<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00872
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 12, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00872

Full Text


~to'3P ~Ann~so, f 890


Port-au-Prince, Haiti


Samedi, 12 Mars 1910


ADOIIEMEETS


Un Moss. G. 2.00
riae*
Taoms Mois... 500
t U Mmoss .,. G. 2.20
Toots Mots.6.00
Taos Moss. 6.00

. ..E. nrs Mor 8.00


sat-Magloire


Dpmua,3U-FoxDATKuiR


LE.NUMERO 15 CENTIMES

Lm manusu-rits ina drA onu mO no e scron
pi rendus
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


Arthur Isidore


J


ADMINISTR& ATUR


OUOTIDIBN


LA SEMAINE QUIFINIT


COMMINT LES POf'TES FRAN(IIISSENT je d4crochai ma lyre..., Et Moravia
L'8.PACE. nouveau la fit vibrer.
De grand matin, ce novel envoi r
La courrier doe samedi dernier a ap- md partait A I'adresse de I'auteur
porlt a Port-au-Prince les comptes- Chantecler. Dans I'apr6s-midi mIm,
reads de Chantecler. la pibce tant at- ce jour, Moravia recevait la visit
teadne do grand po6te fraocais. Ed- secrdtaire de M. Rostand qui lui
ownd Rostan'l, I'auteur illus re de Cy- portait de la part du Maitre un
row de Bergerac, de I'Aiglon et de la teuil d'orchestre, one de ces pl
a Princess lointaineD. sans prix et d'ailleaurs introuvabl
ce moment-la : a Monsieur Rostan
SDe circonatanca de tons ordres, faith I'impossible pour vous I'avoir
ecrit M. Leon Blum dans Comedia, le secr6taire A Moravia, et tuoi
t don't Is concours no ae raerouvera vous ayez d6jA va la pite, it se
peat-6tre plus, ont faith do Chantecler heureux de vous voir Ace faut uil,
I'dvoaement dramatiqae Is plus ex- soir
taordinaire, I plus passionnment at- soQuelle veinard, c Moravia 1 V
tado don't I'histoire d a thdAtre ait con- que'il 6alt vlna pr Mre aie a Ch
aimance. Ni I Manriage de tigaro, clear parmi tout ce quo Paris con
i mam Hernani no provoqureot d'illustrations dans lee arts, les sci
uO tile attente, un tel eapoir, un ces, la politique --- a milieu de f
toile fibvre. Pour moi, je declare anus mes bells comm des daessees et
hsiter quo Chantecler a grand lid6e vertes do soie et de diamants...
qua je me faisais doe M. Edmond Ros- Comme disait le bon Rorrotte : N
tend. J'admire d'abord qu'an lieu do sommes torribles oui, nous autres I
s'assarer, avec quelque nouveau Cy- tiens !
tew Is certitude tranquille d'un nou- Et pour finir par un mot just A
mu triomphs, il ait intrdpidement dress de Moravia: plus terrible
as unone venture, un risque, on p6- dehors qi'en dedans, ce qai n'est
ril. J'admire qu'il ait non seulement pen dire...
oeorch6 du nouveau, mais tent6 doe r
ratraordinaire, qu'il so soit engag, *
linvr tout enter dans la plus difficile
parties. J'ajoute qu'A mon avis Chante- FAtuSE ALURTE.
der est, par sa valour littdraire intrin-
laque, 'oeuvre la plus belle que M. Avons-nous lea vorrottes,oni ou no
Rostand sit encore donn6e. Jamais en- C'6tait oui, puis non.
ore il n'avait fourni do facon plus con- Quand c'dtaitoui,on semettait en q
vaincante la preave de ses dons d'artis- tre pour chercher de la vaccine,on ci
toet de pobte.Ni Cyrano,ni m6meo 'Ai- gnait do no pas l'avoir assez a tern
gloa no s'6galent aux meilleures par- Jo connais des amis qui sentaient d
tim do Chantecler. I'eflet des premieres manifestations
Or, M. Rostand compt do nombreux la petite v6role et qui mandissaien
miratus n Hati, et pamicobreux-l haute voix les families de leur imp
mero compatriotot, et poat Chares voyance lour reprochant de n avoir
S .opatriot, epote Charles pens, a faire vacciner tout Ie smo
Moravia, actuellement i Paris. A I'ap- o s fair vaccine tot le moi
procho do la premiere, tout Paris se bat bin avant I'irruption de 1'6piddmiue
Per des places ; des fouteuila d'or- nonn6a.
sont 1troua les A5t ifranc oMaintenant quoe cela A Pair d'etre no
2e ont inetrouvableos 500 francs; voila que tout Io monde so rassure :
ha poulaillers atteignent des prix vaccine n'est plus urgent ni mnme i
felatetiques, ains l qu'il convonait cessaire et nous nous endormons d,
PS Uns pie0e il dnest .question la plus conflante s6r6nitd.... Bon D
W do poles, do coqe, de pintados et bon
trM volatiles. Malgr6 son ardeur bn
do hnatique, *Moravia, an ddpit de sa Bon Dieu bon, oni, mass il a invest
"1i10le profession, -- car il fait a lea verretteos et Ie moyeon d'n tre p
Phra ua commerce do plumes pour serv6. C'eost aux mortls A choisir.
1r'emeAntation des dams., --- no trou. question so pose pour nonu ainsi :
.i & acheter un billet pour le pon- COux qui prdf6rent la mort oun
imt. Ce fat alors quake so souvenant maladies lee plus dangereouses & l'ex
5lR parlait Ia league dee dieux, il tence quo nous menons on Haiti no
S A M. Rostand une premiere ront pas venir do Ia vaccine et no
Ph q arrival A destination. front pas vaccine;
Et ceux qui pr6frent encore sla
s, le grand pole invite notre haitienne aux maladies et A Ia mort,
ttriotA. A venr le voir et lal oslrs ront le contraire.
lassil poWar la rpdtition g6ndrale. Joe vote pour la vie haltienne, c
1 i I. I et quo Moravia gotta cela peat cancer, tandis quo qua
0 e sa plmitaude. a Jo fee A la on eat mort, c eet pour longtamps
ri MNoravia a an de ses amis m6me poor toojours.
Pf-iOe, jo renonce A to di- .
~jo et m o entho s me 1 oh .
Ia rare, unique chos h I Co SBRA BRA.
ebe at o i avals souf-
e ee *oleadoe autour Uo de mes excellent amis, aujou
t do la earsmose de mon d'hui mort, so distinguait particalibr
remdltasj I Es rentrant a deox meat ax yeoux de ceax qai I'ont co
SUasl, seam dMeemparer, Ise nu par aus ceptic-lme profound et 16l
m toe hahsd et vibrant d4e recent raileour.
M e. )e vjo eal d'eateodre, J Chaque fois quoe I'a do mome, gag


par quelque dlan enthousiaste, ouvrait trahit qu'on est rest tel,quellesque soit
les ailes et ae laissait planer en plein sa naissance, c'est parfois le language et
itve et on pleina illusion, il n'avait, I'6ducation : avis A ceux qai, faute d'a-
pour ressembler A lIcare de la 16gende, voir de l'esprit, croient eso racheter en
qu'A passer aupres du sourire moqueur parlant la langue des bas-fonds,- A la
a do de notre inexorable philosophy, et les fa*;on des diiscooreours qui,faute d'argu-
dailes lui iondaient instantandment et il ments, se rabittet sui l s injures, ou
yth- tombait de I'dther A plat sur Ie sol. 11 encore, pour recourir A une compa-
de se frottait les reins de la chute, et nous, raisoa plus dign~ des personnel en
e do nous exul ions. cause, -- A la fa:;on da cet "'.ne de la
du l'O mot, un seul mot pourtant, avait fable qui, croyant se fair aussi aima-
ap- pour ellet de produire ce r6sultat ce ble quo le peat toutou l lla maison (ai
fau- mot est : a Sara P. sautille C gentiument sur la table et sur
acei *- Serasera,. rdpondait invariable- tout le moute, u'a W ien trouvO de m:tux
es a mient notre brave camarade A toutes quo d'enitrar ;an" le circle de fminille
id a nos envoldes dans Is reve. en brayant etlrovablement et on l,:vant
, dit Co qui signitiait,- car le lectour doit ses 6 O.mePs s~bt u'11t .iposait lour-
ique griller d'attendre l'explication de ce fu- demerit sur les genoux los lames et
erait turdaverbe6tre,-quel'llaitiennechan- sur la porc.laino do la malresse Ie
gera pas, que le pays no marchera pas, matson.
oilA que Ie prcgr s nest pas possible dans Inutile ide dire qu'on lui tombs des-
el- ,Aotre pays, et quae chacun de nous sera suS A COol doetri.a,'e ft ,a'on l renvo
nte- dans I'aveoir ce qu'il a M6t dans le pas- va t l'totlle ot au fumier. tan lis rue ie
pte s6 et ce qu'il est encore d3ns le prd- Petit tourou 4tart accabe 'to caresses,
len- sent. come -i oo voulait le con.oler d'avoir
em- C'dtait ddsespdrant, mais ce n'6tait t6 si mal inut6.
cou- pas tout-A-fait faux. Qurelle que soit ma modestie biet
connue, prkcisons la situation : Ie cer-
OUs Sera serac l\ Ie tamille, ce sont nos lecteurs. Io
Hali- Mais quand le mot acqudrait dans petit loutou c'est moi, et le malenroo-
sa bouche une certain saveur et un treux et grossier baudet. c'elt....
l'a- certain piquant, c'est lorsqu'il so trou- I'lusieurA points, mais compreud ia-t-
au vait on face de quelque jeune concito- il au rnoius ? J'en i out...
pas yen A l'esprit borne et ferm6, auquel ,Qie mon regret'. arni avait rsis'
nous essayions avec grand effort do fair Q Sera ea g .avt ra :
dig6rer quelques raisonnements utiles
on quelque explication nouvelle. Luo, JE,. LIFURTE:R.
souriant placidement de nos etTorts, JEAN L, ,URLTECR.
nous r6m6morait sans cease son saicas-
n ?, tique verdict : T 3 Tri( i f'TBl


rai-
Ips.
Nja
de
it A
pas
nde
an-
on,
nd-
ans
ieus

nt6
rd-
La
lea
is-
fe-
so-

vie
fe-
car
ad
et


Ir-
e-
n-

Be


a Pine perdue, mon char ; sera
sera .
*


L'ANE ET LB PETIT CHIEN.


RENSEIGNUMENTS
mi rV-oROIOG..QUES


Je no sais pas comment le mot m'est
revenue aujourd'hui sous la plume, tan- SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
dim que je devrais vous parlor d'une S INAIRE COLLIGE St-MARTIAL
question do marchand de salaison. Voi- VENDREDI II MARs 110
ci I'aflire on deux mots rapids. Baromesre A midi 762 m, m-
Un certain homonyme de [I'mpartial, (
amateur de grosses farces, voulant Temp6ratureMinimal" 79,0
m'6tre d6sagrdable et essayer d'imiter Omaximum 33,3
mon esprit, a 6erit quo j'avain traits Moyenne diurne de la temperature 24,9
un tr6s intelligent compatriot de filr Ciel clair toute la journey. Horizon em-
de marchand de salaison, alors qu il brume. Baromctre constant.
eat av6r6 pour tout Ie monde quo c'est Le bruit du Gooffre a 6ti eatendua mi-
cot intelligent compatriots lui-memoe di et demi.
qui a'est d6c!ard fils de sea cou- SCHERER.
vres s. Si aes cavres P sont'reprd- *
sent6es par an marchand do salaison, Tribunal de Cassation
je no'en sais rien. Au rest, la recher- 4udirnce civil du jeudi 10 Mars 1910.
che do la paternity 6tant interdite par Le tribunal prend sige heures
le code civil,.jen'irai pas me constituer Let deriebus al predsience du uge eur
d6linquant, dana un pays cii lea proc6s c, demie, sous la prisidence du juge E.
ont si faciltes, rion qua pour un e queos- Bonhomme et pronounce les arrets suivants:
tion do salaison. Celii qui rejette le pouroir du sieur
D'ailleurs, je no suis pas plus respon- Abideau centre le jugement du tribunal
sable do faith de ceux qui naissent fils civil de I'Anse-A-Veau, contradic:o:re sor
de marchand doe salaison que do coax opposition en date do 73 Juillet 1907, ren-
qui peavent naltre fils de prince. D'au- du en ses attributions commercials entire
tant plus quo parfois lea deux situa- les parties ea cause.
tions so confondent volontieors, com- -- Celai qui rejette le pourvoi du
me, par example, do temps de Soulou- sieur Charles Jean, centre le jugement
qaue o rapport I'histoire, la famille do tribunal civil de Jacmel en date du 5
Imp6riale, sa authentique qu'elle fat,fai- Novembre 1908, contradictoirement ren-
sait d'asez gos1o s afairee on trafi- du sur appel entie lui et la dame Amblie
quant, come fourissear dessalaisons Faubert. Le tribunal. A cause de la ma-
*e la~mee. ladie douage Chancy o'a pu prononcer
Le mal, some touts, n'et pas de d'antres arrAts, it passe A la section sim-
naltre files oa file de marchaud de salai- ple et prononce les arrats suivants :
son, pas plus na'Haiti qu'ailleur, male C-elui qui rejette le pourvoi do sieur
'est de le rster. Or, @o qu d6note et I A. Guiyot contre le jugement do tribe-


wiswl


*6AM


I I I


rw"*1pr







l cdvil de PorN-au-Prince date do
7 Juin vemda 19o8, reaod eams lut et
Michel Vehea.
Cdlul qui rejette le poorvoi des sku-s
H. Becker contre le jagement do tnibe-
nal de Port-de Pai dePort-ase-Prince, Sac-
TION-N3RD contradictoirement r had eotre
eux et le sieur Co'bert William
--- Celui qui trejette la rcasation en
masse des magistrate du tribunal civil des
Goiaives propose.* par le sicur Michel ha-
ac.
--- Celui qui casse le jugement do tri-
bunal civil de Peti -GoAve, read sur ap-
pet c' ls siears Carius Cadeuu et Destral
Martial.
--- Celui qui declare nul le jugement dn
tribunal civi' de Por?-au-Prince en di e
do 2 mars 1939. rendu coltradictoireme s
entire Vincent G. M.kloof et J L. du Pic-
cioto.
La sec ion civil simple fait p'sace sux
sections reunies qui ont entenda I'affai-.
re de la dame MUsinete Paradon, demac-
derasse n-r Mes B.-noit et Arrau't june,
centre B enaimise Bauge, difenderesse par
Mes T H Benjimin.
Le jug F. Biron a lu son rapport Me,
M Beaoit et C Rosemond sont entendu
en Icur observations.
Le Mi.mstre. Public E. Decatrel con
clut en fav.ur de la demanderesse.
T cibunal Civil
Audience extraordinaire du vendredi ix
mars i9to
Presi ence:A Poujol.
Minis ere:publie A. Thibinlt.
Jugemen's prononc6s.
Celui q,'i homologue Ia deliberation du
coninsil de famille de la mineure Anna
Alexis Menard.
( 2') Ce ui qui homologue la delibera-
tion do c.nseil de famille de la mineu e
Maria Viau.
S3* ) Ceiu' qui homologue la dilibira-
tio- du < onseal de famille des miners
Hlent;,Clement, Fernand et Lelio Mathe'ier.
Att iire entendue
Ainmlie Sievers contte Joseph Augustin
Boouz ( suisie arest ).
Ftce d' J fires le siege a 6t levE a onze
heures.
Revue du Marchli
Nous avons constat6 u i pen d'animation
dans I march-i sp&/u'atif ; neanmoins on
-'a pvi fait b-iucoup d'affures. --- Le taux
,1: 122 o0 qu nou. signalions en c!6 u-e
-,amnic dl0rer a 6t depas; e et lou es*
,ronit jusq, .1 43.l o.o- -pour redescendre
a2tli-h'c :1 _420 op ; on est ua p-u plus
Lrme A 427, 428 10o i 1'ouvertu-e, ce
martin.
Nou; avons enreg'str6 quelques venues
de traittes .1A olo de prime poor le Pair,-
direc" et i ol3 d'escompte pour le Him-
bou' -Paris.
L- cheques sur Paris cc sont pas de-
maniJs ; le coats reate nominal A
2 114 Oo pi1nDe.
L: cheque iiu. New York fLit 1i2 olo es-
compte.
Le nickel i olo escomp e.
Deardes --- Les arrivages d minuet en
raison de le ftib'e;se d's livrtisons ea P.o-
vaince. Li grande reco'te senb'e 6-re a s*
fio. Nous avons vu des lots de Jer6mic
Barad,-es qui o it 6 livr6s en cover u-e
de contracts passed sur la base de or P.6.75
Les prix ca Europe n'ont pas change
Cour s de Bourse
Or Amiricain comptant (*) 428 o0
Nickel escompte Is o
Billets'de cinq gourdes i ol
Traites 90 jours de vue sot
Paris direct, a 01
Traites sur France documen-
taires I o1
Cbeques sur Paris. prime 3 o1
Transfnt par Cab'e S Paris 3 o1
rkal ues sur N-Y, escompte I o0
Comsolids 6 oo 47 ol
Cousolide 3 ono 4 o0
lmpntami to Janvier "6 o0o 4, O|
Bempris dis Provisn 6 0o1 45 |1 o01
Emprout so A&oe 80 o0


Demos: Bollaodo mo mt Ims M qTasi
posr tougours, al est parl tem a se oI
TerYas et mea vases com-ai.-u.m
Qul, parml me, s'm dk &t mis ie
psuiion ? Qim a'a sM am U la
espdls do mu, matheer s ass ?


t qai poet roster iapessible dewat eao
elle cata.tophe ? Pesraoa, p Noma.
Noes avoas tons did surprise per cite aMO,
samedi 5 courant, date & jaalahs lgubre
pour noes, A 6 heures du soir.
Auisi je no peux pas, malprd ma p-ofuo-
de douleuret lea fortes emotions qo 1 e res-
seas en ce moment, ae pas re e A Da-
mont, ce bon parent, A I'ame altie e, les
derniers hommuges.
C'et uone pere rdelle pour la ville de
J cmel, perne irreparable et bies doulouren-
Fe srtont pcur sa fimille epklde don't il
ktait la force et A qui '1 prodigusit tes con-
sells et sa sympathie. Un tel home mw ite
d'"tre pleure par tout !e monde; il a droit
a ncs larme;.
Adieu Dumonw, adieu I
Repose-toi dans I immortality et qe la
terre te scit lgre.....
VICTOR VoLPkL *ut.
Au tour de la Tourn6e
Caye,, ri mirs 1910, 12 hr do soir
San Excellence le Pr6sident Simon ne
cesse d'.:-re I'objet de la plus grande adrmi-
ration de la rpoulation des Cayes. Hier
le ihi: re c La Gii'e6 Lui offrit un ma-
gnifique concert; :oioord'hui. c'est le tour
du grand cercle du C-mmerce, qui eprouve
un p'sisir inexp imable a recevoir le chef
de l'Etat ;insi qne ses; ministres. I es plus
h.umte personnali:es des Cayts assistaient A
cette Wc'e ou se trouvaient egalement des
ktraongrs de grande distinction.
Soci6t6 frangaise de secours
mutuels et ese bienfaisinc
ASSEMBLED GNINLRALE
MM les memb es acifs sont p is de se
riunir dernmin dinmanche, 13 Mars, A 9
heures ttes precises du martin a I'Asile
Fran %is, pour proceder aug 6iec ions pour
le r-nouve'lement pirtiel d-i Cons il d'Ad-
ministration.
ORDRE DU J Election du President, da vice-pr6sident
et de quatre conseillers.
Art. 68 des Statuts : Sont seuls dligi-
gibles et out droit de prendre part aus dE-
ibeirtions les me-nb-es ac ifq qui font
parties de la SociEtE depois 6 mois aa
mons et qui ne soIt pas en retard de
plus d'uni mois poor le pavement de leurs
cotisations.
Le President : F. CuhRIEZ
Un cas d'infanticide
Le Dr Br-*. requ'sstionn6 par le juge de
Paix de la Section Sul a cnnstt1e uon cIs
d infanticide, dans la rue Geffrard, en face
da Sbminaire.
L'.uten," de ce cirne est one femme do
nomn de Theomise Theodore ; elle a etoaf-
fe son nouve:u-ne, puis l'a jeE' dans les
fowses d'aisance.
La justice inforame.
Rendez A 06sar...
La douane de Port-au-Prince a, di.-on
pour le mois de Janvier 1910, donnd la
repub'iqu-, I l'expottiton, pres d'un mil-
lion de dollars or americain.
Lea f:licitations reviendraient plau6, A
M Osmin Cham qui n'as ti remolace i
a direction de la douane que le 28 jan-
vier. Nous n'avons aucun doute sar la
correction et la probitd de M. Douyon
. mais it e;t juice d'accorder i chacon c<
qui loi eat dO.
Avis de d6part
o Les ddpkches pour Santiago de Cobs
o Cayes. Jacmel et Sto Domingo, par le si
Abd-El-Kader seront fermwes deaitl
o dimanche 13 d o courant A wo beres trA
precises do menia.
o Les ddpkches pour St Manrc Gooaive
o Cap-Hatiea, PSo Plas, S.J. de Pono-Ri
o co. Guadelompe. iartinique, S' Thomr
o et I Erop par le as QuJbec ";--- cell
o poor St M.re. New-York et I'urope pa
o le ss Pris Willem V-- et cells porn
.! ,ie. Kiat@oo. New-York et .'lEro.
Svia Kicnoo_- C yes, Jame,, Sr:e D
Smo aoS.P. de MScs, I. de Pto-R
coei St Thomas paio qas" Prndxient
ssat feraam domin dimmacho 13 d
coeraat a midi paeis.

Eu mon-, le 4 da cuam am C6:e.

S bmo~La~Ij,".o


Rnexrorments
Mr Mirabeau re-ie slmce8mnt tom.
les Meas qui. A l'occasion do la mot de
,as mamie EavnjA Va.i. Ray, oat bien
vroUl a sister me fetrailolt. Son dpoa
Mr Joseph Remy, mcaaaicie A bo- do
'* Nord-Aleas a* leur eo gsrde ausi ums
gonade reconnaissance.
Pour un confrTre
Poit-au-Prince le 12 mats 1910
Au
Rdvtrend pcre Pt6sumey. chaplain
de la Silette.-


pas opposed aux pfroj de
que pour des raisoms divers Uil
fendre et, confiant en la uagna I
Chef de I'Etat quin e laisse p ""
occasion poor manifester ses ceiumi
justice et d'iquitd, je crois pomv
rer que je n'ai aucume crainte "-h i
de monsieur Numa.- La liberty t
tant one nicessitW tellement p
je souhaiterais voir la climenc m
voir se manifester le plus t6t poMt
vers le Directeiur du "Bon Sea $
dant si cette epreuvc passgbd
tribuer A ramener M. Numa an.j
la toi chrfienne il v anfait lies Am"-


Rdv6read pe. grAce aun Tr6s-Hau qm a bien
Monsieur C. M. vous a d&did un ani- s. n Emnrit saint parler a la conaci.,
cle qa iu a pubtie daos le a Novel iste D Monsieur Nama pour lui di'e : *hi
de fevrier dernier. L'auteur en compatis- foi des simples et des paysanset
saut au sort des malheureases victims de toi au Seigneur J6sno lequel r
I'inoodation en France ne manque pas en en ta fivzor le mirnc'e de 1'enf M
bon chr6ien de reconoas re one epreuve gue.
vou'ae par la divinity poor rameoer aux C est pour arriver a ces deiidkdr j
sentiments de la r6ali6 ce people autre- je vous convie. revirend pOre amu.sj,
fois la sen inelle avanc6e de la foi chred- oflir A la chapelle de la Salette le
tenne. Autant que je me le rappAlle cet de ia meise Je vous serais bien e
article fioissa t par ces mots : a Reviens A ssant si, au jour indiqui, vous vouSrzS
ton Dieu qui t'appelle. privenir 2fin q 'e je poisse uisir anue
Moi, pour un cas apparemment aatre, aux vo-res et communier, si Dica li
mass pourtant ideowique la defense des A l'intentio i dit Directeur dq "
droits de Dieu et de I'Eglise- j'eu; A r- Recevez,rev6rend pe.e, mes respseame
pondie dans les colonnes dou Matin v A salutations.
on entrefilet do journal a Le Bon-S ns v ANNIBAL MONTASS
oO Monsieur Numa ravalaic 1 Eglise et ses
dogmes d..nt ii fais: it I'apanage exclusif
des simple et dei pays-ns.- C'itait mal AVIS
de sa part et je le lui fis voir sans atriere- SECRETAIRERIE DETAT
pens6e.
J'ai dt6 guide en pregnant cette initiative de 1'Int6rieur
non-seulement par le dLsir de difendre les! --
droits de Dieu et de I'Eg'ise, mais aussi' Le G)uvernement a r i mcrrNdil
par celui de soustraire Monsieur Numa si mars courant an t6ldgramme di miiea
excellcmmentdoueaxisrggestions dudon- tre d liaiti a Snto-Domingo di6motat
te anquel I'homme culiive dans les le tres la nuvelle q te I variole s6vialt dl
prof.nes, aboitit presque touinurs lorbqu il la 1t 5 bbliqi Dom'nicaine. Lssfawi
n'a pas tudid l'his:otne de l'Eg ise. les peuviut .e raiburer.
Mais, maiwnenant que le Directeur du LA DOpartement de I'lotriear p!
Boo Sens se trouve, au dire de, jour- li o di caste occasion pour fIiciter i
naun, retecu A la maison d'arret sous 'ac- autoritis, et tout *p6cialement l je
casanon de d6lit de pesse, fait que je n ai i)s m6dicaux et les chefs d"a tems
prs le droit d'analyser, puis-je, conmae ments de Ports de la R6publiqu 4
le present leas simple et les ptysani, trou- I'empreisemeatqu'i14 out mis pr si
ver an lien de causali e entire ces deux oates lea precautions n6cmabsirs
circoostances ? Je ne veux pa< le croire. vie de pr6venir i'invasion da Ibl
Assured que monsieur Ner, Noaa nest dans le pays.


Le poeei Charlcs ofravia
ET
M. Edmond Rostand


Nous ieoro2Jutons ci-dessous une des deux pieces de vers adressees par CharisM
via A M. Edmond Rostand et don't Jean le Fureteur qui a, parait-il, quelque itdl
gence avec les Muses, a parole dans sa chronique d'aujourd'hoi:

A la premiere du Cid, j'6tais I a!
( Cyrano de Bergerac )

Pcc:e, je t'ecris pour te dire ceci :
I'arrive d'un pays qui nest pas pres d'ici,
Et pour te le nommer, il s'appelle Haiti.
J'ai fait des vers, et meme, ea entrant dans la gloire,
Peut- tre entendis-to, venue de i'lle Noire.
Un chant qui c6ldbrait ta plus grande victoire I


Come Jeoffroy R-adel, j'ai traverse la mer,
Portant le reve ambitieux autant que cher
D'assister A la premiere de Chantecler...
Mais je ne savais pas dans mon le loiutaine
Qu'u n tel dessein Etait realisable i peine,
Et je viens, tout d~eu, vous confier ma peine I
Oh I Je n'esp&re plus quel que soit mon orgueil,
Pour applaudir tes vers d'obtenir an fautenil,
Mais ma demarche peut trouver on bon acceeil...
Cela peut vous toucher que de si loin j'arrive,
Et ma candide foi, vous voudrez qu'elle vive I
Pour la beauty do faith, meme en jugeant naive
La requite qu'ici 'ose vous presenter,
Peut-etre prendrez-vous plaisir t I'accepter !
Voyez-vous, je serais facile a contenter :
Mettz-moi dans la claque o bie da la coulisse,
Qo imported, pourvu que mon reve s'accompliws,
Et que plus tard, un jour, avec fieritd, je paiM

Dire en montrant ma place A mon enfmta : VoilI,
* A la premiere de Chantecler, j'etais I i
Poete, je t'ecris pour te dire cela.
CaIaLm MosavI


'4


I








se a Michel


MosiCurf,
,J e npressede r6pondre la lettre-
ae que vo.s. avez bien vou'u m'adres-
r ans Ilmp. rtialP d'hier e. 0o2S en
Mcie intiniment.
Croyez biea. Moisier, qu! le ne m ar-
erais pas avec vouU; u de simples et
*.Utels remerciements. si, pour appren-
Iaun peu moins sur i'historique de l'im-
-ip-rial, vous me renseig iez un peu
uai suc 1- t r:f u Qlr que vous
voqu:Z.- C eu C 6 pou- moi 1 av.an:J g et
o vous I'honneur de mectre en mnarge
Mon dude tarifaire un imp6t don't i i-
a iTis sins vous 1'existence sous Soa-
Eaae cu sou; Faustin i* et d'en parler A
., come I'honorable Mo isieur Ante-
S Firmin, qui irisistc:at sur une meprise
ancienne.
Aassi, votre regrettab'e laconism- sur la
consacrant 1' imp6c du Q utr: s du
oa Enpi-e d'H i i, Movieur, me rend
loTamen!. pc-plexe pour counai r.: un
2 micux ce que je croyals ne pis igno-
Ce?endant. Monsi.u-, quint A 1 inpot
a si me doit )'at cornucnc6 A parler
3s mon article ,ur lequel vous avez bien
la arr6:e'r ctMre remarquab'.- t action ,
iM)nsieur F.rrnin, ni moi, nous ne pou-
vons ignorer ou nier li pritique doua-
nikre de cct impC qaii a eu la bizarrerie---
ave-: i su.ocrcl:rie imptriAl:-d'avoir ui
prtevrmei: q'in:itatif con rasiant avec le
qaa'iti: tif dc li 1 )i elce-.n tine
Bien des ini.viJus, Monsieur, pec excr-
c6s i li l isla tin douinie'e d'HiIai corn
extentt ju>qa'iA present une erreur A cause
d'une mailhc reu c ano-n tie sur Cappclla-
Uion trop ing'iieuse de l', inmp- du Cin-
quine a, c,- ie n'ai pas f.,t t.ra c :'c -
pliquer et de de:ruire dins IA stie di ar-
ticles que con inuera A p-ibl:er le M lin.
Avec ui peu p'us de patience. Mr. toui
cnr, cnmme vous, que mon etade ta-
lifa re pcut occupcr liront I explication
nath6matique que i'ai donn-e sur le prd-
Uvement de l'imp6o consact6 par la loi
do iu Janvier 185o du Cin;u eme 0
main'enu unf secordc fois nir ce llf du i
juillet i")o; les deux lois furent ab:ogees
par Gcffraid.
AgrRz, Monsieu-, mes SI'u aiOon:,
CHA RIu- VORBE.


Ligie Atlas


Le vapeir ,'" Sibiri;i partira do-
main i matin 12 courant, a 10' l'hen-
pour Kingston, Col, i o, Port I im & New-York, prenait la iiialle,fri'-t
et passagers.
*
la malle pour I'Etrager ( via
Kingston) fermera ai la poste sa-
medi 12 courant, a~ 9 heures pr6-
cises di matiln.
Port-au-Prince, 11 Ma s 1910.
F. HERRMANN & Co,
Agents.


ct i ale Transatlantiqui

L'Annexe est attend dimanche 13 du
courant. II partira le m6me jour A
midi prWcis pour Spo de Cuba, Cayes,
Jacmel, Sto Domingo et escales.
N. B. Les passagers pour Sgo de Cu-
b1 et les autres ports sont plids de
Prendre leurs billets de passage sa-
wedi 12 mars au plus tard.
Port-au-Prince, le 12 mars 1910.
L'Agent
E. ROBELIN


L ECT UI I D oulez-vous bien
- IET- CU r'lbfaumerl AlUez A la
=6 Miracles on F6rou. Nos 25 et 110,
Re lsx ou Boane-Foi, No 51, vous tron-
**-.. *C*A D DO CiaNrami de Prin do
Sw-al.


6 medo mmineurs I~ m If 2.500.000ii
Em v rudaft ~meat tend Is per IDdatrt~ement d-s Finances Ft du
$rib anal ciil'h4g -so-aPiecis: 10 IgiCmmreinieles Sou -cripterls's8j
-~At4 il ef n ou n=.relsAIt Eampunt du 20 Aoti~t 1109 *de Deux
imowonamat la debb'ration do a SI~~liosClinq cent mille gourdes P'. 2,
do farnill.. do-% initougspro. h~e mm500.000 A Fe pr6~gter, it partir de
lam Ia a~ideace do jug* do pail 41.dod I lni 4M-irs- coura'tt. alix bvireaux
&*OwnAd do I& capitdal@le 0vinar-sePtdo fa Commiuisiorn chargd.i d'invesri-
Wrie milneauf c'wit buit ; al sera Pr* o- ur les opdrations, du dit Em-
cdI 16 W morcredi qmi sor reant. nbar~p Wont #4 sit'geint, I H6!el do la tRe-
Comment A quroar.h- ures do 1'apr& -mid$ Coats et do I& JJAporiso~.
m,n I'Auade at par Is mjpjq46" -e U@ sootpul do soumneffre A 1'E I'-
Mealmilies Lastorest, tiotmif..ean cotte msn do~ is Cammrn-sjir le.. bons Ami.
vi109. A 'a v`0016 aQ PIGS (iff ant St 'tO: No Ia a Nu 7.)forwant IW premier
MWle emchdrlsaeur, doo droits "t prtou- a vrmement.
ain doeininars I4gitimms Rtooi Pro-
pbkosuur an* prop-idtA, fnads ot bi- Part-au Prince, 10 %farq 1910.
twome, else a.:Gap- H-1tien A& 'angle***
des rues Empagnol. it Saint is.- h,iine..Cmnformt~m.-uit A Livis ci dfe'tsss (tu
warant dix-n-svf pin 1.4 cioj *Ioucas en-D %Partement d s F'icnt~e s t dui Corn.
voat su ur la frUe E4pdg60l4et01treflte Mercee Ia Commis..iionavise les so Is-
Pie&i our la rue St Joseph; born au cripteurs qu~eII' se i,.nt 4 letir di-41o-
Nard p tr I %rile 8 -Jos-ph au. Sal par Isition tous les jours de 10) Ii ures iA
It tvrop-itt6d ijM se Vi Pierri4-Lo i106 ;Midi, -,aredi exctep~.
& 1Es- par Ia rize Eapag ol A FO'0 zeat at u-rn e 10 N A S19 .
par, la propri~td do". bdriiiers HenriI't-uPie,1Mis19.
Proph6!e, te~i. d'aillears quo I& d-t.
piopride,16asopoursait ae1 tend awec nd ta l
snappir:enn les et dipeadAnces, On ernn I
on rion excopter Li rdsereer. A lou,,r os 'u t n ne maison Ai
L,%% droitm at Pr~ention- d *q dits mi- Torgeau, lBois-V ill-I oU&u _ti
nmuts Sur I'imm~table don't i.'agit sont Inr*ormez L2 t Mwinua
eslioam6aA bat ceut cnovarate g~s-311- =a&
4"e P. .. .850 A Vendre
A ist re-ir6 a. poursuita at diligence
do M~dame Vva Raoul P.oph6 e, n4. Une gross- infflo lsl#ran-tre de 12
Claric~t Caicog, pro pridtaire, d-mou- D~onne pour fam01I's.-
rant at domicilioe A Port-au-Prince, S'adrae~ser au. Malin a.
ogis ant s-wa a quality d % tu'rica IEdgale womam
dot Fax erardoti mivi-ura E jano-, Pie# is,07
Enamannotl, Loujijo. eProplik~e,-A sst .a- t oflp
t~e do onsiour Jo~eph SeivAre, subrog6
avocat, Cogstilu.6 Me LUonce Vtard. ams-


CETTE DAME
fut radicalement gu6rl@e do
Phtisie Pulmonaire


LgEMIELSION SCOTT~
fu&I II y a q O' ,re ;!ros e t ticinmi ma teimm
ut atteir;1c > iri et une operation
dappentftitp s _r, :*ma:itas A partir do
ce moment sc.i -,*at do santo empire
jusqu"-ce q': au mois d'avrIl dernierumm
Bronclilte tube culet- -,ost developpa.
Elie en devi!!! t-11 rnt f Aide et abattm
qu'elle no j>ix : o -me uipas sans
ser' a~oh e' f~rLu!
6 0. c. C-*. r,,,o ksc~ience sem
blacsii a-L ; --- i ad r~icc 61 Dieu,
je fis la cu-, 41".'oe't'eui-Risso
Patr6i', !I ~1ceto vlcle,,
qul lul r1). v! tL' SIGN SCOTT.
C'est Hi' Wlew'- que ma
femwino ;I'.-Las de pul-
morne 01"1 rovait -etre
sans is, a;tComn-
pl~tenwt ~ .3e' *r (Adjouit
a ures. 't;...CE .W-.L K ER,
officie- tic? I -~- i La Plata,


cabinet da qui, efi cetae vile, 1242 da Le is Pri :s W 1 in V ven n f *
Coafre. elle fait 61ectiondoa domicile. do I'Europe e d por s du Sud i-contre r cet
Pour plus ampls rin:eigniments, attend i *i dimanch 13 coui ant e c-contre I; -o est
Q*drers r A Iavocit poursnuiaot ou A partira Ia merne jour pour Saint-Marc *uthentue.
Mo Maximilien Lforest, no'aireet d6- et New-York. SCOTT & EN.N r.
positaire da cabier 4eo charges. Port-uu-Pci cp, 8 Mgr,~ 1910 Drcguistea, N 'rk
Port-au-Prince, 12 mars 1910. AUG AHIIENI)TS, A gt r ,
LtONCe VIARD, 1 .---


VIENT D'ARRIVER LE PURGETYL L
SDans un Rave > a, Ltaxoaif ouratr. t,-, aire,' r
VOest uS purgatif doux, 'r. C'.
D61icieuse Valsa Lente du d)licat n'6cha&uffe pass e r
3 n4 1st$ dllicieux au gotlt, cr.
artois' aOest le depurtif id..6 i, I. aps -
retes du .ang ,: ti ,.
Ludovic LAMOTHE EAl :,.rg critique. a .
Nouvel arrivag- d'exemplaires des '" Tous lea modentla ir ...,* tt
canuvres dj & dit6es: a a ...A la .a
Angble Valse Lente pur urr l
Papillons noirs --- Valse Lente s00 1" 'On
Caprice, gavotte--Pas do Patineurs,
i P. 3 chaque composition. .
S'adreteer toojours1 V. MANGONFS
9I Rue du Magasin de l'Etat, Pour tous reviseignemeuts el rinullllntdes
Port-anuPrince, Haiti. S'adresser A Andr6 F1, U3ERT,
38, RUE ROUX I'ORI-AU-PRINGE.
i& BOou---_ AGoNT G2tNaAL POUR LA R.EiU1LIQU

a --s-,..- ~A CCOURIEZ
~Iaoe rmommie.- V* sier la&mer.

P Co. chezlerrmann Corvington
P S 108, RUE FEROU, CI-DEVANT RUE DE:- MIRACLES
AVIS IMPORTANT Vous y Irouverez du Bon Rhum Sup6rieur
Mesalrs ls Aelioanaires da la Coa- 31 x V ina Blax4c os CeC mase mto" s. A des prix exoeptionneHement avantageux
aGmi G rame le o i.a- 1
ft Cado it earve f 4 ,

HOTEL
M ,Callaam so amp

L aw RESTAURANT COSMOPOLITAN

S-as _. I -a her ll i -- Bnna tableha nriv morvdrA


7 --. p -U"' SI ".
SeoMrt. T-els. leux divers.
M | DUsacrwu: ALAIN LARAQUE.
e Sgo babM rBagol. EnagUih Spoken.


V.


_ ___ __ I __L


1
I
I


r





L.A MIAISON1T

NICOLAS CORDASCO

157, rue R6publicaine, 157.


Entreprise


D'EAUX GAZEUSES
:. POInT-A. .-PRIEw:::XZ


A -aU ,'onqudrir en peu de temps la premiere place tant a Port-au-Prince que Fond6e en 1899
iLans la Province. od en 1
Lo veritable succes don't elle jouit est du au choix incomparable de ses mo-, Rue u, 21.
de.les sur former frangaises et ambricaines d'une 616gance irrdprochable et 21, Rue Frou, 1t.
r6pondant A tous les caprices du bort goat. Ginger Kola
Tous ses modules existant en magasin en totes pointures et largsurs lui n
permettent de chausser tous les pieds, meme les plus difficiles; et a modi-, Kola-Champagne
eitd de ses prix est accessible A toutes les bourses. .o a
Toutes les personnel qui ne trouveraient pas A se chausser dans le maga- Soda-Water
-In seront satisfaites dans les '2i heures par un article fait sur measures. Siphons
N It..- La mason peut chausser; sans prendre des measures, les personnel qui
a'e peuvent s'y rendre. SlrOps
i1 suffit do lui envoyer une chaussure allant bien' ou sinon lui signaler les *.iq
dOaiuts. Liqueurs
f.es chaussures n'allant pas bien seront remplacees par d'autres, rectifides Bitter
d apres les observations fourniaes.


La faculty du retour est perinise dns, les 24 houres apres la livraison. Si
les chaussures out 4t6 portdes ou ne sont pas A l'Mtat complete de neuf elles
swrornt tigoureusement refis6es.
La mason d6fie toute concurrence, et envoie franco en pro-
v ince.
AVIS a maison a nouvellement requ un assortment incomparable do
peau: vvoau verni, vAche vernie, vachie none, veau satin, kangaioo,chevreaux
gla Vente en gros et en details
Les clients trouveront A partir d'aujourd'hui toutes sortes de tournitures
polir coidonnerie A des prix excessivenent r6dui's.
Ces prix exceptionnels ne soit obte ius que parce que la maison ne fait
plus ses atlaires que directement avec les fabriques d3 peaux et de fourni-
tuires, des Etats-Unis telles: qie tirants, waillets, lacets, clous, dlastiques, fil
pour ma-hines et pour cordoaniers.


Ferrari Cernicchiaro &CO


Ho. loget ie, Bijouterie, Joaillerie
168, GRAND HUE, 168
Ancienne Maison D. Ferrari
Par le dernier stearner francais sont arrives des articles de toute beauty,
pour tous les gouts et pour toute'4 les bourses : BIJoux. -- SAUTOIRS. --- BA-
<,;lje BOt':tLEs D OREILLES. --- CHAINE' POUrt MONTRES. -- etc.
ALLIANCES SUR COMMAND
INSTALLATION MODERNE
1III'ARATION de glacis qui sont rc iises absolument A neuf; ainsi que
des- t:ble.mix artistiques.
Achat de vieil or et vieil argent
La mauison girantit les marchandises qu'elle livre ainsi que les reparations.
ARTICLES DE LUXE pour les principai.x v6nements de Ii vie mon-
paine.


PHOTOORAPHIE

S. Perpig and & Co
t6W. GRAND'RUE, A PRO(XIMITI DE LA PHARMACIE CENTRAL
PORT-AU-PRINCE, HAITI.
PORTRAITS EN TOUS GENRES

Photographie directed, genre Visite
rEiclhes C artes, g-enxre ixmperFia
Poses artisliques, a meilleurs prix que partout all-
leurs
Sp4cialit6 de reproductions et d'agrandissements de portraits aun ro-
mure, crayon, ptstel, en couleurs naturelles, livr6s encadr6s on sans cadres
i la portde de toutes les bourses,
Buste, trois-quarts, grandeur naturelle
PHOTOGRAPHIC SUR PORCELAIN, ftOFFE, BOIS, METAUX, etc.
CARTES POSTALES ILLUSTREES DE SON PROPRE PORTRAIT
"VAsiter notre salox1 d'expoasition,,
e noxxan -cler lea prmaI


ROYAL Kola Champagne
Cette d1licieise boisson, do t I-s q tilit4i toniques et fortitlaote, Ia&
veur exquise, l inm t'le at ag e tbt oult coatrib 14 fjrainr l'incom ar
rafraichs m iern t d-st climb ti tti pi,' tax, m6rte bien son titre gROYAL.


Agence G6n6rale


et D6p6t:


AU MAGASIN DE LA M]-TROPOLE

MAISON JULES LIVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE LETAT


Vous le trouverez n outre chez :


Andre Faubert
Pharmacie A'ex. Roberts
Madame E. Dreyfus
A l'Epicerie H. Corvington


PORT-AU-PRIuu


rue Roux A I'Epicerie Ndrette Grand'rue (ahi
do la station central des pomplers.)
do A I'Epicerie C.Lundi rue des froats- g
rue Fdroui au Magasin E. Dreyfus do


EN PROVINCE


F. Ch6riez


Petit-Goave.
Mme Gdrard Bartels


J. R. Montasse
Jdrdmie.


GosdWl


- m*


Pharmacie W.


Place


Buch


de la Paix


Execution prompted et soign6e des ordonnances.
Analyses scieutifiques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivro et autres
m6thode am6ricaine ( fire essay ).


mdtaux daprim k


Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops et vritabi K104
Champagne A P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et en d6tail
Propridtaire : W. Buch
Pharmacien dipl6zme all--awnt
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux Gonaives : Madame P. Laraque
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Petit-GoAve : Hermann Reimbold & C*


Laboratoire S6journ6
PREPARATION DE TOTES AMPOULES MIfDCAM NTZUSBS
LISEES ET INJECTABLiS.
AmpOUleS d'Eau do mEr Iaotoniqums aelon Quint-
Loau do mer que nous emploona a 6t6 sogBoaement cap' -a
an del& do Iedo la GonAve. Nouns fations remarquer auEorW <
observation judicieuse que font lea laboratoires 6trsafr :
a LI:u do l r i"J~tabI. dolt trv do hhMobw sergate POW ssi'iWe"
= = prodWlta oIt i tou dm^ i ats f & DortomB9Ws -on os .
Spotalit6: wum nero- -qu.
Sdm la neurs enio, la t lo. .


--l


m


(