<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00873
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 14, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00873

Full Text

mldI-- m Ag AenU6e9 me. 891


Port-au-Prince, Haiti


Lundi, 14 Mars 1910


AUUEUENTS


.am-P-risc*

apdument31I


0


Ux Mos G. 2.00
TROIS MoeS... 5 00
Uz Mois ., G. 2.20
TROIS Mos 6.00
ots Mos 8.00


airment-Magloire
DmzacmmU-FoNqDATEUR


'c


J


OUOTIDIEN


LE.NUMCR() CENTIMES

Lfiii it~u- i nr.b-s ou non ae scron

RL E- % ,i :3 LMiNTsTrR TIO14
4-),5


ADMINISTRLTEUR


Essai sur Thomas Madiou

XI
Premier Ministdre
(2 Avril 1866 2 Mars 1867 )
II


Ae 26 0 tobre 1866, Maliou fat
eas6 secr6taire d'Etat des Relations
Kxt6rieures, tOut on conservant le por-
tefesille de l'Iistruction pob'iqua et
dis Cultes. Alors, dit-il, le gouver-
*ement 6tait attaqud sourdement, avec
Is dernier archarnement, par tons les
noyens possibles. Oa poussait sacs
easse aux catastrophes afin d'exasp'rer
le people centre lai.
Voici comment le Chef do I'Etat sat
grd A an homme de la valear et du rc-
mom de Madiou, d'Atre rest ferme-
ment A& es c6t6s pendant l'orage.
Le 31 Ddcembre, dans l'aprbs-mili,
kls corps constituas, salon la costume,
s'etaient reodou au Palais offrir lears
vBux d'hearease annie au President.
Et, aprbs la cdr6monie, Mgr Testard Da
Cosquer, encore sons le coup du diF-
oaurs prononcd par Madiou A la distii-
bation des prix da Lyc6e, avait eu un
long entretien avec le P. dsident. E*
eelui-ci, quand Mgr Du Cosquer fut
part, dit & Maliou : a Pendant pras
d'une here je n'ai eu qu'A vous de-
fendre centre I'Archeavque qui ne vous
soonait par.*
Maism coutez cecl qui est lamentab'-
ment triste.
a Pendant quoe Is Pr6sident me par-
lait, decrit Madion, le general St-Macary
(le meme qoi avait travaill6 sous le1
ordres doe Madio au Cabinet particu.
Uer) faisait ari6ter mon fils alid, au
milieu de la salle d'audience, pour
lincorporer an regiment des tiraill urs
de la garde, quoique ce june homme
fdt employed au mioistbre des Relations
Uxterieures et qu'il tCt 616 attachE de
I6gation & Madrid, en verlu d'an dip'6-
me da President d'Halti. Jo consid4-
rai ce fait come un manque d'Egard
trFs grave A moen endroit. et le leud.-
main, jour de I'an, je m'en plaignis
f Prdeident qui me donna l'assurance
que mon fils erait renvoy6 du r6gi-
m~st. 3
Mais Madion connaissait trop bien le
yWmse ot l'homme quj i 'exploitait,
o ne pas compredre quoe Saint-
aeasry n'avait agi qie ear les ordres
exr6es du Pr6sident.
iJe ne fas oependant'pas tr6s etonna,
continue Madiu. de voir le joar sai-
Ust le g6n6ral Saint-Macary, chef de
brigale des tiraillears, envoyer chez
n[ an older avoo ordre de Ini ame-
Wr mon A1s. celui-a, au lieu de so
Mt san quarter, done son e6qaipo-
*at com pet a son domeetique, et lai
*Wega & ms lase d'aler le romettre
ghnad Saitat-Mear on ersonne ;
fti fat hit. Le ileal St-Macary,
V *'*8 l'0S lgat as Preideatd'Hald
Lu* o Mk t rrmrival am pa-
.**1 treom to lie -I Salat-Macary
c-lt t fadrma ; je
S Aa A shi 5B d'eux
y~s~s~yjss Agame


a Ls Pr4sident me dit qu'il ravenait
Rur la d4eision qu'il avait prise ,di r. n-
voyer mon fils dn r6aiment dei t.rai!-
lalrs. Je lui rdpondis qua ce ne pou.
vait Mtre ; qn'an jeoune homma qui
avait 4t& attanh6 de ligation n3 pou-
vait oas ravanir dans son pay3 pour
6tre fait soldat.
Ici I'xplication hausma d'un ton.
LE PRESIDENT. Quelle est la loi
(Tni exempt nun attach do ligatiov
d'Atre fait .oldlt ?
MAnIou. Qaelle ext la loi qui vous
autoria,, A pnroler mon fils, surto :t par
cavrica ? Jo ne reconnais qu'unte loi
sur le recrutement, c'est cell da tirage
au eort qni n'aqt paq ex6eut6e.
LE PREIDENT.---Vous faites de Iop-


quoiqu'elle it 6t0 dnmarndje par d'*u-
ros quo lui.
Ajoutons que le conseil dtcida --- et
c'est quelqua chose --qu, les pttition-
naires devraient se conformer A la loi
sur les mines.
Madion indisposa encore le Pr6si-
dent centre lot, en co'nbattant, au
conseil, certain emprant pour une va -
feur plus considerable que l'arri&rd de
Is dette fracaise ..


I'n certain caractAre pontanb, ce qui
e' unme exception dans ro insurrections
militaires oui encore ue fois souls les
chof. et que'qn-'s b-urgeois en qu6te
d i situations ofticiellli prennant l'ini-
tiative la chobm mnrite d'6tre expli-
qude et selon notre m6thode, noun de-
manderons cette xplication a mature
dcrivain u qai il fant sans cesse recou-
rir qiia'd on par!e de l'dpoque de Gef-
frard.


11 West personnel, en [11A i, qxl ne AorA-;t a gran-la itsurraction dii
santO quo cot em- tint ~ ~i~par ( C i1.Marc iAt-.. It nir oiavait
!"honneur national, n'ri t 4 top,i-e A "gtielts cnnfre !a:enps'",de cetto
quo pour cette p~us-valAe, q'A'on aur tut V1 (1, tconitre cell-' .u' Poit-w' Princa,
employs avoc Widi'e4 AL(V s (l -,s rwpables. o*o ,tea 1 '.x doLv 0 ioird-
exlraordiniiires--.ces bonnes dMp nfl98 It ld TU C' dO o> L i C,rd.
oxtraordinair. s. -L ou, t .,l*i j ra-
Dans 13 couran' la jiflnvir lMSG7 '~ .*v ~v ~ e
raconfe plus loin Madiou, ices C1&P e~zn lia~-f~l~Hl
agues et moi rous i'm-u~~ it i,- a1P .C z .j-ifolttu re
-iu pahais, pour rlo~is. ,ntcc e.,ii-ave -. -P le' ~Hd.ot i u e
(li~en ui dep~iis quAt1?roa hor **. *~Lf ~' 6S' 1*~CS cf1% I
quo. Quand celui- i so fUai retiUt4, S )n t [I,.u ~ f
ExceII*onee me (lit %n rirA~lnee d-1touis UiiV;g.~.ttp6
mes, olh-gues :*aL'A chpvtl, ue tn'a pa-4 t),conmrnt uti icA m Asure piliti-
ce~qsd de me parler do you-; je vo ,s
ai ricor.. (ld~endL1 comm.3 un bonnavV- L, j nil. A p-- inkc( j ()rt41LLuSsle
cat ( j-Liel. argage I ;ii m'a (lit ue I t. p t'i I le fit i)r-
'u~ M=Itwi.t. 0 aa 1 f5L'" Ucl.


__ _, ___ ____ -1 tO4 W4 **P Pr -K tlu a A v U 0 l Vi av A U1 I
position A mon grovernement je ne my et Pld.anc- et a 'cole de M. Ar- -ret .; *" I 11 i doi ,o t la
attendaic pas de la part de elan mes douin.m t.une,- I'i.s ,- ... .-,'ation
ministres. :d vo: ,' 'I '-; i- ; 'r.,uts et
MADIOU. calbindant ---Moa fi!s no sera MM. Jean Plul et Vic'Crir pl4 c~ nl). L .or < iq. I une dis-
nas soldat ; la force pout le contrai"- d(1x -uXnici -n miiste de (-llrard ,,. : :e w .'* ji- ue 11 main-
dre A entrar danq Iarmde, il n'y sera 6aietnt A foid avec lui d,&uis pl-iie rs tcnue, eut ,ir'. d, ans son sain un
qu'asservi par la force. anne s ils trouvyiunt qe toit aiait f.ve ou la lis,. a..,,ii.I analyse ot la cri-
m l et le laissaient entendre tcut en tijue : r.-rit doni .:'e....
LA.-dA.sus le Prdsident qui 4tit Pn conservait une attitude diitante. Pro- D, I 11 ait ,- e 'opag',de active
comoagnie de deax autres minictrea et bablernent, Madiou avait conserve iloes ,-t hbila qui ayo t it lisur tout le rest
de plusiours antraux envoya cherclier relations av, c eox. .lU a troupet.
LUonce Madiow. Quand le jeanne hom- Quant A Ardouin, mort depuis lus .
me arrive an Palais, Saint-Ma1rv yvo- d'. u an, it avail au. dan, l, tem,s, com-1 m 'it do, 2 i 1 lA N.7 i, ,ts rt
Int encore l'arrAter. Mais Ise Pr4~ident me sicrdtaire d'Etat des C iltes, 'es ^- i It : '..,- 1 7l l 'uport-a
At'y opposa. prcha Leonce at lui dit m6164 avec M. 'abbW Tis er.vtt s8pt- M i!iuo1 ,L u U al 6cl:a a u Pa t-anu
formellement quo Ie e ndral S'-Macary, rieur eccldsiastiq.i, qai avait 6td ohlig6 I:s ; 's i ,i' s. I), asilllro.p, deuc-
d'un signa. pouvait le fire assaslinor. d- qjit'er I- pays. D IA. la propoi'ion, c pries dtn sLa ) tnc roipe at. deot
Apr b quoi L4once so retira. incomorthensible sanscetteexplicmtion, pr- ses devan: m n e,uit. e des Ca orte-
a II 6tait evident, ecrit Madion, quo quo Madiou 6tait A l'6cole de M. Ar-r m-; rr lt es cs do r-
le niveaai du bon sons s'abaissait ch*z donin. t ba M.; N J I oIe t~ ;.ip d- fea farent
le President dout le libertinage excess Eifin I'Archavrque, en se retirant, lij, -eiur mr.t, a, on et I'on f'ibdra si
sif crensait le cerveau. mo lula sa petite notj, snr la question 'w-a ne fore r it pac meq por1 e DOUr
Quelques jours anrbs, Son Exc. fit de couleur do(t on parole le moinA pos- eorge ain i e ma fille. Q
connaltre anu g6n6ral Saint-Macary quo sible, maii qa'on fourre tonjours dans q,,es homes L4once Madiou ne faisait plus parties tout- telleli question de la gace dans leshommes 1arv livreAntp porterlafom-
du corps des tirilleurs. --. C' ,at la tragddie de'Polyeucte laqucllt eat tout letnepai se livrer A p-u. d'ezci scon-
ctra mu et Ib mienq. Do mon clon
d'aprbs met ordres, dit Gflerard, do bonnement le persoun3ge vnincipal de ojeatenJaistout ce qui so dis-it dans
plus en plus gAteux, A Madion, c',st la pi6ce. Mais reconnaissons-le fran- ja rue.- Au jour le P,6sident Ctait lI
d'aprds me. ordras quo le g6n6ral St. chiment, le prejtug4 de couleur r.'e-t maItre de tous lei points de ia Capitals.
Macary avait enre16 ce jense homme.I qu'an tremplin A usage des incan bles La rduolution existait ndanmoins doe
Ainei orit fin cet incident caractdris- tout comme le clricaliame on France presque tous les esprits. L'on avait cri6 :
tique d'an systme eonfantin mais d- entroe les mains des non-valeurs r.dp- a bas Geiliard Abas Ims ministres I...
moralisant, ruineux et tragique. blicaines. rD6 la points jour do 23 f6vrier je me
a Ma position an miniatre rdevenait Ccci dit, laissonq parlor Madiou qui, rendis au Palais et je trouvai le Pre6l-
de plus en plus diffi.ile, dit Madion, por instant, eat un temoi qiiil- d nt cxcesivemPrt aflais-6 sous le
et j'avais pris la resolution noe ne res- pose. poids le la s'conuse de la nuit pr606
ter an oouvoir que pea de temp, en-. Li a situation politin-,, dit-il, ( en d'eit, it avail die riduit d letter presqve
core. Je n'en doutail pla, de fortes ce moi. do janvier 1867) deverait de eul, pendant uia moment, centre pro-
influences agissaient centre moi sur il plus en plus tendue, ilt tait sourdem nt que tout son corps de conflince, les M.
President. An conoeil des Secrdtaires question, dans le public, do regiment raillours de la garde.*
d'Etat, je me suti troavd encore en des tiraillours qui avait bt& gagna par A lire lee pi6ees officielles relatives A
opposition ave lai relativeoment A la les conspirateurs coatre le Prdsident ; cttoe aflaire, on n't r jamais cru quo
concession de toutes les mines de da project do I'assassiaer, ea pleino rue, les tirailleurs di la garde fuisa at pour
carbon de terre du pays & one rule do nouvelles tentative d'incindie qui quelque ch se cdns cette insurrection
compagnie, mans exploration prdalable devaient avoir lieu. essntiollement militaire.
conformdment &Ia la ot.* le il convent d'dclaircir n point., Dans la proAlmition do Pr dident,
Le general Carri6 et Stint-Amand Est-il dans nos habitudes r6volution- contreoig6e di to as les secr6taires d'E.
voyast Madios eombattro, au consell, naires qie leo conpirateurs gamneet tat, il n1Wet q .st ion que des a agitaters
le. project omrast la eonoeion des den r4inuw ? Nan. O ga use les chefs,! qua out gar6 un certain nombre d'sn-
mines do charba, 14 i disoniet tout 8t les r o-dAimN lee sniveot.. Avors Mas dividus t les ont poussas A la r6vol-
a, qu'lI avMt tort d'ir ainsia paree diom ne I pes ral ? II dit ,lzxacte to v; que a *out* la gard3 et toutes le
Saigrdueait eo 1 Ile Prmidet veMs. Ses lem p dos ie dgimest des troupe de la gari-on reathes fidole
I ql q ti o st OOro 4.t reeia r ti n eIllr de Ge rard dot sla revolt a- oat. aC leow devoir s; qae uo la popul.


r' -,






tion at reatde calm* ; *t enfin quo
e le "ng n'a point 4t6 vers6.s
Eerivoz done I'Histoive d'H'it *on
YvoU appuyant rin que sor le does-
moent oficials.... Voas en conterez do
bells I
Ajoutons quo qaeques civil. Pros-
pr Elie, son fils Jatia, Victor Boyer ot
di asutres, qui auaient fait < horus avoec
lea militaires et s'6taiont au jour reiires,
on no sait pourquot, as Fort Lamarre,
lurent pria et ex6cutts, vera lea nsuf
heures du matin.
g Force est reet6e A la loi a, a dit le
journal officlel.
FERNAND HIBBERT




RENSEIGNrMENTS
MErkEOROLOGIQUES
CObse vattoire
DU
S(MINAIRE COLLEGE S -MARTIAL
DlIMANLiHE 13 MAPS 1910


Baromctre 1 midi
I


762 m m4


Temperature minimum 719 8
(maximum 29.5
Moyenne diurne de la temperature 24 4
Ciel clair de 9 h. do martin A h de
Iaprbs-mnidi et ptesque couvert pendant le
rest de la inurnee. Un peu de pluie les
Jeux derni-re ntuits Roste.
Barometre en baisse.
J. SCHIERER.
Autour de la Tournte
Entrde triomphale de S. E. !e TPrlsiient
aux Cayes.
La ville de Jdremie accoetllit avec une
toie indicibe celui qut fut d'abord son
commandant de place, en uite son com-
mandant d'arrondissement, puis son dele
gae, maintenant 'e Chef de la Nation et
qui y a laiss ti n souvenir impetissble
'honeRitet de douceor et de clemence.
Son Excellence y a passE sept jours, mais
sept jours tires laborieux consistent en au-
diences, en eatrevues, en tournees, en r6-
centions de tou'es stories.
Le zer au martin, le President d'Hai i
quaua J\ emnie, le mcme jour il etait A
I'Anse d'Haynaut. le 2, aux Co eanx.
Ces deux derni&res v.lles lui firent de
chalcureuae; ovations. Piriout sur son pas-
ag-, le vendc Clifd Etat a seme It ban-
uc parole de paix. d'union et de travail,
partou, il a e fre6ntiq' eiment applaud.
L j-udi 3 dou co'rant A 2 heu-e; d ma-
tin, l'aviso a La Liberte jetait I'ancre dans
la r-de des Cayes.Elle a trouvt dEji 'ioui!lE
au port depuis la veil'e, le Nird A'exis 9
11ti av i transported la plus grande parties
es troupes.
Malgre Iheure tts matinale,le Preside it
d'Hai i & ait dejA debout er s'entre'enait
avec quelques personnel. Oa sentait que
le c2eu, lui battait bien fort A la vue de
as petite patrie.
iTous tes Ciyens qui Etaient A board
eprouvaient tla ame joie, c'Eait A qui de
chercher a distinguer la ville noyes encore
dans one legere biume. Peu A peu, ce b anc
manteau se dissipait, laissant entrevoir les
maisons aox toits massifs avec leurs ponres
hermetiquement c'oses. Pour egayer les
passagers, la musique du Palais jouait de
jolis two-steps. A s heres, le solely com-
menrait A se lever, mettant sa note claire
sur la mer aux longs plis ondoleux que ca-
ressait une brise lg&re et sur les toits tout
humides de pluie. On d6tacha les amarres
des manots du board pour operer le debar-
quement. Du navire on entendait A terre,
one formidable assemble ge6nrale qui a
reveitld la ville endormie. Les lourds cha-
lands venaient nombreux et lents aider an
dibarquement. Sur le warf quelques si!-
houettes de i e s'apercevaicnt entire une
al&le de pieux de bambous. Les maisoos
sme i une s'ornaiest de feuillages. de goir-
landes auo coaleunrs oatoales. de pe its
drapeaux bicolorea ; sur lea consulats les
pavltloas des diverses nationalists fottaiest
gpienment ao haux des m=ts.
Une ddldgationa .prside par M. Eug.
Raynaud est venue A bord presenter an P-
sideut d'Haiti les hommsges respectseox
de IauroodMisaeasmt des ces. M -
amnt mite d61gation MM. Ch. =o I,


Em. Benoit, D. Barrattean, A. Augustin,
L. Thomas, R. Richard, S. Loubeau et H.
Desrouilires*.
Le President exprime a la delegation le
plaisir qu'il 6prouve A se retrouver parmi
les Cayens, et la remercie d'etre l'organe de
I arrondissement en cease occasion. II dit
sue la ville des Cayes sons son comman-
ement a 6rt le foyer des libert6s publi-
ques, que maintenant qu'il est le Chef de
la nation haitienne, son plus ferme d6sir es,
de fire que tout le pays jouasse de la It-
bertn et de la plus parfaite tranquillity.
( LA LANTERNE )
('ours de Bourse


Or Amrricain comptant (*)
Nickel escompte
Billets de cinq gou des
Traites 90 ours de vue sur
Paris direct,
Traites sur France documen-
taires
Cheques sur PAris, p!ime
Transferts par CAb'e sl Paris
fL --- .. .... tr .. -


426 olo
I 010
I 010
2 010
1 010
2 0lo0
3 o;


.thequcs stir IN I, e:cornpte i Ulto
ConsolidEs 6 olo 47 o0o
Consolid6s 3 oio 24 010
Emprunts io Janvier 6 olo 46 oio
Emprunts dits Provisoire 6 OlO 45 II2 010
Emprunt 20 AoUat 80 olo
a Prins Willemn V *

Cur.;ao.- Pierre Lnfontant, Georges La-
fontant. L. H de B udui et cnfant,lsab.I
Mayer, Marie R tlo
Cayes Roche, Marion Dufanal, M''" I.
G emaud et enfant L. J. Nicolis, Jossph
Sylvain, P. Lutieni, A'fred Leger, Mr. &:
Mme. David et enfant, Mile DAvid. Mme
Ed. Vigne. Lormina Lacombe, Justin La-
combe, Vellerman, Mme Fucten 'iaet,
A'exina Pinet, Aug Stdoine. Cerdoline,
M. Malval, Eliana Levetl e. Emi e Rlne,
Waller Alexandre, Go eas Groselu, Hora-
ce Hoses, Rdgner Hoset. E i cine D guer-
re, Cecile St Vil, Josephine Mtrciuc. Mane
Aubry, Helene, Coban, Pierre Dimas,
America Golbay, Luc Vaval,Luce Rimeau,
Mme L. Larrque. C4cile P.erre, Serrol
Lero-,. Mme Petis ier.
JERiLMIE.- Mr & Mie Pierre Hudicourt,
Horelle H,:pil, Mmie Ney Cayemite, De-
pute I. B. Laurent et enfant, Pria, Alber:
R'gio Joseph Abis, Mme Pcia, Mme Nico-
las Severe. Mie jh. 1hilantrone, Mine
Harding, Mme Francois Joseph, Mme Le-
g -gntur, Mr Louis Ronseau, Mr. & Mme
Etienne N:zxire, Eut- e B.noit, E ena
Louis Charlts, Lamercle Nicolas, Pantaleon
Guilbaud.
Pei i-G Ate Emile N-lson, Vve E ie
MNnos et enfant, Corne, Vilmenmy. Pot-
ci. Jr-Louis, C'aire Gou s-, Alice Tovar.
DEPART
N w-York. --- LEon Sy:vera, Robert
Johnson.
St-Muc.--B:rrette. M-ne Snith Divo',
M les Marie, Maria, Porcia et Mariane De-
vt CarmElie Tevenin.
Abd-EI- Kader
ARRIVE iE
Fort de France.- A Anastasie, Ve Va-
'e'y, R lean-Mirie.
Basse-Terre. Ambroisine Toutneux.
Sto-Domiugo.- M. & Mme P. Mingan.
Cayes Dufanal. V. Daplessis, L. Ber-
mingham, Zc61e Ziphyr, Vve Morachini.
jeremie.- S. Septembre, M. A'cius, F.
Talisman, M Seide. Duperon fils, Melle
Muahelier, Mme T. Cs-zeau et enfant,
Elinte A'fred, D. Auguste, FElix fils, Vve
Dominique. Thomas Degr.ff. Mme Cuvier
Rouzier. Mme F. Sannon, Clara Simon,
Mime Dronin, Mme A. Clermont, Ursule
Mathelier, D6mosthlne Mathelier.
DEPART
Sgo-de-Coba. -- A. Gluck, Biulcy des
Varannes.
Cayes. -- Orphila Compere, Mmines E.
Bienaimd, E Zephir, Ve D. Carton, E-nile
Stacco, Moise ClEment. Mile Zelie Zephir,
Servilia Jean. Lelia Morpean, Se'zalisa
Lesroes, Lucile Liraque, Ddwin S Eph en.
President
AaaRItE
Cayes. I. LAger et enfant, Eng. Pier-
re, Ed. Sylvain et enfant, I. Rimy, Curiel,
A. Cilestin, Frtre Jean-Baptiste, Jeanne
SEdonard, J. Jeane, Mathur an Charles, D.
Ja-Deptite.


DEPART
Jrmie -Danien Jean, Ney Cayenmitte, R for c nocc
Mne B. Couba et Thkt6se Couba.
Cayes. ---'Dures-e Jean-Baptiste, Mines
Claire, L. K&be'ea.
Kingston.--- L. Hodelin, Add et Lucie En HaIi, qund o parole de
Hodeliti, Justin Antoine. ment civil, on soulve n t
M.yjgutz -- Mr et Mine Enile Coebas protestations furienses vra
et 4 enfants.Mr Hall et famille, 2 domes- E cependant, nous vons d
tiques, W. G. Moores, Mme Vve Roche, iturionscpous les leavons daws .,
Mines Henri Roux, Jules Barthe, Joseph de garatie A one organisaPion
Barthe, Miles Anna ,et Alexina Barthe qui est a serantie capable deorganisatio
Henri Francis. Mine Climie Mavgovos, malaise social qui nous tourenteo
Mare uDnore Jn-Bpiste. ralyse nos meilleurs efforts dans I'
J&mie.- -Dimorne Jn-B!ptiste. Cidoine sion continue vers le Piogres.
Thbbault H. Chris ophe, Catisthfne Jo- On a la couture de dire que too s
seph, Fiucan Philippe Apollon, Madame refav:e chtz nous. Cela, A no
Emile Germain. poiar de vue, pent ctre vrai.
' St-Thomas --- D Ter.ulen Blain. tones les bases sont deja poses, la
Quebec dUji fait ; it s'agit, pour le people
d exicuter ce qu'll a ddji conq..S'll d
ett-Gotius Me E que chose A refitre, c'est plu 6t I'
Pe-it-Goa*f.-Muins R'g'ui, Mnae E. de la mentality haitienne:voilAlaviiS
lrnaet, L'st I rael, jeinne Gousse, Kimp- tionqui s imposed urgence.Enattendami
meyer, Mr et Mme F. Chriez. _cutons consciencieusement tout d'
DEPART nosbonnes ois etle reste viendratout
S -Mac --- Charles Germain, Lamarre Le respect, e ution des priip
Guilla'vne, F,:rrnand Cocon. sest So dme impossvoilAM
Gonaiveq. -- S:himtob, L Kawvas, L. ble point de vue, tootle progrs powra'
Nac sse, M D.sain, Petit B)ts Gornail, june people.
Notre mentality peut acre facileeu,
Don er. ambliorbe, avec le temps, si nous lai"ne
Cap-H en l--Hus g L isner. S salie et Thdrese, Mntivs'on, Tich'er, Jo- illimi e aux principese dej ibra i
seph Arnay, A f-ed Nicolis, A Abdiltah, routes nos bones lois.
O:to SchLtt, Monvalzir, S. Mtrtin, Miles Est-ce u e chose impossible?
Amlic;, Vve Alezis Da.orez S Decos'ier, Perscnnellcment, jie n'ai pas le droith
Bathe, E ienne Gonel, Mmie Cs"r, fire la rdponse. mais les faits historian
Cou t6. II n.y Sco-e. AIc6 Dsir, Mine peuIent rdpondre pour aftirmer catdgi.
G Fmaud S Callso. D 4r P irez, Antoinett quement que, A certaines 6poques, las.
Femina. Mime Blomon B-lzaire, .Mr et ,a 6t6 non seulement possible, maism .
Pin. Maria Rxto, G. Lfourni alisbe. Sous Nissage et Boisrond Canal, h
Pointe-A-Patre. --- M. Ligarde, Euphosia D6mocratie haitienne connut son plus W
B'ron. et rntier &pinonicsement.
H.ivre. --- Mme Santalier enfint, J. A. En 1872, A la tin de la i3e ligislatun,
Gausin. Boyer Bizelais pouvait bien clamer ti
Fiangailles > .'ion a Donnez la lot pour base au gi .
Svernement e: A administrations di i
Nous avons tree le fire part des tin- communauth et non plus I'arbitraizedc
itlles de Mile Mtrgucrite Dominiqu avec volontes individuelles, si bien io
M.;Thdobald Blaise. tionnaes qu'elles puissent etre ; faiU
Prochaine fete que cet;e loi couvrit toujours den upm
II nous revient que, cddint aux sollici- tee:ion le faible, et ne fat ijmais ro.
stations de p'usieurs de ses nombreux admi- pendue par acu'iae consideration a
rateoVs, I'artiste Ludovic Lamorlie otffira personnel ; tenir ferrnement la mais
bint,)t un mga iii.aue concert qui aua lieu la pratique loyale et vra:e de la Cao
au courant du mois d'avril prochain. itution ; exercer sins temrnite, mai
i U program' des p'us sensri nnels aussi avec unereso'ntion in6brmnlau
charmera le public choisi heureux d'ap- le droit si saiua2ire di on:r6 e ldgids
plaid r le pianist disvinguu tif... Vos mandataires, la veille
I R6forme A J6re ni d6poser en vas mains les poavoirs do0
sorm r avaient d64 investis par votre c-
Une granie rifformf v:itr d'< re op6rte fiance se devaient A eux-minmes d'sai
dans l'admini-traton tinancicre de J6trmie. avec vous, lears mandant, sans 140.
Ot 6:6 nommis hensoibe orgueil, mais sans tausse 1*
"destie, avec franchise et verite, ce V
A LA )D3UANE prtnme et solennel echaoge d'idies i
1) :ecteur : Dumas Six'c en remp'ace- sentiments.- Its se separent satitd"i
meant de Mr C. Sinsaricq ; Cont-6'eur : de pouvoir, grace A l'exercice rigoSiE.
Th Prin, en remplacemenit de M. D Beau- patriotique et sincete de lear imfia,
btcuf; Ch.fde Bi eau : David Dannel, en vous rappor.er la Constitution intat"
remplicement de M. P. MeTlet ; Peseur : et tou-es lei conditions d'une paislPM.
Granvil'e Pieard, en remplacement de M. "tie.s
A. Rousseau ; Interpree : Dr P. Briere, L'immortel ar ibonitien, ayantp0od
en replacement de Mr Eugene Prin. peau. la Constitutioa de 1867. den-dli
A LADMISTRATION tours l'occasion de chaque acte qs'
lui proposait d' accomplir : '" La Coia-
Administrateur : Auguste Garoute, en tution permet-elle on difend-elle ce 4
replacement de M. Pascal Kerlegand ; vous me riclamez d'executer ? et"lI
Chef de Bureau, Alfred Corvingtoa, en selon la r6ponse qu'on loi faisait, i*
replacement de Mr Nerva Lataillade ; cordait on refasait son consentement. IL
Pyeur : Gal Cyrus Pierre-Louis, en rem- Constitution respectde par dessus toj
placement de Mr Alfred Corvington. etaient les mots families qu'il aimal
-- repeter dans ses proclamations et qs'il t
voulez-vous bien pliquait religieusement...
L ECTEU RStfumerAllez-. la Quant an dbonnaire Boisrond CSA
Rue des Miracles ou Ferou Nos 25 et 110, Constitution de 1867 fat aussi a s'
et Rue Roux ou Bonne-Foi, No 51,vous tron- le, et, malgre les ennuis de tous
verez les CI0AhR3 DU C TlA la de Prim de dont il fut assailli, il Ia respect
J6r6mie. et abdiqua pour ne pas avoir A lIs s
Circonstance malheurease qui
une fois de plus qa no nsso:5 mm1 .
AVIS AUX ABONNES :T. Lao ar.=>.
ble. .
Nous prnvenons les abonn6s On c plet done pasdire qaek
nerment civil est oimpraticable cb a"
qui ne sera pas tenu compete des puiue c syt.me nisratidf adi
contestations qui seront soulev6es S;u one spp'catton rdlle, effecti.. '
a propos du pavement des abonne- Mais il semble que la mDprise d. l
ments si elles ne sont justifies rar t6t dans les moii. On 5 tOO so I
un requ en r gle de l'administra- que dan lIe gonvernemeni cfl C m
ion imprim6 et revtu dn timbre eeslnive, nt lrm c '
du Ournal. pon e ru m .S
Port-au-Prince t14 mars S19S0SO oesr ,a-. li


I






I


VIENT D'ARRIVER
4 Dans un Reve i
Ddlicieuse Valse Lente du d61licat
artiste
Ludovic LAMOTHE
Nouvel arrivage d'exemplaires des
oeuvres d6j I 6ditdes :
Angele Valse Lente
Papillons noirs --- Valse Lente
Caprice, gavotte--Pas de Patineurs,
a P. 3 chaque composition.
S'adresser toujours & V. MANGONIES
93 Rue du Magasin de I'Etat,
Port-aun Prince, Haiti.


de la Regie Francaise des

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du


TARIF


G6n6ral, -


Tabacs


Mars 1910.


On demand
A louer ou acheter une maison A
Turgeau, Bois-Verna ou Lalue.
In'ormez Ie a Matin a.


A Vendre
Une grosse malle 6trang6re de 42.
Bonae pour families.
S'adresser au a Matin s.


a


P. C.


S


AVIS IMPORTANT
kia urs le Actionnaires de la Com-
lie des Chemios de For de la
al* du Cal de Sac sont convoqu6s
a Ameembl6 G6ndrale le jeodi, 21
alil Proch in, a 11 heures du matin,
Si 814S Social, sis an Champ do
Mar, No 56.
ORDRE DU JOUR
Rp. ftdC Coansild'Administration
r '4Mtatioa des Compte*
0 I.eement du Conseil
Port-au-Princ., le 7 Mars.
La PrA& ,.
H. C STAUDE.


Tabacs Scaferlati


GOURDES


LEVANT SUPtJRIzUR (dit tabac d'Egypte) la Botte de
50 grammes
L3VANT ORDINAIRR paper violet liss6, le paquet
do 50 grammes
MAR.LAN paper jaune le paquet 40 grammes
CAPORAL sUPERIZUR paper bleu le paquet de
50 grammes
CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-
mes
CAPORAL ODINAIRN paper pate brune le paquet
de 40 grammes
TAzAC A PRIass, Virginie haut gott, paper jan-
ne, le paquet do 100 grammes
PoUDRnB UP RIaURK, paper blue l paquet do
100 grammes
PoUnD oDImnAIR, paper bran, Ise paquot de 100
grammes
TABAC A KAcma role Means fA1i le paquot do
100 grammes


1.25

0.90
0.753

0.70

0.70

0.60

1.50

1.50

1.20

1.501


Cigarettes GOURDES

NINAS le paquet de 20 1.20
do le paquet de 10 0.60
CHASSEUR le paquet de 20 0.90
HONGROISKS en levant superieur Le Bondon do
"20 cigarettes 1.20
do en caporal sup6rieur paper rose, le
paquet de 0.85
do en Maryland le paquet do 20 0.85
do en caporal ordinaire paper bloeu le
Bondon de 20 0.75
ELEGANrB en Levant ordinaire le Bondon de 20 0.75
do en caporal sup6rieur paper rose, le
Bondon de 20 0.70
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20 0.70
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20 0.00
FIuANAIs3s on caporal s p6rieur paper rose le
paquet do 0.60
do on Maryland paper jaune le Bondon
de 20 0.60
do en caporal ordinaire paper ble les
Bondon de 20 0.46
RouL.tis en Maryland et caporal supdrieur le
portefeuille de 20 0.75
do en caporal doux la botte de 10 0.40
do on caporal ordinaire le portefeuille
de 90 0.00
do la botte do 10 0.30


J. LAVILLE.


6


L


II I I


MGM-


II


em


m


RM


A ernemeni civil ont aussi one
iB eets ranse qui ne nuit aucone-
ra oa ggrndi" o c mgnifique
pincipes rpublihcins. Les militai-
S vsrfent :re conservs, mais Ila
ade D s'occuper que des choses
aet reistives a I'arTme, sans lamais
pS attention de s'ing6er avec ar-
lanstles firess administrative.
segroupe de foactionnaires doit rei-
as sphbre lgalement limited de ses
btions sp6ciales : aus militaires, tout
49i tocheA l'Arm&e ; aux fonction-
civls, l'adcministration gan6rale. Pas
B p -ements, pa' d'accaparements, pas
Sos d'attibctiios.
i veernement civil est donc d'autant
Clasuble maintenant, que nous I'a-
deit pratiqud et que, actaellement
sommei l6gerem:.nt un peu p'us g6-
ment eclair6s....
Is moment semb'e venu de faire ce-te
location necessaire qat d.it deveni Ile
,isrndi normal de notre milheureui
public sera pen.-etre itonn6 de voir
M mn4decio-praticien occupy A ses habi-
professionnelles et aux etudes scien-
aes, venir donner des conseils sur des
s qui ne le regardent pis. Aussi lors-
qu'il m'arrive de livrer mes productions
dciologiques au public, es-ce avec une
certain hesitation, one grande crainte de
voir denaturer mes bones intcnzions.

Mais j'aime mon pays, j'aime ma Patrie,
asime la malheureuse Hiiti- d'ua amour
divin, et je ne sais quels grands sacrifices
e ne pourrais fair pour la voir belle,
ande, prospre, honoree, respected. Oii,
jaime sinctrement mon pays, et je le dis
fans parade...
Pussse done ma timide voi tre, sinon
icoutie, du moins accueillie sans r6ticen-
ces ...
Voyons donc quels sont les moyens
dont nous diposons actuellement pour
preparer l'eiablissement da gouvernement
cdil- a ce moment o6, je le re6pte, tout
wemb'e preparE pour une evolution si nE-
cemaite, si urgente, si indispensable...
Dr FaAN~o1s DALENCOUR.____


14


W


VENTIS0
do biens do miners American Bar

En vertu d'un jugement du tribunal ci- &
vil de Port-au-Prince :en date du deux
Mars 190o homologuant la d6libfration ICE-CREAM PARLOR
do Conseil de family le tenu le 28 fvrierPE CRePAR
1910, sous la prtsidence do juge de p i PLACE GEFFRARD & c6t6 de la PHARMACIE W. BUCH
section Nord I rd q Sandwichs a 30 cts. toute la journ6e, servis immSdiatement.
It sera proc6d6 le merctedi que l'on
comptera seize Mars courant A trois heu- Cr me A la Glace A partir de 3 heures aprbs-raidi.
res de l'apres-midi, en 1'6tode et par le
minister de M- K 6ber Vilmenay, notaire B16re Ala pression et bouteilles bien frapp6es
expresscment commis, A la vente au plus .
offran. ec dernier enchirisseur d'un im- Avendre a 1'american Bar :
meube, foods et bctisses, sis A a Ntkini d, MACHINES A ECRIRE Oliver Standard visible or P- 75, d6ja vendu
habitation Petite Place-Cotte, quarter de 2 douz. en huit mois. a <
Lamentin, en cette commune ; ayant des- U. S. ARMY KHAKY, Ingersoll montres en bolte pour bureau ou table
sus one maison basse en bon 6tat, con- de nuit, boutons pour chemises et manches, faucols, (. 10, --- la douz.,
verte en t6!es, entour6e de galerie en ma- bretelles ( President suspenders ) (. 5, --- la paire, padjamas, Colgate's
qonnerie, comprenant trois pieces 6clairkes shaving stick, note-books, Waterman's plumes A r6seavoioe. collection su-
par hiut ouvertures ; dans la cour il y a perbe de or P. 2 50 A or P. 8. --, Crayous & reservoir, derniere nouveaut6
une cuisine couverte en chaume, beau- G. 5.- Encre sp6cale pour ces plumes t crayons. --- Cigarea et cigarettes.
coup d arbres fruitiers divers, one remise
avec chambre de cocher convert,; en tbWes; Vin do Moselle, par verre : G. o,5o.
cet immeuble measure 33 pas de facade sur
la route de a Nikini P, 60 pas au c6t6 -.---
oppose A I'Est sur une profondeur de 347 i I P
pas an c6.4 sod et de 620 pas an c6ti 3 p WI
Nord ; borne savoir an nord par les h6ri-
tiers Louis Jean Louis jeune, an sud par A BASE do COtfNE. To)LU ct FUCALYPTOL
Holly, A l'ouest par la route de a Nikini a I oYT k mr Vo. fIevA1Jo( .T I .
et A l'est par la ravine de &Nikini v. A cetU.NTS
immeuble s'aoute une portion de terre en TOIX, N AHfdE, ROCr o, E I'u ;ON
face qui en. pend, mesurant 31 Pieds n INFLUENZA, AFFECTINS Dn1 P( OO -S- N
de fa~;ade et confinant la rivu~re qui la e uilaAc..r.M u,'.- -'a.A-
borne A l'ouest. ---
Sur la mise A prix de trols nille cinq cents
outre les charges de i'enchfre.
A la requete du sieur Benoit Armand,
propriitaire, demeurant et domicii i 32, RUE DU MAGASIN DE L'ETA1
Port-aa-Prince, agissant en sa quality d'ad-
ministrateur 16gale des biens de ses en- MaiSOn Fondee on 1888
fants mineurs Emmanuel, Anna, Iris,
Antoinette, Clotilde et Am~lie, demen- Bijouterie. --- Argenterie. -- Parfumerie. --- Articles de luxe pour .-,alot,
rant avec lui, ayant pour avocat Me Cons- salle A manger, chambers, etc.- -Miroirs et tableaux attistiques. ---Secviettes
tantin Benoit au cabinet duquel domicile pour avocats, hommnes d'atTlires, ministres. --- Bibelots &,1gants, d61licats et
est 6lu No 1o8 rue du Centre. rares. --- Articles de Bureau, etc.
Poor plus amples renseignements s' a- Achat de viel or, argent, diamant, 6caille.
dresser a'Me K. Vilmenay, dipositaire du Reparations de Bijouterie. Les articles vendus ou r6paris sont garat-
cahier des charges ou A I'avocat soussign6. tis pour une p6riode d6terminee.
Port-au-Prince le 5 Mars 19to.
C. BENOIT, av. MAISON DE HAUTE CONFIANCE et de|Premier ordre.



AGENCY SPECIAL


6mosm-0


X-496&STO~t 03P60:isap






VIENT DE PARAlTRE


I'Annu.


aire


Legislation a ie n
C.OWIN ia~'It h's mIAIETS 1Lois, AwR1..
Tit,, O'NTIIATS d~Aavilie.'..1909).
En eor '.- A I Gu OIRDES ani Cabi.
IDOt ti t- EIPtjj,Lte M A'lxnn, avocat, 8710
)11 Y Ii 'iver a aw-i m ,,,% inme prix
Jobs fivraisonj de 1"j. 19(x; 107
1908.19,107

On trouvera

A -F- iA L, in-iIfa(it(Ire de..,chow-imutcs

Ante14rican Bar

file-1'ream Parlor


( I g~c (;! iii( .`


W IIU I
ST'-- ITA I
.1'STFRTA LN4


Ia .1


u Prince


le bail I -. lod.' I bot. or 11. 1'2
W1A'1'-I *t~l X N's l()unftd ipens

I' ,)?lfie V( 1 K \1 S(.)


A or P. 63
Cl* 1p-. f..: /#()I 6

A N,

~e Hate 1~: -r Wr *~te on

1O0UY-KX.S13Iwui


42, !:!& Frrnts-YorT.
CNAUSTIRM 334 DIPr)T,ICPOTR LA WUNTS
P~romptitude *t sch aux ccmmuan-
item tirut it:I .4~u 'ii,- rcwir:7-.
1 lot I sw 7 r -1 t *aet tra-
vaip~lq t e frau isepus
.~. ,..~. ~ ~ c -lodes.



M? C



Taille-ar-Marchand
Innuue avis A f~a br,3n'w&ilI.nO ei*
thle (41ue sa muisu-.. o:7.1Ruo Travjtr-
sibre oat ttoiroura biou pourvue Want
vari~t6 d'otoff'e-a do Ishaute son-
veautd parlsionne.
QUALvrnS p~iu~CouPI *L*@aAMT
TnRAYAIL 6 1MOGN. T*CUTUI PM FIOMPTX3
Frix hIrs re.4fuic I


NESTOR FELIU
L excellent tailleur avantageusemea2
connu de touted la R6publique vient
do rouvrir son atelier Rue F6rou,
( Rue des Miracles ) No 61,
Sa nombreuse cliontble trouvers
commb toujours touted msatifaetios
our les travaux qui lu s*eront *om-
es.I


MAISIN DE CONFIANCE
li (,.AND'RUF:
)IMr Joseph St.-Cloud,
LE, TAILLEUHl si bien connu de la
Itpubliqtue, tvise sts inombreux CLI-
.NI'TS qu'il vieint de reeovoir par es
deniers Steanie s une Var,'t6 d'dtof-
fes do : Diagont'al-, Casimir, Alpaga,
Cheviote. Drap vert et bleu d'une
r6telle sup6riorit6.
COUPLE MODERNE !
1ROMPTITUDK SOI.IDITE !
L,',ta)tifntetit -e recoinmande aux
clients les pI s d6licats qui appr6-
cient chaquo jour davantage le FINI
de son travail.
Demandez chcz Joeph Sain'-Cloud le
Restaurateur de l- S.'-E et des Cartes pos-
Itaes Illustries.
H6tel Bellevue-
Le mieux situd, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars.-
Caisine raeomimAd.- Vae nur la mar.


Pharmacie W


Place


Buch


do la Paix


Execution prompt et -'oigne loes ordionanuces.
Analyses scieutifiques et t-clijniquo,.
Analyses des 'ninerais d'o:, .:rgent,. uivre et autioes
m6thode am6ricaue ( fire ...:say 1.


C


r-' t;.u d'aprk q


Fabrication d'Eaux gazouses, sirops et v6ritable Koh
champagnee A P. 6 la dcu~ane.
Droguerie en gros et en d tail
Propridtaire. W. Ullch
Pharmxracien dipll :", alloux, .: d
D6p6t de Kola-Champagne:
Aux Gonaives : Madame P. [.araque
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Petit-GoAvf : H-rm;,n PaiL bold & Co


NOUVEAtU TRAITEMENT NUEUTATMN
AFrETO Sa OK L.
de Ia 0 R E."CONSTIPATION
duUlnaPaIY N X otdos E
et d o"enu n c sd T b
BR 0IN Fs TuPar I'omplof Maiadies d1G
teBronchites biA Cfle tW
Laryngites,Angines PaludispirFibre
E -..aphysdme, ACtnm 4, pnif 'dsil
,~ Asthme jerneillctir bpec:OS
Ascpillmonaire. renA
WRLUL3 r jour. J re-iLI.- 00i" ~~' S
Fim."MsaAaum39,pAIis. P$up..1" aTERRI&L93. R au


LA Entrep
Cordonnerie Nouvelle t

C. B.PETOIA D'EAUX GA;
GRAND'RUE 143.
Avise sa nombreuse c!ieutble qu'el- 3DE P -. A
le vient de recevoir, par dernier ba-
teau, une forte quantity de marchan- Fond6e en
dishes et de fournitures de toute fral
cheur et de toute beauty, importdes 21,, Rue F6roi
de France, d'Allemagne et des Etats- n
unis. Ginger Kola
Le public Slgant, curieux de se Kia-ham ann
bien chausser, y trouvera les peaux Kola-Champagne
les plus solides et aux nuances les Soda
plus varies les formes les plus belles
et les plus approprides.
Ou u'a qu a verir chez G.B. PITOIA
pour 6tre a--s nr d'*rro chaussA sui-
vaut les rnetlieur-s lois du comfort et
de la mode. Sp6:ialit6s pour dames.
Gi and Stok de chaussures ;
Peaux. cirages, frames, fournitures
et rnatdriaux divers pour cordoune-
tiiv O ti utivora tu it ce qu'il faut, aux
px les plus noRd Nrs,N, a 'ROYAL Kola C

S1'3,GRANI)'RUE IVl,
Cette d-licie ise boiss)n, do : q t litt -
llaio Bruni S veur exquise. 1-I mi l)e x .i t, i) r ,'
.aisor A Bruiies rafraich-son.em ,it dii citn r ))-it, inta-
197. .HANDItUE.
Dir;gqe par Agence GJa6ralr3
L. Hodelin AU MAGASIN DE LA
.Incien iiimbi re d la soci'tt% p[hilantropi-
',Ii. des i:ii:t is taillcurs de Paris AI O iil
\'ilnt (I,. i1*.'c v.'i uri giand choix j
,l' tottfes di gjnalo, casimir, alpaca, |
chevio?,e, chevio:e pour deuil, etc. 93, RUE DU MAGASIN
R,,commande articuliirement a sa
chie.tAle ue b-l A collection de cou- Vous le trouverez n outre chaz :
pes de casimir, d,? gilets de fantaisie 1
et de piqu oe toute beauty. j Andrd Faubert rue Roun< :i I'
SPiECIALITE ,) (:COSTUMES Di NOCES. Pharmacie Atex. Roberts tlo la s
-Coupes Francaise. Anglaise et Am6-' Madame E. Dreofas do ;'Epi
iicaine de la derniere perfection. La A l'Epicerie Hi. Corvington rue F maison conft' cionne aussi des Cos- EN PROVI
TUMES MILITAIRES, HABITS BRODES, EN PROV
DOI.MAN, TUNIQUES,HABITS CARHRS, OtC, F. Ch6riez Petit-GoAVvo
etc, de tous grades. Mrue Gdrard Bartch,; .


J. R. Monta-we GOI
r'uit .


-- I I I __


I '


J.t


rise


ZEUSES


1899
u, 21.



-Water
Siphons
Sirops
Liqueurs




hampagnc
Storil (via; e f)rtitiantes, la *
*'1) b 't fi u ; I Qn1 omparal
tir bion son titre HROYAL .
et D6p6t:
L MtITROPOLE

LAVILLE
SDE L'ETAT
P( RT-AU-PRING

i-'rie N4r tt. (;rand'rue (enl
station cen rai.} des pompiers.)
etaid (.L... li irae des fronts.i
isi'i E. I)revfu-s do
NCE