<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00877
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 18, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00877

Full Text




Iroisibmo Annle, IN" 895


Port-ait-Prince,


I l. iti


Vendredi, 18 Mars 1910


ABONNEMENTS
UN Mois -. G. 2.1,1)
P~d-G-PrnceTnois Mfois... 4 50

1)4 rtellelts UN Mois (s. '2-20
D~patTme ts Tios M ov 6. 00
ETUDSer t-rRois mois -.8.00



Cl4nuent-MagJ oire


1


- r~


OUrl)T


LE-NUNWIO "'5r-CENTIMES

I,-* i~tu, it. n,;,r.Laou non ne sercm
1trendtis
RtQ'. !i oN- x DMINISTR ATION
43. ,RLL 1. A S .4 5.



Arthur Isidore


*II -ww --


LA QUESTION NO.RE


Dansaun ouvraga remari1 .zlah'. t *.1,,
derneourpil'un des plciq Iouilli~to 40iij
biblioth~i6qo(Ii la Sciew-c Rocia.'e, -1
SociiWS af ricaifles, MN. &3 P risi.
6tucliA Irorganiiatiori soc Ile de-i
lations du cunlinent afii- aii, alt in1je
d~gager d- c 4te 6tuie I,- -eu --
leg qui miiLutiennpflt cei ppulJ IA
dansa n itd dclinf`6 iorirA SI dVtI an regard des antros soci6t6; hut,,


03~t -aic,
Iflla r-, i.
tiorn do c,
tI-ux elr- l
lie: du (i

rieur oil
[i'y esl- po
rittlt Ou k.
pliiu a.,11


I r i


pro, lreA 1 6i'1, In Int
At) (1 grigar qI i ;
la ,itua)io- .1 ios


ii ia'ix 'i our fa t,)u-


I- fLriC-r, ]a coulcur ci 'Oi1
t (J*, ul Cattle -1'
t -ic-ciiii relati'-- s'ex-


1 me t V:"'(nl It ique coliff e

C~~~ u t I1w-3U r' elI'3 sou; l'Emf

-wr I:fdFEat e-im n-, afim1 de

41,'.x ;cu'c rne-it &jient -416

'I.~cl 1 I 'I! ,Ch iroron,


Ni.depj-4viiie no est paidiL a pr- 'uamua:i
ri (,uo l'dtat tdo cei populations 'I M. Tji j'~i~t I-, qu'id jIiA.- ni,:
iuiferiour, parce qu'c-lefs '.,ovt U(); -4 ci n, !4-,11 'Prv~';id-at IRo-).'s' ,'U > '!If .:e' p*
it a donc, au sewll(Itoe son M~ud 1.c la 11' J ab .Jl,-lue (I o-4', i 4entt I,-%' a ,I- f,) C~ ~ tioen ciri
abstraction do la question da coue-i, .i tI ii _; yf l z n. -41ou~ ir
at tc?6tait, du coup, rafu~er e12 LW1o B3 .v r' -fnfi n '-,ra *1e lomm ot 01dI"e 'i~
temps do reconnaitre que ia COuL1-Ut? 1A clas-i hi.1 muIAtr,.g rt, en palr 'ii. (I -~A 1 10Qr' T 0~l1 la
blanache d Auait c I ~rli~ ry rnistrie~le dii 1) avril t"; ,f (4C i .4. c'LA
I'dt~At up6 i ar de,4 autreas sccit.e 814Pow S ,;?o que, it drit :Pour L. ?* *zP tau, Jut
Ph'@c~dant, en etlet, X41 it143 L m L;,r) : froiI-, on vit d-ing an ~ni,111- G i Dji Fiir Rul
de nigoaroase do Fob, etvat!oiI, M. i-,!tore -, foi-no;irq contre Lin seul It 'rame *.1~'~ eceRuiA
Pviwil~e est arriv6 'a Cette CoLIelt, Qado col.-1Lur... C"--;t -Apartir 'le cette `'l e1 r' 1, 133 V;.lonq i -ionl? :iiu- W
que Is mal af ricain rdstid a dan 4 u ii 1'Kit &Iq tu .MaiuauatrIsn u.. rmi' iJ \ kIIzIII 21 1*- neIt
bocial qai so dislinague priui!t. td'e-crir1 qu iIi. v'upr'rmat~e noir~.-vtMatt-t uI ti -e --)mhur,- i i
par Is manque (1'organisa iua des 0- dtablie p:-ur Litr-4r p' 'uiq dq dix an-. tx. -raxou oN'i ier-4 qui
Milles. Et c'e,4t A co poi-it 4I vue flue l'aueu' 5 r',Li v n 2ti imninirtal.
Or, no;,s avon d4 J f1A rs it'da Itvr-' a eu A -,ig,. I-ir I- rt~-:e 1'i rn- ti iaoi .4,11 u4 d'let
ici Wto tFIimpartaticc) dN it'116ment ivf -Souwouqtue corflm" ip 4fl;A [ Xidu-'A cc e' I Ctit ktoiille,
miil dans la coiPsti wUi-jf Uitin o .sotai'-i utIit, lt6 ocial.: .VI-. .l .r .Cip .
td, importance tv-,e qi s'v ot a ixw quo. !',rq de, 1;rnJ'- 1) 1 ~ > C4- \ t~
uin axiome lie (dire que : ,.ns Cfiuili -4, 'Wi (F]di.-ti l-ZeIhi~i- .- V '\ 'YI 'tIvN>.'\1 4 -
it a'y a pis do SUCLctO pos4-abe. L; N-4 ~uj. -,; r-'-'-nt 41-1 Silarmon, IV q 10*-i !01 ': 1 t~~ 'i~t I'dll 11
far-leUoest coraca e Ic uiyau iti oa ,iti on 42t10113 cou'eakr a M6encora ?1gi't-9 ~T it I. *I t ,, -; 2.3 1rUL 11-
sotti urIcrgdt~idaL1-ci SO :ale; 81 (, -, iit &,-,~t uas it essairm de re ~)1 r,3- i ~it 11'' iifl. (Oile-rd, Cler-
6Ietsent m~arquo, uijzi vie va et Li,- e tut-at I s hlil!14 b'tio-'e Pt tou.; Zmi,)- K ,(I) % g.1 i; ao'rd 'It
Be cokistituer Car 1, family -L e4 o A-you, it raire Ij~i lont 60 mi. i" -C I 1, "-- ( 13 .ze 1 1i.0
boratoire, I lat li :ue qut, par 1Ledu;a i ij vre p- a~bais-.c I t -ituatioii4 nt. 'cVt 1 t!I i'.)II -'I, RPtJ i ter,
et i'a disccj~laie morale, pr a).are F, I- am~nnt poli'i I ,n~i-is encore ;)- 1 -t.iv, (''V1cY 9 .a41j41 Lu-t-
jets at fournit las recrues au cor.i de c.ux uue, i. ru.,Raph-)re, 0 a ppO *. rc1P-i(r I t 1 1J, 4). N Id,\
chi : -celi-ci no re4;.it do ic q u'i t it d lirio.re,-. -aI~ h 'v..C I, i t iil. l t I'
que m~i fournit la families. Et isi c~u-ci 0-, maL.rk c-ttl!sj'oonde t 4 W- .4. .0V l FU 'e:nci
mnanque daus un groupemeit, quc,:-.c n- d'db, d- -e ~a-nr, I & si-uatian cli I *: FT' Cr
que, on si, taut 16L, elle .bliqUtci6 6 roi'v~ti e- e Ci I'A 11u rec-)rct; !dC %, *i ) ;i fi rni~-' A -.trc
devoirs, ce qui revient j la 1,t- lostesm igasin.-4u'conUI64 so sont ro v it-,,- 1 o 0 ci i 1 t'. f,1 j p
chose-, it est ampo-sible q~a'i eu !.- s g0u-vr.V-i d isp)aruei 59 5s-nLre.- .,I, -p.a'-1. 1' 13 dI c., tos
suit* Una orgmnisation sokiaalt p lo pt. nouveltles,-.1 tel paint quo voi!,A iJuu ; -iikI -" -:-; -,11, 1 41,*1)'1,,'' q 411 ~U-U;
CIS v6riteis Proclawa~es, tidfiiiuatlu S- quart (1d) c~plus t ird, ea plel ',u ke -ipIi~oIq4-: -r I i r,4'a-Jfl1", Iniab e qa'-
flous,-tel est l'objet (de cet a- nule, -- (toegrAce 1910, !:t cirmpagrio re-o -va ]ri- 1 in,!, .1 n -prerult*-e Societe
quells eat, au regdrd WelleR, ]a -itti.i- ce low-ro. L-a prdt-'ndui saristo i t 'ig -- -1. I J!.ren 46.It-
t101i respective (106 ueuz ddua ,- encore q ;r-, d~p~iis plus do treci -.nq, ', &io:Jt iri- cuil':-co i I'.'ctu.lle rela-
imoir et mullire -, qui con-,tiatueu' I a nucuia Pdtion ni avucun Bjyer su '.i di' : ie. E- a'c'-. ., cit-C )astaflcaquo
AOC41416hai~iennre, eatj'ourquotiti exi-) leur-4 ralgi nWait o96~ occuper le fauteuil )-I )I )te I'c-i as-embI~as politiques
*a son sei, d'ucse mani~re eCdt lul do Salomont. ),. vo'.t d'av,:-ir 6-0 -rmposdas an ima-
';Us* U.O Vieille question adto IuiC- .r Cetti irccruuleseence do ressentimon~t puce 1partie, aux deux tiar.i environ~do
qui, 8!90111tant A toutes I-is autres caiu-qu so roitanipidienn hr .
Seadomalis, etrtiet n eleuu dans cotre via, nationals, oat un phd-! On le sent bi-n c'F-irSt~ At4 c'-bpo iF-
SsPrit do rivalit6 qui enrays fatalemaut nornibne assez important poor ir.tsnir 1:JI oiIo gatvernemcLnt qai: a 1-3 ilus du-
es GatChe an avant. attention at poor exrcer Ion recher- r 1 do IlcipoWme, c-lui de6 B yar-, soevcit
Jua fis quo la question do couluur a ches de tous_ les et'prits qul, denues rrproch~r __. .- il' d'cp~rui~krtti d-3
dt6 bion des fois irait~o dani co pays, do touts p)rAoczupation volitiqu',, Rou-t ujavoir t,-a as.w;z r 6)1rdu I'instructi')I
4160 onsans passion. Aussi birsu, Je I b av'1e. ''e r n, rf.!rC 6Ma.t 'ocWjadanq -J!ij 1, 1 1 .'iV~li on-i
Viftas piasfaire des redites, att-i ja laIt, 'ct-031but ul" d ouvrir' LA vlri-. ..-. t U! r C *It
traitS anjourd'huj sommairernent, aut.- lI r !iV7o.- iooiLL'-t. I,)-
018t Su~r 1uno page do mou Histo.. ora o'-co~i. i.c'~~,.u.re >I ~t ~eattre
'tvC'eittpour la double raisin u"1 10 ibl -cii .d ,ci ~e hprA.m 1n--tii ~-i i a i otr a
Savable qu'Qn 6I6mont 1rio-i- p 'r-is~ntc .a tci--e das Mi a re-, 11 x nei. j i .(ttilrame e
SfQ t COncluant eat appoxt6 dans le doA t ne de cos causes a do i.a =.'r I CI- ~ ~ 1 efl
bb~d pwiIs sdeCe COsocials, et quo le pu 'xpi1io c a d tId tre, r.
thoow est bios choisi pour Is mettreporceill da pr&,,ent.
" 6114ft005 6tant donn6es los a- Par pa,56. FIous entecdons t'otre: Mak -jul)ns.l3 B y.31 -ASa.iLIoJ.
kqulI ddlib~rk. qs pri oi ique at social jusq'ai'A [a chute do l'oyer; I'IIs T-laa 'UI ~a j: I i ;' ell-!a
Icthsl, dpisqoquinn poliiue ipiu notre premiAre propowiton. r-S71I )a IIIS U 11 (11sai q-1 ceui-a;t
do dr Cn80tre nos families cousti- *iCetly up: i a~nic-9 i nut ai-.'4tdorino A
CO5S a 1n`6 l'spitit do famille,pen- Je crLuis qns M. FLwMin, aio-.i d'ai!- t-iic i,- F* iou pubiq'ie une i mpa.l-sion qi (
fRta& Pia tort fairle en cola couvre c auts que lo Dacteur Janvier, iuo pre- u-Ct ~ t 1-tfire cub ,-,r lBoyer. E! gi;1;e
4W ," et d6cesseur dans I@ thb e quauo -, s ye Iu: tuut A GellrarJ, (t toutes parts naias-
A"Or~IM, Vntention rdele do co~ax nons do dire, eot dans l'errearr en moo-I sent ces dcolos qui, en levant Is. ni-L
0614t6"US %NksMue 4.do Uige- trant la situation politiqueounp6rieure Iyeau inter IOctii*I g6ndral, dovaient cideri


.ten fl01k5 et mul.Praq Jos aptitules g2..
,II o, pour les hauiei fun.tions pub iqOue.
e Le rt~sul[At pt-ifvu ot enviCA est en.
Oi grande partie obteau : Jos foactiofli
L_ pul)li(lI1Cs son,, le lot de tous et jO no
e crois paq ttre t~rniraire an affirmant
P UG los deux cassso,iajsI,-s ljitiennesO
e 's.olit, A I'houre actuIl~e. raprEsent6es
,I.ns 1'Etat iiroportioniisllemont J lour
f oice numdriq.,a,- A tt~i pea de Cho.-
ISs pies.
q n quoi dione ic aln Li campagne Ac-
j~ ~ ~ ~ ~~~i Sous~u~ii-~A~I* j Si-
lo Jt. n l.U t 'Va" q. Ipit, rajiso:a pour
ir-r c"'IC. I : t* o-4)) vares
O'S :I v,, 1 i. 'r. p o r-
,auj~r~i .I n., r-s-nti-

91 S.1tI t 1) I[1 3ii S U I .11 C utant
1 ei CO q u'ois v6bt bivIi a Ic loonir ?
it 4,'esi qu'il ,, a it e e JUL Crave
P o~yUX t" 4jUl I'"11" U "e .i~ c
I' lii- 't, .s'itz:-)'4 rotnaie ten d6-

11 e p)OUVOF-S Liter .1--s iiorl.s aitieris ros-
t&1 dlciiout, m~glotI .te les e'clipses
~. d ~1O' (41C'oit p:-- Icm a ii a*4~ t~r lea
*1- lt1 ict 0 i 1o it4j. -- 'r iitcs par IFe-
*JIll u-3 e, t i.. j* ~de ruine

i,! ;w~ :. 2' -,anf .~1a3 par-
*ei h &It wolcIi Al, tu i.31i~emaill
;vtA u14i 1114 G )w,) we*. 'inb14iifat re-
ji ai.:re, .-urnme ie to ~x .cleurs can-
dr i'4.
4 ) nj 'j.t Xd i'o o 4 r01'.rrircljyeiiZ

p ibciqio, resIer colai maitres

(.:,:sl pe, .au cinio ~u &-4totre ddsor-
~,.1 j.itiun tociaItj, iujAqei families
11 I (3).]QSP rirt,, )ut,! i'i1tiaict con-
-rvateur, wo'd pa1 soconsfituer auasoia
'jai.Si, A 1r(puju,3 de no,; precnibres
:ti* eS, I 1A -a il aiozi (14VIfamailies
Alt gai:&dralo, ii -,'cst tr-)uvE~heureuse-
IULI.Iit, des 1it).',,ou situation du
S,y i u com).-me .,.6 par ren ire possible
LA cost itutiou d, i 'o:-At-civil, au noyau
national pour joter, par UIa igitimation
at la rdgalarisatioii des unions, taO pre-
miers plans (to nos a:b).es g~aAilogi-

Sans doute, I'wwavce ne fut pas ex-
ciusivomerit pure et bieu des matins
peuvent, en 'amnu-ant A grater Ie,6cor-
ces, ddcouvrir de loiataines tachee
sans avoir p--ur co!a besoin de remon-
ter' kisqu'A Ila colunisati..rn ;-mais Is
ternps a apdo:*.61l consdcratioai do us
>ot1Lj ., I et AlVU1LII Iigtemjio, 0n
4 ;jIto i,,ntreuss fArni.:d4 r~gali6.
r.,- out jette luf i z u4-c1i, in~s iotre aol,
(at c'ed ce q4. i di ul ada 104 jours, one
prLAfii18i12L* duA) -tcottains esprits pan-
vant -,'dobfler, 1) irc'.- qu'ils L~j so)1'ei-
pliquentl pis.
Telle ed n otro humble point. da vuef
la se'xOllie ext, i iou, c~la di pr6-
sEat el 11 ii AI i'at. 2z-'Pder~4iler I'i-
nariit6d detc'ere-Arl'it.ii; lquella out
dot~ndnoi r.r. r _i4'. 16tratiou, .en cro-
Y~i tiu'euei erUletI I humaine
6L~it datis ]a cul-,-1 ~uintellituelle.

uu grou peuient h'iaflkiu, it no saurait
se ddvaioppor st proap6ror sAns ce


__


.1-60WANM -mum


ti~e~r








groupement primitif, que cons'itue la
famille, et don't la mission principals
eut do donner l'6duca'ion, non I'6duca-
tion clasique, mais celle du foyer,
d'aider les jeunes gdn6rations A gran-
dir et so caser on suobventionnant ma-
tMrilolement ou moralement les bien
dou6e, on recueillaut lea vaincus poor
ole consoler do leaur d6faites et les ani-
or d'an courage nouveau pour r com
mencer la lutte, on cr6ant des gAnsoa
tions adults pour briter la vi illness
des parents et oflrir les vernus de leui
vie en example aux outAuts qui grau lii-
Bent.
Si on a toujours eu t* dance A fire
COtte ditlbreoce de situations sociales
uDneauestlon decobleur,c'tst que le plu,
grand nombre doe no families cot sti-
tudea sa retrouvent dans la cls-e (ldes
mulA'res.
Ru cl -rchant pourtant plans no!re to
ci d. ist trouve do ces families Polide-
ment conMtiltu6se,toireset mulatres,qui,
avec ou sani le pouvoir, repeisentenw
par elles-m0mesune vateur tociale inap-
preciable. La tradition entr e16<4 gtie-
tion u(JU vieOUneot et cOAlls(iiu s'en youV
e"t robuste ot inalttra:ble djtwl ces la-
Lailles, ot si parfois |i ul que faute per-
soDntmile. rmsultat des iaibc'sse bhumai
nes, menace de failo tache sur to fond
tamilial, tous so mettent' ensemble pour
Ia laver, la fire di4paraitte oi atu moiu-
la cat lhe, de f. d ; u a ce que Ise anc-
tuaira familial tweoo toujours respecta-
ble, honored et solidaire.
Cortes, ce tplit numbre ide families,
uoires ou mulaties, cons'itue unae .arin-
tocratie .. au milieu de la soci6te hli-
tirtnme cst nous voyon de temps enO
temps des esprits pleuS do dogmen et
do principes abstraits s attaquer a ces
assises sociales, Fans so douter que
Pans elles nous aurious atteint depuis
longtemps les dertDires limited do la
*auvagerie ei d6pit de touted d mocralie
broyante.
It ya doec lieu poor nous de conclurc
quo toute la question note, telon lrs
conclusions do M. d1 Pr6vil;e, reside, eu
Haiti come en Afnique, dans I'orga-
nisataon des families.
Tous ceux qui, pour entralaer la foa-
le, piomettent u'.e r&g6auration impos-
sible par 1'6l6vation politique, font ceu-
vre de charlatans ; le passe nous Oditie
pleinement A ce sujet.

En lout pys, ie sont les families qui
Pauveut 1'E at ; on n'a jamais vu sau-
ver I'E'at ca hut m ;ilant lei families.
L'homme politique qui croit 4tre pa-
triote en arm J( son part poor une
telle croisade', tait > condamrae: qu';l en recueile le Iucc&s
ou la defaite, il ,i'aua jamais la rec(n
naissance d ,s g6rniations futures, cat
ilauta nusultd au g6 ne i la pairie, qui,
si ou prom6neo on 1elfigit. pour la
montre, dans le forum des d(mocraties
scandaleuses, n'eist vet itablemest ho-
nor6 que daans les ceicles de lamille et
dans Is temple des foyers.
Au(;I'rST: MAGLOIiE.






RENSEIGNEMEN TS
MErIEOROLOGIQUES
Observe. t oi re
DU
SIf-MINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
JEUDI 17 MARS tIoO


Barometre i taidi
Teznp6ratureminainindau


762 m m7
Y8


(maximum 29.8
Moyenne diurne de la temperature 23,6
Ciel in pen nuageux depois to h. du
martin Couronne solaite A Io h. Rose.
Baror t re en hausse.
J. SCHIRER.
Panamas I
Pouor Hommes et pour Dames, chez
Melle Ldonide Solages,
22 Rue des Fronts-Forts.


La Mission de Cuba
Le Chirgh d'Affaires de Cubt porte A
la connaissance des Cubains 6tablis en ce
Pays. e: A ses amis en particulier. que les
Bureadj du Consulat et de la Mission de
Cuba. soot transflrts de I'Avenue Gre6oi-
re A la maiton de Mr. L. HOl, en ftce
do Champ de MNrs.
La Commission de Bruxelle
La Commission avise les personnel; qui
ont reiu des valeu-s pour t preparation
des obletis A cxpdier A I Etposition de
B uxelles. qu'un dernier dllai l* ur est ac-
co de iusqu A mardi 22 dJ courant pour
fare -bootir ces objets ,u local de la Corn
mission : N 5 tue des Fronts-Forts.
Un Anniversaire
La Society bibliquc et drs livres reli-
gieux d'Haiti entire domain 19 Mirs. dans
sa 25 ame annie. [.e Comitn central de
la Socid a d&idJ de commemoter cet
anniversaire par une pe'ite ft-e intime
qi .ura lieu au local de la societE dimar-
che 20 Mars. La icunion commencera A 3
heiures e, demie' de l'apr&.-midi.
To'is nos compliments I la vaillante So-
:itti religieu e qui en fe ant ses noces
d argent, prouve aec q-ielle obstination
elle pursuit son ctuv'e uti!e.
Fermeture de la male
Les depcches rour Inague, New-York et
I'Europe ( via J6trmie) par le sis Prins
Sigismund", ti cel'es pour Petit-GoAve,
Mirago.1Ae et Jdi&nie par le sis Altai "
seront fermnle remain :9 du courant A 9
heures pr6cises du soir. .
Bouquets
A VENDRE
Chez Mine Charles Duplessy. Bois BA-
dlae ( A ct5r de la Chapelle St Antoine. )
Le sis Altai
ARRIVE E
NEw-YosK Micdonald et servant.
CAP, HAITIrZ.- Alex. Pouget et servan-
te; Isr,'l Gibriel, Antoine'te P erre. Her-
mina Porenna Dan 's et enfant, Georges
Pouget, Nemorin Pouget et servant' Car-
men Pouger.
PORT DE PAII.- Ii. Woods, Mile De'-
beau, Depua Bru:us et enfant, Lucoys.
Haiti Fol tique et Littdz lire
Voici le sornmaire de cet important nu-
m&ro qui paraitra samedi :
Fichts: Les tournees du Prcsiden: Simon;
La Morale Evolu ionniste et le problime
de l'Education, J B Dorsainvil ; Poesies
Ma in de Dimanche, D. Vieux ; A. Beau-
vais. Thimothde P4ret ; A la solitude. Thi-
rnoihde PAtet ; Printemps, F. Burr-Ray-
naud ; Les Desirs, Ar.hur Lescouflair ;
Idalina ; A "Madime Combe P cot ",La-
fo est noire; Propos de quinzune, F. Burr
R1 ynuJl ; Incognito, Florelle Reache ;
P-ges clhoisies, Amidde Brun ; Chroniqcue
Commercial, Folder.
Naissance
Mrre Louis Vilmenav, de Emma Gus-
tavis, a accouch6 mnrcredi, d'un garqon
oai a reau le pr6nom de GEOR(;eS. Li
mc e et 'erftint e portent bien.
Nos comnpiru ents,
Fete champ ', c ) lic it e c!iamni :it a 6.6 organisde
A Madamec Comb: en I'honneur du Pre-
sident-.d'Hi i. Madame Combe, habitation
favorite du gcieral Simon, se trouve A
cinq kilometres erviron de la ville. Dans
une clairiere est b:itie la maison familiale
ftanqu&e de ses laicarues donnant l'une sur
le grand chemin et i'autre sur uoe petite
riviere de l'imorieur qui roule entire ses
boards enchantis une eau paisible et douce.
Nouns avons conmpae sur la route qci y con-
duit plusieurs arcs de triompbe faits de
fenille d'arbres. Sous chacun deux le PrE-
sident eCt re, au son des danses rustiques:
c'est le grand plan'eur, le boo pre de fa
mille qu'on c!61bre et pour ce, citadins et
campagaaids s'en doonent a caeur joie. La
retire tte'e se termrine avec le coucher du
soleil.
Come bien I'on pense, le President re-
trouvant apres plus ears amois d'absence, sti
retraite aimde se re.ood A y passer quatre
joursconsecutifs loin des soucis que crdent
les affaires. 11 eat retourud en valle jeudi
martin.
(La lasterm )


TRIBUNAUX

Tribunal do Cassation
AaauTs.-La cour supreme. sous la pri-
sideoce du juge Lechaud a rendu plusieurs
arrats:
Celui qui reje'te le poutvoi form
par le sieur Raymond alna contre le juge-
went da tribunal civil de Port-au-Prince,
en date du 30 Mirs 1938 entire lui et les
sieurs J. Baiol & Co.
-Ce ui qui declare le sieur Francois Hi-
iaire CFl'et d6c&h de son pourvoi centre
le jugement du tribunal civil de Port-au-
Prince en date du 20 Mars 1908, rendu
entre lai et la dame Marie Morel, etc.
Ce'ui qui rejetie le pourvoi exerc6
par le sieur Murat Bernadotte contre le Iu
gement du tribunal civil de Po-t-wu-Prince
en date du 22 janvier t908, centre loi et
la dame Clairciana Horacine,e'c.
Celui qui reject e come mal tond6
le pourvoi form par le sieur Rosier In-
Louis contre le jugement du tribunal civil
de Fe'it-Gcl.ve. etc.
Celui aut rejette le pourvoi exerci
rar le sieur Flnrb'y F&er'e cnntre le ju-
gement du tribunal civil du Cao-H'itien,
rendu entire lui et le sieur Henri Etienne.
Sius I prbsidencece du juge Bnhom-
me, le triban.l a rendo les arr's suivants :
-Celui qui case et annul,- le jugetment
du tribunal civil de Port -au-Prince rendu
entire les consorts Galet'e et L onard Ter6-
me ; la cause est renvoy&e devant celui de
Petit-GoAve.
Celui qui declare le citoyen Petit-
homme A'exis dcl&h de son pourvoi con-
tre le jugement du tribunal de Paix de Jac-
mel, entire lui et la dame Euphrosia Fran-
cois.
Ce'ui qui declare la dame Normdlia
Franqois, d6chu de son poorvoi contre le
jugement du tribunal de commerce de Port
au-Prince, rendu entree elle et G. L. de
Piccio'to.
Les sections-riunies sous la prisidence
du juge Bonhomme entreat en siege et
prononcent cet arrtt :
-Celui qui casse et annule le jugement
do tribunal civil des Gonaives contradic-
toirement rendu sur appel entire Nemours
Auguste et St-Marttn Dupuy ; -regoit I'ap-
pelant en ses movens, d'appel, di' que les
juges du tribunal de paix du Cap. par
difaut et sur opposition oam mal juge au
fond. annule les dits jugements ;--ordonne
que Nemours Auguste soit libcr6 des con-
damnations contre lui prononcies et iai-
sant droit an principal, declare St-Martin
Dupuy mal fond en son action, le con-
damne A tons les depens tant des causes
de justice de paix que d'appel.
VFcANCES.- Le tribunal pronounce las
vacances de quinzxine de PAques et live
le siige,
Tribunal Civil
Succession. MM. Lion, Louis et Emile
Audain demandant le partage des succes-
sions et communauti de lear p4re le Dr
Louis Audain. Ils intentent one action a
la veuve Louis Audain. La continuation
de I'affaire est tenvoybe.
Centre .Allison ,Archer.- On sait com-
ment M. Allison Archer, r6silia le contract
qu'l avait siggn avec les concessionaires
de F ile de la GonAve. L'affAire n'itait pas
b:illante et l ambricain, au sens pratique
y renonui. Muis il ndglieea, parait-il, de
mettre son mandataire, Mr Ismae', A me-
me de payer aux oavriers leur salaire d o6i
procos.
Le tribunal pr&siiJ par le jjge D. Day,
t renvoyd A huitaine.



AVIS AUX ABONNES
Nous prevenons les abonn6s
qu'il ne sera pas tenu compete des
contestations qui seront soulev6es
ai propos du pavement des abonne-
ments si elles no sont justifies rar
un recu en regle de l'administra-
teon, imprime et revetu du timbre
du journal.
Port-au-Prince 14 mars 1910


_ ___ __


LETTBE OUVERET
Au Directeur do 'I Max
Mon cher Magloire,
Ce n'est pas sans vn vif inteirt quei'd
suivi les assauts r6it6r6s que vous a lie
une certain press associde dams le bat
vous punir de votre respect pour les-
titutions de votre pays et le chef qua.
Providence a plac6 A sa tete. Powul
ont-ils, ces journalists de m;uvatt
os6 un jour attaquer mon honorable &*A
le Sena'eur Archer, sinon parce qu'il ex
bean-pere de Monsieur Auguste Maigloi
vo re f cre.-Mais tandis que vousfisif2
face bravement A vos adversaires coasli
vous ne manqu'ez pas de vous assunrt
concours de collaborateurs de valeur afia
mainenir le niveau moral et intellectad
de votre journal. si h-utement es imedaM
les mil cx ou I'on appr6cie les choses di
I'espri :-Auguste Magloire. Fernand Hibben.
It-an le Fureteur, Filix Magloire, Charig
Vorb?, Lux, Lecorps,- iet avec regret j'a
passe- pour arriver A votre collaoratew
:I.ul doutiles argamentations !err&eseetbri
pr&cises ont impose silence A vos dtrac.
tears en les feisant connal re an public -o|
leur vrai jour Pourtant Paul continue a
eciairer I'opinion publique pour Ia gars
con're un retou' pob ble des srggestiol
perverses des prog essistes de surfice.-Cc.
la devenair, A la v6ri in-upportablc.
Commenten effect, se sont-sis dit, espra
pcuvoir un jour hisser notre idole icefb.
teuil tant convoitr si le pays, se rangewa
aux avis do pacifiste Paul, ne consent pins
a p eter une oretille complaisante aux di-
c' anatio-s pompeuses des d6fensearsdo
contreb nde des pr-tendus droits du peuple
foulds au pied- C est alors que la faction
prcgressiste s'est d6menbe pour aviser sai
moyens de fi'ir per fas et ne fas avec ctta
cimpagne sthabilement et si complitemea
ditigde Pir Paul ; devant l'i-npuissance de
trcuvc. uae i~bue pusible elle s'estm
b.itue sur un honnte commer~nrt qoia's
qi:e fire dans les questions en d6bat. C'a
Ii conclusion log:que que j'ai cru relem
dans I'article de Paul que le viensde lia
dtns lc colonies du *Matin, de ce joam
I[*st viai que la haute situation oMok
et matrrieile que j'occupe d'une pai
mon attachement A la Religion ca*i
lique siopposie aux conceptionspositiviaM
et sadduc6enues de Monsieur Ftrair moS
de natu-e A le fire choisir come noa
cib'e toute ind!iq3d, neanmoins je croisht
pas pouvoir partager enticement lesvue
de Paul. It y a 6videmmrcnt out cela, mai
il y a aussi au.re chose.
Certainemnent les remerciements public
que j'ai cu A fire au g&n&ral Antoine con
me A un ptCre pour les services qu'il m'
rendus dans une affaire de famille, lesf-
licitations 6galement publiques adressaes
Son Excellence le Prsaident de la Rpsbli-
que A propos de sa haute sollicitude pot
source qui se rattache A la religion et i
I'Evangle de J.C.ne doivent pas tre trA
gers aux injures gratuites don't ces messnie
out bien voulo m'abreuver dans lear insii
de journal Que faire, la calomnie o'est-Cl
pAs I'arme favorite des lAches et descor-
rompus ?
Je vous avoue, mon chlier Magloire, qt
si votre collaborateur P.ul, qua ne et'e
ctre qu'un de ines amis, s'itai: tu, ce 1
pas moi qu, releverais lei personnagies
de a I'Impartial du ridicule dont-ilSI
couvrent. Mais ap:s son intervention t-
te amicale, je crois devoir le comptit"s
expliquant le mobile vrai qui a inspi~i 1
faaatiques de a l'Impartial @, c'est le
soin imperieux du ventre.
Qu'est-ce que c'est que a I'Impartwl
Un journal A cors et A grand cris. Q21
ce qui a faith sa reputanion d'antsno ?D...
fairs sensationnels En trouve- -1ide~
quelque temps ? Non ; routes les br .
de son activitE sonot paralysces : siecti
revolutions, affaire du 1$ manr,6lecti'
etc, tout cela s'est retroidi II y su*
quoi glaner dans les regions d0Bdii
mais IA mal peat lear en cuire, car
ri 6 vei le avec vigilance et eit pr*te
primer tonie licence de press.
Que fair ? I1 faut cependaot V
grosse caisse resonne. On essye s1
taquer avec ln seules donna a de d
rien Ed. Bonnet les apercus hs'n
de Monsieuar Auguste Magloif'".
nier se cabre etfrappe dur.-MoalSmV.
clervil visat avec son prefuge d.

Iis. pl ptedes.- It a










n .ale deanrcindale d .te
roloneesy ren end net r Ialllla slis

o se 6 tait min.ie.1 Ale
0o.--,dre, ne ve, '*olus ouvrir -
gMo -seiar Ridolphe Alexan- Le vapeutr Altai partira celte I
WgDod epuis qu i a su c. q'e Itllit II ,tr St-Mare, ,oaives sers'
SDuc .... de l partial.---de re i 20 rorat
o di cide A ci er en justice des u .hc0it2 ,
onis gtard. -II yen a qui vioenti poentn 1)011*I' t iIierlans la s.ire< ptiir
o, aquis_ usse-n.. lo-gtemps abar- Petit-( .oiv Mirant',,. Jirmie.
S-ournal.-- Tou, ces moyensSavaiiilla. (artagtiia,Santa-M:tria, I
t dcoie poer dssieuors o, tset une eKingston & New-York,prenan t la
!""s q -Ion r .on'hede s rn nIlle fr-t et passagers.
iir q3,i-- nqr'" 'acb "e p'us. Con-
antlle belle recette ces messieurs
du %ire le soir du 14 Mars Qioi un
rter criaot I toe-tCe un journal an-
at go scand le, ci one personnel 1 a malle pour I'Etraiger, ( via
me Monsieur Montaste se trouve Jt',rtitlie par I. vap,,ar Prins Sigis-
promise, y-a-t-il on filet plus all6chant t ;la pos samedi
les amateurs d'ae u Ciu Ve ub'1 V ulttIfIe AiItfpste sainedi
ez, que con re une 'eule chance de 19 courant, a lelires (1ll1 s oir.
n, il existed plnsieur, perspectives de Port-au-Pi'ie<, 17 Ma s 19!10.
es.*. Ra urez-vous---!c pricau ions F IIE1I:1MANN & Co,
Nal'ignore qu'actuellement ru.un Agents.
el o'est possible Et puis, quel ecr ce
mase,- qa'il pore un s ou dcux d hbophe de son noru---quel est ce Ri- me
I- qui s'abai serait josqu J rechercher Mi" Fernand Loniewski
on campagnard inculte du nom de Fri
Irvilk quihait autrtfois stimidor de la 110 1 r' IJ Ri.-; tV\ IR
.sooPurgold c Co, er plus taid per ici A I lionour l'informpr si clie-ntle
t Chambre des Repr6sentant -.v.itt au qq'ielle vient de racevoir lea ar'icies
o0ent o6 il descendait dans la tombe tbuia' ts :
T aux sOOi.s d'une ne chatit.b e, Chapoeax nroirs g arni- at non .rFi i
va4tlais: une prog~ntture paor le repr6- i' rtumprie IIe'e a et L.ubio, Parures
n:cerdignemear selon les lois datavisme lea pPiegno. Ilgegi, corqets, junon,,
voquies par M insieur J Duclervil, si- japes Vtemelnta c.)mnlott poor iom-
naitaire de I'article du i1 Mars 1910. pq >,rvt'ot, n. r Pirolits, (cinturea,
Pour Ies raisons prcdtites et 2urre er outo,. l t. tt, corsages,
ore don't je fiis grace aux lec'eurs touted mou, hoiirs, ro K t'e-. t..i ers infants,
ion judiciatre esr 4iglement impossib e, tpipgl A I ,pea;ix, li btm-, laitor.
utIsqe, scul tin t ) p:ut esc'imer dans Et qu'elle r'eppvra sons i pu 1-s arti-
vide-Ains,. tout bren consideie le gain les de lere Communion pour fl letters
t doorme. Une frmille nombreuse dis- et ga' saont d'une pIpino e de ieu'i s gens
nstrui s et bieni etlv6s et en 'tEe de la its e --
e ptre Annibal Montasse, un conitrover-' Be
iste 6prouvi, que le immense moisson Airrt .framn aiS ( d' 1 GN
rtcolter si tour A tour chicun d eux veut on l rblani d'tiur livre tt demi-livre.
nous honorer de qu:lques lignes par lour, Old Brandy
poisqueaucune virit6n e peut perfoter no-
tre carapace,tandisque le meusonge le plus COi.NAA SUPLRIEU'R
grossier, pou'ra toujours sinoar alter Icur A vrridre tontjour. au No ll0;, Hue du
reputation mais au moins nous procurer de M %L isin de I e at.
quoi mettre sous la dent heureox printemps qui est touoours pos- MaiSon F. Bru es
sible dans u pays aussi iiche en surpri- iSOn V. Brunes
ses. 195, GRAND'RUE.
Laissons ce Duclervii ave. ses insanit-s. Dirig6e par
Je ae le suiverai pas dans les bis-fonds ou I
l'eochainent son teapiramrment et ses L. I odelin
tares anc'strales.--- Q'on ne s'effarouche Ancien membre ste la society philantropi-
pas : 'est le baudet de Jean le Fate:eur. que lcts minaitres taillk-urs de Paris-
Bica votre, mon cher Magloire, Vient de recevoir un grand choix
ANNIBAL MONTASSE d'6totIes diagonal, casimir, alpaca,
_--__cheviote, cheviote pour deuil, etc.
Recommande particuli6rement a sa
SouS PreSSe, en France clientele une belle collection de con-
* De lO Ii pes de casimir, de gilets de fantaisie
De 1'Organisation judiciaire at de piqud de toute beauty.
en Haiti SP9CIALITA -DE COSTUMES DI NOCES.
I VOL. D'ENVIRON 350 PAG-S IN 8" -Coupes Francaise, Anglaise et Am6-
PAR ricaine de la derniere perfection. La
JOSEPH JUSTIN, AVOCAT maison confectionne aussi des Cos-
ruMES MILITAIRES, HABITS BRODkS,
Drecteur de l'Ecole Nationals de Droit DOLMAN, TUNIQUES,HABITS CARRIS, etc,
SPor au-Prnce. etc, de tous grades.

A Vendre E T voulez-vous bien
I L vLCT E U R ,fumerl Allez- la
Une grosse mall 4trangere de 42 Rue des Miracles ou F6rou Nos 25 et 110,
Bonne poor families. etRueRoux ou Bonne-Foi, No 51,vous trou-
S r verez le SCIGARo S DU CNTEMNAIRB de Prin de
dresserr an a Matin s. J6r6mie.


CHAPELLERIE
PAILLE DE FORTO-RICO


Feliberto


CETTE DAME
fut radicalement gu6rie de
Phtisle Pulmonaire



4w^Vi


Gonzales


JOSE SAN MILLAN
Fi BRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFR1A1AD
SALON DE :COIFFURE i)U LOUVREC
Pour tous les gofits et pour toutess
less bourses.




Le sI,, a[)esteri o venant (lo I-
Maic sera ici cet api s-rwdidtit pai lti a
probaiblernent deinam ii atin )-ui po .t
ports du i Sud
lPort-au-L'Lince, 18 M.ars 1~lt
AUG, AIIRF.NDTS. Agent:


CII\NtGEMENAT If\ ID I'ISSV1
Monsieur App. (ipoAin
11o1 te .'A la kCminaI s,1afwG de st- iboIl)-
breu x client ~q uo~-' t1)a I i-; () II S fiF 0 k
iuepubi)ica4ine N~o sera naIi nr-t'i t- )
partir dli ler \vri ii a ;x,;) ,,> ie 1.
min~re rue, en fic de Ia boulMIitii~
0-* dUi 1)i-()Irt, A L10 do Li in ii -dir
Webly 1Pressorr.
Ius trouverorit fo m ,no
les excellenits vinjS ou,,j' et Iblatur de
la rnaiqon lHou bc'ae I ires de Boi'u1aii x
Oiporto0, N Musci\ oat, Ve uri ou iii
Cognac titGhamiagn~.ie do IA iwn
mnai-on.- Liquerir'. asvo I Ie,; t:t S I I () ):
Cousen yes, IBeurrto de table d Itaite
qualitts extra par boite d'umt i h ye et
demie livre -- Provi-sions atn6ricatrne-.
- Ifuile d Olive el Virnaigre.


PAm

L'EMULSION SCOTT.

"11 y a quatre ans et demi ma femme
fut atteinte d'animic' et tine operation
d appendicite s impose; mais ai partir do
ce moment son etat doi santo empire
jusqu'a ce qu'au mois d'avril dernier une
Bronchite tuberculeuse se developpa.
Elle en devint telliement faible et abattue
qu'elle no pouvatt fair un pas sans so
sentir falble et courbatutire.
T" ous les moyens dol lia science sem-
blaient tetre eputisrs quiand. nrricou a Dieu,
je fis la coninai-ssanc'- t(li t(urttur Risso
Patron., eiie( n ii stntoMi1e !1' cette vie e,
qui lui prescrivit 1EMiiULSION SCOTT.
C'est cet 1-liii,,nt mu'-,rItlll r (tite nia
femme (lu0 It l it ( vi, ii (I un i.ls tli. iul-
nmonie t|ue tenit I.' nont' c -r,'y.iit "etro
sans espoir. et C.j U i' 'i, ei'.; : r'(m-
pletement retr' A.) F v' .e jouit
dune santo parfat' 'iLS WALKER,
officier de I'Arrna."; til Salut, La Plata,
Rep. Argi'ntant.


Avo.. 'a marque dc fabriquc
ci-contre I* j.uto~'lo eat
outhentique.


SCOTT & CwNrF.
he Ll


uroguistes, r-;
I -n ,- 4 t


Qrains vins dss cctes u Raonee

Garantis pur jus de raisins frais


Fernand Lonie wski
Propri6taire-Viticulteur
9: Hl'E DU ,)UAl
Vins rouges, vins blanks et vins gris pir t 'is 1 : nI t ,. ,a-
chet6es.
VINS DE DES.- T : Malaga, Muscat, Made.-co, \er; .' 1 ,na, ,-
nyuls par fUts dd 6 litres, 4llons et bouteilles cictit 't e.
CiIA.MPAt.NE Ri -NOMMi~s' : Rideerr, Mercier, I) it'tr t !i ioul.. ; rijines as
sorties ; Bitter par gallon et hjuteille Conslves alA i- i! e. ,e la rma-on
AMIEUx FnikR-:s ; maquereaux A I'huile, ardiu.-. sti ,ii,'. tir :ite saumo-
nee, regalia sandwich, petits pois ; Moutarde,. 'iccaltl, (ij ,-, Pickles,
Cornichon, mousse d'anchois tr6s renomrn6e, biscuits do !uxe 1,ir himite et A
la livre.
HUILE d'olive garantie superieiiur
Les mimes products sont en vented au No de la I~ue des- FOnts-Fut.-.
La maison se recommande par. la fraicheur de ses produits qui soot es-
sentiellement frangais.


CIGARETTES MARINA


TABAC MELIA


Ces d6licieuses cigarettes soit fabriquees ave' de, tabacs d.' quality
sup6rieure provenant des plantations de la Maison. (.ia.que atui de '20 ci-
garettes content une photographic artistique et un timbre-poste pour col-
lectionneurs.
Scaferlati sup:rieur en paquets de "50 rammes.
Emballage paper d'ttain.
Le mei lur. Le moins cher 1 I


M. Melia, Alger
Fournisseur des R6gies Francaise et Tunisienne,
NW VENTE CHEZ DEREIX. Mme MAITRE, AMERICAN BAR, ET DANS TOUS LES BONS tITAULISSEMEN IS.

En gros, chez Mr EDGARD ROSE 62Rue F6rou.





flrnn. ?ifa









NESTOR FELIU COGNAC OTARD-DUPUY
L excellent taillour .vanntaeasemen;
connu de toute la R'6ublique vient
de rouvrir son afi-fr Ru.i Fdrou, Pour tous renseignements et commandos
( aue ae s 4Araeb.rs N? t,1.
Sa uombrease cl"antble trouver, S'ADRESSER A: dr6 FAUBE
comrnm tuvjouru t.,t:te ttsfa4 .ic'iOf
poor lea travaux qui !ul asro.t cop- agent g 'n6ral pol
sles.


agent~en~rI )I1


Mason etabiie depuig t7,
dans le ChAteau deo
ou est n6 le Roi Frazn,


r T


la R11publique diIW


M" C. L. Verret

n~uii;vi.- a sa bin-revilliote ~':
14k que sa waisor. No:7. Rue "'r~i-r
"hrd *ebt tou:ourii z pio r &'. m: (410
vari6Ld d'#6tojk#i u,*!a hAuLs gop-'D
QUILTS S,;Pt.Y'Uri;IR. C.cuVp 4I.3AC*AVT.








LWAUNICAMUS RW Lk;''T,YOfJR LA& VJmIT
k-unpitudsa. %*,qu aLix Cmman-
d.$ tanat j,:i q:"Gn jrovAL Cs.
2~. *~- ~0 tra-
wail IOUonarv tout ce Qu'll y a lie plan
SOUVe AOX.
Form*%. rn'6ricvus a: f;'au-asg zepoar

des pe~i'cot CrMzMcrcie.

Amssrausca dvEr'1x-ak1ru





tur gracas v.. *
grc ia e-, 1 i..' on*
taus genrau *evr


dame 1V. u '* t
PO~kY-Atf-7IIM63 t'KAM~

Anw.iciar tsar


Ice- Crea ii


Parlor


Place (;.tflt'i.d (. '6
de !I t I'lba ',tn I e \\. I~UCt:H.
Arrive pai ST ALTAI
:V.\ANSVI I : STiLING(
la b e o i c de Po' t- P'iince
I:t ldoii..iin ,' 11'2 Im eillt's G. 7
Ie laiil t i 10( d1.. 1,1 bout. or P. 12
W\VAI.RM.AN S F'ountain Pens
stuperlb collection de or )l. 2.,50
A or P. 5.
Clip-Cap pour 1." plu;aes G. 4o
FRED. W. KATSCH.
VIENT DE PARAITRE
I'Annuaire
DE
LUgislation Haitienne
Contena't les DECRETS. Lois, ARR9
TBS, CONTRATS dt i 'anueAt 1909.
En vented A DEux GOURDES au Cabi-
net de Me Etieane Mathon, avocat, 87,
Rue du Centre,
On y tiouvera aussi an mAme prix
le livraisons de 1905, 1905, 1906, 1907,
1908.

On trouvera
do mneilleur- Cirages pour tous sou-
liers A la manufacture de chaussures
0. CORDASCO.


pailoe. Ireur-,,
pluimes, I'l-
bain, limigen le
C'f e I .


*1


ROYAL Kola Champagn,
Cette dlicieuse boisson, do it les q ial';. toriiiquds et fortifiante, a1!
your exquise, la m)e'lh tx agtabl j o tt 'o itrib't4 A f,)rmer I'inco!plarpa
rafraichissement d i ,cliin t tropi i rite bien son titre ROTAL
Agence Gra: ral3 et D6p6t:


AU MAGASIN


DE LA MfiTROPOLE


MASON JULES LAVILLE


93, RUE DU MA';-ASI DL- L:FTAT
Vous 1s Lrouv 7)ez l -ku*3 ch-z :


Par fml nmrir- Bi-
bi,.l s, Etulles en
tcus genres


H6tel Bellevue-
T.R rni.i-ur situ4, !e plus con-
fortabi---- Champ-de-Mars.-
Cuisine ro wm -. -rnse sur la mar.

Voulez-vous-tre mie x chauss6?...
It1 est t s irrc d trouver dans une
mtme confection I'ET1gance et la so-
liditd
MM. VITIELLO fr6res,
les spdcialis,-tes n chaussures pour
homes, fortnms tran;aiscs et amdri-
caines, ont ';ionneur d'annoncer A
leur nomibreu-e clientele qu'ils vien-
nent de recevoir de nouvelles formes
* )u Dierrier :ri larisien ., du v6-
ritable Modern S'vye.
Les (haus-ure sont reconnues in-
roilp.iiab'-,h- p:ir li' Commodit6 de
leu;s torin.s fir Solidit6 joint
& un travail enti rement tim.
La Maiso,' poss.Jle en d6p6t des
mat6riaux t:o- premier choix piove-
rant des mxtilloiures fabriques des
:taits-Unis i'lt de France.
Ohevtr-au vcrni, Extra-Qualit6,
.[ rneilleure min ,qui.
Peoa joaur.n de toutes nuances,
v6titable (.unr drt ,,'ussle.
- 1. Quality( d.'s fo,:rnitures emplo-
ves d.1ns les -ouliers et les soios
apport(s dans la confection nous per-
mettent de I.,s a.irantir comme les
plus solids et ie., plus durables.
Stock de Chaussures fines pour la
vente en gros et detail.
Assortiment omuplet de cirages et
lacets de toutes nuances.
Prix fixe mais moddrd.
Adress, : V) TIELLO frbres
t45, Grand'Rue, face on de la Poste

MASON DE CONFIANCE
% 148 GRAND'RUE

Mr Joseph St.-Cloud,


Andr6 Faubert
PhlarImacisA! i F lt'wr
Madame E. Dreyfni
& l'Epicerie II. (borvw,4it'H


F. Ch6riez


PORT-AU-Piq


e) I ;ii c ale dds po~pira)
'i lEI~4r XL u wli r u,3d es fr*,.Im
ra 'Y*u, tu '1~LiaE. Dreyfus f do


EN PltVINCE
J. R. Monitasse
~ E'F ljrt' z J~r e v 4.


ps,


.. -TOL

v TS
rS


rour
Rite R~-ntjL


Eu Reprise


D'EAUX


GAZEUSES


1899


Rue cu, 21.
Ginger Kolai
Kola-Ch si' paine

Siphons
Sirops
Liqueurs
Bitter


American


Bar


&
ICE-CREAM PARLOR
PLACE GEFFRARD A c6tt de la PHARMACIE W. BUCH


LE TAILLEUR si bien connu de la SandwichS A 30 cts. toute la journde, servis immediatesdI
Rdpublique, avise ses nombreux CLI-
ENTS qu'il vient de recevoir par leos Crme A la Glace A partir de 3 heures aprbs-midi.
derniers Steamers uno Varidtd d'dtof- Bibre Ala pression et bouteilles bien frapp"
fes do : Diagonale, Casimir, Alpaga,
Cheviote. Drap vert et blen d'n vendre 'a erian Bar
rdelle supdrioritd. IAvendre A I'american Bar:
COUPE MODERNE I i MACHINES A ECRIRE Oliver Standard visible or P- 75, dji0
PROMPTITUDE I SOLIDIT I 1 2 douz. en bait mois.
L'6tablissement se recommande aux U. S. ARMY KIIAKY, Ingeroil montres en botte pour bureau oa
clients les plus ddlicats qui apprd. de nuit, boutons pour chemises et manches, faucols, G. 10, l a
cieut chaque jour davantage le FINI bretelles (President s- spenders ) G 53. --- la paire, padjamas. CoG01
de son travail. shaving stick, notb-books \VWaerman's plumes A rdseivoire, collecUOl 0
Demandez chez Joseph Sain-Cloud le perbe de or P. 2.50 A 0r P. 8. -- Crayons a reservoir, derni re naow
Restaurateur de la Sa.iE et des Cartes po- G. 5 Encre spciale pour c-s plumes et crayons. --- Cigarea et 50
Ite nIlratrde. I Vin do Moselle, par verre : G. o,50.


I- I Lll c-


.-


-1 iCIE:


OIA,( Ie, 41,11