<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00891
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 6, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00891

Full Text





qaatri6me Anl6O; No 909


Port-au-Prince, Haiti


Mercredi, 6 Avril 1910


ABONNEMENT8
UN MOs G. 2.00
Port-au-Prince
S Tnois Mois... 5 00
Up MoIs G. 2.20
apartmentss aois Moss 6.O

Etranger . ts MoIs 8.00

DuMnCTBUR

C16ment-Maglolre


c


1


J


LE NUMBER 1 CENTIMES

w~ 4Iu- *, in, m rM ou non n -un'~#
1,i ro du
REDA CTION-.DMINISTR ATION
45, FLF ROL:X, 45.

ADMINIST ATEUR
Arthur Isidtore


OUOTIDIEN


LETTRE

Parii, le 11 Mars 1910.

Man cher )Drecteur,

Sans doute il est bien tard pour vous
parler encore de l'inondation de Paris,
mais je veux mettre les chosen au
point quan I ce no serait que pour
mettre Yos lecteurs on garde centre la
teodance i accr6diter comme paroles
d'6vangite tout ce que transmet le td-
lbgraphe. 11 y a les canards joyeux at
lea canards sinistres ; il est bon de
cooper les ailes surtout A ces derniers.
Vraiment, je suis tomb6 des nues en
rocrvant. cette semaine, le lesttres et
1le journaux d'Haiti, lettres affoltes
de parents dans l'angoisse, jouroaux
remplis d'6motion et do compassion.
I1 y avait vraiment lieu de s alarmer
on lisant ces di6pches, mais que c'est
mral connaitre le temperament frauoais,
do lee avoir prices A la lettre La Fran-
ca n'est-olle pas I'6ternelle patrie de
I'hyperbole, et tons lea franc tis nc
sont-ils pas un peu Marseillais ?
11 n'y avait plus d'affaire Steinheil,
Chantecler ne pouvait lancer son co-
corico tant attend, Paris baillait, les
ournaux n'avaient rien A dire, le di-
bordemea(t de la Seine est arrived A
mouhait pour fournir de la copie P et
d6frayer la conversation. Pour fair de
grosses recettes, les quotidiens exagd-
raient A qui mieux mieux, et c'6tait
raiment A so demander : Mais qui
douc trompe-t-on ici ?
Qaoi vous avaz cru en Htiti qu'ii y
a eu cent mille victims, quo les lHai-
tieons talent en danger, quo Paris 6tait
soun l'eau come one autre ville d'Is;
on me dit mrme quo des departs ont
dt6 retards en attendant de meilleures
noavelles ; vous avez cra que la Totlr
Eiffel et d'autres monuments ou edifices
dtaient menac6s, que Paris allait dis-
paraltre I
Mais ga, c'est l'histoire du port de
Marseille obstru6 par an banec de sar-
dines I
Voici en qaoi se resume le d6sas-
tre: on a eu cotte ann6e un hiver tres
plavieux, api6s quo d'ja le printemps
et I'6td avaient doan6 beaucoup d'eau.
Comme consequence, la terre dtant sa-
turo*, ne pouvant plus boire, tons les
ours d'eau ont grossi, et la Seine a
hit des aiennes 1 Cela no s'6tait pas va
dpuis deux cent cinquante ans, et
oe en remontant al loin, on ne
trove pas un d6sastre auesi impor-
tant.
II rny a pas eu Grois victims, et I'ob-
"rvation a etd faite que, par excep-
tion, pendant toua cos jours ou I'eaa
*tait, aucun d6sesp6r6 no s'y est
Vs poor chercher la mort ; le spec-
e nouvean de l'inondation occupait
s pad onnait tons l1s esprits; Ile
ep malheuraux n'avaient pas le temps
'^Mear a masicide. Qaand la mort
'fal* chacutn vent vivre, le bficheron
M 'e a recharger son bois. Dane
hre deo Paris, il n'y a jamais en
S4 de 2 Pieds 'ean ; en dehors de
r Alfortvillo, A Bercy, a Ivry o&u
SAe a montd pias hat, persose no


DE \Af IS I L'attention publibjne a 6t6 vite las-
| sde des frasques du 11 3uve et il avait A
peino reprise son lit qa'on uno s'en oc-
capait plus. Chante'rer avait remplacis
Lei d6gats consistent en plantations 'a Seins, dani les convArsations et
ravages, usines arrt6es, baraques ou dans la chronique ; pais aVierge Fo~le1
hangars d6molia et emportis, mtuies a remplac6 sChalnt clers.Duis la efa
de toin, p!anches, boil, *nlev6s des d6- a rem:lac6 la a Vierge Folle D ct, r A
pos oun des quail, etc. Paris, ii faut du nouvaau, n'en fMt.il
Aucune mason renvers6e.acun 6di- plus au monde.
fice dcroul6. Et voilA comme quoi, tauJis que
A Paris, mAme dans des quarters bones aoes senqibles, vous vous af-
6loignds du leave, tola que Is cour de folez en croyant que la tia du Imndee
Rome, rue St-Lazare, il y a en un pied arrive, ddjA, que ce ,leboidement est
d'eau par suite du d6bordement des I'.uvre do la com6te, que celi com-
dgouts. Dins presqIe tons les quarters, mence par I'eau pour liair dans quel-
les sous-sols out 6t6 inond6s ; les que embrasement g6ncral, oui, pen-
grands Magasins du Printemps et les ,'inot ce temps-lI, Paris continue de vi-
galeriei Lafayette out subi de ce flit vre sa vie merveilleuse ; sur ses beaux
de graodes pertes, et aussi la plupart boulevards, continue de palpiter son
des commeriants ayant le rsn i6pts lo2e ondoyante. in iombrabli et c.smo-
de marchandises au-dessous du niveau polite, et la ville unique continue (d'-
des rues ; jusqu'en ce moment, jour tre unique, gale & elle-mi ne, plus
et nuit, des pompes 6puisent I'eaa qui belle et plus grande que jamali. A t
review toujours, I'infiltration ne pou- devise n'est-elle ps il ictuat nec ruer-
vant s'arrter d'un coup. Les pertes gitur ,.
matdrielles soot 6normes, on les esti- Jamais elle ne se trouav mieu juxs-
me A prbs de deux milliards pour Pa- titide
ris et ses environs. -
Le Metro a dtd envahi, st jusqu'au- ,
jourd'hui la circulation nest pas en-
core rdtablie sur toute la ligne; les
chemins de fer d'Orl6ans et de Paris-
Lyon-Mbditerranade ont aussi soutltrt DE
dans leura services ; Ise service des bi- M
teaux parisiens nest pas encore repris. DUMAS filS
Mais on n'a jamais eu d'inquitude --
s6rieuve A Paris; chacun 6tait i sa Qaelle traog, aventure, vieat 'ar
t.che, et tons les soira, one foul. in- Q!eibe trang Faventure, vient d'ar
nombrable, se portait vers la Saine river IA-bas A l'aimable Monsieur de la
pour aller contempler le spectacle de Charlottrie. Come lea en a en la
pIeau battant le hast des arches; on primer. Paris, toujours si friand Je
marchait dans lean en riant, les von- ces ti as r~gals a suivi avAc un vif intd-
tures circulaient avec de l'eau jusqud rtot tons les tailss de 'l iliairs, A la-
Ia hauteur des moyoux, lee automobi- quellse le grand norm de Damas jetA
l erwauimprudemment dans la mel6e, donnait
lea et leo tramways fendaient 'seau qui tout do suite l'importance d'un incident
bouillonnait come la prone dto ca- littAraire des plus sensationuels.
notes automobiles, et c'tait nouveau, 0 1 sait avac quel soin jaloux, Paris
c'dtatt beau, et Paris s'en amusait. veille sur sos r-orts illustres ; on sait
DAns leIn cafds concerts, on chanson- le cults pieux doot ii eatoure lour m6-
nait la Seine. Jamais lee thbAtrea n'ont moire, at on sat aussi quo de ceux q i
ferm6, except deux ou trois par man- moint parts depis cet ai de qu dart dux qui
que de lamitre dectrique ; le service soot le,pateur do la Dme au.r quart das
tdidphonique a 6t6 suspend pendant c aer do t Dime a C as
t1dphonique a t suspndu p test celui dont il gard o le p!u, cher son-
une quinzaine do jours. Quant aux venir t qu rie le touch, de pr
produits d'alimentation, its avaientniret qu inditre touch
baiss6 de prix, parce quake lee journaux no le laisse indio qure dot.
Sa ant imprimd quoIs pain et fee vivres Mais me direz-vo'1., que s'est-il done
a1ant impanm qu lel pain et le vires pass ? Laissez-moi vous le ,.'onter,
lea pointdea Franc en trop grande puisqu'aussi Wen. un leureux hasard
abondance. Francra m'a mis sons les youx routes les pitos
Rassurez done yos lectears I Paris du proc.
eat aussi beau qu'avant, des secours Q. uand il y a 1ii ans, par une trite
sont arrives de partout, dee socidt6s *e journ4e de novembre, Alexandre laJ-
sont constitutes pour donner du pain ma' File s'endormait Marly du som- t
et un asile aux sinistr6a qui me comp- meil de la terre, come dit le po6te ,
talent par milliers, ouvriers mans tra- au lendemain des fun6railles, les amis .
vail. petits propridtaires chaseds de do Maitre, le intime', ceux ,Pi chaque I
leaura dmeures,etc ; il s'est aussi form semaine se groopnient A sa table, tris- t
une Soci6t6 de Crdlit pour avancer des tea du video affreux que son depart al- t
fonds aux commergants at industrials lait fairedans leaurs ranges, se promirent 1
ruins et lear permettre de soe reliever; de so retrouver quelquefois on m6 r
une loi ap6ciale a dt6 vote reculant moire de l'ami dispara, d'dvoquer en-
leors chances ; enfin la France at aemble sa grande figure. et de revive
les deux Mondes out donnd & Paris un qealques instants cos chers souvenirs e
6clatant t6moignage do sympathies et tristes on gais qu'ils emportaient de t
d'admiration I Partout o& i y a onue toI'hospitalibre maison, que I'absence du 1
moindre dommage, on le rdpare, et maitre laissait ddsormais froide e: de-
ddja i'i-o4dation 'et qua'aun souvenir sol6e !
ear des carter postalee et dans des al- Un d'entre eux, Mr de la Charlottrie d
bums do gravure quo les camelots fat charge par eux de donner corps a i
crient A tone lee coins de rue : Achetez ce project, de r6aliser ce r6ve amical. q
Paris sooa I'eaa, l'albuam, treated conti- Qa on effet, miesa quo lui pon- t
ase I vait le fair ? II 6tait le fileul de Du- r


mas, il avait grand press de lui, avait
A t6 le disciple bien aim6. le confident
de ses pensdes intimes. Ceux qui lea
voyaient souvan', eniemble, devant I'af-
fection toite filiale de I'ul, et la solli-
citude paternelle *e d'autre, souvent s0
demandaient si des liens plus doux en-
core n'unissaient pai ces deux aumes
d'dlite I
NM. de la Charlottrie se mit a l'oeuvre
et le Diner des Arnis *te )umas fat
fondly, et depuis 1'6 ans. deux fois V'an
ces iil'. s se rd'auesent pour parlor
encore d3 lui, et raviver un souvenir
qui n'est pa p prt al s' teindre.
0' ces jours diexi niera, un r6da -tour
*1e (Co1/ P .f, MN. Louis Nav,:i, out
l'tieureuse iddee 'aller ltemanier pour
-:es lecteurs A M. de !a 'Charlottrie an
peu d'ind.lit sur o grin'l dcrivain, et
dans son journal ra, ,ite en un article
ctiarmant intitu!6 a In m6moriams la
vi-ite qu'il a fate zau tilleul tie Doimas et
1'accuei qu'il en a re;u. lPromend par
lui au mi'ieu de ces pr6cieux souvenirs
avec lesquels il a Lonstitu6 un vrai
Musde Dumas, Ni. de la Charlottrie lui
a racont6 ,lu Maitre, des ch!oses char-
inantes,des anecdotes connues des inti-
mes seulemient que notre choniqaeur
recueille pour le plus grand. plaisir de
ses lecteurs.
Tcois jours apr&6 la pui.'ication do
cette interview, M. Na/, re., at do Mme
Jeanine Alex. Dumas d'Itauler've une
lettre .
A quel mobile a done ob6i Mmine l'Hu-
terive on dcrivant cette lettre "
l.a tiller de Dumas a-t-elle trouvd
qu'on ne lui faisait pas une placa suf-
nsante planss l'apoth4oie ole son p're ?
A-t-elle peon- que par centre on parlait
trop de M. de la C:iarlottrio '? l'oujours
et-l que pranant celai-ci A part, elle le
d&,larait un tilleul quelconque de son
pare et n'ayant aucune quality pour
parlor au nom des Airitiers Dumas.
Biese6 dans sa dignitd,froiss6 dans ses
sentiments les plus chers,M.de ia Char-
lottrie r6pondit. Etait-ce bien un fil-
leout comme tous lee autres celui qui
avait grand aupr6s du parrain, qai
avait dt le confident de ses pens6es les
plus intimes ? Etait-il on filleul com-
me les autres, celui A qui sentant ve-
nir la mort, le maitre avait contiA ses
dernibres volont4s et ses derni6res re-
cornmmandations ?
II semble bien qua la querelle devait
s'arreter-lA. Mme d'llauterive ne pensa
pas ainsi ; dans une second lettre plei-
ne de rancune et de secrete col-re, elle
,'oub!ia jusqu'a accuser son adversaire
de jalousie et ,l'ingratitude... C'en dtait
rop. D6,ireux tde mettre tin A ce
riste d6bat, Mr. de la CharlottS ie pas-
a la parole an M !tre, et c'est Damas
ui-m6me qui dans une lettre admira-
ble fit justice de toutes les ininua-
ions; s'adressant A cet hiomme A qui il
lonnait un si lo au tdmuignaga do v6-
itable affectation, il laissa tomber de
a plume ces doux mots :
c Mon cher enfant si to-'chants
at si 6loquents dans une belle circons-
ance .
Mon cher enfant,
I'ai vu G... I'aure jour 1 I'enterrenent
e MIle T... et nit: element je lui ai par-
6 de toi. Tu ne veux douter de l'aff-ction
ue je te porte. Tu te plains que ;e ne te
ais plus d'observations. Je ne te les ai pas
nmnagges quand tu les mrritats, il y a


I -


- _mL m mm m_. m__ -









longctnmps die cela, ct le t'ai onnc tdes con-
scils qi o nt prctit6, ) cr05s, A ta sant6 et
A con mntelltcnicc. Lint cj'.c jai tc d'avil
que tu recstasses r'-ili aire, MInA! les lar-
mes &-~ ta in~re qui ta~i convaincue que
Kit en intwrrais, tu n'cn cs p iv Mor et ton
caract~rc y a gagn4. Je rcc re donne 1p'us
ti:c Curls1" pac":,qu' in I n L).t., 4,1 U C IU
T In~ lu 00 TIiiC I0gI~
!.~ -11 inT1,A1t-9i. tray uld ur, tu v,, tn
O il I., I pu LjtC ITo w ',I !", 1.111
Pi: pnill I .. .1ulrC ., in. i n tct &lnil deI
C. fux Cq it 0h il'm t pis 1.1,elln Vlt
Cependaoit, tn yois i~iv Mm,-V. et son
IT'Ali .,sollt 11to~it d,- wtu-ind*.tzJ is detie 0
Ct tou.. ines. amis .-r: i'nr i ton ur~'
.li- ,ThA.i".Ii e. wilfoun- tin rhnItinP01,11
moi t! lud pti;in ta tratitles. Situ
4 t)Mv -t i v re co i)Tlmlct u [t*4., *u *: s
bimf-umizi jour un de,, i )rnimcts ICS


h~~~~~~~h~d 1,p(I u, tlu ii!-,I 'v iu tO se-
ra b &* li ,.I).It~ Cii Ir' .1 wi Satn%
Atiteirdf 11C t11.1 I- ~CIe. ''lu ,,is oclu tic
la i *i el.et'. b o chlinic. .I! r pas
Cnxi1t fri. t co-n-m- t2 a~t rggent qui
~. At~, c-, & Irtu -t juels
Coints~it-1 \ klt t tilz U i nc A u-i tnon-
nC e lu i;: tj iI c,) sailt a i ,*,i I o ng qruc fln.
S'iCi c Id, 11.. ij tin! ki;LI, Jc nec te dis
riCo1, -t .UijelkC i'alIon A IC dire. Le
ik~r ~ i ,mcdemandca uas coaseilpa
t'-i.,-r irtirno inzlcn persoinnJ, je scrai
0-)fliflC :e S Su tc-a."t .CL.
Alt Nx. DL\-A-S1:11-S.
Me c I n e tivtP (.'oc j p;i s cit'Olt-
sauer. -\,u,- iOus j!.trdlerons bi- dte

auiriotitet# iniV1' 't.Ielaleic-L r-A .di e'tte
btilf-iI t Iitv '1(1-Ml ta l a (Ihirlottrie
avec 's:runiol' t-otbaittiole Ioaurait j'a-

I ii li. i r ii faiat tou-


I'.:V41, i1tilli lutn ......N 114 -V',)1-~
V1t1-4 1i,# i11l111itn.I 1 '103 rateS- Iei~i1e4 D-tl-
mail ceimire 6tint Ln ~.peu on6 re-4. I.
are (- Ic hils no Woptj)0taiehnt -. a.4

t eis ,, AI i fij I~, t el % t'1iibje-t 11 t~s


a JIt bit'l..' I


UNil-tA :I I-t ), u p u..

I ~ ~ L 4-it I o tu I A-or
lit ~ u ert-. i ui imnus en
i- iva -I n LlI I-OUV' au
% 4 i.' r -. I o -yrnpa'hbie
pa0:1 tiu"t.


TRIBUNAUX

Trilinal de Cassation
A m.i i. Luunl, A 1i) heures et de-
mit, lai couI pr ir ittl !.' et prunon-
ce plos.d ; ui- aritlts :
*- (el.ti qi i at jelto le pourvo; tie la
t tie .\An lie Daa I'i ) urandiss- coimle
Ie jugnt-ni t td( t ti ianal civil dte Petli'-
( -..ee *',,, d it', du 2 ti ftvrer 1908, r r-
tlu s-,-- wpt1 ,# ,ontr elle etu ltAvear ,lu
.ieur .lu- ph l'a i,gue.
-C(:.lui 'u1i r .-ttrt comme ma! fou,16
Si .ou vo ir M Irar i;is M:Cht. y con-
Ireo it jugement dti tribuniul '.il de
.1 cmei r~ei idiu tr appti le l 27 ()ctoblre
-ItN)7 an piolit (dls consorts S.-Philipre
Z7phyr.
--Celuat iui casse et aunu'e I jut -
ment du tibunal civil du Cp-Ilai'lien,
rendil i (Oui.iaicl'oirem-ut sur aLhppl le
S.Juill 1907 cao t r't Volfaire C:6sar et
Eth6art (i uillumi S tin.
Ceui qui cd, late purcmtnt et nim-n
plement sans obj-it It requ(te, de Ga-
briel /. n,,. lo trih, nal ayant, par un
arrdt du ') Mars (1011, statue sur la de-
mandt continue dani la requ6!e.
Celui qui ca.s'e et annule lejuge-
m,-nt du tribunal civil d Cap-Ilaitien
an date du 11 Mars 1909. rendu sur
appel contradictoirement eu're I's par-
ties Michelette et les consort Morcan
pOuue, Dupr6sie Dessources et Lim6dne
hilippe..
-Celui qui declare le ieur S. Pierre
d6chu lu pourvoi par lui form contre
Ie jogement du tribunal de Commerce
de Jbr6mie en ddte du 17 Jaillet 1908,
reqdu centre lui au profit do la liqui-
dation Sansaricq.


~_ __L_ --- I _----U_


Celui qui rfjette comm' mal fon-
' d le uourvoi des i-'urs .1 II. Louin
Bilinr f, t',:',is & (co co ftre l J g -ment
(tu tribunal civil d(toe ort- lu-P since
rendu t)oitr' eux an prt tit de C(iius
L m oi he I (I ria. l '.)
AFFAIRP S KICI ENI E- Lyo)a 11 all
centre les dp ,ux Beinoit Armand
((:'ant r).
C)u, on'o ,t-. Lo'uis centre Saint-
(:har es
I :i u- <':* l si,'. apron i les heu-
Ses 1 ig ern- ,t i.'..
Tribjnal de Paix
U '.tu \i : ,: ii Lc sieur M N. J,.
Lom.is vou'wt dc.c cm:nr fire un sbjour
SPort-it- 'rince I .sani sa baine vil e
.le Port de-PaI. il dt'b rqua un beau matin
t la Capit.ile. M .is i n ,aiv it pis de gite.
Un de ss .imis, M. V. ljuzi ;e iecomman-
da 2u propritLtaue de i l16 el Sint-Joseph ;
'c ,r-ave ct bon ea'- n quest D. sriviere,
loea -t nourrint endant lontemps son
It)uvc u c ik n, '1 i b indonna un jour I'ho-
tel. oubll rit dJ pv .r la no'e.
iesr~t, c s'cn prcnd A Bouz/y qut s'6tait
por 6 garant de la p:ob)l d-e son ami. Le
tribunal pronon:cra s';n j.'-e:nent A l'une
des proch:i,,cs audiences.
II est bor. daj'nou r q.;e I i-Louis est i ::g
dc p3ix et a irouI.$, ce moyen commode de
ftaire .1 la cap'ale iin :.g b'z. stiour aux
thai, d'un ami tiop bieuveillant qui jare
mais un peu iard qi'on ne I'y prendra plus.
Tribunal Civil
UNI, .AUi Oi l.A .-- I, juge D. M i -
. ian pr&tid.. L- tribunal pronounce le )u-
gement qu an o;i'tIt vcan c au-iessous de
I'es:imn.tiin dc i'i.nm-.uble sis a l'Avenue
Dacos.e c appurtenant A la dame Hermin
Mathelier.
Erui:o\ ,I.LI .\..- L. Lumirque r6-
clai',L des domain gc i Ie ets, aylot eit
expL. se illegal -m.I~,, .;i -il, d'un immeo-
ble appartenint Mme M Lavud. Ses et-
f:ts ont d: i e:6s sur la vo e publique, sans
qu'aucun ;ugtirnn: .it ordonnd ou permis
un pareil prrclJd.
Me Luc T'lhd.-rd demand le i rIparation
des tort, :iusds par Mme LIvaiul qui en
prend tro, : son aise covers ses locataircs.
DeFp,, dib 'ieces est ordonn6. Jugement
A huita'n.c.
I I AN .I. 'i.. Des jugements
sont Tcpdui so,,s la pidsidence du joge A.
S -R 'inc qui d,-lairent pnrelu-c- les ins-
tances irn:udu t: is r lc general Getirard
C r i _tL ie s.cu" H-lnri ones contre Cli--
ry Coupeu, Dev:.'.: Lc.-a:crance ; -el Lva-
c-e D-:nis.






RENSEIGN KMENTS
MEIrEOROLOGIQUES

D) U
SIMINAIRE COLLf:GE St-MARTIAL
MARDI AAVIgL I Iro
Birometre i midi -64 n m2

Temlpraturei mainimnum 21 8
?maximum 32.2
Moyenne diurne de la tempdra;ure 26,4
Ciel clair la m: init ', nuaeux I'aprts-
midi et couvcr: lin uit. Piu:e a1 9 h 40 m.
de 2,9 mill-ntI t. Hori )n lointain un
peu viilb!e.
J. SCHfIRER.
Mr Ernest Chauvet
ILe Matin a revu avec plaisir un de nos
jeunes et inte'ligcnts compatrio es, Mr Er-
nest Chliuvet, arrive diminche, de New-
York, par le vapeur hollandais Durant deux
ans, notre c Broktyn DI)aily l',gle ou ii a dudi le
m~canisme compliqu6 du journalism, tel
que 'ont fait les pe fectionnements nmoder-
nes et s'est rendu comnpte de la diverse
des mrihodes pratiques emnployees dans les
grandes villes on la pablicitd a autteint touae
sa puissance. Un certificate s gao par les
chefs des ditibrents departements qui out
dirig6 les etudes de Mr Chauvet, attest
que ses efforts oant t6 coorounns de succes.
Nous souhaitons one compete russites


A ce :emp&ramnc.- qu'cn voi t're fa-it
poir la lu:'e et 1,: travail et qui arpore
des l66ments nouveaux Jdi:s I1 pres:-e hat-
tienne.Oatre ses cipic -.,M- li-nest Chau-
vet a, pour fair:- triompher ses efforts lc
charme de ses mmn -s aimables et de sa
distinction de bon ,oa't.
A vendre
Ui biss, avec b :id,c. en caoutchouc, fi-
n-ur en cu,vre, !och, t:: etc et t
S'adresscr Ai 1: Lt-h tion Arn~ricaine.
Jumeaux Ens on pleine mer
Niissanc dts fils du Mitrstre de France
en H.ii A bird du P.ni Joachin "
atten itiu ujourd liui.
D:ux i's sont PnS de .M ie Tore, I'dpou-
se du Miilsuie en tlii.i dirninche de g'and
ma in- Corr)me pour tcttr I'heureux 6ve-
,-ement, N p-unc dico ntnirJa un orange
qui s'arnonq it: e I'annencc dts naissan-
ces la mir ct c' ma.
Le c cl fit b 1., Jes lourd; nuiggs qui
I'ubscu-c.sacn' 'acpmis qieClquI s h'Caitlc ,
:t on cntc'idit dans le ltin.:an sourde-
mert les z-on.c'nen s da tonnerre.
Mr et .M'e Jore snnt en rouwe de
Po' ic-Prcnce po'r N \w-Yo k d c u its
conti:,,u.rOnt po-e r H' r's l)r Ch Bir:on,
le meidec du b )drap 'ir'e qie It :r.re
e: les cntt:its son i en t c:. 'b ine sAn'c.
Le biteau r-rivc a t Ncw-Yo-k d'n'.
A vend co
L.:c mason tou c neu:e si, Rue i a 13
Revolution tout p-c; dc la Chiinbre des
Dep J d-s.
S'adre~ser aul n" 127 Jc ui r.e du I'up'.-.
Marie 2-4 fois
Ar.h lr F. / -nrnerm.in, a.i,s b: on von
Lchtenstein vi-nrt d Ctre cond i.nnt .A Broo-
klyn A 9 ans et 6 mois dc np;isounement
pour polygamie.
Ayant epous6 Mmc L lithi de Broo-
klyn et s'tiant cnfui apic- .avo;r pris d c le
tl plus d'argert pos-,b c,celle ci ouvrit un
enqu&t: et tiait pir d6coav:ir que pec det
temps suparavari, i av.ait pou. Mil E nui-
lie Golman, auusi de Bo>;.i n.
L'enque'e jud;ciaire a ptouv6 qu Z/ m-r
mnerman s'est marine 2 Ioic et A peu p'., ,iu-


tart d'cnfants. 11 a coitiinc-ic en Al
en 1872, son second maria I. daic
e: 1'annee suivante il sc I niri. o0
la p'upart du temp; a des veuv.
abiudonniit s"-ns rtSou es. It
Am6rique en iS7;, i' ort'nua si
rnatrimuniale dins ts et.i s d: N
Connect-cat et M scc :chlut tus
1886. It ae reposa o;zeu .1 e: c i
rcmaria, se report d! n,.mueau
190 quind il rattrap le tmc:nps
epousant 3 eveue. dian I annee.


cm* tOie

;C~, qu A
v I TtA C3



I lstiq en

peidu en


( 7itW York HiralI du 22 M rs )
Montreal "
ARRIVE'E
BORDIACK. Mr et Mme Louis d'E-,i-
nose, Fere Ich', Mr CoureCud, Giosenr/-
zo, Guiscppc, Ldon Joseph, M Bantcui.
S -JEAN.-- Ed.;. Lni z, R. W. Camp-
bell.
POTro-PLAIA I uiz Pa/. Ihb'o, A.
Font, Louis A Prain, Alb:ri S. Mercu.-
dtz, 1. Louii.Cisreros.
CA'-HAI TEN Depu is G. De;rosiers, S
Julien Sanon, Guiilanme june, o. 1a-
dotte, Hyppolite. II. Gilles. M-g'oire C6-
les.in, Smnaeurs D1oi_- Laro:h-. Liu'en:,
V. Hilaire, i ienrc, Magloire, Dub3is Mul-
ler, Messeigneurs Ribiult et Kersuzmn,
Abb6 Podro, S Scho-in:ir, A I.'oriue,
Vvc Dmn.-c, S. Michel, C. A. BarraJk, NM
Dorsainvi;. Gi \'ic or Pomnier, 1;E.a-
beth Meliv, F. Bri.lac, lI4mus Pcrre,
A Math:l.u, Montasse, IJ l:e E ienne, N )-
emic Joseph, Mile S~guirieau. Vve A. I).,:-
puy, Euphrosia Barreai, Elistin, St.ur
OJiiia, A. Louisiin Jo-eph Ler y M\l e
Charlotine, Norrnil Chavinnes, lFc i'on
Chavannc;, A. Illot. L. Franois, Elisa-
beth Jacques, Olina St Aude, Persdval Au
da in.
Naissances
Madame I.n-yv 'er'o,)oec a accouchei
lundi 4 avril, ,run -.g J r, ip qur a rtcu
le pr6nom de IIl1NRN.
La mcre et I'enfant se portent bien
S**
Une d6ptche reue ce jour des Gonaives
nous apprend quc Midame Augoste Do-
rand a accouch6 d'un gitr )n. La m&re et
I'enfant sont bien.


Vo re retour en cette Capitale est 1'oc.
casi-n" a meilleure qui puisie s'cffrir J la
colo. e S, ienne pour exprimer publiqL.e.
'nent lei .senti.menis de treonr.aissance et
le irccre divouemeni qu'elle professelpoor
vot Etcellencectpour la nation don't vous
c., 1 chef airm.
V\c.,us dans ce b': u piay pi- y chercher
u-Ie honni'e aisance pr le travail actif et
tfat -gable, nous savo is que 1'dl4meat ins-
di'c ",b',e A notre sjcci,, c'est la pill.
Mlai cette paix condition prem ,re de toot
prozrL; ne peut ezis er dans un pays,sitous
i.i> tbants ni'iolaux c( l!rargacrs. ne soat
i. .<, A suivre i'iiu'su! i-n des Pouvoir
organ ses et A courber une tale docile de.
v n' es lois protrulgadcs.
RI -p_'cC a ccuK q". dd i,'inent l'au:ori-
t6, rbLds;ince aux lois et reglements,2tel.
!c, snit Ie; deux iegles de notre cond.i-
te '
Nu-i; sommes c .nv.inocas, Pr6sident,
qu:,, tant que nou; n; u:ocns pas devi6 de
ce'tc vote, nou. auron; le concours de vo-
tre pro ectioi, au me ne itr que tous its
.u:cis strangers 6:..blis .ans cet'e dpnli-
que.
A:ni du travail que v ),i; ne cessez de
pitcher, ennemi de l'oisiv.t6 et des intri-
,O.S :ue vous nlie c~C.i Je e.ombat::e,
vous ne ferez jamnis, dans i'arm&e des
ir.av illears une dis'inc'o, biuse sur 1
ua'ionalit6 des uns ou dca ..utres.
\otte Excellence, toolours ;us'e et s-'e,
,es compr~ndra tous. -ur le m.me pied,
pret',rant cepeid : a ;-.x o'sfi et aa
t:,o.uleurs; ceux qui ;_):ncojarn la ri-
chle: e du pays et q.: o..t ies partisans
in viable de la paix.
l nous confandan: avec ce ban et 0-
n.. L: x Peuple pour t'.er ce iour, ou ioos
c. parmi nous, av.:c otre es:imnble
i'it : i I. t vOS di' T.,-- c .i .. )n 'eurs, apris
d.. i g ics en lurc ,,,, : r:c bien public,
I, .. prTIns Voine 1 <.:-icrc d'accepterce
In .es e boaiqe. e:- d c,.oie que les sen-
rtmrt. L' de gratitude ti de devouement
d,<1: it st la manif.:a-.on extdrieure. o0a
plus vivaces et durab'es que 'es tluts
qut le cornposent.
Vive le Pr6sident !
Vive la Paix !
Vive le Travail
Vive Haiti

L. BERTL Eu.ALITri FRATiRSlTr

RIPUBLIQUII) HAITI
1, E:xtrait tdes milut"
,lu (;rltCll diu Tribulu
civil *l ilort-au-Pri-
ce. D

L'an mil neufcent dix et le IlaDJl to0
h-i;- mars A dix heures et dernic du W
tin.
Au g.effe do tribunal civil de Ponr-"
Prince et pir deva-it Nous B. R,'us0O
conmmis-greffier du siege soussigoe.
A comparu Monsieur PRtion Pe'e"i,
propridtaire, demcurant et donicil'bl
Port-au-Prince, assis'4 de son avocet i0
T. l.aleau, lequel nous a dit et d
qu'll renounce purement et simplemeDt
li succession de son rere Monsieat3
Pe cira. decdd t n cett- viele le q
mais courant.
Avons donn6 acte au comparnt q
aprei lec u e a sign avec r.ou-l et
avocat. ( Sign6 ) P. Pereir:, T. L.*'
B. Rou seau.-
Enregisre6 i Ponrt-u-Pi.ince be
mars mil neuf ceat dix folio 51i jI4.
R5235 du Regis re Y n" 4 des acte31
ciaires. Perqu. Droit fiHe cinqu ane
mes.
Le Directeur Princirai de I'Enteg
ment.
Par au'orisation du Dirccteur
(SignI ) Francois 9MaU1-


A de Matteis & Co
Avisent leurs no:nbrcuux ciin's qa'ik
vienn.-', de recevoir de. c, u .ertures de
liP en line xllt't'on. uJX couleurs tre,
recherchbes.


Tribune du "Matin"

DISCOURS pronolc6 par Maurice. Btesh
soa, i'arc de triomphe erig] par la colo.
nic S% rienne en l'honneur de S. F. le
Gdnral Simon.
President,











*par au~erisa~ion Ju conVi, oVcur,
( Sig1 )Cy; usSSIL1i i.

'O ja io rD r L E B R U N


AL Iouer

pparterneilt, do ti-ois pieces pouir

adres.,erCn ie
Fraticisco L SI'S
Fabrticarlt dcia U, ~sutes
,a JMaDntc Ll utj~
g n grait.1),j -11ourla vente en
"a~t ell d~taiI, de citaussures en
js genres pollt1
LescomttIif h"~ onhimete(afts
lint~rieui jm0tt it t1ti ex6cutdes
ns uoe sztthu im '1 eAvku Pl'i '
all 1'itince (I laiti).

Maisou ~Briines

:.,irtq~e par
IL. IIodeAilI
Ancien mcn!'I Ci' I, 1,i ,citL4 ph iiantiopi -
ue des ina~ii-1 t~iiiicurs dc 1Iaris-
Vient d- w t -vn' rtin grand choix
'6tofles d; C'.2' C silflir, alpaca,
beviote. c 1,w,.lo e po iir deuji, etc.
Lecorninald'hI' pxutiouli-ement A sa
Iient~e u e b- cot lectioni de con-
es do casirnir, de ,Cets de fantaisis
t de piqu6 U1:, oute beaWt.
SPW~CALITI, '~ :, CSTIUMRS DRNOCE$.
r Coupe., V: i< -. Azwlaise et Am&
icuaine de ,t o;-iihi-e pert-ectiofl. La
hlSison cont -- cm' aussi des Cos-
rUNECS MILIIAlhI'>, iHABITS I3R0DkS,
DOLMAN, T :. K-. IIA\iITS CARRIES, etc,
ute, de tou-~ L
On (Iemnaf4e
De bon- v! tmaoiv'us pout, gran-
des et li -;t t u aide cou-
pour.

ti e, rance
Pat, w,, lljI ,vient d'art'i-
ver la 11.,,I L1 t ~)1,1,A N DA IS E
d'ARWM> [[I.. i1"j cninue des nom-
breux v',pwr-, ( i t(, h I .t t rd u
Prix m in',I titi e pr ou
zaine.
Mine A .lm 111:tAB pr~;!tairo

v'oulez-vous bien
L ECTEURS furncrl Auez.A la
Rue es Mra~c% oiFr-ou, Nos 25 et 110,
It Rue Itoux oi tunnue-Foi No 51, vous trou-
Fgrez lescG, I):, L (AiNTENAIRK de Prin de
Itrtmie.



A LA 1BAUl)LlUE, AIICAlAIE
BIIIQ UES,
nRIIQUES,
BRIQUES
A Venlre A boni march chez
flr- e -- Inl A 19


r Robert R. Ewald
l)ENTI-'TE AMiIIICAIN
Diplnmc du '* pliihladelphia )Dental Collbge
and Gawetson's lh'1>)ital of Oral Surge-
ry." Membre dipl6 m6 du 1" Phila-
delphia School of Anatomy "
De retour a Port-au-Prince, annon-
ce A -es clients et au public qu'il
se tient A leur disposition.
7 Rue Amnericaine
Poit-au-Prince It 28 Mars 1910

Changement d adresse


D Edmoud


H ,raux


3'" R 'E Di:- ('ASIRNI:.'
Cousultation-,: 7 :A 9, a. n ;
"2 a 'i in.
I- t-, -A w. -

C cale Trall satlaniquP

Le a ;t (u'bot M ,itral a c,.;t atten-
du tnerer'ti 6 .\ vrnl courant. I1 partira
le inmine .j)jour, .I t -rs d i -oir, pour
St-Mare, Goiaive.s et Petit Guiuve.
P'oit au-Prirce, le i Avril 1910.
L'A ;r:NT,
E. IKOHELIN.




Ballqle Ialionaiie dilaiti

(onf[,i inf'n'nt x ix ii.i:-t i Lctlions du
Scrrt'taire 1 I t;t (*'" Fini ''-, et du
Commoi'r-n ,Ia ia ii,, Natina, ti ,a I'liorieur 1.(1d ,v Itr;ls llft less s
qu'iltw p uvent, ;'t i iti de icette date,
se pr'senter i A se- ;uilchets pour tou-
eli"r une 8 :. et d 'rnitre ip).'itition
dA 34 010
S Conisoli*, s 19f)(0, 0;0.
Solde de-; iinttet.- rritrites dus
apr6s la 7.' i piar i'tion (.la. et Juin
1f9(h5 )
S Consolide's 1' '), :
So dil d i int.i'.' ,s aitt ;tr -4 dus
all,;-- la .-Y):10 it'l),'! ,i ( M .:i et Juin
I!: #:., ).
S,]/:',, rants rdu+,f:s
Sol le d .s Int'' : ;\ 't (' '-, dns
npr ,s, ii t lhiine r it'l i tuition / '1 a1 u 1:'
Juin !lI11~ .
Contre re,:u .(t uc presentation des
Bons.
Plort-au-lPrini,-, le 1 r Aviil 1910.

A .Su1MI.LI.KE -. M i.AI.E O )lHIINAI;RE
MM. les Actionnaiies sont convo.
ques en Assemlrlt",. (- tn'iale ( ti'inai-
re pour le O Ju n prochaiin a 3 lieures
de relev6e, au S 'V.e Social. 00, rue
de !a Chauss6e d'.\ 'tin A Paris. ( art.
3." des Statits)
L'Asseml)6o.' (i<'lrale se compose
de tons les action itirez propriittaires
de 10 actions, au moins ( art. 35 dcs
Stattts ).
Conformdme it I' article 33 d-s sta-
tuts, les tires devront !tre d6pos's
trente jours ou moirs avant la date
de la reunion, it la Soci&th G6ndrale
de Credit Industriel et Commercial,
(66. rue t Banque A Port au-Prince.
Contre d6p6t de leurs titres, MM.
les Actionnaires recevront une catte
d'admission A l'As-emb!6e.
Port-au-Prince, le I. Avil 1910


LINEOE HOLLANDAISE"
(Koninkilike West-Indsche Maildlenst)


Le sl a Prins Mdurits venant de
1'Europe et des port du Sud sera ici
dimanche 10 courant et partira le m6-
me jour pour S:-Marc et New-Yoik.
Port-au-Prince, 4 Avril 1910.
AUG. AHRENDTS, Agew. ,


ROYAL Kolta (Champagine

Catte dtli cieaso 1) 1, 'i1 -l*: -4 trtitiantessl, a SW
veur exquise. I 1,3 iCt,'( l.I '-" tji:I r ii), Iaculwj r comparable
raftrdichitssin mt dj, c -; ci .,*'ro t, i ii'-rite i i ot n Ltare a ROYAL a.


Agence G6a6ra
AU MAGASIN DE


ile et DRpLt:


MAISON JULES LiVILLE


93, RUE DU MAGASiN DE L'ETAT


PORT-AU-PRINCE.


Vous le troutivsez 1 3-.":: chcn .
Andr6 Faubert r't R!tuxl I :.,i,,)rie N;, '*ta% (Grand'rue (en face
Pharmacie Alex. Roberts lio I la station central des pompiers.
Madame E. Drevfis I : .. i i' ti- des fronts-torts
i l'Epicerie H1. Corvin.gton rie i r I til I a gLast'i s K. l)r. vtu- do
EN PROVINCE


F. Chdriez


1'etit-G-c-Ave. .1. B. Nl )tasie
mm., 6 & (Ia *e. J"A':ie


Entlreprise


D'EAUX GAZEUSES
p POri=:T-A Ucj-Piva NoE

Fondee en 1899
21 Rue Ftrou, 21.


Ginger Kola
Kola ..i.a1pagne
s<^-


S volus voul 1 r i v. i i
d'une distillation t 1 *' i I '

Leion Lia liI
PLAC:! 1)1: I \ i
o0'l tous, riches et lutii) v '- s .. ti I
Riiui (de Ul

s'est faite rapidement i '- x o i 1'
en Plaine du Cu!-de-Sa<(, *, e l '!' I


-Water
Siphons
Sirops
Liq uedrs
Bitter


Ll I


iid & (A",

I t It Li dt aLi O d u
Etoile


Rhiim il leti V. Barb)-ari;tlrt


PHAJTOQRAPFIIE

S. Perpigjiiand & CO

163, GRAND'RUE, A 11ROXlM1[1'PoD-: LA 11IARIMACIE CENTRAL
PI'0IT-AU-I'RINCE, HAITI.
PORTRAITS EN '[OtS GENRES

Photo(irapl~. edircet14. ei Vst

Poses artislitjuie.- A eil1eu-,;prix que partout all-
leurs
Spdctalit,6 detno o; )-et -Tag, -c10 ; (c*.itraits aU pro-
mure, crayon, p ist e 1,0c11COucuLsI: I I- it L 1eIis, ivi c,-; enca I[C's ou saws cadres
A la portde de toute-A le-. botirse-z.


PH-OTOGRAPIIJE Si-ll POflC:RLi. N.: 'Fill 'I t,),-, 1 :11 %.~ Lf etc.
CARTES PosI'ALICm IIA.- lK >ol.'Kit t L i 'IMTIAIT
~Jiitr r~ r e~a1 C m d' ~c C)~le iariwm


Gonaives


it va pod i










CIGARETTES MARINA


TABAC MELIA


M. Melia, Alger
Fournisseur des R6gies Francaise et Tunisienne,


Ces ddlicieuses cigarettes sont fabriqudes avec des tabacs d
supdrieure provenant des plantations de la Maison. Chaque dtui de
garettes content une photographic artistique et un timbre-poste p0
lectionneurs.
Scaferlati supdrieur en paquets de 50 grammes.
Emballage paper d'etain.
Le mei'leur. Le moins cher I !


EN VENTE CHEZ


DEREIN


Mm MAITRE,


AMERICAN BAR,


ET DANS TOUS LES BONS ITABLISSEMENTS.


En gros, chez Mr EDGARD ROSE 52 Rue F6rou.


M" C. L. Verret
Tailleur-Marohand
Donne avis i sa bienveillante clion-
tle quo sa maison No:7, Rue Traver-
8i6re eot toujours bign pourvue d'une
vanrdt d'6toffes do la haute son-
voaut6 pariselone.
QUALITY SUP"iuBRBA. COUPR L.AJNTB
TIAVAIL sOxNti. ExICUTION PROMPT -
Prm ixrds rddmits I


NESTOR FELIU
L'ex el lent tailleur avantageusemeon
couuu do touted la R6publique vient
do rouvtrr son atelier Rue Fdrou,
( Rbu ass Miracles ) No 61,
Sa uoinbrease clientele troavers
coammUe toujourm toute satisfaction
our les travaax qui lai seront coa-
as


LA.
Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETOIA F
GRAND'RUE 143..
Avi-.e sa iombreuse clientele qu'el
to vieut de recevuir. par dernier ba-
wCau, une forte quantity de marchan-
dises et de fournitures de touted fral
cheur et de touted beauty, importles
de France, d'Allemagne et des Etats
Uais.
Le public el6gant, curieux de se
bien chausser, y trouvera los peaux
les plus solides et aux nuances les
plus varies les formes les plus belles
*I los plus appropri6es.
On n'a qu'A venir cbez G.B. PITOIA
pour 6tre assure d'6tre chauss6 sui-
vaut les meilleures lois du confort et
do la mode. Spdcialitds pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, former, fournitures
at materiaux divers pour cordonne-
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, aui
prix lea plus mod6r6s, A
LA CORDONNERIz NOUVELLE
143,GRAND'RUE 143,


A L'tLCGANCE
QO0 DONNA PtRIK.

4,. Rue des Frouts-Forts.
CAUssURas aM Dkr6v,pooUR LA Tvw
Prot&- ttud *ot oia aux eomman-
des taat ii qua'u proviase.
Chauasares do Dame forms t tra-
vail touloua tout so qui'l y a do plus
noaveaux.
Forms am6rieaiao *t frangaise pour
Messieurs ; 4616gastes t commodes.
Pour loes esfats Io plus& l'aie.
Travail soli4e e*6out6 avo
tea peaux do premnt4rlmarque
Assarasee do grand rabals.
WAte,. C3traa* st li .4Uide-

A Vendre
Une grosse mall trangbre de 42.
Bonne pour families.
S'adresser an a Matin s.


AGENCE SPECIAL


de la Regie Franaaise ties Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du


TARIF


Tabaca Scaferlati


I.:VANT SUPthRIEUR (dit tabac d'Egypte) la Bolte de
50 grammes
I.EVANT ORDINAIRK paper violet liss6, le paquet
de 50 grammes
MAHYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIUR paper bleu le paquet de
50 grammes
'APORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRa paper pAte bruue le paquet
de 40 grammes
TABAC A PRJSER, Virginie haut godt, paper jau-
no, le paquet do 100 grammes
POUDHE SUPERIEURK, paper bleu le paquet de
100 grammes
POUDRS ORDINAIRE, paper brun, le paquet de 100
grammes
TABAC A MACHaR roles Menus fills le paquet de
100 grammes


G6ndral, -


GOURDES


1.25

0.90
0.75

0.70

0.70

0.00O

1.50

1.50

1.20

1.50


Avril


1910.


Cigarettes


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CHASSEU'R le paquet do 20
IIONGROISKS en levaut suprineur


GOUNR


l.e Boudon de


20 cigarettes
do en caporal supdriour paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland I paquet dq 20
do en caporal ordinaire papier bleu le
Bondon de 20


ELEGANTES en Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporal sup6rieur paper rose, Is
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune Is Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu Is
Bondon doe 20
FRANxcAISS en caporal supdrieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu Il
Bondon de 20
RouLeas en Maryland et caporal supdrieur Ie
portefeuille doe 20
do en caporal doux la botte de 10
do on caporal ordinaire Ie portefeuille
de 20
do la botts de 10


special,


COGNAC OTARD-DUPUY


J. LAVILLE.


Mason 6tablie depuis 179
dans le Chateau de CoP&C
oi est n0 le Roi Francoisi'


Pour tous renseignements st commandos
S'ADRESSER A : Andr6 FAUBERT

agent g6n6ral pour la R6publique d'il



NOUVEA U TRAITEMENTMET
AFFECTIONS 1l*w .u
de Ia GORGE CONSTIPATION
du LARYNX I *dono
"'m Cons auences Eniorim
BRONCHESPar lemplol MaTadies du
Capsules Bronchites (Congestions. C
LkLamrvnaitAa Ain1 ines~ I .. .. ..bu....-.


--- I _~___~~~~~_ -------t~~


i


--___ __


-- --m- w


X-.&9 aff 4~rx