<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00867
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 7, 1910
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00867

Full Text

gNIn m I sAnn". RW 885


P ort-au-Prnnce, Haiti


Lundi, 7 Mars 1910


AWUUEUEUTS


-Sn

3*-I

Srs~OI .


0


UN Mon .. G. 2.00
TaoS Moss... 5 00
Ux MIos .,. G. 2.20
Taos Moso. 6.00
IadOMols. 8.00


DgucTUR-FoxDAT3UR


6'


J


OUOTIDIEN


LE -NUMPR0 -CENTIMES
.,5.
u ,'it. it ,r, ou non ne ser~u

\AiOSN-.\OMINlSTRATTON



Aiti-tlar Isidore


ADMINISTRATEUR


ai r Tho as Mad o coulurs brilliant et chatoyantes qui d'FI itj fin nAo0 montrait pas dispo-
ss5C r Th/om as a tdo captivent l'imagination. Li croix pas l |e fair,.*
torale en main, beau de cette beaut En ddfinltive, M0ion Pa.s fortun,
X Mdrelne et grasie dd I'homme don't les .qinistrds mao. At nakrr do f-amia*.ne
Sjurs coolent doucement entire un man- donna oas oa d6minQlon et Mgr Tes-
Premier MiniStere dement a dcriro et une A-ni A saliver, tad Drn Ctqner omerin danl "or'
assez artiste pour mettre dans 'Fun ou diocftp. c Jo me d'ci-ai. dit Madiou.
i'autra oeuvre, toaute l'61ggance et Ie ti- A latter contrae es tenplances domina-
ni de l'intelligeace et de I'daucation, la tr;ces et funoats ,danw I'inthrAt de moa
(2 Avril 1866 2 Mars 1867 ) dextre tonujoirs prt'e A d6crire one da pa nAt parceau'elles nuisaient A lit
cos bndolictions calmes et majestuao- religion catholique dans l'esprit do
sea sons le quelles on e courbe tout pruple : A pecn n's'iraiant dt6 quo ri-
Nous avona vai qua Thomas Madion, tissements, les consaeils n'ont pa' 3er'.i; en admirant lear ga;:e et leur al- dicules si la chef di l'Etat neo les avail
do retour d'Epagne d'ou il venait de il faut agir. Chacun le compren~-t ci "tt- sance, la voix hlgerement voilhe, mais paq ontenn-. &
passer trois ann6es, en quality de Mi- tendaitces venementsqu'on sentitdans acqudrant ici, dans cette foule recueil- aDe son c1t4%, 'Arch', que, tans se0
aistra-Rasident do la Ripublique d'H:i- I'air et qui devaient rompre ce silence lie, un charm nouveau, le regard luI- an'retion. L)articulior<. avec le Pr6si-
i, 6tait ar-iv6 & Port-au-Prince le 16 fidvreux, avant-coureur terrible e -e: e'- mineux, la d6marlhc lente sans at'c- ,tent. travai'llit l'e.irit do c lui ci con
Janvier 18W6 L% soir m6me de ce jour, itastroohei politiques. v ( F. Mreli:;, tatioo, mresuare sns raidrt. Mornei- trn M.alio,,: puis q'e mil Madion, met
Use rendit au Palais National presenter Due.!Hip. p 207 ). goaeur Tastar du C)-,aer 6t.eit le tvpy tint A a ,'xti,-it nd i.l-so 'li il'i dtai
ses devoirs au Chef de l'Etat et la fa-' Enfin. on se trouvait en prso'ri'e de parfait du pr4tre loqu nt tel quo lei ,l'.-re, lit iwchter pir I'Etat a Phtion
mille pr6sidentiolle. lasituationconnue etindvitableoft abou- gens du monde airnetut le sencrntrer. vi' ,p un vacte te'r1ri, h;i arruo,
Trois jours aprbs, la comit6 permi- tit I'absolutisme militaire a chq sot. 11 faiiait l'ellet d'ti beai I vre Iichpt- rour y b:tir un graul I il chtrcha
Mst do S6oat lai transmit ie message de marque, quand lea entouti so mient r.-li6. richement dc it sur.oit,. et ci'Agori(f',nm.nt ;1 '1 ,e *,vr.er. lanw
duSinat en date du 26 juillet 1867 par gorg6s et le pays afTam6. tdont chaq,:e rag" oiqu-, vivnment la lie beau liscouri q l'it prounna a I4
Isquel (le Grand Corpsa l'inlormait qu il Ce fat ace momen'-'A, que a vi quti i curiositt6, IF. Marcelin, io) cit.. distribu ,ion de4 rwix ld'i Lvc;e na-
Wait 6t6 nomm6 Sd6ateur de la Rdp.4- y avait lieu da compl6ter le conseil de't Tel 6tait I'bommro que M'diou allait tional. on dhcommb e, Madiou s'exprimn(
bique en replacement du adnateur Secr6taires d'Etat j, ie Prd.pitent d'llai- avoir A combttre. E- le puilat exor1 tit an1i A l'61, r. de r oi p'oet : o Not
Trouillot. ti nomma Thomas Madiou, secretaire une inllterce considerable sur lo Prd- Ivdes,institutio,. s ic( d0ires, no sont
Comme on 6tait encore loin de l'ou- d'Etat de l'Iastruction Pablique et de Bsident, Mrm et MI'es Getlrard. A. biendire, que -s a eit-ruats ; ils n'1
votare de la osesioa l1gislative.Madiou, cultes ('2 avril.) Ce fut vainemeat quake le Secr6taire rempli.4ant pas comulatemoen le but
di toate sa vie ne soogea qu'A son Comnme les bommes distinga6, 1es d'Etat des Cultes, an nom du G-auvernp- quea 1 Gonvernemrnt;t so propose d'at
C. toire d'llaiti, saisit sa bonne plume predecesseurs, comma les liomme. di mentessayad'obtenir qae l'Archevque t-indre. Pour que l'lV'e soit gara.tit
d'historien et so remit au travail. tingads sei successeurs. Madiou ne de- lui toumit conformAment a la loi sur t'itre lIe diitrac'ioi.s .oit mon i!
vait pas tarder a connaitre les avani,-s les fabriqi-s, le tarif r4glant le ec.uel, rotor qu'il pui)sso si r.ucueillir an ,aein
LeI9 mars 6lata an des plus for- quae le Mdtre et lea eatours s:vent si les fraik d'inhlumatioi etc. Au St'nat, doe l'tude, I. gyovernAment a le pro
midables incendies qui aient ravage bien abreuverquiconqueaccepte A jour l'Arcbev.tu. fut vio'emmen' attaint, Jol d1, fonler I'au rochain un graud
Port-au-Prince l'incendie dit a John Ie r61e de cinqidme roue dans le m6- A I'occision de c tarif qu'il r.a do (u- int-rnat PA 'tionvil'e ou seront r6uOni
Hepburn s qui d6truisit le quarter de canisme di syxi me nait pas parcequ'il exploitait les fiddles i -'Is n!fit' t .te* I la place Gffrard et la parties centrals Immediatement apres sa nomination. par les sacrements, lea messes et los !csi dpartminents le it Itpubliqua....
de la vil e. La maison de Madiou qui il essaya de fair adopter par le Prd- enterrements, allait oa jusqu'A prof&- C(la na fai'ait vas du tout I'allaira
6tait sitd6e dans la rue Pav6e, ( AI'en- sident qui d'ailleurs pensait comme rer. C'dtait la belle 6poque des vo'tqi- ,13 Mgr Testard: D Cosquor qui dd-
droit oi se trouve anjourd'hai la mai- lui -- un project modificatif de la consti- riens et ds francs-rna -ms et le S ;. cla-ra A Madioua u'il convierltrait miouL
son oui fat tu6 Maxi Momplaisir ) fat tution, accordant aux hommes de tout nat en foisonnait. MNidioa dut d6feoo-! 'o les fon I- d-stia:(s A I'ddification
eoaaume sans quoe I'historien e t en tes les races et de toutes les couleur4 dre l'Archeveque, parci que le Pr(si- de cat Itabijesimont fussent employs*
1e temps de rien saver. la jouissance des droits civils et poli- dent le soutenait. a Je l'ai d&fendu an a fortitier son peti Srminaire. a Jo lai
4 Dans Ie sinistre, dit Madion, je per- ques A condition qa'ils se fissent natu- Sdnat, dit-il, autant clu'il 6tait possible repondis, dfrit Maliou, quake je voulail,
di ma propridt6 ruae du Port, la con- raliser hiltiens. C'6tait, ajoute I nou- de le fair, tout en d6clarant qua s'i ivjir un lyeo hlai(ue auquel il n'anu-
tinuation de mon histoire d'Halti de veau ministry, le soul point do ddpai t no me soumettait pis dans la huitaine rait rion A voir. Sa tAndance, conti-
808 1838, en manuscrit, tons mes solid pour parvenir A des amdliora- le tarif qu'il m'avait promii, je met- nae Malioun, tait d1 s'emparer do Ia
documents historiques jusqu'en ddcam- tions morales et matdrielles.* trais en vigueur l'ancien tarif doe 1SO.s haute direction de l'lastrnction Publi-
le 1865, at enfin presque tout ce que C'eat la une ve touted intellectuelle. Dans la huitaine. I'Archav6que no que, en s'dfforcant de porter sle go-
J 0os86dais.. Le salt da people est dans sa consti- l.n somit rien d'i tout. Alors Madion vernementa n avoir que des 6tabliase.
aauvre cher grand home I c'est ce tution social et non dans des midan remit .n ig rancion ments decldsiastipues.t
travail quae plus tard, il a oeu le courage ges de races. Tant vaut l'orranisme e .r la resistance da Pr6si ent. Pendant tous ces demee6s entire Ma.
de r6crire tout entier-puisque dans I'a- social, tant vant le people. E oigtutz g ',lArchesac dit Md4o,. e pt diou et Mgr Du Cosquer, des mouve-
vtnt-propos du volumed'Histoire d'Hat- les haitiens et transportez sur le sol a Archv-qu,, dit Midio., se plain- mentsinsurrectionnels6clatant aux Go-
U 1843-1846, public par les h6ritters d'Haiti une fraction do people le plus oita _qu .oulat .entendre quoed n naives, lHinche &Saint-Marc,avaient af-
MKdou en 1904, il eat annoocd quo admirable de l'anivers, les aglais, et Sava s 4anorqpme nt d- faibli advantage encore le government
SPartie manascrite de 'Ceuvre qui va qu'ils so mettent A mener on tot note Sdent. Pus arr ratrait d dontlasituation financibre dtaittr6bprd-
o 1800 a 1843 a 6t6 d6pos6& en rance genre d'existence, et vous verrez le vice, IP6-en uAr,'e ancairle, comma il arrive to" ou"r, par
per Madio laui-m6mo en 1878. le vol, le monsonge fleurir commvie, ci- omjoetemept arc an mingulier hazard, saprs chaqae sai-
o 0 a-1i mm'clI Serdire tat des Cultes, pour- ,n~ e do si- ou d o .. solo le
mettons on passant le voea f ur le devant et le pays continue A so ddbat- ra dissoudr .le consell do fabriq e. v ge. de aix ou de trola ans, selon
plhtonusme dqael soas no nous fai- tre dans le meme gichis. Laermanso rchl ai e da mandate prtidentiel.
acnae illusion que Ia publica- Aussi Madio n a-t-il quite pour demand d lArchevque tart Le 12 Soeptembre out lieu lexplosiom
Sde ct momentale s laisMdr 1 le remade pakril d a'l so coatirre A lat i (n viguoer sur les de l'Arsenal. La mason Paul quahabl-
Spla tt et contnons a expo- goait IA appliquer au a al d'Haiti qui ab see et le Prsident avait so grand ait dep.ispea Madion..fat renvere
w la vie de Madion. no data pas d'avnst-hi r at 'occprq tort d accorder cette demanded. Madiou en parties. L'infortand ministry fat gra.-
Aprs l'lamcdl da 19 mars, Madion plut6t, aen a quaitd di Secrdtaire dP'E- s.montra forms, i contresigna Pas cement contsiona et Pon retir.a
ra avec sa famille doan es ro- tat des Cultes, A latter contre le plus 'Adrr6td. Apr6squoi, il y eut one tri6ve. d6combres, grifwment bless, sa Gl-
S retire ade Ca famslIlo dana ro- tatlde etles, p luter control t pluts Ele na dura Das l.rto ms. Car bion- le C!are et son fils Christian qul per.
Alphoms Mirambeau, son pa- Mgr Testar du Cosquer,le premier Ar- ttca Dae Eta ur liit rre S dt urne oreilleodansrce sinister .
.d o Pr -ie A a -.r6ta.re .d'Etat pme r leui demandedr quo Lei IJour.a ladiourall& haid tt
- ._ ce mome-, I ouvornement cheus doePort-au-Prince. A la Ca- ln eginsitutour protestants ,.ssOnt dana Ia roe des Fronts-Forts one pro.
mar pour la chute. ILe pointro do accourait comaeanspectacle. L'd- navoys des dtabl.smentd'intruc- pridid quo li lo Io s Prdsdent Get.
ml'ezgtmo sisal : aAprs glie iatit pleino do richs" toilettes...iesPu frard.an.priz do millsgord.p
a, eAP ,U At singrandr t l6po aea o dqelrIcoes dEuro pe A cette demands exhorbitanto, cot. mi r C'6dtalt one moon trdi sro
ds.. Pys1. L^e jo~ta ina- commeonalet a a'implantAr dans le Strairs Ia costtatiom, Madlou no r4- dit Madlou.
Wtes pdipinsPlus do 4bats, pays, ot le1 ch ddtr6naient le Ppondit am6m p Comma lneendie d t19 Mars, 'Ie-
dnioS8les, eor qlastions madras si originalet ai coquet, o !e a Nos rapport., dit MadioM talent ploion d 2 Soptembre fat epoliti
PSb I Commoe a mot d'ordre chAles de I'd e at de soie cidaient la deoe t Iis desd ; ceao situation que
: h ereefemalt dams son place anz largest mateu. mme a await asmer uoa ds ddmis- Cbaqu people revendique ses drait
9 St ma pemI i. A quoi qaand U pruraa thoer ano question tldos do Ser4t ef d'k d l Caltms oa ma hfaon.
-4 Auall bistrei, auand prememat thdeloliq, le savaat prdlat per h deeme doen r@I aIti- jsg I1Ur qolque part dams soe II.
SI' a I iniwefLsaver- vait evwdloppera d ORts jn de cM *to tat PM pw I PFtdet wre, qu'o sut jamal omeM


___ I_ ____ _~~____~ ___ ___


:V- ftAcm '- -1 -


C


*


- ,4q J J JJ ,.4J P"4kdt4bgl t







rirent fen leo poudres accumuldes &
Arsenal, Thomas Madion qui a payd
pour le savoir, s'exprime ainai :
Je suis toujoura demeord convairn-
cu qu4 la malveillarce avait mia le fen
A l'Ar.enal. Plum de quioz joours avant
I'txplosion on di-ait quoe I'Arsenal tau-
terait. P
On f. it de la ariolifiq' es comme on

L .>I,( I. uni voile... 0 corner 0 n di'
apr F KRNANI, llllMEFIl'iT.


BOITE AUX LET FRES



t(-ni tii< .1 l > i ir i n:in
i |'n I itl I'rinl c
II:nti


MN


I'ont-au-Pa ir.-cc, I.- 7,Nlarmz 1910

Directeur-I'ondateotr du jourcdl


Le t NMatiu z
En Ville.
.\Ion-iear !e I)irecteur,
L- to Nouv-la.- Ic), daw; wln-iurinlr o
du ,ir-11r.I .7ni~rs coutrrint, ;A eru boll
Ie a N w 'Yo 1, iIer;aihl n len-1i rt :'uA I -h
C-1441 I-1 1, Ili~-11'(m; iC e a vi s it dnta icr
do Pr~sitdent (acdrcoi -A f ii- e pa ira i-
Ire ties dilhjpidaliuii-;et (1-!s voiM 'ans
less Finuaiwo-4 nautioiraIs.
Pen6tre- des sewi; mi-itt, ii- i:irtialitd
qui vous onI~t oujour-4 -uliiOhal' ae fois
fle o j4 .u zt, a 4:t jutt-aicins
Coluuc is t it i.. IV-, ubli'iue 1) n i icaine,
j- W1. po*tl.- -I.- 'bI rw lr pour
vous d, rukr~dt r I'in-e t oii d r-,~ votre
*npi itt p rraI Iiidoct his lge jl uout
pot' r ble't do ru'ul-r It ttiouvel aedtfi f-
ii~iat j dutci a~I le ic j U (,gl Ne\ -
Yorl ai s.
1% (od~i ~y -, d ut le., progd ;-s s uit
li'bit) mr eo t-.-; illI4110,(s el pi ~ rt4i -crln I
ii 118 SAUa ait y awo~r d-9 dil i IdatjOt),
jparce quo le systuma de dt djol ,i on

r~o cIsp io aa a[rr ivit'.4Ij :1U


ge'r, comnias Iti ji uonlt l&-s tit%.- nom-
I'Iitt~'sa' j 'ida rc. i s ties
p-.gng.~~ pu-.' itaet...I, suifi de
jeter un coup Itlill sur le m-'m -1i's
%1 i. tti,1e tl .I I to b'e-t. V I ai.-qu 'z
a ada'es-46 au Ir6sitl2it (at;i~res t- ur
1'etat tdvs !'lnau~es Iouni.it.oeino-' p or
N, VA.CI 1)iv.1 t0 ilidWmolit (1 10 Itt, cvu-
y.jma qui Laj-p tr~et3 a-' d'ord o. a iiut -
tie rt 11.4 p ()hit6 datis I adin niiitraliogi
d s tes 4) -'ces do son Pays privftsSe Is
pia.4 giatid rtipevt pour le!.,deuiers
i~t~lt- A o ne saharit toltir.,r le moin-
t u I'd ..oi tire niit p 1lus oljrregu'a
rit6. ILo souci do Ia v~ari *I nous ob'ige
~A d.&.Liro-r que ,04j-, I'Iajl~ila et iutt~gra
dirtwliutia ce Ministre patriote, les
finances de notre pay4 out ae-luis une
trospdrite at uue rae'gularit6 jusqu~alors
sans example.
Et coest pourquci, aiinplem'_nt dans
le but lid remplur le slevoir quo nous
avoats .i" no' pas 1,isser circular de faus-
asos nouvelles, (joe nous nous d~cidons A
rAluter los anfaw e s do reporter tNt\w.
York Iherald 9A ~Puerto-Plata, convain-
cuK quo nouua soinzus quo ni les d6sirs
do co journ I ni aeux des autres fn.
nemi' do Is R16pub iqjo D )minicaine
jilo pouiront arid Ar sels progr~s ni em-
1pifher que Ba prospdri'6 continue A
grandir.
Coast avec ces sentimf nts otisa con-
vict ion qaeie People Ilaltien'd6sire sou-
lement Is bien do la nation-scouar quo je
solliciteds vous l'lmsortion. do ces lignes
on mwos temps quo io you. prie d'a.
gr6er. Monsieur 1. Directeur, l'eXpreO1
sion do ma consideration distUagni.

Le Consul gdniral Dominicain,

Joe* M. GONZALES


RENSEIGNZMENTS
MEtrtOROLOGIQUES
Obmser-vatoix-e
DU
SI2MINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
DIMANCHE: 4 MARS 1910 4


Barometre A midi
TempDrature minimum


76 m20 0


maximum 29 I
Moycnne diurne de la tempErature 23,9
Ciel un peu nuageux surtcut l'ape6;-mi-
ti. Brise de mer de bone heu e. Pluie
pendant les nuis de samedi et de Diman-
che. Total de la plUie 21,0 millim6tres.
Barometre en baisse. De nombreux mou-
vements sismiques ont etE not's depois 2
jours.
J. SCHIRER.
Cours de Bourse
Or Amiricain comptant (*) 425 010
Nickel eszomp e 0lo0
Billets de cinq gourdes 1 010o
Traites 90o jours de vue sur
Paris direct, 2 ol0
Trai es sur France docurnen-
taires 1 010
Ch&q es sur Paris. prime 2 0olo
Transferts par Cab'e sl Paris 3 olo
Cheques sur N Y, e;compte 1 010o
Consolides 6 olo 47 0oo
Consolid6s 3 olo 24 o0c
Emprunts to Janvier 6 olo 4b6 ol
Emprun s dits Provisoire 6 010 45 112 oiC
Emnprunt 20 Aout 80 oic
La Plane'.e V6nus
C- martin grand enoi dins la vil'e pat
la decouverte A i'ao.l ru de la Plane <
Venus, que le Pc-e Szhe er avait annonct
dure visible pendant la journ6e en avant du
sole 1. Pas p!us que qu...
Navire de guerre
Sam:di soir est entr6 le navire de guer-
ze anglais S,-ylla venan: de Port Royal, Ja-
maique. I' a 273 hommes d'dquipage ec
)auge 3 6, o tonnes.
Les saluts d'usage ont et 6 changes h;er
matia avec la batterie du Fort S:-Clair.
Alleghany
ARRIv E
( Mars 1910
Goniiv':s. -Th. Donner, Sheintole, Sa
lornot Co s'antin. Moondsir D6caveite, J.,
R. Mintas, Mme Louis Guillaume Vauli-
netre Jn-Jumeau, R. N. de Lain, Consu
B. Rodriguez.
Prins Frederik Hendrik.
ARRIVE
Nrw-YORK L. Chapoteau, J. R Schlis-
ler, F. Lemlin,
St-MARC Vve N Boudin, A. Gluck,
H. 'ugensen,; Ant. Berret, M Barthelmv,
J. B. Barthelmy. Ant. Disserand, Sylvairn
L ger, Frere Bademe, Gracia Brutus,.
FETITr-GovE.- Samuel Pierre, Ferandini,
Gagneron, Cheriez, Kohler,Sdard, F. Chas-
sagne, Lafond Rigiud, Paradou, Horace
Blaise, A. SenEcal et deux demoiselles.
Tribunal de Cassation
Audience criminelle du mnercredi
2 Mars 1910o.
Le tribunal prend siege 10o heuresi ip
et entend les affairs suivantes :
J. Co en contre J. Hijos deman-
deur par Mes Leger Cauvin et Monfer-
rier Pierre, contre un jugement do tribu-
nal correctionnel de Petit-Goave.
Le jug;e Laraque a iu son rapport, et
le ministere public Luc, Dominique, con-
clut par ecrit au sujet du pourvoi.
Mme Theresa Jean-Louis, demande-
resse par Me Edgard Arty, centre une or-
donnance de la chambre do conseil da
Cap-Haitien.
Le juge Laraque a lu son rapport et eI
inistere public. Luc Donimique, conclut
I par ecrit A Plirr6cevabilit6 du pourvoi.
I *e*
Au'ience civil du jeudi 3 Mars 1910o.
Le tribunal 'prend sige Ai 10 heures 1ti
et entend sons la presidence do juge
H. Lechaud lea affaires suivantes :
Ibrahim Haftbourne, defender par
Me Solon Miasi aequlemat A la ouspi


cion 1egitime souleve par s client Mi- '
chel Isaac et Co centre e tribunal civil des
Gonaives, en ses attributions diverses,e5J
rapporteur C. Dijean, Minis're public,
Luc Dominique.
Carins Cadeau demandeor pat Me
Gd:in Argaste et C. Benoit comnre e sieur
Destal Martial, defender par Mes W. Mi-
chel et C. L. Jo-Louis. loge rapporteur
Veriti. ministtre public entendo.
Vincent G Makloof demmndeur par
Me Had-court, contre J L. De Paciotto
difeadear par Me It. Mathon. Le Jrge ra-
porteor C Dejean, minist6-e public E. C0-
riel.
Ve Dantas D.svalon et cons orts,
demandeurs par Me M chel 0 este, contre,'
Murat Desvilon et consorts, defendeurs
par Me Solon M6nos. Jogs rapporteur R
Domond,minisiere public. Loc Dominique.
L'Etat cow te S ephen Archer, de-
fendeur par Pierre Hudicourt.
Le juge Ducis Viard se deporta de Ia
cause.
Le commissaire do Gouvernement Luc
Dominique protest et fi. observer au tri-
bunal que si le juge Viard a on motif h16-
gal pour se d6porter, il doit le f ire regu-
lierement jugar en la Chimbre da conseil.
Le tribunal a renvoyi la pissation de I'af-
faire a la prochaine au lience pour fair ce
que de droit.
Le siege est levi.
Camille N6r6 Numa
Notre conf-ere Camille N. Noum, Di:ec- I
tear du 'Bon Sens nous prie d'annoncet
que 1'appari'ion d. son journal est sus-
pendue, en attendant st mise en liberty.
Les lecteurs du '" B)n S-ns voudront
bien excuser ce contre-temps involoataire.
Police sanitaire
LiBERTE JlGALITe FRATERNITY
RIWPUBLIQUE D'HAITI
Port-au-Prince le 7 Mars g19toan 107 6me
de 'Iondpendance.
Le Gan6ral EUGE.n FERDINAND
Chef des movements de cc port.
CIRCULAIRE
Aux Agenis des Compagies de biteaux
i vapeur etablies sur cet:e Place.
Monsieur l'Agent,
J'ai l'honneur de vous rappeler par la
oresente, 'es pTe;criptiois de I'art. 17 de
la lot do 30 Juillet 1889 sur la police sa-
nitaire, aiisi conque:
Art. 17.- Tout capitaine arrivant dans
un port ou sur one rade de la Republique
est tenu
1 0 D'empk:her touted communication,
tout chargement de navire, avant que ce-
lui-ci ait etE reconnu et admis a la libre
pratique ;
2 0 D. se conformer au regles de la po-
lice sanitaire ainsi qu'aux ordres qui lui
sont donnes par les aunoritEs charges de
cette police etc etc.
Depuis quelque temps, aux mepris de
cette loi actuellement en vigueur, j'ai lieu
de constater que A peine les navires arri-
v6s' avant meme que le mEdecin do Port
soit month i board, des chalends charges
les accostent et commencent leurs opera-
tions.- Ce proceed que j'estime irregulier
etant de na ure A prodaire des consequen-
ces regrettables pour la sante publique, aun-
jourd' hui surrout o i deux pas de nou-
dans la Republique Dominicaine, la petite
verole sevit A l'etat Epidemique, je vous
serai bien obliger de passer des ordres A qui
de droit pour que desormais vos capitai-
nes arrives ici dans la rade, n'admetient
dme qui viv, A bord de leurs bateaux avant
que la libre pratique ait etd reguli6rement
donnae par le bureau du Port.
It imported que je vous dise aussi, Mon- t
sieuar 1'agent, que I'autorite, soucieuse de
I'etat sanitaire actuel da Pays, appliquera
sans faiblesse aucuae, et dans toute lear
vigueur, lea peaines edictees par la ses-dite
loi centre tout contrevenant A ses disposi-
Stions.
S Veunillez agreer, Monsieur 'agent, I'asq
su ance de ma consideration distingude,
B. FaDrnMaD.


Rue ados Mirales on PMrou Nos et 110,
etRe Roux ou Bomno-Fol, 1o 51,vou tuou-
Sjeraie. s


Tribune dul" Mauaf

Haiti I




LUlon Aiirica j

Lorsqu 'en o 1902 j'crivis ma b
4 La Doctrine Monroe on le droit
rel des peoplesa des homes
meant absorbs par la politique imt
et qui n'observa'ent pas ce qui s
autour de lear lie, traitaient l
de ce 'e B ochore de premature. I
point cherch6 savoir si I'spparitioa de
brochure n'dtait pas come an cri
me jet6 dans le but d'attirer lear t
sar cette atteinte grave qui devil 1
quelques anndes apr6s portte saux iait1
essentielsde leur Patrie.
D'un c6ti ceux qai croyAient aluo.
certain am&ricains doNord surtout-.m
ceite brochure avait et6 Ecrite dans le I
de noire A la politique d'expansion g".
rale des E:a's-Unis s'etaiet grande
tromp6s.
11 est un fait ind6niable, c'est que i
protect ion morale des .Etats-Uais omU *a
saion n6cessaire du moins inevitable. Ek
metlleuie politique eztirieure que aMl
puissions adopter est de concilier Ie e1
possible nos inter&ts vitaua avec les hu-.
La politique d'expansion 6cono"M
commercial et morale des EtatOWm
s'dtendant ju;qu'i notre jeune natim a
saurait en aucuae fa;on nuire ses in.
rits. Miis lorsqu'il s'agit de politq* eds'u
mansion proprement dite ; alos la q.
tion n est plas la mame. Nous devwsb hi
ter de tou'es les facgns pour euptcd
notre absorption pouitique par n'impeam
qdel people. Et quels sont ies inthetsrqu
aaraient les Etats-Unis A nous absorbwer
litiq-iement si nous travailloas de faaen
justifier notre droit A lindependance, atf,
d'un autre c6te lears intirets coI
ciaux trouvent satisfaction chez noes. O.
aura beau invoquer le droit internatio@
les droits respectifsdes peoples l'indldp.'
dance, en faveur d'un petit Etat, ce ai
sera jamais rien tout le temps quo'oa
trouvera en presence de l'appitit iale
ble d'un grand Etat. II vaut mieuxadi
travailler a poLvoir concilier l'inddpem-
ce de cet petit E-at avec ce qui peat fd
l'objet de la convoitise do grand. Nalte
pas croire que par conciliation doe .as
rets avec ceuz des Etats-Unis, j'etui
qu'ils s installent dans nos donanes cOW
me contr6leurs, ou qu'ils soient chmr
do service de notre dette publiqae, a a
serait alors qu'un commencement d's.
nexion. Et c'est ce commencement q16
faut eviter. Oh I que je plains le bandt
nos voisins de PEst Ou sont domcIN
hommes qui, sur le rocher de St TiW
mas. me parlaient de I'Unitu polidii
de l'lle ?
Des mon retour d'exil, je me sa5i,
pressed de donner publicist A ma brocheW
A une des 6poq-ies les plus agitdes de ai
vie national, et c'etait precisement i Cl
eooque que nous devrions interveicu i
Dominicanie. Mais bien des &av
se sont accomplish depuis. Aujourd'hIl
Americains du Nord se soot ionjW
nos roisins. Aucun r6ve d'uniti
nest plus realisable maintenant sMU0
hdgemonie.
Nous avons donc fialli & notre
Je ne sais qu'eUe a tonjouns tE,
de notre scian Ministre i W
I'egard de la politiqae amnricaic
to-Domingo, mais c que je clam
i qae notre gvernement a's ps aIJ
ce qu'l devrait fire pour e.U Iyh
sorption olitiqae ds DomimuaI.
me ises qulte e ve I l
qoi, un jour oams demandera q
avona-nous fiat no:roe I ma
noune duoerg et de notre intetfM
avoir non sealoment icrit se
mais encore comeilM as go
C oUe M* mi l, -Ou s ynta
dol 'enuuepuadue .61 y11ri 1ul
ece pay dam IeMM do f .
tdr i,t aurm pid-sr *-n.J
Mite d'Im B if d'taa Ui
qUo metre u l dtgiq ssUM






___,. caooi A s intdts co
.im, dit & nun Bo ier e cooomique-
- M Its Eaw k-U miI Ce pays uant Ic
Ws csaable, dnoes aider d'ane faoa of-
1al ** uppe.aent denos intt&6ts.
S1 ..as devoos sajourd-hi fire note!
do.totse immi-uionn dans les afaires
dso va ..s Uest un desil que nouas e
resSYS'cosiewir A faire, c l 3i de
9 adce intdgrale. Masa tout
a2 lp sdes dcvo:'s. N OUSavons
Sor devoir de nous comporter de
S fire Wrepecter cctte independaoce.
noM das useC vile ceux qui out la
li sa aulubti,6 publique constatent
i,~wam e t iqsal)are, malsaine et
S hI osiol. at un danger public,
i. aene ordonnent tout implement la
S.tioa. Tel sera en ce moment e sort
is mt pays qui se sera montr6 r6frac-
STa pwgts gicdral des peoples.
Cm. EMMANUEL KERNISAN.
La fin h remain


19i0


CABINET


d'Electroth6rapie
128, RUE DU CENTRE
PORT-AU-PRINCE.
Traitement moderne, avantageux A
Oan ls points de vue *t dpargne aux
blades los dangers et lea suites fA-
cheeses des Op6rations chirurgicales
d6labrantes le plus ounvent inutiles
dana la plupart des cas de
Maladies de la femme (gyndcologie)
Maladies des Yeux
Maladies des voies g4nito-Urinaires
Maladies chroniques, g6dnrales ou
locales.
NOTA.- Pour la Gyn6cologie, traite-
ment & DOMICILa au gr6 des maladeu.
Docteur C. GAVEAU
MiDECIN, CHIRURGIWN ot ACCOUCHEUR
dipl6mi de l'Universit de Harvard.
CONSULTATIONS
de 7 a 10 heures do matin et
de 2 a 4 heures doe 'aprbs-midi.
GtATuIrrs : les Lundis de 2 & 4 hres.
de l'aprbs-midi.
Hors de cos heures de Cabinet, Ie
Doceour Gaveun visited la clientele en
ville et fait los consultations A domi-
dle.


C C' TI'raisalantiquii

Le paquebot francais a Qu6bec eat
tmundu joudi 10 du courant.
Litinaraire pour la c6te sera fixed ul-
Wrieurement.
Port-au-Prince, le,7 marsl1910.
L'Agent
E. ROBELIN.


Le moment est solennelI
Lentree h Port-au-Prince dui
kola double extra sup6rieur, du
West-India Aerated Water Facto-'
ry de Kingston, Jamaique, mene I
prix que le kola ordinaire.
Yaille Yaille Yaille I


Un vin de kola tans
aussi vendre.
S'adresser: 134 Rue
voir, 134.


pareil


est


du R6ser-


Sons Presse, en France


De l'Organiaation
on Haltiu


judiciaire


1 VOL. D'ENVIRON 350 PAGS IN 8o
PAR
JOSEPH JUSTIN, AVOCAT
Directeur de I'Ecole Nationals de Droig
do Port- au-Prince.
Pour les Souscripteurs.
Prix : broch6 P. 4, cartonn6 P. 5.
S'adresser A la Direction de 1'Ecole
National de Droit, 16 Rue Capois.

Maison F. Brunes
195, GRAND'RUE.
Dirig6e par
L. Hodelin
Ancien membre de ia sociite philantropi-
que des maitres tailleurs de Paris-
Vient de recevoir un grand choix
d'6toffes diagonale, casimir, alpaca,
cheviote, cheviote pour deuil, etc.
Recommande particulibrement A sa
clientele une belle collection de cou-
pes de casimir, de gilets de fantaisie
et de piqud de toute beauty.
SPtCIALITt DVe COSTUMES DE NOCES.
-Coupes Francaise. Anglaise et Amd-
ricaine de la dernibre perfection. La
mason confectionne aussi des Cos-
TUMS8 MILITAIRES, HABITS BRODItS,
DOLMAN, TUNIQUES,HABITS CARRi8, OtC,
etc, de tous grades.


Au No


)06


Rue du Ma!lasin de I'Etat
A VEN DNI) 3IF.E -Ln
L s marchandises f an.*;,ies suivn'es nouve'l.mtnt rc',ues :

Bas. Chaussettes V, stonq. -- Gi lt'. -- Cray ,s ( liiallic'p. I4gates,
Naeads). Chemies. Faux col- b'.i f .at si-, Gilets Plastron. B am. MitaineP. GC ts. -- Berets. Chap-aux Jean-B1rt. -
Capotea. Charlotte.. CiDelines. (: sit r,'Z.-Voiljttes. Echarpes.-
Ceinturos pour femmes. Fil coton pwti6. 1., tuIIiau. -- Fil &Aphir. Li-
cots. PeiJnes. Corsets. Iubuins lil)br'v. Parfum-rie. Appareils do
Photog aphie. SAllieb-es. Verres. (.tra'es pour fair glacer I'eau.-Ser-
vices & liqueur. Plateaux mdtal. Su,'- v.. C.ifetiLres. Huiliers -
Chandeliers. Caratfes. Campoti-r-. Sivice.; A c-f,. Bontons.- Fer-
moirs jupe. Balayeuses. Soutach ,. Frat gn noires. EtolTes pour
hommeW et pour femmes.-Bazin. (C 'l:i i.ures.-Cols plissds couleur pour
femmes.


American


ICE-CREAM


Bar


PARv sOR


PLACE GEFFRAIID d cWtCdol !, I'll \RNM.XAlI:W. I


Sandwichs
Cr6me a la


A:30 cts. tou*i j IA i., i in diaterflent.
Glace A i)-t tt i ure- prtS,,,midi.


Bi6re Ala pression et bout,3ilies bien frapp6es


Avendre a


I altlthlivatk


Bar:


MACHINES A ECIURE Oliver S aial.lii i -:j or P 7 -, --- dta vendu
2 douz. en huit mois.


U. S. ARMY KIHAKY, ligersoll in.',i ,
de nuit, boutons pour cliemise- e ii i
bretelles ( President suspenders ) 6. ,1.
shaving stick, note-books, Watermtn :'- ,'i
perbe de or P. 2 50 A or P. 8. C;.,vo.-
G. 5. Encre sp6ciale pour cis plum.,ns t


Vin de


Moselle, pa r


S i ii n ,ir biueau ou table
S! '-4, '; 10, la dou/..,
a .t ', p iljimasit Colgate's
- it *-iv, ire. collection su-
, ,-. ,voi, det Iiti're nouveaut6
cayon.-.- (.intrei et cigarettes.


varre :


G. o,5o.


AGENCE SPECIAL


de la Regie Francaise des Tabacs

Pour la R6publique d'Haiti


Extrait du TARIF


Tabacs Scaferlati


LEVANT SUPIRIEUR (dit tabac d'Egypte) la Botte de
50 grammes
LEVArT ORDINAIRs paper violet liss6, le paquet
de 50 grammes
MARTLAN paper jaune le paquet 40 grammes


CAPORAL SUPERIKUR paper
50 grammes


U a 9 U MidIa 5,U.-in NMOIGW.,
"a *i~ Stat au bout d'un mois ;
'E11ml' poermals pbiirsron cas,
DocteorI)UPSYROLJX.
a. square do meInt., Paris.
'Ifl, operylx 004 a base do cwoso0ts
~5dsha rede, Semifts t 1yoeipbespbate do
on vowq1.ti bfomation di.
4dnkbuua owemsancmin. $A .o.
14 *miovdpar I 4etsraitu-



SOM~ixgdo 1IL oapscltddo


bleu le paquet de


CAPORAL DOUX paper vert le paquet de 50 gram-


mes
CAPORAL ODINAIRn paper pAte bruno lo paquet
de 40 grammes
TABAc A PIusa, Virginie bhaut got, paper jau-
no, sle paquot do 100 grammes
POUDwl sUPERImURn, paper bleou 'I paquet de
100 grammes
PouDza oanmAmx, papioer bran, le paquot do 100
grammes
TANAC A aimm roles Meo s fl4s le paquet do
100 grammes r


G6ndral, -


GOURDES


1.25

0.90
0.75

0.70


0.70

0.60

1.50

1.50

1.20

1.50


Mars


1910.


Cigarettes


NINAS le paquet de 20(
do le paquet do 10
CHASSEUR le paquet de 20
HONGROISES en levant supstieur Le Bondon de
20 cigarettes
do en caporal superieur paper rose, le
paquet de 20
do en Maryland le paquet de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
ELEGANTES en Levant ordinaire le Bondon de 20
do en caporal sup6rieur paper rose, le
Bondon de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de '20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
FRANCAISS en caporal supirieur paper rose le
paquet de 20
do en Maryland paper jaune le Bondon
de 20
do en caporal ordinaire paper bleu le
Bondon de 20
RouL Es on Maryland et caporal supdrieur le
portefeuille de 20
do en caporal doux la bottle de 10
do on caporal ordinaire le portefeoille
de 20
do la botte de 10


GOURDES


1.20
0.60
0.90


0.85
0.85
0.75
0.75
0.70
0.70
0.00
0.60
0.00


0.75
0.40
0.69
0.30


J. LAVILLE.


_


X. &Ie~aez:t appcolm,







Entreprise


D'EAUX GAZEUSES


Fond6e en 1899
21, Rue F6rou, 21.
Ginger Kola
Kola-Champagne
Soda-Water
Siphons
Sirops
Liqueurs
Bitter


Buch


Place


de Ia Paix


Aiialys-es scloit atiquu-63' Orh~iu
A o~ ~'-.j' .1. ~ if-vt~lit. e ujl~vre ot aut res


mttaux d'aprbs a


KFb!i atio, d'EUux qazeuses, sirops et v6ritabia.Kola
Champagne A P. 6 la douzaine.
Droquerie en oros et en d6tail
i-opi. itaire : W. Buch
PharT-citen d pl oae allemrrnd


>K4Aa-Chlampagne:


A~ux Gonruves: Madame P. Laraque
aL CSairlt- M3 T., :Mf Jallla Martelly



114Il-,YLI -. kolh Champagjne
(e(te I j1-'.1b t '-~-;)11, 1I 1-1t(11"1; [i ~vf'tato 4. Ia sA-
t t-;I -,l I i ii ,!c n ,ik LI i bi T 101 o rlion ttr $Itit3*ROYAL 10..
Agence G.S-6a~rl-., et D~p5t :


AU MAGASIN


DE LA MITROPOLE


MASON JULES LAVILLE


93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT


Andit- Faub-'rt

& I'picoi11I. Co:viii ~tolri


PORT-AU-PRINL'i


uo itI,),x 1 : .i)'rne N4rett- Grand'rue (en fa:
to I -,atiorn ientrale des pomAiers.)
d : 4 :'piceran oC.Lunli rue das fronts-forts
ru) ro) Mu a.agasia E. Dreyfus do


EN PROVINCE


F. Chbiriez


Petit-Goive.
Mme G6rard Bartels


J. R. Montasse
JMrdmie.


AFF ECT IO


d u LAR.YI\XM:,

BRONCHESS~ ~*
C2psukeS~ ~ ~ '~~ 1~ A '!


Pme. TEIRRIAL, 3, 30. ii niusswuunn. PARIS.


ilk.


Gonalves


Voulez-vous6tre mieux chauss6 ?..- Manufacture
II est tres rare de trouver dans une Mc
mgme confection l'E16gance et la so- de Tabacs S. T. L
lidit*
MM. VITIELLO frAres. EN VENTE
les specialistos n chaussures pour,.Le Soaferlati Sp6oil
homes, formnes irWnmaises et ameri- A
caines, out I'honneur d'annoncer a tr6s appreci des fumeurs
leur nombreuse clientele qu'ils vien- 50 cts. le paquet
nent do recevoir de nouvelles forms D6p6t PLACE GEFFRARD
a Du Dernier Cri P'arisien a, du vd-
ritable Modern Style. .. ...
Les Chaussures soot reconnues in- MAISON DE CONFIANCE
comparable par la Commoditd de 148 GRAND'RUE
leurs formes et par leuir, Solidite joint
& un travail entirement fini. Mr Joseph St.-Cloa
La Maison possede en dep6t des A-
matdriaux de premier choix prove- LE TAILLEUR si bien connau d
nant des meil!eires fabriques des Republique, avise ses nombreaux
Etats-Unis et de France. ENTS qu'il vient de recevoir par
Ohevreau verni, Extra-Qualitd, derniers Steamers une Varilet d&"':
eI meiill,,urm mnaque. If-s de : Diagonale, Casimir, Aln.
Peau jeaune de toutes nuances, Cheviote. Drap vert et bleu
veritable Cuir de Russie. rdelle snuprioritd.
Ia Quality des to rnitures emplo- COUPE MODERNE !
y6es dans kJs ,,ouliers t les soins
apportdi dans la confection nous per- PROMPTITUDE I SOLIDITE I
mettent de les g danVti come les L'4tablissement ~e recommaudetan
plus solids ot les plus durables. clients les plus ddlicats qui appr.
Stock de Chaussures fines pour la client chaque jour davautage le ap
ven*e e.: gTr s et detail. de son travail.
Assoirtmr,-nt eomp ,.t de ci,' ~' et Demand&z chez Joseph S-in:-Cload bI
lacets de toutes nuanceF. Restaurateur de la S',.e et des Canes pol.
Prix fix., ...is w num iro. lItaes Illastrdes.
Adresst. : V TIELLO f' er#s .rs
145, Griand'iRue, ,ore'en de la Ioste VIENT DE PARIATTui-


- LA~s ccr~n


C ardor nerie Nouvelle



Avses [jorldJJPUS. ;. -c:. :,Poqu'0l-
le vie..Itt. (12 reyt evi. ,a, dt 2'er ba-
ttu-i. u'.o f' i.' qs (iianititA do wii:lI4 n-
dis s (t dto !W'I iitt ~i-esde tmuo'n 0 hal
cheur 0 do lI~on O a1It. imp )rt?s
de Fi-aice d A!Ieragriemet dcs- Flats
1.9ptin~b v k ?italt, *urieux do se
b!.ic-nch.u~-.e(. v zi(m3'a !owtjetux
lk! Su o II -,esi,- AtIx umituc; l-
plus vxri,'Ie- le,,fotliw --;res PLIS b li~eS
ati]as pius appropri6es.
On n'a qu'A verot ,-4 C-1I~1 '11"P)

do la mode. S4ptc rilt,-s V.onr darri-s.
(.ratid Stok i1e itau-sur~-4
Peauix. cirage5;, t* >s or ".
et MAt tiaux dIVl'-, IOU' O'CJ1
nie. 0n trouvor a tou ("I 11U,11faut. aul
prix If..; pk-7 mod+`-t., A
LA (:ORDONNEHir N,_UV1K1.L3
I *,(RAND.'lRL'E 143,


kr~~c0tLESUSE
F.abrmcADI. daob'amu~sures
L16 a Ltiu~c~rx o, ,,
,LZ grL$tock, pur iA Tonto an
A e vu doe;,iI, -.ctaussumian~ e
to~x tvaresa pour
Vif;e~RCFAMMI:, iNFPANT
Lo's ctmmandes des eommeroaats
do, Vintiriour pourrout Itre 'exdcat6ag
dM~ ag $Meaine & pan pram.
~-4 Am iorfsI'KAM ~


FF'jouvEAu TaA~iTEMEm-,r


1'Ann uaire,

Legislation 'Uaffienne
C(' ontf natit le, iv4;ttfF.T.- ILois., Anat.
TES, CONTRATS l'A l'arn[~16P 19.
Ena % e!e -, A Di-i ("0 1', Ir)-E,;a u Cmi.
net de sMe EfiCALe MC11-31, avocat,87.
Oa y Iroive a avis~i -)11 n.'me pok
Ion Iivraisons de 190 1. 1"4).-1906, 1lox,
1908.

On trouverai
de mnei~llurs CiragA poin bus sm,
lier ;i la mrninfa~cturo de 'iiau~sugs
G. CORDASCO.

.5 N T 7 rre*


1)ouLij, av--s A ;a bi'srzvo Jatf CMWI.

varid~t6d d6totlrezido la I.auts MW
voaut6 parisioenusk.
QUALITY* SUPbC1IMMRN. C(or; Pu *LhOhi
TRALVAIL aoi0rt*. E~CT!TT('v PROMM
P'rix lids rdd,14


NESTOR FELIM
L excellent. taiI:'#tr avartagectodwSt
corunu do tuute la hiipub-ique W
do rouvrir seu atclier hueFd
Sa nonwbrouse clientblo IF
comma tonjoars touwe satin
pour lea travaux qui lul ueron*l



A LTLLBAN1
9QORDONNNRIFU.

42. Rue des IFronw-ForS.
CmAlUasuUNS 33DhE'T,?oU3 1A
Promptituadseat s5013 DX
d" auticiqusa province.
Chaussur.. do Dame. f~riWS
Tall tonjours tout so qu'lI y to As
nouveaux.
Form.. amdricalso at frosagaw
lhsuioars; Agamtm sat c
pour louenmbalmispluin"'U
Travailsomie M7ut
Asawramss do gnraudrbate'
PIM689 Cfges e t 1qsMM


Vo s e .,07vi e -ir ov~ach--z


Plitartuacie *W


D,6.,. f