<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00871
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 11, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00871

Full Text

nr@EsInm Anna, Me 889


Port-au-Prince, Haiti


Vendredi, 11 Mars 1910


pw.F4iAh


Ux MKos.. 3.00
Taoas Moss... 5 00
UN Mois .,. G. 3.20
Taoas Mos 6.00
Tmois Mors. 8.00


~3meut-E algoire
DmuarmFoxDATsuA


j


R2


OUOTIDIBN


- a


AINIEMENTS


Histoire cHazti

A L'USAGE DES ADULTS
LIVRZ IV

Le Paote Fondamental
XXV"I


Lorsque, an debut des gu-rrea de
I'ind6pendance, lee officers indignoes,
toas les officers indigbnes, Aquelque
dasse qu'ils essent appartenu 14dpo-
que recante do la colonisation et do
que.qas coulour quo ft leaour peau, as
raongrent sons le commandment en
cerf de Dessalines, ies savaient bien
certes que nul plus qa lai n'tait a to
A preadre la direction militaire dea
venoments.
Qaelquos autres motifs quoe 'on
Vwalle trouver dans cotte commune
dMermination et quelles quake fussent,
s wvrai, ies raisons portieulibres qui
lreat A chacne des classes colonia-
be de Saint-Domiague lea arme*a aIs
asia centre Ia metropole fren false, il
as seamble qu'ane consideration au-
pirleare, doamasat la situation, a por-
I lea regards sur Desalines : o'est
qe'il Etait veritablement home de
Irge. .
I no l'etait paa aseulement cause de
so bravoure et do son activity ; il I'd-
tat surtout par une intuition profonde
de chooses de i'art militairo. Nous
ameas vu rarement signaler de sa part
quelqoe faute imputable & luai durant
a losgae guerre entire Touemaint et Ri-
pad ot sa 'armee sons ses ordres
monot parfois des rovers, jamais iil ne
O msoatra as-deesous d'aucune situa-
Use et nal n'a earegistrd ason compete
a'aune de oeass fautes graves qui
I.ent partois doe 'avenir d'aun capi-
A la veille d'inaugurer unse entrepri-
aussi gignane.us qaus cells don't
@Walt sortir l'independaace national.
1 tait important quoa accord so fit
ea Prmier leu suar le choix d'une ca-
PisOe mulitaire digue des rdoultats es-
06*. Quolque pat e6tre ls mrite mi-
ro de cbacun des antres officers
E gaurreM doe I'nddpendance, ils ont,
eB, depoe oeux-moaes e onfavour
E i Pte Ptus grand de Desmalineso en
Srallient a Ini.
SI,4 d"vna hl a do la nation, Deasa-
Smanqaus do eolicitude poor tar-
Sas poine d'6tonner le historians
u o pr6 wvus, It l en fat pas aia-
Rpoque r aoltrtoeres o& on le si-
AM& *ms e4tant plin des plus gran-
tionm A I,'gard do soldst. Et
unit as dee eAlments do son ascen-
S*ow lea troupes indig6nes.
Is, v*rer-ugaeral on empereur,
plus sWaveot inexorable et im-
M on pOet to voir par contra-
eqs triares, moins ter-
t petbs doea et humain : il
_hmDplWe tol lore de Ia aspi-
LooI& 0 t d oa 4te bcle qui I
BE"M 1 de oett place par d
%? I Christophe, ton-.
maCs erd de toat
d to umne.t Daneeetim, l
es MsemUttlene t hunma- a
*nw is0 qunnMO Namse doe


cette grande individuality national fat
ron g6nie militaire. Lui-m4me, d'al.-
leours, n'a j imais envisag6 d'autre gloire
quoe cell .d'tre e ; bra fort qu i de-
vait cr6er 'independance do pays vis-
A-Tiq de toute domination oxtArioure.
a N'oubliez paq. disait-il, Ie 15 f6vrier
1804, que c'est dans los tomps lea plus
orageux quo vous me confiez In gon-
v rement da vaise-au de l'Etat. Je aai
soldat ; Ia guerre fat toojours mon par-
tige, *t tant quo l'aeharnement, la bar-
baris et l'avarice do Bno ennemis lea
porteront our nos riav jem, justifie-
ral votro choix ; *t combattant A votre
t6to. je prouverai quo Ie titre do votre
gdn6ral aera toujours honorable pour
moi. Le rng auquel yous m'levez
m apppreod qu* je ale deven s I pere,
de moe oonitoyeus don't 'etais le de-
foener. Maim quo Is pre d'ane famillo
do gueoriers n laisse jamais reposer
1'empire, sil vent transmettre sa bien-
veillance A sme dsceandants, et lea fa-
miliariser avec lea combats.s
II no so sntait vdritablement flatt6
que lorsqu'il entendait ranter sea ta-
lents militaires et Madiou nouw ap-
prend comment, une fois, Martial
Basea et Bazelais changerent subite-
meat son sentiment our las necssit6
do former a dec citoyens instruitsa et
de morality s. rien qu'en lai rappelant
qu'il avait a form doe so!dats qui out
vaince lea hdros des Pyramides et de
Marengo.*
A res la guerre, dit Madion, quand
il fallout administer, von etoile ptlit,
parce quoe a mission qui avait 6t6
uniquoement de combattre, saelon lea
d6crets de la Providence, 6tait accom-
plie. Leos ennemis do Is patrie terraseds,
it voulut continue encore A lutter...
II ontra dans aun monde qui n'etait plus
le sien; l'esprit do Dion, qui l'avait
anime, *s retira do lai.,

Or, ayant 6td esentiellment mili-
taire, la permonnalitd do Domalinoes at
ainai adequate a a des insUincts lea
plus passmants doe la race haltionne.
None no povons non empecher vral-
ment do sourire chaque fois quoe nou
eotendons d6clamer centre le syst6me
militaire qui earactdrime notre pays.
Boo sombre d'eeprits a'imaginent qu'-
ane r6forme poUtque qulcodque pouat
avoir raison dua systme t qu'il sffit
maae do la volo1t gouvernementale
pour le remplaser par use 6re deAni-
tive do r *gime civil.
COpemdat eamt ass d'existeno asa-
iodato oat dejA pae6 s ar nones t blei
doe tontatives oat 664 fates dans e
meos, al b quo *e desideratam cons-
itue le food Invariable do toas nos
ga-e poitqA-naom. Toute Is isa- I
n- a ea ddMte dams
os Isis mat eovilos : aa omaae-none
mola o madm p o mlitsire do
806, 61 tooss maa dMtfola,gqudq


respectable quo'elles soient en princi-
pe, no sont-elles pas comme immerg6es
au milieu doe l'esprit militaire sans
pouvoir jamais monter A la surface et
dominer ? Qa'est vraiment, en 1804 au
m6me titre que depuis, le juge hai-
tion aux yeux du militaire? qu'est
I'inatituteur ? quest le d6put6 ? quest
le s6nateur ? qu'ost encore plus le
simple citoyen ?
Ce nest pan le moment pour nous
d'approfondir ces questions. Notre
but etant aojourd'hai de montrer
pourquoi le colte de Dessalines sur-
passe, anx yeux de la masse national,
celui qui pout revenir a touted autre
individuality hai'ienne, nons consta-
tons que, d'emblde, Dessalines incarne
en sa personnel un do nos instincts na-
tionaux les plus puissants, --- instinct
puissant A un tel point qu'il est de tra-
dition, dans le milieu social hiition,
qua le successeur de Dessalines soit
avant tout et toojours un militaire.

Un second instinct, aussi puissant
qua le premier, fortified le socle du pi6-
destal que la reconnaissance national
616ve A Dessalines : c'eat l'instinct de
race, instinct pour les uns, id6e pour
lea autros.
Quoique la society haitienne puisse
fair ; ses origins et sa situation dans
le monde viennent chaque instant met-
tre le fond noir de sa population en
situation hostile, an regard de la race
extr6mement opposee A cello qui lui a
donne naissance.
Une circonstance de situation et une
circonstance de fait contribuent A
maintenir, apr6 I'avoir cr66, un ins-
tinct do rivalit6 entire la soci6te hiai-
tienne at touts soci6t&- blanche, quells
qu'elle soit.
La circonstance de situation reside
dans ce fait universal de l'inferiorit6
social des groupements noirs vis-A-vis
des groupements issus de la race blan-
che.
Par suite des erreurs qui, selon nous,
provionnent moins de la vanity que de
I'ignorance, cette infdriorit6 de la race
noire fat exploitde,- elle I'est encore c
puissamment de nos joura,- comme
uan argument pdremptoire contra lesrin-
dividus A peas noire et come aune
marque inddlebile de leur impuissance
s'61oever.
Et da m6mo coup, ceux que ce prdju-
g6 avantageait, ont cru avoir, de par la d
colour de lear pean et par droit ex- 1
clusif do naiseance,- cotte erreur ran- *
contre encore da crddit,-innes an eux
des ediments imprescriptibles de sup6- t
riorite. 9
Quant a la circonstance de faith, elle a
rEside touts dams Iind6pendance hai- P
tienne qui, en face de ce prejug6 et de
cette rruear sdcalaires, part une vic- i
toire 6clatante do la race inf6rieure con- I
tre la race suo6rioure. q
Et depais 1804, nouns continoons A j
chanter ce triomphe don't le principal 3
ouvrier fat encore Daeealinee. d
CA! malgrd le fait do cotte ind6pen- M
dance, la socidet noire quo repr6sento d
on fraction Haiti, pas plus quoae toutse cI
le antree socidtes noiree r6partiee sar *
e globe, n'ont pa s'6lever, ea tant quo
obaon et none s tant qu'individus, A
lahau r de la plapart dos group p
meats blase earoe. I
Et oetshias qe, plus la distance'


grandit at so reconstitue entire lea douz
races noire et blanche, plus la rivalitd
s'accentue, et plus Dessalines, le ven-
geur disparu, grandit dans le souvenir
noir et voit so fortifier son cult.
Le fondateur de l'ind4pendance.-qui
I'est v6ritablement, r6pond ainsti
un double instinct national qui peul
prendre rang parmi los plus puissants.
Mais nousavons lit de cot instinct de
race qu'il eat instinct pour les uns el
id6e pour lee an':res.
En 0l1 t, la nationality baitienne tant
formee d deux elements types difl6ren-
cids par la conlear du teint, s'il est
bien vrai que le sentiment patriotique,
qui est ind6pendant de la question
de couleur -, eat dgalement vivace en
chacun de ces elements, il est ,ale-
meot vrai qua cot instinct tide race ne
peut qu'aller on s'atTaiblissant du plus
noir au plus clair, encore qu'ane des-
tinde commune les maintienne attaches
an meme sol, don't ils sont I'uu et I'au-
tre autochtones A titre rigourousement
6gal.
Pen A pea, lI'xploitation politique
se mettant d'ailleurs de la parties,
la nation haitienne s'est trouv6e at-
tolde a Ua soutenance d'une th6se qui,
si elle doit fair triompher I'instinct do
race, no eaurait y arriver qu'en aftai-
blissant le lien national qui existe en-
tre hIs e16ments constitutifs du pays.
Or, c'est cette these qui supp le
A ce l:ai pent manquer de l'instinct do
race a ceux des Haitiens qui sont les
plus clairs de teiut, et c'est elle quo
nous d&siguons ici par l'idde de race.
En resum6, H iti no paraft pas dans
le monde comme une nationality ho-
mogene d6terminde : se ranger dans le
sons de la meilleure organisation so-
ciale, preoccupation inddpendante do
touted question de couleur,- main plu-
tdt comme le champ d'expdrimentation
de la race uoire. Et cette consideration
eat devenue A ce point pr6dominanto
que toute question national lui eat de-
venue subordonn6e.
D'od il r6sulte dans la nation one sor-
te de hi6rarchisation entire los citoyoens,
en vertu de laquelle, l'instinct ou I'idde
de race dominant tout, les plus quali-
fi6s sont d6terminds moins par le senti-
ment national exclusif que par la pre-
occupation toujours vivante d'une race
i rehabiliter et d'une these A soutenir.
Nous no pouvons avoir la pr6tention
d'6puiser ici touted catte question qua
ious n'avons voul qu'efleurer poor
ixpliquer la place 61ev6. conquise par
Dessalines dans la reconnaissance na-
iouale et pour montrer les tendances
race auxquelles I'apoth6ose tend A ver-
er dans le systnme et dans le parti-
Iris.
Dessalines a droit A cette reconnais-
auce parcel qu'il est le foodateur de
'inddpondance national, tell quake ses
lualit6s militaires nous I'out conquise
usqa'aun er janvier 180t. Nous croyons
ue cot hommage lui est unanimement
u par tons lea llaitiens, aans qu'il
oit besoin, outrepassant lea secrets
e la destined elle-meme, de forcer au-
an sentiment pour exag6rer sa gloire
t son mdrite.

Dans cotte histoire, quo nous faisons
artir de 1804, par consdquent do 1'd-
ogae m=&me on la mission gltoriouse
a Dessalies deovait prendre fin, anoa


LENUMERO 15 CENTIMES

LeA manuscrnts inser4e on mom as seron
pas readue
REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE Roux, 45.


Arthur Isidore
ADMIMISTr&TKU










avons dIt le joger d'aprbs lea faults re- Tribunal Civil salle etait d6corie d'une facon magnifique.
lev6s dans le course do son adminiatra- Audience d jeudi to10 mars 1910 Illumination A giorno.
tion, c'eat-A-dire d'ane facon qui a pa- II est bruit que Son Excellence le Prd-
rn, contrast-dir avec a glorieuse apo- Psidence Doyen Lkon Nau. sident d Haiti se propose de visiter de-
thdoru e. F.ue de ministire Public le siege a eid main l'im&ressante commune de Torbeck,
On a priq prdtexle do ces appr6cia- levi. dependant de l'Arrondissement des Cayes.
tions pour nou4 reprocher d'avoir man- Rectificat'on Nouvelle Cath6drale
qud de me.ure envers ce remarquable Notre b'eaveillant confrere. M. P. F. Ainsi que le Matin l'annonctit dans sa
personnage, sans sen'ir quoe c'et soi- Frederique, nous donne dans I'Impartial derni6e note rectificative, on a reqn un
mrnme 'Iq i dpasse la measure dans 1- d'hier le conseil de contr6ler bien notre nombre considerable de colis destines aux
culte en refuaut de a6parer le lgitim- reportage. Tres sensible i cette nouvelle travaux d'embellissetaent et d'ach&vement
laornmage, anterieurement d6a,das S vd marque de bonne confraternit&, nous avons de notre cathidrale. Les colis soot au nom-
ri'<.s ijmpartiales auxquelles l'ont con- demands des explicat-ons A notre reporter bre de 900 et ont t6 dibarquds par le
damr, IJs actes po-s:eiilaurs. pros des tribunaux de oaix, qui nous a Mecklemburg a
AI point de vue d lIa question de affirm que I'afLfire Kffler avait r6t reel- L'ingMnieur Hermann Doreg, pour faci-
Iace qui a tant contr bu6, avec 8sea Usa- lemenr voqude a I'audence de mercredi. ter le transport de la plus grosse cloche,
litel de prand capitaine, A glorlier C'est par e-reur probab ement, puisque est oblige de construire, aux frais de 1'en-
)D 1iia4 es, c, 4nora quel lue clutre note contrAre nous demand de raver le treprise, un point special a la rue du Quai,
q. il so t, semera la li.ecorde au lieu de nom de M. Kiefler du nombre de ses capable de supporter un poids formidable.
batro lo ralliement deq coa ars. haitien%, abannes r6cilcitrants. Noa dMf&rons dau 11 y aura 4 superbes cloches qui, mises too-
tout le temps que des s ,u'eeaeur Ise la tant plus vite A ce dcsir,qu'il est, en som- te; en branle, formerent une harmonic des
th p., 'lI q leur.1 aopr~ciatinns, fair tar D'ailieurs, nous avions dit qu'il y avaIt Les travaux vont bre repris avec beau-
tir sle 1Ol's unr6re nouvelle, oex"u i'e- un malentendu. M Kieff;r 6tant u horn- coup d'activid.
melut national et uurernm nt hai ii-nn rine de bonne foi, ami des lournalistes.
dawts laiuall., no9 nojs ,p 'oc'aplant pas Champ de courses
plas, ,! i'"\fri'lnul lae de I'A\i, toous Le a Queb c .
I 1 ,T I ', \ jtie o (l out est arrive en parfait 6tat, nous A
Is S a;tu, u t",ss.ent e t o aver Al I'aie Eit entrb hier avec les pissagers suivants dit M. Victor Gentil, I'aimable concession-
pou ipar or I.s persoonges et des vcnant de : naire des travaux du Chimp de courses.
S., os pays- crnmu', en s i RBeDEUX : Mr et Mine 1I. Miot, Mile On sera satisf it du coup d ,cil therique que
,.v i," a oint e e Mot, n mile Minlel, Sceurs leanne, Marie, donneronties edifices, embellissemenrs,eic,
S i rtious as Ie > v ui st leinne d'Ar, S 6phliw'e. Jnosphine, J-- prdvus dans notre contrat.s
N, ati .u-usI, a ln t qu est pn litc c, Frcre SIvry, Thdo.ule. Nous sommes heureux de transmettre au
reu ,ous,i a un( nt at qui e p out "I'HToAS Thos. Dou hllt. lec eur ces ezcellentei promesse; qui, crc-
.U conservr lui-mtro et wqu 1les CA.I HarrI:N: S lvia ilyppolite- Smnite, yons-nous, seront ralis6es.
10 ;utoolelut!re ront Iouq devoo.j
iu stll, ertI ftre,J partou eFt 0r 1 B:rnadin et er fants, gl Millionard. Mine La Variole
,us e u er ,ltre, so partage-t 3n'r B. Beli;,'ire, Ludone Alcde, Mmue El. I:;-
i-, aussi I'al4mentt '1 [ l0-tmnt i Le Gn&eal Horelle Monplaimr a bin
Nmus ti 1, a,.v.ros>j as e.t nous tou. tade (to S, (utt, Chris'ian Lisius. Mae vouLu nous communique la dp&che sui-
p ,dronr ae, li. IVve H. In Joseph, Anne'o Piero-, Talma v
P -fd orj jij.! -[I- r 1 1.vante:


AU:;IJSTE MA.;LOIRK.





RENSEIGNEWMENTS
MEIrEOROLOGIQUES
Obserrvatoire
I) '
SlMINAIiU- COLLEGE S -MARTIAL
JE 1I 10 MAPS 1910
Baromctre A midi 762 ." 1'9

Temperature ,ntnl nu1 17 77
maximum 32 6
Moycnn.' diurnc de la iemp&ra;utre 24.1,
LCie diir i 'l i h. de I'aprcs-midi
et n gu ux cIsu. e --Rosec Air ex rao'-
dina:rcment sec A t h av -nt l'arrivee de
la brie Jde mar. B irom,'tre en hbiusse len-
ne.
Trem:,.-m- nt de terre \ 7 h. 38 min.
41 -e, Direction N E avec upc tore
comroantc vcrticale intensity III ; du-
rec 2 sCc Mndc. ; il a et6 a:co'npgne d un
b'uit zcmblab c un coup de canon tired
au loin.
J. SCHP.RER.
Tribunal de Commerce
,,4ttdien,'t Jm 10 Marv
PilJsidenc: du D .yn R. BAstien
Le Tribunal a prs sic ge .1 5 heures do
soir et a ptononc- les )Ijgements suivants:
--- Cclii q',i rejette la nouvelle excer-
tion de communication de pieces du sieur
Hf debrand, le < ondamrc A signifier ses
dtfcnses dans les 5 Iours A partir du pro-
nooce du dit j pgemen e aux d6pens-
application de I'art. SS c. p.. c.v. en vi-
gueur :
Celui par d6faut qui condamne le
sieur Oriol Desnoyer A payer A Abraham
Bacha 1, som-re de 855 gcu des.
Les afltir s suivantes ont 6 fixees :
Mme Chavineau Dorocher centre
M dame Bloncour,;
Ulyste Mondoa contre Vve Camiche,
.von Hall et Co contre Kou:i, Valety
LUopo!d contre Vve Laborde.
Et cells ci aprst ont be6 eatendues :
Th. Dossous contre Amilton Bernard,
(df. u'.)
Ulysse Mondou contre Caius La-
mothe.
---B. Jn. Tallamas contre Hiua et Braim
Hasbourn.
A. Ricco contre F. Goldmann.
--- Biggio frarss, contre Philippe, ( dd-
faut. )
--. D. Deslandes contre Datus fibs.
Vu I'heare avance le siege est lov.


Pierre, Hugo L Camelo Etienne, G Abichabki, El. S:.6-
phens, Car;o S:phens, H. Stephens.
Le steamer Pr as'dent v
Vcnant de St Thomas, San Juan de
Porto-Rico, Ponce, Sin PRd-o de Macoris,
Santo-Domingo, Azua, Jacruel, Cayes et
J&rmie, sera ic dimanche martin, Ie 13
courant.
I partira dimanche soir pour Jer6mie,
Kir ~.on, Cayes. J-cmel, Santo-Domingo,
San Pedro d-- Micoris, Porce. M-yaguez,
San-Juan dc Porto-Rico et St Thomas.
Le steamer a Schaumburg a
Venant de Hambourg, Grimsby, Aivers,
St Thomar, Sin-Juan de Por'o-Rico,San-
che/., Simrna, Puerro-Plata, M\Inte Cristy
et Cap-IH i: e. sera ici le vend-edi 18
courant.
I' partira prt b.blement vendredi soir
pour S.-MWc, Gona~vc-s, Port-de-Paix, Cap-
litrien. M.n e-Cisry, Puerto-Plata, Szn-
chez, Samana, St Thomas, Le HAvre er
H Lmbourg
Autour de la Toune3
Crye,. to mars 1910, A 4 hr. apr6s-midi
Son E.cellence le Prdsident Simon, con-
formnnnent .on louab e souci de s: ten-
dre ua compete personnel de tout ce qui,
A un tire quelcorque, intbresse le bien
public,a visit bon nombre d'6coles rurales,
Ii n'a pas manque, en loccurence, de por-
ter labonne parole d'encouragement et aux
m ires et aux 61ves II leur a expliqu6
dans. son noble lang.g: h-bituel. combien
ia plus grande ditfuion de I Insttuction
dans ce ditf rentes couches de la sociit6
don't II1 a li hau e direction, est son reve
cher ct un des points essentiels de son pro-
gramme.
Ce martin, il es- descend en ville pour
prdsider le conseil dei secr6taires d'Etat.
La fjule a form hiue sur tout son par-
cours, et 1'enthousiasme des vivats qoi par-
taient de toutes les pottrines, itait A son
paroxysme. Comme oa le constate, Son
Excellence le P.6 lent Simon se multiple.
pour etre A la hauteur de sa ta:he 6minen-
te. Aussi se divoue-t-il avec une vraie ar-
deur aux devoirs de sa delicate mission de
chef supreme de la nation. Sin Excellence
est en bonne santm toujours robuste et agis-
san'e I
Csyes, to Mars, 3 hs. to ms.
L'allegresse continue avec le meme en-
train. Touwes les socie66s ont A cceur de
fe'er grandiosement Son Excellence le Pre-
sident Simon, devenu le Hils cheri de la
Nation haiienne. C'est ainsi que hier soir,
le ThEAtre a La Galtd aa doan6 un concert
incomparable an Chef de IEtat qui y a
lasisa6 avec uoe visible satisfaction. Les
plus hanautes prconnalitdhs amistait. La


Commandant arrondissement
Port-au-Prince.
Vous inform que d'aprs ddpeche rescue
pir min:s re haitiea en Dorninicanie, epi-
de1mie variole n'existe pas en Dominicanie.
ANTOINE SIMON,
Trdsident d'Haiti."
Deces
Est mort A lacmel M nsicar DL.MONI
BEILANDE, d6cid6 le 5 mars, dans sa 44e
annie.

Vous e es pri6 d'assister aux fundrailles de
CHAR IES ANTOINE IiLiO DOLEYRES
deceddi ce martin A onze heree, muni des
sacremenis de I'Eg:ise.
Le convoy partira de la mason iaortuaire,
sise rue du Cen're No 46, pour se rendre
l'Eglise M 6ropolitaine.
Nos condoleances aux families prouvcei.
Hommage des Deputes et Se
nateurs au Pr6sident Simon
Avant-hier, mercredi A j heures de 1'a-
pt-.-midi, sur l'invitation de MM. J. B. N.
Valembrun et J. M. Br6dy, deputies de
Port-au-Prince, P. Pau'ln, president du
Comite permanent du Senat, les d6puo6s
et senateurs presents A la Capitale se sont
r6unis .1 l'HCtel de France.
Le but de la convocation erait de pro-
poser l'erectiou d'an magnifique arc de
triomphe en face du Palais de la Chambre
des deput6s, en hommage au premier ma-
gistrat de la Republique A l'occasion de
son retour A la Capitale. Cette proposition
a et. acceptee avec enthousiame par tous
les inviolables.
Le depute Bailly demand que, pour
rendre la manifestation plus eclatante le lo-
cal de la Chambre soit mis A la disposi-
tion des families des legislateurs qui, se te-
nant an balcon do premier erage, accla-
meraient de leurs ovations le President de
la Rdpublique.
II a eti decide d'ecrire aux deputies et se-
nateurs absents de la capitale,poor les invi-
ter A prendre part A cette eluquente ini-
tiative.
Le Deputy Camille LEon adressa des fe-
licitations au Sdnateur Paulin, et A ses
coll6goes Bredy et Valembrun pour l'ini-
tiative de cette idWe qu'il trouve excellent e
et original. Ce sera, ajoute le depute des
Cayes, une consequence naturelle de ex
pression fiddle de la volonte national si
spontanement consacrde le 17 Dicembre
1908 par l'ilection libre et sympathique
do GEndral Simon A la Prdsidence d'Haiti-
Le Senateur Paulin remercie avec tact
mse collegues qui onut rpondu avec empres-
sement a son appel; 1i y cut ensaite un
expose clair et prdcis deo td BrSdy. I


Un bureau a et6 forms qui n
les cotisations; il est aussi au"
orendre tonres les measures nce
bonne rdussite de la manifestation.
le privoit, sera des plus grandiose
Ce bureau est ainsi form :
Doasek, president ; D6putd Brddy
president ; Deput6 Camille L on A
teur-secritaire ; S-nateurs Paulin, Dq
Lerebours, S. Archer, L. Barbas
iDputes Vrlembrun, Docteur Savaia,g
teur L. Camille, Louis Bazelais,
Bauily, memb:es.
On se s para vers six heares apths
tiressants changes de vues entire l~
Dganes ravi et mis en belle humew,
une r cep ion des p'us chiarmantes.


PAGE D'HISTOIRE



huiIes ellseignemn;


NOTE DEVISE
SUITE ET iN
Htnlenc/ Caesal re (it"i 'st i Cesarr
)itu t q'ui est in Dieu a umrnmandd lei.
\ n .IJsusL
Sains Iambitioa trop over e de Firmia
en ,1)o2,les adversaiie du Gal Nord n'w
raicnipas eu son sep ennat. Sans le utrew
blement de terrc a du i lanvier l9o8wili
n'.uriit pis et m m Imnc e par la Prem
6trangere A prcposde I exdcuaion break
des refugies politques remis par le comB
lat ambricain. AS M.\.rc, .- Monsieur Fr.
der;i Marcelm qui rtconnait des circow.
tances a tenuanies A certain aces da
ral Nord, n'aurait pas :e 36rce deb
en des remce vithdrnns :. t ace inhume
et imnpolitique de I'administration
lIgalement si le reg,.-rtt pod e M'il.
Coicou et ses amis u'avaient pas iancami
jdrement cons ijr coutre le G6dadl
Nord, nous n'aurions pis eu a enregeus
Jans no're histoire dj&J trop maculae i
siturnaies du 15 maria, et bien des officies
militaires qui avaien: obei cet e nuit
ordres de leur chtf ne c-acnt pas aujlo
d hui devant la ju tice repressive pour da
faits d'ordrc politiqre. Q u peut donace.
blier de sitat cc quiserat, arrivE A PetiplW
Deliil-, ccuiateur militaire, A propose dk
:ertains pipiers de la proccd're que Ia'
eol er, Lu-zar avait dttiutts en lesm
an,. -- Tout le m, niJe sa-t qu'il fat mk
au rang des accuses juges sommairemlt
:ecte rr.ce nui', et condamnE come
es autres A la peine de mort,-D'aprisa
lui precede, qui done oserait resister i
rdrec updriemu sans risquer sa propre vi
et qui serait assez niais pour le fire quai
cet acte isolE, (,jui serait un,- sottise ) a'.
p&herait pas pour cela les ev6aemneats do
Stivre itur course ? Et puis celui qui *"
aque le tigre dans son antre ne doit-ilpI
'atcendre A 4tre dtvorE q aand soa dardis
onrte ps ?
Je n'oublierai jamais les paroles ad2
des ei 1j883 au Pr6sident Salomos piN
in dip'omate E.ranger, alors qu'il s'sgiiM
le udlibdrer sur le sort des malbes'm
enfermds MiragoAne, tous pourta1tdli
aiitiens et des hitiens de hau:e valeat.-
II y a one telle divergence de UK
ntre le programme d'un goovernexai
tabli et eelui d'une revolution qui ch
he A le renverser du Pouvoir quae rI
me peut valablement gooverner sans I'
ement de 1'autre.- C'est pourquoi, sCO
inue-t'il, quand one revolution trio~l
lile doit balayer et reciproquement qW
'est le pouvoir 6tabli qui triotapb'
I parait que cette maxinme edait deveW
elle du rEvolutionnaire incorrigible i0
Vwit et le genEral Nord Alexis.- l I
lc, s'il faut s'en rapporter A Mi
Marcelin,-- que I'ancien prEsideor s'M
la fin p6ne1tr du tort que les Ri "
ions ont f.it A son pays, troaUvat--I
ard. hdlas I le principal prdtex'* days
ascension A ce pouvoir que sans F
I n'obtiendrait peat-etre jamais.-
Que Monsieur Charmant, si
cement accuse par Monsieur FirM i"
Roosevelt et la Republique d lL
'avoir patsaugd dans divers tripogsT %
iiques et financiers do pays. e
:harmant, fl priMvilli de la PaFN .
oussant horse do lui cet 8400-
t'il a do ddpomr A Is vile do I V


1





e
c

s

F
d






Ii

e

c

t
e
C
F,











Ii

Si
tU
d














q4


_ ___ __ __ __





I


L


PAUL


a.,- w -- -


m s, SW noUvlle plaint@ coutre
s o&Ie reenif pour strfe ICa-
*"qee If I t melttrait en ccI
i l Cocog-ffe pour paitler Ie
d Louis Joseph lanvier, veulle
C a.i mIe tort qui seait fail t AI
Sj-Munesi Hippol' e, su lieu de
subitement t a sGraDd'rae, avait
Jactel commea sele propoilt.
diah OS pma en ce temps quil atlait
sar la population de Jacmel du
do Mrsier et de ses rasoirs.- Apres
qu.i s on ex amen de conscience
0" s ntiment de justice n est pas
eo lai, ce que je ne veut pas croire,
P diddea volontiers A louer Berrouet
*g,.S psM encouru la disg4ce do son
go alai6ssant surprendre, comt e Bar-
i~"-t5,6 par Mtrisier et ses rawois.
S. fair je'. ohaite qu'avec I' Ira-
a Wgi et Monsieur Charmant re-
t les progre'ssste comMrentient dfi-
t que cente maxime est vraie
ig's l. temps : Tout people a le
entqu'il mntite-"' u'i et plus
le aux progris d'un tat de sup-
paticmment memem ui m Uv.is Goo-
ent si pour le renverser, on doit
les jeanes inelligeoces. deprimer
conscience des adult es, pervertir It
et su;citer les aopetits malsains. II
evident que le chef d'Ett le plus des-
ioe d'mns'inct comprimerait en lui-
ses mauvaisesdispositions si des im-
des, des ambiicux ne ven2ient de
ps en temps l'obliger A se dvir.
Car 1oot incendie s'6teint faute de cons-
bauib'es et quand le feu couve sons la
coudre il es' parfois dangereux de sooffler
dsMas --- De m ne il eut artiver qu'a u
pvuple turbulent entrAine i des actes re-
pattibles 'e ch f d'E at Ie plus pacifique.
Si du fit que toute au'ori t6 vient de
Dies, le people est astreint a respecter le
pMvoir dirig-int et constitutionnel, il
fit convenir que d'imphrieux devoirs in-
mbent egalement & i'autoritd ; parce que
ft soiveot, le people prend pour mo-
dies ceux qui le gouvernement. L'his-
Mire est pleine d'enseigoements. Clsar,
pir se depredations a entraind la chu'e de
rlpire remain --- Clovis se faith baptiser
son arme avec lui courbe la 'ite de-
iat les mains binissantes de S" Rimi et
de ce biptis are de Reims, c'est la France
Sse relevera chrit enoe avec I':pde au
pour difendre la foi qu'affi'ment en
a main Charlemagre et St-Louis.--- II
fast respecter le Pouvoir.--- Prince on
people, individu on collectivist, le Sou-
"rain tient la place du Mitre universal
t tant qoil n'exige rien de contraire azx
is divines, Dieu, lui-mame. pare et par-
di0e, veut qje nous lui obkissions -
li parfois ceux qui government onu-
bliet soovent la mission essentiellement
edoonatrice de I'au orit6,--- les abas, les
acs de pouvoir ne justifient jamais les ex-
ti qu'dI fiat commeutre pour le renverser.
Neie quandle mal apris des proportions
embitantes, lorsque tout semble perdu, il
Mle toujours un moyen de tdmoigner son
dioe.ement i la Patrie qui se meurt. La
pdence chr6tienne apprend a cherqher le
sidt dans les actions mdritoi-es et d'ins-
tonas pribres aupr6s de Dieu.--- Pdnd-
tiom.-.ous done de espritt chrdtien si sin-
*iunUt nous voulons Ltre simds et res-
.I et si nous tenons efficacement a
I Mre la constitution qui est place
INS Ie patriotisme de chacun de noans.


2 Mars 1910.

VIENT D'ARRIVER
r Dans un Reve 3
D6licieuse Valse Lente du d6licat
artiste
Ludovic LAMOTHE
Nouvel arrivage d'exemplaires des
oeuvres dbjA ddit6es :
Angle Valse Lente
Papillons noirs --- Valse Lente
Caprice, gavotte--Pas de Patineurs,
f P. 3 chaque composition.
S'adresser toujours a V. MANGONIS
93 Rue du Magasin de l'Etat,
Port-an Prince, Haiti.


suns 1 resse, en France mnplnt P nn n
* De 1'Organi motion jud'otiaire LEJUplU II. .oU .UUU| Phlisique pendant plus d
on HaWitb t s
1 VOL. D'ENVIRON 350 PAG-S IN 80 Le Dpartement des Finances et du 2, >,)
Commerce invite les Soucripteurs A
PAR I Emprunt du 20 Aout 1909 de Deux f -
JOSEPH JUSTIN, AVOCAT millions cinq cent mille gourdes P. 2.
Directeur de rEcole Nationals de Droi 500.000 A se presenter, A partir de
de Port au-Prince. lundi li Mars courant, anx bureaux ,
Pour lea Souscripteurs. de la Commission charge d'investi-
Prix" hr-heP 4 ,., P guer -ur les operations du dit Em- "
Prix : broch6 4, cartonnd P. 5. prunt ot sirgeant A I Hotel de la Re- '
( Extrait de I'Introduction ) cette et de Ia D6pense.
Personne de caux qui 6tudient le 18 soot prids de soumettre A I'exa-
droit no doute aujourd hui de la nd- men de la Commission les bons 4mis -
cessit4 urgent avec laquelle a'impo- No 1 au No 70 formant le premier
so aux pouvoirs publics, une refonte versement. Cot home fut sauve
g6ndrale de notre lIgislation. Port-au Prince, 10 Mars 1910.
...L'ouvrage que nous pr4sentons Conformmnt LEMULSIUN
ici au public est une contribution & An)- or-m ent A leavis ci dessus du
cette oeuvre de former g6n6rale.Nous )partement des Finances et du Com-
y avons trait de I'organisation judi-, merce, lI Commission avise les soas-
caire civil, en laisorgant de cot6 'or-cripteurs qu'elle se tent At leur dispo- I y avait plus dun a
ganisation judiciaire criminelle... I Sition tous les JOurs de 10 lieures a j'avais perdu la sant6; je n
C'ea t I'tude, en ases drtaimin de la mdii, samedi except vais plus digrer les alime
C'e- t---tude, en ses'd.tails..do.-a nourriture i-e repugnant, j
loi organique de 1835 et des lois ad- Port-au-Prince, 10 Mars 1910. mais mal, le woire r-ep net
ditionnelles qui s'y rattachent avec ..-.- fatiguait, mon pods dir
leurs dispositions obscures. O i d'une faqon alarmante et 1
Nous avons successivement parl, Iu uelmaniae ma sante en gc-.r .il donna
en faisant appel A I'histoire, des juri- A louer ou aeheter une tmison A aux apprelhelsiolns les pl
dictions ordinaires et extraordinaires; Turgeau, Bois-Vern;a ou Lalue. rieuses
du r6glement et de la police des an-, Inormez le i Matin .. Vous juger-.' quel Fit nm
diences ; du minist6re public; des sespoir quand deux mcdec-i
officers ministdriels ; de la procedure tingues ine dg-.. I-r rent att
commercial ; de 1'assis ance judi- A vendre Phtisie pulr.Ae
Nous n'avons pas manqu4, chemin Bonne grosse malle stran gre de Fuertes i'alua. un
faisant, de signaler les rdformes in- o. pout familI es. qt u par l" r 'c ;i ojo:
troduites dans certaines l6gislations S'adresser au Matin .. IIom.eu c.., ; (- 1..
dtrangeres--et cells qui pourraient .-- -' -. --.-- de M "= e -, 'C .
convenir A la n6're. un exam i or (.. a)t'
Nous ne nous sommes pas born4 A I EMULslc trt,
.aines de boutcr(. un s.che reproduction de texts. merveilleu\ t p o.ot
Nous avons, sans preference, adop- me guc rir c:.i:. te::icit.
t lI'exposd doctrinal et synthAtique Le sis Prins W\ .em V venant de
ainsi que la m6thode exdgdtique, se-de i'Europe et des poor's du Sud est MAXIMO NUNEZ
lo'h que l'interprdtation des textes iattendu i-i dimanele 13 couranrit et
offre plus ou moins de difficult. artira le ime jour pour Sant-Ma Plato, Colombia.
Dans un appendice sont renfermds t Ne -Yo k.
quelques ods modificatives du Code ort-au-Prince, 8 Mirs 1910. scoTr a & BOWN.. Cuistes. N.w York
des articles 77 83 de la Constitu-
tion de 1889.
Cot ouvrage, tel qu il est consu est
appelA A rendre de trbs grands ser- O 1
vices A tous ceux qui, A un titre quel- J
conque, s'iotdressent aux choses de
la Justice.
Pribre de s'adresser A la Direction Rue du Magasin de 'Etat
de I'Ecole Nationale de Droit, 16 rue
Capois. VTD ]FE


in que
e pou-
:nts, la
je dor-
ort me
ninuait
etat dc
ait lieu
us se-
ion dc-
ns dis
einl dr

r C r los
n, font
c 1 ulte
a i'res
.-..JiC
ti\ t 1.l -
rcri-,de


Les marchandises frane:iises suivantes nouvellement rE. uts
Bas. Chaussettes. Vestons. Gilets. Crav tes ( ,vali, .. -gates,
Noeads). Chemises. Faux colq blanks et fantai-.,. (Gi!ets -le flanelle. -
Plastron. Boas. Mitaines. Gants. B6rets. Criapaux .eari-'.irt. -
Capotes. Charlottes. Capelines. CUsquette3.-Vuolettos. I;ch:arpes -
CeintureR pour femmes. Fil co*on perld. Fil fusea.u. Fl /-4phir. ia-
cots. Peignes. -Corsets. liubans liberty. Parfunerii. Appareils de
Photographie. Sallieres. Verres. Carafes pour tairr. glicer I'eau.-Ssr-
vices a liqueur. Plateaux mdtal. Sucriert. Cafetiires Hluiliers -
Chandeliers. Carafes. Cimpotiers. Services A caft. Botons. -- Fer-
moirs jupe. Balayeuses. Soutaches. Franges noires. Etoffas pour
hommes et poor femmes.-Bazin. Cola guipures.-Cols plissds couleur pour
femmes.


American Bar
&


Ian Atlas

L e vapeur l" Sibiria partira de-
ma matin 12 courant, a 10 heu-
r inton, Colon, Port ]Limon
i 36ew-York, prenant la malle,frkt
SPuMaguers .
*
*


1. mall pour I'Etranger (viA
to) fermera i la post sa-
Soumnt, a 9 heures pr6-
Jlamuatin.
S F. HERRMANN t& Co.
Ago*.


P. C.


S.


AVIS IMPORTANT
Mesaieurs lee Actionnaires du la Com-
pagnie de Chemiso do For do la
Plains du Cul do Sac sont convoqudm
an Assembly G6ndralo eo joudi, 21
avril proch'in, A 11 here dua martin,
as SiAge Social, sis an Champ do
Mars, No 56.
ORDRS DU JOUR
f* Rp. da Conseil d'Administration
2 Predntation dos Compteo
3* Renouvllemont du ConselI
41 Divers.


Port-au-Prince, 1* 7 Mars.
Ls Pr 4esAU
H& 'CTAUDOf


ICE-CREAM
PLACE GEFFRARD A c6td de


Sandwichs


PARLOR
la PHARMACIE W. BUCH


& 30 cts. toute la journ6e, servis immediatement.


Cr6me A la Glace A partir de 3 heures aprns-midi.
B'1re Ala pression et boateilles bien frappdes

Avendre & I'american Bar :
MACHINES A ECRIRE Oliver Standard visible or P- 75, ddjA vendu
2 dooz. en hait mois.
U. S. ARMY KHAKY, Ingersoll montres en bolte pour bureau ou table
de nuit, boutons pour chemises et manches, faucols, G. 10, --- la douz.,
bretelles ( President suspenders ) G 5. --- la paire, padjamas. Colgate's
having stick, note-books. Waterman's plumes & reseavoire, collection su-
serbe de or P. 2 50 A or P. 8. -, Crayons a reservoir, derniere nouveautd
. 5.-- Eqcre sp6ciale pour oes plumes et crayons. -- Cigares et cigarettes.


Via do Moslle, par verre :


G. o,8o.


I


-- II Ir


m9mm~m


I'un an











par

OTT
I


k


r~P~"






Les Cigares du
Centenaire
'e fument un peu partout dans la
Republique.
()n l-.s pent acbeter :
PORT-AU-PRINCE, --- 25 Rue des
Miracles, 51 Rue Roux.
A .IACMEL,--- Chez Hugo Jensen.
AUX CAYES.--- Chez P. N. Neptnne.
AUX O(;NAIVES.--- Chez Montam.
A C.'ANSE-i'IIAINAULT,--- Chez Ar-
thlir i)rouin, Pi:ird Youance.
I)AME MARIE.- Chez Vve IHarmoni
l}r itr, F'ernanmltz et ailleurs.
AIX\ IRAlAAD)KS -- Chez Clo o-
nir Io~nia..
All CAP-IIAITIEN, --- CIez O.ivina
St-Anlte.
PETIT-GOAVE, Mr Robert War
(HRAN I-(GOAVE, --- Mme N oc!sa
1m- lfeve..
PORT-l)E-lPAIX, -- Marielle Augusle.
A SAINT-MARC . .
A .1 lRIE:MIE, Dans tous les coins de
la Villo.
li .i lbriq'ue %erait hviureu-e dl'avoir
*,!. .g ,t..s dlans lea locality's o'i elle n'et
p-,'d eni oie repr~sentde.
Toutu i.'eommandation avec s6rieuse
e' b rmue rof6rence sera appr6ci6e.
EUGEN: IPRIN,
LA
Cordonnerie Nouvelle

C. B. PETOIA
GRAND'RUE 143.
Avise sa niumbreuse clientele qu'el-
le vieut de recevoir. par dernier ba-
teu w. ione forte quantity de marchan-'
d 'se.s ot de fournitures do touted frat
c iour et de toute beauty, importdes
d France, d Allemague et des Etats-
Uais.
Le public el1gant, curieux de so
i9on chauss-r, y trouvera les peaux
l*s plu, solies et aux nuances lea
plus vuriAes les forms les plus belles
et loes plus approprides.
On 1 a qu a venir crez G.B. P" TOIA
Sour tre assure d'etre chaussA sui-
Slu? les moilloures lois du confort et
,-i la nmode. Spe6ialitis pour dames.
Giand Stok do chaussurps ;
Peaux, eirag-s, formes, fournitures
et miattriaux div,'rs pour cordonne-
Jie On trouvera tout ce qu'il faut, aux
prix les plus- moddr6s, A
IA (. I)DONNERI NOUVELLE
14',GRAND'RUE 143,
-- -ll I I
On trouvera
do iii llt-it' Cirages pour tous sou-
iieis A I4 in imrtiacture de chaussures
G. CO1)DASCO.

Manufacture


de Tabacs


S. T. L.


EN VENTE
Le Scaferlati Sp6cial
tris apprecic des fumeurs
,*I cts. le paquet
IDtpot PLACE GEFFRARD
*- -- -- IIII li-- --_-- -- II
VIENT DE PARAITRE
l'Annuaire
DE
Legislation Haitienne
Contenant les D*CRETS, Lois, ARa -
T&S. CONTRATS do l'ann6e 1909.
En vente a DEux GOURDES au Cabi-
net de Me Etienne Mathon, avocat, 87,
Rue du Centre,
On y trouvera aussi an mAme prix
leo livraiaons de 1904, 1905, 1906, 1907,
1908.

6tel Bellevue-
Le mieux situ6, le plus coa-
fortable.- Champ-de-Mars.-
C msine renommee.- Vue our la mar.


Entreprise


D'EAUX GAZEUSES


Fond6e en 1899


21, Rue F6rou, 21.
Ginger Kola
Kola-Champagne
Soda-Water
Siphons
Sirops
Liqueurs
Bitter
cm


'S-'[Le dUMcie i; bis in. do Ir -isq I ii torlusi~ LUIII'jU~ '~L 11.ItsIIL9'
"el 3'irexUiSe, li L n I I PA -44 -Ab',3 -It Co It ri 1)i0 A for rn-r 1'i [I'oovnr a bI ab
CAtrd-i(-;h~ssomfl it (13-i c~i-n it-i tropi-,avc. in ~rita bierison titre 4, ROY-AA. p.


Agence G
AU MAGASIN


6n6rale et D6p6t :
DE LA MIfTROPOLE


MAISON JULES LAVILLE


93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
V-.us le troi:va-ez. n outre chez:


PORT-AU-PRIN JE.


Xndr6 Faubrt rue Roux a I'Epicerie Ndrette Grand'rue (en face
Piharmaio A e<. Roberts dio Ia station central des pompiers.)
Madame E Dreyfais do a I'Epicerie C.Lundi rue des fronts-forts
I'Epicerie H. Corvington rue FJrouI au Magasin E. Dreyfus do
EN PROVINCE


F. Chdriez


Petit-Goave.
Mine Gerard Bartels


J. R. Montasse
Jdrdmie.


Pharmacie W.


Place


Gonaives


Buch


de la Paix


Fx(cution prompt ot soignAe des ordonnances.
Analyses scientitiques et techniques.
"Analyses dos ininerais d'or, argent, cuivre et autres
m6thode ambricaine ( fire essay ).


Fabrication d'Eaux


mttaax d'aprbs a


gazeuses, strops et v6ritableKola


Champagne A P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros


Propri6taire :


et en d6tail
Buch


Pharmacien dipl6mn allemand
D6p6t de Kola-Champagne
A.nx Gcnaives : Madame P. Laraque
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Patit-GoAv' : Hermann Peimbold & Co


CHANGEMENT D'AD
Monsieur App. Clp
Porte A la connaissance de
breux clients quo sa maison jj
r6publicaine No 155 sera trat;iog
partir du ler Avril au NO 8 s
m6me rue, en face de a bola
rie du progrbs, a c6td de la
Webly Pressoir.
Ile trouveront come par Is
les excellent vins rouge et b6l-
la maison Bouble frbres do
Oporto, Malaga, Muscat, V
Cognac et Champagne doe l
maison.-Liqueurs assorties et
Conserves, Beurre de table
quality extra par botte d'ane 1HMj
demie livre.-Provisions amridl
- Huile d'Olive et Vinaigre.

CHAPELLERIE
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOURIZ CHIZ


FI BRIQUE DE CHAPEAUI
PLACE GEFFRARD
SALON DE COIFFURE LU LouVm
Pour tous les goits et pour tota
les bourses.

Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ

JAIME TESTAR
Le cbapelier remarquable,
tageusement connu,fait savoir am
blic on g6n6ral et A sa no
cliontble qu'll vient do transMrg
FABRIOUK DE CHAPIAUI
(L'ANCIENNI MASON DU LOvUM
I DR LA PLAcu GEPRARD A U
GRAND'RUE OU RIPUBUL
No 149. En face do la Peak
Le novel 6tablissement eut d
vert sons le nom do la flour
1'Amerique
II promet soin et prompttll
comma toujours.
MAISON DE CONFIANHC
148 GRAND'RUE
Mr Joseph St.-Cloud,
LE TAILLEUR si bien conDn dl6
Rdpubliqae, avise ses nombreox Ua
ENTS qu'il vient de recevoir plw
derniers Steamers une Vari6t6 d'r
fes de : Diagonale, Casimir,
Cheviote, Drap vert et bleo
rdelle superiority.
COUPE MODERNE !
PROMPTITUDE I SOLIDITY I
L'6tablissement se recommanade
clients lea plus d6licats qui
cient chaque jour davantage I
do son travail.
Demandez chez Joseph Saint-Clj
Restaurateur de la Santi et des CaiA
Itses Illustrdes.


A


NOUVEAU TRAITEMENT
AFFECTIONS
de a GORGE
du LARYNX .
et den
BRANCHES
Capsules Bro
de oB .-Lrvna itc


ROYAL Kola Champagne Feiberto Gonzales
.... .. .. ...... .. ..... ........ JOSE SA N MILLAN


NO ---- -- -- mm


I