<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00878
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 19, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00878

Full Text



TiroibilO Annde, N O896


Port-au-Prince, HaTti


Samedi, 19 Mars 1910


AONNEMENTS
Us Mons.. G. 2.00
Topors Mois... 5 00
UN Mols ., G. 2.20
Dipas Tamos Mo's. 6.00

Etraner...". ols Mois. 8.00

D1CTIUR
CG1ment-Magloire


0


J


OUOTIDIEN


LE.NUM.iRO 15 CENTIMES

Iow nianusci it, iusrA ou non ne seron
p:,a rendus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, ILE Roux, 45.

ADMINISTR&TEUR
Arthur Isidore


PLUME ET COUTKAU DIGO.
Sous pr6texte d'une lettro ouverte A
notrs collaborateur Charles Vorbe, Me
plamezoi fait, dans un dea numdros de
moa journal de la semaine passee, Is
procbs aux a fils de famille a, qu'il
qualifie do temps on temps d'. aristo-
crates croyant sans doute que la
veritable democratic consiste a fair la
guerre A l'6tat-civil des gens.
Et pour reliever ce rdquisitoire
par an sel quelcooque, il vante son
Pqprit doe charity qua le retient encoie
de seservir d9 certain dossiers que,
di'-Il, des gins aussi bienveillants quo
lai, oat bien voulu lui mettre dans ite
mains. G'est sa facon d'intimider le
Matin.
On pourrait lui poser le d6ti de s'ex-
pliquer ; muis A quoi bon ? ii ne s'ex-
plique jamais et appartient A la cat6-
gorie de coux qui aiment mieux proce-
der par insinuations.
Cost d'aillours ce qui l'a acculd A
cette extrkmit6, Is lecteur doit s'en
souvenir. Tout en enterrant l'incident,
qui n'a plus de raison d'etre depuis ld
magistral ar.ic'e Acrit hier par Auguste
Magloire, je rappelle on deux mots
comment tout cela est arrive pour que,
dans un pays ou l'histoire s'dcrit si
mal, on ne osoit pas tented de me rap-
porer la premiere reponsabilitd des
questions soulav&6s.
Oa a d6ji relev6 ici comment, en fai-
sant une oeuvre do critique, ce Me Plu-
mezoi a commence par r6futer dei as-
sertions imaginaires, mentant au public
dans son compte-rendu d'un volume
d tiistoire, lui distant des chboses qui ne
s'y trouvent pas et taisant A ben escient
d'aatres qui lui crevent leo yeux.
C'6tait l'occasion pour lai de s'expli
quer et de jastifi-r sa critique, en ci-
tant formellement les pages et les pas-
sages qu'il prenait plaisir A rafuter
gratuitement. II no l'a pas fait.
Laissant sa critique pour fair de la
phrasdologie,-et quelle phras6ologie !
il s'eat mis a lancer des tentenceR
'agues et p6dantes comme celle-ci :
a Ja suis fils do mes oeavres.,a
Sur une demand d'explications, au
lieu de produire a ses Meavres 0, co
qui bsul pouvait justifier sa phrase et
ses pr6tentions, il le prend de tra-
vers et suppose, encore gratuitement,
qu'on a voulu Ie traitor de n'6tre pas
lls doe famillea et d'etre fils de
marchand de salaison.a
J'avais tout d'abord cra qu'il vou-
lait fair de I'esprit en nous pretant,
de oe c6t6-ci, quelques bons mots et
bien galement, de mon c6td, je l'ai
pria on bonne part st j'ai continue sur
0on ton; car ce nest pas moi qu'il
premdra A court, il Ie sait bien.
Or, sa tirade coutre les fils de fa-
milBs, contre les aristocratea, centre
Boyr et ie reste, sans ometltre les
*trnJge rs don't, paraft-il, nous tom-
Se dans ie Matin, m'a ouvert les
1M0 et m'a convainc qu'eon me pr&-
tot Pratultement ua langage quo je
'a.lP" toen, proc6dd, sans doute,
loyal aqlaequo nsne-ce Mattre dd-
C 9 falsait que crder I'occasion
8 fair connaltre tout enter am
W *


Je crois qu'il a rdussi : il travaille A
6teindre lea rivalit6s de classes et A
assurer A notre pays,-pardon A son
pays.-un avenir serein et came, veut
do I'ardeur des dissensions maudites
et A i'ombre de la pacification des
coeurs.
Nos arricre-nerveux lui devront ct om-
Sbrage
J'en connais d'autres qui avaient dit
advantage I
a Nous demandon,, disait M. Firmin
on 1878 -( que ce temps eat loin ) -
si ceux qui se dissent les partisans de
la ddmocratie travaillent franchement A
I'avancement g6ndral, en -xploitant
toutes les pstites passions humuines
qu'oa a essay de mettre en ballition
dans 1e cwur g6aoreux du people tou-
jours hdroique, toujours grand dans
ses sentiments..... Et plein d'indi-
gnation centre ceux qui rdpan latent
dans la fouled los germes do rivalit6 so-
ciale, il ajoutait : a Gloire au people
toujours hdroique, toujours grand dans
ses sentiments I Mais qu'il rtilSchisss
quand on lui parole d aristocratiA et
d'autre chose, qu'il r6fl6chisse Nous
no lui disons riea de plus.*
Nous n'avons non plus rieu A ajouter
A la pensde de M. Firmin.Eu attendant,
notons que Maitre Plumozoi a appris A
retire son chapeau quand il entend
prononcer le nom de Salomon. Nttc-
rellement, naturellement! No pas re-
tirer son chapeau en entendant pronon-
cer ce nom, ce serait se mon'rer aussi
inconvenant que le oersoanaga q ii nd-
gligerait de dire: *Dieu vous beiisse I,
on entendant Ie voisin 6ternuer.
Du rest, nous autres aussi du Matin,
nous touchons notre b6ret chaque fois
que ce nom passe devant la rddaction,
avec autant de respect que nous le fai-
sons d'aillears auasi pour Soulouque,
car nous avons, plus qae Me Plumezoi
m6me, et bion avant lui. d'illustres
pr6curseurs on ces grands hommes
qui, en cherchant A donner le pouvoir1
A cenx qui so disent desh4rit6s,
Wnont pas pr6ch6 d'autres iddes que
cells que loe I Catin r6pand depuis sa
creation, en r6p6tant A tons ceux qui
so sentent dou6s d'initiative et d'6ner-
gie do prendre leur esseor dans les car-
ri6res de l'initiative pride en laissant
la gamelle A ceux qui la r6clament :
elle esat d'ailleurs A moitid tarie et ce
nest gore de ma faute.
Comme on Is volt, nous ne sommes
pas dans le Matin de asrioux comp6ti-
teurs poor los *ddmocratem daos 1 aca-
parement des situations politiques ; Me
Plamezoi pout se tranquilliser. Si c'est
pour cela qu'il faiaait de ia critique, je
'en dispense, et plus volontiers encore
j'esp6re, par ces esplisations, Ie d6tour-
nor do sea inqui6tantes dispositions &
se retioosser lee manches et A conver-
tir sa plume,-tout zoi qu'elle soit d6jA,
en couteau digo..


INCIDENT DR TRIBUNE, HISTOIRE GAE.

Tout de m6em, iU y a lieu do tirer do
tout cola certain ensigoemeonts surI'6-
tat d'&me baltita ot sar lee embaches
do I'loprit haltio.


Get esprit est si prt'- du liors de pro- Le mallieureux, croyant pouvoir s'en
pos et des proc6d6 insinuants qu'il n'v tirer en commn,,;aut son discours,
a pas, pour ainsi dire, de franc parlei aiappliqua le poing droit sur la han-
ici ; je veux dire qu'il nest pas pos- che, cambra son corps A droite, et gla-
sible que vous disikz les chooses les plus pit d'une voix caverneuse qu'il s'etlor-
simples et les plus claires, sans que des tait tde rendire claire :
esprits rotors l'ententeddnt de travers. -Messit et lionorables collgues...v
Si vous dites a un ignorant qu'il ne Je renonce A d6ctire la joio des audi-
sait pas tenir une plume, vous faites tours I'auditoire soe change littdrale-
injure A son origine humble, commr si ment en volibre ; les personnages lea
nous 4tions les maitres de notre oni- plus graves so d6ridaient, lorsque tout-
gine quand nous le sommes si peu de :t- 2oup, fiappantla tNibunede son poing,
notre avenir. lo d~u 1 6 L.... bIt-ait d'inrignation ot
C'est pourquoi le mensonge et la dis- d impatience et reg irda le plafon 1 avec
simulation nous caracterisent A ce uino express. ii de c!-r .-ui lui lu renit
point. Nous sommet obliges d'aftii mnel ia tguie vraimen t iiUna, int-.
que tel sauve le pays, qui le met A deux (. est A ce mrom nii' i'u ,a voix la plus
doigti de sa parte ; q .e l'61oqueni e est oltliilleuse du public i lai:. cette
le partage de tel dput6 et do tel 6nia- apostroplie 'qui rit tii ai stpctaclo eln
teur qui ne peat ouvrir la bouLhe sans jetant dcbhors l.k niruiite .. 1 audittire
printer A rire. Nous confoodons I'L1iu- qui, 'ecouie par un ., Joe !re irro-
nte lihmme don't les mains sont res 'itii.'e, n'en pauvatt pti,-
t'es pures et I'lihonitne public qui,ap, i- -'I '1'a i t a, ... e v
sa tre eanrchi dans I'Erat, a gaspi' s .,:~ i o 4 en :-.' e ,' : ,i.....e
argent dani les bambohes : qua. 1 ils ILe ,eputd tuaiit tornuer .i conges-
meurent, nous di-ons qu' tant morts tioiz. Queiques t. illgues, partr.eant
tous deux pauvres, ili fureat galimei ra'grd eux 1 gaiet do lIambianoe,
honn'tes. i'entouterent et durMit le porter .t oe-
Moi, j'avous no pas tre fait pour uoneier A la tribute. Vilbruu se joigUit a
ces manifres : tant pis pour les autres, eu.
ou tant pis pour moi. J'aime toujours eu.e
me conduire a la faonu don't ca boll pu- iJe protestd-t-i par mn tout l. mrnr
blie tie la chambre a on jour, dans uue de acI protta-t-n par un .rmer el-
sdance sensationnelle, accueilli I'arri- tort.
v6e A la tribune d'un deput6, (ju' nous *.- sans doute, sans I ,ute.....,, lut
appellerons le d6putd Z .. b en qu'au- rporlitrent Jla.l i's atnis eu 1l'etrai-
jourd'liui il soit mort. tiant et eu traitaut le public, en guise
C'6tait sous lo gQa6ral Sam, Vi- I-< con-olation, do sauvage.
brun Gaillaume pr6sidait. Jo I uil peu p i cj.m'o ,_e bon pu-
Je vais vous fire en deux mo's l ,'.ic je voudrais avoir m)n franc par-
portrait di d6put6 Z. Figurez-vou uin lar lt mlon franc iie, et s'il y en a que
singe fiit homme quant A la corpulence rit toauduite exap. re, ils u'out qu'A
et qui, qaaut a la face, so serait aila ;lesceulre dte l tribaue.
blA du plus villain masque do tblil au- J al.ais oubli r t'ijouter qito le d6-
quel on aurait eafonc6 los yeux et I, put6 /. ... .se mori.ti plu n uit.-ligent
boachi par un coup de poing. La ni- que plusieurs : il 1ie se dit pas qu'ou
ture envers lui avait 6td, en vtritd, tort avait voulu mottre on cause ni sa Ii-
ingrate. ltiie ni autre chose 11 so regartta dana
It avait toujours 6t6 inaper;a., soit une glace et comprit.
qu'il so fet toujours volontairement ca-
ch6 derri6re ses col '.gues, -oit par u1n1 IEAN LE FUr.IEUlt.
strange complicity des circonstances, -
jusqa'au jour ou it fut assez mat inapi-
r6 pour mo iter a I tribune.
a Oui foute, i, It 'd ? P clama une
voix dans le public. L I U 1


Et toutes les tttes de so retourner,
et un immease clat de rira retentit
dans I'auditoire.
Croyant a un fou de joie passage,
le d6putd Z... resta calm sous 1'orage,
les yeux perdus dans I vague a.c sdrieux
come a'il faisait la pose chez un


Devant la Consommation et
la Production Nationales

1858.- Le cinqui6me.


photograph'. La gaiety redoubla cir A la suite de trop d'avis qui avaient 6t6
cate face dans cot'e attitude dtait vai- r6digis et lances, tons contraires aux an-
nement comique. cicnnes lois existantes sar le service admi-
a- Silence dans I auditoire clamait nistratif et douanier, le Dac de Saint Louis
inutilement le prdsid-nt. du Sud, Secretaire d'Etat des finances de
-- Chutt Chut! rp6taient quelqie -Faustin Ier, reconnut qu'u one rdforme dans
voix d uns la foul.p6tant que la gisla ion douanicre devcnait urgente.
Je ne sais qoel loustic s'A:ria du plus Alors, le government pr6senta une loi
profod de la small : devait rsumer routes les autres,et celle
prfn*oI al 1 du; Joillet 858, calqu e sur l 'ancienne
a-Mais, Vilbrun,ou chita ddyd I ou i de 1838, fut promulg& ctsr mise en
pas oud li 1 fait li virrd 1 vigueur dans tou'es les douanes impdriales
Vilbrun na put s'empA6bh r de soj- d Haiti.
rire, et ce sourire augnenta la joie g6-' Le tarif no i de cette nouvelle loi fat
n6rale. consacr6 aax marchandises d'importation
Naturellement incommode, le deput6 dtrang&re et les dressa par ordre alphab-
Z... so tournait A droito : lea quolibats tique, taxant les articles sons des droits fi-
continuaient lear train ; on faisait des zes. Les marchandises non portees devaient
comparaisons. 11 so retournait A ganu- etre assimilkes A cells qui lear seraient
che : c'6tait pis ; on trouvait des mots plus rapprochantes ou iraient au droit ad-
heaureo, surprenanta. I volorem de 20 oio. Celui du n 0 2 cow


LA SEMAINE QUI FINIT


II









porta les principaux products du sol qui fa- p&riale. Le 5cme fut la combinaison bien
rent trapphs d'un droit A la sortie, le caJd ex- trouv6e qui devait dorer le blason de
ceptd qui 6tait laisss an, droit ducinquti*- F astin jer. e' aider le second Emperenr
me, ct le n0o 3 comprit les droi s fixes de hai ien A nourir I'Aig'e, 1'aiglon, l'aiglon-
whaifage, variant soivant le volume on le ne et loute la grande basse-ceur.
genre des colis contenant ou non des mar- Etabli par la lo, du to10 Janvier 1x8o et
chandises. rep. td d'apres l'aiinea de 1'article 13 de la
Enfin, le tarif no 4 tiza les droits de loi du 13 Juillet 1858 de la r6forme tar-
pesage et ceux de fontaine qut frappaient rfaire, le cinqui6mae sur le caf6s'exe ca
conditionnellement le navire6tranger si ce- pres de neuf .ann6s d une f:,on absolu-
lui ci aurait utils6 I eau du conduit de 1'i- ment fantaisiste, c'cst -d Jre, que cet im-
tat suivant t'atticle 21 de la loi en ques- Vp: n(eut pas de contrO'c sur la realisation
tion. du product laiss% a I Erat. 11 n'alla pas corn-
D'apris la nouvelle dispo ition doua- me les autres recet'es fiscales aux d6p6ts de
ni- re, mutes tentat'ves de contrebande de I'E'apirc,tels quc 1; pruojuits pr e,.'espar le
unit talent a irnilcesauvol et passiblesdes monopole.
peines prd'vucspar Il code pinal,malg,' qe D ai leurs, il fat dit par la nouvelle loi
par ailluis ,.- J(' ournement au ptdiudice que son prilevement se ferait conformi-
It monopole tut encourage par I'incxecu meni aux instructions de administration
oLin dls peinus don't il etait pa sib'e. Le superieure.
d.ruiit e consi,,nation 1wt maintenu par L'Empereur Faustin ier trouva ing6-
1! Ie: 'ii t13 illIct IS 8 et les consigna- nieux le conseil que Ini donnait son en-
:.ire, a nsi quc le corps du navire garan- courage A propose de la rhalisation do ca-
s.iient ce droit. f6 qui serait sous la main mise imp&riale
j ap: artilce ) la vdriltiation des un moyen de la combinaison fiscal, neC
inarchandises devait se fire publiquement s'apercevant pAs que du nombre de ces
At e-n ore A Iaute vox poor permettre A conseillers il se comptait des homes beau-
tou cnt-i qut voudraient y assister de pou- coup plu; avis6s que Si Majest6 pour es-
voir le fure. En outre, cette autorisa- s'-yer de tirer de son 56me leurs petites
tion re put tire observe que pour des mar- atfaires.
hiiaidis s frappde. d'avaric de mer et lais- Neanmoins, la g6neralit6 des gens de
sbes .' la rtalisation de 1'encanteur public la Cour consid&rait que l'adoption duciri-
u, se thisait assister en pareil cas do Pro- qui6medont le prd'veinent s'acquitterait
,ur:ur uunperiil et du n6gociant intiressh. ca nature, allait prucurer de l'or mon-
11 eiait laiss, par Ia nouvelle loi doea- nays A la Cassette imp&riale, en faisant
tnire di 12 juilict 18 8 la faculty aux navi- vendre J l'6trang-r le proJait du novel
res en char .e dans un port overt de File impOt ; car les products du sol 6taient
de complit.er la Grande-Saline de l'Arntt- frappis, suivant les anciennes costumes,
lonite lear cluargerunt en bois d'acaicu d'un droit A la sortie, payable en mon-
ct en coton ; et en cotton an port de Saint- naic national.
Mirc, celui-ci ayant i66 frapp6-comme Donc. 'idde fat trouvde meiveilleuse,
presque tous les autres ports de m6me im- 1'cmpie 1'adopta et confia A nne maison
portarce-par le re,'ement administratif do d'exportation A Peri-au-Prince le soin de
c nqui6me Apr.t le com pl6ment du consigner pour son compete les lots de ca-
chargcmewi, les navires tenant de cei deux f qu'allait recetoir e fic Le chanceux ne-
ports avaient a se rendre aux Gonaives afia got tant se plaqt comme ua principal per-
d'etre expedibs de 11 pour I'itranger cep ear de i'imnj6. fiscal et se tit reprd-
L'empire de Fautin icr maintenait la senter dans les trois aatei douanes de
prohibi ion i 'exportation, du ploinb, do l'Empereur pour contr61ler et tecevoir la
ter, du cuivre, des matieres d'or ct d'ar- part revenant A l'Etat haitien. La tactique
gent, des armes ce des munitions, dans le douanie.e march i la satisfaction c'es in-
but de ne pas permettre aux commercants tiresses du n6meet le percepteur anglais
de trouver autres moyens de remise que les I administra de concert avec Faustin ler et
products agricoles du sal. Meare les ju- le commissionnaire A 1 stranger ; le con-
ments, les anesies, les mules et les mulets, tr6le do fi c fut desraisi taci, eent de
les bois de construct ions navales furent I'article cafe.
compris dans les artic'es prohibis La se- CHARLES VORBE.
virit6 imperial n'eut pas de .imite dans
ce rcuveau reg!ement douanier.
A part un service de contt6lenr,il tait
laiss la ficulhe a la hau e administration lilT 1il
de nommer des insecieurs douaniers don't
inspection strait pin 6o portn6 sur le ser-
vice de la comptabilite des doutnes et r- --
gle par l'Empereur lui mame.
L'6tat prblev.it pour toun droits de ton- RENSEIGN RMENTS


nage, ue port et d ancr ge uw ptaires jv Jc
par tonneau, sans tenir comp:e de la quan-
tite de tonnes chargees. L'article 14 fut
trop pesant sur les voiliers don't le tonna-
ge ddnonc6 par le commis jangeur devait
guider la douane sur les dits droits A pa-
yer, malgrd le vide qui pourtait en r6su!-
ter apits l'operation d'embarquement.
Les batiments haitiens tsaient affranchis
des droits de tonnage et des frais de port
-t d'expidition pour 1',tranger.
f' *0

Au titre XII du service du cabotag la
.Mor ne tarifaire amplitie de beaucoup le
rctlernent de la surveillance int6rieure de
*. mer dans le but de garantir au cinquid-
n,, un plus fort prd 'veient sur le cafe.
L'article 9- de ia loi ordonnait que les
'" b:timents ue pourront atre months que
par des haitiens et les donaniers ou pr6-
posts d'administration ne connaitront sons
aucun prtcexte, pour les expidier ou
pour recevoir leurs dEclarations, que des
c toyens do pays. "
Les batiments avaient 6t limits dans le
genre de leurcargaisonet les cabotcurs qui
recevaient des tarchandises etrangeres pou-
vaicnt 6 re autorisis A fr6quenter n im-
porte quel port do littoral. Mais lors-
qu'ils sont charges de denrbes, productions
estindes A h'exportation pour I'&tranger,
ils ne pourront etre expedies que pour les
ports ouverts de 1'Empire. "
Cette derntwre disposition envisageait la
foc'ionnement du 56mequi etait.,out le
seve de I'Empire pour ne s'inqui ter que de
sonrapport duraot totel'administration im-


Cours de Bou
Or Amiricain comptant (*)
Nickel escompte
Billets'de cinq gourdes
Traites 90 jours de vue sur
Paris direct,
Traites sur France documen-
taires
Cheques sur Paris. ptime
Transferts par Cab'e sI Paris
Cheques sur N Y, e:compte
Consolidis 6 olo
Conso'id6s 3 010
Emprunts io Jnvier 6 010
Emprunts dits Provisoire 6 0
Emprunt 20o Aout


rse


429
I
I


2 010


1 OlO
2 0lo
3 0lo
I 010
47 oio
24 01i
46 o;o0
0lo 45 112 olo
80o olo


Marriage
Mercredi 16 Mars courant a eu liea le
marriage de Mr le general Boisrond-Canal
avec Midame Finklia Mitton.
Brochure
Mr Fernand Ambroise nous a fait le plai-
sir de nous envoyer son opuscule intitdul
c Recherches sur les causes naturelles dce
notre malaise social. *
Bouquets
A VENDRE
Chz Minme Charl DI)uplessy. Bois Ba-
de-e ( A cO:6 de la Chapelle St An'oine. )


R6publique dornicline
Le 27 -F6vrier la Ripublique d
ne a ft6 la 66e annde de la prMtSt
de son ind6pendacce.
Uai journal de Montccristi, la
Pueblo do 6 Mirs 1910, publict,
renda de la c6!dbration de cette
Djabon ou notre consul M. Ems .,
a prononc6 en cipagnol un beau d ,s
applaud devant un auditoire des ,luic
et des plus comp6ten s de pres del,"
p.?rsonrcs, compos, des 6leves, desz a
du c'erge dc I'armrne, dci foncu.oa
et de Ia h.ute aristocratiede Dajion'
Nous cxtrayons de la Vo-.ddpiio
passage suivant : ]
a Remarquables furent A cette A
paroles prononc6es par le Senor Do!1
manuel Ddsir, Consul d'Haiti ipo
concept ions bonnetes et fraternagj
A 1'endroit de la Patrie et des DoWit
en gn&eral ; aussia-t-il &td cou-ven d'a
lades et d'applandissements chalesame.
a On dirait vraiment que c'tuaifmti
et San'o-Domir go qui cilbraiem etuf
ble la date de acur Libertd et de kacrl
d6pendance.... En vwritd, c'est sealem
l'ombre d'une pail fruc ifiante, et i
des bones telitions diplomatiques qam
contem; lent dans la civilisationactmmA
es d ac res au^ss*i be.ur 6id-t -4b-- -1


-- N, -- ---- -..-.- -- -a au ux u e cete natiU e
A la P. C. S. honorent et rehaussent les peoples.
Hier les mrcaniciens qui conduisent les Allons, tant mieux !
locomotives de la ville se sont mis en gre- Nouvelle brochure
ve. II parait que 'cest i la suite d'amendes iO trouvera :
don't on les avait frapp6s et qui lear ontIIES SUR LES CAU
paru injustes et excessive. RECsIER2IIES SUR LES CAuLES NATUtr n
Une enren-e a eu lieu dans la journey DE NbOTRE MiLAISE SOCIAL par FenW
et le service a pu reprendre. Ambroie. Sres, agle
A la Pharmicie 1). Serres, angle In
Naissance j Frou et du Peuple, Pharmacie A. b.
Madime Luc ThUird a accouch4 hier. berts et Co angles Ru: Courbe et F6t.
d'un gros gatcon. A lacml : Pharm 'ce Nerva Goume a
La mtre et i'entant se por ent bien. ch1-z I' ut ur i e N u -, NO 9.
Pr.x i co
La Mission de Cuba I--B
r 0-1!f I -A .....I. ..


Le Charge d Afftires de Cubt potte i
la connaissance des Cubains rtablis en ce
Pays. et A ses amis en particulier. que les
Bureaaux du Consulat et de la Missio-i de
Cuba, sont transfers de l'Avenue Gregoi-
re A la maison de Mr. L. Hall, en fice
du Champ de Mars.
La Commission do Bruxille
La Commission avise les personnel; qui
ont recu des valhu-s poor la preparation
des oblets A expcdier A I Exposition de
Bruxelles. qu'un dernier ddlai P-ur est ac-
cord6 iusqu a mardi 22 du courant pour
fire aboatir ces objets :u local de Ia Com-
mission : N 5 Rue des Fronts-Forts.
Panamas I


Pour Hommes et pour Dames, chez


MErEOROLOGIQUTES Melle LUonide Solages,
22 Rue des Fronts-Forts.
tDU a re Autour de la Tourn6e

SPMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL Cayes, I8 Mars, 3'" 1o"1
VENDREDI i8 MARS liO Population de Campirin a tenu A mon-
DRDI MAtrer A Son Excellence le President Antoine
Barometre i midi 763 m m6 Simon, par les ovatioas enthousiastes qu'
'minimum 79 elle Lni a failtes hier, qo'elle aussi ne suit
Tempratur j7 i pas oublier les bienfaits de celui qui fut
pmaxuimum 30o,son cher Dihegua pendant vingt ans.
Moyenne diurne de la tempiratume 24,2 Pais le Pr.sident a laisss pour Madame
Cie- clair pendant la jounme. Rose. t Combe o II est arrive dans la soirie pour
Brouillard sec. Forte brise de W N W y passer la nuit. Le President a visitI le
aprs le ipucher du !oleil. reservoir de distribution d'eau de l'ancien
a iromitre constant canal Davesac don't la rtfection est d'une
J. SCHERER. urgent n6cess td,puis le canal Moreau don't
Sales travaux de restauration et de r6fection
Cercle nouveau avaient 6t faits gratuitement pendant la
Le cercle denommun Feur de la Je u ges'ion du Dl61gu6 Antoine Simon. Sur
nes!e de Port-au-Prince qui vient de se tout notre parcours Son Excellence a d6t6
fonder nous a fait le plaisir de nous en- 'objet de vivats indescriptibles. Aujour- I
voyer une brochurettecontenant la compte- d'hui nous passerons la journey A Redon
rendu d'inauguration et on discours pro- afin de nous preparer A bien fa er S-Joseph
uotc6 A dette occasion par Me I. L. Do- le v.6ndr patron de la paroisse de Torbeck
minique. Desterro
Dec6s AaRRIVLE
Un t6lIgramme annonce la mort au 'NXem-York Scully.
Cap-Haitien de M. Pierre Victor, commis- St Marc.-C. Miot, St Albert, H. Wolfl,
saire du Gouvernement. J. Ferranel, G Noel, M. Vidiot, M. Fa-
Fermeture de la mall raby.
Cayes.- J. Joseph.
Les dipeches pour Inague, New-York et Schaumbarg
l'Europe ( via Ji~rmie) par le sis Prins ARRIVtE
Sigismund", et celles pour Petit-Goave,
Miragoine et J~rdmie par le sis Altai St Thomas. -Paggerholm.
seront fermres amedi 19 do courant a 9 Puerto Plata.-C.ABarrack,L.Strosscait,
heurs precise do soir. Pedro Portrilia, Jean Jaumel et 2 *nfants.


AVIS AUX ABONNES
Nous prevenons les abonal
qu'il ne sera pas tenu compted'
contestations qui seront souleva
a propos du pavement des abon*
merits si elles ne solit justifies W
un reii en r'gle dle l'administr
tion, imprima ct revttu du timbr
du journal.
Port-au-Prince 14 mars 191


* Liglie Hloilandaoli

ILe sis Desterro i part ce aitial
10 heures precises pour Petit-G6ol
ii sera de retour ici dimanche IM
et partira dans la soir6e pour JkIk
Cayes et Jacmel.
Port-au-Prince, 19 Mas 191&
AUG. AHRENDTS, Apo.


American Bar
&

Ice-Cream Parlor
Place Gellrard A c6t6
de la Pharmacie W. BUCI
Arrive pa- STS ALTAI
EVANSVILLE STERLING
la b'Lre favo.i:e de Port-awPri ce
la douzaine 112 bouteilles G. 7
le baril de 10 dz. 112 bout. orfP
WATERMAN'S Fountain Pa
superbe collection de or P. 2.50
j or P.
Clip-Cap pour les plumes G.
FRED. W. KATSCM

On trouvera
de meilleurs Cirages pour WtoN
Hers A la manufacture doe cbs
G. CORDASCO.


__ __ ___ ~_ __* ____ _~ I__~__ _










A la Metropole


MASON JULES LAVILLE
93, RUE [DU M.\(; \N (11 L.'I F'AT.
v!anneat d'arriver pour la Semaine Sainte par les derniers steamers dans
l ear fratohenr et A des prix dlhiant toute concurrence:
fIc.bke Saumon au Natur I
Maquereaux au Naturel
optits barillets Olives
AVi" Corned Beef
Asme x A i'haile Mortadelle de Bologne
juiDes des1meoilloeres marques. PatSs de foie gras.
Beurre de Table sup6rieur
ferblanc de 1, 't et :3 lives

fromages PAte Grasse de Munster --- tres frais
par quart, demi et fromage entier


Morue


Fromage de Tite de More
sanS OS en Boite de 2 lives et en paquets d'une Livre.
BISCUITS OLIBET et autres marques


VINS


i&ere


DIVERS


F ran ai.se ta I' 11 la; douz. grandes bouteilles.


Champagne A. Devanx


c)


LE BON MARC:Il PAR LA QUALITJI
P 0I-- --IE

PHOTOGRAPHIE

S. Perpiqjlndl l& C0
163, GRAND'RUE, A PROXIMIr~ DE LA PIIARMACIE CENTRAL
PORT-AU-PRINCE, HAITI.

PORTRAITS EN TOUS GENRES
Photographie directed, genre Visite
RFichles C:artes, genre imip6 rial


Poses artisriques. A meilleurs


prix que partout all-


leurs.
Sp6cialit6 de reproductions et d'agrandisernent- de portraits anu ro-
more, crayon, pastel, en couleuri naturelios, livr6 encadres on sans cadres
a la port6e de toutes les bourses,

Buste, trois-quarts, grandeur naturelle
PHOTOGRAPHIC SUR PORCELAINE. ITOFI-E. 1OIS, METAUX, etC.
CARTES POSTALES IILLUSTRIES I)E SON PROPRE PORTRAIT
'Visiter xnotr'e s)alonxi d'exposition,
Demazn der los prix.

ACCOUREZ

chezHerrmann Corvington
108, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DES MIRACLES
Voas y trouverez du Bon Rhum Sup6rieur
Du 'Vin Blan31ftxc &c tiouge


i don prix


.xo ptionnellemelnt


avantageux


M"mn Fernand Loniewski
110 l Ki I)L' RESER\ 1 i
A i'h nui ur d'irno rmar st cli, n i1e
qu'elle vient de r:cevoir les art ,leF
:uiva ts :
Clhipeaux roirs grii et 0on o r i
P itumarie I 'eqa et Lubin, Paruies
de peign-s, liogeria, corseoF, junon-,
jupes V~tements complete poor hom-
mes, Complets pour enfants, ceintuies,
boutons, b is, e aossettes, corsages,
mouchoirs, po lettes. tabliers enfants,
6pingles A ciipeaux, Robanp, laiton.
Et qu'elle rcevra sous peu los arti-
cles do lere Communion pour fillettes
et gargons.

Maison F. Brunes
195, GRAND'RUE.
Dirig6e par
L. Hodelini
Ancien memnbre de la socist- plilantropi-
que des maitres tailleurs de Paris-
Vient de recevoir un grand choix
d'dtoffes diagonale, casimir, alpaca.
cheviota, cheviote pour deuil, etc.
Recommande particulibrement A sa
clientele une belle collection de cou-
pes de casimir, de gilets de ftutaisie
at de pique de toute beauty.
SPPCIALITIA DE COSTUMES DR NOCES.
-Coupes Francaise. Anglaise et Am&-
ricaine de la dernibre perfection. La
maison confectionne aussi des Cos-
rTUES MILITAIRES, HABITS BRODES,
DOLMAN, TUNIQUES,HABITS CARRIES, eiC,
etc, de tous grades.
On dcmanJe
Da)e bons ouvitiers tai;lI u s otr j ran-
des et petites pieces et un aide cou-
peur.


II 'II'III ID voulez-vous lhien
L.ECTEURC. S,ofumerl Al l
Rue des Miracles ou Ferou, Nos 25 et 110,
et Hue Houx ou Bonne-Foi, No 51,vous trou-
verez les CIGARES DU CENTENAIRE de Prin de
JUrtmie.


Monseigreur I'Archeveque do
Guatemala benit les inventeurs.


L'Emulsion Scott!


I


I.E DOCTFUR DON RICCARDO
CASANOVA Y ESTRADA
Archevi-is.e itu Guatemala


-So~n Ext ellent e Illustrissime a Pris I
diffirtentes oc &sic ns. par ordonnance do
miadecin. cette pr-iparation univerelle-
ment renommee Ct ell a toujours senti les
efjtets satutairei. Son Excellence IlII'nris-
sime voiss awuhaite toute prospbrfit- et
v~us b;-nit au n n1 du Seigneur." -
jC -Ei~iAMlRflZ COLON. Secrktalre de
I*Ar he'.t d-Lht4'nai. le 8 aout 3908.

TrOUTF per'sonne 46puis-Ce. soit par
1 'ex e's de travail physique soit
par le travai1 !nivt-I~d. trotivera dans
FF2MUL-SICIN SCk"'rTT l'agent le
1)1115 puts~iV~nt pour rt'tablir les forces
constitue It.-reint-0- l.- P11tz
effii.,c e pou~r c,.-,b..i~tr-c a

elle product lo ineilleur
effet Chez Ies femmiiel n
ce Intts et clhez les enfaiits
faibies de naissance.


SCOTT & l
Droguis~e-.


tt. marque
N'esYork cdhbvqu


Grants vins tes coteI di 1R1on


Garantis pur jus de


raisins frais


Fernand Loniewski
Propri6taire-Viticulteur
93 RUE I)U ( LUAl
Vins rouges, vins blancs et vins gris par f*t't. 1,,2 ftO- gallon et bouteilles
cachet6es.
VINS DE DESSERT : Malaga, Muscat, Mad;re, Verino it,, Quinquina, Ba-
nyuls par fits di 6 litres, gallons et bo'iteilles cacti tt'es.
CHAMPAGNE RENOMMIS : Reederer, Mercier, lIo itet ; lijuiur- surfines as-
sorties ; Bitter par gallon et bouteille : Consirvds altonentairs de la maison
AMIEUX FRERES ; maquereaux A Ihuile, sardioes. s ,umois-. truite saumo-
nee, regalia sandwich, petite po's ; Moutarde, Piccalili, Oignons, Pickles,
Cornichon, mousse d'anchois tr6s renornmie, Biscuits de luxe par botte et a
la livre.
HUILE d'olive garantie superileure
Les m6mes produits son, en vente au No 43 de la Rue des Fronts-Forts.
La mason so recommande par la fraicheur de ses proJuits qui soot es-
sentiellement frangais.


CIGARETTES MARINA


TABAC MELIA


M. Melia, Alger
Fournisseur des Regies FranQaise et Tunisienne,
EN VENTE CHEZ DEREIX, M-n MAITRE, AMERICAN


Ces ddlicieuses cigarettes sont fabriqu6es avec des tabacs
suprieure provenant des plantations de la Maison. (A.h:que etui
garettes contient une photographic artis'ique et un tienbre-poste
lectionneurs.
Scaferlati supdrieur en paquets de ',0 rammes.
Emballage paper d'dtain.
Le mei leur. Le moins cher ! !


de quality
de 20 ci-
pour col-


SBAR, ET DANS TOUS LES BONS TABLISSI:MENTES.


En gros, chez Mr EDG&RD ROSE 52 Rue F6rou.


4i


'V


III -


I


_ __-_.__ __~,


Tr












NESTOR FELIU
LUexcolont tailleur avantageunem.nI
conmi do touted la R6publique viont
de rouvrir son atelier Rue F6rou,
( Ru esl Miracles, ) No 61,
Sa nombrouse clientele trouvera
commE toujours toute satsfactiol
puur leI travaux qui la i eront co-n.



M" C. L. Verret
Taillleur-Marchand
Dotuca avis & sa bienveillante clien-
t41', que sa maison No07, Rue Traver-
161,r ust toujours bien pourvue d'uti,
varefA4 d',btodies doe la haute no-
veiutze pArilenae.
QUALITY SUPtRIURKlu. COUP] [LtAIANT
TRAVAIL o8191t*. ExACUTIO19 r POMrTs-
Prif aris rddflts I


A L'LEGANCE
QORDONNERIE.

42. Roe des Fronts-Forts.
(:s-Msauans *M DN P6T,POUR LA VTflIV
P'ornptitude st soia aux eomman-
vae taut ici qu'ea province.
(.hausures do Dame form* et tra-
Vail toujours tout eo qu'll y a do plus
SVOaveaux.
Jormes amdricaine st frangaise pour
Mlawieurw ; 61gantes et commodes.
eour oI enfants Ise plasA iaise.
ra vail solid e*x6out6 avoo
ass poaux do promi6reimarquo
Assuranse do grand rabaim.
PAtes. Cirages et Liquides

VERT
deobiens de mineurs
En verta d'ua jugement rendu par Ie
trilbinal civil deo Port-au-Prince le vingt
jaillet mil neuf cent neuf, enregistr6
homologuant la deliberation do conseil
de familI .onu lai prdsidence du juge de paix de la
section u I I,0 la capital, le viogt-sept
4vrier mil neuf cent buit ; il sera pro-
4e6 I1 li mnercredi qui mepa trento mrarp
courant wi qua r- bf ures det l'aptA4-mid'l
nvi l'6 u't. Pt par Ie ministAre de Me
Maximilien Laforest, notaire en cette
vite, a 'a veute au plus offrant et deo-
nier enclhri4meu', deo droits tt pr6ten-
tions deq mineurs 16gitime, Rioul Pro-
phlte sur un' prop-416t, foods et bi-
tise-. ,i4A anx Cao- H itie- & I'sngle
des rues Espapnole et Saint-Jose bh,me-
surant dit-neOf pied54 ciUl pouces fn-
viion sur la rue Espagnole et trente
pin.-I Sur Ia rue St Joseph ; bone ao
No d p Ar I rie S -Jos-ph ; au So4 par
la imropri.t 6 ,1. Mane Ve Pi-rr,-Louis ;
a I'Es- par la rose E4paRnol ; A 1'Oupa,
par la propriAt6 deo beritierm Henri
Poophlao. tell d'ailleurs qae Ia dite
propridt6 so poursuit et a tend avec
sea appar:eninces et ddpendances, anp
en rien excepter ni r4sereer.
Le. droits et pr,entions des dits mi-
,ieuis sur I'immeuble don't i'agit sont
,sitinm6s Ah but cent clnquante goar-
des P. 850
A la re pi.t,, poursuitte t diligence
do Madame Vve Raoul Proph6 e, n6e
Clarice Coicou, propri6taire, demea-
rant .et domiciliee A Port-au-Prioce,
aguisant en.sa quality do totrice l6gale
do mes enfants miners Etieoon, Pierre.
Emmlanu.l, Louiaine Proph6te,ot aseis.
We do Monsieur Joseph S6v6re, subrog6
toteur des dits miners, a.ant poor
avocat constitu6 Me L6once Viard, am
cabinet de qoi, en cette ville, 124 du
Centre. elli fait election de domicile.
Pour plans amples ronseigaemoats,
s'4dressor A I'avocst poursuieant on A
Me Maximllien Laforest, notalre et d6-
positaire dn cahier es ochargtm.
Port-au-Prince, 19 sers 1910.
Loxcz VuAwD,
Avost.


AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du TARIF


Tabacs Scaferlati


LEVANT SUPtRiiKUR (dit tabac d'Egypte) la Bolte do
50 grammes
LEVANT ORDINAIRK paper violet liss6, le paquet
de 50 grammes
MARYLAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL SUPERIIUR paper bleu le paquet de
50 grammes
CAPORAL DOUX papir vert sle paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRK paper pAte brune le paquet
de 40 grdmmes
TABAC A PRISER, Virginie haut godt, paper jau-
ne, le paquet de 100 grammes


POUDRE SUPERIEURE, paper bleu
100 grammes


le paquet de


POUDRK ORDINAIRK, paper brun, le paquet de 100
grammes


TABAC A MACHRR roles Meous fils
100 grammes


le paquet de


G6n6ral, -


GOURDES


1.25


0.90
0.75

0.70

0.70

0.60

1.50

1.50

1.20


1.50


Mars 1910.


Cigarettes


NINAS le paquet de 20
do le paquet de 10
CHASSEUR le paquet de
HONGROISES en levant


20 cigarettes
do en caporal supdrieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland le paquet do 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ELEGANTES en Levant ordinaire le Bondon de 20
do on caporal supdrieur paper rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le Bordan
de 20
do eu caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FAANQAISBS en caporal sup6rieur paper rose le
paquet de 20
do en Marvland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire pa; ier bleu le
Bondon de 20
RoUL9tS en Maryland et caporal supdrieur le
portefeuille de 20
do en caporal doux la bolte de 10
do en caporal ordinaire le portefeuillo
de 20
do la bolte de 10


GOURN


20
supdrieur Le Bondon d-


...'agnert special,


Paille, llenrs,
plumes, ru-
lan, lion .i o
el'l, etc.


.- -


'--


Pai fumeria-Bi-
belo's. Etoffes en
tous genres


MAISON


DE CONFIANCE


148 GRAND'RUE

M)I' Joseph St.-Cloud,
LE TA tLLEUR si bien connu de la
Republique, avise ses nombroux CLI-
ENTS qu'il vient do recevoir par les
derniers Steamers une Varn6t6 d'tof-
fes de : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote, Drap vert et bloeu d'une
rdelle sup&riorit6.
COUPE MODERNE I
PROMPTITUDE I SOLIDITY I
L'6tablissement se recornmende aux
clients les plue d6licats qui apprd-
cient chaque jour davantage le inN
do son travail.
Demandez chcz Joseph Sain -Cloud le
Restaurateur de la Sa~u et des Canes poa.-
itaes Illustr~es. ]

I6tel BeUlevue-
U 3 Le mineux ituo, Ie place nOO-
fortable.- Champ-de-Mars.-I
Cuiliae renomm6e.- V eor las mer


J. LAVILLE.


NICOLAS CORDASCO

157, rue Republicaine, 157.
A su conqudrir en peu de temps la preminire place tant A Io't au-Princeqw
dans la Province.
Le veritable succes don't elle jouit est dui au choix incomparable de ses mo
deles sur forces francaises et ambrica ies d'une i61gance irreprochbable t
rdpondant A tous les caprices du bou goi'it.
Tous ses modules existant en moag.in en to'ites pointures et largsurs lIt
permettent de chausser tous les pieds, mrnme les plus difficiles; et l4 modi
cite de ses prix est accessible A toute les bourses
Toutes les personnel qui ne trouveraient pas A se chausser dans le map
sin seront satisfaites dans les 21 heuies par un article fait sur meensm.
N.B.-- La maison peut chausser; sans prendre des measures, les personW fo
ne peuvent s'y rendre.
II suffit doe ui envoyer une chaussure allant bien' ou sinon lui signaler 1I
ddfauts.
Les chaussures n'allant pas bien seront remplacdes par d'autres, rectifidl
d'apres les observations fournies.
La faculty du retour eat permise dans les 2'1 heures aprts la livraison. Si
les chaussures ont 6t6 port6es ou ne soot pas A l'6tat complete de neoufnIl
seront rigoureusement refuses.
La maison dflte touted concurrence, et envoie france on prO
vince.
AVIS.--- La maison a nouvellement recu un assortment incomparablO d.
peau: veau verni, vAche vernie, vAche noire, veau satin, kangaroo, chbevr0
glac4s noirs, jaunes. champagnes, rouges, etc,etc.
Vente n gros et en details
Les clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sortes de tournita
pour cordonnerie & des prix excessivement r6duits.
Ces prix exceptionnels ne sont obtenus que parce que la maison .s
plus aes affairs que directement avec les fabriques de peaux et de foo*
tares, des Etats-Unis tells: que tirants, oeillets, lacets, clous, 6lastiqugAn
pour machines et pour cordonniers.


HOTEL

RESTAURANT COSMOPOLITAIN
J6r6mi e
Chambres A coucher spacieuses. Bonne table A prix moddr6.
Salle de concert. Tennis. Joux divers.
DIRECTEUr : ALAIN LARAQUE.
So habla Espagnol. English Spoken.


_________ ~~_~_~___~ __ ___ ~~__~


=


____ _.___ ___ ~._ ___


rl I ,, -