<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00888
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 2, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00888

Full Text




ooatri6me Ann6e, N' 906


Port-au-Prince, I laid


Samedi, 2 Avril i910


ABONNEMENT8
Um Mois G. 2.00
port-au-Prince
TRois Mots... 5 00
pUN Mois ., G. 2.20
6partesets- Taois Meis 6.00

Etranger los Moss. 8.00

DImCCTURo

Cl6aent-Magloire


LE NUMERO 15 CENTI MES

Liet it.tnu', i t II-.4r.a ou o nl DD i--,"j in
i i rondus
REL)AC'IlUN-ALDMINISTIRA'IUI)'



ADMINISTR ATEUR
Axthuir Isidore


j


OUOTIDIEN


L'i- rKRN.LL HISTAIRK DI LA POUTRE
rT D) LA PAILLE
Le Nouvelliste, indisposA centre no'is
oar la question des strangers, nous lan-
ce une fou'e do traits au nombre des-
qtels je rel6ve aIs bravala do nous rap-
peler nos opinions passeaq. # Avc l'Are
novel e, dui notre coafr6rd, it ( le Ma-
tin ) s'est compl6tement renouveld et
ses anciennes opinions,il ne lesconnalt
plus, it lea renie et les condamne.',
Apr6a avoir tout fait et .out mis en
ceavre pour nous porter A fair chorus
avee lai, A la suite des derniers dv6ne
ments, daos le concert do r6crimina-
tions exhal6es en favour de l',ra nou-
voell et n'y avoir pas r6aussi, le Nou-
vellste ose imprimer cela !
Sans doute, il y trouve quelque plai-
sir, dans lequel je n'ai garde de le
trouble. Maia en quoi avons-nous 6td,
comme il le dit, an-dela do sa pensie
dans notre causerie de l'autre jour sur
la question des strangers ?
< Les Haiioien, avait-il derit, soat aa-
turellement trop divisis ; mais ils ne
peuvent pas admettre que des strangers
vioanent, sans on Atre pri6s, so meler
de leursaflaires,-pour les embrouiller.
O0. j'ai dit queo c'est toujours nous qui
appelons, qui a prions leas rangers
de soe mAler da nos affaires et q i'il n'est
guero logiqae apr6s cela de nous en
plaindre.
J'ai ajout6 qu'il 6tait pour le moins
surprenant de voir notre confr6re ou-
blier, an moment ou se rddigeait son
article, la presence dans son sein d'un
r6lacteur stranger qui, dans certain
cas qae nous pourrions rappiler, a fait
souvent, dans sees crits, cette ceavre
d'envenimement et de brouille qui, ve-
nant des auties, exasp6re tant aujour-
d'hui.
Et c'est vrai ; cela me suffit.
Mail notre confrAre va plus loin.Non-
seulement, il n'admet pas que d'autres
itrangeor, quo caux de sa r6daction,
6a0meut Is division entire las Haltiens ;
mail encore it se reconnait soul Ie droit
diemployer sea proc6d6s ; il est inter-
dit do les imiter.
Ce journal le ( le Is atin ), dit.il,-
it n'y a pas longtemnps, appr6ciait a6-
verement P'attitude d'un journalist* qui
avait os6 aftr-,r que lo g6ndral Nord
Alexis tentait do renvorser le gouver-
nfmsont actuel. Le Matin, 1 i, trove
tout natural qae son collaborateur Paul
d6noo0e aujoard'hai la conspiration
Firmia et accuse publiquement d'indi-
1it6 et d'infamie an home qui a le
Ppr6mae hoUneur do r6pr6senter la na-
tis a 1'6trager. .
En'teOdos-nnoas. N'eet-ce pas plu:d6
A ..oM qU'li appertiendrait de dire :
emnant trouavz voas indigne que Paul,
O n atre, accuse, & tort oua raison,
U. Firltn de conspiration, quand hbier
''sddcouvries des conspiratears daons
trns e00 qel u'6taiont pas firministes ?
I pale,-l qUA noe l seat ? -,ce nest
ef u -re tant da pays qaeo I'on
= i= pl lbios as chef d'un part
d 0, q prit A vouer aux moniess
S. 0o*x ul n1' moat pas inf6ods.
S*-o* qma doac, le premier, fait


usage d'indignit4 et d'infamie a en
dressant dbs lists fantaisistes do bour-
reaux ot d'assassins ? Qa'eit-ce qu eIs
Matin avait encore riea dit de personne
lorsjue,sims meme I'ombrj d'une prd-
somption,on d6cr6tait son directeur as-
sassin par les mille bouclhs de la
press ?
11 parait que, quand on n'est pas cer-
tain personnage,. l'infamie et l'indigai-
t6 a ont sur vous tous les droits.
I.e Nouvalliste sent aujourd'h'ii le be-
soin de bittre le rappel de tous les
Haiiens respectab'es. Ua Firmin,dit-
il, un Solon M6nos. un Michel-O0este,
an J. N Lager, un Tertulien G iilbau,i,
on Luxemb3urg Ciuvin, an Justin D16-
v6t, un Bmnamy, an Ldon Audain, un
Davidd Joannot et d'autres que nous
poarrioas encore citer,on peut les com-
battre sur le terrain politique, mais on
doit lea respecter : co sont des Haitions
do valour, et leaur merite fait parties du
patrimoine moral de la nation.,
Tout cola n'est pas mal dit. Mais qui
est-ce qui, plus qu'au chef da parti que
je connais, a jamais, sons prtexte qu'il
est an esprit supdrieur, pris ombraga
de tons nos concitoyeas de merite ?
Le lendemain de 'affaire allemande,
alors que tous leas cars de patriots
saignalent de la b'lesure rdcnte et
que le livre de 1'Affaire Luders ve-
nait tdmoigoer des etFars patriotiques
de Solon M6nos pour fair respecter la
dignity nationals, qui done elava la
voix, dans une brochure qui fit sensa
tion, pour jeter sur lui le d6nigrement
et le convaincre d'insuffisance ?
Qui done, sons Hyppolite, donna
course & son ressentiment politique en
faisant r6voquer broyamment, au son
du tambour, L6ger Ciuvin de sa fooc-
tions de ministry, et, sentant cotte hu-
milation insuffisante, inventa dans les
colonnes du Moniteur un tripotage do
400 misdrables gourdes dans le but
unique de terair la reputation de cet
Haitian qui eat, lit aussi, de valour ?
Qui, enfin, en 1890, 6carta Elmond
Paul de la premiere combinaison mi-
nistdrielle du government r6volu-
lionnaire, au lieu de se fair le m6dia-
tear entire lai et le ponvoir, donton6tait
le favor, pour aplanir les difficaltas et
rdaliser, la seule fois qu'il fat possible,
l'av6nement au pouvoir de ce grand
Haitien? .
AblMoessiers, nemi faites pas parlor !
Et laissons cola, je vous prie, Battez
votre ralliement, mais n'essayez pas do
fair la le on aux autres.


LUS DIKUX CONTRAIR8.

Passant d'an ton A an autre, le Nou-
velistu,qui noaa a d6ciddment fait 'bon-
near do la semalie, d6pose an moment
le bugle flrmiaiste poor jouir ds la
fl~te sociologique.
Couvrant de toetes ses colonies la
persoane de M. Firmin A laquelle il
n'entend pas qu'oo touched, et qu'on ne
dolt regarder qu'avec lea youx doux, it
ddmolit,avec une facility qai touche a la
nalvet, Demolins, do Pr6vUlleDescamps,
do Rousiers et d'Asambeja, sou le


LA SEMAINE QUIFINIT


ordtexto q'A'igus'e Magloire les onii- science social, it trove rtpOuseO A
d6re comm-a un Dieu entour6 do sel tout et on ecrit : <.an i ces me?-
pro,)hteu. F alors it faut ddmolir le. sieurs ont parl4, il srait pr6somptueux
ido'ei d'Auguste Magloire. ,IA r6pliquer quoi jue ce qoit.
Jo m9 garderais bien de prendre Ie Qie voulez-vou -' 11 ett impos-sible de
parti do ce dernier s'll so lAcidait Al s parler do science social sa u! invlooaeol
fair lni-mmea. et o i sait que dt'ordi- ces messieurs, et it e4t natural d*. les
naire it n'y va pas te main morte.Mais citer, tout comme il faut citer !as' r1i-
il pease,- eat-ce sins ration 10- 'u'd mittes de renoru ai vous voue ,k pirler
ne maurait 6crire blanc san4 qu IS .ou-. chimie avaec autori'.. ot Ia phyvi'iOen
velliste noe r6plique noir : c'est devanu si vous voulez di-,.ertet pi.y-' ia1 on
un sport pour c4; Mai.-urs ; et la n'a pai encore tr.m,4 un autr m uiall
question social 'v chi ippA -A.s pluA i,:ie de tc i,.S,)O.,.
STonet/, me dit A'igaste Magloire, le Et surtoat plu ato '.-te r .' ,i
syv'Aime est trks simple et l'oa n'est vain du N )u:..:,s:', iui ,
pas trbti malm pour y avoii re'ourR : superbemeret .as me-i ,- 71 1r-
6tant done une propoiti,)if, itl 'agi mettra i'avir peua do fouiller un peu p,artout A la rccIher .;cieuce ,'oi ale .% -i .\ '-'
che de propo.itioas contraire-: et do leaI p i,. ,uaa I eilo a.i r -
publier. Sans douw e, loeux ,iiei cou- uaunl tte scit.,,' ,j to.,a ',-. r t
traires ne 9guvent pas 'r, 6ga'e nmt pour la server, c 'ni mo ,' *, o! r,.
vraies ; mais qu'importe oni es' li vir,- p)usse. qOatre-viin,. A ." 1 troA ,x *A;;
t4, pourvu quoe n)u, trouvions toujours t6rieuri et le, (,0 -rt trA: A' ,
des arguments' II fant to'jo'irs puiser tons, i commen.'ei.,.: A av.'i .
ses argument4.comme le ol. lat ses mu- maisa 'i,:i Ia...
nitionsi avant de prendre la faite. P'our refuter Pti; de 1:. u- '- 'x-
SC'est ainsi q e la Noujeiiste 6crit : Pliuer sa prAfo re fa p ur -. I l.-
a M. Megloire at M. Paul de Housieia, guereux- cnnnai.4se/ ou i !
ithoriciens de la science .ociale, af!ir- ite faire sa cornlm san, e,- ., ,-
meat que la forte constitution de fa- .'-t "n ,- P p rle o" rv ittir- .,tls-
milles puritaines d6ablies dans la Nou- cienceiax. :rUij on 'n -)rno I olt ap Le
velle-Angleterce, a fait ldes i.tats-t -li n Amnri ue.. ., mals et Ptu. is
ce qta':s soot et y maintient la oliditd K .Jusier. on r. iei tvova e-; ,b-
(les liens familiaux.. l-t pour ou c3m- ,-.rvations ne coimptenAt IA : ro -
bittre, on exhlib des auteurs qui, com- v.u; dOrIC iju'i! 1 6epIl Aariqle
me premier m6ari'e, ont clui de neo is I U' P0 1! tiae" ler ostachi l ur
apparteinir a la science os iale M. .le ta e-.r c!r tenmp c n lu n~x u O '
Liguereux et autres. tien a-Le 1cro ez- Vou t at rI.Lr 1
t Pens,/-vous pia je no puisse pas ,1ue parce ais v'. .t u, rf. t.. i ..
aussi ea trouvar' Voici, par exeruple, A-t-on jamais vu
Paul B3urget; 6coutei-le dans (aure ( C pend nt ;j. .ni ,,i S ra e .ott:, "-
Mer : tie au No, + i iia iU, a t
a l'a des plus ~loluents d'eotre lea q4*e!ques concestn a ,-; capitalew
magistrate du Massach jetts, le judge pour qe nous nosi 1 i i in.knd ,o pa. deI
tlivier Wendell Holme., A dit dans un rete. C'est ainst q'il no plta ,o plus la
deces discours, brefs et charges d'. no. tlse ,4 to ca sort l ,, "i i.i, et union
out il excelled : a Mone si notre fa, )n a les families, qui fnl' la ; ,r,.e morale
chapr, d'exprimer notre 6:oanement, tt m6me matrielle) d',jue so. itt6 K
notre irissonnante crainte, notre persi-. ett, son 6crivait s'expriml -oaima
tante confidence on face de la vie, de la suit :
mort et de l'insondable montle, encore u Jo 'ai rien A dii e l la qie;stion
aujoard'hui. m6ma maintenant, nous mrimo de la famille : I'ai toujours lu
autreo, les Nouveiux Anglai,.noas som- dans tous les lives -,ne ia tfamile est
I mes soulev6s par le ferment Paritaino. la cellule social, 1616ment essentiel
i Et puisque ces Messieurs atta- do toute socie6t. Si je ne me trompe,
cheat grande importance A la citation Aristote, qui est mort il v a d'i."'t quel-
des textes anglais, voici colui da juge ques anndes, l'avait 6crit dans l'un
Wendell Holmes : a Even if our mode de ses ouvrages. Ce n'estpastrs trAs,
of exp-essing our wonder, our awful nouveau. Etje ne I'ai pa contest (?).
fear, our abiding trust in twice of life Mais ce nest pas tout d'avoir des fa-
and death and unfathomable world has miles constitutes : il faut les rendre
changed, yet at this day, even now, we capable d'dlever leurs enfants, dans
New Eaglanders are still leavened with la haute acception ,lu terme dlever...,
the Puritan ferm'nt. ..v Sans doute, mais avant de rien ap-
t Et Paul Bourget ajonte lui-mme : prendre A ces familiess constitutes,,
a C:la est vrai dana la Nouvelle-Angle- faut-il les avoir "
terre, qui continue elle-m6me d'd're le Auguste Magloire doit une liere
ferment moral de I'Am6rique. Or, ilt faut chandelle A Aristote ; san-s Ii, sa
so souvenir que voici deux cents ans la these sur la families eit chavird
loi Mosaique, qui punit de mort I'adul- comme un chateau de carte;. Tant
there, tait dcrite dans le cole da Massa- il est vrai qu'il est bon de ddcouvrir
chuset a.* de temps en temps les vdrit6s ancien-
t St done, pour me contredire, on nes.. Peut-Ctre qu'en cherchant bien,
intend fair provision do textes, ce on trouvera que cette v6rite gisait
n'est pas non plus ce qui pourrait me quelque part avant Ari-,tote... Ne riez
manquer. Maie a quoi bon ?... Ces oas, c'est fort possible : est ce que
Messieurs d6clarent avoir Paal Adam l'Amdrique n'existait pa- avant Chris-
aous la main, que no le citent-ils, par tophe Colomb ? c,'a a t-il empech6
example : il n'eat pas de la science qu'il l'edt ddcouverte 2....
socials, mais vraiment on le croirait Et maintenartit que ai ser vi autant
en lisant sea Ves d'Amirique.s que possible Aug iste Magloire- dana
Augaste Magloire peot avoir raison. le 'Watin c'est A charge de revanche,
On lai reproche d'avoir des tiroirs tout -on me permettra une petite rpl)i-
pr6ts ch, grAce aux 6crivains de la quoe personnelle, car c'est bien moi


I


11111 -








qui ai valu cola ~A Augu~te Magloire
On to traite, en eflit. de bilieux par-
ce que j .avais, moi-m~me, accused lo
Nout'elListe d'avoir la jaunisse. Ce West
pas tr~s spiritual et ces messieurs
aaraierit Pu trouver autre chose; rnais
o0i fait ce qu'on peut. On Jul repro-
C'ie mc~rne do ni'tre pas a correct a,
reproche qui A d6t Otonner tout lo
irnorde. IEit-ce par ce qu'il n'aur ait
flatt6 l.i vanitos do peisonrn ? mak id
n a pas Mec tlatt6 tnon plus dims I'm*l-
ticl du Nouv'eilzse.
I inz so tiomupt d ailletirs: on West
pa- htil ieux parea (IUoli Ia laripostfe
pi emipte. pas phis .4 ia'er ayvtit, era
rri'it7,e de~ science sk.i'ale, se.,pr-1ie
fdrences.
C-s mnessieur's de 1'autre c6' .ptu-
v, ut-i s se vanter d tra IvinphiatIi 111 u.
et de n'avoir pas dle chapeilet'.'.. 114
Ii elk passanit dais la rue llou ;,,cer-
tixins aprei-sinadi entire quatre et cinqt
si Vous letez les ;'etitsur certain blx-
con senatant la putidre de riz rnt~lie
au iuiadiq'es, le tout kimaillt', de pas
wdl to IcI )wgfiraoi you-; y d :,ouvra mt z
d *rmtsalures de ch i pelleardeuate
It, (uu bi tile des Cie ,. .'-i .tV4 C Orn-

tt- ait on ace usalnt les antres d avoim,
d s dne'Ux ;puikS 'a(eIo~Iui;Ialtata
li~i irniIntt*, on tdolitre, coin incen kiun
gI I I!l(11. 1 A 14-1r TI ) t1) j11tute, Ce C0111 d-4
I oviait Iiam~anoi-l l)?!nmiti-j et Paul

d- ltlitlies enchicajir, eli 0-;et elk
tsi9IiInsles ieiip~areuit_.
1.9-- dt~va 's de cet te chapel le se (di
s,-int t 1, c Iie i rs d'lnoin~iies, coari ini ie
s *ijitt Perre apt t* d VoIU r .ucorititS le
Uati- ic West pa.- vi ai, ii-; sout
Iiipe- 1ht- 'icheIui s Alit ligmie comnue
r'aafllPieriv tvanit davonm' rencontit
I~l A cal (to temojas elk temr~ps kill
petit f mzinordA I'lliar iln,15
:- mp e-.cat (de le revuean hr tout it 6
i 1larn 4,-t sele muettent A la boiioa-
W.4'At in smtioking .~cornie ufl petit
I )~:I i u Volet.
Vnam~tjl dais cette posture ;'rotcettel
Lie son d~tarliereznt et de Wavoir pats
u'~d~t'. i'est-ce pas jouer au 1),' trte
qui, se promnenant, le christ en cut vre
-or la poitrine, se proclarnerdit atht~'&)


, Lf-..\ 1' ,.ONI IATI.RNI.I.

Avant d'6p1uisei cotiplt emnent rIn)
t iietien avec le N.ouelliste, je dots
i.n dernier souvenir .Ai 1V. R
lu iuianit !'e de solidati:t contratei-
itell,I le ounitlli e.........
NIM 1. saciebleu .e me trompe, j'al-
lais taire une charge A fon 1 pour tieni,
Jo oaio yals lue la olidarit6 confrater-
taelle avalt. cotnime du Lemps de FO-
,uli-te, tait 6clater ces miessieuis et
I aliai,...
Quelle .'t)utdetie excuse, je vous
prie.
JlEAN LE FI RETEUR



Le lari tdolanier \'iaili

Devant la Consommation et
la' Production Nationales

1E72-1874


P. u de tiurs apt:.s, le 31 juillet, un dd-
c-e fu p o oulgu6 donnant au Secretaire
Ld F at des finances I'antoris.ti n d! con-
trac c- un emptunt intirieur de 8oooJo dol-
lars. Cet e eoir.me sera exclumvement af-
fcc 6e A la rentree intmgrwle du p.pier-mon-
caie, a co jointemen, avec toutes les au-
Irts vahlursqui s roat obtennes par suite
de routes dispositions votes A cet effect par
le corps l|gisla-if. a Ensuite le 21 aot.
I'Ex6cu-if eut en main la i qui donnait
en affectation au retrait du paper une sur-
iaze additionnelle sur lei dioits d'impoi-
tation, laqut lle. ajoa be aux 1o olo per;us
en vernu de celle dU 2 octobre 1863 cons-
tituit en tout un pr6l6vement de 35 010
en plus sur Ie tatif n 0 du 13 jaillet
t8S8, modifi6.
Suivant I'article 2 de la coavele dis-i


postioa dO 21 aotIt 1872, il &tait au;si
prdlev6 un: surtaxe additionnelle sur les
drois d exportation, tar t0o 2. pour rea-
forcer la garan-ie qui assurerai It protapte
ex, cu ion do retrait.
Devant le g and b:ca qui rialtrerai de
la nouvelle circulation monitaire, les gou-
vernants d- l'epoque ne poovaieat en'isa-
qer le c6t4 dfectueux du proced6, car les
surtaxei addi ionnelles sur les droits de-
truisent positivement le calcul de la r6par-
tit on dc I'imp6 qai frapp- auTrement cer-
tain-s categories de mirch;ndises dans ua
tarit douanier. Le proced6 matheureu;e-
nnt a 6td pratiqu6 depuis par d'autres
,ouvwrnan's qui se sori ocvettement Lcar-
es du princioe taritlire ; nou. en reparle-
rons plus am, lement dans le resume de
nott. tule.
E-i tout cas, si le consor -nateur allait
payer indirecrement plus de droits at tfc,
il recevrair. cornme le producteur haitien,
-n Ochirge de ses labeurs une monnaie
d- bon aloi, ayvnt une valeur invariable
capb'e d L re depo'ee A I'tpargne.
Quint au cultiviteur hagtien, il n'abon-
donuerair p'us A l'imr( le quart de son
tal e' ne vendrait plu; dordnavant la part
r-stan:e 30oo gourdes ne valant A peine
- tatimnes de dollars la livre deux annues
dJ'avant. Au contraire il va ggner avec la
J rn -re comb nai2on tarifaire et mon6taire;
ii en t st plus q ie sa isfai'. car il ponrra
'tunchir, deviendra prosFere s'il sait bien
cconomiser, neanmoins le pltnteur lais:era
cout Je mi-ne trot; dollars A i'imp6t doua-
nier par chique cent livres de caf6 rbcolt6,
mas il en touchera qu voze pour la wm-
:,c quan'.t chez le sp6culateur,-- poar le
oton, on lui remettra onz: dollars et pour
la cire virgt cinq : il n'en desire pas da-
v-jnitage.
*
F, -i 1, a la suite d'une coincidence trcs
!i u -ase avec le prix :evd du c'if en Eu-
rope, le producteur national se remit bien
vise de sa raine ; il n6gligea pourtant son
proi.it Jdnt la mauvaise preparation fat
ituwe deloya'e sur le march du HAvre. En
e:ic', la clien ele trangere se plaignit doun
lou eusement du miuvais 6rat de notre ca-
t- ct: a tcve qLo jue bien sou'enue en
prix risqui d'"cre deltissee centre une qua-
lite pas aussi meilleure au goul,mais beau-
coup plus attrayante, plus propre, p'us
nn':,. II y cut des difticultis sur la mar-
que d'H.i i, des difficult6s dins ses ventes
condnionnelles.


jou nal, le ministry de 1 Int&ieur le cilmi-
b:en vice ct le retrait s. poursuivit.
Monsieur E htird diposa sa d6mission
qui fat accep-': et Monsieur Charles Ha-
en'jers repeit It directio- du d'partem-nt:
des finances, aptus q it les afftiies de ce d6-
partement avaien- sommeill6 assez profon-
dement dins un trop long interim.
Le nouveau fonctionnaire se bata con-
tre une abstention 16gislative calculie ; il
profit a ui jour d'aie stricve majority iA li
chimbre pour r4gulariser les indemnitei
accord'es aux strangers vicaimes do pillige
de 1868(1869 et ob-int n credit par la l'o
du ii septembre Y873. D-ux, des 6tran-
gers rclamants, s'6taient dejA fait piye par
un mirin montr sur d-ux navires : Li,'a-
(c'le et L, venifta
Monsieur Hten j.ns apr&s avoir avis6 la
nation du complete succct de 1 operation du
retrait, se retira e: Monsieur Eicellent le
rcmpliqt le 13 mai 1874,
Le general Nissage Siget s'en allait le
lendemain du pouvoir portant cur sa poitri-
ne la croix de grand officer de la LAgion
d'Honneur et cc depirt. malgrt le sena,
qri voalut retenir le P.&sident jusqu' I'l'-
lection r6guti&re de son re-nplaqint.
Li menia'i,' de Nissige lui dicta une au-
tre cond'Jie ; il vov it p'u o u c parole
d honn ur qut po jt int ne pouvnit lee er
devant la nation.
CHARLE; VORBlE


RENSEIGN EMENTS
MErEOBROLOGIQUES
Obser-vatc)i3r-e
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
Vi NDREDI I er A\Rt. 1910
Biromntre A midi 764 m nm2

Temp6ratureminaimum t.) 2
maximum 29 7
Moyenne diurne de la tempura ure 23 .7
C el p-e;que sans nuages mais assombri
par le b'ouillard sec d'une intensit rate.
Lumire do solti: rouge encore vers midi
et surtout dans I'apres-mnidi Li Gonv;'.
et les montages de l'A\cahaie invis b es ,
'. .. ,


La chambre decommerce du HAvre s'em- d'autres pla; pto:hes A peine visibles st-
part de li question ahn d'accorder les ache- romuecre constant .
teuas et les v.ndeurs divises a cause de J. SCHF-RER.
cct 6tat dcplorab'e du cafi hiitian. Une Edmond Paul o i le
commission s'y forma et utunit les contrac- Dr Janvier '
tants au local de la soci6~t pour le d6ve-
loppement et la defense des int&rc.s ha- S:us ce titre. notre collaborateur Lux
vrais. aux fins de les concilier. Ce fut en public lundi, A ciuse de l'abondance de
vwin, I en'ente ne put se fair et le type nos mati&res pour aujourd'hu,, un article
Haiti fut signal cet d6class6. documents, eu r6ponse A une importance
La commission compo2spe des messsieurs affirmation du Nouvellis'e. .
F. Kronheimer, president ; Amy, D&rode. Alleghany
F.eihler et F. Alleau-re. secr6taire, tait Alleghany
appelbe par la personnalirt loyale de ses ARRIVLyE
membres A po--er un jugement impartial Cap Haitien.- Rev Pianner, g~ndralJ.
do-it la cons6quenc- devait faire ui b en Joh Ed. Paie:, H, M3npo:n', EvAriste
immense u c-f d'tH iti. La question do Ducheine. Chr'es Deerien, Mire Wilson,
c f4 haitien comp.rtait A ce temps un r&el Adelaide Guilder, FDrcina HMreaux. Mi-
in .ct, les abis, signals par la m isoi chelia Elyacinthe.
Pcrret,aAlliume & Co A la chambre de Porl-de-Paix -Mte P. Aubrv, Aitoine
coner cce du Havre 4taient arrives i prea- Policarp, Ph. Laiforet, Dpu'4 Aoolion, et
d e d-s propotions vraiment hoateuses,pu s 3 infants. F,.:re E ezDe M le M PAmphie,
que sur des sacs de 120 lives, il n 'tait f are E ee M le M PA hi
pas rare de troover de 30 A So livres de ct sa h le Lamercie.
pierres. DtPART
Les ache eats de lo sA livrer ne sauraient Mrs L. Lar-que, C. \Vis, H. Mc Guf-
admettre une telle pratique derriere laquel- fie. Leon Liau'aud.
le les commissionnaires du cafe d'Haiti Saint-Marc.-. Pamaliel Moise.
stmb'aient se retranche- en invoq tant les Gonaies Mr PNlinsier
conditions de ven e de merchandise tell 'L\ew York M, M rio R'flo.
B elf, lasubstiution de; ancieis billets On Suicide
connte de nouveaux bille-s 6tant I sa fin, Pour proceder au dbairquement d'une
la commission ins'i'ute le ter octobre fut grande quinti', de chubin de terte arri-
remplace peu de mois aprcs par one an- vde pour comp:e du gouvernemeat par une
tre qai vim ddfinitivement changer les goelette qui se tient pr s do warf du
nouveaux billets de Caisse centre lor ami- dock, on a requisi ionnE A B zoton ban
ricains, au taux de 300 goardei pour un nombre de malheureux cultivateurs et ans-
dollars. si des oisifs sans profession.
Les parties politiques tent:rent d'inciter le Un parmi les premiers, do nom de Getr-
people contre le gouvernement en avan- vats, 42 ans, ayant refuse de fire la be-
cant comme motif les conditions do re- sogne qu'on lui imposait fit maltrai'. II
trait. Les porrears de papier monnaie firent I a'en protes'a pas moins et profi ant d'un
la sourde oreille et se prdseattreat prdfdra- moment d'inettentioa des iurveillants,se je-
b'ement aux guxchets do Trdsor. Un quo ta A la mer.
tidien local essaya d'intimider les retarda. Le cadavre de I'infortunE n'a pas et4 re-
mires par one n6tre sabverive dans so tuouvd


Revue du march
Nous avons enregis r6 bien pea d'aln,
depais no:re derniere revue et la prime
semb'e vouloir s'accrocher A liea rime
428 o.o que nou avion; fixie derait
ment. Neanmoins, on a pu fire qfwne,
chiffres A 426 ol0.
A l'ouverture,ce ~satin il y a achete"rn
dernier taux.
Les affaires en traites ont d 6 bien pau.
vres 6galement. Le course ina pas nV
13 olo de prime.
Et les cheques sur New-York soot yen.
dus au pair.
Ca/f 0 continue A pIyer lec derfres
arriv4ges A J4 c's
Et A B ra le; .4rrnte, Anse d Hiiult,
0 pale ;r ;2 c's.
Cours de Bourse


() Amnericain comptant
Nckc' escompte
Billets de cioq gou'des
Traites 90 ioirs de vue sur
Paris direct,
Traites :ur France documen-.
taires
Chequeis su' Paris prime
Transfer s pa CAb'e s lParis
Ch&ques stir N Y, c;compte
Consolides 12 ol0
Consolid's 3 iolo
Empruats to Jnv.e 6 o9J
i-up unts dits Provisoire (
Emp unt 2 ) Ao):


427 olo
I op
314 oP
2 010


i 314010
2 010
3 OjO
I 010
49 010l
25 010
48 11
010 45 112 o00
Soolo


A de Ma .teis & Co
Avisent I. urs no;nbrcuax clients qa'ils
vienn-nt de r-cevoir de; couvertures de
lit en laine minilleton, aux couleurs trs
rccherchdes.
Avis commercial
J'ai l'honneur d'avi .le Commeree que
oar suite Je I'expi'iton de notre Conmai
Monsieur Adrien Bjucard se retire de ma
mnaison A partir de ce iour.
Jacmel le Mars 191o.
J. 13. VITAL


cht z


Bouquets
A V--cs)L
Mme Charls Du)lessy. Bois Ba-
c,> 6 de la Chiipelle St An'oine. )


Panamas '
Pour Hommes et pour Dames, chez
Melle LUonide Solages,
22 Rue des Fronts-Forts.


Hotel de France
Par a Prins Willem I vient d'arri-
ver la c6;b)re II FKRE HOLLANDAISE
d'AIIMSTEL, d6jA connue des ooa-
bretx clients de I ho'el.
Prix mol6r6 par caisse et par do0-
zaine.
Mme A MAITRE propriltaire.

Avis important

Des iclamnitions ayantktd faitos r-
lativeinntanx ab'tnneindnts delaPro.-
vince., no,,s rappelons A nos agents
que le tarif en vigueur doit etre aWl
suivi, saits auciane reduction en t -
veur d'aucun abonn6.



Ligli illas


I e vapeur,, Alleghany sera de
retour de Saint-Marc et Gonaivf,
remain 3 courant, continuedr&
dans la journt'e pour Pettt-GoAve,
Mirago:tne, J6r6mie,Savanilla, Car
tagena. Santa-Marta, Kingston&
New-York, prenantla malle fret e0
passagers.

La malle pour l'Etranger, (VA,
JMremie ( par le vapeur 'Prins Ei
Fredrik fermera a la posite ce soir
A 8 heures du soir.
Port-au-Prince, 2 Av il 1910.
F. HERMANN & Go,
AgM..


------ ---e --I -- ---- L -- ------ ..~.- --_,.-;.d ~re __~_










la in G nliral

Consionnaie du assign Ge
don* avis que les cl l, d~ qu-
pdonealt se presenter avec 2
mos trouveront da travail aux
ieS do Inrepr se. On desire
sement des mICons. ,
adresr au bureau de I'Entrepri-
dr B,-in G6ndral (Maison Miot).

Guirison de 11" Ca.xhl l
te de "iBCULOSB PULMONAIRB
k trIaitemfw tl i l'" i /d'*"'/.r'/ upcy"rux
H f.rin A (A TII, q i ,trf'r ene .,It photo-
t. ae ELIXI I Y tlora
a a. ,- ^^ nit l l i.






*P. _L; E lir Ii'I.rl It I


.'e. d te rt d -l'lii,'h d..-
Ct A b r l r 1 11o"t IU I' .aee






American Bar
ace Gelrard ;it. cract
d a .Pharmacie r. BUCi.la










Arrive pa- SiS ALTAI




perbe collection de or P. 2.50
a or P.l o.
i' -rll D P tOU tl'lol











FRED. W. KATSCH.
rIANGEMNT IIADRESSL
I a l -, w-l I.Paris









nsieu r L Apph Cip ,ol
rorteada connaisance de ses nm-de


i cli ents qe sa maison sise rue












oblicaine No 153 sera transferGe 7
irn da lbr Avil au NO 8t2r de la

p roe, en face de ia boulane--
du progis, A crtu d ,u, a mason:
Am trouveront comane par e pass
aio oue- e ames Parl Bordeaux


ac et Champpar SIS A emTAI
EVANSVIIMLE STERLING


baril do 10 dz. 112 bout. or1-. 12









t extrcola cpar one dore re et. 2.50
e dOeet via r or P. 5.
de Cap pour les plumes G. 40
FREI. W. KATSCH.






'0rte a la connaissanco e de ses hm-
I1 clients que sa mason sise rue


10Mblicaine No 15 sera transfdrde
e rue, et face de la boulage-
odLu progies, a coti de la maison





aServes, Heurre de table d'Italhe

Haile d'Olive et Vinaagre.


AGENCE SPECIAL

de la Regie Francaise les Tabacs

Pour la R6publique d'iiaiti


Extrait du TARIF


Tabacs Scaferlati


Gdns&-ral, -


GOURDES


LEVANT SUPnRIEUR (dit tabac d'Egypte) la Boite de
50 grammes
LEvANT ORDINAIRE paper violet lissd, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIBUR paper bleu le paquot de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRS paper pAte brune Ie paquet
de 40 grammes
TABAC A PRISER, Virginie haut goat, paper jau-
ne, le paquet de 100 grammes
POUDRR SUPERIEURn, papier bleu Ie paquet de
100 grammes
POUDRo ORDINAIRE, paper bran, Ie paquet de 100
grammes
TABAC A MACHRa roles Menus filds le paquet de
100 grammes


USINE LETOILE
A LA BAUDERIE, ARCAHAIE
BRIQUES,
BRIQUES,
BRIQUES
A vendre A bon march chez
(Green luaebel! A& Co.
Eiles se recommandent par leur soli-
ditd, leur taille facile et donnent I'a-
vantage aux constructears par leur vo-
lume : 650 briques au metre cube.

Dr Robert R. Ewald
DENTISTE-AM -RICAIN
Dipl6ma du '* philadelphia Dental College
and Gawetson's H6pital of Oral Surge-
ry." Membre diplSmd du Phila-
delphia School of Anatomy "
Da retour a Port-au-Prince, annon-
ce A tes clients et au public qu'il
se tient A leur disposition.
7 Rue Americaine
Port au-Prince, Io 28 Mars 1910


1.25


0.90
0.75

0.70

0.70

ni i J i


Mars 1910.


Ciga

NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10


arette~s


GOURDES


(:IIASSEuR le IpiaLI? e l20
IIONGIIO:SES en lev.Lt t >up,'tivur La Bondon do
-20 'yt'~es
do en e..qpoi al >Lpe.eur paper rose, Ie
paque, de 20
do eun Mal .,Ai''dnd paquet do 20
do ell jiC ud'niiare papiu.r b~eu Is
ELEGANT1E> l',] CVA uVidi;t,,to '.a oudon do 20
do L, a .t (tA"! lpif*Lieur paper rose, Is
l'on&)iAL1de 20~
do en \1 'lrd rjiuaur le Jo ondou
do )],~ rkin-tre paper bleu Is


i i(, id u do os l
1~~A'AI~'F2~ ~u u i. tir pApirroel
do el N'1 ii ind 1p4icr jauue la Boadon


1.50 do

1i.20 do
do
1.50'1_ do
L.&'age nt


1-13 paf'ieu Lieu Is
en Ma ,t;d r2 'q, o a Uptclet'I le
eii f1 ux l I.olt de41
en. c-ipor l oi i tnire la portefeu,.Ile
do 21"
1a bolte de PIo
~1T~i lJ. LAVILLE.


Pharmacie W


Place


1.20
0.60
0.90


0.8c
0.85
0.75
0.75
0.70
0.70
0.00
0.00
0.60


0.75
0..40
0.60
0.30


Buch


de la Paix


Execution prompted et sotgn e -.s ordonr-'an'e.z.
Analyses scieutitiques et techniques.
Analyses des minerais d'or, argent, ruiv:e t autres
m6thode amdricaine ( fire essay ).


Fabrication d'Eaux


mntaux d'apr18'a


gazeuses, sirops et veritable Kola


Champagne a P. > la doumaine.
Droguerie en gros et en detail


Propridtaire:


Buch


Pharmacien dip6im- allomand
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux Gonaives : Madarme P. Laraque
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Petit-GoAv4 : Hermann Rein bold & CO

Imn. C. MAGLOIRE


STravaux tyoogr
s en tous genres.


"aphiques


CIGARETTES MARINA


TABAC MELIA


M. Melia, Alger


Ces delicieutses cigarelte, PoIt o 1 ili'i ;ave- dps tabacs
superieure proveriant d-s plant toti-; de I 1 M.iison. ((iique etui
garettes content une p)hotograplie arti-',quf et un timbre-poste
lectionneurs.
Seaferlati supdrieur en paquets de 50 ,.rarnme3.
Emballage paper d'dtain.
Le meideur. Le moins cher !' '


de quality
de 20 ci-
pour col-


Fourniiseur des Rdgies Franeaise


EN VENTE CHEZ DEREIX,


et Tunisienne,


Mme MAITRE, AMERICAN BAR,


ET DANS TOUS LES BONS ItTAPLISSEMENTS.


En gros, chez Mr EDGARD ROSE 52 Rue F6rou.


III


---


_ ____--


k


Vf x










Les Cigares du
Centenaire
So fument un peu partout dans la
Republique.
iun les peut acheter :
POHT-A I-PIINC(:E, --- 27 Rue d.s
Miracles, :,1 Rue Houx.
A IA(:M IL,--- (:litz Ilugo Jenseo !..
iu1h1ant tt | il,1:ir4le.
AUJ\ C(:.\AYE -- C(:hr P. N. N-titn,.
A\kbX (ONAIVES.-- N colas (i tlai .
A i.'AN ;. ,'il.\l NAli.rT,--- Ct-he A
lrhur r,)uin, Pi:ird ou ne.l(.
I)AMI'. MARIE.- Chez Vve Hartou: i
ira I 'iornavrlt/ et ailleurs.
AlI\ H \h | KS -- C(:hez C(:lulo,)-
ir IiCrom .
.111 (.Al' IAI. TI N, ---( Chez O'ivinia
St-Ati'l-
PETTl' ;().\V':, 1( Robe-t Wa -
fllinvt. n.
G;HANI ()AV\E, Mrne Ndo('"s
iHellvr,,.
'< t rI-1K- AI': I \. M1.ilamo lullin
II i t- I', )'
A\ : .\ I -MA ; (;h / ( / au ires
et I ia>) I ll II ..
A i 1 .\ l E. 1)ans tous les coins do
l.a 1 abiiqjue ser:iit heureu-e d'avoir
ie- agents plans les lo.aits onf elle n'est
Ila- .,k :t)ri eprtsonttc.
lToite re'ornriwa'nlationl avec srieuse
et' U nitne i t rtei Cell t s",IVA apptr6 cite.
.I IH N ,

Chapellerie
AI(;C(
JA I M E TESTAIR
I .iApelier rcMnarquable, avan-
tAgeustri'ient coninu.fait savoir au pu-
blic eon gnral et A sa nombreuse
c auti 3 qu'll vieut de transf6rer sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(i.'ANCIENNK MASON DU LOUVRE )
[DR LA PLAc (GEFPRARD A LA
GRHAN)'RUE OU RPPUBLICAINE
Nvo 49. in face de la Poste
Le nouvel 6tablisemenot est on-
vert sou- le noin do !a fleur de
i'Amaerique
II prunot soia et promptitude
commae toiourm.

A Vendre
Ine ; u1- f ,- ,,ale "ti a "nzri de 'l2.
iouie poiti trinl ie .
S' idle-ei alu .Matin a.

VouIle/-v()OUSetle mie ;x cihauss6 ?...
li est it'.- iit 1,. tiouver dans une
mitle lidittA
MM. VITIELLO fr6res,
le;- sp 't.itI,-te-s 0n chliau suri'e.s pout
1holnllv-r., t lines liain.aises. et alm nl-
'atiiOS, ouit il'lnliieur d annoncer' A
eour n<(iil)iteuse c lienit tle qu 'ils vien-
uint de recevoir de nouvelles formnes
a DLu Dlormer Cri Parisien a, du v(-
i itible Modern S'Iyle.
I.es (Ciiaussureo- south reconnues in-
,'omiparables par la (Cummodite de
lours forces et par leur SoliditO joint
A ut travail eutiereinent fini.
La Maison possede en d6p6t des
inateriaux de premier choix prove-
nant des meilleures fabriques des
Etats-Unis et de France.
Ohevreau verni, Extra-Qualitd,
I. meilleure marque.
Peau jeaune de toutes nuances,
veritable Cuir de Russie.
La Quality des fournitures emplo-
yees dans les souliers et los soins
apport6s dans la confection nous per-
mettent de les garantir comme les
plus solides et les plus durables.
Stock de Chaussures lines pour la
vente en gros et d.tail.
Assortiment compuet de cirages et
lacets de totes nuances.
Prix fixe mais mod6r6.
Adresse : VITIELLO fr6reas
i45, Grand'Rue, face en de la Poste


COGNAC OTARD-DUPUY

Pour tous renseignements et commands


S'ADRESSER A :


MAISON DE CONFIANCE
I 'P'('lBAND*R)kI-


L~E rAILLFUIt ksi biencit cuflldo la
Re~publiquie, aIE s5r nobretix CLI-
lNTrs qujil vi-W tdo reco.voir par les'
dci nier.; Steamiei .; uric V'tri~tt% d'M~of-
fe de :Iiiagonao Casimi r, A Ipag'a,
(:heviote. IDrap vet~t et blou d'utie




clients les 1 ii at qLi i Ap[)1.6
cient cliaqde I)i r d tv~tiit~goe IFiINI
de son travai-
Dem;aodcz c!7'rz J'+S.;In -C'ou~A
Restaurateur de 13 Sa-'te c-, es Caries p,
Itaes fLsr~s


itL'tLEGANCE
QO RD)0N N 1wRI E.
:M. MIE FX
42, RUL dC6 Frv.), ti -or-&.
lUKAUBSUu'u 3M 9DfP(rPGUPLLA 'KMT
Promputud. St atno aux cem-mam-
don taut ici qu'oo pr~jyiuce.
Chaussurmw do jiame fc~rm. oW tra-
vail toujoure tout co 4P11 I a do plus
nouveaux.
Former oan~ricaine o at lruaiso poui~
Momaisure ; 0160,amtos Pit ccmnmodes
Pour lea siafatutsIs phasi I'aims.
Travail aiu-o111^ rsxcut* aveo
don psan- do preml~remarque
Assuraeso do grand rabaim.
P~t~q.Oirmc~. eat Iqds


CHAPELLE"RLE
P.XILLV lD. W[k -il'
AiC iIK/1 1f/
Feliberto Gonzales


JOSE SSAIN IILLiAN
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE 6EI',VRAID
SAltN !I~. 1(>'IN GRi1iI'L LOU4JVRE
P1our tou- I t,4 O it t, t pom tut ( 'es
es bourses


On trouvera
(Qe tieillem'i Ci(ra,e lpolur tons ';ou-
liers i la manutfacture de chaussures
(;. CORDASCO.


Maison 6tablie depu -11
dans le Chaiteau de C(1;i
ou est n6 le Rol F'ranc01oi


Andr6 FAUBERT


PHOTO GRAPHI F


S. Perpignanti & Co

16i., 1, Gh\NI RUE, A I'ItOIMIT'II DF L AI: PH~IARM C FNI


POF 'H A ITS EFN 'I'UIS (LI

P hoto(;raipbie direct, genre Visite

-'till 'iI~-A meilleut s pcix que partout
leurs
IIIu re,1, c:Lt' 11E 1 -i"t o I $I(1 44(WII oaI 1ii '1 r ie IO-As, IINw- iij ~ c
A la POI tee det3 ue~I-IJ
Iluste, trois-juarts, q;raiideiir Llrelle
r' '~it~, -uu n:sti v it':i. t \u: r~n V. ,XI.etc,

CA11r1ar"aci"

A BASE do CODEINE. TOtU ef r 'Js .: l'YPrOL
I ,OU T A sH,:Al 7 < -. .. -- I'
TOUX, RHUMES. BRONCHITES. ENfiOUr lENlTSI
INFLUENZA, AFFECTIONS c 'NS
I ft f?.th kt)llIc .1- (1 ". ni j "' I -A LU I'.N I t ,


IlYAL k-olaChiaiipagn

Cette d#--1i cieise b wi- ,, m, to it ri .0mdl 'u I (I~ .Iitt~ l
Yeu[* 4Zx-4 Its 0, i e03 111 W.t" IX)3_1 o itt )i~) I A ;I liiC mlt,
rafrtic-his;-.3tnfo Ait i ic'nt- t'; n U.III Wlett3 -I *(I t a w'c AL~


Agence G5narale


AU MAGASIN DE LA MITROPOLE

MAISON JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
po oT AU-PRi
Vous le trouvatez Aen outre chez :
Andr6 Faubort rue Iou x t l'tKA picerie N.'ar' tte' i (;r.id'rue(elI
Pharmacie Alex. Roborts Ilo la station celtiirale des- ponpilerL)
Madame ; IDreyfus d(o a I'Ep)icerie (. Lundi in" des fioat-
a l'Epicerie iI. Corvington rue Fi'rou au Magasin E. I)revuiis


F. Ch6riez


SPH. TIRIRIAL, 39, Boul* Banssmann, PARIS.


EN PROVINCE
letit-GonAve. J H. Montas-s-e
Mme GArard Rartels .Jr'mie.


NOUVEAU


CONSTIPATION
ot do sos
Consequences nz
Par I Omplot aaie i



ELIXI. n Paeu.II is~ tlif' FaM0 pd3

C'~7nmenoelnent du repda~ u .otr
ViLULMS D Aa3 aanmt 1 "i.4 901, 06sofr 10O
PHLIPE'rmmmAnm '21* ~nj fa


agent g6n6ral pour la R6publique d'flb


I


et D~p6t:


GOl


- _________ ~ ~ ,-' -


0-AW- R, "r T


I I -


I --


--- W. N


oti