<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00898
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 14, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00898

Full Text





Quatri6me Ann6e, Nc 916 Port-au-Prince, fI.nt Jeudi, 14 Avril 1910



ABONNEMENT8 LE NUMRO CENTIMES
Us Mos G. 2.00 L | 15 ZTI
,port-au-Prince W --
ITnois Mois...t 5 00 s mnuset.n r.o o e n
L.P manusci it- nb.J, i oem monm se a ,., u
SU o .G 0pa rendus
pTaos Moiss6. G. o : REDACTION-ADMINISTRATION

Etranger ...T5s Mos 8.00 45, RUE ROUX, 45.

DIvBCTrUR ADMINISTRATEUD
C68mont-Magloire Arthur Isidore
OUOTIDIEN



CONTES D1 7JE I 1tion, la Pr6silent de la It4publique doat je viens de surprendre, tonna l'oncle
Sle m urial arrivait A son terlme, quitta Victor. je l'ai ex6cut61
le pay i ot un gouvei jema nt provis-oiro Vausavez Wen fait, ripostale con-
Cut cowi-titu6. L'i gn4ral Victor Flori- seiller A I'latdrieur, et an nom du gou-
SIM P LE H IS TOIR E I mon i s'titarr 6 eu consequeace vernembrit provisoire. je vou s feicile
**o eut lecjmmanlrem'it *d'unu milic cjm- de cet acted d'6nergie. Al! on neva vla
pose de geui A lui. S )a principal lieu- nous accuser de fatile se Vote
DERNItRE PARTIE tenant 6tait un nJmm6 Ch6rilus .i qui main. general ?
il avait conli6 de ultslas temps,sa sou- VoilA, dit l'oncle Victor.
I r t i ietie rnlit Acml ite do I.alue. Ch6rilj 6tait d'autant plus Miintenant, reprit le conseiller A
La protetia pr6siie, otielle renuit A r e )mn an home traver-a la diovoue A I onle \ctlor lqu'il avait pill6 Ilutriour, je coutirju ma tournAe 1I
saus objet le dart de Rololphe, aussi rue, t i coup di vent et s'adressant a celui-ci ian, les gr nies largears. I'n n'ai pas besoin d. v..us reommane'
as tardA-t-il t L so fiaancr ojfici,.e- g brie Sirpoint, s'6cria d'ane voix ter- soir, I'oacle ,Vi', .,- p:,enta ,liez la vigi .ne vous ,'es un vieux .oi
meant avec ALice. Les deux jeanes geas rible : Mine Luzincourtet irnant A part Alice, .lt. Sealement, rappeIl:. vouw qie .ou-
'adoraiant. li conaurent iivreise an- -Je vous dfaends d'adresser la parole it lui dit avec un cline ( 1, ayant : levons m:tin'enit i 'out prix cette paix
pr6,ue dI i'adnour absolu d'autant a cette enfant, entendez vous, j, vous Je e' e la situation ce soir. lont jouit 1, pa precieux leg. t,
plu ab o!u qu'ti n'etait pa satisfait. le defends Qao voule/-vou's dire, uacle Vic- no-, Aieux. Bonne nuti
It y avit un mois qu'ils 6taient fixu- -Mais G(;6nral Fiorimon, vous n'dtes or ? lit Alice trouble. Merci .
c60, quand uni soir, apra une court pas Ise p .* L'once Victor repeta aveec force : (arde A vou Fixe! .
indisposition, llotolphe mourut. Ce Si vouq ,lites un mot de plus, pj -I JIE E LE LL SITUATION CE SOHl.. Chtrilus.
fut une epoivante. Alice on perdit la vous cae la t6te .lieu Le conseiller A I Initdrieur salua at ion
raison pendant des jours et la pauvre Et l'on1o Victor sortit do la poihe Ecote m6-'e temps piqua Ia monture et
tat Lisa suivit l june hoinmme dans de son pantalon, un imposant revolver M1!s I'oncle Vic o ,qui dt it dejA sons suivi de sa volante, it di4parut on on-
la tinbe ie-ux semaines apres. Dins Colt 1ai1 no demandait qa'A partir. a aie, revInt sur ses pa, et dit : tournant le coin.
ce d,-aztre. -eul, I'oacle Victor asu- C3tte vue eaut pur eliot imm6liat de -- a i voue vouint voir i et doy, coi vo-
monta sa eoAteur. 1D temps ea temps, fair battre en retraite Serpoint qui tre ,alcon vers les neut heures. Boo- L'oncle Victor demeura un instant
it r6petait cette plirae a Ah cela ne ,iitparut ,,vVc la prestesse d'un fant- soir silncieux, puis se tournant vers (;,-
Spassera pascomme a! Qa'est-ce me surprise par I'aube. Mais ioncle Et faisant demi-thur, I'oncle Victor rilu-, il lui pass des ordres reiatlst
Ut t ni e passerait pans common ga ? Victor 6toutlait de colbre. ersonur ne savait. Alice le tit enter chez elli, lii ottrit aline.li Aprt quoi, iobc e diririaucalar expdirgea ro a
m e fait eque 'oncloodio leasoa e do rbum, ce qui solaga un Dansleos temps de provieoire, ia cir- demearo. En arrivant sons le Italcoa
mero do Ia mor. do Rodo.phe avait pen le pa;lvre oade.
faet Lnlts1ut sar sl verre et l'assiette J'aarai A vows parlor, mon infant, .ulatio2 cease tot ot les maisons so fer- d'Alice, il entendit des sa,,glots- alors
qut avai, s. san ie er dtd sontsie- mats alo m nt eo t pai ver iu on e nt t 1 :ent encore plus tW levant la t6t., il dit avee force
qui aval, -.re an liner do son ne- mai- ,, m(n,.t naet pas veo3u encet 1 qi .,s pai 'ise.- l ,aux coaipns lodo!phe est vengd!
ea t avi a a. examiner lee tout a Vou,4 rn', t-ca z, oncle Vie', ,- ia plarmac.u vsine. i' le r6sultat d- vou o a-rt'r 'e.st- e qu'il y a ? Jo me l
Il' aaiys-., ia'! t',l trouva d ae tr.,,ce se oi e an col.t. t*. ( n 0 n, ini taunt a bris e, cela ne me rend pas.
d'ar sue it I.. vro a ie rodocphe. (a vo:e m ore a c ,,. halbi:6e pt d 'abri Sarpoii t fut ('est 4gal. r4liqua loncle Victor
L'ounc a Vticta It it la communication -- e)aI 1 il la mason. Nau .r' ptr un toap. i-)oi vjln.'are., de ,C sdr~nit6, c'et Sgal, odo'p: e st
Sets sO-tcr 1 rervitr ds, V Ie Victor qu i d e verF...
a0s suoc iller, pus iti rentra chez lui, n'avo i s o a de. coi-, tisarj en ce ni nt a, le\i ictor <-nn ,,des Iwr le dvout ve .
a'assit au cvt de son nevenu mort et ctl et ct ... is. I, lentement )i rietra hehz Iui.
pleur tout la nuit silencieusement. Oat- -I I eno. (:4 qte mj vais vous dir- et Ab e qui laisait de-e incantations de- I-' AN.\ B1111313ET.
rant touted la lolrne du lendemain, 11 entro nou... e rz-mi sur la t,, t e vast tnie o ,p6be d'autel d'o saillient --
parut calm-. It monta la dmme im- Rodopht, uvo a. ne le r6p6tero A -, dap:euet de-- 6cairtle do torture Douie ma
possible e. ,tu ni qutiUZ) jours aprt4, persom'a pa li,.fme .d vote mtr it.--, alt apprt 1id6 violemment au
II permit sa bou viettlle f mme. Rass Je von l It4re ics e.t tr ie iolts u l i.
le silence so tit sur sa matson. Eb bien i! It )1olophI est mort erm- -- \ous 6.:es des brigauls, hurlait-it,
Uti matin on le vit soriir avee le p:)isonn6... 3 'jni pas tired, ;i;' -moi! :r
petit gar)ni qui lut servait do domes- C3, n'e, pis pos iblIe Les re- 1 Ia P conduisit a I 'ocle Victor qui ~e Maison Haag Fr ros
tique, PIllux, enLrec dris un buss avec cins oat 6;6 d'accord sur I'apoilexie... tenait au milieu de ia rue invoqudint
leuf ant, puis o l vit revenir soul au L'oncle Victor so roiit : pout-trel'ame Itu (:itoyen. D U H H AVRE
boat d'une heut do temps. Oa sut Ro i)ipIha est mort empoi.oau6, A la lueur du cigaero que fumait 'on- z Mars 19ro.
Dlts tard quil avait coaduit Pollux Ai vous d-je. J en ai totes les preuves e \ our tor, Fabre ai uonut en face de
maIisoa ,:n',e, avoc des recom- y com is 'ave u copable. i o trouvat. Aos u grand ri Cacao.- Das a quizaine oue
tandatio. s speci-les. -- Qsi e ct?.. sen lui court dians le dos et il d6tourna s l
6rma Quiz et 7.. I b e1 a 4t6 pr01u ei 2,roo sacs de cA-
lsormais, I'etonnemenrt du quar- I- Pollux, orubauch6 par ce m sIra- 14 ,!oe pour 4viter le regard phoipho- il a Htupratiquo environ a,5oo sacs dce a-
tier, I'oncle Vteor 'o tait tous lea jours ble S.4rpoiat. r-icet du terrible vieillari. It voult e a Haiti.
St quelquefois mdmi ;e soir. 11 voyatt Oh !.. Et vous n'avez pas mis lac- pari-r, b'expliquer e: cata m6me le nom Le J quirie a t .s payi de f or tiS
s ancens ami4, confdrait ave d'an- tion ub'ique en movement ? de lodolphe. Mais I'oncle Victor no le Cp bo qu Plantation del So! fr. 6dinaie
ienos adversaiie. -Pourquoi ? Sprpoint a des protec- laissa pas achever. 11 lit si-aeA eChrilus Simmonds HA fr. 6. dl So! 6"
Le temps Acoaait lentement. Alice tions...des ramitications...il sort ...on, de s'approchler. En goendra, march soutenr, t.dance
qa s'ti retabli On pe, allait voir non, un prock" serait inutile. Boul(-l' dit il: bonne.
is. 1ieslia1, ,le:x ou trois fois par se- Alors que voulez-vous fair I Imm6diatement tous les fusils s'ar- Camp6che,- L'article est assez bien
*i la. Ele lui parlait de Rodolphd, L'oncle Victor so redress. m6reut. AIT1), Fabre S-rjoint ee mit A soutenu aux derniers prii relates, mais on
de lear lodolpj.,, si bon, si loyal, si Jo voas le dirai plan tard. Mats crier: au ours ls dpase de cps autre pour n pett
ran t m is le buhomme admeu- soyez se d'une chose: Rodoihe sera On le pouasa c e un des potaux 1 arrive par steamer. Ainsi on a pays fr.
tactturue et quand I'6motion 6tait veng6. C'est pourquoi jo via, u reste. ea briques do la Pt, a~ cie Iauulin et... 5 pour 35 tonnes de biches charges :t Port
tiop forte, 1i fermait les yeux et des Sans quoi, je serais mort ... comme RRRAA.AN ae-PreCena
rimes bieIantes coulaient entree le Eisa L ie r e ala ruler dan la pens- La situation des bais de camphe aiti
ie do ses Joes amaigries. Alice se couvrit levisage doeses mains sib r la t eaet le butre troubs d ue n'a don s ebi auiun changemet notable
Ah I murmulait-s soudain,eela ne et la voix moui!lle de larmes : dizaine de Ialle. depuis unc quin: an. : i prix soot soutc-
QPoira pas come I Oh mai austi, je voudrais mo- Justice est laite exclama i'oncle nus mais resent nominaux.
-" Quoi rir... mourir c'est tout ce qui res'e a Vic:or qui los veux I- ves vers le ctel Nous coons Cap ", .es ir. 1.,0 4 Si,
SIieuo... rin qui n'a plus d'esp~rance. 6pingl4 d'&toiles, ,e dicouvrit. L-ort-Libett6 buch-s ;-i .4 So. Cayes
Vous 6:es jeun, vous Le tempA V'a bruit pr"czpit, de pas de che.aux itr 7i, Po:t-de-P.aix Ir. 4.7; .1 4 Xi, Pe-
apb-d i oe Alice duos ses est ua raun melecin ..Mais moi je no tar pa A s faire entenre. it-Go:tre fr. 1 7; A 8o. G.-Salioes ft.
Slits de deal, rentrait do cimetibre plus ritn qui me retienne our la terre, ntrai ates-vo,, ? glapit Ce'rilus. 5.50o a 6;.
fat abord~e sons la galerie pr6.t sWoo de regler son compete A l'assatin La Conseilier au i)&pArtement di Cuirs.- Impor"ta,2::, 2(. 1irmie
nt la ie.ne, par Fabre Serpoint. de R ilolphe. Qiconque a tad dolt pa- I'Iut~iieur, r6parltit une voix martiale. secs.- Debouchts r i ; Ctyes sees. A rc.
SVoa re m yer. Et je ne suis pas do ceux qui ac- Avanc. z soul! r6pliqua L'oncle Vie- to5 60 Port-lu P, t,_ ses, A fr. o)
-i ouse. dire-i z du cimetinre, ms- cordent to long credit A leursd~biteus., tor. ,, Jtr6m e ses,de ic.to; I t. ; -. **O ,t..* de sa voix insidieuse Allons, bonsoir,mon enfant,et silence! Ab cest vous, ganral Fljrimnn, ;4 J~r~mie sezs. Ttnd1nL calme.
Ah I ce pauvre Rodolphe, je ie re- Out,... oni... je vou I'ai promise exclama la voix martial. Et bien Qu'- :ire.- lFr. To.
t o jn. C'6tait behjn ami. V est-co qgo c'est que ces cusps de feu? Miel.- Fr. 5516c.
*'OuL.. oui... no bon aelque temps apr6s corte conversa- Un emnemi de l'ordre public que Graine de Coton.- Fr xSl2a.










A LA POSTE

Port-au- Prince, 14 Avr al 1910.
A Monsieur Clement Magloire,
IDirecteua' du a Malin a.
Mon chor Directear,
Jo virus tielire dans le No Ii e*%It in.
in ce joir I'eutirelilet iritatulIA a A lip
POO" POL U 41 Ot lo p i i o it exadee-
rwi.tnt at~i~t'ign"it, ur 1,.7 if qui yest ale-
It 0, jOe iel C eiiji'c'fdo iou-4 'oinruuiii-
thubr ha i(r retepiinEltc'i LIvivau, ai e
))I I v 'Ii it pub 101.4.11i iuas lii's CO I .Uat
do vofre 1, un'ii.
Aver mv-ti'salul-ai iun orni-r~ei~mico
1). 1ILAVOI'S.


Llb%-ri E.",a I I I I Catrli



Lc A Si X&lr.11 v. k] ii ,i iticnt des
I ~~a et d Iu C(.mnL,:.ce.
A Moriu- Diilws saint LilavuiF.r~
Ada' ,iristriteur (6ncr.I1 des Postes. .1
M j n .i ku r IAd in in i,.L r At ( r, %
)v o. nt irinc que, p .t dc&.:Isin de Son 13
f.aic-lict' Iv ~ IL la 1!(publilque, \1
V U I ("VI ki ) I w,7 luS
N t -w it,, ui u.;i i.-rnt.hlre ~con-
trajitiw. ,\:,tc!k,-c HIni i ea )ns;eur M
FdJ?'4d D)zJu\o ht, J 't-'dii r% ice. A,
A& (- NJOmLuli.u u;AJ nuti ,.'riteur, its Si
ASsUrJr r k s 4IL m &J .I )1 1 !, in 0 isil r, ,u e J




Mr '1,. ar~d~.:Prc
PJ'i Irhudneur de voiU' .'urer ~c'p- pt
two dI-, witre ~~ ~I,- ill12 eCUv, r?, ~
Noa 860, oCiol destitirIinct S.
.--\ .11)Ili ilm m, zq u.- ti : ci'ion de
Son IExc Ileuce lo 11.t6 ilcut d'lioiti, je s!
~tV" I u' -fil1 i A14 re's tone'ions.[
N%-V.11ll1*1 ttIII ? t "ie el.ta do la con- cl
fia' coi d( o *x e.rnewuei.t de rmon pay- ;
otyaalt toju;.au 'ua fj .orn.Iir rn d-&- .C

quo dolt oIJ..;tUv -r uri foci tionnaaire di-P
gne Ot 1i-iau~te, je tie pas accepter UrtO
Oumpension :
Je '.ous d#ozuuic MA (~nsi

me r~clamvez bil i juslern nt, je vo"iti
prie, Monsi u,- I Se -rtairo d'Etat, (I
me Wit! a-as st-rr t1L~ino C (iiti n, A
veitre CeLu'i%,'I.'tie.)- A Ci qu e aPui48P
Obteliuir U110 P(Alrg-provi-oirA ei a t-
teiadmo tquoi la (:hambro des Coini~es
Vienimi"' s rouaoi*ccr sur les act, s dot

taire ti Ft t, mez; s~hutations emp~res-
3deu.
4Sgiie) D. LILAVOIS.

-;Et:I'ON P.r'.-aL-Pjriace, 1:1 Avril 1910.
No 8K02.
Le -Sec. 6taire d'Etat
ateE Ii/parte'vneiaz 1t'iFinaiice eldu
Comyneice.
A Nlunsieur L)iuosSAINT LILAVOIS,
En Ville.
Mon char Conc-iloyen,
Je vos announce qu' moo Comimission
compo-te.doeMM.1.11myRBastion, A.
Mass.c. ct Edmotud It6gniier est char-
Uve, da-us vntre int6,it et dans celul do
o'fl in ivdrfier lea comptes do vo're
Administration.
Ea (onsiquence, vous voudrez bien
vou tV nir A la disposition do corn Mes-
sieurs poor toan ronseignoemntis t
dctarcissements, dont its peuvent avoir
bosoim.
Agrdez. mon char Concitoyam, t'auuu-
twoes do ma consideration diatiogu6e.
(Signd) I. FEP. POUGET.

vou~oz-vous bfe-
L ECT E URS,fumer An".&A a
Rtue des Miracles ou F~rou Nos 25 et 110,
*t Rue Rouax ou Bonma-Fol, iWO 51, vous trals-
WTOM1WS CIGARKS DU CEIPrWAISm do Prim do
*41010.0


RENSEIGNEMENTS
MErEOROLOGIQUES
Obsezrvatoire
DU
StMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
MERCREDI 12 AvPIL. l1o


Baromtre a maidi

Teom prature minimum


763 m m9


f T616gramme ftn6bre
on nous announce par dcpeche la mort
au Cap-Havien de M. Jean de Dieu Ar-
taud, frere du S-cr&taire d'E'a,, de la Jus-
tice.
Accident
Hier soir A 8 heares e demie. un bass
public versa dans la crevasse situde pres
de la nouvelle installation 6'ectrique A
Bizo on. Le cocher, Jul!i.:n. 34 ans, de-
meurant rue du Me gasin de I Etac a la
jamb: droite frac urte


(maximum 33.x
Moyenne diurne de la temperature 26 8 t
C-c c'-ir la imn rnee et .in peu nul- s
eaj l'aptc&-midt. Buise de mer en retaid. L
"emperature movenne en hause.
B rorrmrc le'gOremenr en bDibse.
La coni e *e '-evi domain a 4 h 32
irt)iet- iron loin dt ro;nt de I'horizo q
u se l'-:e le soleil actuel!emein nt.
J. SCHERER.
Mon'rdal s
DiAi AT v
I l Avia Emi'e D:reix, Mme Veys- 1
i4?re, Mie DLc.x e' 2 enf nts, Mr e, Mine a
2conx et in er t nt, Con'il Gu6 in, t
Wlle Cltlie Mj"in, Mme Mirc Bou in,
Vve A. Boutin. F B wiin Mile Th6,65e a

1. U ;'1. Lu:ient.e 1'.v1u nr et une b nnre, !
lme V:.e Riounl Brne. MNme Homere B.- a
;'L Ernmi.aue Lo'a ur'e bonre, Mr et p
line Derruc et un c, tanr, Mine Roseline, F
Ille Camin e Bern' S.ztu s M.\rie Ange, A
knLs n- d S P u'. I'seph de tons les
iaints. Ceci'ia ,1-S e MIr.. P' e P.llan, q
ean Jeanne i, t' c Le e ,*,. MIme La- 4
Iud, A. Desmarquet, \Vil ian Mren- c
ier. c
S'r-TI' A'.- M. Stephen St Phir.
C.1' HAIII -iN.-Mm- In-,Jiseph, A. Pier- c
o ['hornas Pier e, Vc I)chou'ix, I.eda I
lphons-. A1.dl,.iJo. MIthieu V e Ste- c
Ihen, IPerre .In-Lous, MeI- Sy vil Hyp- r
,lec. Mme 'P ul 'Eni c, Jules Raphael, I
ime Eenne Gonel, Mme l:lici 6 Bir- d
h6lemy, knne Pie.rre, Gib-itl Jean, Carlo a
5t.phen N PIuoet, M. B esh, Mme Vve
L. Casirmi Abraimrn, Mme S'lomon Mi- .
:hel. Gal Jn-lcar ois. Dubois Muller, W. t
I Tariner, L Chivanes, Mrie H:race J
Cider. M ne Es'her Durosenu, Rose Gas- t
on. Frec Ohle, S 6phen Fls, Edmond
Paret. I
a President I
ARRIV !'
Santo-Domingo. Mr Pe.i o, Blanco,
jo't Uuikran' t). Defeilin', M. Bi'ryes.
Jacmel.- J Cuft-l. Mm- Vtal.
Caves M Leoncc I.ubin. Emaninuel
Bencit, Emma Benoi Mine M. Claude et
isevaint. Consul 11 E Robe.ts, Melle L.
Roberts, R Rime u. M-ne Ch. Anglide,
E Simon. Melle V&r4 Simon. A de M t-
teis, Bourgei. J. Gordcn, M & Mme B6-
dard. Mme M-rcclia, MlWes S.int-Hubbert,
L. Voltaire, M- Policard, D Alexandre,
Melle A. Pino'," et ervtn'e, A Dubois,
Ab:l Nicolas. M l-1: U. Thormas, Ilor;ense
Henry, MNne J. Rame.u, E. Termidore,M.
B yron, L. Leger, Ch. Chirpentier, J. Jo-
seph, J. Pierre. L jn Bintiste. Melle N.
Side, Mme J. Mondesir, Mile A Moreau,
MWne R. Jean, Mme D. Dubr.ville, Mme
) Ville, Degrace Saint Oage, Mme Vve
P. Dumas, Cris obal Polanco
Jir&mie.- M.nc Chtr'es Roland, deputy
Sanon, F. N Lir.que, Emaile Chassagne,
G. Vilaire. E G les, gil. Augusie Tho-
mas, Augaste Lepin,-, Mme Ptascille, Jo-
nart Legagneur, Eugene S:ipion. Costa J.
Bandeck, Cl6mence Germain. Antoinette
Laplame, Mae Jn-Charles. Eva Prudent,
Mme Michel Garoute, Philippe Apollon,
Aim6 Rene,Brice Titus, Eagene Laurence,
Mr Tag,.t. Charles Cayemitte. Charlotte
Lh&risson,Eugene Azot, Franc Claude, Mile
C6ci ia.
Marriage
En l'Eglise Cathedrale a 6t: cl dbrd ce
matin 1 7 heures, le marriage de Mr Isaac
Leger, ddputt, avec Lucia Nadreau Par-
rain et marraine des noces : Mr J. N. L&-
ger, avocat, et Mme Auguste Gabriel.
D6c6s
Les funerailles de CidmentMichel, decd-
dd hier auront lieu :cet apres-midi.
La Chambre
Hier nouveau proces-verbal de non lieu,
61 deputds meulement ayant r6pondu i
l'all nmonmal.


-- I III ___


Communication inte, rompue
I! est irioss-ble de sv rendre en voi-
ure ou .A cheval i l.A Chambre d -s Repr6-
entanis en pissan" par la Rue du Pua'e.
Le pont qui ie'i it e; deux rues ayant
', demo i, on n'a jmnais pens6 A 1- re-
onstruire.
De sore qu'il 1fut f-ire tcut le tour du
quarter pour traverse.
Concert Lamothe
Nous avons pu je er un regard indiscret
ur le programme du concert qiue Ludo-
ic Lamno lie donne simtdi 'o'r au Cercle
eBllevue et nous ne croyons pis trop nous
varcer en annonc in 'a vttitable rdg l ar-
is iqu-. a tous les pot: s d; vue.
Le rdel talent dei artis'ei amtnteus qui
vec la g,'ce exquise qui les carac4re:e,
ui apporitart e ar P'e,: cux c cmC )u-s e,>t
sez conru d- Pi) ,-au-Prince mindlin
pour nous dispenser d'insis er str ce cha-
litre et c cst j'usemen c- qu' rou ponte
presager le plein succ&s de la soi:-e.
I y aura un pe-i orches'e ud'arna enrs
Qui jouera le P.~,lle et 1i S cili *nre de la
a Cavalleria Rut'cina et aus'.i It dcli-
ieuse a Valse aux ,,iles P de Limo he,
orchestree pour la premiere fois.
A part son ruissan' coniral o Mine An-
Ir6 Faube:t fera goci er le charm de !a
,arfaire diction dans que!ques poesies
hoisies 2vec I b in g,,u i qu on 'ut con-
aait. M 'e Th6ic'ie Vieux tant app!.ud e
o-s du dermnier concert ltli chan-ert I air
les Cloch:ttes de Lackmn et Mme Gamm un
air d' Hdrcdiade
Que dire du chmearduMiserrer ao'gni;
par Mme F. Ft.uberc rendant lequel oa en-
endra come dans le lointain des voix
eunes et fraiches ; de la b-i:lan e in-
erpr6'a-ion de Chopin par son fervent ad-
mirateur J. Eie ; de Mr Lion dans son
repertoire si gai ; -de 1 enfint gA 6 du pu-
blic, L. Lamothe qui en d-tfLrentes occ"-
sions fera ;d nirer en m me temps qie son
reel talent de composi ear son doigti mer-
veilleux '?
Nous n'4xag&rons pas en disant que ce
concert sera un grand 6v6nenent artisti-
que.
Un deraillemrent sur la
ligne de Carref.ur
La locomotive e Anacaona No 15 a qui
faisait ce martin le deuxieme voyage de
Carrefour a deraill tout pros de la premie-
re halte de M rtissant,a 250 m6tres envi-
ron du Poste Jean Cise; u-
La machine 6taic moarte par le m6cani-
cien Harrision, un jamaicain engag6 le
25 mars dernier par la compagnie P.C.S
Les roues gauches sont entries comply e-
ment sous terre et la locomotive est ren-
versie aux, trois quarts. Les voitures et
wagons n'ont eu atcuandommage. Un con-
troleur Mr Franck Rigaud, affo. ,s'est pr&-
cipiti hors du car ; :i a en .les dents bii-
s&es, un b'.as fracture et s'est fait plusieurs
b'essures A la :e.
Le micanicien nous a dit que les rails
sont trop fables pour la puissante machine
qu'il conduisait ; ils auraient du avoir 4
pouces de hautear sur 3 de larger. La
voie est egalement trop 6troite ; elle n'a
que 75 centim6tres, it faudrait i mere
20. Les courbes ne permettent pas d'aller
vitecet les accidents dans de pareilles con-
ditions sont difficiles A 6viter. Le m6cani-
cien nous a declar6 avoir 16 ans de prati-
que dans les chemins de fer ; it peat done
se rendre compete des difectuositds des
voies ferres
Nous avons vu le direc:ter de l'exploi-
tation, M. Rhelfeld qui apras s'etre rendu
compete de I'accideat est retournu en ville.
Le traffic est interrompu.
R6puablique Dominiicalne
Le S6nat de ia Rcpublique Dominicai-
ne a approuv6 le traitp d'extradition con-
clu ad refasndum le 19 join 1909 avec
In Etats.Unis. La "Gaceta O tcial" de


15 novembre 1909 reproduit in exte,
texte de ce trai-d.
Le 20 Novembre o99, le Presidea
la Republique Dominicaine a prora
une nouvelle lol au sujet des bueaj
douaae et des ports. La di.e loi a
te do commerce d'impottation t
station du pays, se divise en t21 chI
et 236 articles Actuellement les po
d'importation et d'exportation sont S
Domingue, San Pedro de Macoris T
togero de Azua. SamanA, Puerto
Monte Cristi, Smnchez et Brhona.
D'apr&s une loi promulgaIe le 22
vembre 1909, les par3iculiers ou co0
gnies indigenes ou du dch rs pL u-ront4
minnder President la peim;ssi.;n del
seivir de I'e.au des tleuv.s da p'ys poa
la generation de la torce m ,trice devu
sevair A I industries e: A l'.g iultaure et ao
si pour approvisionner les villes Ces pa
missions seront i.ccord6.s tou es le i
que le President le jugera A p'opo;.L
demands de concessions d'caux doives
6tre accornpagndes d s plans et devis de
travaux projetcs, d'ud e description d
taillde des p&cedents e7 d'u-ie estim
tion dJdaille de leur coL' 0. eut m.
porter en fra-chise de tout i np6 fb
ral et municipal let mrut i uc, iesi m.
chl:nes et les fournin e; c: sa re; mut
travaux de constructions.


TRIBUNAUX

TLibunal de Cassation
Audi,'z, civil'e d i n mn r.:i r : ,:ril g9io
Pi6sidence de H Lechaud
Mini, re public Eug. Dzcitrel.
A l'oc:.,sion dc la mort de Me Nemoo
Mit on,ivozat du bureau de 'o t au-Pnoci
et ancien doven d ri i 'riil civil dePci'.
Goivc, Me I,(Lon Dj.,n uL reaire docow.
sell de Iordre des avocats, prie le mtnb
nal, come on a f.i: u z ..., de leverk
sitci- en digne de d.uil
Le tribunal, drf&ant i sa demande,ale
vd le si2g-, pour cinq nmuu e;.Ap;s qsoi,
I'auliencc a continr Le inbuial a p-
nonce i'ato4. suivant :
Ce'ui qui destaisit le ttib ma civil ds
Cap-Hltitien de la connaissance de toaa
les atlaires actuellement pendanies deit
lui en re le sieur Alphonse Pouget et la
rre Nimi Auguste, son 6potu;e e: MJi.
Adhimar Auguste, en quelquc qualiu6q"
agiss-, celle d'avocat exccptde, gon 1
ment de routes celles concernant 'e ditA
house Pou'et et ddsigne, pour colnait
des dites afftires, le tribunal civil dePar
de-Paix.
Le tribunal extend l'aflaire des silorsDfl
vallons et coasorts, demandeurs par Me"
chel O-este centre Murat Desvallon, M
fendeur par Me Solon M6nos.
Ap-'s le rapport du juge DaUaOd
avocats des parties out diveloppe leusn
yens.
M. Michel Oreste, pour le demasd'O
pense qu', n'y ait pas une ciu;e oUi1
prit de chicane ne soit plus manifeste.Ll'
fire date de 1893 Maii les personnesda
la succession est en cause sont d&"c6Id
puis 183o. Tout alliit piisib'emtint q'.
un beau matin sort un p2piertimbtqS
vient jeter la discorde entire les deax ftal'
les. Le but, c'itait de desslisir lei ,Oa0
D.svallons de tou" leurs bOens
Le tribunal civil rend -in jugemeantql
pourrait qualifi6 de a mo, ide j itil'
qui admet que la succession de Pierre RIT
mond Nau, leur pcre, n'avait p- NI
taged et ordonne le partage. Cest
la derniere parties du jugemnent q@C
clients se sont pourvus.
Ils soul6vent deux moyens : Vio0ati
i'article x48 et exces de pouvoir de
miers juges que Me O:este d~velo0pc
guement. .
Me M6nos sour ses clients rpola"
ne pense pas evoir eutrer dans des -
d6rations sp6ciales, le temps des w
bles magistrats est si pr6cieux.
Mais il n'est pas possible que i
nal admette le rer moyen. Si OBa
avoir interet g casser le jugeousc
centre tout le jugement qugo.o l
diriger le pourvoa, poisqu'on invof ,
148 qui embrasse tout le jogis.*,.
Quand les qnaliths onut te sg
prties sans la mention de l afanhm.
demadeun, ils auraient du ..SS
ties dana ls 54 hesres poet 1 -i










imorer cette pr.fCSSiO!fl VOL's ne Vv
pss fait, vous iteb fort cloi miijueflant.
C'esz j tort que.d6us cti.te tiiare, (on Ii.
roqfelCa pre$CTIPLIOU.. It tiC 1i5.su. eA
.un@ dei lp:&Ce, qu)Ie aisi y CUE rr-
age de la success wn dc It ymond N~u.Et,-
re 11 tmolt de ce dern e-- et I'anflLe 1893.
I y a en effect plvs de c rquanie ans, mais
sl1 ve prouve ncr', hVic iun en ptriage cSt
wue sa dfn'.-weLtcvi" twa-oi'dae cet'e
ffire est rCnvoyde i NMarl P ucha~ri.
Le seg cvler'e.

hanijement d'Adresse
POUR CAUSE D'Ac.1ANDISSEMENT
Imvp J. ViE RROLLOT
Rue du Peap e on du CdAvi'e, No 78,
Ptr- 11P i c'.( 1H i.;).
VL'nrv'iriei i.t J VEi~IM() I (OT''a
do ma n~ornh-C1-' 4li-wt%'o z(r-t IsI aoujr
prouver (V'0 lout rrcn io(nw i #-. I.- %o
atelfer c- t r i wiav-l' I -Ww g '-I soin
Ella conltinumi X i 'fties .hmn
par ca. itII~ 1 i W j'11imwes-iog(I q i la
Car-(a~ c .ti ,-'. 'i jt e.l 4( 01111- lca.
joturq 'o-4 t \ vux It--; ev.-ttionrie-
meats d-3I Ell, leur a-1i, r. ,st
perd ; v' w '.,,e~ h~tjC .' dej&
conqlliqp P :1 11 nili.
Mtdrit,-i la ( ciuti [1"e dot','(qc.iefl's eat


Monsicku- App. (ipolin
I'o-tt A( 1L !a colvliiari.;le d(. sc"snomn-
breiix a.1' I t:- u''i If- a r sa )Jlson rir
r *pb i ,mN,~1).Vw) -,vra trar-46,r~e jA
parft ir 1 \vril al N -1 8-2dip, ]a
rnMe I. Me ~'I' If, kJ1A1iiaJg
ri- dii o'j e, t~'dela. Iarntl-son
Webly Pressoir.I
11,; lit, -v. i i' (011 nil ji-rle pcmss6
Wexe-1 *vittli 1011a uugi43t blanc cde
la mai'o: i .lt f r.o ,lBIordetiaux.
Opollo, Mal;141;. Musa-vt, Vermouith,
Cognac v: Chanipzxpigntodo 14 m~me
maison.- Liiqu-urs as ~ori P4ct Sirops,
Cons": vo-, HWurr' tie table d Italte
demw iji' I i hL vi-norjsis an6i'icaines.


AmeriecAn Bar

lee-Cream Parlor
Place a c ,
de la Ph~armacie \W. VUCII.
Arrive pa-,-SIS ALTAI
EVANSVILLE -STERLING
la b arc fai:orite de Po.-t-a~vhInince
la donzalnoi 1 jo bouteihles G. 7
le baril de~ 10 dzt. 112 bout. or P1. 12
WATFI-:NMXN S Fountain Pens
Buperbe Colluction de or P. ~2.,r0)
A o r P..
Clip-Cap pOALIelS plUtaes G. 40
FRE.D W. 'KATSCLI.


LINEGE HOLLANDAISE"
(Koninklijke West-lndische Maildienst)


Le sis Prins WVillem I venant de
New-York est attend ici dimanche
17 courant et partira le mome jour
pour les ports du Sud, Curacao et
SEurope.
Port-au-Prince, 11 Avril 1910.
AUG. AHRENDTS. Agent


Line Alias

'La malle pour I'Etranger (.viA Jdrd-
me.)a par le Prins Sigismund s fer-
mera & la posted vendredi 15 courant A
6 heares du soir.
Port-au-Prince. 13 Avril 1910.
F. HERMANN & Co,
Agents.


SiI VU voez i)i IIikui I'Hir \ jf iIW I, : i


Si vous voulez hoire Ii l{iut'V ,::1.,:l.:t\, J itn r ; ;, v:,, produit
d'une distillation mlithlodaq je, all z chpz

Leon Liaulaud & C'b
PLACE DE I.A I'AI\
oi tous, riches et humbles, vous sorez st :.'aiis. LI ,pu1 1ti ( d1

Rhum de L'Etoile"
s'est faite rapi.lamont gc' :ti I'Ax.-' loi 1 i. di titleri e de iL 1: oi0e "
* n Plaine du Cu!-de-Sac, ofi se f briqui.t le
Rhum de leu M. Barbaiicourt



Rhumn Barl)aanc(tarl
7 IULE IUES ( l.

SELLI- Pl: OSI I'AlltI
Si vous vo.,h z boiite du

Rhlim Barbancourt,
adr, ssez-vous .u N 7 dJeo lRu: IES CLfSAH-

La Maisoln Baurbn(I'ortl
N'A I'AS DE BI lT I lSALE..


USINE LTTOILE
A LA BAUI)VH:E, ARIAIhAlE

BRIQ UES,
lUIIQ U ES,
BRIQUES
Ak ve n Ie Ab -i rb3 r m h, ch;=,z
Green huiaehel& (10.

(ij9d, 1-11- taill i f-4ie 0 it ) eV o meit Pa.
varstag a i'vx conql'raiu-.-m-pm i loavo.
lume : 650 bique4 au m~tie ':ube.


- .~.


,,:otei (4-


Franiec


'a~i Li lai~r'a )1-1,A hii..Nl).\Is I.
lent" ~ dt-I,


*, r


( i !)ii1l'i ~(d 'Ilresse

D' Edmoi H firaux
3:~~:tiunX 11-t C 9.A I INK


Extrait du


TARIF


Cigarettes


Gdndxral, -


GOURDES


NINAS le paquet de 20
do Ie paquet de 10
CH&SSEUR le paquet de 20
HONGROISKS en levant supdrienr Le Bondon de
20 cigarettes
do en caporal supdrieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland le paquet do 20
do en caporal ordinaire papior bleu le
Bondon de 20
ELEGANTES en Levant ordinaire le Bondou de 20
do en caporal supdrieur paper rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FPtANcAiSS eon caporal supdrieur paper rose le
paquet de 20
do on Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do on caporal ordinaire paper blend le
Bondon de 20
RouLgtS en Maryland et caporal sup4rieur le
portefeuille de 20
do en caporal doux la bolte de 10
do en caporal ordinaire le portefeuille
de 20
do la botte de 10


1.20
0.60
0.90
1.2c


0.75
U.75
0.70
0.70
0.60
0.60
0.60
0.45
0.75
0.40
0.60
0.30


I ,

Fut retablie en six
PAR


L'Emulsion Scott

Je declare que ma petite fille souf-
frait horriblement d'une faiblessc ftne-
ralc e l'organismc ct d'une andmic
tcllcment invitcrer qu'ellc se consumait
de jour en iour. Je lui fis prendrc
I'FMULSION SCOTT avec Ic meil-
leur rcsultat.
"Six mois de traitne,-m t remirent la
petii- conipletcment, et maintenant
ells est tfo-te t ro,,' t: c* c!le a bonne
cuulctur, fasant l'.iJ::;: A :. de tous
ceux qui 'ont conn'c ti.. ." :C iniirmc."
JOSE A. GcRA\AD)O
-'o de Janciro

Ce que I'EMULSION SCOTT a
fait pour cettc enfant elic le fera tou-
jours pour toutes les autres qui viennent
au mo'_. avec une constitution faible
et maladive. Elle est une
veritable Providence pour Ic
jeune age. .
ce-,tte .irqte J i a:t l'r 1 r
SCOTT & BOWNEF
Droguistes Nt v Y.ork
p_______41 ____ -


--- S --~


Avril 1910.


Tabacs Scaferi, ti


GOUURD.S


ILEVANT SUPfRIBUR (dit tabac d Figypte; !a 1Lu e de
50 grammes

LEVANT ORDINAIRB paper violet lisst1, It p. -uet
du 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 gramrnmis
(CAPORAL SUPERIEUR paper bleu le paqut de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 5uo ,am-
mes
(APORAL ODINAIRE paper pate brune le paquet
de 40 grammes
TABAC A ImasaR, Virginie haut gout, paper jau-
no, le paquet de 100 grammes
POUDR3 SUPERIEURI, paper b'eu le paquet de
100 grammes
POUDaK ORDIWAIRl, paper bran, le paquet de 100
grammes
TASAC A macznR roles Menus filsI le paquet de
100 grammes


-L.ageX~t ap6CoiaJ


Souffrait horriblement
d'Anemie


mois


AGENCY SPECIAL


de la Re qie Francaise des

Pour la R6publique d'Haiti


0.w0


0.70

0.70

0.60

1.50

1.50

1.20


1.50


--


I


I |


Ni III ? A %lA .1 F


V T-.U ". I


--~uw


V s


J. LAVLLE.










CIGARETTES MARINA


TABAC MELIA


M.


Ces dtlicienses cigarettes sont fabriqudes avec d4s fabacs de qugWi
superieure proven'tit d.-s plant:,tions do la Maison. (Ciique etui de 20 i.
garettes con'ieiit uie ptho'ograph e arlisl'i(ie et un timbre-poste pour co
lectio iieurs.
S:afeilati suptseiur in paquets de 50, grammes.
Embailage paper d t;tain.
Le mei leur. ,e oins c 'er !


Melia, Alqer


Fourni--,eur des H64ie Fi-anfl:aise et Ttimi-ine,


LN FNTE 1E'J PRF IX


MIU,* MAIrrI, AMERICAN BAR, ET DANS Tt)US LES IION, f:;TALISSI.: IENTS.


En gros, chez Mr EDGARD ROSE 52 Rue Ferou.


MAISON DE CONFIANCE
14S GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,
I.E TAI.I.IF li, si bien connu de la
4p ublitqut!". tvi"o ses uombreux CLI-
ENT, qn'i l vient de recevoir par les
deruor, .teaineis uue Varidtd d'6tof-
fes do : liagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote. irap vert et bleu d'une
r6elle sup6i iorit6.
COUPE MODERNE I
PR,(MPTITUDK I SOLIDITY I
L'MtabIle.oment se recommande aux
client:; lo; plus d6licats qui apprd-
clent claquo jour davantage le FINI
de nou tiavail.
Dren.uJc c:i'z Joseph Sain:-Cloud e
Re.toarAteur dc la Sa-t' et des Cartes p "-
Itars lllustr&es.

Ir:ancisco DESI SE
F'tl>ri -aint ie hnus-Lsure.,
I,) M lI i 'll 'tura a t)il|ll-O s on d&-
polt ill 1. i ''u ., -p uril a vente eni
g,> en l.a-' de chliaussures eln
tou-, -"iw-! poiw
S.M'4-s1. 1'''!E- -FNFANr-.
l-< ,i ,ll' :n ii ". I t*-" l c(-om iiieri;aiits
de I inl:t -. i,)i l iilro it li -. executees
dan-. i'n- s.-mlAli' A peu pti-s.
"2 1 i, ldes l ionts-Forts, 2:3
I'ott-ju Pltince (Haiti)

Les Cigares du
Centenaire
Se tumenot uu peu partout dans la
R6publique.
On les peut acheter :
PORT-AU-PiINCE, --- 25 Rue des
Miracles, 51 Rue Roux.
A JACMEF.,--- Chez Hugo Jensen, La-
fontas, et l Bllande.
AUX CA YES.---Chez P. N. Nentone.
AUX ((ON.IVES,-- Nicolas Geffrard.
A L'ANSE-~'HAINAULT,- Chez Ar-
thur Drouin, Piard Youanca.
D E-M A IE,--- Chez Vve Harmoni
Briert, F-rtiin,|4Z et ailleurs.
AUX BAKR.ADE:itS. Caez Clolo-
mir Drouin.
AU GAP-IIAITIEN, --- Chez Olivina
St-AudAf.
PETIT-GOAVE, Mr Robert War-
IMi Igton.
GRAND-GOAVE. --- Mme N6oclia
Ballewvu.
PORT-DE-PAIX, -- Madame Tallia
Saint.-Elo
A SAINT-MARC Chez Caseau frAres
et Edouarn fils.
A J EREMIE, Dana tous les coins de
Ia Ville.
La Fabrique serait heureuae d'avoir
leas agents dans lea localitds od elle n'at
pa. encore reprdsent6e.
Toute recommendation avec s6rieuse
et bonne r6f6rence sera appr6cide.
EUGEN. PRIN,


Sransfert d'Etude

M" Charles Millery
Licenci6 en Droit, Notaire public
32, Rue des Miracles, 32
on face da Docteur J. Borno.


A L'tLEGANCE
QORDONN% ; N RI E.
N3l .-'_L E.E
42, Rf. i rj3ts-orts.
CUiAUsCRKU 4K Dut.q t ,PouL LA VznTs
Proruptitudae- a siu aux sommas-
des taut ici q 'u c('oviace.
Gh usauro.- i, .,i t-rine e t tra-
vail toujourA t'.iat ce 4 'I y a de plus
so :Veaux.
Former ,cS: r c i.:~oa t frangaise poar
mWessieurs .; <.. .. t commodes.
Pour 'is e. :.:--*. ua Al'aise.
Travail si -ide excut6 avoe
ion p,a ;i, ::r ,,rna6reomarque
Assuramme d. k :P-gais.
IP* *r ..*rr,..i> <, <. s t L ltu dI

LA
Cordonnerie Nouvelle

C. B. PET01A
S(;G '. NI) I;L i:L 1 'L 3.
Avise sa zio~,nbr ,e o clientele qu'el-
le vient elo r. 'eve p.,i dernier ba-
teau, n ,. f, (ji~ iiuti Jdo marchan-
dises et dle f i.:.t> e- d ltoute frat
cheur et de tolto be:u't6, import#es
de France, d A:lemuagne et des Etats
Unis.
Le public i'ti.it. curieux do se
bien chausvit'. v rouvuoia les peaux
les ,,lus solides te aux nuances los
plus varies les foi res les plus belles
et les plus appropri os.
On n'a qu A v, *.-.- /. G.B. PETOIA
pour 6tre asstiur .at-6 a chaussd sui-
vaut les metlitur'- loi- du confort et
de la mode. Spie6cialites pour dames.
Grand Stok Id :liati-sures ;
Peaux. cirages, f,,rnes, fournitures
*et materiaux div.i s pour cordonue-
rie. On trouvena tout ce qu'il faut, aux
prix les plus niod rA.s, A
LA C iORtn.NNKtIK NoUVELLE
143,4(RANI''RBUE 143,
---~ -- -

NESTOR FELIU
L'excellent tailIleur avantageusemeni
counu dm tmtola a ii publique vient
do rouvrir suu e,,lijr Rue F6rou,
(* Rue des Miracles ) No 61,
Sa nombreuse clientele trouvera
I comme tonjours toute satisfaction
pour lsm travaux qui lui serot son-
1k 1 a.


MT C. L. Verret
Tailleur-Marohand
Donne avis A a bienveillante clien-
tele que ma maison No.7, Rue Traver-
s*ire eat tonjours bien pourvue d'uns
vari6td d'6toffes d la beaute sou-
veaut6 parisitene.
QULTrri SuruAiuSRs. CouPS ILiteANTr
TRAVAIL o010l*l. ExiCTrTIOI9 ROMPTw-.
PrX STa rd4t t&s I

A Vendre
Une grosse malls trangere de 42
Boone poor families.
S'adrssr an a Matin .


A de MATTEIS & Cie


:32, ItL'UE 1)U MAGASIN I)E L'ETAT

Maison Fondee en 1888


Bijouterie. --- Argenterio. Paifumerie. --- Articles de luxe pour salon,
salle A manger, chimbises, etc -Miirons At tableaux artistiques. ---Servieftt
pour avocats, homines d'alT ine-, ministies. --- Bibelots 616gauts, d6licats 1$
rares. --- Articles de bureau. Wec
Achat de viel or, argewit, di.un i t, & aill-.
Reparations de Bijouteiw. ls.- articles veudus ou repares sont garan.
tis pour une p6riode d6teiormiot,
MAISON DE HAUTE aNl'IAN:E et de Plremier ordLe.


Vosts trout verey
Grand assorlimcnt de VINS D)E TABEI.' KOl'GE ET IlANC
dee vins lines I'OIADEAt'\ Ct IOURCOGNIE
I)e la lm.li-i ullon MUN/ i-; et F -ls I'>OR EKAI\
CIIAM.NPACGNI- maques de ViN- 1.I: e: lC:'.E Li.sk..y
de 7. A 10 (Gour I s I bouteille
COGNAC et FINKI CIIAMPIAGNI' d3 la gr. nde marq.e OTAiin DuPvr
Th6 de chine Elpingles A chapeaux
Biscuits tins BHrret'es et 6piniglas A chapeaux
Tapioca C(av;tes Haute Nouveaut6
Vin St-Raphau& 'hopiographes et Disques Aspir
Madere, M ldga,Jei. z Grind assortment (de
Huile en litres e' Ibidons lPai turm ie et cotlrets de loen
Sardires Munzer & fils ,,arqoes : louligant, Piver,
Vinaigre extra en bouteil'ts- Kerior, Daver et A. Faubert

chez Andre Faubert
38 hie Roltx
PORT-AU-PRINCE
Agent g nral pour la IKpubJib # d i Htiti des maisons suivautes:
OTAID I)DUPIY Cog ac A Cognac
I)ETRFY & Ii:\IY Purglyyl Palis
de VENOGE & Co Chmnpagu' A Epernay
Etablissenmoots Pho-ogralphiques a Paris
PERNOT Biscuits I)Dijon.
Pour tous renseigiemeniits, comm ii des, etc.
S'alresier A ANDRE FAUBERT
38 rue Iloux A Port-au-Prince.


Laboratoire Sejourne
PREPARATION DE TOUTES AIMPOUI.LS Me[DIlAMENTEUSES STiJI'
LISPIESb ET INJECTAHLES.
Ampoules d'Eau de rner Isotoniques selon Quinton.
L'eau de mer que nous ernplovous a t.M soigneusemrent capt6e an IV
an delay de I'IIk de la (GoiAve. Nous faisons remarquer au Corps w6"
l'observation judicieuse que font Ies labor tatoires strangers :
a L'Eau de mer injectable doit atre de fabrication r6cente pour avoir togut"s 9 0
pri6t6s th6rapeutiques. De nombreuses attestations nous permettent de ceWrtiol r
nos produits ont donn6 tons les r6sultats espkr6s. a
Sp6cialit6: Serum nevrost.h6nique
Ce Sdrum r6gularise les changes uutritifs, il a 4t6 employed avC e
ehs dans la neurasthenie. la tubh-rculos;, etc.

ACCOUREZ

ChezHerrmann Corvington

108, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DES MIRACLES
Vous y trouverez du Bon Rhum Sup6rieur
E3Dxu Vin IBlanarc & REoxtoge
,A des prix exceptionnellement avan1tagS


-- I


>



I