<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00881
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 23, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00881

Full Text



TrouiaIme Ann6e No 899


Port-au-Prince, iHaiti


Mercredi, 23 Mars 1910


AIONNEMENTS
Us Moss. .. G. 2.00
Port-au-Prisce
poTaost Moss... 5 00
Us Moss ., G. 2.20
Taois Mos 86.00

Etranger. .. ois Moss. 8.00

DmCTR-aglor
ci~ment-Magloire


c


1


J


OUOTIDIEN


LEANUbfgRU 15 CENTIMES

L-e nui,niu it, inziiir.4 ou fnon ne serou
I,,rendus
REDA CTION-ADMINISTRATION
45, RILE R OUX, 4S-

ADMINIUT'R&TEUlR
Arthur Isidtore


l s sources mslonriq es el la critique

Le livre de Bonnet
DADIA A JEAN Li FL'RETEt'R.
V. Tout le monde sait que, apr6f [avait fait des difficultis pour ddlivrer le
is uoumission da Sad et I'entrde de P6- passe-port que sollicitait pressamment at
tion a,'x Cayes, ancun acted de r6pres- ardemment Bonnet, finit par ceder 4
sion ni do reordsailles n'eut lieu ; qie ses sollicitations, a ses instance, A le lni
wates les peAces qui pourratent dd- accorder.
noncer an PrAsident lea princip3ux ac- On connalt lea scrupules qui por-
teurs ou complices de Ia scission fu- talent le g6ndral Bonnet A no pas so
rent brides oei quo, sea l, Barichet,qui rendre immddiatement au Pt-au-Prince,
avait 4t6 Ia cheville ouvri6re de l'insur- quoique Pdtion lui audit ddclard qu'il
reaction do Sad, s '1oigna spontandment pouvait se tranquilliser ; que personnel
do pays. d Bonnet, dn son li no e pourrait lai fair aucun reproche,
Edmnond Bonnet, dens on livre, pra pas plus qu'aux autres officers qui
suto i'exil de son p6re come faisant avaient pris part A la scission.
exception & ce courant de magnanimit Lg6nral Bonnet profit au Pr.
ot laisse entendre quo cotte measure ." Le gKndral Bonnet profit au Prd-
fat une rinear impose au g6ndral sident do ne pas s6journer longtemps A
Bonnet par Pbtion. I' tranger, et de revenir en Haiti apr6s
un certain temps moral... Jugez, lec-
Sabourin, dit-il (pages 256.-257) vint ours impartiaux, si 1'exil du g6n6ral
ensuit at lit Bnnet quoe le president Bonnet na pas 6t6 volontaire; si ce
avait d6cid do proclamer I'amnistie ; noe sont paM sea scrupules, sa d6licates-
que seal il on 6tait except. Bonnet in- so, qui "l'ont port & s'dloigaer d'un
continent, vouat avoir 1'explication de pays ou il croyait rencontrer A chaque
e qut venait d'apprendre, Ma rendit instant, des citoyens i'accablaot des re-
chez PAtion. proehes amers ? ( Pages 19-20 ".


c A pine avait-il pne6tre dans la
rmiure piece de I'appartemeut, quo
Sides d camp et lea officers do
service, lui warrant Is chemin, s'oppo-
sbrent A ce qu'il arrivAt jusqu'an chef
de I'Etat. Une discussion violent s'en-
gagea.
SP6tion, ayant entenda sa voix, pa.
rat l la port oppose et ordonna de
le laisser ontrer, Bonnet lui dit qu'6-
tant avis6 que soul ii 6tait exclu de
I'amnistie, il venait savoir de la bouche
mafne do president si le fait dtait vrai.
Ption garda le silence. A trois fois
il renoavela sa question, Petion rest
unet. S'il on eat ainsi, reprit le g6-
aMral, vous n'avez qua' m'envoyer mes
pease ports ; je me retirerai A l'6tran-
ger. "
Les choses on etaient 16, lorsqu3
Lereboars apporta la nouvelle quoe
Christophe marchait centre Port-au-
Prince. Bonnet revint dire an prdai-
dent qu'en face de l'ennemi un mili-
ire a'abandonnait pas son poste ;
1 vaaeit, en consa6quence, reotirer la
ande do passe-ports qu'il lai avait
faite.
P6tiuo nse o prononaa pas davan.
t41e; noa, partant pour l'Ouest, an
Moment de monter A cheval, il en-
voys uS aide-do-camp lni porter des
passe-ports.,
C' r4lt pr6smate P6tion dans une
PoMvr lnt ridicule : il vent et il
m ut Ia; ii ddsire quo Bonnet par-
pour oxit e tros reri 11 il ro-
too 10 PMso-ports rdclames.
Voeci la version de Saladio Limour :
"Li prdeat PtloMn, apId par seas
Sf *A la paccation da
sa; _este aors qoe g mdral Boa-
441 oe -aaosr, au moment
Ii p.g! aPnr d t dtait im-
S is Port..Prtimo, case do
IMU~Id a raMre d' Nerd devant
--- s le of de rl'st, qui


D'ailleurs, le livre d'Elmond lBnnet,
si plein de contradictions (ooui les re.
16veronm chemin faisant), ajoute lui-
mnme ( page 257 ) :
tLe Prdsident avait invite Mi'n l3nnet
A no pea accompagner son 6poux dans
1'exil, od elle dprouverait des soullran-
cos, s'engagoant A lui pro liguer es8
soins et poavoir A ses besoins. Elle
refusa de so s6parer de son mari, qu'-
elle devait auivre dans la boone comme
dans la mauvaise fortune."
Comment vraiment le P,6sident,
apr6s avoir impose l'exil an maria, eot-
il dtd assez mal inspire pour chercher A
d6tacher de lui sa femme ?
II y a mieux, et I'on tombe, en v6ritd,
dans la plus grande des surprises en
lisant, dans ce meme livre d'Edmond
Bonnet ( page 260 ) le passage suivant
concernant la rentree de Bonnet dans
le pays :

P6tion regut de Mme Bonnet ( on-
voyee en mission par son maria aupr6s
de P6tion I I ) avoc les m6mes t6moi-
gnages d'amitid quo par le passed.
"-- Emilie, lai dit-il, quo faith Bonnet
aux Etats-Uais ? Pourquoi se condam-
ne-t-il A vivre de privations ? Que ne re-
vient-il dans son pays ; il boude done
toujours ?" Mme Bonnet, aprei stre re-
venue d'un premier moment do sur-
prise, demand au president s'il I'auto-
risait A 6crire ces paroles A son maria.
"- Mais certainement, r6pondit Pd-
tion; qus est-ce qai s'oppose d son re-
tour ? Mme Bonnet s'empressa d'invi-
ter le gdneral A revenir dans sa patrie.
Elle avait on pirtant laissa sa vieille
mare aaux Cayes. Ddcidde d so fixer d
Port-au-Prince, elle ddsirait I'aller re-
cueillir. Pition, pour co voyage, mit sa
voiture at ses gens A sa disposition.*
No suffirait-il pas, A la rigueur, de
citer ces difltrents passages pour r6fa-
ter w-Amnn4 Bonnet par Edmond Bon-
net ?


a Enfin, ajoute Saladin Lamnour, an
retour du g6ndra' Bonnt, quelques an-
n6es aprbs, P6tion lui olfri. du service.,
Quant aux preoccupations auxquelles a
c6d6 Ie fits de Bonnet en prdsentant lea
choses de cette facon, elles sautent aux
yeux : il voulait laver la m6moire du
g6ndral Bonnet de I'accusation fondue,
ormulde par Ardouin centre lii (tome
7, page 492 ) d'avoir, lui, un des fonda-
tours de la Republique, laiss6 le pays
pour 1'6trarger, just an moment od
Christophe, avec plus de decision que
jamais, venait mettre la Rdpublique
dans Ie plis grand d singer, par Ie sibge
mAmorable de Port-au-Prince.
El. eflectivement, tous le4 gdndraux
du Sud et de I'Ouest 6taient IA, faisant
hdroiquement face au danger, sauf
Bonnet.

VI. -ElmonJ Bonnet 6crit ( page
206) :
a Lorsqn'il ( Brnnet) avait pris lea
r6nes de I'administration, la caisse pu-
blique 6tait ol'lrde. No pouvant recon-
rir A un emprunt, en face du discredit
dans leqiel dtait tombiS le gouvarne-
ment, il avait vers6 ses 6pargnes au
tr6sor, et cotte some lui dtait due....
D6cide ( page 263) ;t se tenir dtran-
ger A la politique, Bonnet pensa qu'il
serait avantageux de fonder une mai-
son de commerce. L, gouvernernent
li av it r-%,titu4 -,s ava'ice4 en bl nsi
du tr6sor. Sur ces bone. il avait perdu
25 pour 100, ca qui diminuait coniidd-
rablement son capital. ..P

Or, Saladin L'amur ecrit ( pages 20
et 21 ) de ses R/futations le plssageo
suivant qui, an contraire d'un Bonnet
crdancier de 1'Etat, prdsente un Bonnet
ddbiteor, et, en lieu et place d'un Bon-
net recevant des bons da trdsor en
pavement, un Bonnet payant le tr6sor
en bons :
Le g6dnral expoea au Pr6sident que
ses atTaires pea brillantes exigaient
qu'il s'occupat du commerce odi i cro-
yait trouver qualques resources, aux
fins do r6parer les pertes qu'il avait
dprouv6es. avant qu'il s'occupat d'un
service public.
a II dit alors au President, quo, vou-
lant 6tablir en cette ville une mason de
consignation, il attendaiit des navires
charges da marchandises pour le ddbit
de cette mason do commerce. Pour
cet effect, il pria le Pr6sident do lai ac-
corder la favour ds ne payer les droits
d'entr6e et do sortie qu'il devra an tr6-
sor public quo par fraction et graiuel-
lement, afin de lai donner la faculty de
travailler avec le surplus, sauf A con-
sentir des obligations an tresor public.
a Le Pr6sident lai accord ceotte f-
veor dont le gdn6ral continue de jouir
jusqu'en 1818, a la mort da chef ; et
eest soas administration du president
Boyer quo le gdn6ral Bonnet acquitta
le compto qu'il devait an trdsor, parce
tes .* nouveau Pr6sident avait besoin
e mottre un pen d'ordre aux afiaires
dee finances pabliques, sauf plus tard
a aecorder les mnmes favouers, a be-
sole, sans nuire aux int6r6ta publics.
Voil&.
AUousTs MAGLOIER.


L larf indoaier d'H i
Devant la Consoirrnation et
la Production Nationales

1350 -1860
VII

Rendu aux Cjio. r-es en vue d'organiser
le mouvc-nent militaire qui allait le porter
au pouvoir en attaquant d-" front I'Empire,
le general Fahre GQ:frard comr-menfa A
prendre des dispo, tions :nitlaires qui
s'dtendraient sur qut-lque, reformes doua-
n:cres.
Dans cette nLmre, il tit sortir un
premit.r d&eret,ce'. decembre 18)8, par le-
qucl le general en chef donnait l'icc&s des
ports de Saint-Marc. de Port-dc Paix, de
Miragoane ct d'A tuin aux navires etran-
gers. La tactique politique voulut toujours
A l'epoque qu ',n se servir de ces petites
villes pour rendre popjlaires les monve-
men's insurrectionnels, et la measure d'oo-
vrir ces ports dIu littoral, paraiT-il,rdpondait
aux aspirations de leurs h bitan's : l'anour
des douanes enHIii'i ne date pas d'hier.
Peu de sours apr ; ie trioraphe du Prd-
sident Getfrard, le pretnier Cibinet se for-
ma, et le citoyn V, torn Vlsinc fat da -
sizgn pour o:cup e-, 'ulutcs functions de
Secretaire d'IKat dJe tiianncc, ct du corn-
nmerce. l e no.' 'eau titulai-e prit de suite
des mcsures etin d'amcner un changement
.'1 la .ituutio 1 p-dcairr. qu'avait laissie
Soulouque : l& ioublon espagnol valait pros
de oo00 gourde;
Le 20 Janvier I,; ;, le diparinent des
finances rd'gea un avis concernant an
nouveau mode de paietnent des droits
d'importation : '1 annon. tit au commerce
que I'alministraton les reglerait comnme
silit : il. Jes droit: anciennerment pays
en piastres or <.ta r6gl6 en monnaie-natio-
nale auxauxutx fixes chIque quin 'ine, saaf
la portion compensable en "B1ons du trisor
de I'Empire ; i\; qui se r6g ait en mon-
naic-nationale compensable ati;si en Boos
do iresor, scra riduit Ax16 et l'autre lj6
devra etre verse en moonaie national.
Relativement au change pratiqu A aun
cours 1levi A cause d'une circulation de ye
millions de gourdes billets du regime im-
perial, 1'avis du 20 Janvier soulages su-
bitement la position du consommateur es
Is nouvelle mesute financiere fit compren-
dre que le regime de Geffrard entendait res-
pecter les engagements qu'avast contracts
1'Empire de Faustin ter qui avait emis des
Bons compensables sur la caisse do trdsor.
L'esprit politique de I'dpoque fut abso-
lament logique dans la question de la So-
lution de continuity gouvernementale s
arbitrairement tranchde depuis en Haiti oiu
les hommes d'Etat d'un nouveau gouver-
nement out toujours faith fi des contracts do
I'ancien, sans envisager le credit et le res-
pect national souvent oublis sur un ter-
rain trop pave de passions politiques.
Cependant, ce principe gouvernemental
ne put etre observe pour tous les r6gle.
meats rdgissant I'Empire, tels que le mo-
nopole et le prelevement du cinquieme
qu'ane loi devait plus tard abolir, surost
que I'application de ces deux impots na-
vaient pas leur raison d'etre dans un petit
pa s essentiellement tributaire des nations
insastrielles, et en raison aussi de la fai-
blesse en prix da cafe don't les droits do
sornic 6taient beaucoup trop lourds.


I I r


I I









D'ailleurs, ces deux taxes fiscales for-
maient les vrais griefs qui avaient armed le
contribuable et le cultivateur centre Sou-
louque pour aider la revolution des Go-
naives A s'accomplir en si peu de jours
Ce serait mentir A la Souveraine:E popu-
laire que de les adopter et les continue.
II a fall ndanmoins tolerer momenta-
nement i'exercice du cinqoidame jusqu'en
attendant qu'une loi vint le remplacer
apr4s une recolte qui battait son plein : les
intternts de l'etat etatent direc'emen en jen
Alors, la pratique administrative sur I'ex-
portation du cafel dura encore quelques
maois dans la Republique, matis s'exerqi
tout autrement que du temps imp&ial.
L'Jministration ottr:it par voix de sou-
miPs on les diatrents ors du produit ve-
nant tde la perception, ce qui constitute un
coucours au plus oflrnin des demandesfai es
par hes exportateurs de cafe. Cet'x-ci pas-
'waient par la pubticitL officielle. A c6tl des
norn ti,,,uraient les quantitc-s demandees,des
prix et les conditions de paiement, soit en
traites sur 1'6tranger, soit en gourdes or en
4i, pa,,ables sur place.
Au b2s de la ls c, I'admii i' rateur des
1Aianct- d t.ignait Il demamndes les plus
avantia:eu',s acceptecs qui correspondaier
co mneiC temps Ic mit u au< besoins de
I'E at : Ie dpartement teservait provisoi-
renient lc pioduit du cinquiemc au paie-
incut des termes arrires de la dete fran-
ca'se.


Quelques Inois plus tard, l'unification
dn paiement des droi s A l'importation put
c're d-)p:ee pour toutes les circonscriotions
financikres et, un artnt6 prisidentiel dou er
Juillet 1859 en fixa la proportion : 'e quart
de ces dmoits etait payable en monnaie
etrangere et trois quarts en monnaie na'io-
nale, toujours avec une fixit6 decretEe do
change. (2iant aux Bons du tresor, ils
avaient requ en parties la compensa ion de;
droits encis.es et le solde en circulation
devait itre l'objet d'une au're disposition
pour les rentrer plus Itntement qu'avant.
Nonobstant cesdivers resultats,les anciens
engagements contracts avec les tournissears
de *'Emp re avaient dtd aussi acquittds sous
diverse conditions apes la verification des
crdances, ce qui dissipa tous dou'es qu'on
pourrait avoir sur les sentiments du tri-
omplie de Geffrard. L int&r6: general
n'avwiit rnen A soaffrir, disait l'organe d'un
rapporteur, du chingcment politique la
nation : demeure.
Les travaux legislaiifs achievement menes
peimirent de se ddbairasser du cinqu eme
et la loi du 27 Juin 1859 promulgue Ile
29 le remp xct E'le frappait le caf6 d'un
droit de 1.75 en or par quotit de 100oo li-
vres A la sortie, seul et unique droit ; la
five etait done exempte des droits territo-
ri.uv de \\ irfage et de pesage, et la loi
e ail exdcutoire le to Jnil!et de la meme
annee.
Done. le cultivateur haitien pouvait se
v~nter t juste titre d'avoir et6 le premier A
ressentir les bientaits du transfer ubit de
l'Empire A la RepublTque, transfer t qui s'ac-
-uomplissait dans un decor essentiellement dt?-
mcrate, encadrant 'cs memes personn:g *s
de la galerie dc Soulouque, moins lei ti-
tres don't leurs noms etaient ancienrerrcat
suclhay.a,,s et les miroitants crachats do-'t
1-!urs poitrines etaient plaques.
La besone de la reforme ne s'achevera
pas encore, il y avail Ie Bazard do mono-
pole qu'il fallait liquider. On procida
alors son inventaire e: ceux dEleguEs a
c tte tin dutent se presser davantage A cau-
se d'un dEsastre qui avait fait disparaitre
lei bA iments du cinq :ime dans I'incendie
u v. nu la nuit du 7 au 8 Juillet 1859,
important on dernier stock Ide cafe appir-
senant .1 l'Etat.
It ne sera pas sans int&erct de soumettre
ici en detail les marchandises ttouvdes en
magasin, car elles toucheat de pre; les
conribaables de l'epoque qui pouvaient
voir dans chacune des aunes d'un tissu
mocopolise une parties de leurs incessants
labeurs.
On corplait en diverses qualities :
2071 aunes co'on Siam.
66300oo calico
50ooo drill b'.eu

3 x 15000ooo Platille rise
Soooo fil
$6oo masses Boucons os
3ooo000 lives fil en pelote


6000ooo "
3000 "'
4 5 caisses
2003 Quarts


fil A voile
de Rennes
de terblanc
i de Peinmure.


Ces articles i aient offers en soumission
sax acheteurs par la p-'blicitd offiielle et
I'administration principal des finances de
Port-au-Prince en recevait les demands
sur pli cache.
Tandis que 1'enchantear public clamait
une dernijre euchAre do solde restant, cotms
me en un liberal chin i sur le monopole
tr4passe. par ,i leurs l'administrateur re-
courr.it une cerraine valear qui 6iait due
au fixe, rialisai- les derniers rapports do
cinquieme don't une balance devait rentrer
le to Ac it A Liverpool et dressait I'inven-
taire des 28 clisses d'argent saisies au con-
sulat de France que Sou'ouque emportait
avtc lui a Ki-gs:on Cette dernier" prise
se chiffrai' A P. 27.086 gourdes en Bille:s,
P. 13 233 65 en monnaie d'argent, et A P.
19). ooo 07 dollars en o-, le tout f rmant
apres la conve-sion d s billets use valour
de 1P. 209, 133.72 d!Ila s.
1 el fut en sommrne le travail de six
raois qui donnait I'avantage :u nouveau
gouvernemen, de remplir qnelques enga
gements sur place et d'acquitter I'arritri
de la dette de I Ind6;endance, doont le ter-
me en course avait d6ejt son payment
32; 776 francs depoes a PAris et A Lon-
dres.
CHARLES VORBE.





RENSEIGNEMENTS
MErEOROLOGIQUES
Ob3seryvstoire
DU
S8MINAIRE COLLIUGE St-MARTIAL
MARDI 22 MARS T9IO


Barometre A midi

Temp6raturelmin imaem


763 m m2
20,0


(maximum 30,6
Moyenne diurne de la tempErature 25,4
Ciel un peu nuageux tou'e la journee.
Bonne bise de mer. Brouillard sec. Tem-
p6-atu-e de la nuit au-dessus de la nor-
male.-- Barom6tre en hausse.
J. SCHERER.
Adminis rat in postal
L'Administraion gnderale des Postes
donne avis au Commerce et au public
Sue les bureau& eront ooverts le ven-
rcdi saint de 6 heu es A midi pour la re-
mise des correspondances arrives par le
ba eau at eadu ce jour.
Por:-au-Prince, 23 Mars 19ro
Jours Saints
Le ch6mage est general chez nous les
jiudi et veudredi saints. Toas. les maga-
sins sont fermis aiusi que les bureaux pu-
blics et les maisons de banque ; les ate-
liers sont deserts, le course des affaires est
suspeqdo. La vie normal ne reprendra
qu'-vec le reveil des cloches qui annon-
ceront samedi la rEsurrection du Christ.
Le Matin se conformant A cette tradition
ne parait pas jeudi et vendredi.
Camille W1r6 Numa
Notre confrere, M. Nama, directeur d-2
Bon Sens '" ayant E6E demandE par 1e
President Simon. a e E embarqu6, hier
bord dela Liberld. A destination des Cayes
Cours de Bourse
Or AmEricain comptant 427 o0C
Nickel escompte i ol<
Billets'de cinq gourdes 314 o01
Traites o90 ours de vue sur
Paris direct, a o2 o
Traites sur France documen-
taires i 3140o1
Cheques sur Paris, prime 2 O<
Transferts par CAb!e sj Paris 3 o0j
Cheques sur N-Y, escompte i oe<
ConsolidEs 12 010 49 oji
Consolides 3 ojo 2a o
Emprunts 1o Janvier 6 olo 40 oe
Emprunts dits Provisoire 6 Oo 45 11201 o
Emprunt so Aout So 0ol


A la Cath6drale
La shrie annuelle des confErences pour
homes a commencE lundi A la Cathddrale.
La voix persuasive do prddicateur, Ie R.
Pcre Vidal, a remu6 tons les caeurs.
A la premiere reunion, on pouvait eva-
laer le nombre des sauditeurs A a.ooo
environ, icoutant dans le plus grand re-
coeillement l'dloquete paroe de l'orateur
chrueti qui a parl de la mort, en termes
emouvants.
Hier soir. il a continue le developpement
de si thase, en la renforqint d'argamnents
pouisants qui out fait frisouner I'Acme dc is
tou'e, devant le grand mys'ere evoqud de
l'au delA.
Remarquib'es conferences au course des-
quell s le P. Vidal a montrA combien il
connaissair l'ime humtine anx prises cons-
tamment avec le doute, hesitante entire la
foi et le scepticisme. et frappee de terrears
qui conuoisent aux faiblesses et aux IA-
che:hs.
La mort nous guette et noes menace.
Nous la sentons. la sombre t6 lease, tou-
jours A la 'Ache. E le ,eut nous frapper au-
lonrd hui. d-main. Qu'en savons nous?...
Et le P&:e Vidal exhorte ses auditeurs A
se tenir injuou-s pr,:s I piraitre devant le
tribunal de D en.
Matin6e cin6matographiqae
A l'occision do dimancht de PAques,
il se prepare A I'H4tel-Bellevue one mati-
nee cinamatographique oflerte par 1 H6tel
aux enfants de nos families.
La sEance comnmencera assez *6t pour
permettre A la jeune assistance de rentrer
avant la tomble dela nuit. Oa est pri6,
en consequence, de s'y rendreau plus tard,
Ai heures.
L'entree generale sera de Une gourde.
tant pour eniants que pour grades per-
sonnes. L'organisation de la ft e se poor-
suit activement et nous en dirons un der-
nier mot samedi.
Au Col-1ge Louverture
Hier apres-midi, Mr L. C. Lh6risson,
directeur da College Louverture, a often
dans son Etablissement un verre de cham-
pagne A occasion de sa vingt cinquiwme
annee dans l'Easeignement. Etaient pre-
sents les professeurs du co'l1ge, quelques
anciens Celves et amis. Oat port la paro-
le, MM C. Rosemond, e'eve de Mr Lhe-
risson A l'institution Cauvin, en 188~. 16-
r6me Salomon. au norn des amis de Mr
Lherisson et Martinez, an nom des pro-
fesseurs. Us oat adresse deseloges au direc-
teur da college pour son devouem3nt A
I'Instruction publique.
Visiblement 6ma, Mr Lherisson ripond
par des compliments. II vante les bienfaits
de l'Instruction publique. C'est elle qui
doit ameliorer notre Itat social. Maisil nous
Sfaut un enseignement fortifiant qui ne
parole pas seulemen, a 1 intelligence, mais
- au'si au sentiment, a la volonr6, au cceur
un enseignenment qui relieve et rigenare.-
Les 25 ans ne lui ont rapport que des
satisfactions de conscience.- II a appris A
s'en contender. It a bu A la diffusion des
lumieres dans le pays.
En souvenir de cet anniversaire Mr Lhe-
risson annonce qu'll fonde un PRIX en fa-
- veur d'un fits d'an paysan digne d'int6.e
t et de sympathie de la Commune de Port-
au-Prince. Cet Eleve sera re;u dans l'inter-
. nat du college Louvertuee au frais de cet
6tablissement.
Chaz M. Nestor Dalila
On trouvera de l'Huile d'olive excellen-
te 4,so le litre ;- du Vin rouge A 4
gourdes le gallon et do Vin blanc, a $
e gourdes.
A Place Geffrard, ancien Bar fin de Sikcle,
en face de MittEis.
Pour les inond6s de France
Outre le chiffre de secours obtenu par
la SociEte fraomuse de Secours Mutuels.
nous apprenons quae les membres de la
colonies syrienne one expddid un cheque
de 6oo dollars aonx victims des dernires
inondations.
Syndicat deprojetsa de Conastruo
tion de choeains de for de
oNew-York
o Le directors du chemin de for
Sd'Halti out paaed un contrat avec la
o Compagoe do Loco. otive de Porter &
o Pittabarg, poor ix locomotives devaat
o orvir A I'eltosion de la vole forrde
o sataellemoneat aon oonstretos. Do one.


trats ont t..pasat a ausgi avec I
nnfecture Ollon & Co. de Kwk
( Tennoeasy pour vingt-six fourgel
voitures.
Eo annoagant ce coentrats, M o
Henry R. Tippenhauer, vice.-pri
et tr6sorier de la comagnie ui
une corporation former a New y4
tant pour la compagnie da Wharf
Port-au-Prince quo pour cellse
Plains du Cul-de-Sac, a dit quae i'ct
do Conseil d'Administration 6tail
moilleure r6ponse aa bruit qui cif
quo le produit do e'dmission des 800 5
obligations rceemment n4goci e pn&
N tonal City banquet et par SpM k
Go. et places par Zimmermanu at FW
ahay aurait 6td employ ailleaun P
t6t qu'A la transformation en rail
61ectriques des voiaa actuelles.
II est vrai, dit Mr TippOehauear ,
la question do transformation A61ctnq.
de la vole eat AI l'dtude. TMt o trl,
cela me fera ; -rais les contract ,erot
,lacts chez des fabricants armricaie.
Ce nest ni d ns nos intentions, ni d4
nos d6dirs de les placer sur aucanuoe
ce europ6eone. Cette transformaim
6lestrique viendra forc6ment A cal
des dilticul'.s quo pr6sente une ezpl
station de tramways dans la vill k
Port-au Prince. Los locomotives "eg
sales, b-uyante,, plus c ateuse astm
susceptible d'occasionner des i"nce-
dies.
Dans le temps, il n'a pas ti qus.
tion d'obtenir ce que l'on d sirait,mai,
bien ce qg'on pouvait so payer. Sooth
regime de Nord Alexis, le change ta
si eleven quo la Compagnie ne pouvgt
pas se permettre de bro'er du chuba
do terre, mais 6tait obligee de me mr
vir do bois, maintenant que lei ci
editions pont revenues meilleares, a
pose srbstitur A la valear I'6lectn.
cit6 qui ps oviondra des montagoM d
Mirebalais, A one distance de 30: miles
de la ville de Part-au Prince aus no.
velle line, en cet endroit, 6tant pmar
I'extention A donner A nos voices I
r6es.

Bouquets
A VENDRE
Chez Mme Charles Duplessy. BoisB.
dete ( A c6 6 de la Chapelle St Antoine.)


P. C.


S.


A l'occasion des fates de "Ila
dit" le vendredi, 25 du courant,
Public est avis6 que les departs di
trains auront lieu aux heures sui5T
tea :
DEPARTS DE iA GARI DL NORD


A.M. 630
7.30
8.30
9.30
10.30
11.
P.M. 1.30
230
3.30
430
530


ITrain RdgIdmentaire
11Supp.10meniaire

"Rdgldmenta1ie
"Supplt'men haire
1 6 49
4 4
Rdgl6mentaire
ISwappldimftua ire
I t -


DEPARTS DE LA CROIX DES MlislOI


8.
8.05
9.
10.
12.
12.45
2.
3.


Train Suppl~usntairs

"SwppU4ewnS&ire
4
"Rdgldmontaire
"Supplwmenrai


4.05 FaceuatUf
5. 46
5.05 Rgl6meontaire
6. SupplI&WJSe re
Tons les Trains parent de 1 U
du Nord et s'y arr6tent. -
Pour Ia Croix-des-Msions _
d61Uvera quo des tickets ALL"-'
aux prix do : ire Class P. 0.70.
Retour, 2me Classe (fourgon) '.
Aller-Rtour.
Port-au-Prince, 22 Mars 1910.
LADIRW


r I II









ig lalioic i haili' Th. Dossous
En face de la Douane..
ad s 'Ibance de M. Paul Sintal- PaovISIONsFRANCAISES3TAMERICAINES
r q tl part e on ia l Direcion r Pour les fties de la Semaine Sain'e.
j, q doOwr" E.ablisemep' est confite,
SC. Cs p gne, sons-Directear. Saumon sale, maquereaux sales,
La 2, signature requise par Iarticle Langues de Morue par livre, Morue
$ je SDost continuera etre don- d6soss6e en paquet de 1 livre. Con-
!Lkr Ca Reiber oa M. H. Desares. serves.
S Lt V.rectur, Saumon., Homard, 'llultres, Thon
PAUL SrAKTAL.IERi. l'huile, Sardines sans arrites, Ma-
PAUL ereaux & l'buile, C6pes it 'huile,
Olives farcies, Anchois ia 'huile, Mou-
Al tarde.
STr s ln Saindouo fran.ais en ferblanc do
Sancisses Truff6es,Quenelles de vo-
-- laille, galantine de volailles, PAte de
Ifoie gras. de cailles, perdreaux, bd-
(Conform6ment aux nouveaux cases, faisan, Asperges, co'pdes et
aris reCus, Messieurs les passagers pointed d'asperges, Champignons, pe-
sont informs qu'il ne leur sera tits pois fins au natural.
pas r6clam6 de certificate de vacci- Fruits au vinaigre, cApres, corni-
Sation pour Santiago de Cuba. chons, va.iantes, picallili.
port.as-Prince, Ie 23 Mars 1910. Fromages pAte grasse, gruyere et
L'AENrT, t te de More, Saucissons de Lyon
ROBLN. et d'Arlhs.
E. ROB. i N. Phospho Cacao, Chocolat Meunier,
TPetit s lentilles vertes par livre, Pois
T ima I finn cass6s verts par livre.


bliou AUds

La malle pour 1'Etranger, ( via
Kington) fermera a la post sa-
medi 26 courant, LA 9 heures du
matin.
Port-au-Prince. 22 Mars 1910.
F. HERRMANN & Co,
Agents.


Bonbons tins assortis,
Berger, Figues snches en
I liv


de Fiddle
panier de


Chocolat Delatour par livre.
Fruits Cristallis&s.
Jambons et langues fumes.
Huile Duret et Vierge d'Aix, par
gallon et par litre.
Vins fils :- Blanc et rouge.
Lai condensd.


Viennent d'arriver pour :a Seii
toute leur fraicheur et it dei prix
Huitres fraiches
Asperges
Anchois en petits bariliets
Avoine
Maquereaux A I'hluil,
Saraines des meilleures mat tues.


laine Sainte par les deriieis steamers dans
dtdliauit toute concurretce :
Saumon au Naturel
Maqiueieaux au N iturel
t ilive-s
Cotine1d leet
MNitadelle de Bologne
P 'tt'-s de foie gras.


Beurre de Table sup6rieur
feil'linc de 1, et 2. lives
Fromages PaIte Grasse de Munster --- tries Irais
par quart, derni et Itii,,ige enter


More


M3i &-x-c-


Froma!le e e TIe de More


sans os en Bi ite do -2 Ivre- cI w'i pique:, Tune l'ivte.
BiscuiI's OLIBEA t t~tutres l uaiqie


VINS


DIVERS


F'raxx-aisc ,Ia 11 I, 'luz. giande-, bouteilles.
Clhampagne A. Devaux & C"
LE I1ON M.AilPlF. P\kR (.\ ULA'LI IK


Oil 16iPOft'I'


Chez Mli, e Pi


Kieffel & CO


RUh; I)E-S (~~{ rsde li.'Vnicerie13. 'AiKI*


Vous trouverez
Grand assortiment do VINS DE TABLE ROUGE ET BLANC
do vins fins BORDEAUX et BOURGOGNE
De la maison MUNZER et FILS BORDEAUX
CHAMPAGNE marques de VANOGE et REtm LESECQ
do 5 A 10 Gourdes la bouteille
COGNAC et FINE CHAMPAGNE de la grande marqae OTARD Duiruv


Th6 de chine
Biscuits fins
Tapioca
Vin St-Raphael
Maddre, Malaga,J6rt z
Haile en litres et bidons
Sardines Munzer & falls
Vinaigre extra on bouteilles


Epingles t chapeaux
Barrettes et 6piogles A chapeaux
Cravates Haute Nouveautd
Phonographes et Disques Aspir
Grand assortment de
Parfumerie et coffrets de luxe
marques : Houligant, Piver,
Kerlor, Daver et A. Faubert


chez Andre Faubert
38 Rue Roux
PORT-AU-PRINCE
Agent g6n6ral pour la R6publique d'Haiti des maisons suivantes :
OTARD-DUPUY Cognac A Cognac
DETRY & RkMY Purg6tyl A Paris
de VENOGE & Co Champagoe A Epernay
Etablissements Phonographiques A Paris
PERNOT Biscuits & Dijon.
Pour tous ressmigaements, commandos, etc.
S'adresser & ANDRe FAUBERT
38 rue Roux A Port-au-Prince.


la meilleure marque
Gallon
Litre
a bouteille comptl ise


franchise
0
V. 1 i X
t.'Hi
( .25


VIN ROLGE VIN II-AN'(: dime vin d. Me m~e, inarque hE nI I Biron.


La Marque


floidelaise iA, ii E1ii i.w., h i: i; Ki ;AIil. 1i,01- iets Pays chiauds.
G~allonri Yin Iouge~ f


Qrawls ils es cotes ll Rlone
SGarantis pur jus de raisins frais

Feriiand Loniewski
Propri6taire-Viticulteur
93 kIIT DU I'\1
Vins rouges, vins blancs et vins ris par tIt', 1;2 fUits, gallon ot bouteilles
cachetees.
VINS DE DESSERT : Malaga, Muscat, Mid'- e. Vermoth, (Quinquina, Ba-
nyuls par fAts d- (; litres, gallons et bol i'illos ctclithtes.
CHAMPAGNE RENOMM:ES : Rederer, Mercir, |loatet ; liuleurs surtines as-
sorties; Bitter par gallon et b-uteille (;,j.i v-s alimentaires de la maison
AMIEUX FRERES ; maquereaux A l'luile, saitliu.s, saumoin-, truite saumo-
nee, regalia sandwich, petits pois ; Mout.ti.e, I iccalili, UOi'ons, Pickles,
Cornichon, mousse d anchois trds renorn:n4e, Biscuits de laxe par bolte et A
la livre.
HUILE d'olive garantie superieure
Les memes products sont en vente au No I' de la Rue des Fronts-Forts.


La maison se recommande par la fraiclieur de ses products qui sont es-
sentiellement francais.


CIGARETTES MARINA


TABAC MELIA


Ces ddlicieuses cigarettes sont fabriques avec des tabacs de quality
superieure provenant des plantations do la Maison. Clique 6tui de 20 ci-
garettes content une photographic artistique et un timbre-poste pour col-
lectionneurs.
Scaferlati supdrieur en paquets de ,0 -rammes.
Emballage paper d'ctain.
Le meilleur. Le moins cber I I


M. Melia, Alger
.Fourniseaur doe Regies Francise et Tunisienne,
CH VINTE CHEZ DEREIX, Me MAITRE, AMERICAN BAR, ET DANS TOUS LES BONS ETAIHLISSEMENTS.


En gros, chez Mr EDGARD ROSE 52 Rue F6rou.


A la iMelropole

MASON JOLES LAVILLE
093, RUIIE IDU MAG A\ IN 1)1 I,'1- TAT.


aI








Mason F. Brunes 1
195, GRAND'RUE.
Dirl6e par
L. Hodelin
Ancien membre de la soci6t& philantropi-
que des mattres taillears de Paris-
Vient do recevoir un grand choix
d'Atoffes diagonale, casimir, alpaca,
cheviote, cheviote pour deuil, etc.
Heeommande particulibrement A sa
clientele une belle collection de con-
pes de casimir, de gilets de fantaisie
el de piqu6 de toute beauty.
.SPFCIALITA DR COSTUMIL.S DN NOCE8.
-- Coupes Francaise, Anglaise et Amd-
li'aiuo de la dernitre perfection. La
inaison eonfectionne aussi des Cos-
rUMKi MIIJTAIRES, HABITS BRODIeS,
DOI.MAN, TUNIQlUFS,HABITS CARlRIS, eC,
etc, de tous grades.
On demand
1I 3 boas ouvriers tailleurs pour gran-
des et petites pieccs et un aide cou-
petit.


On trouvera
tie ineillourn Cirages pour tous sou-
liwrs A la manufacture de chaussures
(1. CORDASCO.
... i


LA
Cordonnerie


Nouvelle


C. B. PETO1A
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse clientele qu'el-
le vient de recevoir. par dernier ba-
teau, une forte quantity de marchan-
dises et de fournitures de toute fral
cheur et de toute beauty, importees
de France, d'Allemagne et des Etats
Unis.
Le public 616gant, curieux de se
bien chausser, y trouvera les peaux
les plus solides et aux nuances les
plus varies les former los plus belles
et les plus appropri6es.
On u'a qu'A venir chez G.B. PITOIA
pour 6tre assure d'6tre chauss6 sui-
vaut les meilleures lois du confort et
de la mode. Sp6cialit6s pour dames.
Grand Stok de chaussures ;
Peaux, cirages, formes, fournitures
et mat6riaux divers pour cordonne-
rie. On trouvera tout ce qu'il faut, aux
prix les plus mod6r6s, A
LA CORDONNIRIE NOUVELLB
143,GRAND'RUE 143,

M"1e Fernand Loniewski
110 ,uE Du RAssanV -IR
A l'honneur d'informer si clienlile
qu'elle vient de racevoir lea articles
suivants :
Cliapeaux noirs garnish et non garniq ;
Porfumerie Helena et Labia, Parures
de peignVs, lingerie, corsets, junonp,
japes Vetementa complete poor hom-
mues. Complete pour enfants, ceintures,
boutons, baas, c aussettes, corsages,
mouchoirs, pochettes. tabliers enfants,
pi glene A rhipeaux, Rubaar, laiton.
Et qu'elle recevra sous pen lea arti-
cles de loere Communion pour fillettes
et gargons.

Franeiseo DESUSE
Pabvlst at de ohauweures
La Manalactareo t touoars on d6p6
ua grand stock pour la vonte
groa at on d6tail, -do oehausuros on
tous arets pour
oa ma, Fa.mn, ErMumes
Los oommande des oommerganbt
do i'lnt6reur pourront tre **oz6ouet
dams ane smaine & pea pris.
I. Rue des Fronta-Port. 3
*eoa-&U.-iaiMn ( aUM) n


AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs

Pour la Rdpublique d'Haiti


Extrait du TARIF


Tabacs 8caferlati


G6ndral, -


GOURDES


LEVANT SUPURIKUR (dit tabac d'Egypte) la Botte de
50 grammes
LEVANr ORDINAIR paper violet liass, le paquet
de 50 grammes
MAnYI.AN paper jaune le paquet 40 grammes
C(APOnAL suPERIEUR paper bleu Ie paquet de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRE paper pAte bruune le paquet
de 40 grammes
TABAC A PRISKR, Virginie haut goat, paper jau-
ne, le paquet do 100 grammes
PoUDRi SUPERIEURN, paper bleu le paquet de


100 grammes
POUDRE ORDINAIRR, paper brun, le paquet de 100
grammes
TABAC A MACHER roles Menus fllsa le paquet de
100 grammes


1.25

0.90
0.75

0.70

0.70

0.60

1.50

i.50

1.20

1.50


Mars 1910.


Cigarettes GOU

NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CHASSEUR le paquet de 20
IIONGROISES en levant supdrieur Le Bondon do
20 cigarettes
do en caporal supdrieur paper rose, l1
paquet de 20
do en Maryland le paquet de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ELEGANTES en Levant ordinaire le Bondon de 920
do en caporal sup6rieur paper rose, le
Bondon de 20
do en Marvyand paper jaune le Bondon
de 0u
dto ea caporal ordinaire paper blend le
Bondou de 20
F ,ANQAISKS eu caporal supdriour paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune sle Bondon
de 20


do


do
do
do


en caporal ordinaire papier blenu i
Bondon de 20
eu Maryland et caporal sup6rieur l*
portefeuille de 20
on caporal doux la botte de 10
en caporal ordinaire le portefeoille
de 20
la bottle de 10


..'aEGe~rt special,


Paille, 11surs,
plume rn-
ban, lingrie
etc, etc.


' .


S b


Parfumerie-Bi-
belo's, Etoffes en
tous genies


MAISON DE CONFIANCE

148 GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien conou de la
Republique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient do roeevoir par leo
derniers Steamers se Vari6t6 d'6tof-
fes de : Diagonals, Casimir, Alpaga,
Cheviote. Drap vert et bleu d'un
r6elle sup6riorit6.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE I SOLIDITE I
L'6tablisement mes reocommande aux
clients los plus d6licats qui appr6-
ciont chaque jour davantage le pIs
do son travail.
Demanded chez Jomph Saint-Cloud 1.
Rsmurateur de Is Sati ot des Cartne po-
IM Ilmustries.

H6tel Believue-
Le mlnu z *M, 1 plus ,o6.
bortable.- Champ-de-Marm.-
i COIaoe r mve -- V ouar las mr.


I







44





ax,


JLAVILT-1-F-


Entreprise


D'EAUX GAZEUSES
. -PI"InT.-A J-P. Ae tJ19C

Fond6e en 1899


Ginger Kola


21, Rue F6rou, 21.


Kola-Champagne
Soda-Water
Siphons
Sirops
Liqueurs
Bitter


- Ido


Pharmacie W.


Place


Buch


de la Paix


Execution prompted et soign6e des ordonnances.
Analyses scientifiques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivre at autree metaux
mfthode am6ricaine ( fire eay 1.
Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops ot vrita
Champagne A P. e la douzaine.
Droguerie en gros et en d. tail
Propri6taire : W Buoh
Pharmaclen dlpl6m aia4n d
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux Gonaives : Madame P. Laraque
A Saint-Marc : Madame K. Martelly
A Pett-Goav : Hermann Reimbold & 0C


"-'is 0

" ou


_ __ ___


WOR.A..


"*


i