui-
taine.

Audience civil du jedi 14 april 1910
Pr6sidence H. Moedestin, ayant pour as-
sesseurs le jure J. J. Dsair et le suppl ant de
;ne A. G. Vatel, amisads du Ministere pu
SlJales Rosesoed.


;aucpens.


I


Composition du jour
Prisidence V. Valmi, meme prisidence
et assistance que dessus.
Affaires entenduas :
S T.berus Cin'us contrt Louis 0 ivier
( difaut).
2 0 Consorts Temn Gullanu-e coitre Du-
b.6us Simon ( Peremption d'instance).
So Charlemise Charles centre D rnlus
Alphonse:
A ii heares et quelques minu-es le luge
doyen a e:. oblige de lever le siege faute
d'avocat A li birre.
Avdientce correctionnelle ldu jeu ii
14 Avril 1910'
Prebidence Doyen L4on N avy mnt corn
me assesseurs Ie i ge Poniol et le sunolcant
de ju'e A S:-Rome, assist's du Subititut
Lys Latortue.
Affiire d6i litivement en'endu'.
Gabriel Mire-te, pr6venu de vol de botxaf
au prejudice des skurs Menblas et Lorient
Joly.
Mes V'ard pour les pla ig ants et A. Mon-
tas po'-ir le ptevenu ont 6t6 entendus en
leurs observa ions et en la lecture e de eurs
conclusions ainsi que Ie Minist&re Public
en les siennes verbales qui a conc'u au ren-
voi du priv-nu de la prevention, fute de
charges suffisintes. Dep6t des pies est
ordonn6 et I e jugcment rendu prochaine-
ment.
Trib anal de Cassatioa
Audience criminelle du mercredi 13 avril.
Le tribunal prend sicge A to lieures el
demie du martin et prononce l'arret suivant:
Celui qui cisse par voie de retranche-
ment et saes renvoi, mais seulement le ju-
gement du 19 juillet 1909 dans la parties
e son dispositif relative A l'ix6cution
c sur I'heure v ordonnie et pour le sur-
plus rejette come mal fond6 Ic pourvoi
du sieur Lefevre Lifontant centre les deux
jugement du tribunal correcionnel de Part
au-Prince, en date des 29 Juin e [9 luil-
let 1909, rendus co-tre lui au profit di
general Sextus Berrouet, anc*en commin-
dant de l'arrondissement de [acmel.
La cour 6tait pr6sidde par le joge Le-
chaud.
Une nouvelle composition prsiidde par
le juge Bonhomme emnend I'afftire de Gel-
mir Gelin centre Aaulysse Andre, au so-
jet de l'ordonnance de la Chambie du con-
seil renda en fiveur de ce dernier.
Le juge Laraque done lecture de son
rapport ; Me LUger Cauvin, aprw s une
exposition sommaire des fits diveloppe
longaement ses movens : Me Lespinasse
combat les moyens. Le substitute Eag. Dk-
catrel conclut tout d'abord verbalement sur
la tin de non recevoir A ce que le tribunal
declare i'opposition 5 1'ordonnance irrece-
vable, pu-s par 6crit au rejet de l'oppo-
sition.
DWp6t des process est ordonne.
*
Audience civile du 14 .Avril
Affaires entendues sous la prisidence du
juge H. Lechaud :
Les consorts Valtina Sanon deman-
deurs par Mes Michel Oreste et H. Val-
cin centre Germeus Gratia, difeadeur pir
Me A. Rameau. Le juge Anseime done
lecture de son rapport. Le ministkre pu-
blic Elie C el declare mal fondue la de-
mande en r6siliation de vente des sieurs
Sanon Audain et consorts Ic rejeer, e'c.
J. Paravisini centre Elucia Philippe.
Le ministre public Eug. Dicatrel conc ut
la cassation du jugement querell6.


Direction G6n6rale
De la Recette et do la D6pense
Emprunt du 20 Aoat 1909
m ( 7me IRpartition. )
L' ou prteurs des bona de l'emprant
Ida Aot 1909 soot avis6 qu'ils pen.


-`--- ---- -- --~I-- C- .. I--


vent faire toucher an Bureau Cmaot
de la Recette et de la Depense c
tre regus et sur presentation des bo
demi pour cent ( 112 010 ) sur le mi.
de di., pour intdrets du ler anu
mars 1910, et cinq pour cent (5o
d'amortissement sur le Capital.
Port-au-Prince, le 15 Avril lJ10.


Tribune du "Matin"





Conltr lalcoolisme

Jfr.mie, le 12 Avril 91t0.
Aux
Dp'-r:s de la Nation au Corps 16gslstif.
Messieurs les Deputds,
Les progres de l'alcoolismc, ses triswt
consq uences au sein de nos population
sont devenus bien inquietants. Y feraer
les veux plus longtemps est un dtfaut de
patio isme, j'entends, de charilt, de fra.
terni-6. Celui qui l'a compris come moi,
se d6voue au salut de ses concitoyens, dj.
nonce le mal, le combat, au prize de tout
sacs ifice.
Asscz longtemps djl i'lnprobit6 en
douane est devenue princip,. Neanaoin,
tout partisan de ce prince;; qauoque
impuui ne passe pas moies ,uIr utvo-
leur aux yeux des au(res. F' ne renoucL-
t on pas A les computer, ces pauvres hres
que maltraitent et qu'aVliisnt sons Ila
basIonnades, publiquement, chaque joar,
nos d6plorables policemen, :elui-ci, poor
un vol de patates dans le .himp du vot
sin, tel autrt, pour avoir croque de m
plus bj.les dents ua ali&iiant 6chanillooa
de 1'espace de... Chantecl r don't ae
mauvaise interpretation de .'excellenteli
sur les animaux-6paves lui a,;ordait I'ap
propriation, puisque, A son avis, it faiui
bon punir A l'exemplc du counsel cor-
munal- le propri6taire insouniant do adu
heureux gallinac6, qui le laissait imps*
demment picorer sur les voirtes ? Pourqai
considered -in alcoo'ique, ccs sortes de -
leurs-li ne soot pas les plus a plaindif.
Que chaque jour, au cabaret. ii buvet
signed un boa de trente centimes poor *
sp.ritueux, sous le tillacieux pr6texte qo'll
prend un appritif : ceia monte au tola
mensuel de neuf gourdes auxquelles il
pourrait, le misdrab e trouver un plus
honrc e, ua plus honorable employ. All
place d une instutiion de bieofaisaDce:
asile d'alihncs, hospice, h,.pi;al,salle de
conferences on d ecole du jor, quand as
voit plutot, encombrant les rues, des il-
letr6es petits et grands, des infirimesi
des rnendiants pour la pluprt victim
eux aussi de l'alcoolisme, des disoeoab
et tout ce grand nombre de timsides 1"
cessiteux, on ne pent s'empeci:r de cri,
derriere la main ou vacille l'homicide Ve-
re : 6 voleur 6 voleur !
Qu'on me trouve seulement dix buyveB
d'assez bonne volonti pour consacr ed"C-
cun neuf gourdes I l'alhruismt, ne pPO
sera-a-on pas qu'un grand pas aura 5W
ctR ftit vers la solidarity social, uas d
plus beaux c6tis de la morale, er que l'I
et 1'esprit auroat pu se reposer sar 0
bitiment od se sera prodigu-e Ia CW4
mieux qn'ils ne Ie font sur un CKW i
l'on vole i soi-meue, & sa tmille, *
pays, au genre human. Dieu .
Vous etes, Messieurs les Dpatis,.
repr6sentants du people devant Ia &sti*
I'etraneer, I'histoire et Dieu. Un si
coap dcoeil sur Iss grands ].tats de;
tes centre I'alcoolisme. Parnout des li
I alcooliques, constituant la r eillU
son d'etre due socialisme. Vouas ae
devour de faire face aux respoosabitit"
present sur votre conscience ; voS -
poor devoir de fire vot C devo .J .,
ai signal un fleau. Qu'slez-v0P .
vous qua fates les lois ? J' s c. ots
ce en vous que vous ne tira.s.I"r
aec ie bien.
Veuillez recevoir, en attendants', r
prie,
Messieuts les Deputi6s, me s
salutations en la Patrie.
A.O.








Avis

Le Syndicat provisoire d; la faillite
Pape & t." pr6vient les croanciers de la
dite failhte dont les titres de c rance
ont i4 adrmis lors de la virilication
on date du 20 Juillet 19()) suivant p)o
cas-verbal i6dig6 A ce telTet qu'iis sont
Svt6s a so prAsenter en la cih:imnbre
ruConseil du 'Tribunal de Commerce
de Jacmel. seaut au Palais de Justic-
d~i lieu, le vendredi qui sera quinz.e
iaillet prochaiii a tro.s lieures do 1 I-
pr~e-midi oiu il sera procd4 sous la
pr4sideln e du juge-Cominissal5 e doe la
susditte faillite aux f rnal t ,s prilov es
pai les articles 508, 50.), 510, 511, 512
code de commerce.
Le present avis appelleo gi'enment
le failli A ces fies.
Fait au Palais de .litice ;'A .Jacrnel
en la (.hiamre du Conseill, o l'I avril
1910.
Le Syndic provioire de la faillite II1
Papce : Co.
L. A VIAL
.. .. *. :t .


VENTE P R VOlE P REE
E v. rtu lid'une obligation hypo-
thecaite pas-A au rapport de M' (I.t;r-
Iks Millery -21 Aolnt 1908, t.u itr
d& Moosi-uri tbert Th6ba 1I par Mr
Geu ges l)D aix Dannel 2 d'uu com-
m nDlefin-ent sigiiiti au d btteur I," tLoi
Av il ril ueut cant neuf, eurtgitrt et
doiueatr iintrctueux ;
II -era pioctl6 le mArcredi qae i'o,
comptera vingt sept Avril cojrant A
trois iheur, ,l 1'apiet -mili, en l'A:u le
et par io uwinistre de M* As'trol .I;o-
rest, iio.aire en cette ville, A la veite
au plus oil ant et dernier ench~ris-onr,
d'ane proptre 6. fonds et L i s-' i u
en la villa des nativeses rue V oniet,
de la countnancet de vingt-citiq pie is do
fsoide .sur soixante dix sept pieds de
ptofondeur, et borne, savoir : au nori
par lancionce propri6t4 Virgitei Le-
gros, au sud pir la dite Rue Vernet, ai
I'est pir Lianoue S-erlin et a i'ou-st par
les hbritier dile la dame veuvA ILuret,
tel d'atile'rs quo cot imraouble se
poursult, comnorte et s'e end, avec
touts ses circ sntanes., aopaI taitnances
at d6peudancs, g6ndralemeout q1 ulcon-
quen sius sucune txc( ption ni iitei'e.
La vente aura lieu sur la nise ai prix
do treize cent treijte lieux gourdes y
com( i3s 1 -s honoraires do >'avocatt
pouruivant, et outre les ch.ire deti
l'enLie'r.......... .......... 1 '. 1332
A la re(qt e de Mr Robert T'i baud,
propri6taire, demeuraut et domicilid
aux Gonsiaves, ayant pour avocat M1'
L4once Viard. demeurant A Port-Au-
Prince, au Cabinet de qui, en cette
ville, iI fait 61lection de domicile 12,
Rue du Centre. Pour plus amples
renseignements, s'adretser a M Astrel
Lafovest, notaire et ddpositaire ldu ca-
hipr des charges ou a l'avocat poursui-
vant.
Port-au-Prince, le 9 Avril 1910.
LEo.sCE VIARDI),
avocat.


USINE LUE TOILE
A LA BAUDERIE, ARCAIIAIE


BRIQUES,
BRIQUES,
BRIQUES
A vendre A bon march chez
Green Knaebel& Co.
EdilE se recommaandent pir leur poli-
dit6, leur taille facile et donnent I'a-
va'tage aix contruacteurs par leur vo-
ame : 650 briques an metre cuba.

Changement d adresse

D' Edmond IH6raux
34 Rui DES CASERNES
Couatations : 7 a 9, a. m ;
a 4 6, p. m.


ROYAL Kola Cliautipagne
Cotta ddIicje i so3boiss,-;)n, do J t ;Hiijlt~ I a sa
Your exquise, t )0, cie ix i ii*-t ii'~'1 ) ir al
rafraichiussemotrit 1 i a 1 1,1), 1 C :II I(.:1 .; t A b oi 4)IaI )XI.


Agence GSarale


AU MAGASIN DE


Phtisiquo pendant plus d'u an


et 6 Dp ,:


Lk MtTaOPOLE


MASON JULES LAVILLE
93, HUE DU MAGASIN DE L'ETAT


Vous le trouvarez.oii 'zni.-.:


k\)LIT AU P'1IN%.A.


Andrd Faubert IU(3 Io ux ;I'lKpicer Ie NWrotI.) raniiFrue (cl!t fa,,-
PharrnaciA AlijX. ))!-;' l'imlc :mnir)
Madame E. IDroo',t ;do tpCt. >ut i ..,trt.;I.
A l'Epicerie iI. (:orvi "it a I"l i au I I ~-j! I.Ii
EN PROVINCE


F. Cheriez


Petit-(;oAvo. 1. i. M '. t a G
Mtie GOrard cartels J~4eriie.



Enitreprise


D'EAUX GAZEUS1S


Fondbe en 1899
21, Rue FArou, 21.


oualve


Ginger Kola
Kola-Champagine
Soda- Water
Siphi- s
Sirops
Liqg eurs
hitterr


Cet homme fut sauv6 par -

L'EMULSION SCOTT

SII y avait plus d un an que
j avais pidu la sant6; je ne pou-
vais plus digerer les aliments, la
nourriture rme repugnant, je dor-
mais nral, le inoindre effort me
fatguait. mon pcids diminuait
d'une f.it;,n alarmantc et l'etat de
ma s.int, en (,tne r.ti donnait lieu
aux aipprchensions les plus st-
U',us jugercr: ,i'.el fut mon dd-
se*Ipoir quand deux inudecins dis-
Stingmucs mne d1 .ltrC rent atteint de
I hti- c pu!rr' 'nairc.
S*C. t .al rs que Ie 1octeurCarlos
1 ,:c:.;t- }.'c"i: i.n. un des S.avants
iv li-ur savoi profound font
i lo: :;iAr t t i. ;lore de la Facultd
(! "(- .1 (Icv.inc de Colt-mbia, apres
i c\,lnIcn s:; :gneux. me fit prtndre
iMULSION SCOTT. et six dou-
.':nc ; n.: 'lleut oit suifi pour
;., .;:i coniplternment.- A VIA


IAX1NIMO NUNEZ


& L V L. gilt6.


o*.* vork


Ni !IoS huJs~g


AGENCY SiPECiI1E


de la Reie Francaise ,des Tabacs

Pour la Ri publique d'Haiti


Extrait du


TARIF


Cigarettes


G~n6ral, -


GOURDk ,


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CH&SSEUR le paquet de 20
IIONGROISES en levant sulp'rieur le lo.tJou deo
; 20 cigarettes
do en caporal sup6rieur paper ro.e,. le
paquet de 20
do en Maryland le paquet de 20
do en caporal ordinaire papior beu to
Bondon de 20
ELEGANTSr en Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporal sup#rieur paper rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20


Fa.AN4AISS on caporal supdrieur paper rose le
paquet de 20
do on Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do on caporal ordinaire paper blend le
Bondon de 20
RouL#ts en Maryland et caporal superieur le
portefeuille de 20
do en caporal doux la botte de 10
do on caporal ordinaire le portefenille
de 20
do la botte do 10


Avril 1910.


Tabacs Scaferlati


GOURDES


1.20,i LEAANT SUPRIaUR (dit tabac d'Egypte) la Botte do
U.u ) 50 gramme,.

LEVANT ORDINAIRE paper violet lissd, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jauno le paquet 40 grammes
0.7 (:APORAL SUPERIKUR paper bleu le paquet de
U.75 50 grammes
; APORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
O.7u
mes
0.7t 4'APORAL ODINAIRE paper pate brune le paquet
de 40 grammes
TABAC A PRISiK, Virginie haut goat, paper jhn-
0.60 no, le paquet do 100 grammes
0.60 POUDR1 SUPERIEURE, paper bleu 'le paquet do
100 grammes
0.4,
0.75 POUDRl ORDINAIRE, paper bran, le paquet de 100
0.40 grammes
0.60 TABAc A MACeRm roles Menus f616s le paquot de
0.30. 100 grammes


1.25


0.90
0.7.,

0.70

0.70

0.60

1.50

1.50

1.90


1.50


;eznt .pc:al, Jo LAVILLE.


I I -


-


I


ni *


i


I


X Ayaq


I- --










CIGARETTES MARINA


TABAC MELIA


M.


Ces dblicieuses cigarettes sont fabriqudes avec des tabacs de
supdrieure provenant des plantations de la Maison. Chaque 6tui de 1
garettes content une photograph-e altistique et un timbre-poste pour ea
lectionneurs.
Scaferlati supbrieur en paquets de 50 grammes.
Emballage paper d'4tain.
Le mei leur. Le moins cher I !


Melia, Alger


Fournisseur des Rdgies Fran(aise


et Tunisienne,


iN VENTED CHEZ DEREIX


M-- MAITRE, AMERICAN BAR,


ET DANS TOUS LES BONS ETABLISSKEMENTS.


En gros, chez Mr EDGARD ROSE 52 Rue F6rou.


MAISON DE CONFIANCE
148 GRAND'RUE
lir iJoseph St.-Cloud,
LE TAILI.EUR si bien connu de la
HRpublique, avise ses nombreux CLI-
tN;I': qu'il vient de recevoir par les
deroieir Steamers uue Varidt6 d'Mtof-
ifa- dri : Diagonale, Casimir, Alpaga,
(:Cieviote. Drap vert et bleu d'une
rApele supdrioritd.
11011lDI unnIpn'DMr I


A LELtGANCE
Q OR DO NNER I E
IM.. *E BPJE3
42, Rat des Fronts-Forts.
CKAUssunas an DMk6T,roun LA VKMNT
Promptitude et solm aux commas-
des taut ici qu'ea province.
Chaussure, de Dame form. et tra-
vail toujours tout ee qu'il y a de plus
wojveaux.


A -,,ri uiLc!,r. i rormes Americains
PROMPTITUDI) I SOLIDITE I Messieurs ; 014gantes
l.'Atablisiement e recoinmmaude aux Pour nai sutants le
cliont.s les plus ddlicats qui appr6- Trav'atl solilde
ciut chaqueu jour davantage Ie PINI wie Ppeaux do prom
de sou travail. Assaraese de gram
Dceuaudez chez Joseph Sain'-Cloudn 't Uadt I. .raaia e
Restaurateur de la Sa'-t* et des Cartes p.- _-
Itaes Illustrees. LA.
ONE- .. Cordonnerie
Francisco DESI SE
Fabricant de chaussures Ce B P
I.:* Manufacture a toujours eCn d- GiPAND'RUI
)t,-t un grand stock,-pourla vente en
gios p en detail. de chaussures en Avise sa nombreusi
tous vgnres pour le vient de recevoir,
IOMMIES. FEMMES, ENFANT:-. teau, uoe forte quani
Les comniandes ties commer;anls dishes et do fouruiture
de I int6rieur pourront Atrs executdes cheur et do toute be


dans utine semaine a peu pr6s.
23, Wae tes Fronts-Forts, 23
Port-au Prince (Haiti).

Les Cigares du
Centenaire
So turmenot in ppu partout dans la
R6publique.
t)u les peut acheter : e
POwT IU-PRINCE, --- 25 uAe des
Mira'le-, 51 Rue Rou.
A JACMEL.--- Chez lHugo Jensen, La-'
fonntin ,t BAllande.
AUX CAYES.---Chez P. N. Neptnne.
AUX GONAIVES.-- Nicolas Geffrard. I
A I.'ANSE-D'HAINAULT,--- Chez Ar-'
ihur Drouin, Piard Youance.
DAME-MARIE.--- Chez Vve Harmoni
BriAr,m Fernanrdz et ailleurs.
AUX BARADEiAS. -- Ciez Clo-lo-
mir D)rouin.
AU CAP-IHAITIEN, --- Chez Olivina
St-Audpe.
PETIT-GOAVE, Mr Robert War-
mi gtlon.
GRAND-GOAVE, --- Mme N6oclbe
PORT-DE-PAIX, --- Madame Tallia
S unt-E'oi.
A SAINT-MARC Chez Cazeau frere.
et Edouarn fil's.
A JI.RIMIE, Dans touns les coins de
is Vill.
La Fabrique serait heureuae d'avoir
-ios agents dans lea localitds ou elle n'est
pa. encore repr4eontde.
Toute recommendation avec s6rieuse
et bone rdf6rence sera appr6cide.
EUGENE PRIN,
II _I I I I *--" -- -
'Transfert d'Etude

M Charles Millery
Licenci6 en Droi,. Notaire public
:n2, Rue des Miracles, 32
en face du Docteur J. Boreo.


ti eraicalae pour
i et commodes.
pluma Paise.
ex*out* ave*
mlreomarque
\d rabats.
Pt L.-ia mides


Nouvelle

TOIA
E 14"3.
a clientele qu'el.
par dernier ua-
lit6 de marchan-
es de toute frat
eaut6, import6es


de France, d'Allemagne et des Etats
Unis.
Le public 61lgant, curieux de se
bien chausser, y trouvera les peaux
les plus solides et aux nuances lea
plus vwiriees les former les plus belles
at les plus approprides.
Ou u'a qu'A venti ch-,t G.B PEITOIA
pour 6tre assure d'etre chauss. sui-
vaut les meilleures lois du confort et
de la mode. Specialit6s pour dames.
Grand Stok de chaussurs ;
Peaux, cirages, forms. fournitures
et m ttGriaux divers pour cordonne-
rio. Ou trouvera tout ce qu'il faut, auz
prix les plus mod6r6s, A
LA CORDONNzRII NOUVELLE
143,GRAND'RUE 143,


NESTOR FELIU
I, excellent tailleuravantageusemeu,
conni d* tonte la R6publique vientu
de iuuvrir sou atelier Hue F6rou,
( Rue ass Miracles ) N* 61,
Sa nogmbreune clientele trouvera
comme tonUours toutse satisfaction
pour lea travaux qual li seront eos-


SMT C. L. Verret
TamiuLr-Marokaxnd
Donne avis A aa bienvoillante cliea-
tble quo aa maison No:7, Rue Traver-
i&re esat toujour bie pourvae d'aune
vari6t6 d'6toffee de a haute non.
veaut6 parislease.
QUALrrT SuawRXmwR. COUnp *Ls.AteJ
TRATAIL s ert. En*cvnoio PRoupws.
Prid Are grhddw I

A Vendre
Une grosse malls 6trangire de 42
Bonne pour families.
S'adrsser au a Matis 9.


M14I x r j


NICOLAS CORDASCO
157, rue RWpublicaine, 157.
A su conqubrir en peu de temrs la prominre place tant A Port-au-Prince qu
dans la Province.
Le veritable succes don't elle jouit est dii aui rhoix incomparable de ses MO
d&les sur stores franQaises et amrric.tiri-,s d'une 116g.ince irrdprochable at
r6pondant A tous les caprices du bon gotit.
Tous ses modules existent -il imiagam&ii en to'ltes pointures et largsurs lui
permettent de chaussor tous les pieds, mine les plus difficiles; etla modi.
cite de ses prix est accessible A toutes Les bourses
Toutes les personnel qui ne trouveraient pa-s A so chausser dans le magp.
sin seront satisfaites dans les 21t heures par un article fait sur measures.
N.B.--- La maison peut chausser; sans pre' dre des measures, les personnel 01
ne peuvent s'y rendre.
II suffit de lui envoyer une chaussure allatu bien' ou sinon Iui signaler I
d6fauts.
Les chaussures n'allant pas bien seront remplacees par d'autres, rectifide
d'apres les observations fournies.
La faculty du retour est permise dans le-s 2' lheures aprs la livraison.Si
les chaussures ont tW portdes ou ne sont pis A l'etat complete de neuof el
seront rigoureusement refuses.
La maison d6fie toute concu-rence, et envoie franco en pro*
vince.
AVIS. La maison a riouveliamenL recu u;. assortiment incomparable
peau: veau verni,vAche vernie,vAche noire.veau satin, kangaroo,chevruma
glaces noirs, jaunes, champagnes, rouges, etc,etc.


Vente en gros et


en details


Les clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sortes de tournitumr
pour cordonnerie A des prix excessiveinenit i duiis.
Ces prix exceptionnels ne soot obtenus qi1 parce que la maison nas it
plus ses affaires que directernent avec les fabriques de peaux et de foura-
tures, des Etats-Unis telles: que tirants, oillets, lacets, clous, blastiques,11
pour machines et pour cordonniers.

ACCOUREZ

ChezHerrma ni Corvington
108, HUE FEROU, CI I)EVA.NT IUl: DES MIRACLES


Vous y trouverez
Dlx.x Virxi


du Bon Rhum Sup6nieur
31elaxac <&c Rou-age


Ades prix exceptionnellement avantageul


PHOTOGR,APHIE

S. Perpiginand & C0
163., GRAND'RUE, A PROXlIMITFI DE LA iPHARMACIE CENTRAL
PORT-AU-PRINCE, HAITI.
PORTRAITS EN TOUS GENRES .
Photographie directed, genre Visite
IRicleOs Cartes, genre ixmpxW4ial
Poses artistiques. a meilleurs prix que partout &'
leurs
Sp6cialit4 de reproductions et d'agrandissernents de portraits au '9
mare, crayon. pastel, en conleurs naturelles, livrds encadrds on a9 0
& Ia portde de toutes lea bourses,
Buste, trois-quarts, grandeur naturelle
PHOTOGRAPHIl SUR PORCKLAINK. ItTOFFK. BOIS, MKTAUX, e ..
CARTES POSTALES ILLUSTREIES DE SON PROPRE PORTAIT
'Visiter nxotre daloi. d'exposiUO~1'
DemantCidLer 1- 5 P


A w -- -- - -- --- - m m


- ---------